Óibp=j qfbop= ar=pb`qbro= ar=`ljjbo`b=ab=a q^fi= bq=ab=i^=afpqof_rqflkó ibp=o c obkqfbip=abp=j qfbop=`^aobp

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Óibp=j qfbop= ar=pb`qbro= ar=`ljjbo`b=ab=a q^fi= bq=ab=i^=afpqof_rqflkó ibp=o c obkqfbip=abp=j qfbop=`^aobp"

Transcription

1 Óibp=j qfbop= ar=pb`qbro= ar=`ljjbo`b=ab=a q^fi= bq=ab=i^=afpqof_rqflkó ibp=o c obkqfbip=abp=j qfbop=`^aobp

2 Les Référentiels des métiers cadres sont une publication de l Apec. Les Référentiels des métiers cadres sont des outils destinés aux étudiants, aux cadres et aux acteurs des ressources humaines. Ils permettent : - de mieux connaître et faire connaître les métiers cadres d une fonction, d un secteur ou d un domaine en évolution au moyen de fiches-métiers, - d identifier les entreprises où s exercent ces métiers, - de fournir des informations pratiques permettant au lecteur d aller plus loin dans la recherche d un emploi ou pour pourvoir un poste. Ils sont réalisés à partir de l analyse : - des offres d emplois confiées à l Apec et parues sur Internet, - d interviews de recruteurs, de DRH, de responsables opérationnels et de cadres, - de rencontres entre professionnels. Dans la même collection : - Les métiers de l immobilier - Les métiers de la logistique et du transport - Les métiers du multimédia - Les métiers de l environnement - Les métiers de la finance et de la comptabilité - Les métiers des fonctions commerciale et marketing - Les métiers de l agroalimentaire - Les métiers de l assurance - Les métiers des ressources humaines - Les métiers des télécoms - Les métiers de l informatique - Les métiers de la fonction achats - Les métiers de la fonction études, recherche et développement - Les métiers du secteur sanitaire, social et médico-social - Les métiers de la fonction production industrielle - Les métiers de la fonction communication - Les métiers du secteur de l énergie - Les métiers du secteur de la construction Les métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution Cet ouvrage est créé à l initiative de l Apec, Association pour l Emploi des Cadres, régie par la loi du 1 er juillet Il s agit d une œuvre collective s inscrivant dans le contexte contractuel d un accord de partenariat avec l Observatoire prospectif du commerce du FORCO, OPCA du Commerce et de la Distribution, l Apec en a la qualité d auteur. L Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (MEDEF, CFDT Cadres, CFE-CGC, UCI-FO, UGICA-CFTC, UGICT-CGT). Au service de l analyse des évolutions de l emploi et des compétences, l Observatoire prospectif du commerce réalise des outils pour mettre à disposition un ensemble de ressources et d informations sur l emploi, les métiers et la formation tels que des panoramas de branche, des cartographies des métiers spécifiques des branches, des études sur l insertion professionnelle des jeunes et d autres études spécifiques (www.opcommerce.org). Toute reproduction totale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sans l autorisation expresse et conjointe de l Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L et L du Code de la propriété intellectuelle). Ont participé à son élaboration : Au Département Études et Recherche de l Apec : Brigitte Bos, manager du pôle études Sylvie Delattre, responsable des études métiers May Cha, chargée d études Et au Cabinet GESTE : Marie-Agnès Bonnefoy Martine Leygues Philippe Passemard Mars 2011

3 Óibp=j qfbop= ar=pb`qbro= ar=`ljjbo`b=ab=a q^fi= bq=ab=i^=afpqof_rqflkó abp=j qfbop=bk=a sbilmmbjbkqi=rk=alj^fkb=è=a `lrsofo ibp=o c obkqfbip=abp=j qfbop=`^aobp «=^ééå=j=o Ñ êéååáéä=çéë=ã íáéêë=å~çêéë=çì=ëéåíéìê=çì=åçããéêåé=çé=ç í~áä=éí=çé=ä~=çáëíêáäìíáçå N

4 SOMMAIRE INTRODUCTION ENTREPRISES ET CADRES DU SECTEUR DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE LA DISTRIBUTION Les acteurs du secteur du commerce de détail et de la distribution p. 9 Les évolutions du secteur et de ses métiers cadres p. 16 LES FICHES MÉTIERS Les cartographies p. 29 Les métiers par famille p. 30 Les métiers par durée d expérience p. 31 Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution Commercial p. 33 N 1 Directeur de magasin p. 35 N 2 Responsable de magasin p. 43 N 3 Responsable de département p. 49 N 4 Responsable de réseau p. 57 N 5 Directeur régional p. 63 N 6 Manager de rayon fabrication alimentaire/frais p. 69 N 7 Manager de rayon non alimentaire ou alimentaire sec p. 75 N 8 Responsable de secteur caisse p. 81 N 9 Directeur e-commerce p. 87 N 10 Responsable de développement p. 95 N 11 Responsable de développement de franchise p. 101 N 12 Directeur de centre de relation client p. 107 Achats et Marketing p. 113 N 13 Acheteur distribution p. 115 N 14 Category manager p. 121 N 15 Styliste p. 127 N 16 Visual merchandiser p. 133 N 17 Responsable merchandising p. 139 Environnement p. 145 N 18 Responsable de développement durable p. 147 Sécurité p. 153 N 19 Responsable sécurité magasin p. 155 Logistique p. 161 N 20 Responsable logistique magasin p Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

5 POUR ALLER PLUS LOIN Associations et fédérations professionnelles p. 171 Fédérations professionnelles p. 173 Etablissements de formation p. 174 Publications p. 177 Sites Internet p. 179 ANNEXES Abréviations et sigles p. 182 Lexique p. 183 Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 3

6

7 INTRODUCTION Si les premiers grands magasins, avec la création du Bon Marché et les ouvertures des épiceries Felix Potin, datent en France de la seconde moitié du XIX e siècle, le concept de grande distribution, au sens contemporain (vente de produits de détail de tous types par des réseaux de magasins à un client final), est une activité économique beaucoup plus récente. Les grands groupes de la distribution d envergure mondiale, dont plusieurs groupes français, n ont guère plus de cinquante ans. Pendant les décennies de hausse rapide du pouvoir d achat, avec un accès massif à la consommation, la distribution a connu une croissance remarquable, en sachant saisir et valoriser toutes les opportunités pour améliorer de façon constante sa rentabilité. On a ainsi assisté à la transformation profonde des techniques de gestion et de logistique, l informatisation de l encaissement, la création des marques de distributeurs et des magasins discount, les stratégies de fidélisation de la clientèle, les tentatives de diversification dans les services Toutefois l essor de la distribution en magasin connaît un ralentissement depuis plusieurs années déjà. Dans un contexte de moindre progression du pouvoir d achat, certains facteurs concourent à cette décélération : l essor du e-commerce, surtout pour les biens non alimentaires, l évolution des comportements d achat des consommateurs qui tendent à privilégier les achats d équipement électronique (téléphonie mobile, multimedia, ordinateurs ) et les services associés au détriment des achats de produits de consommation traditionnels. Pour relever ces défis, la distribution s engage dans des stratégies d innovation et évolue, en prenant en compte de nouvelles obligations, notamment celles relatives au développement durable. Elle implante également des magasins de proximité de plus petite taille dans les centres villes qui répondent mieux aux besoins des consommateurs d aujourd hui. La distribution offre de véritables opportunités professionnelles : des postes motivants aux jeunes diplômés (ou non), un accompagnement aux plus compétents et aux plus dynamiques d entre eux, via de véritables parcours de promotion dans l entreprise. Le référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution propose une série de 20 fiches métiers qui s articulent autour de 5 grandes familles (commercial, achats et marketing, environnement, sécurité, logistique) ; certains métiers liés à la distribution ayant été déjà décrits dans d autres référentiels métiers (commercial/marketing, achats, logistique et transport), il conviendra de s y reporter. Cette étude permettra aux jeunes diplômés, aux cadres et aux acteurs des ressources humaines de découvrir la diversité des débouchés de ce secteur, y compris à l international. Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 5

8

9 Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution ENTREPRISES ET CADRES DU SECTEUR DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE LA DISTRIBUTION

10 Activitét s types d un magasin Source : FCD (Fédération des Entreprises du Commerce et de la Distribution), Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

11 LES ACTEURS DU SECTEUR DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE LA DISTRIBUTION La grande distribution généraliste et spécialisée regroupe les magasins du commerce de détail ou points de vente, organisés en réseau et dotés d une enseigne commune. N appartiennent pas à ce champ d activité le commerce de gros et la gestion des entrepôts. Pour que la dénomination de grande distribution soit attribuée à un groupement de magasins, celui-ci doit comprendre au moins cinq à dix points de vente. Cette forme de commerce de détail ne couvre donc pas a priori les magasins indépendants «purs» ou isolés qui ne sont affiliés à aucun réseau. Cependant, dans un sens plus large, certains secteurs d activité peuvent également intégrer dans le champ de la grande distribution des commerces indépendants de surface importante (par exemple, les grands magasins du commerce spécialisé en bricolage se distinguent de la quincaillerie par le seuil de 400 m 2 pour un point de vente). De tailles très diverses, les points de vente de la grande distribution peuvent être soit à prédominance alimentaire (communément appelés les grandes surfaces), soit spécialisés sur un des multiples secteurs d activité du commerce de détail tels que l équipement du foyer ou de la personne, l habillement, les chaussures, la culture, les loisirs et le sport, la parapharmacie, l optique Font également partie de la grande distribution les grands magasins et les magasins multi-commerces (ex les magasins populaires), non spécialisés, qui offrent un plus large assortiment de produits. Dans les magasins dits de grande distribution, la vente des produits est en général en libre service, mais aussi parfois en libre service assisté. Selon la gamme de produits vendus, du conseil et des prestations de service peuvent y être associés. Enfin, la grande distribution, généraliste et spécialisée, peut aussi être une activité hors magasin ou hors surface de vente «physique». Il s agit alors de la vente à distance (VAD), autrefois appelée vente par correspondance (VPC), et du commerce sur Internet ou e-commerce. UN SECTEUR RÉGLEMENTÉ La liberté d entreprendre pour le commerce et l industrie a été proclamée dès 1791, mais celle-ci n est toutefois pas illimitée. Plusieurs lois (dont les lois Royer en 1973 et Raffarin en 1996) ont ainsi eu pour objectif d encadrer le développement de la grande distribution, dont l essor rapide entraînait la disparition des petits commerçants de centre ville. Ces lois réglementaient l attribution des autorisations de création de commerces en fonction de leur surface. Elles n ont toutefois pas eu l effet escompté, le ralentissement de la progression du parc des grandes surfaces étant surtout lié à la saturation de l espace commercial. La Loi de modernisation de l économie (LME) du 4 août 2008 a modifié profondément le dispositif d autorisation d exploitation commerciale et entraîné des évolutions sur lesquelles nous reviendrons (cf. p 16). Au-delà des réglementations relatives à l implantation des magasins, de nombreuses autres règles s appliquent aussi à la grande distribution tout en ne lui étant pas spécifiques : celles afférentes aux ventes en liquidation, aux périodes de soldes, aux horaires d ouverture et de fermeture des commerces (récemment modifiés pour le dimanche dans certaines zones dites touristiques). Par ailleurs, un certain nombre d autres règles régissent également ce secteur, notamment les règles d hygiène et de sécurité (qualité sanitaire des produits alimentaires, conservation de la chaîne du froid, bonnes pratiques d hygiène ) qui ont, entre autres, pour conséquence le développement des activités liées à la traçabilité des produits. DES MODES D ORGANISATION DIVERSIFIÉS Les deux principales formes d organisation de la grande distribution sont : le commerce intégré ou succursaliste, contrôlé juridiquement ou financièrement par une entreprise dite «tête de réseau» qui pilote le développement du réseau. le commerce indépendant organisé (qui s oppose au commerce indépendant isolé) qui recouvre le commerce associé (ou groupement) et la franchise ; la relation avec l entreprise «tête de réseau» est alors contractuelle (par exemple contrat de franchise, contrat d adhésion à une enseigne ). Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 9

12 Un même réseau de distribution combine souvent plusieurs formes d organisation, par exemple des succursales et des franchises. D autres types d organisation existent également, comme les licences de marques, les concessions, les affiliations à une centrale d achats Par ailleurs, le commerce indépendant «isolé» s oppose au commerce intégré et au commerce indépendant organisé, quand il s agit d un point de vente détenu par un commerçant indépendant. Le commerce intégré (ou succursaliste) Le commerce indépendant organisé Le commerce indépendant «isolé» Les points de vente sont des succursales (voire des filiales) contrôlées en propre par une entreprise tête de réseau (un groupe par exemple). Les points de vente sont dirigés par des salariés du groupe. Cette forme de commerce est composée de deux formes principales : le commerce associé ou groupement qui repose sur la définition de politiques communes et la mutualisation de services, de moyens (achat de marchandises, moyens logistiques ) la franchise qui appatient à une entreprise juridiquement indépendante et qui paie des droits à un franchiseur pour bénéficier de son savoir-faire, de la notoriété de l enseigne Le commerce indépendant isolé n est affilié à aucun réseau. Il est le plus souvent sans enseigne. Sa surface de vente peut être toutefois très importante. Avec près de la moitié du chiffre d affaires du commerce en France, le poids des réseaux intégrés (ou succursalistes) est dominant en termes de chiffre d affaires. C est également le cas en nombre de points de vente, loin devant les groupements (environ moitié moins de points de vente que les succursalistes), suivis des franchisés. Toutefois, l ensemble du commerce indépendant organisé représente près du tiers du chiffre d affaires du commerce en France en Les catégories de produits vendus conditionnent souvent le mode d organisation : les succursalistes sont prépondérants dans les réseaux d habillement et de chaussures (ces derniers disposent de nombreux points de vente), les grands magasins ou encore l aménagement de l habitat, la part des groupements est importante parmi les grandes surfaces alimentaires, le secteur de l équipement de la personne le secteur alimentaire, plutôt de petite taille, compte de nombreux franchisés, enfin les succursales, groupements et concessions cohabitent dans le commerce de culture, les sports et les loisirs. La tendance de fond, aujourd hui, est à la croissance du commerce indépendant organisé auquel les têtes de réseaux, souvent des grands groupes, apportent dynamisme et modernisation au travers d une enseigne connue, d achats et de moyens logistiques compétitifs. LES COMMERCES DE LA GRANDE DISTRIBUTION Les commerces de la grande distribution sont généralement différenciés selon les types de produits qu ils vendent. C est ainsi que l on distingue habituellement d un côté le commerce de détail à prédominance alimentaire, et de l autre le commerce de détail spécialisé qui recouvre une grande diversité de secteurs. Les formats de la grande distribution, qui, par définition, ont les surfaces les plus grandes et le nombre de points de vente le plus faible, emploient une part significative des salariés du secteur et bien sûr la grande majorité des cadres. En 2009, en termes de chiffre d affaires, trois sociétés françaises figurent au palmarès des 20 premiers «champions de la distribution dans le monde» : Carrefour SA au 2 e rang (derrière Wal-Mart Stores Inc, USA et n 1 en Europe), le Groupe Auchan au 15 e rang et les Centres Distributeurs E. Leclerc au 22 e rang 2, le Groupe Casino au 26 e rang et les Mousquetaires au 27 e rang. Dans le commerce de détail, le nombre des entreprises étrangères implantées en France, hormis les entreprises du meuble ou de la mode, reste faible. On constate des situations comparables dans les autres grands pays 1. Source : FCA (Fédération des enseignes du Commerce Associé) 2. Source : Rapport Deloitte Les champions de la distribution Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

13 Les principales formes d organisation du commerce de détail et de la grande distribution Commerce de détail à prédominance alimentaire Grandes surfaces alimentaires (GSA) : hypermarchés (1 667 points de vente) et supermarchés (5 437) Maxidiscompteurs ou hard-discount (4 531) Autres formats : supérettes Magasins multi-commerces (ex-magasins populaires) (284) Grands magasins (130) Commerce de détail spécialisé (non-alimentaire et alimentaire) Culture, loisirs, sports Equipement du foyer et aménagement de l habitat (électroménager, bricolage/ameublement/équipement de la maison ) Equipement de la personne (textile/habillement /chaussures ) Autres activités du commerce spécialisé non-alimentaire de la grande distribution non alimentaire : médical (para)pharmacie optique ( points de vente pour les Grandes Surfaces Spécialisées) Alimentaire : surgelés, bio Produits culturels (livres, spectacles, voyages, hébergements ) Distribution sans surface de vente (ou Commerce hors magasin selon l INSEE) Vente à distance (1 800 entreprises) Equipement ménager Vêtements, articles de sport Produits électroniques Sources : Observatoire prospectif du Commerce (Panoramas de branche 2010) et INSEE (Comptes commerciaux de la nation 2007) (USA, Royaume-Uni, Allemagne ) où les enseignes locales sont majoritaires. La grande distribution à prédominance alimentaire Les acteurs qui opèrent sous l appellation grande distribution à prédominance alimentaire présentent des caractéristiques très diverses. Ils peuvent se différencier par la taille de leur surface de vente (de l hypermarché à la supérette), leur positionnement en termes de prix (supermarché traditionnel ou maxidiscompte par exemple), la proportion des produits alimentaires par rapport à celle des non alimentaires. Les Grandes Surfaces Alimentaires (GSA) : hypermarchés et supermarchés Avec points de vente environ, le poids des entreprises d alimentation générale de grande surface ou Grandes Surfaces Alimentaires (hypermarchés et supermarchés) est prépondérant dans la grande distribution alimentaire. Les supermarchés ont réalisé 41 % Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 11

14 Le commerce de détail non spécialisé à prédominance alimentaire Hypermarché magasin d une surface de vente égale ou supérieure à m 2, offrant un assortiment de à références et réalisant plus d un tiers de son chiffre d affaires dans la vente de produits alimentaires Supermarché Maxi-discompteur magasin d une surface de vente comprise entre 400 et m 2, offrant un assortiment de à références et réalisant plus des deux tiers de son chiffre d affaires dans la vente de produits alimentaires magasin de moins de m 2, offrant un assortiment limité de références en moyenne Supérette magasin d une surface de vente comprise entre 120 et 400 m 2 Nomenclature INSEE du chiffre d affaires des GSA et les hypermarchés 56 % en Près de hypermarchés (le premier a été implanté en France en 1963) représentent environ 55 % du chiffre d affaires réalisé par les GSA, mais seulement un tiers de leurs points de vente. Les principales entreprises font partie de réseaux intégrés ou de groupements du commerce organisé. Situés en périphérie des villes, avec de vastes parkings, ils proposent souvent une part significative de produits non alimentaires (petit et gros électroménager, multimédia, livres et disques, habillement, chaussures, bijouterie ). L évolution de leur parc est stagnante en raison d une saturation de l espace commercial, mais aussi de réglementations sur les autorisations d ouverture qui ont jalonné leur développement. Outre les grandes marques des entreprises de l industrie agro-alimentaire, ces magasins vendent des produits sous marque de distributeurs (MDD) dont le prix est en moyenne inférieur de 25 % à celui des grandes marques. Depuis plusieurs années, les hypermarchés ont diversifié leur offre, au-delà de leurs référencements traditionnels, en se positionnant sur l optique, la bijouterie et les services comme la billetterie, les produits d assurances, les produits touristiques, la téléphonie Avec points de vente, les supermarchés traditionnels, qui réalisent environ 40 % du chiffre d affaires des GSA, sont prédominants en nombre de points de vente. Ils vendent à la fois des produits de grandes marques et des MDD. Les réseaux d enseignes d indépendants occupent une part importante dans le parc des supermarchés traditionnels. Les maxi-discompteurs Les principaux concurrents des supermarchés sont les maxi-discompteurs (ou hard-discount) apparus au début des années 90. Ces derniers sont fréquemment des magasins de plus petite taille qui proposent un nombre réduit de références commercialisées, qui peuvent être exclusivement des MDD. Au sein de ces magasins, l agencement et la présentation des produits sont sommaires. Des magasins de proximité : les supérettes Les supérettes, magasins les plus petits en termes de surface de vente, sont généralement des franchisés qui font partie d un réseau géré par des enseignes de la grande distribution. Au-delà de l effet d image et de la notoriété de l enseigne, ils bénéficient du support de leur maison mère en matière d information sur les produits et de méthodes de gestion. Ils doivent en contrepartie prendre des engagements sur leur approvisionnement auprès de la centrale d achats ou encore sur le référencement de certains produits. Depuis quelques années, ces supérettes jouent un rôle de laboratoire pour le test de nouvelles formules innovantes, telles des supérettes ethniques, bio Les grands magasins et les magasins multi-commerces Les grands magasins sont principalement représentés par les grandes enseignes parisiennes (les Galeries Lafayette, le Printemps, le BHV, le Bon Marché) et leurs points de vente en province pour les trois premières. Monoprix est l enseigne majeure des magasins multi-commerces (encore récemment appelés magasins populaires). Ces deux types de magasins de détail ont en commun d être à rayons multiples. Ils vendent des articles de mode et de sport, de l alimentation, de l équipement de maison, des produits de parfumerie et de parapharmacie, des produits culturels, du multimedia, des services culturels, voire des services à la personne. C est le cas de l enseigne Monoprix qui commercialise ce type de services (ménage, bricolage, assistance informatique, soutien scolaire, etc.). 1. Source INSEE Le commerce en France Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

15 Grands magasins et magasins multi-commerces se distinguent par : leur surface de vente : celle du grand magasin est d au moins m 2 tandis que celle du magasin multicommerces, comprise entre 400 et m 2, s apparente à celle du supermarché ; le ratio du chiffre d affaires qu ils réalisent en produits alimentaires par rapport à leur chiffre d affaires global : le grand magasin a un chiffre d affaires en alimentation inférieur au tiers de son chiffre d affaires total tandis que le magasin multi-commerces réalise entre 1/3 et 2/3 de son chiffre d affaires en produits alimentaires. Les référencements sont donc beaucoup plus nombreux dans les grands magasins que dans les magasins multicommerces. Principalement localisés dans les villes de plus de habitants, ces magasins offrent une bonne couverture géographique et sont un point d attractivité et d animation pour les centres villes. Les magasins multi-commerces, comme certains groupes du commerce de détail à prédominance alimentaire, ont commencé l implantation de nouvelles enseignes de commerce alimentaire. Situés en centre ville, ces points de vente sont basés sur des concepts innovants : positionnement sur des produits haut de gamme, design attractif en rupture avec les agencements traditionnels, ouverture tardive le soir Ils ciblent une clientèle active, urbaine, plutôt jeune et au pouvoir d achat élevé. Les magasins multi-commerces ouvrent également des espaces de vente sur des segments d activité plus spécifiques (parapharmacie et produits de beauté par exemple). Les cadres sont plus nombreux dans les grands magasins que dans les magasins multi-commerces. Ils sont en effet 17 % par rapport à l effectif global dans les premiers contre 11 % dans les seconds 1. Cet écart s explique par une proportion plus importante de chefs de département et de managers de rayon ayant le statut de cadre dans les grands magasins que dans les magasins multi-commerces. Le commerce de détail spécialisé (non alimentaire et alimentaire) Un commerce de détail spécialisé ne distribue des produits que dans un seul secteur d activité du commerce. La taille et le lieu d implantation des points de vente peuvent être très divers. Les commerces spécialisés de la grande distribution, encore dénommés GSS (grandes surfaces spécialisées), Les secteurs les plus emblématiques du commerce de détail spécialisé Habillement Parfumerie et produits de beauté Chaussure Meubles Bricolage Equipement de la maison Articles médicaux et orthopédiques Optique et photographie Articles de sport et de loisirs Livres, journaux et papeterie Produits surgelés Produits naturels et «bio» ont besoin de vastes surfaces de vente (le bricolage, l équipement de la maison, l électroménager ). Ils se sont donc largement implantés dans les grands centres commerciaux à la périphérie des villes, profitant ainsi d un potentiel important de clientèle. Leurs principaux concurrents sont alors les hypermarchés qui vendent les mêmes gammes de produits. Ces vastes centres commerciaux peuvent aussi accueillir des succursalistes de la chaussure, des commerces de sport et loisirs, de produits culturels Certains de ces commerces spécialisés adaptent leur taille pour s implanter dans des centres commerciaux de grandes villes, moins vastes, car l emplacement est un facteur stratégique. D autres, comme des succursalistes de la chaussure, de l habillement, de la bijouterie, les magasins de produits alimentaires (surgelés, «bio»), sont tout simplement localisés dans des rues passantes en centre ville. La vente à distance (VAD) et le e-commerce Le commerce électronique via Internet ou e-commerce (ou encore cyber-commerce) est en pleine expansion depuis que l accès aux ordinateurs et les connexions à l Internet au haut débit se sont généralisés au sein du grand public. Son chiffre d affaires a largement plus que doublé de 2006 à 2009 (évolution de 11,6 à 25 milliards d euros 2 ). Deux tiers des internautes en France (21,7 millions d acheteurs pour 33,1 millions d internautes) ont ainsi déjà réalisé un achat en ligne. Le web facilite la comparaison des prix et des offres ; le consommateur effectue lui-même son propre benchmarking et gagne du temps en ne se déplaçant pas dans un magasin. 1. Source : Panorama de branche 2009, Observatoire prospectif du commerce 2. Source Fevad : Fédération e-commerce et vente à distance, 2009 Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 13

16 On distingue plusieurs catégories d acteurs dans le e- commerce : des pure players (vente à distance exclusivement sur Internet) qui ne s adossent pas à des magasins «physiques» ; ils proposent une offre très diversifiée et abondante de produits et de services ; les plus grands ont une stratégie mondiale, les grands groupes de la distribution aussi bien à prédominance alimentaire que groupes spécialisés qui associent points de vente et commerce en ligne (appelés les click and mortar 1 par les Anglo-saxons), ou encore les entreprises de vente à distance ou VAD utilisant tous types de canaux : téléphone, courrier, catalogue, Internet Les produits les plus vendus via le commerce en ligne sont les voyages et les hébergements, suivis des produits plus classiques de la grande distribution (vêtements, articles de sport, livres, articles ménagers) et des produits électroniques. Chez les acteurs spécialisés, le poids du e-commerce atteint 33 % de leur chiffre d affaires en 2009 (contre 15 % en 2005). Le e-commerce des produits de grande consommation (dont les produits alimentaires), véritables supermarchés en ligne, peine à se développer. Depuis le début des années 2000, les grands groupes de la distribution à prédominance alimentaire se sont lancés dans le concept drive, qui combine la commande en ligne et le retrait des achats sur un lieu d enlèvement spécifique (qui n est pas le magasin). Ce système permet de tirer avantage de la commande en ligne (gain de temps pour le consommateur) et d une baisse des coûts de transport et de personnel pour le commerçant. D autres réseaux pratiquent le picking avec commande via Internet et récupération des achats à l accueil d un magasin (par exemple Chronodrive du groupe Auchan). La forte concurrence entre les acteurs de l e-commerce, de niveau mondial sur certains créneaux, stimule la conception de formules toujours plus innovantes, sous réserve que ces formules soient rentables et économiquement compétitives. Selon les données de la Fevad, l évolution du chiffre d affaires du e-commerce montre une progression constante depuis LE MARCHÉ VENTE À DISTANCE Le marché vente à distance vente de produits + services en milliards d euros VENTE À DISTANCE DE PRODUITS + 17 % en 2009 MODES DE COMMANDE En % du chiffre d affaires vente à distance produits + services Part des ventes en ligne Ensemble des ventes à distance ,6 22,2 11,6 18,6 8, , % 38 % 70 % 30 % 77 % 23 % 82 % 18 % Internet courrier, téléphone et autres (fax, relais ) Source : Fevad Chiffres clés 2010 D après la Fevad, «le chiffre d affaires global des ventes sur Internet atteint 25 milliards d euros en 2009 Entre 2000 et 2009, le e-commerce aura vu son chiffre d affaires multiplié par 35. Il devrait en 2010 dépasser les 30 milliards» 2. Sur un an (2010/2009) ce chiffre d affaires a progressé de 17 %. La part du chiffre d affaires du commerce électronique en France dans l ensemble des ventes au détail et réparations est en constante et nette augmentation : 1. Mortar pour «mortier» figurant les points de vente physiques. 2. Communiqué de presse de 2009 («Bilan du commerce électronique 2009», 02/02/2010). 14 Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

17 Ventes en ligne de produits et services en milliards d euros (Fevad) (1) Ensemble des ventes au détail et réparations en milliards d euros (INSEE) (2) Part en % ,7 472,5 0,8% ,7 489,4 1,2% ,4 506,3 1,7% ,6 523,0 2,2% ,6 542,0 2,9% ,0 560,3 3,6% ,0 549,1 4,6% (1) Source Fevad Chiffres clés 2008, 2009, 2010 (2) Source INSEE Première n 1322, le Commerce en 2009, novembre L INSEE précise toutefois qu «au sein du commerce hors magasin, la vente à distance (vente par correspondance traditionnelle et e-commerce) diminue en 2009 ( 2,5 % en volume) sous l effet de deux dynamiques contrastées. La vente par correspondance spécialisée progresse fortement en volume : + 6,8 % après + 4,5 % l année précédente ; à l inverse, le recul de la vente par correspondance sur catalogue général s accentue : 13,2 % en 2009 après 4,4 % en L essor du commerce électronique est réel mais il concerne également d autres secteurs commerciaux et les services, en particulier la distribution de voyages». Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 15

18 LES ÉVOLUTIONS DU SECTEUR DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE LA DISTRIBUTION ET DE SES MÉTIERS CADRES De nombreux facteurs sont susceptibles d influencer l activité des entreprises du commerce de détail et de la distribution. Ils conditionneront ainsi l évolution des métiers, notamment ceux du management, de l encadrement intermédiaire dans les magasins, voire l ensemble des métiers. LES ÉVOLUTIONS DU SECTEUR DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE LA DISTRIBUTION Il convient de distinguer : les facteurs d évolution externes ou de contexte : liés à la situation économique (pouvoir d achat), à l évolution des pratiques de consommation, à la réglementation, aux nouvelles contraintes environnementales des facteurs d évolution internes, qui résultent en partie des décisions prises par les acteurs du commerce de détail et de la distribution pour s adapter au changement : évolutions technologiques, orientations stratégiques et organisationnelles. Les évolutions externes ou de contexte Des mutations liées à l évolution des modes de vie, du pouvoir d achat et des préférences des consommateurs. Dans un contexte de moindre progression du pouvoir d achat, les comportements de consommation changent et s adaptent continuellement. Pour une proportion de plus en plus importante de la population, un décalage apparaît entre le pouvoir d achat et les envies d achat. Si certaines dépenses semblent incompressibles (loyers, charges ), les consommateurs ne sont pas prêts pour autant à se priver d autres services (téléphonie, Internet haut débit, etc.). Cette sensibilité au prix, a fortiori en période de crise, ne semble cependant pas remettre en question sur le long terme les choix de consommation plus «engagée» d une partie de la clientèle en faveur de l achat bio ou du commerce équitable. Face à ces dépenses auxquelles les consommateurs restent attachés, une exigence plus forte de baisse des prix sur de nombreux produits de base est observée. D un côté, le consommateur cherche de plus en plus l achat raisonné, voire l achat malin, pour les biens que l on considère de consommation courante, comme l alimentaire. De l autre côté, il arbitre pour des solutions incluant plus de services (abonnements offerts, choix de crédits et solutions de financement, offres promotionnelles additionnelles, livraison et installation gratuite, etc.), permettant des gains de temps, ou relevant de ce que l on pourrait appeler «l achat plaisir» (on accepte une dépense importante à un moment T, en faisant le choix d une marque, d un équipement haut de gamme, etc.), quitte à sacrifier certaines dépenses courantes. Cette tendance est plutôt défavorable aux points de vente de la grande distribution (car elle profite davantage à des acteurs positionnés sur ces offres de services) qu à la vente de biens de consommation traditionnels. Elle tend surtout à accroître la concurrence par les prix. Elle pousse aussi à chercher d autres types de réponses que le modèle de l hypermarché, afin de favoriser la segmentation et les possibilités d arbitrage plutôt que la massification : hard discount, proximité, développement du e-commerce, etc. De nouveaux concepts tels que les centres commerciaux intégrés dans des zones de loisirs (ex : bricolage, culturel, cinémas ) se sont aussi développés ces dernières années. L évolution de la réglementation En lien avec le point précédent, les évolutions réglementaires récentes ont conduit à renforcer la concurrence afin de soutenir le pouvoir d achat des consommateurs et favoriser la baisse des prix. La LME (Loi de Modernisation de l Economie) du 4 août 2008 a assoupli les règles relatives aux autorisations d implantation des grandes surfaces commerciales, en modifiant profondément le dispositif d autorisation d exploitation commerciale (seuil de surface de vente relevé de 300 à m 2 ), en instaurant une procédure simplifiée compatible avec la règle communautaire. Cette loi s appuie sur certains principes : liberté tarifaire entre fournisseurs et distributeurs, assouplissement des règles relatives à l implantation des grandes surfaces commerciales, augmentation du nombre des périodes de soldes, renforcement de l aide au petit commerce, mise en place d une nouvelle Autorité unique de la concurrence. Cette loi interdit désormais la revente à perte et limite la pratique des «marges arrières» (rémunérations ou 16 Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

19 remises différées versées par le fournisseur au distributeur) afin de ne pas fausser la concurrence par des prix trop bas. Elle vise à instaurer également une liberté de négociation entre le fournisseur et le distributeur. Dans un contexte de faible croissance du pouvoir d achat des ménages et surtout d évolution des priorités d achat (arbitrages en faveur des achats non alimentaires informatique, téléphonie, multimédia au détriment des achats alimentaires ou de certains biens de consommation courante), cette loi, en permettant davantage de concurrence, devrait contribuer à limiter la progression des prix, voire à favoriser leur baisse dans certains cas. Elle devrait aussi promouvoir la différenciation des formats et marques, et signifier peut être la fin du développement des grandes surfaces, qui a été longtemps le modèle dominant. L adoption par la Commission européenne d un nouveau règlement qui régit les accords entre producteurs et distributeurs pour la vente de produits et de services (avril 2010) prend mieux en compte le développement de la vente en ligne au cours de ces dernières années. L Union européenne considère que les distributeurs agréés sont libres de vendre sur Internet sans se voir imposer de limite touchant aux quantités et au lieu d établissement des consommateurs, ou de restrictions en matière de prix. Ainsi, ces nouvelles règles ont notamment pour objectif de lever des distorsions de concurrence qui existaient auparavant entre vente en ligne et vente hors ligne et de garantir que les consommateurs, où qu ils soient dans l Union européenne, puissent acheter des biens et services au prix le plus intéressant. L internationalisation des activités du commerce de détail et de la distribution et des marchés Le phénomène de globalisation des marchés, en amont (approvisionnements) ou en aval (implantation de nouveaux points de vente dans le monde) génère une concurrence croissante. Cela s est traduit depuis une dizaine d années par un mouvement de délocalisation des lieux d approvisionnement, notamment vers la Chine. Cela a permis le développement de concepts à «petits prix et fortes marges» dans certains secteurs (textile, bazar, décoration ). Cette tendance devrait se poursuivre et concerner beaucoup plus le développement du commerce de détail et de la distribution à l étranger, sur des marchés émergents, que dans les pays développés, où les leaders sont majoritairement des enseignes locales. Une prise en compte croissante des enjeux de l environnement et du développement durable La hausse du prix de l énergie génère des contraintes de plus en plus fortes pour la grande distribution (coûts des transports et de la logistique d approvisionnement). Elle contribue par ailleurs à modifier les comportements d achat des consommateurs, moins enclins à se déplacer sur des espaces commerciaux éloignés de leurs lieux de vie du fait du coût des déplacements et des temps de transport importants. Mais ces enjeux liés à l environnement et au développement durable peuvent être perçus à la fois comme une contrainte et une opportunité pour trouver de nouveaux marchés, même si les organisations commerciales n ont pas encore véritablement évolué à ce jour (par exemple pour l organisation de leurs approvisionnements, la diversification des modes de transport et de stockage ) ou de façon encore balbutiante (nouveaux équipements commerciaux et bâtiments à faible consommation énergétique, localisation permettant d améliorer l accessibilité et les dessertes tout en réduisant les émissions polluantes liées aux transports). Parmi les évolutions auxquelles on peut s attendre, on peut citer : les stratégies d implantation des points de vente (ex : consolidation locale, développement dans les pays émergents, rachat d unités concurrentes ), le développement croissant de la proximité, pour réduire le temps, le coût d accès et le bilan énergétique de l approvisionnement des magasins et des clients, cette équation étant particulièrement complexe, les enjeux de l éco-emballage, du recyclage des déchets (meilleure information du consommateur sur l efficacité de la collecte, l achat de produits recyclés ), les engagements qualité, éthiques et la traçabilité sur l origine des produits commercialisés. Ainsi, certaines fédérations du commerce de détail et de la distribution ont pris des mesures visant à protéger l environnement. Par exemple, la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) s est engagée à augmenter la vente de lampes à basse consommation et celle de produits bio tout en réduisant les emballages. Il est notamment prévu de favoriser la consommation de produits alimentaires bio, dont les ventes ont augmenté de 20 % en 2008 contre 15 % prévus initialement par la fédération. Les distributeurs se fixent également comme objectif d optimiser les conséquences de leurs propres activités sur l environnement, en améliorant l efficacité énergétique des magasins et des systèmes de froid, en développant les énergies renouvelables et la récupération d énergie, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre liées au transport et en veillant à une meilleure intégration des bâtiments commerciaux dans les paysages. Mais il est difficile de dégager des éléments de prospective, car les effets d annonce et déclarations d intention sont aujourd hui plus visibles que l évolution réelle des comportements. Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution 17

20 Les évolutions internes Les stratégies des enseignes Les enseignes du commerce de détail et de la distribution font évoluer leur stratégie commerciale et leurs organisations pour s adapter aux évolutions qui viennent d être soulignées, en particulier dans un contexte de concurrence accrue. Certains groupes de la grande distribution alimentaire s efforcent de développer des synergies entre leurs branches hyper et supermarchés : c est le cas de Casino notamment, dont les dirigeants soulignent que «c est la meilleure façon de favoriser la mise en place de synergies commerciales entre les deux réseaux, en coordonnant mieux les actions promotionnelles, la politique de fidélisation et les services clients, les programmes de développement, la déclinaison des assortiments alimentaires et la communication». Carrefour avait engagé la même démarche début 2008 en regroupant sous une même direction ses hypers et ses supermarchés Champion (rebaptisés depuis Carrefour Market). «Depuis que les Français délaissent les très grandes surfaces, les distributeurs multiformats jouent la carte de la convergence entre enseignes. C est la seule solution pour récupérer dans leurs supermarchés les déçus des hypers 1». On voit aussi se développer, dans certains segments du commerce de détail (non alimentaire surtout), des modèles d organisation recherchant à la fois des prix bas via l intégration amont de la production et une différenciation sur l image de marque importante (Ikéa par exemple). Le succès de ces «enseignes-filières» (Décathlon, Zara, H & M ou encore Picard dans l alimentaire) repose aussi sur une intégration très forte en amont : il n y a plus de séparation complète entre l activité de production industrielle et celle de distribution via une enseigne. Ces enseignes cherchent à mieux appréhender les modes de consommation des clients et plus uniquement leurs modes d achat. Il s agit aussi de passer d une culture «mass-market» à une culture de personnalisation et de services. Certaines enseignes du bricolage ne se limitent plus à vendre des produits mais proposent de «réaliser un projet de vie» (par exemple Leroy Merlin) tout en maintenant une stratégie de prix bas mais en incluant des efforts sur le développement de l offre, le merchandising et les services associés. Certains consommateurs, en recherche de sens ou ayant la fibre écologique, sont en attente d une offre plus adaptée, de magasins ou d espaces spécifiques (pour le bio, l habitat durable ) mais aussi de concepts plus spécialisés. La crise économique a accentué ces évolutions. Le prix renforce sa position de critère décisif dans les achats des consommateurs mais la qualité reste un élément très important, ainsi que la possibilité de choisir entre différents produits. C est pourquoi, la part de marché du hard-discount, qui propose des prix bas mais dispose d un nombre de références insuffisantes, a tendance à stagner voire à reculer alors que les produits de marques des distributeurs profitent des exigences de qualité du consommateur à un moindre coût. On observera cependant que les difficultés du hard discount (dans l alimentaire notamment), n empêchent pas des réussites sur certains segments (exemple : Brico Dépôt, grande surface de bricolage discount de type magasin entrepôt) et ne remettent sans doute pas en question la pertinence du concept à long terme. Les hard discounters, pour s adapter, ont aujourd hui différentes stratégies : augmenter la superficie des magasins et le nombre de références, renforcer le maillage et miser sur la proximité, évoluer vers le soft discount et vers des magasins mieux présentés et plus accueillants, communiquer davantage sur une même qualité de produits à des prix plus bas, malgré un packaging plus rudimentaire. Vers un renforcement des concepts de proximité Sans augurer d un risque de recul durable de la part de marché des grandes surfaces, plusieurs facteurs vont dans le sens du développement du commerce de proximité : La démographie (vieillissement de la population, réduction de la taille des ménages ) devrait inciter à privilégier la proximité et la praticité, au détriment des grandes surfaces alimentaires, mieux adaptées à la consommation de masse mais nécessitant des déplacements plus contraignants, parfois dans des zones excentrées. La redynamisation des centres-villes (en termes d aménagement, de développement économique, d urbanisme, d habitat) devrait s amplifier même si les zones commerciales de périphérie conserveront toute leur pertinence. Les préférences des consommateurs pour des formats de magasins plus conviviaux et plus accessibles et la segmentation croissante de la clientèle (seniors, jeunes couples bi-actifs, cadres/non cadres, urbains/ ruraux, etc.) Les enjeux liés à l environnement : réduction du bilan carbone lié à la fois aux industriels et à la grande distribution, que ce soit au niveau du transport (recherche d alternatives au transport routier en particulier, et proximité pour limiter les déplacements des consommateurs), des emballages, de l origine et de la qualité des produits, de modes de production et de distribution plus respectueux de l environnement. Le succès de certains petits supermarchés urbains tels que Monop en est un exemple. Sur ce schéma, de nom- 1. Casino rapproche ses branches hyper et supermarchés : Le Figaro Economie, n 20310, mardi 17 novembre Apec - Référentiel des métiers cadres du secteur du commerce de détail et de la distribution

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Baromètre du Commerce/ Distribution Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Copyright 2007 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved.

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE Ø Panorama du secteur de la grande distribution en France o Les grands chiffres o Typologie de la grande distribution o Les mutations

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries Éléments de contexte L univers des jardineries et graineteries L univers étudié est constitué des établissements spécialisés dont l activité se caractérise par la distribution de végétaux, de fleurs, de

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Julie Toury Infobébés 28 rue François 1 er 75008 Paris40 DOSSIER DE PRESSE Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Siège social : SAS Ed Société par Actions

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Poussées par la croissance

Poussées par la croissance Le Cross-Canal, une étape de la transformation des modèles logistiques L ouverture d un site web pour les enseignes traditionnelles tout comme celle de magasins pour certains «Pure Players» sont les signes

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 GÉANT CASINO FAIT PEAU NEUVE Après une baisse des tarifs sans précédent qui a permis à Géant Casino de devenir leader des prix bas, l enseigne d hypermarchés

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé JAMPI Dossier 1 L entreprise et son marché B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché Première partie : Analyse du marché à partir des annexes 1

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques 01 Une unité commerciale est un lieu physique ou virtuel permettant à un client potentiel d accéder à une offre de produits ou de services. C est un concept qui peut prendre des formes diverses : magasin,

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

MARKETPLACE LANCEMENT D UN SERVICE NOVATEUR, LA DISPONIBILITE IMMEDIATE DOSSIER DE PRESSE

MARKETPLACE LANCEMENT D UN SERVICE NOVATEUR, LA DISPONIBILITE IMMEDIATE DOSSIER DE PRESSE MARKETPLACE LANCEMENT D UN SERVICE NOVATEUR, LA DISPONIBILITE IMMEDIATE DOSSIER DE PRESSE Contact Presse : Cdiscount Direction de la Communication : 06 80 39 50 71 directiondelacommunication@cdiscount.com

Plus en détail

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41 BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE Gestion et relation clientèle U41 SESSION 2012 Durée : 3h30 Coefficient : 4 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme Grand Angle Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme commercial touche aussi fortement les consommateurs, qu ils soient résidents ou de passage, et plus largement toute l économie de notre territoire,

Plus en détail

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution GC - Observatoire de la consommation OA - Service Etudes UFC-Que Choisir - Juillet 2013 2 Résumé Alors qu à l approche de la rentrée,

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Comment évolue le Category

Comment évolue le Category Comment évolue le Category Management dans les enseignes multicanal? 5e rendez-vous du category management - paris 12-14 décembre 2012 Remerciements Florence Guittet et Serge Cogitore, enseignants du Master

Plus en détail

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR.

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. PLANNINGS 2015 UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. Nielsen connaît les consommateurs. Personne n offre une plus grande compréhension de ce qu ils achètent et regardent. Nous innovons sans cesse pour apporter

Plus en détail

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution par Didier Robert et Laurent Pianese Étude géomarketing des évolutions de la population au sein des grands réseaux de la distribution

Plus en détail

Bordeaux, jeudi 3 février 2011

Bordeaux, jeudi 3 février 2011 Pionnier du commerce en ligne, Cdiscount, filiale du groupe Casino, est le leader de la distribution par Internet en France. Cdiscount propose une offre de produits de plus de 100 000 références répartie

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce de proximité Carole Delaporte et Christine Tarquis

Plus en détail

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution?

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? «Les français et le E-commerce» 3 nov. 2009, Intercontinental Paris, 16h00 Sommaire 1 ère partie : le Multi canal Les entreprises

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Commerce Services Recherche et développement Bureaux

Commerce Services Recherche et développement Bureaux Commerce Services Recherche et développement Bureaux L e secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce, aux services, en passant par la recherche et développement. Au 31 décembre

Plus en détail

Sage 100 Entreprise Edition Etendue Module CRM Inclus

Sage 100 Entreprise Edition Etendue Module CRM Inclus Sage 100 Entreprise Edition Etendue Module CRM Inclus Nouveau produit! 1 1 Sommaire 1. Découpage fonctionnel ------------------------------------------------------------------------------ p3 2. Schéma

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

DÉMÉNAGEUR SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DÉMÉNAGEUR SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DÉMÉNAGEUR SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DÉMÉNAGEUR... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DÉMÉNAGEUR... 5 L'ACTIVITÉ DU DÉMÉNAGEUR... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DÉMÉNAGEUR... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE

Plus en détail

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PHOTOGRAPHE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PHOTOGRAPHE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PHOTOGRAPHE... 5 L'ACTIVITÉ DU PHOTOGRAPHE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PHOTOGRAPHE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Conférence débat E-commerce et stratégie de vente Multi-canal : Enjeux et Retours d expériences Mardi 2 octobre 2012

Conférence débat E-commerce et stratégie de vente Multi-canal : Enjeux et Retours d expériences Mardi 2 octobre 2012 Conférence débat E-commerce et stratégie de vente Multi-canal : Enjeux et Retours d expériences Mardi 2 octobre 2012 Quelques données chiffrées sur le E-commerce en France (Source - Fevad Médiamétrie 2012)

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

DRIVE et RENTABILITÉ FONDEMENTS ET LEVIERS D ACTION

DRIVE et RENTABILITÉ FONDEMENTS ET LEVIERS D ACTION DRIVE et RENTABILITÉ FONDEMENTS ET LEVIERS D ACTION [NOVEMBRE 2013] Au sommaire LA RENTABILITÉ DU DRIVE ET LES LEVIERS D ACTION Zoom sur... les frais de perso Zoom sur... la charge d investissement Objectif

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Distribution, mention management et gestion de rayon de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-134 du 20 septembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Didier Guérin SAS et Guérin Belle Epine SAS par la Société Anonyme des Galeries Lafayette

Plus en détail

Impacts du B2C sur les modes de vie et comportements de consommation. Conséquences sur la logistique urbaine - Développement de la LAD et de la LHD -

Impacts du B2C sur les modes de vie et comportements de consommation. Conséquences sur la logistique urbaine - Développement de la LAD et de la LHD - Impacts du B2C sur les modes de vie et comportements de consommation Conséquences sur la logistique urbaine - Développement de la LAD et de la LHD - 21 mars 2011 Bruno Durand Université de Nantes Modes

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-14 du 17 février 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Stradis SAS par les sociétés Corlam SAS et ITM Alimentaire Ouest (Groupe ITM Entreprises)

Plus en détail

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer.

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Communiqué de presse Croix, le 31 août 2015 Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Hausse du chiffre d affaires HT consolidé : 26,9 milliards d euros, +3,4

Plus en détail

L enquête Nationale Drive 2.0,

L enquête Nationale Drive 2.0, Dossier de presse L enquête Nationale Drive 2.0, des résultats surprenants Sommaire I- A propos de Parabellum II- Contexte : Le Drive en France III- Enquête Nationale Drive 2.0 - Méthodologie de l enquête

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. SAS Ed Direction Marketing & Communication 120, rue du Général Malleret Joinville 94405 VITRY SUR SEINE CEDEX

DOSSIER DE PRESSE. SAS Ed Direction Marketing & Communication 120, rue du Général Malleret Joinville 94405 VITRY SUR SEINE CEDEX DOSSIER DE PRESSE SAS Ed Direction Marketing & Communication 120, rue du Général Malleret Joinville 94405 VITRY SUR SEINE CEDEX Contact : Service de Presse Groupe Carrefour T : 01 57 32 89 99 - groupe@presse-carrefour.com

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Communiqué de presse du lundi 12 mars 2012 PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Créteil, lundi 12 mars 2012 - A l heure des profonds

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

Grande distribution et croissance économique en France

Grande distribution et croissance économique en France N 11 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Grande distribution et croissance économique

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Modes de livraison des internautes

Modes de livraison des internautes Les modes de livraison des internautes LAD (livraisons à domicile) et LHD (livraisons en dehors du domicile) Impacts 16 mars 2011 Bruno Durand Université de Nantes Modes de livraison des internautes 1

Plus en détail

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Élaborer mon étude de marché Livret 11 Choisir mes fournisseurs Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-46 du 28 septembre 2009 relative à la prise en location-gérance par la société Distribution Casino France d un hypermarché détenu par la société Doremi L Autorité

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

La Grande distribution alimentaire à Paris. État des lieux, évolutions et stratégies de développement

La Grande distribution alimentaire à Paris. État des lieux, évolutions et stratégies de développement La Grande distribution alimentaire à Paris État des lieux, évolutions et stratégies de développement JANVIER Directeur de la publication : Francis Rol-Tanguy Directrice de la rédaction : Dominique Alba

Plus en détail

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing Irrigation Marketing C est un fait, Internet ne connaît pas la crise! Fort de sa souplesse et des capacités de tracking en temps réel, et offrant un avantage économique reconnu, Internet est aujourd hui

Plus en détail

Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution

Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution AVANT...... la richesse d un commerce était constituée par son stock et son fond de commerce c est-à-dire sa clientèle fidèle qui se

Plus en détail

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes 10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes Mediametrie//NetRatings Une joint venture entre Médiamétrie et Nielsen + Médiamétrie : Société indépendante créée en 1985. Capital

Plus en détail

Web-to-Store 12 septembre 2013

Web-to-Store 12 septembre 2013 Contacts BVA Marie Laurence GUENA marie-laurence.guena@bva.fr +33 1 71 16 89 70 CONTEXTE ET METHODOLOGIE Objectifs Le concept s inscrit comme une tendance forte des 10 prochaines années, mais reste à définir.

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

pour Les internautes et le e-commerce

pour Les internautes et le e-commerce pour Les internautes et le e-commerce Octobre 2009 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A Les perceptions du commerce en ligne B Les achat sur Internet t et la qualité de service C

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution 20% d économie sur les coûts logistiques et 25% de réduction des émissions de CO 2, voilà ce que promet

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Avis n 12-A-01 du 11 janvier 2012 relatif à la situation concurrentielle dans le secteur de la distribution alimentaire à Paris

Avis n 12-A-01 du 11 janvier 2012 relatif à la situation concurrentielle dans le secteur de la distribution alimentaire à Paris RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-01 du 11 janvier 2012 relatif à la situation concurrentielle dans le secteur de la distribution alimentaire à Paris L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Conversion et e-commerce : la fidélité prime

Conversion et e-commerce : la fidélité prime Conversion et e-commerce : la fidélité prime Etude réalisée du 1 er au 28 février 2010 sur un périmètre de 8 sites d e-commerce audités par AT Internet. Les sites d e-commerce ont de plus en plus le vent

Plus en détail