Distribution du logement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Distribution du logement"

Transcription

1 FICHE TECHNIQUE Distribution du logement CONNAÎTRE > Agencement des pièces > Fonctions des cloisonnements > Types de cloisons > Qualités acoustiques des cloisons et des portes > Pièces sèches ou humides REGARDER > Fissures > Transmissions de bruits > Humidité ENTRETENIR > Traiter les fissurés > Traiter l humidité > Intégrer les réseaux électriques > Accrocher une charge à une cloison AMÉLIORER > Modifier un cloisonnement > Créer une mezzanine > Relier deux étages Le logement s organise en pièces principales (séjour, chambres) et pièces de service (salle de bains, WC, ). La distribution de ces pièces dans le logement a beaucoup évolué dans le temps : elle s est adaptée aux modes de vie et aux nouveaux besoins. Les pièces principales doivent être éclairées naturellement. Les cloisons et murs délimitent les pièces et les zones de circulation : entrée, couloir. Les planchers jouent le même rôle vis-à-vis des étages. Au fil du temps, la structure des bâtiments anciens, notamment en bois, peut se déformer. Ceci peut occasionner des reports de charges sur des cloisons qui peuvent alors se trouver supporter une partie des charges des étages supérieurs. La modification de ces cloisons doit être conduite avec prudence pour ne pas mettre le bâtiment en péril

2 CONNAÎTRE Plan de logement des années 1930 AGENCEMENT DES PIÈCES Les logements s organisent en pièces principales (séjour, chambres, ), pièces de service (cuisine, wc, salles de bains, ), circulations ou dégagements (couloirs, entrée, ), en rangements (placards, dressing, ), pièces annexes (garages, caves, celliers, ). Ces volumes sont délimités par les murs et les cloisons du logement. La hauteur du plafond peut ne pas être constante dans tout le logement. Des variations résultent de la géométrie des pièces, de raisons techniques ou de choix des occupants pour créer des ambiances particulières. Un espace intérieur du logement dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 m n est pas considéré comme habitable. La plupart des logements courants actuellement construits ont une hauteur sous plafond de 2,40 m à 2,70 m. Pièces commandées Les logements ont longtemps été constitués d une pièce unique ou de pièces commandées les unes par les autres. Dans ces logements, le passage d une pièce à l autre se fait le long de la façade grâce à une succession de portes en enfilade. Eclairage des pièces Les pièces principales des logements doivent donner sur l extérieur et apporter un éclairage naturel suffisant. Toutefois, la réglementation admet que certaines pièces puissent être éclairées en second jour, en ayant un ouvrant donnant sur un volume vitré donnant lui-même à l air libre. Eclairage de second jour Séparation jour nuit La séparation des chambres et du séjour a conduit à définir une organisation du logement bien adaptée au mode de vie courant. L évolution des activités et du temps passé dans les logements transforme l utilisation des chambres. La séparation jour nuit s estompe. Les logements, et surtout les chambres, sont maintenant équipés de rangements. Les placards, autrefois appelés armoires sans fond, peuvent contribuer à renforcer l isolation acoustique entre deux pièces, et particulièrement entre une chambre et un séjour ou une pièce de service. Plan de logement des années 2000 Superposition des pièces Pour simplifier la conception et la réalisation des réseaux de plomberie, notamment les chutes d eau usée, il est plus rationnel de regrouper les pièces d eau (cuisine, salles de bains, toilettes) autours de colonnes verticales de distribution et d évacuation. Pour éviter des gênes dues au bruit, il est recommandé d éviter de superposer des cuisines et des chambres

3 Zone d évolution d un fauteuil roulant Diamètre 1,5 m Accueil d une personne à mobilité réduite Certains cloisonnements peuvent rendre difficile l usage du logement à une personne en fauteuil roulant. Pour pouvoir se déplacer, les personnes utilisant un fauteuil roulant ont besoin d espaces de circulation de 80 cm de large minimum. Les passages de 90 cm et les portes de cette largeur sont préférables. Pour pouvoir tourner, il faut au minimum une surface d évolution de 1,50 m de diamètre. L ouverture d une cuisine directement sur le séjour, des portes vitrées peuvent faciliter la vie des personnes malentendantes. Des rambardes placées le long des cloisons, des portes coulissantes facilitent les déplacements dans le logement des personnes mal voyantes ou ayant des difficultés à marcher. Nez de marche Giron Marche Contre-marche Emmarchement FONCTIONS DES CLOISONNEMENTS Cloisons de distribution, cloisons séparatives Les cloisons à l intérieur du logement ont pour fonction principale de délimiter les espaces au sein du logement : on parle de cloisons de distribution. Des cloisons peuvent également servir de séparationentre logements ou entre logements et parties communes : on parle alors de cloisons séparatives. Vocabulaire de l escalier Fonction structurale éventuelle Les cloisons reposent en général sur les planchers et n interviennent en principe pas dans la stabilité du bâtiment. Cependant, dans les bâtiments anciens dont les planchers en bois ont fléchi, une partie des efforts peut être transmise à la cloison, qui joue alors un rôle dans la stabilité de la structure. Le percement ou la suppression de telles cloisons peut ainsi mettre en péril l équilibre de la structure. Aussi, est-il important de bien analyser avant travaux le rôle des cloisons qu il est envisagé de transformer. Ce diagnostic sera mené par un professionnel du bâtiment. Escalier intérieur Couloirs et escaliers intérieurs Les couloirs sont des espaces de circulation horizontaux permettant d aller d une pièce à l autre. Les escaliers peuvent être droits, à marches tournantes ou à vis. Le choix dépend de la place disponible, de critères esthétiques et du budget. Dans un escalier, les marches doivent respecter la foulée moyenne d un adulte. Cette foulée, faite de deux hauteurs de marche et d une profondeur de marche (appelée giron), doit être comprise entre 60 et 64 cm. La hauteur des marches est comprise entre 17 et 21 cm. La largeur des marches (appelée emmarchement) doit être supérieur à 70 cm, voire 80 cm si possible

4 Cloisons maçonnées Cloisons alvéolées Panneau constitué de deux plaques de plâtre cartonnées collées sur une structure en carton Clavette de jonction entre panneaux Cloison sur ossature Ossature en métal fixée entre sol et plafond TYPES DE CLOISONS Les cloisons ont longtemps été constituées d une structure en bois, garnie d un remplissage (de la terre, des plâtras, mélange de plâtre et de déchets de matériaux de construction, du mâchefer,...) et enduites des deux côtés à l aide de plâtre. L invention des briques creuses au début du XIX e siècle, a permis d élaborer une brique légère de cloisonnement : la brique plâtrière. La cloison est maçonnée et recouverte sur ses deux faces d un enduit à base de plâtre. Les blocs en béton cellulaire sont légers et permettent de réaliser des cloisons maçonnées bien adaptées au cas où le plancher ne peut supporter de lourdes charges. L assemblage des blocs et la finition des surfaces se font à l aide de produits spécialement adaptés à ce matériau. De nouvelles techniques sont apparues en France après la seconde guerre mondiale : le carreau de plâtre permet de monter rapidement des cloisons d aspect relativement fini. De plus grande dimension que la brique, les carreaux présentent des rainures qui facilitent le montage. Les carreaux sont assemblés par une colle à base de plâtre. Il existe des carreaux de plâtre hydrofugés, adaptés au cloisonnement des pièces humides. Le principal défaut de la cloison en carreaux de plâtre est dû à sa relative légèreté et à sa rigidité. Elle se comporte du point de vue acoustique comme une membrane qui vibre facilement aux fréquences de la voix humaine qu elle transmet ainsi entre les pièces qu elle délimite ; la plaque de plâtre est constituée d une couche de plâtre d environ 10 mm d épaisseur disposée entre deux couches de papier cartonné. Les cloisons faites de deux plaques de plâtre et d une âme cartonnée, appelées cloisons alvéolées, sont encore très largement utilisées malgré leur poids et leurs faibles performances acoustiques. Ces cloisons sont destinées à disparaître à terme au profit des cloisons sur ossature, constituées de deux plaques de plâtre vissées sur un support constitué de profilés en acier galvanisé. La mise en œuvre de ces cloisons est plus facile que celle des cloisons alvéolées car les plaques sont posées séparément sur chaque face. Ce principe constructif assure une bonne performance acoustique à ces cloisons. Ces performances peuvent être améliorées en plaçant un matériau absorbant entre les deux plaques. On peut encore renforcer l isolation acoustique en posant des plaques supplémentaires en surépaisseur. Guidage des panneaux Les plaques de plâtre sont vissées sur la structure Les plaques de plâtre sont vissées sur la structure ossature en métal fixée entre sol et plafond. QUALITÉS ACOUSTIQUES DES CLOISONS ET DES PORTES En faisant écran à leur propagation, les cloisons atténuent naturellement la transmission des sons. Cette caractéristique acoustique est mesurée en décibel (noté db). A l intérieur du logement, il n y a pas de règle concernant les exigences de performances acoustiques. Cependant, le fait - 4 -

5 d installer une cloison présentant une bonne atténuation acoustique contribue à améliorer le confort du logement. Généralement construites en matériaux légers, les portes de communication intérieures au logement sont les points faibles acoustiques des cloisons entre pièces. le décibel Un son plus ou moins fort traduit le fait que les vibrations de l air sont plus ou moins importantes. Le décibel (noté db), exprime cette importance relative des vibrations perçues par l oreille. En choisissant un niveau de référence, on est alors capable d exprimer le niveau de n importe quel son par rapport à ce niveau de référence. La référence choisie par les spécialistes est le niveau le plus faible que les humains entendent (0 db). Le seuil de douleur sur l échelle des décibels est 130 db. PIÈCES SÈCHES OU HUMIDES La plupart des matériaux utilisés pour réaliser les cloisons craignent l humidité. Pour les pièces humides, en particulier les salles de bains, des matériaux hydrofuges doivent être choisis. Par ailleurs, des précautions particulières doivent être prises lors de la mise en œuvre : par exemple pose d une bande d étanchéité en pied de cloison, sous-couche étanche sur les parois destinées à être carrelées. REGARDER FISSURES Les fissures de cloisons sont souvent le signe de mouvements dans la structure du bâtiment. Les petites fissures des plafonds résultent en général de déformations (flèches) des poutres qui composent le plancher. Ces mouvements peuvent être faibles et sans conséquence pour l ensemble du bâtiment ou liés à des problèmes plus graves. C est pourquoi, il faut d abord rechercher la cause des fissures en faisant un diagnostic avant d envisager un éventuel traitement destiné à faire disparaître la fissuration. TRANSMISSIONS DE BRUITS Les bruits intérieurs gênants peuvent venir du logement, des logements voisins ou des parties communes. En cas de gêne acoustique, il est indispensable de reconnaître l origine du bruit, ainsi que son parcours. Les solutions d amélioration consistent à diminuer le niveau de bruit soit à son origine, soit sur son parcours. Le recours à un spécialiste est recommandé. Les résultats d amélioration dépendent des travaux qu il est possible de réaliser tant du point de vue technique qu économique et de la sensibilité auditive des occupants. HUMIDITÉ L humidité dans le logement a deux origines principales : la vapeur d eau dégagée par l occupation du logement et les infiltrations d eau. La vapeur d eau produite dans les logements est normalement évacuée par - 5 -

6 le système de ventilation. Une partie de la vapeur d eau peut néanmoins se condenser, ce qui crée des conditions favorables à l apparition de moisissures néfastes à la santé des occupants. Les infiltrations d eau peuvent provenir de défauts des ouvrages (couverture défectueuse, enduits extérieurs fissurés, ) ou d une fuite (canalisation). L eau du sol peut également remonter dans les murs par capillarité. Les remèdes sont adaptés à chaque situation, mais la démarche est constante : identifier la cause, arrêter l arrivée d eau, ventiler pour bien sécher. ENTRETENIR TRAITER LES FISSURES Le traitement des fissures débute par un diagnostic qui détermine leurs origines. Les travaux de réparation des fissures proprement dits ne seront engagés qu après en avoir supprimé les causes (défaut de la structure, humidité, ). Lorsqu il s agit de fissures stabilisées, non liées à une cause grave, le traitement consiste à les ouvrir largement pour éliminer les parties d enduit qui ont perdu leur cohésion et à les reboucher. TRAITER L HUMIDITÉ Dégâts des eaux Les dégâts des eaux peuvent avoir des origines très variées : débordement d appareils sanitaires, fuites, ruissellements dus à des joints en mauvais état entre les appareils sanitaires et la paroi,... Une fois la cause identifiée et supprimée, la remise en état de la cloison nécessite son séchage complet, ce qui peut durer plusieurs semaines. Peinture écaillée suite à dégât des eaux Condensation L aération des pièces et le maintien d une température suffisamment élevée sont nécessaires pour limiter la condensation sur les parois des pièces, notamment des salles de bains et des cuisines. Dans ces pièces, les revêtements (peintures, revêtements plastiques ou carrelages) doivent par ailleurs être choisis pour éviter la pénétration de la vapeur d eau ou de l eau dans la paroi. Remontées capillaires Les remontées capillaires se manifestent généralement à la base des murs périphériques mais peuvent s observer également sur les murs intérieurs du logement, notamment sur les refends (murs intérieurs porteurs). L éventail des solutions généralement mises en œuvre pour traiter les remontées capillaires sur les murs extérieurs se trouve ici limité par les contraintes liées à l occupation des lieux. Il convient de faire appel à un professionnel pour la recherche d une solution adaptée. INTÉGRER LES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES Les réseaux électriques peuvent être placés sous plinthe le long des cloisons ou encastrés dans celles-ci. Les règles à appliquer sont indiquées dans la norme NF C , norme que doit respecter toute installation électrique neuve et toute partie neuve d une installation existante. La pose par saignée dans les - 6 -

7 cloisons existantes en briques creuses à une seule alvéole est interdite. Dans les autres cloisons, l emploi de coudes ou de tés est interdit et les conduits à employer dépendent de la nature et de l épaisseur de la cloison. ACCROCHER UNE CHARGE À UNE CLOISON L accrochage des charges lourdes sur une cloison nécessite des fixations adaptées. Cela implique de connaître la nature de la cloison. Il faut vérifier si la cloison est pleine ou creuse et trouver la nature du matériau présent en perçant un trou. En règle générale, les cloisons ne sont pas conçues pour supporter de fortes charges. Au-delà de 20 à 25 kg, des précautions s imposent, notamment l utilisation, en nombre suffisant, de chevilles adaptées. Pour suspendre des charges lourdes à des cloisons sur ossature, comme des appareils sanitaires, il est impératif d utiliser des bâti-supports adaptés aux appareils et à ce type de cloison. AMÉLIORER MODIFIER UN CLOISONNEMENT La transformation de l intérieur d un logement peut amener à supprimer ou à créer des cloisons. Cette opération nécessite d abord de vérifier que les parois à supprimer n ont pas de rôle structural et que le plancher est apte à recevoir le poids des nouvelles cloisons. Un tel projet doit être étudié par un professionnel qui en analysera tous les aspects. En revanche, lorsqu il s agit de séparer un appartement en deux logements, il faut créer des cloisons séparatives. Elles doivent assurer un isolement acoustique élevé. On utilise fréquemment les cloisons sur ossature métallique (généralement à double ossature) qui offrent les performances requises pour un poids modéré. CRÉER UNE MEZZANINE Dans les pièces de plus de 4 m de haut, il est possible de créer une mezzanine. Le poids du plancher de la mezzanine est supporté soit uniquement par les murs, soit également par le plancher de la pièce

8 RELIER DEUX ÉTAGES Lorsqu on veut relier deux étages, il faut pouvoir créer une trémie, espace réservé dans un plancher pour permettre l installation d un escalier. Cette intervention sur la structure du bâtiment nécessite une étude qui, comme la réalisation de l ouvrage, doit être confiée à des professionnels. Garde-corps de palier ADRESSES UTILES > Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement (CAUE) du département, RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES > Norme NF P : Dimensions des garde-corps - Règles de sécurité relatives aux dimensions des garde-corps et rampes d escalier > Anah Tél. : (0,15 /mn) Conception et réalisation : DDB

Façades en pan de bois ou à ossature métallique

Façades en pan de bois ou à ossature métallique FICHE TECHNIQUE Façades en pan de bois ou à ossature métallique 2 4 5 CONNAÎTRE > L ossature > Le remplissage des murs de façades > Le remplissage des murs et cloisons intérieurs REGARDER > Reconnaître

Plus en détail

Règles de réalisation des installations électriques

Règles de réalisation des installations électriques Page : 1 sur 6 électriques 1. Montage apparent Ce mode de pose est souvent utilisé lorsque l installation est faite après la construction ou dans le cas d une rénovation de l installation. Il permet un

Plus en détail

Aménagement des combles

Aménagement des combles FICHE TECHNIQUE Aménagement des combles 2 2 DESCRIPTION, FONCTIONS DES COMBLES LE PROJET D AMÉNAGEMENT DES COMBLES > Autorisations administratives > Type de charpente > Plancher > Accessibilité > Isolation

Plus en détail

Aménagement. des combles. Fiche technique

Aménagement. des combles. Fiche technique Fiche technique Aménagement des combles 2 2 8 Description, fonctions des combles Le projet d aménagement des combles Autorisations administratives Type de charpente Plancher Accessibilité Isolation thermique

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Fiche technique. Portes intérieures

Fiche technique. Portes intérieures Fiche technique Portes intérieures 2 5 6 8 Connaître Fonctions des portes intérieures Composition des portes intérieures Type de portes intérieures Matériaux utilisés Performances des menuiseries Regarder

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION. ACOUBAT Dédié GROSFILLEX

NOTICE D UTILISATION. ACOUBAT Dédié GROSFILLEX NOTICE D UTILISATION ACOUBAT Dédié GROSFILLEX ACOUBAT Cette version est une version «dédiée».elle est verrouillée sur 3 projets. 2 Locaux : 4 Locaux Salle de classe Elle permet de faire le calcul de l

Plus en détail

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste oau pied du MUR La maison ancienne Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste Groupe Eyrolles, 2003-2006 Groupe Eyrolles, 2012, pour la nouvelle

Plus en détail

Les Solutions techniques

Les Solutions techniques L approche acoustique Un problème délicat : identifier la demande, faire l inventaire et qualifier les sources de nuisance des interventions complexes un choix limité de techniques en réhabilitation la

Plus en détail

Ma bulle de Bien-être. 4 plaques dans l air du temps PRÉGYDRO PRÉGYWAB. PRÉGYPLAC db PRÉGYPLAC AIR

Ma bulle de Bien-être. 4 plaques dans l air du temps PRÉGYDRO PRÉGYWAB. PRÉGYPLAC db PRÉGYPLAC AIR Ma bulle de Bien-être 4 plaques dans l air du temps PRÉGYWAB PRÉGYDRO PRÉGYPLAC AIR PRÉGYPLAC db PRéGY 4 plaques dans l air du temps Ma bulle de Bien-être L exclusivité Siniat L avant-gardiste Nous passons

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement ISOLATION DE L ENVELOPPE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la présentation Attirer l attention sur

Plus en détail

CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL DT2. FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT3

CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL DT2. FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT3 DOSSIER TECHNIQUE CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT2 DT3 RESSOURCES (Cloison sur ossature métallique, acoustique ) DT4 Contexte

Plus en détail

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 :

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 : Composition du mur de Façade Mise en œuvre 1. Avant les années 40 : Les murs de façade étaient constitués d éléments maçonnés en contact direct les uns avec les autre et recevaient un enduit extérieur

Plus en détail

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON 1 PREMIÈRE PRISE DE CONNAISSANCE DE LA MAISON La maison est-elle bien raccordée au réseau d assainissement? Si

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU TM GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU CMJN : 0/0/0/60 www.thermart.eu 1 SOMMAIRE INSTALLATION PAR COLLAGE 3 RECOMMANDATION GÉNÉRALE 4 PRÉPARATION DU SUPPORT 4 DÉTERMINER LA

Plus en détail

Maison n 2: Haret Essoura

Maison n 2: Haret Essoura Maison n 2: Haret Essoura Équipe: structure et équipement État des lieux Adresse: Hart soura, derb Derkaoua, n 5, Marrakech Ancienne Zaouia, avec coupole Conception de la maison Accessibilité difficile

Plus en détail

Plafonds chauffants. Le confort thermique par le plafond. Plafond chauffant Placowatt PRP

Plafonds chauffants. Le confort thermique par le plafond. Plafond chauffant Placowatt PRP Plafonds chauffants Novembre 2004 Code : F3830 Le confort thermique par le plafond Plafond chauffant Placowatt PRP Vous voulez : maintenir une température confortable dans une pièce, refaire le système

Plus en détail

PLÂTRES ISOLATION INNOVATION POUR UN HABITAT PLUS SAIN 4 PLAQUES DE PLÂTRE DANS L AIR DU TEMPS. Dossier de Presse - Juin 2011. signées Lafarge Plâtres

PLÂTRES ISOLATION INNOVATION POUR UN HABITAT PLUS SAIN 4 PLAQUES DE PLÂTRE DANS L AIR DU TEMPS. Dossier de Presse - Juin 2011. signées Lafarge Plâtres PLÂTRES ISOLATION Dossier de Presse - Juin 2011 INNOVATION POUR UN HABITAT PLUS SAIN 4 PLAQUES DE PLÂTRE DANS L AIR DU TEMPS signées Lafarge Plâtres Réaménagement d'espace, création d'un plafond, aménagement

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme.

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme. LES PLANCHERS Introduction - Charges supportées par les planchers -Poids propre -Revêtement -Cloisons -Exploitation Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

Confort thermique FICHE TECHNIQUE

Confort thermique FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Confort thermique 2 4 6 CONNAÎTRE > Qu est-ce que le confort thermique? > Les paramètres du confort thermique > Créer les conditions du confort thermique REGARDER > Isolation des parois

Plus en détail

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE*

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* BIEN CHOISIR SON PRODUIT : 1 ) Composition d un bloc-porte : Un bloc-porte est composé d une porte (1) associée à une huisserie (ou dormant ou cadre (2)). 2 )

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Schluter -KERDI-LINE Élégant drain linéaire encastré

Schluter -KERDI-LINE Élégant drain linéaire encastré Schluter -KERDI-LINE Élégant drain linéaire encastré Une Oasis dans le confort de votre foyer S installe le long d un mur ou de façon centrée Permet un raccordement simple et étanche au drain S harmonise

Plus en détail

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs RAPPORT D ETUDE Référence projet: 04-001-B N de document: 04-001-rp02 Diagnostic DOREAN Date: 20-01-2005 Nombre de page: 8 Annexe(s): 0 04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

5.- Fiche «chapistes» Les sols flottants maçon, carreleur, parqueteur

5.- Fiche «chapistes» Les sols flottants maçon, carreleur, parqueteur 1.- Fiche «chapistes» Les sols flottants maçon, carreleur, parqueteur.1.- Grands principes communs aux sols flottants Les sols flottants sont constitués d éléments rigides (chape en béton, parquet, carrelage)

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE D APPARTEMENT

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE D APPARTEMENT CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE D APPARTEMENT CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE D APPARTEMENT Vous avez rendez-vous avec une agence ou avec le propriétaire pour une visite d appartement à vendre

Plus en détail

thermique (m².k/w) Nombre de panneaux / palette Nombre de Résistance m²/ palette Epaisseur totale (panneau + 2 parements) Plaque standard

thermique (m².k/w) Nombre de panneaux / palette Nombre de Résistance m²/ palette Epaisseur totale (panneau + 2 parements) Plaque standard Panneau sandwich en laine de roche mono densité et plaques de plâtre standard ou hydrofugé. le + produit : des performances acoustiques testées en laboratoire. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Performances

Plus en détail

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations...

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations... CONSTRUIRE EN BÉTON CELLULAIRE 1. Le béton cellulaire et son environnement Présentation du béton cellulaire.............................................................. 14 Historique......................................................................................

Plus en détail

Isolation murs maisons à ossature bois:

Isolation murs maisons à ossature bois: Isolation murs maisons à ossature bois: La mise en œuvre consiste à poser l isolant Magripol entre une ossature bois sur laquelle sera fixé un parement en plaque de plâtre ou en bois. Prescriptions de

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Fiche pratique Handicap moteur Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Profiter de son logement - accéder - cheminer - voir - utiliser les équipements Faire sa toilette -

Plus en détail

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande.

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande. Avril 0 Introduction La mise sur le marché d une plaque de Fermacell avec Liège répond à une demande croissante d isolation des murs extérieurs par l intérieur avec des produits durables et écologiques.

Plus en détail

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande.

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande. Avril 0 Introduction La mise sur le marché d une plaque de Fermacell avec Liège répond à une demande croissante d isolation des murs extérieurs par l intérieur avec des produits durables et écologiques.

Plus en détail

Couvertures métalliques

Couvertures métalliques FICHE TECHNIQUE Couvertures métalliques 2 4 5 CONNAÎTRE > Les métaux utilisés > Compatibilité des matériaux > Mise en œuvre > Supports > Ventilation REGARDER > L état de la couverture > L état des supports

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE DES MATÉRIAUX Sophie MERSCH, Ir arch. CENTRE URBAIN 25 avril 2013 Formation mise en œuvre par le Centre

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

documentation g e n e r a l e

documentation g e n e r a l e documentation g e n e r a l e D O C U M E N T A T I O N GENERALE protection incendie passive FLOCAGES CALFEUTREMENTS CF MACONNERIE CF CAROTTAGES JOINTS CF CTP / VTP PORTES CF Cheminement Technique Protégé

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

15h20 16h20 Le confort acoustique des constructions bois Van Damme M.

15h20 16h20 Le confort acoustique des constructions bois Van Damme M. 15h20 16h20 Le confort acoustique des constructions bois Van Damme M. Plan de l exposé Confort acoustique des constructions multifamiliales en bois en Belgique : Exigences & évaluation des systèmes Habitations

Plus en détail

Réussir l assemblage des meubles

Réussir l assemblage des meubles Réussir l assemblage des meubles Assemblages en ligne Systèmes d accrochage de meuble LES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Les différents types d assemblage Les assemblages en angle ou en croix permettent

Plus en détail

Vous présente. Projet d aménagement d une maison existante sur BRUGES

Vous présente. Projet d aménagement d une maison existante sur BRUGES Vous présente Projet d aménagement d une maison existante sur BRUGES Propriété de : SARL PI Consultant 33 rue Andrée Descoubes 33520 BRUGES N siret 80820539700017, RCS de Bordeaux Tel : 06/11/20/13/82

Plus en détail

Façades. Cette fiche est à compléter avec l entreprise qui sera chargé de réaliser les travaux.

Façades. Cette fiche est à compléter avec l entreprise qui sera chargé de réaliser les travaux. Façades Enjeux : L isolation des murs est un moyen important de diminuer les consommations d énergie. Afin de garder l inertie des parois lourdes anciennes, il est plus pertinent d isoler les murs par

Plus en détail

Danielle Brusson. Rénovation. intérieuredeaàz. Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1

Danielle Brusson. Rénovation. intérieuredeaàz. Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1 Danielle Brusson Rénovation intérieuredeaàz C o n c e p t i o n - R é a l i s a t i o n - A m é n a g e m e n t - E n t r e t i e n Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1 La cloison montée en plaques

Plus en détail

TWIDO T3-51W PRÉ REQUIS POUR L INSTALLATION

TWIDO T3-51W PRÉ REQUIS POUR L INSTALLATION TWIDO T3-51W PRÉ REQUIS POUR L INSTALLATION Objet du document : Ce document permet de positionner les connexions nécessaires avant l installation d un Twido modèle T3-51W. Document de référence : - Manuel

Plus en détail

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE!

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! SUPER RAPIDE FACILE EFFICACE SUPER RAPIDE & FACILE Forer, injecter et ça y est RESPECTE LA NATURE Sans solvants, non-toxique & inodore PROPRE Aucun risque de perte de

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

Cloisons de distribution Caroplatre

Cloisons de distribution Caroplatre 04 Cloisons de distribution en carreaux de plâtre Cloisons de distribution Caroplatre Description Les carreaux de plâtre Caroplatre sont des éléments en plâtre 100% naturel fabriqués en usine. Leur coloration

Plus en détail

Guide Pratique. Construction d une cheminée. 2 e ÉDITION. Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques

Guide Pratique. Construction d une cheminée. 2 e ÉDITION. Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques Guide Pratique Construction d une cheminée Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques En application des normes NF DTU 24.1 et 24.2 2 e ÉDITION SOMMAIRE Définition de l

Plus en détail

INTRO. Comment poser une porte à galandage? NIVEAU DE DIFFICULTÉ MATÉRIAUX NÉCESSAIRES CAISSE À OUTILS

INTRO. Comment poser une porte à galandage? NIVEAU DE DIFFICULTÉ MATÉRIAUX NÉCESSAIRES CAISSE À OUTILS Comment poser une porte à galandage? NIVEAU DE DIFFICULTÉ DÉBUTANT CONFIRMÉ EXPERT CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES Un fi l à plomb Un niveau à bulle Un cordeau traceur Une équerre de maçon Un mètre

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1) Chap. 5 0 CLAUSES COMMUNES 1) Sommaire Chap. 1 Clauses générales pour opérations tous corps d état 1/1 Spécifications et prescriptions

Plus en détail

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE CONTENU 1. APPLICATIONS 03 2. TECHNIQUE DE POSE 04 2.1. GENERALITES 2.1.1. IMPERMÉABILITÉ À L EAU ET À L AIR 04 2.1.2. RESPECT DE LAME D AIR 04 2.1.3. L ÉCRASEMENT

Plus en détail

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010 Lecture de plan bâtiment Mai 2010 Représentation des volumes Du volume au plan... Plusieurs vues sont nécessaires pour comprendre et représenter une construction! Introduction La lecture de plan de bâtiment,

Plus en détail

Accessibilité d'un bâtiment d habitation collectif neuf

Accessibilité d'un bâtiment d habitation collectif neuf Accessibilité d'un bâtiment d habitation collectif neuf Points examinés R = 1. Généralités L opération de construction entre dans la définition des bâtiments d habitation collectifs ("oui" aux 2 critères

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne

Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-12209-1 III Les travaux d aménagement / Créer un escalier intérieur Créer un escalier intérieur H 1,80

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE. 79 Avenue du bon repos (83700 SAINT-RAPHAËL) S.C.C.V. ROYAL PALM

NOTICE DESCRIPTIVE. 79 Avenue du bon repos (83700 SAINT-RAPHAËL) S.C.C.V. ROYAL PALM NOTICE DESCRIPTIVE 79 Avenue du bon repos (83700 SAINT-RAPHAËL) S.C.C.V. ROYAL PALM NOTICE DESCRIPTIVE Résidence ROYAL PALM PERMIS DE CONSTRUIRE ET ARCHITECTURE : L Architecture a été réalisée par le Cabinet

Plus en détail

La nouvelle génération de salle de bain

La nouvelle génération de salle de bain La nouvelle génération de salle de bain Souplesse de conception Les anciennes salles de bain laissent aujourd hui place à des pièces on ne peut plus élégantes. En effet, les salles de bain présentent maintenant

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

BÂTI-SUPPORT QFx AUTOPORTANT

BÂTI-SUPPORT QFx AUTOPORTANT 1 BÂTI-SUPPORT QFx AUTOPORTANT N 154712 20 FRACTIONNABLE POUR CUVETTE SUSPENDUE - PRESENTATION Présentation générale / plan de montage Réglage rapide Tube de commande Tunnel de service Pattes d'appui mural

Plus en détail

Extension d'une maison. Madame et Monsieur BLOT 16, rue du pays de Cocagne 31590 VERFEIL. Cahier des Clauses Techniques Particulières INTERIEURS

Extension d'une maison. Madame et Monsieur BLOT 16, rue du pays de Cocagne 31590 VERFEIL. Cahier des Clauses Techniques Particulières INTERIEURS Madame et Monsieur BLOT 16, rue du pays de Cocagne 31590 VERFEIL Cahier des Clauses Techniques Particulières INTERIEURS INTERIEURS SOMMAIRE DESCRIPTIF : PLATRERIE... 3 Démolition... 3 Plafond horizontal

Plus en détail

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE Annexe 1 Page 1 1. FINALITES DE L UNITE DE FORMATION 1.1. FINALITES GENERALES Dans le respect de l article 7 du décret de la Communauté française du 16 avril 1991 organisant l enseignement de promotion

Plus en détail

Rénovation Studio 16m2

Rénovation Studio 16m2 Rénovation Studio 16m2 Jeandé Marie-Aude : mjeande@hotmail.fr 34 bis Rue des écoles 93300 Aubervillers 06 65 02 47 54 Pièce(s) Prestations fournitures inclues par le prestataires sauf indication Prix Prix

Plus en détail

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES Ecole de MIRANGO I Vincent DAVID Le 21 décembre 2010 Table des matières 1- Les outils d accessibilité principalement utilisés 1-1 Les rampes d accès

Plus en détail

3 Les cloisons Metal Stud

3 Les cloisons Metal Stud 3 Les cloisons Cloisons non portantes sur ossature métallique Les cloisons de Gyproc sont des cloisons légères et non portantes qui se montent à même le chantier. Elles sont constituées d une ossature

Plus en détail

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS HALLE DES SPORTS EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS LOT N 07 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SERRURERIE 1 VRD

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Rénovation Plancher d étage Marseille 5eme

Rénovation Plancher d étage Marseille 5eme Rénovation Plancher d étage Marseille 5eme Objet des travaux Rénovation d un plancher d étage en bois de 34 m 2 (6,5 x 5,83 m) dans une maison de ville située dans le 5 eme arrondissement de Marseille.

Plus en détail

La protection des parois enterrées

La protection des parois enterrées La protection des parois enterrées Les produits pour traiter les remontées capillaires ou l action des eaux de ruissellement ou d infiltration : parce que les parois enterrées se doivent d être protégées

Plus en détail

Salles de bains PMR *

Salles de bains PMR * solutions accessibilité Salles de bains PMR * * Personne à Mobilité Réduite Bandes d éveil de vigilance Escaliers carrelés www.desvres.com solutions accessibilite EXIgENCES ET CONTRaINTES Projections d

Plus en détail

BÂTI-SUPPORT GRANIT AUTOPORTANT INSTALLATION

BÂTI-SUPPORT GRANIT AUTOPORTANT INSTALLATION 3 BÂTI-SUPPORT GRANIT AUTOPORTANT INSTALLATION Ce montage n'étant pas prévu dans la norme XP D 12-208, il ne peut pas être certifié NF. Il est toutefois garanti par le fabricant Installation adossée à

Plus en détail

Annexe 2: Critères techniques

Annexe 2: Critères techniques Annexe 2: Critères techniques Un prérequis commun En prérequis, l obtention d une attestation «Construire adaptable» est toujours conditionnée au respect de la législation wallonne en matière de logement

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail

ASPIRATEUR CENTRAL Guide d installation de votre aspirateur central ATOME

ASPIRATEUR CENTRAL Guide d installation de votre aspirateur central ATOME Guide d installation de votre aspirateur central ATOME - 1 - PREPARATION DU MATERIEL PRELIMINAIRES - scie à métaux - marteau - niveau à bulle - cutter - tournevis plat - mètre - tournevis cruciforme -

Plus en détail

Les escaliers intérieurs

Les escaliers intérieurs Guide de choix Les escaliers intérieurs Bois Métal Mixtes A savoir Avec ou sans contremarches? Opter pour un escalier avec contremarches n est pas seulement choisir une solution traditionnelle. C est aussi

Plus en détail

Notice descriptive Sommaire

Notice descriptive Sommaire Notice descriptive Sommaire Note préliminaire Le présent document indique les équipements et les matériaux qui ont été envisagés lors du projet et à l étude. Ces équipements et ces matériaux sont susceptibles

Plus en détail

Aménagement d une pièce de vie sur la commune de Chauray (79)

Aménagement d une pièce de vie sur la commune de Chauray (79) Aménagement d une pièce de vie Fabrication et pose d un escalier courbe en bois exotique sans contremarche. Fabrication d une structure mezzanine sur poteaux bois. Gardecorps métalliques Fabrication d

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES TRAVAUX. 1. Caractéristiques techniques de l Immeuble

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES TRAVAUX. 1. Caractéristiques techniques de l Immeuble NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES TRAVAUX 1. Caractéristiques techniques de l Immeuble 1.1 Infrastructures 1.1.1 Fouilles Excavation selon rapport géotechnique 1.1.2 Fondations Semelles et massifs béton,

Plus en détail

4) TERRASSES Ossature béton coulé sur place. L acrotère revêtu de pierres naturelles et de briques, similaires aux façades.

4) TERRASSES Ossature béton coulé sur place. L acrotère revêtu de pierres naturelles et de briques, similaires aux façades. GROS-OEUVRE FERME 1) FONDATIONS Fondation sur semelles en béton armé Dalles, voiles mitoyens et murs extérieurs des sous-sols en béton armé (jusqu à hauteur du rez-de-chaussée) Aux étages, dalles en béton

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

Les cloisons sont des ouvrages verticaux non porteurs dont la fonction principale est de cloisonner, séparer et redistribuer l espace des locaux.

Les cloisons sont des ouvrages verticaux non porteurs dont la fonction principale est de cloisonner, séparer et redistribuer l espace des locaux. www.jexpoz.com Les cloisons sont des ouvrages verticaux non porteurs dont la fonction principale est de cloisonner, séparer et redistribuer l espace des locaux. Ces cloisons ont des rôles multiples : Séparer

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

Module Espace Bain. Le savoir-faire traditionnel pour une vraie salle de bain. Un mode constructif performant. Une coordination optimisée

Module Espace Bain. Le savoir-faire traditionnel pour une vraie salle de bain. Un mode constructif performant. Une coordination optimisée Le savoir-faire traditionnel pour une vraie salle de bain Un mode constructif performant Une coordination optimisée Logement étudiant Hôtellerie Hospitalier / EHPAD Logement Conception et réalisation Combox

Plus en détail

RAPPORT DE THERMOGRAPHIE

RAPPORT DE THERMOGRAPHIE RAPPORT DE THERMOGRAPHIE 98 Chemin de la montagne, 1224 Chêne-Bougeries JFP Solutions sàrl, 55 avenue de la Praille, 1227 Carouge Tél : 022 301 34 31 e-mail : info@jfp-solutions.com 1 (32) Informations

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail