ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON. - Thèse n

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON. - Thèse n"

Transcription

1 ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON Année Thèse n LES OBLIGATIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L'INSTALLATION ET A L'EXERCICE EN FRANCE DE LA MEDECINE, DE LA CHIRURGIE ET DE LA PHARMACIE VETERINAIRES THESE Présentée à l UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD - LYON I (Médecine - Pharmacie) et soutenue publiquement le 6 Juillet 2007 pour obtenir le grade de Docteur Vétérinaire par Ludivine THOMAS Né (e) le 26 janvier 1983 à Montélimar (Drôme) 1

2 2

3 Remerciements AUX MEMBRES DE NOTRE JURY DE THESE Toute notre gratitude pour l honneur qu ils nous ont fait de participer à ce jury et de nous avoir jugé sur notre travail. A Monsieur le Professeur Gharib De la Faculté de Médecine de Lyon Qui nous a fait l honneur d accepter la présidence de notre jury de thèse A Monsieur le Professeur Lacheretz, De l Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon Qui nous a suivi tout au long de la préparation et de la rédaction de notre thèse A Monsieur le Professeur Fau De l Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon Qui a accepté de participer à notre jury de thèse 3

4 A mes parents Qui ont toujours été présents et qui m ont aidée et soutenue et sans qui je ne serais pas là A mes grands parents Ceux qui sont à mes côtés toujours, et ceux qui le seront toujours dans mon cœur A tous ceux qui ont traversé ma vie pour plus ou moins longtemps mais qui ont contribué à faire de moi ce que je suis et qui continueront à me faire avancer 4

5 Table des matières Tables des annexes 7 Liste des abréviations 8 Liste des illustrations 10 Introduction 11 PARTIE I 12 INSTALLATION D UNE STRUCTURE VETERINAIRE 12 I. Les différents lieux d exercices et types d établissements. 13 A. Domicile professionnel administratif et domicile professionnel d exercice. 13 1) Nombre de domiciles professionnels d exercice 13 2) Catégories de domiciles professionnels d exercice 13 B. Les différents types d activités vétérinaires libérales 15 1) Le vétérinaire à domicile 15 2) Le vétérinaire consultant ou consultant itinérant. 16 3) Le vétérinaire spécialiste 16 C. Les différentes sociétés existant pour l exercice vétérinaire libéral 17 1) La société civile de moyen (SCM) 17 2) La société en participation (SEP) 18 3) La société civile professionnelle (SCP) 19 4) Les sociétés d exercice libéral (SEL) 22 II. Les obligations législatives et réglementaires concernant la création matérielle d une structure vétérinaire 26 A. Les règles communes à la création d un établissement ouvert au public 27 1) L accès aux bâtiments 27 2) Construction du bâtiment 29 B. Spécificités liées à l activité vétérinaire 34 1) Le chenil 34 2) Les gaz médicaux 34 3) Le matériel de radiographie / radioprotection 35 4) L élimination des déchets 39 PARTIE II 43 EXERCICE DE LA MEDECINE ET DE LA CHIRURGIE VETERINAIRES 43 I. Conditions nécessaires pour pratiquer la médecine et la chirurgie vétérinaires 44 A. Modalités selon les différents cas 44 1) Cas d un vétérinaire de nationalité française. 44 2) Cas d un ressortissant d un Etat membre de l Union européenne ou d un autre Etat partie à l accord sur l espace économique européen. 46 3) Cas particuliers 48 B. Déclaration / Inscription au Conseil régional de l Ordre des vétérinaires 49 1) Généralités 49 2) Modalités d inscription 50 II. Droits et devoirs généraux et fondamentaux du vétérinaires 51 A. Le droit d exercice médico-chirurgical qui découle de l autorisation d exercer. 51 1) Les actes réservés aux vétérinaires en exercice 51 2) Actes réalisés par des personnes non vétérinaires et non considérés comme exercice illégal de la médecine vétérinaire 52 B. Les devoirs du vétérinaire envers le client 53 1) La consultation 53 2) Suivi des animaux 55 3) Dignité et attentions 57 4) Communication 59 C. Les devoirs du vétérinaire envers les autorités 63 1) Les certificats 63 5

6 2) Les expertises en matière de vices rédhibitoires 64 D. Les devoirs du vétérinaire envers ses confrères 65 1) Communication et confraternité entre vétérinaires 65 2) Relations contractuelles ou non entre vétérinaires 66 III. Exercice de la médecine vétérinaire dans le cadre du mandat sanitaire 67 A. Définition 67 B. Attribution du mandat 67 1) Dossier 67 2) Personnes autorisées faire une demande de mandat sanitaire et durée de mandat 68 3) Zone de validité du mandat 68 4) Cas particuliers 68 C. Modalité d exercice 69 1) Cas de déclaration d animaux atteints de maladies réputées contagieuses 69 2) La prophylaxie collective 70 3) Rémunération des opérations du mandat sanitaire 71 EXERCICE DE LA PHARMACIE VETERINAIRE 73 I. Définitions 74 A. Définitions générales 74 Spécialité pharmaceutique vétérinaire : 74 B. Classification des médicaments 75 C. Exceptions 75 II. Les médicaments soumis à ordonnance 76 A. Historique 76 B. Détail des substances soumises à ordonnance 77 1) Substances actives destinées au diagnostic, à la prévention et au traitement des maladies des animaux 77 2) Substances à activité anabolisante, anticatabolisante ou bêta-agonistes 77 3) Les substances vénéneuses 79 III. Approvisionnement et création d un stock de médicaments 84 A. Approvisionnement. 84 1) Règles s appliquant aux médicaments non visés par l article L du Code de la Santé Publique 84 2) Cas des substances vénéneuses en vue de leur délivrance au publique 84 3) Cas des substances vénéneuses destinées à un usage professionnel. 85 4) Importation de médicaments 86 B. Stockage des médicaments 88 1) Médicaments stupéfiants et substances des listes I et II non conditionnées pour la distribution directe au public 88 2) Médicaments des classes I et II ou stupéfiants conditionnés 89 IV. Prescription et délivrance des médicaments par le vétérinaire praticien 89 A. Règles de prescription 89 1) Cas général 89 2) «La cascade» 90 3) L ordonnance 91 B. Délivrance des médicaments 97 1) Conditions pour délivrer un médicament 97 2) Délivrance de médicaments extemporanés. 98 3) Délivrance de médicaments préparés à l avance 102 V. Pharmacovigilance 105 A. Définitions 105 B. Principe de la pharmacovigilance 105 C. Rôle du vétérinaire praticien 106 CONCLUSION 107 Bibliographie 152 6

7 Tables des annexes ANNEXE Correspondance entre l épaisseur de Plomb et les autres matériaux (en mm) (pour une tension de 100kV) ANNEXE Comparaison du fonctionnement des SEL et SCM ANNEXE Comparaison avantages/inconvénients des différents types de sociétés ANNEXE Immatriculation des sociétés ANNEXE Arrêté du 21 mai 2004 fixant la liste des diplômes, certificats ou titres de vétérinaires ANNEXE Cursus pour l obtention du doctorat vétérinaire ANNEXE Commande de médicaments et substances stupéfiants ANNEXE Arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants ANNEXE Liste des substances psychotropes : arrêtés du 22 février 1990 et du 20 avril 2005 ANNEXE Substances et procédés considérés comme dopage lors des compétitions et manifestations sportives ANNEXE Arrêté relatif aux bonnes pratiques de préparation extemporanée des médicaments vétérinaires ANNEXE Liste des substances vénéneuses, classées en quatre groupes mentionnés à l article R ) ANNEXE Usage des substances à activité anabolisante, anticatabolisante ou bêta-agonistes ANNEXE Article L En vigueur du Code de la santé publique ANNEXE Exemple de règlement et consignes de sécurité en radioprotection ANNEXE Logos indiquant les différentes zones agréés par l IRSN ANNEXE Liste des organismes agréés par l INRS 7

8 Liste des abréviations AMM ANDRA ATU ATVP BCPST BIC BNC BTS BTSA CEAV CERFA CRAM DASRI DDSV DDTE DEFV DESV DEUG DGSNR DSV Autorisation de Mise sur le Marché L Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs Autorisation Temporaire d Utilisation Autorisation Temporaire de Vente aux Professionnels Biologie, Chimie, Physique et Sciences de la Terre Bénéfices Industriels et Commerciaux Bénéfices Non Commerciaux Brevet de Technicien Supérieur Brevet de Technicien Supérieur Agricole Certificat d Etudes Approfondies Vétérinaire Centre d'enregistrement des Formulaires Administratifs Caisse Régionale d Assurance Maladie Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux Direction Départementale des Services Vétérinaires Direction Départementale Du Travail et de l Emploi Diplôme d Etudes Fondamentales Vétérinaire Diplôme d Etudes Spécialisées Vétérinaires Diplôme d Etudes Universitaires Générales Direction Générale de la Sûreté Nucléaire et de la Radioprotection Direction des Services Vétérinaires 8

9 DTQD DUT ENV IR IRSN IS LCH LMR Min. Max. RCS SBE SCM SCP SEL SELAFA SELARL SELAS SELCA SEP TS Déchets Toxiques en Quantité Dispersée Diplôme Universitaire de Technologie Ecole Nationale Vétérinaire Impôt sur le Revenu l Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Impôt sur les Sociétés Laboratoire des Courses Hippiques Limite Maximale de Résidus Minimum Maximum Registre du Commerce et des Sociétés Service de Biologie Equine Société Civile de Moyen Société Civile Professionnelle Société d Exercice Libéral Société d Exercice Libéral A Forme Anonyme Société d Exercice Libéral A Responsabilité Limitée Société d Exercice Libéral par Actions Simplifiées Société d Exercice Libéral en Communauté par Action Société En Participation Traitement et Salaires 9

10 Liste des illustrations Figure 1: Représentation de la fiscalité pendant la vie d'une SEL 26 Figure 2 : Règles d'étiquetage concernant les préparations vétérinaires extemporanées contenant des substances véneuses, selon leur voie d'administration 101 Tableau 1 : Luminosité minimale en fonction de la localisation des locaux 33 Tableau 2 : Epaisseur des parois de la salle de radio (en mm de Plomb : annexe1) en fonction du lieu adjacent 36 10

11 Introduction En France, on compte un peu plus de vétérinaires pour 61,4 millions d habitants ce qui représente environ un vétérinaire pour 4700 habitants mais avec de grandes disparités selon les régions. Ces vétérinaires sont répartis en différents secteurs d activités dont environ 9% sont dans l industrie et la recherche (secteur privé), 14% dans les services vétérinaires, l enseignement ou la recherche publique (secteur public) et enfin 77% sont vétérinaires praticiens Au sein même de l activité de vétérinaire praticien on trouve 54% de vétérinaire exerçant en clientèle canine et 38% en mixte et seulement 3,4% en équine et 4,6% en rurale 1. Ces différentes clientèles imposent au vétérinaire un abord différent de la pathologie et du traitement. En effet en clientèle canine on privilégiera l aspect émotionnel du propriétaire et donc la mise en place d un traitement le plus efficace possible alors qu en pathologie du bétail, l aspect économique sera beaucoup plus important à prendre en compte. Dans tous les cas l exercice de l art vétérinaire en tant que praticien est encadré par des textes de lois qui lui permettent, ou lui imposent, une certaine attitude et un certain nombre de décisions qui doivent répondre à son rôle de médecin, de chirurgien, de pharmacien vétérinaire mais aussi de protecteur de l environnement et de garant de la sécurité sanitaire tant vis-à-vis des maladies contagieuses que des zoonoses et de la sécurité sanitaire alimentaire. Nous allons donc nous intéresser à l activité du vétérinaire praticien en commençant par son installation et les obligations réglementaires auxquelles il doit satisfaire pour garantir une sécurité pour sa clientèle, les animaux qui lui sont confiés, son personnel mais aussi l environnement tout en lui permettant d exercer son art dans les meilleurs conditions. Puis nous nous intéresserons à l exercice de la médecine et de la chirurgie vétérinaire en rappelant dans un premier temps les conditions auxquelles doit répondre le vétérinaire pour être autorisé à exercer en France en précisant quelles sont ses obligations lors de son exercice au sens strict, tant envers l animal qu il soigne, que le propriétaire de l animal ou encore ses confrères. Enfin nous terminerons par un domaine particulier, car très souvent remis en cause, qui est la pharmacie vétérinaire. Là encore nous rappellerons les bonnes conditions de prescription mais aussi de délivrance de médicaments toujours dans un souci de protection de la santé publique et de l environnement. 1 Site de l Ordre national des Vétérinaires, statistiques, 08 juin

12 PARTIE I INSTALLATION D UNE STRUCTURE VETERINAIRE 12

13 I. Les différents lieux d exercices et types d établissements. La médecine et la chirurgie vétérinaires peuvent être exercées soit dans un domicile professionnel autorisé soit au domicile du client, au domicile du détenteur du ou des animaux, sur les lieux de l élevage ou tout autre lieu dévolu à l hébergement des animaux dans le cadre d une activité liée à l animal. En revanche l activité foraine est interdite 2. Différents domiciles professionnels peuvent être définis. A. Domicile professionnel administratif et domicile professionnel d exercice. Le domicile professionnel administratif correspond au lieu retenu pour l inscription au tableau de l Ordre. Il doit être unique sur le territoire français 3. Le domicile professionnel d exercice correspond au lieu où se déroule habituellement l exercice vétérinaire, que ce soit la médecine, la chirurgie et la pharmacie et il s agit du lieu où sont reçus les clients. Il peut être confondu avec le domicile professionnel administratif. Ce domicile ne peut être mobile sauf au cas de transport d urgence médicalisé 4. 1) Nombre de domiciles professionnels d exercice Une personne physique exerçant la profession ne peut avoir qu un seul domicile professionnel d exercice à moins qu elle exerce en qualité de salariée ou de collaboratrice libérale. Pour ce qui est des groupes de vétérinaires ayant pour but l exercice professionnel en commun, sont acceptés un maximum de trois domiciles professionnels d exercice et en aucun cas ce nombre ne peut dépasser le nombre de vétérinaires associés 5. 2) Catégories de domiciles professionnels d exercice Il existe trois types de domiciles professionnels d exercice autorisés : le cabinet vétérinaire, la clinique vétérinaire et le centre hospitalier vétérinaire. Pour que l appellation soit autorisée, l établissement doit répondre à un certain nombre de conditions concernant les locaux, le matériel et le personnel. 6 2 Article R du Code rural 3 Article R du Code rural 4 Article R du Code rural 5 Article R du Code rural 6 Arrêté du 4 décembre 2003 relatif aux catégories de domiciles professionnels vétérinaires, NOR:AGRG A J.O n 298 du 26 décembre 2003 page

14 Le cabinet vétérinaire Il s agit d un ensemble de locaux comprenant au moins un lieu de réception et une pièce réservée aux examens et aux interventions médico-chirurgicales adaptée aux activités revendiquées. La clinique vétérinaire. La clinique doit posséder différents locaux distincts affectés à la réception, à l examen clinique, à la radiologie, aux interventions chirurgicales et à l hospitalisation des animaux des espèces habituellement prises en charge par l établissement. Concernant le lieu d hospitalisation, deux zones doivent pouvoir être séparées : l une réservée aux animaux contagieux et l autre aux non contagieux. Un certains nombre d équipements doivent aussi être toujours présents. Il s agit : o du matériel permettant de réaliser les examens biologiques et radiologiques ; o du matériel nécessaire aux interventions chirurgicales et aux soins courants ; o de moyens de stérilisation adaptés pour les instruments et le linge destinés aux interventions chirurgicales ; o d appareil d anesthésie et de réanimation ; o d aménagements de réveil adaptés aux espèces traitées. Parmi le personnel de la clinique doit être présent également au moins un auxiliaire vétérinaire, d échelon 2 Le centre hospitalier vétérinaire Il s agit d un établissement de soins permanents aux animaux. Toutes les exigences rapportées pour la définition de clinique vétérinaire sont aussi appliquées, auxquelles s ajoutent un certain nombre de conditions supplémentaires. Pour les locaux, on doit trouver trois salles destinées aux examens cliniques ainsi qu une salle de soins, une salle destinée à la préparation des animaux avant une intervention chirurgicale, une salle réservée au nettoyage, à la désinfection et à la stérilisation du matériel chirurgical. Il doit également y avoir deux salles de chirurgie ainsi que des locaux d hospitalisation permettant de séparer les animaux contagieux et non contagieux. 14

15 En ce qui concerne le matériel, il doit permettre la réalisation des analyses biologiques et biochimiques complémentaires nécessaires aux examens cliniques et aux interventions chirurgicales. On doit également trouver trois appareils distincts d imagerie médicale. Le centre hospitalier doit par ailleurs être équipé d un logement pour les personnes assurant le service permanent. Ce service fonctionnant à temps plein, l activité est assurée par une équipe pluridisciplinaire d au moins six vétérinaires équivalents temps pleins avec la présence de l un d entre eux sur le site vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. L astreinte doit également être assurée par au moins un auxiliaire spécialisé vétérinaire d échelon 4 sur un nombre d auxiliaire spécialisés d échelon 4 au moins égal au nombre de vétérinaires équivalents temps plein. Domiciles professionnels annexes 7 Il s agit d un établissement de soins vétérinaires ouvert au public par une personne physique ou morale habilitée à exercer cette profession et qui possède un domicile professionnel principal. Normalement cet établissement est interdit mais le Conseil régional de l Ordre peut accorder une dérogation annuelle éventuellement renouvelable sur demande, si cette structure est nécessaire pour les besoins de santé animale et les intérêts du public. Ce domicile annexe est administrativement dépendant du domicile principal. Cette dérogation est accordée à titre personnel et n est pas cessible. Elle est caduque et retirée quand les besoins et intérêts précédemment cités sont satisfaits par l installation d un vétérinaire. Nous avons donc vu les différents types de domiciles professionnels tels que définis dans le Code rural mais le vétérinaire peu s installer sous différentes dénominations données selon son type d activité. B. Les différents types d activités vétérinaires libérales Outre le fait de s installer comme vétérinaire libéral praticien dans une structure de type cabinet, clinique ou centre hospitalier vétérinaire, le vétérinaire peut aussi exercer comme vétérinaire à domicile, consultant ou consultant itinérant ou spécialiste. 1) Le vétérinaire à domicile 8 Elle concerne une personne physique ou morale habilitée à exercer la médecine et la chirurgie des animaux mais qui, n ayant pas de domicile professionnel d exercice, exerce 7 Article R du Code rural 8 Article R du Code rural 15

16 exclusivement au domicile du client. Il est interdit au vétérinaire de prendre la dénomination de «vétérinaire à domicile» s il possède un domicile d exercice dans lequel il exerce également. Cette dénomination doit avoir fait lieu d un dépôt au Conseil régional de l Ordre. «Seuls les vétérinaires et les sociétés d exercice dispensant exclusivement à domicile les soins des animaux peuvent faire figurer dans les annuaires téléphoniques une insertion dans les communes limitrophes de leur domicile professionnel administratif mais obligatoirement avec la mention «service exclusivement à domicile» 9. 2) Le vétérinaire consultant ou consultant itinérant 10. Il s agit de vétérinaires intervenant ponctuellement à la demande d un praticien qui apporte habituellement ses soins à l animal. Soit il a un domicile professionnel propre soit ne possède pas de domicile professionnel propre et exerce alors uniquement au domicile de ses confrères. Dans ce dernier cas (pas de domicile professionnel propre), il porte alors la dénomination de vétérinaire consultant itinérant. Cette activité en un même lieu professionnel ne peut qu être occasionnelle et ne doit pas pouvoir être assimilable pour un vétérinaire consultant itinérant à un domicile professionnel d exercice et pour un vétérinaire consultant à un second domicile professionnel d exercice. Le client doit consentir à l intervention de ce vétérinaire consultant qui est responsable avec le praticien qui a fait appel à lui des soins dispensés depuis la prise en charge de l animal jusqu au terme des soins. Dans tous les cas, le client reste libre du choix du vétérinaire. 3) Le vétérinaire spécialiste 11 Seuls les vétérinaires titulaires du diplôme d études spécialisées vétérinaires 12 ou d un titre étranger reconnu équivalent ainsi que les vétérinaires autorisés pas le ministre chargé de l agriculture 13 peuvent exercer sous cette dénomination. Il doit disposer de l équipement correspondant à la spécialité qu il exerce 14. Il doit rendre compte dans les meilleurs délais et par écrit de ses interventions et prescriptions au vétérinaire qui lui a adressé ce client Article R du Code rural 10 Article R du Code rural 11 Article R du Code rural 12 Article R du Code rural 13 Article R du Code rural 14 Article R du Code rural 15 Article R du Code rural 16

17 C. Les différentes sociétés existant pour l exercice vétérinaire libéral Le vétérinaire peut s installer en exercice libéral seul ou travailler avec d autres vétérinaires au sein de groupements classés en deux catégories 16 : le groupement de moyens avec la société civile de moyen et les groupements d exercice formés par les sociétés en participation, les sociétés civiles professionnelles et les sociétés d exercice libéral. (Annexe 2) 1) La société civile de moyen (SCM) Il s agit d une structure juridique réservée aux professions libérales dont l objet est la fourniture de moyens (locaux, personnel, matériel) à ses membres afin de faciliter l exercice de leur profession 17. Création et fonctionnement La création d une société civile de moyen est sans incidence sur la situation juridique de ses membres. Les associés mettent en commun certains moyens d exploitation de leur activité afin d en réduire le coût. Ils conservent une totale indépendance au titre de leur activité professionnelle. Pour créer une SCM il faut au minimum 2 associés qui peuvent être soit des personnes physiques soit des personnes morales, il n existe en revanche aucun maximum pour le nombre d associés. Lors de la création de l entreprise, aucun capital minimum n est imposé, les apports pouvant aussi être en espèce ou en nature. Concernant la responsabilité, elle est indéfinie et conjointe entre les associés Les statuts déterminent librement les règles de fonctionnement de la société. Il est notamment recommandé d y prévoir les règles de répartition des dépenses entre la société et les associés, les conditions d admission de nouveaux membres, les modalités de cession ou transmission des parts sociales, la poursuite de la société en cas de décès ou d incapacité d un membre. La société est dirigée par un ou plusieurs gérants, associés ou non, personnes physiques ou morales. A défaut de désignation d'un gérant dans les statuts, tous les associés sont réputés être gérants. En l'absence de limitation statutaire, les gérants ont tout pouvoir pour agir au nom et pour le compte de la société. Les décisions collectives sont prises en 16 Thèse de Doctorat Vétérinaire : Les sociétés d'exercice libéral vétérinaires : un bilan dans la profession vétérinaire après dix années d'existence, 2003, p 6 17 Thèse de Doctorat Vétérinaire : Les sociétés d'exercice libéral vétérinaires : un bilan dans la profession vétérinaire après dix années d'existence, 2003, p7 17

18 assemblée. Ce sont les statuts qui en fixent librement les modalités (majorité requise, quorum...). Le régime fiscal Ce type de société ne bénéficie pas de l imposition sur les sociétés. Les bénéfices sont déterminés au sein de la SCM selon les règles applicables aux BNC et/ou aux BIC, puis sont répartis entre les associés qui sont personnellement imposés pour la part de bénéfices correspondant à leurs droits à l impôt dont ils sont passibles au titre de leur activité professionnelle. Ils peuvent déduire du bénéfice réalisé dans le cadre de leur activité professionnelle les sommes versées à la SCM au titre des dépenses engagées pour l exercice de leur profession. 2) La société en participation (SEP) 18 La société en participation (SEP) est une société qui, contrairement aux autres, n est pas immatriculée au registre du commerce et des sociétés et n a donc pas de personnalité morale donc pas de dénomination, pas de patrimoine propre ainsi pour l établissement d un bail par exemple, il doit être fait au nom du gérant précédé, le cas échéant, du nom de la société. Création et fonctionnement Pour créer une SEP, il faut au minimum 2 associés qui peuvent être des personnes physiques ou morales mais aucun maximum n est déterminé. Les associés agissent en leur nom pour le compte de tous et conviennent librement de l objet du fonctionnement et des conditions de la SEP. Aucun apport financier minimal n est obligatoire pour constituer une SEP. Les associés peuvent faire des apports en industrie, en numéraire ou en nature. Sauf convention contraire entre les associés, les apports en nature restent la propriété de l apporteur. Les biens acquis en cours de vie sociale avec les bénéfices réalisés par la SEP figurent à l actif du bilan fiscal et sont réputés indivis entre les associés. Le contrat d assurance de responsabilité civile professionnelle est acquis par les associés en leur nom personnel et ils sont seuls engagés à l égard des tiers, mais s ils se comportent vis-à-vis des tiers en "associés" (ce qui est le cas le plus fréquent), leur responsabilité est indéfiniment et conjointement engagée. 18 Site de l agence pour la création d entreprise, étapes de la création, sociétés, SEP 18

19 La cession de droit dans la société doit se faire obligatoirement à l unanimité (sauf clause contraire des statuts), les droits d enregistrement de 5% sont à la charge de l acquéreur et les plus-values professionnelles à la charge du vendeur Régime fiscal Bien que la SEP ne soit pas immatriculée au RCS, elle fait l objet d une déclaration auprès du centre des impôts. Elle est tenue de produire chaque année une déclaration de ses résultats et doit tenir une comptabilité régulière. Son régime fiscal est identique à celui des sociétés de personnes lorsque les noms et adresses de tous les associés ont été communiqués à l'administration (imposition au titre de l impôt sur le revenu au nom des associés). Dans le cas contraire, la quote-part de bénéfices des associés non identifiés est passible de l'impôt sur les sociétés au nom du gérant. Chaque associé est imposé pour la partie des bénéfices qui lui revient au titre de l'impôt sur le revenu. En revanche, la société peut opter pour l'impôt sur les sociétés mais cette option est alors irrévocable. 3) La société civile professionnelle (SCP) Elles ont été créées dans le but de permettre à des personnes physiques ayant une profession libérale réglementée d'exercer en commun cette activité. Les SCP sont régies par la loi du 29 novembre complétée pour chaque profession libérale de décrets d application tenant compte des spécificités de leur activité. Cependant, il n est pas possible de constituer une SCP pluridisciplinaire. Création et fonctionnement Pour créer une SCP il faut au minimum 2 associés constitués uniquement de personnes physiques. Le montant nominal de chaque part social ne peut être inférieur à 15 euros, l apport pouvant se faire aussi bien en espèce qu en nature. Les apports en industrie sont possibles et constituent des éléments essentiels de la SCP dans la mesure où l associé n entre dans la société que pour y exercer sa profession et où l objet de la société se confond avec l activité de leurs membres. De tels apports ne peuvent concourir à la formation du capital social 20. Ils donnent cependant lieu à l'attribution de parts sociales ouvrant droit au partage des bénéfices et à une participation aux décisions collectives. Ces apports en industrie sont incessibles et sont annulées quand le titulaire perd sa qualité d associé. Chaque associé a le titre et la qualité de vétérinaire associé Loi n du 29 novembre 1966 relative aux sociétés civiles professionnelles, JORF du 30 novembre Article R du Code rural 21 Article R du Code rural 19

20 Une demande d immatriculation doit être déposée au registre du commerce et des sociétés (annexe 4). La société doit également être inscrite au tableau du Conseil régional de l Ordre 22. Celui-ci peut autoriser des vétérinaires exerçant dans des locaux distincts à se constituer en SCP sans abandonner le siège de leur activité 23. Le nombre de cabinets ou cliniques ne peut alors être supérieur à trois. Ces cabinets ou cliniques ne sont pas soumis à l inscription complémentaire ou à l immatriculation secondaire au registre du commerce et des sociétés. Ils sont toutefois considérés comme des établissements dont l adresse doit être indiquée dans la demande d immatriculation de la société. La raison sociale de la société est composée du nom d un ou de tous les associés précédés ou suivis des mots «société civile professionnelle de vétérinaires» 24. Tous les registres et documents sont ouverts et établis au nom de la société. Dans les actes professionnels chaque associé indique la raison sociale de la société et son patronyme 25. Concernant la responsabilité, les associés responsables indéfiniment et solidairement sur l'ensemble de leurs biens personnels des dettes sociales. L associé est également tenu sur l ensemble de son patrimoine personnel des actes professionnels qu il accomplit, la SCP étant solidairement responsable des conséquences dommageables de ces actes. L assurance de responsabilité civile professionnelle peut être contractée soit par la société soit par les associés 26. La société est dirigée par un ou plusieurs gérants désignés dans les statuts ou dans un acte séparé. A défaut, tous les associés sont considérés comme gérants. Ils doivent obligatoirement être choisis parmi les associés. Les modalités d exercice de leur mandat sont déterminées dans les statuts. Dans le silence des statuts, les pouvoirs des gérants se limitent aux actes de gestion que demande l intérêt de la société 27. Les décisions collectives sont prises en assemblée. Ce sont les statuts qui en fixent librement les modalités (majorité requise, quorum...). En général, elles sont prises 28 : o pour les décisions ordinaires, à la majorité des voix des associés présents ou représentés, 22 Article R du Code rural 23 Article R du Code rural 24 Article R du Code rural 25 Article R du Code rural 26 Article R du Code rural 27 Articles R et R du Code rural 28 Articles R et R du Code rural 20

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie

DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie Nom du déclarant : N d Ordre :... Dénomination sociale de la société :. Dénomination commerciale

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

P6C08 La cre ation d une entreprise

P6C08 La cre ation d une entreprise P6C08 La cre ation d une entreprise I. Les différentes formes de sociétés La création d une entreprise implique le choix de la structure juridique la mieux adaptée à la taille et à l activité de la future

Plus en détail

SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (S.C.A)

SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (S.C.A) SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (S.C.A) C est une société hybride dont le capital est divisé en actions. Elle compte deux types d associés : les commandités et les commanditaires. La Société en Commandite

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Chapitre 4 : Trouver des financements

Chapitre 4 : Trouver des financements Chapitre 4 : Trouver des financements L'entrepreneur a le choix, dans le cadre de son projet de création ou de reprise d'entreprise, entre plusieurs sources de financement. On distingue généralement deux

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

Le statut du conjoint dans l entreprise

Le statut du conjoint dans l entreprise 12 Les fiches pratiques de législation Le statut du conjoint dans l entreprise Pour plus d informations 02 32 100 500 Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Santé Publique La Sous Direction de la Réglementation et du Contrôle des Professions de Santé Tél : 71 561 032 CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE La loi n 85-697 du 11 juillet 1985 permet à une personne physique ou morale de créer une société à responsabilité limitée,

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE Cas de déblocage anticipé

ÉPARGNE SALARIALE Cas de déblocage anticipé ET INSTALLATION D UNE ACTIVITÉ NON SALARIÉE par l épargnant, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS ou l un de ses enfants majeurs caractéristiques Le déblocage, total ou partiel, intervient

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ

ÉPARGNE SALARIALE CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ CRÉATION OU REPRISE D UNE ENTREPRISE ET INSTALLATION D UNE ACTIVITÉ NON SALARIÉE par l épargnant, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS ou l un de ses enfants majeurs Dispositifs concernés

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE Polynésie française : la chronique juridique des notaires TEXTES Délibération n 87-138 AT du 23 décembre 1987 (JOPF du 7 janvier

Plus en détail

Société Anonyme à conseil d administration au capital de 6.515.148. Siège social : 13 rue Louis Pasteur 92100 Boulogne Billancourt

Société Anonyme à conseil d administration au capital de 6.515.148. Siège social : 13 rue Louis Pasteur 92100 Boulogne Billancourt Société Anonyme à conseil d administration au capital de 6.515.148 Siège social : 13 rue Louis Pasteur 92100 Boulogne Billancourt RCS NANTERRE B 391 504 693 S T A T U T S Mis à jour en date du 19 mai 2015

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association Titre 1 - Définitions ASSOCIATION AGREEE DE GESTION DES PROFESSIONS LIBERALES DES ALPES Association déclarée, régie par la Loi du 1er juillet 1901; Agréée par Monsieur le Directeur Régional le 30/03/1981

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Exercice de la médecine libérale EN ASSOCIATION : quelles formes juridiques?

Exercice de la médecine libérale EN ASSOCIATION : quelles formes juridiques? Lors de votre installation en libéral vous pouvez opter pour un exercice individuel ou en groupe, chacun présentant ses spécificités : L'installation individuelle Ce mode d installation vous assure une

Plus en détail

STATUT DU CONJOINT COLLABORATEUR

STATUT DU CONJOINT COLLABORATEUR STATUT DU CONJOINT FICHE CONSEIL Page : 1/6 Le statut du conjoint collaborateur : Une obligation mais aussi une opportunité Sites certifiés : et Les textes : Loi en faveur des PME du 2 août 2005. Décret

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

Formes juridiques fév. 2013

Formes juridiques fév. 2013 Formes juridiques fév. 2013 Source APCE Quel est le nombre d'associés requis? Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut embaucher des salariés). 1 seul associé (personne physique

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Pourquoi créer une SASU avec?

Pourquoi créer une SASU avec? Pourquoi créer une SASU avec? SAS - SASU Pourquoi? La société par actions simplifiée (SAS) est une forme juridique de plus en plus retenue par les entreprises. La grande souplesse prévue par le législateur

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Droit Commercial. Droit Commercial. Les sociétés commerciales. Les sociétés commerciales. Entreprises individuelles. Les Sociétés Commerciales

Droit Commercial. Droit Commercial. Les sociétés commerciales. Les sociétés commerciales. Entreprises individuelles. Les Sociétés Commerciales Droit Commercial Entreprises individuelles Sociétés de capitaux Autres sociétés L entreprise en difficulté Entreprises individuelles 1. Définition 2. Formalités de création 3. Particularités Entreprises

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Séminaire d échange de pratiques à destination des médecins libéraux Samedi 26 Novembre 2011 Maître Caroline KAMKAR (Avocat au Barreau de Lille) Maisons

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES LES FORMES JURIDIQUES D S DES DIRIGEANTS DES ASSOCIES DROITS SOCIAUX TRANSMISSION DES DROITS SOCIAUX INDIVIDUELLE - EI SOCIÉTÉ A - SARL de 2 à 100 associés UNIPERSONNELLE A - EURL 1 associé SOCIÉTÉ ANONYME

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL?

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Intervenant :Nicolas CAMPELS PRESENTATION DE L EIRL Pourquoi? Ce nouveau statut

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité INSERM - Le 20 avril 2006 Société en participation : aspects juridiques C est

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre?

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? En droit, on considère qu il y a remplacement lorsqu un infirmier

Plus en détail

MODELE DE NOTICE D ACCESSIBILITE ERP NEUFS OU EXISTANTS sans contrainte structurelle

MODELE DE NOTICE D ACCESSIBILITE ERP NEUFS OU EXISTANTS sans contrainte structurelle MODELE DE NOTICE D ACCESSIBILITE ERP NEUFS OU EXISTANTS sans contrainte structurelle RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE DEMANDEUR ET L'ETABLISSEMENT 1 DEMANDEUR (bénéficiaire de l autorisation) NOM, prénoms...

Plus en détail

Prévention et lutte contre l incendie

Prévention et lutte contre l incendie Prévention et lutte contre l incendie Voici les principales obligations des établissements de commerce de détail de l habillement en matière de prévention et de lutte contre l incendie. Cette fiche ne

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 Politiques financières ADOPTÉ : MODIFIÉ : 17/10/2010 (A.G.O) 09/12/2012 (A.G.E.) TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 POLITIQUE # 3 GESTION

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant

Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant Pierre SAUREL Thémistocle Avocats 1 Les statuts permettant d exercer comme consultant Entrepreneur individuel ou en nom propre Dirigeant

Plus en détail

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA 2 ENTRE, - Le Centre de gestion de la Fonction Publique

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011...

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011... G Annexe RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011...514 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2010 EDF 513 G ANNEXE Ordre du jour À TITRE ORDINAIRE : Approbation des rapports et comptes annuels

Plus en détail

Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL

Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL 33 %* sont exploitées en nom propre (entreprise individuelle ou personnelle) Structures juridiques

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

1.1.1. Création d une société nouvelle

1.1.1. Création d une société nouvelle L EURL La loi n 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises (dite Loi PME) a simplifié les règles de constitution et de fonctionnement de l'eurl. 1. Constitution de l EURL 1.1.

Plus en détail

FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE

FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE A D M I N I S T R A T I V E FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE I Catégorie et composition.... 2 II - Les fonctions......2 III -

Plus en détail

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées SML Focus Accessibilité des locaux aux personnes handicapées Bien connaître les obligations qui vous concernent Définition, types et catégories des ERP Les locaux des professionnels de santé ouverts aux

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Dossier : - La loi Madelin

Dossier : - La loi Madelin Dossier : - La loi Madelin Ceci est un document à caractère publicitaire. Les informations sont fournies à titre indicatif en fonction de la réglementation en vigueur au moment de sa rédaction. Avant toute

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

Annexe 1 à l'arrêté du 22 mars 2007

Annexe 1 à l'arrêté du 22 mars 2007 Vérificateur Adresse Téléphone Fax Mail/ site web Date N contrat N rapport Annexe 1 à l'arrêté du 22 mars 2007 ATTESTATION DE VÉRIFICATION DE L ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES Construction de Maison(s)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail