Cartes et étude de risques, de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cartes et étude de risques, de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti"

Transcription

1 Cartes et étude de risques, de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti

2 Philippe Mathieu Jean Arsène Constant Josué Noël Bobby Piard TABLE DES MATIERES Liste des sigles Préface Remerciements Chapitre 1 : INTRODUCTION 1 - INTRODUCTION 2. OBJECTIF GÉNÉRAL ET BRÈVE PRÉSENTATION DU DOCUMENT Chapitre 2 : MÉTHODOLOGIE 1. L APPROCHE POUR LA RÉALISATION DE L ÉTUDE ET DE LA CARTE 1) Les aspects stratégiques clés 2) L analyse des menaces naturelles et anthropiques 3) L analyse des risques 4 ) L analyse de la vulnérabilité 5 ) Analyse des capacités locales de réponse

3 6 ) Cartographie 2. PRINCIPALES ÉTAPES POUR LA RÉALISATION DE L ÉTUDE ET DE LA CARTE 1 ) Recherche documentaire et bases de données 2) Enquêtes de terrain 3 ) Enquête sur les institutions 4) Relations avec d autres initiatives 3. ORGANISATION DU TRAVAIL 4. DIFFICULTÉS ET LIMITATIONS DE L ÉTUDE Chapitre 3 : CADRE CONCEPTUEL 1. DÉSASTRE OU CATASTROPHE 2. MENACE 3. VULNÉRABILITÉ 4. RISQUE 5. GESTION DES RISQUES 6. GESTION DES DÉSASTRES Chapitre 4 : ANALYSE DES MENACES ET DES RISQUES NATURELS 1. CYCLONES ET SYSTÈMES PORTEURS D EAU 1 ) Tempêtes, cyclones et ouragans 2 ) Saisons pluvieuses et systèmes porteurs d eau 2. INONDATIONS ET CRUES TORRENTIELLES 3. SÉCHERESSE 1) Définition et mode de manifestation 2) Localisation 3) Conséquences et dommages occasionnés 4. LES GLISSEMENTS DE TERRAIN 1) Définition et mode de manifestation 2) Fréquence et localisation

4 3) Conséquences et dommages occasionnés 5. LES TREMBLEMENTS DE TERRE 1) Définition et mode de manifestation 2) Fréquence et localisation 3) Conséquences et dommages occasionnés 6. LES RAZ DE MARÉE 1) Définition et mode de manifestation 2) Fréquence et localisation Chapitre 5 : ANALYSE DES MENACES ET RISQUES ANTHROPIQUES 1. LES CONFLITS 1) Conflits pour les ressources naturelles 2) Conflits terriens 3) Les migrations 4) Trafic de la drogue 2. LES INCENDIES 3. LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1) Les menaces liées aux médicaments 2) Les menaces liées au trafic maritime 4) Les menaces liées au trafic aérien 5) Les accidents du transport routier 4. LA CRISE ENVIRONNEMENTALE 1) Déboisement et dégradation des ressources naturelles 2) L urbanisation et la construction 3) Les problèmes de pollution 4) Mines et carrières 5) Les changements climatiques Chapitre 6 : ANALYSE, CATÉGORISATION, ZONIFICATION ET HIÉRARCHISATION DES MENACES ET DES RISQUES

5 1. CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES 2. ANALYSE ET CATÉGORISATION DES MENACES 1 ) Menaces Majeures 2) Menaces locales 3. ZONIFICATION ET HIÉRARCHISATION DES RISQUES 4. CONCLUSION Chapitre 7 : ÉVALUATION DE LA VULNÉRABILITÉ 1. APPROCHE TECHNIQUE DE LA VULNÉRABILITÉ 2. APPROCHE POLITIQUE DE LA VULNERABILITÉ 3. APPROCHE SOCIO-ÉCONOMIQUE DE LA VULNÉRABILITÉ 1) Le bilan actuel : Haïti, pays de pauvres 2) Paralysie des activités économiques en Haïti 3) Les éléments d attisation de la pauvreté Chapitre 8 : POLITIQUES ET STRATÉGIES DE REDRESSEMENT 1. PROGRAMMES D AJUSTEMENT STRUCTUREL 1) Réformes budgétaire, fiscale et monétaire 2) Libéralisation du commerce 2. LE PROGRAMME D AJUSTEMENT STRUCTUREL ET SES INCIDENCES 1) Prix et cherté de la vie 2) Faiblesse des investissements 3) Chômage 4) Baisse du salaire réel 5) Déclin de l agriculture 6) Manque de capacité de réponse aux désastres 3. LE SYSTEME FINANCIER 1) Le système bancaire et l accès au crédit 2) Les alternatives au crédit 4. LES INTERVENTIONS DE L ÉTAT

6 1) Activités économiques 2) Réforme agraire 3) Décentralisation 5. LES PROGRAMMES ET PROJETS DE DÉVELOPPEMENT 6. LES STRATÉGIES MISES EN PLACE PAR LA POPULATION Chapitre 9 : LES GROUPES SOCIAUX MARGINALISÉS 1. LES JEUNES 2. LES RURAUX 3. LES FEMMES 4. LES PERSONNES AGÉES 5. LES HANDICAPÉS Chapitre 10 : PERCEPTION DE LA VULNÉRABILITÉ PAR LES POPULATIONS LES URGENCES DU QUOTIDIEN Chapitre 11 : CADRE CONSTITUTIONNEL ET LÉGAL POUR LA GRD 1. BREF RAPPEL HISTORIQUE 1) Au niveau institutionnel 2) Au niveau légal 2. LA DPC ET LE PLAN NATIONAL DE GRD 1) Structure centrale 2) Structures départementales et communales Chapitre 12 : ÉTAT DES LIEUX 1. BREF TABLEAU DES INSTITUTIONS IMPLIQUÉES 1) Types d institutions 2) Champs d action 3) Zones d intervention

7 4) Moyens logistiques 5) Ressources humaines 6) Ressources matérielles et financières 2. ACTIVITES ET EXPERIENCES EN GRD Chapitre 13. ACTEURS, DYNAMIQUE SOCIALE ET CAPACITÉS DE RÉPONSES 1. LE MOUVEMENT ASSOCIATIF HAÏTIEN EN GENERAL 2. LES ORGANISATIONS DE BASE 3. LES ORGANISATIONS DE PROMOTION DU DÉVELOPPEMENT 4. LES INSTITUTIONS DE L ÉTAT 1) Au niveau du gouvernement central 2) Les collectivités territoriales 5. PERCEPTION DES INSTITUTIONS PAR LA POPULATION Chapitre 14 : PRINCIPALES STRATÉGIES DE RÉPONSE DE LA POPULATION 1. ÉLÉMENTS STRATÉGIQUES 1 ) Information, éducation, sensibilisation et mobilisation 2 ) Solidarité 3 ) Mise en commun de moyens et de ressources 2. ACTIONS MISES EN ŒUVRE 1 ) Campagnes de reboisement 2 ) Mesures de prévention face aux inondations et eaux en furie 3 ) Réponses à la sécheresse 4 ) Amélioration des manières de construire 5 ) Mesures en vue d améliorer les déficiences des structures routières et de réduire les accidents de véhicules 6 ) Mesures de prévention face aux cyclones et intempéries 7 ) Amélioration de l environnement sanitaire 8 ) Mesures pour réduire l insécurité et des actes criminels

8 Chapitre 15 : PROGRAMMES ET PROJETS DE DÉVELOPPEMENT RELATIFS A LA GRD 1. LES DOCUMENTS DE PROGRAMMES ET DE PROJETS 2. NIVEAUX D ORGANISATION 1 ) Niveau régional et sous-régional 2 ) Niveau national 3. PROJETS RELATIFS À LA GRD EN HAÏTI 4. RÉPONSES DES INSTITUTIONS EN TERMES DE LA GRD 5. RÉPONSES LIMITÉES ET PEU COORDONNÉES 6. PISTES POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE RÉPONSE Chapitre 16. ÉTUDES DE CAS I. Le Cap-Haïtien 1. BREVE PRESENTATION DE LA VILLE DU CAP-HAÏTIEN 1) Localisation, limites administratives et urbanisation 2) Géologie, relief et sols 2. MENACES ET RISQUES AU CAP-HAÏTIEN 1) Menaces et risques naturels 2) Menaces et risques anthropiques 3. HIERARCHISATION DES MENACES ET DES RISQUES 1) Hiérarchisation des menaces et des risques 2) Répartition spatiale et niveaux des risques 4. LES CAPACITES LOCALES DE RÉPONSES 1) Solutions mises en place par la population 2) Organisations II. Carrefour-Feuilles 1. BREVE PRESENTATION DU QUARTIER DE CARREFOUR-FEUILLES 1) Localisation, limites administratives et urbanisation

9 2) Géologie, reliefs et sols 2. MENACES ET RISQUES DANS LE QUARTIER DE CARREFOUR FEUILLES 1) Menaces et risques naturels 2) Menaces et risques anthropiques 3. HIERARCHISATION DES MENACES ET DES RISQUES 1) Priorisation des menaces et des risques 2) Répartition spatiale et niveaux de risques 4. LES CAPACITÉS LOCALES DE RÉPONSE 1) Actions mises en place par la population 2) Organisations III. Cayes-Jacmel / Marigot 1. BREVE PRESENTATION DES COMMUNES DE CAYES-JACMEL ET DE MARIGOT 1) Localisation, limites administratives et urbanisation 2) Géologie, reliefs et sols 2. MENACES ET RISQUES À CAYES-JACMEL ET À MARIGOT 1) Menaces et risques naturels 2) Menaces et risques anthropiques 3. HIÉRARCHISATION DES MENACES ET DES RISQUES 4. LES CAPACITÉS LOCALES DE REPONSE 1) Actions mises en place par la population 2) Le rôle des organisations locales 3) Les comités de Protection civile local et communal 4) Les solutions mises en oeuvre par les institutions travaillant dans ces localités 5) Perception de la population des ONG et leurs actions 6) Institutions et structures étatiques Chapitre 17 : Conclusion 1. LES PRINCIPAUX DÉFIS 1) Absence de politiques de migration, d urbanisation et de décentralisation de la part de l État

10 2) Prépondérance des problèmes quotidiens 3) Absence de l État 4) Manque de moyens des CASECS 2. LES SOLUTIONS POSSIBLES 1) Créer un cadre global favorable 2) Actions à entreprendre au niveau de la gestion des risques en Haïti 3) Actions à entreprendre au niveau de la gestion des désastres en Haïti BIBLIOGRAPHIE CONSULTÉE DOMAINES ET ZONES D INTERVENTION DES INSTITUTIONS SOURCES UTILISÉES INSTITUTIONS IMPLIQUÉES DANS LE DOMAINE DE LA GRD Préface * * * Nous sommes témoins d un constat terriblement injuste. Les désastres naturels, tremblements de terre, cyclones, sécheresses ou inondations peuvent avoir des impacts très différents. Les effets de ces désastres sont plus dramatiques dans les pays pauvres et, même à l intérieur d un pays pauvre, les groupes les plus marginalisés femmes, jeunes et vieillards sont affectés de manière disproportionnée. Telle est la règle de base. Haïti réunit presque tous les facteurs qui attestent d un niveau élevé et croissant de risques aux désastres naturels si on considère le risque comme fonction des menaces et des vulnérabilités. De nombreux désastres naturels ont frappé ce pays. Cyclones, inondations, sécheresses, glissements de terrain sont parmi les plus courants. En même temps, la situation d extrême pauvreté aggrave les menaces. Ainsi, la déforestation croissante augmente la récurrence des inondations et glissements de terrain. Le niveau de pauvreté crée un état chronique de vulnérabilité. Cette vulnérabilité accrue est due à de nombreux facteurs qui entretiennent et maintiennent la pauvreté : la dette, la précarité des finances publiques, l insécurité alimentaire, les conflits agraires, la destruction des marchés locaux par le dumping des pays riches, l accès réduit aux services sociaux de base, le chômage, le taux de séropositivité, etc.

11 Comme dans beaucoup de pays, de tels problèmes sont exacerbés par la faible capacité de l État à gérer les désastres de manière effective. Oxfam travaille au niveau de l Urgence et au niveau du Développement depuis sa fondation en Notre but consiste à promouvoir et à faciliter des changements de Politiques, Pratiques, Idées et Croyances en faveur des pauvres et en particulier des groupes les plus marginalisés de la société. Oxfam intervient en Haïti depuis 1976 dans le domaine du Développement et aussi de l Urgence. Il s agit d un engagement à long terme dans le but de contribuer à l élimination de la pauvreté et de la souffrance. C est dans le cadre de cet engagement que nous avons développé cette étude sur les Risques, Vulnérabilités et Capacités de réponse. Notre travail décrit les risques et vulnérabilités des populations des différentes régions. Il présente des références spécifiques par rapport aux jeunes, aux populations rurales, aux femmes, aux vieillards et aux personnes handicapées. Il identifie les capacités nécessaires de répondre aux risques existants et développe trois études de cas, illustrant l exercice au niveau local. L objectif est de fournir un outil à tous les acteurs impliqués dans le travail humanitaire. Nous espérons que cet outil sera utile à l Etat haïtien, aux agences internationales de développement, aux bailleurs de fonds et à toutes les parties engagées dans la lutte pour la réduction des vulnérabilités. Nous espérons que ce travail aidera tous ceux qui interviennent au niveau de la préparation, prévention, mitigation et réponses aux désastres. Par-dessus tout, nous espérons que cette étude sera une contribution à des changements de politiques, pratiques, idées et croyances dans le domaine du travail humanitaire pour l amélioration de la vie des démunis. Nous croyons fermement que ce travail n aura de sens que s il parvient à être mis en pratique sur le Terrain. John Cropper Responsable Régional de Programme Remerciements Le bureau d Oxfam-GB Haïti tient à présenter ses félicitations et ses plus chaleureux remerciements à M. Philippe Mathieu, coordonnateur de l Étude et carte de risques, de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti, ainsi qu aux autres membres de l équipe: Jean Arsène Constant, Josué Noël et Bobby Piard. Nos remerciements vont également à toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de ce travail : M. Joé Eliacin, géographe, qui a initié le travail avec l équipe. Les experts internationaux : Mme Monica Trujillo et M. Adolfo Castrillo Q., qui ont accompagné la démarche et ont apporté leurs conseils tout au cours de la réalisation de l étude ainsi que Jean-Pierre Asté pour sa révision du document final.

12 Les différents spécialistes qui ont réalisé les recherches et les études thématiques et apporté une contribution significative à la réalisation de ce document : M. Marc Josué, spécialiste en économie et développement : Études sur les politiques économiques et d ajustement structurel et les activités économiques exercées au sein de la population; M. Yves-Robert Personna, spécialiste en environnement : Étude environnementale; Mme Maude Rachelle Pierre-Louis, spécialiste en population et développement : Étude sur les conditions de vulnérabilité de la population haïtienne; M. Rodrick René, spécialiste en statistiques et en système d information géographique : Organisation et traitement des données numériques. Les responsables de différentes enquêtes réalisées dans le cadre de ce travail : Enquêtes institutions M. Jean-Parnell Dimanche, spécialiste en agriculture et environnement Mme Rose Carline Jean, spécialiste en économie et développement rural M. Yves-Robert Personna, spécialiste en environnement Enquêtes approfondies M. Michelet Clerveau : Carrefour-Feuilles M. Gabriel Archange Léon : Cap-Haïtien Centre de Développement des Ressources Humaines - Éric Laguerre : Cayes Jacmel et Marigot Enquêtes légères M. Clampitch Louissaint : Artibonite M. Fritzner Colimon : Grande-Anse (ouest) M. Valcimond Benoît : Nord et Nord-Est M. Deyes Delacruz : Nord-Ouest M. Junior Morency : Plateau central (bas) M. Jean-Robert Chéry : Sud M. Max Farah Rocher : Sud-Est Nous remercions d une manière spéciale Mme Rose Carline Jean pour son travail minutieux dans la recherche documentaire et de données. Nous tenons aussi à remercier formellement : Les directrices et les équipes de la Direction de la Protection Civile (DPC/MICT) et de l Unité Technique en Système d Information Géographique (UTSIG/MPCE) pour leur support et leurs encouragements tout au cours de ce travail. Mme Edwige Balutansky et toute l équipe de PageConcept, l éditeur, pour leur accueil, leur patience et la qualité des échanges que nous avons eus.

13 Carte 1. Haïti dans les Antilles * * *

14 Chapitre 1 INTRODUCTION 1 - INTRODUCTION L approche préconisée vise à renforcer la capacité des défavorisés à introduire des changements positifs et durables dans leurs vies tout en réduisant leur vulnérabilité face aux urgences ou toute autre forme de rejet de leurs droits fondamentaux. Les critères pour la mise en œuvre d actions d urgence effectives devraient être les mêmes que ceux de projets et de programmes de développement à long terme : aider les femmes et les hommes à prendre part à l émergence d une société plus juste et plus équitable tant au niveau de leurs foyers et de leurs communautés qu aux niveaux régional et international. Qu il s agisse de développement ou d aide humanitaire, il faut viser à renforcer le potentiel des groupes sociaux marginaux à prendre en charge leur futur. Les interventions d Oxfam dans le cadre de l aide humanitaire se situent à deux niveaux :! Une action de plaidoyer et de lobby autour de la politique et des pratiques en matière d aide humanitaire et également autour des initiatives visant à réduire les risques de conflits et à garantir une paix durable (ces actions sont d autant plus importantes que les organismes et les mécanismes mis en place au niveau international sont souvent incapables de faire face aux nombreuses demandes qui se présentent).! Planification des urgences, prévention et intervention si besoin est, comme formellement exprimé et développé dans le cadre du Plan d Affaire Régional d Oxfam pour la région CAMEXA (Amérique Centrale, Mexique et Caraïbe). Une telle approche conduit 2 nécessairement à l élaboration de plans et de stratégies pour faire face aux urgences et y apporter une réponse effective, efficiente et appropriée. Pour ce, il s avère nécessaire d entreprendre des analyses de risques et vulnérabilité et des études sur les capacités locales de réponses des pays de la Caraïbe. La décision d élaborer de telles analyses et études en Haïti répond donc à la préoccupation de donner priorité à la préparation aux urgences. Une telle préoccupation est commune à nombre d institutions et acteurs impliqués dans le domaine de la GRD. 2. OBJECTIF GÉNÉRAL ET BRÈVE PRÉSENTATION DU DOCUMENT Dans les pays sous-développés comme Haïti, l incapacité des gouvernements à résoudre les problèmes prioritaires (élimination de la pauvreté extrême, dépendance économique et technologique, déficit élevé des finances publiques, nécessité d améliorer et d augmenter les infrastructures nécessaires au développement, besoins en logement, manque d emploi, etc.)

15 explique que la question des risques et des désastres ne soit pas considérée comme une priorité. Ces gouvernements semblent minimiser l importance des menaces naturelles cherchant à se libérer ainsi de leurs responsabilités. Ils préfèrent s attacher à résoudre ou rendre moins évidentes les nécessités les plus criantes (urgentes, d ailleurs, depuis plusieurs décades). Cela s explique et se comprend parce que, les connaissances sur la vulnérabilité et la gestion des désastres restent limitées. Font également défaut des instruments efficaces pour aider les décideurs à mieux orienter leurs politiques. La présente étude se propose de pallier ces carences et d introduire en Haïti une première réflexion sur la vulnérabilité des populations par rapport aux risques et désastres naturels et anthropiques. L objectif principal de ce travail est donc de présenter une étude consistant en : une réflexion sur quelques concepts essentiels, un bilan sur un certain nombre de situations déjà vécues ou même en cours, un état des capacités de réponse actuellement discernables, et une série de cartes qui préfigurent ce qui sera proposé pour une deuxième étape à des échelles communales. Les méthodes et outils utilisés ou proposés dans cette étude pourront, on l espère, servir de point de départ à Oxfam et aux différentes institutions (gouvernementales et non gouvernementales) intervenant dans le domaine. Le présent document, sous forme narrative et cartographique, offre une information complète sur les risques naturels et anthropiques, tout en intégrant les données historiques sur les types et la fréquence des catastrophes auxquelles Haïti est le plus vulnérable. L Étude précise également le niveau de risques par rapport aux différents types de catastrophes en indiquant l impact possible sur les populations. Quand cela est possible, l accent est mis sur les groupes les plus marginalisés (les femmes, les enfants et les vieillards), tout en caractérisant les dommages qu ils puissent subir. Ce travail offre :! Une description des capacités de réponse aux urgences des différentes institutions impliquées dans le domaine (communautés de base, ONGs nationales et internationales, structures étatiques, etc.) ;! Des recommandations pour renforcer la préparation aux urgences et les capacités d intervention ;! Des cartes d analyse des risques et des menaces à l échelle nationale avec des aperçus sur les contextes locaux (départementaux). Note : 1 Objectifs stratégiques de changement 3.1 (SCO 3.1) : moins de personnes meurent, tombent malades et souffrent de privation, à cause des conflits armés et des désastres naturels.

16 Chapitre 2. Méthodologie 1. L APPROCHE POUR LA RÉALISATION DE L ÉTUDE ET DE LA CARTE L approche suivie intègre les aspects suivants : 1) Les aspects stratégiques clés En fonction des objectifs et des résultats attendus de ce travail, des travaux d exploration bibliographiques et de terrain sont menés sur cinq grands thèmes : Genre (traité en tant que thématique transversale), Santé et épidémiologie, Environnement, ressources naturelles et infrastructures, Géotechnique et hydrologie, Socio-politique 2) L analyse des menaces naturelles et anthropiques Les menaces existant au niveau du pays et des régions (spécificités) sont identifiées dans l espace et dans le temps selon trois facteurs déterminants : la probabilité, l intensité et l étendue. Suit un bref historique de chaque type de menace ainsi que leur hiérarchisation. 3) L analyse des risques Les éléments exposés aux menaces (en donnant la priorité aux populations), les conditions agro-écologiques, l économie, les infrastructures et les services sont analysés. Une attention particulière est accordée à la large gamme de zones écologiques du pays. Une carte de zonage des principaux risques, au niveau national, a été esquissée en essayant de mettre en exergue les principaux risques envisageables au plan national et en en analysant notamment l accumulation de certaines catégories de risques sur les zones les plus exposées. Il ne s agit toutefois d un travail de premier niveau qu il est indispensable de le poursuivre et de le détailler. 4 ) L analyse de la vulnérabilité Sans occulter les aspects structurels et fonctionnels, la vulnérabilité a été analysée essentiellement des points de vue politique et socioéconomique avec une emphase sur ce

17 dernier. Les conditions de vie de la population ont été prises comme indicateur pour traiter la vulnérabilité socioéconomique (ressources disponibles ainsi que le niveau de marginalisation et d exclusion induit par le contexte social, économique et politique). Cette analyse permet d établir des liens clairs entre les approches d urgence et celles du développement, dans la mesure où le niveau de vulnérabilité d une communauté est la résultante de son insertion ou exclusion particulière dans le modèle général de développement. De fait, la réduction de la vulnérabilité devrait résulter bien plus des actions de développement que de ce qu on appelle traditionnellement «urgences». Le différentiel de vulnérabilité entre hommes et femmes mérite une attention particulière, raison pour laquelle les indices qui déterminent les conditions de vie sont départagés par genre quand les statistiques et les études compilées s y prêtent. La même démarche est adoptée pour d autres éléments comme la pauvreté féminine, la structure familiale, l état de santé, la nutrition, etc. Enfin, l analyse socio-économique de la vulnérabilité prend en compte différents facteurs : le niveau de pauvreté qui, dans le milieu familial, indique une restriction dramatique de ressources disponibles et des conditions de survie précaire ; les conditions de santé (mortalité, morbidité) qui, souvent dues à la pauvreté structurelle, augmentent la vulnérabilité de la population, c est à dire son exposition aux épidémies et donc à la mort durant et après un désastre ou une urgence bien déterminée ; e niveau de dénutrition qui est considéré comme l indicateur du niveau de sécurité alimentaire d une population ; la structure familiale ; le niveau d analphabétisme (réparti aussi par genre) constitue un indicateur additionnel de marginalisation et représente un facteur déterminant pour l accès de la population à l information, aux services et aux ressources y compris dans les situations d urgence ; les conditions de l habitat. Une Carte de vulnérabilité a été élaborée pour chacun de ces facteurs quand il était possible de le faire. 5 ) Analyse des capacités locales de réponse Une évaluation des capacités des différentes institutions et organisations (tant du secteur étatique que de la société civile 1 ) impliquées dans le développement et la mise en œuvre de plans d urgences et dans le renforcement des capacités locales de réponse, a été réalisée. L Étude porte également sur le cadre institutionnel et légal relatif à la GRD, ainsi que sur les actions mises en œuvre dans ce cadre-là. 6 ) Cartographie Pour mieux gérer les crises et prendre les décisions pertinentes, il convient de faire appel à de nouveaux outils d information plus performants, qui permettent d intégrer différents paramètres y compris les éléments spatiaux. Des éléments relevant du social, de l institutionnel, du territorial et de l environnemental ont été synthétisés à l aide de cartes. Les cartes demeurent en effet un instrument indispensable de communication pour l appréhension des zones du territoire exposées à diverses menaces. On leur a donc accordé

18 une importance particulière dans le présent projet. C était une première étape importante qui doit être complétée par des cartographies aux échelles communales. Le développement des SIG en Haïti devrait permettre de réels et rapides progrès en la matière. 2. PRINCIPALES ÉTAPES POUR LA RÉALISATION DE L ÉTUDE ET DE LA CARTE 1 ) Recherche documentaire et bases de données Différents documents portant sur des thématiques diverses ont été consultés : études relatives à la gestion des risques et désastres dans la région de la Caraïbe, de l Amérique Latine et d Haïti ainsi que des rapports techniques sur différents aspects de gestion de l environnement et du développement humain. Malgré de sérieuses difficultés dans la collecte, la plupart des documents disponibles (livres, revues, rapports d enquêtes et d études, documentaires, etc.) ont été consultés. Les domaines explorés sont variés et concernent l environnement, l économie, la sociologie, la politique, les désastres, la santé, la pauvreté, etc. (voir Bibliographie). La plupart des bases de données numériques et alphanumériques concernant le pays ont été consultées et utilisées (voir Sources des données, p.198). Les statistiques sur la fréquence, les zones affectées et les dégâts des désastres ont été élaborées principalement à partir de la Base de données de l Ambassade du Canada sur les catastrophes en Haïti de 1701 à Les pages web sur les risques et désastres ont été également visitées (voir Sources des données). 2) Enquêtes de terrain Cette phase a compris la réalisation de visites et d enquêtes légères de terrain, d une part, et d enquêtes approfondies, d autre part. Les enquêtes de terrain ont été réalisées selon l approche participative vu que cette méthode facilite la collecte d informations et permet en même temps d initier ou d approfondir une dynamique de réflexion sur la GRD. Ces rencontres ont permis de : retracer l historique des différentes menaces et catastrophes ; identifier de manière précise les différentes menaces et catastrophes ainsi que leurs conséquences; décrire les risques et la vulnérabilité ; connaître et analyser les comportements et les solutions d urgence mises en œuvre en faisant ressortir le rôle, les points forts et les faiblesses de chacun des acteurs ; proposer des stratégies à tous les niveaux en insistant sur l importance d intégrer la vision des groupes sociaux majoritaires. Des entretiens ouverts ont également eu lieu avec des personnes ressources connaissant bien la région et/ou ayant une expérience dans les situations d urgence. Les enquêtes de terrain ont été réalisées en deux étapes: les visites et enquêtes légères ; les enquêtes approfondies.

19 1 0. Visites et enquêtes légères de terrain Les visites ont été réalisées à travers les neuf départements du pays pendant six mois (février à juillet 2001). Des ateliers de travail ont été réalisés dans huit départements différents : Centre, Artibonite, Nord-Ouest, Sud-Est, Nord-Est, Nord, Grande-Anse, Sud. Ces rencontres ont réuni au total 717 participants, 194 organisations de base (dont 27 de femmes), 29 institutions et, à chaque fois, les autorités locales (mairie, CASEC, ASEC). Environ 90 communes ont été représentées dans ces rencontres et les représentants de chacune d entre elles ont eu l opportunité d exposer les menaces auxquelles elles sont exposées et les désastres subis. Trois rencontres de groupe d un jour ont été organisées dans trois zones ou localités différentes de chacun des huit départements enquêtés. Chaque rencontre a réuni en moyenne 40 participants provenant en majorité des zones à plus hauts risques du département en question (chaque zone étant représentée par un minimum de trois à cinq participants). Tous les participants aux rencontres appartenaient à des institutions régionales intervenant dans les situations d urgence ou étaient membres d organisations de base et de la société civile. Les rencontres avec les personnes ressources étaient organisées par un animateur régional, choisi pour son leadership et sa connaissance du milieu. Certains de ces animateurs sont des collaborateurs directs d Oxfam-GB sur le terrain Enquêtes approfondies a. Cadre et objectifs Les enquêtes approfondies de terrain constituent la quatrième phase de la réalisation de l Étude et de la carte de risques, de vulnérabilité et des capacités de réponses en Haïti. 2 Ces enquêtes permettent de préciser certains points soulevés au cours des enquêtes légères et de mieux cerner la capacité de réponse des populations et organisations locales sur le court et moyen terme, ainsi que les articulations et synergies entre celles-ci et les institutions spécialisées (tout au moins de celles impliquées dans la gestion des urgences). Cette phase, tout comme celle des enquêtes légères, a comme objectif de susciter la participation des habitants des zones à risque. b. Démarche Les enquêtes approfondies ont été réalisées au niveau de trois zones souvent touchées par des catastrophes (niveau local) et où Oxfam a, ou développe, des partenaires : Cap-Haïtien Carrefour-Feuilles L axe Cayes-Jacmel / Marigot. Les deux premières sont des zones prioritaires d intervention d Oxfam-GB et ont été privilégiées en fonction des rapports de confiance établis avec les partenaires, ce qui est déterminant dans la qualité des échanges. Deux séries de rencontres, à un mois d intervalle, ont eu lieu dans chacune des zones. Chaque série comprenait deux journées de travail en atelier. Chaque rencontre réunissait 30 personnes en moyenne dont des personnes ressources identifiées, des membres d institutions locales intervenant dans les situations d urgence ou d organisations de base et de la société civile, spécialement celles ayant une expérience commune avec Oxfam-GB, ainsi que des autorités locales.

20 En général, le groupe de participants était le même aux différentes rencontres. Toutefois, lors de à la dernière rencontre (au cours de laquelle avaient lieu les exercices de restitution et de zonage des risques), le groupe de départ était renforcé par des représentants des autorités locales et des institutions intervenant dans la zone. Le programme de la première série de rencontres comprenait:! l information sur les participants avant le début des échanges : présentation de l institution commanditaire, Oxfam-GB ; les objectifs et la démarche de réalisation de l étude sur les risques à l échelle nationale; et les objectifs de la rencontre en cours. Au début de la première journée de la deuxième séance, une restitution des résultats de la première séance était présentée ;! une clarification conceptuelle sur les termes désastres, menaces, risques et vulnérabilité. L objectif fondamental de cet exercice était de retrouver les expressions locales se rapportant à ces termes ;! des travaux en atelier suivis de séances plénières de restitution. Dans les ateliers, les participants identifiaient et hiérarchisaient les différents menaces et risques auxquels ils avaient fait ainsi que les réponses apportées tant par la population que par les organisations impliquées dans la GRD dans leurs quartiers. Dans la deuxième série de rencontres, les questions relatives aux solutions à apporter étaient mises en perspective par rapport aux projets de développement et à l idée que se faisaient les participants du futur de leur quartier (Ki jan solisyon yo makònen ak pwojè devlopman ak rèv nou genyen pou katye nou?). C est alors que la répartition spatiale des différents types et niveaux de risques étaient définis et que les forces et faiblesses des organisations locales étaient identifiées puis analysées. Les enquêtes approfondies ont été organisées par un animateur local et co-animées par deux autres consultants ayant participé aux enquêtes légères précédentes. Ceci a favorisé l application de la méthode participative. 3 ) Enquête sur les institutions Cette enquête, conduite au cours de la période d août à octobre 2001, a été réalisée par une équipe de trois professionnels qui a élaboré une fiche d enquête et organisé des séances de consultation avec les représentants de 70 institutions étatiques et para-étatiques, organisations internationales, organisations non gouvernementales (ONGs) nationales et internationales et groupes de pression œuvrant dans les domaines de l environnement, de l agriculture, de l enfance, de l économie, des désastres, etc. (voir Liste des Institutions œuvrant dans le domaine de la GRD). L enquête consistait à réaliser un inventaire dynamique et détaillé des principales organisations et institutions impliquées ou potentiellement capables de s impliquer dans la GRD. La fiche d enquête permettait de : présenter, succinctement, l organisation concernée, ses objectifs et les stratégies mises en œuvre; ses zones d intervention ainsi que les ressources dont elle dispose ; identifier ses partenaires ; et enfin, de retracer son expérience dans le domaine de la GRD. Ces informations ont permis de déterminer les atouts et les lacunes de ces organisations ainsi que le bilan global des interventions effectuées dans la GRD en Haïti.

21 4) Relations avec d autres initiatives Ce travail a aussi offert à Oxfam-GB l opportunité de rencontrer toutes les institutions intervenant dans le domaine, tant à travers l enquête sur les institutions qu au cours de rencontres particulières. Les diverses présentations des résultats préliminaires, au fur et à mesure de l avancement du travail, ont permis de recueillir des critiques sur la méthodologie suivie, les premiers résultats obtenus et les éventuelles corrections à apporter. Ce travail a également été soumis à l appréciation d experts nationaux et étrangers évoluant tant à l intérieur qu à l extérieur du pays dans les domaines de la climatologie, de la géologie et de l environnement. L Étude est, en quelque sorte, le résultat de concertations continues et d un processus d échanges dynamiques. 3. ORGANISATION DU TRAVAIL La stratégie globale développée a suscité la contribution de différentes personnes et institutions à différents niveaux. Des mécanismes de coordination ont été créés dans le but de rendre cette collaboration effective. L équipe qui a réalisé ce travail est pluridisciplinaire et a bénéficié de l appui des partenaires d Oxfam et de différents experts et institutions ayant ou développant une expertise dans le domaine de la GRD. Elle est composée de 15 professionnels d expérience travaillant en synergie sur tous les thèmes retenus, de manière soutenue et permanente et sous la supervision d un coordonnateur jusqu à la finalisation du travail. On y retrouve : des spécialistes en agronomie et en environnement ayant réalisé les études thématiques sur les différents aspects, éléments et problématiques appartenant au domaine des urgences ; des cartographes, spécialisés en géographie, statistique et informatique, chargés de la collecte, de l organisation et du traitement des données numériques ainsi que de l élaboration des cartes thématiques ; des économistes et des spécialistes en développement responsables du traitement de thématiques spécifiques (vulnérabilité sociale, programmes d ajustement structurel, etc.) ; une documentaliste responsable de la recherche et de la collecte de documents relatifs aux thèmes traités, à travers tous les ministères, services spécialisés de l État, organisations internationales et ONGs intervenant dans l agriculture, l environnement, la sociologie, la santé, les désastres, etc. ; des animateurs locaux et un groupe d animation qui ont organisé les enquêtes de terrain suivant des termes de référence dûment élaborés. 4. DIFFICULTÉS ET LIMITATIONS DE L ÉTUDE Deux types de limitations ont marqué la réalisation de la première phase de cette étude : l absence de spécialistes. La gestion des risques et de la vulnérabilité est une discipline de synthèse pour laquelle il n y a pas de spécialistes disponibles dans le pays. Ceci a conduit l équipe de travail à s imprégner des concepts et créer ses propres références et, à plusieurs occasions, de faire appel à des experts très spécialisés. Il importe qu un véritable savoir-faire se développe le plus vite possible au niveau national ;

22 le manque de données fiables. Les documents spécifiques sur le sujet sont plutôt rares, incomplets et/ou incorrects). La collecte des données a pris beaucoup plus de temps que prévu et, ne peut se prévaloir d être exhaustive. La majorité des données remontent à l année Certaines sont provisoires et les versions finales ne sont rendues publiques qu à la fin de ce travail. Les résultats de cette étude ne peuvent donc être considérés comme absolus : ils reflètent la limite et la fiabilité des données et des connaissances disponibles. D ailleurs, l état actuel de la connaissance scientifique et technique ne permet pas de déterminer de manière précise où et quand un phénomène se produira. L évaluation des menaces souffre encore de beaucoup d incertitude et même d impuissance. Elle exige de toutes façons, et pour tous les phénomènes considérés un travail scientifique important et de longue haleine, dont on n a pas eu les moyens dans le présent projet. C est aussi pour cela que la vulnérabilité n a pu être abordée essentiellement sous ses composantes politique et socio-économique et pas sous ses aspects structurels et fonctionnels qui sont pourtant déterminants. Malgré ces réserves, la qualité et la validité des analyses et des recommandations faites dans ce document ne sont pas à mettre en cause. Elles constituent au contraire une première étape indispensable pour mettre en lumière. Le degré de vulnérabilité et les niveaux de risques associés à chaque département du pays, les risques prioritaires sur lesquels les programmes d intervention devraient se focaliser ainsi que les communes et localités les plus exposées. Les résultats présentés vont aider à mieux comprendre les menaces, les risques et la vulnérabilité au niveau du pays et ainsi faciliter la prise de décisions plus judicieuses à l échelle nationale et régionale, en termes de gestion des risques et de prévention des désastres. Il est extrêmement important de garder à l esprit que la gestion des risques et désastres est avant tout locale, et que ce document devrait être complété par des études détaillées sur les menaces et risques au niveau local. Notes : 1 ONGs spécialisées, ONGs d accompagnement impliquées dans des actions de développement et d éducation tant au niveau local que régional ou national, organisations de base, associations socioprofessionnelles ou autres. 2 Phase 1 : élaboration de la méthodologie ; phase 2 : recherche documentaire et au niveau des bases de données ; phase 3 : Enquêtes légères de terrain ; phase 4 : enquêtes approfondies et enquêtes sur les institutions. Il y a eu chevauchement dans la réalisation de certaines phases. Chapitre 3. CADRE CONCEPTUEL Mis à part l impérieuse nécessité de reconsidérer le concept de désastre, l approche implique l appréhension de certains concepts fondamentaux tels que : désastre, menace, risque et vulnérabilité.

23 1. DÉSASTRE OU CATASTROPHE La Décennie Internationale pour la réduction des catastrophes Naturelles ( ) (International Decade for natural disasters reduction) a défini la catastrophe (disaster en anglais) comme l évènement dommageable dépassant les capacités de réponse de la population touchée. Cette définition de la catastrophe s étend naturellement aux dommages d origine autre que naturelle. La catastrophe ou le désastre peut être constaté après les faits, ou pressenti lorsqu on a réuni assez d éléments pour envisager ou prédire l occurrence plus ou moins lointaine et bien définie de l événement générateur de dommages, c est à dire, en langage commun, le risque encouru. Mais prédire ne met pas à l abri de la catastrophe si l on n a pas les moyens de s organiser pour minimiser ou éliminer les conséquences dommageables envisagées Il arrive malheureusement très souvent qu une catastrophe potentielle soit parfaitement identifiable sans que l on ne puisse, faute de moyens de tous ordres, faire autre chose que s abandonner à un fatalisme déroutant. 2. MENACE Le ou les phénomènes dont on redoute l occurrence sont une menace pour les populations exposées. Pour ainsi dire, la menace n est pas une probabilité. Un phénomène se produira là où toutes les conditions de prédisposition à sa manifestation sont réunies et il se déclenchera, se réactivera ou s aggravera à la faveur de circonstances particulières (déclenchantes ou aggravantes). Des facteurs d ordre socio-économique (conduisant à l amplification des phénomènes facteurs d amplification) expliquent pourquoi deux populations aux caractéristiques différentes ne souffriront pas également de deux évènements physiquement identiques. Le tableau ci-dessous permet d illustrer ce que peuvent être ces trois catégories de facteurs pour quelques phénomènes redoutables d origine naturelle ou anthropique. Il n est pas question d associer toute notion probabiliste à l agencement spatial des facteurs de prédisposition mais plutôt de la référer, et ceci prudemment, à certains facteurs de déclenchement ou d aggravation. On distingue les menaces naturelles 1 et les menaces anthropiques 2. Les menaces naturelles sont des phénomènes naturels découlant de processus géodynamiques ou hydro-climatiques faisant partie de la vie de la planète. Les menaces anthropiques résultent de contaminations diverses ou de la réalisation sans contrôle ou inadéquate d activités qui engendrent d importants dangers. 3. VULNÉRABILITÉ Fondamentalement, la vulnérabilité est la blessure ou l endommagement résultant d une sollicitation ou agression externe. En fait la vulnérabilité doit s appréhender à deux niveaux. Le premier niveau est un niveau direct. C est le niveau d affectation par le phénomène des trois catégories d éléments directement en jeu : les biens, les activités et fonctions sociales et

24 les personnes physiques. On parle d endommagement pour les biens, de dysfonctionnement pour les fonctions et activités, de préjudices pour les personnes. Le deuxième niveau est celui utilisé en sciences sociales et qui considère les dommages potentiels ou constatés sous l angle de la société. Il s agit bien alors de caractériser tous les éléments de faiblesse d une société donnée vis-à-vis d agressions ou de problèmes externes auxquels elle n est pas ou est mal préparée. On rejoint là les facteurs d amplification évoqués au chapitre précédent en matière de menaces. La vulnérabilité structurelle est plus difficile à appréhender lorsque l on ne dispose pas de données, de réflexions sur les éléments structurels, fonctionnels et humains (voir le Tableau 1). Tableau 1. Exemples de facteurs de prédisposition, de déclenchement et d amplification socioéconomique pour certaines menaces naturelles et anthropiques MENACES Séismes Inondations Crues torrentielles Transport de matières dangereuses Incendies Facteurs de prédisposition Proximité des grands accidents structuraux. Nature des sols superficiels Planéité des lieux et organisation du réseau hydrographique Implantation sur un cône de déjection. Vallée encaissée. Dangerosité des produits, inadéquation des transports, inadéquation des itinéraires Inflammabilité des matériaux de construction. Facteurs de déclenchement ou d aggravation Menaces naturelles Séisme Tempêtes, cyclones, pluies exceptionnelles en intensité et en durée Idem Menaces anthropiques Accident, maladresses, congestion du trafic, Idem Facteurs d amplification socio-économique Mauvaises règles de construction, urbanisme déficient, faiblesse sociopolitique Idem Idem Idem, manque de régulation et de cont Idem 4. RISQUE Construction humaine et hantise des responsables, le risque ne sera jamais un objet concret en lui-même. Sa définition est de ce fait sujette à controverse et revêt souvent un caractère subjectif. Néanmoins, on s accorde à dire que le risque est la probabilité ou l éventualité pour qu un désastre ou tout autre événement affecte l homme ou la population. Pour beaucoup, c est un produit de la fonction qui relie à priori menace et vulnérabilité. Il est évident que plus la menace est élevée et plus est grande la vulnérabilité (dans ses deux niveaux d appréciation), plus est redoutable le risque encouru ou les pertes constatées si le phénomène se produit. En conséquence, les communautés, la population, la société et les

25 responsables/décideurs côtoient nécessairement et fréquemment le risque. Ainsi donc, pour faire face au risque, deux voies s imposent : la première est de donner corps au risque en faisant une estimation quantifiée et justifiée des pertes potentielles encourues, qui permette d expliciter, d argumenter et de justifier certains investissements lourds (ouvrages de protection, relogement de populations, développement territorial ). Une telle quantification doit comporter une part économique et une part non économique. Par exemple, il faudrait pouvoir dire que tel événement va provoquer la perte d une grosse somme d argent, la mort de beaucoup de personnes ainsi que des pertes patrimoniales, cultuelles et environnementales représentant une bonne part des ressources du pays en la matière; la deuxième est d encourager une prise de conscience raisonnée des risques et de faire en sorte que la prévention s érige progressivement comme une composante de la culture au même titre que l éducation ou la santé par exemple. Les résultats ne peuvent en être attendus que dans une perspective à plus long terme, mais ils peuvent commencer à être perceptibles là où l effort entrepris est soutenu pendant une vingtaine d années. Toute société attend que les responsables qu elle a désignés prennent, face au risque, les décisions qui s imposent. Il n est cependant pas facile de décider d investir des millions de dollars pour se protéger d un événement redouté mais dont on espère toujours qu il finira par ne pas se produire. 5. GESTION DES RISQUES La gestion des risques intègre les mesures et formes d intervention visant à prévenir et réduire les conditions du risque. Autrement dit, elle comprend les activités de prévention et de mitigation. La gestion des risques poursuit en fait une série d objectifs séquentiels référant notamment à (aux) : la connaissance des phénomènes dangereux, dans leurs effets directs comme dans leurs effets induits. Cela nécessite, d une part, d entretenir et d analyser la mémoire des évènements vécus et, d autre part, de développer la capacité d analyse des facteurs qui concourent à la manifestation de futurs phénomènes : facteurs de prédisposition, facteurs de déclenchement ou d aggravation et enfin facteurs d amplification des dommages ; l identification et la localisation spatiale des éléments exposés. Cela exige de connaître tous les éléments présents dans les zones où pourrait se manifester le ou les phénomènes pressentis, avec leurs caractéristiques propres et leurs caractéristiques de vulnérabilité. Il ne faut pas oublier que les phénomènes ne frappent pas uniformément les divers éléments dans la zone où ils se produisent. Il faut donc s efforcer de distinguer un zonage dans le mode, le rythme et les conditions de manifestation d un même phénomène. À ce zonage va correspondre une gradation des effets dommageables qui sera aussi fonction naturellement de la nature et de la résistance de l élément exposé ; la connaissance des principaux facteurs de vulnérabilité. Parmi les éléments exposés, on distingue en première analyse les biens, les activités et fonctions et les personnes. Les premiers sont endommagés, les seconds subissent des dysfonctionnements et les troisièmes des préjudices. Ainsi, l endommagement des structures (habitations, ouvrages d art...) provoque des dysfonctionnement ou des préjudices. Il faut donc être capable de mieux analyser pour mieux les comprendre les relations entre tous ces effets. Cela n est

26 pas encore possible à Haïti, mais cela devrait le devenir très vite en s appuyant sur des expériences en cours à l étranger et sur les possibilités nouvelles d identification, de caractérisation et de repérage spatial (SIG) ; moyens d évaluation des pertes potentielles encourues. Il faut être capable d estimer quantitativement les pertes encourues, et de fournir ainsi et notamment aux décideurs des critères performants pour décider des priorités en matière de prévention ; stratégies de recours. Une telle démarche, lorsqu elle deviendra possible facilitera aussi les procédures de recours aux aides internationales, car elle donnera plus de crédibilité et de lisibilité aux requêtes formulées ; moyens de former les populations concernées, puis de communiquer avec elles pour les préparer aux mesures de prévention et leur expliquer, pour les justifier, les principaux choix économiques (investissements, compensations, aides..) et socio-politiques (relocalisation, développement territorial, régulations) nécessaires. la préparation pour faire face aux désastres (la gestion des désastres) en essayant d en minimiser les effets. 6. GESTION DES DÉSASTRES La gestion des désastres concerne les mesures d urgence visant à intervenir sur les conséquences d un désastre et à sauver des vies et des biens. Elle implique la mise en œuvre d activités ayant trait au phases de préparation, de réponse immédiate, de réhabilitation et de reconstruction imputables au désastres. Ces mesures doivent s envisager à plusieurs niveaux, politique, administratif et opérationnel. Elles doivent s envisager avant (dans la mesure du possible), pendant et après la crise. Avant Préparation : Toutes les activités entreprises pour faire face à une catastrophe afin de minimiser les risques sous toutes ses formes et de faciliter en temps voulu les secours nécessaires. Prévention : Mesures mises en place pour qu une menace ne se transforme pas en une catastrophe. Atténuation (mitigation) : Terme englobant toute action entreprise pour réduire les risques actuels ou les effets probables. Alerte : Phase durant laquelle la population est avertie d un danger imminent. Pendant Toutes activités entreprises au moment du passage ou lors de l impact d un désastre. Après Réponse : Période se situant immédiatement après la catastrophe où interviennent la communauté, les agences gouvernementales et non gouvernementales et éventuellement les secours internationaux. Réhabilitation : Période dans laquelle les besoins de base d une communauté sinistrée et les services à la population doivent être restaurés.

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes À sa 9 e séance plénière, le 22 janvier 2005, la Conférence mondiale sur la prévention des

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Méthode d optimisation globale

GESTION DES RISQUES Méthode d optimisation globale Bernard Barthélemy et Philippe Courrèges GESTION DES RISQUES Méthode d optimisation globale Deuxième édition augmentée, 2000, 2004 ISBN : 2-7081-3041-2 SOMMAIRE SOMMAIRE Introduction.....................................................

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies?

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? gil.delille@forum-des-competences.org Agenda Les enjeux liés aux systèmes d information

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007 Mai 2007 Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local Suite à l étude menée en 2005 sur les attentes en matière de gestion des risques des collectivités locales dans l Union Européenne,

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

L évolution des techniques d information

L évolution des techniques d information Les automates d appel en masse : quel système pour ma collectivité? Marion Hébert, ingénieur à l Institut des Risques Majeurs L évolution des techniques d information a vu naître dès le début des années

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie»

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» «Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» Dr. Alexandru BADEA Directeur Applications Spatiales Agence Spatiale Roumaine Tél : +40(0)744506880 alexandru.badea@rosa.ro

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT GUIDE PRATIQUE D INTEGRATION DES ASPECTS LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS LA CONCEPTION, L ELABORATION, LA MISE EN ŒUVRE ET LE SUIVI DES PLANS DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Version définitive approuvée après enquête publique

Version définitive approuvée après enquête publique Secteurs 3 et 4 de Marne-la-Vallée et communes environnantes Phase 3 Version définitive approuvée après enquête publique ROLAND RIBI & ASSOCIES Ingénieurs-conseils et urbanistes s.à.r.l. 15, avenue de

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Cas de la Plateforme du Niger

Cas de la Plateforme du Niger Plateformes Nationales de Dialogue entre Acteurs pour l Adaptation de l Agriculture au Changement Climatique Cas de la Plateforme du Niger M me HIMA Fatimatou, Plateforme Paysanne/Niger avril 2013 UNE

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

L ASSURANCE TOUS RISQUES CHANTIER

L ASSURANCE TOUS RISQUES CHANTIER L ASSURANCE TOUS RISQUES CHANTIER Une protection optimale pour vos chantiers 30.34.001/00 08/14 L ASSURANCE TOUS RISQUES CHANTIER Une protection optimale pour votre chantier La construction d un bâtiment,

Plus en détail

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8 Note explicative 1. Ce document est l avant-projet préliminaire du cadre de réduction des risques de catastrophe pour l après-2015. Il servira de base aux consultations informelles ouvertes à mener en

Plus en détail

Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise

Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise Nous assurons ce que vous avez construit sans pourquoi ni comment. Ainsi, l ensemble des propriétaires immobiliers des environ 400 000

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques www.efv.admin.ch Politique de gestion des risques Bases pour la gestion des risques au sein de la Confédération Décembre 2004 Eidgenössisches Finanzdepartement EFD Département fédéral des finances DFF

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Elaboration participative des programmes communaux

Elaboration participative des programmes communaux Séminaire Elaboration participative des programmes communaux 29-29 Mars 2014 à Ain Draham Hôtel «Nour El Ain» Première journée : Vendredi 28 Mars Ain Draham Contexte général et objectifs : L Association

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Résumé Executif / Haiti / 2011 Avant-propos d Eduard Tschan, directeur de

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 23 novembre 2010

DOSSIER DE PRESSE. 23 novembre 2010 DOSSIER DE PRESSE 23 novembre 2010 GROUPAMA, 1 er assureur des communes, au Salon des Maires et des Collectivités Locales 2010 : une édition placée sous le signe de l innovation et de la prévention RELATIONS

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES - Concepts et méthodes

LA GESTION DES RISQUES - Concepts et méthodes LES DOSSIERS TECHNIQUES LA GESTION DES RISQUES - Concepts et méthodes Révision 1 du 28 janvier 2009 Espace Méthodes CLUB DE LA SECURITE DE L INFORMATION FRANÇAIS 30, rue Pierre Sémard, 75009 PARIS Tél.

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail