VENDONS! LES BOUGIES SONT DE L EAU AU MOULIN QUI FAIT ET FERA TOURNER LE MOUVEMENT. En 2014, il tournera notamment pour le. L'édito.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VENDONS! LES BOUGIES SONT DE L EAU AU MOULIN QUI FAIT ET FERA TOURNER LE MOUVEMENT. En 2014, il tournera notamment pour le. L'édito."

Transcription

1 BULLETIN MENSUEL ET INTERNE DES GROUPES D AMNESTY INTERNATIONAL BELGIQUE FRANCOPHONE DÉCEMBRE JANVIER 2014 L'édito VENDONS, VENDONS, VENDONS! LES BOUGIES SONT DE L EAU AU MOULIN QUI FAIT ET FERA TOURNER LE MOUVEMENT. En 2014, il tournera notamment pour le respect des droits sexuels et reproductifs. Derrière cela, un combat que nous mènerons ensemble pour que chaque personne soit à l abri des violences sexuelles, qu elle ait le droit de disposer de son corps librement, de choisir qui elle voudrait épouser, si elle désire des enfants ou non. La première étape de la campagne sera consacrée au viol et à la situation inacceptable en Belgique, où seuls 4 % des plaintes débouchent sur une condamnation (contre une moyenne européenne de 14 %). Nous souhaitons que chaque groupe prenne le train de la campagne, et vous invitons tous à nous rejoindre au Nouvel An militant, le 1er février à Louvain-la-Neuve. L association SOS Viol y NE PAS OUBLIER CE MOIS-CI Rapports d activités et finance à renvoyer pour le 31 janvier Prochain Envoi = envoi de février sera présente tout au long de la journée. Nous y aurons aussi le témoignage de «Maman Gégé», admirable défenseure des droits des femmes au Congo. Le programme complet de la journée est dans cet Envoi. Vous trouverez en annexes les fameux, indispensables, importantissimes rapports finances et d activités. Merci de nous les renvoyer complétés avant le 31 janvier Au-delà de cette date, la personne qui effectuera les rappels se dira fort probablement une chose du genre : «Oh ben zut alors, il me semble que je pourrais utiliser ce tempslà plus utilement pour faire avancer les droits humains, pfff!». Évitons-lui ça! Les deux rapports peuvent également être complétés sur les fichiers électroniques que vous pouvez télécharger sur l intranet parmi les «Docs pour les groupes» (ou faites-m en la demande par mail). Nous serons très heureux de vous revoir le 1er février et, d ici là, nous espérons que les fêtes à venir vous apporteront de nombreuses joies partagées en famille et entre amis. Antoine CAUDRON Responsable Vie du Mouvement Sommaire n Édito... P. 1 n En passant par nos campagnes... P. 2 n Campagne Bougie P. 4 n Lobbying.... P. 5 n Isavelives/Individus en danger... P. 7 n Agend AIBF... P. 8 Annexes : Rapport semestriel d activité Rapport finances Invitations NAM Menu à la carte Cartes Côte d Ivoire Action Turquie ENTRE NOUS, IL Y A AUSSI LE NOUVEL INTRANET L Envoi en format électronique (PDF) et ses annexes sont également téléchargeables à l adresse suivante : Login : votre adresse . Mot de passe : votre numéro de membre. Problèmes d accès? Chacun peut modifier son mot de passe et consulter ses données ici : https://membres.amnestyinternational.be Décembre 2013 page 1

2 En passant par les campagnes 1. CAMPAGNE «DEVOIR DE REGARD» «DEVOIR DE REGARD» EN CHIFFRES AU 13/11/ expositions organisées ou réservées dans toute la Wallonie et Bruxelles ( ) visiteurs à ce jour. Une couverture presse continue exceptionnelle Jeunes Au moins élèves ont visité l exposition (nous ne disposons pas encore de tous les chiffres officiels concernant certaines expositions). 180 nouveaux contacts établis dans les écoles (professeurs ou groupes) 121 écoles touchées pour la première fois par une activité Amnesty 13 demandes d écoles pour accueillir l expo dans leurs locaux après une visite de classe. Parmi les 121 écoles nouvellement touchées, 15 ont spontanément souhaité participer à PADAJA. Des communes comme Molenbeek organisent l exposition à destination des jeunes défavorisés en 2014, d autres sont à l étude. ACTIONS INDIVIDUS EN DANGER cartes de soutien ont été remplies 7 communes ont ou sont en passe d adopter un IED (Trooz, Evere, Arlon, Couvin, Schaerbeek, Auderghem, Ottignie-LLN). La forme du soutien varie d une commune à l autre, soit motion de soutien, adoption de 1 ou 2 IED. À noter, un groupe a fait adopter un IED à deux communes (Arlon) GROUPES LOCAUX 47 groupes sur les 67 recensés ont participé à la campagne DDR en prenant part à l organisation DDR dans leur commune. Près de 40 ont organisé directement leur exposition. 4 groupes locaux ont décidé de prendre l exposition une deuxième fois en 2014, suite à la première expérience. La présence continue de membres de groupes dans chaque exposition était clairement le plus gros challenge que représentait DDR pour les groupes. Sur l ensemble des expositions déjà organisées, cela représente près de 700 plages horaires d une à deux heures à assurer par les groupes ou sympathisants. Beaucoup de témoignages de groupes à propos de l effet DDR : renouveau parmi leurs membres, recrutement de nouveaux membres, accroissement de la motivation, de la fierté, des contacts excellents qu ils ont pu avoir avec les autorités communales. Nous sommes très intéressés par votre feedback personnel, concernant l organisation de «Devoir de regard» dans votre commune. Nous sommes en train d élaborer un questionnaire détaillé afin de récolter vos critiques, commentaires et suggestions. CALENDRIER DES EXPOS À VENIR : 2013 Beauvechain, dans le cadre des Fêtes de la Saint-Martin, du 9 novembre au 1er décembre Louvain-la-Neuve, aux Halles universitaires de l UCL, du 20 nov. au 8 décembre Bastogne, au Centre culturel, du 23 novembre au 5 décembre La Bruyère, Parc communal de Rhisnes les 23 et 24 novembre Mehagne, à l École Marcel Thiry, le 30 novembre Leuze, à l Hôtel de ville du 2 au 20 décembre Liège, au Cinéma Churchill, du 2 au 18 décembre Gerpinnes, au Centre culturel, du 7 au 14 décembre Schaerbeek, Centre culturel, du 12 au 20 décembre 2014 Ciney, au Centre culturel, du 11 janvier au 7 février Liège, Institut Pitteurs du 20 au 31 janvier Evere, à l Espace Delahaut, 31 janvier au 14 février Gembloux-Sombreffe, du 1er au 15 février Bruxelles, Foire du Livre, du 20 au 24 février Blegny Mine, du 12 février au 28 février Welkenraedt, au Centre culturel du 5 au 21 mars Molenbeek, au CCM du 17 mars au 23 mars Châtelet, au CPAS de Châtelet du 24 au 30 mars Koekelberg, Athénée royal de Koekelberg le 26 mars Bruxelles, ULB mars 2014 (tbc) Saint Nicolas, Maison de la laïcité du 27 mars au 11 avril Ans, École Fernand Meukens 26 au 30 mars Arlon, Institut Sainte-Marie, en mai (Tbc) Liège, au Mnema (Sauvenière) 10 au 30 mars 2014 Paliseul, à l Institut Saint-Joseph de Carlsbourg 28 avril au 5 mai 2014 Soignies, au Centre Culturel de Soignies du 28 avril au 13 mai 2014 Walhain, juin 2014 (Tbc) Anderlecht, Maison de la Participation Démarcherie Communale Octobre 2014 Rochefort, Centre culturel du 7 au 21 novembre 2014 Colin GOTOVITCH Campaigner «Devoir de regard» CAMPAGNE «MON CORPS, MES DROITS» PASSEZ À L ACTION DÈS MAINTENANT! Nous vous donnons rendez-vous au Nouvel An militant à Louvainla-Neuve ce 1 er février pour une journée consacrée en grande partie au lancement de la campagne «Mon corps, mes droits». Nous irons beaucoup plus loin qu à l Université d été avec une présentation détaillée des étapes de la campagne et des actions Décembre 2013 page 2

3 concrètes, et grâce aux interventions de spécialistes extérieurs. Nous espérons vous y voir très nombreux, car le succès de cette campagne, prioritaire pour notre mouvement en 2014, est bien entendu conditionné par l implication de tous les groupes et de tous les militants (mieux que des super héros!) qui les composent. Distribution de dazibaos Le lancement de la campagne aura ensuite lieu le 8 mars 2014, Journée internationale des droits des femmes. Nous organiserons ce jour-là, entre autres choses, une grande distribution de dazibaos dans les principales gares du pays. Utilisez également cet outil de sensibilisation du public pour donner de la visibilité à la campagne dans vos villes et communes. Affichez-les partout, et faites-vous aider par vos entourages pour ce faire : à votre fenêtre, sur votre lieu de travail, dans les commerces (coiffeurs, pharmacies, boulangeries, librairies, etc.), les salles d attente (médecins, dentistes, gynécologues, plannings familiaux, etc.), les centres culturels, l administration communale, la bibliothèque et tout ce qui se termine en thèque, etc. Commandez dès à présent le nombre de dazibaos souhaité à Date limite pour la commande : Le 1er février. Pauline Bombaert Campaigner «Mon corps, mes droits» 3. LIBERTÉ D EXPRESSION RUSSIE ATTAQUES À L ENCONTRE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE À l approche des Jeux olympiques de Sotchi, Amnesty International continue de faire campagne contre les violations des droits humains en Russie. Le droit à la liberté d expression, de réunion et d association est mis à mal par diverses réglementations. Des lois paralysant la société civile et restreignant la liberté ont été introduites dans le but de réprimer l opposition politique et d empêcher les militants de la société civile d agir. Pour agir : RUSSIE PUSSY RIOT MISE À JOUR Notre lutte en faveur de la libération des membres des Pussy Riot continue. Masha et Nadya sont toujours emprisonnées. Dernière mise à jour. Le 25 septembre 2013, Nadya a été placée à l isolement et les autorités carcérales réfutent les allégations de la membre des Pussy Riot selon lesquelles elle a subi des abus durant sa détention. Elle estime notamment avoir été forcée à travailler de longues heures dans des conditions «proches de l esclavage» et avoir été menacée de mort. À ce jour, les services pénitentiaires russes ont confirmé que Nadya, après avoir passé plusieurs jours dans un hôpital pénitentiaire, a de nouveau été transférée dans la colonie pénitentiaire de la région de Krasnoyarsk, située en Sibérie. Le mari de Nadya a informé Amnesty International qu il a récemment pu lui parler au téléphone pour la première fois depuis quatre semaines. Pour agir : 4. EXIGEONS LA DIGNITÉ EXPULSIONS FORCÉES Dans le dernier Envoi, nous vous renseignions divers outils en lien avec les expulsions forcées et le droit à un logement convenable. La vidéo présentant les cinq étapes permettant d expulser facilement une population est désormais disponible en français. Vous pouvez la consulter sur le lien suivant La pétition visant à faire avancer la législation sur les expulsions au Kenya a récolté 2163 signatures en Belgique (et plus de toutes sections confondues). 865 cartes postales relatives au Nigeria ont été distribuées, cartes demandant au gouvernement du Nigeria de décréter un moratoire sur les expulsions massives jusqu à ce qu une législation soit en place pour protéger les communautés, et ce en conformité avec le droit international relatif aux droits humains. Merci à vous! 5. MIGRANTS ET RÉFUGIÉS GRÈCE HALTE AUX REFOULEMENTS! DANGER DE MORT AUX PORTES DE L EUROPE Pour rappel, nous demandons à M. Nikos Dendias, ministre de l Ordre public et de la Protection du citoyen de mettre fin aux refoulements illégaux de migrants et de réfugiés depuis les frontières de la Grèce vers la Turquie, enquêter sur les allégations d expulsions collectives et de mauvais traitements, et poursuivre les auteurs présumés de ces agissements. La pétition est toujours en ligne, elle sera ouverte jusqu à la fin de l année, n hésitez pas à la faire circuler! Pour agir : 6. LES ROMS EN EUROPE La problématique des Roms reste au cœur de l actualité. Nous vous rappelons nos actions en cours. SLOVAQUIE Le droit à l éducation est un droit humain dont chaque enfant devrait pouvoir jouir sans aucune discrimination. Toutefois, en Slovaquie, des milliers d enfants roms continuent d être placés dans des écoles ou des classes réservées aux Roms, entraînant leur ségrégation. Nous demandons au Premier ministre de prendre les mesures nécessaires pour protéger le droit à l éducation de tous les enfants, et mettre un terme à la ségrégation et la discrimination illégales des enfants roms en Slovaquie. Pour agir : ROMS EN ITALIE INTERPELLEZ LE MAIRE DE ROME SUR FACEBOOK Un système d aide au logement à deux vitesses a été créé et condamne des milliers d enfants, de femmes et d hommes roms à vivre dans des logements insalubres réservés aux personnes en marge de la société. Pour agir : SERBIE : EXIGEONS UN ACCÈS À DES LOGEMENTS CONVENABLES POUR LES FAMILLES ROMS L action est clôturée et 1042 signatures ont été récoltées! NOUVEAU! Sachez qu un roll-up concernant les Roms viendra prochainement s ajouter à l exposition «Devoir de regard». Décembre 2013 page 3

4 AMNESTY_Candle_Dynamite.indd 1 21/09/12 16:36 7. DISCRIMINATION RÉPUBLIQUE DOMINICAINE : DE NOMBREUSES PERSONNES RISQUENT D ÊTRE PRIVÉES DE NATIONALITÉ ET DE DEVENIR APATRIDES Depuis le début des années 2000, la République dominicaine a pris un certain nombre de décisions administratives, législatives et judiciaires qui ont eu pour effet de priver rétroactivement les Dominicains d origine haïtienne de leur nationalité dominicaine. Le 23 septembre 2013, un pas supplémentaire a été franchi avec la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine. Pour en savoir plus et pour agir : node/ JUSTICE CÔTE D IVOIRE Y A-T-IL ENCORE UNE PLACE POUR NOUS QUELQUE PART? Pendant et après la crise électorale, des personnes ont été victimes de crimes de droit international. Suite aux crimes qui se sont déroulés à Duékoué en 2011 et à Nahibly en 2012, nous demandons au ministre de la Justice que des enquêtes soient menées, que les responsables de ces actes soient traduits en justice et qu une indemnisation appropriée soit fournie aux victimes. Pour plus d informations et pour agir : vous trouverez en annexe du présent Envoi les cartes postales relatives à cette action. 9. MENA ÉGYPTE LES AUTORITÉS ÉGYPTIENNES DOIVENT PRENDRE DES MESURES FACE À LA VIOLENCE SECTAIRE À L ÉGARD DES COPTES En Égypte, la communauté copte est victime de graves atteintes aux droits humains. Depuis le 14 août, de nombreux Coptes ont été tués et des églises, des centres d affaires, ainsi que des maisons ont été attaqués. Il faut protéger la communauté copte, reconstruire ce qui a été détruit et juger les responsables afin d éviter de nouvelles exactions. Pour agir : Sarah Goffin Assistante des campagnes Campagne bougies 2013 Le 18 novembre, nous avons distribué dazibaos et organisé une conférence de presse avec Batman! La campagne bougies a bien démarré! Nous avons eu des articles dans le Soir, La Libre, le Vif, la RTBF, la DH, l Avenir, et 80 communes ont relayé le lancement de la campagne sur leurs sites web ou dans la presse communale. Petit aperçu de la visibilité dans les communes : news/amnesty-international Les novembre, les spots radio de la campagne ont été diffusés largement sur les ondes de la RTBF et de RTL. Des radios locales assurent aussi le relais des spots. Le 3 décembre, les allumettes sont distribuées pour rappeler à chacun que le 10 décembre approche! La campagne est bien relayée sur les réseaux sociaux, n hésitez pas à aller faire un tour sur www. facebook.com/amnestybe Le 10 décembre, nous nous réunirons à la Place Breughel à partir de 17 h pour clôturer la campagne bougies. Illumination d une bougie au sol, fanfare, verre de vin chaud et marche aux flambeaux au programme. Rejoigneznous! Notre première évaluation nous permet déjà de dire que la campagne bougies 2013 est un beau succès. Merci pour votre mobilisation! François SCHMIDT Responsable de la campagne bougies 02/ ENSEMBLE ON FAIT PLUS DE BRUIT 6 LA BOUGIE Véronique DEVILLERS Assistante de la campagne bougies Décembre 2013 page 4

5 Lobbying Je vous propose, dans ce numéro, de traiter de la question de la torture sous trois volets d actualité. LE COMITÉ CONTRE LA TORTURE (CAT) A RENDU SON AVIS SUR LA SITUATION DE LA BELGIQUE Le Comité contre la Torture a examiné le troisième rapport périodique de la Belgique les 5 et 6 novembre derniers. Dans ce cadre, notre section a présenté aux membres du Comité un rapport de 30 pages pour mettre en exergue une série de dysfonctionnements graves qui ont pour conséquence que des personnes en Belgique sont traitées de façon cruelle inhumaine et dégradante. Dans son rapport, Amnesty a longuement critiqué le sort réservé aux personnes détenues. D une part, nous condamnons les conditions de détention dégradantes qui résultent de la surpopulation carcérale et de l absence de soins médicaux appropriés. D autre part, nous condamnons aussi, dans ce rapport, le récent article de loi qui systématise la fouille au corps (cependant nous nous réjouissons du fait que cet article fut, entretemps, suspendu par la Cour constitutionnelle), les régimes de sécurité, et la façon dont sont détenues des personnes qui souffrent de troubles mentaux. Il n y a pas que les conditions de vie dans les prisons qui sont attentatoires à la dignité des personnes, les violences policières trop souvent impunies sont aussi très préoccupantes. En matière de suivi des étrangers, notre organisation a dénoncé la façon dont les expulsions sont menées. Nous avons également mis l accent sur une nouvelle pratique qui semble se développer en Belgique, à savoir celle de l usage des assurances diplomatiques. Ces assurances sont des accords entre États par lesquels l un s engage vis-à-vis de l autre à ne pas soumettre la personne expulsée à des traitements inhumains et dégradants. Cependant, ces assurances sont conclues avec des pays pour lesquels on sait pertinemment bien que la personne expulsée est exposée à des risques de torture et de traitements inhumains. Enfin, une fois encore, notre organisation a déploré l absence évidente de volonté politique de ratifier le Protocole facultatif à la Convention contre la Torture (qui instaure un organe de contrôle national) et l absence totale d avancée en ce qui concerne la mise en œuvre de l Institution Nationale de Droits de l Homme, alors que ce projet fait partie de l accord du gouvernement Di Rupo. Le Comité contre la torture était manifestement très bien préparé (on ne doute pas que le rapport d Amnesty, mais aussi celui de la LDH y sont pour quelque chose) et la Belgique a dû répondre à plus de cent questions orales lors de cette session de deux jours. Le 22 novembre, le Comité contre la Torture a rendu publique son appréciation sur la Belgique. Amnesty International et la LDH ont réagi pour constater que les préoccupations qu ils ont portées au comité sont manifestement partagées par celui-ci En effet, dans un communiqué de neuf pages, le Comité pousse un cri d alarme concernant la détérioration des conditions de vie dans les prisons, la situation des personnes détenues dans des centres fermés, les violences policières ainsi que les violations du principe de non-refoulement. D autre part, le Comité regrette que la loi de principe concernant l administration pénitentiaire et le statut juridique des détenus ne soit toujours pas mise en œuvre. L absence d effectivité du système des plaintes pour les personnes détenues est dénoncée par le Comité. Le Comité demande aussi que le Comité P (chargé de l examen des plaintes à l encontre des policiers) soit réellement indépendant. En ce qui concerne les expulsions, le Comité estime qu elles doivent faire l objet d un contrôle externe renforcé pour éviter les violences psychologiques et physiques. Enfin, comme on pouvait s y attendre, le Comité a demandé à la Belgique de se doter d une Institution Nationale des Droits de l Homme. Les propos du Comité contre la torture nous incitent à rester actifs et à être, plus que jamais, militants en faveur des droits humains. LA BELGIQUE À LA TRAÎNE : NOUS N AVONS TOUJOURS PAS RATIFIÉ LE PROTOCOLE FACULTATIF DE LA CONVENTION CONTRE LA TORTURE Le protocole facultatif a été adopté par l Assemblée générale des Nations unies, le 18 décembre 2002, et il a été signé par la Belgique en 2005, MAIS jamais ratifié. Pourtant, cela fait des années que, systématiquement, nous revenons à la charge sur cette question, que nous en parlons aux ministres, aux parlementaires, aux fonctionnaires, et pourtant le dossier de ratification n avance pas. Aussi, une fois encore, il est à l agenda pour notre mémorandum pour les élections de Mais je profite de l occasion de la présentation du CAT pour vous faire un bref rappel de ce qui constitue l essence de ce protocole. Le protocole vise à renforcer la prévention de la torture, il établit un système à caractère préventif fondé sur des visites destinées à examiner le traitement des détenus en vue de recommander des moyens de renforcer, si nécessaire, leur protection contre la torture et autres peines ou traitements cruels inhumains ou dégradants. Ce système de prévention repose sur deux piliers, l un international, l autre national. Les États Parties s engagent d une part, à autoriser sans restrictions, les visites et les contrôles d un organe international de prévention et d autre part, ils s engagent à mettre en place un ou plusieurs mécanismes nationaux de prévention. C est ce deuxième volet qui pose un gros problème en Belgique. En effet, nos entités fédérées doivent accepter de désigner un organe responsable au nom de l État belge chargé de rendre des comptes au Comité contre la torture de l ONU. Il semble bien que certaines entités refusent de se soumettre à un mécanisme qui ne soit pas désigné au sein de leur région. Mais le problème semble aussi venir de l ensemble des partis politiques qui n ont aucune envie de renforcer les droits des détenus, d accorder des moyens supplémentaires et devoir Décembre 2013 page 5

6 répondre de leur politique devant des responsables en Belgique habilités à secouer «tous les cocotiers possibles» pour mettre un terme aux dysfonctionnements existant dans le système pénitentiaire belge. Fondamentalement, nos responsables politiques devront ouvrir le débat sur le sens de la peine de prison, sur la politique à mener pour la réinsertion, sur la conception architecturale et l effet induit au plan sécuritaire bref, toutes sortes de sujets peu populaires et complètement inexistants puisque la question de la surpopulation dissimule tous les autres problèmes. Le mécanisme national doit formuler des recommandations à l intention des autorités compétentes afin d améliorer le traitement et la situation des personnes privées de liberté. Ils sont chargés aussi de présenter des propositions et des observations au sujet de la législation nationale en vigueur. Ce mécanisme national est un outil de premier choix pour, enfin, faire évoluer les politiques pénitentiaires dans notre pays. Le protocole précise enfin que les États parties doivent s assurer que les mécanismes nationaux fonctionnent sans interférence de la part des autorités étatiques et que leurs membres sont indépendants et possèdent les compétences requises. ADOPTION D UNE RÉSOLUTION CONTRE LA TORTURE À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES La troisième commission de l AG de l ONU a adopté le 12 novembre dernier, par consensus, une résolution contre la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants. Toutes les résolutions introduites en AG sont d abord proposées par un pays (le sponsor), en l occurrence le Danemark, et ensuite, celui-ci cherche à réunir un nombre important de pays pour le soutenir. L objectif étant toujours que les résolutions soient adoptées par consensus. La Belgique fait évidemment partie des pays qui soutiennent cette résolution. Nous nous félicitions de la résolution adoptée en matière de torture, laquelle est une résolution forte qui renforce les textes déjà existants, et ce, dans des domaines tels que : Le droit des victimes à bénéficier entièrement et rapidement des voies de recours, et d un accès à la réhabilitation dans les plus brefs délais La nécessité pour les États de prendre des mesures efficaces pour dénoncer la surpopulation dans les établissements pénitentiaires, étant donné que cette surpopulation peut mener à des conditions présentant un impact sur la dignité et les droits humains des personnes privées de leur liberté (la Belgique ne devrait pas oublier cette disposition!) La nécessité d élaborer un amendement parmi les normes minimales des Nations unies pour le traitement des prisonniers, afin d améliorer les standards déjà existants La nécessité pour les individus d être à l abri de représailles en cas de prise de contact avec les institutions spécialisées dans la prévention et la lutte contre la torture. CONCLUSION Tout comme moi, vous vous montrez sans doute inquiets quant au nombre récurrent de fois où les médias nous rapportent qu un peu partout en Europe, des Roms sont chassés, des homosexuels sont battus et interdits d afficher leur orientation sexuelle, des discours de haine se propagent devant une indifférence qui, dans certains pays, fait froid dans le dos. Pour faire face à cette actualité, nous avons besoin de militants, pas de super héros. Votre combat permettra de replacer la dignité humaine en tant que valeur et de faire valoir la différence comme une richesse. En vous écrivant, je me dis que nos bougies, nos lettres, nos pancartes ainsi que tous nos stylos sont utiles et doivent être plus que jamais remis à l honneur. Votre travail au sein d Amnesty est primordial dès lors qu il rappelle sans cesse à nos élus, mais aussi à nos concitoyens, que les droits humains doivent être au cœur de notre action. Un tout grand merci à vous. Montserrat CARRERAS Responsable du programme Lobbying 02/ Décembre 2013 page 6

7 isavelives.be Toute l information à jour sur les individus en danger : Les actions du mois LE MARATHON DES LETTRES Le Marathon des lettres est proposé chaque année, en décembre, par le Secrétariat international. L an dernier, un record de 1,9 million d actions a été enregistré, comprenant des lettres, des tweets, des signatures et des SMS envoyés de pays aussi divers que l Islande, l Inde, la Barbade ou le Burkina Faso. Des centaines de milliers de personnes à travers le monde expriment en même temps leur solidarité à quelqu un qu elles n ont jamais rencontré et dont les droits sont bafoués. Elles écrivent aussi directement aux gouvernements et, comme vous le savez, cet envoi massif de lettres permet de changer des vies. Participez vous aussi à ce Marathon des lettres. Passez à l action : écrivez une lettre, signez les actions de solidarités en ligne, créer des lanternes lumineuses pour donner de la visibilité à votre action Nous vous fournissons tous le matériel. Plus d information -> Individus en Danger Nous vous proposons ci-après deux nouveaux cas d individus en danger et vous rappelons deux cas chinois déjà proposés le mois dernier. NOUVEAUX CAS Mohammad al-qahtani et Abdullah al-hamid (Arabie Saoudite) - Liberté de réunion et d expression Procès inéquitable Le Dr Mohammad al-qahtani et le Dr Abdullah al-hamid sont d éminents défenseurs des droits humains saoudiens qui ont cofondé l Association saoudienne pour les droits civils et politiques (ACPRA) en 2009 ; ils ont été condamnés respectivement à dix et onze ans d emprisonnement en mars Amnesty International les considère comme des prisonniers d opinion. Jabeur Mejri (Tunisie) Foi et croyance Liberté de réunion et d expression Jabeur Mejri a été condamné le 28 mars 2012 à sept ans et demi d emprisonnement assortis d une amende de dinars (530 euros) par un tribunal de Mahdia, dans l est de la Tunisie. Le tribunal a décidé que les messages, mis en ligne par Jabeur Mejri et son ami Ghazi Beji, étaient insultants pour l Islam et les musulmans, aux termes du Code pénal et du Code des télécommunications tunisiens. Ghazi Beji a fui le pays pour éviter d être arrêté, et a été jugé par contumace. ANCIENS CAS A PRENDRE EN CHARGE Chen Zhenping (Chine) Torture Détention arbitraire Liberté de réunion et d expression Procès inéquitable Chen Zhenping, une pratiquante du Falun Gong, a été arrêtée en août 2008 pour «utilisation d une organisation hérétique pour détourner la loi». Elle purge actuellement une peine de huit ans d emprisonnement. Les tentatives répétées de son avocat de lui rendre visite depuis son arrestation ont toutes été bloquées par les autorités. Sa famille n a pas pu la voir depuis mars Elle a été régulièrement battue, elle s est vu injecter de force des médicaments et a reçu des décharges électriques sur des parties sensibles de son corps. Elle continue d être exposée au risque de subir des tortures ou autres mauvais traitements. Yan Tongyan (Chine) Liberté d expression et de réunion Préoccupations d ordre médical Yang Tongyan, un écrivain freelance, membre du Centre PEN chinois indépendant, purge une peine de douze ans d emprisonnement pour «subversion», dans la prison de Nanjing (province du Jiangsu). Il devrait être libéré le 22 décembre IMPORTANT LA COORDINATION PEINE DE MORT SOUHAITERAIT PRENDRE EN CHARGE, AU SEIN DE NOTRE SECTION, LE CAS SUIVANT POUR AUTANT QU UN GROUPE S ENGAGE À LE SUIVRE. Pavel Selyun (Biélorussie) a été condamné à mort par la Cour Régionale Hrodna le 12 juin 2013, pour le meurtre en août 2012 de son épouse âgée de 21 ans et de son amant de 23 ans. Son avocat a fait appel de la sentence de la Cour suprême le 17 septembre, séance au cours de laquelle Décembre 2013 page 7

8 Pavel Selyun a demandé la clémence du Président de Biélorussie et a déposé une plainte auprès du Comité des Droits de l Homme de l ONU. Il est détenu actuellement au centre de détention pour les condamnés à mort de Minsk. Le meurtre a eu lieu le 5 août 2012 dans un flat appartenant à son épouse. Il a été arrêté le 7 août alors qu il était dans un train allant de Hrodna, dans l ouest de la Biélorussie, à Baranvichy, à 200 km environ de Hrodna. Il n y a pas eu d allégations de mauvais traitements durant l enquête ou le procès. Nous attendons la réaction d un ou plusieurs groupe-s avant de lancer la procédure de mise en ligne. POUR PRENDRE UN (NOUVEL) INDIVIDU EN DANGER (IED) EN CHARGE, CONTACTEZ-NOUS! Jenny MOERENHOUT 02/ (les mardis) Benoît PRIEM Responsable Individus en danger et e-activisme 02/ L AGEND'AIBF PROJECTION DU FILM LA MARCHE Samedi 14 décembre à 10 h, à l UGC De Brouckère : assistez à une projection du film La Marche, suivie d un débat sur le sens de l engagement et les possibilités d action citoyenne, en présence du réalisateur Nabil Ben Yadir et de l un des marcheurs. La Marche retrace l histoire (vraie!) de trois jeunes adolescents lyonnais et du curé des Minguettes, qui lancent une grande marche pacifique pour l égalité et contre le racisme en L objectif est de dénoncer les tensions raciales ayant atteint leur paroxysme en France. Malgré les résistances rencontrées, ils parcourent plus de km entre Marseille et Paris, rejoints par plus de personnes sur la route. Cette action citoyenne aura permis d engager un réel combat au niveau national contre le racisme et pour la tolérance. Un combat plus que jamais d actualité. On parle beaucoup des super héros chez Amnesty cette année Ce film est bien la preuve, s il en fallait, que tout un chacun a la possibilité de se mobiliser et réaliser de grandes choses en partant de peu. Ne ratez pas cette occasion d en débattre avec Nabil Ben Yadir, un réalisateur belge dont le combat rejoint celui d Amnesty en de nombreux points. PAF : 5,50 euros, à payer sur place. Pour vous inscrire, veuillez envoyer un à Attention, les places sont limitées. Seuls les 50 premiers inscrits pourront assister à la séance. Date limite d inscription : 10 décembre Programme du Nouvel An militant en annexe Décembre 2013 page 8

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains Aux enseignant e s intéressé e s par les activités d'amnesty International Berne, le 24 octobre 2011 10 DÉCEMBRE: JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS Madame, Monsieur, A l occasion de l anniversaire

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT AMNESTY INTERNATIONAL ET LE PRINCIPE DE NON-REFOULEMENT Pour prévenir la torture, les mauvais traitements et les traitements dégradants, Amnesty International

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

En bref : que fait Amnesty International?

En bref : que fait Amnesty International? En bref : que fait Amnesty International? Amnesty International est l une des plus importantes organisations internationales de défense des droits humains. Des individus ordinaires, bénévoles et professionnels,

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Azzouz Kerdoun. Inventaire des institutions nationales et internationales opérant dans le domaine des migrations internationales en Algérie

Azzouz Kerdoun. Inventaire des institutions nationales et internationales opérant dans le domaine des migrations internationales en Algérie Institut universitaire européen Commission européenne EuropeAid Cooperation Office Financé par la Commission européenne - Programme MEDA Projet de coopération sur les questions liées à l intégration sociale

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE MONSIEUR DOUDOU DIENE 22 FEVRIER 2014 A L OPERATION

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

Cour. des droits QUESTIONS FRA?

Cour. des droits QUESTIONS FRA? Cour européenne LA CEDH des droits de l homme EN 50 QUESTIONS FRA? AN COURT OF HUM La CEDH en 50 questions Préparé par l Unité des Relations publiques de la Cour, ce document ne lie pas la Cour. Il vise

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Charte des victimes - Administration pénitentiaire

Charte des victimes - Administration pénitentiaire 6 Charte des victimes - Administration pénitentiaire 37 6. Charte des victimes - Administration pénitentiaire Ce que vous pouvez attendre de l administration pénitentiaire Nous : tentons de réinsérer tous

Plus en détail

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains -

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains - Dernière révision : 19 novembre 2014 Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains 15 novembre 2014 Reporters sans frontières (RSF), organisation internationale

Plus en détail

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 > Dossier Expulsion forcée de requérant-e-s d asile Table des matières 1. Introduction... 3 2. Bases... 3 3. Exécution des décisions de renvoi... 3 4. Rapatriement

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Conférence sur l assistance judiciaire dans le système pénal : le rôle des avocats, nonavocats et autres acteurs

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire I. Introduction "Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé" (Déclaration universelle des droits de l homme, art.

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

OBJET DU PRÉSENT MANUEL

OBJET DU PRÉSENT MANUEL COMMENT PRÉSENTER DES PÉTITIONS DANS LE SYSTÈME INTERAMÉRICAIN? OBJET DU PRÉSENT MANUEL l arrive parfois que les personnes dont les Droits de l Homme ont été violés ne savent pas vers qui se tourner ou

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

C NoVi Festival 2015 Règlement du concours

C NoVi Festival 2015 Règlement du concours C NoVi Festival 2015 Règlement du concours Le festival du court-métrage de prévention santé Le C NoVi Festival 3 ème édition du Festival du court-métrage de prévention I. Organisation L IREPS Réunion organise,

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

LA DELINQUANCE INFORMATIQUE

LA DELINQUANCE INFORMATIQUE LA DELINQUANCE INFORMATIQUE Aude LEVALOIS Gwenaëlle FRANCOIS 2013-2014 LA CYBERCRIMINALITE Qu est ce que la cybercriminalité? Des infractions pénales Ou sont elles commises? Via les réseaux informatiques

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_ DCTC Doc n o 33 4./4/14 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN (Montréal, 26 mars 4 avril 2014) TEXTE REFONDU DE LA CONVENTION RELATIVE AUX INFRACTIONS ET À CERTAINS AUTRES ACTES SURVENANT À BORD DES

Plus en détail

LES PRINCIPES DE JOGJAKARTA

LES PRINCIPES DE JOGJAKARTA LES S DE JOGJAKARTA S SUR L APPLICATION DE LA LÉGISLATION INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS EN MATIÈRE D ORIENTATION SEXUELLE ET D IDENTITÉ DE GENRE La version anglaise est le texte autorisé. Des traductions

Plus en détail

la gestion des dossiers

la gestion des dossiers Manuel sur la gestion des dossiers des détenus SÉRIE DE MANUELS SUR LA JUSTICE PÉNALE OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Manuel sur la gestion des dossiers des détenus SÉRIE

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL

LUTTE CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL LUTTE CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL CONSTATS ET PROPOSITIONS DE RECOMMANDATIONS SUITE AUX MIDIS D ÉCHANGES Lors des midis d échanges qui ont eu lieu les 11 mars, 26 mars, 2 et 23 avril 2009 avec toutes

Plus en détail

Déclaration de Campagne de Play Fair 2008

Déclaration de Campagne de Play Fair 2008 Jeux olympiques de Pékin Déclaration de Campagne de Play Fair 2008 Cette déclaration de campagne a pour objet de guider les actions des organisations engagées dans une campagne mondiale visant à attirer

Plus en détail

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 (CASTING ET DÉPÔT DE MUSIQUE SUR INTERNET) ARTICLE 1 L ORGANISATEUR L association FÉDÉRATION RHÔNE ALPES DU CRÉDIT AGRICOLE, dont le siège social est situé 465 rue

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Le cri d alarme de France Nature Environnement

Le cri d alarme de France Nature Environnement Le cri d alarme de France Nature Environnement 1 Contexte En novembre 2010, FNE lance une compétition auprès de plusieurs agences pour «élaborer et mener en direction des citoyens, une campagne de communication

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Fun Quizz 2010. Dossier de partenariat

Fun Quizz 2010. Dossier de partenariat Une organisation de 8 e édition Devenez partenaire de l événement interactif de l année et touchez des milliers de décideurs partout en Belgique. Personnes de contact pour le partenariat : Miguel Van Keirsbilck

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail

Les certificats de sécurité. Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée

Les certificats de sécurité. Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée Les certificats de sécurité Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée un certificat de sécurité C est quoi? 2 un certificat de sécurité C est quoi?

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

FEU SUR LES MESSAGERS

FEU SUR LES MESSAGERS FEU SUR LES MESSAGERS LES JOURNALISTES PRIS POUR CIBLE PAR TOUTES LES PARTIES EN SYRIE EXTRAITS 2 Feu sur les messagers Les journalistes pris pour cibles par toutes les parties en Syrie 1. INTRODUCTION

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et des enfants

Droits et devoirs des parents et des enfants Droits et devoirs des parents et des enfants L émancipation du mineur [1] Qu est-ce que l émancipation? Au sens légal, «émanciper» une personne mineure signifie libérer le jeune de moins de 18 ans soumis

Plus en détail

Guide du Parlement suédois

Guide du Parlement suédois Guide du Parlement suédois Situé en plein centre de Stockholm, sur l îlot de Helgeandsholmen, le Riksdag est le cœur de la démocratie suédoise. C est ici que sont votés les lois et le budget de l État.

Plus en détail

Les superhéros N existent pas

Les superhéros N existent pas LE FIL D'AMNESTY BELGIQUE-BELGIË bimestriel belge francophone d Amnesty international Novembre/décembre 2013 N 23 Périodique Bimestriel Rue Berckmans 9, 1060 Bruxelles Éditrice responsable : Marie Noël

Plus en détail

INTERNET ET LA LOI. Marie-Ange CORNET (CAL/Luxembourg)

INTERNET ET LA LOI. Marie-Ange CORNET (CAL/Luxembourg) INTERNET ET LA LOI Marie-Ange CORNET (CAL/Luxembourg) QUELQUES PRINCIPES Internet, c est aussi la vraie vie Le monde virtuel est aussi le monde réel : les lois s y appliquent Nous sommes toutes et tous

Plus en détail

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013 Editeur responsable: Panathlon Wallonie-Bruxelles asbl Illustration imaginée et réalisée par Jason Vandepeute, 13 ans. 5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play La Journée du Fair Play

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise

Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise Ce qui suit est un court résumé de vos droits au Danemark et des us et coutumes de la police danoise. Il est utile à tous les

Plus en détail

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche Express LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche express L'info pratique en droit du travail. AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au besoin

Plus en détail

L Administration Centrale comprend une Direction Générale, des Directions et des Services Centraux.

L Administration Centrale comprend une Direction Générale, des Directions et des Services Centraux. L Administration Pénitentiaire, créée le 27 Octobre 1959, n était qu un service dépendant du Ministère de la Justice 1. Passée par une Direction Centrale 2, une Direction Générale se trouve actuellement

Plus en détail

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC Faites partie de la plus grande campagne de sensibilisation du public aux bienfaits des sciences de la vie L innovation en santé : des

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil

Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil PL Projet présenté par les députés: Mme et M.Roger Deneys, Loly Bolay, Antoine Droin Date de dépôt: Février 2010 Messagerie 2 Projet de loi Projet de loi constitutionnellle

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

PRESENTATION DE L AFAPDP

PRESENTATION DE L AFAPDP PRESENTATION DE L AFAPDP PLAN I - Coopération du RECEF avec l AFAPDP II - Importance de la protection des données et rôle d une Autorité de protection des données III - Expérience du BF : coopération entre

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

RAPPORT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE D OCTOBRE 2011

RAPPORT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE D OCTOBRE 2011 1 I. Introduction. RAPPORT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE D OCTOBRE 2011 La session parlementaire d Octobre (appelée généralement session budgétaire) a été ouverte le 3/10/2011 avec 7 projets de

Plus en détail

Règlement intérieur de l association

Règlement intérieur de l association Règlement intérieur de l association Naissance et fonctionnement de l association, informations diverses. Reims Parkour School est une association ayant vu le jour le 4 novembre 2011, sous l impulsion

Plus en détail

AMNESTY INTERNATIONAL BELGIQUE FRANCOPHONE PROJET DE PLAN OPÉRATIONNEL 2014-2015

AMNESTY INTERNATIONAL BELGIQUE FRANCOPHONE PROJET DE PLAN OPÉRATIONNEL 2014-2015 AMNESTY INTERNATIONAL BELGIQUE FRANCOPHONE PROJET DE PLAN OPÉRATIONNEL 2014-2015 Version finale 15 février 2014 1. INTRODUCTION... 3 2. UNE SECTION DANS UN MOUVEMENT... 3 Chantier n 1. Présence de la section

Plus en détail

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie.

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie. En Turquie, plus de 9 200 personnes ont pris contact avec le HCR pour demander l asile, soit une augmentation de 18 pour cent par rapport à l année précédente. Près de 45 pour cent des demandeurs étaient

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

partenaire(s) 20-21-22 Novembre 2013

partenaire(s) 20-21-22 Novembre 2013 Activité Session de formation en «techniques de communication et de dialogue au sein de la famille : prévention de la violence/éducation sexuelle» Lancement de l opération de formation des adhérentes à

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail