S5 Info-MIAGE Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements"

Transcription

1 Université de Picardie Jules Verne Année UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les professionnels de la finance sont quotidiennement confrontés à des problèmes d évaluation, concernant aussi bien des actifs financiers (actions, obligations,...) que des actifs réels matériels (immeubles terrains,...) ou immatériels (brevets, marques, capital humain,...). Ces problèmes interviennent régulièrement, par exemple dès qu une entreprise établit son bilan, ou ponctuellement, par exemple pour une opération d investissement ou d acquisition d une autre entreprise. La plupart des techniques d évaluation repose sur la technique de l actualisation. La théorie de la finance nous apprend en effet que la valeur d un actif est égale à la somme des flux de profit futurs actualisés. Ce chapitre est une introduction à l évaluation des investissements. Il montre que la mathématique financière est l instrument privilégié du décideur d une entreprise. Une connaissance claire et crtitique des méthodes actuarielles de choix d investissement est alors utile. I - Les critères d évaluation des investissements D un point de vue financier, l analyse d un investissement se réduit à l analyse de ses conséquences monétaires. A partir d un ensemble de flux répartis dans le temps, il faut prendre la décision de lancer le projet, ou au contraire d y renoncer. Le plus souvent, on considère que la réalisation d un projet implique un décaissement initial en date 0, noté I 0, et que son exploitation engendre des flux de trésorerie F 1, F 2,..., F n en date 1,..., n. Ces flux sont généralement positifs (encaissements), mais il faudra considérer le cas où certains d entre eux sont négatifs (décaissements). Pour décider, il faut disposer de méthodes permettant de mesurer l impact du projet sur l entreprise en termes de création de valeur, en comparant les décaissements aux encaissements, sachant que ces flux sont répartis dans le temps (souvent plusieurs années). Ces méthodes utilisent les procédés d actualisation ou de capitalisation des flux et vont permettre de comparer des montants monétaires datés. D autres critères de choix d investissement existent (taux de rendement comptable, délai de récupération), qui ne reposent pas sur ces techniques et qui peuvent conduire à des décisions discutables. 1) La valeur actuelle nette (VAN) Pour actualiser des flux, il faut disposer d un taux, appelé taux d actualisation, et non plus taux d intérêt, dans la mesure où les opérations d investissement ne donnent pas lieu au versement d un intérêt contractuel. Supposons dans un premier temps que ce taux est connu afin de définir la VAN. Définition Considérons un taux d actualisation, noté r, exprimé en base annuelle et supposons que les flux d exploitation sont aussi annuels, en date 1 an,..., n ans. La VAN est définie comme la valeur actualisée en date 0 de l ensemble des encaissements et des décaissements, soit V 0 r I 0 F 1 1r F 2 1r F n 2 1r n La décision d investissement dépend du signe de la VAN. Si V 0 est positif, l investissement crée de la valeur pour l entreprise, et est donc intéressant. Lorsque la VAN est négative, il doit être rejeté. La formule précédente s applique à des flux annuels avec un taux annuel, mais aussi des flux de périodicité quelconque pourvu que le taux retenu soit exprimé en taux équivalent et dans la même base que la durée séparant les flux. Exemple Calcul de la VAN d un investissement de coût initial I rapportant sur cinq ans les flux suivants : Stéphane Ducay 1

2 F 1 F 2 F 3 F 4 F On a V , et de même, V Avec un taux de 12 %, la VAN est négative et le projet n est pas intéressant. Si le taux d actualisation à retenir est de 10 %, alors le projet crée de la valeur. Voir aussi l exercice 1. Taux d actualisation et taux d intérêt psychologique Le taux d actualisation peut être interprété comme permettant de quantifier le rapport d échange entre des revenus monétaires survenant à des dates différentes. Considérant la date 0 et une date future T, et supposons qu un agent économique soit disposer à échanger un capital C 0 versé en date 0 contre un capital C T versé en date T. On suppose C T C 0 0. on peut donc toujours écrire C T 1, avec 0. C 0 présente les propriétés d un taux d intérêt. Cette variable caractérise la façon dont un agent économique déprécie le futur. On appelle donc un taux d intérêt psychologique. Il peut varier en fonction des individus, des durées ou encore des montants engagés. Il permet aussi de prendre en compte le risque du projet ou l inflation anticipée. Lorsque la décision d investir se fait en dehors de toute contrainte concurrentielle, le taux d actualisation et le taux d intérêt psychologique sont égaux. On analyse également le taux d actualisation comme une mesure du degré de préférence pour le présent (ou de dépréciation du futur). Plus le taux est élevé, plus les flux futurs sont dépréciés, et donc plus grande est la préférence pour le présent. L expérience montre que le tauxest souvent une fonction du terme annoncé (illustration dans l exercice 4). On peut donc considérer que l expression de la VAN est réservée au cas particulier d un taux d actualisation constant quelle que soit l échéance. Une expression plus générale de la VAN serait donc V 0 r 1,r 2,...,r n I 0 F 1 1r 1 F 2 1r 2 F n 2 1r n n Dans cette expression, chaque flux est actualisé à un taux dépendant de la date d occurence de ce flux. Cette méthode d évaluation est similaire à celle retenue pour calculer la valeur de marché d une obligation dans laquelle les flux sont actualisés à l aide des taux zéro-coupon (non abordé dans ce cours). Cette dernière expression est plus précise, mais moins facile à mettre en oeuvre car il faut déterminer autant de taux d actualisation qu il y a de flux. 2) Le taux de rendement interne (TRI) Dans sa définition financière, un projet d investissement se réduit à un échéancier d encaissements et de décaissements. Dans le chapitre précédent, nous avons travaillé sur des chroniques de flux afin de déterminer des taux effectifs. Appliquée à un projet d investissement, cette méthode permet de définir le TRI, encore appelé TIR (taux interne de rentabilité). Définition Le TRI est un taux effectif. Il est défini comme le taux actuariel qui égalise la valeur actuelle des encaissements et des décaissements. En le notant x, on a donc I 0 F 1 1x F 2 1x F n 2 1x n En considérant la VAN, on a donc V 0 x 0. Le TRI se définit donc également comme le taux d actualisation qui annule la VAN. Le problème de la détermination du TRI x est analogue à celle d un taux effectif (voir chapitre précédent). Le TRI et la décision d investir Il n est pas nécessaire de disposer d un taux d actualisation pour calculer un TRI. Cependant, la décision d investir ou de ne pas investir nécessite que l on connaisse le taux d actualisation requis par l investisseur, afin de le comparer au TRI obtenu. Pour montrer cela, partons du critère de la VAN et considérons deux taux d actualisation r a et r b différents et tels que V 0 r a 0 et V 0 r b 0 Stéphane Ducay 2

3 Si la VAN est une fonction strictement décroissante du taux d actualisation, le TRI se situe à l intersection de la courbe de la VAN et de l axe des abscisses. Notons r le taux d actualisation retenu par l investisseur. Si la VAN est positive, alors r x ; si la VAN est négative, alors r x. Autrement dit, sous l hypothèse d une VAN strictement décroissante, la règle de selection d un projet d investissement, compte tenu du taux d actualisation r retenu par l investisseur, est : - si x r, alors la VAN est positive et le projet est intéressant ; - si x r, alors la VAN est négative et le projet est à rejeter. II - Analyse critique de la VAN et du TRI Les deux critères de la VAN et du TRI reposent sur des définitions simples et ne présentent, à première vue, pas de difficultés d application particulières. En fait, ce n est pas tout à fait le cas. 1) Divergence possible entre VAN et TRI Malgré la proximité de leur définition, il peut arriver que l application du critère de la VAN et du critère du TRI ne conduisent pas à la même décision lors de la comparaison de deux projets alternatifs. Considérons par exemple deux projets mutuellement exclusifs A et B dont les courbes d évolution de la VAN en fonction du taux d actualisation sont représentées ci-dessous. Le taux d actualisation requis sur ces projets est noté r Compte tenu de la définition du TRI (valeur qui annuel la VAN), r a et r b sont les TRI respectifs des projets A et B. Ils ont tous les deux supérieurs à r, ce qui signifie que les deux projets sont créateurs de valeur. Le fait qu ils soient mutuellement exclusifs oblige l entreprise à choisir. Puisque r a r b, le projet B doit être préféré au projet A selon ce critère. Si l on se réfère au calcul de la VAN au taux r, on s aperçoit que la VAN du projet A est supérieure à celle du projet B, et donc A doit être préféré à B. Les deux critères conduisent donc à des choix différents, et les mathématiques financières ne permettent pas de choisir. C est la théorie microéconomique qui permet de le faire en disant que pour maximiser la satisfaction des actionnaire, il faut maximiser la VAN plutôt que le TRI. Stéphane Ducay 3

4 2) L impact de flux négatifs Dans le chapitre précédent, on a déjà évoqué l existence et l unicité d une solution à l équation du taux effectif. Le cas du TRI de projets d investissement est plus complexe dans la mesure où la série de flux à actualiser peut prendre des formes variées, et en particulier faire apparaître des alternances d encaissements et de décaissements. Exemple Considérons un projet d investissement dans un complexe d exploitation minier. L acquisition de ce complexe se ferait à et permettrait de produire des flux annuels d exploitation constants sur vingt ans, d un montant de 800. Dans la détermination des flux, il convient de prendre également en compte les coûts d entretien, qui se montent à tous les cinq ans. Enfin, au bout de vingt ans, le gisement sera épuisé et le contrat prévoit la restauration du site dont le coût est évalué à Calcul de la VAN au taux d actualisation de 6% Notons x le taux d actualisation. La VAN de ce projet peut être décomposée en plusieurs parties : - la valeur actuelle des flux d exploitation qui forme une rente constante sur 20 ans : A x20 x - la valeur actuelle des décaissements d entretien du site qui forme une rente des trois flux constants espacés de 5 ans ; en notant X 1x 5 1 le taux équivalent de période 5 ans, on obtient : B X x15 X 1x la valeur actuelle des autres flux (décaissement initial et frais de remise en état du site) : C x x 20 L expression de la VAN du projet en fonction du taux x est donnée par A B C, soit : V 0 x x20 x x15 1x x 20 Pour un taux d actualisation de 6 %, nous avons une VAN de Plus généralement, la forme de cette courbe pour des taux d actualisation positifs est représentée sur le graphique ci-dessous. VAN x On peut vérifier que la VAN maximum est obtenue pour un taux d actualisation %, qu elle est croissante sur l intervalle 0, et décroissante sur l intervalle ,. Calcul du ou des TRI du projet En résolvant l équation V 0 x 0, on trouve deux solutions : 5.92 % et %. Il y a donc deux TRI. Cet exemple montre que la VAN peut prendre des formes variées, entraînant l existence de TRI multiples, qui de ce fait deviennent difficilement interprétables. Il met en doute la possibilité d appliquer ces critères à tout type de projets. Une amélioration des méthodes d évaluation financière de projets d investissement est possible. Nous n en abordons que quelques aspects dans la suite. 3) La prise en compte d un taux de placement Rappelons que l emploi des techniques actuarielles suppose qu il est possible de réinvestir les revenus au taux d actualisation. Cette hypothèse affecte autant le TRI que la VAN. On peut contourner ce biais en modifiant la définition de ces deux critères afin de prendre en compte des possibilités futures de réinvestissement des flux positifs. Retenons le taux d actualisation noté r et analysons un projet de coût initial I 0 dont l exploitation est prévue sur n années. Stéphane Ducay 4

5 Tous les flux d exploitation sont positifs On suppose que les flux F i sont positifs pour i 1,...,n. On estime que ces flux pourront être réinvestis sur le marché financier au taux t. Chaque flux va donc pouvoir être capitalisé à ce taux t jusqu à l échéance. On obtient donc en date n la valeur capitalisée : F 1 1t n1 F 2 1t n2 F n On peut alors calculer la VAN et le TRI par rapprochement de la valeur acquise de ces flux et du décaissement initial I 0. On obtient pour la VAN : V 0 r,t I 0 F 1 1t n1 F 2 1t n2 F n 1r n formule que l on simplifie en notant F la valeur capitalisée des flux en date n (expression entre crochets) V 0 r,t I 0 F 1r n I 0 F 1r n Pour le taux de rendement, noté y, l équation à résoudre est V 0 y,t 0, soit I 0 donne y F I0 1 n 1 F 1y n Le taux y ainsi calculé est appelé taux de rendement à l échéance (TRE). Voir exercice 5. 0, ce qui Cas flux d exploitation négatifs Il se peut que certains flux d exploitation soient négatifs ; ceux-ci ne peuvent donc pas être placés et doivent être financés. On retient comme taux de financement le coût moyen pondéré du capital (CMPC, non défini dans ce cours). Dans ce cas, la démarche d évaluation consiste à constater à chaque fin de période si les flux cumulés et capitalisés sont positifs ou négatifs. Le taux de capitalisation à retenir est le taux de financement pour les flux négatifs et le taux de placement pour les flux positifs. On obtient ainsi une valeur acquise en fin de vie que l on pourrait appeler valeur acquise nette. Exemple Un investissement exploitable sur cinq ans donne lieu à la séquence de flux suivants Dates (années) Flux Le taux de financement de l entreprise est de 6 %. Les excédents de trésorerie peuvent être placés à 4 %. En date 1, ayant financé son décaissement initial au taux de 6 %, l entreprise présente une dette de Elle affecte le flux 1 à ce remboursement et ne doit plus que 9 600, montant qui doit être financé jusqu en date 2. Le solde à cette date de l opération de financement et du flux 2 (négatif) donne une dette de En date 3, la dette devient : En date 4, l entreprise se retrouve pour la première fois avec un excédant de trésorerie. En effet, sa dette s élève à , qui peut être remboursé par le flux 4 de Le solde de trésorerie est positif, égal à , et peut être placé à 4 %. En date 5, la valeur acquise nette du projet est Elle est positive ; le projet est donc intéressant On voit donc sur cet exemple que le calcul se fait période après période en capitalisant le solde de trésorerie de l investissemnt à un taux de financement ou de placement, selon qu il est négatif ou positif. Appliquée à l exemple précédent (voir paragraphe II-2)), cette technique aurait conduit (avec des taux de 6 % et 4 %) à une valeur acquise nette de et donc à rejeter le projet. Remarquons que le taux de placement futur est normalement inconnu au moment de l analyse du projet. En faisant l hypothèse que les taux à terme implicites à la structure des taux (non définis dans ce cours) constituent des estimateurs des taux futurs, il est possible de les utiliser comme taux de placement pour le calcul de la valeur acquise des flux. Stéphane Ducay 5

6 III - Exercices Exercice 1 Un particulier étudie la possibilité d investir dans l achat d un appartement à usage locatif. Le prix d achat est de Les loyers sont versés trimestriellement à raison de pendant les trois premières années et les années suivantes. Le particulier envisage de revendre l appartement au bout de six ans en réalisant une plus-value de 10 %. Cet investissement est-il intéressant si le taux d actualisation requis pour cette opération est de 8 % en base annuelle? Exercice 2 - QCM Une entreprise envisage d investir un million d euros afin de rendre plus performante l une de ses chaînes de production. On estime que les flux d exploitation supplémentaires générés par cet investissement, comptabilisés à la fin de chaque année, seront de par an pendant dix ans, puis nuls ensuite. Pour un taux d actualisation de 4%, la valeur actuelle nette (VAN) de cet investissement est, à 100 près : a) b) c) d) Exercice 3 - QCM Un investissement de est réglé à la date 0. Les flux annuels d exploitation prévus sont les suivants : Dates Revenus Le taux de rendement interne (TRI) de cet investissement est : a)6 % b) 17 % c)3,4 % d) 3,55 % Exercice 4 1) Un particulier est disposé à échanger aujourd hui contre dans trois ans ou dans cinq ans. Quel est son taux d intérêt psychologique à trois ans? à cinq ans? Les résultats seront exprimés en taux annuels équivalents. 2) Serait-il disposé à engager un projet d investissement qui le conduirait à investir en date 0, sachant que cet investissement lui rapporterait dans trois ans et dans cinq ans? Exercice 5 1) Un projet d investissement de coût initial 600 rapporte des flux d exploitation annuels constants égaux à 100 pendant dix ans. Ce projet est analysé en retenant un taux d actualisation de 8 %. Calculer la VAN. Le projet est-il intéressant? 2) On suppose que les flux d exploitation peuvent être réinvestis sur le marché financier au taux de 5 %. Calculer dans ces conditions la VAN et le TRE. Exercice 6 On considère deux projets d investissement immobiliers A et B de même durée de vie : dix ans. Les données projetées sur dix ans sont les suivantes : Loyers annuels constants Prix d achat de l immeuble Prix de revente en fin de période ) Calculer le TRI de ces deux projets. Quel projet doit être retenu? 2) Calculer les TRE des deux projets en supposant que le taux de réinvestissement des loyers perçus reste constant sur les dix ans, à 4 %. Commenter. A B Stéphane Ducay 6

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Apllication au calcul financier

Apllication au calcul financier Apllication au calcul financier Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 1 er novembre 2011 Intérêts Généralités L intérêt est la rémunération du placement d argent. Il dépend : du taux d intérêts

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2010-2011 Mathématiques Financières Intérêts composés. Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2010-2011 Mathématiques Financières Intérêts composés. Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières I - Généralités LES INTERETS COMPOSES 1) Définitions

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES Objet de la séance 5: les séances précédentes

Plus en détail

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement Chapitre 6 Les critères de choix d investissement La VAN : rappel définition Un projet ne doit être mis en œuvre que si sa valeur actuelle nette ou VAN, définie comme la somme actualisée des flux futurs

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières 1 Licence 3 Gestion ESDHEM PARIS 2015 Sabrina CHIKH Déroulé 2 n 16H n 4 séances de 4 heures, 4 thèmes n Cours / applications n Evaluation : un contrôle continu à chaque séance

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences I - Définitions Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES INTERETS SIMPLES Capital ou principal

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS FLUX NETS DE TRESORERIE (ou CASH FLOWS) = ENCAISSEMENTS - DECAISSEMENTS Exemple : Notre entreprise compte réaliser un investissement de 800 000. Les flux nets de trésorerie

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques. Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les. Contenu Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.... 1 Actualisation

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI)

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) À compter du 1er juillet 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis au sein de l ASPIM, s engagent à déterminer

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine. Eléments de mathématiques financières

Programme ESSEC Gestion de patrimoine. Eléments de mathématiques financières Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Eléments de mathématiques financières François Longin 1 www.longin.fr Capitalisation (1) Un euro aujourd hui n a pas la même

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise CORRIGÉS DU MANUEL

DCG 6. Finance d entreprise CORRIGÉS DU MANUEL DCG 6 Finance d entreprise CORRIGÉS DU MANUEL EXPERT SUP L expérience de l expertise Les manuels DCG DCG 1 Introduction au droit, Manuel et Applications corrigées Jean-François Bocquillon, Martine Mariage

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au 1 er octobre 2011 A compter du 1 er janvier 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

L ÉVALUATION DES ACTIONS

L ÉVALUATION DES ACTIONS L ÉVALUATION DES ACTIONS PLAN A. Le modèle général du dividende actualisé ; B. Le modèle du dividende actualisé à croissance unique; C. Le modèle du dividende actualisé à croissance multiple ; D. La valeur

Plus en détail

Gestion Financière. Gestion Financière. Objectifs. Le choix d investissements. Plan du cours

Gestion Financière. Gestion Financière. Objectifs. Le choix d investissements. Plan du cours Université de Nice-Sophia Antipolis Institut Universitaire de Technologie Nice-Côte d Azur Département Gestion des Entreprises et des Administrations Gestion Financière La rentabilité économique des projets

Plus en détail

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes.

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes. Plan Intérêts 1 Intérêts 2 3 4 5 6 7 Retour au menu général Intérêts On place un capital C 0 à intérêts simples de t% par an : chaque année une somme fixe s ajoute au capital ; cette somme est calculée

Plus en détail

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Plan Actualisation et capitalisation Calculs sur le taux d intérêt et la période Modalités de calcul des taux d intérêts

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Deuxième cours Rappel: Intérêt Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation 1 Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation Fonction d accumulation Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation

Plus en détail

Comptabilité financière en IFRS

Comptabilité financière en IFRS Comptabilité financière en IFRS Wolfgang Dick & Franck Missonier-Piera ISBN : 2-7440-7172-2 Chapitre 5 : Actifs non courants Exercice 5.1 Plan d amortissement 1. Plan d amortissement : Montant amortissable

Plus en détail

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles II Le budget d investissement : Le budget d investissement est un élément constitutif du budget financier. Chacun des éléments du budget a un rôle précis dans l élaboration d une planification et d un

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

Exercice 1 : Taux de Rendement Interne et Rentabilité des Projets d Investissement

Exercice 1 : Taux de Rendement Interne et Rentabilité des Projets d Investissement ED 5 L IVESTISSEMET Exercice 1 : Taux de Rendement Interne et Rentabilité des Projets d Un investisseur envisage cinq projets d investissement donc il connait respectivement le Taux de Rendement Interne

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan Actualiser un titre à revenus fixes Obligations zéro coupon Obligations ordinaires A échéance identique, rendements identiques? Évolution du cours des obligations

Plus en détail

Analyse des Investissements et Création de Valeur

Analyse des Investissements et Création de Valeur Analyse des Investissements et Création de Valeur Les 4 prochains modules Le Coût de Capital Evaluer la performance financière d une activité Analyse des investissements et création de valeur Evaluation

Plus en détail

DSCG 2. Finance CORRIGÉS DU MANUEL

DSCG 2. Finance CORRIGÉS DU MANUEL DSCG 2 Finance CORRIGÉS DU MANUEL EXPERT SUP L expérience de l expertise Les manuels DSCG DSCG 1 Gestion juridique, fiscale et sociale, Manuel et Applications Jean-Michel Do Carmo Silva, Laurent Grosclaude

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 17 octobre 2005 1 Suites On appelle suite numérique toute application de N ou une partie de N vers R. On notera par u n le terme général d une suite.

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Intérêts composés - Amortissements

Intérêts composés - Amortissements Intérêts composés - Amortissements Objectif : - Etudier et calculer les éléments d un placement à intérêts composés. - Effectuer un tableau d amortissement. I - Approche : Examinons la publicité suivante

Plus en détail

Critères financiers de décision immobilière

Critères financiers de décision immobilière Critères financiers de décision immobilière SOMMAIRE 01 CRITERES FINANCIERS de DECISION X 02 APPROCHE FINANCIERE ALTERNATIVE X 03 EXEMPLE X CRITERES FINANCIERS de DECISION IMMOBILIERE (1) Principe : a.

Plus en détail

Les choix d investissement

Les choix d investissement Finance Les choix d investissement Arnaud THAUVRON Maître de Conférences (École Supérieure des Affaires Université Paris XII) Référence e-theque : 2003A0127T ISBN : 2-7496-0068-5 e-theque 2003 e-theque

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

Structure et contraintes de financement

Structure et contraintes de financement Chapitre 13 Structure et contraintes de financement 1 Exercice 13.05 Incidence de l endettement l sur le bénéfice par action La société anonyme Zéphyr au capital divisé en 1 000 000 d actions, a investi

Plus en détail

GPA-786 Rentabilité de projets d automatisation. Cours 1 Rappel des notions de base d analyse de rentabilité de projet

GPA-786 Rentabilité de projets d automatisation. Cours 1 Rappel des notions de base d analyse de rentabilité de projet GPA-786 Rentabilité de projets d automatisation Cours 1 Rappel des notions de base d analyse de rentabilité de projet Cours 1 : Sommaire Concepts de coût Coût d opportunité ou d option Coût perdu Coût

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Le choix d investissement

Le choix d investissement Le choix d investissement Les séquences de cash-flow Auteur : Philippe GILLET Les grandes hypothèses du choix d investissement 1. L indépendance du projet par rapport à la firme 1. Indépendance patrimoniale

Plus en détail

VAN I : La Valeur Temporelle de l Argent

VAN I : La Valeur Temporelle de l Argent VAN I : La Valeur Temporelle de l Argent Ce module introduit le concept de la valeur temporelle de l'argent, les taux d'intérêt, les taux d'actualisation, la valeur future d'un investissement, la valeur

Plus en détail

EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion. (Semestre 5)

EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion. (Semestre 5) EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion (Semestre 5) Exercice 1 Pour développer son activité, l entreprise SDT achète un nouvel équipement dont les caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 1. La valeur et le temps. 1 Exercice 01-16. 2 Corrigé rigé de l exercice 01-16

Chapitre 1. La valeur et le temps. 1 Exercice 01-16. 2 Corrigé rigé de l exercice 01-16 Chapitre 1 La valeur et le temps 1 Exercice 01-16 16 Échéance commune de plusieurs effets Définition. L échéance commune de plusieurs effets est l échéance d un effet unique qui, le jour de l équivalence,

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

ABC de la gestion de projet. Dr. Rémi Bachelet. Maître de conférences à Centrale Lille. L actualisation

ABC de la gestion de projet. Dr. Rémi Bachelet. Maître de conférences à Centrale Lille. L actualisation ABC de la gestion de projet L actualisation 1 Confort de lecture? mode 1080p/haute définition mettre la vidéo en mode «plein écran» Mettre en pause http://gestiondeprojet.pm originaux des diapositives

Plus en détail

Les caractéristiques de votre projet

Les caractéristiques de votre projet Les caractéristiques de votre projet Cette simulation tient compte des dispositions légales (loi de finances 2011) et contractuelles en vigueur. Votre situation initiale REVENU, compte tenu de votre situation

Plus en détail

Taux d intérêts simples

Taux d intérêts simples Taux d intérêts simples Les caractéristiques : - < à 1 ans - Rémunération calculée uniquement sur investissement initial. Période de préférence = période sur laquelle on définit le taux de l opération

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

MODULE 6 - États financiers

MODULE 6 - États financiers - Introduction. 103 Résultats visés. 104 Notes à l intention du formateur. 105 Qu est-ce que la comptabilité?. 105 L «équation comptable»... 106 Terminologie comptable 107 Actif 107 Passif.. 107 Avoir

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement Plan Maximisation et création de valeur Le concept de Valeur Actuelle Nette Les différents types d investissements Les critères du choix d investissement

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES CONCOURS OUVERTS LES 26, 27, 28 et 29 MAI 2015 POUR L ADMISSION AU CYCLE DE FORMATION DES ÉLÈVES DIRECTEURS D HÔPITAL CONCOURS EXTERNE, CONCOURS INTERNE ET TROSIEME CONCOURS VENDREDI 29 MAI 2015 4 ème

Plus en détail

Calcul économique privé

Calcul économique privé Année 2010-2011 Alain Marciano : L analyse coût avantage Licence Sciences Economiques 3, UM1 Plan chapitre Section 1. L agrégation des effets dans le temps : l actualisation Section 2. Les critères complémentaires

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Valorisation par arbitrage - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours Introduction : l hypothèse d absence d opportunité d arbitrage 1. Synthèse des actifs par un système de

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

1 Diverses actualisation

1 Diverses actualisation durée : 2 heures Nom de l enseignant : M. Chassagnon NB : documents et calculatrices autorisées Les exercices, sont à faire sur le sujet d examen. Il est demandé de répondre aux questions oui/non type

Plus en détail

Gestion de projet - critères de décision

Gestion de projet - critères de décision Gestion de projet - critères de décision GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES Table des matières Version 2012 Lang Fred 1 Intérêts et taux 2 1.1 Définitions et notations................................ 2 1.2 Intérêt simple......................................

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail