LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA"

Transcription

1 Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la Législation Fiscale (DLF) du Ministère du Budget comme ayant, en matière de TVA, la double qualité «d assujetti complet» et de «redevable partiel» : Le CNRS est un assujetti complet à la TVA : dans le cadre des missions qui lui ont été confiées, l établissement exerce exclusivement des activités qui entrent dans le champ d application de la TVA. Le CNRS est un redevable partiel à la TVA : bien qu assujetti complet, l établissement réalise à la fois des opérations taxables (donnant lieu à collecte de TVA sur les recettes concernées) mais aussi des opérations exonérées (ne donnant pas lieu à collecte de TVA sur les recettes). Cette double qualité induit, en ce qui concerne les dépenses, l utilisation d un «prorata général de déduction» prévu au code général des impôts : ainsi, le CNRS est autorisé par la DLF à appliquer ce pourcentage de déduction de TVA à l ensemble de ses dépenses (fonctionnement et équipement), qu elles soient financées par des recettes taxables ou par des recettes exonérées. Le pourcentage de déduction est constitué par le rapport entre les recettes soumises à la TVA et les recettes totales de l établissement. Il est calculé chaque année par l administration fiscale en coordination avec l établissement. Il s établit pour l année 2005 et 2006 à 12% : c est ainsi que la TVA facturée à 19,60% est déductible à hauteur de 2,35% (12% de 19,60), la différence étant désormais à la charge du budget du CNRS. En matière de dépenses, la règle est donc désormais très simple : déduction proratisée de TVA sur toutes les dépenses selon les règles de droit commun. 1

2 En revanche la qualification des recettes (taxables ou exonérées) peut poser des difficultés d analyse et d appréciation, d autant que cette qualification est soumise aux contrôles fiscaux et peut donner lieu à des redressements. Cette fiche a pour objet de présenter une démarche et un cadre d analyse homogène à destination de l ensemble des acteurs du CNRS afin de qualifier les recettes que perçoit l établissement. Chaque recette perçue par l établissement, suite à une livraison de biens ou réalisation d une prestation (y compris les subventions), s inscrit nécessairement dans une opération au sens fiscal du terme. C est cette opération en tant que telle qu il convient d analyser (il n est pas, en effet, tenu compte de la partie versante). Si l opération est imposable, elle doit donner lieu à collecte de TVA ; si elle ne l est pas, le CNRS n a pas à collecter de TVA et donc n a pas à faire apparaître de TVA sur la facture ou l appel de fonds qu il délivre au «client». Pour chaque opération, il doit être procédé successivement à deux niveaux d analyse : - tout d abord, existe-t-il ou non un lien direct entre la prestation fournie ou le bien livré par le CNRS et le versement qu il reçoit ou recevra du client (partie versante) :. existence ou non d un avantage procuré à la partie versante,. existence ou non d une relation entre la somme versée et le service rendu ; - si oui, faire application des règles de droit commun en matière d assujettissement, notamment les règles de territorialité, pour déterminer in fine si l opération est imposable ou non. 2

3 Schéma simplifié d analyse pour l assujettissement des opérations réalisées par l établissement OPERATIONS Livraison de biens Prestation de services Lien direct? (cf.annexe 1) Lien direct? (cf.annexe 1) oui, existence d une contrepartie de fait non oui Non imposable Règles de territorialité (cf.annexe 2) CAS GENERAL Le flux du bien se situe entièrement en France ou part de la France : Imposable Règles de territorialité (cf.annexe 3) En principe imposable sauf s il s agit d une CAS EXCEPTIONNELS Le flux du bien part d un autre Etat de l UE pour arriver en France : Non imposable Le flux du bien part d un Etat hors UE pour arriver en France : Non Imposable sauf si la livraison est effectuée par le client ou pour son compte prestation immatérielle ou location de matériel -le client est établi en France ou -le client est un non assujetti établi dans un autre Etat de l UE Imposable -le client est établi hors UE ou -le client est un assujetti établi dans un autre Etat de l UE Non imposable prestation pouvant être localisée matériellement -localisée en France Imposable -localisée hors de France Non imposable 3

4 ANNEXE 1 LA NOTION DE CONTREPARTIE POUR LES LIVRAISONS DE BIENS ET LES PRESTATIONS DE SERVICES En matière de TVA, il convient de raisonner en termes d opérations. Seules les opérations de livraison de biens et de prestation de services sont concernées par la TVA. Pour être soumises à la TVA, ces opérations doivent être effectuées à titre onéreux. Pour déterminer le caractère onéreux d une opération, il convient de vérifier l existence d un lien direct entre le bien livré ou le service rendu et la contre valeur reçue. Ainsi, pour qu une opération (recettes) réalisée par le CNRS soit imposable à la TVA, il convient de rechercher, d une part, si elle procure un avantage au client (la partie versante), c'est-à-dire un service direct ou individualisé, d autre part, si le prix versé est en relation (est lié) avec l avantage reçu par le client. LES LIVRAISONS DE BIENS La question de l imposition des ventes de biens meubles corporels ne soulève pas de difficultés. En effet, toutes les opérations entraînant un transfert de propriété moyennant le versement d un prix sont soumises à la TVA. Par principe, on considère donc qu il y a existence d un lien direct lorsque l opération concerne une livraison de biens par le CNRS. LES PRESTATIONS DE SERVICES En revanche, pour les prestations de services, la question nécessite une analyse au cas par cas de chacune des opérations. L existence du lien direct : Les 2 critères d appréciation : 4

5 - avantage au client (la partie versante) - la somme versée est en relation avec l avantage reçu Si l une de ces deux conditions n est pas remplie, l opération n est pas placée dans le champ d application de la TVA. Chacune de ces conditions doit être appréciée à partir des critères suivants : 1. la condition relative à l existence d un avantage directement procuré au client Il convient de procéder en 2 étapes : 1 er étape : il s agit de distinguer, parmi les clauses du contrat ou des décisions de subvention, celles qui procurent un avantage au client de celles qui n en procurent pas. L analyse est faite principalement à partir de l objet du contrat ou subvention, de la définition des études ou prestations à réaliser, des obligations du CNRS et des clauses concernant la propriété intellectuelle Exemples : Est considéré(e) comme un avantage : - le transfert des résultats ; - la remise d une étude scientifique - la copropriété (quel que soit le pourcentage de répartition) des résultats ; - la mise à disposition de personnel lorsqu elle est facturée à un prix qui excède le montant exact des frais engagés par le CNRS ou lorsqu elle est effectuée à prix coûtant au profit d un tiers dont l activité est soumise à TVA ; - le droit d accès à une base d information du CNRS et le partage des fruits tirés de la gestion de cette base de données. N est pas considéré(e) comme un avantage : - la mise à disposition de personnel lorsqu elle est effectuée à prix coûtant et pour les besoins d activités non soumises à la TVA. - la propriété des résultats qui reste entièrement au CNRS même si le contrat prévoit un droit d usage non commercial des résultats non brevetables au bénéfice de la partie versante ; - l obligation de remettre des comptes rendus financiers ; - l obligation de remettre des rapports d avancement des travaux et un rapport final ; - l obligation de reprendre pour la partie versante les licences d exploitation de brevet déposé par le CNRS en cas d échec ou d absence de valorisation scientifique, technique ou commerciale des études ou recherches subventionnées ; 5

6 2 ème étape : il convient de s assurer que l avantage procuré profite directement à la partie versante. Exemples : Est considéré comme un avantage directement procuré au client : - le contrat qui prévoit un transfert ou une copropriété des résultats au profit de la partie versante ; - le contrat dans lequel la partie versante commande une étude au CNRS. N est pas considéré comme un avantage directement procuré au client : - le contrat dans lequel la région s engage à verser une subvention au CNRS afin qu il exerce une activité consistant à favoriser l expansion économique de la région (l avantage est directement rendu aux acteurs économique de la collectivité ; la région n est qu un bénéficiaire indirect). - les dons, qu ils soient versés par un particulier, une association ou autre personne juridique 2. la condition relative a l existence d une relation entre la somme versée et le service rendu Après avoir déterminé l existence d un avantage direct, il convient de vérifier que la somme reçue, le financement obtenu est en relation directe avec l avantage procuré à la partie versante : dans ce cas, la somme doit être considérée comme étant le paiement de la prestation de services effectuée par le CNRS ; dans le cas contraire, l opération est dite effectuée à titre gratuit ; elle n est alors pas placée dans le champ d application de la TVA. L existence de ce lien peut être caractérisée lorsque le montant de la somme versée est déterminé en fonction de la valeur du service rendu. Il convient de noter que la somme versée ne doit pas nécessairement correspondre à la valeur économique du service fourni ; ainsi, les opérations réalisées à perte n échappent pas de ce seul fait au champ d application de la TVA. Il suffit qu il y ait une relation entre la somme versée et le service sans qu il soit nécessaire que le montant du versement soit proportionnel à la valeur du service. Exemples N est pas considéré en relation avec le service rendu : - une subvention d une université visant à financer une partie de la construction d une cantine CNRS afin que ses personnels puissent l utiliser. Le montant de la subvention n est pas dans ce cas calculé à partir du prix de revient (coût d amortissement et d entretien,..) par agent. 6

7 ANNEXE 2 LES REGLES DE TERRITORIALITE AFFERENTES AUX LIVRAISONS DE BIENS Le champ d application de la TVA (française) n est pas illimité dans l espace : seules les opérations réalisées en France sont soumises à la TVA. Il est donc important de localiser l opération. En présence d une opération normalement imposable à la TVA eu égard à la règle du lien direct, l application des règles de territorialité permet de déterminer si, compte tenu de sa localisation, cette opération demeure soumise à la TVA ou bien si, au contraire, elle doit y échapper, se situant hors du champ d application territorial de cette taxe. Le lieu d imposition des livraisons de biens meubles corporels a) bien expédié ou transporté 1 er cas : le lieu de départ de l expédition ou du transport du bien situé en France (il s agit du cas général en ce qui concerne le CNRS) L opération est située en France quel que soit le lieu de destination du bien. Imposable 2 ème cas : le lieu de départ de l expédition ou du transport du bien est situé hors de France et le lieu d arrivée est situé en France : Lorsque le point de départ de l expédition ou du transport du bien est dans un autre Etat membre (livraison intracommunautaire), le lieu de l opération est situé dans cet Etat. Non imposable en France Lorsque le point de départ de l expédition ou du transport du bien se situe en dehors de l Union européenne (livraison extracommunautaire), le lieu de l opération est situé en France lorsque la livraison est effectuée par l importateur ou pour son compte. Imposable b) livraison de bien ne donnant pas lieu à une expédition ou à un transport : 7

8 Le bien n est pas transféré physiquement chez le client L opération est située en France si le bien est situé en France lors de sa mise à disposition de l acquéreur (cas général s appliquant au CNRS) Imposable A contrario, l opération n est pas située en France si le bien n est pas situé en France lors de sa mise à disposition de l acquéreur Non imposable en France. (ce cas est en principe peu appliqué au CNRS puisque la quasi totalité des laboratoires de l établissement sont situés en France). 8

9 ANNEXE 3 LES REGLES DE TERRITORIALITE AFFERENTES AUX PRESTATIONS DE SERVICES le lieu d imposition des prestations de services 1. la règle du lieu d établissement du prestataire (le CNRS) Les prestations de services sont imposables lorsque le prestataire est établi en France c'est-àdire lorsque le prestataire a en France le siège de son activité ou un établissement stable à partir duquel le service est rendu ou, à défaut, son domicile ou sa résidence habituelle. C est le cas en ce qui concerne le CNRS. Imposable 2. les exceptions à cette règle : Pour les prestations suivantes, le lieu d imposition n est pas celui du prestataire (CNRS) : il est déterminé selon d autres critères. les prestations «matériellement localisables» Le lieu des opérations suivantes est toujours réputé se situer en France (quel que soit le lieu d établissement du prestataire) : - locations de moyens de transport dans la mesure où elles ont lieu sur le territoire de l UE ; - transports autres que les transports intracommunautaires de biens meubles corporels et prestations accessoires ; - prestations culturelles, artistiques, sportives, scientifiques, éducatives, récréatives et prestations accessoires ainsi que leur organisation ; - travaux et expertises sur biens meubles corporels ; - hébergement, ventes à consommer sur place. Le CNRS est concerné par les prestations «scientifiques». Il s agit des études scientifiques, des collaborations de recherche,etc faites par les unités du CNRS. Ces prestations sont toujours réputées être localisées en France, même si l unité de recherche du CNRS est localisée à l étranger. Ces prestations sont donc toujours imposables à la TVA. 9

10 les prestations «immatérielles» Il s agit en ce qui concerne le CNRS des prestations suivantes : -cessions et concessions de droits d auteur, de brevets et d autres droits similaires ; -prestations des conseillers dans tous les domaines, y compris ceux de l organisation de la recherche et du développement ; -traitement de données et fourniture d information ; -mise à disposition de personnel. Ces prestations rendues par le CNRS (établi en France) sont considérées comme se situant en France et donc devant être imposables à la TVA en France lorsque : - le client (qu il soit ou non assujetti à la TVA) est établi en France ; - le client est établi dans un autre Etat de la Communauté sans y être assujetti à la TVA. En revanche, les prestations rendues par le CNRS (établi en France) ne sont pas imposables à la TVA lorsque : - le client est établi dans un autre Etat de la Communauté et y est assujetti à la TVA ; - le client est établi dans un Etat hors de la Communauté européenne. Tableau récapitulatif Lieu d'établissement du prestataire Lieu d'établissement du client France Autres Etat de l'ue Assujetti Non assujetti Assujetti Non assujetti Etat hors de l'ue France. I I NI I NI Autres Etat de l'ue I NI Etat hors de l'ue I I (1) I : Imposable à la TVA fançaise NI : Non imposable à la TVA française (1) Seulement si le service est utilisé en France Exemple rapporté à un contrat de collaboration Ce contrat porte sur une activité de recherche réalisée par le CNRS au profit d un tiers moyennant une rémunération fixée. Le contrat de collaboration prévoit une copropriété des résultats entre les parties. Contrepartie? (cf. annexe1) 10

11 La prestation de services procure un avantage direct au profit du tiers (copropriété des résultats) et le montant de la rémunération est lié à la valeur de l avantage procuré. La recette entre dans le champ d application de la TVA Règles de territorialité? (cf. annexe3) Il s agit d une prestation de service «immatérielle» dont le bénéficiaire est un assujetti établi dans un autre pays de l Union européenne qui a fourni son numéro de TVA intracommunautaire. La recette n est donc pas imposable en France facture HT. Exemple rapporté aux prestations de fourniture d informations Le contrat accorde à une entreprise un droit d accès à une base d informations du CNRS moyennant une rémunération et le partage des fruits tirés de la gestion de cette base de données. Contrepartie? (cf. annexe1) La prestation de services procure un avantage direct au profit du tiers (copropriété des résultats) et le montant de la rémunération est lié à la valeur de l avantage procuré. La recette entre dans le champ d application de la TVA Règles de territorialité? (cf. annexe3) Il s agit d une prestation de service «immatérielle» dont le bénéficiaire est un assujetti établi dans un autre pays de l Union européenne. La recette n est don pas imposable en France facture HT. 11

12 ANNEXE 4 LES SUBVENTIONS Les règles de droit commun d assujettissement à la TVA des subventions : Lorsque l établissement reçoit une somme d argent sous forme de subvention, celle-ci est assujettie à la TVA lorsqu elle constitue la contrepartie d une livraison de biens ou d une prestation de services réalisée au profit de la partie versante (cf.annexe1). Ainsi, les concours financiers récurrents de l Etat (subventions pour charges de service public) ne constituant pas la contrepartie d une prestation de services ou d une livraison de bien, ne sont pas soumis à la TVA. Les régimes particuliers d assujettissement à la TVA de certaines subventions : Il s agit des subventions suivantes : -les subventions compléments du prix d une opération imposable -les subventions accordées par l Union européenne -les subventions redistribuées par le CNRS -les subventions d équipement a. Les subventions compléments du prix d une opération imposable Il se trouve que dans certaines situations le CNRS, qui a effectué une livraison de biens ou une prestation de services, soit en partie payé par le bénéficiaire du service et en partie par une subvention provenant d un tiers. Bien que l opération ne procure pas d avantage direct au tiers, sa subvention est soumise à TVA car elle est directement liée au prix de l opération imposable dont elle constitue la contrepartie. Entrent notamment dans la catégorie des subventions directement liées au prix, celles qui sont calculées : -en fonction du prix des biens et des services rendus par le CNRS ; -pour compléter le prix d une prestation de recherche effectuée par le CNRS au profit d un tiers : tel est le cas des subventions versées par l ANVAR et qui seraient calculées en fonction du montant des recettes afférentes aux prestations de recherche rendues par le CNRS. 12

13 b. Les subventions accordées par l Union européenne Les sommes versées par des organismes communautaires en contrepartie de prestations immatérielles de services sont exonérées de TVA. Non imposable c. Les subventions redistribuées par le CNRS L activité de redistribution de subventions ou d aides budgétaires n est pas une activité soumise à la TVA. Non imposable d. Les subventions d équipement Il s agit de subventions qui sont, au moment de leur versement, allouées pour le financement d un bien d investissement déterminé. Ces subventions ne sont jamais imposables. Il convient néanmoins de noter que ne sont pas considérées comme des subventions d équipement les sommes versées à raison d une opération imposable à la TVA : -soit parce qu elles constitueraient la contrepartie directe d un service rendu ; -soit parce qu elles constitueraient le complément de prix d une opération imposable. Non imposable 13

INSTRUCTION. N 02-077-M21 du 25 septembre 2002 NOR : BUD R 02 00077 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 02-077-M21 du 25 septembre 2002 NOR : BUD R 02 00077 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 02-077-M21 du 25 septembre 2002 NOR : BUD R 02 00077 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE INTRACOMMUNAUTAIRE ANALYSE Diffusion des règles

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES

TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES Ici ne sont abordés que les situations relatives à un professionnel français, tantôt, tantôt preneur. En qualité de libéral français, donc d, tout professionnel,

Plus en détail

Prestations de services intra en France

Prestations de services intra en France Juristax présente Prestations de services intra en France Avertissement Le développement d un sujet vaste tel celui abordé aujourd hui entraine obligatoirement de condenser l information et de reprendre

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Opérations réalisées en France par l intermédiaire d un établissement stable Définition de l Établissement

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 I-1-04 N 87 du 24 MAI 2004 COPROPRIETES ET SYNDICATS D ETALONS. TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. DROITS A DEDUCTION. (C.G.I., art. 256) NOR :

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com

PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com MECENAT ET SPONSORING TRAITEMENT JURIDIQUE ET FINANCIER / UCRAF 2012 Page 1 TRAITEMENT JURIQUE FINANCIER Dans l esprit du public, mécénat et sponsoring se confondent,

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Le régime fiscal et comptable des associations de commerçants. CERAL JB 20 Mars 2015

Le régime fiscal et comptable des associations de commerçants. CERAL JB 20 Mars 2015 Le régime fiscal et comptable des associations de commerçants CERAL JB 20 Mars 2015 Sommaire Introduction : Le régime fiscal des associations 1. L imposition des UC à la TVA 2. L imposition des UC à l

Plus en détail

D.E.B. - Déclaration d Echange de Biens D.E.S. - Déclaration Européenne de Services

D.E.B. - Déclaration d Echange de Biens D.E.S. - Déclaration Européenne de Services D.E.B. - Déclaration d Echange de Biens D.E.S. - Déclaration Européenne de Services La Déclaration d Echange de Biens et la Déclaration Européenne de Services 1 Sommaire : 1 - Préambule 2 - La D.E.B. 3

Plus en détail

Impôt sur les acquisitions

Impôt sur les acquisitions Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA 14 Impôt sur les acquisitions Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Remarques préliminaires Dans cette publication,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-12-06 N 125 du 25 JUILLET 2006 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. EXONERATION. OPERATIONS REALISEES PAR LES PROTHESISTES DENTAIRES. (CGI, art. 261-4-1

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E N 51306 # 05 N 3517-S NOT-CA12/CA12E @ Internet DGFiP DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E Ce

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Année:. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Nom de l association:.. Cadre réservé à l administration Date d arrivée du dossier à la Communauté de Communes

Plus en détail

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La fiscalité des associations Sommaire 2 Pages Rappel des fondamentaux 3 Critères de non lucrativité 5 Franchise des activités lucratives 10 Sectorisation des activités 12 Exonérations de taxe sur la valeur

Plus en détail

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com Comptabilité, TVA Nouvelle réglementation et gestion du risque www.vat-solutions.com Gestion du risque en matière de TVA Le risque est l effet de l incertitude sur les objectifs* Les risques en matière

Plus en détail

Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage

Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage Kluwer Guide des comptes annuels pour le Luxembourg FISCALITÉ Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage DELPHINE DEICHTMANN IF GROUP La circulaire n 767 du 7 avril

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

INSTRUCTION. N 02-027-M9 du 27 mars 2002 NOR : BUD R 02 00027 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 02-027-M9 du 27 mars 2002 NOR : BUD R 02 00027 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 02-027-M9 du 27 mars 2002 NOR : BUD R 02 00027 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÉGIME DE TVA DANS LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Plus en détail

Lexique en matière de TVA

Lexique en matière de TVA Lexique en matière de TVA A titre liminaire, il convient de préciser les caractéristiques de la taxe sur la valeur ajoutée. La TVA est un impôt : sur la consommation : elle frappe l utilisation des ressources,

Plus en détail

Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur

Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur Principes généraux Depuis le 1er janvier 2011 de nouvelles dispositions doivent être appliquées en matière de territorialité

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE LE RÉGIME GÉNÉRAL DU MÉCANISME DE DÉDUCTION Section 1 : Généralités sur le droit à déduction I L objet et la portée du droit de déduction D après un des principes fondamentaux

Plus en détail

MISSION DE DEPLOIEMENT DE LA DEMATERIALISATION

MISSION DE DEPLOIEMENT DE LA DEMATERIALISATION Mandats complémentaires de type TVA Objet de la présente fiche Préparer le traitement avec le PESV2 et la dématérialisation des PJ, des mandats de TVA intra commautaire FONDEMENTS JURIDIQUES ET TEXTES

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles une personne morale non assujettie identifiée à la TVA est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles une personne morale non assujettie identifiée à la TVA est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Personnes morales non assujetties disposant

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général N 0018/MEF/DGI-DLCD REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 NOTE DE

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Note d information. Régime TVA applicable aux services de gestion des déchets

Note d information. Régime TVA applicable aux services de gestion des déchets Note d information Régime TVA applicable aux services de gestion des déchets PRINCIPES GENERAUX CONCERNANT LA TVA La TVA est un impôt sur la consommation (consommation de biens ou de services) qui doit

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

DCG 4 Droit fiscal. en 35 fiches 2013. Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG

DCG 4 Droit fiscal. en 35 fiches 2013. Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG DCG 4 Droit fiscal en 35 fiches 2013 Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG Jacques SARAF Agrégé d économie et gestion Collection «Express Expertise comptable»

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. La TVA, principes et champ d application. 1. Champ d application de la TVA. 2. Schéma de principe. 3. Les opérations imposables

RAPPEL DE COURS. La TVA, principes et champ d application. 1. Champ d application de la TVA. 2. Schéma de principe. 3. Les opérations imposables La TVA, principes et champ d application RAPPEL DE COURS. Champ d application de la TVA Il est constitué par l ensemble des opérations économiques, c est-à-dire toutes les activités de producteur, de commerçant

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA Pourquoi la TVA Livraison des biens: Opérations triangulaires Les affectations L Autoliquidation Autoliquidation:

Plus en détail

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont :

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont : LOUEUR EN MEUBLES 23/07/2012 Selon les articles 632 et 633 du Code de commerce, l activité seule de loueur en meublé n est pas de nature commerciale et, hormis le cas où des prestations de service d hôtellerie

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les associations? Quelle fiscalité pour les dons? Christophe THIEBAUT Ordre des Experts-comptables

Quelle fiscalité pour les associations? Quelle fiscalité pour les dons? Christophe THIEBAUT Ordre des Experts-comptables Quelle fiscalité pour les associations? Quelle fiscalité pour les dons? Christophe THIEBAUT Ordre des Experts-comptables LES CRITÈRES D'EXONÉRATIONS POUR NE PAS PAYER L'IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES ET LA TVA

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERVICES et TERRITORIALITE DE LA TVA

PRESTATIONS DE SERVICES et TERRITORIALITE DE LA TVA LETTRE D INFORMATION ACTUALITE FISCALE MARS 2010 PRESTATIONS DE SERVICES et TERRITORIALITE DE LA TVA (Régime applicable à compter du 1 er janvier 2010) Depuis le 1 er janvier 2010, l imposition à la TVA

Plus en détail

> Dossier Mise à jour le 13 février 2008

> Dossier Mise à jour le 13 février 2008 > Dossier Mise à jour le 13 février 2008 Les mentions obligatoires à porter sur les factures dans le cadre des échanges intra et extracommunautaires - Justificatifs fiscaux des livraisons intracommunautaires

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire L émission d une facture, avant la survenance du fait générateur, n est plus une cause d

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA:

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA: FISCALITE Le but de ce chapitre est de vous aider à trouver des informations précises et valables sur la réglementation européenne de la TVA. Si vous constatez certains manquements ou certaines erreurs,

Plus en détail

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité INSERM - Le 20 avril 2006 Société en participation : aspects juridiques C est

Plus en détail

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE Le traitement comptable des dépenses de recherche et de développement est précisé par l article 311-3 du PCG qui prévoit : que les dépenses engagées pour la recherche

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Comment bien gérer son projet européen?

Comment bien gérer son projet européen? Comment bien gérer son projet européen? Janvier - Février 2009 Par Pauline Boudant et Emilie Dubreuil Les projets de recherche financés par la Commission européenne (CE) ont la réputation d être difficiles

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- N 0019/MEF/DGI-DLCD

Plus en détail

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association 1 1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION 1-1. Identification de l association Nom de votre association : Sigle. Objet :. Activités principales :. Adresse de son siège social :.. Code Postal :. Ville :. Téléphone

Plus en détail

demande de subvention

demande de subvention compétence Cadre réservé à l administration document à retourner au Service Subventions Toulon Provence Méditerranée 107, boulevard Henri Fabre CS 30536 83041 Toulon cedex 9 demande de subvention Politique

Plus en détail

EXERCICE. 1 Opérations imposables à la TVA. La TVA : principes, champ d application, territorialité THÈME 1

EXERCICE. 1 Opérations imposables à la TVA. La TVA : principes, champ d application, territorialité THÈME 1 THÈME 1 La TVA : principes, champ d application, territorialité EXERCICE 1 imposables à la TVA Lors d un entretien d embauche dans un cabinet d expertise comptable, vous êtes soumis à un test de connaissance

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel)

Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel) Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel) Public concerné : Tout public Descriptif : Il existe trois régimes d'imposition : la micro entreprise, le réel

Plus en détail

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire 7 juillet 2011 Isabelle BASTIDE BUTELOT Avocat 1 Plan de l intervention Introduction 1. Rappel des notions générales de la TVA et dérogations

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Associations Dossier de demande de subvention Année 2016 ou saison 2015 / 2016

Associations Dossier de demande de subvention Année 2016 ou saison 2015 / 2016 Associations Dossier de demande de subvention Année 2016 ou saison 2015 / 2016 La Ville de Vaux sur Mer, au travers de ses subventions, affirme une politique de soutien et exprime ainsi son désir d aider,

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

SYNTHESE. Fiscal. Nouveaux taux de TVA. SYNTHESE D EXPERTS Janvier 2014 www.infodoc-experts.com 1

SYNTHESE. Fiscal. Nouveaux taux de TVA. SYNTHESE D EXPERTS Janvier 2014 www.infodoc-experts.com 1 Nouveaux taux de TVA 1 SOMMAIRE 1 Principe et dérogation d ordre général... 3 2 Les livraisons de bien... 4 2.1 Acquisitions intracommunautaires... 4 2.2 Importations... 5 2.3 Tableau de synthèse... 5

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE Par Laurent Pierandrei, Professeur de Comptabilité Internationale, ACE Paris, France (Partie Double 1 er septembre 2006) La TVA au sein de l Union Européenne

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 3 A-5-05 N 109 du 23 JUIN 2005 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA). TERRITORIALITE. LIEU D IMPOSITION DES LIVRAISONS DE GAZ NATUREL ET D ELECTRICITE

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA CREATION PARTAGEE 2016

DEMANDE D AIDE A LA CREATION PARTAGEE 2016 DEMANDE D AIDE A LA CREATION PARTAGEE 2016 FICHE DE RENSEIGNEMENTS : STRUCTURE PORTEUSE : Nom : Nature juridique : association ou autre (préciser l objet le cas échéant) Téléphone : Mail : Site web : Adresse

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

Sommaire. Partie 1. Devenir photographe indépendant : les démarches administratives... 19

Sommaire. Partie 1. Devenir photographe indépendant : les démarches administratives... 19 Sommaire Introduction.............................................. 11 Les revenus de l activité professionnelle..................... 12 Quel statut pour quels revenus?........................... 12 Comment

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Assujettis qui effectuent uniquement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Administration des subventions aux institutions

Administration des subventions aux institutions Administration des subventions aux institutions Dépenses de projet admissibles Division de l administration des subventions Personnel Consultants Évaluation Biens d'équipement Déplacements à l'étranger

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

... NOM du représentant légal :... Prénom du représentant :... Adresse :... Code postal :... Commune :... :... Téléphone portable professionnel :...

... NOM du représentant légal :... Prénom du représentant :... Adresse :... Code postal :... Commune :... :... Téléphone portable professionnel :... 13595*01 mise à jour : le 01/04/2013 DEMANDE DE SUBVENTION ELABORATION OU ANIMATION LIÉES AU DOCOB D UN SITE NATURA 2000 (DISPOSITIF N 323 A DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cette demande

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E N 00000 51306 # 00 06 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES N 3517- S - NOT- SD TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E Ce document

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

CARCASSONNE AGGLO DEMANDE DE SUBVENTION

CARCASSONNE AGGLO DEMANDE DE SUBVENTION CARCASSONNE AGGLO DEMANDE DE SUBVENTION 1 - LE DEMANDEUR Nom du demandeur :...... Sigle :... Objet :... N SIRET... Date de publication de la création au Journal Officiel :.... Activités principales :...

Plus en détail

INFORMATION FISCALE Réduction et crédit d impôt au titre des services à la personne

INFORMATION FISCALE Réduction et crédit d impôt au titre des services à la personne PRÉAMBULE : pourquoi une réduction ou un crédit d impôts? Le Gouvernement français, dans le cadre de sa politique de développement des services à la personne, a mis en place des incitations fiscales pour

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Ce document est à l usage exclusif des associations membres de l UNASA. Il ne doit en aucun cas être communiqué, sous quelques formes que ce soit, à

Ce document est à l usage exclusif des associations membres de l UNASA. Il ne doit en aucun cas être communiqué, sous quelques formes que ce soit, à Ce document est à l usage exclusif des associations membres de l UNASA. Il ne doit en aucun cas être communiqué, sous quelques formes que ce soit, à des tiers (adhérents, cabinets comptables, associations

Plus en détail