LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS LE DICRIM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS LE DICRIM"

Transcription

1 LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS LE DICRIM

2

3 Madame, Monsieur, Les Pianais vivent dans un environnement naturel de qualité qui ne doit pas nous faire oublier les risques auxquels nous pouvons être confrontés. La protection des populations compte parmi les missions essentielles des pouvoirs publics et la sécurité des Pianais figure au premier rang des préoccupations de la Municipalité. Le Pian-Médoc n a pas un territoire fortement exposé aux risques majeurs puisque la Préfecture de la Gironde n identifie que les feux de forêt et le retrait-gonflement des sols comme risques majeurs potentiels. Pour autant, notre Commune n est pas à l abri d événements exceptionnels. Au cours des dernières années, tempêtes et feux de forêt sont apparus comme des dangers susceptibles d'affecter les personnes et les biens. Les risques majeurs, qu ils soient d origine naturelle ou technologique, ont par leur force et leur soudaineté des conséquences très lourdes, surtout si nous ne sommes pas préparés à y répondre correctement. En matière de risque majeur, la connaissance du phénomène et des comportements à adopter en cas de crise demeure la meilleure forme de prévention en adoptant des réponses rapides, coordonnées et adaptées. Dans le cadre de la loi, notamment en référence au Code de l Environnement, les citoyens ont un droit à l information sur ces risques. C est l objet du Document d Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) établi à partir du Dossier Départemental sur les Risques Majeurs (DDRM). Ce document recense les risques majeurs encourus et délivre une information sur les mesures de prévention, de protection et d'alerte qui ont été arrêtées. Sans dramatisation excessive, il définit les bons comportements et les bons réflexes à adopter pour devenir les acteurs de sa propre sécurité. En lisant attentivement ce document, chacun pourra acquérir une conscience du risque et avoir un comportement adéquat si l un de ces événements se produisait. Ainsi chacun d entre nous, citoyen et responsable, sera mieux à même d affronter tout événement exceptionnel. En complément de ce travail d information et en cohérence avec ce DICRIM, la Commune élabore actuellement un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) dont l objectif est de prévoir, au niveau communal, la gestion de ces situations, les moyens d action à mettre en œuvre et l organisation des secours. Tout en espérant ne pas avoir à mettre en pratique ce plan, je sais pouvoir compter sur vous pour faire preuve de responsabilité, de cohésion et de solidarité si nous devons faire face à un événement grave. Didier MAU Maire de Le Pian-Médoc 260 Rue Pasteur LE PIAN-MEDOC TEL TELECOPIE

4 Connaître les risques majeurs pour y faire face Qu est-ce qu un risque majeur? Le risque majeur est un événement dangereux, d origine naturelle ou technologique. Il se caractérise par sa faible fréquence et sa gravité. Il peut causer de graves dommages aux personnes, aux biens et à l environnement. DICRIM et PCS Ces 2 documents sont liés. Le DICRIM est un document d information à destination du grand public. Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) est un document organisationnel adressé aux élus, au personnel communal et à toute personne intervenant au titre des secours. Face aux risques majeurs, la commune s engage dans l élaboration de son PCS. Le PCS regroupe l ensemble des actions contribuant à l information préventive et la protection de la population. Il détermine, en fonction des risques connus, les mesures immédiates de sauvegarde et de protection des personnes, fixe l'organisation nécessaire à la diffusion de l'alerte et des consignes de sécurité, recense les moyens disponibles et définit la mise en œuvre des mesures d'accompagnement et de soutien de la population. Sa mise en œuvre relève du Maire sur le territoire de sa commune. Le PCS sera déclenché pour gérer tout événement majeur nécessitant une intervention organisée de la Mairie. Il est donc important de s y préparer. L objectif du PCS est de mettre en œuvre une organisation fonctionnelle réactive (testée pour être améliorée) en cas d événement grave afin de sauvegarder des vies humaines, diminuer les dégâts et protéger l environnement. En amont du PCS, vous avez entre les mains le DICRIM, document d information à destination du grand public. Il reprend l ensemble des risques auxquels les Pianais peuvent être confrontés, ainsi que les conseils de comportement qui vous permettront d acquérir les bons réflexes en cas de déclenchement d un événement mettant la population en danger. Les types de risques On distingue deux types de risque : - Le risque naturel et climatique lié à des phénomènes plus ou moins prévisibles comme les tempêtes ou les feux de forêts. - Le risque technologique lié aux activités industrielles générées par l homme comme le transport de matières dangereuses ou le risque nucléaire. La prévention Face aux risques recensés sur le territoire d une Commune, le Maire doit mettre en place une information préventive. La commune du Pian- Médoc participe à la prévention des risques majeurs en élaborant le DICRIM puis le Plan Communal de Sauvegarde. La prévention des risques majeurs regroupe les dispositions prévues pour réduire l impact d un phénomène naturel ou technologique sur les personnes et les biens. Elle s inscrit dans une logique de développement durable puisque la prévention vise à réduire les conséquences économiques, sociales et environnementales du développement de notre société. Le système d alerte L alerte est la diffusion d un signal sonore, destiné à prévenir la population de l imminence d une catastrophe. Elle permet à chacun de prendre immédiatement les postures de sécurité et les mesures de protection adaptées. Le décret du 11 mai 1990 définit le code national d alerte (sirène) visant à informer en toute circonstance la population d une menace grave. En complément à ce système d alerte, les services municipaux peuvent utiliser tout autre moyen susceptible de donner l alerte : véhicule sonorisé, porte à porte, transmission par SMS (voir le système Contact Everyone).

5 Feux de Forêts La Commune du Pian-Médoc se caractérise par la prédominance de son massif forestier ce qui la rend vulnérable aux incendies. Des aménagements nécessaires à la défense contre les incendies sont réalisés sur le domaine public : débroussaillement, création de points d eau, entretien de pare-feu, En fonction des conditions de vent et de sécheresse, la DFCI, les Sapeurs-pompiers, la gendarmerie et la police communautaire mettent en place des patrouilles de surveillance. Ce risque est évidemment renforcé en période estivale même s il peut survenir à tout moment de l année. En application d une circulaire du 18 novembre 2011, notre Commune se situe dans le périmètre du Plan de Protection de l Agglomération Bordelaise. A ce titre, la pratique du brûlage des déchets verts à l air libre est interdite toute l année. En cas d incendie, les personnes ou résidents directement menacés seront alertés et pris en charge par les services de secours (Sapeurspompiers, Gendarmerie et Police communautaire). Pour se prémunir au mieux contre les incendies, il convient de protéger son habitat, débroussailler, éviter le stockage de combustibles en extérieur (stockage de bois et de produits inflammables, ). Adopter les bons réflexes Ne jamais vous approcher à pied ou en voiture d un feu de forêt. Ouvrez votre portail pour faciliter l accès des pompiers. Fermer les bouteilles de gaz situées à l extérieur et éloignezles si possible du feu. Enfermez-vous dans un bâtiment solide et bien protégé. Fermez les volets et fenêtres pour éviter de provoquer des appels d air. Des textes réglementaires précisent les interdictions d incinération des déchets végétaux (arrêté départemental du 11 juillet 2005 et circulaire du 18 novembre 2011) et les obligations de débroussaillage (dans un rayon de 50 mètres autour de votre habitation et de 10 mètres autour des chemins d accès) en application du Code Forestier. En période de risque accru, un arrêté munipal peut réglementer l accès au massif forestier.

6 A retenir Fiche réflexe pour le risque feux de forêt Avant la crise Pendant la crise Repérer les chemins d évacuation, les abris, Prévoir les moyens de lutte (points d eau, matériels ), Débroussailler autour de votre habitation et du chemin d accès. La végétation ne doit pas favoriser la propagation du feu, Vérifier l état des fermetures et de la toiture, Ne pas apporter de source d incendie en forêt ou à proximité, Eviter le stockage de bois et de combustibles près des habitations. Si l on est témoin d un départ de feu : Alerter les pompiers, soyez précis sur la localisation, Si possible, attaquer le feu sans mettre sa vie en péril, Rechercher un abri en fuyant dos au feu, Respirer à travers un linge humide. Dans un bâtiment : Ouvrir le portail du terrain pour faciliter l accès des secours, Ranger le mobilier de jardin sensible à la chaleur (notamment en PVC), Fermer les bouteilles de gaz (éloigner celles qui sont à l extérieur), Fermer et arroser volets, portes et fenêtres, Occulter les aérations avec des linges humides, Avoir des tuyaux d arrosage pour pouvoir faire le tour de la propriété. Après la crise Éteindre les foyers résiduels sans mettre sa vie en péril et prévenir les secours. Où s informer Auprès de : L Office National des Forêts (ONF) La Mairie La préfecture de la Gironde (Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civile) Le Service Départemental d Incendie et de Secours (SDIS) La DFCI. Écouter la radio : FRANCE INFO : Mhz FRANCE BLEU GIRONDE : Mhz

7 Tempête-Orage Ces phénomènes correspondent à l évolution d une perturbation atmosphérique où se confrontent des masses d air aux caractéristiques distinctes (température, humidité). Récemment encore, la région a été confrontée à ces phénomènes dévastateurs. Ce risque est aléatoire et diffus sur la Commune. Il englobe les phénomènes de vent violent, les fortes précipitations, les orages, la neige et le verglas. Ces phénomènes peuvent avoir des conséquences très importantes sur les hommes, l économie et l environnement. Outre le respect de normes constructives, des aménagements de prévention contre les phénomènes climatiques doivent être réalisés par les résidents : surveiller les arbres et les branches menaçant leur habitat, ranger les objets sensibles aux effets du vent L information de la population s effectue par le biais des prévisions météorologiques en suivant notamment les niveaux de vigilance transmis par Météo-France. Les niveaux d alerte météorologique concernent les phénomènes suivants : vents violents supérieurs à 100 km/h, fortes précipitations, orages, neige ou verglas. Les cartes de vigilance sont émises, par Météo- France deux fois par jour. Des mesures spécifiques concernent le plan canicule mis en place à l échelle de la Commune. Les informations peuvent être prises au niveau du CCAS. Adopter les bons réflexes Prenez garde aux chutes d arbres ou d objets. Ne touchez pas aux fils électriques tombés à terre. Enfermez-vous dans un bâtiment solide et protégé. Fermez les volets et fenêtres. Ranger ou fixer les objets pouvant être de potentiels projectiles. Protégez les baies vitrées. N intervenez pas sur les toitures. Écoutez les radios locales pour connaître les consignes à suivre. Restez en contact avec vos voisins. Prévoir un éclairage mobile de secours (lampe torche, bougies ). Faites une réserve d eau potable. Limitez vos déplacements. Ne vous promenez pas en fôret et soyez vigilants face aux chutes d objets. Ne toucher en aucun cas aux fils électriques tombés au sol. Limitez votre vitesse sur route, en particulier si vous conduisez un véhicule ou tractez un attelage sensible aux effets du vent. Ne téléphonez pas, libérez les lignes pour les secours.

8 A retenir Fiche réflexe pour le risque tempête-orage Événement Alerte orange Alerte rouge Vents violents Fortes précipitations Orages Neige et verglas Attention aux chutes de branches et d objets divers. Limiter les déplacements. En cas de déplacement impératif, signalez votre départ et votre destination à vos proches. Se méfier des obstacles sur la route. Ranger ou fixer les objets susceptibles d être emportés. Ne pas intervenir sur les toitures. Attention à la visibilité réduite. Éviter le réseau routier secondaire. Ne s engager ni à pied ni en voiture sur une voie inondée. Surveiller cave et garage. Évitez d utiliser le téléphone et les appareils électriques. Ne pas s abriter sous les arbres. Limiter les déplacements et les activités de loisirs. Mettre en sécurité les biens (débranchement des appareils électriques non indispensables). Attention à la visibilité réduite. Éviter le réseau routier secondaire. Ne s engager ni à pied ni en voiture sur une voie enneigée ou verglacée. Surveiller les conduits de fumée et de ventilation. Ne pas rester sous les arbres et surveiller les toitures au cours de vos déplacements. Éviter tous les déplacements non obligatoires et prendre les grands axes de circulation. Attention, si utilisation du véhicule, certaines routes peuvent être impraticables. Éviter toute activité extérieure. Ne jamais traverser une zone inondée ni à pied, ni en voiture. Rester chez soi et éviter tous déplacements. Prendre toutes les précautions pour la sauvegarde des biens face à la montée des eaux même dans des zones rarement touchées par les inondations. Attention, la foudre peut tomber n importe où Ne pas utiliser le téléphone, sauf en cas d urgence. Débrancher les appareils électriques, l antenne de télévision, etc. Sur la route, s arrêter en sécurité et rester dans le véhicule. Ne jamais traverser une zone enneigée ou verglacée ni à pied, ni en voiture. Rester chez soi et éviter tous déplacements individuels inutiles. Favoriser le covoiturage pour les déplacements indispensables.

9 Transport de Matières Dangereuses Adopter les bons réflexes Par leurs propriétés physiques ou chimiques, certains produits industriels présentent un danger pour l homme ou l environnement. Les conséquences d un accident peuvent être une pollution du sol, de l air, une explosion, un incendie, un nuage toxique, Sur la commune, le Transport de Matières Dangereuses par Route (TMDR) se passe essentiellement sur les axes départementaux. Une réglementation rigoureuse porte sur les conditions de transport, de circulation et de stationnement des véhicules à risque. La DRIRE est chargée d effectuer les contrôles techniques du transport de matières dangereuses par voie routière, ferroviaire et canalisations. En cas d accident, il est indispensable pour les services de secours de connaître la nature des produits concernés. Une estimation des dangers est faite par les Pompiers. Les pouvoirs publics mettent en place un périmètre de sécurité et organisent les secours. Sur la Commune, le risque TMD est lié au transport par voie routière mais cela peut aussi concerner le transport par canalisation puisque le pipe-line qui emmène le pétrole de Parentis à Pauillac passe par le Pian-Médoc. En cas d accident, l alerte sera donnée par des moyens mobiles (services de secours dépêchés sur place) et éventuellement les médias locaux. Enfermez-vous dans le bâtiment le plus proche. Fermer les portes et les fenêtres. Bouchez toutes les arrivées d air, couper les ventilations pour éviter de respirer des produits toxiques. Écoutez les radios locales pour connaître les consignes à suivre. N allez pas chercher vos enfants à l école : l école s occupe d eux. Ne fumez pas, évitez toute flamme ou toute étincelle pour éviter les explosions. Ne téléphonez pas (sauf en cas d extrême urgence), libérez les lignes pour les secours. Dès la fin de l alerte, aérez les habitations.

10 A retenir Fiche réflexe pour le risque Transport de Matières Dangereuses Avant la crise Pendant la crise Après la crise Où s informer Il est nécessaire de connaître les risques et les consignes Si vous êtes témoin de l accident : Donner l alerte : Sapeurs-pompiers (18) Police ou gendarmerie (17) Numéro international (112) En précisant : Le lieu, la nature du moyen de transport, le nombre approximatif de victimes, le code de danger, le code matière du produit et la nature du sinistre. S il y a des victimes, ne pas les déplacer, sauf en cas d incendie. S éloigner. Si un nuage toxique vient vers vous : fuir selon un axe perpendiculaire au vent, se mettre à l abri dans un bâtiment ou quitter rapidement la zone (éloignement), se laver en cas d irritation et si possible se changer. Pendant l intervention : Se confiner dans un bâtiment. Obstruer toutes les entrées d air (portes, fenêtres, aération, cheminées...). Arrêter la ventilation. S éloigner des portes et fenêtres. Ne pas fumer. Ne pas chercher à rejoindre les membres de sa famille (ils sont eux aussi protégés). Ne pas téléphoner. Ne sortir qu en fin d alerte ou sur ordre d évacuation. Si vous êtes confiné, la fin de l alerte sera donnée par : Sonorisation voiture avec message préenregistré Radios locales Aérer le local. Auprès de : La Préfecture de la Gironde (Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civile) Le Service Départemental d Incendie et de Secours La Direction Régionale de l Industrie, de la Recherche et de l Environnement La Mairie.

11 Nucléaire Adopter les bons réflexes L accident de Tchernobyl en 1986 et plus récemment celui de Fukushima ont montré les dangers potentiels de l énergie nucléaire liés au rejet d éléments radioactifs à l extérieur des enceintes prévues pour les contenir. La Commune du Pian-Médoc est soumise indirectement à ce risque bien que ne faisant pas partie du périmètre du Plan Particulier d Intervention qui concerne 19 Communes dans un rayon de 10 km autour de la centrale de Braud-et- Saint-Louis. Néanmoins, notre situation géographique induit une possibilité d être exposé à une radioactivité (nuages). Une circulaire interministérielle du 11 juillet 2011 définit les modalités de mise en place des stocks de comprimés d iode de potassium et les conditions de leur distribution. En cas d accident nucléaire, la population sera alertée par le signal national d alerte. A partir de ce déclenchement, les comprimés d iode doivent être distribués dans les 12 heures. Ils doivent être récupérés auprès du chef-lieu de canton avant d être distribués sur la Commune. Dans tous les cas, il convient d attendre la décision de l autorité préfectorale pour l ingestion des comprimés d iode de potassium selon une posologie précise. Au Pian-Médoc, la distribution sera organisée dans votre bureau de vote habituel (Salle Omnisports près de la Mairie). La 1 ère consigne est le confinement. L évacuation peut être commandée secondairement. Enfermez-vous dans un bâtiment. Bouchez toutes les arrivées d air pour éviter d inhaler l iode radioactif dans l air. Écoutez les radios locales pour prendre connaissance des consignes à suivre. N allez pas chercher vos enfants à l école : l école s occupe d eux et dispose également d un plan d urgence (le PPMS). Ne téléphonez pas, libérez les lignes pour les secours Ne fumez pas. Éteignez toute flamme.

12 A retenir Fiche réflexe pour le risque nucléaire Rejoindre immédiatement un local clos en respirant dans la mesure du possible à travers un linge humide et en fuyant selon un axe perpendiculaire au vent. Se confiner dans ce bâtiment en bouchant les arrivées d air (portes, fenêtres, aérations, cheminées) en arrêtant les ventilations et les climatisations. S éloigner des portes et fenêtres. Écouter la radio : Pendant la crise FRANCE INFO : Mhz FRANCE BLEU GIRONDE : Mhz Ne pas aller chercher les autres membres de la famille (enfants à l école par exemple), les secours s en occupent. Ne pas quitter son abri sans autorisation des pouvoirs publics. Si un ordre d évacuation est lancé, se munir d un transistor (radio portable à piles), de vêtements chauds, de ses médicaments indispensables, de ses papiers personnels et d un peu d argent. Éviter de téléphoner afin de laisser le réseau téléphonique libre pour les services de secours. Si l on craint d avoir été exposé à des poussières radioactives, se débarrasser de ses vêtements contaminés avant de se confiner, puis se doucher et se changer si possible. Après la crise N évacuer qu après la fin de l alerte (annoncée par la radio ou diffusée par message) Ne pas toucher aux objets, aliments, eau qui auraient pu être contaminés. Où s informer Auprès de : La mairie La préfecture de la Gironde Écouter la radio : FRANCE INFO : Mhz FRANCE BLEU GIRONDE : Mhz

13 LE RETRAIT-GONFLEMENT DES ARGILES Qu est-ce-que le retrait-gonflement des argiles? Désigné aussi sous le vocable de «mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation» ou «risque de subsidence», le retrait-gonflement des sols qualifie la propriété de ces sols à changer de volume en fonction de leur capacité d absorption. Les sols les plus sensibles à ce risque sont principalement d assise argileuse. Ils se comportent comme «une éponge» en se gonflant (augmentant leur volume) lorsqu ils s humidifient et au contraire, en se tassant (rétractation) en période de sécheresse. Ce retraitgonflement successif de matériaux argileux, accentué par la présence d arbres à proximité dont les racines précipitent le processus, engendre des dommages importants sur les constructions qui peuvent compromettre la solidité de l ouvrage : fissures des murs et cloisons, affaissements de dallage, rupture de canalisations enterrées... Les aménagements de protection Les bâtiments sinistrés doivent être consolidés en sous œuvre par la pose de micropieux reposant sur des couches du sous-sol non soumises au gonflement-retrait. Les constructions les moins touchées peuvent faire l objet d une surveillance, au moyen de témoins posés sur les fissures permettant de suivre l évolution de la dégradation du bâtiment. Dispositions préconisées pour les constructions neuves en zone exposée : Fondations et sous-sols : dimensionner leur nature et leur profondeur par une étude géotechnique, Canalisations : utiliser des matériaux flexibles avec des joints étanches, Structure du bâti : adapter sa conception pour résister aux efforts induits par la déformation du sol (semelles continues armées, chaînages horizontaux et verticaux, joints plancher sur vide sanitaire, dallage armé aux semelles...), Végétation : prévoir une distance de plantation de 6 à 10 m des murs (en particulier pour les saules, peupliers et chênes). Fiche réflexe pour le risque mouvements de terrain Éviter la végétation à proximité des murs en plantant les arbres et arbustes loin de la construction; Réduire l évaporation superficielle du sol environnant par la mise en place, par exemple, d une protection isotherme, d une imperméabilisation, d un écran anti-racines. Vérifier l étanchéité des canalisations et le bon fonctionnement des drainages.

14 RAPPEL des bons réflexes de base AVANT : Connaître les risques qui nous menacent pour mieux savoir s en protéger. Discuter en famille des mesures à prendre si une catastrophe survient. Prévoir les équipements minimum: une lampe de poche, une radio portable avec des piles, des vêtements, des couvertures, du matériel de confinement, des médicaments d urgence, de l eau potable, les papiers personnels,. PENDANT : Se mettre à l abri en fonction de la nature du risque : évacuer ou se confiner. Ne pas aller chercher les enfants à l école. S informer en écoutant la radio. Ne pas téléphoner (sauf en cas d urgence). APRES : S informer en écoutant la radio et respecter les consignes données par les autorités. En cas de confinement, attendre l autorisation des autorités pour sortir de son habitation. Ouvrir les fenêtres pour renouveler l air intérieur. En cas d évacuation, ne pas réintégrer les maisons, ni rebrancher les réseaux (gaz, électricité) sans autorisation. CAS PARTICULIER DU PPMS : En cas d événement grave survenant pendant le temps scolaire, un Plan Particulier de mise en Sécurité (PPMS) est mis en place sur chaque école. Le PPMS est une organisation interne aux établissements scolaires permettant d assurer la sécurité des élèves et des personnels en attendant l arrivée des secours. Il définit les consignes à appliquer, les personnes ressources et leurs missions en cas d exposition à un risque majeur pendant le temps de fonctionnement de l école. LES MOYENS D ALERTE En cas de phénomène naturel ou technologique majeur, l information de la population est l une des missions les plus importantes que les Collectivités doivent mener à bien. Il est important de développer des moyens d informations variés et complémentaires. En cas d événement grave, la sirène située sur le château d eau de la Commune émettra un signal de début d alerte en 3 sonneries successives de 1 minute et 41 secondes d un son modulé en fréquence et séparées par un intervalle de 5 secondes. Le signal de fin d alerte comporte une émission sonore de 30 secondes d un son en fréquence fixe. Des essais ont lieu le 1 er mercredi de chaque mois à 12h. Lorsque le signal d alerte est diffusé, il est impératif que la population se mette à l écoute des radios du réseau de Radio-France. En fonction de l ampleur et de la nature du risque, des équipes d élus et les Services de la Police Communautaire peuvent sillonner les rues de la Commune afin de diffuser l alerte. Des informations peuvent être communiquées sur les sites Internet des services publics : Mairie, Préfecture, CONTACT EVERYONE : Par l intermédiaire de la Communauté de Communes Médoc-Estuaire, la Commune du Pian-Médoc adhère au service Contact Everyone qui permet l envoi en nombre de SMS à une liste d abonnés qui doivent faire connaitre en Mairie leur souhait de faire partie du fichier des destinataires. Ce service sera strictement limité aux informations ayant un caractère d urgence ou de danger. C est spécialement le cas pour votre éventuelle information sur les risques majeurs. Les personnes intéressées par ce service doivent s inscrire en Mairie ou sur le site internet de la Commune

15 Numéros utiles Pompiers - Centre de Secours de Macau : ou 18 Gendarmerie de Macau : ou 17 SAMU : 15 Hôpital de Bordeaux : Centre Anti-poison de Bordeaux : Météo-France - Prévisions sur le département : Radios FM Police intercommunale : France Bleu Gironde : Mhz France Info : Mhz Pour toute information sur le sujet : Mairie du Pian-Médoc 260 rue Pasteur Le Pian-Médoc Tél : Site Internet : pian-medoc.fr Documents d information complémentaire : Le Dossier Départemental sur les Risques Majeurs consultable sur le site Internet de la Préfecture Pour que chacun puisse avoir les bons réflexes en cas de déclenchement d une alerte, afin d assurer votre sauvegarde et celle des autres, conservez ce document. Attention, le DICRIM ne doit pas nous faire oublier tous les autres risques de la vie courante auxquels nous devons tous rester attentifs. C est grâce à cette vigilance commune que nous pourrons continuer à bien vivre ensemble. Nous vous recommandons d en expliquer le contenu à vos enfants et de mettre en place votre propre organisation personnelle au sein de votre foyer. Ce document a été établi conformément à la loi du 30 juin 2003 instituant l obligation d information du citoyen sur les risques naturels ou technologique auquel il est susceptible d être exposé. Il s est largement inspiré du Dossier Départemental des Risques Majeurs élaboré par les Services Préfectoraux.

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté PPMS Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement Page 1 1 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT Année de réalisation du PPMS Nom de l établissement

Plus en détail

Sommaire... 2. Le mot du Maire... 3. Glossaire... 4. Pour en savoir plus... 4. Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5

Sommaire... 2. Le mot du Maire... 3. Glossaire... 4. Pour en savoir plus... 4. Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5 Sommaire Sommaire... 2 Le mot du Maire... 3 Glossaire... 4 Pour en savoir plus... 4 Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5 Les risques naturels... 6 Les inondations... 6 Les phénomènes météorologiques... 7

Plus en détail

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU V.2011 Incendie Classes de feu : CLASSE A CLASSE B CLASSE C CLASSE D CLASSE F Signalétique Dénomination Feux de matériaux solides Feux

Plus en détail

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)...3. La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4. Le risque inondation...5

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)...3. La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4. Le risque inondation...5 Sommaire Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)....3 La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4 Le risque inondation...5 Directeur des opérations de secours (D.O.S.)... 5 Cellule Coordination... 7 Cellule

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France est

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Qu est-ce qu un risque majeur? graves dommages grand nombre de personnes

Qu est-ce qu un risque majeur? graves dommages grand nombre de personnes Qu est-ce qu un risque majeur? Un aléa grave d origine naturelle (inondation, tempête, séisme, ) ou technologique (barrage, transport, ) qui peut causer de graves dommages à un grand nombre de personnes,

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. Apprenons les bons réflexes! * *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. édition 2015 2013 éditorial

RISQUES MAJEURS. Apprenons les bons réflexes! * *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. édition 2015 2013 éditorial édition 2015 2013 éditorial RISQUES MAJEURS Apprenons les bons réflexes! * La Garde Département du Var *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs DICRIM 2015-1 À conserver SOMMAIRE

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

Chaque citoyen est un élément essentiel de la gestion de crise. Aussi, soyons responsables et pour être efficaces, tenons-nous prêts.

Chaque citoyen est un élément essentiel de la gestion de crise. Aussi, soyons responsables et pour être efficaces, tenons-nous prêts. Le risque zéro n existe pas. A Orléans, nous ne sommes pas à l abri d une crue majeure de la Loire, d événements naturels et climatiques extrêmes, ou encore d accidents technologiques et industriels. La

Plus en détail

Prévention habitation. 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité

Prévention habitation. 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité Prévention habitation 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité! Votre habitation fait évidemment partie des biens que vous souhaitez protéger le

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

L évolution des techniques d information

L évolution des techniques d information Les automates d appel en masse : quel système pour ma collectivité? Marion Hébert, ingénieur à l Institut des Risques Majeurs L évolution des techniques d information a vu naître dès le début des années

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik Guide de procédures Situations d urgence au Nunavik 3 septembre 2014 0 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS... 3 1.1 Le Directeur général ou son représentant,

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Plan Particulier de Mise en sûreté (P.P.M.S.) face aux risques majeurs dans l'académie de Poitiers

Plan Particulier de Mise en sûreté (P.P.M.S.) face aux risques majeurs dans l'académie de Poitiers Plan Particulier de Mise en sûreté (P.P.M.S.) face aux risques majeurs dans l'académie de Poitiers Ce document a été élaboré par : Yannick BRUXELLE, correspondante risques majeurs, Elisabeth RIMBEAU, inspectrice

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Un colloque inédit sur les techniques de prévention et la gestion de crise 3 avril 2014 - centre culturel «La Marlagne» - Wépion Effondrements & affaissements du sol et assurance Bernard Desmet Assuralia

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

DICRIM. Document d Information Communale sur les Risques Majeurs. Commune de BEINHEIM

DICRIM. Document d Information Communale sur les Risques Majeurs. Commune de BEINHEIM DICRIM Document d Information Communale sur les Risques Majeurs Commune de BEINHEIM 1 L information préventive : un droit du citoyen Face aux risques recensés sur notre commune et afin d assurer à la population

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 3505 Date de réalisation : 23 septembre 2011 (Valable 6 mois) Mode COMMANDE

Plus en détail

Guide. Prévention Habitat. libea.fr

Guide. Prévention Habitat. libea.fr libea.fr Guide Prévention Habitat libea.fr LIBEA - Société anonyme au capital de 0 000 000 - Entreprise régie par le code des assurances - Siège social : Cours du Triangle - 0 rue de Valmy - 9800 Puteaux

Plus en détail

Guide d utilisation du logiciel

Guide d utilisation du logiciel Guide d utilisation du logiciel Les comptes Le logiciel est entièrement fiable et sécurisé. Il permet aux élus et aux membres de chaque mairie de disposer de deux comptes avec identifiants, mots de passe

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 15/IMO/0204 Date de réalisation : 16 avril 2015 (Valable 6 mois)

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur

Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur Diapositive 1 Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur L animateur se présente; ensuite, il présente le thème ainsi que les membres du groupe. Diapositive 2 Après les présentations,

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700

www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700 www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700 Complètement sans fil Installation DIY (Do It Yourself = Faites-le vous-même ) Application mobile Communications 3G Grande simplicité,

Plus en détail

Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement

Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement Introduction La formation à la sécurité, prévue par la réglementation, doit comprendre les dispositions qui

Plus en détail

Du bon usage de la téléphonie mobile

Du bon usage de la téléphonie mobile Du bon usage de la téléphonie mobile Sommaire 1. Introduction 3 2. Le téléphone mobile a-t-il un impact sur la santé? 4 3. Antenne et terminaux : le Maroc veille à respecter les normes internationales

Plus en détail

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique Cabinet du Préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 12 juin 2013 Dossier de presse Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent

Plus en détail

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour MODÈLE TYPE DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES TERRAINS DE CAMPING OU DE CARAVANAGE AINSI QUE DES PARCS RÉSIDENTIELS DE LOISIRS I - Conditions générales 1. Conditions d admission et de séjour Règlement intérieur

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Le Document d Information Communal sur les

Le Document d Information Communal sur les EDITORIAL ETRE INFORMÉS ET ORGANISÉS POUR BIEN REAGIR Jean-Jacques Filleul, maire de Montlouis-sur-Loire, président de la Communauté de communes de l Est Tourangeau. Le Document d Information Communal

Plus en détail

MEMENTO SECURITE INCENDIE

MEMENTO SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT MEMENTO SECURITE INCENDIE La commission de sécurité vous a prescrit la réalisation d un mémento sécurité Ce document est un modèle pour tout type d établissements en dehors des U et J Il

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau Tout connaître sur l assurance et les dommages causés par l eau Les dommages causés par l eau : première cause de réclamation en assurance habitation Les dommages causés par l eau représentent environ

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

Ensemble nous aurons l air meilleur!

Ensemble nous aurons l air meilleur! Les bons gestes au quotidien pour préserver la qualité de notre air Ensemble nous aurons l air meilleur! Saviez-vous que nous avons besoin d un litre et demi d eau et de 14 000 litres d air par jour pour

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Se préparer pour les situations d urgence :

Se préparer pour les situations d urgence : Pour tout renseignement complémentaire : Agence fédérale des situations d urgence (Federal Emergency Management Agency, FEMA) www.ready.gov Croix-Rouge américaine (American Red Cross) www.redcross.org

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT EXTERNE»

DOMAINE «ENVIRONNEMENT EXTERNE» DOMAINE «ENVIRONNEMENT» DOMAINE : ENVIRONNEMENT EMPLOI-REPERE : EMPLOYE(E) D ENTRETIEN ET PETITS TRAVAUX (A) HOMME-FEMME TOUTES MAINS (A) Les conditions de réalisation de l intervention (lieu, équipements,

Plus en détail

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile 12 Assurer son logement, c est obligatoire et utile Assurer son logement est une obligation légale. Si un dégât se déclare chez vous et que vous n êtes pas assuré, vous devrez supporter les frais de remise

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!!

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! sommaire A votre domicile Des gestes simples se prémunir des cambriolages en cas d'absence prolongée que faire? Vous avez été victime d'un

Plus en détail

Quels travaux confier à un professionnel?

Quels travaux confier à un professionnel? CONSEILS AUX PARTICULIERS Travaux dangereux dans votre logement Quels travaux confier à un professionnel? Vous voulez réaliser des travaux chez vous, attention, certains présentent des risques importants!

Plus en détail

Le guide pratique. habitation. habitation

Le guide pratique. habitation. habitation Le guide pratique habitation habitation automobile santé habitation Incendie, tempêtes, catastrophes naturelles, vol, dégâts des eaux, sont autant de situations auxquelles vous pourriez, un jour, être

Plus en détail

MISE A JOUR DU PCS. Numéro de page Date Mise à jour Pages modifiées Corrections apportées. remarques

MISE A JOUR DU PCS. Numéro de page Date Mise à jour Pages modifiées Corrections apportées. remarques 1 MISE A JOUR DU PCS Numéro de page Date Mise à jour Pages modifiées Corrections apportées remarques 2 SOMMAIRE PREAMBULE 4 PRESENTATION DE LA COMMUNE 5 ANALYSE DES RISQUES RISQUE NUCLEAIRE (comprimés

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

L INCENDIE CHEZ VOUS. Comment l éviter? Que faire s il survient? Brigade de sapeurs-pompiers de Paris

L INCENDIE CHEZ VOUS. Comment l éviter? Que faire s il survient? Brigade de sapeurs-pompiers de Paris L INCENDIE CHEZ VOUS Comment l éviter? Que faire s il survient? Brigade de sapeurs-pompiers de Paris P. 6 P. 10 P. 16 P. 17 Le risque incendie p. 4 La chambre p. 6 Le salon et sa cheminée p. 8 La cuisine

Plus en détail

PREFECTURE DE LA LOZERE

PREFECTURE DE LA LOZERE SOUS-PREFECTURE DE FLORAC POLE DE DEFENSE DES FORETS CONTRE L INCENDIE PREFECTURE DE LA LOZERE Arrêté préfectoral n 2015071-0002 - du 12 mars 2015 relatif à la prévention des incendies de forêts dans les

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? 91 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou Le Guide de l éco-agent Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou «L'écologie est aussi et surtout un problème culturel. Le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux.»

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 GASN ASSOCIATION DES RETRAITÉS DU GROUPE CEA GROUPE ARGUMENTAIRE SUR LE NUCLÉAIRE LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE 1. INTRODUCTION La gestion de crise dans

Plus en détail

La prévention des incendies domestiques

La prévention des incendies domestiques La prévention des incendies domestiques Comment éviter les risques d incendie : vigilance et gestes simples pour tous > Dans la chambre, éteindre complètement les cigarettes et ne pas fumer au lit. > Une

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

MODE D EMPLOI. Station météo avec senseur extérieur sans fil WS-1100

MODE D EMPLOI. Station météo avec senseur extérieur sans fil WS-1100 MODE D EMPLOI Station météo avec senseur extérieur sans fil WS-1100 FR SOMMAIRE 1 2 11 3 4 5 10 9 6 8 1. affi chage de l horloge DCF 2. les précisions météorologiques avec des symboles 3. pression de l

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

«Une heure pour savoir»

«Une heure pour savoir» PLAN CYCLONE. ORGANISATION DÉPARTEMENTALE ET ZONALE DE LA GESTION DE CRISE «Une heure pour savoir» LE 8 JUILLET 2011 E.FONTANILLE/ J. VINCENT Les CYCLONES aux ANTILLES Depuis 1986 le Cyclone (en Grec Dieu

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS

LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS LE DISPOSITIF DE PARTICIPATION CITOYENNE La Mairie La Préfecture (Police Nationale) L association Voisins Vigilants.. Les Ribocortin(e)s LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR DÉCLARATIONS DU SUR L IMMEUBLE 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 1 nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 2 ci-dessous collectivement nommés «vendeur» Ce formulaire

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

A. CARACTERISTIQUES TECHNIQUES.

A. CARACTERISTIQUES TECHNIQUES. Page : 2 A. CARACTERISTIQUES TECHNIQUES. A.1. VUE D ENSEMBLE A.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT!" #! $! %&' ( ) * µ +, µ $# (& % ± -. /01)0$ ' &%(% 2 3,)/4 $ A.3. CARACTERISTIQUES MECANIQUES. PARAMETRES Valeur

Plus en détail

Votre séjour à Paris en toute sécurité

Votre séjour à Paris en toute sécurité Votre séjour à Paris en toute sécurité Cité internationale universitaire de Paris 17, boulevard Jourdan 75014 Paris FONDATION NATIONALE RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE PAR DÉCRET DU 6 JUIN 1925 www.ciup.fr

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail