LE VIEILLISSEMENT. a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE VIEILLISSEMENT. a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression"

Transcription

1 LE VIEILLISSEMENT Page 1 : Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : Page 10 : Page 11 : Page 12 : Les signes de la vieillesse Les déplacements Les activités domestiques Les activités de loisirs La perte d autonomie intellectuelle Les chutes Les difficultés avec le dentier L incontinence et les troubles de la miction 1) L incontinence urinaire d effort 2) La dysurie 3) La rétention d urine 4) La pollakiurie La constipation La fièvre La déshydratation La douleur Délire de négation Ictus amnésique Le début d une démence 1) La démence sénile a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression 2) La démence présénile La dépression 1) Le syndrome dépressif 2) Le syndrome délirant Tentatives et suicides 1) Le suicide 2) Les tentatives de suicides Les actes incongrus 1) La fugue 2) L acte incongru La maladie d Alzheimer Accident vasculaire cérébral La maladie de Parkinson Les troubles du langage L hémiplégie L apraxie La confusion mentale L œdème La phlébite La prévention d escarre Fausse route Le syndrome de glissement LEXIQUE J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé.

2 LE VIEILLISSEMENT Le vieillissement est un terme qui le plus souvent fait frissonner, un mot chargé d inquiétude, de faiblesse et parfois d angoisse. - Quand devient-on vieux? Difficile de répondre, le vieillissement est différent entre chaque individu, suivant leur situation sociale, leur mode de vie, leur environnement culturel. Biologiquement, les êtres humains commencent à vieillir dès leur conception. La première étape de la vieillesse est souvent vécue au moment du passage à la retraite, ne plus être productif économiquement, surtout pour les hommes, signifie souvent ne plus servir à rien, être trop vieux. Parfois c est le regard des autres qui vous fait prendre conscience que la jeunesse est loin derrière vous. Malgré tout, le vieillissement demeure un phénomène essentiellement biologique. Les signes de la vieillesse - L apparition des rides ; - La peau moins élastique, plus fragile, plus fine ; - L apparition des tâches brunes sur la peau ; - La perte des cheveux, les cheveux blancs ; - Epaississement des ongles ; - Les dents qui se déchaussent ; - La déformation des articulations ; - Les pertes de mémoire ; - Perte du tonus, de l ouïe, du goût, de l odorat, de la vue ; - Les maladies Quelle que soit la (ou les) maladie(s) dont est progressivement atteinte la personne âgée, on peut considérer que le résultat global est une perte d autonomie. Les déplacements La capacité des personnes âgées à se mouvoir dans la vie est sujette à une restriction progressive. Lorsque la personne âgée est apte à sortir de son domicile, elle va progressivement restreindre son périmètre de déplacement. Par exemple en Ile-de-France, après 85 ans, 36% seulement sortent de leur quartier. Il faut dire qu alors aucune ou presque ne peut conduire un véhicule, 1/5 seulement peut prendre seule les transports en commun et seule 1/3 peut marcher sur une distance d un kilomètre. 30% peuvent sortir uniquement à condition d être aidées par une tierce personne. Les activités domestiques L activité domestique est à la fois indispensable pour maintenir une vie autonome et décente au domicile, mais c est aussi un véritable exercice qui entretient J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 1

3 psychologiquement la personne âgée dans un état de santé assez favorable même si ces activités sont effectuées avec difficultés. Les caractères pénible et fatigant du nettoyage, de la lessive et du lit sont évidents. Faire les courses nécessite à la fois l autonomie de déplacement et les capacités intellectuelles de l achat. Faire la cuisine nécessite le maintien du goût et des capacités nécessaires. Enfin l agrément de vie nécessite la possibilité d harmoniser ces activités et de les entrecouper d occupations distractives. L atteinte mentale perturbe ces capacités dans le désir d entreprendre (dépression 1 ) dans les capacités de les mener à bien (asthénie 2, apraxie 3, désorientation 4 ). On sait que ce sont des petites catastrophes ménagères qui perturbent le maintien à domicile : - risque d incendie, d inondation ; - taudification du logis ; - réduction et perturbation grave de l alimentation, alcoolisme de facilité ; - chutes avec bientôt incapacité de se relever. Il est important de noter que les femmes âgées qui sont le plus souvent veuves, solitaires et même sans enfants à proximité, parviennent longtemps à assumer les tâches ménagères courantes permettant de vivre normalement au domicile. Mais ce sont elles qui se plaignent le plus des difficultés éventuelles à poursuivre normalement ces tâches, qui aspirent à se faire aider et qui se plaignent d être fatiguées d accomplir ces travaux. On trouve là les éléments qui aboutissent aux limites de la vie à domicile lorsque la survenue de troubles psychiques et spécialement de la détérioration intellectuelle entraîne un déficit influant très rapidement l efficacité de ces activités. L es activités de loisirs S il apparaît indispensable que la personne âgée ne reste pas inactive, on se contente parfois de la voir s occuper en réalisant les activités de la vie quotidienne, par ailleurs indispensable. Mais il existe une condition assez fondamentale pour que ces activités soient poursuivies avec entrain, c est qu elles procurent un certain plaisir. Nous pourrions citer ainsi les promenades à l extérieur non utilitaires, les activités de club, les visites à la famille ou à des connaissances, les voyages, les vacances. La pratique religieuse joue un rôle important chez la personne âgée, elle y trouve bien entendu un réconfort moral, mais aussi un retour à des comportements indissolublement liés à son enfance, et enfin assez souvent un lien social de vie relationnelle. La perte d autonomie intellectuelle 1 Dépression : état psychique pathologique caractérisé par une asthénie, un ralentissement de l activité intellectuelle et motrice, accompagné de tristesse et d anxiété. 2 Asthénie : fatigue générale. 3 Apraxie : perte de la compréhension de l usage des objets usuels. 4 Désorienter : perdre la notion de l orientation. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 2

4 C est une cause essentielle, assez difficile à apprécier, des maladaptations au domicile. Lors de la phase insidieuse en début d une dépression, d un délire ou d une détérioration intellectuelle, ont peut observer que la personne âgée : - renonce à des activités quotidiennes qu elle effectuait il y a peu ; - se trompe gravement sans s améliorer dans des activités dont elle avait la maîtrise auparavant ; - néglige des actes courants ayant trait à la gestion quotidienne de sa vie ; - se met dans des situations très difficiles par des choix et des attitudes contradictoires. L entourage reste longtemps sourd à ces signes avant-coureurs, tente de colmater les erreurs flagrantes et il est rarement demandé précocement une mesure des biens des adultes incapables. Il serait pourtant judicieux de constater que les déficits intellectuels viennent gravement perturber l autonomie et rendent délicats les mesures d aide au maintien à une vie digne et responsable. Lorsque la personne est entourée, il se produit insensiblement une substitution de la part de l entourage cherchant à faire à sa place en pensant bien faire. Il ne reste plus qu à la personne âgée le repli, la dénégation 5 jusqu à ce qu éclate éventuellement un conflit ou un incident grave. Les chutes Il s agit d un facteur important pouvant entraîner la mort chez les personnes âgées encore plus lorsqu elles vivent à leur domicile qu en institution. En effet les chutes sont plus nombreuses et plus graves lorsque la personne est isolée, lorsqu elle est confrontée à des conditions difficiles, comme par exemple en hiver sur un sol glissant. Bien entendu, les chutes ont des conséquences particulièrement graves par la brutalité du choc dont le vieillard se protège mal, par l incapacité fréquente de se relever, enfin par l état osseux entraînant des fractures graves, comme celle du fémur (on constate un raccourcissement du membre inférieur avec une rotation externe), ou l avant bras, dont la personne âgée a du mal à se remettre, soit des suites de l intervention, soit tout simplement du plâtre. Les chutes sont favorisées par les facteurs organiques bien connus : - atteintes rhumatismales ; - atteintes neurologiques (hémiplégie 6 ) ; - marche à petit pas ; - les vertiges (hausse ou baisse de tension) ; - l embolie cérébrale Les chutes sont également favorisées par des chaussures mal adaptées (trop hautes, ne maintenant pas correctement les pieds, glissantes ), mais également par un encombrement des sols (trop de meubles). La survenue de chutes est fréquemment notée dans le cadre d un épisode signifiant de rupture ou d abandon, réel ou ressenti par rapport à l entourage. De 5 Dénégation : action, fait de nier, refuser. 6 Hémiplégie : paralysie frappant une moitié (gauche ou droite) du corps. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 3

5 telles chutes s intègrent souvent dans une attitude de refus d une décision prise par autrui de transfert de lieu, elle signifie, en particulier lorsque les chutes se répètent, un protestation muette et spectaculaire de ce qui apparaît à la personne âgée comme intolérable. On peut alors noter que de telles conduites s associent souvent au refus de la nourriture et à un état dépressif. Les difficultés avec le dentier La perte des dents rend indispensable chez un nombre de plus en plus grand de personnes âgées, l utilisation d une prothèse. On voit donc apparaître avec une grande fréquence des douleurs lors de la mastication qui entraînent une gêne importante lors des repars, en particulier pour mâcher la viande, les aliments et les plus durs ; il peut s installer à la longue, une anorexie 7 puis un refus alimentaire complet. L incontinence et les troubles de la miction L incontinence est un trouble grave pour la personne âgée. D une part dans la mesure où elle représente un signe péjoratif dans le vieillissement, ce qui fait que la personne âgée consciente se sent menacées par la détérioration et le 8 gâtisme (au sens strict, celui qui souille ses draps et ses vêtements de ses excréments). D autre part par la charge lourde, pénible, que représente effectivement, chez le détérioré, ce déficit d autant qu il est incapable d y porter remède lui-même. Il apparaît important de rechercher et de traiter toutes les causes possibles de ces troubles et de ne pas laisser s installer de telles perturbations chez les personnes âgées placées en institution. Il faut réfléchir à la charge lourde que représente, même pour une fraction de la population âgée, les troubles sphinctériens 9, charge qui repose en fin de compte sur les familles, les aides ménagères, les aides soignantes, et enfin les infirmières. On sait que rapidement la tâche soignante, maternante, sera considérée comme dépotoir, comme un mouroir! C est dire l importance que revêt l attention médical à ces problèmes, la nécessité d une formation visant à faire connaître par tous, les techniques permettant de lutter le plus longtemps possible contre l incontinence et à la rendre la moins inconfortable possible pour la personne et pour l entourage lorsqu elle est installée. 1) L incontinence urinaire d effort Les pertes d urines ne surviennent qu à l effort (toux, éclat de rire, changement de position, à la marche). Elles surviennent le jour, la personne éveillée et vigilante, il 10 n y a pas de douleur à la miction elle-même. Cette incontinence survient parfois avec l âge mais a été préparée par des perturbations périnéales 11 ayant construit 7 Anorexie : absence d appétit, perte de l appétit. 8 Gâtisme : état d une personne gâteuse Gâteux (euse) : dont les facultés notamment les facultés mentales, sont amoindries par l âge ou la maladie. 9 Sphinctériens : relatif à un sphincter Sphincter : ensemble des fibres musculaires lises ou striées contrôlant l ouverture d un orifice naturel (sphincter anal). 10 Miction : expulsion de l urine accumulée dans la vessie. 11 Périnéale : du périnée, incision périnéale (épisiotomie) Périnée : région comprise entre l anus et les parties génitales. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 4

6 l insuffisance sphinctérienne. Elle est fréquente surtout chez la femme. Il faut 12 demander les examens gynécologiques et urologiques nécessaires permettant de rassurer la personne et d espérer une intervention chirurgicale et une bonne régularisation. 2) La dysurie C est une obstruction à l écoulement de l urine pendant la miction alors que l on ressent le besoin d uriner. La miction nécessite un effort, se produit avec retard, le jet est faible. Le cas le plus habituel, chez l homme, est celui de l obstacle 13 prostatique dont on sait qu il faut se préoccuper dans la mesure où les médicaments peuvent accentuer la dysurie 14 et même provoquer, de façon brutale, une rétention d urine. 3) La rétention d urine Il est important de rester attentif à cette éventualité car une personne âgée légèrement détériorée peut très bien ne pas ressentir clairement la douleur de rétention vésicale, jusqu à uriner par regorgement. Il est important de rechercher par l examen clinique le globe vésical, même lorsque le patient ne se plaint pas. Ces fuites par regorgement, permanentes, en goutte à goutte, se produisent, tant le jour que la nuit, parfois facilitées par un effort. 4) La pollakiurie La pollakiurie peut être diurne ou nocturne ou les deux à la fois. Elle peut s accompagner d un besoin impérieux, qui se complique lui-même d une difficulté ou d une impossibilité à retenir les urines. Cette difficulté à se retenir se transforme aisément en incontinence : - dès que la personne à une difficulté physique à se rendre jusqu aux toilettes ; - également si elle est désorientée et ne retrouve pas aisément son chemin ; - si elle renonce psychologiquement à la propreté. Même si le besoin mictionnel a été impérieux, lorsqu il n existe pas d obstacle urinaire, la miction survient brutalement, abondante et en jet. La constipation La régularité des exonérations intestinales est une préoccupation fondamentale des personnes âgées qui sont toujours prêtes à accuser les médicaments qu elles absorbent. On sait que le diagnostic de constipation n est pas évident car on ne peut pas se fonder seulement sur la plainte de la personne, qui souvent n est satisfaite que lorsqu elle parvient à l aide de divers déconstipants à se mettre en diarrhée. 12 Urologie : étude de l appareil urinaire et chez l homme de l appareil génital. 13 Prostatique : relatif à la prostate, sujet atteint d une affection de la prostate Prostate : Glande de l appareil génital masculin situé sous la vessie, autour de la partie initiale de l urètre, et qui sécrète un liquide constituant l un des éléments du sperme. 14 Dysurie : difficulté à uriner. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 5

7 Il faut rester attentif au fonctionnement intestinal du sujet âgé, derrière la simple plainte de constipation, peut se cacher la survenue d une véritable occlusion 15 par le biais d un fécalome 16 ou un trouble dit fonctionnel. Il faut donc veiller de façon préventive à une hygiène alimentaire facilitant un bon fonctionnement intestinal. La fièvre L apparition d un syndrome fébrile ou hyperthermie doit faire rechercher chez la personne âgée une infection latente peu expressive. Les traitements anxiolytiques, somnifères, neuroleptiques peuvent faciliter, surtout en cas d association, l apparition d une infection pulmonaire lorsque la personne présente déjà une insuffisance respiratoire. On peut découvrir assez brutalement en état de détresse respiratoire fébrile. Dans tous les cas de fièvre : prévenir le médecin. La déshydratation C est une perte d eau qu il faut absolument éviter chez les enfants et les personnes âgées. Dans les cas les plus graves, la déshydratation entraîne la mort. Chez la personne âgée il faut être très vigilant car elle ne ressent pas le besoin de boire ; il faut donc la solliciter très fréquemment au cours de la journée. Les signes d une déshydratation : - pincer la personne sur l avant bras, sa peau reste «collée» ; - les urines sont peu abondantes, voire très foncées ; - la personne semble désorientée, perdue. En cas de déshydratation grave, prévenir la personne responsable. La douleur La douleur prend une grande importance chez la personne âgée qui ressent comme une personne souffrante avant tout. La douleur est souvent prise non seulement comme un symptôme mais comme une maladie en tant que telle, elle est explicative de l impotence des handicaps, elle est l origine de demandes considérables, multiples et répétitives de médicaments ou de thérapeutiques diverses, jamais véritablement satisfaites. Délire de négation C est un délire qui se caractérise par la négation absurde, déraisonnable, d un élément de la vie réelle. Chez la personne âgée ce syndrome intéresse spécifiquement les fonctions de nutrition et de digestion. 15 Occlusion : obstruction interrompant le transit des matières fécales et des gaz, arrêt du cours des matières contenues dans l intestin. 16 Fécalome : accumulation considérable de matières fécales, qui simule une tumeur intestinale, selles dures et sèches stagnant dans l ampoule rectale. 17 Hyperthermie : élévation de la température du corps au-dessus de la normale soit 37 C. 18 Anxiolytique : qui apaise l anxiété ou l angoisse. 19 Somnifère : qui provoque le sommeil. 20 Neuroleptique : qui calme l agitation et l agressivité. 17 J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 6

8 Il se traduit par des préoccupations envahissantes à propos de la constipation, puis la sensation d être bouchée, puisque les aliments ne passent plus, l œsophage est bloqué, l estomac rétréci ne fonctionne pas, donc ne digère plus. Le vieillard refuse alors les aliments même s il finit par céder aux sollicitations de l entourage, la réalité ne le convainc pas qu il a pu avaler la boisson et la nourriture qui restent bloquées dans l œsophage ou sinon ne sont pas digérée dans l estomac, puis bloqué dans l intestin comme en témoigne la constipation. Il arrive dans ce cas que la 21 défécation soit niée ou minimisée. Ictus 22 amnésique 23 C est un trouble massif de la mémoire, survenant brutalement et laissant la personne apte pendant toute sa durée, à poursuivre l activité qu il avait entreprise, mais sans en garder le moindre souvenir. L ictus amnésique survient chez un sujet âgé de 50 à 70 ans habituellement sans contexte pathologique majeur et de façon brutale, inattendue, souvent isolée, d autant qu il se produit rarement de façon répétitive. L ictus amnésique survient à la suite d un choc affectif avec retentissement émotif. On remarque qu il existe chez la personne âgée les signes suivants : - un oubli au fur et à mesure de tout ce qui a pu être acquis depuis 2 à 3 minutes ; - que la personne connaît son âge, sa date et son lieu de naissance, son adresse, mais ne sait plus exactement l heure qu il est et ce qu elle était entrain de faire ; - qu elle est perplexe et inquiète sans être confuse. Elle se pose et repose les mêmes questions : «Où suis-je? Quelle heure est-il? Que m arrive-t-il?» Elle demande de l aide mais ne sait pas très bien dans quel but. La durée moyenne de l épisode est en moyenne de 6 heures à l issue de laquelle tout rentre dans l ordre alors même que la personne ne garde aucun souvenir de tout ce qui s est passé, elle est fort inquiète de son état cérébral, elle y voit un signe manifeste de détérioration ou même de gâtisme. Le début d une démence 1) La démence sénile Elle débute après 70 ans et se caractérise par un affaiblissement global commençant généralement par des altérations de la mémoire et du caractère. a) Les troubles de la mémoire C est fréquemment le premier signe à apparaître et celui dont se plaint lui-même le patient qui, par ailleurs, peut conserver une activité proche de la normale. b) Surmenage et dépression 21 Défécation : expulsion des matières fécales. 22 Ictus : toute manifestation neurologique se produisant subitement. 23 Amnésique : qui a perdu la mémoire totalement ou partiellement. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 7

9 Des éléments tels que : fatigue, difficultés intellectuelles, troubles de la mémoire, erreurs dans l activité quotidienne peuvent se retrouver en cas de surmenage professionnel, associé à des excès alimentaires et alcooliques, vers l âge mûr ou chez l adulte vieillissant. La possibilité d une évolution détériorative et la crainte qu elle suscite, chez la personne vont l encourager à compenser, par un surcroît d activités, ses insuffisances. C est ainsi que peuvent s installer des syndromes dépressifs dont les symptômes tournent autour de la crainte de la démence et du vieillissement : - troubles de la mémoire ; - difficultés de l effort intellectuel ; - difficultés de l expression orale ; - gêne pour la prise de responsabilités et de décisions ; - crainte de perdre la raison, de devenir fou. Il est très important de retrouver au sein de toutes ces plaintes un ton dépressif, des préoccupations réactionnelles aux conditions de vie à la perception d un affaiblissement physique. 2) La démence présénile Avant 65 ans, il peut s agir d une des formes de début d une démence présénile : - la maladie de Pick : affection rare qui débute habituellement vers l âge de 50 ans par un appauvrissement intellectuel dans lesquels des actes incongrus surviennent du fait d une perte de l autocritique et du sens moral ; - les formes frontales de la maladie d Alzheimer ; - la démence éthylique 24. La dépression La dépression de la personne âgée est une complication fréquente, qui peut atteindre 10 à 20% de la population âgée de plus de 65 ans, soit le double de l incidence dans la population générale. 1) Le syndrome 25 dépressif Il peut survenir de façon réactionnelle à un stress important ou en apparence futile, à une perte affective (deuil, animal familier) ou objet. On recherchera systématiquement : - la douleur morale ; - le manque de goût à la vie quotidienne. ; - l expression discrète mais éventuellement répétitive d idée de suicide ; - le dédain ou le refus de la nourriture avec amaigrissement. 2) Le syndrome délirant Il peut s agir d un syndrome de persécution fondé sur la survenue d un préjudice réel ou imaginaire. La personne âgée peut perdre ses objets familiers ou son argent, elle 24 Ethylique : ensembles de troubles morbides consécutifs à un abus de boissons alcooliques. 25 Syndrome : réunion d un groupe de symptômes (ou de signes) qui se reproduisent en même temps dans un certain nombre de maladies. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 8

10 estime immédiatement qu elle a été volée, elle identifie de façon plus ou moins précise les responsables dans la famille, chez les voisins, puis se met en devoir de porter plainte ou de prendre des mesures définitives parfois agressives. L anxiété croît jusqu à une crise d agitation violente, des hurlements nocturnes, une fugue pour échapper à ses persécuteurs. Tentatives et suicides 1) Le suicide C est un comportement effectivement adopté bien que rarement en fait par la personne âgée pour mettre fin à ses jours ; c est quantitativement un phénomène très rare au sein d une population dont la mortalité est globalement importante, mais le suicide est suffisamment marquant pour chacun d entre nous par le témoignage indirect qu il représente de la misère, de la vieillesse. Une des formes possibles de suicide, et assez spécifiques à l âgé, est le suicide concerté d un vieux couple ou le suicide délibéré, parfois dit philosophique, d un vieillard devant les amoindrissements de l âge et qui pourrait selon certains se produire en l absence de tout tableau dépressif avéré. 2) Les tentatives de suicides Les tentatives de suicides prennent très fréquemment la forme d une prise médicamenteuse critique et brutale. Il peut s y associer un acte auto agressif, phlébotomie 26, plaie ou déchirure cutanée, tentative limitée d étranglement ou même tout simplement une chute. Les actes incongr us. Il peut s agir de gestes ou d actions inconsidérés vis-à-vis de l entourage tant familial que professionnel. 1) La fugue La personne se perd lors d un déplacement ou quitte son domicile sans qu il puisse ultérieurement justifier ou expliquer la raison de son départ. Elle peut être retrouvée par la police, signalée par un passant, dans d autres cas elle se perd véritablement dans la campagne. Parfois elle est conduite à l hôpital pour ce qui est appelé un malaise, une chute, un vertige. 2) L acte incongru Un acte incongru peut étonner l entourage : urination en public ou dans un lieu inadéquat, vol absurde, geste obscène, colère brutale, plaisanterie grossière, et jurons dans un lieu ou en circonstances totalement inadaptés (enterrement, lieu de culte ). Il est important lorsque tout n est pas fait par l entourage pour minimiser, annuler ou nier les faits, de déclencher à cette occasion un bilan clinique en contactant le médecin et en expliquant les faits. 26 Phlébotomie : incision de la paroi d une veine. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 9

11 La maladie d Alzheimer Elle peut survenir dès l âge de 40 ans. Elle entraîne un déficit mnésique 27 progressivement croissant, depuis le simple oubli des évènements quotidiens, pour progresser jusqu à des erreurs de plus en plus étonnantes. L important est de noter que le déficit mnésique va s accompagner de désorientation temporo-spatiale 28 Accident vasculaire cérébral Il peut s agir d accidents brefs et passant inaperçus sur le plan moteur. Parfois plus grave avec difficulté de trouver sa bouche pour boire ou manger, mettre ses lunettes, s asseoir La maladie de Parkinson La maladie de Parkinson est d origine dégénérative. Elle est liée à un déficit du système nerveux. Elle se caractérise par un tremblement spécial, surtout prononcé aux doigts (mouvement d émietter du pain, de rouler une boulette etc.) et par une rigidité musculaire qui donne au malade une attitude soudée particulière, correspondant à la flexion moyenne des membres (jambes légèrement fléchies, tronc incliné, bras à moitié pliés etc.) et un masque étonné et figé, dit faciès parkinsonien. Les troubles du langage La personne fait des erreurs en parlant, les mots courants lui manquent, son langage se réduit, paraît plus difficile à comprendre. Il se pose donc immédiatement le problème d une aphasie 29. Pour l essentiel, les troubles du langage en cas de démence se marquent par l apparition des troubles suivants : - réduction du stock des mots disponibles aux dépens en premier des mots abstraits et spécifiques, alors que les mots mal définis les remplacent peu à peu ; - perte de l utilisation des mots dans leurs applications diverses, le sujet se contente d un sens simple limité ; - perte de la richesse de la langue ; - mauvaise adaptation des réponses aux questions posées par l interlocuteur. L hémiplégie Paralysie complète ou incomplète frappant une moitié du corps entièrement ou partiellement. L apraxie C est la perte de la compréhension des objets usuels qui se traduit par des actes plus ou moins absurdes. L apraxie est représentée par l altération : 27 Mnésique : relatif à la mémoire. 28 Désorientation temporo-spatiale : désorientation dans le temps et dans l espace. 29 Aphasie : altération du langage consécutive à une lésion cérébrale, sans atteinte fonctionnelle de la langue ni du pharynx. Aphasie motrice : perte de la parole. Aphasie sensorielle : perte de la compréhension du langage. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 10

12 - d un geste arbitraire nécessitant l utilisation des doigts des deux mains ; - du mime d un geste courant : planter un clou, se peigner ; - de la réalisation d un geste courant à signification émotive (dire adieu, envoyer un baiser ) ; - perte de l agilité pour disposer correctement les pieds sur le sol et mouvoir les jambes, coordonner le tronc en vue de la marche ; - erreur dans la préparation de repas (récipient en plastique mis sur le feu, allumage d un feu et mise de la casserole sur un autre, non fermeture du gaz, etc.) ; - erreur dans le bricolage (montage aberrant qui n est pas réparé après avoir été constaté) ; - erreurs répétitives non compensées (rasage partiel, habillage erroné). La lorsqu on lui fait constater l anomalie ; - détérioration de l écriture. La confusion mentale dans l habillage et les soins corporels personne se fâche et préfère renoncer Elle se caractérise par une baisse de la vigilance avec désorientation, onirisme et troubles du comportement. C est un état aigu et réversible. Il existe cependant des confusions prolongées évoquant l affaiblissement démentiel. La personne atteinte de confusion mentale est perplexe, égarée, cherche ses repères, ce qui contraste avec l indifférence du dément. L œdème Au niveau de la peau l œdème se révèle par un gonflement indolore et sans rougeur, qui garde quelque temps l empreinte du doigt. L œdème au niveau des poumons : on remarque une détresse respiratoire. La phlébite C est l inflammation d une veine. Chez la personne âgée on constate au niveau d un membre inférieur : durcissement du mollet, rougeur, douleur. La phlébite entraîne l obstruction de la veine par un caillot qui lui même peut conduire à une embolie 31. La prévention d escarre 32 Eviter les points d appuis prolongés (apparition d une rougeur). Une escarre se constitue en 3 heures si mauvaise vascularisation des tissus. F ausse route Inhalation d aliments ou de vomissements. Le syndrome de glissement Onirisme : images, phénomènes du rêve. Délire aigu constitué de représentations concrètes, animées et enchaînées comme celle d un rêve et vécues intensément par le sujet. 31 Embolie : oblitération brusque d un vaisseau sanguin entraîné par la circulation. 32 Escarre : Nécrose tissulaire, formant une croûte noirâtre plus ou moins épaisse tendant à s éliminer et surtout à s infecter. J.M. VIVIEN et C.CHARRIER / Formatrices Santé. 11

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT Jacques Butel - Nadiat Donnat - Jeanne Forestier - Céliane Héliot - Anne Claire Rae Forum prévention des chutes 2010 DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT 1 Recueil données Formulaire de signalement

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Objectifs Mise en évidence de pratiques Evaluation de la qualité

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Apprendre pour la vie : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux. Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP

Apprendre pour la vie : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux. Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP Magali Plante Directrice des services et de l action sociale Société canadienne

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence, problème de femme O n parle d incontinence dès que l on laisse involontairement passer quelques gouttes d urine. Cela peut arriver

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk)

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Spagulax M granulés Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE Vivre seul CONTEXTE Un nombre croissant de personnes âgées vivent seules. Si elles sont atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladies apparentées, elles sont plus susceptibles d être diagnostiquées

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS 76, Rue de Pâturages 7390 QUAREGNON 065/956.600 065/956.548 Dossier Médical Concerne : Nom :.Prénom : Sexe : Adresse: N. Code Postal

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

premières 48h Date Date

premières 48h Date Date L HDQ HSFA CHU L Système de mesure de l autonomie fonctionnelle SMAF Évaluation Réévaluation Réévaluation 7 premières 48h e à 9 e jour ~ 22 e jour d hospitalisation d hospitalisation Activités de la vie

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER Revue de la Mutuelle Centrale des Finances SSN 1141-4685 Prix 1,14 Juillet 2005 DossER La Mutuelle Centrale des Finances n o 133 OU adhère au GM! O O page 10 SavOR ncontinence ou ncontinentes ou incontinents?

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous.

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Aborder, reconnaître et référer pour le mieux-être de la personne atteinte. Joëlle Morin M.A (sexologie) B.Sc (psychologie) Sexologue 8 avril 2011

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Guide d évaluation de la charge d aidant familial. Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez.

Guide d évaluation de la charge d aidant familial. Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez. Guide d évaluation de la charge d aidant familial Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez. 1. SITUATION GÉNÉRALE 1-1 Etes-vous un homme ou une femme? H F 1-2 Vivez-vous en

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU LA PROTHESE TOTALE DE GENOU Introduction : La destruction du cartilage est fréquente au niveau du genou qui est une articulation très sollicitée et soumise à tout le poids du corps. La conséquence de cette

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Aide ménagère Auxiliaire de vie Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire familiale Employé familial Assistant de vie aux familles Assistant de vie dépendance Aide aux personnes

Plus en détail

Modèle de démarche de soins. Service de maternité

Modèle de démarche de soins. Service de maternité UNIVERSITE TUNIS EL MANAR INSTITUT SUPERIEUR DES SCIENCES INFIRMIERES DE TUNIS Modèle de démarche de soins En Service de maternité A l intention des étudiants en sciences infirmières Elaboré par : Mme

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

En souvenir du P r Olivier Dizien, décédé le 1 er juillet 2007

En souvenir du P r Olivier Dizien, décédé le 1 er juillet 2007 En hommage au D r Marc Maury, ancien médecin chef du CRM de Fontainebleau et ancien vice-président de l APF, pour son œuvre sur la paraplégie et son action au service du rapprochement associations / médecine

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA et HABEO) 1 RAPPEL Vieillesse ne signifie pas : - DEPENDANCE

Plus en détail

CHUTES DE LA PERSONNE AGEE. «Protection Escaliers motorisée»

CHUTES DE LA PERSONNE AGEE. «Protection Escaliers motorisée» CHUTES DE LA PERSONNE AGEE «Protection Escaliers motorisée» Ehpad «Les Magnans» St Martin de Valgagues Dr Sylvie Andre Allheilig Médecin coordonnateur La Chute n est pas une «Fatalité» L âge, la poly morbidité

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE RESIDENTS

DOSSIER DE CANDIDATURE RESIDENTS DOSSIER DE CANDIDATURE RESIDENTS Pôle Médicosocial la Planchette 75012 PARIS A retourner par courrier au Siège de la Fondation : 17 rue de l Egalité 92290 CHATENAY MALABRY Ou par mail : pole.planchette@amisdelatelier.org

Plus en détail

Challenge ou supercherie pour les entreprises»

Challenge ou supercherie pour les entreprises» Atelier A N 14 «La Dépendance : Challenge ou supercherie pour les entreprises» 2 Intervenants Jean FREY PartnerRe Actuaire IA / Directeur Souscription Réassurance Vie jean.frey@partnerre.com Nathalie MEYNENT

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous avez des douleurs durant les relations sexuelles 1. LES PROBLÈMES DE VESSIE:

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 Guide Chirurgie d un jour Enfant (moins de 14 ans) RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 HÔPITAL DE MARIA Chirurgie d un jour Contenu Avant la chirurgie... 2 À l unité de soins... 4 Au départ pour la salle d opération...

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail