Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la"

Transcription

1 Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991 et ), l économie algérienne s est caractérisée au cours des années 2000 à 2013 par un excès de l épargne sur l investissement, soit quatorze années consécutives d excédents du compte courant de la balance des paiements, et une stabilité macro financière renforcée, ancrée sur un stock d épargnes du Trésor (fonds de stabilisation) appréciable et une position financière extérieure solide. Durant cette période, en dépit du choc externe de l année 2009, la position financière externe nette est restée solide. L accumulation soutenue de réserves officielles de change entre 2000 et 2008 et le remboursement par anticipation de la dette extérieure principalement en 2006, de sorte qu à l avènement de la crise financière et économique internationale, la dette extérieure était déjà à un niveau historiquement bas (3,5 % du PIB en 2008), ont placé l Algérie dans une situation de créancier net sur le reste du monde. La position extérieure nette a atteint 91 % du PIB en 2013, en situation de poursuite d une gestion prudente des réserves officielles de change par la Banque d Algérie. Ce degré de stabilité financière externe est appuyé par la gestion flexible du taux de change par la Banque d'algérie au moyen de ses interventions sur le marché interbancaire des changes. Ces interventions visent à stabiliser le taux de change effectif réel du dinar autour de son niveau d'équilibre fondamental de moyen terme, 1/12

2 bien qu en 2013 le taux de change effectif réel du dinar soit resté légèrement apprécié, en contexte de désinflation. Entre 2002 et 2013, la stabilité monétaire en Algérie a reposé sur une bonne performance en matière d inflation (4 % en moyenne), en dépit de l excès structurel de liquidité sur le marché monétaire. Après un «pic» inflationniste en 2012, la désinflation engagée à compter de février 2013 s est poursuivie au cours de cette année (3,26 %). Après neuf années consécutives d excédent des opérations du Trésor, l impact du choc externe de 2009 s est traduit par un déficit des opérations du Trésor à partir de cette même année, sous l effet de la forte contraction de la fiscalité pétrolière et de l expansion des dépenses budgétaires, même si l année 2013 a enregistré une consolidation budgétaire. Cependant, la capacité de financement du Trésor constituée entre 2000 et 2008 a permis de faire face à l impact du choc externe sur les finances publiques, tout en demeurant importante (34 % du PIB à fin 2013), en situation de très faible dette publique intérieure (8 % du PIB à fin 2013). Préalablement à la phase d expansion des crédits à partir de l année 2013, la révision de la loi bancaire de 2003 par l ordonnance relative à la monnaie et au crédit d août 2010 a élargi les missions de la banque centrale, en lui assignant explicitement l objectif de stabilité financière en sus du mandat de stabilité des prix. La contribution de la politique monétaire à la stabilité monétaire et financière reste décisive, vu la prédominance des banques dans le système financier en Algérie et leur rôle potentiellement important dans le développement de l intermédiation financière. Cette contribution revêt une importance d autant plus particulière au vu de la persistance de l excès de liquidité sur le marché monétaire depuis Eléments déterminants pour la stabilité financière, le cadre et les instruments de la politique monétaire ont été renforcés au cours des années 2008 à 2010, particulièrement avec l objectif explicite d inflation consacré par la loi bancaire de La conduite de la politique monétaire par la Banque d Algérie est demeurée prudente, 2/12

3 contribuant à la bonne tenue de l inflation (4 % entre 2002 et 2013, 2,92 % en 2014). La loi bancaire de 2010 a mis plus particulièrement en avant le rôle de la Banque d Algérie dans le domaine de la stabilité du secteur bancaire puisqu elle doit s assurer de sa sécurité et de sa solidité. Pour ce faire, elle est dotée depuis 2010 de prérogatives plus larges pour effectuer toute investigation au niveau des banques et établissements financiers permettant une plus grande capacité de détection précoce des vulnérabilités. Cela a amené la Banque d Algérie à intensifier les contrôles micro-prudentiels et à en améliorer l efficacité. Pour une prise en charge globale de la stabilité du secteur bancaire, la Banque d Algérie évalue périodiquement la solidité de ce secteur au moyen de stress tests, développés à partir de 2007 et renforcés en Les résultats de ces tests permettent d anticiper les risques éventuels de fragilisation du secteur. Au plan macro-prudentiel et en contexte d excès de liquidité, des instruments en vigueur faisant partie de la réglementation microprudentielle, tels que le niveau du crédit hypothécaire par rapport à la valeur de la propriété donnée en garantie par les particuliers, les réserves obligatoires - par ailleurs, un instrument de politique monétaire -, et le ratio service de la dette par rapport aux revenus des demandeurs de crédits hypothécaires, peuvent être modulés en fonction du risque systémique éventuel. En outre, un renforcement des outils macro prudentiels a été engagé dès début 2013, notamment par la mise en place de nouveaux outils permettant des analyses horizontales des risques ainsi que des tests de résistance. Pour développer davantage le cadre opérationnel de la stabilité financière, une réglementation en matière d identification, de mesure, de gestion et de contrôle du risque de liquidité a été édictée par le Conseil de la monnaie et du crédit en mai Un coefficient de liquidité minimum de court terme que les banques et les établissements financiers doivent respecter à tout moment a été 3/12

4 institué ; de même qu a été mis en place un système de surveillance interne et de limitation par contrepartie des encours de prêts et d emprunts interbancaires, notamment ceux opérés sur le marché monétaire. A titre indicatif, l évaluation réalisée par la Banque d Algérie au titre de l année 2013 montre que les banques de la place satisfont à l exigence en matière de coefficient de liquidité (169,87 % à fin 2013), même si l année 2013 a enregistré une relative stabilisation de la liquidité bancaire. Sous l angle de la profondeur du secteur bancaire, il est utile de noter que le ratio ressources collectées (dépôts à vue et à terme hors dépôts hydrocarbures) par rapport au PIB hors hydrocarbures a progressé entre 2012 (62,39 %) et 2014 (66,48 %), après une stabilisation à 61,44 % en Le trend haussier du ratio crédits bancaires au secteur privé par rapport aux dépôts en dinars du secteur privé entre 2008 et 2014, en contexte de transformation financière accrue, est un autre indicateur pertinent de profondeur du système bancaire. Par ailleurs, le ratio total des crédits par rapport au PIB hors hydrocarbures qui est resté stable entre 2011 et 2012, a augmenté à 44,77 % en 2013 et à 52,47 % en 2014 ; les crédits au secteur privé ayant progressé à 25,33 % en 2014, relativement au PIB hors hydrocarbures, contre 23,76 % en 2013 et 21,50 % en En dépit de la forte expansion des crédits à l économie au cours des années 2013 et 2014, et tout en poursuivant leurs efforts en matière de provisionnement, les banques ont consolidé leurs indicateurs de solidité financière. Une évaluation du secteur bancaire et financier en 2013, effectuée par le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale, a aidé à dégager des axes d approfondissement de la réforme du secteur bancaire et de consolidation additionnelle de la stabilité financière en Algérie, avec une mise en œuvre effective à partir du premier trimestre Dans ce cadre, le dispositif réglementaire prudentiel a été réformé pour une conformité des règles prudentielles aux nouveaux standards et normes du Comité de Bâle. En effet, trois règlements ont été édictés par le Conseil de la monnaie et du crédit 4/12

5 au premier trimestre 2014, avec effet à partir d octobre, portant ratios de solvabilité, grands risques et participations, et classement et provisionnement des créances et engagements par signature. Dans cette nouvelle réglementation, le ratio de solvabilité minimum par rapport au «tier one» est fixé à 9,5 %, soit un ratio supérieur au minimum recommandé par le Comité de Bâle, et celui par rapport aux fonds propres règlementaires autour de 12 %. Une estimation des indicateurs de solidité financière à fin 2013 montre que la solidité du secteur bancaire est ancrée sur des ratios de solvabilité élevés, par rapport aux risques de crédit, environ 14 % par rapport aux fonds propres de base et 20 % par rapport aux fonds propres réglementaires en 2013, une rentabilité confortable et une liquidité appréciable. En outre, avec un ratio des crédits non performants nets des provisions constituées évalué à 3,36 % en 2013, la diminution des crédits non performants se poursuit de manière plus résolue. Ces indicateurs de solidité financière sont en phase avec ceux des pays émergents comparables. A fin 2014, ces indicateurs seraient inférieurs, car la nouvelle règlementation prudentielle porte aussi sur la couverture des risques opérationnels et de marché. Par ailleurs, dans le cadre de prérogatives plus larges instituées en 2010, englobant le fonctionnement, la surveillance et la sécurité des systèmes de paiements, la Banque d Algérie a complété en 2014, la mise à jour de l infrastructure moderne des systèmes de paiement (système de paiement en temps réel de gros montants et paiements urgents et système de télé compensation), répondant aux standards internationaux et mise en place en Cette action de modernisation des systèmes des paiements favorise davantage l inclusion financière au profit des ménages, notamment en permettant une application fluide du dispositif en la matière mis en place en décembre /12

6 2. Structure du secteur bancaire A fin 2014, le système bancaire se compose de vingt (20) banques dont six (6) banques publiques et quatorze (14) banques privées, filiales ou succursales de grandes banques internationales. Il comprend également neuf (9) établissements financiers dont six publics. Les indicateurs globaux montrent que le niveau de l intermédiation bancaire s améliore progressivement sous l angle du développement du réseau, du nombre des comptes, du niveau des dépôts collectés et des crédits distribués, bien qu il reste en deçà des niveaux atteints par certains pays méditerranéens voisins. Le rythme d implantation d agences des banques privées s accélère ces dernières années contribuant au développement de la concurrence, aussi bien au niveau de la collecte des ressources qu au niveau de la distribution de crédits et de l offre de services bancaires de base à la clientèle. Cependant, le potentiel en matière d inclusion financière demeure important, qu il s agisse de services bancaires de base à la clientèle ménages ou de distribution de crédits aux petites et moyennes entreprises. Cela signifie la portée de l inclusion financière pour le développement de l intermédiation bancaire en Algérie. L activité des banques en termes de collecté des ressources et de distribution de crédit progresse régulièrement, pendant que l activité de distribution de crédits des établissements financiers reste très faible. Une part importante des crédits octroyés par ces derniers le sont au titre des opérations de crédit-bail (85,9 % contre 78 % en 2013), alors qu ils ne sont pas autorisés à collecter les dépôts et à gérer les moyens de paiements. L année 2014 a enregistré une forte hausse des actifs des banques (16,5 % contre 6,8 % en 2013), alors que les actifs des établissements financiers sont en hausse plus modérée (7,4 % contre 9,2 % en 2013) et ne représentent que 0,6 % du total des actifs du secteur bancaire. Dans le total des actifs des banques, les banques publiques restent prédominantes avec une part relative de 86,8 % à fin 2014 contre 13,2 % pour les banques privées. La progression des actifs de ces 6/12

7 dernières est moins soutenue en 2014, aussi bien sous l angle de la distribution des crédits que de la mobilisation des ressources. Le ratio actifs bruts du secteur bancaire (banques et établissements financiers)/produit intérieur brut a atteint 69,6 % en 2014 contre 62,5 % en Le ratio actifs bruts du secteur bancaire (hors dépôts du secteur des hydrocarbures)/produit intérieur brut hors hydrocarbures a également progressé en 2014 à 89,9 % contre 84,8 % en L activité de collecte des ressources des banques auprès des résidents (dinars et devises) est en augmentation appréciable au rythme de 17,2 % en 2014 contre 7,6 % en 2013 et 7,5 % en Indicateur de pénétration du marché, le ratio dépôts hors hydrocarbures/produit intérieur brut hors hydrocarbures s établit à 66,5 % à fin 2014 contre 62,7 % à fin L activité de distribution de crédits des banques est aussi en forte hausse en 2014 (26,3 %), après les rythmes élevés enregistrés en 2013 (20,3 %) et 2012 (15,1 %). L activité de distribution de crédits (crédits aux résidents) des banques et établissements financiers, y compris les créances non performantes rachetées par le Trésor par émission de titres (titres non échus), représentent 55,4 % du produit intérieur brut hors hydrocarbures contre 48,9 % en Intermédiation bancaire et perspectives de financement de la croissance hors hydrocarbures En contexte d excès structurel de l épargne sur l investissement, la structure du financement des investissements en Algérie, pour les neuf dernières années, montre un niveau très élevé de l autofinancement (84 %) et ce, sous l effet principalement de l autofinancement des investissements de l Etat et de l entreprise nationale des hydrocarbures. Les investissements dans l économie nationale (hors secteur des hydrocarbures) ont aussi été fortement autofinancés, à hauteur de 59,7 % pour les neuf dernières années, pendant que l épargne 7/12

8 financière des entreprises privées et des ménages s est fortement accrue. En particulier, les années 2010 et 2011 ont enregistré une forte croissance de l autofinancement, à des rythmes de 71,4 % et 24,1 % respectivement, ce qui a certainement contribué à la reprise significative des investissements dans les secteurs hors hydrocarbures. Quant aux crédits bancaires internes à moyen et long termes, en progression appréciable durant les trois dernières années, leur part relative au financement des investissements dans les secteurs productifs hors hydrocarbures a atteint 45,2 % en 2014 contre 38,4 % en La part des crédits à moyen et long termes distribués au secteur de l énergie et de l eau à fin 2014 représente 47 % du total des crédits distribués aux entreprises contre 44 % en En particulier, la distribution des crédits à long terme à ces secteurs est très importante, soit 65 % du total des crédits à long terme distribués aux entreprises contre 63 % en Ces crédits à moyen et long termes alloués aux secteurs de l énergie et de l eau visent à accélérer le développement des investissements dans ces secteurs stratégiques, décidé par les pouvoirs publics, afin de répondre à la demande des entreprises productives et des ménages. Tiré par le dynamisme des crédits à moyen et long termes, les crédits à l économie ont enregistré un fort rythme de progression en 2013 (20,3 % contre 15,1 % en 2012) et 2014 (26,3 %). L amélioration des conditions de crédit conjuguée au dispositif de soutien de l Etat au titre des crédits aux PME qui a amélioré davantage leur accès au crédit bancaire à partir de 2011, est venu consolider les crédits au secteur privé dont le taux d accroissement moyen est de 19,4 % pour les treize dernières années ( ). En contexte de forte expansion des crédits à l économie au cours des deux dernières années, surtout en termes réels, le flux net de crédits distribués aux entreprises privées a plus porté sur les crédits à moyen et long termes distribués pour financer les investissements que sur les crédits d exploitation. Globalement et hors crédits rachetés par le Trésor, les crédits bancaires au secteur privé (entreprises privées et 8/12

9 ménages) atteignent un encours de 3120,1 milliards de dinars à fin 2014, en situation d augmentation de la part relative des crédits à moyen et long termes à 64,3 % contre 62,3 % à fin 2013 et 61,3 % à fin Le dynamisme des crédits bancaires à l économie, notamment au profit des entreprises privées, traduit clairement l amélioration de la structure et des conditions de financement (taux d intérêt et maturité), sous l effet des mesures prises par les pouvoirs publics (soutien financier) pour stimuler les crédits à moyen et long termes aux PME, notamment les mesures de facilitation de l accès des PME au crédit bancaire mises en œuvre en Six années après le début de la crise économique et financière internationale, l économie algérienne subit, à l instar des autres pays exportateurs de pétrole, la baisse drastique des prix du baril à partir du second semestre En dépit de la reprise de la croissance, estimée à 4 % en 2014 contre 2,8 % en Cela constitue une source de vulnérabilité pour la balance des paiements et les finances publiques. Après quatorze années d excédents, la balance des paiements extérieurs a enregistré un déficit en 2014, entraînant une baisse des réserves officielles de change dès le second semestre 2014, après une longue période d accumulation soutenue. Cependant, leur niveau reste adéquat, s établissant à plus de 30 mois d importations de biens et services à fin De même, compte tenu du niveau historiquement bas de la dette extérieure (3,735 milliards de dollars à fin décembre 2014), la position financière extérieure nette demeure solide à fin Cela devrait contribuer à atténuer l effet du choc externe en En outre, le très faible endettement en devises des entreprises du secteur des hydrocarbures et des banques contribue à limiter les conséquences financières du choc externe. Cependant, il est désormais nécessaire de maîtriser le niveau de l absorption afin de préserver la viabilité à terme de la balance des paiements. 9/12

10 L impact de la chute des prix du pétrole s est également traduit par une contraction de la capacité de financement du Trésor au cours de l année 2014, après plusieurs années consécutives d accumulation d épargnes budgétaires. Cependant, l élargissement du déficit budgétaire au cours de l année 2014, sous l effet du profil haussier des décaissements au titre des dépenses budgétaires, notamment d équipement, en contexte de baisse des recettes de la fiscalité pétrolière encaissée, n a pas contrarié l objectif de maîtrise de l inflation. En outre et en dépit de ce choc externe, l expansion des crédits à l économie s est poursuivie au cours de l année 2014 à un rythme élevé en termes réels, notamment en direction des entreprises privées, témoignant du dynamisme de l intermédiation financière et de la promotion de l inclusion financière en direction des PME. Ancré sur le caractère relativement stable des ressources des banques, en situation de persistance de l excès de liquidité sur le marché monétaire et des perspectives de réactivation du refinancement par la Banque d Algérie, le canal crédits bancaires reste potentiellement important en matière de financement de l investissement productif et du potentiel de croissance hors hydrocarbures. D où la portée d une intermédiation bancaire effective au profit d une croissance hors hydrocarbures de nature inclusive, dans l objectif d atteindre sur le moyen terme un ratio cible de crédits à l investissement et aux PME relativement au PIB hors hydrocarbures. Dans cet objectif, les banques devront diversifier leurs instruments de financement, tout en poursuivant de manière effective l amélioration de l analyse, de la mesure, du suivi et de la maîtrise des risques de crédit. Dans le même temps, et dans ce nouveau contexte marqué par le choc externe de nature durable qui pourrait rapidement affecter leurs ressources, les banques doivent développer leurs moyens d action à terme par la promotion de produits financiers attractifs, notamment en termes de rendements réels. 10/12

11 La réalisation du potentiel de croissance hors hydrocarbures devra être portée par des investissements productifs, notamment du secteur privé, en situation de poursuite du programme d investissements publics à un rythme approprié. Une amélioration soutenue du climat des affaires est nécessaire pour dynamiser la contribution du secteur privé à une croissance hors hydrocarbures forte et inclusive. Dans le nouveau contexte de gap entre épargne et investissement à partir de l année 2014, il est attendu une contribution soutenue des exportations nettes à l accélération de la croissance, à travers notamment la valorisation, à partir de l année 2015, de l important potentiel de diversification des exportations. En fonction de l évolution des fondamentaux, la Banque d Algérie poursuivra une politique de change favorisant la compétitivité externe et la stabilité. Après les mesures de soutien des exportations hors hydrocarbures prises en 2011, la Banque d Algérie prendra au cours de l année 2015 de nouvelles mesures pour développer le marché interbancaire des changes et promouvoir la couverture à terme par les banques de la place au profit des opérateurs. La réactivation des opérations sur le marché monétaire interbancaire, dans la perspective du retour des banques au refinancement auprès du prêteur en dernier ressort dès 2015, contribuera à cette dynamique. Dans le même temps, la politique monétaire conduite par la Banque d Algérie demeurera prudente pour contribuer à la bonne tenue de l absorption. L entrée en vigueur au quatrième trimestre 2014 du nouveau dispositif prudentiel, corrélativement à l orientation risques de la supervision, contribueront à mieux calibrer le canal crédit, car il importe de préserver la qualité des crédits. En outre, dans le cadre du développement des outils de contrôle et de supervision, un modèle de micro et macro stress testing, prenant en compte notamment les risques de crédit, de liquidité et de taux 11/12

12 d intérêt, est opérationnel depuis début 2015 au niveau de la Banque d Algérie. Le volet macro prudentiel de ce modèle est particulièrement pertinent dans ce contexte de choc externe de grande ampleur. La mise en place de la nouvelle centrale des risques avant fin 2015 constituera un autre outil d aide à la gestion des risques qui vise à renforcer la stabilité du secteur bancaire en Algérie. La préservation de la stabilité et de la solidité du système bancaire demeure une priorité. Dans la perspective du développement du marché financier, la mobilisation par les banques des ressources d épargne intérieure revêt une importance particulière. En la matière, et afin de mieux asseoir la résilience de l économie algérienne aux chocs externes, le développement de l épargne financière à terme par les banques reste potentiellement important et doit être le socle du nouveau schéma de financement de la croissance hors hydrocarbures. Le développement des secteurs productifs hors hydrocarbures, notamment l activité des PME, nécessite désormais des fonds prêtables plus conséquents au profit de l investissement. Dans le cadre de la nécessaire diversification économique, cela contribuera au développement du potentiel en matière d exportations hors hydrocarbures. 12/12

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie Par Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Octobre 2010 1/16 Après deux décennies d efforts d investissements, financés principalement

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Indépendance des banques centrales et prévention/gestion des crises : expérience algérienne. Par. Mohammed Laksaci

Indépendance des banques centrales et prévention/gestion des crises : expérience algérienne. Par. Mohammed Laksaci Indépendance des banques centrales et prévention/gestion des crises : expérience algérienne Par Mohammed Laksaci Communication au Symposium des Gouverneurs des Banques Centrales Africaines 38 ème réunion

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE Après la période de stabilisation et d ajustement (1991 et 1994-1998), l'évolution macroéconomique depuis le début des années 2000 a été marquée par un excès de liquidité

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale

Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale 1. De la stabilité macro financière Les performances économiques enregistrées

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE L'évolution macroéconomique au cours des années 2000 à 2010 a été marquée par un excès structurel de l'épargne sur l'investissement, même si l année 2009 a enregistré

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITE DU SYSTEME BANCAIRE ALGERIEN 2009-2011

RAPPORT SUR LA STABILITE DU SYSTEME BANCAIRE ALGERIEN 2009-2011 RAPPORT SUR LA STABILITE DU SYSTEME BANCAIRE ALGERIEN 2009-2011 Juin 2013 1 2 SYNTHESE La crise financière internationale qui a débuté aux Etats-Unis, puis s est étendue au monde entier, a affecté l économie

Plus en détail

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------------------------- Un Peuple-Un But-Une Foi ------------------------------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN -------------------------------------

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique ces dernières années, à en juger par la solidité marquée de sa position

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie est

Plus en détail

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii A partir des années 1980, la recherche de la BRI montre que la dynamique financière est radicalement

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2014 Page 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques FMI 21 mars 2012 1 Plan de l exposé 1. Cadre budgétaire:

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit?

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit? Rapport de la cour des comptes sur la dette publique Un premier pas vers l audit? Bibliothèque nationale Rabat 18 avril 2014 Mimoun Rahmani Remarques préliminaires Il s agit d un rapport de contrôle de

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette (OT 13.33) Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE Conséquence directe de la profonde crise qui a lourdement affecté le système financier international durant la période 2007-2009, l environnement réglementaire

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Le Financement Du Secteur Privé : Pour Une Meilleure Contribution Du Secteur Privé

Le Financement Du Secteur Privé : Pour Une Meilleure Contribution Du Secteur Privé Le Financement Du Secteur Privé : Pour Une Meilleure Contribution Du Secteur Privé Mr Abderrahim Bouazza Directeur de la Supervision Bancaire Bank Al-Maghrib Rabat, le 19 octobre 2010 Plan 1ère partie

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail