Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY"

Transcription

1 Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

2 } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie } Les différentes canules de trachéotomie } Réalisation de la trachéotomie } Complications } Soins infirmiers } Conclusion

3

4 La trachéotomie consiste en l ouverture de la trachée entre le 2 e /3 e ou le 3 e /4 e anneau trachéal afin d y introduire une canule de trachéotomie pour court-circuiter les voies aériennes supérieures. Deux modalités de trachéotomie: - par voie percutanée. - par voie chirurgicale.

5

6 ! Trachéotomie en urgence: Lésions graves de la face avec IOT impossible. Mâchoires bloquées. Intubation difficile.! Trachéotomie programmée en réanimation: En cas de ventilation mécanique prolongée. Dans l insuffisance respiratoire chronique grave. Chez les patients comateux ou en présence de troubles de la déglutition avec inhalation.

7

8 } Equipe non expérimentée. } Troubles de la coagulation majeurs: Fibrinolyse, CIVD. } Infection locale.

9

10 } Diminue l espace-mort anatomique. } Protège le patient de l inhalation bronchique quand ballonnet. } Permet tous les modes de ventilation ainsi que l alimentation orale ou entérale. } Facilite le sevrage de la VM ainsi que les broncho-aspirations. } Améliore le confort du patient.

11

12 } Court-circuite les voies aériennes supérieures. Risque important de formation de bouchons. } Gêne potentielle à la déglutition et la parole. } Majoration du risque infectieux.

13

14 } La trachéotomie percutanée Principe Techniques de trachéotomie percutanée Complications liées à l acte } La trachéotomie chirurgicale Principe Complications liées à l acte

15 o Principe: - Repérage anatomique à la palpation puis par transillumination. - Ponction de la trachée entre le 2 e et 4 e anneau trachéal. - Dilatation progressive de l orifice trachéal. - Insertion de la canule de trachéotomie. Si difficultés anormales ou échec de la technique: recours à la chirurgie. o Techniques de trachéotomie percutanée: Il existe 4 techniques pour réaliser une trachéotomie percutanée. Elles ont toutes en commun les étapes initiales dérivées de la technique de Seldinger. La technique de Ciagla est préconisée comme procédure de choix.

16 A) Ponction B) Aspiration C) Guide en J Retrait du KT D) Surguide dilatateur E) Dilatateur de canulation + canule F) Retrait du dilatateur de canulation, du surguide en J

17 Un contrôle fibroscopique est préconisé pendant le geste. Il permet: - Positionnement adéquat de la sonde d intubation sous les cordes vocales. - Le repérage du niveau de ponction par transillumination. - Confirme l adéquation de la ponction trachéale. - Prévient les lésions de la paroi postérieure de la trachée. - Contrôle le bon positionnement de la canule. - Une toilette bronchique.

18 o Complications liées à l acte: - Si ponction au-dessus du 2 e anneau trachéal: risque de sténose sous glottique. - Au-delà du 4 e anneau trachéal: risque de lésion de l isthme thyroïdien et de lésions vasculaires (tronc brachio-céphalique). - Para trachéal: risque de pneumothorax, emphysème sous-cutané (dans le cas de faux trajet).

19 o Principe: Ouverture trachéale au-dessous du 2 e anneau cartilagineux afin d éviter tout risque de traumatisme laryngé responsable d une sténose ultérieure. L isthmotomie thyroïdienne est systématique. La trachéotomie chirurgicale s effectue en plusieurs étapes: - L incision cutanée: horizontale, à la base du cou; 4 à 5 cm. - L abord de la trachée: isthmotomie médiane qui permet l exposition de la zone de trachéotomie.

20

21 - L incision trachéale: précédée du dégonflage du ballonnet de la sonde d intubation. - Mise en place de la canule après retrait préalable de la sonde d intubation. - Fermeture: volontairement lâche, en un seul plan et peu hermétique; Facilite le changement de canule et prévient la survenue d emphysème sous-cutané.

22 o Complications liées à l acte: - Lésion laryngo-trachéale. - Lésions hémorragiques. - Plaie de l œsophage.

23

24 o Les canules à ballonnet: VENTILATION Elles sont avec ou sans chemise interne, fenêtrées ou non fenêtrées. - Canule avec chemise interne: pour une ventilation au long cours, chez les patients hyper-sécrétants avec risque de bouchons. - Canule sans chemise interne: ventilation temporaire. o Les canules sans ballonnet: SEVRAGE ou TRACHEOTOMIE DEFINITIVE SANS VENTILATION Elles sont avec ou sans chemise interne, fenêtrées ou non fenêtrées.

25 o Les canules fenêtrées: SEVRAGE Elles sont avec ou sans ballonnet. - Avantage de la fenêtre: permet la phonation. - Inconvénients de la fenêtre: Favorise l accumulation de sécrétions. Favorise l apparition de granulome. Permet l inhalation de sécrétions (si chemise interne fenêtrée).

26

27 o Préparation et vérification du matériel: - Plateau de trachéotomie. - Canules de trachéotomie de 2 tailles différentes + ses accessoires. - Matériel pour une éventuelle réintubation. - Un fibroscope (si percutanée). - Un chariot de coagulation (surtout si chirurgicale). o Préparation du patient et réalisation de la trachéotomie: - Patient informé du geste si conscient ou sa famille le cas échéant. - à jeun depuis la veille minuit. - Bilan biologique: groupe sanguin, RAI, bilan d hémostase. - Abords veineux fonctionnels: 2 VVP de bons calibres ou une VVC. - Installation du patient en décubitus dorsal, tête en hyperflexion, les bras le long du corps.

28 - Préoxygénation à 100%, souvent maintenue lors du geste. - Champ opératoire: arc mandibulaire, la ligne mamelonaire, le galbe des épaules. - Si trachéotomie percutanée: repérage anatomique, ponction, aspiration, dilatation et mise en place de la canule. Si trachéotomie chirurgicale: incision cutanée, dissection, incision trachéale, mise en place de la canule puis fermeture. - Durant le geste, l IDE doit: Vérifier les constantes vitales et ventilatoires. Signaler aux médecins toute anomalie ou réaction aux stimuli. Présenter le matériel stérilement à la demande. - A la fin du geste, l IDE doit: Fixer la trachéotomie à l aide de la cordelette. Gonfler le ballonnet à l aide du manomètre de pression (environ 25mmHg). Evacuer les objets tranchants, piquants dans le container à aiguilles.

29

30 } Précoces: - Hémorragique. - Pneumothorax, emphysème sous-cutané - Infectieuse: infection de l orifice de trachéotomie (fréquente si chirurgicale). - Problème technique de positionnement de la canule. - Décanulation précoce.

31 } Tardives: Vitales: - Hémorragie: érosion du tronc brachio-céphalique par la canule. - Pneumopathie nosocomiale. - Fistule trachéo-oesophagienne. Fonctionnelles: - Sténose trachéale. - Formation de granulomes. - Trachéomalacie. Psychologique

32

33 } Soins IDE en post opératoire: - Installer le patient en DD 30 : assure un ventilation optimale et limite le reflux gastrique. - Surveillance hémodynamique, ventilatoire, thermorégulation. - Vérifier la pression du ballonnet, la fixation de la canule et sa perméabilité. - Surveiller l état de conscience du patient (si AG). - Dépister l apparition de douleurs locales: voir pour prescription d antalgique. - S assurer que le patient ait fait une RxP. - Réaliser sur PM des GDS pour s assurer que la ventilation soit efficace.

34 } Soins IDE au quotidien: Le changement de canule: La périodicité de changement de canule, définie par le médecin prescripteur, varie en fonction: - du patient. - de sa pathologie. - de l abondance des sécrétions. - du type de canule. - Premier changement de canule réalisé par un médecin. - Il intervient entre J3 et J7 selon les équipes. - Changements suivants sont faits par l équipe.

35 Les soins locaux: - Nettoyage de l orifice de trachéotomie + changement de la compresse absorbante: 2x/jr. - Nettoyage de la chemise interne: au moins 2x/jr. - Vérification du ballonnet: au moins 2x/jr. - Réaliser les soins des fosses nasales et oro-pharyngés au moins 1x/jr (cf cours intubés/ventilés). - Réaliser des aspirations trachéales aseptiques et non traumatiques (cf cours intubés/ventilés). NE PAS DESCENDRE LA SONDE D ASPIRATION ENTIEREMENT - S assurer que l humidification soit fonctionnelle. Le degré d humidification sera adapté en fonction de l abondance des sécrétions, de leur consistance, du confort du patient. RISQUE DE BOUCHONS

36

37 La technique percutanée, couplée à un contrôle endoscopique, représente une alternative sûre et rapide à la trachéotomie chirurgicale. L anesthésie est nécessaire pour adapter le patient au ventilateur. Elle facilite la réalisation du geste et diminue le risque de survenue de réflexe de toux ou déglutition. Les soins locaux sont essentiels pour limiter le risque infectieux ainsi que la formation de bouchons. Les transmissions écrites sont primordiales pour assurer un suivi pertinent. Faire figurer: - Le type et la taille de la canule. - La prescription des paramètres ventilatoires. - La fréquence, l aspect et la quantité des aspirations recueillies. - La surveillance clinique.

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION Trachéotomie Per Cutanée Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier 10/2007 DEFINITION Elle consiste en l ouverture de la trachée entre le deuxième et le troisième anneau trachéal afin

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest TRACHEOTOMIE TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest PLAN Introduction Trachéotomie Définition Indications

Plus en détail

TRACHÉOTOMIE PERCUTANEE ET CRICOTHYROTOMIE. ( Réanimation et Urgences)

TRACHÉOTOMIE PERCUTANEE ET CRICOTHYROTOMIE. ( Réanimation et Urgences) TRACHÉOTOMIE PERCUTANEE ET CRICOTHYROTOMIE ( Réanimation et Urgences) N Les indications de la trachéotomie percutanée Trachéotomie percutanée (Création artificielle d une ouverture ventilatoire par dilatation

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHEOTOMIE Dispositif tubulaire court introduit dans la trachée par voie percutanée pour pallier une défaillance des voies aériennes supérieures Visée

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE I- LES LUNETTES D OXYGENE - elles sont bien tolérées pour une oxygénothérapie de longue durée - utilisation à faible débit uniquement - le patient peut manger, parler - indolores

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

Repères historiques. Indications. Indications et Contre. Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé. trachéotomie chirurgicale

Repères historiques. Indications. Indications et Contre. Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé. trachéotomie chirurgicale Club Club des des Anesthésistes Réanimateurs de de Centres de de Brûlés Septembre 3 Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé Repères historiques Dr François RAVAT Centre des brûlés -CH St Joseph et St Luc

Plus en détail

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière 20 e Journée de Formation des Infirmièr(e)s Lundi 14 Octobre 2013 La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière HOF Frank Infirmier spécialiste clinique Soins ORL et trachéotomies

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

Trachéotomie en 2010

Trachéotomie en 2010 Trachéotomie en 2010 Choix des indications et Résultats des différentes Etudes J.-F. Muir Service de Pneumologie et USIR CHU de Rouen Trachéotomie: 2 perspectives Prise en charge d une IRA et sevrage

Plus en détail

SONDES DE SPÉCIALITÉS

SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPECIALITES 2 SONDES MICROLARYNGEES Utilisation, service rendu: Anesthésie ORL (pour les chirurgies du larynx) : encombrement minimal pour ne pas gêner le chirurgien Spécificités

Plus en détail

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches La trachéotomie Guide à l usager et ses proches TABLE DES MATIÈRES 1. Définition de la trachéotomie 3 2. La trachéotomie 3 3. La trachéotomie temporaire 4 4. La trachéotomie permanente 4 4.1. Avantages

Plus en détail

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 DRAINAGE THORACIQUE Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 Anatomie du pneumothorax Plèvre viscérale: accolée aux poumons Plèvre pariétale tapisse l intérieur de la cage thoracique et le diaphragme cavité

Plus en détail

Prise en charge de la trachéotomie percutanée aux soins intensifs

Prise en charge de la trachéotomie percutanée aux soins intensifs Prise en charge de la trachéotomie percutanée aux soins intensifs BERNIER Françoise Soins intensifs Hôpital ERASME Médecins Infirmier(ère)s Kinésithérapeute Diététicienne Psychologue Préparation préopératoire:

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

INDICATIONS. Transitoire. Définitive

INDICATIONS. Transitoire. Définitive La trachéotomie INDICATIONS Transitoire Ventilation artificielle prolongée Difficultés de sevrage (après échec du sevrage sur sonde d'intubation) Obstacle laryngé Intubation impossible Troubles de déglutition

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE Lise CREVIER BUCHMAN ORL Phoniatre Hôpital Européen G. Pompidou, AP-HP PARIS SOFMER, Paris 2004 Pourquoi une canule? Ventilation assistée Temporaire Pathologie

Plus en détail

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES Surveillance technique du respirateur Surveillance clinique et biologique du patient Surveillance de la jonction machine / patient Autres éléments de

Plus en détail

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Cerclage par voie abdominale M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Introduction Le cerclage prophylactique par voie transvaginale a fait la preuve de son efficacité chez les patientes ayant

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon VNI Ø VNI = méthode permettant une assistance ventilatoire

Plus en détail

NUTRITION À DOMICILE. V. PHILIP Pharmacie des Dispositifs Médicaux Stériles CHU DE BORDEAUX

NUTRITION À DOMICILE. V. PHILIP Pharmacie des Dispositifs Médicaux Stériles CHU DE BORDEAUX NUTRITION À DOMICILE V. PHILIP Pharmacie des Dispositifs Médicaux Stériles CHU DE BORDEAUX 1 Rappel anatomique 2 DÉNUTRITION Dénutrition: se définit par des apports ou des stocks énergétiques ou protéiniques

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien Session labellisée AFC / FCVD Gestion des risques associés à la création du pneumopéritoine. Recommandations de la Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive Les pré requis de la sécurité A. Deleuze

Plus en détail

J - SOINS ET SURVEILLANCES AUX BENEFICIAIRES DE SOINS TRACHEOTOMISES OU TRACHEOSTOMISES

J - SOINS ET SURVEILLANCES AUX BENEFICIAIRES DE SOINS TRACHEOTOMISES OU TRACHEOSTOMISES trachéostomisés - 1- J - SOINS ET SURVEILLANCES AUX BENEFICIAIRES DE SOINS TRACHEOTOMISES OU TRACHEOSTOMISES DEFINITION 1 a) Trachéotomie C'est l'ouverture chirurgicale temporaire ou définitive de la face

Plus en détail

L. DONETTI SRPR FORCILLES. La trachéotomie dans tous ses états-1ere journée des SRPR

L. DONETTI SRPR FORCILLES. La trachéotomie dans tous ses états-1ere journée des SRPR L. DONETTI SRPR FORCILLES La trachéotomie dans tous ses états-1ere journée des SRPR But : proposer des recommandations pour aider le praticien à chercher les soins les plus appropriés dans des circonstances

Plus en détail

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI E ALASTOR, I PHILIPPOT, G MION Hôpital d'instructions des Armées VAL DE GRÂCE 74 Boulevard du Port Royal - 75005 PARIS Infirmière anesthésiste Cadre de Santé,

Plus en détail

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique CRO EN COELIOCHIRURGIE : PRINCIPES Chirurgie technologiquement dépendante

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire

Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire Olivier Rémy-Néris Myriam Thiebaut CHRU de Brest INSERM U650 olivier.remyneris@chu-brest.fr Synopsis Connaitre les différents types de canules Savoir prendre

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

Cathéters centraux. Dr S.VERDY

Cathéters centraux. Dr S.VERDY Cathéters centraux Dr S.VERDY Définition de la VVC Un cathéter est dit central quand son extrémité est - dans la veine cave supérieure si sa pose se fait par la veine sous-clavière DT ou G, ou par la veine

Plus en détail

Il est composé d'eau et alarme machine panne machine

Il est composé d'eau et alarme machine panne machine PARAMETRES DEFINITION NORMES RISQUES CAT rupture membrane présence de sang dans le FUITE SANG circuit hydraulique expose le patient à des réactions arrêt immediat de la dialyse détectée par une cellule

Plus en détail

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie IX ème Journée Régionale de Prévention des Infections Liées aux Soins 14 avril 2011 Cathéter central inséré par voie périphérique Ch. Gorge, Ch. Gray, S. Leroy CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

PRENDRE SOIN DE VOTRE TRACHÉOSTOME

PRENDRE SOIN DE VOTRE TRACHÉOSTOME INFOS PATIENTS Pathologies cervico-faciales PRENDRE SOIN DE VOTRE TRACHÉOSTOME Comment utiliser, changer et nettoyer votre appareillage Introduction Au cours de votre hospitalisation, vers le cinquième

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE INFOS PATIENTS La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE Ill C V j DIRCOM i 2010 La glande thyroïde est située dans la partie basse du cou, en dessous du larynx. Elle est formée de deux lobes

Plus en détail

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010»

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010» L ASPIRATION ENDOTRACHEALE MATERIEL METHODES HYGIENE Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET Définition de l aspiration Différents types de sondes Différents types d appareils Installation du patient Méthodologie

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou INTUBATION 1. DEFINITION L intubation endo-trachéale consiste à introduire une prothèse (tube) souple par les voies naturelles (bouche ou nez) à travers l orifice glottique jusque dans la trachée. 2. BUT

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

LES CANULES DE TRACHÉOTOMIE

LES CANULES DE TRACHÉOTOMIE La trachéotomie en 2010 LES CANULES DE TRACHÉOTOMIE VALÉRIE GAËREL, INFIRMIÈRE ADEP ASSISTANCE Descriptif: Tube courbe avec un angle d environ 110 à 130 dont une Tube, courbe, avec un angle d environ 110

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

Sommaire. Introduction

Sommaire. Introduction Sommaire Introduction Savoir-faire infirmier transversal Fiche 1 Recommandations Fiche 2 Normes de soins infirmiers Fiche 3 Transmissions infirmières Fiche 4 Certification des établissements de santé Fiche

Plus en détail

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Drainage thoracique Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Plan Rappels anatomiques Indications et leur diagnostic Types de drainages Réalisation Surveillance

Plus en détail

LE DRAINAGE THORACIQUE

LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 1 LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 2 DRAINAGE THORACIQUE RAPPELS CLINIQUES Anatomie

Plus en détail

Les fourmis du réveil

Les fourmis du réveil Les fourmis du réveil PREAMBULE Suite au décret du 05-12-94 notifiant la nécessité de mettre en conformité la salle de réveil ( SSPI ) : opérationnelle 24h/24h, et sachant que les besoins de notre bloc

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE DÉFINITION L aspiration des sécrétions trachéales consiste à aspirer les sécrétions à l aide d un cathéter dans la canule trachéale. BUTS Dégager les voies

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%)

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%) Les établissements participant Inter-région ord 200 Résultats 200, inter-région ord 4 AES dans 9 établissements ord Pas de Calais 2 Régions Hte orm. Pic. 8 Ile de France 9 Statut de l'établissement Privé

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

- l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée si la ventilation post-op peut-être compromise.

- l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée si la ventilation post-op peut-être compromise. Chirurgie céphalique : Contrôle de la ventilation : - pas d'accès à la tête pendant l'intervention. - l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation La prévention des troubles de la déglutition en réanimation

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

Advanced PICC Placement

Advanced PICC Placement LES PICC S Advanced PICC Placement Debbie Elder RN CRNI Clinical Consultant Bard Access Systems EMILIE GRANJARD Sales Product Specialist BARD 06 20 29 43 61 Emilie.granjard@crbard.com www.bardfrance.com

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

BPA-PEC-1009TRACHEOT PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRACHEOTOMISES DE LA PERIODE POST-OPERATOIRE A LA SORTIE

BPA-PEC-1009TRACHEOT PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRACHEOTOMISES DE LA PERIODE POST-OPERATOIRE A LA SORTIE BPA-PEC-1009TRACHEOT PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRACHEOTOMISES DE LA PERIODE POST-OPERATOIRE A LA SORTIE Date de création : Version validée le : 21/09/10 REDACTEUR (S) Membres du groupe de travail :

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Bienvenue dans le service de réanimation. Le livret que nous venons de te confier a pour principal intérêt de te permettre d avoir une

Plus en détail

Atrésie de l œsophage

Atrésie de l œsophage Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Atrésie de l œsophage Œsophageal atresia Malformation congénitale responsable d une interruption de la continuité

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

INTUBATION ENDO- TRACHEALE. Séverine GONNET

INTUBATION ENDO- TRACHEALE. Séverine GONNET INTUBATION ENDO- TRACHEALE Séverine GONNET PRINCIPE ET BUT Introduire une sonde, soit par la bouche soit par le nez, à travers l'orifice glottique jusque dans la trachée, afin de maintenir la liberté des

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

Endoscopies ORL. «il fait bon s'abriter derrière une vieille haie»

Endoscopies ORL. «il fait bon s'abriter derrière une vieille haie» Endoscopies ORL «il fait bon s'abriter derrière une vieille haie» -souvent une situation d intubation difficile -souvent chez un patient débilité, voire dénutri -le patient, à jeun, peut déjà présenter

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1 Pôle UBAAR : urgences, bloc, ambulatoire, anesthésie et réanimation Hôpital de jour pluridisciplinaire (Livret réalisé par l équipe d infirmières de médecine, validé par le cadre) Galerie sainte Geneviève,

Plus en détail

Article 4311-1 : Champ des soins infirmiers : Définition de l exercice professionnel Analyse Organisation. intègrent la Qualité des soins

Article 4311-1 : Champ des soins infirmiers : Définition de l exercice professionnel Analyse Organisation. intègrent la Qualité des soins DECRET 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V Professions de santé (Parties Réglementaires) du Code de Santé Publique Livre III Auxiliaires médicaux. Titre 1 er : Profession d infirmier

Plus en détail

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Les urgences en ORL Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Plan 1. Les urgences respiratoires et les urgences digestives hautes 2. Les urgences hémorragiques 3. Les urgences infectieuses 4. Les urgences otologiques

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) INTRODUCTION Fin des années 80, débuts de la VNI version moderne. Technique répandue de plus en

Plus en détail

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Séminaire «Dispositifs médicaux et matériovigilance» P. Coti Bertrand 29 septembre 2009 Dénutrition sévère Indications Apports oraux insuffisants état

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail