Sommaire N 7 / 2009 Septembre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire N 7 / 2009 Septembre"

Transcription

1 Sommaire N 7 / 2009 Septembre Revue 2. Edito 3. Mot de la rédactrice en chef 4. Zoom sur l UNPPD 4. Les dernières infos! Loi HPST - Newsletters n Regard sur la profession 7. Contribution obligatoire pour le financement du dialogue social dans l artisanat : relance 8. Avis d identification 12. Besoin de recruter? Avez-vous pensé au contrat d apprentissage? 14. Effectifs employés - les salariés (suite) (6 e partie de l enquête de branche) 19. Le Salon des micro-entreprises : toutes les solutions pour créer, gérer et développer votre activité 46. Guide de la fonction de juré d examen - CMA Formations de l UNPPD 49. Calendrier des stages 54. Petites annonces 20. Lu pour vous 20. L aide aux entreprises en difficulté 22. Evénements 22. Les Journées Dentaires de Nice, moment privilégié de rencontres 30. Une soirée parisienne avec Christian Ferrari, quand l UNPPD met les petits plats dans les grands pour une conférence 34. Congrès ADF 2009, Rêves et réalité 38. Salon AODD 2009 : objectif art e Congrès National de la CNAMS 40. Au fil des régions 40. Assemblée générale de la SPPD Aisne, Nord, Pas-de-Calais, Somme 41. Fusion des Chambres de Métiers et de l Artisanat du Nord et du Pas-de-Calais 42. Stages et formations 42. Synthèse du nouveau règlement des aides aux employeurs d apprentis 43. Le DIF, attention danger 44. Le BTM Prothèse Dentaire, extrait du sujet 2009 L adhérent UNPPD (encart détachable pour les adhérents) I. Autour de la profession I. - L auto-entrepreneur : ce qui change - Protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel II. Affaires sociales II. La rupture conventionnelle du contrat de travail : un divorce express? - FIDUCIAL VI. Contrat de professionnalisation : prime exceptionnelle à l embauche VII. Maintien de la couverture santé et prévoyance pour les chômeurs VIII. Le titre emploi service entreprise (Tese) 1

2 Edito Hubert Gillmann, Membre coopté du Bureau National La marche arrière est à ma connaissance la seule manœuvre pour sortir d une impasse C est bien la marche arrière que le Conseil national du 16 mai a décidé d enclencher à une grande majorité afin de sortir l UNPPD et le syndicat normand de la situation d impasse née de l exclusion de ces derniers. Charles Samit en habile médiateur, par ses appels à la raison et au bon sens, n a fait que rappeler ce qui ne peut être qu évidence : «C est en faisant l UNION que l on est FORT.» Les dirigeants normands ayant manifesté souvent leur envie et leur besoin de rentrer dans le rang, il leur suffit maintenant, par un comportement loyal et franc, de donner raison à ceux qui, après les avoir exclus à une période où tout était tellement vif et devenait insupportable, ont manifesté de leur confiance, par un vote massif en faveur de leur retour dans les bonnes intentions affichées. cas, le président, M. Dauvois, a su agir au bon moment pour régler un des points délicats de son programme électoral. Se sentir concerné dans la défense de sa profession, de son outil de travail devrait être le 1 er objectif de tout chef d entreprise, petite ou grande. «C est en faisant l UNION que l on est FORT.» La réconciliation des prothésistes dentaires, de par cette réintégration du syndicat normand, constitue un acte d envergure qui doit être connu de tous, puisse-t-elle les inciter à soutenir l UNPPD et à participer ainsi aux efforts à accomplir, notre profession et ses élus le méritent bien. J espère que les prothésistes dentaires non encore adhérents sauront reconnaître dans ces importantes décisions la volonté des élus de l UNPPD de défendre la cause de tous avec l appui de tous, même de ceux qui ne croient toujours pas aux actions entreprises ou à entreprendre. En tout 2

3 Mot de la rédactrice en chef Martine Etournaud, Rédactrice en chef Signaux d'alerte! Selon l enquête UPA/I+C de juillet 2009, après avoir plutôt bien résisté au 1 er trimestre avec une perte de vitesse de 4,5 %, le secteur artisanal a été plus affecté par la crise au cours du 2 e trimestre Son chiffre d affaire recule de 6 % par rapport à la même période de l année précédente. L artisanat de fabrication s avère plus touché par les tensions actuelles avec -11 % par rapport au 2 e trimestre Une baisse qui reste néanmoins moitier moindre que celle subie par la fabrication industrielle. Ceci étant posé et le phénomène touchant tous types d'activités, ainsi que des entreprises de différentes tailles, l'etat a mis en place depuis plusieurs mois des cellules d'aide, relayées en ça par les Chambres de Métiers et de Commerce qui ont organisé des cessions d'information pour leurs ressortissants. Dans ses mesures d'accompagnement, l'etat a mis en place des tiers de confiance, personnes servant d'interface en accompagnant l'entrepreneur en difficulté dans ses contacts avec ses partenaires institutionnels (Trésor Public, URSSAF, RSI, Banque, etc). Des médiateurs du crédit ont également été nommés dans tous les départements. L'état a également trouvé de nouvelles conditions d'engagement vis-à-vis des assureurs crédits et des assureurs de notation. Pour ce qui est des réunions de sensibilisation organisées dans les Chambres Consulaires, il ressort que les signaux d'alerte ne sont pas du tout les mêmes pour les partenaires habituels de l'entreprise (comptable, banquier, avocat conseil, etc) que pour la plupart des entrepreneurs eux-même. En effet les chefs d'entreprises de TPE se préoccupent majoritairement et en priorité de maintenir leur activité et de l'emploi de leurs salariés. Pour cela, certains renoncent même temporairement à leur propre salaire, le temps que la situation difficile passe. Mais voilà, lorsqu'une crise comme celle-ci surgit, elle ne permet plus trop cette marge de manœuvre parce ce que les entreprises qui avaient des difficultés structurelles sont de fait encore plus fragiles. Après une analyse de constats récurrents, les partenaires institutionnels de l'entreprise recommandent entre autre, de faire mensuellement un état du tableau de trésorerie, de relance des règlements, le détail des coûts fixes, etc, une des grandes premières alertes étant à leur sens, le 1 er trimestre où il y a difficulté à payer les charges. Une grande communication a été faite autour de la médiation du crédit qui ne correspond cependant pas toujours à la prise en charge de toutes les difficultés rencontrées par les entreprises. Une autre, moins médiatisée et peut-être plus adaptée, se fait dans chaque département autour du CODEFI (Comité Départemental d'examen des Difficultés de Financement des Entreprises). A titre de renseignements, ces deux marches à suivre vous sont communiquées dans les pages de la rubrique Lu pour vous. Chères Consoeurs et chers Confrères, en tenant compte de l inertie imposée, comme chaque année, par la période estivale et en espérant que le moins possible de prothésistes auront à subir les difficultés de cette situation économique, je vous souhaite une bonne rentrée et que septembre soit porteur de bonnes nouvelles pour tous(tes). «les signaux d'alerte ne sont pas du tout les mêmes pour les partenaire institutionnels de l'entreprise que pour la plupart des entrepreneurs eux-même.» 3

4 Les dernières infos! Zoom sur l UNPPD Newsletter n 17 Loi HPST La loi HPST est parue au JO le 22 juillet 2009 après promulgation par le Président de la République. La loi HPST est donc promulguée, nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle. En effet le travail conjugué de l'ensemble des acteurs de notre profession a permis d'obtenir ce résultat. C'est une grande victoire que nous avons obtenue. Il faut maintenant veiller à ce que les termes de cet article du Code de la Santé Publique soient respectés au quotidien dans la pratique de nos relations avec les cabinets dentaires et les chirurgiens-dentistes. Il est bien évident que nous ne serons pas les seuls à exiger le respect de ce texte, la Sécurité Sociale ainsi que les Mutuelles et Compagnies d'assurances exigeront également son application. Afin de faciliter les relations avec nos clients, nous devrons leur fournir des factures individuelles pour chaque travail ainsi que le certificat de conformité s y rapportant et contenant toutes les informations exigées par les différents articles du Code de la Santé. Le travail n'est pas terminé, nous avons d'autres sujets à aborder pour lutter contre les importations qui pénalisent l'activité et l'emploi dans nos laboratoires. Les membres de l'unppd ne baisseront pas les bras après ce résultat positif et profiteront de l'élan que leur donne ce texte pour obtenir d'autres aménagements plus favorables à notre profession. Maurice Dauvois, Président de l UNPPD Projet : Article 57 Ainsi, après plusieurs dizaines d années de lutte, la loi relative à la transparence complète sur l origine et le coût du DMSM a été promulguée et publiée au JO le 22 juillet Concrètement : remise de la facture pour chaque travail ainsi qu une déclaration de conformité. C est une énorme avancée, qui permettra, nous l espérons, d éclairer totalement le patient sur l origine et le coût de sa prothèse dentaire. L application de cette Loi, on s en doute, ne sera totale et utile que si les chirurgiens-dentistes la respectent dans son ensemble. Il en est de même pour les laboratoires qui font appel à une sous-traitance étrangère. Afin d assurer le respect de cet article, l UNPPD travaille d ores-et-déjà à des solutions techniques pour garantir une parfaite transparence pour la satisfaction de nos clients. Notre organisation s est rapprochée de plusieurs responsables du secteur dentaire afin d établir avec eux un partenariat concret. La création d une charte et d un label est étudiée. La possibilité d une assurance pour garantir la maintenance du DMSM au patient est à l étude, cela serait un plus et devra être également proposé en plein accord, bien entendu, avec nos clients prescripteurs. En clarifiant le rôle de chacun, cet article va assainir nos relations avec notre clientèle. A nous tous de travailler afin de fournir aux patients une prothèse de qualité, certifiée et garantie, dont l origine et le coût seront connus de tous. En délivrant facture et fiche de traçabilité, nous nous affirmons comme le fabricant du DMSM et en assumons les responsabilités. C est pourquoi il est de notre devoir de nous comporter en professionnels accomplis et responsables. Nos formations doivent changer et nous nous y employons par le travail de la Commission de Formation qui rénove une filière inadaptée à la situation actuelle. Nos statuts vont être revus afin d assurer une meilleure représentativité des adhérents. Parce que c est seulement dans l UNION que nous pourrons progresser, n hésitez pas à nous contacter, ou mieux, à nous rejoindre pour nous aider à défendre cette Loi tant espérée. «Un petit pas pour moi, un grand pas pour l humanité!» disait Amstrong il y a 40 ans en marchant sur la Lune. «Une petite loi pour tous, une grande loi pour notre activité!» les rêves ne sont-ils pas faits pour être concrétisés! Thierry Hoefler, Secrétaire Général de l UNPPD 4

5

6 Toutes les infos sur Les rendez-vous de l UNPPD Agenda Passés 4 juin 2009 Assemblée générale d Ile-de-France (USPPDRP et CSPD) 2 e semaine juin 2009 Début des épreuves du BTM juin 2009 Réunion Dental Forum 18 au 20 juin 2009 Les Journées Dentaires de Nice 19 juin Réunion de revue et Bureau national à Nice 26 juin 2009 Réunion à l UNPPD avec l Education Nationale 1 er juillet 2009 Réunion CPC Plénière - Formation niveau 3 9 juillet 2009 Réunion à l UNPPD avec l Education Nationale 10 juillet Réunion de revue - Bureau national - Conseil d administration ADSAMS A venir 7 au 10 septembre 2009 Corrections du BTM à l APCM 10 septembre 2009 Réunion à l UNPPD pour l Education Nationale 10 au 12 septembre e Congrès de la Société française de Stomatologie et Chirurgie Maxillo-Faciale à Nancy 11 septembre 2009 Démonstration dans les locaux d Henry Schein à Tours pour les adhérents de la région Centre 12 septembre 2009 Visite de l usine Ultima à Saumur pour la région Centre 17 septembre Réunion du Pôle d innovation avec les antennes régionales - Commission des Statuts - Assemblée générale de la SCI 18 septembre Réunion de revue - Bureau national 29 septembre 2009 Réunion à l UNPPD avec l Education Nationale 7 octobre 2009 Réunion à l UNPPD avec l Education Nationale 9 octobre Réunion de revue - Bureau national 4 et 5 novembre 2009 Réunion à l UNPPD avec l Education Nationale 13 novembre Réunion de revue - Bureau national 24 au 28 novembre 2009 ADF - Rêves & réalité 27 novembre 2009 Réunion à l UNPPD avec l Education Nationale En au 6 février 2010 Nouvelle édition du Dental Forum au Parc Floral de Paris (Vincennes) 11 au 13 mars 2010 Expodental à Madrid L adhérent UNPPD L encart réservé aux adhérents Etre informé Autour de la profession L auto-entrepreneur : ce qui change Etre vu Affaires sociales La rupture conventionnelle du contrat de travail : un divorce express? - FIDUCIAL Qui est concerné? Entretien, convention, homologation : les 3 points les plus délicats de la procédure Un régime pour chaque type de rupture Les 5 étapes de la rupture conventionnelle Protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel Maintien de la couverture santé et prévoyance pour les chômeurs Le titre emploi service entreprise (Tese) Qui est concerné? Quels avantages? Comment adhérer? Contrat de professionnalisation : prime exceptionnelle à l embauche 6

7 Regard sur la profession Contribution obligatoire pour le financement du dialogue social dans l artisanat : relance Relance L accord multiprofessionnel du 24 avril 2003, étendu par arrêté du 24 octobre 2008 (JO du 6 novembre 2008) instaure la mise en place d une contribution obligatoire de toutes les entreprises de l artisanat à hauteur de 0,15% de la masse salariale. Dans la mesure où le dialogue social ne peut être développé au sein même des entreprises artisanales, l objectif de cette contribution consiste à : soutenir les branches professionnelles de l artisanat dans leurs missions de négociation sociale et de service aux entreprises, favoriser la participation des artisans à la gestion des organismes paritaires et sociaux. Les entreprises ne s étant pas acquittées de cette contribution vont recevoir prochainement une relance afin d être en règle au vu de l accord multiprofessionnel. Pensez à conserver un double du bordereau qui pourra être présenté aux autorités compétentes en cas de contrôle. 7

8 Regard sur la profession Enquête : Identification Avis d identification Dans le cadre d'une enquête judiciaire, la Gendarmerie Nationale nous transmet une demande de diffusion d'un odontogramme afin d'identifier un cadavre par le biais des prothèses dentaires. Après avoir procédé à des investigations au niveau régional auprès des chirurgiens-dentistes et prothésistes dentaires, elle souhaite l'étendre au niveau national par le biais de RFPD Actualités. Voici quelques photographies, schémas, descriptifs et annotations concernant le sujet. Le 1er mai 2006, un crâne a été découvert sur la commune de St-Ambroix (30). Il provient d'un sujet de sexe masculin, de race blanche, âgé d'environ 50 ans. La datation de la mort est impossible, mais l'ancienneté de l'ossement serait inférieure à dix ans. L'odonthogramme laisse apparaître de nombreux soins, de provenance et de qualité diverses et suppose le port de prothèses amovibles. 1 Hémi-arcade supérieure droite 11 = Incisive centrale 12 = Incisive latérale 13 = Canine 14 = 1 ère prémolaire 15 = 2 e prémolaire 16 = 1 ère molaire 17 = 2 e molaire 18 = 3 e molaire Hémi-arcade supérieure gauche 21 = Incisive centrale 22 = Incisive latérale 23 = Canine 24 = 1 ère prémolaire 25 = 2 e prémolaire 26 = 1 ère molaire 27 = 2 e molaire 28 = 3 e molaire 8

9 Photographie n 1 Vue générale du maxillaire Dent n 11 : absente ante-mortem Dent n 12 : absente ante-mortem Dent n 13 : coiffe Richmond à incrustation vestibulaire avec traitement canalaire et lésion au collet Dent n 14 : absente ante-mortem Dent n 15 : absente ante-mortem Dent n 16 : amalgame occluso-disto-palatin avec traitement canalaire Dent n 17 : absente ante-mortem Dent n 18 : absente ante-mortem Dent n 21 : absente ante-mortem Dent n 22 : absente ante-mortem Dent n 23 : coiffe céramo-métallique avec traitement canalaire Dent n 24 : absente ante-mortem Dent n 25 : amalgame mésio-occluso-distal avec traitement canalaire et lésion au collet Dent n 26 : absente ante-mortem Dent n 27 : absente ante-mortem Odontogramme 2 Hémi-arcade supérieure droite 48 = 3 e molaire 47 = 2 e molaire 46 = 1 ère molaire 45 = 2 e prémolaire 44 = 1 ère prémolaire 43 = Canine 42 = Incisive latérale 41 = Incisive centrale Hémi-arcade supérieure gauche 38 = 3 e molaire 37 = 2 e molaire 36 = 1 ère molaire 35 = 2 e prémolaire 34 = 1 ère prémolaire 33 = Canine 32 = Incisive latérale 31 = Incisive centrale Photographie n 2 Vue générale de la mandibule Dent n 31 : absente ante-mortem Dent n 32 : absente ante-mortem Dent n 33 : coiffe céramo-métallique avec traitement canalaire Dent n 34 : lésion au collet Dent n 35 : absente ante-mortem Dent n 36 : absente ante-mortem Dent n 37 : préparation coronaire, amalgame important, screwpost et traitement canalaire Dent n 38 : absente ante-mortem Dent n 41 : absente ante-mortem Dent n 42 : coiffe céramo-métallique avec traitement canalaire soudée à la 43 Dent n 43 : coiffe céramo-métallique avec traitement canalaire soudée à la 42 Dent n 44 : coiffe Richmond à incrustation vestibulaire avec traitement canalaire Dent n 45 : matériau d obturation provisoire, traitement canalaire incomplet et lésion au collet Dent n 46 : absente ante-mortem Dent n 47 : préparation coronaire, amalgame important, screw-post et traitement canalaire Dent n 48 : absente ante-mortem 9

10 Regard sur la profession Enquête : Identification Photographie n 3 Vue mésiale de la coiffe Richmond à incrustation vestibulaire située sur la dent n 13. Photographie n 4 Vue mésiale de la coiffe céramométallique située sur la dent n 23. Photographie n 6 Vue vestibulaire des coiffes soudées céramo-métallique situées sur les dents n 42 et 43. Photographie n 5 Vue mésiale de la coiffe Richmond à incrustation vestibulaire située sur la dent n 44. Photographie n 7 Vue mésiale de la coiffe céramométallique située sur la dent n

11 Odontogramme Photographie n 8 Odontogramme possible du sujet, intégrant une prothèse partielle amovible maxillaire de 10 dents, une prothèse partielle amovible mandibulaire de 6 dents et des coiffes métalliques sur les dents n 37 et 47. Tous renseignements susceptibles de permettre l'identification du sujet est à transmettre à : MDL/C Michel BRUN Brigade de Recherches - Gendarmerie Nationale 02 avenue du Commandant Viala Alès

12 Regard sur la profession Mesures jeunes actifs Besoin de recruter? Avez-vous pensé au contrat d apprentissage? Rémunération de l apprenti CAP Le salaire minimum légal de l apprenti est fixé en fonction de l âge de l apprenti et de l ancienneté du contrat. Il varie entre 25% et 78% du Smic. L apprentissage s adresse aux jeunes de 16 à 26 ans qui souhaitent se diplômer tout en acquérant de l expérience professionnelle. Ancienneté du contrat Age de l apprenti < 18 ans de 18 à 21 ans > 21 ans 1 ère année 25 % du Smic 41 % du Smic 53 % du Smic 2 e année 37 % du Smic 49 % du Smic 61 % du Smic 3 e année 53 % du Smic 65 % du Smic 78 % du Smic Mesures jeunes actifs Pour vous permettre de recruter plus facilement, le Gouvernement met en place des mesures exceptionnelles et immédiates. Profitez d une aide significative à l embauche et ouvrez les portes de votre entreprise à un jeune! Avantages pour l employeur Absence de prise en compte dans l'effectif de l'entreprise Les apprentis ne sont pas compris dans le calcul de l'effectif du personnel de l'entreprise (sauf en ce qui concerne la tarification des accidents du travail et des maladies professionnelles). Prime de euros pour les employeurs de moins de 50 salariés Dans le cadre du plan d'urgence pour l'emploi des jeunes, une aide est accordée aux employeurs qui recrutent des apprentis supplémentaires entre le 24 avril 2009 et le 30 juin Elle est versée en deux fois, un tiers à l'issue des 3 premiers mois du contrat et les deux autres tiers à l'issue du 6 e mois du contrat. La demande d'aide est déposée auprès de Pôle emploi à l'issue des deux mois suivants l'embauche. «POUR VOUS, c est la possibilité de former un nouvel apprenti et de répondre à vos besoins de recrutement, POUR EUX, c est l opportunité d apprendre un premier métier.» 12

13 Recrutement Prime à l'embauche pour les employeurs de 11 salariés et plus Dans le cadre du plan d'urgence pour l'emploi des jeunes, une aide spécifique est accordée pour les embauches d'apprentis réalisées entre le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010 par les entreprises de 11 salariés et plus. La durée du contrat d'apprentissage doit être supérieure à deux mois. L'aide est versée sur une durée de 12 mois. Son montant correspond au SMIC horaire applicable au 1 er janvier de l'année en cours x 151,67 x (pourcentage du Smic applicable suivant l'âge de l'apprenti et l'ancienneté du contrat - 0,11) x 0,14. Dans les départements d'outre-mer, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, le montant de l'aide correspond au SMIC horaire applicable au 1 er janvier de l'année en cours x 151,67 x (pourcentage du Smic applicable suivant l'âge de l'apprenti et l'ancienneté du contrat - 0,20) x 0,14. La demande est à adresser au Pôle Emploi. Exonération de charges sociales exonération totale (part patronale et salariale) des charges sociales, sauf : cotisation sociale patronale d'accidents du travail et des maladies professionnelles, cotisation supplémentaire accidents du travail et cotisation supplémentaire de retraite complémentaire (c'est-à-dire dépassant le taux minimum obligatoire). Aide forfaitaire L'employeur peut également recevoir de la région dans laquelle est situé l'établissement du lieu de travail, une indemnité compensatrice forfaitaire. Pour plus d informations :

14 Regard sur la profession Enquête de branche Effectifs employés - les salariés (suite) Suite de l enquête de branche de novembre 2008 commanditée par l UNPPD. Structure des effectifs salariés Selon la durée du travail Les salariés à temps plein restent très majoritaires au sein des entreprises de la profession : ils représentent plus de huit salariés présents en fin d année sur dix. Toutefois, l année 2007 a été marquée par un renforcement du recours au temps partiel, puisque le poids de ce type de contrat est passé de 15 % en 2006 à 18 % un an après. Comme cela avait été remarqué les années précédentes, les temps partiels s avèrent un peu plus présents au sein des petites structures (21 %) que chez leurs consoeurs de plus grande taille (14 %). Bien que la part des hommes à temps partiel augmente en 2007 (10 % contre 6 % en 2006), elle reste nettement plus limitée que pour les femmes (26 %). La durée moyenne des temps partiels continue à se réduire en 2007 et avoisine 19h30, soit 2 heures de moins qu en 2006 et 3 heures de moins qu en Répartition des salariés selon la durée du travail Evolution de la répartition des salariés selon la durée du travail % de salariés 7 100% 18% 17% 15% 16% 15% 18% 80% 60% 40% 83% 85% 84% 85% 82% 82% 20% 9 Temps plein : salariés Temps partiel : salariés 0% Temps plein Temps partiel 0 14

15 % de salariés Détail de la répartition en 2007 Selon la taille des entreprises % de salariés Selon le sexe des salariés 6 e partie 100% 80% 21% T 19% 14% 18% 100% 80% 10% 26% 18% 60% 60% 40% 79% 81% 86% 82% 40% 90% 74% 82% 20% 20% 0% 1 à 3 salariés 4 à 6 salariés 7 salariés et plus Ensemble 0 0% Hommes Femmes Ensemble 0 T Temps plein Temps partiel T Temps plein Temps partiel Durée moyenne hebdomadaire des temps partiels : 19h30 24 Nombre d heures Evolution de la durée moyenne hebdomadaire des temps partiels h30 22h45 22h30 21h45 19h Détail de la durée des temps partiels selon la taille des entreprises 1 à 3 salariés 4 à 6 salariés 7 salariés et plus Ensemble Durée moyenne hebdomadaire des temps partiels 21h00 18h00 19h30 19h30 15

16 Regard sur la profession Enquête de branche Selon la nature des contrats de travail Déjà très courant en fin d année 2006, le nombre de CDI progresse un an après. Au 31 décembre 2007, 90 % des salariés détiennent un tel contrat. La part des CDD présents en fin d année demeure très limitée, s établissant à 3 % (attention : cet indicateur ne prend pas en compte les mouvements de personnel au cours de l année). Comme cela a été souligné en 2006, les autres contrats (notamment les contrats de professionnalisation) ont un taux de présence nettement plus élevé au sein des petites entités (13 %) que chez leurs consoeurs de plus grande taille (4 %). Répartition des salariés selon la nature des contrats de travail 3% < 1% 7% 90% CDI : salariés CDD : 400 salariés CNE : 50 salariés Autres* : salariés * Contrat de professionnalisation, apprentis, stages Evolution de la répartition des salariés selon la nature de leur contrat de travail % de salariés 100% 80% 60% 3% 2% 4% 6% 5% 4% 8% 7% CDI 2% < 1% 6% 6% 5% 3% 3% C CDD CNE Contrats de qualification* Autres** 40% 20% 0% 85% 87% 87% 87% 90% * Le dispositif des contrats de qualification a été supprimé par la Loi du 4 mai 2004 et ces contrats ont pu être conclus jusqu en novembre ** Contrat de professionnalisation, apprentis, stage Détail de la répartition selon la taille des entreprises 1 à 3 salariés 4 à 6 salariés 7 salariés et plus Ensemble CDI 85 % 87 % 94 % 90 % CDD 2 % 5 % 2 % 3 % CNE < 1 % < 1 % < 1 % < 1 % Autres* 13 % 8 % 4 % 7 % Ensemble 100 % 100 % 100 % 100 % 16

17 < Détail de la répartition selon le sexe des salariés Hommes Femmes Ensemble 1 6 e partie CDI 90 % 91 % 90 % CDD 2 % 4 % 3 % CNE < 1 % < 1 % < 1 % Autres* 8 % 5 % 7 % Ensemble 100 % 100 % 100 % * Contrat de professionnalisation, apprentis, stage Selon les principales catégories professionnelles La réduction du nombre de salariés de la profession enregistrée entre 2006 et 2007 ne concerne que les prothésistes dentaires. Ainsi, le poids de cette catégorie de salariés demeure prépondérant mais tend à se réduire légèrement sur cet intervalle (1 point de moins) pour atteindre 63 % au 31 décembre A contrario, le nombre d employés en prothèses dentaires s accroît sur cette période et représente désormais un cinquième des effectifs. La tendance observée précédemment qui consiste en une diminution progressive des effectifs non salariés se retrouve ici : les chefs de laboratoires salariés progressent en termes de nombre, la profession en réunissant une centaine de plus entre 2006 et Quant aux autres catégories, elles apparaissent stables tant en termes de nombre qu en termes de pourcentage. Le personnel de service et le personnel administratif totalisent toujours respectivement 8 % et 6 % des effectifs présents en fin d année. Répartition des salariés selon les principales catégories professionnelles (y compris les apprentis et les stagiaires) Evolution de la répartition des salariés selon les principales catégories professionnelles % de salariés 20% 100% 6% 80% 60% 15% 6% 6% 9% 4% 17% 6% 7% 9% 4% 20% 6% 7% 9% 3% 19% 6% 6% 8% 3% 20% 6% 6% 8% 3% 8% 40% 66% 64% 61% 64% 63% 3% 63% 20% Prothésistes dentaires : salariés Chefs de laboratoires : 500 salariés Personnel de service (coursiers, femmes de ménage) : salariés Personnel administratif (secrétaires, comptables) : 900 salariés Employés en prothèse dentaire (1 er niveau et spécialisés) : salariés 0% Prothésistes dentaires Chefs de laboratoires Personnel de service Personnel administratif Employés en prothèse dentaire 17

18 Regard sur la profession Enquête de branche prothésistes dentaires salariés dont : 26% 10% 100% 80% 60% 40% Evolution de la répartition des prothésistes dentaires selon leur niveau % de prothésistes dentaires 11% 26% 63% 10% 24% 66% 10% 23% 67% 9% 27% 64% 10% 26% 64% 64% 20% CAP : salariés Qualifiés (BTM ou BP) : salariés Qualifiés agent de maîtrise et hautement qualifiés (BM ou BTMS) : 950 salariés 0% C CAP BTM BM Détail des répartitions selon la taille des entreprises 1 à 3 salariés 4 à 6 salariés 7 salariés et plus Ensemble Personnel de service (coursiers, femmes de ménage) Personnel administratif (secrétaires, comptables) Employés en prothèse dentaires (1 er niveau et spécialisés) 7 % 9 % 8 % 8 % 4 % 7 % 8 % 6 % 20 % 19 % 20 % 20 % Prothésistes dentaires dont : CAP Qualifiés (BTM ou BP) Qualifiés agents de maîtrise ou hautement qualifiés (BM ou BTMS) 66 % 40 % 21 % 5% 63 % 40 % 16 % 7% 60 % 39 % 14 % 7% 63 % 40 % 16 % 7 % Chefs de laboratoire 3 % 2 % 4 % 3 % Ensemble 100 % 100 % 100 % 100 % 18

19 En résumé Les statistiques émanant de notre enquête de branche sont une mine de renseignements qui doivent nous permettre de décider et de mettre en œuvre notre politique professionnelle. S agissant des effectifs des laboratoires, nous devons nous interroger sur ces 20 % de personnels que l on dénomme dans notre convention collective employés en prothèse dentaire. Ce terme, employé, pourrait faire penser à une activité tertiaire, mais ces salariés participent à la fabrication de nos dispositifs en tant que plâtrier, gratteur, etc Ce sont souvent les personnes les plus polyvalentes de nos entreprises. Il est du devoir des professionnels de donner une véritable qualification à ces salariés. Grâce à la formation continue mais aussi par la formation initiale. C est ce qu entreprend la Commission de Formation de l UNPPD en accord avec la Commission Nationale pour l emploi dans sa rénovation de notre filière de formation en prothèse dentaire. Laurent Munerot, Membre du Bureau National de l UNPPD 6 e partie Le Salon des micro-entreprises : toutes les solutions pour créer, gérer et développer votre activité L'événement national des auto-entrepreneurs, indépendants et dirigeants de petites entreprises se déroulera du 6 au 8 octobre 2009 au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot. «Entreprenez comme vous voulez» est le slogan du Salon des micro-entreprises Cette 11 e édition propose une surface d exposition plus importante (+ 30%) pour offrir toujours plus de solutions et de confort à ses visiteurs. Cette année encore, le Salon des micro-entreprises 2009 est placé sous le Haut Patronage du Président de l Assemblée nationale, M. Bernard Accoyer. Pendant 3 jours, les auto-entrepreneurs, indépendants et dirigeants de petites entreprises vont pouvoir : 1. Accélérer leur projet de création Des réponses apportées grâce à un cycle de 200 conférences dédiées et à un espace d exposition réservé et adapté aux besoins des créateurs et des auto-entrepreneurs. 2. Développer leur activité La nouveauté 2009 : l accélérateur de business, un espace de conférences et de rencontres réservé aux dirigeants d entreprise de plus de 3 salariés. 3. Gagner du temps En un seul lieu, les visiteurs du salon comparent et sélectionnent en temps réel les produits et services proposés aux entreprises : logiciel de gestion, téléphonie, informatique, Internet, banques, assurances, mutuelles, portage salarial 4. Se former gratuitement Des conseils et des informations concernant le financement, la communication de leur entreprise, les réseaux, l export Pour plus d informations : 19

20 L aide aux entreprises en difficulté Lu pour vous 20

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3254 Convention collective nationale IDCC : 993. PROTHÉSISTES DENTAIRES ET PERSONNELS DES LABORATOIRES DE

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

1 Portage Salarial p 3. 2 Procédure p 4. 3 Contrat de travail p 5. 4 Complémentaire santé individuelle p 5. 5 Frais professionnels p 5.

1 Portage Salarial p 3. 2 Procédure p 4. 3 Contrat de travail p 5. 4 Complémentaire santé individuelle p 5. 5 Frais professionnels p 5. 1 Portage Salarial p 3 2 Procédure p 4 3 Contrat de travail p 5 4 Complémentaire santé individuelle p 5 5 Frais professionnels p 5 6 Extranet p 6 7 Responsabilité civile professionnelle p 6 8 Garantie

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Fiche technique : Le Contrat d'apprentissage pour les personnes handicapées dans le secteur privé en Limousin

Fiche technique : Le Contrat d'apprentissage pour les personnes handicapées dans le secteur privé en Limousin Fiche technique : Le Contrat d'apprentissage pour les personnes handicapées dans le secteur privé en Limousin Il permet aux personnes handicapées d'acquérir une qualification professionnelle sanctionnée

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Direction des garanties publiques ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Sont garanties en assurance prospection les dépenses nouvelles, non récurrentes, par opposition aux dépenses engagées régulièrement

Plus en détail

«Bijoux de Création»

«Bijoux de Création» «Bijoux de Création» EXPOSITION VENTE à BESANCON (25) - Cour du Musée du Temps (Palais Granvelle) les 28 et 29 mai 2016 Madame, Monsieur, Amis(es) bijoutiers - joailliers, créateurs, «METIERS D ART EN

Plus en détail

immobilier Les garanties de vente optimisée Notre philosophie w w w. g c i - p o r t a g e. c o m LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER

immobilier Les garanties de vente optimisée Notre philosophie w w w. g c i - p o r t a g e. c o m LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER Les garanties LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER SARL GCI, Société à Responsabilité Limitée au capital de 8000,00 Euros dont le siège est situé à Z.I. Saint Maurice, 04100 Manosque, inscrite au

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Financer sa formation professionnelle : Mode d emploi

Financer sa formation professionnelle : Mode d emploi Financer sa formation professionnelle : Mode d emploi Je suis travailleur non salarié Je suis salarié Je suis en recherche d emploi Je souhaite devenir entrepreneur 1 Travailleur non salarié Vous être

Plus en détail

INGENIERIE ET PORTAGE SALARIAL

INGENIERIE ET PORTAGE SALARIAL INGENIERIE ET PORTAGE SALARIAL 28, rue de la Croix Rouge 87000 LIMOGES Tél. : 05-55-05-95-06 Fax : 05-55-77-60-24 contact@portage-ascom.fr www.portage-ascom.fr AS'COM est une société de portage salarial.

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES?

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? En tant qu apprenti je bénéficie des mêmes droits et obligations que les autres salariés de l entreprise? Vrai. Du fait que vous soyez «salarié», vous devez vous

Plus en détail

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business?

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? présente Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? Vous avez créé récemment votre start-up et vous cherchez des soutiens pour accélérer votre croissance? Vous

Plus en détail

Chefs d Entreprises de PME-PMI vous souhaitez recruter. La solution le Brevet de Technicien Supérieur AG PME-PMI

Chefs d Entreprises de PME-PMI vous souhaitez recruter. La solution le Brevet de Technicien Supérieur AG PME-PMI Vos contacts : Chefs d Entreprises de PME-PMI vous souhaitez recruter Un(e) collaborateur(trice) pour le former au métier d assistant(e) de gestion La solution le Brevet de Technicien Supérieur AG PME-PMI

Plus en détail

Animations : Intermèdes musicaux, etc (programme en cours d élaboration et susceptible d évoluer)

Animations : Intermèdes musicaux, etc (programme en cours d élaboration et susceptible d évoluer) Besançon, le 14 janvier 2014 «Bijoux de Création» EXPOSITION VENTE à BESANCON (25) Cour du Palais Granvelle (actuel Musée du Temps) 24 et 25 mai 2014 Madame, Monsieur, Amis(es) bijoutiers - joailliers,

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent.

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent. ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société «AD Missions», SAS au capital de 150.000 Euros, RCS Paris 412 383 234 dont le siège social est situé 20 rue Brunel 75017 PARIS, représentée par Monsieur Sylvestre BLAVET,

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR. Notre mission : vous apprendre un métier

APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR. Notre mission : vous apprendre un métier PPR P APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR Notre mission : vous apprendre un métier Le Centre de Formation des Apprentis Régional de la Chambre de

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Le rendez-vous incontournable de tous les producteurs, les porteurs de projets, les acheteurs et les professionnels de la filière hydroélectrique

Le rendez-vous incontournable de tous les producteurs, les porteurs de projets, les acheteurs et les professionnels de la filière hydroélectrique Le rendez-vous incontournable de tous les producteurs, les porteurs de projets, les acheteurs et les professionnels de la filière hydroélectrique Contact France Hydro Electricité 66 rue la Boétie, 75008

Plus en détail

En 2016, l apprentissage dans le Secteur marchand

En 2016, l apprentissage dans le Secteur marchand En 2016, l apprentissage dans le Secteur marchand 1 L apprentissage est une des réponses aux objectifs de compétitivité des entreprises françaises. Dans le contexte économique actuel, il est un enjeu de

Plus en détail

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE 21/10/2014 Unité territoriale de Paris 21/10/2014 2 Qu est ce que le pacte de responsabilité et de solidarité? Un engagement réciproque de l Etat et des partenaires

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Une organisation performante est la première clé de votre réussite.

Une organisation performante est la première clé de votre réussite. PACK COMPTABILITE 10 jours de collectif Vous êtes créateur d entreprise, ou vous voulez tout simplement gagner du temps et diminuer vos frais de comptabilité actuels? Une organisation performante est la

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ CONVENTION DE STAGE SALARIÉ AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise Guide de l apprenti 2015 L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise UN CONTRAT DE TRAVAIL «Un contrat d apprentissage est un contrat de travail» «L

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Bilan Social données 2010

Bilan Social données 2010 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité Bilan Social données 2010 Le Bilan Social permet à l OEMM de donner une description précise du champ de la Mutualité. L ensemble des organismes appliquant

Plus en détail

Guide des contrats de professionnalisation

Guide des contrats de professionnalisation Guide des contrats de professionnalisation Maj 24/08/2015 OPCABAIA 14 18 rue Ballu 75009 PARIS www.opcabaia.fr Fiche pratique Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ CONVENTION DE STAGE SALARIÉ AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR Information Rappel : Cette newsletter a pour objectif d attirer votre attention sur des points d actualité, des nouvelles dispositions légales et des lacunes éventuelles dans votre exploitation sur lesquelles

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA QUESTIONS REPONSES Obligation d adhérer à Humanis? Une adhérente souhaite conserver sa mutuelle. Sa mutuelle hésite car pour lui proposer les mêmes garanties précisées dans l'accord de branche, cela coûte

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COMMERCES DE GROS RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE des salariés non cadres MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR LE RÉGIME DE PRÉVOYANCE DE VOS SALARIÉS NON CADRES*

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Service Apprentissage

Service Apprentissage LES DEMARCHES A ACCOMPLIR POUR CONCLURE UN CONTRAT D APPRENTISSAGE Établir sous 48 h la déclaration unique à l embauche auprès de l Urssaf (www.due.urssaf.fr ou www.net-entreprises.fr) Prendre rendez-vous

Plus en détail

Dossier Présentation. un évènement organisé par le réseau Drôles d EntrepreneurEs

Dossier Présentation. un évènement organisé par le réseau Drôles d EntrepreneurEs Dossier Présentation un évènement organisé par le réseau Drôles d EntrepreneurEs Made in Local Le savoir faire et les produits des territoires aquitains seront au coeur de cette 4ème édition du forum de

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches?

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Le Syndicat National de la Banque et du crédit en partenariat avec le des acquis Vdealidation l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Sommaire Sommaire Qu est-ce que la VAE? Qu est-ce que

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Dossier de Parrainage

Dossier de Parrainage Dossier de Parrainage Professionnel! Vous rêvez d être autonome sans les risques de l indépendant? Optez dès à présent pour le portage salarial Qu est-ce que le portage salarial? Le portage salarial Les

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

page 3 page 4 Eléments de contexte Le contrat d apprentissage page 5 L exécution du contrat d apprentissage

page 3 page 4 Eléments de contexte Le contrat d apprentissage page 5 L exécution du contrat d apprentissage Dossier de presse Signature des contrats d apprentissage de l éducation nationale Vendredi 16 octobre 2015 Sommaire Eléments de contexte Le contrat d apprentissage L apprenti La rémunération de l apprenti

Plus en détail

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières EXPERTS-COMPTABLES La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

BILAN de la Journée Thématique BANQUE & ASSURANCE - 2011 La Cité des Métiers de Marseille et de Provence-Alpes-Côte d Azur Page 1/27

BILAN de la Journée Thématique BANQUE & ASSURANCE - 2011 La Cité des Métiers de Marseille et de Provence-Alpes-Côte d Azur Page 1/27 Page 1/27 Sommaire I- Rappel du contexte p 3 II- Objectifs de cette journée p 3 III- Actions mises en place p 3 a) La Cité des Métiers p 3 b) Le Pôle emploi p 4 c) La Fédération Bancaire Française p 4

Plus en détail

Les aides pour la création et reprise d entreprise

Les aides pour la création et reprise d entreprise Les aides pour la création et reprise d entreprise Pour créer sa boite, mieux vaut être accompagné Pourquoi SE FAIRE ACCOMPAGNER lors du lancement? Pour gagner du temps en ayant accès à des informations

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009 Année de référence 2009 L Observatoire L Observatoire est un outil de la CNET qui permet aux chefs d entreprise de : Avoir une vision claire et précise du marché; Comparer quelques éléments clé de leur

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif * Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT 6ème Édition 20 & 21 octobre 2011 Bordeaux Palais de la Bourse Relations avec les partenaires Nathalie Coiquaud / Frédérique Roux Tel : 05 57 19 19 57 - mail : infos@empreintes.com

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D INSCRIPTION

DOSSIER UNIQUE D INSCRIPTION Commune d Ornex République Française Département de l Ain DOSSIER UNIQUE D INSCRIPTION Service scolaire / périscolaire / extrascolaire Valable pour l année scolaire 2015/2016 1 Informations destinées à

Plus en détail

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Guide pratique À l attention des salariés Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Vous êtes salariés du secteur privé, toutes les réponses à vos questions sur la mise en place de la complémentaire

Plus en détail

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 «Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 Enquête Réalisée par Nouveaux Armateurs 24 rue Sénac de Meilhan 17000 La Rochelle Page 1 IDENTIFICATION

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

3e année du contrat. Le contrat d apprentissage est sans limite d âge pour les travailleurs handicapés.

3e année du contrat. Le contrat d apprentissage est sans limite d âge pour les travailleurs handicapés. de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du contrat

Plus en détail

DOCUMENTS DE PARTICIPATION EXPOSANTS

DOCUMENTS DE PARTICIPATION EXPOSANTS DOCUMENTS DE PARTICIPATION EXPOSANTS Le rendez-vous incontournable de tous les producteurs, les acheteurs et les professionnels de la filière hydroélectrique France Hydro Electricité, syndicat professionnel

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Paris le 15 avril 2008 AGIR MAGAZINE fêtera son deuxième anniversaire en juillet 2008. Il est né de la volonté d améliorer la

Plus en détail

Suivre une formation, signer un contrat, être accompagné(e)...

Suivre une formation, signer un contrat, être accompagné(e)... 2012 2013 Être apprenti(e) en Nord-Pas de Calais Suivre une formation, signer un contrat, être accompagné(e)... RÉGION NORD-PAS DE CALAIS www.apprentissage.nordpasdecalais.fr L apprentissage ne concerne

Plus en détail

Adhérez et déclarez vos salariés. sur www.cea.urssaf.fr. Mode d emploi

Adhérez et déclarez vos salariés. sur www.cea.urssaf.fr. Mode d emploi Adhérez et déclarez vos salariés sur www.cea.urssaf.fr @ Mode d emploi Sommaire Page d accueil 3 Accès à la demande d adhésion 3 Création adhésion 4 Association employeur 4 Autorisation de prélèvement

Plus en détail

L adhésion à la mutuelle d établissement sera-t-elle obligatoire? Pour qui (agent seul ou famille)?

L adhésion à la mutuelle d établissement sera-t-elle obligatoire? Pour qui (agent seul ou famille)? MUTACMA LA MUTUELLE DES AGENTS DE L'ANPE : Questions / Réponses Nos réponses n ont aucun caractère contractuel L adhésion à la mutuelle d établissement sera-t-elle obligatoire? Pour qui (agent seul ou

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi)

CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi) Financement de poste CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi) DÉFINITION ET OBJECTIFS Le Contrat Unique d'insertion est décliné en CUI-CIE pour le secteur marchand ou

Plus en détail