Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris-France.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conservatoire National des Arts et Métiers, 75003 Paris-France. denis.fabre@cnam.fr"

Transcription

1 Gestion d un risque rocheux en zone urbanisée : le cas des Rochers du Néron près de Grenoble (Isère France) Management of rock fall hazard in an urban area: The Rochers du Néron, near Grenoble (French Alps) Denis Fabre 1, Lionel Lorier 2, Alex Mathy 2, Didier Hantz 3 1 Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris-France. 2 Société Alpine de Géotechnique Gières-France. 3 Laboratoire ISTERRE, Université Joseph Fourier Grenoble, Abstract. A detailed inspection of the 6 km long cliff of the Rochers du Néron, near Grenoble, has allowed the detection of a potentially unstable rock compartment of 4700 m 3, which threatened a hamlet of 70 inhabitants. The stability analysis has leaded to set up a continuous monitoring device in 2006, consisting of four extensometers, one clinometer and one thermometer, with an alarm triggering threshold. Moreover, a 9 m high and 300 m long protection embankment was built in After several movements along the monitoring period, a significant acceleration occurred in the beginning of August 2011, which leaded to the evacuation of the hamlet in the evening of August 13. On August 14, at 3:30 a.m., a part of the monitored rock compartment (2000 m3) detached from the cliff. The more distal blocks were stopped by the embankment. As the residual risk was still high, the remaining 2700 m 3 of rock were mined on December Résumé Une inspection détaillée des 6 km de falaise des Rochers du Néron près de Grenoble a permis de détecter un compartiment potentiellement instable de 4700 m 3, qui menaçait un hameau de 70 habitants. L'étude de stabilité de ce compartiment a conduit à la mise en place en 2006, d'un dispositif de surveillance continue, constitué de quatre extensomètres, d'un clinomètre et d'un thermomètre, avec déclenchement d'alarme sur détection de seuil. Un merlon de protection de 9 m de hauteur et 300 m de longueur a été construit en Après une succession de phases de mouvements, une accélération importante, début août 2011, conduit à organiser, par sécurité, l'évacuation du hameau le 13 août au soir. Le 14 août à 3h30mn, une partie du compartiment surveillé (2000 m 3 ) se détache de la falaise, les blocs les plus distaux étant arrêtés par le merlon. Le risque résiduel étant encore important, la décision est prise de miner avec un plan de tir adapté les 2700 m 3 restants, ce qui est réalisé avec succès le 13 décembre Keywords: Rock fall hazard, Rock fall risk, Rock fall management, Rock fall propagation, Rock wall monitoring, Rock wall blasting.

2 1. Introduction Une partie de l'agglomération grenobloise est dominée par des falaises calcaires pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres de hauteur. Ces dernières années, des habitations, des véhicules et des infrastructures ont été endommagés par des chutes de roche issues de celles-ci. Un inventaire des éboulements survenus au cours des dernières décennies, établi par le service de Restauration des Terrains de Montagne (RTM) de l'isère et complété par l'institut des Sciences de la Terre, a permis d'estimer la fréquence des chutes (Hantz et al., 2003). On estime que sur les 120 km de falaise étudiés, il se produit chaque siècle environ 90 chutes de plus de 100 m 3, 25 de plus de 1000 m 3, 7 de plus de m 3, 2 de plus de m 3 et 0,6 de plus d'un hectomètre cube. En général, les compartiments rocheux qui s'éboulent, n'ont pas été identifiés auparavant ni surveillés. Cet article montre qu'une inspection détaillée couvrant environ 6 km de falaise permet de détecter des compartiments potentiellement instables de quelques milliers de mètres cubes. Il présente également la manière dont le risque a été évalué en effectuant une étude trajectographique, et la manière dont il a été géré grâce à une surveillance continue, à la construction d'ouvrages de protection et à l'abattage final à l'explosif d'un compartiment instable. Les falaises concernées sont celles qui entourent le massif du Néron (1298 m d'altitude), situé quelques kilomètres au nord-ouest de Grenoble sur les communes de Saint-Martin-le-Vinoux et Saint-Egrève (Figure 1). La structure de ce massif est globalement celle d un synclinal perché d'axe nord-sud, dont le flanc ouest a été presque entièrement érodé. L'arête de la montagne est un crêt découpé dans les couches de calcaire urgonien (crétacé inférieur) appartenant au flanc oriental de ce synclinal. Figure 1. Localisation du massif du Néron.

3 2. Système de surveillance mis en place pour le secteur du Néron Lors de «l été de la canicule» (2003), un incendie de broussaille et de forêt, d origine très probablement naturelle (foudre) se déclare sous la crête du Néron (versant Sud) ; C est une zone très peu accessible et toutes les méthodes d intervention contre le feu seront en échec : les poches d eau lâchées par les avions Canadair et les hélicoptères ne suffisent pas à arrêter l incendie dans la partie haute où le feu progresse entourant progressivement la falaise sommitale. La petite végétation arbustive qui s y trouve brûle également. Dans la partie basse, on arrive tout au plus à humidifier les zones périphériques, pour éviter la progression du feu vers les habitations du bas de la pente. Pendant près d un mois, l incendie du Néron illumine les nuits de St-Egrève, St-Martin-le- Vinoux et au-delà d une bonne partie de l agglomération grenobloise. C est enfin un orage, avec un abat d eau de 7 mm le 16 août 2003, qui vient à bout de l incendie Suite à cet évènement, une inspection détaillée de la crête du Néron est effectuée. On redoute une recrudescence des chutes de pierres. Les rares sentiers du massif et notamment le parcours d alpinisme classique des «arêtes du Néron» sont interdits. L inspection du site à l aide de photos prises lors de missions héliportées en 2004 attire particulièrement l attention sur une colonne rocheuse dans la falaise, entre 1210 et 1260 mètres d altitude, au dessus du hameau de Ripaillère où résident 70 habitants dans une vingtaine de maisons (Photos 1 et Figure 2). Photos1. Le versant SE du Néron et la colonne en 2007

4 Figure 2. Morphologie du versant du Néron au-dessus du hameau de Ripaillère La mission au sol en conditions de travail sur cordes confirme l instabilité potentielle d un volume évalué alors à 4700 m 3 (Figure 3). La colonne instable, désolidarisée de la falaise, est constituée par un ensemble de blocs calcaires dont les cinq plus gros éléments atteignent des volumes unitaires compris entre 200 et 2000 m 3. D un point de vue structural, au niveau de la falaise stable, on relève les trois principaux plans de discontinuités suivants : - plans de stratification (S0) : N15, pentés de 45 vers l Ouest, - plans de fracture : N70, pentés de 80 vers le Sud à verticaux, - plans de fracture : N125, pentés de 70 vers le Nord à verticaux. Le report de la géométrie des cavités situées à l'arrière des blocs montre que l ensemble de la colonne repose sur un plan incliné vers l aval, de direction N10, dont la pente est comprise entre 53 et 60.

5 Figure 3. Coupe de la colonne instable et fils extensométriques mis en place Face à cet aléa, la commune de St-Martin-le-Vinoux décide d instrumenter la colonne rocheuse et confie à la Société Alpine de Géotechnique (SAGE) une mission de conception, de réalisation et de maintenance ainsi que l'assistance à l'exploitation du dispositif de surveillance. La masse en mouvement est équipée d un dispositif de surveillance automatique composée de plusieurs extensomètres, d un clinomètre, d un thermomètre et d une centrale Paratronic. Les extensomètres mesurent l écartement de la colonne rocheuse par

6 rapport à la falaise «saine» (voir figure 3). Les données acquises par scrutation continue avec envoi d alarme automatique sur dépassement de seuil sont régulièrement analysées par SAGE et le système devient opérationnel dès l été Les mesures sont réalisées et transmises en continu 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par radio à la centrale de surveillance. En cas de mouvement important, des alertes automatiques peuvent être déclenchées vers le personnel d astreinte de la SAGE et de la commune de St-Martin-le-Vinoux. 3. Stratégie de gestion du risque Au cours de l été 2004, une première étude de stabilité réalisée par SAGE a permis de déterminer les conditions d'équilibre de la colonne et d ébaucher avec la commune les différents scénarios de prévention et de parades envisageables. La solution d évacuer le hameau et d effectuer rapidement un tir de purge de la colonne est envisagée, mais ce type de protection active présente des risques importants de dommages aux habitations dont le Maire serait alors responsable. Ce dernier a une obligation d agir mais ce sont d abord des solutions de protection passive qui s imposent. Afin de mieux gérer une rupture annoncée, sur la base des premiers déplacements mesurés, il est donc décidé, courant mars 2007 : - de renforcer le système de surveillance en place par des dispositifs d alarmes sonores automatiques en pied de versant afin d alerter immédiatement les habitants en cas d évolution brutale, - d entreprendre les travaux de construction d un merlon de protection pare-blocs destiné à protéger le hameau exposé, - de doter la commune d un plan communal de sauvegarde PCS pour faciliter la gestion de la crise à venir, - d informer les habitants de la menace en présence au cours de réunions publiques successives, - d envisager le minage ultérieur de la masse instable en falaise. L étude trajectographique avec le logiciel ADRGT (Azimi et al., 1982 ; Labiouse et al. 2001), l étude géotechnique et le dimensionnement d un merlon de protection (Photo 2) son sont finalisées en mars Après recours à une procédure d urgence impérieuse, les travaux de construction du merlon de 9 mètres de haut érigé sur 300 mètres de long visant à protéger le cœur du hameau à forte densité d habitation sont confiés à l entreprise Carron qui est réquisitionnée. Les travaux débutent courant mai 2007 et s achèveront fin décembre L optimisation des mouvements des terres permettra de réaliser cet ouvrage sans apport de matériaux hormis les enrochements constituant le parement amont de la digue.ces travaux ont été réalisés pour un montant global de 1M sous maîtrise d œuvre commune SAGE-RTM.

7 Photo 2. Le merlon de protection et le hameau de Ripaillère 4. Suivi des déplacements de 2006 à 2011 L analyse détaillée des déplacements montre sur la période 2006 à 2011 une évolution très irrégulière des déplacements marquée par une succession de phases actives alternant avec des phases de ralentissement voire même d arrêt total des mouvements. Les années 2007 à 2011 sont marquées par une succession de plusieurs crises d activité exceptionnelles au cours desquelles des évolutions importantes se produisent en falaise (départ de blocs, fortes accélérations des déplacements). A plusieurs reprises (mars 2007, mars 2008, février 2010, juillet à novembre 2010) des vitesses d évolution très rapides sont constatées sur de courtes périodes laissant présager un scénario d évolution rapide (rupture brutale). Mais, jusqu en août 2011, ces crises alternert toujours avec des phases de ralentissement de mouvements ce qui évitera à plusieurs reprises et de justesse, l évacuation préventive du hameau. Durant toute la période , face à la menace d évacuation toujours présente, la population est informée régulièrement de l évolution de la colonne rocheuse au cours de réunions publiques et participe activement à deux exercices d évacuation en temps réel. En parallèle, la SAGE étudie le projet de minage de la colonne rocheuse et remet un rapport en juin Avant l éboulement naturel de l écaille, les vitesses d écartement des capteurs (Figure 4) ont été les suivantes : - à la suite de fortes pluies (130 mm d eau en 9 jours), on observe une nette reprise d activité le 22/07/11 qui se traduit par des vitesses d écartement journalières moyennes de 1,2 cm/jour sur la période du 22 au 28/07/11 ; - entre le 28/07 et le 7/08/11 : ralentissement global des mouvements (0,3 cm/jour) ;

8 - du 7/08 aux 13/08/11 : nouvelle accélération avec des vitesses d écartement journalières de l ordre du centimètre/jour, alors qu aucune pluie ne s est produite ; le 13/08 : écartement de 5 cm par rapport à la falaise ; - le 14/08/11 entre 1h30 et 3h30 : 4 minutes avant la rupture finale, on relèvera un écartement de 3 cm en 2 heures (voir plus loin ). Figure 4. Courbes de déplacements pour la période

9 5. La crise d août 2011 Dès le 8/08/2011, la SAGE prévient les services de la préfecture et de la commune de St- Martin-le-Vinoux d une forte accélération des mouvements. Entre le 8/08 et le 13/08, ces services en état de pré-alerte sont informés quotidiennement par la SAGE de l évolution rapide et inquiétante déduite de l analyse des valeurs d écartement de la colonne rocheuse (voir figure 5). Figure 5. Courbes de déplacements pour la crise d août 2011 (fil 1) Le 13/08/11, une réunion de crise est organisée en urgence afin d envisager une éventuelle évacuation préventive du hameau avant rupture. Après concertation, la décision d évacuation du hameau par déclenchement du plan de secours est prise le soir du 13 août 2011 sur conseil de SAGE. L évacuation bien orchestrée par la commune s est déroulée dans le calme et s est avérée effective à 23h00, les sirènes d évacuation se sont déclenchées vers 23h30, l éboulement naturel s est produit à 3h30 le 14/08 au matin. Le volume éboulé est estimé à 2000 m 3 ; de nombreux blocs rocheux se sont propagés dans le versant et ont ouvert une large trouée dans la végétation. Une quinzaine de blocs de 3 à 10 m 3 ont été arrêtés par le merlon de protection prévu à cet effet. Les blocs se sont répartis sur tout le linéaire de l ouvrage, soit 300 m de long sans causer aucun dégât particulier. Un seul est passé latéralement un peu au-delà du merlon sans dommages heureusement (coté nord).

10 Les reconnaissances par hélicoptère et en technique alpine réalisées au niveau de la falaise au cours de la journée du 14/08/11, ont permis de constater que seule la partie la plus instable de la colonne instrumentée, située dans le premier tiers inférieur de la masse rocheuse, s était effondrée. Les risques résiduels après éboulement sont élevés et concernent au total 2700 m 3 de matériaux encore instables (figure 6). Figure 6. Ecaille résiduelle instable après l éboulement du 14 août 2011

11 Après maintien de l interdiction d accès au site pendant quelques jours, le temps que la cicatrice d éboulement se purge de ces éléments les plus instables et après remise en état du système de surveillance détruit, les habitants ont pu réintégrer leur maison, le temps de préparer un nouveau chantier d urgence en vue de traiter les risques résiduels en présence. 6. La purge finale par tir maîtrisé Compte-tenu des risques d éboulements résiduels en présence, la décision de miner les 2700 m 3 de rochers instables est prise en préfecture courant octobre Les travaux de sécurisation (installation d un écran de filet complémentaire de 60 m de long pour protéger une habitation isolée et minage en falaise) sont décidés et confiés à l entreprise Hydrokarst. Ces travaux ont été réalisés pour un montant global de 0,4 M sous maîtrise d œuvre SAGE Les travaux débutent immédiatement malgré l arrivée brutale de l hiver. Un plan ORSEC spécifique intégrant un dispositif de sécurité civile est alors établi. Figure 7. Schéma retenu pour le plan de tir (forages subhorizontaux) La préparation du minage (figure 7 et photo 3) a nécessité le recours à une procédure particulière visant à limiter au maximum les risques pris par l entreprise (création d une base vie sur les arêtes, forage avec commandes déportées, utilisation d une potence permettant le dégagement des foreurs en cas de mouvement).

12 Photo 3. Préparation du tir en falaise Le plan de tir comporte plusieurs séries de forages : verticaux pour la partie sommitale, subhorizontaux en falaise (photo 3) pour le gros bloc massif de la partie centrale. Les forages sont remplis de cartouches explosives encadrées par deux détonateurs (figure 7). Au total 400 kg d explosif sont mis en place. Le tir a lieu le 13/12/2011 après évacuation préventive du hameau et application du plan ORSEC. Après contrôle de la falaise, l opération de minage s est avérée être un succès : la menace d éboulement qui pesait sur le hameau depuis 5 ans est supprimée, et les habitants sont autorisés à regagner leurs habitations dès le lendemain du tir. Les blocs produits par le minage se sont propagés dans le versant. L efficacité des protections passives réalisées en pied de versant a été une nouvelle fois confirmée : - 7 nouveaux blocs supplémentaires de 10 à 15 m 3 ont été arrêtés par le merlon, - l écran de filet complémentaire mis en place a permis d intercepter un bloc isolé de 3 m 3 en fin de trajectoire, A l heure actuelle, les ouvrages de protection ont été purgés des matériaux qu ils ont interceptés, et le hameau de Ripaillère a retrouvé toute sa sérénité. 7. Bilan Un organigramme très précis de gestion de crise a été mis en place pour le cas du Néron (figure 8). Le seuil d alerte théorique était fixé à J-5 (rupture probable sous 5 jours) et entrainait un point de situation détaillé toutes les 12 heures. En cas de mouvement brutal non anticipé, l alerte maximale d évacuation du hameau pouvait être transmise automatiquement par appel téléphonique aux cadres d astreinte de la mairie et de la SAGE, mais également aux habitants par l activation automatique de 5 sirènes réparties sur le hameau et par l envoi de SMS.

13 Figure 8. Schéma de gestion du risque Photos 4. Vue de la falaise après l éboulement du 14/08/2011 et après le minage du 11/12/2011

14 Le système de gestion du risque s appuie sur les mesures de déplacement mises en place dans la falaise et demande une grande expérience dans le domaine. L interprétation des courbes se fait très régulièrement par des équipes spécialisées. Lors de la période de crise d Aout 2011, cette interprétation a été réalisée en continu, nuit et jour, et la date de rupture a pu être anticipée quelques jours avant l éboulement grâce à des modèles mathématiques propres à la SAGE calés sur d autres cas d éboulements (Azimi et al., 1988 ; Azimi et Desvarreux, 1996). Au final, la maîtrise du risque et le bon déroulement de la crise reposent essentiellement sur : - une bonne préparation et une forte sensibilisation de tous les acteurs et du public (réunions de concertation technique, réunions publiques très bien organisées ici par les services techniques et administratifs de la mairie de St-Martin-le-Vinoux, - un système de surveillance fiable, adapté et performant avec une chaine robuste de transmission de l information, - une vigilance permanente apportée à l interprétation et au suivi des déplacements, - une expertise forte fondée sur l expérience acquise dans le traitement de cas similaires. On peut retenir que même si les éboulements rocheux surviennent parfois de manière brutale et très rapide, il est quand même possible de détecter des compartiments rocheux particulièrement menaçants et d anticiper leur rupture finale quelques jours auparavant, en mettant en œuvre des moyens de surveillance adaptés. Références Azimi C., Desvarreux P., et al (1982). Méthode de calcul de la dynamique des chutes de blocs. Application à l étude du versant de la montagne de la Pale (Vercors). Bull. Liaison Labo. Pts et Ch., 122, Azimi C, Biarez J., Desvarreux P., Keime F. (1988). Forecasting Time Of Failure For A Rockslide In Gypsum (In French). Proc 5th International Symposium On Landslides, Lausanne, Vol. 1, Azimi C., Desvarreux P. (1996). Quelques aspects de la prévision des mouvements de terrain. Revue française de géotechnique, 76: Hantz, D., Vengeon, J.M., Dussauge-Peisser, C. (2003). An historical, geomechanical and probabilistic approach to rock-fall hazard assessment. Natural Hazards and Earth System Sciences, 3: Labiouse V., Heidenreich B., Desvarreux P., Viktorovitch M., Guillemin P. (2001). Etudes trajectographiques. in Prévention des mouvements de versants et des instabilités de falaises, Programme INTERREG IIC : Falaises, Aosta, Sites internet Hydrokarst : Paratronic : Sage :

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Commune de Groix (56), Aménagements et stabilité de la falaise sud (Quai Suet) de Port-Tudy : Avis du BRGM BRGM/RP- 62270-FR Mars 2013 Appuis aux administrations

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

Journée de restitution du Projet Interreg ALCOTRA MASSA Medium and Small Size rockfall hazard Assessment

Journée de restitution du Projet Interreg ALCOTRA MASSA Medium and Small Size rockfall hazard Assessment http://massa.geoazur.eu Ensemble au-delà les frontières Insieme oltre i confini 2007-2013 FEDER Fonds Européens pour le Développement Régional FESR Fondo Europeo di Sviluppo Regionale Journée de restitution

Plus en détail

3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne

3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne 3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne Jean-Paul DURANTHON (CETE Lyon) Avant-propos Cette présentation

Plus en détail

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

Journées Aléa Gravitaire 2013

Journées Aléa Gravitaire 2013 Journées Aléa Gravitaire 2013 L analyse statistique de données appliquée à la surveillance multi-paramètres de versants instables E. Klein & A. Durenne INERIS, Campus ARTEM, CS 14234, Nancy Cedex, France

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

Surveillance acoustique des câbles de ponts

Surveillance acoustique des câbles de ponts Surveillance acoustique des câbles de ponts Application aux ponts en béton précontraint Pierre Brevet* Jean-Louis Robert* Christian Aubagnac** * Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Gestion de l'incertitude et de l'ignorance, dans l'évaluation de la probabilité de déclenchement des éboulements rocheux

Gestion de l'incertitude et de l'ignorance, dans l'évaluation de la probabilité de déclenchement des éboulements rocheux Gestion de l'incertitude et de l'ignorance, dans l'évaluation de la probabilité de déclenchement des éboulements rocheux Didier Hantz*, ** * ISTerre, Université de Grenoble 1, CNRS BP53, F-38041, Grenoble

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Réglementation ERP et IGH

Réglementation ERP et IGH PENSE Bête : Réglementation ERP et IGH Réalisé par Alexandre MOREAU 01.69.45.73.06 06.99.44.60.36 Mail : securiteincendie.idf@gmail.com Site : securiteincendie-idf.com A) DEFINITION : (R 123.2) 1 ) Définition

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Les versants sous-cavés

Les versants sous-cavés RAPPORT D ÉTUDE 15/01/2014 DRS-13-135675-12706A Les versants sous-cavés Contraintes réglementaires, caractérisation détaillée de site et validation de la méthodologie d évaluation de l aléa. Les versants

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

5. Ouvrages de protection contre les risques hydrogéologiques

5. Ouvrages de protection contre les risques hydrogéologiques 5. Ouvrages de protection contre les risques hydrogéologiques 5.1 Ouvrages de protection : perspectives d innovation pour faire face à des contraintes d emprise, de haute énergie et environnementales :

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

NEO Centrale d appel à domicile

NEO Centrale d appel à domicile NEO Centrale d appel à domicile NEO est l élément central pour le maintien à domicile. Tous les équipements y sont reliés, et lui transmettemt les alarmes. NEO envoie les données à la Helpline qui les

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Public School 229, Bronx, New York City, USA

Public School 229, Bronx, New York City, USA Public School 229, Bronx, New York City, USA Optical extensometer over a diagonal crack Monitoring of a building for precise diagnosis Installed Optical extensometer measuring transversal crack deformation

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6)

Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6) Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6) ler semestre 2002 Renault O. Juiilei ZOO2 Ri-51786 Rapport de suivi du système de

Plus en détail

3 Télésurveillance des sites instables : structure des systèmes de télésurveillance et seuils d alarme

3 Télésurveillance des sites instables : structure des systèmes de télésurveillance et seuils d alarme 3 Télésurveillance des sites instables : structure des systèmes de télésurveillance et seuils d alarme 3.1 Présentation des résultats du projet et questions soulevées Pascal ORNSTEIN (CREALP) Pascal Ornstein

Plus en détail

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP 1 1 Quel classement pour les ERP? Le classement

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)...3. La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4. Le risque inondation...5

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)...3. La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4. Le risque inondation...5 Sommaire Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)....3 La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4 Le risque inondation...5 Directeur des opérations de secours (D.O.S.)... 5 Cellule Coordination... 7 Cellule

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Les services de secours face aux phénomènes météorologiques: La gestion des alertes. Luxembourg, le 11 décembre 2012

Les services de secours face aux phénomènes météorologiques: La gestion des alertes. Luxembourg, le 11 décembre 2012 Les services de secours face aux phénomènes météorologiques: La gestion des alertes Luxembourg, le 11 décembre 2012 Trends in global disasters Wild fire 4% Slide 5% Floods 32% World distribution of disasters

Plus en détail

A-MIP 200 Manuel d installation et de fonctionnement

A-MIP 200 Manuel d installation et de fonctionnement 00 A-MIP 00 Manuel d installation et de fonctionnement Informations Générales Important Lisez ce mode d'emploi avant l installation et l utilisation de l Aivia. Lisez attentivement cette section et suivez

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Monitoring d un Datacenter du concept à la réalisation

Monitoring d un Datacenter du concept à la réalisation Monitoring d un Datacenter du concept à la réalisation Par Norbert Andrey Tél: ++41(0)21 316 26 00 - Fax: ++41(0)21 316 27 26 Page 1 Objectifs - Détecter les défauts de fonctionnement et les notifier -

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements multi-étagés

Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements multi-étagés Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements Ce document présente une vue d'ensemble des principales questions à envisager en matière de sécurité incendie dans

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques RAPPORTS CETE Normandie Centre LRB Laboratoire Régional de Blois Affaire 131550 Cartes de bruit stratégiques Réseau routier national de l'eure Résumé non technique Article 3 du décret du 24 mars 2006 Novembre

Plus en détail

Conditions générales Edition 01.01.2013. Assistance Home

Conditions générales Edition 01.01.2013. Assistance Home Conditions générales Edition 01.01.2013 Assistance Home Les présentes conditions générales déterminent les prestations d assistance garanties et fournies par EUROP ASSISTANCE (Suisse) SA et assurées par

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

PREFECTURE DE LA DROME

PREFECTURE DE LA DROME PREFECTURE DE LA DROME ARRETE N 08-2335 Réglementant les points feux durant la période réputée sévère, pris en application de l article 4 de l arrêté permanent n 08-0011 du 2 janvier 2008 Le Préfet de

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

ANNEXE 1. Carte des aléas de versants. Commune de GIVORS (RHÔNE)

ANNEXE 1. Carte des aléas de versants. Commune de GIVORS (RHÔNE) ANNEXE 1 Carte des aléas de versants Commune de GIVORS (RHÔNE) TRANSCRIPTION DES ALEAS EN ZONAGE OPPOSABLE AU TIERS DANS LE CADRE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME. 1 - Méthodologie générale: Tout comme le zonage

Plus en détail

MODE D EMPLOI. Station météo avec senseur extérieur sans fil WS-1100

MODE D EMPLOI. Station météo avec senseur extérieur sans fil WS-1100 MODE D EMPLOI Station météo avec senseur extérieur sans fil WS-1100 FR SOMMAIRE 1 2 11 3 4 5 10 9 6 8 1. affi chage de l horloge DCF 2. les précisions météorologiques avec des symboles 3. pression de l

Plus en détail

Édito. Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter notre site internet www.acro-btp.fr. + d informations : www.acro-btp.

Édito. Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter notre site internet www.acro-btp.fr. + d informations : www.acro-btp. 2 Édito Depuis la création d ACRO BTP en 1999, nous avons su adapter une politique d investissement permanente afin de garantir à nos clients efficacité et réactivité. Plus qu un simple prestataire, ACRO

Plus en détail

PLAN DE SURVEILLANCE Concept général

PLAN DE SURVEILLANCE Concept général PLAN DE SURVEILLANCE Concept général 1 Concept de surveillance - Généralités Concept général En cas de crue importante sur le Rhône avec une montée en puissance du risque, un plan de surveillance est mis

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Pourquoi sauvegarder?... 3. 2 Sur quel support?... 3. 3 La procédure idéale... 5 GUIDE DE LA SAUVEGARDE

SOMMAIRE. 1 Pourquoi sauvegarder?... 3. 2 Sur quel support?... 3. 3 La procédure idéale... 5 GUIDE DE LA SAUVEGARDE SOMMAIRE 1 Pourquoi sauvegarder?... 3 2 Sur quel support?... 3 3 La procédure idéale... 5 V1.0 du 29/05/2013 par J. AIDINIAN Copyright 2013 GROUPE PROGMAG Page 2/5 1 Pourquoi sauvegarder? S il y a une

Plus en détail

Phoenix: La sécurité au bout de vos doigts

Phoenix: La sécurité au bout de vos doigts Phoenix: La sécurité au bout de vos doigts Fiable et accessible à chacun. N'importe où, n'importe quand. Pour aller et venir en toute liberté et en toute sécurité, et si vous êtes prêts à investir dans

Plus en détail

www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700

www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700 www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700 Complètement sans fil Installation DIY (Do It Yourself = Faites-le vous-même ) Application mobile Communications 3G Grande simplicité,

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

systèmes d alarme logisty.serenity

systèmes d alarme logisty.serenity systèmes d alarme logisty.serenity logisty serenity Pourquoi équiper votre habitation d une alarme? Outil de prévention et de dissuasion, l alarme est avant tout un moyen de gagner en confort et en sérénité.

Plus en détail

SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3

SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3 IT Power Solutions SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3 Thomas B. Jones 1 Introduction Présentation

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42 1/ Lorsque nous marchons le long d une route avec un groupe d enfants, devons-nous le faire à gauche ou à droite de la chaussée? Quelles précautions particulières devons-nous prendre lors des déplacements

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en

L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en 1 L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en agriculture en mettant en valeur les spécificités/contraintes,

Plus en détail

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto Atelier 1 groupe de travail sismique franco-italo-suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Atelier 1 gruppo di lavoro sismico franco-italo-svizzero del progetto Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Enregistreur de données CO 2 /d humidité/température/

Enregistreur de données CO 2 /d humidité/température/ Manuel d utilisation Enregistreur de données CO 2 /d humidité/température/ Modèle SD800 Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition de l enregistreur de données CO 2 /d humidité/température

Plus en détail

COT & COGC de Paris Saint-Lazare

COT & COGC de Paris Saint-Lazare Organisme d accueil COT & COGC de Paris Saint-Lazare Interview du 13 Février 2013 avec Richard Goult Mail : richard.goult@sncf.fr Tel : 01 53 42 09 21 Présentation Le Centre Opérationnel Transilien (COT)

Plus en détail

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour Action 3 projet MASSA Objectif 2, Mesure 2.2 du programme ALCOTRA 2007 2013 Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie Partenaires Présents POLITO ; Marina Pirulli 3S

Plus en détail

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Liens utiles pour les prévisions météorologiques http://meteo.chamonix.org/ 0900 55 21 65 (Haute Savoie) 0900 55 21 68 (Alpes romandes) Par SMS au numéro

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

1. Description. 1.1. Généralités

1. Description. 1.1. Généralités 1. Description 1.1. Généralités Une plateforme sur mât(s) avec entraînement à crémaillère est un équipement de travail permettant le déplacement vertical de personnes, matériaux et équipements, pouvant

Plus en détail

Art. 36 Montage d éléments de toiture

Art. 36 Montage d éléments de toiture OTConst Protection contre les chutes à travers le toit 1 Art. 36 Montage d éléments de toiture 1 Il est permis, pour le montage d éléments de toiture, de s engager sur les toitures de résistance limitée

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

Utilisation du monitoring en temps réel

Utilisation du monitoring en temps réel Utilisation du monitoring en temps réel Sur internet, rendez-vous à : www.gmgnow.co.kr Vous voici en prise directe avec un outil sophistiqué. Choisissez l endroit que vous voulez visiter, par exemple :

Plus en détail

CONTRAT DE TELESURVEILLANCE DES INSTALLATIONS DE SECURITE ANTI-INTRUSION DES BATIMENTS MUNICIPAUX

CONTRAT DE TELESURVEILLANCE DES INSTALLATIONS DE SECURITE ANTI-INTRUSION DES BATIMENTS MUNICIPAUX CONTRAT DE TELESURVEILLANCE DES INSTALLATIONS DE SECURITE ANTI-INTRUSION DES BATIMENTS MUNICIPAUX Entre : Adresse : COMMUNE DE CLOUANGE 1, rue Mal Joffre 57185 CLOUANGE ci-après qualifiés le Client, d

Plus en détail

Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer

Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer ÉOLIENNES OFFSHORE DU CALVADOS avril 2013 Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer Synthèse d étude relative à la protection des câbles Sommaire 1. CONTEXTE ET OBJECTIF DE L ETUDE...

Plus en détail

Sommaire... 2. Le mot du Maire... 3. Glossaire... 4. Pour en savoir plus... 4. Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5

Sommaire... 2. Le mot du Maire... 3. Glossaire... 4. Pour en savoir plus... 4. Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5 Sommaire Sommaire... 2 Le mot du Maire... 3 Glossaire... 4 Pour en savoir plus... 4 Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5 Les risques naturels... 6 Les inondations... 6 Les phénomènes météorologiques... 7

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Qu est-ce que c est? La notion de localisation

Qu est-ce que c est? La notion de localisation Qu est-ce que c est? La notion de localisation est floue Adaptation à la langue locale (peut se révéler non triviale!) Internet est indépendant (potentiellement) de la localisation Le réseau téléphonique

Plus en détail

Travaux de toiture. Guide pratique

Travaux de toiture. Guide pratique Travaux de toiture Guide pratique 1 Travaux de toiture dangereux 2 Travaux de toiture dangereux 3 Travaux de toiture dangereux 4 Echelles de couvreurs Pour les travaux sur une surface dont la pente est

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Photo : Michel JAMONEAU. Schéma directeur et étude diagnostique d'assainissement des eaux. Principes et points de vigilance

Photo : Michel JAMONEAU. Schéma directeur et étude diagnostique d'assainissement des eaux. Principes et points de vigilance Photo : Michel JAMONEAU Schéma directeur et étude diagnostique d'assainissement des eaux Principes et points de vigilance schéma directeur et étude diagnostique d assainissement des eaux usées SCHéMA DIRECTEUR

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

REGLEMENT SECURITE INCENDIE ERP. DISPOSITIONS ARCHITECTURALES LES DEGAGEMENTS : couloirs,escaliers,sorties,portes

REGLEMENT SECURITE INCENDIE ERP. DISPOSITIONS ARCHITECTURALES LES DEGAGEMENTS : couloirs,escaliers,sorties,portes REGLEMENT SECURITE INCENDIE ERP DISPOSITIONS ARCHITECTURALES LES DEGAGEMENTS : couloirs,escaliers,sorties,portes REG 4-21 Vous trouverez l'ensemble des textes et réglementation ici : http://www.sitesecurite.com/portail/

Plus en détail

Plan de continuité des activités Nécessité ou utopie?

Plan de continuité des activités Nécessité ou utopie? Plan de continuité des activités Nécessité ou utopie? 1 PCA : nécessité ou utopie? À quoi ça sert Pour qui/pourquoi le faire Comment le faire 2 1 ère croyance : Ça n arrive qu aux autres 3 Espagne La tour

Plus en détail

Surveillance de Température sans fil

Surveillance de Température sans fil commentaires: Surveillance de Température sans fil Données fiables & sécurisées Surveillance en continu & en directe Options d'alarme Accès aux données & rapport faciles normalisation Aides pour la conformité

Plus en détail

JNGG 2002, 8 et 9 Octobre 2002, Nancy 1

JNGG 2002, 8 et 9 Octobre 2002, Nancy 1 JNGG 2002, 8 et 9 Octobre 2002, Nancy 1 CONFORTEMENT DE L ESCALIER MONUMENTAL A AUCH JACQUARD Catherine FUGRO Géotechnique, 12 rue des Frères Lumière, Parc d Activités Clément Ader, 34830 JACOU, fugro.se@wanadoo.fr

Plus en détail

ESPADA : Un outil innovant pour la gestion en temps réel des crues urbaines

ESPADA : Un outil innovant pour la gestion en temps réel des crues urbaines ESPADA : Un outil innovant pour la gestion en temps réel des crues urbaines ESPADA : An innovative tool for real time urban flood management Raymond M.*, Peyron N.*, M. Bahl*, A. Martin***, F. Alfonsi

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

Solar Scintillation Monitor Manuel utilisateur

Solar Scintillation Monitor Manuel utilisateur 1 Solar Scintillation Monitor Manuel utilisateur Remerciements à M. Edward Joseph Seykora pour son autorisation à utiliser son design original et ses vifs encouragements, et à Jean Pierre Brahic et Christian

Plus en détail

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques Rapport technique / Machines Contenu : Système pousse-tube Rédaction Date : Laurent Chevrier / Etudiant ETC 3ème année : 8 janvier 2013 Système pousse-tube Introduction Anciennement, les travaux de mise

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 04/11/2013 DRS-13-135992-01259B

RAPPORT D ÉTUDE 04/11/2013 DRS-13-135992-01259B RAPPORT D ÉTUDE 04/11/2013 DRS-13-135992-01259B Méthodologie de surveillance du risque de fontis en cavité souterraine par méthode acoustique. Programme EAT-DRS-06 «Centre National de Surveillance des

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail