RAPPORT DE GESTION 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE GESTION 2012"

Transcription

1 RAPPORT DE GESTION 2012 AXENTIA - Rapport de Gestion

2 L année 2012 enregistre plusieurs faits marquants dans l activité et le développement d Axentia. Un volume d ordres de service de lits neufs record avec 585 unités, consacrant le lancement de son 3 000ème lit ; Une progression forte de son chiffre d affaires de 34% ; La confirmation et le renforcement du partenariat avec des acteurs gestionnaires majeurs, notamment la Croix Rouge Française ; L intégration de l ancienne activité «CARPI» par les équipes du siège après la fermeture de l établissement secondaire de Douai ; Un autofinancement positif durable qui a notamment conduit Axentia à sortir du périmètre de surveillance du CAP (Comité de Surveillance et d Autocontrôle de la Fédération des ESH) ; Axentia est donc prête à prendre toute sa part dans les actions à conduire pour relever les défis collectifs de la dépendance et contribuer à apporter des solutions d hébergement aux personnes âgées en perte d autonomie et aux personnes en situation de handicap. Jérôme LACAILLE Président d Axentia AXENTIA - Rapport de Gestion

3 Sommaire 1 LE CONSEIL D ADMINISTRATION 4 2 ACTION DU RÉSEAU HABITAT EN RÉGION 5 3 LE CONTEXTE DES ACTIVITÉS 7 4 LE PORTAGE IMMOBILIER 12 5 LA GESTION DE L ANCIENNE ACTIVITÉ 23 6 LA VIE SOCIALE DE L ENTREPRISE 27 7 RÉSULTATS FINANCIERS DE L EXERCICE LA GESTION DES RISQUES 38 9 LES MANDATS 41 AXENTIA - Rapport de Gestion

4 1 LE CONSEIL D ADMINISTRATION PRESIDENT M. Jérôme LACAILLE, Membre du Directoire Caisse d Epargne Bourgogne Franche Comté ADMINISTRATEURS SIA HABITAT représentée par son président M. Christophe CAPPE LOGIREM représentée par son président M. Jean-Marc PINET HABITAT EN RÉGION SERVICES représentée par M. Daniel ORIOL, Caisse d Epargne d Ile de France représentée M. Jacques BRIANCEAU Communauté d Agglomération Amiens Métropole représentée Mme Isabelle GRAUX Mme Marion DESSAUX Mme Nathalie TARALL M. Patrice GUEGUEN M. Patrick LACHMANN M. Cédric MIGNON M. Jean-Claude PASSIER DIRECTEUR GENERAL M. Patrick ROPERT, Directeur général COMMISSAIRE AUX COMPTES MAZARS, représenté par M. Julien MARIN-PACHE AXENTIA - Rapport de Gestion

5 2 ACTION DU RÉSEAU HABITAT EN RÉGION LA FORCE DU COLLECTIF La crise que nous traversons depuis 2008 a ébranlé toutes nos certitudes. Elle modifie notre vision du monde, remet en cause notre modèle économique, menace notre cohésion sociale. Elle nous oblige et peut-être est-ce son unique vertu à repenser notre mode de fonctionnement dans un monde en perpétuelle mutation. Si nul ne peut prédire l avenir, nous pouvons du moins donner à nos entreprises les moyens de s y préparer. Face aux évolutions en cours et à venir, deux mots d ordre s imposent : l innovation et le partage. Ces deux impératifs, dont dépend notre capacité à nous adapter au changement et à surmonter les difficultés, sont au coeur du projet Habitat en Région. Initié voici deux ans, Habitat en Région a connu, en 2012, sa première année de travail collectif. Des débuts très prometteurs si l on en juge par la forte mobilisation des entreprises du réseau dans les groupes de travail métier, comme au sein des communautés thématiques finance, juridique ou communication. L enthousiasme était au rendez-vous cette année et tous les participants, animés par la volonté de promouvoir le savoir-faire de leur entreprise, ont apporté leur pierre à la réussite d un projet collectif plus large. La richesse des débats et des échanges prouve le dynamisme de notre réseau, qui se veut avant tout un vivier d idées et de talents au service de ses sociétés membres. En témoignent le passage de Bernard Ranvier de la SIA à ERILIA, le transfert de Christophe Cappe de LOGIREM vers la SIA ou encore la participation de Luc Pontiggia, directeur financier d Axentia à un parcours dirigeant du groupe BPCE. AXENTIA - Rapport de Gestion

6 Désormais sur les rails, le réseau doit maintenant s étendre et se densifier. Notons l arrivée dans de 3 nouveaux adhérents cette année : Le Foyer Normand (Calvados, 1200 logements), l Immobilière du Moulin Vert (IDF, 6200 logements), Habitat Guyanais (ESH créée en juin). Habitat en Région a démontré qu un travail collectif et une véritable appropriation des travaux par ses adhérents sont possibles. L étude nationale sur la réalité de la demande de logement, lancée en 2012, en est une illustration exemplaire. Loin de penser que nous sommes seuls détenteurs du savoir dans notre domaine de compétences, nous avons mené ce travail d analyse en partenariat avec l Institut de l Épargne Immobilière et Foncière, qui collecte depuis de nombreuses années des données macroéconomiques sur l immobilier et sur les évolutions de la population, des prix, des loyers et des coûts du logement. Cette collaboration a renforcé notre conviction que c est par la mutualisation des connaissances et des bonnes pratiques que nous serons le mieux à même derépondre aux attentes des citoyens, des collectivités et des pouvoirs publics. Aussi cette étude n est-elle que la première étape d une démarche plus globale. Dès 2013, nous confronterons les résultats de cette étude avec les données recensées dans nos organismes. Nous disposerons alors d une vision précise des carences du parc existant par rapport aux besoins des territoires et de leurs habitants et serons mieux armés pour agir. En jouant un rôle de vigie face aux évolutions de la société et des besoins en matière de logement, le réseau remplit ainsi pleinement sa fonction : celle d un laboratoire où se construit, collectivement, le logement social de demain. D autres chantiers se poursuivront en 2013, tels le développement d outils RSE communs, les travaux du club communautaire ressources humaines ou encore la mise en oeuvre de notre stratégie de communication pour déployer notre identité. Habitat en Région compte sur l implication de tous pour donner corps à notre ambition commune : faire grandir l habitat social et ses métiers. LES CHIFFRES CLES D HABITAT EN REGION 18 Entreprises sociales pour l habitat 1 Entreprise publique locale 7 Sociétés coopératives d hlm logements sociaux ou équivalents collaborateurs personnes logées logements neufs livrés à fin logements mis en chantier à fin 2011 AXENTIA - Rapport de Gestion

7 3 LE CONTEXTE DES ACTIVITÉS AXENTIA - Rapport de Gestion

8 AXENTIA ET LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE DES ESH I. La Convention d Utilité Sociale foyer-logement Conformément au décret du 4 janvier 2012, le Conseil d Administration a validé le 8 mars 2012 le processus d élaboration et de concertation du projet de CUS avec les 29 départements ou sont implantés les établissements d Axentia. Dans sa séance du 10 mai 2012, le Conseil d Administration a validé ensuite le contenu du projet de CUS à transmettre au Préfet de la région Ile de France. En raison de la spécificité de l activité d Axentia, consacrée exclusivement au secteur médicosocial, le Préfet de région a accepté que les indicateurs de service et de performance de la gestion ne soient pas renseignés. Notre CUS nous a été retournée signée par le Préfet le 24 septembre II. Taxation des organismes d HLM et mutualisation La loi de finances pour 2011 a instauré pour trois ans un prélèvement sur les organismes d HLM d un montant de 245 millions d euros par an. L objectif affiché consiste à prélever une partie de la richesse produite et accumulée par les organismes HLM et les EPL pour la redistribuer au service de la production neuve (aide budgétaire à la pierre) et des quartiers ANRU. Il convient de rappeler qu à l origine, la taxation devait permettre de remonter un produit annuel de 340 millions d euros et qu un lobbying actif des groupes HLM, notamment Habitat En Région, a permis d une part de réduire de près de 100 millions le prélèvement. Par ailleurs, nous avons obtenu la prise en compte de la notion de groupe HLM (c'est-à-dire un groupe de sociétés ayant à la tête un organisme HLM) et la consolidation de la taxation en conséquence au niveau du groupe. Nous avons également obtenu de caper le taux maximal de taxation à hauteur de 8 % de la masse des loyers afin de limiter, en partie, la taxation pour les organismes ayant des capacités financières, mais également de maintenir une véritable politique de développement. C est dans ce contexte qu en 2012 a été mis en œuvre un prélèvement sur le potentiel financier qui devait atteindre un montant annuel de 175 M (consacré au budget de l ANRU et au Développement - Amélioration du parc de logements locatifs sociaux). Pour information la AXENTIA - Rapport de Gestion

9 pondération prévue par le dispositif au sujet du développement a pleinement joué pour Axentia en 2012 qui se trouve exonérée de taxe. La taxe additionnelle, fondée sur l autofinancement vise un prélèvement est de 125 M, ce montant comprenant le surplus de 70 M prévu par la Loi de Finances de 2011 chaque année pendant 3 ans pour le fonds de péréquation. La taxe sur le potentiel financier a finalement été abrogée en 2012 par le nouveau gouvernement, exonérant ainsi les ESH de ce prélèvement dès Cette suppression a été compensée, partiellement par des recettes nouvelles issues de la taxation sur les plus-values. Il reste néanmoins à l étude un projet de mutualisation des ressources des organismes Hlm. Le mécanisme de mutualisation qui est imaginé devra être simple et les retours pour les organismes totalement lisible. La proposition consiste à se fonder sur un mode de calcul tel que la première cotisation à la Cglls et d affecter ce produit ainsi que les excédents de la Cglls à un fonds de mutualisation pour le développement du logement social. Les études sont en cours. III. Majoration programmée du taux de TVA réduit de 7% à 10% Rappelons que les taux de TVA Français changeront en Janvier Le taux Normal de TVA passera de 19.6% à 20%. Le taux réduit de 7% passera à 10%. Le taux super réduit de 5.5% passera à 5%. Ces variations de TVA devraient rapporter plus de 10 milliards d euros à l Etat. Cette manne financière, destinée à alléger le cout du travail et à abaisser les charges sociales des entreprises, risque d avoir un effet très nagétif sur les efforts de construction et de réorganisation des organismes HLM. D autant que ce taux réduit est déjà passé en 2012 de 5.50% à 7%, majorant ainsi le prix de revient des établissements livrés et donc le prix de journée des occupants. L Union Sociale pour l Habitat se mobilise donc fortement contre la hausse annoncée du taux de TVA réduit (Livraison à soi-même) de 7% à 10%, mais l issue reste incertaine à ce jour. AXENTIA - Rapport de Gestion

10 AXENTIA ET LE CONTEXTE MEDICO-SOCIAL Un chiffre s impose à tous : en 2035, un tiers des français aura plus de 65 ans. Le vieillissement de notre population et par conséquent sa dépendance ou sa perte d autonomie, son accompagnement jusqu en fin de vie, son hébergement médicalisé entrainent des problématiques dont l importance s accroit avec le temps. La création de nouvelles places entre 2007 et 2010 par le plan solidarité grand âge et le renforcement de la politique de maintien à domicile ont contribué à répondre partiellement à ces problématiques mais la loi sur le 5 ème risque qui devait faire l objet d un grand débat national en 2010, puis en 2011, n a jamais été engagé. De en 2002, le nombre de personnes âgées dépendantes s élève aujourd hui à et devrait atteindre selon le rapport Marini au Sénat, le chiffre de personnes en Le nouveau Président de la République a annoncé le 25 janvier 2013 «que la réforme de la dépendance des personnes âgées sera prête d ici la fin de l année, il y aura une grande concertation avec les associations et nous trouverons à ce moment là, les conditions pour la financer». Indépendamment du respect de ce calendrier, l état de nos finances publiques et des autres éventuelles ressources à mobilier, laissent à penser que ce financement ne pourra être que progressif et sur le long terme. A court et moyen terme, Axentia est par ailleurs confrontée à diverses problématiques et évolutions : > L âge de la population et son niveau de dépendance s accroit alors que la création de places neuves supplémentaires stagne, faute d appel à projet pour les lancer. > Les prix de journée sur la partie immobilière sont aujourd hui déclarés trop élevés par les différentes autorités, et sont pour la grande majorité pratiquement bloqués pour ceux qui relèvent de l habilitation à l aide sociale alors que les normes techniques (RT 2012 ) ou règlementaires (accessibilité ), sont de plus en plus contraignantes et renchérissent les coûts de construction. > Les prix de journée doivent baisser pour tenir compte du niveau moyen des retraites, notamment des femmes seules (800 /mois en moyenne) alors que beaucoup de financeurs refusent le bénéfice d un prêt PLUS pourtant adapté et moins cher que le PLS et qu un nombre croissant de collectivités refusent d accorder leur garantie, ce qui majore les prix de revient de 2%. AXENTIA - Rapport de Gestion

11 Les évolutions à prendre en compte sont également nombreuses et s accélèrent : > Evolution des acteurs privés vers le segment non-lucratif (EHPAD moins cher avec Korian Essentiel, reprise d association, coopération et partage de coût, demande de portage à des bailleurs sociaux, habilitation partielle à l aide sociale pour répondre aux appels à projets...) > Evolution des acteurs associatifs (vers le concurrentiel avec la déshabilitation partielle de l aide sociale), rapprochement en réseau, mutualisation et fusion, cession d établissement par des congrégations religieuses. > Evolution des besoins du secteur public (nouveau positionnement sur le marché tel EPA 91 / SPH, besoins très importants de reconstruction des bâtiments obsolètes). Enfin, les établissements évoluent également : > L accroissement de la dépendance augmente leur médicalisation et complexifie les conditions de travail du personnel. > L accueil des personnes avec des pathologies différentes conduit à concevoir les nouveaux EHPAD comme un pôle multi-services ou plateforme de santé avec la création d unité Alzheimer, de PASA, d UHR, d accueil de jour, d accueil temporaire > Leur amortissement financier s allonge, jusqu à 40 voire 50 ans alors que leur obsolescence technique et surtout fonctionnelle s accélère. Axentia, spécialisée aujourd hui dans le secteur médico-social et reconnue comme telle par ses partenaires de plus en plus nombreux trouve, dans les réponses complexes à apporter à ses problématiques, toute la justification de son positionnement et de son expertise. AXENTIA - Rapport de Gestion

12 4 LE PORTAGE IMMOBILIER AXENTIA - Rapport de Gestion

13 L ACTIVITE 2012 EN CHIFFRES Avec une augmentation de son patrimoine de 369 lits, 2012 constitue, pour Axentia, l année la plus forte en volume de croissance. Son patrimoine s établit ainsi à unités (2691 lits et 50 logements) et le lancement de son ème lit est intervenu en octobre sur la ville de Courcouronnes (91). Le volume des ordres de service marque également une croissance très significative avec 585 nouveaux lits lancés soit un doublement par rapport à la moyenne des années précédentes. Evolution du patrimoine géré Axentia ( ) Evolution du nombre de lits lancés et livrés ( ) dont Acquisition Patrimoine OS Livraisons Evolution des indicateurs financiers Axentia - en M ( ) Evolution du Chiffre d'affaires Axentia - en M ( ) 3 2 2, , ,5 2,1 0,6 1,6 1,4 0,2 1, ,0 8,3 9,5 10,9-1 -0,6-0,8 6 5, ,8-2, ,7 1,4 1,1 1,5 1,6 2, Résultat Net Autofinancement Produits à recevoir Produits locatifs AXENTIA - Rapport de Gestion

14 LES LIVRAISONS D OPERATION NEUVES EHPAD neufs ont été livrés, totalisant 190 lits : I. Le Havre (Seine Maritime) Résidence le Bois de Bléville Livré en avril 2012 Géré par le Groupe SOS 90 lits financement PLS Illustration d un partenariat stratégique initié sur ce projet, avec le promoteur ICADE, spécialiste dans le domaine médico-social et le groupe SOS, gestionnaire au plan national. Ce groupe, via son association Habitat et Soins gère 46 établissements et s est récemment illustrée par la reprise d Hospitalor et d Alpha Santé, deux importantes associations en grandes difficultés. Ce programme, situé dans le quartier ANRU du Bois de Bléville, se caractérise par une forme de fer à cheval et une façade présentant un béton matricé et lasuré dans les étages et un mur-rideau en verre et polycarbonate de couleur. La labellisation Cerqual HQE EHPAD option THPE a été obtenue par le promoteur. AXENTIA - Rapport de Gestion

15 II. Chanteloup en Brie (Seine et Marne) Résidence de Fontenelle Livré en décembre 2012 Géré par l Œuvre de l Hospitalité Familiale 100 lits financement PLUS Ce bel établissement de 100 chambres, comprenant un pôle d activités et de soins adaptés et un accueil de jour de 8 places, a été construit à proximité immédiate du château de Fontenelle qui abritait jusqu à très récemment l établissement pour personnes âgées de 72 places. Livré en décembre 2012, après 20 mois de travaux, le nouvel EHPAD accueille depuis janvier déjà plus de 60 résidents. Ce nouvel établissement est remarquable de par sa qualité architecturale. En effet, lors de sa conception, une attention et un soin tout particulier ont été apportés à la présence de lumière naturelle et la création d espaces de convivialité. Les lieux de vie et les espaces d hébergement ont été disposés autour de 3 patios qui permettent aux résidents et au personnel de bénéficier en permanence de lumière naturelle. Le traitement de la façade, en parement bois et pierres, a permis d inscrire parfaitement ce vaste bâtiment de 7 130m² dans le tissu local. Alors que le permis de construire a été déposé dès mai 2009, cette opération a été la première à faire l objet d une certification Habitat et Environnement EHPA/ EHPAD et a obtenu le label avec un niveau de performance THPE Cette opération s inscrit pleinement dans la volonté d Axentia de réaliser des établissements toujours plus performants et de limiter les factures énergétiques de nos gestionnaires. AXENTIA - Rapport de Gestion

16 LES ACQUISITIONS nouveaux établissements ont été acquis auprès de 2 groupes filiales d Habitat en Région Services : I. Douai (Nord) Résidence Jean Menu Acquisition auprès du groupe SIA HABITAT en juin 2012 Géré par l association MAVIE 113 lits Cette résidence non conventionnée composée de studios et de quelques deux pièces bénéficie de prestations haut de gamme. II. Port de Bouc (Bouche du Rhône) Résidence La Presqu île Acquisition auprès du groupe LOGIREM (SAMOPOR) en septembre 2012 Géré par L association des Foyers de Province (AFP) 66 lits Situé en bord de mer et dans un quartier en rénovation urbaine, cet établissement espère obtenir une autorisation d extension d une unité Alzheimer. Ce transfert permet également à Axentia de nouer un nouveau partenariat avec un acteur gestionnaire important. AXENTIA - Rapport de Gestion

17 LES MISES EN CHANTIER 2012 Le chiffre record de 585 nouveaux lits lancés porte sur 7 opérations et accentue deux tendances fortes déjà anticipées : > La baisse de la quote-part de la FCEs dans notre développement (15%) > L augmentation très significative et corrélative des opérations en VEFA (85%) avec de nouveaux partenaires gestionnaires, sur des sites de qualité I. Digne-Les-Bains (Alpes de Haute Provence) EHPAD de 72 lits financement PLUS Vendeur : ICADE Gestionnaire : Association Serenity (GDP Vendôme) OS : Mars 2012 Livraison prévisionnelle : décembre 2013 La chapelle de l ancienne maison de retraite religieuse est conservée pour abriter l accueil de cet EHPAD neuf, réalisé dans un parc et situé dans un quartier résidentiel sur les hauteurs de Digne-les-bains. Ce partenariat avec un grand opérateur privé via son association qu il cautionne pour la totalité des loyers illustre l évolution du positionnement des acteurs privés vers de nouveaux segments d activité. AXENTIA - Rapport de Gestion

18 II. Soultz-Sous- Forêt (Bas-Rhin) Extension de 22 lits neufs (et réhabilitation de 40 lits existants) financement PLS Gestionnaire : FCEs OS : Mars 2012 Livraison prévisionnelle : juillet 2013 Cette extension porte sur la création de deux unités Alzheimer de 11 lits chacune. A leur livraison, l établissement existant sera restructuré dans sa partie administrative et soins et mis aux nouvelles normes incendie. III. Saméon (Nord) Reconstruction sur site d un EHPAD de 69 lits neufs financement PLUS Gestionnaire : FCEs OS : Septembre 2012 Livraison prévisionnelle : décembre 2013 Cette opération, en projet depuis 5 ans, a cumulé les retards et difficultés liés aux financements, autorisations administratives et problématiques foncières. L achat du terrain d assiette du nouvel EHPAD sera suivi de la résiliation du bail à construction actuel, de la démolition d une partie de l ancien EHPAD, avec récupération du foncier par Axentia et de la vente d une autre partie au profit de la commune. AXENTIA - Rapport de Gestion

19 IV. Tours (Indre-et Loire) Acquisition en VEFA d un EHPAD de 84 lits et d un EPA de 72 lits financement PLS Vendeur : ICADE Gestionnaire : Croix Rouge Française OS : Septembre 2012 Livraison prévisionnelle : juin 2014 Il s agit pour Axentia et la Croix Rouge de la plus importante opération en cours. Positionnée sur un site de grande qualité, ou Touraine Logement a également acquis 10 logements familiaux, elle illustre également le positionnement en partenariat d Axentia sur le territoire ou d autres membres du réseau Habitat en Région sont présents. V. Courcouronnes (Essonne) Acquisition en VEFA d un EHPAD de 60 lits financement PLS Vendeur : IMMODIEZE (Groupe VINCI) Gestionnaire : Etablissement Public Départemental Autonome de gestion d EHPAD publics en Essonne OS : Octobre 2012 Livraison prévisionnelle : juin 2014 Notre partenariat avec l Etablissement Public Départemental, initié avec Morangis, se poursuit sur ce deuxième établissement avec le même objectif de prix de journée pour les résidents sur le département. Il est bien situé, adossé au vieux bourg et à quelques pas de la Mairie. AXENTIA - Rapport de Gestion

20 VI. Etampes (Essonne) Acquisition en VEFA d un EHPAD de 124 lits financement PLS Vendeur : SOCOGIM (Groupe VINCI) Gestionnaire : Centre Hospitalier Sud-Essonne Dourdan-Etampes OS : Octobre 2012 Livraison prévisionnelle : avril 2014 Autre exemple de collaboration avec les opérateurs publics, toujours en Essonne, la reconstruction sur site et pour le Centre Hospitalier Sud-Essonne de cet important EHPAD illustre les besoins importants de modernisation dans le secteur public. VII. Lyon 5 ème (Rhône) Acquisition en VEFA d un EHPAD de 84 lits financement PLUS Vendeur : EIFFAGE IMMOBILIER Gestionnaire : Croix Rouge Française OS : Décembre 2012 Livraison prévisionnelle : juin 2014 Cette opération, dont le montage est complexe, renforce notre présence à Lyon après notre première réalisation rue des Alouettes dans le 8 ème arrondissement. Comme cette dernière, il s agit là encore d une reprise auprès d une congrégation religieuse et qui s accompagne d une valorisation d un site exceptionnel par la réalisation, cette fois-ci, de logements de standing en accession avec une partie vendue par le promoteur à un bailleur social. AXENTIA - Rapport de Gestion

21 LES PERSPECTIVES ET OBJECTIFS 2013 I. Les nouvelles opérations La quasi absence d appels à projet et donc de création de nouveaux lits commence à peser dans ce secteur du développement ou une partie de plus en plus significative correspond à des reconstructions de lits. Sur les 413 lits neufs qui devraient être lancés en 2013 pour 5 nouvelles opérations, 75% seront des reconstructions de lits existants, démolis ou transférés. II. Les rachats d établissements Le développement par le biais d acquisitions compense la baisse de production neuve ou y participe comme la reprise programmée en juin d un établissement de 315 lits à Plougastel Daoulas (29), appartenant à la Congrégation Religieuse des Sœurs Hospitalières dont 115 lits neufs seront d abord reconstruits afin de permettre la restructuration complète des 200 lits restants en chambres individuelles. Le transfert d une partie des établissements médico-sociaux appartenant à SIA devrait également se poursuivre, avec dans un premier temps, l établissement de Bouvigny, géré par l association la Vie Active. L ACPPA, autre grand gestionnaire puisqu il figure au 4 ème rang national du secteur de l économie sociale, nous a également confié la reprise de 6 établissements totalisant 469 lits qui, ajoutée à la reprise d un établissement de 110 lits à Marseille pour la Croix-Rouge Française devrait caractériser 2013 comme une année exceptionnelle en terme d acquisition. III. Le développement et la consolidation de nos partenariats stratégiques et institutionnels Axentia travaille aujourd hui notamment avec les 7 plus grands gestionnaires non lucratifs lorsqu ils ont fait le choix d externaliser en tout ou partie le portage immobilier de leurs établissements. AXENTIA - Rapport de Gestion

22 1. La Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité 2. Le Groupe SOS 3. Les Petites Sœurs des Pauvres 4. La Croix Rouge Française 5. L ACPPA 6. L AREPA 7. L AFP Outre le partenariat institutionnel avec la FCEs qui représente aujourd hui et par ailleurs une faible part de notre développement (voir page 16), la qualité de nos interventions permettent, après une première expérience réussie, la poursuite et le renforcement avec nos nouveaux partenaires sur de nouveaux projets : > Croix Rouge Française > SOS > APF > AFP > EPA 91 Les contacts avec le réseau Caisse d Epargne, dorénavant réguliers soit par l intermédiaire du Club Santé soit directement en Caisse, ont donné lieu à des études et des contacts clients dont le volume commence à être significatif en terme d apport : > Association l Etincelle > AMAPA > Association Bompard > APLB > ADEVIA > HSTV > Hôpital de Nogent le Rotrou > La Compassion Enfin, Axentia poursuit sa participation dans des instances professionnelles afin de renforcer le partage et les échanges de connaissance et accroître sa notoriété : > Membre de l association ADMS (FHF) > Membre de la commission AORIF Foyer-Logement et par l intermédiaire des Caisses d Epargne, Echange avec l ANAP sur l amélioration des performances et des coûts de construction des EHPAD, et intervention au congrès de l UNIOPSS et à des journées d échanges avec la FEHAP. AXENTIA - Rapport de Gestion

23 5 LA GESTION DE L ANCIENNE ACTIVITÉ AXENTIA - Rapport de Gestion

24 I. Activité de vente à terme A fin novembre 2012, il reste 34 dossiers de contrat de vente à terme en cours, (la fin du dernier contrat doit intervenir en 2018). 98 accédants, dont les transferts de propriété ont été réalisés, sont encore débiteurs (moratoires grévistes reconnaissances de dette pour transferts anticipés). De plus, il reste 120 contrats terminés dont le transfert notarial reste très délicat : > 75 dossiers chez les notaires en phase ou attente de régularisation (problème successoraux ou conjugaux) > 45 dossiers chez notre avocat en phase contentieuse, certains depuis plus de 15 ans (refus de régularisation des accédants, déshérence ) Enfin, 12 contrats échus dont les clients sont débiteurs vis-à-vis de la société, ne peuvent être par définition, transférés (sauf abandon de créances). Dans ce cadre complexe de transfert de propriété bloqué et en vertu d une clause contractuelle existante, il a été traité une centaine de taxes foncières sur propriétés bâties au cours de l exercice (payées par la société en tant que propriétaire mais récupérées sur les accédants durant leur phase de contrat actif et en attente de régularisation de transfert). II. Recouvrement de la dette L ensemble de la dette représentative de la vente à terme s élève à environ 2 millions d euros. Elle se décompose en 0,6 million d échus impayés et 1,4 million d échéances à recevoir. III. Gestion locative A fin 2012, on compte 15 logements en gestion (3 vacants) : > 5 pavillons en Charente-Maritime (1 sur la commune de St Georges de Didonne 3 sur Saintes - 1 sur Tonnay Charente) > 1 pavillon en Eure-et-Loir (commune de Bu) > 4 pavillons en Moselle (commune de Farabersviller) > 5 pavillons dans l Yonne (3 sur la commune d Appoigny 2 sur Auxerre) En 2008, cette activité portait encore sur 500 logements en gestion. Cependant, ces derniers logements seront plus difficiles à vendre car les bailleurs sociaux locaux se sont déclarés non intéressés et les locataires en place ne peuvent financièrement pas les acquérir. AXENTIA - Rapport de Gestion

25 IV. Foncier et rétrocessions de VRD/espaces verts La société porte 5 terrains constructibles d une surface totale d environ m2 sur 3 communes du Nord-Pas de Calais d une valeur vénale totale estimée de euros. Par ailleurs, environ 50 dossiers de rétrocession (terrains délaissés espaces verts voirie) subsistent. Ils font généralement l objet d un manque d intérêt manifeste de la part des collectivités quant à leur intégration au domaine public. Enfin, il reste approximativement 500 «petites parcelles» résiduelles (ou délaissé de terrain) sans valeur, ni affectées et ni vendues, et pour lesquelles une régularisation sera longue et fastidieuse. V. Gestion administrative des contrats régime de Prévoyance et de capitalisation (CAPI) La société assure la délégation administrative des contrats souscrits entre les clients «attributaires» et deux compagnies d assurance (GENERALI et SWISSLIFE) portant sur le paiement d un capital en cas de décès ou IPT, ou en cas de vie à l échéance du contrat (aux 65 ans du bénéficiaire). Cette délégation se traduit par la constitution pour Axentia d un dossier de demande à traiter (documents à transmettre par les bénéficiaires pour envoi aux compagnies d assurance après vérification du versement des cotisations et de la date de fin de contrat). On a pu estimer à environ , les dossiers ouverts dont dossiers auraient déjà été traités (source assureurs). Sur la base des trois dernières années, la moyenne des dossiers traités est d un peu plus de 300 alors que statistiquement et sur la base du chiffre des , elle devrait se situer annuellement entre et 3000 dossiers en demande. VI. Gestion du personnel et du Plan de Sauvegarde de l Emploi (PSE) A ce jour, elle est assurée conventionnellement par la direction des ressources humaines de la société SIA HABITAT (AXENTIA n ayant pas les ressources nécessaires en interne pour assurer cette mission). AXENTIA - Rapport de Gestion

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Benoist APPARU présente : La signature

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Assemblée générale de l ADMS :

Assemblée générale de l ADMS : POSMS Assemblée générale de l ADMS : Association pour le Développement du service public Médico-Social Jeudi 13 février 2014 1 ORDRE DU JOUR 1- Renouvellement de la présidence de l ADMS 2- Bilan d activité

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE.

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. 1 / 10 ENTRE : L AGENCE FONCIERE DE LOIRE-ATLANTIQUE, Etablissement Public à caractère industriel et commercial dont

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

22 23 janvier 2008 Strasbourg. XXVème rencontre des directeurs de coopératives d Hlm

22 23 janvier 2008 Strasbourg. XXVème rencontre des directeurs de coopératives d Hlm 22 23 janvier 2008 Strasbourg XXVème rencontre des directeurs de coopératives d Hlm Le programme des rencontres Jeudi 22 janvier 9h00 Questions d actualité 10h00 Les coopératives d Hlm face à la crise

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2013-2018

Programme Local de l Habitat 2013-2018 Programme Local de l Habitat 2013-2018 Fiche-action n 2 Axe 1 : «Assurer et soutenir financièrement une répartition équilibrée de la production sociale» REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES AU LOGEMENT LOGEMENTS

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M Communiqué de presse Paris, le 6 mai 2014, 8h00 Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M Cession de 3 immeubles sur le trimestre pour 17 M net vendeur et acquisition en avril d un immeuble

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES 2011

COMPTES CONSOLIDES 2011 COMPTES CONSOLIDES 2011 Les chiffres clés 2011 Développement Patrimoine au 31/12/2011 Livraisons 2011 En cours de construction 2011 Projets en étude au 31/12/2011 59 904 logements 1 198 logements 2 054

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Dexia, le partenaire du développement

Dexia, le partenaire du développement Dexia, le partenaire du développement ensemble, à essentiel Dexia joue un rôle majeur dans le financement des équipements collectifs et des infrastructures, Dexia des secteurs de la santé et logement social,

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

CCUES France Télécom SA - Orange [ Commission Logement ] L Aide au logement

CCUES France Télécom SA - Orange [ Commission Logement ] L Aide au logement CCUES France Télécom SA - Orange [ Commission Logement ] L Aide au logement Sommaire page 3 Préambule 3 La location 3 L offre locative 1 % Logement 4 Les aides LOCA-PASS 6 Devenir propriétaire 6 Le prêt

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Délibération N CR 59-15

Délibération N CR 59-15 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 1 CR 59-15 Délibération N CR 59-15 DU 19 juin 2015 Partenariats avec la FNARS Ile-de-France, la Fondation Abbé Pierre, la Fédération nationale Solidarités femmes (FNSF),

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie)

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) CONSEIL MUNICIPAL DU 03 SEPTEMBRE 2015 NOTE DE SYNTHESE PERSONNEL 1- Personnel du service Animation : Augmentation du temps de travail 2- Suppression et création d un

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Page 1 sur 8 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Comptes Consolidés 31/12/2013

Comptes Consolidés 31/12/2013 Comptes Consolidés 31/12/2013 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail