THèMES GéNéRAUX L APPRENTISSAGE MOBILE POUR LES ENSEIGNANTS: Série de documents de travail de l UNESCO sur l apprentissage mobile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THèMES GéNéRAUX L APPRENTISSAGE MOBILE POUR LES ENSEIGNANTS: Série de documents de travail de l UNESCO sur l apprentissage mobile"

Transcription

1 Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L APPRENTISSAGE MOBILE POUR LES ENSEIGNANTS: THèMES GéNéRAUX Accent sur les enseignants Série de documents de travail de l UNESCO sur l apprentissage mobile

2 Cette licence est octroyée par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture (UNESCO) conformément aux objectifs de l activité de la Série de documents de travail sur l apprentissage mobile (WPS ML) afin d autoriser le libre accès à des informations et à des données fiables. Le terme «Vous» employé dans la présente licence fait référence aux utilisateurs de tout contenu UNESCO WPS ML (ci-après dénommé «Produits WPS ML») auquel il est possible d accéder par l intermédiaire du site Web de l UNESCO, conformément aux modalités établies par la présente licence. Vous êtes autorisé à partager, reproduire, tirer un ou des extraits et diffuser tout ou partie desdits Produits WPS ML au profit de tiers à des fins non commerciales. Vous pouvez intégrer tout ou partie desdits Produits WPS ML sans aucune modification, dans vos propres supports. Vous acceptez de créditer l UNESCO par la mention «UNESCO», le nom du Produit, la source [lien vers le site Web du(es) Produit(s)] et la date de publication. Sauf pour attribuer le(s) Produit(s) à l UNESCO, Vous n avez ni le droit d utiliser le nom, l acronyme, la marque, ou tout autre signe ou logo officiel de l UNESCO ou du programme WPS ML, ni de revendiquer ou faire valoir un ou une quelconque association, parrainage, soutien ou affiliation en lien avec l UNESCO ou le programme WPS ML. Toute utilisation à des fins commerciales de tout ou partie desdits Produits WPS ML est strictement interdite, sauf si cette utilisation est expressément autorisée par l UNESCO. Toute demande relative à une utilisation à des fins commerciales et aux droits de traduction doit être soumise aux Publications UNESCO, en envoyant un courriel à l adresse suivante : Publications UNESCO, 7, place de Fontenoy, Paris 07 SP France. Tous les Produits WPS ML sont fournis «tels quels». L UNESCO décline toute responsabilité, explicite ou implicite, de quelque nature qu elle soit, concernant l utilisation des Produits WPS ML. L UNESCO rejette notamment toute garantie d exactitude, d aptitude à l emploi ou à une fin déterminée. Il convient de souligner que d autres parties peuvent détenir des droits sur tout ou partie de certains Produits WPS ML. L UNESCO ne garantit ni ne déclare qu elle détient ou contrôle l ensemble de tout ou partie desdits Produits ou droits s y rattachant. L UNESCO se dégage de toute responsabilité envers Vous ou toute autre partie pour toute perte ou dommage, quels qu ils soient, subis en lien avec votre utilisation de tout ou partie desdits Produits WPS ML. L UNESCO réaffirme ses privilèges et immunités et, en autorisant l accès aux Produits WPS ML, ne limite ou ne renonce à l un quelconque de ces droits. En utilisant les Produits WPS ML de quelque manière que ce soit, Vous consentez à soumettre tout litige sur le sujet qui pourrait vous opposer à l UNESCO et qui ne pourrait être résolu à l amiable, à un arbitrage conformément au Règlement d'arbitrage de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI), notamment à ses dispositions relatives à la loi applicable. Le tribunal arbitral n a pas le pouvoir d accorder de dommages et intérêts à titre de sanction. Les parties sont liées par la sentence arbitrale rendue au terme dudit arbitrage comme valant règlement final et définitif de la controverse, de la réclamation ou du litige. Les idées et les opinions exprimées dans ce contenu sont celles de l auteur et ne reflètent pas nécessairement les points de vue de l UNESCO. Les désignations employées dans ce contenu et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part de l UNESCO aucune prise de position quant au statut juridique des pays, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Publié en 2012 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, Paris 07 SP, France UNESCO 2012 Droits et réutilisation conformément à la notification de licence ci-dessus ISSN Auteur pour l'unesco : Mark West Coordination : Steven Vosloo and Mark West Édition et création graphique : Rebecca Kraut Couverture : Aurélia Mazoyer 2---

3 SUR LA SÉRIE La présente publication s inscrit dans la Série de documents de travail de l UNESCO sur l apprentissage mobile. Celle-ci vise à mieux comprendre comment on peut utiliser les technologies mobiles pour améliorer l accès à l éducation et l équité et la qualité des services éducatifs à travers le monde. Elle se compose de quatorze documents qui paraîtront tout au long de l année La Série est divisée en deux grands sous-ensembles : six publications analysent l impact des initiatives en matière d apprentissage mobile, ainsi que leurs implications en termes de politiques, et six autres examinent l aide que les technologies mobiles peuvent apporter aux enseignants en vue d améliorer leur pratique. Chacun des sous-ensembles aborde cinq régions géographiques : Afrique et Moyen-Orient, Amérique latine, Amérique du Nord, Asie et Europe. Il contient aussi une publication consacrée aux «Thèmes généraux», qui fait la synthèse des résultats des cinq documents régionaux. Deux fascicules intitulés «Questions» complètent la Série. Le premier souligne les points communs entre les expérimentations réussies et identifie les politiques de soutien. Le second s attache à évaluer l impact futur des technologies mobiles sur l éducation. La Série offre un aperçu global des efforts d apprentissage mobile en cours à travers le monde. Pris ensemble ou séparément, tous ces documents rassemblent les enseignements qui ont tirés dans les différentes régions du monde, offrant aux responsables politiques, aux éducateurs et aux autres parties prenantes un outil précieux pour l application des technologies mobiles à l amélioration de l apprentissage, aujourd hui et demain. L UNESCO projette d ajouter d autres titres à la Série après L Organisation espère que ces ressources aideront les divers publics à mieux saisir le potentiel éducatif des technologies mobiles. On trouvera l ensemble des titres actuels et futurs de la Série sur : 3---

4 REMERCIEMENTS Le présent document est le fruit des efforts de nombreuses personnes. Mark West, boursier du Programme Fulbright des États-Unis travaillant à l UNESCO, a effectué les recherches et signé ce document. Il a bénéficié des informations fournies par Steven Vosloo et Rebecca Kraut, et des contributions de nombreux experts, dont les participants à la Première Semaine de l apprentissage nomade de l UNESCO, organisée à Paris en décembre Ce document s inscrit dans la Série de documents de travail de l UNESCO sur l apprentissage mobile. La Série elle-même a été conçue par Francesc Pedró, tandis que Steven Vosloo et Mark West en assuraient la coordination et la gestion quotidienne. Plusieurs spécialistes de l éducation de l UNESCO, dont David Atchoarena, Fengchun Miao et Jongwon Seo, ainsi que les partenaires de l UNESCO au sein de Nokia, en particulier Riitta Vänskä et Gregory Elphinston, ont également participé au projet. Au sein de l UNESCO, Marie-Lise Bourcier mérite une mention particulière pour son soutien précieux. Enfin, la Série doit beaucoup au remarquable travail éditorial de Rebecca Kraut. 4---

5 TABLE DE MATIÈRES SUR LA SÉRIE...3 REMERCIEMENTS...4 CRISE MONDIALE DES ENSEIGNANTS : UN ÉTAT DES LIEUX...6 L APPRENTISSAGE MOBILE POUR LES ENSEIGNANTS : PRINCIPAUX RÉSULTATS...8 Les téléphones mobiles, un moyen de faciliter l'accès à l'éducation Les téléphones mobiles au service de l'instruction, de l'administration et de la formation professionnelle Contenus éducatifs en ligne Communication administrative Le développement professionnel La place centrale des enseignants dans l'apprentissage mobile L apprentissage mobile favorise la sécurité des étudiants en ligne et ailleurs Il est indispensable d'améliorer les contenus éducatifs, les plates-formes logicielles et les modèles pédagogiques CONSIDÉRATIONS POLITIQUES...21 CONCLUSION

6 CRISE MONDIALE DES ENSEIGNANTS : UN ÉTAT DES LIEUX Il est impératif de former des enseignants de qualité. Selon les dernières données disponibles de l Institut de statistique de l UNESCO, le monde connaît un problème massif de pénurie d enseignants. Pour assurer l éducation primaire pour tous à l horizon 2015 comme les prévoient les Objectifs du Millénaire pour le développement, il faudrait recruter à l échelle mondiale quelque 8,2 millions d enseignants dans le primaire, dont 6,1 millions pour remplacer les enseignants qui abandonneront la profession au cours des trois prochaines années, et 2,1 millions pour pourvoir les nouveaux postes. Pour rendre ces chiffres peu réjouissants un peu plus parlants, sachez que 8,2 millions équivaut grosso modo à la population des Émirats Arabes Unis, qu aux États-Unis le nombre d enseignants du primaire et du secondaire réunis est inférieur à 6,1 millions et que 2,1 millions de passagers monteront à bord d avions de ligne au cours des prochaines 24 heures. Imaginons un instant la somme d efforts et de ressources nécessaire pour transformer en enseignant du primaire accompli chacun de ces voyageurs en passant par toutes les aérogares de Santiago à Moscou. Cette analogie manque peut-être de finesse, mais elle montre bien l ampleur de la pénurie d enseignants à l heure actuelle. À ces défis purement mathématiques s ajoute le fait que, loin d être homogènement répartie, la crise des enseignants touche avant tout les pays et les communautés déjà en proie à d autres difficultés (taux de chômage élevé, pauvreté, infrastructures insuffisantes et instabilité politique). Alors que beaucoup de pays développés ont un surplus d enseignants qualifiés, dans les pays pauvres le déficit est souvent abyssal. Ainsi, l Afrique subsaharienne aurait à elle seule besoin de la moitié des 2,1 millions de nouveaux postes à créer. Dans bon nombre de pays de cette région, il faudrait multiplier l effectif enseignant par deux, trois ou même quatre. Et encore, ces chiffres vertigineux ne concernent pas les enseignants du secondaire. Si c était le cas, en plus des 8,2 millions d enseignants nécessaires à la réalisation de l éducation primaire universelle, il serait nécessaire de former et de recruter plusieurs millions d enseignants supplémentaires. Dans beaucoup de pays en développement, la crise touche tous les niveaux d enseignement. De l école primaire à l université, le manque d enseignants est extrêmement alarmant. Mais hélas, les mauvaises nouvelles ne s arrêtent pas là : lié au problème de la pénurie, celui de la faible qualité des enseignants est tout aussi inquiétant. Il ressort des données réunies par les Nations Unies que partout dans le monde, beaucoup d enseignants travaillent sans les qualifications ou la préparation requises pour répondre aux besoins éducatifs du XXIe siècle. Bien que les employeurs exigent de plus en plus que leurs employés soient capables d organiser, de filtrer et d exploiter l information en faisant preuve de créativité, dans les écoles on se contente encore trop souvent de demander aux élèves d apprendre par cœur le contenu des manuels. En outre, étant donné les exigences du monde du travail actuel, les éducateurs qui n apprennent pas à leurs étudiants à exploiter les technologies pour améliorer leur productivité contribuent, sans le vouloir, à mal les préparer à la vie professionnelle. Comme le reconnaissent l UNESCO et d autres organisations internationales, pour garantir la 6---

7 qualité de l éducation, il ne suffit pas d amener les adultes à reprendre le chemin de l école, il faut en outre s assurer durablement de la qualité des enseignants. Tout comme la pénurie d enseignants, le défaut de qualité touche surtout les pays en développement. Beaucoup d éducateurs ne maîtrisent pas les matières qu ils enseignent et arrivent parfois en classe avec une formation pédagogique insuffisante, voire inexistante. Le plus souvent, ces enseignants sont mal rémunérés, ils n ont pas de possibilités de formation professionnelle et ne reçoivent pas d appui suffisant de la part des administrateurs. Bref, pour surmonter la crise des enseignants qui sévit sur l ensemble de la planète, il nous faudra accomplir simultanément deux tâches titanesques : augmenter la quantité et la qualité du corps enseignant dans toutes les régions du monde. Il faut agir au plus vite, en particulier dans les communautés pauvres, où la crise est la plus grave. Comme le révèlent clairement les documents de la présente Série, les technologies mobiles peuvent aider les pays à atteindre ce double objectif. Si elles ne constituent pas la seule et unique solution, alliées à d autres technologies, elles contribuent, comme l expérience le montre abondamment, à accroître l efficacité de l éducation et à aider les enseignants, qu ils soient débutants ou expérimentés, à acquérir des compétences complexes et à accomplir en classe un travail constructif. Les documents sur «L apprentissage mobile pour les enseignants» examinent les initiatives menées à ce jour et décrivent quelques-unes des mille et une façons d utiliser les technologies mobiles pour donner un appui et une formation aux enseignants dans différentes régions et situations du monde. 7---

8 L APPRENTISSAGE MOBILE POUR LES ENSEIGNANTS : PRINCIPAUX RÉSULTATS L accès des enseignants aux technologies de l information et de la communication (TIC) dans les écoles est généralement limité, voire inexistant dans les communautés où les défis éducatifs sont les plus graves. Aujourd hui, cependant, la situation a changé. Grâce à la baisse rapide du prix des téléphones mobiles, le nombre d abonnements de téléphonie mobile dans le monde a franchi la barre des 5,9 milliards. Les téléphones mobiles sont extrêmement répandus, et ce jusque dans les régions où les ordinateurs et les établissements de formation des maîtres sont rares. Et, le plus souvent, les enseignants savent à peu près comment les faire fonctionner. En Afrique, continent où les besoins en éducation sont les plus urgents, de en 1995, le nombre d abonnements de téléphonie mobile devrait dépasser les 735 millions avant la fin (On notera au passage que la dernière technologie à avoir connu un tel essor en Afrique était l AK-47.) Pour la première fois dans l histoire, dans les pays développés ou en développement, la grande majorité des enseignants ont directement accès à des technologies de la communication très puissantes, ce qui ouvre des perspectives extrêmement prometteuses. Les cinq documents sur «L apprentissage mobile pour les enseignants» montrent comment les technologies mobiles aident les éducateurs dans leur travail, que ce soit dans leurs relations avec les étudiants ou en leur permettant de perfectionner leurs compétences pédagogiques et thématiques. Ces documents, qui font partie de la Série de l UNESCO consacrée de manière plus générale à l apprentissage mobile, sont organisés par région et décrivent une multitude de projets novateurs, des programmes visant à faciliter la communication entre enseignant et étudiants au Mozambique à l initiative Presemo en Finlande, où les technologies mobiles stimulent la participation et l interactivité d un grand nombre d étudiants. Ces projets n en sont qu à leurs balbutiements, et pourtant ils préfigurent sans doute la façon dont les appareils mobiles, qui gagnent chaque jour en puissance, bouleverseront et amélioreront l éducation à l avenir. Ils incitent également les responsables politiques et les éducateurs à sortir des sentiers battus lorsqu ils cherchent des solutions à la crise des enseignants. Ainsi, si les pays n ont pas les moyens de former des enseignants à l université ou dans des instituts spécialisés, ils pourront néanmoins apporter aux enseignants en poste un appui précieux via les téléphones mobiles qu ils possèdent déjà. À l inverse, un pays disposant d un réseau bien établi de centres de formation des enseignants pourra mettre à profit la téléphonie mobile pour multiplier ou compléter les possibilités de formation continue. Ces cinq documents régionaux examinent les stratégies élaborées par les écoles, les systèmes éducatifs et les gouvernements pour utiliser les téléphones mobiles pour le plus grand profit des enseignants. Bien que les stratégies varient considérablement selon les régions, les pays et les programmes, les tendances majeures qui se dégagent n obéissent pas à une logique géographique. Premièrement, les téléphones mobiles ont la capacité d ouvrir l accès à l éducation à des groupes d enseignants et d étudiants qui se situent hors de la portée des systèmes éducatifs classiques. Deuxièmement, les téléphones mobiles peuvent faciliter l enseignement en classe, les communications avec l administration et la formation professionnelle des enseignants. 8---

9 Troisièmement, les enseignants ont un rôle crucial à jouer dans le développement d un système éducatif qui adopte l apprentissage mobile, il est donc indispensable de les former efficacement et de les rallier à cette approche. Quatrièmement, même si beaucoup de parents et d éducateurs préconisent d interdire les appareils mobiles en classe pour des raisons de sécurité, l apprentissage à distance contribue à renforcer la sécurité des étudiants ; il s agit en effet d apprendre aux étudiants à naviguer en ligne de façon responsable et d utiliser les fonctions de communication des téléphones mobiles afin de leur fournir des informations relatives à la sécurité dans un souci de rapidité, d efficacité et de protection de la vie privée. Enfin, il importe d actualiser, d étendre et d améliorer les contenus éducatifs numériques, les plates-formes logicielles et les modèles pédagogiques afin de permettre aux enseignants et aux étudiants de profiter pleinement de la chance unique que leur offre l apprentissage mobile. Ces constations, tirées des documents régionaux, seront abordées dans les sections suivantes. LES TÉLÉPHONES MOBILES, UN MOYEN DE FACILITER L ACCÈS À L ÉDUCATION S il fallait trouver un fil conducteur pour relier les divers projets décrits dans les documents de l UNESCO, ce serait le formidable potentiel des téléphones mobiles, qui ouvrent l accès à l éducation aux apprenants isolés et défavorisés. Bien des étudiants qui ne possèdent ni livre ni ordinateur ont en revanche un téléphone mobile, de même que ceux qui ne fréquentent pas l école classique parce qu il n en existe pas dans la région où ils habitent ou qu ils n ont pas les moyens de s y rendre. Ainsi, de nombreux exemples de projets s appuient sur les appareils mobiles pour transmettre un contenu éducatif. C est ainsi qu à Lahore, Pakistan, un projet mis en œuvre par l UNESCO utilise la technologie du service d envoi de messages courts (SMS, ou texto) pour diffuser des contenus éducatifs à des apprenants socialement et économiquement défavorisés ayant suivi jusqu au bout une formation présentielle en alphabétisation dans des centres éducatifs. Le programme a pour but d aider les étudiants à mémoriser et à consolider leurs nouvelles compétences en lecture et en écriture, qui souvent s érodent lorsqu elles ne sont pas régulièrement appliquées. Autre exemple, celui de la Boat School au Bangladesh, qui utilise diverses technologies, dont les téléphones mobiles, pour donner une chance d éducation à familles vivant dans des communautés marginalisées installées le long des voies d eau. Sans ces appareils mobiles connectés à Internet, ces familles n auraient aucun lien avec la société de l information. Dans l ensemble, les projets de ce type ont permis de dispenser une éducation adaptée dans des régions où elle était jusqu alors inaccessible. Les chercheurs constatent également qu ils produisent des effets bénéfiques imprévus : des femmes à qui on a procuré un téléphone mobile au Moyen-Orient et en Afrique ont déclaré se sentir plus autonomes et davantage connectées à leur communauté en dehors de leur famille ; les enfants participant aux diverses initiatives d apprentissage mobile ont appris à leurs parents comment utiliser plus efficacement les appareils mobiles ; et, dans certains cas, des étudiants qui venaient de rejoindre des réseaux expérimentaux d apprentissage mobile ont échangé les uns avec les autres sur des questions éducatives plus souvent que ne l avaient prévu les enseignants. Outre l aide qu ils apportent aux étudiants connaissant de graves difficultés, les projets décrits dans cette Série proposent des possibilités d éducation aux personnes qui, en raison de leur 9---

10 profession, ne peuvent facilement aller à l école. Le projet Bloom (Bite-sized Learning Opportunities on Mobile Devices), par exemple, qui a été lancé dans plusieurs pays de l Union européenne, ciblait les professionnels du secteur des transports qui, comme les chauffeurs de taxi, ne peuvent assister à des cours classiques en raison d horaires de travail irréguliers. Le projet a montré qu il était possible d apporter un enseignement pertinent à des étudiants dans des circonstances inhabituelles afin de réaliser des objectifs relatifs à l apprentissage tout au long de la vie. À la faculté de médecine de l Université de Leeds, Royaume-Uni, conscients qu il était difficile pour les étudiants travaillant dans les divers hôpitaux et cliniques de la région d assister aux cours et de communiquer avec leurs professeurs sur le campus, les éducateurs ont décidé que certains modules d évaluation et de tutorat passeraient dorénavant par le téléphone mobile. Le système de Leeds a été conçu pour proposer des possibilités éducatives adaptées à un contexte particulier. Ainsi, aussitôt terminé l évaluation de son patient, l étudiant en médecine réfléchira, à l aide d un appareil mobile, à la qualité de son examen. Ce système aide les étudiants à se souvenir de tous les détails d une évaluation, à noter des questions à l intention de médecins expérimentés et à mettre au point des stratégies qui amélioreront leurs évaluations à l avenir. Compte tenu de la baisse ininterrompue du prix des technologies mobiles, dans toutes les communautés, qu elles soient riches ou pauvres, les étudiants de tout âge peuvent s engager plus avant dans l auto-apprentissage. Grâce au téléphone mobile, l information n est plus une «denrée» rare, et même les appareils les plus simples donnent accès à une pléiade de contenus éducatifs. Reconnaissant que la transmission de l information a cessé d être l unique prérogative de l école, les documents régionaux préconisent que les systèmes éducatifs aident les étudiants à cultiver l amour de l apprentissage tout en les dotant des compétences cognitives requises pour poursuivre un apprentissage qui ne soit pas nécessairement scolaire. L économie et le monde évoluent très vite et, dans un tel contexte, les écoles ne peuvent plus espérer familiariser leurs étudiants avec ne serait-ce qu une petite fraction des informations dont ils auront vraisemblablement besoin dans leur vie professionnelle et personnelle. Le rôle de l école devrait plutôt consister à «apprendre à apprendre» à l aide de meilleures technologies disponibles afin que les étudiants aient ensuite l aptitude à acquérir, en dehors de l éducation formelle, de nouvelles compétences en fonction de l évolution de leurs besoins. Malgré les efforts concertés déployés pour réaliser l éducation primaire universelle et généraliser la possibilité d enseignement secondaire et supérieur, le nombre de jeunes déscolarisés et d enseignants privés d accès aux ressources éducatives de base se chiffre toujours par millions. Parce qu ils sont accessibles partout ou presque, les appareils mobiles apportent des possibilités d éducation aux étudiants et aux enseignants où qu ils se trouvent. Voilà pourquoi, pour résumer, l apprentissage mobile est si enthousiasmant. Selon les documents de la Série, les effets bénéfiques des technologies mobiles pour l éducation des étudiants défavorisés et des enseignants travaillant dans des situations difficiles n ont sans doute pas d équivalent dans l histoire

11 LES TÉLÉPHONES MOBILES AU SERVICE DE L INSTRUCTION, DE L ADMINISTRATION ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Quelques-uns des projets relatifs à l apprentissage mobile décrits dans les documents régionaux avaient pour objectif d aider les enseignants à mieux exercer un métier difficile, que ce soit en les soutenant dans leur travail quotidien ou en leur proposant de nouvelles possibilités de formation professionnelle. Tout d abord, les contenus en ligne, accessibles pour la plupart via des appareils mobiles, fournissent aux enseignants comme aux étudiants une multitude de matériels éducatifs qui viennent renforcer et compléter l enseignement en classe. En outre, les téléphones mobiles peuvent faciliter et améliorer la communication d ordre administratif entre les écoles, les étudiants, les enseignants et les parents. Enfin, les téléphones mobiles peuvent favoriser le développement professionnel des enseignants dans la mesure où ils facilitent le tutorat et l observation des enseignants en formation et en exercice et où ils permettent aux enseignants de prendre part aux communautés professionnelles en ligne. CONTENUS ÉDUCATIFS EN LIGNE À l heure actuelle, on peut accéder librement sur Internet à des plans de cours et à des contenus éducatifs consultables dans des archives d une grande richesse. Lorsqu ils n avaient pas d ordinateur, il y a quelques années, les enseignants pouvaient difficilement accéder à ces matériels mais, aujourd hui, l essentiel de ces données peut être téléchargé, lu ou même projeté ou imprimé au moyen d appareils mobiles tels que les smartphones. Le Mozambique en particulier a su reconnaître que les téléphones mobiles pouvaient faciliter la transmission des programmes d enseignement aux étudiants et aux enseignants. Le Ministère de l éducation a ainsi adapté des contenus du curriculum aux téléphones mobiles, et ce dans des versions multiples afin de répondre aux besoins culturels et linguistiques particuliers. De la même façon, aux États-Unis, le Département de l éducation use de toute son influence pour faire aboutir un projet de construction de bases de données en ligne de matériels pédagogiques faciles à consulter. Ces bases de données permettront de mettre en œuvre des fonctionnalités telles que l évaluation des contenus par les pairs et de favoriser l organisation par matière et par classe. Dans de nombreuses situations, les bases de données de ce type sont déjà une réalité. La Khan Academy réunit ainsi un somme impressionnante de conférences sur l éducation, et on trouve sur itunes, la boutique en ligne d Apple, une section consacrée aux contenus en diffusion libre fournis par les universités. Plus récemment, des plates-formes numériques telles que Cousera et Udacity ont mis en ligne des cours entiers, ainsi que des systèmes permettant d évaluer, de noter, de favoriser l aide mutuelle entre étudiants et de remettre des certificats de fin d études. Il ne s agit pas là de cas isolés quelque peu extravagants, ces projets sont en effet soutenus par des universités parmi les plus prestigieuses au monde, comme Stanford, Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Les enseignants se servent de ces outils en ligne pour rafraîchir leurs propres connaissances et aider les étudiants en difficulté ou, à l inverse, demander plus à ceux qui excellent. Les matériels étant accessibles à partir d appareils mobiles à la fois en ligne et hors ligne, les enseignants peuvent consulter les archives au moment qui leur convient le mieux

12 COMMUNICATION ADMINISTRATIVE Les documents régionaux décrivent également des projets qui utilisent les téléphones mobiles à des fins certes moins glorieuses mais néanmoins très concrètes : la transmission d informations brèves, simples et concises. Le système Mobile Oxford conçu par l Université d Oxford, Royaume-Uni, permet aux étudiants d accéder, grâce au portail mobile qui leur est fourni, à des informations sur leurs classes (plan de cours, horaires) et de télécharger des documents à lire sur leur appareil mobile. La plate-forme, qui utilise un cadre d application Web propriétaire baptisé Molly, fonctionne avec la quasi-totalité des téléphones mobiles. Au Moyen-Orient, des écoles ont élaboré des systèmes permettant aux enseignants d envoyer à leurs étudiants des textos pour leur rappeler la date de remise des devoirs. Dans d autres projets, les enseignants et les administrateurs envoient des messages aux parents pour les tenir informés des progrès scolaires de leurs enfants ou les avertir d une absence. Ailleurs, les appareils mobiles servent à prévenir les familles des événements, ou encore de la fermeture de l école. Ces programmes sont simples mais efficaces. Ils n utilisent certes pas les microprocesseurs et les smartphones les plus récents, ni une puissance de traitement ultrarapide, mais ils rendent service aux enseignants et aux écoles et, comme l expliquent en détail les documents, ils sont généralement très efficaces. Citons un exemple tiré des documents : lorsqu en Norvège, les enseignants ont décidé d envoyer un texto de rappel au sujet des «cours du soir pour parents», la participation est passée de 60 à plus de 80 %. En mettant à profit un outil technologique consulté plusieurs fois par jour ou même par heure, le projet norvégien a pu renforcer la communication entre parents et enseignants. On notera avec intérêt que dans toutes les régions du monde, les parents et les étudiants préfèrent recevoir des nouvelles et des informations par téléphone mobile. Et contrairement aux brochures imprimées, les messages numériques permettent tout autant d obtenir que de diffuser des informations, en recueillant des renseignements auprès des parents et des étudiants par texto ou sondage. Ainsi, grâce à des outils technologiques facilement accessibles, un chef d établissement informera un parent que son enfant risque de ne pas réussir son année tout en lui proposant un rendez-vous pour en discuter. À la réception d un tel message, il suffira au parent d appuyer sur une ou deux touches de son téléphone mobile pour indiquer que la date de réunion lui convient. Le rendez-vous apparaîtra alors automatiquement sur l agenda du directeur. Dans la plupart des cas, les messages envoyés via des appareils mobiles sont plus rapides, plus fiables, plus efficaces et moins coûteux que lorsqu ils sont transmis à l aide d autres moyens de communication. Il est donc tout naturel que les enseignants en tirent parti afin de faciliter les communications administratives avec les étudiants et leurs parents. LE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Les téléphones mobiles, en particulier les smartphones munis d écrans de grande taille, peuvent faciliter la réalisation de tâches plus complexes. Comme l expliquent en détail les documents régionaux, ce sont des outils d un bon rapport coût-efficacité à l appui de la formation continue et initiale des enseignants, principalement parce qu ils facilitent le tutorat et la participation dans les communautés professionnelles. Le tutorat compte parmi les modes de développement professionnel les plus efficaces. Il s agit pour un maître-formateur d observer un enseignant moins expérimenté dans l exercice de ses 12---

13 fonctions et d en tirer une évaluation constructive. Les téléphones mobiles contribuent à réduire les coûts du tutorat en permettant à un maître-formateur de suivre un plus grand nombre d enseignants en passant moins de temps en observations et en réunions. Selon le document relatif à l Amérique du Nord : Lorsqu il mène ses observations par vidéo et qu il envoie ses évaluations via des appareils mobiles, le maître-formateur peut produire des observations plus souvent, tout en passant moins de temps en déplacements entre les classes et entre les écoles. Logistiquement plus satisfaisant, ce mode de fonctionnement est aussi de nature à améliorer la qualité des observations car il permet au maîtreformateur d arrêter et de repasser la vidéo, chose impossible lors des observations in situ. Le tutorat au moyen des technologies mobiles renforce en outre le niveau de soutien dont bénéficient les enseignants car il favorise une plus grande régularité des communications entre les enseignants et les maîtres-formateurs. Des stratégies similaires peuvent être mises en place pour les enseignants en formation. En Amérique du Nord et dans d autres régions, pour se filmer en train de donner un cours, les formateurs débutants n utilisent pas de caméras vidéo mais des smartphones, beaucoup moins onéreux, très faciles à transporter et généralement équipés de caméras et microphones puissants. Les vidéos sont ensuite téléchargées sur un serveur, où les professeurs et les pairs pourront les visionner lorsqu ils le souhaitent. Grâce à ce système, les formateurs mettent en place des dossiers de pratiques pédagogiques qui pourront être consultés à un stade ultérieur pour suivre la progression des enseignants. Les enseignants en formation et leurs formateurs peuvent analyser les vidéos et discuter des interactions. Les vidéos aident en outre les enseignants débutants à réfléchir à leur propre pratique et aux moyens de l améliorer. Bien que ce système soit relativement nouveau, il existe déjà des applications spécifiques pour smartphones. En matière de développement professionnel, le principal intérêt des technologies mobiles est de permettre aux enseignants de participer aux communautés professionnelles en ligne. Qu elles soient formelles ou informelles, ces communautés ont toutes pour objectif d améliorer les connaissances et les pratiques d un métier donné. Souvent consacrées à une classe ou à une matière, ces communautés réunissent des enseignants qui seraient sans quoi isolés de leurs collègues. Il existe ainsi plusieurs communautés d appui aux enseignants spécialisés, qui n ont généralement pas d homologue dans l école ou la région où ils travaillent. Au sein des communautés professionnelles, les enseignants coopèrent avec leurs pairs à l aide d appareils mobiles qui leur permettent également avec facilité et rapidité de poser des questions et de discuter de sujets particuliers, de partager des vidéos, des plans de cours, des exposés et autres ressources. Certaines sont hébergées sur des sites spécialisés, d autres sur des applications mobiles. D autres encore utilisent des plates-formes de réseaux sociaux très largement répandues comme Facebook, Google+ ou Twitter. Ces communautés d enseignants allient rencontres présentielles et communication numérique, comme l illustre l exemple du Teaching Biology Project en Afrique du Sud, qui organise chaque année trois ateliers de formation continue à l intention des enseignants. L atelier vise à renforcer les connaissances des enseignants en biologie évolutionniste tout en favorisant la constitution de réseaux avec les enseignants d autres écoles. Entre deux ateliers, les participants échangent des textos thématiques ou administratifs et des messages de motivation. Le projet a créé sa propre page Facebook, un compte Twitter et un profil sur Mxit, une plate-forme de médias sociaux populaire en Afrique du Sud. À intervalle régulier, les enseignants consultent sur leur téléphone mobile les ressources et les messages publiés sur ces sites. Le projet est apprécié des enseignants et montre que les technologies mobiles favorisent l entraide entre les 13---

14 enseignants appartenant à une même communauté professionnelle. Des projets semblables ont été mis en œuvre dans d autres pays. LA PLACE CENTRALE DES ENSEIGNANTS DANS L APPRENTISSAGE MOBILE On relèvera que les projets d apprentissage mobile présentés dans les documents régionaux exigent plus de compétences, et non moins, de la part des enseignants. Prenons pour exemple l initiative de vaste envergure actuellement en cours aux Philippines, Text2Teach (T2T), décrite en détail dans le document consacré à l Asie. Partie prenante d une association multisectorielle de programmes d éducation interactive et multimédias présente dans le monde entier et baptisée BridgeIT, ce programme se sert des téléphones mobiles pour aider les enseignants du primaire à planifier et à dispenser des cours intéressants et conformes aux programmes nationaux. À l aide des téléphones mobiles fournis dans le cadre du projet, les enseignants téléchargent des vidéos pédagogiques correspondant aux plans de cours recommandés. Les chefs de projet apprennent aux enseignants à utiliser les téléphones mobiles afin de sélectionner les vidéos qui les concernent dans une bibliothèque en ligne et à les projeter en classe en reliant les téléphones à des projecteurs numériques ou à des postes de télévision. Tout en aidant les enseignants à surmonter les difficultés techniques, les formateurs leur montrent également comment intégrer les vidéos à leurs cours de façon à favoriser un apprentissage fondé sur l enquête et la collaboration. Le programme privilégie non pas le savoir-faire technique mais la formation pédagogique. Les enseignants sont également encouragés à utiliser leur téléphone mobile pour communiquer avec d autres participants au programme T2T, constituant ainsi des communautés de pratique. À l aide d une plate-forme de médias sociaux, les enseignants partagent des idées, évoquent des problèmes et posent des questions sur la mise en œuvre du programme. T2T revêt une grande importance dans la mesure où, comme plusieurs autres projets décrits dans les documents, il reconnaît le rôle central des enseignants et s efforce de développer leurs compétences pédagogiques et curriculaires en leur montrant comment utiliser les technologies pour que l éducation en tire le plus grand profit. Ce programme n essaie pas de contourner les éducateurs en les remplaçant par des appareils numériques, pas plus qu il n utilise les technologies inutilement. Les raisons qui poussent à intégrer les technologies sont clairement définies : les vidéos contribuent à stimuler l intérêt des étudiants pour des matières spécifiques, tandis que les téléphones mobiles et les plateformes technologiques offrent aux enseignants des aides pédagogiques multimédias et pratiques. Comme il ressort d évaluations externes, le programme T2T a permis aux étudiants d obtenir de meilleurs résultats et contribué à réduire le taux d abandon scolaire. En outre, le programme a fourni des matériels d apprentissage puissants à des écoles pauvres en ressources et renforcé les compétences en TIC du corps enseignant du pays. Solidité des partenariats, soutien de la communauté et évaluation et révision régulières, T2T doit sa réussite à de nombreux facteurs, mais les auteurs des documents ont choisi de faire ressortir une qualité souvent négligée : la facilité d utilisation pour les enseignants. Trop souvent, les initiatives visant à intégrer les technologies mobiles à l éducation échouent parce que, sans le vouloir, elles compliquent la tâche des éducateurs, dont l emploi du temps est 14---

15 déjà très rempli et parfois surchargé. Les enseignants voient souvent dans les stratégies de développement de l apprentissage mobile «une chose de plus à faire», plutôt qu un outil destiné à leur faciliter la vie. T2T suit une approche toute différente. Chaque vidéo est complétée par une proposition de plan de cours, ce qui réduit la charge de travail des enseignants et, selon le document, leur permet de consacrer plus de temps à leur famille. De sa conception à sa mise en œuvre sur le terrain, le projet cherche à rendre les enseignants plus efficaces mais aussi à alléger leur charge de travail, et non l inverse. Les enseignants indiquent que T2T leur convient car il contribue, dans une certaine mesure, à simplifier un métier difficile. Il ressort de tous les documents régionaux que la plupart des projets de développement de l apprentissage mobile ne prennent pas suffisamment la peine de former les enseignants aux technologies mobiles dans le but d améliorer leur travail auprès des étudiants. La recherche montre très clairement que, faute d interventions pertinentes, les enseignants utiliseront le plus souvent les technologies mobiles pour «faire du vieux avec du neuf» au lieu de modifier en profondeur leurs méthodes pédagogiques. Le document relatif à l Amérique latine illustre très clairement cette difficulté et estime que l enseignant doit être au centre de toute initiative de développement de l apprentissage mobile : Si les ressources numériques sont une composante majeure de l apprentissage mobile, elles n en sont pas la seule, loin s en faut ; les programmes ne seront efficaces qu à condition de définir des stratégies pédagogiques axées sur l utilisation de ces ressources. Quelle que soit la technologie utilisée, dans le contexte scolaire, c est l enseignant qui favorise l apprentissage. L enseignant n est pas simplement un individu qui fournit des ressources aux élèves et qui les guide du début à la fin d une séquence d activités prédéfinies. Les enseignants modifient et adaptent en permanence les activités d apprentissage afin de répondre aux besoins de chacun de leurs élèves. Ils s appuient sur ce qu ils savent des étudiants, de leurs centres d intérêts à leur milieu d origine, pour rendre leurs cours plus stimulants ; ils effectuent continuellement des évaluations, formelles et informelles, pour déterminer le niveau de connaissances de leurs élèves ainsi que les compétences et les connaissances qu ils devront renforcer ; ils anticipent les erreurs et les difficultés les plus communes et cherchent les meilleures solutions pour les surmonter ; enfin, ils évaluent les progrès et l apprentissage des étudiants à l échelle de l individu et de la classe. Bref, l enseignant est essentiel au processus d apprentissage. Or, peut-être plus intéressés par les technologies que par l éducation, les concepteurs de projets d apprentissage mobile ont souvent tendance à négliger l importance des enseignants. Pour que les choses soient bien claires, le document relatif à l Amérique latine fait une comparaison détaillée entre deux grandes initiatives actuellement en cours dans la région : BridgeIT et EMIA-SMILE (Entorno Móvil Interactivo de Aprendizaje, environnement d'apprentissage mobile et interactif, inspiré du Stanford Mobile Inquiry-based Learning Environment (SMILE), ou environnement d'apprentissage mobile fondé sur l'enquête de Stanford). Bien que visant l une et l autre à renforcer l enseignement et l apprentissage, ces deux initiatives emploient deux approches radicalement différentes. BridgeIT, très semblable au programme T2T décrit ci-dessus, consacre des ressources importantes à la formation, pour aider les enseignants à planifier des cours interactifs et centrés sur l étudiant. Des appareils mobiles, qui permettent d accéder à une vidéothèque consacrée aux matières au programme, sont fournis aux enseignants. À l inverse, EMIA-SMILE, programme conçu par le professeur Paul Kim à l Université de Stanford, distribue des appareils mobiles à de petits groupes d étudiants afin de favoriser un apprentissage en classe fondé sur la collaboration et l enquête. Le projet EMIA-SMILE s appuie moins sur les enseignants et, à la différence de BridgeIT, son budget de formation des enseignants n est pas considérable. Au lieu de quoi, la pédagogie est 15---

16 directement intégrée aux appareils mobiles. Les étudiants suivent pas à pas les instructions du logiciel qui, en ce sens, favorise un apprentissage «sans enseignant». Les auteurs du document sur l Amérique latine ne semblent pas persuadés de la réussite d un projet dans lequel ce n est pas l instructeur qui est aux commandes de l enseignement. EMIA-SMILE ne semble pas avoir défini de stratégie claire sur la nécessité de donner une formation permanente aux enseignants qui font l expérience de l apprentissage fondé sur l enquête. Le projet produirait sans doute des résultats plus bénéfiques si, au lieu de laisser au seul logiciel le soin de transformer les méthodes d enseignement, il déployait davantage d efforts pour former les enseignants à des principes et à des méthodes spécifiques. Le document reconnaît toutefois sans tergiverser qu il est difficile de faire évoluer la pratique des enseignants. Les évaluations externes en Amérique latine révèlent ainsi que le programme BridgeIT n est pas vraiment parvenu à améliorer l instruction. Comme l indique un audit du projet, les enseignants ont généralement utilisé les plans de cours et les vidéos mais ont continué à enseigner sans rien changer à leurs pratiques, sans parvenir à améliorer les interactions et la participation des étudiants grâce aux méthodes présentées lors des séminaires de formation. Quoi qu il en soit, tous les cinq documents régionaux soutiennent que pour assurer le succès des initiatives en faveur des TIC, y compris des projets d apprentissage mobile, il est absolument nécessaire de doter les enseignants d un cadre pédagogique pour leur apprendre à utiliser les ressources et les technologies nouvelles. L UNESCO et d autres organisations ont publié dans divers documents des propositions claires pour aider les responsables politiques à renforcer les compétences en TIC du corps enseignant. C est à cette fin que l Organisation a publié en 2011 le Cadre de compétences en TIC destiné aux enseignants. Afin de permettre aux enseignants d aider les étudiants à tirer parti des technologies pour renforcer leur apprentissage, la première étape, indispensable, consiste à leur apprendre à utiliser ces technologies. Les enquêtes montrent que les enseignants sont avides de formations professionnelles de ce type. De fait, dans une économie mondiale qui attache le plus grand prix à la maîtrise des technologies numériques et à la capacité d utiliser ces technologies pour trier, filtrer, organiser et utiliser l information, les enseignants comme les étudiants devront nécessairement, pour parfaire leur éducation et approfondir leurs connaissances, acquérir le savoir-faire qui leur permettra de piloter un large éventail de TIC et plus particulièrement, si les tendances actuelles se confirment, les appareils mobiles. L APPRENTISSAGE MOBILE FAVORISE LA SÉCURITÉ DES ÉTUDIANTS EN LIGNE ET AILLEURS La sécurité en ligne est l un des arguments invoqués pour interdire les technologies mobiles à l école. Mais le fait est que les appareils mobiles sont si puissants et si facilement accessibles qu indépendamment de la position de l école, les étudiants vont de toute façon les utiliser. Les enseignants sont bien placés pour aider les étudiants à apprendre à naviguer de façon responsable dans les contenus accessibles à partir des smartphones ou autres appareils similaires. Et si les enseignants n abordent pas ces questions, qui le fera? Les appareils mobiles sont aujourd hui un élément incontournable de la vie moderne. Les enseignants doivent donc discuter avec leurs étudiants de la façon d utiliser les technologies mobiles à des fins éducatives et en toute sécurité

17 On trouvera dans la Série plusieurs exemples de cas où l utilisation des téléphones mobiles a renforcé la sécurité des étudiants. Le document sur l Amérique du Nord explique ainsi que la Virginia Tech, Université de la côte est des États-Unis, a conçu un système d alerte par texto après la fusillade de 2007 sur le campus, au cours de laquelle un étudiant avait tué 32 personnes. Ce système a été utilisé en 2011 lorsqu un étudiant venu d une université voisine a pénétré sur le campus de la Virgina Tech et abattu un officier de police. En l espace de quelques minutes, l université a envoyé des messages d alerte aux étudiants et aux professeurs qui, pendant les heures qui ont suivi, ont été tenus informés à intervalle régulier. Il s agit bien sûr d un cas extrême, mais il illustre malgré tout comment la communication instantanée contribue à protéger les étudiants. Les autres exemples sont plus banals : dans le monde entier, les écoles préviennent par texto les parents de l absence de leurs enfants ou les alertent en cas d une situation potentiellement dangereuse. Les téléphones mobiles sont également employés pour informer les jeunes des pratiques sexuelles sans risque et des dangers liés aux drogues. Les appareils mobiles sont des moyens d information d autant plus efficaces pour ce genre de messages qu ils appartiennent habituellement à une seule personne ; ainsi, un étudiant pourra lire des informations sur une question délicate sur le plan culturel ou social sans que les autres sachent ce qu il est en train de faire. Certaines organisations de développement mettent ainsi en place des mesures pour inciter les gens à mieux s informer au sujet de maladies comme le SIDA. Les organisateurs d un projet pourront, sans grande difficulté, créditer de quelques minutes le compte mobile d un usager si ce dernier lit un court message d information et répond correctement à quelques questions visant à évaluer sa compréhension. Ces exemples montrent donc que, loin de constituer une menace pour les étudiants, les téléphones mobiles peuvent contribuer à atténuer les risques, moyennant une action soigneusement planifiée. IL EST INDISPENSABLE D AMÉLIORER LES CONTENUS ÉDUCATIFS, LES PLATES- FORMES LOGICIELLES ET LES MODÈLES PÉDAGOGIQUES Bien que les documents régionaux décrivent diverses tentatives novatrices visant à renforcer le contenu éducatif des appareils mobiles, ce processus n en est qu à ses débuts. De toute évidence, les contenus mobiles restent assez rudimentaires : les logiciels proposent aux étudiants des supports visuels numériques et des jeux assez simples ayant une visée éducative, mais rien de plus. Dans une certaine mesure, c est compréhensible : le contenu est limité par l appareil qui permet d y accéder et, pour l essentiel, les contenus actuellement accessibles ont été conçus pour être utilisés à partir d appareils plus anciens. De façon générale, les logiciels n ont pas évolué au même rythme que le matériel informatique. À quelques exceptions près, les applications et programmes éducatifs n exploitent pas encore l énorme potentiel qu offrent les appareils mobiles les plus récents, qu il s agisse par exemple d adapter l apprentissage au lieu géographique ou d inciter les étudiants à utiliser la caméra intégrée à leur smartphone pour collecter des données. Les contenus privilégient le plus souvent les matières et les concepts qui sont enseignés de manière linéaire, universelle. Ainsi, nombreuses sont les applications destinées à faciliter l apprentissage des mathématiques, de l anglais ou encore, à un moindre degré, des sciences, mais les sciences sociales ou humaines ont nettement moins de succès. En termes de pédagogie, le modèle d apprentissage le plus 17---

18 fréquent consiste en une brève explication suivie généralement de nombreux exercices de mémorisation. Certes, il y a là une certaine mesure d interactivité, mais en réalité, le logiciel ne fait qu indiquer à l étudiant s il a bien répondu à une question, puis il sélectionne une nouvelle question en fonction du résultat obtenu. Nous n en sommes qu à un début, certes, mais étant donné que l accès aux appareils très puissants se généralise, il est indispensable que les logiciels exploitent un plus large éventail de fonctionnalités afin que l apprentissage devienne plus interactif, intéressant et créatif. Enfin, pour l essentiel, les contenus éducatifs accessibles sur les appareils mobiles sont figés, autrement dit, les enseignants n ont pas la possibilité de concevoir ou d adapter les modules d apprentissage en fonction des besoins de leurs étudiants. Le modèle le plus répandu aujourd hui est comparable aux manuels scolaires classiques : le contenu est le même pour tout le monde. Pour résumer, en dépit de la grande richesse de l environnement technologique de l apprentissage mobile, les contenus accessibles restent limités, pas tant du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif. De toute évidence, les fournisseurs de contenu n ont pas encore exploité toutes les richesses d une plate-forme éducative numérique vraiment mobile. Rien d étonnant à cela sans doute, l apprentissage mobile étant encore un phénomène relativement nouveau. Il a fallu des années pour que les journaux télévisés se débarrassent des normes et des conventions de la presse écrite ; de même, il faudra attendre encore quelques temps pour que l apprentissage mobile s épanouisse pleinement et trouve le support qui lui convient le mieux. Il ne faut pas croire pour autant que les approches novatrices n existent pas. Les documents réunis dans la Série décrivent des contenus mobiles qui n ont plus rien à voir avec des modèles d apprentissage vieux de plusieurs siècles. En Amérique du Nord par exemple, des efforts considérables sont déployés pour «inverser» les classes : les étudiants visionnent sur des appareils mobiles ou des ordinateurs des cours sur vidéos qu ils peuvent arrêter ou repasser chez eux autant de fois que nécessaire. Ensuite, à l école, ils appliquent les informations tirées des conférences, par exemple en cherchant la solution à un ensemble de problèmes pendant un cours de mathématiques. Le travail à la maison devient le travail à l école, et vice versa, d où l idée de «classe inversée». Beaucoup d écoles ont adopté ce modèle car il aide les étudiants à s ouvrir aux connaissances au moyen d un large éventail de médias texte, vidéo et sites Web interactifs, entre autres et les fait bénéficier de l appui de l enseignant au moment où ils en ont le plus besoin, c est-à-dire pour appliquer les connaissances. Parce qu ils accompagnent les étudiants à l école et presque partout ailleurs, les appareils mobiles constituent une passerelle idéale entre l apprentissage à l école et hors de l école. La «classe inversée» constitue sans doute l initiative la plus ambitieuse à ce jour pour tirer parti des possibilités qu offrent les technologies mobiles. Beaucoup de projets d apprentissage mobile considèrent l utilisateur final comme un individu travaillant de façon relativement isolée, ce qui a incité les documents régionaux à décrire les initiatives qui font voler ce schéma traditionnel en éclats, soit en envisageant l enseignant comme l utilisateur principal soit en mettant l accent sur de petits groupes d étudiants travaillant de manière collective. BridgeIT, un projet qui associe les partenaires des technologies et de l éducation dans le monde entier, cible les enseignants plutôt que les étudiants. L objectif consiste ici à renforcer l apprentissage de l étudiant en fournissant à l enseignant des contenus stimulants et en les incitant à adapter leurs méthodes d enseignement afin de favoriser l apprentissage fondé sur la collaboration et l enquête. En ce sens, BridgeIT est un programme d apprentissage mobile qui met l accent sur la formation des enseignants. EMIA-SMILE et Eduinnova, deux projets en cours en Amérique latine, remettent en cause le modèle du 1:1 (un appareil par étudiant), en considérant les technologies mobiles 18---

19 comme un outil destiné à faciliter et à rationaliser le travail d un groupe d apprenants. Dans chacun de ces programmes, de petits groupes d étudiants se partagent un appareil mobile, soit pour poser des questions soit pour y répondre. Les méthodes sont toutefois quelque peu différentes : comme l expliquent les auteurs du document sur l Amérique latine, EMIA-SMILE privilégie l apprentissage fondé sur l enquête, en demandant aux étudiants de formuler euxmêmes des questions sur un sujet précis. En revanche, Eduinnova accorde une grande importance à l apprentissage collaboratif et incite les étudiants à répondre avec l aide de leurs pairs aux questions posées par l enseignant. On notera avec intérêt qu Eduinnova utilisait au départ des téléphones mobiles avant d opter pour les netbooks, moins onéreux que des smartphones. Ce qu il faut retenir ici, c est que lorsque les stratégies d éducation font leurs preuves, la technologie utilisée importe peu. Ce qui compte, c est l apprentissage, la pédagogie, la méthode et, bien sûr, le coût ; l appareil, aussi puissant soit-il, n est qu un outil qui permet de renforcer la compréhension et la productivité de l étudiant. D autres projets, comme ViDHaC2 (Videojuegos para el Desarrollo de Habilidades en Ciencia a través de Celulares, ou jeux vidéos pour le renforcement des compétences scientifiques grâce aux téléphones mobiles), au Chili, font œuvre de pionnier en offrant aux enseignants la possibilité d'adapter aux téléphones mobiles des jeux vidéos ayant des visées scientifiques. Espérons que ces approches se généraliseront. Parce qu'ils sont proches de leurs élèves et qu'ils connaissent leurs besoins particuliers, les enseignants devraient pouvoir adapter les contenus mobiles pour qu'ils viennent compléter leur travail et que les étudiants en tirent le plus grand profit. Le défi est technique tout autant que pédagogique : sur le plan technique, les appareils mobiles sont généralement difficiles à programmer. Il incombe donc aux concepteurs de faciliter la tâche des éducateurs et de leur permettre d'adapter les contenus numériques sans devoir utiliser un code dans des langages de balisage comme HTML (HyperText Markup Language). Les plates-formes de gestion de l apprentissage comme Moodle ont déjà fait beaucoup de progrès. Il y a quelques années seulement, Moodle n avait d intérêt qu aux yeux d enseignants férus d informatique que ne rebutait pas la complexité des menus permettant de télécharger des fichiers et d évaluer le travail des élèves. Peu à peu, cependant, le logiciel libre est devenu plus convivial et, aujourd hui, les enseignants dotés de compétences moyennes en informatique le trouvent utile et facile à utiliser. Les technologies de Google Maps permettent aux usagers de s approprier des cartes à des fins spécifiques. Au lieu d un système fermé, d une solution unique, Google Maps s apparente davantage à une toile blanche, que les utilisateurs s approprient à leur guise. Le contenu éducatif destiné aux téléphones mobiles devrait donner les mêmes possibilités aux enseignants. Les documents décrivent un autre projet prometteur : Apps for Good. Lancé au Royaume-Uni, Apps for Good est une classe spéciale où les étudiants apprennent à concevoir et à construire des applications mobiles afin de résoudre des problèmes de la vie de tous les jours. Les instructeurs prennent soin de placer les technologies en arrière-plan. Au début du cours, les étudiants commencent non pas par explorer les fonctionnalités dernier cri des technologies mobiles mais par décrire en détail quelque chose qui ne marche pas dans le monde qui les entoure. On leur explique ensuite le fonctionnement des applications mobiles et, graduellement, ils conçoivent et construisent une application pour apporter des solutions à ce problème. Ainsi, pendant les cours Apps for Good, les étudiants ne se contentent pas d utiliser les logiciels mobiles : ils les construisent. Certes, les étudiants enrichissent ainsi leurs compétences technologiques mais, en même temps, ils affinent ainsi les jugements qu ils seront amenés à porter sur l utilité d autres applications, créées par des professionnels. De même qu ils seront plus sensibles au talent littéraire de Shakespeare s ils écrivent eux-mêmes 19---

20 des pièces de théâtre, les étudiants seront mieux équipés pour observer la fonctionnalité et la conception des applications commerciales s ils en créent eux-mêmes. Cette compétence revêt peu à peu une importance vitale. Éditorialiste au New York Times, Thomas Friedman, qui a beaucoup écrit sur la mondialisation, a récemment annoncé que «le monde n est plus connecté, il est hyperconnecté», en raison de l essor des technologies sans fil à haut débit, de l Internet à haut débit, des smartphones, de Facebook et autres médias sociaux, et du Cloud computing. Les applications mobiles sont peu à peu devenues les outils que nous utilisons le plus pour naviguer dans ce monde hyperconnecté et surfer sur l immensité des océans de l information. L évaluation critique et l utilisation optimale des logiciels mobiles, ou parfois même leur création, n est plus aujourd hui une compétence spécialisée, c est une question de survie. Comme le montrent clairement tous les documents qui composent la Série, les logiciels et les initiatives d apprentissage mobile les plus efficaces sont davantage centrés sur les besoins éducatifs que sur les possibilités techniques. Les projets marchent lorsqu ils s attaquent aux difficultés particulières rencontrées par des enseignants et des étudiants, ils échouent lorsqu ils ne sont qu une vitrine technologique. Ainsi, en Finlande, Presemo s est imposé parce qu il s efforce d aider les enseignants à dispenser des cours-séminaires devant des classes nombreuses pour promouvoir la participation active et les interactions entre étudiants. Grâce au logiciel, l enseignant pose des questions à des groupes d étudiants et réunit les réponses en temps réel. Le programme est conçu de telle sorte que l enseignant peut examiner et évaluer une grande quantité d informations en provenance des étudiants tout en poursuivant son cours au même rythme et sans interruption. Au Mali, le programme Road to Reading répond à un autre problème éducatif concret, quoique très différent. Le projet consiste à fournir des plans de cours intéressants aux enseignants travaillant dans des contextes pauvres en ressources. Des exemples de plans de cours sont publiés sur une page Web facilement accessible depuis des appareils mobiles connectés à Internet. Bien que les plans de cours soient produits à l extérieur, le projet envoie des textos aux enseignants pour recueillir leurs réactions afin de mieux adapter ensuite les cours au contexte local. Dans chacun de ces exemples, les projets ont recours aux technologies mobiles non pas parce qu elles existent mais parce qu elles offrent aux enseignants des solutions pratiques en réponse à leurs besoins immédiats

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Microsoft Office Specialist

Microsoft Office Specialist Microsoft Office Specialist http://www.microsoft.com/france/formation/cert/office Contactez-nous par e-mail : infomos@microsoft.com 2005 Microsoft Corporation. Tous droits réservés. Microsoft, le logo

Plus en détail

90 ans au service de l'excellence en éducation!

90 ans au service de l'excellence en éducation! Genève, le 19 janvier 2015 Original : anglais 90 ans au service de l'excellence en éducation! SOIXANTE-QUATRIÈME SESSION DU CONSEIL DU BUREAU INTERNATIONAL D ÉDUCATION Genève, 28 30 janvier 2015 VISIBILITÉ

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Termes de références pour la réalisation de l action :

Termes de références pour la réalisation de l action : REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE JENDOUBA Institut Supérieur des Sciences Humaines de Jendouba PAQ2012-QE Prêt 7392-TN Projet: APPUI

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Document d orientation GESTION DU PERSONNEL GESTION D UNE ÉQUIPE DE VENTE

Document d orientation GESTION DU PERSONNEL GESTION D UNE ÉQUIPE DE VENTE Document d orientation GESTION DU PERSONNEL GESTION D UNE ÉQUIPE DE VENTE Mise à jour: février 2015 Document d orientation Bienvenue aux cours de Gestion du personnel et Gestion d une équipe de vente Le

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs. Septembre 2014

CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs. Septembre 2014 CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs Septembre 2014 0 Les élèves du secondaire qui ont répondu aux exigences pour l obtention de crédits de

Plus en détail

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes Les gens Les partenariats Le savoir Compétences en milieu de travail Compétences essentielles Sondage sur le lieu de travail Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

REMIND et LA COMMUNICATION MOBILE SCOLAIRE

REMIND et LA COMMUNICATION MOBILE SCOLAIRE REMIND et LA COMMUNICATION MOBILE SCOLAIRE 02 03 04 05 Le lien entre la maison et l école Cinq étapes pour commencer à utiliser Remind Conseils pratiques pour favoriser l inscription des élèves et des

Plus en détail

L occasion d innover. L innovation

L occasion d innover. L innovation Le site nool.ca Un soutien à l égard des aptitudes à écrire et en mathématiques offert par l intermédiaire d Internet aux étudiantes et étudiants de première année de l Institut universitaire de technologie

Plus en détail

Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés

Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés Hosted by WIPO 2014 Accessible Books Consortium Bringing books to persons with print disabilities Imaginez

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage Travail d équipe et gestion des L informatique en nuage BAR Octobre 2013 Présentation Au cours des études collégiales et universitaires, le travail d équipe est une réalité presque omniprésente. Les enseignants

Plus en détail

DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA

DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA BOURSE DE RECHERCHE DE L HÉRITAGE DE LA RECHERCHE ORTHOPÉDIQUE AU CANADA (HROC) Les candidatures doivent être soumises par voie électronique, en format PDF,

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en coaching : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur, 1.

Plus en détail

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion française É VALUATION DE R EADING, DE LA LECTURE ET

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 7 IGC CE/13/7.IGC/INF.4 Paris, 15 novembre 2013 Original : anglais COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Septième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 26/03/2014 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d administrateurs en audit qualité interne Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard

Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard Au cours de ses études en école primaire, votre enfant sera soumis à des tests standardisés en lecture de l anglais et en mathématiques.

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en team building : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

A S S O C I A T I O N S A L V A D O R I E N E D E S P R O F E S S E U R S D E F R A N Ç A I S. Responsabilités :

A S S O C I A T I O N S A L V A D O R I E N E D E S P R O F E S S E U R S D E F R A N Ç A I S. Responsabilités : A S S O C I A T I O N S A L V A D O R I E N E D E S P R O F E S S E U R S D E F R A N Ç A I S P R O J E T F O N D D I N N O V A T I O N P É D A G O G I Q U E - 2012 «Formation didactique, pédagogique et

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Centre de Formation Juridique

Centre de Formation Juridique Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 98 % de réussite* STAGE DE PRÉ-RENTRÉE NANTES Réservé aux étudiants de 1 ère année de Nantes Découvrez notre offre de Formation

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Projet Informa TIC. Un espace numérique réel (matériel informatique) et virtuel (site internet) pour diffuser, échanger, construire, imaginer

Projet Informa TIC. Un espace numérique réel (matériel informatique) et virtuel (site internet) pour diffuser, échanger, construire, imaginer Projet Informa TIC Un espace numérique réel (matériel informatique) et virtuel (site internet) pour diffuser, échanger, construire, imaginer Informa TIC Technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS)

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Une plate-forme d'écriture coopérative en ligne pour l'apprentissage des langues Description de projet Mise à jour le 29 novembre 2006 Coordinateur:

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

PROCEDURE DE DESIGNATION

PROCEDURE DE DESIGNATION PROCEDURE DE DESIGNATION Appel à candidatures de 2015 1. À travers le programme des villes créatives, l UNESCO reconnaît l engagement manifeste des villes pour mettre la créativité au centre de leurs stratégies

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Participer à l activité en ligne d un groupe Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Coopération et collaboration Travail coopératif : la tâche est divisée

Plus en détail