LE VIEILLISSEMENT. a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE VIEILLISSEMENT. a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression"

Transcription

1 LE VIEILLISSEMENT Page 1 : Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : Page 10 : Page 11 : Page 12 : Les signes de la vieillesse Les déplacements Les activités domestiques Les activités de loisirs La perte d autonomie intellectuelle Les chutes Les difficultés avec le dentier L incontinence et les troubles de la miction 1) L incontinence urinaire d effort 2) La dysurie 3) La rétention d urine 4) La pollakiurie La constipation La fièvre La déshydratation La douleur Délire de négation Ictus amnésique Le début d une démence 1) La démence sénile a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression 2) La démence présénile La dépression 1) Le syndrome dépressif 2) Le syndrome délirant Tentatives et suicides 1) Le suicide 2) Les tentatives de suicides Les actes incongrus 1) La fugue 2) L acte incongru La maladie d Alzheimer Accident vasculaire cérébral La maladie de Parkinson Les troubles du langage L hémiplégie L apraxie La confusion mentale L œdème La phlébite La prévention d escarre Fausse route Le syndrome de glissement LEXIQUE J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé.

2 LE VIEILLISSEMENT Le vieillissement est un terme qui le plus souvent fait frissonner, un mot chargé d inquiétude, de faiblesse et parfois d angoisse. - Quand devient-on vieux? Difficile de répondre, le vieillissement est différent entre chaque individu, suivant leur situation sociale, leur mode de vie, leur environnement culturel. Biologiquement, les êtres humains commencent à vieillir dès leur conception. La première étape de la vieillesse est souvent vécue au moment du passage à la retraite, ne plus être productif économiquement, surtout pour les hommes, signifie souvent ne plus servir à rien, être trop vieux. Parfois c est le regard des autres qui vous fait prendre conscience que la jeunesse est loin derrière vous. Malgré tout, le vieillissement demeure un phénomène essentiellement biologique. Les signes de la vieillesse - L apparition des rides ; - La peau moins élastique, plus fragile, plus fine ; - L apparition des tâches brunes sur la peau ; - La perte des cheveux, les cheveux blancs ; - Epaississement des ongles ; - Les dents qui se déchaussent ; - La déformation des articulations ; - Les pertes de mémoire ; - Perte du tonus, de l ouïe, du goût, de l odorat, de la vue ; - Les maladies Quelle que soit la (ou les) maladie(s) dont est progressivement atteinte la personne âgée, on peut considérer que le résultat global est une perte d autonomie. Les déplacements La capacité des personnes âgées à se mouvoir dans la vie est sujette à une restriction progressive. Lorsque la personne âgée est apte à sortir de son domicile, elle va progressivement restreindre son périmètre de déplacement. Par exemple en Ile-de-France, après 85 ans, 36% seulement sortent de leur quartier. Il faut dire qu alors aucune ou presque ne peut conduire un véhicule, 1/5 seulement peut prendre seule les transports en commun et seule 1/3 peut marcher sur une distance d un kilomètre. 30% peuvent sortir uniquement à condition d être aidées par une tierce personne. Les activités domestiques L activité domestique est à la fois indispensable pour maintenir une vie autonome et décente au domicile, mais c est aussi un véritable exercice qui entretient J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 1

3 psychologiquement la personne âgée dans un état de santé assez favorable même si ces activités sont effectuées avec difficultés. Les caractères pénible et fatigant du nettoyage, de la lessive et du lit sont évidents. Faire les courses nécessite à la fois l autonomie de déplacement et les capacités intellectuelles de l achat. Faire la cuisine nécessite le maintien du goût et des capacités nécessaires. Enfin l agrément de vie nécessite la possibilité d harmoniser ces activités et de les entrecouper d occupations distractives. L atteinte mentale perturbe ces capacités dans le désir d entreprendre (dépression 1 ) dans les capacités de les mener à bien (asthénie 2, apraxie 3, désorientation 4 ). On sait que ce sont des petites catastrophes ménagères qui perturbent le maintien à domicile : - risque d incendie, d inondation ; - taudification du logis ; - réduction et perturbation grave de l alimentation, alcoolisme de facilité ; - chutes avec bientôt incapacité de se relever. Il est important de noter que les femmes âgées qui sont le plus souvent veuves, solitaires et même sans enfants à proximité, parviennent longtemps à assumer les tâches ménagères courantes permettant de vivre normalement au domicile. Mais ce sont elles qui se plaignent le plus des difficultés éventuelles à poursuivre normalement ces tâches, qui aspirent à se faire aider et qui se plaignent d être fatiguées d accomplir ces travaux. On trouve là les éléments qui aboutissent aux limites de la vie à domicile lorsque la survenue de troubles psychiques et spécialement de la détérioration intellectuelle entraîne un déficit influant très rapidement l efficacité de ces activités. L es activités de loisirs S il apparaît indispensable que la personne âgée ne reste pas inactive, on se contente parfois de la voir s occuper en réalisant les activités de la vie quotidienne, par ailleurs indispensable. Mais il existe une condition assez fondamentale pour que ces activités soient poursuivies avec entrain, c est qu elles procurent un certain plaisir. Nous pourrions citer ainsi les promenades à l extérieur non utilitaires, les activités de club, les visites à la famille ou à des connaissances, les voyages, les vacances. La pratique religieuse joue un rôle important chez la personne âgée, elle y trouve bien entendu un réconfort moral, mais aussi un retour à des comportements indissolublement liés à son enfance, et enfin assez souvent un lien social de vie relationnelle. La perte d autonomie intellectuelle 1 Dépression : état psychique pathologique caractérisé par une asthénie, un ralentissement de l activité intellectuelle et motrice, accompagné de tristesse et d anxiété. 2 Asthénie : fatigue générale. 3 Apraxie : perte de la compréhension de l usage des objets usuels. 4 Désorienter : perdre la notion de l orientation. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 2

4 C est une cause essentielle, assez difficile à apprécier, des maladaptations au domicile. Lors de la phase insidieuse en début d une dépression, d un délire ou d une détérioration intellectuelle, ont peut observer que la personne âgée : - renonce à des activités quotidiennes qu elle effectuait il y a peu ; - se trompe gravement sans s améliorer dans des activités dont elle avait la maîtrise auparavant ; - néglige des actes courants ayant trait à la gestion quotidienne de sa vie ; - se met dans des situations très difficiles par des choix et des attitudes contradictoires. L entourage reste longtemps sourd à ces signes avant-coureurs, tente de colmater les erreurs flagrantes et il est rarement demandé précocement une mesure des biens des adultes incapables. Il serait pourtant judicieux de constater que les déficits intellectuels viennent gravement perturber l autonomie et rendent délicats les mesures d aide au maintien à une vie digne et responsable. Lorsque la personne est entourée, il se produit insensiblement une substitution de la part de l entourage cherchant à faire à sa place en pensant bien faire. Il ne reste plus qu à la personne âgée le repli, la dénégation 5 jusqu à ce qu éclate éventuellement un conflit ou un incident grave. Les chutes Il s agit d un facteur important pouvant entraîner la mort chez les personnes âgées encore plus lorsqu elles vivent à leur domicile qu en institution. En effet les chutes sont plus nombreuses et plus graves lorsque la personne est isolée, lorsqu elle est confrontée à des conditions difficiles, comme par exemple en hiver sur un sol glissant. Bien entendu, les chutes ont des conséquences particulièrement graves par la brutalité du choc dont le vieillard se protège mal, par l incapacité fréquente de se relever, enfin par l état osseux entraînant des fractures graves, comme celle du fémur (on constate un raccourcissement du membre inférieur avec une rotation externe), ou l avant bras, dont la personne âgée a du mal à se remettre, soit des suites de l intervention, soit tout simplement du plâtre. Les chutes sont favorisées par les facteurs organiques bien connus : - atteintes rhumatismales ; - atteintes neurologiques (hémiplégie 6 ) ; - marche à petit pas ; - les vertiges (hausse ou baisse de tension) ; - l embolie cérébrale Les chutes sont également favorisées par des chaussures mal adaptées (trop hautes, ne maintenant pas correctement les pieds, glissantes ), mais également par un encombrement des sols (trop de meubles). La survenue de chutes est fréquemment notée dans le cadre d un épisode signifiant de rupture ou d abandon, réel ou ressenti par rapport à l entourage. De 5 Dénégation : action, fait de nier, refuser. 6 Hémiplégie : paralysie frappant une moitié (gauche ou droite) du corps. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 3

5 telles chutes s intègrent souvent dans une attitude de refus d une décision prise par autrui de transfert de lieu, elle signifie, en particulier lorsque les chutes se répètent, un protestation muette et spectaculaire de ce qui apparaît à la personne âgée comme intolérable. On peut alors noter que de telles conduites s associent souvent au refus de la nourriture et à un état dépressif. Les difficultés avec le dentier La perte des dents rend indispensable chez un nombre de plus en plus grand de personnes âgées, l utilisation d une prothèse. On voit donc apparaître avec une grande fréquence des douleurs lors de la mastication qui entraînent une gêne importante lors des repars, en particulier pour mâcher la viande, les aliments et les plus durs ; il peut s installer à la longue, une anorexie 7 puis un refus alimentaire complet. L incontinence et les troubles de la miction L incontinence est un trouble grave pour la personne âgée. D une part dans la mesure où elle représente un signe péjoratif dans le vieillissement, ce qui fait que la personne âgée consciente se sent menacées par la détérioration et le 8 gâtisme (au sens strict, celui qui souille ses draps et ses vêtements de ses excréments). D autre part par la charge lourde, pénible, que représente effectivement, chez le détérioré, ce déficit d autant qu il est incapable d y porter remède lui-même. Il apparaît important de rechercher et de traiter toutes les causes possibles de ces troubles et de ne pas laisser s installer de telles perturbations chez les personnes âgées placées en institution. Il faut réfléchir à la charge lourde que représente, même pour une fraction de la population âgée, les troubles sphinctériens 9, charge qui repose en fin de compte sur les familles, les aides ménagères, les aides soignantes, et enfin les infirmières. On sait que rapidement la tâche soignante, maternante, sera considérée comme dépotoir, comme un mouroir! C est dire l importance que revêt l attention médical à ces problèmes, la nécessité d une formation visant à faire connaître par tous, les techniques permettant de lutter le plus longtemps possible contre l incontinence et à la rendre la moins inconfortable possible pour la personne et pour l entourage lorsqu elle est installée. 1) L incontinence urinaire d effort Les pertes d urines ne surviennent qu à l effort (toux, éclat de rire, changement de position, à la marche). Elles surviennent le jour, la personne éveillée et vigilante, il 10 n y a pas de douleur à la miction elle-même. Cette incontinence survient parfois avec l âge mais a été préparée par des perturbations périnéales 11 ayant construit 7 Anorexie : absence d appétit, perte de l appétit. 8 Gâtisme : état d une personne gâteuse Gâteux (euse) : dont les facultés notamment les facultés mentales, sont amoindries par l âge ou la maladie. 9 Sphinctériens : relatif à un sphincter Sphincter : ensemble des fibres musculaires lises ou striées contrôlant l ouverture d un orifice naturel (sphincter anal). 10 Miction : expulsion de l urine accumulée dans la vessie. 11 Périnéale : du périnée, incision périnéale (épisiotomie) Périnée : région comprise entre l anus et les parties génitales. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 4

6 l insuffisance sphinctérienne. Elle est fréquente surtout chez la femme. Il faut 12 demander les examens gynécologiques et urologiques nécessaires permettant de rassurer la personne et d espérer une intervention chirurgicale et une bonne régularisation. 2) La dysurie C est une obstruction à l écoulement de l urine pendant la miction alors que l on ressent le besoin d uriner. La miction nécessite un effort, se produit avec retard, le jet est faible. Le cas le plus habituel, chez l homme, est celui de l obstacle 13 prostatique dont on sait qu il faut se préoccuper dans la mesure où les médicaments peuvent accentuer la dysurie 14 et même provoquer, de façon brutale, une rétention d urine. 3) La rétention d urine Il est important de rester attentif à cette éventualité car une personne âgée légèrement détériorée peut très bien ne pas ressentir clairement la douleur de rétention vésicale, jusqu à uriner par regorgement. Il est important de rechercher par l examen clinique le globe vésical, même lorsque le patient ne se plaint pas. Ces fuites par regorgement, permanentes, en goutte à goutte, se produisent, tant le jour que la nuit, parfois facilitées par un effort. 4) La pollakiurie La pollakiurie peut être diurne ou nocturne ou les deux à la fois. Elle peut s accompagner d un besoin impérieux, qui se complique lui-même d une difficulté ou d une impossibilité à retenir les urines. Cette difficulté à se retenir se transforme aisément en incontinence : - dès que la personne à une difficulté physique à se rendre jusqu aux toilettes ; - également si elle est désorientée et ne retrouve pas aisément son chemin ; - si elle renonce psychologiquement à la propreté. Même si le besoin mictionnel a été impérieux, lorsqu il n existe pas d obstacle urinaire, la miction survient brutalement, abondante et en jet. La constipation La régularité des exonérations intestinales est une préoccupation fondamentale des personnes âgées qui sont toujours prêtes à accuser les médicaments qu elles absorbent. On sait que le diagnostic de constipation n est pas évident car on ne peut pas se fonder seulement sur la plainte de la personne, qui souvent n est satisfaite que lorsqu elle parvient à l aide de divers déconstipants à se mettre en diarrhée. 12 Urologie : étude de l appareil urinaire et chez l homme de l appareil génital. 13 Prostatique : relatif à la prostate, sujet atteint d une affection de la prostate Prostate : Glande de l appareil génital masculin situé sous la vessie, autour de la partie initiale de l urètre, et qui sécrète un liquide constituant l un des éléments du sperme. 14 Dysurie : difficulté à uriner. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 5

7 Il faut rester attentif au fonctionnement intestinal du sujet âgé, derrière la simple plainte de constipation, peut se cacher la survenue d une véritable occlusion 15 par le biais d un fécalome 16 ou un trouble dit fonctionnel. Il faut donc veiller de façon préventive à une hygiène alimentaire facilitant un bon fonctionnement intestinal. La fièvre L apparition d un syndrome fébrile ou hyperthermie doit faire rechercher chez la personne âgée une infection latente peu expressive. Les traitements anxiolytiques, somnifères, neuroleptiques peuvent faciliter, surtout en cas d association, l apparition d une infection pulmonaire lorsque la personne présente déjà une insuffisance respiratoire. On peut découvrir assez brutalement en état de détresse respiratoire fébrile. Dans tous les cas de fièvre : prévenir le médecin. La déshydratation C est une perte d eau qu il faut absolument éviter chez les enfants et les personnes âgées. Dans les cas les plus graves, la déshydratation entraîne la mort. Chez la personne âgée il faut être très vigilant car elle ne ressent pas le besoin de boire ; il faut donc la solliciter très fréquemment au cours de la journée. Les signes d une déshydratation : - pincer la personne sur l avant bras, sa peau reste «collée» ; - les urines sont peu abondantes, voire très foncées ; - la personne semble désorientée, perdue. En cas de déshydratation grave, prévenir la personne responsable. La douleur La douleur prend une grande importance chez la personne âgée qui ressent comme une personne souffrante avant tout. La douleur est souvent prise non seulement comme un symptôme mais comme une maladie en tant que telle, elle est explicative de l impotence des handicaps, elle est l origine de demandes considérables, multiples et répétitives de médicaments ou de thérapeutiques diverses, jamais véritablement satisfaites. Délire de négation C est un délire qui se caractérise par la négation absurde, déraisonnable, d un élément de la vie réelle. Chez la personne âgée ce syndrome intéresse spécifiquement les fonctions de nutrition et de digestion. 15 Occlusion : obstruction interrompant le transit des matières fécales et des gaz, arrêt du cours des matières contenues dans l intestin. 16 Fécalome : accumulation considérable de matières fécales, qui simule une tumeur intestinale, selles dures et sèches stagnant dans l ampoule rectale. 17 Hyperthermie : élévation de la température du corps au-dessus de la normale soit 37 C. 18 Anxiolytique : qui apaise l anxiété ou l angoisse. 19 Somnifère : qui provoque le sommeil. 20 Neuroleptique : qui calme l agitation et l agressivité. 17 J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 6

8 Il se traduit par des préoccupations envahissantes à propos de la constipation, puis la sensation d être bouchée, puisque les aliments ne passent plus, l œsophage est bloqué, l estomac rétréci ne fonctionne pas, donc ne digère plus. Le vieillard refuse alors les aliments même s il finit par céder aux sollicitations de l entourage, la réalité ne le convainc pas qu il a pu avaler la boisson et la nourriture qui restent bloquées dans l œsophage ou sinon ne sont pas digérée dans l estomac, puis bloqué dans l intestin comme en témoigne la constipation. Il arrive dans ce cas que la 21 défécation soit niée ou minimisée. Ictus 22 amnésique 23 C est un trouble massif de la mémoire, survenant brutalement et laissant la personne apte pendant toute sa durée, à poursuivre l activité qu il avait entreprise, mais sans en garder le moindre souvenir. L ictus amnésique survient chez un sujet âgé de 50 à 70 ans habituellement sans contexte pathologique majeur et de façon brutale, inattendue, souvent isolée, d autant qu il se produit rarement de façon répétitive. L ictus amnésique survient à la suite d un choc affectif avec retentissement émotif. On remarque qu il existe chez la personne âgée les signes suivants : - un oubli au fur et à mesure de tout ce qui a pu être acquis depuis 2 à 3 minutes ; - que la personne connaît son âge, sa date et son lieu de naissance, son adresse, mais ne sait plus exactement l heure qu il est et ce qu elle était entrain de faire ; - qu elle est perplexe et inquiète sans être confuse. Elle se pose et repose les mêmes questions : «Où suis-je? Quelle heure est-il? Que m arrive-t-il?» Elle demande de l aide mais ne sait pas très bien dans quel but. La durée moyenne de l épisode est en moyenne de 6 heures à l issue de laquelle tout rentre dans l ordre alors même que la personne ne garde aucun souvenir de tout ce qui s est passé, elle est fort inquiète de son état cérébral, elle y voit un signe manifeste de détérioration ou même de gâtisme. Le début d une démence 1) La démence sénile Elle débute après 70 ans et se caractérise par un affaiblissement global commençant généralement par des altérations de la mémoire et du caractère. a) Les troubles de la mémoire C est fréquemment le premier signe à apparaître et celui dont se plaint lui-même le patient qui, par ailleurs, peut conserver une activité proche de la normale. b) Surmenage et dépression 21 Défécation : expulsion des matières fécales. 22 Ictus : toute manifestation neurologique se produisant subitement. 23 Amnésique : qui a perdu la mémoire totalement ou partiellement. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 7

9 Des éléments tels que : fatigue, difficultés intellectuelles, troubles de la mémoire, erreurs dans l activité quotidienne peuvent se retrouver en cas de surmenage professionnel, associé à des excès alimentaires et alcooliques, vers l âge mûr ou chez l adulte vieillissant. La possibilité d une évolution détériorative et la crainte qu elle suscite, chez la personne vont l encourager à compenser, par un surcroît d activités, ses insuffisances. C est ainsi que peuvent s installer des syndromes dépressifs dont les symptômes tournent autour de la crainte de la démence et du vieillissement : - troubles de la mémoire ; - difficultés de l effort intellectuel ; - difficultés de l expression orale ; - gêne pour la prise de responsabilités et de décisions ; - crainte de perdre la raison, de devenir fou. Il est très important de retrouver au sein de toutes ces plaintes un ton dépressif, des préoccupations réactionnelles aux conditions de vie à la perception d un affaiblissement physique. 2) La démence présénile Avant 65 ans, il peut s agir d une des formes de début d une démence présénile : - la maladie de Pick : affection rare qui débute habituellement vers l âge de 50 ans par un appauvrissement intellectuel dans lesquels des actes incongrus surviennent du fait d une perte de l autocritique et du sens moral ; - les formes frontales de la maladie d Alzheimer ; - la démence éthylique 24. La dépression La dépression de la personne âgée est une complication fréquente, qui peut atteindre 10 à 20% de la population âgée de plus de 65 ans, soit le double de l incidence dans la population générale. 1) Le syndrome 25 dépressif Il peut survenir de façon réactionnelle à un stress important ou en apparence futile, à une perte affective (deuil, animal familier) ou objet. On recherchera systématiquement : - la douleur morale ; - le manque de goût à la vie quotidienne. ; - l expression discrète mais éventuellement répétitive d idée de suicide ; - le dédain ou le refus de la nourriture avec amaigrissement. 2) Le syndrome délirant Il peut s agir d un syndrome de persécution fondé sur la survenue d un préjudice réel ou imaginaire. La personne âgée peut perdre ses objets familiers ou son argent, elle 24 Ethylique : ensembles de troubles morbides consécutifs à un abus de boissons alcooliques. 25 Syndrome : réunion d un groupe de symptômes (ou de signes) qui se reproduisent en même temps dans un certain nombre de maladies. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 8

10 estime immédiatement qu elle a été volée, elle identifie de façon plus ou moins précise les responsables dans la famille, chez les voisins, puis se met en devoir de porter plainte ou de prendre des mesures définitives parfois agressives. L anxiété croît jusqu à une crise d agitation violente, des hurlements nocturnes, une fugue pour échapper à ses persécuteurs. Tentatives et suicides 1) Le suicide C est un comportement effectivement adopté bien que rarement en fait par la personne âgée pour mettre fin à ses jours ; c est quantitativement un phénomène très rare au sein d une population dont la mortalité est globalement importante, mais le suicide est suffisamment marquant pour chacun d entre nous par le témoignage indirect qu il représente de la misère, de la vieillesse. Une des formes possibles de suicide, et assez spécifiques à l âgé, est le suicide concerté d un vieux couple ou le suicide délibéré, parfois dit philosophique, d un vieillard devant les amoindrissements de l âge et qui pourrait selon certains se produire en l absence de tout tableau dépressif avéré. 2) Les tentatives de suicides Les tentatives de suicides prennent très fréquemment la forme d une prise médicamenteuse critique et brutale. Il peut s y associer un acte auto agressif, phlébotomie 26, plaie ou déchirure cutanée, tentative limitée d étranglement ou même tout simplement une chute. Les actes incongr us. Il peut s agir de gestes ou d actions inconsidérés vis-à-vis de l entourage tant familial que professionnel. 1) La fugue La personne se perd lors d un déplacement ou quitte son domicile sans qu il puisse ultérieurement justifier ou expliquer la raison de son départ. Elle peut être retrouvée par la police, signalée par un passant, dans d autres cas elle se perd véritablement dans la campagne. Parfois elle est conduite à l hôpital pour ce qui est appelé un malaise, une chute, un vertige. 2) L acte incongru Un acte incongru peut étonner l entourage : urination en public ou dans un lieu inadéquat, vol absurde, geste obscène, colère brutale, plaisanterie grossière, et jurons dans un lieu ou en circonstances totalement inadaptés (enterrement, lieu de culte ). Il est important lorsque tout n est pas fait par l entourage pour minimiser, annuler ou nier les faits, de déclencher à cette occasion un bilan clinique en contactant le médecin et en expliquant les faits. 26 Phlébotomie : incision de la paroi d une veine. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 9

11 La maladie d Alzheimer Elle peut survenir dès l âge de 40 ans. Elle entraîne un déficit mnésique 27 progressivement croissant, depuis le simple oubli des évènements quotidiens, pour progresser jusqu à des erreurs de plus en plus étonnantes. L important est de noter que le déficit mnésique va s accompagner de désorientation temporo-spatiale 28 Accident vasculaire cérébral Il peut s agir d accidents brefs et passant inaperçus sur le plan moteur. Parfois plus grave avec difficulté de trouver sa bouche pour boire ou manger, mettre ses lunettes, s asseoir La maladie de Parkinson La maladie de Parkinson est d origine dégénérative. Elle est liée à un déficit du système nerveux. Elle se caractérise par un tremblement spécial, surtout prononcé aux doigts (mouvement d émietter du pain, de rouler une boulette etc.) et par une rigidité musculaire qui donne au malade une attitude soudée particulière, correspondant à la flexion moyenne des membres (jambes légèrement fléchies, tronc incliné, bras à moitié pliés etc.) et un masque étonné et figé, dit faciès parkinsonien. Les troubles du langage La personne fait des erreurs en parlant, les mots courants lui manquent, son langage se réduit, paraît plus difficile à comprendre. Il se pose donc immédiatement le problème d une aphasie 29. Pour l essentiel, les troubles du langage en cas de démence se marquent par l apparition des troubles suivants : - réduction du stock des mots disponibles aux dépens en premier des mots abstraits et spécifiques, alors que les mots mal définis les remplacent peu à peu ; - perte de l utilisation des mots dans leurs applications diverses, le sujet se contente d un sens simple limité ; - perte de la richesse de la langue ; - mauvaise adaptation des réponses aux questions posées par l interlocuteur. L hémiplégie Paralysie complète ou incomplète frappant une moitié du corps entièrement ou partiellement. L apraxie C est la perte de la compréhension des objets usuels qui se traduit par des actes plus ou moins absurdes. L apraxie est représentée par l altération : 27 Mnésique : relatif à la mémoire. 28 Désorientation temporo-spatiale : désorientation dans le temps et dans l espace. 29 Aphasie : altération du langage consécutive à une lésion cérébrale, sans atteinte fonctionnelle de la langue ni du pharynx. Aphasie motrice : perte de la parole. Aphasie sensorielle : perte de la compréhension du langage. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 10

12 - d un geste arbitraire nécessitant l utilisation des doigts des deux mains ; - du mime d un geste courant : planter un clou, se peigner ; - de la réalisation d un geste courant à signification émotive (dire adieu, envoyer un baiser ) ; - perte de l agilité pour disposer correctement les pieds sur le sol et mouvoir les jambes, coordonner le tronc en vue de la marche ; - erreur dans la préparation de repas (récipient en plastique mis sur le feu, allumage d un feu et mise de la casserole sur un autre, non fermeture du gaz, etc.) ; - erreur dans le bricolage (montage aberrant qui n est pas réparé après avoir été constaté) ; - erreurs répétitives non compensées (rasage partiel, habillage erroné). La lorsqu on lui fait constater l anomalie ; - détérioration de l écriture. La confusion mentale dans l habillage et les soins corporels personne se fâche et préfère renoncer Elle se caractérise par une baisse de la vigilance avec désorientation, onirisme et troubles du comportement. C est un état aigu et réversible. Il existe cependant des confusions prolongées évoquant l affaiblissement démentiel. La personne atteinte de confusion mentale est perplexe, égarée, cherche ses repères, ce qui contraste avec l indifférence du dément. L œdème Au niveau de la peau l œdème se révèle par un gonflement indolore et sans rougeur, qui garde quelque temps l empreinte du doigt. L œdème au niveau des poumons : on remarque une détresse respiratoire. La phlébite C est l inflammation d une veine. Chez la personne âgée on constate au niveau d un membre inférieur : durcissement du mollet, rougeur, douleur. La phlébite entraîne l obstruction de la veine par un caillot qui lui même peut conduire à une embolie 31. La prévention d escarre 32 Eviter les points d appuis prolongés (apparition d une rougeur). Une escarre se constitue en 3 heures si mauvaise vascularisation des tissus. F ausse route Inhalation d aliments ou de vomissements. Le syndrome de glissement Onirisme : images, phénomènes du rêve. Délire aigu constitué de représentations concrètes, animées et enchaînées comme celle d un rêve et vécues intensément par le sujet. 31 Embolie : oblitération brusque d un vaisseau sanguin entraîné par la circulation. 32 Escarre : Nécrose tissulaire, formant une croûte noirâtre plus ou moins épaisse tendant à s éliminer et surtout à s infecter. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 11

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE FORMATION POUR LES AIDANTS FAMILIAUX MUTUALITE FRANCAISE 25/09/2008 Dr AUGUSTE Nicolas LE SOMMEIL TRAINE AU LIT, REFUSE DE SE LEVER Perte d initiative Occasionnel ou habituel?

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat Professeur Pierre Marès Damien Chavanat collection 10019-PL08593 L incontinence urinaire donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d urine qui peuvent se produire à tout moment, de jour comme

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

(SEP) Sclérose en plaques

(SEP) Sclérose en plaques La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier. Les troubles vésico-sphinctériens ont été très longtemps sousestimés et malheureusement pris en considération en phase

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

drépanocytose Informations et conseils

drépanocytose Informations et conseils drépanocytose Informations et conseils Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins. Il contient des informations sur la maladie, ses complications et leur prévention.

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE DEUIL NORMAL I DEFINITION (Petit Robert) Douleur, affliction que l'on éprouve de la mort de quelqu'un. Voir : affliction, tristesse, perte. DR DUWIG EMSP CHU de NIMES Référence bibliographique "Les

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

La personne âgée. La personne âgée. Introduction. Sommaire. Les accidents vasculaires. Les principales pathologies. cérébraux

La personne âgée. La personne âgée. Introduction. Sommaire. Les accidents vasculaires. Les principales pathologies. cérébraux La personne âgée La personne âgée Mieux la connaître pour mieux l accompagner Quelques termes qui pour vous la définissent Sommaire Introduction Les principales pathologies Le fonctionnement en EHPAD Une

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations

S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations Alimentation S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations 1.1 Aucune intervention.. 1.2 Légère vérification avec

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Démarche clinique infirmière

Démarche clinique infirmière Démarche clinique infirmière Date du recueil : Recueil de données (Anamnèse) à partir des 14 besoins de V. Henderson Ce recueil de données peut être initial (à l'arrivée du patient) ou actualisé Besoins

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES

DEMANDE D ADMISSION ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DEMANDE D ADMISSION ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES Ce dossier doit être rempli par le demandeur ou la personne référente désignée par lui Date réception dossier (réservé administration)

Plus en détail

Ce dépliant sur la maladie de Parkinson vous est remis par votre pharmacien. Au-delà d une meilleure compréhension de cette maladie évolutive et de

Ce dépliant sur la maladie de Parkinson vous est remis par votre pharmacien. Au-delà d une meilleure compréhension de cette maladie évolutive et de Ce dépliant sur la maladie de Parkinson vous est remis par votre pharmacien. Au-delà d une meilleure compréhension de cette maladie évolutive et de ses traitements, ce dépliant vous donnera, ainsi qu à

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?...

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?... RENSEIIGNEMENTTS MEDIICAUX A REMPLIR PAR LE MEDECIN TRAITANT IDENTITE Nom.... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse......T......... N SS et adresse du centre 100% pour quelles pathologies?...

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Que penser des protections la nuit chez la personne «incontinente»?

Que penser des protections la nuit chez la personne «incontinente»? Que penser des protections la nuit chez la personne «incontinente»? Auteur : Hélène Colangeli-Hagège Masseur-kinésithérapeute D. U. rééducation uro-gynécologique Master Ethique médicale et hospitalière

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Les effets de la fumée sur le corps

Les effets de la fumée sur le corps Fiche pédagogique Thème : Tabac, cannabis Niveau : Ecole (CM2), collège (5 ème ) Durée : 30 Les effets de la fumée sur le corps Personnes ressources : Enseignant de SVT, Infirmier scolaire, CESC l Référence

Plus en détail

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux Plan Les troubles anxieux I. Généralités II. Attaque de panique III. Trouble panique : 2. Facteurs de risque : 3. Selon la classification DSM4 : IV. TAG = trouble d anxiété généralisé V. Agoraphobie 2.

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE. Partie 2 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE. Partie 2 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 2 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Prévention du risque de fausses routes alimentaires

Prévention du risque de fausses routes alimentaires Prévention du risque de fausses routes alimentaires Janvier 2015 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Version Usagers Sommaire Recueil des signes révélateurs Le rôle de l entourage et de l équipe soignante...

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire

Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement alimentaire Les troubles des conduites alimentaires Il n est pas rare que les vicissitudes de la vie, les inquiétudes et le stress induisent chez l adolescent des perturbations

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire La gestion des situations de crise suicidaire CHAPITRE 4 La crise suicidaire est une crise psychique déclenchée par un facteur précipitant et marquée par des idées suicidaires de plus en plus envahissantes

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique L établissementenquelqueschiffres Date de 1906 = établissement public = plusieurs pôles sur 9,6 ha 525 résidents: 415 en EHPAD -USA USLD Pôle gériatrique

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE?

VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE? VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE? www.urofrance.org Des solutions existent Parlez-en à votre médecin traitant ou à votre urologue LJCom L INCONTINENCE UNE VESSIE HYPERACTIVE

Plus en détail

Séquence 1 : Votre diagnostic?

Séquence 1 : Votre diagnostic? 1 Séquence 1 : Il y a 15 jour M. A, 21 ans a présenté une broncho-pneumopathie aiguë avec fièvre importante. Son état s'est grandement amélioré sous traitement antibiotique. Mais il se plaint toujours

Plus en détail

Perdre l équilibre = chuter

Perdre l équilibre = chuter Les chutes Perdre l équilibre = chuter Conséquences : - 2 millions de chutes par an - 1/3 des + de 65 ans concernés chaque année - 30% des chutes entrainent une hospitalisation - 40% entrainent une fracture

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

DHOS n 1530 Mise à jour : Janvier 2005 - Réf 286 - Photos Coloplast

DHOS n 1530 Mise à jour : Janvier 2005 - Réf 286 - Photos Coloplast Peristeen Obtal Tampon obturateur anal Deux tailles disponibles Tampons (boîte de 20) Intégralement remboursé** * diamètre ouvert Réf ø 37 mm* 1450 ø 45 mm* 1451 0543 Laboratoires Coloplast 6, rue de Rome

Plus en détail

en wat je kan doen. Fièvre & douleur Wat je moet weten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Kinderziekten

en wat je kan doen. Fièvre & douleur Wat je moet weten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Kinderziekten Wat je moet weten en wat je kan doen. Fièvre & douleur Kinderziekten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Fièvre & douleur Contenu Les médicaments les plus utilisés contre la fièvre et la douleur

Plus en détail

UNE CURE DE HERNIE. Informations générales

UNE CURE DE HERNIE. Informations générales UNE CURE DE HERNIE Informations générales Cette brochure contient les réponses aux questions plus souvent posées à propos de la cure de hernie. Il est donc recommandé de garder cette brochure à la portée

Plus en détail

premières 48h Date Date

premières 48h Date Date L HDQ HSFA CHU L Système de mesure de l autonomie fonctionnelle SMAF Évaluation Réévaluation Réévaluation 7 premières 48h e à 9 e jour ~ 22 e jour d hospitalisation d hospitalisation Activités de la vie

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail