DEUXIEME PARTIE ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEUXIEME PARTIE ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN"

Transcription

1 DEUXIEME PARTIE ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 45

2 DEUXIEME PARTIE ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN L Association a continué en 2009, à l instar des années précédentes, à suivre de près les réglementations et législations bancaires avec les autorités concernées, en particulier les autorités monétaires et de contrôle, et à traiter un certain nombre de questions touchant la profession bancaire. I - CONTENU DES PRINCIPALES CIRCULAIRES PARUES DURANT L ANNEE La poursuite de l'application de l accord de Bâle II Les autorités monétaires et de contrôle en accord et coopération avec l'association et les directions des banques ont poursuivi en 2009 la préparation de l application stricte de l accord de Bâle II. Le secteur bancaire libanais a déjà fait de grands pas sur cette voie, ayant commencé depuis 2008 et après quatre années de préparation l application des deux premiers piliers de ce nouvel accord, alors que l application du troisième pilier est actuellement en cours de préparation. Les développements internationaux et notamment la crise financière internationale dont le Liban a fort heureusement échappé, ont poussé les dirigeants des pays du groupe des G20 à envisager de nouvelles règles pour, assainir le système financier, renforcer le contrôle et la supervision financière, contrôler certains risques inhérents au système tels les flux transfrontaliers, et constituer un dispositif d alerte précoce «early warning system». Par ailleurs le conseil de stabilité financière (Financial Stability Board) chargé par le groupe des G20 de coordonner les efforts des gouvernements sur le plan de la régulation et normalisation des marchés après la crise financière, a proposé des amendements sur l accord de Bâle II. Ses recommandations se rapportent sur la nécessité d introduire de nouveaux ratios pour la liquidité et l effet de levier ou d endettement, de renforcer les pondérations de risque pour la titrisation et autres dérivés afin de refléter leurs risques véritables, et d améliorer la qualité et la transparence des fonds propres dans le calcul du ratio de solvabilité. Notons que par rapport aux réformes susceptibles d être appliquées sur le plan de la liquidité, de la solvabilité, de l effet de levier, de membres indépendants dans les conseils d'administration, de contrôle des marchés, d'encadrement de fonds d'investissement spéculatifs "hedging funds", et d'agences de notation, ces mesures n'ajoutent rien à celles actuellement en vigueur au Liban, les banques libanaises n'ayant pas eu au départ de recours massif à l'endettement sur les marchés. Par ailleurs le ratio de solvabilité des banques libanaises même calculé selon les critères de Bâle 2 est supérieur à 12%, alors que les banques à l'étranger peinent à atteindre le ratio requis de 8%, surtout après le déclenchement de la crise financière internationale. Les banques libanaises continuent en outre à préserver leurs liquidités importantes en devises étrangères même au détriment de leurs profits, le ratio de liquidité étant devenu un indicateur que les banques internationales adoptent dans leur (short list) liste réduite des banques correspondantes avec lesquelles elles acceptent de traiter. C'est ce qui a d'ailleurs créé la grande confiance dans les banques libanaises. Et la BDL va par ailleurs créer une commission pour le dispositif d'alerte précoce «Early Warning System», qui sera présidée par le second vice-gouverneur de la BDL et dont les travaux resteront secrets, soit non divulgués. En outre, la BDL a de nouveau recommandé aux banques en 2009, de persister dans leur politique stricte de non distribution des profits (ne dépassant pas les 25%), car les banques libanaises se sont distinguées ces dernières années par leur politique de non distribution des profits, ces derniers constituant une source importante et même principale de leur capitalisation. Ainsi durant la période d'euphorie lorsque les banques internationales qui réalisaient des profits importants avec des risques difficiles à contrôler les distribuaient aux actionnaires, les banques libanaises gardaient plus de 80% de leurs bénéfices afin de renforcer leurs fonds propres de base ou noyau dur «Tier one». Toujours dans le cadre du renforcement des fonds propres de base des banques, la BDL a émis le 9/5/2009, la circulaire intermédiaire n 189 dans laquelle elle demande aux banques de calculer la réserve pour risques bancaires indéterminés sur la base du dénominateur utilisé dans le ratio de solvabilité évalué selon Bâle II, et ce, à partir des comptes de l année financière 2008.

3 DEUXIEME PARTIE: ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 47 Mais comme cette circulaire avait été émise postérieurement à l élaboration par les banques de leurs comptes de bilan et de résultats pour l exercice 2008, l'association a souhaité de reporter la mise en vigueur jusqu'au début de l'année 2010 et de l'appliquer sur les résultats de l'exercice La BDL a convenu de cette proposition et la CCB a émis la directive n 8/2009 dans laquelle elle demande aux banques qui ont déjà prélevé ladite réserve sur les résultats de 2008 sur base du dénominateur de Bâle I, d aviser par écrit la CCB et d ajouter le manque à combler aux comptes de l année financière Dans le cadre du renforcement de la surveillance, la BDL a émis le 13/8/2009 la circulaire principale n 122 dans laquelle elle demande aux banques en activité au Liban de désigner les commissaires aux comptes pour une période de trois ans renouvelable et d adopter le principe de la rotation entre les associés de la société de commissaires aux comptes soit le changement du partenaire chargé des activités de contrôle tous les cinq ans, et de désigner deux sociétés de commissaires aux comptes pour la vérification de leurs comptes, conjointement et solidairement à partir de l année financière Concernant la possibilité de réviser cette circulaire comme l avait demandée l'association qui jugeait nécessaire de rattacher l obligation de désigner deux sociétés d audit au volume d activités de la banque comme cela avait lieu dans de nombreux pays, la BDL a souligné la nécessité de garder les deux cabinets d audit, car dans le cas du Liban il ne s agissait pas de volume d activités mais de risque de réputation qu aurait une banque en difficulté sur l ensemble du secteur. La BDL a en outre souligné que cette mesure n était pas purement formelle mais que chaque commissaire devrait exercer entièrement sa fonction de vérification. Ainsi le contrôle est conjoint, et chacun d eux en assume toute la responsabilité. Dans le cadre de l atténuation des risques des banques et notamment les risques opérationnels, la BDL a émis le 21/8/2009 la circulaire principale n 123 dans laquelle elle demande aux banques d établir un plan de continuité de l'activité en cas de catastrophe dans un délai d un an, et ce, afin d assurer la continuité de leurs activités lors d une crise ou autre évènement les empêchant d exercer normalement leurs activités. L'Association a suivi cette question en organisant un séminaire avec des experts en la matière afin de traiter les aspects d application pratique de cette circulaire. La BDL a également émis le 21/8/2009 la circulaire principale n 121 sur les techniques d atténuation des risques de crédit conformément à Bâle II, autorisant ainsi les banques qui adoptaient l approche standardisée d utiliser les garanties monétaires et les cautions éligibles qu elles possédaient ainsi que d autres techniques afin de diminuer les taux de pondération des risques de crédit exigés lors du calcul du ratio de solvabilité. La CCB a également émis la circulaire n 261 dans laquelle elle définit le cadre pratique d atténuation des taux de pondération des risques de crédit des banques. En 2009, la CCB a envoyé aux banques la directive n 9/2009 dans laquelle elle leur demande de définir les étapes déjà parcourues dans l application de la circulaire principale n 106 relative à la gouvernance bancaire émise en juillet La CCB a élaboré en outre, un projet de circulaire d application pratique de la circulaire susmentionnée et l a envoyé pour avis à l'association. Après étude de ce projet, l'association a souligné l importance de la bonne gouvernance dans l amélioration de la performance administrative des banques libanaises, mais a cependant relevé que l application des normes et règles internationales surtout celles de Bâle II, exigeait en contrepartie certains amendements dans le cadre législatif et réglementaire libanais. Ainsi il était préférable dans un premier temps de limiter la circulaire à des lignes directrices au lieu de la garder sous forme de circulaire obligatoire, et d adopter graduellement les procédures de la bonne gouvernance afin d accorder suffisamment de temps aux banques, pour élaborer les mécanismes et règlements exigés, et pour trouver des membres de conseil d administration non exécutifs jouissant de l expérience et de la compétence pour présider ou participer effectivement à des commissions spécialisées. Il est préférable par ailleurs, puisque la BDL a constitué une commission pour examiner ce sujet (selon avis no. 851 du 4/5/2009) et dans laquelle l'association est représentée par son secrétaire général, d attendre la fin des travaux de cette commission pour décider de la circulaire à adopter. Les travaux de cette commission seront en outre accompagnés en parallèle par ceux de

4 la commission de bonne gouvernance de l'association. Effectivement cette dernière se charge de mettre une «charte» pour les grandes lignes directrices que le secteur bancaire se doit d adopter, et ce, en coordination complète avec la commission de la BDL et avec la CCB. Par ailleurs comme le contrôle interne et la gestion des risques sont devenus deux éléments essentiels pour préserver la stabilité du secteur bancaire libanais dont la taille est devenue très grande à l intérieur et à l extérieur, la CCB a émis la circulaire n 260 dans laquelle elle demande aux banques de définir les responsabilités du directeur des risques et de lui impartir des prérogatives sérieuses et effectives et accroître son champ d action car son rôle est revalorisé dans la supervision des risques. L Association a cependant relevé que les prérogatives accordées par cette circulaire au directeur des risques étaient trop élargies, lui permettant de participer et de discuter de la mise en place de la stratégie de la banque ainsi que du rapport d audit interne, et lui accordant le droit de participer à l établissement du «succession plan» et de donner son avis sur les positions-clé «key positions» de la banque. Ceci contredisait le principe même de l organigramme et de la hiérarchie administrative de l entreprise. Un groupe de travail a été formé entre la CCB et l Association afin de reformuler cette circulaire et atteindre le but recherché. Et en date du 15/12/2009, la CCB a émis une nouvelle circulaire n 262 amendant la circulaire n 260 conformément à ce qui avait été convenu, à l exception d un point important que l Association va encore soulever prochainement, et qui concerne la dualité dans le «reporting», le directeur des risques devant rendre compte au directeur général et au conseil d administration. Après la parution du communiqué du comité international de Bâle en juillet 2009 sur les nouvelles exigences de l accord de Bâle II, et suite à la circulaire n 262 susmentionnée, la CCB a émis la directive n 2/2010 dans laquelle elle demande aux banques de constituer une base de données, comportant les données quantitatives et qualitatives nécessaires, si possible les plus récentes, afin de permettre la prise sans retard des décisions qui s imposent. Les banques doivent également mettre un système d information managériale ou administrative (MIS) permettant au conseil d administration et à la haute direction exécutive de prendre connaissance au moment voulu ainsi que périodiquement, de tous les détails nécessaires sur la situation financière et opérationnelle de la banque. La CCB continue par ailleurs de suivre, à l instar des années précédentes, les créances accordées aux résidents et aux non résidents en vue de les investir à l étranger, et ce, afin de s assurer de leur conformité avec la circulaire n 48 relative aux plafonds des risques des facilités bancaires. Dans sa directive n 11/2009 elle a demandé aux banques de lui fournir des renseignements détaillés sur leur portefeuille dans ces créances/facilités afin de s assurer de leur qualité et délimiter leurs risques de concentration. La BDL a elle aussi insisté dans sa circulaire intermédiaire n 211 du 22/12/2009 sur la nécessité pour les banques de se conformer aux dispositions de la circulaire n 62 et aux taux autorisés d investissement extérieur lorsqu elles elles effectuent des demandes de participation (souscription) à des émissions à l étranger, précisant que les dépassements des plafonds autorisés par les ordres d achat eux-mêmes (Bid) et non point par les placements effectifs seraient soumis à des amendes. La circulaire intermédiaire n 218 du 18/3/2010 a interdit en outre aux banques de placer plus de 10% de leurs fonds propres sous forme de dépôts à un an ou plus à l étranger. Cependant le Conseil Central a signalé qu il pouvait en contrepartie réexaminer les dispositions réglementant ces investissements en s orientant vers leur libéralisation complète, et ce, à la lumière de deux facteurs, la solvabilité de la banque et la disponibilité de ressources humaines qualifiées conformément à la circulaire 103 relative à l exercice des fonctions réglementées. La CCB a également poursuivi le contrôle de la capacité des banques à mettre en application les directives de Bâle II. Elle a émis les directives n 3, n 6, et n 15/2009 dans lesquelles elle a demandé aux banques de calculer leur ratio de solvabilité conformément au premier pilier de Bâle 2 (risques de crédit, risques de marché, risques opérationnels). Le résultat de cette prospection a montré que toutes les banques étaient en mesure de se conformer au ratio de solvabilité requis. Il est en outre nécessaire de signaler dans ce cadre, les efforts importants entrepris par les directions des banques dans le règlement de leurs créances en difficulté pour assainir leur bilan, la proportion de ces créances douteuses dans l ensemble du portefeuille

5 DEUXIEME PARTIE: ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 49 créances au secteur privé ayant baissé à 5,77% en 2009 alors qu elle était de 15% en Ces règlements ont en outre atteint près de 2600 millions de dollars, et près de 7000 débiteurs en ont bénéficié la plupart ayant des dettes de moins de 100 mille dollars. En outre les provisions constituées en contrepartie des créances douteuses ou en difficulté représentent plus de 70% de la valeur de ces créances. Et en date du 22/12/2009, la BDL a émis la circulaire intermédiaire n 209 prorogeant jusqu à fin 2012 au lieu de 2008, l obligation de constituer une réserve spéciale de 100% pour la partie non couverte par des provisions, des créances douteuses ou en difficulté non encore réglées. 2- Les nouvelles circulaires visant à promouvoir les créances envers le secteur privé Vers la fin 2008, et suite à la hausse des liquidités en livres libanaises provoquée par les conversions massives de dépôts du dollar vers la livre pour profiter de l écart des taux d intérêt, il fut convenu avec la BDL de la nécessité de promouvoir les crédits en livres libanaises. Mais afin d éviter de faire supporter aux clients les taux d intérêt élevés sur la livre, l Association a suggéré de faire bénéficier tous les crédits en livres libanaises des exemptions de la réserve obligatoire, surtout que la politique monétaire de la BDL, dans le cadre de la stabilité du taux de change de la livre libanaise, exigeait le maintien de taux d intérêt créditeurs relativement élevés en L.L. Au cours de l année 2009, la BDL a émis une série de circulaires intermédiaires portant les numéros 185, 186, 191, 197, 198, et 210, pour apporter de nombreuses exemptions, certaines nouvelles d autres supplémentaires, à la réserve obligatoire ou aux engagements soumis à cette réserve. Ainsi les prêts logements bénéficient d exemptions importantes surtout ceux accordés aux militaires ou à la catégorie des revenus faibles ou pour l acquisition d une première résidence principale. Bénéficient également d exemptions importantes les crédits accordés pour la poursuite des études dans des établissements d enseignement supérieur, et les crédits pour le financement de nouveaux projets écologiques visant à contribuer à la protection de l environnement ou à la diminution des effets néfastes sur l environnement. Mais pour bénéficier des exemptions, les banques doivent accorder ces crédits à des conditions très favorables sur le plan des taux d intérêt et des périodes de grâce. Par ailleurs, afin de stimuler les créances au secteur privé surtout en livres libanaises, durant la période actuelle caractérisée par des liquidités bancaires abondantes engendrées par la hausse importante des dépôts, la BDL a décrété une nouvelle série d exemptions pour la majorité des crédits bancaires octroyés entre le 1/1/2009 et le 30/6/2011 qui ne bénéficiaient pas de bonifications d intérêt de l Etat. Ces crédits doivent cependant être destinés au financement de nouveaux projets ou à l extension de projets existants et ne pas être accordés pour le financement de la consommation ou des projets de développement foncier ou pour le financement du fonds de roulement ou Working Capital. Ces crédits devraient également bénéficier de conditions favorables sur le plan des taux d intérêt et des périodes de grâce. Par sa circulaire intermédiaire n 213 du 11/1/2010, la BDL a unifié toutes les exemptions de la réserve obligatoire et des engagements soumis à cette réserve, sous un plafond unique qui est de 90% de la valeur initiale de la réserve obligatoire. Ainsi les banques pouvaient utiliser la presque totalité de leur réserve obligatoire en octroyant des créances bonifiées au secteur privé. Dans ce contexte la BDL a émis également la circulaire intermédiaire n 187 datée le 9/5/2009 relative à la bonification par l Etat des intérêts débiteurs sur les créances accordées aux secteurs productifs. Cette circulaire a relevé le plafond des créances couvertes par la bonification qui sont accordées à un même groupe économique, de 15 milliards de L.L. à 60 milliards de L.L. ou équivalent en dollars ou euros, quand les activités concernées touchaient différents secteurs. Ces incitations nouvelles ont eu un effet positif sur les créances et les autorités monétaires ont exprimé leur satisfaction de l attitude positive des banques vis-àvis de ces exemptions, car les demandes de crédit les concernant qui ont été reçues par la BDL ont atteint le montant de 1000 milliards de L.L. environ. En outre ces crédits favorisent le rôle de la livre libanaise dans l activité économique tout en diminuant les risques bancaires.

6 Notons également que si le rythme d octroi de ces crédits se poursuivait, le taux de croissance économique du pays serait élevé en Et avec l extension de ces facilités de crédit au logement, à l éducation et à l environnement, de nouvelles catégories de bénéficiaires seront concernées, ce qui contribuerait à créer une solidarité autour du secteur bancaire de la part de la communauté des affaires et de la société libanaise dans son ensemble. Par ailleurs, comme la BDL avait relevé par les circulaires susmentionnées notamment la circulaire intermédiaire n 213 le taux de réduction de la réserve obligatoire de 60% à 80%, sur les prêts octroyés conformément au protocole de coopération signé avec l Etablissement Public de l Habitat, il fut convenu avec ledit Etablissement de maintenir inchangée la marge fixe d intérêt de 3,5% perçue par les banques, en contrepartie du calcul des intérêts sur base de 20% de l intérêt des bons du Trésor à deux ans au lieu des 40% précédemment. Les banques reporteront ainsi sur les clients, le bénéfice de la réduction supplémentaire de la réserve obligatoire. 3- Promouvoir le rôle des banques d affaires et de crédit à moyen et long terme Notons que le délai d application de la circulaire intermédiaire n 125 avait expiré le 31/12/2008. Cette circulaire exigeait des banques d affaires et de crédit à moyen et long termes que le total de leurs placements et crédits en toutes monnaies accordés au secteur public ne dépasse pas le total de leurs placements au secteur privé dans des parts et participations et dans des opérations de courtage financier en tant que teneurs de marché (market maker). Vu que les circonstances des dernières années passées depuis 2006 n avaient pas vraiment aidé ces banques à se conformer aux taux imposés, l Association a demandé aux autorités monétaires, 1- de prolonger le délai d application pour une période suffisante, 2- de réintégrer dans le calcul de ce taux les créances au secteur privé qui avaient été omises par erreur par la circulaire intermédiaire susmentionnée contrairement à la loi régissant ces banques, et finalement d élargir l éventail des investissements dans le secteur privé pour y inclure les obligations des sociétés. La BDL a alors souligné la nécessité de séparer complètement les activités de la banque commerciale de celles de la banque d affaires et de crédit à moyen et long terme, relevant que les banques d affaires ne pouvaient plus persister dans leurs activités actuelles mais devraient développer leurs opérations, d une part vers la banque d investissement en aidant à la capitalisation des entreprises, et, d autre part, vers la banque privée en s occupant de la gestion de portefeuille et de fortune. D ailleurs suite à la crise financière internationale et ses conséquences sur les banques, l occasion se présentait actuellement alors que le pays avait nettement besoin de banques d investissement pour s occuper de la capitalisation des entreprises, de la promotion des émissions d actions, d obligations, de titres publics et privés, du soutien du marché financier, du développement des activités de banque privée ainsi que de la création d un marché secondaire. Ainsi les banques d affaires pourront réaliser leurs bénéfices à partir d activités qui sont au cœur de leur mission de banque d affaires, plutôt que d aller vers les placements dans les bons du Trésor et les certificats de dépôts. Cela nécessite bien sûr des cadres et des compétences humaines différentes de celles des banques commerciales, mais ces cadres libanais se trouvent en grand nombre sur les marchés régionaux et internationaux., et le moment est propice pour les attirer de nouveau vers le pays. Par ailleurs, en examinant les activités des banques d affaires des deux côtés du Passif et de l Actif, il apparaît que la plupart d entre elles n ont pas suffisamment d emplois dans les créances à moyen et long terme. Quant aux dépôts de ces banques, ils ne se sont pas beaucoup développés malgré leur exonération de la réserve obligatoire et ne représentent que 3,5% seulement du total des dépôts du secteur. La révision du mode de fonctionnement de ces banques devient alors pressante, puisque l exonération de la réserve obligatoire touche actuellement un grand nombre de créances accordées par les banques commerciales. Un groupe de travail de la BDL et de l Association a été formé sous la présidence du premier vice gouverneur pour étudier le sujet en question sous ses différents aspects et présenter un projet complet afin d effectuer en une seule fois les amendements nécessaires à la circulaire concernée et si nécessaire à la loi. L essentiel étant d arriver à promouvoir le rôle des banques

7 DEUXIEME PARTIE: ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 51 d affaires et de crédit à moyen et long terme dans l économie du pays. Par ailleurs la BDL a émis en date du 22/12/2009 la circulaire intermédiaire n 212 qui a prolongé jusqu au 31/12/2010 le délai susmentionné, et les autorités monétaires ont souligné que cette prorogation serait la dernière, après quoi les licences des banques qui ne sont pas en mesure de se conformer aux dispositions de la circulaire de base seront retirées. La BDL a également émis en date du 8/3/2010 la circulaire intermédiaire n 217 dans laquelle elle interdit les opérations de prêt et d emprunt entre banque spécialisée et banque commerciale quand elles appartiennent à un même groupe économique. 4- La circulaire n 103/2006 relative aux qualifications requises pour la pratique de certaines fonctions dans les secteurs bancaire et financier Rappelons que cette circulaire a été, dès sa sortie, l objet de nombreuses controverses entre les banques et la BDL, sachant toutefois que le problème ne réside pas dans l esprit ou dans l objet de la circulaire mais dans son champ d application ainsi que dans le contenu des certificats requis. L Association avait demandé d apporter à cette circulaire certains amendements avant que le délai de mise en vigueur de ses dispositions qui est le 31/12/2008 ne commence à courir. Bien que la BDL soit décidée à appliquer très sérieusement cette circulaire, il fut convenu que la CCB se charge d étudier les aspects d application pratiques de ladite circulaire ainsi que les différents points soulevés par l Association, et ce, à travers une commission conjointe à laquelle participeront la BDL et l Association. Les amendements souhaités par l Association se rapportent aux quatre volets suivants: - Annuler l obligation d envoyer des fiches de tous les employés avec leur CV et se limiter à fournir la liste des employés non concernés par les dispositions de la circulaire, tout en gardant auprès de la banque leurs fiches dûment documentées et qui seront soumises au contrôle de la CCB à la demande de cette dernière. La commission conjointe a accepté cet amendement. - Prolonger le délai de mise en vigueur de cette circulaire jusqu à la fin La commission conjointe a accepté cet amendement. - Revoir certaines matières des certificats relatifs aux Financial Regulations et aux Securities, afin qu elles soient plus adaptées au marché libanais. - Resserrer l éventail des cadres qui seront soumis aux certificats mentionnés au troisième point, afin qu il soit adapté aux besoins du marché libanais et à ceux de l expansion bancaire à l extérieur. En date du 18/9/2009, la BDL a émis la circulaire intermédiaire n 202 dans laquelle elle précise ce qui suit : - Chaque banque doit conserver auprès d elles un dossier de toute personne prévue d être chargée de l une des fonctions citées dans la liste des fonctions réglementées, de sorte que la Commission de contrôle des Banques puisse à tout moment le consulter. - Le délai de mise en vigueur de cette circulaire est reporté au 30/6/ Les directeurs et chefs d agences désignés avant le 15/9/2009 qui jouissent d une expérience pratique non inférieure à sept ans sont dispensés du passage de l examen, mais en contrepartie la catégorie des directeurs et chefs d agences est ajoutée à la liste des fonctions réglementées. Par ailleurs en date du 1/10/2009 la BDL a formé en vertu de la décision n une commission tripartite BDL, CCB, ABL (cette dernière représentée par son secrétaire général) pour étudier la question des équivalences entre certains certificats et ceux exigés par la circulaire. Il fut convenu de soumettre au conseil central de la BDL la recommandation suivante : -Exempter les titulaires du certificat du CFA

8 (Chartered Financial Analyst) et FRM des examens exigés par le SII sauf ceux relatifs aux lois et réglementations libanaises. - Revoir le programme du certificat des papiers financiers «securities» afin que certaines matières soient plus adaptées aux besoins du marché libanais. 5- Certains aspects techniques de l activité bancaire En date du 14/4/2009, la BDL a émis la circulaire principale n 120 relative à l identité bancaire ou IBAN afin de faciliter les virements transfrontaliers et diminuer leurs coûts. A la demande de l Association, le délai d application de cette circulaire a été reporté jusqu à la mi 2010, afin de donner un délai suffisant aux banques, pour aviser leur clientèle et pour l adopter dans leurs systèmes et sur certains de leurs imprimés. Notons que le domaine d application de L IBAN est uniquement dans les virements internes entre banques et dans les virements internationaux. L Association a alors insisté pour ne pas l imposer sur tous les imprimés des banques mais uniquement là où il y a besoin. Par ailleurs l Association en coordination avec la BDL et avec le soutien technique du FMI, a suivi la mise en place du processus facilitant l application de ce projet techniquement et administrativement. Concernant la modernisation des systèmes de paiements localement et avec l étranger, la BDL a promis que durant l année 2010 un changement de qualité allait avoir lieu dans ce domaine. La BDL a également élaboré fin 2009 un projet d amélioration des systèmes de paiements au Liban sur deux volets RTGS et ACH, et l Association a formé un groupe de travail pour étudier avec la BDL les détails de ce projet sous ces aspects bancaires et techniques, alors que l aspect légal a été étudié par sa commission juridique. La BDL a en outre donné son accord au projet proposé par l Association concernant l établissement d une compensation locale (local settlement) des transactions sur les cartes de crédit, à l instar de ce qui avait été fait auparavant pour les ATM.. Un tel projet devrait faciliter les paiements et permettrait au pays de réaliser de grandes économies en devises étrangères sur les commissions payées pour les transactions locales aux sociétés internationales (Visa, Mastercard ) et sur les garanties croissantes constituées en leur faveur. Par ailleurs, afin de fournir une plus grande sécurité aux opérations de retrait sur les cartes de crédit et sur les ATM, la BDL a émis en 2009 les deux circulaires intermédiaires n 184 et n 203 sur la nécessité de préserver les renseignements personnels du client lors des transactions et de ne pas les faire apparaître sur les reçus, ainsi que sur le mode d envoi au client de l extrait de compte de ses cartes de crédit. Mais comme il était difficile aux banques de vérifier la bonne réception par le client de l extrait de compte de ses cartes de crédit, il était nécessaire au moins qu elles contrôlent sérieusement l envoi de cet extrait de compte. Il fut convenu avec la BDL de considérer alors l envoi par SMS comme étant un des meilleurs moyens d information, ainsi que l octroi par la banque de la possibilité d accès de son client à son compte par voie électronique, comme pouvant répondre aux exigences de ladite circulaire. La Banque du Liban a également affirmé qu elle allait réexaminer la licence octroyée aux banques qui ne possédaient pas de système SMS ou tout autre système similaire d information. II - QUESTIONS PROFESSIONNELLES 1- Certains aspects de l activité bancaire a- La politique des taux d intérêts créditeurs et débiteurs Face aux disparités grandissantes entre les taux mondiaux et les risques sur le marché de Beyrouth et avec l absence de pragmatisme de l adoption du Libor comme référence pour les taux d intérêts locaux, le conseil d administration de l Association a décidé lors de sa réunion tenue le 24 mars 2009 d adopter, selon une certaine méthodologie de calcul, un taux appelé Beirut Cost Rate qui refléterait le coût du dollar sur le marché

9 DEUXIEME PARTIE: ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 53 de Beyrouth, et qui serait utilisé par les banques à partir d avril 2009 comme taux de référence dans les contrats de crédits à la place du Libor. Les banques pourraient, en s y basant et après ajout du coût de l opération de crédit et de la marge de profit des banques, déterminer également les taux d intérêts «Prime rate». L Association s est basée dans le calcul de ce taux de référence sur le coût moyen des dépôts à terme en dollar puis y a ajouté le coût opérationnel moyen dans le secteur bancaire libanais rapporté sur l ensemble des dépôts et pondéré par la part des créances en dollar dans le portefeuille créances. Par ailleurs un taux de référence sur le marché de Beyrouth pour la livre libanaise, calculé suivant la même méthode que pour le dollar, a été adopté. La BDL a qualifié l adoption de ce nouveau taux en dollar et en livre libanaise d initiative saine et de qualité pour le secteur, préférant toutefois le terme «Beirut Reference Rate BRR» à BCR afin d éviter toute confusion avec le «Beirut Interbank Rate» surtout sur les marchés internationaux. L Association a de son côté souhaité que la BDL adopte ce nouveau taux dans ces circulaires notamment celles relatives à la réserve obligatoire et à la bonification des intérêts. Ainsi depuis le mois de juin 2009, l Association envoie périodiquement par circulaire aux banques, le taux de référence sur le marché de Beyrouth BRR en dollar et en livre libanaise. Ce taux a graduellement baissé de 5,24% à 5,05% en dollar et de 8,96% à 8,32% en livre libanaise durant la période allant de juin 2009 au 10/3/2010. En contrepartie, l Association a recommandé aux banques, vu la hausse importante de leurs liquidités notamment en livre, d accélérer, parallèlement à cette baisse, la baisse des taux d intérêt créditeurs. b- La liste unifiée des conditions bancaires Rappelons que l Association n avait pas effectué depuis l année 2003 de révision sur la liste unifiée des conditions bancaires circularisée aux banques. En 2009, après étude de cette liste par la commission des conditions bancaires, le conseil d administration de l Association a convenu des amendements proposés afin de rendre cette liste plus conforme aux conditions effectivement appliquées par les banques, et l a recommandée par circulaire aux banques pour être mise en vigueur à partir du1/4/2009. Cette liste que l Association publie également pour le public, par respect du principe de transparence, constitue une référence pour les commissions perçues par les banques sur les services rendus à la clientèle. Elle couvre les opérations avec la clientèle telles que l émission et l encaissement de chèques, les crédits documentaires, les garanties et tous les autres services bancaires. 2- La lutte contre le blanchiment En date du 9/7/2009, la Commission d Enquête Spéciale (SIC) a publié la directive n 10 qui a mis de nouvelles restrictions sur les opérations effectuées sur les comptes classés sous contrôle «traceable». Mais comme la mise en vigueur de cette directive présentait certaines difficultés pratiques, la SIC a donné au cours de sa séance du 17/9/2009, des clarifications sur les détails d application pratiques de ladite directive, et ce, à la demande de l Association qui lui avait adressé une requête dans ce sens. Notons que les autorités monétaires avait exprimé dans ce cadre leur satisfaction de la réussite du Liban lors de l évaluation effectuée par MENA FATF qui avait même montré que le Liban était le meilleur pays arabe dans le respect des normes internationales de lutte contre le blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme. Cette évaluation remportée grâce au sérieux et au professionnalisme de la partie négociatrice libanaise, est un élément qui est pris de plus en plus en considération par les Etats lorsqu ils traitent avec les secteurs bancaires dans le monde, ce qui permet au Liban de rester à l abri des surprises dans ce domaine. Par ailleurs avec les dernières mesures prises par les pays de l OCDE en matière de fraudes fiscales surtout en présence du secret bancaire, les autorités monétaires ont demandé aux directions des banques d être très prudentes par rapport aux deux points suivants :1- D être rigoureuses et prudentes lors de l ouverture de comptes pour des clients non-résidents, personnes physiques ou sociétés ou avocats oeuvrant pour le compte de tiers et refuser d ouvrir de tels comptes avant de s assurer des ayants droits véritables. 2- D être strictes lors de l ouverture de comptes pour les opérateurs sur des actions et leur demander de signer une clause accordant à la banque le droit, en cas de litige sur les délits d initiés «inside trading», de lever le secret bancaire et de livrer les informations demandées aux autorités officielles compétentes.

10 En date du 9/5/2009 la BDL a émis la circulaire intermédiaire n 190 dans laquelle elle demande aux banques d adopter une nouvelle approche basée sur les risques pour classifier les clients et les opérations, et ce suivant le degré de risque du client et du pays (la fermeté des lois relatives à la lutte contre le blanchiment) et des services. Les banques doivent établir des mesures et des procédures de contrôle basées sur les risques, et utiliser des programmes informatiques spécialisés pour effectuer les contrôles nécessaires conformément à la classification adoptée. La commission de la lutte contre le blanchiment des capitaux de l Association a reconnu l importance de cette circulaire, relevant toutefois que l application des mesures et procédures requises nécessitait beaucoup de temps pour effectuer la formation du personnel, recueillir les données et renseignements et trouver ou adapter des programmes informatiques spécialisés. Actuellement un groupe de travail au sein de cette Commission œuvre pour établir une méthodologie générale pour les grandes lignes de cette classification, afin de constituer une base sur laquelle chaque banque pourrait établir sa propre approche. 3- Loi sur les fusions bancaires et les prêts bonifiés Après quatre années de requête continue de la part de l Association, le décret n 1423 daté du 23/2/2009 a finalement été publié. Ce décret comporte le règlement relatif aux mécanismes et normes des prêts bonifiés octroyés par la BDL en vertu de l article six de la loi n 192/93 amendée et remise en application par la loi n 675 du 14/2/ Arrêté n 632/1 relatif aux dispositions fiscales concernant les bénéfices de cession d actions et parts Le ministre des Finances avait promulgué en date du 1/7/2009 l arrêté n 632/1 concernant les dispositions fiscales à appliquer sur les bénéfices de cession d actions et parts des sociétés de capitaux. Après examen, l Association a relevé que cet arrêté était en contradiction avec certaines lois en vigueur, notamment sur deux points : Premièrement : L article 19 de la loi n 282/1993 avait exempté, sans aucune condition, les bénéfices de cession d actions et parts de l impôt sur le revenu. Deuxièmement : L article n 25 de cette même loi avait stipulé que les minutes d application seront déterminées par décret pris en conseil des ministres et non point par arrêté ministériel. En date du 5/9/2009, un arrêté ministériel portant le n 852 et annulant l arrêté n 632/1 susmentionné a été publié. L Association a applaudi pour une telle démarche qui préservait la stabilité de la juridiction fiscale dans ce domaine. 5- Droit de la femme mariée à ouvrir un compte pour son fils mineur Les associations féminines avaient déjà soulevé en 2008 avec l Association, la question de la possibilité pour la femme mariée d ouvrir des comptes bancaires ordinaires au nom de ses enfants mineurs. Il a été constaté à ce moment là que la femme mariée ne pouvait pas ouvrir de tels comptes sauf en cas de décès du père de l enfant mineur et après être désignée par décision du tribunal compétent comme tutrice légale. Mais il s est avéré plus tard, que les contrats et les comptes fiduciaires pouvaient constituer une issue à cette question complexe imbriquée avec les lois du statut personnel ainsi que d autres lois en vigueur au Liban. Il fut convenu, sur avis de la commission juridique de l Association de recommander aux banques membres ce qui suit : - Rien n empêchait la mère d un mineur d ouvrir un compte fiduciaire auprès d une banque et y désigner le fils mineur comme bénéficiaire de ce compte, avec possibilité de donner comme instruction à la banque de retarder la notification du bénéficiaire jusqu à atteinte de l âge de la majorité. Il revient à chaque banque de s entendre avec la mère sur les différents termes et modalités du contrat et du compte fiduciaire, en particulier sur les éléments relatifs à sa durée et qui pourrait être la période restant au mineur pour atteindre l âge de la majorité ou même dépasser cette période, ainsi que les dispositions à prendre en

11 DEUXIEME PARTIE: ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 55 cas de décès du fiduçiant avant que le mineur n ait encore atteint l âge de la majorité. 6- Un Credit bureau pour informer sur les agents débiteurs Depuis 2007, l Association s est particulièrement intéressée à la mise en place d un bureau de renseignements du crédit au Liban Credit bureau qui revêt une grande importance dans l amélioration de la gestion des risques de crédit, surtout pour les petites et moyennes entreprises et les individus. De même, la Société financière internationale IFC a présenté une étude de faisabilité qui avait été discutée par les commissions spécialisées de l Association. Il a été décidé après négociations que la Société financière du Liban prenne en charge ce projet. Cette dernière a signé avec la Société financière internationale IFC l étude de faisabilité détaillée terms of references (y compris l aspect commercial) dont les résultats ont été proposés aux représentants des banques en février 2009 lors d une réunion générale tenue au siège de l Association, en présence des administrations des banques et du gouverneur de la Banque du Liban. D un commun accord, il a été décidé que la Société financière du Liban continue la réalisation de ce projet important pour l activité bancaire au Liban avec tout ce que cela comportait tel la constitution d une société spécialisée et la coopération avec une institution internationale experte en la matière, et finalement l amendement de certains règlements et lois pour faciliter l obtention des renseignements et les faire partager ultérieurement. Il est souhaitable que l exécution de ce projet important ne soit pas retardée par la routine administrative, ou par des atermoiements ou des dissensions inutiles. III- PARTICIPATION DE L ASSOCIATION ET COOPÉRATION AVEC TOUTES LES INSTANCES ET ORGANISMES ÉCONOMIQUES L ABL a réitéré son engagement sur le plan national général, en renforçant sa présence et sa position en tant que l une des principales instances économiques sur la scène libanaise. Pour cela, elle a notamment eu recours aux moyens suivants: Fournir aux médias de façon régulière et intensive les publications de l ABL (données, bulletins mensuels, brochures, manuels, dossiers, études, etc.) en tant que principale source d informations concernant les différents aspects de l activité économique au Liban en général, et de l activité bancaire en particulier. Publier des communiqués de presse sur des questions nationales, économiques et professionnelles intéressant la communauté bancaire. Accorder un don de 4 millions de dollars U.S, du secteur bancaire libanais à l association verte Akhdar Dayem, qui représente sa participation au projet conjoint de cette association avec le ministère de l intérieur, pour lutter contre les incendies et la protection de la richesse forestière du pays. Coopérer avec les différentes instances économiques libanaises afin d élaborer des documents de travail ou des conceptions communes représentant le point de vue de ces instances à propos de projets ou de mesures proposés par les autorités officielles. Continuer de coopérer avec différents conseils d administration et comités à caractère social, économique, éducatif et environnemental en désignant des représentants du secteur bancaire et de l Association dans les organismes suivants: le conseil d administration de la Caisse nationale de sécurité sociale CNSS; le conseil d administration de l office national de l emploi; la Commission bancaire et la Commission sur l environnement (Chambre de Commerce Internationale Liban), ; le comité libanais de suivi de l application du projet de rationalisation de l exploitation de l énergie (ministère des Ressources électriques et hydrauliques); le comité libanais permanent de volontariat (ministère

12 des Affaires sociales); le comité d activation des droits des handicapés dans le domaine du travail (ministère du Travail); l association libanaise pour l enseignement scientifique, technique et économique (Le CNAM français et l université libanaise); le conseil d administration du centre de recherche industrielle (ministère de l Industrie); la Commission nationale pour faciliter les transports et le commerce (ministère des Transports); la Commission administrative de la caisse de l environnement (ministère de l environnement) Participer au parrainage et/ou soutien de certaines manifestations nationales et économiques importantes comme «Comportement des femmes dans leurs relations avec les banques au Liban» élaboré par le Rassemblement des chercheuses libanaises Bahithat (début 2009), et le congrès sur «l investissement intra arabe à l ombre du nouvel ordre mondial» organisé par la Fédération des banques arabes (Beyrouth le novembre 2009). Participer aux réunions annuelles conjointes entre la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (Washington, octobre 2009), ainsi qu à d autres conférences régionales et internationales, telles que: La treizième réunion annuelle des directeurs généraux exécutifs des banques dans la région MENA, organisée par l Institution financière internationale- IIF (Amman Jordanie, 22 février 2009), le Forum du dialogue bancaire arabo- européen organisé par la Fédération des banques arabes en coopération avec l Association française des Banques (Paris Mai 2009), Le sommet bancaire arabe international pour l année 2009 (Londres juin 2009), le dix neuvième congrès bancaire européen (Francfort - Allemagne 20 novembre 2009), le congrès du partenariat entre les secteurs public et privé organisé par l Association anglo-syrienne (damas-syrie, 31 octobre -1 novembre 2009). Accueillir des délégations arabes et internationales (Union européenne, Société Financière Internationale, Banque mondiale, Fonds monétaire international, des hommes d affaires et des banquiers ). Sur le plan de l information, les contacts et les relations avec les responsables des affaires économiques dans les différents médias libanais se sont renforcés, assurant une couverture continue et complète des activités de l ABL et de ses positions. L ABL continue en outre de publier son Bulletin interne (1300 exemplaires par mois, distribués à égalité entre les abonnés et les représentants de la presse au Liban), son mensuel en langue anglaise (The Economic Letter) comportant un bref aperçu de l évolution des principaux secteurs de l économie libanaise, illustré par des statistiques et dont 1100 exemplaires sont distribués aux banques, institutions et organismes au Liban et surtout à l étranger. Par ailleurs, les bulletins mensuels sur les principaux indicateurs (Key Indicators) et sur le portefeuille des bons du Trésor en livres libanaises et en devises étrangères (Treasury Bills) sont toujours distribués aux banques. A cela s ajoutent le rapport annuel 2008 dans les trois langues arabe, français et anglais, et le programme de stage et de formation , et un nouveau dossier n 24 a été publié dans la série des dossiers de l ABL sur Les principales législations bancaires et financières au Liban (dans les deux langues arabe et française). Par ailleurs le secrétariat général de l Association a publié la nouvelle Convention collective des Banques (dans les trois langues arabe, française, et anglaise), ainsi que l Almanach des banques au Liban 2009 en langue anglaise. Sur le plan de la documentation et de la bibliothèque interne, l ABL continue de mettre à jour sa banque de données et son archive de presse ( ) et d enrichir sa bibliothèque (1500 ouvrages spécialisés et 130 périodiques en arabe, français et anglais). Ainsi, l ABL est aujourd hui à même de mettre à la disposition des cadres de la profession bancaire et des chercheurs spécialisés une série complète de documents et de références dont ils pourraient avoir besoin. L Association poursuit la mise à jour de son site Internet (www.abl.org.lb). Ce site est ainsi disponible en trois langues (arabe, français et anglais) et permet aux utilisateurs d obtenir des informations sur la structure de l ABL, son Secrétariat général, la constitution de son Conseil d administration et de ses commissions ainsi que sur ses différents services, activités et publications. Le site comporte en outre le texte de la Convention collective de travail qui organise les relations professionnelles entre les administrations des banques et leurs employés.

13 DEUXIEME PARTIE: ACTIVITES DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN 57 Le jubilé d or, cinquantième anniversaire de l Association des Banques du Liban A l occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation ( ), l Association des Banques du Liban a lancé le programme des activités et des initiatives pour célébrer ce Jubilé d or. Le Département de la communication et des relations publiques s est chargé de la mise en exécution de ce programme, sous la supervision du Secrétaire général et en coopération et coordination avec les commissions bancaires spécialisés Dans le cadre de ce programme, les initiatives suivantes ont été prises: 1- Réalisation d une carte de voeux spéciale (une calligraphie du nom de l Association par la plume de l artiste Lena Kilikian) à l occasion des fêtes du Nouvel An Reproduction de la carte spéciale de voeux en peinture artistique sur toile Canevas, afin de l offrir à tous les présidents des conseils d administration - directeurs généraux dans le secteur bancaire, ainsi qu à un certain nombre de personnalités du monde financier et bancaire (125 toiles). 3- Accrochage des portraits des banquiers qui se sont succédés à la présidence des conseils d administration de l ABL (avec inscription des années de leur mandat) sur les murs de la salle du troisième étage du siège de l ABL. Ces présidents sont, successivement, messieurs : Pierre Eddé, Anis Bibi, Joseph Geagea, Assaad Sawaya, Antoine Chader, Adel Kassar, Abdallah El Zakhem, Georges Achi, Raymond Audi, François Bassile, Farid Raphaêl, Joseph Torbey.. 4- Production et diffusion d un film publicitaire(60 seconds) qui met en relief la solidité du secteur bancaire libanais, sa capacité à suivre la modernisation et son rôle de soutien à l économie nationale au cours de la dernière moitié du siècle. Ce film a été diffusé sur toutes les chaînes de télévision libanaises durant une période de trois semaines. 5- Emission d une médaille commémorative plaquée or. Le design de cette médaille a été conçu par l atelier artisanal «Chéhab» au Liban et la production de mille pièces de cette médaille par la Maison de la monnaie à Paris. 6- Publication d un livre sur l ABL dans les deux langues arabe et anglaise qui contient en résumé; - Un aperçu de la constitution de l Association, sa licence, son but, sa mission, ses statuts et sa structure fonctionnelle ou organigramme. - Les membres fondateurs : individus et banques. - Les présidents et les membres des conseils d administration de l ABL qui se sont succédés durant les cinquante années d activités. - Evolution des principaux indicateurs de l activité bancaire au cours des périodes charnières. - Les principales législations et circulaires qui ont régi l activité bancaire. - L évolution de l implantation bancaire libanaise à l étranger. - Un aperçu de la Convention Collective de travail et de l évolution des ressources humaines travaillant dans le secteur. - Un aperçu de la solidité du secteur bancaire libanais face aux grandes épreuves et crises. - Un résumé des principales participations du secteur aux efforts de l Etat pour le renforcement son autorité et les participations à l allégement des souffrances des libanais. 7- Organisation d un déjeuner en l honneur des médias au restaurant «Le Maillon» Achrafieh, (le 3 novembre 2009), auquel ont assisté, le président et les membres du conseil d administration de l ABL, le président de l ordre des rédacteurs Karam Melhem Karam, le président et les membres du comité administratif de l Association des médias économiques, et le président et les membres du comité administratif de l Association du club de la presse, ainsi qu une foule de journalistes qui travaillent dans les médias audiovisuels et la presse écrite. 8- Organisation d un dîner de gala à l Hôtel Phoenicia Intercontinental ( le 6 Novembre 2009) qui a groupé près de 700 personnes, et auquel ont assisté son excellence

14 le président Fouad Siniora en tant que représentant du président de la République son excellence le général Michel Sleiman, Son excellence M. Yassine jaber en tant que représentant du président de la chambre des députés, et un grand nombre de ministres et de députés, ainsi que le gouverneur de la Banque du Liban avec ses vices- gouverneurs et le président et membres de la Commission de contrôle des Banques, ainsi qu un grand nombre d ambassadeurs arabes et étrangers, et les présidents des instances économiques et juridiques, et une foule de responsables bancaires. 9- Elaboration des plans d aménagement du hall au rez de chaussée du siège de l ABL, et ce afin d assurer: A- Une exposition permanente de peinture et de sculpture, des oeuvres d artistes Libanais, arabes et étrangers, et en particulier les jeunes talents. B- L installation d écrans pour la diffusion en continu de l évolution des taux de change et des marchés boursiers arabes et internationaux. C- L installation d un stand pour exposer les spécimens des publications des banques libanaises.

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE ACTIVITÉS, DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN

DEUXIÈME PARTIE ACTIVITÉS, DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN DEUXIÈME PARTIE ACTIVITÉS, DE L ASSOCIATION DES BANQUES DU LIBAN DEUXIÈME PARTIE ACTIVITÉS DE L ASSOCIATION DES BANQUES DE LIBAN L Association a continué en 2011, à suivre de près avec les autorités concernées,

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger

Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger du Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger Le nouveau règlement COSOB n 12-01 du 12 janvier 2012, modifiant et complétant le règlement n 97-03 du 18 Novembre 1997 relatif au règlement général de la

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Politique de placement de la FCO

Politique de placement de la FCO Politique de placement de la FCO FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE DE PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique ayant pour mandat de subventionner

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

ACTIVITÉ ET PERFORMANCE DU SECTEUR BANCAIRE LIBANAIS en 2008

ACTIVITÉ ET PERFORMANCE DU SECTEUR BANCAIRE LIBANAIS en 2008 QUATRIEME PARTIE ACTIVITÉ ET PERFORMANCE DU SECTEUR BANCAIRE LIBANAIS Durant l année 2008 QUATRIEME PARTIE ACTIVITÉ ET PERFORMANCE DU SECTEUR BANCAIRE LIBANAIS en 2008 Premièrement : introduction Les banques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Règlement intérieur. Plateforme France Initiative. du Pays du centre Bretagne

Règlement intérieur. Plateforme France Initiative. du Pays du centre Bretagne Règlement intérieur Plateforme France Initiative du Pays du centre Bretagne Centre Bretagne Initiative 5 r u e F e r d i n a n d L e T é n o B P 1 2-2 2 2 1 0 P L E M E T Tél. : 02 96 66 32 22 - Fax :

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE Le fonds National de Garantie a été institué par la loi n 100 du 31 décembre 1981 portant loi de Finances pour la gestion 1982, article 73 tel que modifié par l article 66

Plus en détail

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques:

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques: Décret exécutif n 95-340 du 6 Joumada Ethania 1416 correspondant au 30 octobre 1995 fixant les condition d'octroi et de retrait d'agrément, de capacités professionnelles, rétributions et de contrôle des

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail