Collection «Recherches»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Collection «Recherches»"

Transcription

1 Collection «Recherches»

2 La collection «Recherches» à La Découverte Un nouvel espace pour les sciences humaines et sociales Depuis le début des années 1980, on a assisté à un redéploiement considérable de la recherche en sciences humaines et sociales : la remise en cause des grands systèmes théoriques qui dominaient jusqu alors a conduit à un éclatement des recherches en de multiples champs disciplinaires indépendants, mais elle a aussi permis d ouvrir de nouveaux chantiers théoriques. Aujourd hui, ces travaux commencent à porter leurs fruits : des paradigmes novateurs s élaborent, des liens inédits sont établis entre les disciplines, des débats passionnants se font jour. Mais ce renouvellement en profondeur reste encore dans une large mesure peu visible, car il emprunte des voies dont la production éditoriale traditionnelle rend difficilement compte. L ambition de la collection «Recherches» est précisément d accueillir les résultats de cette «recherche de pointe» en sciences humaines et sociales : grâce à une sélection éditoriale rigoureuse (qui s appuie notamment sur l expérience acquise par les directeurs de collection de La Découverte), elle publie des ouvrages de toutes disciplines, en privilégiant les travaux trans- et multidisciplinaires. Il s agit principalement de livres collectifs résultant de programmes à long terme, car cette approche est incontestablement la mieux à même de rendre compte de la recherche vivante. Mais on y trouve aussi des ouvrages d auteurs (thèses remaniées, essais théoriques, traductions), pour se faire l écho de certains travaux singuliers. L éditeur

3 sous la direction de Héloïse Petit et Nadine Thèvenot Les nouvelles frontières du travail subordonné Approche pluridisciplinaire Éditions La Découverte 9 bis, rue Abel-Hovelacque PARIS XIII e 2006

4 Remerciements L impulsion de cet ouvrage a été donnée par la réalisation de journées d études les 18 et 19 novembre Nous remercions l ensemble des participants à ces journées pour leur intérêt et la qualité des débats. Ces journées ainsi que le présent ouvrage ont bénéficié du soutien de l université de Paris-I et du laboratoire MATISSE. Notre reconnaissance va à Vincent Maillet pour la disponibilité et la patience dont il a fait preuve dans son travail éditorial. Joëlle Cicchini a donné beaucoup de son temps en participant à la relecture et à la mise en forme du manuscrit. Nous l en remercions chaleureusement. Merci enfin à tous ceux qui ont contribué à cette recherche, par leur soutien, leur relecture ou leur appui logistique, en particulier Sylvain Bernard, Clara Cahen-Kunde, Célia Firmin, Anne Fretel, Arnaud Lechevalier, Christophe Ramaux, Antoine Rebérioux, Damien Sauze, Carlos Soto, Bruno Tinel, Julie Valentin. ISBN Le logo qui figure sur la couverture de ce livre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que représente pour l avenir de l écrit, tout particulièrement dans le domaine des sciences humaines et sociales, le développement massif du photocopillage. Le Code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit en effet expressément, sous peine des sanctions pénales réprimant la contrefaçon, la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or cette pratique est généralisée dans les établissements d enseignement et à l université, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd hui menacée. Nous rappelons donc qu aux termes des articles L à L du Code de la propriété intellectuelle toute photocopie à usage collectif, intégrale ou partielle, est interdite sans autorisation du Centre français d exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l éditeur. Si vous désirez être tenu régulièrement informé de nos parutions, il vous suffit d envoyer vos nom et adresse aux Éditions La Découverte, 9 bis, rue Abel-Hovelacque, Paris. Vous recevrez gratuitement notre bulletin trimestriel À la Découverte. Vous pouvez également retrouver l ensemble de notre catalogue et nous contacter sur notre site www. editionsladecouverte. fr Éditions La Découverte, Paris, 2006.

5 Introduction Repenser les frontières du travail subordonné Héloïse Petit et Nadine Thèvenot Le tissu productif français se caractérise aujourd hui par la multiplicité des établissements de petite taille, la forte présence des structures de groupes et un déficit d entreprises de taille intermédiaire. Ce morcellement traduit une diversité et une complexité croissantes dans l organisation de la production [Passet et Du Tertre, 2005]. Depuis une trentaine d années, on assiste, en France comme dans la plupart des économies européennes, à un développement massif et continu des pratiques de fusions et d acquisitions, d externalisation, de filialisation ou de sous-traitance d activités, à tel point qu a été avancée l hypothèse d un «état permanent de restructuration» [Raveyre, 2005]. Cette dynamique se traduit par un processus constant de refonte et de reconfiguration des frontières de l entreprise rendant le tissu productif difficile à cerner au niveau empirique. Ces recompositions du tissu productif modifient les modes d exercice du contrôle et du pouvoir dans et hors de l entreprise. Les liens de filialisation, de sous-traitance, ou encore le financement par actions, constituent autant de canaux d influence «extérieurs» à l entreprise qui pèsent, plus ou moins directement, sur la gestion du travail. Des acteurs externes, tels que les maisons mères ou les donneurs d ordre, exercent une influence directe sur le sort d une main-d œuvre vis-à-vis de laquelle ils ne s engagent pas via une relation salariale [Thèvenot et Valentin, 2005]. Symétriquement, la sphère d influence de l entreprise dépasse ses frontières juridiques. Au-delà de ses propres salariés, l entreprise peut avoir recours à des formes indirectes de mobilisation du travail comme

6 6 Les nouvelles frontières du travail subordonné l intérim ou la sous-traitance et par là intervenir dans la gestion et la direction de travailleurs sans avoir noué avec eux de lien d emploi. Au total, la chaîne de création de valeur engage un collectif de travail interdépendant en termes économique et financier, mais dispersé physiquement et juridiquement. Employeur de fait et employeur juridique tendent à se dissocier. À l inverse des politiques de concentration caractéristiques des Trente Glorieuses, les transformations actuelles se traduisent par un «éclatement des collectifs de travail 1». L entreprise et ses dirigeants se trouvent ainsi au cœur d un réseau d interdépendances multiples. La relation de subordination employeursalarié est affectée par des rapports de dépendance qui dépassent les contours de l entreprise. À la subordination directe du salarié à son employeur s ajoute une subordination indirecte de nature économique et financière. Ces jeux de dépendances entourant l entreprise rendent délicate la détermination de l interlocuteur approprié face au salarié. Qui commande le salarié? Qui prend les décisions d emploi? C est la pertinence des catégories d employeur et de salarié telles qu elles ont été façonnées par le droit dans le courant du xx e siècle qui est mise en cause. Il paraît de moins en moins justifié de ne prendre en compte que les cosignataires du contrat de travail dans l analyse de la relation d emploi. Dès les années 1970, les juges ont d ailleurs introduit le concept d «unité économique et sociale» dans le domaine de la représentation des salariés, d abord pour lutter contre les fraudes commises par des employeurs cherchant à éviter d atteindre les seuils du code du travail ouvrant des droits de représentation aux salariés, ensuite pour assurer une meilleure représentation aux salariés en construisant un cadre global comprenant les véritables détenteurs du pouvoir de décision [Blanc-Jouvan, 2005]. À la suite de Marie-Laure Morin [1999] ou d Antoine Lyon-Caen [1996], on peut envisager le contrat de travail comme un échange entre subordination et prise de risque. Or, la dissociation croissante entre employeur de droit et employeur de fait entraîne une dilution des 1. Les transformations dans l organisation du travail touchent également la nature du travail salarié. L autonomisation du travail et la focalisation sur les «compétences» remettent en cause la frontière entre travail salarié et travail indépendant. Pour une analyse en ce sens, on peut se référer aux travaux de M.-L. Morin [1999] ou à l ouvrage coordonné par J.-P. Chauchard et A.-C. Hardy-Dubernet [2003]. Dans cet ouvrage qui associe juristes et sociologues, les transformations de la subordination sont abordées sous un angle double : celui des formes d organisation qui accordent davantage d autonomie aux salariés et celui du tiers employeur.

7 Introduction 7 responsabilités difficile à cerner. D une part, on constate une sphère de responsabilité élargie des donneurs d ordre et têtes de groupe ou maisons mères. D autre part, les preneurs d ordre, chefs d établissements, responsables de filiales réclament le droit à une responsabilité limitée au vu des contraintes qui leur sont imposées. Des liens de subordination interentreprises interfèrent avec les rapports de subordination en jeu au sein même de la relation salariale. La recomposition du tissu productif et l éclatement de la relation salariale qui s ensuit rompent l équilibre acquis au cours du xx e siècle entre subordination du salarié et responsabilité de l employeur. Ces transformations du tissu productif alimentent les préoccupations des acteurs sociaux. Elles déstabilisent l organisation du dialogue social et, plus fondamentalement, elles remettent en cause la place du contrat de travail comme voie d accès à la protection sociale. Dans le contexte français, un récent rapport du Conseil économique et social souligne les conséquences sociales des stratégies d externalisation mises en œuvre par des donneurs d ordre qui «substituent à la gestion directe de règles individuelles et collectives du droit du travail la mise en œuvre de règles commerciales» [Édouard, 2005, p. 5] et invite à une réflexion sur les nouveaux besoins en matière de sécurisation des parcours professionnels. Au niveau prospectif, le groupe Thomas du Commissariat général du Plan 2 met en cause la pertinence du niveau de l entreprise comme unité de négociation face aux restructurations [Triomphe, 2004]. Au niveau international, on peut également mentionner l intérêt porté à ces questions par la Commission européenne [Perulli, 2003] ou la Fondation européenne pour l amélioration des conditions de travail [Pedersini, 2002]. Le Bureau international du travail s est également engagé depuis une dizaine d années dans une série d études sur les nouveaux besoins de protection des travailleurs associés aux transformations du monde du travail. Si aucune recommandation n a pu être proposée faute de consensus entre les parties [BIT, 2006], tous s accordent pour souligner que de nombreux travailleurs n ont pas un statut qui coïncide avec les paramètres traditionnels de la relation de travail et qu il convient donc d apporter une nouvelle réponse aux besoins de protection de ces travailleurs. En décalage avec les préoccupations des acteurs sociaux et la réalité économique et sociale européenne, l économie du travail tend encore 2. Ce groupe, animé par Laurent Duclos, fonctionne depuis 2003 [Groupe Thomas, 2004].

8 8 Les nouvelles frontières du travail subordonné majoritairement à appréhender le lien d emploi comme une relation dans laquelle les décisions et responsabilités en matière de gestion de la maind œuvre incombent à l employeur «direct», signataire du contrat de travail. Les différents rapports récemment publiés visant une réforme du droit du travail considèrent ainsi les décisions d emploi et les responsabilités de l «employeur» indépendamment des dépendances construites dans l organisation productive 3. L hypothèse centrale à l appui de ces travaux est que les employeurs constituent les décideurs en matière de gestion de l emploi indépendamment de l existence de rapports de subordination dépassant les contours juridiques de l entreprise. Ainsi, les profondes transformations du tissu productif et leurs conséquences sur l organisation de la relation d emploi restent trop souvent ignorées en économie. Les nouvelles frontières du travail subordonné comme angle d analyse L objectif de cet ouvrage est de caractériser les mutations des rapports de travail et d emploi en intégrant la diversité des liens de subordination. Croisant l économie du travail, l économie industrielle, la sociologie, le droit et l histoire, il propose une approche pluridisciplinaire des nouveaux rapports de dépendance dans le travail. Il est la concrétisation d un travail réalisé dans le cadre de journées d études qui se sont tenues en novembre L angle d attaque privilégié envisage les conséquences de la recomposition du tissu productif sur la dynamique des rapports de subordination. La restructuration du tissu productif et le déplacement des lieux d exercice du pouvoir qu elle produit constituent le cœur du débat afin de mieux comprendre ses effets sur les rapports de dépendance dans et hors de l entreprise. L ouvrage est structuré en trois parties conformément à l organisation des journées d études. Chacune des parties intègre une discussion des textes présentés ainsi que les grandes lignes des débats auxquels les communications ont donné lieu. 3. Voir par exemple [Blanchard et Tirole, 2003 ; Cahuc, 2003] et les analyses critiques [Eymard-Duvernay, 2004 ; Gautié, 2005]. 4. Journées d études «Décisions d emploi et organisations productives : la subordination en question», MATISSE, novembre 2004.

9 Introduction 9 La première partie est consacrée à une mise en perspective conceptuelle et disciplinaire de la subordination. Croisant les regards historique, sociologique, économique et juridique, elle invite à poser le caractère pluriel des représentations des situations de dépendance dans le travail. L histoire sociale permet de mettre au jour les transformations des rapports de dépendance et leur imbrication depuis le xix e siècle. Parallèlement, des travaux sociologiques et juridiques mettent l accent respectivement sur la construction historique de la notion de subordination comme catégorie jurisprudentielle et sur la dualité du concept de subordination entre les situations qu elle désigne ainsi que les interprétations qui en sont faites dans les discours. L économie du travail néoclassique, en se focalisant sur les jeux d incitation au sein de la relation employeur-employé, reste peu outillée pour appréhender la multiplicité des jeux d interdépendances à l œuvre. La prise en compte des institutions de valorisation du travail permet, en revanche, dans le cadre de l économie des conventions, de rendre compte des rapports de pouvoir via les règles d évaluation du travail. Le deuxième axe de réflexion approfondit la lecture des recompositions du tissu industriel. C est alors la remise en cause des frontières de la firme qui est en jeu. En effet, les transformations récentes déstabilisent la notion d entreprise telle qu elle s est construite au cours du xx e siècle. Au fondement de notre organisation sociale depuis le début du siècle, elle se trouve aujourd hui largement ébranlée par le développement des «groupes» ou des «réseaux», autant de concepts que les auteurs de cette partie entendent éclaircir. Ils proposent alors un cadrage empirique ainsi qu une réflexion conceptuelle au croisement de l économie industrielle et de l économie du travail. Enfin, la dernière partie traite de l articulation entre les rapports de dépendance dans le travail et le système de relations professionnelles. L intervention de centres de décision extérieurs à l entreprise dans la gestion de la main-d œuvre interroge les modalités du dialogue social. Quelles sont les conséquences des recompositions industrielles en matière de responsabilité de l «entreprise» vis-à-vis de la gestion de l emploi? Quels sont les acteurs pertinents dans ce nouveau contexte? À l occasion de ces questionnements, les auteurs discutent des bases de reconstruction possible du dialogue social.

10 10 Les nouvelles frontières du travail subordonné Contenu de l ouvrage Le premier regard présenté est celui d un historien. Patrick Fridenson nous propose un éclairage sur la variété et les mutations des formes de subordination depuis le xix e siècle. Après avoir souligné la façon dont différentes formes de subordination coexistent et s enchevêtrent à un moment donné et même dans une entreprise donnée, l auteur se prête toutefois au jeu classique de l historien en définissant des âges de la subordination. Il distingue trois périodes dans la construction des règles qui ont incarné, légitimé mais aussi limité la subordination au cours des deux derniers siècles : du xix e siècle aux années 1900, la première moitié du xx e siècle, et l après-seconde Guerre mondiale jusqu aux années La subordination est-elle un mouvement venu d en haut? Quelle est la structure du tissu productif sur laquelle elle s appuie? Quelles sont les réponses des salariés? À partir de ces questions, Patrick Fridenson remet en cause l hypothèse d unilatéralité pure de la subordination imaginée par nombre d employeurs, d ingénieurs ou d actionnaires. Il nous invite à considérer l hétérogénéité des formes de subordination à travers le temps et la façon dont cette hétérogénéité est construite par l interaction entre perfectionnement des modes de subordination et recherche d autonomie des salariés. L analyse sociologique livrée par Rémy Brouté et Claude Didry interroge la manière dont les acteurs s approprient le droit du travail et orientent sa signification et son évolution. En tant que sociologues, les auteurs s interrogent sur les usages. Ils nous montrent que la subordination ne constitue pas une réalité économique qui traduirait la domination patronale, mais s est construite au cours du xx e siècle comme une catégorie jurisprudentielle servant à l identification du titulaire du pouvoir de décision vis-à-vis duquel le droit impute des responsabilités en matière de formation, d exécution et de résolution du contrat de travail. Pour autant, les auteurs défendent la thèse selon laquelle ce qui fait le propre du contrat de travail n est pas la subordination, mais l occupation d un emploi en contrepartie d une rémunération. L aspect central n est pas celui de la protection du salarié mais sa liberté, encadrée par le droit du travail. La subordination ne renvoie pas ici à la soumission d un individu à un autre, mais peut être appréhendée comme un outil jurisprudentiel d identification de l employeur entré dans la langue du droit. Quels sont les acteurs qui mobilisent la subordination? Dans quelles circonstances?

11 Introduction 11 Le regard qu ils portent sur la «subordination aujourd hui» invite à considérer les salariés, les organismes de sécurité sociale ainsi que les responsables syndicaux, représentants des salariés, comme les «acteurs» de la mobilisation de la subordination. Cette représentation autorise, dans un cadre jurisprudentiel, à garantir respectivement les droits des salariés tant au niveau collectif qu individuel ainsi que la perception des cotisations de sécurité sociale. En montrant les circonstances dans lesquelles ces acteurs ont mobilisé la subordination, les auteurs mettent au jour l importance des relations de production dans l appréciation de la nature des relations de travail. L analyse économique de la subordination est hétéroclite. En se focalisant sur le marché, l approche néoclassique standard ne peut envisager des rapports de subordination puisque l «entreprise» n existe pas ou bien, ce qui revient au même, n a aucune épaisseur. Lorsque la subordination est abordée, c est au travers de la notion de hiérarchie comme mode de coordination de l entreprise capitaliste. Parmi les travaux néoclassiques plus récents 5, la théorie des contrats a permis d intégrer la notion de hiérarchie tout en la réduisant à un jeu d incitations interindividuelles. Au-delà d une revue de la littérature sur la place du lien de subordination en économie, François Eymard-Duvernay nous livre une approche institutionnaliste de l entreprise dans laquelle la subordination est objectivée comme le pouvoir de fixation des principes d évaluation. Le pouvoir de direction se manifeste via le pouvoir de décider de «ce qui vaut». Dans le cadre de la théorie des conventions, l auteur suggère l existence d une pluralité de conventions d entreprise et le développement du modèle de l entreprise-réseau. Ce modèle s appuie sur une cohérence, une congruence, entre les formes d évaluation des biens, du travail, des actifs financiers, etc. La crise sociale actuelle repose, selon l auteur, sur les changements dans les principes d évaluation du travail et sur l accroissement des inégalités et du chômage qui en découle. Les «politiques du travail» proposées par l auteur introduisent une réflexion sur le rôle et les modalités d intervention des différentes institutions prenant part à la valorisation du travail. En associant «droit du travail, subordination et décentralisation productive», Antoine Lyon-Caen fournit le point de vue d un juriste sur la manière dont le droit du travail, d une part, participe à l élaboration de la régulation de la décentralisation productive et, d autre part, évalue et 5. Ce qu Olivier Favereau a pu qualifier de «théorie standard étendue» [Favereau, 1989].

12 12 Les nouvelles frontières du travail subordonné interprète ces transformations. Dans cette appréhension du droit mettant en avant la dualité entre ce qu enseigne le droit et ce que portent les réflexions sur le droit, trois entrées ou, selon le vocabulaire choisi par l auteur, trois «répertoires» sont déclinés. La légalité d abord, dans une perspective traditionnelle, sert à déceler les fraudes. La qualification ensuite, d un point de vue pratique, «classe» les relations de travail dans les régimes du travail subordonné ou du travail indépendant et conduit à s interroger sur l extension du salariat ou sur la place des situations de parasubordination. La responsabilité enfin, dans une perspective davantage contemporaine, consiste à considérer le droit comme un système d imputation dans un schéma contractuel libéral au sein duquel les personnes, via l autonomie juridique, sont réputées ne répondre que de leurs actes et n être responsables que de ce qui est prévu dans le contrat. Dans cette dernière acception, Antoine Lyon-Caen analyse le contrat de travail comme une convention de partage de risques et émet l hypothèse que les formes d organisation associées à la décentralisation productive conduisent à une nouvelle répartition des risques. C est alors une nouvelle redistribution des responsabilités au sein des réseaux d entreprises que le droit doit envisager. La discussion de cette approche pluridisciplinaire des liens entre subordination et organisation productive est menée par Rachel Beaujolin- Bellet. L auteur décline les différentes définitions de la subordination dans le travail, de ses contours et des évolutions des contextes de son exercice que les communications ont pu mettre en avant. Cette mise en perspective des formes hybrides des rapports de pouvoir ouvre sur la question des mécanismes gestionnaires qui les structurent. De nouvelles questions apparaissent : à quel niveau se situe la «figure du haut» des relations de subordination dans le travail? Est-elle identifiable? unique? Rachel Beaujolin-Bellet met en évidence la pluralité des sources et des formes d exercice de la subordination qui conduisent au brouillage des frontières de l entreprise et des catégories juridiques. Dans ces conditions, la question des architectures des responsabilités est essentielle pour la régulation des rapports de subordination. L auteur nous invite à considérer des pistes pour penser les «coresponsabilités» impliquant l ensemble des acteurs et parties prenantes de la régulation sociale (les employeurs, les salariés et leurs représentants, les actionnaires, les clients, les pouvoirs publics, les acteurs territoriaux). Les débats autour de cette première partie ont d abord permis d envisager les différents critères associés à la qualification du contrat de

13 Introduction 13 travail. La variété des formes de subordination et de ses «techniques» a ensuite fait l objet d un approfondissement historique. Enfin, les rapports de pouvoir ont constitué un thème récurrent via l analyse des modes de résistance à la subordination et de l évaluation du travail comme médiation du pouvoir. L approche de l économie industrielle est au cœur de la deuxième partie de l ouvrage et invite à reconsidérer la nature de la relation d emploi et les frontières de la firme face aux nouveaux rapports de subordination. Deux entrées ont été privilégiées : la désintégration verticale dans le cadre des relations interfirmes ; l impact des liens financiers dans les groupes d entreprises. Le texte de Bernard Baudry porte sur les modes de coordination orientés vers l intégration organisationnelle et logistique. Dans le cadre des réseaux verticaux de firmes, il s intéresse aux stratégies de désintégration verticale des grandes firmes depuis les années Les figures emblématiques de ces réseaux sont l aéronautique et l automobile. Le concept mobilisé par l auteur est celui de «quasi-intégration» qui rend compte de la situation de dépendance dans laquelle se trouve un fournisseur juridiquement indépendant vis-à-vis d une firme-pivot. Deux grands modèles de quasi-intégration sont distingués par l auteur : la quasi-intégration verticale et la quasi-intégration oblique. Cette dernière rend compte de complémentarités technologiques et organisationnelles entre la firme-pivot et les fournisseurs de rang 1, voire de niveaux inférieurs. Les conséquences sur la gestion de l emploi portent sur la dissociation entre employeur de facto et employeur de jure. Le fournisseur se trouve en effet soumis à des impératifs de productivité, de flexibilité, etc. qui limitent ses propres marges de manœuvre en matière de gestion de l emploi. Pour autant, selon Bernard Baudry, les modalités de l ingérence de la firme-pivot dans la gestion de la main-d œuvre de ses fournisseurs sont également source d un dynamisme technologique, base potentielle sur laquelle les fournisseurs peuvent s appuyer pour limiter leur dépendance. Dans le texte de Claude Picart, la subordination est également envisagée sous l angle des relations interentreprises puisqu il s agit de rendre compte de la perte d autonomie des filiales du point de vue de la gestion des flux financiers. L auteur nous propose une analyse empirique de l accroissement du poids des groupes dans l économie française jusqu au milieu des années 1990 et leur croissance intensive depuis (caractérisée par l accroissement des relations intragroupes et des flux de dividendes).

14 14 Les nouvelles frontières du travail subordonné D un point de vue statistique, l auteur souligne que la perte d autonomie des filiales est peu visible en matière de gestion de la main-d œuvre et davantage en matière de gestion des flux financiers. Il met en évidence le rôle de «pompes aspirantes-refoulantes» des groupes, qui consiste à sélectionner les entreprises les plus performantes et à rejeter les moins performantes en termes d emploi et de rentabilité. Ces modalités de croissance externe associées à la centralisation des flux financiers ne sont pas sans conséquences sur les salariés, qui subissent des changements de groupe sans changement d entreprise et des restructurations au sein d un même groupe dont la fréquence et l ampleur sont bien connues. En commentaire de ces deux textes, Philippe Moati introduit l hypothèse d un retournement de paradigme par rapport au fordisme. Selon l auteur, l élément fondamental qui caractérise les nouvelles formes d organisation de la production est l entrée du client dans l entreprise. Qu il s agisse de l entrée «physique» lorsqu un donneur d ordre intervient dans l organisation et la gestion de ses fournisseurs et sous-traitants ou de l entrée «métaphorique» lorsque l entreprise pense sa stratégie en fonction du client final, ce renversement modifie les lieux d exercice du pouvoir au sens où celui qui est le plus proche du client final est celui qui acquiert du pouvoir sur l amont. L auteur propose le concept d «intégrateur» pour rendre compte des nouvelles modalités de division du travail basée sur la spécialisation sur des ensembles de savoirs. Dans cette représentation, la thèse défendue est celle d un relatif équilibre des pouvoirs qui trouve son fondement dans la dépendance mutuelle visà-vis de blocs de savoirs non détenus par les autres. Même dans le cas de réseaux d entreprises dominés par une division technique du travail, l auteur observe des cas où des fournisseurs peuvent bénéficier d un rapport de force favorable grâce à la taille qu ils ont acquise. Finalement, la dépendance économique au sein des réseaux d entreprises ne serait pas une fatalité. Les débats qui ont suivi cette session se sont focalisés sur la spécificité des modes de coordination propres à la quasi-intégration et ses contours. Centré essentiellement sur les industries de l automobile et de l aéronautique, le débat s est toutefois ouvert sur d autres filières et champs de l analyse économique. C est ensuite le dialogue avec l économie du travail qui a mobilisé les intervenants pour discuter la manière de penser le travail dépendant au sein des relations interentreprises. Si l éclatement de la relation de travail modifie les lieux d exercice du pouvoir, il convient de se pencher sur le rôle des régulations

15 Introduction 15 professionnelles et les modalités sur lesquelles peut reposer le dialogue social. C est l objet de la troisième partie du présent ouvrage. Thomas Coutrot se concentre sur la question des stratégies syndicales face à ces transformations à partir d une grille de lecture originale opposant le «despotisme hégémonique» caractéristique de la période fordiste au «despotisme de marché» associé au régime néolibéral actuel. Selon l auteur, l organisation des relations professionnelles est endogène à l organisation d ensemble du système économique. Si l émergence de collectifs autonomes dans le modèle fordiste a permis le renforcement du syndicalisme, les nouveaux modes d organisation de la production s appuyant sur des collectifs de travail éclatés sapent les bases de l action collective telle qu elle s organisait traditionnellement. L auteur s interroge alors sur la réponse adéquate face à ce «régime néolibéral de mobilisation» de la force de travail : quelle stratégie syndicale? Existe-t-il une alternative au «régime néolibéral»? Les syndicats sontils toujours l institution pertinente pour incarner les revendications salariales? Quelle place pour la société civile et les mouvements qui en émanent? Le deuxième angle d attaque est proposé par Jacques Freyssinet. Le paradoxe des configurations productives actuelles se situe dans la focalisation sur le niveau de l entreprise comme lieu de négociation alors même que l on assiste à une perte de repères sur l identité de l entreprise et sur ses frontières. En définissant l entreprise comme une unité productive associant des équipes de travail, un employeur juridique et un centre de décision sur le capital, l auteur met en évidence la disjonction actuelle de ces trois parties. Deux axes de réflexion sont engagés : Comment réhabiliter le niveau de l entreprise? Et quelles sont les alternatives à ce niveau? Au titre d alternatives possibles, l auteur explore deux pistes pour gérer les restructurations en dehors du cadre de l entreprise : les trajectoires professionnelles et la cohérence territoriale. La discussion de cette session a été introduite par Jean Saglio. Il souligne l intérêt des analyses institutionnalistes des systèmes de relations professionnelles, qui mettent l accent sur les mécanismes de formation des règles plutôt que sur l état du marché ou sur les stricts rapports de domination capital/travail. En illustrant son analyse des conflits du travail par la régulation des relations professionnelles dans les fonctions publiques, il enrichit l analyse des rapports de subordination en mettant en évidence l aspect pluriel de la dynamique des conflits et des modes de régulation du travail.

16 16 Les nouvelles frontières du travail subordonné Les débats qui ont suivi ces trois interventions ont été centrés sur la question de la sécurisation des revenus compte tenu du chômage de masse qui caractérise la France depuis trente ans et celle des voies de renouvellement du dialogue social, qu il s agisse des acteurs ou du niveau des discussions face à la remise en question de l entreprise comme figure de l employeur. L entreprise et le rapport salarial : pour une reconstruction Sans prétendre tirer de conclusion synthétique à partir de l ensemble des travaux et idées contenus dans cet ouvrage, il nous semble possible d identifier une interrogation commune sur la place de l entreprise dans l organisation de la production et du rapport salarial. Au tournant du siècle, l émergence de la grande entreprise a été concomitante de la généralisation du contrat de travail comme rapport de subordination du salarié à l employeur. Avec la grande entreprise industrielle se développe un modèle où l employeur maîtrise l organisation du travail, en échange de quoi il s engage sur une rémunération au temps et un contrat de travail à durée indéterminée. Cela correspond à une période de maturation de l idée d employeur comme pôle d imputation de responsabilité, comme pôle d application des règles. Le salariat, et par là l entreprise, s est construit à partir du principe de subordination directe du salarié à l employeur. La notion de subordination fonde la relation salariale comme la relation salariale fonde l entreprise. L employeur est alors considéré comme décideur en dernier ressort, que ce soit en termes de gestion de l emploi ou de stratégie industrielle. Cette dynamique est cruciale dans la structuration du droit du travail français. La grande entreprise a progressivement constitué un niveau pertinent et structuré entre la sphère publique (l État) et la sphère privée, interindividuelle [Robé, 1999]. En termes régulationnistes, l entreprise s est trouvée au fondement de la constitution d un rapport salarial particulier. C est ce pôle structurant du rapport salarial qui est aujourd hui remis en cause par le morcellement du tissu productif. Cela se traduit par l affaiblissement de l entreprise comme pôle d imputation de responsabilités. Aujourd hui, l employeur doit être lui-même conçu comme subordonné à des injonctions extérieures (commerciales ou financières) et exerçant son pouvoir sur un collectif éclaté. On retrouve

17 Introduction 17 là ce que d autres ont analysé comme l instauration d un capitalisme financier [Aglietta et Rebérioux, 2004]. L historien dirait qu on voit se développer un nouvel âge de la subordination. À court terme et dans un contexte de chômage de masse, cette déresponsabilisation de l entreprise s est traduite par un mouvement de transfert des risques vers les salariés, qui a déjà été mis en avant tant par des juristes que des économistes 6. Compte tenu de la précarisation croissante des situations de travail, il apparaît urgent de repenser la place de l entreprise dans l organisation du rapport salarial. Si l entreprise morcelée ne peut constituer le lieu de négociation pertinent, il importe de rendre formelles les chaînes de responsabilités aptes à reconstruire les collectifs de travail. De ce point de vue, la jurisprudence et le droit social donnent des pistes avec les notions de comité de groupe européen ou d unité économique et sociale. En instaurant de nouvelles bases de représentation des salariés, ces instances constituent une voie de réforme intéressante pour porter les revendications salariales dans un ensemble productif cohérent aux niveaux économiques et financiers. Face aux tendances court-termistes et aux pratiques des entreprises qui font de l emploi une variable d ajustement, les voies de reconstruction du rapport salarial et de valorisation du travail en reviennent au politique et à la loi. Références bibliographiques Aglietta M. et Rebér oux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Albin Michel, Paris. Blanc-Jouvan G. (2005), «L unité économique et sociale et la notion d entreprise», Droit social, n 1, janvier, p Blanchard O. et Tirole J. (2003), «Protection de l emploi et procédures de licenciement», rapport pour le Centre d analyse économique, n 44. Bureau internat onal du travail (2006), La Relation de travail, 95 e session, Conférence internationale du travail, Genève. Cahuc P. (2003), «Pour une meilleure protection de l emploi», document de travail du Centre d observation économique, n 63. Chauchard J.-P. et Hardy-Dubernet A.-C. [dir.] (2003), «La subordination dans le travail», Cahier Travail et Emploi, DARES. Édouard F. (2005), «Conséquences sur l emploi et le travail des stratégies d externalisation d activités», rapport du Conseil économique et social. 6. Voir Lyon-Caen [1996] ou Morin [1999] pour un point de vue juridique et Gazier et Schmid [2001] ou Petit et Sauze [2006] pour une approche économique.

18 18 Les nouvelles frontières du travail subordonné Eymard-Duvernay F. (2004), «Le droit social est-il soluble dans les incitations? À propos d un rapport du Conseil d analyse économique et sociale sur les procédures de licenciement», Droit social, n 9-10, p Favereau O. (1989), «Marchés internes, marchés externes», Revue économique, n 2, p Gautié J. (2005), «Les économistes contre la protection de l emploi : de la dérégulation à la flexicurité», Droit social, n 1, p Gazier B. et Schmid G. (2001), Transitional Labour Markets and their Impact on Industrial Relations, Report to the High Level Group on Industrial Relations and Change, Commission européenne Employment and Social Affairs DG, août. Groupe Thomas (2004), «Pour une prospective des règles de la négociation sociale. Du diagnostic au projet du groupe Thomas», Quatre Pages du Commissariat général au Plan, n 1, mars. Lyon-Caen A. (1996), «Les clauses de transfert de risques sur le salarié», Revue juridique d Île-de-France, n 39-40, p Morin M.-L. [dir.] (1999), Prestation de travail et activité de service, DARES, La Documentation française, Cahier Travail et Emploi. Passet O. et Du Tertre R. (2005), «Promouvoir un environnement financier favorable au développement de l entreprise», rapport au Commissariat général du Plan, septembre. Perulli A. (2003), Travail économiquement dépendant/parasubordination : les aspects juridiques, sociaux et économiques, rapport pour la Commission européenne. Pedersini R. (2002), Travailleurs économiquement dépendants, droit du travail et relations industrielles, Fondation européenne pour l amélioration des conditions de travail. Petit H. et Sauze D. (2006), «Une lecture historique de la relation salariale comme structure de répartition d aléas : en partant du travail de Salais», in Eymard- Duvernay F. (dir.), Valeurs, coordination, rationalité. L économie des conventions quinze ans après, tome 2 : Développements, La Découverte, Paris. Picart C. (2004), «Le tissu productif : renouvellement à la base et stabilité au sommet», Économie et statistique, n 371, p Raveyre M. [dir.] (2005), Restructurations, nouveaux enjeux, numéro spécial de La Revue de l IRES, n 47. Robé J-P. (1999), L Entreprise et le droit, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je?», Paris. Thèvenot N. et Valentin J. (2005), «La sous-traitance comme alternative au contrat de travail : une évaluation empirique pour la France, », Économie appliquée, tome LVIII, n 3, p Tr omphe C.-E. (2004), «Restructurations des entreprises, évolutions des règles et effets sur le dialogue social», Notes Thomas, n 9, juin, Commissariat général du Plan.

19 1 Les transformations des pratiques de subordination dans les entreprises et l évolution du tissu productif en France Patrick Fridenson Je suis allé regarder dans le dictionnaire ce que l on trouvait au mot «subordination». Il n y a rien de plus joli et de plus politiquement correct que de lire le Larousse, qui définit ainsi le terme : «Subordination : ordre établi entre les personnes et qui rend les unes dépendantes des autres», comme si, pour ainsi dire, la société, l économie, le droit, la politique ne comptaient pas et que des arrangements s établissaient mystérieusement avec un seul principe que le mot «ordre» sousentend : la rationalité, avec toute sa solidité. Pour un historien, il faut absolument changer de jumelles et regarder les choses autrement. Se posent alors deux questions : la subordination, par rapport aux entreprises, est-elle seulement un mouvement venu d en haut? Et peut-on distinguer (ce qu un historien fait normalement, par métier) des étapes chronologiques, des âges de la subordination? Parce que sur la propriété, sur le droit, sur les inégalités, nous avons aujourd hui tendance à voir la subordination comme un mouvement venu d en haut, c est-à-dire du sommet des entreprises, l apport de l histoire constitue une mise en garde salutaire. Il suffit d évoquer deux exemples. Considérons l une des plus grandes entreprises françaises de la seconde moitié du xix e siècle : la Compagnie du gaz de Paris, fondée en 1855, évidemment un des fleurons de Gaz de France aujourd hui. Cette entreprise allait bientôt compter salariés, ce qui en fait une des plus grandes entreprises françaises du xix e siècle. Les salariés sont de deux types : ceux qui travaillent dans les usines à gaz, qui produisent le gaz, et ceux qui vont relever les compteurs des abonnés au gaz (qualité

20 22 Les nouvelles frontières du travail subordonné que, dans les classes moyennes, on met sur la carte de visite à la fin du xix e siècle). C est une société où le pouvoir hiérarchique appartient aux ingénieurs. Ceux-ci sont sans cesse sur le dos des ouvriers des usines à gaz pour augmenter leur production, leur productivité, et sans arrêt sur le dos des employés pour essayer de standardiser leur pratique de relevé des compteurs. La réaction tant des ouvriers que des employés est de dire que cette pression quotidienne des ingénieurs relève de l arbitraire et même de l oppression. Par conséquent, quel va être un des objectifs les plus importants des grèves qui ont lieu à plusieurs reprises dans la seconde moitié du xix e siècle à la Compagnie du gaz de Paris? Il sera d établir des règles de subordination. Inscrites en bonne part dans le règlement intérieur de l entreprise, elles vont concerner la façon dont se font l embauche ou le licenciement, dont se déroule la carrière. Elles sont en grande partie demandées par les ouvriers et les employés, d abord de façon spontanée par des comités de grève, et ensuite par les organisations syndicales qui apparaissent peu à peu. Ce qui veut dire que, d une certaine manière, le développement d une bureaucratie de gestion du personnel à la Compagnie du gaz de Paris est en grande partie la réponse à une demande venue d en bas, exprimée par les salariés pour se préserver de l arbitraire des chefs, des dirigeants c est la thèse que défend avec énergie l historien américain Lenard Berlanstein, qui a étudié cette compagnie dans un livre [Berlanstein, 1991]. Et les règles, même si elles sont élaborées, écrites, non seulement par les ingénieurs, mais encore par les juristes ou les diplômés de l École libre des sciences politiques qui sont petit à petit recrutés pour penser la gestion de personnel [Fombonne, 2001], sont en partie négociées de façon informelle et, ce faisant, limitent la subordination et la légitiment tout à la fois. Second exemple : peu après Mai 68. En 1969, le dirigeant d un très grand groupe familial du textile, de la mode, de la presse, Marcel Boussac, meurt. Le comité central d entreprise de la branche textile se réunit dans les Vosges. Et quelles sont les personnes qui y font alors l éloge le plus vibrant, le plus chaleureux du patron qui vient de décéder? Ce sont les délégués centraux de la CGT et de la CFDT, qui ont pourtant connu une vie très dure sous l autorité de Marcel Boussac et de ses cadres et avaient impulsé en 1968 une grève dans le groupe qui a laissé des traces extrêmement fortes. À côté, les éloges des délégués CFTC et CGC ou FO sont parfaitement plats et vains [Pochna, 1980]. Donc ce cas, parmi d autres, nous amène à considérer que la subordi-

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS Stéphane Auray et David L. Fuller Catalogage Électre-Bibliographie (avec le concours de la Bibliothèque de Sciences Po) L assurance chômage aux États-Unis / Stéphane

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

I. La société salariale et son effritement

I. La société salariale et son effritement Le contrat salarial : transformations ou déclin? Emmanuelle PUISSANT, ADEES Rhône-Alpes, Juin 2012 La «société salariale 1» a été le socle du compromis social ayant forgé les régulations et protections

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon «LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon Eléments de réponse au questionnaire adressé par les organisateurs 1. Il n existe pas de définition

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales

Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales Nicolas Castel, Noélie Delahaie, Héloïse Petit To cite this version: Nicolas Castel, Noélie Delahaie, Héloïse Petit. Des rémunérations

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DE L ARTISTE : UNE HISTOIRE SANS FIN?

LE STATUT SOCIAL DE L ARTISTE : UNE HISTOIRE SANS FIN? LE STATUT SOCIAL DE L ARTISTE : UNE HISTOIRE SANS FIN? Par Estelle CEULEMANS Conseillère Service d'études Fédéral, Département Social FGTB-ABVV Quelle place une société veut-elle donner à ses artistes?

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

«Les notions de territoire et de proximité sont essentielles» Olivier Las Vergnas (Cité des métiers)

«Les notions de territoire et de proximité sont essentielles» Olivier Las Vergnas (Cité des métiers) «Les notions de territoire et de proximité sont essentielles» Olivier Las Vergnas (Cité des métiers) Si la Cité des métiers n a pas innové en choisissant de mettre dans un seul lieu l ensemble des ressources

Plus en détail

Enquête sur les complémentaires santé

Enquête sur les complémentaires santé Enquête sur les complémentaires santé La réforme des contrats responsables : Evolution ou révolution? 4 juin 2014 - Page 1 Au travers de la réforme des contrats responsables, Nexialog Consulting a souhaité

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail