Rapport d étude diagnostic portant sur les activités de loisirs physiques et de pleine nature en Corse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d étude diagnostic portant sur les activités de loisirs physiques et de pleine nature en Corse"

Transcription

1 Rapport d étude diagnostic portant sur les activités de loisirs physiques et de pleine nature en Corse Rapport final version provisoire Le lundi 26 novembre 2007 Docteur en sciences de gestion Expert près la Cour d Appel de Bastia Professeur associé à l Université de Corse 25bis, rue Luce de Casabianca Bastia tel. (495)

2 Sommaire 1. Quelques éléments de méthodologie Les objectifs de l étude La méthodologie employée Les différentes phases de la mission Les sources d information Les limites de la démarche d investigation Les APPN en Corse : faits et enjeux Le cadre général de l activité Une première approche documentaire Une analyse institutionnelle Une analyse statistique secondaire Le travail d inventaire Les caractéristiques des entreprises La perspective des entreprises du secteur La conduite d une enquête qualitative Les conditions de réalisation de l enquête Les thématiques convergentes Les thématiques divergentes Les enseignements de l étude de terrain Une typologie économique des acteurs privés sectoriels Les facteurs bloquants du développement sectoriels Les hypothèses économiques proposées La conduite d une enquête quantitative La conduite des opérations techniques de mesure La rédaction du questionnaire La réalisation effective de l enquête 117 2

3 4.2. Les résultats empiriques Le cadre statistique et typologique La validation des hypothèses L élaboration d un canevas analytique global Vers la définition d une politique publique spécifique Le cadre général de la politique publique dédiée Du diagnostic aux préconisations Les choix stratégiques proposés L encadrement de la démarche Le recours à l Approche Cadre Logique (ACL) Le contenu de la politique publique Composante A : L appui à la structuration et à la performance du secteur privé Composante B : La mise en œuvre d une politique intégrée et sélective de soutien public La synthèse sous forme de cadre logique Une proposition de mise en œuvre de la politique publique Le cadre budgétaire global Une illustration du phasage au moyen d un chronogramme 218 Liste des tableaux 221 Liste des figures 223 Annexes 225 3

4 1. Quelques éléments de méthodologie Il semble important, à ce stade initial du l exposé du travail, de détailler les conditions dans lesquelles ont été conduites l étude : outre la présentation traditionnelle du périmètre du travail effectué par les consultants, qui est nécessaire à la compréhension des résultats exposés, cette étape revêt, dans ce cas précis, un rôle et un intérêt particuliers, en raison du caractère exigeant de la méthodologie employée et de la qualité très hétérogène des informations statistiques utilisées Les objectifs de l étude La mission confiée à notre cabinet avait pour objet de contribuer à la définition d un plan de développement au bénéfice de la filière des Activités de loisirs Physiques et de Pleine Nature (ci-après notées APPN) de Corse : l ATC souhaitait définir une stratégie embrassant l ensemble de ces activités, sur la foi d un diagnostic économique objectif. Les paramètres environnementaux, issus du contexte économique et sectoriel, ont largement participé à la délimitation du contour de cette mission. Trois séries de facteurs, ordonnés par spécificité croissante, peuvent ainsi être distinguées : a) Une problématique sectorielle importante au regard des enjeux touristiques Dans un contexte mondial de croissance du tourisme et d accentuation de l intensité concurrentielle, le rôle direct et indirect des APPN dans les filières commerciales se trouve majoré. A l heure où la compétitivité des territoires s évalue à l aune de leur capacité à structurer leur offre sous forme de produits touristiques complets, plus qu à celle à promouvoir au sens strict, l offre de loisirs devient un facteur essentiel de la différenciation. La Corse en ce qu elle rassemble en un périmètre réduit une remarquable diversité de paysages préservés, se prête particulièrement à la réalisation de prestations de service 4

5 orientées vers la nature au sens large, et plus particulièrement vers la conduite d activités sportives. Le secteur insulaire des APPN, s il est apparemment bien inventorié dans la mesure où ses acteurs souhaitent faciliter leur mise en marché, demeure encore largement inconnu dans ses caractéristiques économiques et on ignore notamment ses véritables capacités intrinsèques de développement. b) La spécificité insulaire Du point de vue des APPN, cette spécificité s exprime selon plusieurs dimensions et contraint diversement l expansion de la filière : i) La dimension géographique Si le relief tortueux de l île associé à la pauvreté des infrastructures de transport est généralement considéré comme un handicap en matière de développement, il représente bien plus un avantage dans le domaine des APPN en offrant un «terrain de jeux» et d aventure apprécié, particulièrement en association avec le littoral, en dépit des contraintes d exploitation supplémentaires s exerçant sur les entreprises du secteur. Par ailleurs, la démographie faible et les phénomènes de désertification confient de fait aux APPN un rôle d aménagement du territoire en accroissant le nombre de résidents sur place et en contribuant grandement à l attraction de flux touristiques. Ce phénomène est d ailleurs explicitement pris en compte par le cahier des charges qui préconise à juste titre une exploration de la fonction spatiale des APPN. Au total, la diversité physique des territoires recèle certainement des potentialités intéressantes d aménagement mais complique singulièrement, en contrepartie, la tâche des politiques publiques en favorisant l hétérogénéité des structures économiques. ii) La dimension touristique Dans le contexte actuel de structuration de la politique touristique de la Corse, à l aune de la définition de la politique de soutien des offices de pôle et du changement de programmation, l importance de la localisation des activités dans la création de dynamiques infrarégionales semble accrue : sa prise en compte par la politique publique de l ATC notamment, jouera un rôle déterminant dans la constitution de l identité marketing des territoires et dans l étalement de la saison, fortement tributaire de l offre de loisirs connexes. 5

6 iii) La dimension économique La recherche d un positionnement économique d ensemble semble nécessaire à l organisation de la politique de développement d une île marquée par la faiblesse insigne du secteur privé et par un PIB par habitant inférieur à la moyenne nationale de près de 25 % : la Corse définit ainsi de manière croissante sa politique globale de développement autour de l axe environnemental, comme en témoigne par exemple l accent mis sur le domaine des énergies renouvelables. Le pendant touristique de ce choix plus large réside dans un positionnement nature accentué, attribuant une place de choix aux APPN comme facteur de capture de la valeur ajoutée mais aussi comme moyen de promotion. c) La modification de la répartition institutionnelle des prérogatives La Corse bénéficie d un dispositif institutionnel original dont la compréhension semble indispensable à l entendement des enjeux associés à la présente mission. La Collectivité Territoriale de Corse assume ainsi de nombreuses prérogatives en matière de politiques publiques, selon les termes de la loi du 22 janvier 2002 : plus particulièrement, elle s est vue confier un rôle de chef de file en matière de développement économique et d aménagement du territoire. L organisation de ces compétences s effectue selon une démarche croissante de territorialisation : ce phénomène suppose une prise en compte pondérée des spécificités microrégionales 1 dans la mise en œuvre de politiques sectorielles formalisées. En effet, la modification de la répartition des compétences à l aune de la loi du 22 janvier rend plus nécessaire encore une organisation volontariste des prérogatives pour œuvrer à une stratégie commune de développement, qui devra s intégrer aux divers documents 1 Les directives figurant dans les délibérations de l Assemblée apparaissent en la matière particulièrement éclairantes : «La majeure partie des interventions de la CTC a en fait clairement vocation à être territorialisée. L approche par territoire ne doit cependant pas réduire l action de la Collectivité Territoriale en matière d aménagement et de développement à l addition des interventions dans les 7 à 8 bassins de vie. Les besoins des territoires, notamment en matière d équipement, seront déterminés préalablement à toute intervention significative de la CTC, qu elle soit ou non maître d ouvrage et identifiés à partir des sources statistiques fournies par l INSEE (recensement de 1999 actualisé) ou de toute autre source fiable (diagnostics, études sectorielles ).La préoccupation de la Collectivité, au-delà des divers zonages demeure l équilibre entre les différentes parties de la Corse et le renforcement des solidarités rural/urbain, littoral/intérieur. Ses propres objectifs stratégiques ou opérationnels prévaudront et les implantations d équipements majeurs de rayonnement et d intérêt régional continueront de relever de ses propres choix. Ils seront naturellement actés dans le PADDUC. Dans cadre, la constitution de Pays structurés par des intercommunalités doit devenir un objectif majeur de la Collectivité Territoriale, car ils permettent de parvenir à une forme aboutie de la territorialisation des politiques publiques». 6

7 de planification en cours d élaboration (Contrat de plan Etat région ; Document Unique de Programmation). Cette action collective doit en outre tenir compte des spécificités avérées de l île en matière de politique de développement des filières : la multiplicité des acteurs institutionnels, investis de compétences parfois concurrentes en matière de développement économique dans un contexte de décentralisation 2, fait peser une contrainte majorée de coordination de l action publique sous peine d encourir une dilution importante des effets de cette même action. Dans ce contexte, l étude de la filière APPN en Corse réclame la mise en œuvre de solutions inductives, prenant en compte la dimension fortement spécifique du secteur, plus que l application de solutions stéréotypées, importées de tel ou tel territoire fondamentalement différent. Dans cette perspective générale, le recours à un conseil externe devait offrir une contribution technique de nature à permettre l atteinte de trois objectifs principaux : Offrir à l ATC une vision sectorielle juste, mêlant aspects qualitatifs et quantitatifs, des APPN ; Evaluer les perspectives de développement des acteurs et des dynamiques territoriales ; Elaborer un plan stratégique de développement formalisé autour d un système d axes et d objectifs La méthodologie employée La présentation de la méthodologie portera successivement sur les différentes phases de la mission puis sur les sources d informations consultées qui ont conditionné la délimitation du périmètre de l étude. On notera que la mise en œuvre de cette méthodologie s est effectuée sous le contrôle continu des services de l ATC par le biais d échanges de mails, de contacts téléphoniques et de réunions, notamment : 2 Cf. les compétences particulières dévolues à la Collectivité Territoriale de Corse par la Loi du 22 janvier

8 Réunion du 21 février à Bastia avec Mr Serge Mari Réunion du 16 mai 2007 à Ajaccio avec Mr Jean-Marie Cottoni Réunion du 1 er juin 2007 à Ajaccio avec Mr Serge Mari Les différentes phases de la mission En préambule, si la finalité de la politique publique réside bien dans un développement touristique plus rémunérateur et mieux positionné commercialement, il convient de préciser que les moyens de la promotion sectorielle comme du diagnostic ne doivent toutefois pas se limiter aux marchés touristiques, sous peine d obtenir une analyse parcellaire des phénomènes étudiés. Pour répondre aux besoins identifiés précédemment, il semblait nécessaire de mener à bien une démarche double, associant les techniques de l analyse économique sectorielle à celles du management public, dans l esprit de se forger une vision générale des enjeux sectoriels et des modalités d adaptation à développer en corollaire. Afin de respecter ces principes d intervention, l exécution de la mission de diagnostic et de rédaction pour atteindre ces objectifs s est articulée autour de deux phases successives, comme l indique le cahier des charges. Phase n 1. Une approche descriptive et typologique des acteurs Cette première approche sectorielle avait pour but de favoriser l acquisition d une connaissance pointue du secteur des APPN, sur la foi de laquelle élaborer un dispositif de soutien efficace. Dans cette optique, outre l étude quantitative sur laquelle le cahier des charges insiste légitimement, on s est appliqué à mettre en œuvre au cours de cette phase des outils de nature différente afin de brosser le portrait fidèle du secteur : pour contribuer plus utilement à la définition de politiques publiques de soutien au développement et pour fédérer pratiquement l action des protagonistes de terrain, ce diagnostic initial requerrait l ajout explicite d une approche qualitative, afin de caractériser la filière en identifiant ses atouts et ses handicaps et surtout de souligner les facteurs bloquants de son développement. La mesure statistique permit par la suite de dresser le cadre macroéconomique de l analyse et cela semblait effectivement pertinent étant donné la pauvreté globale de l information statistique adressée à l île en général et à son économie en particulier. 8

9 Mais la connaissance sectorielle ne pourra durablement progresser qu au moyen d un pendant qualitatif de l étude statistique, en raison notamment du caractère fortement informel des structures assurant la conduite de ces activités d APPN. Phase n 2. Le cadre prospectif et les recommandations associées L ensemble de ces informations a constitué l embase d une approche prospective sous la forme d un plan d actions structuré en axes de développement. Ces derniers se découperont en objectifs majeurs et connexes. Le schéma présenté page suivante reprend l articulation de ces divers aspects du travail en explicitant leur insertion dans le corps du rapport. 9

10 Analyse documentaire et statistique (chapitre 2) L étude qualitative (chapitre 3) Les processus de management du secteur Les facteurs bloquants Les hypothèses de l étude quantitative L étude quantitative (Chapitre 4) Réalisation de l étude Typologie des acteurs Validation des hypothèses Figure 1. L articulationméthodologique Plan stratégique de développement (Chapitre 5) Principes d élaboration Axes stratégiques Mise en œuvre opérationnelle 10

11 Les sources d information Plusieurs démarches concomitantes ont été ainsi conduites afin de combiner les sources d information. Source n 1. Les recherches documentaires Cette étude initiale de la filière repose sur un certain nombre de démarches méthodologiques : La collecte d informations statistiques auprès des organismes publics (Observatoire du tourisme de l ATC, INSEE, services déconcentrés de l Etat) ; La collecte d informations statistiques auprès d acteurs privés (syndicats professionnels, organismes de formation) ; La synthèse statistique des informations commerciales disponibles et recensées par l ATC ou ses relais territoriaux ; Le recensement des acteurs identifiés de la filière, notamment les entreprises structurées dotées d un savoir-faire reconnu ; La production d une cartographie reflétant l intensité de l offre sur les microrégions insulaires. La construction de ce qu on pourrait dénommer une grille de connaissances s est heurtée en pratique, comme cela était d ailleurs prévu, à la forte hétérogénéité des indicateurs statistiques mobilisables. Les données nécessaires à l analyse ne sont pas toutes disponibles dans tous les domaines de requête comme cela sera explicité infra. De plus, les nombreuses données produites par les institutions et organismes ne sont pas toujours cohérentes entre elles ni de qualité équivalente, obligeant à l abandon de certaines sources d informations. Source n 2. Une étude qualitative Il s agissait par ce biais de décrire de façon lisible, notamment à partir de monographies d entreprises, l ensemble de l offre pouvant concourir au développement économique et stratégique de la filière pleine nature. Cette phase d investigation de terrain constitue également le préalable indispensable à la conduite d une enquête quantitative plus large, dont l ambition est de traiter des problématiques managériales et économiques complexes. 11

12 Parmi les interlocuteurs rencontrés, on a privilégié volontairement les acteurs privés qui représentent les «praticiens» de la filière. Afin de conduire à bien cette consultation, on a donc procédé selon la technique des entretiens dits semi-directifs, en recourant à un guide d entretien spécifique. Le guide d entretien utilisé à cette fin a donc revêtu une grande importance et est reproduit à l annexe n 2 du rapport. On notera que ces éléments ont irrigué toute la réflexion méthodologique aval débouchant sur la réalisation de l enquête quantitative. Ils ont permis l élaboration d un cadre d interprétation global des mesures statistiques directes réalisées par la suite. Le schéma présenté page suivante illustre le rôle essentiel de cette étape dans la méthodologie globale. 12

13 Analyse première des informations existantes Recherche documentaire : éléments administratifs, économiques, Collecte et retraitement des informations secondaires : statistiques diverses (brutes ou exploitées) Utilisation des éléments issus de l étape I de l étude : descriptif général de la population d entreprises La formulation d hypothèses économiques Recherches qualitatives Elaboration de guides d entretien spécifiques Réalisation des entretiens (logique de réplication) Collecte des documents spécifiques (structure de l offre, largeur et profondeur de la gamme) Détermination d un corps d hypothèses Se prêtant à vérification empirique Mettant en relation les caractéristiques des entreprises et leurs besoins d accompagnement La réalisation de l étude quantitative 13

14 Source n 3. Une étude quantitative Dans le prolongement de la modélisation supra, le schéma page 112 reprend les diverses phases de l enquête, en soulignant son articulation avec les étapes précédentes. On noteera ici que le questionnaire employé devait répondre à certain nombre d exigences techniques : il constitue en effet un des éléments essentiels de l enquête. Il est l instrument d enregistrement et de stockage de l information. C est pourquoi il convient d accorder beaucoup de soin à sa préparation et minimiser ainsi les biais statistiques (erreurs qui orientent les résultats d une enquête et susceptibles de fausser les conclusions) en rendant le questionnaire facile à remplir et incitatif. Son élaboration doit tenir compte d un certain nombre de contraintes dont le contenu est esquissé infra. Le pré-test qui a précédé son administration a permis d ajuster cet outil de recueil des informations aux exigences manifestes du terrain, comme cela est repris à la page 119. Au total, on a souhaité obtenir par ce traitement statistique, un certain nombre d informations : La fiche signalétique des entreprises du secteur (taille, âge, implantation, CA, effectifs, activités effectives, ) ; Les caractéristiques de leurs clientèles (origine, CSP, fidélité, hébergement) ; La liste de leurs principales difficultés en matière de management, recrutement, formation, commercialisation ; Leurs attentes en matière d accompagnement ; Leurs anticipations en matière de recrutement ; Leurs pratiques en matière de partenariats ; Une cartographie plus précise de l activité Les limites de la démarche d investigation Comme cela sera précisé par la suite, les caractéristiques générales du secteur demeurent un sujet d interrogations ; plusieurs explications peuvent être avancées : Les insuffisances globales du système de suivi statistique insulaire ; L hétérogénéité des intéressés et de leur représentation institutionnelle, qui disposent, parfois, d un suivi parcellaire, propre à leur secteur d intervention ; 14

15 La part de l économie souterraine qui se manifeste par exemple par la présence de multiples structures peu identifiables du point de vue des enquêteurs. Pour des raisons de confidentialité et de disponibilité, l accès aux bases de données fournies par l INSEE n a pu se réaliser que de manière indirecte : les services de l Institut ont en effet réalisé des retraitements qui nous ont été fournis sans qu il soit possible de manipuler directement les données sources, qui mettent en relation les différentes caractéristiques des entreprises concernées. Pour ce motif, il s est avéré impossible de procéder à la réalisation de traitements croisés des informations mettant par exemple en relation l implantation des entreprises avec leur taille mesurée en nombre d employés ou avec leur ancienneté. Cet inconvénient vient sérieusement limiter la portée de la typologie des entreprises qu il est possible de réaliser. Cet outil -dont la valeur initiale était opérationnelle- revêtira donc un aspect essentiellement descriptif. Le problème de la délimitation se focalise donc entièrement sur les contours du secteur concerné : cela conduit nécessairement à formuler un certain nombre de choix dans les domaines observés. Ces choix revêtent un caractère important du point de vue de la cohérence des options méthodologiques retenues dans l ensemble de la mission : des critères pragmatiques ont ainsi guidé la mise au point d une définition, comme cela sera expliqué plus avant infra (cf. p28). 15

16 2. Les APPN en Corse : faits et enjeux Cette partie permet de resituer le secteur dans son contexte international et local, puis de délimiter les contours du périmètre de l étude et ce, à deux niveaux distincts : En définissant les termes généraux et institutionnels du diagnostic ; Et en proposant une première mesure de la réalité économique et humaine des APPN dans l île, qui dresse le cadre macroéconomique de la réflexion Le cadre général de l activité De nombreuses publications ont traité au cours de ces dernières années de la problématique des activités de pleine nature, apportant de nombreux éclairages sur le fonctionnement sectoriel : une synthèse des éléments les plus pertinents permettra de prendre conscience de la logique économique qui préside au développement du secteur et introduira un rapide panorama des acteurs institutionnels Une première approche documentaire Un certain nombre de documents peuvent être ici mentionnés en ce qu ils facilitent la délimitation générale des activités concernées, la compréhension de leur dynamisme et de leur rôle dans la problématique touristique. a) Les tendances du marché français 3 L évolution du marché français permet de mieux comprendre les enjeux généraux comme touristiques du secteur Corse et simultanément d en délimiter la spécificité. 3 AFIT, Les loisirs sportifs de nature : les grandes tendances,

17 i) Evolution et développement des APPN Les chiffres collectés par les divers observateurs soulignent une forte progression du secteur : selon Eurostaf par exemple, ce marché enregistre une progression annuelle de 7% pour les équipementiers pour un chiffre d affaires total de 30 milliards d euros, ce qui représente 25% des articles de sports. La filière apparaît comme un marché au potentiel important dans le développement touristique. En 2000, une enquête insep dénombre plus de 14 Millions de pratiquants âgés de 15 à 75 ans. En termes de proportion, cela représente 1 français sur 3. Les adeptes de sports de nature sont majoritairement des citadins (73% des citadins pratiquent une activité physique de pleine nature, sondage Louis Harris 2002). L accroissement du nombre de pratiquants entraîne une évolution de la perception nature. Cette dernière est synonyme d hygiène de vie et représente même un certain idéalisme politique en matière de protection de l environnement. Toutefois, avec le développement des APPN, la nature représente un terrain de jeu et d aventure où la recherche de sensations multiples est le moteur des adeptes. Ce développement s explique par un contexte favorable à ces pratiques sportives : L accroissement du temps libre Le besoin d un retour à la nature Un nouveau style de vie décontracté La nécessité d être bien dans son corps Le sport envahit le quotidien par le biais notamment des médias. ii) La demande Dans le but d obtenir une typologie de la clientèle, l AFIT dresse un portrait sociodémographique des pratiquants. L âge Deux types de pratiques ressortent : les activités techniques et à sensation, pratiquées par les ans et également la tranche d âge la plus représentative du marché, puis celles de détente et de plaisir par les ans. 17

18 Le sexe Les hommes sont largement prédominants pour les activités techniques et à sensation tandis que les femmes s intéressent plutôt aux activités de détente et de bien être. CSP La filière des sports de pleine nature demeure essentiellement fréquentée par une clientèle aisée. Cependant on observe une tendance à l ouverture vers le «grand public». Origine Les citadins alimentent la majorité de la demande (les régions Parisienne et Centre représentant les deux grands bassins émetteurs). En résumé, le marché des APPN concerne prioritairement une clientèle jeune, masculine, aisée et urbaine. iii) L offre Des années 1990 aux années 2000, l offre connaît une évolution avec l apparition de nouveaux espaces de pratique. Jusqu aux années 1990, on observe une diffusion géographique des sites ainsi que des itinéraires de pratique. De plus, l apparition d équipements innovants permet une pratique urbaine des sports de pleine nature (structures artificielles d escalade, parcours artificiels d eaux vives, pistes de ski). Depuis 1992, de nouveaux espaces aménagés apparaissent en milieu naturel : Via ferrata, randonnée, parcours acrobatiques, snow park, stades d eaux vives, etc. On peut résumer ainsi les grandes tendances d évolution des espaces de pratique : De plus en plus fermés et spécialisés De plus en plus payants De plus en plus «technologisés» De plus en plus à partir de territoires «non-dédiés». 18

19 b) L état de la filière dans l île au lancement de l étude Dans le rapport de stage de Mlle Ottavi fourni par les services de l ATC 4, une consultation des professionnels fait apparaître notamment les opportunités et les menaces du marché des APPN, les freins au développement de la filière ainsi que les principales attentes exprimées. Dimensions Points forts Points faibles Ouverture du tourisme Difficile à structurer car Economie et vers l intérieur filière hétérogène développement Possibilités de création Manque d emploi en local local d emploi dans le rural Manque d emploi qualifié Mauvaise utilisation des Promotion nouvelles technologies (Internet) Vecteur d images positives (APPN : notion Image d activités saines dans une nature préservée) Occupation de Concurrentielle l espace Conflit d usage Contribution à Une gestion non l organisation et la concertée peut avoir des structuration de l espace effets néfastes sur Environnement (débroussaillage, l environnement maintien des chemins) (débroussaillages abusifs) Formations adaptées Manque de formation en aux activités nautiques langues Formation et de sports aériens Manque de formation pour les activités de neige et de montagne Tableau 1. Approche multidimensionnelle des forces et faiblesses sectorielles 44 Aurelia Ottavi, identification des socioprofessionnels des composantes de la filière des activités de loisirs, physiques et sportives de pleine nature, rapport de stage Master tourisme Université de Corse

20 Cette approche objective de la problématique sectorielle recoupe largement les informations de terrain collectées par les consultants. Concernant les facteurs bloquants du développement, les professionnels s accordent à pointer du doigt : l inadaptation des transports le para commercialisme l absence de promotion la lourdeur administrative l importance des charges et des taxes le manque d infrastructures et l obsolescence des infrastructures existantes le poids des investissements le manque d implication des pouvoirs publics. Suivant les lignes de force de cette analyse, souvent polémique et associant des éléments parfois incohérents ou très généraux, les attentes des socioprofessionnels s expriment dans les termes suivants : une collaboration avec le service Promotion de l Agence du Tourisme afin de mieux cibler les actions commerciales ; une aide décisionnelle et juridique, appréciable au regard des lourdeurs administratives ; Une lutte active contre le paracommercialisme matérialisée par la création de postes de surveillance ; L implication des pouvoirs publics dans l aménagement d espaces et dans l amélioration de la qualité d accueil des clients. La connaissance de la demande à l échelon insulaire se limite aux préférences exprimées par les clients en matière d activités mesurées par le sondage effectué par KPMG 5, qui analyse selon une échelle allant de 0 à 5 l intérêt pour les activités proposées. Sur la base des personnes pour lesquelles l intérêt est situé entre 4 et 5, on obtient la répartition suivante, pour les activités de pleine nature puis celles nautiques. 5 KPMG, Les activités pratiquées en 2006, Résultats et analyse, rapport commandé par l AGENCE DU TOURISME DE LA CORSE,

21 Tableau 2. Répartition des activités par priorité pour les clients Sur le fondement des résultats obtenus, KPMG propose une typologie de la clientèle par activité. 21

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 1 Sommaire 1. Objectif et méthode p. 3 2. Données de cadrage : les séjours en Bourgogne en 2007, Suivi de la Demande Touristique

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Les Rencontres du tourisme et des loisirs sportifs de nature

Les Rencontres du tourisme et des loisirs sportifs de nature Dossier de présentation Les Rencontres du tourisme et des loisirs sportifs de nature Sommaire Pourquoi des Rencontres du Tourisme et des Loisirs Sportifs de Nature (RTLSN)? Des Rencontres nationales aux

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 15 décembre

Compte rendu de la réunion du 15 décembre Compte rendu de la réunion du 15 décembre Nombre de présents : 23 personnes, dont : Correspondants régionaux 6 Présidents de CDTE 6 Permanents 4 Présidents de CRTE 3 Autres 3 Objectifs de la réunion: -

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Assises du Tourisme Vendredi 21 novembre 2014 Pied-de-Borne

DOSSIER DE PRESSE. Assises du Tourisme Vendredi 21 novembre 2014 Pied-de-Borne DOSSIER DE PRESSE Assises du Tourisme Vendredi 21 novembre 2014 Pied-de-Borne Conseil général de la Lozère Elodie LEHNEBACH, Rue de la Rovère 48000 Mende 04 66 49 66 07 Comité dép.. du Tourisme Brigitte

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

- CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE

- CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE Jérôme DUPUIS CONSULTANT Conseil en Gestion Des Organisations Publiques - CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE Note de synthèse portant conclusion de l audit de gestion de la politique sportive régionale

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1 Stratégie et priorités communales 1 Val-de-Charmey : Stratégie et priorités communales 1) Introduction: contexte communal 2) Diagnostic stratégique 3) Préoccupations et attentes de la Communauté 4) Vision

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration La construction du projet associatif un outil d aide à la structuration Sommaire 1. Le diagnostic de l association 3 1.1 L état des lieux 3 1.2 L analyse 4 2. La formalisation du projet 5 3. La traduction

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme Réunion des Présidents d Offices de Tourisme Bourges - Lundi 4 juillet 2011 Nouveaux critères de classement I - Introduction - modalités d application Extrait du Flash Infotourisme N 53-28 juin 2011 FNOTSI

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Dispositions générales Article 2 : Conditions générales d éligibilité Article 3 : Zones littorales

Plus en détail

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques Une enquête commandée par : L Ardesi Midi-Pyrénées La Caisse des Dépôts et Consignations La Direction du Tourisme Le

Plus en détail

Réalisation d une étude sur le Tourisme d affaires* en Normandie. Appel à concurrence pour la sous-traitance de prestations de services

Réalisation d une étude sur le Tourisme d affaires* en Normandie. Appel à concurrence pour la sous-traitance de prestations de services Comité Régional de Tourisme de Normandie 14, rue Charles Corbeau F27000 EVREUX Tel. 02 32 33 79 00 Télécopie : 02 32 31 19 04 Site Internet : www.normandietourisme.fr Site professionnel : www.pronormandietourisme.com

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel...

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel... Délégation aux entreprises -- Secrétariat général Tableau de bord central 2003 Management de la qualité Valorisation et transfert de technologies Sommaire Résumé opérationnel... 2 Préambule... 3 Construction

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CdC ARI «PME» 07042015 AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CAHIER DES CHARGES Le dispositif de soutien à l investissement productif du Programme d investissements d avenir (PIA) dénommé «ARI»

Plus en détail

Plan marketing Office de Tourisme Métabief-Malbuisson-Les Fourgs 2014-2017

Plan marketing Office de Tourisme Métabief-Malbuisson-Les Fourgs 2014-2017 Plan marketing Office de Tourisme Métabief-Malbuisson-Les Fourgs 2014-2017 Contexte L office de Tourisme du Mont d Or et des deux lacs est chargé de la promotion et de la communication du territoire de

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Le marché français. Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais. Données de cadrage. Observatoire d Aintourisme

Le marché français. Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais. Données de cadrage. Observatoire d Aintourisme LAin et ses principaux marchés touristiques Date : novembre 2010 Observatoire d Aintourisme Le marché français Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais Dans cette fiche marché, le Bassin Lyonnais correspond à la

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Déplacement en corse de. Olivier buquen. délégué interministériel à l intelligence économique

Déplacement en corse de. Olivier buquen. délégué interministériel à l intelligence économique Déplacement en corse de Olivier buquen délégué interministériel à l intelligence économique Mardi 28 mai 2013 12 h 00 Salle Claude Erignac Dossier de Presse 1/9 Depuis 2008, les entreprises ainsi que les

Plus en détail

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Juillet 2009 Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail