Initiative francophone pour la formation à distance des maitres. Evaluation externe de la phase expérimentale à Madagascar.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative francophone pour la formation à distance des maitres. Evaluation externe de la phase expérimentale à Madagascar."

Transcription

1 Initiative francophone pour la formation à distance des maitres Evaluation externe de la phase expérimentale à Madagascar Mars 2013

2 1. Eléments de contexte 1.1. Données générales sur Madagascar Géographie 1 Madagascar est un pays insulaire à l est de l Afrique dans la zone Océan indien. Considéré comme la 5 ème île du monde par sa superficie ( km²), Madagascar est séparé du continent africain par le canal du Mozambique. L île s étire sur 1580 km du nord au sud et 500 km dans le sens est-ouest. Elle a pour voisines les Comores (300 km au nord-ouest), la Réunion (800 km à l est), puis Maurice (à l est) et les Seychelles (au nord-est). Démographie La population malgache est estimée à individus en Selon la même source, cette population est en très forte croissance avec un taux annuel moyen de croissance de 2,8% entre 2010 et La population est majoritairement jeune et près de la moitié (48,5%) ont moins de 15 ans. Le pays est peu urbanisé puisque 78% de la population vit en milieu rural ; contre 22% seulement en milieu urbain. Près de 49% de la population vit dans les zones enclavées étant donné la faible étendue et la précarité du réseau national routier, surtout en période de pluie, malgré d importants projets routiers engagés, mais interrompus avec la crise politique de Développement des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) La figure suivante montre la proportion pour 100 habitants ayant accès aux services TIC : Figure 1 : Pourcentage d accès aux services de télécommunication Téléphonie fixe Téléphonie mobile Service internet Source : ITU, Key country data, janvier madagascar/article/geographieethistoire «Jeunes et compétences : L Education au travail» Rapport mondial de suivi de l EPT 2012, Editions UNESCO,

3 D importantes décisions politiques prise par l Etat malagasy ont contribué au développement rapide des TIC au cours de la dernière décennie : les investissements stratégiques importants dans les infrastructures numériques (réseau international en fibre optique, dorsale nationale, rénovation des infrastructures, etc.) ; les mesures fiscales incitatives (réduction de droits et/ou détaxation temporaire) à l importation des matériels TIC et informatiques ; l ouverture de lignes aériennes directes avec les pays asiatiques (Chine, Thaïlande, etc.) ayant permis de développer le commerce et l importation de matériels bon marché (téléphone, ordinateurs, etc.) tout en bénéficiant des dernières technologies. La téléphonie mobile a connu un essor particulièrement important alors que l accès à internet, malgré une croissance sensible entre , reste limité (inférieur à 2%). Le téléphone portable fait désormais partie de la vie quotidienne des malgaches puisque les derniers chiffres de l ITU affichent un taux d accès de 40,65% en 2011, en constante progression depuis 10 ans. Par ailleurs, les opérateurs de téléphonie mobile rivalisent de créativité pour offrir des produits innovants aux abonnés servis sur le territoire (dont une grande partie à faible revenu) ; et pour réduire l isolement d une large portion de la population. Langues officielles La Constitution de la 4 ème République 3 dans son Article 4 retient le malagasy et le français comme langues officielles. Votée en novembre 2010, cette nouvelle Constitution a notamment retiré l anglais en tant que troisième langue officielle. Selon les statistiques de l Observatoire de la langue française 4 en 2010, Madagascar compte environ locuteurs en français (soit environ 18% de la population totale) Organisation du système éducatif enseignement primaire La Constitution de la République de Madagascar affirme son engagement pour la réalisation des objectifs de l Education pour Tous en : - Mettant en exergue dans son préambule sa participation volontariste dans le concert des nations, et faisant siennes, notamment La Charte internationale des Droits de l Homme et les Conventions relatives aux droits de l enfant, aux droits de la femme, à la protection de l environnement, aux droits sociaux, économiques, politiques, civils et culturels ; - Renforçant cet engagement dans ses articles 22, 23, 25 : Article 22 L Etat s engage à prendre les mesures nécessaires en vue d assurer le développement intellectuel de tout individu sans autre limitation que les aptitudes de chacun. Article 23 Tout enfant a droit à l instruction et à l éducation sous la responsabilité des parents dans le respect de leur liberté de choix. Article 25 L Etat reconnaît le droit à l enseignement privé et garantit la liberté d enseigner sous réserve des conditions d hygiène, de moralité et de capacité fixées par la loi.2 3 Depuis novembre

4 Politique sectorielle Madagascar a connu une succession de plans sectoriels de l éducation durant la dernière décennie. Le Plan de réforme et de développement du système éducatif élaboré en 2003 fait place au Plan Education Pour Tous (EPT) en Ce dernier est ensuite révisé en 2008 pour répondre aux Défis de l éducation assignés par le Madagascar Action Plan en donnant la priorité à l enseignement primaire universel compte tenu de la faible performance du système éducatif qui reste particulièrement faible à ce niveau d études. Ses objectifs étaient la fréquentation de l école primaire (premier cycle fondamental) par tous les enfants, garçons et filles, ainsi que l amélioration de la qualité de l enseignement et de la gestion du système éducatif. En définitive, ces différents Plans sectoriels poursuivent la réalisation des objectifs de l Education Pour Tous définis au Forum Mondial sur l éducation qui s est tenu à Dakar en l an Cependant, à trois ans seulement du terme fixé pour la réalisation de ces objectifs (horizon 2015), force est de constater que Madagascar n est pas en bonne voie pour tenir ses engagements. De plus, depuis l éclatement de la crise politique en 2009, le pays a sérieusement hypothéqué ses chances de les atteindre, nécessitant actuellement la revue du plan EPT, désormais appelé PIE ou Plan Intérimaire de l Education Sans cadre structurant ces 3 dernières années, le Ministère de l Education Nationale, dans sa lettre N 2012/051/MEN s est engagé dans la préparation de ce Plan de l éducation dit «intérimaire» et couvrant la période «La nature intérimaire du PIE s explique par la présence d un gouvernement de transition qui ne peut s engager dans une politique sectorielle à long terme» 5. Tableau 1 : Trois axes stratégiques du PIE Axes stratégiques Axe1 Extension des capacités d accueil et de la rétention scolaire Axe 2 Amélioration de la qualité de l'enseignement Axe 3 Renforcement Institutionnel Source : MEN, Plan intérimaire pour l éducation Objectif Développer les capacités d accueil et d encadrement des élèves, promouvoir leur rétention et initier formellement des mécanismes d insertion ou de réinsertion des exclus du système Promouvoir la qualité des enseignements par l amélioration des conditions d apprentissage et le développement de la formation, de la motivation et de l encadrement pédagogique des enseignants. Renforcer les capacités institutionnelles de planification, de gestion et de communication de l ensemble du Ministère, du niveau central aux différents niveaux déconcentrés et décentralisés en vue d améliorer la gouvernance et d'asseoir la notion de redevabilité au sein du système Organisation administrative de l enseignement fondamental 6 Le Ministère de l Education Nationale (MEN) est en même temps le maitre d ouvrage et le maitre d œuvre de la politique générale de l Etat en matière d éducation. A travers ses différents directions et organismes rattachés et/ou déconcentrés, il est notamment chargé : - d assurer une éducation de base pour tous les Malgaches (Education pour Tous), de satisfaire les besoins en main d œuvre qualifiée des secteurs de production, à court, à moyen, et à long terme ; - d anticiper et accompagner le développement économique, social et culturel de Madagascar ; - de diffuser des savoirs par tous les moyens vers les différentes couches de la population malgache en vue de résoudre leurs problèmes pratiques dans le sens du progrès. - d assurer un meilleur environnement pour toutes les études. 5 Plan Intérimaire pour l Education Ministère de l éducation nationale. Rapport national sur le développement de l éducation à Madagascar. Présenté à la 48è session de la Conférence internationale de l éducation, Genève,

5 Figure 2 : Organigramme du Ministère de l Education Nationale CISCO : Circonscription scolaire DAAF : Direction des Affaires Administratives et Financières DCI : Direction des Curricula et des Intrants DEF : Direction de l Education Fondamentale DEIPEF : Direction de l Encadrement et de l Inspection Pédagogique de l Education Fondamentale DEIPES : Direction de l Encadrement et de l Inspection Pédagogique de l Enseignement Secondaire DEPA : Direction de l Education Préscolaire et de l Alphabétisation DERP : Direction de l Etude et de la Recherche Pédagogique DES : Direction de l Enseignement Secondaire DFM : Direction de la Formation de Masse DPE : Direction de la Planification de l Education DPFI : Direction du Patrimoine Foncier et des Infrastructures DREN : Direction Régionale de l Education Nationale DRH : Direction des Ressources Humaines DTIC : Direction des Technologies de l Information et de la Communication ORG RAT : Organismes sous tutelle et rattachés PRMP : Personnes Responsables des Marchés Publics Source : MEN, 2012 Plus particulièrement, trois objectifs fondamentaux sont assignés à l éducation primaire : - l acquisition par les enfants de compétences linguistiques ; - l acquisition par les enfants de connaissances et de fondements théoriques, et de compétences en mathématiques et en science sociale ; - le développement du goût d apprendre. Le MEN, à travers ses deux directions centrales, est compétent pour l'enseignement scolaire, qui comprend : - l'enseignement préélémentaire ou préscolaire, - l'enseignement élémentaire et moyen (école primaire), - l'enseignement secondaire (collège et lycée). Au niveau déconcentré, le MEN est représenté par sa direction régionale, subdivisée en Circonscriptions scolaires et en Zones Administratives et Pédagogiques. Le MEN définit et délivre les diplômes nationaux correspondant à ces niveaux d études 7. 7 Sauf pour le baccalauréat du lycée, délivré par le Ministère de l Enseignement Supérieur. 4

6 Organisation de la scolarité dans l enseignement primaire public 8 a. Structure du système éducatif La loi 2008/011 du 17 juillet 2008 définit l orientation générale du système d éducation, d enseignement et de formation à Madagascar. Dans son Article 41, ce texte prévoit de substituer l ancienne structure de l enseignement fondamental et secondaire de (5+4+3) par la nouvelle structure de (7+3+2). La durée des études devait être subdivisée en une éducation fondamentale d une durée de 10 ans et un enseignement secondaire de 2 ans. Cette réforme a été toutefois interrompue par la crise politique qui a éclaté en D abord mise en œuvre à titre d expérimentation, elle s est limitée depuis lors à 20 CISCO «Réforme». Avec cette suspension de la réforme, l enseignement général à Madagascar garde dans sa globalité une structure en quatre cycles comprenant : - l éducation préscolaire, - l éducation fondamentale subdivisée en 1er cycle (niveau primaire de 5 ans) et 2nd cycle (niveau collège de 4 ans), - l enseignement secondaire (niveau lycée de 3 ans), - l enseignement supérieur (niveau universitaire en transition vers le LMD). Figure 3 : Madagascar : structure du système de l enseignement général (2007) Source : MEN, Rapport national sur le développement de l éducation à Madagascar. Présenté à la 48è session de la Conférence internationale de l éducation, Genève, 2008 L enseignement primaire est étalé sur cinq ans d études. Il est officiellement obligatoire à partir de l âge de 6 ans. La fin des études primaires est sanctionnée par le Certificat d études primaires élémentaires (CEPE). 8 Ministère de l éducation nationale. Rapport national sur le développement de l éducation à Madagascar. Présenté à la 48è session de la Conférence internationale de l éducation, Genève,

7 Les 5 années sont réparties en classes de : - CP1 ou Cours Préparatoire 1ère année ou 11ème - CP2 ou Cours Préparatoire 2ème année ou 10ème - CE ou Cours Elémentaire ou 9ème - CM1 ou Cours Moyen 1ère année ou 8ème - CM2 ou Cours Moyen 2ème année ou 7 ème b. Programmes scolaires 9 Plusieurs réformes pédagogiques ont été expérimentées mais n ont pas été appliquées de manière uniforme au niveau national. Les écoles malgaches appliquent aujourd hui une pédagogie à multiples vitesses puisque, dans la pratique, plusieurs approches curriculaires coexistent actuellement dans le primaire. Tableau 2 : Historique des réformes pédagogiques depuis 1995 Approches Programmes d études (PE) Guides pédagogiques Manuels scolaires A partir de CISCO Réformes PPO APC APS Autres CISCO PPO APC 20 CISCO Réformes PE en 1995 PE en 2008 Autres CISCO PE en CISCO Réformes Livret PE PPO Guide APC Livret PE APS Autres CISCO Livret PE PPO Guide APC 20 CISCO Réformes Série Vola et nouveaux manuels Cahiers de situations Cahiers d intégrations Série Vola et nouveaux manuels Autres CISCO Cahiers de situations Cahiers d intégrations Source : MEN, Plan intérimaire pour l Education Livre (boky) et fascicules Quant au programme d études, malgré les réformes successives et l identification de nouveaux thèmes prioritaires pour l éducation 10, les mêmes disciplines ont été reprises, avec les mêmes contenus académiques. Avec l introduction des nouvelles approches curriculaires, le programme en vigueur n a fait l objet que d une réécriture des programmes des années c. Langue d enseignement L enseignement est généralement dispensé en malagasy dans les deux premières années d études. Durant ces deux premières années du primaire, le français est enseigné comme discipline en tant que langue étrangère. A partir de la troisième année (classe de neuvième), le calcul, la géographie et les connaissances usuelles sont également dispensés en français. La réforme 2008 a cependant opérée une reconsidération de la place de la langue française dans l enseignement. Le malagasy est utilisé comme langue d enseignement jusqu en 5 ème année du primaire (niveau CM2) pour assurer que tous les enfants puissent développer leurs compétences dans tous les domaines. Le français reste enseigné comme discipline dès la 1 ère année du primaire (niveau CP1) mais ne devient langue d'enseignement qu en 6 ème et 7 ème années (rallongement du cycle primaire dans le cadre de la réforme 2008) pour les mathématiques, les sciences et la technologie. d. Organisation des classes Le temps moyen prescrit au primaire est de 960 heures annuel dans un régime à temps plein. 9 MEN, Plan intérimaire pour l Education , 10 Exemples : éducation environnementale, éducation à la prévention de maladies sexuellement transmissibles, éducation en matière d hygiène, démocratie et éducation civique 6

8 Dans la pratique, à cause notamment du sous-effectif du personnel enseignant ou du manque de salles de classe, trois types d organisation coexistent : - le régime à horaires réduits appliqué par les écoles à classes multigrades, - le régime dit à mi-temps, où la même salle de classe accueille deux groupes d élèves conduits par deux enseignants travaillant l un le matin et l autre l après-midi avec alternance par semaine, - le régime à plein temps Données quantitatives et qualitatives sur l enseignement primaire a. Accès à l éducation et achèvement du cycle fondamental En 2011, Madagascar enregistre élèves inscrits dans les écoles primaires publiques (EPP) soit 82,2% du total des inscriptions au niveau primaire (contre 17,8% pour le secteur privé). Tableau 3 : Les effectifs du primaire selon le secteur, de 2001 à 2012 (en milliers) Secteur d enseignement Primaire (EF1) Public Privé Part du privé 21,4% 20,4% 19,3% 18,9% 19,3% 19,1% 18,8% 17,9% 18,0% 17,8% Source : MEN, Direction de la Planification En 10 ans, le nombre d inscription en primaire (surtout dans le secteur public) a connu une croissance continue avec un taux brut de scolarisation (TBS) 11 passant de 107% à 147% (gagnant 40 points entre 2001 et 2011). Cette croissance montre une très forte demande en éducation favorisée par l augmentation de la capacité d accueil (investissements en infrastructures scolaires, recrutement d enseignants) et les mesures incitatives (dotation des élèves en kits scolaires, subvention des enseignants communautaires, suppression des frais de scolarité ou cantines scolaires) ; permettant par la même occasion l absorption progressive des entrées tardives à l école primaire. Figure 4 : Evolution des Taux Bruts de Scolarisation Source : MEN, Plan intérimaire pour l Education Le taux brut de scolarisation correspond au total des inscriptions dans un niveau spécifique d éducation, sans distinction d âge, exprimé en pourcentage de la population officiellement scolarisable au même niveau pour une année scolaire donnée. 7

9 Paradoxalement, les taux d achèvement sont peu élevés (40 % au primaire), principalement parmi les enfants issus des familles les plus pauvres et des zones rurales. Selon le Rapport mondial de suivi de l éducation pour tous de l UNESCO en 2012, «à Madagascar ( ), les enfants pourraient avoir des chances égales d entrer à l école indépendamment de la situation de fortune. Mais les enfants des ménages plus riches ont une probabilité d environ 30 % supérieure d arriver jusqu à la dernière année d études». De plus, il est constaté que la crise politique qui perdure depuis 2009 a durement touché l éducation puisque le pays enregistre en 3 ans un ralentissement (voire une déperdition) du nombre d inscrits et une perte de 9 points du TBS. Par ailleurs, le taux d abandon dans le primaire a augmenté de 5 points par rapport à pour se fixer à 18,7% 12. Si le secteur public est plus accessible aux plus pauvres, il est devenu trop cher depuis la crise de Le budget de l Etat a diminué, ainsi que les aides extérieures. Les familles doivent ainsi contribuer aux dépenses de l école et prendre en charge 19% des frais liés à l éducation. Les problèmes financiers ont ainsi contribué à la baisse de la demande en éducation et à la déscolarisation. b. Qualité de l éducation Les indicateurs de qualité de l éducation obtenus à travers les études du Programme d analyse des systèmes éducatifs des pays de la ConfeMen (PASEC) montrent de sérieuses déperditions des acquis des élèves à la fin primaire entre 1997 et Tableau 4 : Evolution aux tests PASEC (scores sur 100) PASEC PASEC MEN Français 42,6 31,4 26,8 Mathématiques 59,1 51,3 40 Malagasy 50,0 43,5 Source : Enquêtes diagnostiques PASEC 1998, 2005 et MEN Les résultats indiquent notamment une maîtrise insuffisante de la langue française, avec une forte baisse depuis 2005, inquiétante dans la mesure où, en tant que langue d apprentissage, elle freine l accès aux autres apprentissages scolaires 14. Selon le MEN, «La faiblesse des acquis scolaires, et leur détérioration depuis 2005 s expliquent par différents facteurs, y compris un environnement physique sous optimal, un temps d apprentissage insuffisant, mais surtout une faible qualité du corps enseignants et une stratégie pédagogique confuse, à court de moyens». Les constats suivants peuvent être soulignés dans le PIE : - Malgré une amélioration du ratio élèves/salles avec les investissements en infrastructures (réhabilitations ou constructions nouvelles), il reste élevé avec 47 élèves/salles en 2010 ; - Malgré un temps d apprentissage théorique de 960 heures par an, près du quart sont gaspillé en trouvant une explication dans une gestion peu cohérente du processus d allocation des enseignants aux écoles, une mauvaise organisation du temps et une gestion peu efficace du processus pédagogique dans les écoles et dans les classes ; - Malgré une amélioration du ratio maîtres/élèves avec le recours massif aux enseignants communautaires (FRAM), il reste élevé avec 1/44 en En outre, ce recrutement massif se traduit par une diminution très sensible de la qualité de l éducation puisque près de 67% 12 Cf. Rohen d Aiglepierre et Nelly RakotoTiana, Etude Banque Mondiale, Les effets de la crise sur le choix éducatif des ménages et les outils à disposition pou agir, 13 Le MEN a mené une enquête diagnostique de type PASEC en fin d année scolaire Ayant justifié notamment la reconsidération de la place de la langue française face à la langue nationale dans l éducation 8

10 du corps enseignant 15 ne disposent ni des qualifications professionnelles nécessaires ni du maîtrise du curriculum La formation des enseignants à Madagascar 16 L Institut National de Formation Pédagogique (INFP) est désigné comme l opérateur des formations initiales et continues du Ministère en charge de l Education. Selon l article 3 du décret du 4 septembre 2009, portant réorganisation de l INFP, stipule : Article 3. L INFP assure, à titre principal, des missions de formation initiale et continue du personnel enseignant et du personnel de l encadrement et de l inspection pédagogique relevant du Ministère chargé de l Education Nationale, ainsi que des travaux d études, de recherche, et de production de matériels pédagogiques. Il assure, à titre subsidiaire, des missions d accueil et d organisation des autres formations des agents du Ministère chargés de l Education Nationale, ainsi que des prestations de service relevant de ses domaines de compétences. L INFP est installé à Antananarivo. Il coordonne les 25 centres régionaux (CRINFP) actuellement fonctionnels, désignés comme les antennes de l INFP. Chaque CRINFP est dirigé par un Chef de Centre nommé par décision du Ministère de l Education Nationale sur proposition du Directeur de l INFP. Figure 5 : Organigramme de l INFP Source : INFP, Profil des enseignants Compte tenu de la taille du chantier et des contraintes de moyens à sa disposition, l INFP est loin de satisfaire les besoins en nombre d enseignants qualifiés, dans ses activités de formation initiale 17 et continue. S installe la politique de recrutement massif d enseignants communautaires (ENF) adoptée par le gouvernement ; dont l effectif a été multiplié par 1,88 points entre 2005 et MEN, Chiffres de élèves maîtres par an jusqu en

11 Si cette politique a permis de faire face en partie à l explosion de la demande (notamment dans les zones reculées) tout en maintenant la masse salariale à un niveau soutenable, elle pose le problème de la faible qualification et motivation des instituteurs. Deux profils d enseignants se retrouvent actuellement dans les écoles primaires publiques : 1. les enseignants fonctionnaires : personnel encadré ou contractuel, au nombre soit 33% de l effectif, dont 85% disposent d un diplôme pédagogique et, 2. les enseignants non fonctionnaires (ENF) appelés aussi maîtres FRAM : personnel recruté et pris en charge par les associations de parents d élèves, au nombre de soit 67% de l effectif, dont plus de 80% ne disposent pas de diplôme professionnel Aperçu de la formation initiale «Dans le primaire, 70% des maîtres n ont reçu qu un à trois mois de formation initiale» 18 A partir de 2004, selon une politique de décentralisation et d encadrement de proximité, l INFP organise les formations initiales dans ses centres régionaux. Les trois premières promotions (2004, 2005, 2006) sont des élèves-maîtres avec environ élèves par an ; suivies de deux promotions (2007, 2008) des élèves enseignants semi-spécialisés 19 au nombre de ; et d une promotion (2010) des élèves enseignants du collège. Depuis le mois d octobre 2012, élèves enseignants du primaire sont en formation dans les CRINFP. Le programme de formation est construit autour d un Référentiel métier de l enseignant du primaire regroupant cinq fonctions : enseignement, communication, éducation, analyse et régulation, gestion et administration scolaire. Les modules de formations peuvent être regroupés en trois catégories : composantes (responsabilité éducative, gestion et administration scolaire, TICE, psychopédagogie), didactique des disciplines (malagasy, français, anglais, histoire-géographie-ffmom, SVT, Mathématiques, ECA, APSE), perfectionnement linguistique (malagasy, français, anglais). Le volume horaire total de la formation est de 889 heures réparties entre les formations intra-muros et les stages (immersion, sous tutelle et en responsabilité). Tableau 5 : Organisation de la formation initiale à l INFP Année de formation Diplôme Profil d entrée Cible Profil de sortie Durée de la formation Dénomination Nombre Classe Destination 2004 BEPC FRAM CAE 1 an BACC FRAM CAP/EP 1 an 1861 Instituteurs 2005 BEPC FRAM CAE 1 an 1957 T1-T5 EPP 2006 BEPC FRAM CAE 1 an BACC Tout public CFF/ESS 1 an Enseignants 2800 T6-T7 Primaire de BACC Tout public CFF/ESS 1 an semi-spécialisés 2800 T6-T7 ans BACC Tout public CFFP/EC 1 an Enseignants de collège e -3 e Collège BACC Tout public CFFP/EP 1 an Enseignants du primaire 3881 T1-T5 EPP Source : INFP, janvier UNESCO, Données mondiales de l éducation, VII Ed. 2012/11 19 Les enseignants semispécialisés ou ESS étaient destinés à enseigner la 6 ème et la 7 ème année du primaire réformé 10

12 A la sortie, les stagiaires seront titulaires d un diplôme professionnel de Certificat de Fin de Formation Pédagogique pour les Enseignants du Primaire (CFFP-EP) et doivent être capables de prendre en charge tous les niveaux du cycle primaire. Par ailleurs, le PIE prévoit le recrutement, par voie de concours, d une partie des sortants pour compenser la déperdition naturelle des fonctionnaires (remplacement numérique des retraités) La formation continue a. Cadre réglementaire 20 La loi N portant Statut Général des Fonctionnaires consacre son 4 ème Formation professionnelle du personnel de l Etat dans les termes suivants : Chapitre à la Article 24. Les fonctionnaires ont droit à la formation professionnelle, au perfectionnement et à la spécialisation, selon leur capacité. Article 25. L'Administration se charge de la mise en œuvre, au profit des fonctionnaires, d'une politique cohérente de formation professionnelle, soit initiale, soit continue en vue de: 1. Perfectionner leur qualification 2. Assurer leur adaptation à l'évolution de la technologie, des structures administratives ainsi qu'à l'évolution culturelle, économique et sociale; 3. Eviter une éventuelle reconversion brutale qui leur serait préjudiciable; 4. Favoriser leur promotion sociale. A cet effet, l'administration employeur doit: 1. Elaborer un plan de carrière pour les fonctionnaires; 2. Planifier les besoins en formation, bourses d'études, de stage et de perfectionnement pour les fonctionnaires; 3. Prévoir des crédits pour la formation des fonctionnaires suivant la planification ainsi établie. Les modalités d'application de cet article sont déterminées par décret pris en Conseil de Gouvernement, après avis du Conseil Supérieur de la fonction Publique. En outre, l article 63 du Statut général des fonctionnaires stipule que les personnes en formation continue 21 restent en position d activité. b. Cadre opérationnel Avant le décret du 4 septembre 2009 portant réorganisation de l INFP, la formation continue des enseignants a été organisée de manière ponctuelle, pilotée et exécutée à partir du niveau central par les directions du Ministère en charge de l Education. L INFP assurait la gestion financière, administrative et logistique. L objectif de la formation continue consistait à développer les compétences professionnelles des acteurs de l éducation pour faire face aux différentes réformes et aux défis du contexte éducatif. 20 Les enseignants ciblés par IFADEM Madagascar étant fonctionnaires, encadrés ou contractuels, ils sont régis par le Statut Général des Fonctionnaires. Par contre, les ENF ne disposent pas de statut particulier jusqu à ce jour. 21 recyclages, voyages d études et d information, stages de perfectionnement, stages de spécialisation et toutes autres formations professionnelles effectuées en cours d emploi 11

13 Tableau 6 : Formations continues organisées par le MEN avant 2009 Formation Année Niveau Cibles Approche par compétence (APC) 2005 Généralisation en CP enseignants 2006 Généralisation en CE enseignants Pré-généralisation en CM1 et expérimentation en CM2 - Gestion des classes multigrades et la pédagogie des grands groupes enseignants Source : UNESCO, Données mondiales de l éducation, VII Ed. 2010/11 Depuis la réorganisation, «l INFP assure également la formation continue des enseignants du primaire. L Institut a mis en place et en œuvre un dispositif de formation continue des enseignants liée à la voie de carrière visant à améliorer les performances professionnelles des enseignants du primaire et leur permettant de développer des compétences pour exercer efficacement leur métier». Les réseaux d enseignants : Compte tenu du nombre d enseignants ayant un besoin urgent de formation, de l éloignement géographique des centres de formation ou de l impossibilité de retirer les enseignants de leur classe pour suivre des formations sans entraver le calendrier scolaire, l INFP anime les «Réseaux d enseignants». Il s agit d un groupe d instituteurs, réunis selon leur proximité géographique, gravitant autour des Centres de Ressources Pédagogiques et fonctionnant sur les principes du partage, de la pédagogie active, de la coformation et de l autoformation. Avant 2009, 45 CISCO avaient été ciblées et pilotées par 18 CRINFP, avec réseaux d enseignants constitués. Mais la crise politique a mis en sourdine leur fonctionnement. Et en 2011, l INFP a commencé à activer une relance des réseaux d enseignants gravitant autour des 134 centres de ressources pédagogiques fonctionnels. Cette-fois-ci 78 CISCO ont été touchées. Durant l année 2012, l effort s est focalisé au renforcement de compétence des enseignants dans les réseaux appartenant aux 20 CISCO situées dans les régions Androy, Anosy, Atsimo Antsinanana, Diana, Melaky et Sofia. Les nouveaux centres dernièrement mis en fonction sont devenus ainsi des CRINFP pilotes. La Mallette pédagogique enseigner le français Compte tenu de la formation lacunaire des maîtres FRAM, l INFP avec le financement de l Agence Française de Développement (AFD), a mis en œuvre le dispositif «Mallette pédagogique Enseigner le français» en vue du renforcement des compétences linguistiques en français des bénéficiaires. Ce projet, piloté par l INFP depuis 2009, s est adressé à plus de instituteurs communautaires. Il repose sur une formation hybride composée de : - Cinq modules de formation : le transfert de chaque module se fait au cours d une semaine de présentiel au sein des CRINFP, - Une période d autoformation entre les présentiels, au cours de laquelle les apprenants font l objet d un suivi individualisé par un encadreur (observation de classe) et assistent aux séances de remédiation organisées dans le CRP ou dans les écoles de proximité, - Un test de niveau en français développé avec le CIEP, spécialement adapté à Madagascar, pour suivre la progression du niveau de français à l entrée, à mi-parcours et à la sortie. La première phase s est terminée fin 2012 et une prolongation sur 3 ans est à l étude. 12

Formation continue des maîtres à Madagascar. OPERATION APPRENTISSAGE ASSISTÉ PAR MOBILE UNESCO Mobile Learning Week 2013

Formation continue des maîtres à Madagascar. OPERATION APPRENTISSAGE ASSISTÉ PAR MOBILE UNESCO Mobile Learning Week 2013 Formation continue des maîtres à Madagascar OPERATION APPRENTISSAGE ASSISTÉ PAR MOBILE UNESCO Mobile Learning Week 2013 Partenariat Le programme expérimental de formation à distance des maîtres : - pilotée

Plus en détail

Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres.

Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres. Le 16 juin 2009 IFADEM Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres. www.ifadem.org IFADEM, l Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres, est un programme qui vise

Plus en détail

TIC & Education à Madagascar. Présenté par ANDRIANILANONA JERY Chef de Service des innovations Technologiques pour l Education DTIC/MEN

TIC & Education à Madagascar. Présenté par ANDRIANILANONA JERY Chef de Service des innovations Technologiques pour l Education DTIC/MEN TIC & Education à Madagascar Présenté par ANDRIANILANONA JERY Chef de Service des innovations Technologiques pour l Education DTIC/MEN Plan Organisation du Ministère de l Education Nationale Répartition

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS. Il est cependant apparu nécessaire de renforcer les possibilités d accompagnement des instituteurs.

1. LES OBJECTIFS. Il est cependant apparu nécessaire de renforcer les possibilités d accompagnement des instituteurs. L expérimentation «apprentissage assisté par mobile» à Madagascar est un partenariat entre IFADEM et le groupe de télécommunications Orange, plus particulièrement sa division Orange Labs et sa filiale

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

ETAPES D UNE EXPERIMENTATION IFADEM

ETAPES D UNE EXPERIMENTATION IFADEM ETAPES D UNE EXPERIMENTATION IFADEM L initiative francophone pour la formation à distance des maitres (IFADEM) est menée conjointement par l Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l Organisation

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION EXTERNE Programme de formation continue à distance des maitres (IFADEM) à MADAGASCAR

RAPPORT D EVALUATION EXTERNE Programme de formation continue à distance des maitres (IFADEM) à MADAGASCAR RAPPORT D EVALUATION EXTERNE Programme de formation continue à distance des maitres (IFADEM) à MADAGASCAR Ghyslaine Lethuillier Alain Jaillet Jean-Pierre Jarousse Évaluation externe commandée par l Agence

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016

PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016 PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL D OFFRE DAFIP Académie d Aix-Marseille 1 La formation de TOUS les personnels de notre académie est un levier essentiel de la refondation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance.

Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Notre Conseil d'état entendu; De l'assentiment de la Chambre des Députés; Vu la décision

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Enseigner et étudier avec des tablettes numériques : premières leçons d une expérimentation dans deux collèges au Niger

Enseigner et étudier avec des tablettes numériques : premières leçons d une expérimentation dans deux collèges au Niger Enseigner et étudier avec des tablettes numériques : premières leçons d une expérimentation dans deux collèges au Niger Erwan Le Quentrec, Jean-Luc Metzger Orange Labs - Département SENSE SEMAINE DE L

Plus en détail

EVALUATION DE L EXPERIMENTATION IFADEM SYNTHESE

EVALUATION DE L EXPERIMENTATION IFADEM SYNTHESE EVALUATION DE L EXPERIMENTATION IFADEM SYNTHESE Pourquoi une évaluation? A la suite du Sommet de Bucarest de septembre 2006, la Francophonie a décidé de mettre en place un projet ayant pour vocation d

Plus en détail

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions Projet de Circonscription BASSE-TERRE En déclinaison du projet Académique, la circonscription se fixe comme objectif, d améliorer la réussite des élèves. Il s agit de donner à chaque élève une formation

Plus en détail

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC Dossier de présentation générale Avril 2005 Réf. : ICTEI/2/27042005 Page 1 sur 10 SOMMAIRE

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

VADEMECUM DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES A MI-TEMPS EN MASTER 2 et ADMIS AU CRPE 2015-2016

VADEMECUM DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES A MI-TEMPS EN MASTER 2 et ADMIS AU CRPE 2015-2016 VADEMECUM DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES A MI-TEMPS EN MASTER 2 et ADMIS AU CRPE 2015-2016 Documents de référence : - Arrêté du 1 er juillet 2013 relatif au référentiel de compétences professionnelles

Plus en détail

POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013)

POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013) POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013) FICHE TECHNIQUE DU PROJET Numéro du projet : 593 RAF 6000 Nom du projet «Projet d appui au développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE 1. CONTEXTE Le bilan de l Éducation Pour Tous révèle que les pays d Afrique subsaharienne ont accompli

Plus en détail

Les agences comptables des lycées et collèges publics

Les agences comptables des lycées et collèges publics Les agences comptables des lycées et collèges publics Dans le rapport public annuel de 2008, les juridictions financières avaient souligné les défaillances de la gestion comptable des 2600 lycées et des

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Retour d expérience de l utilisation du mobile dans le dispositif de formation continue des enseignants du primaire à Madagascar

Retour d expérience de l utilisation du mobile dans le dispositif de formation continue des enseignants du primaire à Madagascar Retour d expérience de l utilisation du mobile dans le dispositif de formation continue des enseignants du primaire à Madagascar Fabienne Gire et Erwan Le Quentrec, Orange Labs, avec Pierre-Jean Loiret

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré à mi-temps

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré à mi-temps Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré à mi-temps 2014-2015 www.ac-montpellier.fr www.pres-suddefrance.fr/espe Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2

Plus en détail

COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS?

COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS? COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS? Sommaire Couverture du pays par les réseaux et les services Etat actuel de développement des services Stratégie d aménagement numérique

Plus en détail

ELAN École et langues nationales en Afrique

ELAN École et langues nationales en Afrique ELAN École et langues nationales en Afrique Une offre francophone vers un enseignement bilingue pour mieux réussir à l école ELAN-Afrique S «Sur le sol d Afrique, langues africaines et langue française

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Le contrat d apprentissage Objectif du contrat d apprentissage Acquérir une formation générale à la fois théorique et pratique, reconnue par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

Direction générale de l administration et de la fonction publique

Direction générale de l administration et de la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2014 Direction générale de l administration et de la fonction publique Présentation repères dgafp Éditorial

Plus en détail

LA POLITIQUE NUMERIQUE

LA POLITIQUE NUMERIQUE N 14 Infos Thématiques LA POLITIQUE NUMERIQUE Face à la révolution numérique, qui bouleverse l économie mais aussi la société et le quotidien des Français, le gouvernement a engagé depuis 18 mois une action

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES RELATIFS AU RECRUTEMENT D UN CONSULTANT EXPERT EN INGENERIE DE FORMATION POUR ACCOMPAGNER L ADMINISTRATION MALAGASY AUX RENFORCEMENTS DE CAPACITE DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

COMMUNICATION DU BURKINA-FASO AU SEMINAIRE INTERNATIONAL POUR LA PROFESSIONNALISATION DES ENSEIGNANTS

COMMUNICATION DU BURKINA-FASO AU SEMINAIRE INTERNATIONAL POUR LA PROFESSIONNALISATION DES ENSEIGNANTS COMMUNICATION DU BURKINA-FASO AU SEMINAIRE INTERNATIONAL POUR LA PROFESSIONNALISATION DES ENSEIGNANTS Directrice de l alphabétisation au Burkina-Faso I Contexte Dans la recherche de stratégies nouvelles

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles + SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles Formation générale des jeunes (FGJ) Formation générale des adultes (FGA) Formation professionnelle (FP) Édition

Plus en détail

DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC ET DROIT PRIVE JURISTE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC ET DROIT PRIVE JURISTE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES 215-22 Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC ET DROIT PRIVE M2 Spécialité : JURISTE DES COLLEIVITES TERRITORIALES 12 ES Volume horaire étudiant : 354 h h h h h

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS (Learning Management System) DU CENTRE DE FORMATION POUR LE DEVELOPPEMENT CFD/MADAGASCAR

Plus en détail

La formation à distance : perspective et atouts

La formation à distance : perspective et atouts Conférence Pédagogique INNOVATION PEDAGOGIQUE ET ENSEIGNEMENT SUPERIEUR La formation à distance : perspective et atouts Bernard Dumont http://bdumont.consultant.free.fr Ouagadougou, 15 mai 2013 Retour

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Troisième Atelier sur l "Amélioration de la gestion de l Education dans les pays Africains " (AGEPA) (Dakar, Sénégal du 16 au 18 mai)

Troisième Atelier sur l Amélioration de la gestion de l Education dans les pays Africains  (AGEPA) (Dakar, Sénégal du 16 au 18 mai) REPUBLIQUE DE GUINEE --------- Travail Justice - Solidarité MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT PRE-UNIVERSITAIRE ET DE L EDUCATION CIVIQUE Troisième Atelier sur l "Amélioration de la gestion de l Education dans

Plus en détail

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Outils pour programmer les apprentissages

Outils pour programmer les apprentissages - Inspection de l Éducation Nationale de Vichy 1-14, Boulevard Carnot - BP 2932-03 209 Vichy Cedex Tél : 04.70.97.54.65 / Fax : 04.70.31.34.06 Site de circonscription : http://www3.ac-clermont.fr/ien-vichy1/

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

Le contexte de la formation initiale et continue des enseignants du primaire

Le contexte de la formation initiale et continue des enseignants du primaire TITRE: LA FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE AU CAMEROUN: UNE EXPÉRIENCE DES CADRES CHARGÉS DE LA SUPERVISION PÉDAGOGIQUE DANS LES ÉCOLES AUTEUR : TCHAMENI NGAMO Salomon ETABLISSEMENT : INJS

Plus en détail

Document de Contribution

Document de Contribution Association pour le développement de l éducation en Afrique (ADEA) Ministère de l Education Nationale du Mali Conférence sur les Enseignants Non-Fonctionnaires 21 au 23 novembre 2004, Bamako, Mali co-organisée

Plus en détail

Licence professionnelle Assurance et gestion de patrimoine

Licence professionnelle Assurance et gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assurance et gestion de patrimoine Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence Administration publique Université Toulouse 1 Capitole - UT1 (déposant) Institut d'études politiques de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Licence professionnelle Développement international PME- PMI

Licence professionnelle Développement international PME- PMI Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Développement international PME- PMI Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN 1

REPUBLIQUE DU BENIN 1 1 REPUBLIQUE DU BENIN 2 Les axes de développement du système éducatif énoncés depuis les états généraux de l Education former des adultes performants dotés d'esprit d'initiative, ayant le goût de la recherche,

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des systèmes d information de la paie

Licence professionnelle Gestion des systèmes d information de la paie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des systèmes d information de la paie Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

CFP Brest, CFP Guingamp, CFP Rennes, CFP Vannes et IFP de Bretagne. ISFEC BRETAGNE

CFP Brest, CFP Guingamp, CFP Rennes, CFP Vannes et IFP de Bretagne. ISFEC BRETAGNE CFP Brest, CFP Guingamp, CFP Rennes, CFP Vannes et IFP de Bretagne. ISFEC BRETAGNE La formation: un double enjeu Recruter et Former de futurs «professionnels» de l enseignement pour l enseignement catholique

Plus en détail

Evaluation de l appui À l Education Pour Tous à Madagascar :

Evaluation de l appui À l Education Pour Tous à Madagascar : Evaluation de l appui À l Education Pour Tous à Madagascar : Les activités clés du plan EPT 2007 financées par le Fast Track Initiative durant la période 2009-2012 La mise en œuvre de la Réforme de l Education

Plus en détail

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Le Grand Conseil a adopté une conception générale de l intégration

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

Le tutorat, vecteur clé d'un dispositif de formation à distance des formateurs et des enseignants dans les pays du Sud

Le tutorat, vecteur clé d'un dispositif de formation à distance des formateurs et des enseignants dans les pays du Sud Le tutorat, vecteur clé d'un dispositif de formation à distance des formateurs et des enseignants dans les pays du Sud Christian Depover Conférence plénière présentée au 4 e Colloque International du Réseau

Plus en détail

Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE)

Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE) Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE) Textes de référence Lois 84-23 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, et notamment son article

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

Le partenariat associatif, pierre angulaire des programmes de l éducation non formelle au Maroc

Le partenariat associatif, pierre angulaire des programmes de l éducation non formelle au Maroc Un seul monde, une seule école? Les modèles scolaires à l épreuve de la mondialisation ATELIER > L éducation, segment du marché scolaire Le partenariat associatif, pierre angulaire des programmes de l

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières P P O L I T I Q U E SUJET : POLITIQUE LINGUISTIQUE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE CODE : AGP 06 DATE D APPROBATION : 9 mai 2011 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 11.05.09-06

Plus en détail

Évaluation de la phase 2 d IFADEM au Burundi Termes de référence - Appel d offres

Évaluation de la phase 2 d IFADEM au Burundi Termes de référence - Appel d offres Évaluation de la phase 2 d IFADEM au Burundi Termes de référence - Appel d offres 1 Sommaire 1. Éléments de contexte... 3 1.1 Données générales sur le Burundi... 3 1.2 Organisation du système éducatif

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

Base légale: Loi du 6 février 2009 concernant le personnel de l enseignement fondamental.

Base légale: Loi du 6 février 2009 concernant le personnel de l enseignement fondamental. Avant-projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités pour l obtention de l attestation habilitant à faire des remplacements dans l enseignement fondamental. Base légale: Loi du 6 février

Plus en détail

GT 14 Les psychologues de l éducation nationale

GT 14 Les psychologues de l éducation nationale GT 14 Les psychologues de l éducation nationale GT 14 Les psychologues de l éducation nationale Fiche 5 Le corps des psychologues de l éducation nationale 1. Spécialités et lieux d exercice Les membres

Plus en détail

Université Claude Bernard-Lyon 1 - Ecole Supérieure du Professorat et de l Education

Université Claude Bernard-Lyon 1 - Ecole Supérieure du Professorat et de l Education Université Claude Bernard-Lyon 1 - Ecole Supérieure du Professorat et de l Education RECRUTEMENT DE FORMATEURS OU FORMATRICES EN SERVICE PARTAGE POUR L ANNEE 2015-2016 L Ecole Supérieure du Professorat

Plus en détail

COOPÉRATION EN ÉDUCATION

COOPÉRATION EN ÉDUCATION CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES PÉDAGOGIQUES Au service du français et de l éducation dans le monde COOPÉRATION EN ÉDUCATION Un établissement public pour la coopération internationale en éducation, opérateur

Plus en détail

Direction générale de l administration et de la fonction publique

Direction générale de l administration et de la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2012 Direction générale de l administration et de la fonction publique Présentation REPÈRES DGAFP Éditorial

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

Licence professionnelle Pilote de processus de fabrication assistée par ordinateur

Licence professionnelle Pilote de processus de fabrication assistée par ordinateur Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Pilote de processus de fabrication assistée par ordinateur Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle particuliers de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Ioan RATZIU. Expert senior en formation et en éducation

Ioan RATZIU. Expert senior en formation et en éducation Curriculum Vitae Nom : Ioan RATZIU Date de naissance : 06/11/1950 Nationalité : État civil : Profession : Belge Marié, 4 enfants Expert senior en formation et en éducation Éducation et Formation Professionnelle

Plus en détail

Rapport d'évaluation externe du programme de Licence en Banque - Assurance-Finance de l Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion (ESUP) - Dakar

Rapport d'évaluation externe du programme de Licence en Banque - Assurance-Finance de l Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion (ESUP) - Dakar REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE AUTORITE NATIONALE D ASSURANCE QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Rapport d'évaluation externe du

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les lauréats de concours du second degré, affectés dans l Académie de Besançon. Besançon, le 16 juin 2015

Mesdames et Messieurs les lauréats de concours du second degré, affectés dans l Académie de Besançon. Besançon, le 16 juin 2015 Mesdames et Messieurs les lauréats de concours du second degré, affectés dans l Académie de Besançon Besançon, le 16 juin 2015 Rectorat Division des personnels enseignants Référence CM/CF Dossier suivi

Plus en détail

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS Année 2011 / 2012 Véronique MONMARON Bruno CHARMOILLE IEN Economie et Gestion Martine GIONTA Elisabeth

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 30 septembre 2013 relatif aux formations des sapeurs-pompiers professionnels NOR : INTE1315095A Publics concernés : sapeurs-pompiers

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Cabinet Deuxième Projet d'appui à la Réforme de l'enseignement Supérieur, PARESII TERMES DE RÉFÉRENCE ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Ingénierie de Formation : des besoins aux compétences Claude Vasamillet 17 juin 2014 Projet EBESM 2 1. THEMES TRAITES

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Le plan académique de formation s inscrit dans une dynamique nationale

Le plan académique de formation s inscrit dans une dynamique nationale CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION CONTINUE. IATSS Personnels ITRF, administratifs, de laboratoire, des services de santé et sociaux Année scolaire 2012-2013 Présentation générale Le plan académique de

Plus en détail

Master Droit et gestion

Master Droit et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit et gestion Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Licence professionnelle Métiers de la microélectronique et des microsystèmes

Licence professionnelle Métiers de la microélectronique et des microsystèmes Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Métiers de la microélectronique et des microsystèmes Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N Personnels PERSONNELS ENSEIGNANTS Attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés relevant du MEN d

Plus en détail

Évaluation de la formation professionnelle

Évaluation de la formation professionnelle LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse Évaluation de la formation professionnelle Une mise en œuvre difficile,

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO)

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique et électronique de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques

Plus en détail