SUSTAINABLE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUSTAINABLE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT"

Transcription

1 SUSTAINABLE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

2 RIRL 2010 The 8th International Conference on Logistics and SCM Research BEM Bordeaux Management School September 29, 30 and October 1st 2010 Le Sustainable Supply Chain Management : Une première étape de modélisation Joëlle MORANA LET (Laboratoire d Economie des Transports), Université de Lyon, CNRS, ENTPE, France. Résumé L objet de cette communication est de poser une réflexion sur la notion de Sustainable Supply Chain Management (SuSCM). En effet, pour les entreprises, le SuSCM va faire parti des démarches stratégiques qui assureront la pérennité de ces dernières. Ainsi, pour être pérennes, les entreprises doivent évoluer, notamment en apprenant et en pratiquant un SuSCM. Pour cela, et dans un objectif de facilitation, cette communication propose d énoncer les éléments de chaque dimension du SuSCM. En cela, le Supply Chain Management est vu comme la réponse économique au SuSCM, le Green SCM comme réponse environnementale et le Social SCM comme réponse sociale. Afin d évaluer le SuSCM, l auteur préconise la mise en œuvre d un Sustainable SCM Balanced Scorecard, construit sur la base des trois axes du Développement Durable. Au final, l auteur fait toutefois remarquer que ce travail ne peut être considéré comme «figé» du fait de l évolution naturelle de toute structure. Mots clés: Sustainable Supply Chain Management, Supply Chain Management, Green Supply Chain Management, Social Supply Chain Management, modélisation, Sustainable Supply Chain management Balanced Scorecard. 0

3 INTRODUCTION La présente communication part du constat que les entreprises prennent de plus en plus conscience de l ampleur du «Développement Durable» (DD) (ou Sustainable Development) et, de fait, de la nécessité de se donner les moyens de le mettre en pratique. Bien que, pour les entreprises, mettre en œuvre un tel concept ne semble pas si aisé que cela car la conjugaison de l économique, de l environnemental et du social -les trois dimensions du DD- n a pas toujours des intérêts communs. Quoiqu il en soit, le DD devient «un maître mot» et les entreprises entérinent (ou cherchent à entériner) un «label DD». Dans cette lignée, se pose alors l intérêt de rechercher les composants d un Supply Chain Management Durable ou Sustainable Supply Chain Management (SuSCM). Le SuSCM fait depuis peu l objet d un intérêt dans la littérature en logistique. A ce titre, Seuring et Müller (2008) le définissent as the management of material, information and capital flows as well as cooperation among companies along the supply chain while taking goals from all three dimensions of sustainable development, i.e., economic, environmental and social, into account which are derived from customer and stakeholder requirements 1 (p. 1700). Bien qu assez généraliste, cette définition a pour vertu de montrer le lien entre logistique et DD, bien qu il convient de se poser la question de «l extraction» du client des parties prenantes, alors que la Théorie des Parties Prenantes l insère dans le même ensemble (Hill et Jones, 1992 ; Donaldson et Preston, 1995). Dans cet ordre d idée, la question pour les entreprises est donc d apprécier une représentation d un SuSCM qui leur permettent facilement d avoir les éléments à mêmes de configurer, voire de reconfigurer leur logistique, ainsi que celle de leurs partenaires. L objectif général de ce travail est donc d investiguer en ce sens, en vue de proposer dans le futur des matrices et/ou grilles d audit/diagnostic qui faciliteront le travail du chercheur et du manager dans une logistique qui s enrichit -et donc se complexifie- chaque jour. 1 «comme la gestion des flux de matières, information et financier aussi bien que la coopération entre les firmes tout au long de la chaîne d approvisionnement, en prenant pour but l ensemble des trois dimensions du développement durable, i.e. l économique, l environnemental et le social ; et en considération des attentes du client et des parties prenantes» (traduction personnelle). 1

4 Pour ce faire, et dans un premier temps, nous proposons une grille de lecture qui pose un regard sur les dimensions et sous-dimensions d un SuSCM. Pour cela, la réflexion est alors d associer à chaque dimension du DD son pendant en termes de logistique. La figure 1 suggère cette représentation. Figure 1. Les premières dimensions d un Sustainable Supply Chain Management (SuSCM) Sustainable Supply Chain Management DD Dimension E i Dimension Environnementale Dimension Sociale Supply Chain Management (SCM) Green Supply Chain Management (G SCM) Social Supply Chain Management (S SCM) Sustainable Supply Chain Management Balanced Scorecard En tout état de cause, il nous paraît possible de relier chaque dimension du DD aux travaux émis en logistique. Dans cette perspective, nous proposons un découpage tel que suit : - la dimension économique du Développement Durable sied particulièrement aux écrits sur le Supply Chain Management (SCM) ; - la dimension environnementale du Développement Durable converge avec le Green SCM (GrSCM) ; - la dimension sociale du Développement Durable trouve place dans un Social SCM (SoSCM). Néanmoins, quelques remarques s imposent d ores et déjà. Tout d abord, il convient de souligner et de rappeler que sur ces trois éléments, l élément «transport» au sens transport de marchandises et de personnes est évidemment un point focal des réflexions en termes de «soutenabilité» ou «durabilité» en logistique! Ensuite, même si la mesure de performance 2

5 apparaît dans chacune de ces dimensions, il nous semble plus opportun d établir une consolidation «finale» d un Sustainable Supply Chain Management Balanced Scorecard qui consoliderait via des Key Performance Indicators adaptés la mesure de ces dimensions. Cette communication se présente en cinq parties. Après avoir rappelé ce en quoi consiste le Développement Durable, les trois sections suivantes s intéressent successivement aux dimensions économique, environnementale et sociale du Sustainable Supply Chain Management. La cinquième section s intéresse à l ébauche d un Sustainable Supply Chain Management Balanced Scorecard, ébauche car définir une liste à la fois exhaustive et courte d indicateurs constitue un travail important puisqu il est possible d affirmer qu à ce jour aucun Balanced Scorecard ne fait encore l objet d un consensus. La conclusion rappelle que cette modélisation ne peut être figée dans le temps et s enrichit de l évolution «naturelle» de toute organisation, de toute chaîne logistique et de toute nation. 1. RAPPEL HISTORIQUE SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le Développement Durable (DD) ou Sustainable Development est apparu pour la première fois en 1980 dans un programme intitulé «World Conservation Strategy: Living Resource for Sustainable Development», cosigné par l Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le Programme des Nations Unies pour l Environnement (PNUE) et l organisation non gouvernementale World Wildlife Fund (WWF). Sa pratique nécessite de penser sur un horizon générationnel (à plus de 25 ans) et, pour cela, de joindre trois axes consubstantiels, à savoir l économique, l environnemental et le social : l axe économique favorise une création de richesse pour tous par une utilisation raisonnée des ressources en milieux naturels, une évolution des relations économiques internationales et une intégration des coûts sociaux et environnementaux dans les prix des biens et des services ; l axe environnemental tend à préserver, améliorer et valoriser l environnement naturel par une gestion durable des ressources naturelles, un maintien des grands équilibres écologiques (climat, océans, etc.), et une prévention et une réduction des risques environnementaux ; enfin, l axe social cherche à pourvoir aux besoins humains avec un objectif d équité sociale en vue de satisfaire les besoins essentiels des populations, lutter contre 3

6 l exclusion et la pauvreté, réduire les inégalités et respecter les cultures (Depoers, 2005). Bien que d une logique macro-économique, au-niveau de chaque nation, la pratique du DD concerne aussi l industrie, ainsi que la recherche de partenariats public-privé. A ce titre, l entreprise institue des chartes éthiques, des codes de bonne conduite. Elle préconise l application de normes, sociales type SA8000 et environnementales type ISO qui conduit à la certification ISO Dans cette optique, le guide SD21000 impulsé par l AFNOR fournit des recommandations quant à la prise en compte du DD dans la gestion des entreprises. Sur un plan partenarial, l entreprise cherche à parvenir à un modèle de rationalité multiple (Martinet et Reynaud, 2004), qui procure un avantage concurrentiel et/ou un avantage de stratégie industrielle sur le long terme et/ou un avantage moral et politique. Le DD a également une influence sur l ensemble des parties prenantes (ou stakeholders) participant à la stratégie d une entreprise. Pour Dontenwill (2005) qui effectue un rapprochement entre la Théorie des Parties Prenantes et le DD, il est possible de rapprocher le volet économique aux parties prenantes suivantes : les actionnaires et les clients, le volet environnemental aux Organisations Non Gouvernementales ou aux collectivités territoriales et le volet social aux salariés et associations de défense des droits de la femme, par exemple. Cette configuration de relations (multiples) amène à réfléchir sur la relation entre chaînes logistiques et DD. De ce point de vue, nous proposons un cadre permettant de positionner un Sustainable Supply Chain Management, qui argumente d une déclinaison fine sur les trois dimensions économique, environnementale et sociale du DD. 4

7 2. LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (SCM) COMME REPONSE A LA DIMENSION ECONOMIQUE DU SUSTAINABLE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (SuSCM) Pour rappel, la dimension économique du DD a pour vertu de favoriser une création de richesse pour tous par une utilisation raisonnée des ressources en milieux naturels, une évolution des relations économiques internationales et une intégration des coûts sociaux et environnementaux 1 dans les prix des biens et des services (Depoers, 2005). Sur un positionnement entrepreneurial, ceci peut s interpréter par la constitution d un ensemble d équipements, d infrastructures et de technologies productives ainsi que d outils, méthodes et méthodologies à mêmes de les administrer au mieux. Ce point s exprime également dans une volonté de partage entre partenaires de type «gagnant-gagnant». A ce stade, nous retrouvons tous les éléments qui fondent le Supply Chain Management. En effet, le "Supply Chain Management encompasses the planning and management of all activities involved in sourcing and procurement, conversion, and all Logistics Management activities. Importantly, it also includes coordination and collaboration with channel partners, which can be suppliers, intermediaries, third-party service providers, and customers. In essence, Supply Chain Management integrates supply and demand management within and across companies. 2 " (Gibson et al, 2005, p. 22 : issue d un questionnaire effectué auprès des membres du Council of Supply Chain Management Professionals (CSCMP)). A noter que sur le site du CSCMP 3, cette définition est enrichie par : Supply Chain Management is an integrating function with primary responsibility for linking major business functions and business processes within and across companies into a cohesive and high-performing business model. It includes all of the logistics management activities noted above, as well as manufacturing operations, and it drives coordination of processes and activities with and across marketing, sales, product design, finance and information technology. 4 1 Concernant la notion de coûts sociaux et environnementaux et pour un meilleur suivi, nous pensons plus approprié d établir -dans une premier temps- des Key Performance Indicators pour chaque dimension et d élaborer, en conséquence de quoi, un Sustainable Supply Chain Management Balanced Scorecard. 2 «SCM comprend la planification et la gestion de toutes les activités relevant de la recherche de fournisseurs, de l approvisionnement, de la transformation et toutes les activités relevant du management logistique. Cela inclut tout particulièrement la coordination et la collaboration entre les partenaires du canal, qui peuvent être des fournisseurs, des intermédiaires, des prestataires de services et des clients. En soi, le SCM intègre donc le management de l offre et de la demande, au sein et entre les entreprises.» 3 4 «Le Supply chain management est une fonction d'intégration avec comme responsabilité principale de lier des fonctions d'affaires majeures et des processus commerciaux dans et à travers des sociétés dans un modèle économique cohérent et de haute-performance. Il inclut toutes les activités de gestion logistique notées ci- 5

8 Dans une optique de facilitation d appréhension des domaines constitutifs du SuSCM et en partant des éléments ci-dessus énoncés, l exécution d un Supply Chain Management dans sa dimension économique reposerait sur deux sous-dimensions : les collaborations intra et interorganisationnelles et la gestion des Systèmes et Technologies de l Information et de la Communication, sous-dimensions préliminairement reconnues comme prépondérantes par la Direction Générale de chaque organisation inscrite dans une supply chain (Cf. figure 2). Figure 2. Le sustainable Supply Chain Management dans sa dimension économique Sustainable Supply Chain Management (SuSCM) Supply Chain Management (SCM) = Dimension Economique du SuSCM Importance stratégique du SCM Connexions intra/interorganisationnelles Gestion des Systèmes et Technologies de l Information et de la Communication Logistique Amont Logistique Production Logistique Aval Mutualisation des transports Traçabilité Tech. d aide à la décision Tech. d interface Tech. de pilotage Syst. d échange de documents Syst. de communication Syst. de traçabilité Toute entreprise est amenée à interagir, tout d abord, au sein même des différents départements qui la composent ; ensuite, avec d autres entreprises dans le cadre des chaînes logistiques. En soi, ces connexions intra et inter organisationnelles constituent les fondements des trois flux de base qui argumentent la logistique, à savoir les flux de marchandises, les flux d information et les flux financiers (Aurifeille et al, 1997). La gestion des interfaces entre chaque département de l entreprise et chaque entreprise d une chaîne d approvisionnement requiert d adopter des modes d actions intégrés. Ce point de la littérature a fait et fait encore dessus, aussi bien que des opérations industrielles et il conduit à la coordination de processus et d activités avec et à travers la commercialisation, les ventes, la conception de produit, la finance et la technologie de 6

9 l objet de moult écrits et réflexions en ce sens. Bien que certains auteurs réfléchissent plus précisément à l aspect amont, productif ou aval de ces interfaces. La logistique aval, également nommée la logistique de distribution, est la «partie» de la logistique qui a fait très tôt l objet de travaux (Colin et Paché, 1988 ; Fabbe-Costes et al, 2000). En cela, il faut voir simplement la recherche d une satisfaction du client final. Le fondement est de bien placer le produit, ceci afin que chaque consommateur trouve réponse à sa demande, voire à son besoin potentiel. La notion de Juste-A-Temps est un point souvent discuté tant dans la logistique aval, amont que de production (Giard, 2003). La recherche constante de rapidité s accompagne de dispositifs en flux tendu. Ce flux tendu est souvent l apanage du discours du logisticien en production : maximisation de la charge des équipements avec une minimisation de stocks de produits intermédiaires (Paché et Paraponaris, 2006). Enfin, la logistique amont n échappe pas à une dynamique globale de la logistique. Au jour d aujourd hui où chaque acteur doit trouver des économies financières, une attention toute particulière est portée sur la relation qui lie l entreprise au fournisseur (Calvi, 1999 ; Bruel et Petit, 2005). En effet, n en doutons pas, un défaut de qualité ou une pièce manquante dès le début du cycle de production et toute la chaîne se voit ralentie. A ce niveau de réflexion, il convient de ne pas oublier dans le jeu coopératif, la place centrale d une mutualisation des flux de transport identifiée comme «un type de collaboration interentreprise caractérisée par une mise en commun de ressources de deux ou plus acteurs (concurrents ou non) avec l objectif d une meilleure rationalisation des flux de transport. Par rationalisation des flux de transport, nous entendons tout moyen (économique, technologique, humain, organisationnel, etc.) susceptible d améliorer la livraison d un bien et service jusqu à son point de consommation final» (Gonzalez-Feliu et Morana, 2010a, b). Ainsi, le transport s inscrit comme un service dans les chaînes logistiques et joue un rôle de plus en plus prégnant dans les pratiques de durabilité (Blanquart et al, 2010) Ce faisant, quelles que soient les chaînes logistiques dans lesquelles on se situe, la traçabilité est maintenant objet de toutes les attentions (Karâa, 2010). Elle a pour rôle de «retrouver l historique, la localisation ou l utilisation d un produit au moyen d une identification enregistrée» (Norme ISO 8402 :1994). A travers les fonctions de tracking (suivi en temps l'information.» (traduction personnelle) 7

10 réel des flux) et de tracing (mémorisation de ce suivi), elle assure le rappel de produits en cas de défaut et trouve une place de choix dans la guerre aux contrefaçons. Elle est aussi, sur le plan juridique, primordiale car elle permet de déterminer qui est fautif en cas de litige et, donc, qui va assurer les réparations induites (paiement des dommages et intérêts). Par ailleurs, les entreprises sont aidées et accompagnées par des Systèmes et Technologies de l Information et de la Communication (STIC) aptes à faciliter l activité, voire la réactivité et la proactivité issues de toute chaîne logistique (Fabbe-Costes, 2002). Sur le plan économique, la gestion des STIC suppose une maîtrise des coûts, de la qualité, des délais mais également d une fiabilité de l information. Par là, les technologies d aide à la décision (Advanced Planning Scheduling, outils SCM, etc.), d interface (Electronic Data Interchange, Internet, Efficient Consumer Response, Gestion Partagée des Approvisionnements, etc.), de pilotage (Entreprise Ressource Planning, etc.) (Fabbe-Costes, 2000), les systèmes d échange de documents (EDI, Internet, etc.), de communication (terminaux, Interne, etc.), de traçabilité (codification, systèmes vocaux, etc.) (Fabbe-Costes, 2007) s emploient à faciliter ladite maîtrise. Le Supply Chain Management constitue un préalable à la gestion de toute chaîne logistique (Paché et Spalanzani, 2007). Selon nous, il peut -sans contexte- constituer la dimension économique du Sustainable SCM. Le prochain paragraphe est l occasion de s intéresser à l axe environnemental du SuSCM. 3. LE GREEN SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (GrSCM) COMME REPONSE A LA DIMENSION ENVIRONNEMENTALE DU SUSTAINABLE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (SuSCM) Présentement, l image de marque de toute entreprise passe par une volonté à agir «vert». Cette «pensée verte» peut être contrainte (à-travers -par exemple- le Décret de retraitement des Déchets des Equipements Electriques et Electroniques : DEEE de 2002) (Noireaux, 2006 ; Monnet, 2007) ou volontaire (par une plus grande création de valeur des ressources utilisées) (Carbone et Moatti, 2008). La recherche d un Green Supply Chain Management (GrSCM) n est pas nouvelle. Dans un travail de synthèse tout à fait intéressant, Svrivastava (2007) cite des travaux dès 1992 (à noter que cette date est également celle de l émergence 8

11 du SCM selon Christopher (1992)!). Bien que Svrivastava (2007) effectue un panorama relativement exhaustif du GrSCM, l auteur met surtout en avant la sous-dimension des Opérations Vertes qui explore le traitement des déchets, la reverse logistics et la production/ re-production verte. A cette sous-dimension, s adjoint deux autres sous-dimensions, à savoir (1) la Conception Verte qui concerne la gestion des risques et déchets, la prévention (sécurité du produit, santé professionnelle et sécurité, pollution) et la conservation des ressources ; et, (2) l importance du GrSCM qui précise l idée stratégique du GrSCM et l implication du Top Management. A ce niveau de notre réflexion, nous estimons que l importance du GrSCM doit être un préalable aux deux sous-dimensions des Opérations Vertes et de la Conception Verte, comme tel est le cas dans sa représentation économique. A la réflexion de Svrivastava, nous adjoindrons toutefois une troisième sous-catégorie qui s intéresse plus spécifiquement à la notion de transport vert. En conséquence de quoi, nous proposons une représentation telle que suit (Cf. figure 3) : Figure 3. Le Sustainable Supply Chain Management dans sa dimension environnementale (adapté de Svrivastava, 2007) Sustainable Supply Chain Management (SuSCM) Green Supply Chain Management (GrSCM) = Dimension Environnementale du SuSCM Importance stratégique du GrSCM Conception Verte Opérations Vertes Évaluation/analyse de cycle de vie Conception consciente de l environnement Production verte et Re-production Traitement du Déchet Transport vert Logistique des retours et Conception du Réseau Légende : sous-dimension rajoutée par l auteur La sous-dimension des Opérations Vertes fait l objet de multiples observations des chercheurs en logistique. Dans le traitement des déchets, des décrets imposent une réduction 9

12 de ces derniers comme tel est le cas du Décret de 2002 sur les DEEE. Toutefois, les entreprises sont invitées à produire le moins possible de déchets ultimes, à savoir ceux qui -ne pouvant être retraités- subissent un enfouissement. Il est commun maintenant d entendre les villages ou villes de France refuser l implantation de déchetteries près de leur commune, ceci au risque d une pollution de la terre mais aussi des craintes sur la santé de la population locale. De même, la pollution par déchet n est plus excusée et excusable (bien qu encore en cours de jugement, le naufrage de pétrolier Erika de 1999 a fait reconnaître par les tribunaux - et ceci pour la première fois de son histoire- la notion de préjudice écologique). En bref, la gestion des déchets est à ce jour considérée comme une véritable problématique stratégique de l entreprise. Cette dernière est souvent liée, ou même incluse au sein de la reverse logistics ou logistique des retours (Rogers et Tibben-Lembke, 2001 ; Lambert et Riopel, 2003). La reverse logistics se justifie pour des raisons commerciales (réparation, remise à neuf, campagne de rappel, excès de stocks, erreur d expédition), des raisons légales (recyclage des produits en fin de vie, emballages et rebuts de production) et des raisons économiques (réutilisation et récupération) (Lambert et Riopel, 2004). A ce titre, il convient donc d envisager une meilleure maintenance des produits et/ou une deuxième vie du produit ou du moins, d une partie la plus large possible du produit. Enfin, l entreprise doit raisonner en production et re-production verte qui se concentre par une utilisation maximale de toutes les ressources de l entreprise. La réussite des Opérations Vertes passe donc nécessairement par une réflexion en amont des processus de production. Ce travail donne lieu à une conception verte qui, par l écoconception, réfléchit dès l origine du lancement du produit à une production raisonnée. Ainsi, pour le service de Recherche et Développement, tout l objectif est d identifier les moyens d utiliser le moins de ressources dans le process de production, tout d abord ; et concevoir ce produit en réfléchissant à une réutilisation maximale des différentes pièces à la fin de son cycle de vie, ensuite (Gherra, 2005 ; ADEME, 2006). Nonobstant, si cette conscience de l environnement s invite lors de l éco-conception du produit, elle est également présente dans la conception même des bâtiments. Rappelons à ce sujet, la démarche Haute Qualité Environnementale : (HQE) qui a pour objet d aider à l intégration de dimensions environnementales et sanitaires, ceci tout au long du cycle de vie d un bâtiment. Aux 14 cibles de cette démarche, il s ajoute en 2009, deux thèmes spécifiques à la logistique proposés par l AFILOG et l ARENE (Antenne Régionale de l Environnement et des Energies 10

13 Nouvelles) et qui concernent les aspects sociaux et management et l adaptation du bâtiment au process (Source : «L ère du développement durable pour la logistique», Transports Internationaux et Logistique, sept. 2009, pp ). La troisième sous-dimension s intéresse au transport dit vert. En effet, le transport ne peut se résumer aux notions de déplacement (coût, qualité, délai) même si ces dernières sont conséquentes (Blanquart et Carbone, 2008). L aspect vert du transport s identifie par une recherche d une diminution des pollutions issues des transports. Certes, ici on se réfèrera à la co-modalité et à une massification du chargement (à l aller et au retour), mais on posera également un regard sur des modes de transports moins polluants, via les véhicules électriques et/ou au GPL qui facilitent une logistique urbaine à tout heure de la journée et non aux heures limitées de livraison (Morana et Gonzalez-Feliu, 2010). Nous pouvons donc dire que le GrSCM est, pour de nombreux chercheurs et professionnels, capital. Pour cette raison, de bonnes pratiques sont proposées pour un respect de l environnement dans la logistique. Tel est le cas de l inventaire des 10 bonnes pratiques qui a été soumis lors du dernier Salon International des Solutions Logistiques par ADEME et le Club DEMETER Environnement et Logistique (Les Echos, 24 mars 2009, p. 30). Ces pratiques concernent la capacité à : - en amont du transport, concevoir autrement les produits : favoriser l éco-conception et le shelf ready packaging (ou emballage prêt à vendre optimisé), suppression des emballages inutiles, améliorer la durée des produits, etc. ; - réorganiser sa production et ses achats : anticiper le pétrole cher, massification des flux, etc. ; - mieux organiser sa logistique et ses transports : audit, planification industrielle, groupage des opérations, etc. ; - lutter contre les kilomètres et vitesses inutiles : gestion des tournées, éviter les transports express, massification, etc. ; - réduire les consommations des moyens de transport : amélioration des véhicules, éco conduite, limiter les déplacements du personnel, etc. ; - massifier les transports pour réduire coûts et émissions unitaires : meilleur remplissage, augmenter la taille des véhicules, etc. ; 11

14 - mutualiser et coopérer entre chargeurs et prestataires : mettre en place un Efficient Consumer Response, l Echange de Données Informatisées, etc. ; - optimiser ses plates-formes de stockage et de distribution : HQE, location vs achat, etc. ; - améliorer les derniers maillons de sa distribution : éviter les bouchons, création de points relais, etc. ; - communiquer pour valoriser les démarches pionnières : tableaux de bord, objectifs de réduction, etc. La combinaison de la dimension économique du SuSCM à-travers le SCM et la dimension environnementale du SuSCM à-travers le GrSCM n est pérenne qu à la condition que le management social soit le plus favorable possible. Loin ici l idée de ne pas considérer le rôle de pouvoir comme axiome aux relations entre chaque acteur (Bonet-Fernandez, 2009), mais une confiance et une reconnaissance du travail de l individu facilitent l adoption et la réussite de stratégies telles que le SuSCM. Le prochain paragraphe pose un regard sur l axe social du SuSCM. 4. LE SOCIAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (SoSCM) COMME REPONSE A LA DIMENSION SOCIALE DU SUSTAINABLE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (SuSCM) Les dimensions humaines sont souvent soulignées dans le SCM et le GrSCM. Par exemple, dans le SCM, certains auteurs parlent du contexte comportemental général à (ré)concilier avec les composants comportementaux et managériaux, d une culture commune, de la définition des rôles, du partage des risques et des primes, du rythme du travail, de la réduction des conflits, de la formation ou encore des boites à idées (GRLT, 1995 ; Cooper et al, 1997 ; Bowersox et al, 1999 ; Lambert et al, 1998, 2005 ; Mentzer et al, 2001 ; Min et Mentzer, 2004). Au sein du GrSCM, Svrivastava (2007) souligne la santé professionnelle et la sécurité. Egalement en 2007, dans un article de vulgarisation sur le lien SCM et Gestion des Ressources Humaines, Emeric Levy du CPIM-APICS (Logistiques magazine, n 222) remarque que si le facteur humain est ignoré, les organisations se bloquent dans leur évolution du fait d une organisation inadaptée, de processus défaillants, de dysfonctionnements non identifiés et d équipes démobilisées. La recherche de la motivation 12

15 et de la loyauté des employés est un élément à ne pas négliger. Pour exemple, Ciliberti et al (2008) passent par une Corporate Social Responsability (CRS) qui dans une supply chain suppose deux facteurs : (1) une conformité aux exigences qui s apprécie par des documents écrits et une évaluation de la performance et, (2) une capacité de construction qui envisage une construction consciente et une formation. De fait, il devient maintenant opportun de clairement identifier un Social SCM. Sur ce plan, certains travaux se consacrent aux spécificités d un acteur : définition des compétences génériques du responsable logistique (Bironneau et Le Roy, 2007) ou la formation des acheteurs (Nollet et al, 2007). Parfois, l intérêt se porte sur la définition des compétences dans un secteur d activité comme le transport (Camman et Livolsi, 2008). Un essai de définition du Social SCM est présenté par Morana et al (2008), point qui -selon nousnécessite d être enrichi. En bref, les ressources humaines exercent un rôle central dans et hors de l organisation. Du point de vue du DD, Gond (2006) considère que ce dernier ne peut se développer que par les Ressources Humaines, tant sur le plan de l individu (salarié) que sur le plan de l ensemble des parties prenantes. Sur ce point, une importance littérature académique en Gestion des Ressources Humaines et en Stratégie s intéresse à la notion de Responsabilité Sociale (ou Sociétale) des Entreprises (RSE) (Igalens et Joras, 2002). Toutefois, il convient de noter que ce concept intègre des préoccupations sociales et environnementales, parfois économiques. Manifestement, la RSE procure une littérature riche d enseignements et fait maintenant l objet d adaptation dans la littérature en logistique (Senkel, 2009). Mais, bien qu il soit évident de lier économique, environnemental et social, il convient -autant que faire se peutde préciser de manière spécifique chaque domaine du SuSCM, ceci afin de fournir aux chercheurs et aux managers des pistes d actions les plus distinctes possibles. Prenant acte de l importance de déterminer un SocialSCM, nous proposons de nous appuyer sur le modèle de Gond (2006) pour préciser les sous-dimensions le composant. Gond (2006) retient trois leviers de développement de la performance des RH dans le cadre du DD. Ceuxci sont (a) le leadership transformationnel et sensemaking, (b) la performance RH du point de vue interne, et (c) la performance RH du point de vue externe. Dans le cas du SoSCM, le levier (a) trouve place dans un cadre Importance du SoSCM comme il a été préalablement 13

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Supply chain management

Supply chain management Supply chain management Une gestion coordonnée des activités de la supply chain (chaîne logistique), dans une logique d optimisation globale, constitue un atout décisif pour les entreprises. Impact Cooremans

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Développement Durable

Développement Durable Développement Durable LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS MON ENTREPRISE *Identifier les enjeux du développement durable pour son entreprise. *Mettre en place les outils et les méthodes pour initier la démarche

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC)

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) Donnez à votre comité de direction une visibilité à 360, en temps réel, du cadre de Gouvernance d Entreprise REGULATORY COMPLIANCE Rc

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Les enjeux stratégiques d une Green Supply Chain. Forum d été 2015 Valérie Moatti, Professeur ESCP Europe

Les enjeux stratégiques d une Green Supply Chain. Forum d été 2015 Valérie Moatti, Professeur ESCP Europe Les enjeux stratégiques d une Green Supply Chain Forum d été 2015 Valérie Moatti, Professeur ESCP Europe Supply Chain Verte 1. Pourquoi une supply chain verte? 2. D où venons nous? 3. Où en sommes-nous?

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

Rév : K. Programme de Janvier 2014

Rév : K. Programme de Janvier 2014 CATALOGUE des FORMATIONS Programme de Janvier 2014 Rév : K Siret : 448 016 543 SARL au capital de 7500 APE : 741G 1/13 Ce catalogue de formations Intra entreprise est adaptable à vos besoins. Il est issu

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français Département académique : Management des Hommes, des Process et des Organisations Coordinateur de département : MERLE

Plus en détail

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Jacques RENARD THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Préface de Louis GALLOIS Président de la SNCF Prix IFACI 1995 du meilleur ouvrage sur l audit interne Cinquième édition Éditions d Organisation, 1994,

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Université Laval 1 Gestion des fournisseurs par rapport

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen Contenu de la formation Présentation générale Au Centre de Formation des Monts du Lyonnais, le BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA QUALITE EN ASSURANCE

LE MANAGEMENT DE LA QUALITE EN ASSURANCE LE MANAGEMENT DE LA QUALITE EN ASSURANCE Séminaire - Atelier Le management de la qualité en assurance 1 ère communication Généralités sur le management de la qualité 2 ème communication Le management de

Plus en détail

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES,

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, ET SI NOUS ADOPTIONS UN PILOTAGE INNOVANT? La problématique pour les dirigeants de caves est de trouver un outil capable de lier les politiques d investissement, de

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

exigences des standards ISO 9001: 2008 OHSAS 18001:2007 et sa mise en place dans une entreprise de la catégorie des petites et moyennes entreprises.

exigences des standards ISO 9001: 2008 OHSAS 18001:2007 et sa mise en place dans une entreprise de la catégorie des petites et moyennes entreprises. R E S U M E de la Thése de doctorat Perfectionnement du systemé de management intégré qualité-responsabilité sociale-santé et sécurité occupationnelle élaborée par Monsieur le thésard Denuntzio C. Romeo,

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 Sommaire Qu est-ce que le développement durable en entreprise? Pressions s exerçant sur l entreprise Chiffres-clés

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

PME en marche vers le développement durable Colloque International, Montreal, 20-22 octobre 2011 Réseau Entreprise et Développement Durable

PME en marche vers le développement durable Colloque International, Montreal, 20-22 octobre 2011 Réseau Entreprise et Développement Durable Françoise QUAIREL LANOIZELEE Dauphine Recherche en Management (DRM) ; Université Paris Dauphine PME en marche vers le développement durable Colloque International, Montreal, Réseau Entreprise et Développement

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Partie I Comprendre l écoconception. Les concepts clés

Partie I Comprendre l écoconception. Les concepts clés Partie I Comprendre l écoconception Les concepts clés 1 D où vient le concept d écoconception? L écoconception est une approche qui s est principalement développée depuis une vingtaine d années. Elle

Plus en détail

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Table des matières Introduction 1 Chapitre 1 PARTIE 1 ÉMERGENCE D UNE VÉRITABLE DISCIPLINE

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français Master SF2M Sustainable Food Manufacturing Management Présentation aux ENTREPRISES Managers internationaux pour l agroalimentaire Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme

Plus en détail

Sommaire. Introduction...

Sommaire. Introduction... Sommaire Introduction... XI 1 Historique du développement durable et de la responsabilité sociétale... 1 1 Quelle est la définition du concept de développement durable?... 3 2 Quels sont les principes

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Master Administration des Entreprises

Master Administration des Entreprises Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Objectifs de la formation en gestion La mention «Management et» a pour

Plus en détail