A-R-F- 22, rue Jeon Messoger Soint-Rémy-du-Nord Adresse postole : BP40l3Z Soint-Rémy-du-Nord Moubeuge cedex

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A-R-F- 22, rue Jeon Messoger - 59330 Soint-Rémy-du-Nord Adresse postole : BP40l3Z Soint-Rémy-du-Nord - 59618 Moubeuge cedex"

Transcription

1 A-R-F- 22, rue Jeon Messoger Soint-Rémy-du-Nord Adresse postole : BP40l3Z Soint-Rémy-du-Nord Moubeuge cedex Stondard Té1. : Fox : ô6 3A 54 E-moil : lnternet : Commerciol Té1. : E-moil : Centre de traitement de déchets industriels M Patrick JAYET Logistique Té1. : Q 56 E-moil : Saint Rémy du Nord, le 02 août 2413 N/Réf : J.L.F/RD I C Affaire suivie par: Rénald DUFETEL æ Obiet : Enquête Publique ARF à Vendeuil - Réponse. Communication du Mémoire en Courrier R-AR n" 1A Monsieur, Suite à I'enquête publique qui s'est déroulée du 03 juin au 15 juillet dernier, vous nous avez transmis le procès verbalde synthèse des observationsle22juillet. Nous vous transmettons aujourd'hui notre mémoire en réponse, constitué de trois volets : - Partie 1 : Synthèse des installations et activités envisagées ; - Partie 2 : Réponses aux observations ; - Partie3:annexes. Restant à votre disposition pour tout complément d'information, veuillez agtéer, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués. Le Président, Jean Luc FLAMME WY PJ: Mémoire en réponse

2 MEMOIRE EN REPONSE Enquête publique du 03 juin au 15 juillet 2013 PARTIE N 1 : SYNTHESE DES INSTALLATIONS ET ACTIVITES ENVISAGES

3 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Présentation générale Le dossier soumis à l enquête publique porte sur : Une demande d autorisation d exploiter une installation de prétraitement, regroupement, transit et traitement par incinération de déchets dangereux ; Une demande d instauration de Servitudes d Utilité Publique dans un rayon de 200 mètres autour des limites de l exploitation sur les communes de Vendeuil et Travecy ; Une demande de Permis de Construire n Q0008, en vue de l extension du site en lien avec la demande d autorisation d exploiter. Ces différents dossiers font notamment suite à l annulation en date du 21/04/2009 de l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter du 02/06/2006 par le Tribunal Administratif (Confirmé par la Cour d Appel de Douai). Une autorisation provisoire a été délivrée par le Préfet de l Aisne le 12/09/2011. L ordinogramme suivant reprend l ensemble des activités envisagées : PROCEDURE D ACCEPTATION PREALABLE Acceptation du déchet Refus de prise en charge Réception du déchet CONTRÔLES ANALYSES Produit Non conforme Produit conforme REFUS - Notification à la DREAL

4 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août 2013 Produit conforme DECHETS LIQUIDES VRAC (Combustibles et eaux souillées) DECHETS CONDITIONNES DECHETS SOLIDES VRAC (Combustibles et minéraux) Dépotage Déchargement Déchargement Préparation Liquides Déconditionnement Solides Préparation Stockage Particules métalliques Stockage Traitement thermique interne Expédition Centre Extérieur autorisé

5 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Rubriques visées par la nomenclature ICPE Les principales rubriques visées par la Nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement sont : : installation de transit, regroupement ou tri de déchets dangereux ; : installation de traitement thermique de déchets dangereux ; : installation de traitement de déchets dangereux (prétraitement). Suite à la refonte de la nomenclature des ICPE relative aux installations de traitement de déchets, le site est désormais visé par un classement SEVESO Seuil Haut. D autres rubriques, relatives aux installations de stockage et de aux modes de traitement des déchets sont également concernées. Le rayon d affichage relatif à cette demande est de 3 Km et est constitué des communes suivantes : Année Nombre habitants 2010 VENDEUIL 918 TRAVECY 643 ACHERY 587 BRISSAY CHOIGNY 317 BRISSY HAMEGICOURT 639 DANIZY 569 LA FERE 3037 LIEZ 435 MAYOT 171 MOY DE L'AISNE 993 REMIGNY 390 Total 8699

6 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Plan d implantation général

7 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Nature et origine des déchets admis 4.1 Nature des déchets admis Déchets interdits : Les déchets présentant l un des caractéristiques suivantes sont exclus : Radioactif ; Explosif ; Déchets d activité de soins ; Ordures ménagères brutes ; Déchets d amiante libre ; Déchets ne répondant pas aux critères d acceptation du site. Déchets admis en transit-regroupement et prétraitement : Les déchets admis en transit/regroupement et prétraitement devront présenter des caractéristiques compatibles avec la filière à laquelle ils sont destinés. Déchets admis en incinération : Les déchets qui sont incinérés sur le site devront respecter les caractéristiques suivantes : PCB < 50 ppm; Chlore < 1% ; Soufre < 3%; As + Hg + Tl + Cd < 0,3% Nomenclature des déchets : La liste des déchets susceptibles d être admis est reprise en annexe 4 du dossier de demande d autorisation d exploiter. Celle-ci fait référence à la Nomenclature des Déchets définie par le livre V de la partie réglementaire du Code de l Environnement.

8 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Origines des déchets admis Les déchets proviendront prioritairement de : Picardie; Régions limitrophes. Le complément sera apporté par d autres provenances. Le tonnage global de déchets admis en entrée de centre, toutes activités confondues sera limité à : T/an.

9 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Description des installations 5.1 Process solide Cette activité est localisée dans le bâtiment dédié illustré ci-dessous : Dans ce bâtiment, seront préparés les déchets combustibles et les déchets minéraux. La quantité maximale stockée est de 6150 tonnes pour les déchets combustibles solides et de 8000 tonnes pour les déchets minéraux : tonnes. Organisation interne du bâtiment

10 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Process liquide Deux grandes catégories sont à distinguer : Les déchets à Haut Pouvoir Calorifique (PCI > KCal/kg) ; Les déchets à Bas Pouvoir Calorifique. (PCI < KCal/kg). Les déchets liquides livrés en vrac pourront être orientés, après contrôle par le laboratoire, vers deux aires de dépotage : Aire existante associée au stockage en cuve existant ; Aire associée aux bacs de dépotage et au stockage en cuves. Les procédés de traitement consistent en : Un dépotage; Une filtration; Une homogénéisation; Un ajustement de Pouvoir Calorifique. Les procédés visent à produire des combustibles de substitution conformes à un cahier des charges.

11 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août 2013 La quantité de déchets liquides maximale stockée se répartit de la façon suivante : Stockage liquides à Haut PCI aérien : 4 x 200 m3 ; Stockage liquides à Haut PCI aérien : 4 X 35 m3 ; Stockage liquides à Bas PCI aérien : 3 x 800 m3 + 4 x 35 m Process produits conditionnés Les déchets réceptionnés sous forme conditionnées (fûts, conteneurs ou boitages) seront orientés vers le bâtiment dédié illustré ci-dessous : Après contrôle par le laboratoire, les fûts et les conteneurs seront traités par un automate de déconditionnement. Les autres emballages seront orientés vers une cisaille rotative. L objectif de ce prétraitement est de séparer les différentes fractions (liquides, solides et métalliques), et de les orienter vers les filières internes ou externes adaptées.

12 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août 2013 Organisation interne du bâtiment

13 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août Incinération des déchets Les déchets incinérés sur le site peuvent être orientés vers le four rotatif dont le process est décrit dans le synoptique ci-dessous : stockage RSC et Minéraux stockage RSC Cuves stockage HPC - BPC Alimentation RSC Trémie Trémie Fumées vers la postcombustion Four rotatif Brûleurs Introduction combustibles de substitution Tube refroidisseur Silos stockage Co-produits de cuisson La capacité maximale de traitement est de 30 t/h. Les déchets liquides uniquement, pourront également être incinérés dans l enceinte statique d incinération et de Post Combustion (capacité maximale de traitement, 8 t/h).

14 Charbon actif Bicarbonate De sodium MEMOIRE EN REPONSE Partie n 1 : Synthèse des installations et activités envisagés Août 2013 En aval de cette installation, est situé le système de traitement des fumées de type sec, avec ajout de Charbon Actif et Bicarbonate de Sodium. Ce système ne génère aucun effluent aqueux. Son fonctionnement est illustré par le synoptique ci-dessous : 180 C Analyseur en continu des rejets atmosphériques Alimentation du site en électricité vapeur Brûleurs Multi-combustibles Filtres À manches 230 C Turbine production électricité Aérocondenseur Recyclage vapeur Postcombustion Echangeur air / eau Refroidisseur de s fumées 850 C à 1100 C Ventilateur Cheminée Résidus épurations de fumées Mâchefers Mâchefers Gaz de combustion

15 MEMOIRE EN REPONSE Enquête publique du 03 juin au 15 juillet 2013 PARTIE N 2 : REPONSES AUX OBSERVATIONS

16 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Sommaire Préambule Publicité de l'enquête publique Situation administrative actuelle Antécédents judiciaires Communication - Transparence Politique de valorisation constante des déchets Impact socio-économique (emplois- investissements..) Incinération des déchets par LHOIST Opportunité d'une installation supplémentaire de traitement Capacité technique Capacité de traitement & stockage Capacité réglementaire annuelle Capacité de stockage des combustibles solides Stockage en cas de panne des installations Adéquation du four au traitement des déchets Nature et origine des déchets Nature des déchets admis Origine des déchets admis Mélange des déchets dangereux Liste et nomenclature des déchets Classement SEVESO seuil haut Rubrique ICPE Maîtrise foncière Servitude d'utilité publique (principe, dépréciation des terrains, agriculture bio ) Levée d'option d'achat des terrains en Crédit Bail Rejets atmosphériques Pollution Dioxines dans une piscine Mesure du mercure Retombées (gras, matières noires, jaunes ) Odeur Bruit Eaux souterraines Suivi environnemental Risque sanitaire Zones naturelles Trafic routier - Tourner à gauche Incidents Patrimoine historique Ligne HINDENBURG Vestiges archéologiques Livraison et fonctionnement de nuit 66

17 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Préambule Le mémoire en réponse est composé de plusieurs chapitres et d'annexes permettant d apporter des explications, des argumentations et des réponses claires, simples et précises aux différentes questions et/ou remarques formulées au cours de l enquête publique. Nous n'avons pas voulu présenter ce dossier sous forme d'une liste de réponses. Nous avons privilégié des entrées thématiques. Bien que certaines réponses se trouvent dans le dossier de demande d'autorisation, nous avons néanmoins tenu à les rappeler dans ce mémoire pour la meilleure compréhension du public. Enfin, nous tenions à attirer votre attention sur le fait que les commentaires formulés par le public concernant «l impartialité» de la commission d enquête et/ou des services de l Etat qui relèvent davantage d un procès d intention, n apportent donc de notre part aucune réponse. Il en est de même pour les observations relatives - aux prérogatives et actions des pouvoirs publics qui ne sont pas sous notre maîtrise ; - à des établissements et/ou des filiales d ARF qui sortent du champ de l enquête publique. Enfin, nous espérons que ce mémoire en réponse satisfera l'ensemble des personnes physiques ou morales qui ont émis des interrogations, des appréciations, des suggestions ou des observations sur le projet.

18 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août Publicité de l enquête publique Annonces légales Les annonces légales officielles ont été effectuées dans l UNION et l AISNE NOUVELLE à deux reprises à savoir dans les éditions du 16/05 et du 06/06/2013.

19 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Affichage L avis d enquête publique a été placé en 3 endroits à proximité du site ARF de VENDEUIL en respectant couleur (jaune fluo) et taille. Cette affichage a fait l objet d un constat par Me M-H DESPREZ, huissier de justice le : - 17/05/2013 ; - 03/06/2013 ; - 25/06/2013 ; - 15/07/2013. Un affichage a également été réalisé à la charge des communes dans chaque mairie du rayon d affichage. Diffusion par INTERNET Nous avons mis en ligne le 14/05/2013 dans la rubrique «Actualités» de notre site INTERNET un article relatif à l enquête publique avec la possibilité de télécharger l avis d enquête publique dans son intégralité (http://www.arf.fr/actu-displaynews.asp?idarticle=56 ).

20 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Le dossier complet de la demande d autorisation a été mis en ligne sur le site INTERNET de la Préfecture de l Aisne (http://www.aisne.gouv.fr/politiques-publiques/enquetes-publiques). L ensemble des pièces du dossier est accessible en téléchargement. Réunion publique du 06/06/2013 Dans le cadre de l enquête publique et en conformité avec les dispositions réglementaires, une réunion publique a été organisée le 06/06/2013 de 18h00 à 20h30 en présence des membres de la Commission d enquête. A cette occasion, nous avons présenté à l assemblée (29 personnes présentes) à l aide d un diaporama POWERPOINT une synthèse des activités et installations envisagées dans le cadre du projet de demande d autorisation d exploiter.

21 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août Situation administrative actuelle Autorisation d exploiter par arrêté préfectoral du 02/06/2006 Suite à l enquête publique qui s est déroulée du 04/04 au 04/05/2005, nous avons été autorisés par l arrêté préfectoral n IC/2006/089 du 02/06/2006 a exercé une activité de prétraitement, regroupement, transit et traitement par incinération de déchets dangereux et de traitement par désorption thermique de terres ou minéraux pollués. La capacité annuelle autorisée du centre était de tonnes maximum de déchets à l entrée du centre, toutes installations et activités confondues avec notamment : tonnes maximum par an en l incinération des déchets industriels combustibles et en cuisson de déchets minéraux ; tonnes maximum par an pour la désorption thermique. Annulation de l autorisation d exploiter du 02/06/2006 Par jugement en date du 21/04/2009, le Tribunal Administratif d Amiens a sur requête notamment présenté par l ALEP 02, annulé l arrêté préfectoral du 02/06/2006. Les motivations venant à l appui de ce jugement étaient exclusivement de pure forme à savoir notamment que les éléments relatifs à la capacité financière de la société ARF ont été communiqués sous pli confidentiel au Préfet et qu à ce titre le dossier soumis à l enquête publique devait être considéré comme incomplet. La Cour d Appel de Douai a statué favorablement le 17/09/2010 à la demande de sursis à exécution que nous avions déposé suite à ce jugement, dans les termes qui suivent : «Jusqu'à ce qu'il soit statué sur l'appel formé par ARF, il sera sursis à exécution du jugement du 21/04/09 du Tribunal d'amiens.». Ce sursis à exécution nous a donc permis d être en mesure de continuer l exploitation de ses installations dans l attente que la Cour d Appel de Douai prononce un jugement sur le fond. Par arrêt du 30/06/2011, la Cour d'appel de Douai est venue confirmer l annulation de l arrêté préfectoral du 02/06/2006 prononcée en première instance par le Tribunal Administratif d Amiens. Autorisation provisoire d exploiter du 12/09/2011 Par courrier en date du 21/07/2011, nous avons officiellement demandé des prescriptions provisoires afin de permettre la reprise de l activité du site de VENDEUIL avec à l appui une argumentation développée relative à l intérêt général de ce site.

22 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Le préfet de l Aisne nous a délivré le 12/09/2011 un arrêté de mise en demeure (n IC/2011/147) de déposer un nouveau dossier de demande d autorisation d exploiter sous un délai de 3 mois, assorti de prescriptions provisoires autorisant l exploitation des installations. L activité de la société ARF à VENDEUIL est donc à ce jour régie par l arrêté préfectoral n IC/2011/147 du 12/09/2011 qui autorise à titre provisoire une activité de prétraitement, regroupement, transit et traitement par incinération de déchets dangereux et de traitement par désorption thermique de terres ou minéraux pollués. La capacité totale de traitement de déchets du site, comprenant les déchets incinérés dans le four et dans la chambre de postcombustion et y compris les déchets solides est de tonnes par an (Contre tonnes/an dans l arrêté préfectoral du 02/06/2006). C est également dans ce cadre que nous avons déposé le 05/11/2011 une nouvelle demande d autorisation objet de la présente enquête publique. Ce chapitre permet d apporter les éclaircissements nécessaires quant à la situation actuelle de fonctionnement de notre site ARF à VENDEUIL au titre d un arrêté provisoire en date du 12/09/2011.

23 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août Antécédents judiciaires De nombreuses remarques font état de multiples condamnations, et de non respect de prescriptions légales. C est pourquoi nous dressons dans ce chapitre une synthèse spécifique. Tout d abord, sur les sept recours formés au niveau pénal, seuls trois ont été défavorables à ARF : - Par jugement du Tribunal Correctionnel de Saint Quentin du 16/12/2003, ARF et M FLAMME ont été reconnu coupables d exploitation d une ICPE d incinération de déchets industriels sans autorisation. Dans le même temps, ils ont été relaxés du délit d exploitation d une ICPE en infraction à une mesure de suspension. Ce jugement est en fait basé sur le constat par la DREAL, en date du 14/11/2001, d incinération de déchets dans la Post Combustion en l absence de fonctionnement du four rotatif de cuisson, et par conséquent, en l absence de production de chaux. A cette époque, le système de traitement des fumées était en cours de validation finale, avant remise en service du four rotatif principal. Par la suite, la production de chaux a été effective et régulière, ce qui explique la relaxe prononcée. - Par jugement du Tribunal Correctionnel de Saint Quentin du 06/09/2005, M FLAMME a été reconnu coupable du délit de construction sans autorisation, et condamné à verser 1 euro de dommage et intérêts aux requérantes. Cette condamnation faite suite au constat et PV dressé par la DDE le 06/01/2004, pour remplacement d une cheminée et de cuves de stockage sans autorisation préalable. - Par jugement du Tribunal Correctionnel de Saint Quentin du 17/02/2009, ARF et M FLAMME ont été reconnus coupables d exploitation sans se conformer à un arrêté préfectoral de mise en demeure imposant la mise en place d une installation de valorisation énergétique. Cette installation a nécessité de lourds travaux (remplacement de la chaudière notamment). Par jugement complémentaire du 20/04/2010, ARF et M FLAMME ont été dispensé de peine, compte tenu de la mise en place de l équipement.

24 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Ensuite, en matière d urbanisme, il n est pas inutile de rappeler que seuls deux procès verbaux ont été dressés par les services de l Urbanisme : - 06/01/2004 : Il s agissait d un remplacement de la cheminée existante et la construction de 4 cuves de 200 m 3 en remplacement des anciennes cuves rivetées et vétustes. Ces travaux ont été exécutés dans un souci de sécurisation du site. Les services de l urbanisme nous ont indiqué que ce type de travaux n était pas de simples remplacement d équipements liée au process et nécessitait compte tenu de l impact visuel un permis de construite. La situation a été régularisée. - 10/11/2011 : Il s agissait du bâtiment de dépotage et de désorption thermique autorisé par le permis d aménager du 08/012/2009 qui lors de la réalisation ont été déplacé respectivement de 80 et 27 mètres. Une demande de permis modificatif avait été déposé le 14/04/2011 à ce sujet et rejeté le 12/05/2011 en demandant le dépôt d un nouveau permis de construire. Par ailleurs, de multiples recours, vingt cinq au total, ont également été déposés au niveau des Tribunaux administratifs, tant au niveau de l urbanisme que de la réglementation ICPE. L annexe n 21 dresse une liste précise de toutes les procédures judiciaires.

25 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août Communication & transparence Un objectif affirmé dès la reprise du site Nous avons mis en exergue dès la reprise des anciens «Fours à Chaux de l Aisne» en 2000 et en toute transparence notre volonté de réutiliser à terme l outil industriel existant dans le traitement des déchets industriels par valorisation de matières minérales et énergétiques. Cet objectif a été affiché notamment via le bulletin d information «Au fil des mots» édité par ARF et diffusé toute boîte sur les communes de ACHERY, BRISSAY-CHOIGNY, LA FERE, MAYOT, TRAVECY et VENDEUIL et plus particulièrement dans les éditions suivantes : - Au fil des mots n 3 (Mars 2003) : Objectif valorisation [Annexe n 1] ; - Au fil des mots n 6 (Avril 2005) : Une demande réorientée [Annexe n 2]. Portes ouvertes : Des portes ouvertes ont été organisées par ARF à 2 reprises : - A destination des élus locaux en juin 2002 ; - A destination du grand public le 28/09/2002 (70 visiteurs provenant de VENDEUIL et des communes avoisinantes). Même si cette initiative n a pas été rééditée, nous avons rappelé à de multiples reprises que le site pouvait être visité sur rendez-vous les premiers vendredi du mois entre 14h00 et 16h00. Rapport annuel d activité Depuis 2003, nous établissons un «rapport d information des tiers» qui présente les principaux points liés à l'activité du site ARF de VENDEUIL pour l'année écoulée. Les thèmes abordés sont notamment : - La situation administrative, les incidents et décisions individuelles ; - La gestion des déchets (bilan des déchets entrants et sortants) ; - Le suivi environnemental (résultats des contrôles des rejets atmosphériques, aqueux ).

26 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Ce document est adressé par courrier à la Préfecture de l Aisne, la DREAL et la Mairie de VENDEUIL. Il est parallèlement mis en téléchargement sur le site internet d ARF. CLIS A l occasion de l enquête publique de 2005, nous avions manifesté notre volonté que soit mise en place une Commission Locale d Information et de Surveillance (CLIS). Suite à l obtention par ARF de l autorisation d exploiter du 02/06/2006, une CLIS a été mise en place par arrêté préfectoral n IC/2006/046 du 27/03/2006. La CLIS est présidée par le Sous-Préfet et est constituée de représentants des services de l Etat, des Collectivités locales, des associations locales de protection de l environnement et enfin de l exploitant du site. La CLIS s est réunie le : - 11/04/2006 : mise en place - 12/03/2007 : Activité du site, présentation des travaux réalisés, suivi environnemental et action de l inspection des installations classées; - 05/07/2007 : Point sur le démarrage des nouvelles activités, suivi environnemental, actions de l inspections des installations classées, intervention du SDIS; - 04/12/2007 : Suivi environnemental, mesures d auto surveillance de l exploitant, actions de l inspection des installations classées ; - 13/02/2008 : Présentation du suivi environnemental - 17/12/2008 : Présentation rapport d activité & rapport d activité provisoire Bien que la CLIS n ait pas été renouvelée et bien que n existant plus officiellement, elle s est réunie néanmoins le : - 08/07/2009 : Point sur la situation du site suite à l annulation de l autorisation d exploiter du 02/06/2006 par un jugement du Tribunal Administratif d Amiens en date du 21/04/2009 ; - 04/02/2010 : Point sur les procédures en cours et information sur la reprise de l activité de la société ARF et informations relatives aux procédures d urbanisme et au permis d aménager délivré le 08/12/2009 ; - 03/10/2011 : Point sur la situation administrative et sur la situation en matière d urbanisme.

27 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 Nous réitérons aujourd hui que nous sommes favorables à la création d une structure permettant d échanger autour de nos activités. Compte tenu de l ensemble des éléments rappelés ou indiqués ci-dessus, il est donc très difficile de comprendre les observations relatives au manque de transparence reproché à notre société tant sur nos intentions quant à l avenir du site que sur les activités développées et le suivi environnemental.

28 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août Une politique constante de valorisation des déchets ARF s est toujours efforcée de limiter l impact environnemental de ses méthodes de traitement des déchets et cela principalement en privilégiant les techniques de valorisation énergétiques et matières des déchets. Elle apporte notamment une valeur ajoutée à l incinération. Valorisation énergétique : ARF prépare des combustibles de substitution solide et liquide à partir des déchets collectés. Ces combustibles sont destinés notamment à alimenter nos unités d ARF à VENDEUIL et de DEM à Chauny où ces déchets font l objet d une valorisation énergétique. Sur notre unité de VENDEUIL, la vapeur générée par la chaudière servant à refroidir les fumées est utilisée pour la production d électricité garce à une turbine de 2400 Kwa. Ce dispositif permet l autoalimentation du site en énergie électrique. Il est à ce jour impossible de remettre sur le réseau la partie excédentaire. Sur notre unité DEM de Chauny, la vapeur est vendue aux industriels voisins pour alimenter les besoins en énergie de leur procédé industriel. Valorisation matière : Concernant la valorisation matière, nous pouvons citer les activités et/ou procédés de recherche que nous menons. Le four à pyrolyse de DEM à CHAUNY permet le décapage des emballages métalliques souillés (pots, futs, bidons, bombes aérosols ayant contenus de la peinture, de la colle, du vernis ). La technique utilisée permet d obtenir des particules métalliques propres et dont les caractéristiques physiques n ont pas été altérées permettant un recyclage de cette matière en aciérie. DEM, filiale à 100% d'arf, a mis en service en mars 2013 sur l'usine de CHAUNY une unité exclusivement dédiée à la valorisation des sprays et aérosols a été mise en service en mars 2013 sur l usine de DEM de Chauny. Cette installation est unique en France. Le système de traitement retenu pour les aérosols maximise la valorisation matière et énergétique des déchets par une récupération du contenu (liquides et gaz) traité en DIS (incinération à

29 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 minimum 850 C - 2 secondes de temps de séjour) et une récupération du contenant pour valorisation en aciérie. L unité ARFP (filiale 100% d ARF) basé à PASSEL collecte et traite (tri, broyage, dépoussiérage) les matières plastiques issus des industries. Les plastiques broyées sont réintroduits comme matière première recyclée secondaire dans l industrie de la plasturgie. L unité SHL (filiale à 100% d ARF) situé à GONDECOURT régénère les huiles usagées. ARF a mené notamment sur son site de VENDEUIL du 01/10/2006 au 30/06/2009 le projet de démonstration ARFVALORMAT dans le cadre du programme communautaire LIFE ENVIRONNEMENT [n LIFE06 ENV/F/00124]. Ce programme visait à mettre au point un procédé de fabrication permettant de remplacer intégralement le calcaire noble par des minéraux de substitution élaborés à partir de déchets industriels et d obtenir un liant hydraulique [matières premières secondaires] utilisable notamment en technique routière [sous-couche]. ARF s était associé au laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC) INSA de TOULOUSE. Sur la base des résultats obtenus dans le cadre d ARFVALORMAT, il est apparu nécessaire de prolonger et d approfondir nos travaux de recherche et cela principalement pour accroître le taux de substitution obtenu à ce jour (55%) et de chercher à diversifier les utilisations du liant hydraulique. Les travaux ont repris depuis le 01/01/2012 dans le cadre du programme ARFMINERVAL retenu dans l appel à projet national ECO-INDUSTRIES ARF s est associée avec le Laboratoire Génie Civil et Geo-Environnement [LGCGE] de l Université d Artois (BETHUNE) qui regroupe 4 centres de recherche dont l Ecole des Mines de DOUAI. ARF mène en partenariat depuis 31/05/2012 avec la société PELLENC ST et le laboratoire CREPIM le projet PROVALLEE qui vise à valoriser les déchets de matières plastiques issus des encombrants des déchetteries, des refus de tri de la collecte sélective des emballages, des chutes de production industrielle. L'objectif de ce projet est une production de matières premières secondaires de haute qualité, susceptibles d'être intégrées directement par les transformateurs de matières plastiques (sans compoundage). La qualité des produits tiendra

30 MEMOIRE EN REPONSE Partie n 2 : Réponses aux observations Août 2013 tout autant à la performance des systèmes de tri, de lavage et de régulation de la production (affinage, assemblage) qu'à la mise en place d'un système de management de la qualité s'appuyant sur un échantillonnage précis et rigoureux des lots de productions (entrants et sortants). ARF a toujours privilégié la mise en œuvre de techniques innovantes avec comme ligne conductrice les valorisations matière et énergétique des déchets notamment issus de l industrie. C est ainsi qu en matière d incinération, elle apporte une véritable valeur ajoutée à cette activité.

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique Document 3 Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique ENQUÊTE PUBLIQUE RELATIVE à : - la demande d autorisation d exploiter l installation de stockage de déchets non

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

COMMUNE de LACQ-AUDEJOS. CONCLUSIONS ET AVIS du COMMISSAIRE ENQUETEUR (Le rapport fait l objet d un document réparé)

COMMUNE de LACQ-AUDEJOS. CONCLUSIONS ET AVIS du COMMISSAIRE ENQUETEUR (Le rapport fait l objet d un document réparé) Enquêtes publiques conjointes :I.C.P.E Autorisation de créer et exploiter une unité de production de PolyAcryloNitrile COMMUNE de LACQ-AUDEJOS CONCLUSIONS ET AVIS du COMMISSAIRE ENQUETEUR (Le rapport fait

Plus en détail

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010 CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES UNIVALOM, le 24 mars 2010 2CIMENT La Fabrication du ciment La Cimenterie de La Grave de Peille La Valorisation énergétique des encombrants Bilan du MAPA

Plus en détail

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX De quoi parle-t-on? Données 2010 Selon la règlementation 1, «sont considérés comme dangereux les déchets qui présentent une ou plusieurs des propriétés énumérées

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

[ Plateforme de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux pour l'environnement ] Recycler et valoriser. Faciliter et réorienter

[ Plateforme de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux pour l'environnement ] Recycler et valoriser. Faciliter et réorienter [ Plateforme de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux pour l'environnement ] Recycler et valoriser Faciliter et réorienter Regrouper et prétraiter Optimiser et traiter www.ortec.fr Services

Plus en détail

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement Service des Risques Technologiques et Environnement Industriel Division Prévention des Impacts sur la Santé et

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

AVIS AU LECTEUR. DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Janvier 2014. AVIS AU LECTEUR Version 2

AVIS AU LECTEUR. DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Janvier 2014. AVIS AU LECTEUR Version 2 AVIS AU LECTEUR 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 Pourquoi un résumé non technique? Afin de faciliter la prise de connaissance par le public des informations contenues dans le dossier, la

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

Arrêté préfectoral portant renouvellement de l'agrément de la SARL NEGOCE AUTO, exploitant d'un centre VHU. Agrément n PR 49 00012 D

Arrêté préfectoral portant renouvellement de l'agrément de la SARL NEGOCE AUTO, exploitant d'un centre VHU. Agrément n PR 49 00012 D PREFECTURE DIRECTION DE L'INTERMINISTÉRIALITÉ ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Bureau des ICPE et de la protection du patrimoine -------------------------- Installations classées AUTORISATION SARL NEGOCE AUTO

Plus en détail

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 26 JUIN 2012 AFFAIRE SUIVIE PAR : Michelle LEDROLE : 04.56.59.49.61 : 04.56.59.49.96 ARRETE

Plus en détail

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination INERTES Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : Filières d élimination ou

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

AVIS. Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.

AVIS. Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.320 Liège, le 27 février 2006 Objet : Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

Lafarge France et l économie circulaire

Lafarge France et l économie circulaire Lafarge France et l économie circulaire Zoom sur l écologie industrielle Mai 2013 Les activités de Lafarge Le Groupe La France est le berceau historique du Groupe depuis 1833 Le Groupe Lafarge est leader

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Cette plate-forme est aménagée en deux zones distinctes, une zone conteneurs et une zone de vrac, elle-même divisée en trois : Vrac n 1, n 2 et n 3.

Cette plate-forme est aménagée en deux zones distinctes, une zone conteneurs et une zone de vrac, elle-même divisée en trois : Vrac n 1, n 2 et n 3. A B INTRODUCTION La société Carrières et Ballastières de Picardie (société en nom collectif dont les associés sont les sociétés CEMEX Granulats et HOLCIM France) souhaite exploiter par campagne une installation

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Le Centre de Tri. - Un séparateur des petits éléments (3) ne pouvant être triés manuellement, - Un séparateur magnétique (6) qui capte l acier.

Le Centre de Tri. - Un séparateur des petits éléments (3) ne pouvant être triés manuellement, - Un séparateur magnétique (6) qui capte l acier. Le Centre de Tri Le Centre de Tri a pour but de trier les emballages par types de matériaux (acier, aluminium, plastique, carton et papier) avant leur reprise par des industriels qui en assurent le recyclage.

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE)

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) N 26 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 février 2015 ISSN 1769-4000 L essentiel STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES : NOUVEAU CADRE JURIDIQUE Les Installations de Stockage

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Le Centre de Valorisation des Déchets NOIDANS-LE-FERROUX SYTEVOM Lieu dit «Les Fougères» 70 130 NOIDANS LE FEROUX Tél : 03.84.76.93.00 Fax : 03.84.76.39.00 www.sytevom.org sytevom@orange.fr

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

PLAN DE RECEPTION DE TRAITEMENT DES DECHETS

PLAN DE RECEPTION DE TRAITEMENT DES DECHETS Port départemental de Dahouët PLAN DE RECEPTION ET DE TRAITEMENT DES DECHETS DU PORT DE PÊCHE Etabli conformément à la directive 2000/59/CE et approuvé par le Conseil Portuaire de Dahouët en date du 27

Plus en détail

R.C (Règlement de Consultation)

R.C (Règlement de Consultation) MAITRE D OUVRAGE ENSASE (École Nationale Supérieure d'architecture de Saint-Étienne) Service Moyens généraux 1 Rue Buisson - BP 94 42003 ST-ETIENNE CEDEX 01 Tél : 04 77 42 35 42 NETTOYAGE DES LOCAUX DE

Plus en détail

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 Les données ci-dessous sont issues de l'enquête ITOM (Installation de Traitement des Ordures Ménagères) réalisée en 2012

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage.

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. COLLECTES SELECTIVES FICHE D'INFORMATION GEDEC N 4 (août 2006) Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. L aménagement

Plus en détail

Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels

Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels Terminologie Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels ISD (Installations de Stockage de Déchets) - terminologie à privilégier aujourd hui au sens

Plus en détail

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de Fiche Ressource n 1 chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de chantier : La gestion des déchets de chantier des travaux publics est un enjeu primordial pour les générations

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour le renouvellement de l autorisation d exploiter de la cimenterie d Obourg (MONS) Objet : Réf. : CWEDD/08/AV.

AVIS. Demande de permis unique pour le renouvellement de l autorisation d exploiter de la cimenterie d Obourg (MONS) Objet : Réf. : CWEDD/08/AV. AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.1608 Liège, le 06 octobre 2008 Objet : Demande de permis unique pour le renouvellement de l autorisation d exploiter de la cimenterie d Obourg (MONS) Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Combustibles alternatifs : perspectives pour Lafarge Ciment Moldavie. Louis de Sambucy, DG Lafarge Ciment Moldavie

Combustibles alternatifs : perspectives pour Lafarge Ciment Moldavie. Louis de Sambucy, DG Lafarge Ciment Moldavie Combustibles alternatifs : perspectives pour Lafarge Ciment Moldavie 1 Louis de Sambucy, DG Lafarge Ciment Moldavie Leader mondial des matériaux de construction 16 milliards de CA en 2009 78 000 collaborateurs

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ENERGIES FLUIDES Sommaire: - Réglementation sur les chaudières: Décret 2009-648 - Installations soumises à déclaration et autorisation ICPE 2910 - Equipements sous

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

Règlement de Consultation

Règlement de Consultation Règlement de Consultation Maître de l'ouvrage Mairie de STAFFELFELDEN Espace Générations 68850 STAFFELFELDEN Tel : 03.89.55.08.21 Fax : 03.89.55.57.77 Objet Marché de fournitures courantes et de services

Plus en détail

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ;

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n o 2015-DC-0508 de l Autorité de sûreté nucléaire du 21 avril 2015 relative à l étude sur la gestion des déchets et au bilan des déchets produits dans les installations nucléaires

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Décret n o 2013-301 du 10 avril 2013 portant diverses dispositions relatives aux déchets

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE PUBLIC EN PROCEDURE ADAPTEE PROJET DE LOTISSEMENT COMMUNAL D HABITATIONS Rue Calmette à GUILERS MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE REGLEMENT DE LA CONSULTATION POUVOIR ADJUDICATEUR : Mairie de GUILERS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur COMMUNAUTE DE COMMUNES DES ETANGS représentée

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

Conclusions motivées

Conclusions motivées Enquête publique n E1 3000574/38 «Projet d entrepôt logistique» Présenté par la société REDIM SAS sur la commune de Saint-Quentin Fallavier Enquête publique 2 avril 2014-5 mai 2014 Conclusions motivées

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS DU COMMISSAIRE- ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS DU COMMISSAIRE- ENQUETEUR DEPARTEMENT DU CHER Commune de Moulins sur Yèvre ENQUETE PUBLIQUE DU MARDI 15 OCTOBRE 2013 AU JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l établissement AXEREAL

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

EF4 AILg www.ef4.be 1

EF4 AILg www.ef4.be 1 Le traitement des déchets : L exemple de la cimenterie Holcim à Obourg Holcim France Benelux Le groupe Holcim a démarré en 1912 et a entamé son expansion internationale en 1920 Croissance depuis le début

Plus en détail

Projet de règlement sur les garanties financières exigibles pour l exploitation d une installation de valorisation de matières organiques

Projet de règlement sur les garanties financières exigibles pour l exploitation d une installation de valorisation de matières organiques Projet de règlement sur les garanties financières exigibles pour l exploitation d une installation de valorisation de matières organiques Projet de règlement modifiant le Règlement sur les redevances exigibles

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils

L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils ,,, Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement Bureau d études certifié : N 2011082763 Savoir-faire : Réalisation de

Plus en détail

Mais que deviennent nos bennes de déchets?

Mais que deviennent nos bennes de déchets? Mais que deviennent nos bennes de déchets? Aujourd'hui, rien qu'en France, chaque habitant génère plus d'un kilo de déchets par jour, soit environ 420 kg par an. Deux fois plus qu'en 1960. Pour enrayer

Plus en détail

Commune de Ingrandes sur Vienne

Commune de Ingrandes sur Vienne Commune de Ingrandes sur Vienne Préfecture de la Vienne Direction Départementale des Territoires de la Vienne Service Prévention des Risques PORTER-À-CONNAISSANCE «RISQUE INDUSTRIEL» Le risque industriel

Plus en détail

TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009

TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009 CENTRE HOSPITALIER LE MAS CAREIRON B. P. 56 30701 UZES cédex --------------------- REGLEMENT DE CONSULTATION TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009 Date limite de remise des offres : VENDREDI

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Pôle PME - Zones d activités Réunion d information Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Jeudi 12 mai 2011 En partenariat avec Avec le soutien DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services ENQUETE PUBLIQUE Demande d autorisation d exploiter des entrepôts de stockage de matière combustibles Sur le territoire de la commune de TERGNIER (Aisne) présentée par la société NRJT Logistic services

Plus en détail

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-056821 Nantes, le 22 décembre 2014 Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX Objet Contrôle des installations

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SICTOM PEZENAS-AGDE - Service Finances et Marchés Publics 907 Chemin de l Amandier BP 112 34120 PEZENAS Tél: 04 99 43 21 64 REALISATION D UNE LIAISON

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Aménagement du Territoire de l Environnement et du Tourisme CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE (C.N.T.P.P) Présentée

Plus en détail

PREFECTURE DU FINISTERE REGLEMENT DE LA CONSULTATION

PREFECTURE DU FINISTERE REGLEMENT DE LA CONSULTATION PRÉFET DU FINISTERE PREFECTURE DU FINISTERE MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES DE NETTOYAGE DE RESIDENCES POUR LA PREFECTURE DU FINISTERE Procédure adaptée en application de l article 28 du code des marchés

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Article I. Type de produits acceptés

Article I. Type de produits acceptés APPORTS EXTERIEURS REGLEMENT La station d épuration du Havre, située au n 150 rue Cuvier au Havre, dispose d équipement permettant la réception et le traitement de certains apports extérieurs pour les

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES REGLEMENT DE LA CONSULTATION Maître de l ouvrage : MAIRIE DE FENOUILLET Département de la Haute Garonne Objet du marché : Date limite de réception des offres : 23 Septembre

Plus en détail

La visite d inspection du 19/02/2014 s est déroulée en présence de M. PAZERI, Directeur Technique.

La visite d inspection du 19/02/2014 s est déroulée en présence de M. PAZERI, Directeur Technique. PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence Alpes Côte d'azur Nice, le 14 mars 2014 Unité territoriale Alpes Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Règlement de la Consultation RC

Règlement de la Consultation RC Pouvoir adjudicateur : Monsieur le Directeur du Parc national des Ecrins MARCHÉ A PROCÉDURE ADAPTÉE ET A BONS DE COMMANDE passé en application des articles 28 et 77 du Code des Marchés publics Règlement

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX VILLE DE GARDANNE DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES SERVICE Marché REMPLACEMENT DES REVETEMENTS DE SOL Date et heure limites de réception des offres 18 avril 2005 à 16 Heures

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail