Rapport d étude diagnostic portant sur les activités de loisirs physiques et de pleine nature en Corse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d étude diagnostic portant sur les activités de loisirs physiques et de pleine nature en Corse"

Transcription

1 Rapport d étude diagnostic portant sur les activités de loisirs physiques et de pleine nature en Corse Rapport final version provisoire Le lundi 26 novembre 2007 Docteur en sciences de gestion Expert près la Cour d Appel de Bastia Professeur associé à l Université de Corse 25bis, rue Luce de Casabianca Bastia tel. (495)

2 Sommaire 1. Quelques éléments de méthodologie Les objectifs de l étude La méthodologie employée Les différentes phases de la mission Les sources d information Les limites de la démarche d investigation Les APPN en Corse : faits et enjeux Le cadre général de l activité Une première approche documentaire Une analyse institutionnelle Une analyse statistique secondaire Le travail d inventaire Les caractéristiques des entreprises La perspective des entreprises du secteur La conduite d une enquête qualitative Les conditions de réalisation de l enquête Les thématiques convergentes Les thématiques divergentes Les enseignements de l étude de terrain Une typologie économique des acteurs privés sectoriels Les facteurs bloquants du développement sectoriels Les hypothèses économiques proposées La conduite d une enquête quantitative La conduite des opérations techniques de mesure La rédaction du questionnaire La réalisation effective de l enquête 117 2

3 4.2. Les résultats empiriques Le cadre statistique et typologique La validation des hypothèses L élaboration d un canevas analytique global Vers la définition d une politique publique spécifique Le cadre général de la politique publique dédiée Du diagnostic aux préconisations Les choix stratégiques proposés L encadrement de la démarche Le recours à l Approche Cadre Logique (ACL) Le contenu de la politique publique Composante A : L appui à la structuration et à la performance du secteur privé Composante B : La mise en œuvre d une politique intégrée et sélective de soutien public La synthèse sous forme de cadre logique Une proposition de mise en œuvre de la politique publique Le cadre budgétaire global Une illustration du phasage au moyen d un chronogramme 218 Liste des tableaux 221 Liste des figures 223 Annexes 225 3

4 1. Quelques éléments de méthodologie Il semble important, à ce stade initial du l exposé du travail, de détailler les conditions dans lesquelles ont été conduites l étude : outre la présentation traditionnelle du périmètre du travail effectué par les consultants, qui est nécessaire à la compréhension des résultats exposés, cette étape revêt, dans ce cas précis, un rôle et un intérêt particuliers, en raison du caractère exigeant de la méthodologie employée et de la qualité très hétérogène des informations statistiques utilisées Les objectifs de l étude La mission confiée à notre cabinet avait pour objet de contribuer à la définition d un plan de développement au bénéfice de la filière des Activités de loisirs Physiques et de Pleine Nature (ci-après notées APPN) de Corse : l ATC souhaitait définir une stratégie embrassant l ensemble de ces activités, sur la foi d un diagnostic économique objectif. Les paramètres environnementaux, issus du contexte économique et sectoriel, ont largement participé à la délimitation du contour de cette mission. Trois séries de facteurs, ordonnés par spécificité croissante, peuvent ainsi être distinguées : a) Une problématique sectorielle importante au regard des enjeux touristiques Dans un contexte mondial de croissance du tourisme et d accentuation de l intensité concurrentielle, le rôle direct et indirect des APPN dans les filières commerciales se trouve majoré. A l heure où la compétitivité des territoires s évalue à l aune de leur capacité à structurer leur offre sous forme de produits touristiques complets, plus qu à celle à promouvoir au sens strict, l offre de loisirs devient un facteur essentiel de la différenciation. La Corse en ce qu elle rassemble en un périmètre réduit une remarquable diversité de paysages préservés, se prête particulièrement à la réalisation de prestations de service 4

5 orientées vers la nature au sens large, et plus particulièrement vers la conduite d activités sportives. Le secteur insulaire des APPN, s il est apparemment bien inventorié dans la mesure où ses acteurs souhaitent faciliter leur mise en marché, demeure encore largement inconnu dans ses caractéristiques économiques et on ignore notamment ses véritables capacités intrinsèques de développement. b) La spécificité insulaire Du point de vue des APPN, cette spécificité s exprime selon plusieurs dimensions et contraint diversement l expansion de la filière : i) La dimension géographique Si le relief tortueux de l île associé à la pauvreté des infrastructures de transport est généralement considéré comme un handicap en matière de développement, il représente bien plus un avantage dans le domaine des APPN en offrant un «terrain de jeux» et d aventure apprécié, particulièrement en association avec le littoral, en dépit des contraintes d exploitation supplémentaires s exerçant sur les entreprises du secteur. Par ailleurs, la démographie faible et les phénomènes de désertification confient de fait aux APPN un rôle d aménagement du territoire en accroissant le nombre de résidents sur place et en contribuant grandement à l attraction de flux touristiques. Ce phénomène est d ailleurs explicitement pris en compte par le cahier des charges qui préconise à juste titre une exploration de la fonction spatiale des APPN. Au total, la diversité physique des territoires recèle certainement des potentialités intéressantes d aménagement mais complique singulièrement, en contrepartie, la tâche des politiques publiques en favorisant l hétérogénéité des structures économiques. ii) La dimension touristique Dans le contexte actuel de structuration de la politique touristique de la Corse, à l aune de la définition de la politique de soutien des offices de pôle et du changement de programmation, l importance de la localisation des activités dans la création de dynamiques infrarégionales semble accrue : sa prise en compte par la politique publique de l ATC notamment, jouera un rôle déterminant dans la constitution de l identité marketing des territoires et dans l étalement de la saison, fortement tributaire de l offre de loisirs connexes. 5

6 iii) La dimension économique La recherche d un positionnement économique d ensemble semble nécessaire à l organisation de la politique de développement d une île marquée par la faiblesse insigne du secteur privé et par un PIB par habitant inférieur à la moyenne nationale de près de 25 % : la Corse définit ainsi de manière croissante sa politique globale de développement autour de l axe environnemental, comme en témoigne par exemple l accent mis sur le domaine des énergies renouvelables. Le pendant touristique de ce choix plus large réside dans un positionnement nature accentué, attribuant une place de choix aux APPN comme facteur de capture de la valeur ajoutée mais aussi comme moyen de promotion. c) La modification de la répartition institutionnelle des prérogatives La Corse bénéficie d un dispositif institutionnel original dont la compréhension semble indispensable à l entendement des enjeux associés à la présente mission. La Collectivité Territoriale de Corse assume ainsi de nombreuses prérogatives en matière de politiques publiques, selon les termes de la loi du 22 janvier 2002 : plus particulièrement, elle s est vue confier un rôle de chef de file en matière de développement économique et d aménagement du territoire. L organisation de ces compétences s effectue selon une démarche croissante de territorialisation : ce phénomène suppose une prise en compte pondérée des spécificités microrégionales 1 dans la mise en œuvre de politiques sectorielles formalisées. En effet, la modification de la répartition des compétences à l aune de la loi du 22 janvier rend plus nécessaire encore une organisation volontariste des prérogatives pour œuvrer à une stratégie commune de développement, qui devra s intégrer aux divers documents 1 Les directives figurant dans les délibérations de l Assemblée apparaissent en la matière particulièrement éclairantes : «La majeure partie des interventions de la CTC a en fait clairement vocation à être territorialisée. L approche par territoire ne doit cependant pas réduire l action de la Collectivité Territoriale en matière d aménagement et de développement à l addition des interventions dans les 7 à 8 bassins de vie. Les besoins des territoires, notamment en matière d équipement, seront déterminés préalablement à toute intervention significative de la CTC, qu elle soit ou non maître d ouvrage et identifiés à partir des sources statistiques fournies par l INSEE (recensement de 1999 actualisé) ou de toute autre source fiable (diagnostics, études sectorielles ).La préoccupation de la Collectivité, au-delà des divers zonages demeure l équilibre entre les différentes parties de la Corse et le renforcement des solidarités rural/urbain, littoral/intérieur. Ses propres objectifs stratégiques ou opérationnels prévaudront et les implantations d équipements majeurs de rayonnement et d intérêt régional continueront de relever de ses propres choix. Ils seront naturellement actés dans le PADDUC. Dans cadre, la constitution de Pays structurés par des intercommunalités doit devenir un objectif majeur de la Collectivité Territoriale, car ils permettent de parvenir à une forme aboutie de la territorialisation des politiques publiques». 6

7 de planification en cours d élaboration (Contrat de plan Etat région ; Document Unique de Programmation). Cette action collective doit en outre tenir compte des spécificités avérées de l île en matière de politique de développement des filières : la multiplicité des acteurs institutionnels, investis de compétences parfois concurrentes en matière de développement économique dans un contexte de décentralisation 2, fait peser une contrainte majorée de coordination de l action publique sous peine d encourir une dilution importante des effets de cette même action. Dans ce contexte, l étude de la filière APPN en Corse réclame la mise en œuvre de solutions inductives, prenant en compte la dimension fortement spécifique du secteur, plus que l application de solutions stéréotypées, importées de tel ou tel territoire fondamentalement différent. Dans cette perspective générale, le recours à un conseil externe devait offrir une contribution technique de nature à permettre l atteinte de trois objectifs principaux : Offrir à l ATC une vision sectorielle juste, mêlant aspects qualitatifs et quantitatifs, des APPN ; Evaluer les perspectives de développement des acteurs et des dynamiques territoriales ; Elaborer un plan stratégique de développement formalisé autour d un système d axes et d objectifs La méthodologie employée La présentation de la méthodologie portera successivement sur les différentes phases de la mission puis sur les sources d informations consultées qui ont conditionné la délimitation du périmètre de l étude. On notera que la mise en œuvre de cette méthodologie s est effectuée sous le contrôle continu des services de l ATC par le biais d échanges de mails, de contacts téléphoniques et de réunions, notamment : 2 Cf. les compétences particulières dévolues à la Collectivité Territoriale de Corse par la Loi du 22 janvier

8 Réunion du 21 février à Bastia avec Mr Serge Mari Réunion du 16 mai 2007 à Ajaccio avec Mr Jean-Marie Cottoni Réunion du 1 er juin 2007 à Ajaccio avec Mr Serge Mari Les différentes phases de la mission En préambule, si la finalité de la politique publique réside bien dans un développement touristique plus rémunérateur et mieux positionné commercialement, il convient de préciser que les moyens de la promotion sectorielle comme du diagnostic ne doivent toutefois pas se limiter aux marchés touristiques, sous peine d obtenir une analyse parcellaire des phénomènes étudiés. Pour répondre aux besoins identifiés précédemment, il semblait nécessaire de mener à bien une démarche double, associant les techniques de l analyse économique sectorielle à celles du management public, dans l esprit de se forger une vision générale des enjeux sectoriels et des modalités d adaptation à développer en corollaire. Afin de respecter ces principes d intervention, l exécution de la mission de diagnostic et de rédaction pour atteindre ces objectifs s est articulée autour de deux phases successives, comme l indique le cahier des charges. Phase n 1. Une approche descriptive et typologique des acteurs Cette première approche sectorielle avait pour but de favoriser l acquisition d une connaissance pointue du secteur des APPN, sur la foi de laquelle élaborer un dispositif de soutien efficace. Dans cette optique, outre l étude quantitative sur laquelle le cahier des charges insiste légitimement, on s est appliqué à mettre en œuvre au cours de cette phase des outils de nature différente afin de brosser le portrait fidèle du secteur : pour contribuer plus utilement à la définition de politiques publiques de soutien au développement et pour fédérer pratiquement l action des protagonistes de terrain, ce diagnostic initial requerrait l ajout explicite d une approche qualitative, afin de caractériser la filière en identifiant ses atouts et ses handicaps et surtout de souligner les facteurs bloquants de son développement. La mesure statistique permit par la suite de dresser le cadre macroéconomique de l analyse et cela semblait effectivement pertinent étant donné la pauvreté globale de l information statistique adressée à l île en général et à son économie en particulier. 8

9 Mais la connaissance sectorielle ne pourra durablement progresser qu au moyen d un pendant qualitatif de l étude statistique, en raison notamment du caractère fortement informel des structures assurant la conduite de ces activités d APPN. Phase n 2. Le cadre prospectif et les recommandations associées L ensemble de ces informations a constitué l embase d une approche prospective sous la forme d un plan d actions structuré en axes de développement. Ces derniers se découperont en objectifs majeurs et connexes. Le schéma présenté page suivante reprend l articulation de ces divers aspects du travail en explicitant leur insertion dans le corps du rapport. 9

10 Analyse documentaire et statistique (chapitre 2) L étude qualitative (chapitre 3) Les processus de management du secteur Les facteurs bloquants Les hypothèses de l étude quantitative L étude quantitative (Chapitre 4) Réalisation de l étude Typologie des acteurs Validation des hypothèses Figure 1. L articulationméthodologique Plan stratégique de développement (Chapitre 5) Principes d élaboration Axes stratégiques Mise en œuvre opérationnelle 10

11 Les sources d information Plusieurs démarches concomitantes ont été ainsi conduites afin de combiner les sources d information. Source n 1. Les recherches documentaires Cette étude initiale de la filière repose sur un certain nombre de démarches méthodologiques : La collecte d informations statistiques auprès des organismes publics (Observatoire du tourisme de l ATC, INSEE, services déconcentrés de l Etat) ; La collecte d informations statistiques auprès d acteurs privés (syndicats professionnels, organismes de formation) ; La synthèse statistique des informations commerciales disponibles et recensées par l ATC ou ses relais territoriaux ; Le recensement des acteurs identifiés de la filière, notamment les entreprises structurées dotées d un savoir-faire reconnu ; La production d une cartographie reflétant l intensité de l offre sur les microrégions insulaires. La construction de ce qu on pourrait dénommer une grille de connaissances s est heurtée en pratique, comme cela était d ailleurs prévu, à la forte hétérogénéité des indicateurs statistiques mobilisables. Les données nécessaires à l analyse ne sont pas toutes disponibles dans tous les domaines de requête comme cela sera explicité infra. De plus, les nombreuses données produites par les institutions et organismes ne sont pas toujours cohérentes entre elles ni de qualité équivalente, obligeant à l abandon de certaines sources d informations. Source n 2. Une étude qualitative Il s agissait par ce biais de décrire de façon lisible, notamment à partir de monographies d entreprises, l ensemble de l offre pouvant concourir au développement économique et stratégique de la filière pleine nature. Cette phase d investigation de terrain constitue également le préalable indispensable à la conduite d une enquête quantitative plus large, dont l ambition est de traiter des problématiques managériales et économiques complexes. 11

12 Parmi les interlocuteurs rencontrés, on a privilégié volontairement les acteurs privés qui représentent les «praticiens» de la filière. Afin de conduire à bien cette consultation, on a donc procédé selon la technique des entretiens dits semi-directifs, en recourant à un guide d entretien spécifique. Le guide d entretien utilisé à cette fin a donc revêtu une grande importance et est reproduit à l annexe n 2 du rapport. On notera que ces éléments ont irrigué toute la réflexion méthodologique aval débouchant sur la réalisation de l enquête quantitative. Ils ont permis l élaboration d un cadre d interprétation global des mesures statistiques directes réalisées par la suite. Le schéma présenté page suivante illustre le rôle essentiel de cette étape dans la méthodologie globale. 12

13 Analyse première des informations existantes Recherche documentaire : éléments administratifs, économiques, Collecte et retraitement des informations secondaires : statistiques diverses (brutes ou exploitées) Utilisation des éléments issus de l étape I de l étude : descriptif général de la population d entreprises La formulation d hypothèses économiques Recherches qualitatives Elaboration de guides d entretien spécifiques Réalisation des entretiens (logique de réplication) Collecte des documents spécifiques (structure de l offre, largeur et profondeur de la gamme) Détermination d un corps d hypothèses Se prêtant à vérification empirique Mettant en relation les caractéristiques des entreprises et leurs besoins d accompagnement La réalisation de l étude quantitative 13

14 Source n 3. Une étude quantitative Dans le prolongement de la modélisation supra, le schéma page 112 reprend les diverses phases de l enquête, en soulignant son articulation avec les étapes précédentes. On noteera ici que le questionnaire employé devait répondre à certain nombre d exigences techniques : il constitue en effet un des éléments essentiels de l enquête. Il est l instrument d enregistrement et de stockage de l information. C est pourquoi il convient d accorder beaucoup de soin à sa préparation et minimiser ainsi les biais statistiques (erreurs qui orientent les résultats d une enquête et susceptibles de fausser les conclusions) en rendant le questionnaire facile à remplir et incitatif. Son élaboration doit tenir compte d un certain nombre de contraintes dont le contenu est esquissé infra. Le pré-test qui a précédé son administration a permis d ajuster cet outil de recueil des informations aux exigences manifestes du terrain, comme cela est repris à la page 119. Au total, on a souhaité obtenir par ce traitement statistique, un certain nombre d informations : La fiche signalétique des entreprises du secteur (taille, âge, implantation, CA, effectifs, activités effectives, ) ; Les caractéristiques de leurs clientèles (origine, CSP, fidélité, hébergement) ; La liste de leurs principales difficultés en matière de management, recrutement, formation, commercialisation ; Leurs attentes en matière d accompagnement ; Leurs anticipations en matière de recrutement ; Leurs pratiques en matière de partenariats ; Une cartographie plus précise de l activité Les limites de la démarche d investigation Comme cela sera précisé par la suite, les caractéristiques générales du secteur demeurent un sujet d interrogations ; plusieurs explications peuvent être avancées : Les insuffisances globales du système de suivi statistique insulaire ; L hétérogénéité des intéressés et de leur représentation institutionnelle, qui disposent, parfois, d un suivi parcellaire, propre à leur secteur d intervention ; 14

15 La part de l économie souterraine qui se manifeste par exemple par la présence de multiples structures peu identifiables du point de vue des enquêteurs. Pour des raisons de confidentialité et de disponibilité, l accès aux bases de données fournies par l INSEE n a pu se réaliser que de manière indirecte : les services de l Institut ont en effet réalisé des retraitements qui nous ont été fournis sans qu il soit possible de manipuler directement les données sources, qui mettent en relation les différentes caractéristiques des entreprises concernées. Pour ce motif, il s est avéré impossible de procéder à la réalisation de traitements croisés des informations mettant par exemple en relation l implantation des entreprises avec leur taille mesurée en nombre d employés ou avec leur ancienneté. Cet inconvénient vient sérieusement limiter la portée de la typologie des entreprises qu il est possible de réaliser. Cet outil -dont la valeur initiale était opérationnelle- revêtira donc un aspect essentiellement descriptif. Le problème de la délimitation se focalise donc entièrement sur les contours du secteur concerné : cela conduit nécessairement à formuler un certain nombre de choix dans les domaines observés. Ces choix revêtent un caractère important du point de vue de la cohérence des options méthodologiques retenues dans l ensemble de la mission : des critères pragmatiques ont ainsi guidé la mise au point d une définition, comme cela sera expliqué plus avant infra (cf. p28). 15

16 2. Les APPN en Corse : faits et enjeux Cette partie permet de resituer le secteur dans son contexte international et local, puis de délimiter les contours du périmètre de l étude et ce, à deux niveaux distincts : En définissant les termes généraux et institutionnels du diagnostic ; Et en proposant une première mesure de la réalité économique et humaine des APPN dans l île, qui dresse le cadre macroéconomique de la réflexion Le cadre général de l activité De nombreuses publications ont traité au cours de ces dernières années de la problématique des activités de pleine nature, apportant de nombreux éclairages sur le fonctionnement sectoriel : une synthèse des éléments les plus pertinents permettra de prendre conscience de la logique économique qui préside au développement du secteur et introduira un rapide panorama des acteurs institutionnels Une première approche documentaire Un certain nombre de documents peuvent être ici mentionnés en ce qu ils facilitent la délimitation générale des activités concernées, la compréhension de leur dynamisme et de leur rôle dans la problématique touristique. a) Les tendances du marché français 3 L évolution du marché français permet de mieux comprendre les enjeux généraux comme touristiques du secteur Corse et simultanément d en délimiter la spécificité. 3 AFIT, Les loisirs sportifs de nature : les grandes tendances,

17 i) Evolution et développement des APPN Les chiffres collectés par les divers observateurs soulignent une forte progression du secteur : selon Eurostaf par exemple, ce marché enregistre une progression annuelle de 7% pour les équipementiers pour un chiffre d affaires total de 30 milliards d euros, ce qui représente 25% des articles de sports. La filière apparaît comme un marché au potentiel important dans le développement touristique. En 2000, une enquête insep dénombre plus de 14 Millions de pratiquants âgés de 15 à 75 ans. En termes de proportion, cela représente 1 français sur 3. Les adeptes de sports de nature sont majoritairement des citadins (73% des citadins pratiquent une activité physique de pleine nature, sondage Louis Harris 2002). L accroissement du nombre de pratiquants entraîne une évolution de la perception nature. Cette dernière est synonyme d hygiène de vie et représente même un certain idéalisme politique en matière de protection de l environnement. Toutefois, avec le développement des APPN, la nature représente un terrain de jeu et d aventure où la recherche de sensations multiples est le moteur des adeptes. Ce développement s explique par un contexte favorable à ces pratiques sportives : L accroissement du temps libre Le besoin d un retour à la nature Un nouveau style de vie décontracté La nécessité d être bien dans son corps Le sport envahit le quotidien par le biais notamment des médias. ii) La demande Dans le but d obtenir une typologie de la clientèle, l AFIT dresse un portrait sociodémographique des pratiquants. L âge Deux types de pratiques ressortent : les activités techniques et à sensation, pratiquées par les ans et également la tranche d âge la plus représentative du marché, puis celles de détente et de plaisir par les ans. 17

18 Le sexe Les hommes sont largement prédominants pour les activités techniques et à sensation tandis que les femmes s intéressent plutôt aux activités de détente et de bien être. CSP La filière des sports de pleine nature demeure essentiellement fréquentée par une clientèle aisée. Cependant on observe une tendance à l ouverture vers le «grand public». Origine Les citadins alimentent la majorité de la demande (les régions Parisienne et Centre représentant les deux grands bassins émetteurs). En résumé, le marché des APPN concerne prioritairement une clientèle jeune, masculine, aisée et urbaine. iii) L offre Des années 1990 aux années 2000, l offre connaît une évolution avec l apparition de nouveaux espaces de pratique. Jusqu aux années 1990, on observe une diffusion géographique des sites ainsi que des itinéraires de pratique. De plus, l apparition d équipements innovants permet une pratique urbaine des sports de pleine nature (structures artificielles d escalade, parcours artificiels d eaux vives, pistes de ski). Depuis 1992, de nouveaux espaces aménagés apparaissent en milieu naturel : Via ferrata, randonnée, parcours acrobatiques, snow park, stades d eaux vives, etc. On peut résumer ainsi les grandes tendances d évolution des espaces de pratique : De plus en plus fermés et spécialisés De plus en plus payants De plus en plus «technologisés» De plus en plus à partir de territoires «non-dédiés». 18

19 b) L état de la filière dans l île au lancement de l étude Dans le rapport de stage de Mlle Ottavi fourni par les services de l ATC 4, une consultation des professionnels fait apparaître notamment les opportunités et les menaces du marché des APPN, les freins au développement de la filière ainsi que les principales attentes exprimées. Dimensions Points forts Points faibles Ouverture du tourisme Difficile à structurer car Economie et vers l intérieur filière hétérogène développement Possibilités de création Manque d emploi en local local d emploi dans le rural Manque d emploi qualifié Mauvaise utilisation des Promotion nouvelles technologies (Internet) Vecteur d images positives (APPN : notion Image d activités saines dans une nature préservée) Occupation de Concurrentielle l espace Conflit d usage Contribution à Une gestion non l organisation et la concertée peut avoir des structuration de l espace effets néfastes sur Environnement (débroussaillage, l environnement maintien des chemins) (débroussaillages abusifs) Formations adaptées Manque de formation en aux activités nautiques langues Formation et de sports aériens Manque de formation pour les activités de neige et de montagne Tableau 1. Approche multidimensionnelle des forces et faiblesses sectorielles 44 Aurelia Ottavi, identification des socioprofessionnels des composantes de la filière des activités de loisirs, physiques et sportives de pleine nature, rapport de stage Master tourisme Université de Corse

20 Cette approche objective de la problématique sectorielle recoupe largement les informations de terrain collectées par les consultants. Concernant les facteurs bloquants du développement, les professionnels s accordent à pointer du doigt : l inadaptation des transports le para commercialisme l absence de promotion la lourdeur administrative l importance des charges et des taxes le manque d infrastructures et l obsolescence des infrastructures existantes le poids des investissements le manque d implication des pouvoirs publics. Suivant les lignes de force de cette analyse, souvent polémique et associant des éléments parfois incohérents ou très généraux, les attentes des socioprofessionnels s expriment dans les termes suivants : une collaboration avec le service Promotion de l Agence du Tourisme afin de mieux cibler les actions commerciales ; une aide décisionnelle et juridique, appréciable au regard des lourdeurs administratives ; Une lutte active contre le paracommercialisme matérialisée par la création de postes de surveillance ; L implication des pouvoirs publics dans l aménagement d espaces et dans l amélioration de la qualité d accueil des clients. La connaissance de la demande à l échelon insulaire se limite aux préférences exprimées par les clients en matière d activités mesurées par le sondage effectué par KPMG 5, qui analyse selon une échelle allant de 0 à 5 l intérêt pour les activités proposées. Sur la base des personnes pour lesquelles l intérêt est situé entre 4 et 5, on obtient la répartition suivante, pour les activités de pleine nature puis celles nautiques. 5 KPMG, Les activités pratiquées en 2006, Résultats et analyse, rapport commandé par l AGENCE DU TOURISME DE LA CORSE,

21 Tableau 2. Répartition des activités par priorité pour les clients Sur le fondement des résultats obtenus, KPMG propose une typologie de la clientèle par activité. 21

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE TOURISTIQUE - BAC+5 - MSTO Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Proposer de nouveaux produits intégrant hébergement touristique et activités FICHE ACTION N 12 Soutien aux hébergements et aux produits intégrés

Proposer de nouveaux produits intégrant hébergement touristique et activités FICHE ACTION N 12 Soutien aux hébergements et aux produits intégrés Contrat de territoire2007-2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Proposer de nouveaux produits intégrant hébergement touristique

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne octobre 2008 Aujourd hui, la CCI Seine-et-Marne, fortement impliquée dans l observation des entreprises et du développement économique de

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et management publics de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Projet de cahier des charges «Développement économique»

Projet de cahier des charges «Développement économique» - 1 - Préambule Projet de cahier des charges «Développement économique» L Etat et la Collectivité Territoriale de Corse engagent, dans le cadre du Contrat de Plan, une démarche d évaluation à mi parcours

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de projets dans le domaine éducatif, social ou socioculturel de l Université de Haute-Alsace Vague C

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Hôtellerie traditionnelle

Hôtellerie traditionnelle Hôtellerie traditionnelle 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 a. Condition d ouverture d un établissement hôtelier... 6 b. Demande de classement d un établissement

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

Cahier des Charges A.M.O portail APN Page 1/6

Cahier des Charges A.M.O portail APN Page 1/6 Page 1/6 Définition d un dispositif web / mobile de valorisation des activités de pleine nature dans le département de l Hérault ------------- Cahier des charges pour une mission d Assistance à Maîtrise

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE REGION GUYANE MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE SOMMAIRE I. Contexte 3 II. Objet du marché

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE POSITIONNEMENT MARKETING POUR LA DESTINATION TOURISTIQUE DES LACS DE SAVOIE MONT BLANC

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE POSITIONNEMENT MARKETING POUR LA DESTINATION TOURISTIQUE DES LACS DE SAVOIE MONT BLANC Appel à consultation CAHIER DES CHARGES ETUDE DE POSITIONNEMENT MARKETING POUR LA DESTINATION TOURISTIQUE DES LACS DE SAVOIE MONT BLANC 1. RAPPEL DU CONTEXTE En Savoie Mont Blanc - composé des deux départements

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS?

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS? CONTEXTE Le secteur du tourisme mondial, après avoir connu un léger déclin en temps de crise connait ces quatre dernières années une reprise certaine. A titre indicatif, le secteur a connu une phase d

Plus en détail

Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire. Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 -

Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire. Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 - Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 - Contexte général La part modale de la voiture augmente malgré une progression des

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS 5 LE TERRITOIRE «MEDOC OCEAN» Les communes : Lacanau, Carcans-Maubuisson et Hourtin Population

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable grands comptes de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Projet de repositionnement marketing des offres Accueil pêche en Finistère. www.finisteretourisme.com

Projet de repositionnement marketing des offres Accueil pêche en Finistère. www.finisteretourisme.com Projet de repositionnement marketing des offres Accueil pêche en Finistère Sommaire Historique de la démarche La problématique actuelle L objectif de la réunion r : Au terme de trois années de fonctionnement,

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic d une association les grandes étapes» Points clés Le diagnostic, un outil incontournable! C est en prenant en compte ces éléments que l association peut

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

UNE RÉFLÉXION AU SERVICE DE L ACTION. Présentation/Services/Références

UNE RÉFLÉXION AU SERVICE DE L ACTION. Présentation/Services/Références UNE RÉFLÉXION AU SERVICE DE L ACTION Présentation/Services/Références Octobre 2015 CONTACTS Christelle Robiteau 06 21 65 09 97 Stéphanie Silvestre 06 14 33 73 39 cesod@live.fr www.cesod.fr CESOD - Cabinet

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Sciences Humaines et Sociales mention CONDUITE DE PROJETS CULTURELS spécialité professionnelle CONDUITE DE PROJETS TOURISTIQUES

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail