Comment Randomiser (II)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment Randomiser (II)"

Transcription

1 Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org

2 Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en pratique? Exemples dans différents contextes Planification d une évaluation

3 Méthodes de randomisation Loterie Introduction progressive Modèles de rotation Randomisation dans la «bulle» Encouragement

4 Unité de randomisation A quelle unité peut on randomiser? Randomiser au niveau individuel Randomiser au niveau du groupe Ecole Communauté Centre de santé Quartier/village Comment déterminer le niveau auquel on doit randomiser?

5 Unité de randomisation Cela dépend de l intervention : effet au niveau du groupe ou au niveau individuel. Certains programmes peuvent être exécutés seulement à un certain niveau. Il peut être politiquement difficile d avoir des traitements inégaux à l intérieur d une communauté. (ex: accès au micro-crédit) Pour beaucoup d interventions : on a le choix - La randomisation individuelle nous donne un échantillon plus grand pour un moindre coût. - Randomisation individuelle plus facile à mettre en place - Effets d externalités : sur les non traités/changement de comportement - Mesure d effets locaux

6 Unité d observation Si randomisation au niveau du groupe - Unité d observation au niveau du groupe - Unité d observation au niveau individuel Si randomisation au niveau individuel - Unité d observation au niveau individuel

7 Stratification Qu est-ce que c est: Division de l échantillon en plusieurs souséchantillons différents. A l intérieur de chaque sous-échantillon, sélectionner un nombre égal d observations traitement et contrôle. Objectif: équilibrer l échantillon lorsqu il est petit. La stratification permet d améliorer la comparabilité des groupes Sur quelles variables veut-on stratifier?

8 Stratification Stratifier sur les variables qui devraient avoir un impact important sur le résultat La stratification est importante si l on pense que des chocs auront un impact différent sur des sous-groupes d échantillon Problèmes Cela devient complexe de stratifier sur plusieurs variables. Plus on stratifie, moins le tirage peut apparaitre transparent. (cas des loteries par exemple)

9 Les méthodes utilisées pour randomiser On attribue à chaque individu/communauté un nombre. Utiliser un générateur de nombres aléatoires (ex. Excel) pour générer les nombres de 1 à x. Garder l individu/communauté toutes les deux observations Regrouper puis tirer à pile-ou-face.

10 Comment randomiser en pratique Plusieurs exemples de randomisation dans différentes évaluations.

11 Exemple: Projet d enseignant supplémentaire Plusieurs pays ont des classes de grande taille, et ont recruté des enseignants contractuellement pour diminuer la taille des classes. Cas du Kenya lors de l introduction de l éducation primaire gratuite Afflux d écolier avec des niveaux scolaires différents Le coût des enseignants contractuels représente le quart des enseignants fonctionnaires pour le même niveau de formation. De nouveaux enseignants permettent d avoir des classes de taille réduite D autre part, certains écoles peuvent former les classes par groupe de niveau.

12 Exemple: Projet d enseignant supplémentaire Cela soulève plusieurs questions importantes: Quel est l impact d avoir des classes réduites (1)? Comment les enseignants contractuels se comparent aux enseignants fonctionnaires, qui sont plus expérimentés mais moins redevables de leurs actions (2)? La constitution de groupes de niveaux est-elle bénéfique (3)? Comment concevoir une évaluation qui étudie toutes ces questions? Prenons-les une par une.

13 Conception de l évaluation ETP (Extra Teacher Project) Programme seulement introduit pour les CP (1 ère année). Certaines écoles reçoivent des enseignants supplémentaires, d autres n en reçoivent pas (réponse à la question 1). Pour tester l effet d un enseignant, on randomise les élèves entre enseignants officiels et contractuels. (question 2). Dans certaines écoles, sélectionnées aléatoirement, on constitue des groupes de niveaux, dans d autres non. (question 3) Enfin les classes constituées en groupe de niveau reçoivent des enseignants contractuels ou fonctionnaires, assignés aléatoirement

14 ETP Réponse à nos questions Ecoles Classes Taille de la classe réduite Assignation des élèves Aléatoire Niveau Normal Enseignant Extra (contract uel) Comparaison (110 écoles) Groupe 1 X Groupe 2A X X X Groupe 2B X Traitement (220 écoles) Groupe 3A X X X Groupe 3B X

15 Colombie Le gouvernement voulait accroitre l accès à l éducation, mais construire une infrastructure d écoles publiques prend beaucoup de temps. Ils ont décidé d utiliser les écoles privées existantes subventionné le cout des écoles pour certains enfants. Mais ils ne pouvaient pas se permettre de payer tous les enfants. Comment devraient-ils évaluer l impact d aller dans une école privée?

16 Conception Evaluation des bons en Colombie Parmi les enfants éligibles (ex: ceux des quartiers pauvres), les enfants postulent pour recevoir des bons qui leur permettent d aller aux écoles privées. Nombre de places limitées: assignées par loterie. Les chercheurs ont suivi ceux qui ont reçu les bons et ceux qui n en n ont pas reçu. Quelle est la question précise à laquelle l évaluation tente de répondre? A-t-on une réponse à la question: Quel est l impact des bons?

17 Progresa Avant de l étendre à tout le pays, le gouvernement mexicain voulait tester l efficacité d un programme qui donnait des bourses aux familles pauvres. Les bourses sont conditionnelles à la présence à l école et aux mesures préventives de santé sur l enfant. Ils veulent des résultats qui soient hautement crédibles. Pour être sur que le programme soit continué en cas de changement de pouvoir politique. Que doivent-ils faire?

18 Conception - Progresa Programme pilote testé dans certaines régions. Il n était pas possible de mettre en place le programme dans l ensemble du Méxique A l intérieur de ces régions, on détermine aléatoirement des communes traitement et contrôle. Recueil des résultats pour les groupes traitement et contrôle. Existence d effets du programme A augmenté l assiduité à l école. Meilleure santé Le programme a été continué par plusieurs gouvernements, généralisé au Mexique et a été copié dans plusieurs pays.

19 Microcrédit Quel est l impact du micro-crédit sur la vie des gens revenu, assiduité à l école, développement du commerce, etc.? Peu d étude d impact du micro-crédit 2 cas : en milieu urbain en Inde et en milieu rural au Maroc

20 Microcrédit-Spandana Institution de micro-crédit à Hyderabad défis: Spandana travaille par quartier et va s étendre dans de nouveaux quartiers Quelle conception choisir pour la randomisation? Quelle unité de randomisation doit-on choisir?

21 Conception - Spandana On ne peut pas assigner les individus aléatoirement à un programme de microcrédit c est une participation volontaire. On ne peut pas savoir qui aurait été dans le programme de microcrédit dans les quartiers contrôles Conception Choix de 100 bidonvilles éligibles. On échantillonne: 20 ménages éligibles dans chaque bidonville (indépendamment de s ils empruntent à Spandana). On randomise quels bidonvilles seront servis la première année. Le programme sera étendu à tous à la fin de l évaluation. Quel est la taille de l échantillon pour cette évaluation?

22 Microcrédit en milieu rural-maroc défis: Al Amana s étend en milieu rural dispersé au Maroc. Al Amana intervient dans des communes rurales généralement constituées d un centre et d un nombre important de villages autours. En milieu rural dispersé, difficile d atteindre tous les douars en même temps. Comme pour Spandana, on ne peut pas assigner les individus aléatoirement à un programme de microcrédit c est une participation volontaire. Quelle conception pour l évaluation? Quelle unité de randomisation doit-on choisir?

23 Microcrédit en milieu rural-maroc Al Amana s étend dans 80 communes rurales Dans chaque commune : constitution d un paire de villages Villages : 100 ménages Echantillonnage de 25 ménages selon un score de propension (basé sur un modèle de prédiction) + 5 ménages sélectionnés aléatoirement

24 Microcrédit en milieu rural-maroc Zone A Zone centrale Toujours servie Zone B

25 Microcrédit en milieu rural-maroc Sélection aléatoire d un village par paire servi tout de suite alors que l autre sera servi 2 ans après. Programme étendu à tous les villages à la fin de l évaluation Au préalable Constitution de paires de villages ressemblantes grâce aux informations recueillies sur les villages. Permet de réduire la variance des variables d output.

26 Microcrédit en milieu rural-maroc Comparaison variables entre traitement et contrôles sur 7 paires Traitement Contrôle Taille du ménage 6,11 6,14 Nombre d enfants à l école 0,86 0,81 Age du chef de ménage 50,8 50,7 Instruction du chef de ménage 0,42 0,39 Branchement eau 0,11 0,11 Consommation du ménage Consommation par tête Crédit 0,36 0,33

27 Cibler les plus pauvres - Pakistan Programme: graduer les plus pauvres à la microfinance en milieu rural - Transfert d actifs productifs - Formation - Programme de 24 mois avec pour objectif à la fin de «graduer» les plus pauvres dans des programmes de microfinance conventionnels Ciblage de la population - Méthodes qualitatives PRA + questionnaire court avec critères de sélection - Seul un nombre limité de ménages éligible par village : environ 36 ménages par village - Nombre de villages potentiels important

28 Cibler les plus pauvres - Pakistan Comment randomiser? - A niveau de puissance constant, pour un effet minimum détectable - Randomisation individuelle : 1600 individus dans 45 villages (environ 18 traitements et 18 contrôle par village) - Randomisation au niveau du village : 2400 individus dans 200 villages (100 traitements et 100 contrôle). Environ 12 individus traités dans les villages traitement. Méthode la plus appropriée? Méthode la plus couteuse, la plus opérationnelle, éthique?

29 Randomiser dans la bulle : Credit Scoring en Afrique du Sud Deux questions Evaluer l impact de l accès au crédit Mais aussi évaluer si le screening de certaines banques est trop rigoureux Prêteurs utilisent le credit scoring Sélection aléatoire des candidats juste en dessous du score minimum. Certains clients sont acceptés aléatoirement Permet de ne pas inclure dans l évaluation les individus que les banques ne veulent absolument pas perdre et les individus auxquels elle ne veut absolument pas prêter Impact sur une population marginale. Effets positifs sur les revenus et sur les activités

30 Accès à l eau au Maroc Programme de branchement social à l eau à Tanger au Maroc Première idée : randomisation par quartiers Difficultés techniques Difficulté politiques : certains responsables de quartiers veulent avoir le branchement tout de suite Impossible de randomiser au niveau du quartier

31 Accès à l eau au Maroc Solution: randomisation au niveau individuel Mais offre de branchement disponible à tout le monde dans les quartiers éligibles Randomisation par encouragement

32 Accès à l eau au Maroc Méthode Variation aléatoire du niveau d information des ménages Ménages groupe traitement Opération d information personnalisée à domicile taux de branchement élevé Ménages groupe contrôle Aucune information durant 12 mois (mais accès technique si demande faite) taux de branchement faible

33 Accès à l eau au Maroc Résultats : - Groupe traitement : 65% de branchés - Groupe contrôle : 5% - Différence significative.

34 Résumé Quelles stratégies a-t-on utilisé? Bons en Colombie Progresa Microcrédit Spandana Micro-crédit en milieu rural au Maroc Pakistan Randomisation dans la «bulle» Accès à l eau au Maroc

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact?

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Les politiques de dévelopment géneralement invoquent les questions

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Mesurer les résultats r l évaluation d impact d

Mesurer les résultats r l évaluation d impact d Mesurer les résultats r et l évaluation d impact d : Au delà des promesses: des résultats. r Paul Gertler Université de Californie, Berkeley Human Development Network Middle East and North Africa Region

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Rabat 5 juin 2014 Sommaire Fondements Configuration et Gestion Evolution du projet Évaluation d impact Difficultés rencontrées Pistes

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

Comment assurer une éducation de qualité pour tous?

Comment assurer une éducation de qualité pour tous? Comment assurer une éducation de qualité pour tous? BILAN ET PERSPECTIVES EN AFRIQUE FRANCOPHONE Conférence le 10 juillet 2014, à Ouagadougou, Burkina Faso ACCÈS ET PARTICIPATION DES ÉLÈVES Présentation

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Evaluation d impact du microcrédit en zone rural Enseignement d une expérimentation randomisée au Maroc

Evaluation d impact du microcrédit en zone rural Enseignement d une expérimentation randomisée au Maroc TRADUIRE LA RECHERCHE EN ACTION Evaluation d impact du microcrédit en zone rural Enseignement d une expérimentation randomisée au Maroc B. Crépon F. Devoto E. Duflo W. Parienté Décembre 2010 1 Questions

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Aline Drapeau, Ph.D.

Aline Drapeau, Ph.D. (Communauté de pratique en épidémiologie psychosociale) Aspects méthodologiques de l échantillonnage Aline Drapeau, Ph.D. Pourquoi échantillonner? Objectifs de l étude visent une population cible spécifique

Plus en détail

Questionnaire (Perception) Guide pratique. Section Technopédagogie

Questionnaire (Perception) Guide pratique. Section Technopédagogie Questionnaire (Perception) Guide pratique Section Technopédagogie 01/08/2007 1. QU EST CE QUE QUESTIONNAIRE? Il s agit une application web de création et de publication de questionnaires en ligne, également

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM Dakar 11 &12 mai 2014 Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien Olivier Hassler Housing Finance Consultant ohhfinance@gmail.com 1 Aperçu du crédit

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Analyse des données: Conformité imparfaite

Analyse des données: Conformité imparfaite Analyse des données: Conformité imparfaite Marc Gurgand Paris School of Economics gurgand@pse.ens.fr Jusqu ici tout va bien Vous avez affecté aléatoirement votre population dans 2 groupes, test et contrôle

Plus en détail

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Sarah Hughes Directeur de sondages sr. Projets internationaux NORC Université de Chicago 15 janvier 2008 Hypothèses de la présentation Nous envisageons

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Réguler l économie régionale: Quels produits financiers adaptés pour réduire la situation de surliquidité bancaire et drainer l Epargne

Plus en détail

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Micro-assurance Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Objectifs de développement du millénaire Réduire la pauvreté extrême et la faim Éducation primaire pour tous Promouvoir l égalité des sexes et l

Plus en détail

L initiative Des filles adolescentes: Une alliance pour l autonomisation économique

L initiative Des filles adolescentes: Une alliance pour l autonomisation économique L initiative Des filles adolescentes: Une alliance pour l autonomisation économique Slvia Muzi HDNSP 26 mai 26 2010 Aperçu : Introduction à l IFA Conception de l évaluation d impact Questions de recherche/collecte

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED.

Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED. Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED. Alain Letourmy (CNRS, CERMES), Aude Pavy- Letourmy (CERDI), Pascal Brouillet (AfD) Cerdi, 1er décembre 2005

Plus en détail

CORRIGÉ TYPE DU TEST

CORRIGÉ TYPE DU TEST ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES D ALGER Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 4 et 6 Date : 19/05/2014 Durée du test : 1h30 CORRIGÉ TYPE DU TEST [ Page 1 sur 6 ] Module : Recherche Marketing Enseignant

Plus en détail

Les instruments de la politique monétaire

Les instruments de la politique monétaire Chapitre 4 Les instruments de la politique monétaire Introduction (1/3) Distinguer aspects stratégiques et aspects tactiques de la politique monétaire Aspects stratégiques : la BC détermine le niveau des

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé :

Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé : Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé : Florence Jusot (Université de Rouen, LEDa-LEGOS, IRDES) Bourgueil Y., Jusot F., Leleu H. (2012), Questions

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Mesurer l Inclusion Financière Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière

Mesurer l Inclusion Financière Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière Financial Inclusion Data Working Group (FIDWG) Mesurer l Inclusion Financière Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière L Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière a été élaboré

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Ministère de la Santé du Maroc. Transferts monétaires conditionnels pour améliorer l état de santé des populations pauvres du Maroc

Ministère de la Santé du Maroc. Transferts monétaires conditionnels pour améliorer l état de santé des populations pauvres du Maroc Ministère de la Santé du Maroc Transferts monétaires conditionnels pour améliorer l état de santé des populations pauvres du Maroc Considérations pour l élaboration et la mise en œuvre Questions à considérer

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

Ébauche Stratégie de Micro-crédit à l habitation. Préparé par: Rooftops Canada - Abri international

Ébauche Stratégie de Micro-crédit à l habitation. Préparé par: Rooftops Canada - Abri international Ébauche Stratégie de Micro-crédit à l habitation Préparé par: Rooftops Canada - Abri international Mai 2008 Les systèmes d habitation actuels témoignent aujourd hui de deux résultats extrêmes : un habitat

Plus en détail

V ERSION EXPERIMENTALE

V ERSION EXPERIMENTALE V ERSION EXPERIMENTALE Cette version de Sipina v 3.0 n est pas, et ne sera jamais, définitive, elle sert d outil de recherche, elle a plus une vocation d outil d expérimentation que de logiciel dédié au

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER

MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER Un project du Groupe consultatif d assistance aux pauvres (CGAP) Documenter et analyser l utilisation du marketing social pour renforcer le bien-être financier QUELQUES

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage M Objectifs pédagogiques généraux : Fiche de repérage Type : Activité d approche de la notion de fluctuation d échantillonnage et d intervalle de confiance à travers quelques simulations. Niveau : Lycée

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement Juin 2013 Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement (page 1) De nouveaux outils pour offrir davantage d options afin de visualiser les résultats analytiques

Plus en détail

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur?

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? INTERVENANTS Mardi 9 septembre de 14h à 15h30 Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart, Directeur général, SAIF MANKO, Groupe

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Licence Pro Amélioration Végétale

Licence Pro Amélioration Végétale Analyse de données Licence Pro Amélioration Végétale Marc Bailly-Bechet Université Claude Bernard Lyon I France marc.bailly-bechet@univ-lyon1.fr 1 marc.bailly-bechet@univ-lyon1.fr Analyse de données Des

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

AMELIORATION DE LA GESTION DE L EDUCATION A MADAGASCAR MADAGASCAR

AMELIORATION DE LA GESTION DE L EDUCATION A MADAGASCAR MADAGASCAR AMELIORATION DE LA GESTION DE L EDUCATION A MADAGASCAR AGEMAD Ministère de l Education Nationale et de la Recherche Scientifique (MENRS) MADAGASCAR Atelier AGEPA, Dakar, le 17 mai 2006 L INITIATIVE AGEMAD,

Plus en détail

Mon plan de sondage en 9 questions

Mon plan de sondage en 9 questions Tiral Sidi Mon plan de sondage en 9 questions Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc

Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc Colloque national : «Contribution de la Microfinance au développement humain au Maroc Bilan & perspectives» Vendredi 2 mars 215 Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc Youssef ERRAMI y.errami@cmsms.org.ma

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET LES NORMES ET INTERNET Comment profiter de la disponibilité des normes frança ises, européennes, internationales et étrangères sur Internet, sans tomber dans les pièges de la violation du droit d auteur

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE

AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE LES RESSOURCES HUMAINES DANS LE SECTEUR DE LA SANTE Hubert Balique 15-1616 Janvier 2009 1 1. LA CRISE DES RESSOURCES HUMAINES 2 RESSOURCES HUMAINES: GRANDE FAIBLESSE ACTUELLE

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Élaboration d une campagne de communication.

Élaboration d une campagne de communication. Élaboration d une campagne de communication. 1 Vu que la communication est un élément essentiel du marketing de l'assainissement, nous voulions consacrer un module entier à l'élaboration d'une campagne

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 ED/BIE/CONFINTED/48/RN Genève, 7 décembre 2007 Original : anglais RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 A. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Emploi des jeunes et consolidation de la paix post-conflit

Emploi des jeunes et consolidation de la paix post-conflit Emploi des jeunes et consolidation de la paix post-conflit Données de l Ouganda et du Libéria Christopher Blattman, Université de Yale & IPA Réponses courantes de l aide: Donner des intrants Intrants:

Plus en détail