Les relations publiques en Suisse aperçu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les relations publiques en Suisse aperçu"

Transcription

1 Les relations publiques en Suisse aperçu

2 Préface 4 Que sont les RP? 7 Codes 8-11 Objectifs et tâches des RP 13 Disciplines du domaine des RP 15 Images professionnelles et activités dans les RP 16 Formation professionnelle et continue dans les RP 18 La branche des RP 21 Adresses intéressantes 23 Glossaire / expressions propres aux RP 24 Impressum 26

3 4 L abréviation RP (PR) pour relations publiques (public relations) est dans toutes les bouches, bien que peu de personnes hors de la branche connaissent sa signification réelle. Cela tient principalement à la multiplicité sans pareille de ses formes d expression : la gamme d utilisation de ses instruments au service du dialogue avec les parties prenantes est plus large qu aucune autre branche d activités. Cela rend la profession des RP attractive mais demande également un niveau élevé de responsabilité. Une formation générale étendue, des connaissances spécialisées, de la compétence sociale ainsi qu une attitude responsable et éthique représentent le bagage indispensable des professionnels de la branche. pr suisse (anciennement SSRP) investit depuis plus de cinquante ans dans la défense des intérêts ainsi que dans la formation continue de la branche. L importance de la communication au quotidien ne cesse de croître. Le travail sur l image d entreprises commerciales privées, d institutions, d organisations à but non lucratif (ONG) ou même de la fonction publique réunies ci-après sous le terme organisations permettra, à l avenir, de mieux maîtriser les processus de communication de plus en plus complexes. La communication intégrée et interconnectée s affirme ainsi comme un élément clé du management. Les tâches et les responsabilités inhérentes aux spécialistes en RP croissent parallèlement. Ils ne pourront à long terme relever leurs défis que s ils disposent d une formation solide et sont au bénéfice d une expérience pratique suffisamment riche. pr suisse se tient au service de ses membres et de la collectivité publique afin de pouvoir répondre à des intérêts divers. C est même l une de ses tâches principales aujourd hui comme demain.

4 5

5 6 Causes et effets des relations publiques RESPECT CONFIANCE PRÉREQUIS EFFETS CRÉDIBILITÉ OUVERTURE COMPRÉHENSION DESCRIPTION Tâches principales TRANSMETTRE des relations publiques ORGANISATION L'IDENTITÉ LES ACTIVITÉS LES VALEURS LES OBEJCTIFS LES INTÉRÊTS ENVIRONNEMENT RÉTROACTION DE LA COMMUNICATION

6 Les RP exploitent des processus complexes de communication Le terme de relations publiques (RP) ou de communication institutionnelle désigne la gestion des processus de communication entre les organisations et leurs parties prenantes. Communiquer activement Les êtres humains appréhendent le monde et la réalité principalement par le biais de processus de communication. Ils reçoivent des informations, les interprètent et les redistribuent. La communication s accomplit selon différents modes non verbal et verbal. Sa gamme d activités part de la discussion personnelle et couvre toutes les formes de transmissions écrites, auditives et visuelles, jusqu aux procédés d information et de formation de l opinion dans les médias. Les RP décrivent la marge de manœuvre politique, économique, sociale et culturelle des organisations. Leur tâche consiste à communiquer l identité de ces organisations, mais aussi leurs objectifs, leurs intérêts et leurs accomplissements, de façon ciblée, tant à l interne qu à l externe. Privilégier le dialogue Les RP sont liées aux intérêts des organisations et misent sur l acceptation générale au travers de la crédibilité. La création et l entretien d un rapport de confiance entre les organisations et leurs différentes parties prenantes sont de ce fait l objectif principal des RP. Cela signifie que leurs intérêts et objectifs doivent être présentés de manière ouverte et compétente dans un esprit de dialogue et de discussion. De ce fait, les différences d opinion et de comportement ne doivent pas être unilatérales ; les contre-positions doivent également trouver leur place dans le processus décisionnel des organisations. Les RP gèrent les flux d informations complexes d une organisation en fonction des objectifs à atteindre, observent et analysent les positions internes et externes, et contribuent au processus décisionnel interne. Créer l équilibre Dans le cadre de leur fonction de représentation des intérêts de l organisation, d une part, et de relais de l intérêt public, d autre part, les RP contribuent à créer l équilibre afin de diminuer les tensions et contribuer à régler de façon constructive les conflits existants. Guider et conseiller Une stratégie de communication globale consistante et reposant sur les objectifs à long terme de l organisation représente la condition préalable à des RP effica-ces. Pour y parvenir, les RP doivent être étroitement liées aux processus de discussion et de prise de décision de l organisation. Agir dans un esprit d éthique Les professionnels des RP vivent leur rôle de relais entre les organisations et l opinion publique dans un esprit de responsabilité. Les membres affiliés aux sociétés régionales de pr suisse appliquent le Code de Lisbonne ainsi que le Code d Athènes. Les agences affiliées à l Association des Agences de Relations Publiques (BPRA) appliquent également la Charte de Stockholm de l International Communications Consultancy Organisation (ICCO). Ces documents définissent le comportement vis-à-vis des donneurs d ordre des agences RP ainsi qu envers l opinion publique. Ces codes définissent le bon comportement à suivre en matière d éthique et sont publiés sur les pages suivantes. 7

7 8 Code de Lisbonne Chapitre 1 Critères des personnes liées par le Code Article 1 Est considéré comme professionnel de relations publiques aux termes du présent Code et lié d office par lui tout membre de pr suisse admis par elle comme tel conformément à ses critères. Chaque membre est tenu de respecter les principes comportementaux contenus dans le Code. Chapitre 2 Obligations professionnelles générales Article 2 Dans la pratique de sa profession, le professionnel de relations publiques s engage à respecter les principes énoncés dans la déclaration universelle des droits de l homme et en particulier la liberté d expression et la liberté de la presse qui concrétisent le droit de chacun à l information. Il s engage également à agir conformément à l intérêt général et à ne porter atteinte ni à la dignité ni à l intégrité de l individu. Article 3 Dans son comportement professionnel, le professionnel de relations publiques doit faire preuve d honnêteté, de probité intellectuelle et de loyauté. Il s engage notamment à bannir tous commentaires et informations qui, à sa connaissance ou appréciation, sont mensongers ou trompeurs. Dans cet esprit, il doit veiller à éviter l usage, même accidentel, de pratiques ou de moyens incompatibles avec le présent Code. Article 4 Les actions de relations publiques doivent s exercer au grand jour ; elles doivent être aisément identifiables, porter une mention claire d origine et éviter d induire les tiers en erreur. Article 5 Dans ses relations avec d autres professions et d autres branches de la communication sociale, le professionnel de relations publiques doit respecter les règles et les usages professionnels propres à chacune d entre elles, dans la mesure où ceux-ci ne sont pas incompatibles avec l éthique de sa profession. Le praticien de relations publiques doit respecter le Code national et les lois en vigueur dans tout pays où il peut être amené à exercer sa profession. Il veillera dans la recherche de publicité personnelle à l exigence de discrétion. Chapitre 3 Obligations professionnelles spécifiques vis-à-vis des mandants Article 6 Sauf accord formel des mandants concernés, il est interdit au professionnel de relations publiques de représenter des intérêts contradictoires ou concurrents. Article 7 Dans la pratique de sa profession, le professionnel de relations publiques est tenu à la plus stricte discrétion. Il doit respecter scrupuleusement le secret professionnel et s abstenir en particulier de révéler toute information confidentielle qu il détiendrait de ses clients ou employeurs, passés, présents ou potentiels, ou d en faire usage sans en avoir obtenu expressément l autorisation. Article 8 Le professionnel de relations publiques qui détiendrait des intérêts qui pourraient entrer en conflit avec ceux de son client ou employeur doit les révéler aussitôt que possible. Article 9 Le professionnel de relations publiques s interdit de recommander à ses clients ou employeurs les services d une affaire ou organisation dans laquelle il détiendrait des intérêts financiers, commerciaux ou autres sans avoir révélé au préalable l existence de tels intérêts. Article 10 Il est interdit au professionnel de relations publiques de conclure avec un client ou employeur un contrat avec garantie de résultats quantifiés. Article 11 Pour ses services, le professionnel de relations publiques ne peut accepter de rémunérations que sous la forme de salaires ou d honoraires ; il lui est interdit d accepter tous paiements ou autres compensations matérielles, qui seraient automatiquement liés à des résultats professionnels quantitatifs. Article 12 Il est en outre interdit au professionnel de relations publiques d accepter, pour ses services à un client ou à un employeur, sauf avec l accord de ceux-ci, des rémunérations provenant de tiers, tels que pourcentages, commissions ou prestations en nature.

8 Article 13 Lorsque l exécution d un mandat est susceptible d entraîner des manquements professionnels graves et d impliquer une conduite contraire aux principes de ce Code, le professionnel de relations publiques doit veiller à en aviser immédiatement son mandant et mettre tout en œuvre pour obtenir de ce dernier qu il respecte les règles déontologiques de la profession. Si le mandant persiste dans ses intentions, le professionnel doit toujours observer le Code, sans égard aux conséquences pour lui-même. Obligations professionnelles spécifiques vis-à-vis de l opinion publique et des organes d information Article 14 L esprit de ce Code et les règles qui précèdent, notamment les articles 2, 3, 4 et 5, impliquent de la part du professionnel de relations publiques le souci constant du droit à l information et du devoir d informer, dans les limites du secret professionnel, et le respect des droits et de l indépendance des organes d information. Article 15 Toute tentative visant à tromper l opinion publique ou ses représentants est proscrite. Les informations doivent être fournies gratuitement et sans aucune contrepartie clandestine pour leur usage ou publication. Article 16 S il apparaît nécessaire de garder l initiative et le contrôle de la diffusion d une information conforme aux spécifications du présent Code, le professionnel de relations publiques peut recourir à l achat d espace ou de temps en se conformant aux règles, pratiques et usages en cette matière. Obligations professionnelles spécifiques vis-à-vis des confrères Article 17 Le professionnel de relations publiques s interdit toute concurrence déloyale vis-à-vis de ses confrères ; il doit également s abstenir de tout acte ou de toute parole qui tendrait à déprécier la réputation ou les prestations d un confrère, sans préjudice de l Article 19b de ce Code. Obligations professionnelles spécifiques vis-à-vis de la profession Article 18 Le professionnel de relations publiques doit s abstenir de toute pratique pouvant porter préjudice à la réputation de sa profession. Il s interdit en particulier de porter atteinte, par des attaques déloyales ou par la violation de ses statuts et de ses règlements d ordre intérieur, à l existence même, au bon fonctionnement et au bon renom de pr suisse. Article 19 La préservation de l image de la profession étant de la responsabilité de chacun, le professionnel de relations publiques a le devoir moral non seulement de respecter lui-même le présent Code mais encore : a) de participer personnellement à sa diffusion et à sa bonne connaissance et interprétation, b) de signaler aux autorités disciplinaires compétentes les violations effectives ou suspectées dont il aurait connaissance, et c) de contribuer, dans la mesure de ses moyens, à l exécution des sentences ainsi qu à l application des sanctions prononcées ou décidées par les dites autorités. Les professionnels de relations publiques qui autoriseraient une infraction contre le code enfreignent eux-mêmes ce dernier. 9

9 10 Code d Athènes Code d éthique international des relations publiques Considérant que tous les pays membres de l Organisation des Nations Unies ont accepté de respecter «sa Charte proclamant sa foi dans les droits fondamentaux de l homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine...» et que, de ce fait, comme par la nature même de leur profession, les praticiens des relations publiques de ces pays doivent s engager à connaître et à respecter les principes contenus dans cette Charte ; considérant que l homme, à côté de ses «Droits», a des besoins qui ne sont pas seulement d ordre physique ou matériel mais aussi d ordre intellectuel, moral et social et que l homme peut réellement jouir de ses droits dans la mesure où ces besoins dans ce qu ils ont d essentiel sont satisfaits ; considérant que les praticiens des relations publiques peuvent, dans l exercice de leur profession, suivant la façon dont ils l exercent, contribuer largement à satisfaire ces besoins intellectuels, moraux et sociaux des hommes ; considérant enfin que l utilisation des techniques, qui permettent d entrer simultanément en contact avec des millions d individus, donne aux praticiens des relations publiques un pouvoir qu il est nécessaire de limiter par le respect d une stricte morale. Pour toutes ces raisons, les associations de relations publiques soussignées déclarent : qu elles se donnent pour Charte morale les principes du Code d éthique ci-après et que toute violation de ce Code, par l un de ses membres, dans l exercice de sa profession, dont les preuves pourraient être produites devant le Conseil, serait considérée comme une faute grave entraînant une sanction adéquate. En conséquence, tout membre de ces associations doit s efforcer : 1. de contribuer à la réalisation de ces conditions morales et culturelles qui permettent à l homme de s épanouir et de jouir des droits imprescriptibles qui lui sont reconnus par la «Déclaration universelle des droits de l homme» ; 2. de créer les structures et les canaux de communication qui, en favorisant la libre circulation des informations essentielles, permettront à chaque membre du groupe de se sentir informé, concerné, responsable et solidaire ; 3. de se comporter en toutes occasions et en toutes circonstances de façon à mériter et à obtenir la confiance de ceux avec lesquels il se trouve en contact ; 4. de tenir compte que, du fait du caractère public de sa profession, son comportement, même privé, aura une répercussion sur les jugements portés sur la profession dans son ensemble. Doit s engager : 5. à respecter, dans l exercice de sa profession, les principes et les règles morales de la «Déclaration universelle des droits de l homme» ; 6. à respecter et à sauvegarder la dignité de la personne humaine et à reconnaître à chaque individu le droit de former, lui-même, son propre jugement ; 7. à créer les conditions morales, psychologiques, intellectuelles du vrai dialogue, à reconnaître le droit aux parties en présence d exposer leur cas et d exprimer leur point de vue ; 8. à agir, en toutes circonstances, de façon à tenir compte des intérêts respectifs des parties en présence : ceux de l organisation qui utilise ses services, comme ceux des publics concernés ; 9. à respecter ses promesses, ses engagements, qui doivent toujours être formulés dans des termes qui ne prêtent à aucune confusion et à agir honnêtement et loyalement en toutes occasions afin de maintenir la confiance de ses clients et de l ensemble des publics concernés par ses actions. Doit s interdire : 10. de subordonner la vérité à d autres impératifs ; 11. de diffuser des informations qui ne reposeraient pas sur des faits contrôlés et contrôlables ; 12. de prêter son concours à toute entreprise ou à toute action qui porterait atteinte à la morale, à l honnêteté ou à la dignité et à l intégrité de la personne humaine ; 13. d utiliser toute méthode, tout moyen, toute technique de manipulation en vue de créer des motivations inconscientes qui, en privant l individu de son libre arbitre, ne l obligeraient plus à répondre de ses actes.

10 ICCO Stockholm Charte «Les consultants en relations publiques sont des entreprises professionnelles de service qui aident leurs clients à influer sur les opinions, sur les attitudes et sur les comportements. Cette influence implique la responsabilité face à nos clients, face à nos collaborateurs, face à notre profession et face à la société dans son ensemble.» Conseils et plaidoyers objectifs Les consultants en relations publiques ne doivent pas avoir d intérêts qui puissent compromettre leur rôle de conseiller indépendant. Ils sont tenus d approcher leurs clients dans un esprit d objectivité, afin d aider le client à adopter la stratégie et le comportement de communication optimaux. Société Une société ouverte, la liberté de parole et une presse libre créent le contexte pour la profession des relations publiques. Les conseillers développent leurs activités dans les limites de cette société ouverte, se plient à ses règles et travaillent avec des clients qui défendent la même approche. Confidentialité La confiance est au cœur de la relation entre un client et le consultant en relations publiques. L information qui a été fournie par un client à titre confidentiel et qui n est pas connue du public ne doit pas être partagée avec des tiers sans le consentement du client. Intégrité de l information Les consultants en relations publiques ne doivent pas induire consciemment une audience en erreur au sujet d informations de faits ou au sujet des intérêts que défend un client. Les consultants doivent faire de leur mieux pour défendre une représentation exacte. Tenir les promesses Les consultants doivent coopérer avec le client afin d établir d avance des attentes clairement définies concernant le résultat de leurs efforts. Ils doivent définir des objectifs spécifiques pour les actions de communication et ensuite faire en sorte de tenir leurs promesses. Les consultants ne doivent pas offrir des garanties irréalisables ou qui pourraient compromettre l intégrité des canaux de communication. Conflits Les consultants peuvent représenter des clients dont les intérêts s opposent. Le consultant ne commencera pas de travailler pour un nouvel intérêt divergent sans avoir donné la possibilité au premier client d exercer les droits qui lui reviennent au terme d un éventuel contrat entre le client et le consultant. Représentation Les consultants sont libres de refuser ou d accepter un mandat en invoquant les opinions personnelles de la direction ou l orientation de l organisation Gouvernement et pratiques commerciales Les consultants en relations publiques s engagent à observer un comportement éthique et à implémenter les meilleures pratiques commerciales dans leurs contacts avec toutes les audiences. 11

11 12

12 Les RP gèrent les relations de l organisation Les organisations doivent toujours s intégrer dans un environnement à multiples facettes. Leur capacité de communiquer à l interne comme à l externe de façon constante et adaptée représente un facteur de succès essentiel. RP pour les entreprises Les entreprises à but lucratif se concentrent sur la commercialisation de leurs produits et services. Leur succès économique à long terme exige (outre les activités de marketing) également des efforts, de la compréhension et de l acceptation concernant les agissements de l ensemble des parties prenantes concernées. Les RP gèrent les relations de l entreprise en tenant compte de son environnement spécifique. Quelle que soit sa taille ou son activité, elle dispose d une multitude d instruments RP pour la mettre en relation avec ses groupes cibles les plus divers. Les RP veillent à la réputation et à l image de l entreprise pour lui permettre de se profiler par rapport à ses concurrents. RP pour les administrations publiques L État est tributaire de la compréhension et de la confiance de la population. Les gouvernements, autorités et offices recherchent le dialogue et prennent des mesures pour énoncer leurs tâches et objectifs respectifs. Ce processus constant d échange d informations nécessite l engagement de spécialistes RP. Ces derniers connaissent les processus de formation de l opinion et peuvent expliquer les liens entre société, économie et état. RP pour les organisations d intérêt public Les RP sont particulièrement vitales pour les organisations à but non lucratif (ONG). Elles leur permettent de générer de l attention, de la confiance et de la bonne volonté pour remplir leurs tâches et atteindre leurs objectifs malgré des moyens financiers limités. Les ONG travaillent pour informer l opinion publique de leurs préoccupations ; elles développent la prise en compte de leur cause et recherchent une solidarité active de la population. Selon leur domaine d activités, elles poursuivent l objectif de changer la perception et le comportement de groupes cibles particuliers par rapport à un sujet donné. Dans cette optique, les RP représentent également un instrument important de mobilisation de ressources financières et humaines. RP pour les organisations politiques Le fondement de chaque démocratie réside dans la mobilisation citoyenne et dans la prise de conscience politique. Chaque organisation politique, désirant se développer à l intérieur du marché de l opinion, pratique les RP afin d exprimer ses positions et de profiler sa propre organisation ou ses représentants. Leurs activités RP leur permettent de gagner des membres et des sympathisants. RP en tant que prestation de service Les RP sont fondamentalement une affaire de chef, c est-à-dire que les supports de communication et les figures d identification sont l apanage des représentants les plus élevés d une organisation (directeur/ceo/ président). Ils ont cependant besoin de la présence de spécialistes RP qui les conseillent, développent des stratégies de communication et mettent en œuvre les mesures décidées. Bon nombre d organisations disposent de leur propre département RP ou mandatent, au cas par cas, une agence ou un conseiller externe. Ce faisant, elles acquièrent les compétences, l expériences et l impartialité professionnelle nécessaire à la bonne prise en compte d une problématique RP. 13

13 14 marchés des capitaux marchés commerciaux Champs relationnels d une organisation média consommateurs scène culturelle espace socio-politique tv et presse écrivains hautes écoles habitants voisinage associations églises actionnaires banques bourses clientèle partenaires commerciaux ORGANISATION politiciens autorités parlements gouvernements associations du personnel affiliations syndicats fournisseurs associations de branches organisations étatiques marchés d approvisionnement champ concurrentiel espace politique votants marchés du travail Champs d activités des RP et de leurs groupes cibles COMMUNITY RELATIONS population autorités sur place INTERNAL RELATIONS cadres collaborateurs apprentis retraités sphère familiale PUBLIC AFFAIRS gouvernement parlements partis politiciens MEDIA RELATIONS journaux revues magazines, etc. radio télévision nouveaux médias FINANCIAL & INVESTOR RELATIONS actionnaires investisseurs analystes financiers banques brokers

14 Les RP sont variées comme aucune autre discipline Les RP englobent une large palette de tâches. Les relations à multiples facettes entre une organisation et ses différentes parties prenantes exigent en effet l utilisation d une large palette d instruments. L aperçu de quelques disciplines parmi les plus importantes illustre la grande diversité du domaine des RP. Corporate Communications Appelée également communication institutionnelle. Cette notion dési - gne l ensemble des efforts déployés par une entreprise, une institution ou une administration pour communiquer. Outre les relations publiques, la communication institutionnelle englobe la publicité, la promotion des ventes et le sponsoring. Community Relations Jouent au sein des organisations un rôle économique et sociétal important. Les relations communautaires s adressent à la population locale ainsi qu à l environnement de proximité de l organisation. Gestion de crise Puisqu aucune organisation n est à l abri de catastrophes, accidents, conflits internes ou de toute autre situation de crise, cette notion comprend la conception de stratégie de communication et l ensemble des mesures qui servent à maîtriser une situation imprévue, comportant un risque pour l entreprise. Son objectif principal est d enrayer le développement de la crise et de garantir la crédibilité de l organisation. Financial & Investor Relations Représentent le domaine d activités concernant l organisation de la communication avec les groupes qui s intéressent à l entreprise sous l angle financier comme les investisseurs privés et institutionnels, les analystes, les conseillers en matière d investissements, les banques et la presse financière. Internal Relations «PR begins at home» dit-on aux USA, le pays d origine des RP. La communication interne signifie : transmettre, diriger et motiver, car les collaborateurs bien informés sont également les meilleurs et les plus importants porteurs d image vers l extérieur. Issue Management (Anticipation des thèmes stratégiques) Représente le processus qui permet de suivre d une manière systématique l évolution dès sa naissance d une problématique touchant l organisation, d en tenir compte dans les décisions internes et de la gérer efficacement dans le débat public. Media Relations Représentent dans beaucoup d organisations le point fort des activités de relations publiques. Poursuit comme but l établissement et le développement de contacts avec les média les plus importants, en tant que plateforme et partie de l opinion publique, et les fournit en informations. Les spécialistes RP respectent l indépendance rédactionnelle des journalistes. Product PR Soutiennent la communication marketing avec les moyens des RP. Contrairement aux messages publicitaires, cette discipline exprime principalement la volonté de l organisation de créer de la compréhension et de la confiance relative à l un de ses produits ou service auprès des groupes cibles au moyen d une information factuelle. Public Affairs Les affaires publiques comprennent la communication entre l organisation et les institutions et personnes importantes dans l environnement de l organisation. Elles poursuivent l objectif de représenter les intérêts de l organisation dans le cadre du processus de décision politique. 15

15 Les RP exigent responsabilité, compétence sociale et éthique Bien que pratiquées depuis des décennies, les RP sont une branche professionnelle moderne. Leur attractivité croissante est directement liée à l augmentation du niveau d exigences techniques, ainsi qu à la diversité des métiers qu elles réunissent.. 16 Corporate Communications Officer (CCO) Responsables de la globalité des activités de communication interne et externe d une organisation. Guident le développement de l identité institutionnelle (corporate identity) à travers l ensemble des mesures de communication. Les CCO font partie de la direction d entreprise ou fonctionnent en étatmajor sur les différents domaines d activités de l organisation. Responsables/conseillers RP Font partie des cadres supérieurs des organisations, ou alors dirigent un groupe de conseil avec leurs propres mandats au sein d une agence RP. Ils dirigent des projets stratégiques comprenant une large palette de tâches interdisciplinaires. La conception, planification et direction d activités RP, à l interne comme à l externe, font partie intégrante de leur cahier des charges. Porte-parole Ils représentent les personnes officielles de contact d une organisation pour les journalistes. Le suivi des contacts avec les média ainsi que la distribution d informations destinées aux journalistes intéressés, la formulation de communiqués de presse et de prises de position, ainsi que la production d interviews, de portraits et de reportages font partie de leurs tâches principales. Ils s occupent également des activités de monitoring et de l évaluation des coupures de presse, et soutiennent la direction de l entreprise lors d activités avec les média. Investor Relations Officer (IRO) Ils sont responsables de la communication financière afin d optimiser la valorisation de l entreprise sur le marché des capitaux. Ce but nécessite une étroite coordination avec la communication institutionnelle afin d assurer la congruence des messages émis par l organisation. En règle générale, les IRO sont directement subordonnés au Chief Finance Officer (CFO). Rédacteurs RP Ils exécutent principalement des tâches écrites, dont la rédaction de rapports annuels, brochures, informations, journaux d entreprises et journaux internes. Selon la taille de l entreprise, cette activité s exerce à plein temps et comporte également la rédaction de discours et de conférences. Spécialistes RP Ils sont responsables de l attribution et de la répartition des mandats tant au niveau professionnel que commercial à l attention des fournisseurs et spécialistes. Ils sont responsables du déroulement ainsi que des contrôles en matière de coûts, délais et qualité, particulièrement en rapport avec la mise en page et la production d informations RP ou le déroulement de manifestations. Ils prennent en charge la réalisation technique et rédactionnelle de moyens de communication RP et gèrent leur mise en forme. Secrétaires RP Elles exécutent les travaux admini stratifs et organisationnels, tels que la correspondance avec la clientèle et les fournisseurs. Elles contrôlent les factures, s occupent du rangement, procurent documents et informations, organisent les travaux de distribution et collaborent aux manifestations.

16 17

17 Les RP misent sur la formation professionnelle Autrefois profession où l on apprenait sur le tas, les RP se sont professionnalisées, en Suisse comme ailleurs. Parallèlement, on constate un plus haut niveau d exigence des entreprises, qui recherchent aujourd hui des généralistes comme des spécialistes, des collaborateurs comme des managers, devant être bien formés. 18 Les exigences envers les professionnels des RP augmentent, tout comme la valeur ajoutée d une formation solide, d un intérêt réel pour la branche, du talent et de la motivation, qui sont les ingrédients indispensables à une carrière dans les RP. Mais ces éléments seuls ne peuvent pas garantir le succès professionnel. La meilleure voie vers la qualification professionnelle reste la formation continue en cours d emploi. L expérience professionnelle Plusieurs chemins mènent aux RP. L accès à ce champ professionnel est ouvert. Traditionnellement, les personnes travaillant dans les RP apprennent leur métier sur le tas depuis un apprentissage (généralement de commerce). L entrée dans le métier débute habituellement par un stage ou un engagement dans un département RP ou dans une agence. Le journalisme, la communication marketing, la vente, les ressources humaines ou une expérience graphique peuvent également constituer les bases d une carrière dans les RP. Les études universitaires ne sont pas en reste et un séjour en faculté d économie, lettres, sociologie, politologie, psychologie ou droit offre une bonne base pour une carrière RP remplie de succès, particulièrement si, durant ses études, l étudiant a acquis une expérience pratique. Formation (continue) en cours d emploi La qualification professionnelle s acquiert en principe parallèlement à son activité professionnelle dans le cadre d une formation continue. La formation de spécialiste en RP propose un cursus de base complet en RP et débouche sur l obtention d un brevet fédéral. Les cadres et les adeptes de formation supérieure peuvent suivre des cours de conseiller/ conseillère en RP à l Institut Suisse de Relations Publiques (SPRI). L Université de Lugano propose un Executive Master of Science in Communications Management en collaboration avec le SPRI. Différentes filières postgrades sont proposées par le SPRI ainsi que différentes Hautes Écoles Spécialisées (HES). A noter qu il est de plus en plus courant de se former dans le cadre de modules soumis à des examens ou de séminaires. Examen supérieur de conseillères et conseillers RP Examen professionnels des Spécialistes RP L objectif de ces examens placés sous l autorité de l Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) est d offrir à des cadres particulièrement bien qualifiés et à des spécialistes qui exercent déjà une fonction dirigeante ou qui sont actifs dans les relations publiques, la possibilité de valoriser leur expérience professionnelle théorique et pratique, avec l obtention d un brevet ou d un diplôme fédéral. Ces certificats servent de preuve de compétences lors de la sélection professionnelle de cadres ou de spécialistes.

18 Afin d obtenir ce diplôme ou ce brevet, les candidats doivent posséder les connaissances techniques et les capacités nécessaires mentionnées de façon détaillée dans les règlements d examens fédéraux. Le contenu des examens s oriente vers les qualifications professionnelles nécessaires. L admission aux examens ne dépend pas d une formation RP ni d une préparation spécifique aux examens. Possibilités améliorées pour les débutants Jamais l offre de formation RP n a été aussi riche qu aujourd hui. Les professionnels qui exercent de temps à autre des activités RP mais ne désirent pas suivre une formation complète (du moins dans un premier temps) peuvent suivre différents modules et cours de base proposés par plusieurs organisations, dont le SPRI. L Institut Suisse de Relations Publiques (SPRI) est le principal établissement de formation du pays depuis plus de 40 ans dans la formation de professionnels RP. Le travail du SPRI doit servir à augmenter le professionnalisme, la responsabilisation de l exercice des activités de communication afin de contribuer à l élévation de la réputation des RP dans le public. Le SPRI tisse des contacts personnalisés et intensifs au sein des environnements économiques, sociétaux et universitaires, dans notre pays comme à l étranger. Ce large réseau de relations permet l optimisation continue des différentes formations dans l intérêt de l ensemble de la branche RP. 19 Les détenteurs d une maturité peuvent également suivre, sans connaissance pratique préalable, une formation HES (Bachelor). Des formations continues postgrades sont également proposées dans le cadre du CAS (Certificate of Advanced Studies) et du MAS (Master of Advanced Studies). Les exigences envers les professionnels RP augmentent, à l instar de l importance de posséder une solide formation en la matière. Les qualités nécessaires à une bonne carrière dans les RP sont comme dans d autres domaines d activité la personnalité, l expérience ainsi qu un zeste de chance qui fait que l on sera au bon moment au bon endroit pour décrocher le poste de ses rêves.

19 20

20 Construire les RP sur des réseaux En Suisse, les relations publiques sont considérées comme une profession à part entière depuis le début des années cinquante. Les professionnels des relations publiques travaillent dans toutes les branches de l économie, tant au sein des services de l État qu auprès des entreprises publiques ou privées. Les plus grandes organisations faîtières ont été réunies en 2009 dans le Schweizer Haus der Public Relations (institut suisse des relations publiques) à Zurich. L association faîtière des RP Créée en 1953, fondée en 1954, en Suisse Romande à St-Saphorin, pr suisse / l'association Suisse de Relations Publiques (ASRP) est une association professionnelle qui a pour but de promouvoir les relations publiques, ainsi que d assurer la formation et le perfectionnement de ses membres. En tant que société faîtière, pr suisse se subdivise en sept sociétés régionales. pr suisse compte quelque membres répartis dans les catégories suivantes : membres professionnels (les praticiens à temps complet en matière de relations publiques), membres individuels (pour qui les relations publiques représentent une activité professionnelle secondaire, ou personnes intéressées) et membres collectifs (entreprises, institutions, etc.). Les sociétés régionales constituent un réseau qui encourage, par le biais des manifestations spécifiques à la branche, les échanges d expériences entre leurs membres et veillent à ce que ceux-ci respectent les principes déontologiques et éthiques dans l exercice de leur profession. pr suisse tient un Registre Professionnel : celui-ci regroupe les membres (membres accrédités) des sociétés régionales qui font preuve de qualifications professionnelles particulièrement élevées. Ces spécialistes obtiennent de pr suisse le droit et le devoir de porter le titre de RP/ASRP. La commission d examen de pr suisse dirige, en tant qu instance examinatrice indépendante placée sous la surveillance de l Office fédéral pour la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), l examen professionnel supérieur de conseillères et conseillers RP (depuis 1979) ainsi que l examen professionnel des spécialistes en RP (depuis1984). L Institut Suisse de Relations Publiques (SPRI) Est une fondation créée en 1969 par pr suisse et placée sous la surveillance du Département fédéral de l intérieur. C est le seul organisme de formation aux relations publiques suisse officiellement reconnu par le CERP (organisation faîtière des organisations professionnelles de relations publiques européennes). Il a pour principal objectif d améliorer la qualité des activités de relations publiques. Il est responsable de la formation professionnelle et du perfectionnement à tous les niveaux. Il organise à cet effet des cours de spécialistes en RP et de conseillères/conseillers en RP, ainsi que des études postgrades (CAS) et divers séminaires intensifs. L Association des Agences de Relations Publiques en Suisse (BPRA) Cette Association réunit plusieurs agences suisses qui ont fait leurs preuves par la qualité de leurs services. Elle veille à la transparence parmi ses membres, définit les principes régissant leur travail et leurs honoraires, et défend les intérêts liés à l exercice de cette profession..harbourclub. Chief Communications Officers Propose une plate-forme exclusive aux Chief Communications Officers (CCO), dans le but d échanges personnels d expériences entre les plus importants professionnels de la branche ainsi que le développement de contacts informels. 21

PR Manager Conseiller en relations publiques

PR Manager Conseiller en relations publiques Unique en Suisse romande: un diplôme fédéral couplé à un certificat postgrade de la Haute école de gestion de Fribourg tous les 2 ans «Votre ambition est d acquérir et faire valoir des compétences managériales

Plus en détail

Information Presse & Communication : les textes qui fondent notre profession et notre éthique

Information Presse & Communication : les textes qui fondent notre profession et notre éthique Information Presse & Communication : les textes qui fondent notre profession et notre éthique Définition des professions de conseiller en relations publiques et d attaché de presse Le Ministre de l Information

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

maîtriser les processus de communication

maîtriser les processus de communication Les spécialistes en marketing, spécialistes de vente, planificatrices et planificateurs en communication, rédacteurs publicitaires, spécialistes en relations publiques sont des femmes et des hommes qui

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

PREAMBULE L ATTACHE DE PRESSE. Son rôle

PREAMBULE L ATTACHE DE PRESSE. Son rôle NOS METIERS : DEFINITION, CODES PREAMBULE Les métiers d'attaché de Presse et de Conseiller en Relations Publiques font partie de l'univers de la communication. Ces activités s'inscrivent généralement dans

Plus en détail

«Des experts pour l économie immobilière!»

«Des experts pour l économie immobilière!» schweizerische sfpkiw fachprüfungskommission der immobilienwirtschaft «Des experts pour l économie immobilière!» Commission suisse des examens de l économie immobilière Gérants d immeubles Experts en estimations

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

www.sawi.com/fr Avenue Florimont 1 1006 Lausanne ➀ seelandacademy sàrl tél 032 558 30 55 2502 Bienne www.seelandacademy.ch

www.sawi.com/fr Avenue Florimont 1 1006 Lausanne ➀ seelandacademy sàrl tél 032 558 30 55 2502 Bienne www.seelandacademy.ch Par ordre de la Confédération suisse (Office fédéral de la Formation professionnelle et de la Technologie OFFT, la Publicité Suisse PS en partenariat avec la Publicité Romande organisent l examen professionnel

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

SPECIALISTE EN COMMUNICATION

SPECIALISTE EN COMMUNICATION Spécial: «Meilleures pratiques digitales» SPECIALISTE EN COMMUNICATION Formation professionnelle de Spécialiste en communication, préparant au Brevet fédéral de Planificateur/trice en communication. 1

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale Préambule L ostéopathie pour animaux n étant pas encore reconnue légalement, de nombreux praticiens exercent en Belgique sans cadre

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste

La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste La Déclaration des devoirs et des droits Schweizer Presserat Preambule Le droit à l information, de même qu à la libre expression et à la critique, est une des libertés fondamentales de tout être humain.

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse»

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» 1. Objectifs supérieurs... 2 2. Candidats admis au concours... 2 3. Cadre financier... 3 4. Dépôt de la demande... 3 5. Évaluation de la demande... 3 6. Calendrier

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices Aide-mémoire 19 Réseaux d entreprises formatrices Qu est-ce qu un réseau d entreprises formatrices? Un réseau d entreprise formatrices est un groupement d entreprises qui, seules, ne pourraient pas assurer

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

MarKom. «La meilleure des publicités est un client satisfait» Bill Gates. Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024 471 63 22 mail@cvpc.ch www.cvpc.

MarKom. «La meilleure des publicités est un client satisfait» Bill Gates. Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024 471 63 22 mail@cvpc.ch www.cvpc. MarKom «La meilleure des publicités est un client satisfait» Bill Gates Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024 471 63 22 mail@cvpc.ch www.cvpc.ch 1 Le Centre Valaisan de Perfectionnement Continu (CVPC)

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Code d éthique du CIO

Code d éthique du CIO Ce texte est un extrait du document complet. Code d éthique du CIO PRÉAMBULE Le Comité International Olympique, chacun de ses membres comme l administration, les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Le présent règlement d organisation complète les dispositions du plan de formation mentionné ci-dessus 1 et des statuts de la CIFC Suisse.

Le présent règlement d organisation complète les dispositions du plan de formation mentionné ci-dessus 1 et des statuts de la CIFC Suisse. Règlement d organisation des cours interentreprises destinés aux employées et employés de commerce avec certificat fédéral de capacité (CFC) de la branche de formation et d examens Services et administration

Plus en détail

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale Guide Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale 2 Utilisation du présent guide Le présent guide décrit des mesures et des possibilités d action déjà expérimentées. Les

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance CURAVIVA SUISSE Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance Promotion de la qualité de vie individuelle Les 2500 institutions membres de l association nationale faîtière CURAVIVA Suisse

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR 1. Introduction Le groupe Fluidra est fermement engagé dans le respect des principes établis en matière de droits de l homme, du travail, de l environnement et des pratiques

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2)

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) BTS COMMUNICATION Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) Fonction Le titulaire du BTS Communication conçoit et met en œuvre des opérations de communication, qui peuvent revêtir une forme publicitaire, événementielle,

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ IV L éthique dans vos relations d affaires Nos activités sont tributaires de la qualité des relations que nous entretenons avec les clients, la collectivité, diverses organisations et nos partenaires.

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale d opticienne/opticien 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 10 mai 2010 85504 Opticienne CFC/Opticien CFC Augenoptikerin EFZ/Augenoptiker EFZ

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION

GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION Formation pratique certifiante préparant au Certificat SAWI de Généraliste en marketing et communication LAUSANNE 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs déterminants

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Statuts de «pr suisse»

Statuts de «pr suisse» Statuts de «pr suisse» Art. 1 L'Association Sous le nom «Association Suisse de Relations Publiques», «Schweizerischer Public Relations Verband», «Associazione Svizzera di Relazioni Pubbliche», «Swiss Public

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

SAWI - garantie d excellence. Facteurs déterminants permettant de chois ir une formation auprès du SAWI

SAWI - garantie d excellence. Facteurs déterminants permettant de chois ir une formation auprès du SAWI SALES DIRECTOR Formation professionnelle supérieure en management de la vente préparant au Diplôme SAWI de Sales Director et au Diplôme fédéral de Chef de vente 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

Guide. pour le choix d une agence de communication

Guide. pour le choix d une agence de communication Guide pour le choix d une agence de communication Table des matières Généralités...3 I Choix d agence...4 II Evaluation d agence...5 La voie directe, sans processus d évaluation... 5 La voie de la présentation

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Projet «Offres de formation»

Projet «Offres de formation» Projet «Offres de formation» Lignes diréctrices pour l'organisation, le pilotage et le subventionnement des offres de formation destinées aux collaborateurs ecclésiaux à l échelon de la Suisse et des régions

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail