L Enseignement Supérieur en Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Enseignement Supérieur en Europe"

Transcription

1 UNESCO UNESCO-CEPES CENTRE EUROPÉEN POUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR L Enseignement Supérieur en Europe Dans ce numéro: Les relations publiques : un instrument pour la transformation et le développement de l enseignement supérieur Vol. XXVIII, No. 4, 2003 L Enseignement Supérieur en Europe

2 Volume XXVIII Numéro TABLE DES MATIERES Éditorial Les relations publiques: un instrument pour la transformation et le développement de l'enseignement supérieur Relations publiques, publicité, et même un peu de propagande: les établissements roumains privés d'enseignement supérieur et leurs campagnes de communication Mihai Coman Les collèges privés en Hongrie - la recherche d étudiants et la quête de la reconnaissanc e: l'exemple de l'ecole internationale de commerce de Budapest Ervin Gömbös Le rôle stratégique des relations publiques dans la création d avantages compétitifs pour l'enseignement supérieur privé en Pologne: l'exemple de l'ecole de banques et finances de Poznan Maciej Kolasinski, Arkadiusz Kulig, et Piotr Lisiecki Le patrimoine universitaire - un instrument institutionnel de création d une marque et de commercialisation Nijole Bulotaite La stratégie de relations publiques de l Université pédagogique d Etat Alexander Herzen de St. Pétersbourg: le dialogue entre l'héritage et le présent d'une université Elena Kaverina L accréditation institutionnelle en tant qu instrument de relations publiques: l exemple de l Université de sciences économiques de Poznan... Przemyslaw Deszczynsk Les relations publiques: le processus de communication entre un établissement d enseignement supérieur et son environnement: l exemple de l Université de sciences économiques de Wroclaw Aneta Szymanska Approches et instruments de relations publiques: l enseignement supérieur dans la République Tchèque Petr Pirožek et Marie Hesková L enseignement supérieur des relations publiques: une expérience russe Lyudmila Azaro va

3 A la recherche de la synergie: théorie et pratiques de l enseignement et de la recherche dans les relations publiques et la gestion des communications en Estonie Kaja Tampere L enseignement des relations publiques: un instrument pour la transformation et le développement des ressources humaines Minka Zlateva Les relations publiques: un instrument de coopération reliant le secteur privé et les établissements d enseignement supérieur Izabela Pabich Le rôle des associations d étudiants et d anciens étudiants dans le processus de démocratisation en Espagne Alfredo Arceo Pourquoi les méthodologies de relations publiques transitionnelles sont nécessaires dans la réforme de l enseignement supérieur en Europe Centrale et de l Est Ryszard Lawniczak Tribune Vers des établissements privés d enseignement supérieur de qualité en Europe Centrale et de l Est Kate Galbrait Qui devrait payer pour l enseignement supérieur? Une perspective japonaise Masateru Baba 559 Les perceptions des protégés des organisations universitaires quant aux fonctions de monitorage Ferda Erdem et Janset Özen Comptes-rendus et études bibliographiques Notes sur les auteurs

4 Editorial Ce numéro de l Enseignement Supérieur en Europe publie la plupart des présentations faites à l occasion d une conférence de deux jours tenue à l Université de sciences économiques de Poznan, sur le sujet des «Relations publiques un instrument pour la transformation et le développement de l enseignement supérieur en Europe Centrale et de l Est». Organisée par la Chaire de journalisme économique et de relations publiques de l Université de sciences économiques de Poznan, par l UNESCO-CEPES et PRELITE PR, son objectif général a été de rassembler des professionnels et des universitaires oeuvrant dans les secteurs de l enseignement supérieur et des relations publiques dans les économies en transition de l Europe Centrale et de l Est. Les organisateurs ont cherché des présentations s adressant à la fois à un public qui cherche à comprendre les problématiques actuelles de la réforme et du développement dans le domaine de l enseignement supérieur dans les pays en transition et à analyser et situer les relations de travail (qui impliquent à la fois de la concurrence et de la coopération) entre les établissements d enseignement supérieur publics et ceux privés, nouvellement créés. Un des résultats attendu des différentes interventions a été l évaluation du concept de «relations publiques transitionnelles», qui a été formulé et développé par Prof. Ryszard Lawniczak, conseiller du président de la République de Pologne et titulaire de la Chaire de journalisme économique et relations publiques de l Université de sciences économiques de Poznan. Les interventions typiques (avec quelques exception notables) qui ont été préparées et présentées dans le cadre de la conférence ont inclus une étude de cas sur le développement et l utilisation des relations publiques dans l établissement d origine de l intervenant ou dans des établissements avoisinants. Les articles résultant de trois de ces interventions traitent des établissements privés d enseignement supérieur et reflètent la thèse très véhiculée que les établissements privés qui sont apparus sur la scène, presque instantanément et partant de rien, à la suite de l écroulement du communisme en Europe Centrale et de l Est a dû nécessairement développer des campagnes de publicité et de relations publiques afin de survivre et d occuper des niches dans un «marché» qui a été dominé par les établissements publics. Ainsi, Prof. Mihai Coman, chef du Département de médias de l Université de Bucarest, Roumanie, analyse les méthodes d autopromotion des nouvelles universités privées de Roumanie. Prof. Erwin Gömbös de l Ecole internationale de commerce de Budapest décrit les modalités par lesquelles les établissements privés d enseignement supérieur d Hongrie recrute nt des étudiants et se font de la publicité. Et les professeurs Maciej Kolasinski, Arkadiusz Kulig et Piotr Lisiecki proposent un discours similaire au sujet de l Ecole de banques et finances de Poznan. Ils soutiennent qu un établissement d enseignement supérieur est en fait en compétition sur deux marchés : le marché d où il puise ses étudiants et le marché du travail où il place ses diplômés. Néanmoins, les établissements publics, qui ont vu leur position de monopole défiée par les nouveaux venus du secteur privé et par la réduction des financements publics disponibles dans la période de transition, ont été forcés d adopter et d employer les techniques des nouveaux établissements privés afin de préserver leurs parts de marché et même de les accroître en concurrence avec les autres, ainsi qu avec le secteur privé de l enseignement supérieur. D ici ont résulté la création de places payantes dans les établissements publics et leurs initiatives d autopromotion par les relations publiques et le marketing. 4

5 Les cinq articles (issus de cinq présentations de la Conférence) qu traitent de relations publiques dans les établissements publics en transition illustrent plusieurs approches de cette activité, à la fois limitées et étendues. Les auteurs des deux premiers articles de ce groupe, qui sont associés à des établissements anciens, classiques, montrent de quelle manière on peut employer la tradition pour promouvoir de tels établissements. L approche est particulièrement pertinente pour Nijole Bulotaite, chef du Bureau d information et de relations publiques de l Université de Vilnius, en Lituanie, qui a été fondée en Elle présente toute une stratégie de relations publiques basée sur le patrimoine culturel d un établissement vénérable, mais en même temps moderne. Elena Kaverina de l Université pédagogique d Etat Alexander Herzen de St. Pétersbourg traite la question des relations publiques de et pour son établissement de la même manière, en mettant l accent sur la tradition, sont université ayant été fondée en 1797 comme le plus ancien établissement d enseignement supérieur de ce type en Russie. Cependant, on témoigne là d un contradiction, du fait de la tendance de l auteur à nier un des aspects durables de la tradition, le fait que l Université a été et demeur e, officiellement, un établissement de formation des enseignants. L image pédagogique de l université, selon elle, s oppose à l image ciblée, celle d une université pluridisciplinaire, qui est très compétente en plusieurs domaines. Les établissements public nouveaux qui ne peuvent pas, du fait de leurs brèves histoires, fonder trop leurs relations publiques sur l évocation de la tradition, doivent mettre en évidence des arguments utilitaires et, dans le cas de la Pologne, de jouer sur le sentiment sous -jacent dans la société polonaise que les établissements publics sont encore les meilleurs. Pour le professeur Przemyslaw Deszcynski, le facteur qui doit être pris en compte, même dans le cas de son université publique bien connue, l Université de sciences économiques de Poznan, est que le niveau de la compétition augmentera et s étendra avec l adhésion de la Pologne à l Union Européenne et son entrée dans l Espace européen de l enseignement supérieur et de l Espace européen de la recherche et de l innovation. En évoquant la création, en décembre 2000, par cinq universités d Etat de sciences économiques de Pologne, de la Fondation pour la promotion et l accréditation des programmes économiques, il présente le processus par lequel son établissement a cherché et a obtenu l accréditation de cette Fondation. Le processus et sa conclusion réussie ont servi en tant que relations publiques à grands effets positifs pour l Université. En faisant référence à un établissement similaire d une autre ville polonaise, Aneta Szymanska de l Université de sciences économiques de Wroclaw analyse les types de recherche institutionnelle qui doivent être accomplis avant qu un établissement d enseignement supérieur puisse effectuer une campagne réussie de relations publiques. Elle offre une description détaillée d une étude de cas sur son université qu elle a réalisée par le biais d une enquête sur les opinions et les attitudes des étudiants envers leur université. Les conclusions résultantes serviront comme fondements pour d autres types de relations publiques très ciblées. Le cinquième article de ce groupe déplace la lumière des projecteurs vers la République Tchèque, et en particulier vers l Université de sciences économiques de Prague. Il est le cas, une fois de plus, d un établissement public reconnu qui doit affronter la concurrence, mais aussi la nécessité de promouvoir un campus filiale, la Faculté de gestion, située au Sud de Prague, à Jindrichuv Hradec. Les auteurs, Dr. Petr Pirožk, le vice-doyen pour les relations extérieures de la Faculté, et son collègue Marie Hesková, présentent quelques stratégies qui ont été employées afin de soutenir et de développer ce campus, dont une est celle d insister sur sa «marque» obtenue par le fait d être la filiale d un établissement de la «Ivy League» de l enseignement supérieur tchèque. 5

6 Trois autres participants à la Conférence ont traité le sujet des relations publiques dans des pays en transition d une manière complètement différente. Les articles résultants présentent les manières dans lesquelles sont enseignées les relations publiques dans leurs universités. Le premier auteur de ce groupe, Lyudmila Azarova de l Université d Etat d électrotechnique de St. Pétersbourg, en Russie, présente le programme de diplôme en relations publiques dispensé par son université. Celui-ci a été le premier de ce type à être créé en la Fédération de Russie. Lancé en 1993, en coopération avec l Université d Etat Towson du Maryland, il respecte les normes du Standard de l enseignement en relations publiques de l Etat et de la Société des relations publiques des Etats-Unis. Dr. Kaja Tampere de l Université de Tartu en Estonie présente l'évolution et les différentes programmes d'études en relations publiques à plusieurs niveaux de diplôme qui sont apparus depuis la création du premier programme en relations publiques en 1996 dans le cadre du Département de journalisme de l Université de Tartu qui a été elle-même créée en Le programme de relations publiques met actuellement l accent sur la recherche en relations publiques et puise beaucoup de soutien pour le Département et pour l Université dans son entier de la réputation et de la tradition de l établissement lui-même, une très ancienne université qui a été fondée en Finalement, Dr. Minka Zlateva de l Université St. Kliment Ohridski de Sofia analyse l enseignement des relations publiques dans l'enseignement supérieur bulgare, et en particulier dans son université. La formation dans le domaine, ajoute -t-elle, est stimulée par la nécessité pour les établissements sociaux de son pays de comprendre et d employer les relations publiques, un élément fondamental d une société démocratique. Une troisième approche de la thématique, une présentation de la relation réciproquement bénéfique de la filiale polonaise d'une importante firme de conseil financier, Ernst & Young, et un important établissement polonais d enseignement supérieur, l Ecole de sciences économiques de Varsovie, est abordée par Izabela Pabich, l administrateur responsable du recrutement de la compagnie en question. Les deux établissements s entraident à travers l'organisation commune de cours et de séminaires, de stages pour les étudiants dans la compagnie, de postes d assistants universitaires à l Ecole de sciences économiques pour des employés de la compagnie, etc. En général, Ernst & Young se présente aux meilleurs établissements d enseignement supérieur de Pologne comme un très bon employeur pour leurs diplômés, qui se donne de la peine de se familiariser avec ces établissements et recruter en échange les meilleurs diplômés qui ont connu la compagnie à travers ses activités de relations publiques. En bref, les établissements d enseignement supérieur et les employeurs peuvent et devraient développer des relations symbiotiques. Une quatrième approche de la thématique de la Conférence, ressortant de l'article d'un des participants, a été celle de démontrer le rôle politique des relations publiques dans l'enseignement supérieur incluant ses possibles ramifications dans l ensemble de la société. Dr. Alfredo Arceo de l Université Complutense de Madrid, explique comment les associations des étudiants et des anciens étudiants d Espagne, dans leurs rôles en tant qu interfaces et pionniers en termes de transmission de l information, ont facilité la transition en Espagne de la dictature de Franco à la démocratie libérale de manières qui ont favorisé l offre par le gouvernement de l autonomie universitaire et de la liberté académique. Un article de résumé, du professeur Ryszard Lawniczak, conclut la thématique. Ici, Prof. Lawniczak met en évidence son concept de «relations publiques transitionnelles», qui désignent à la fois les relations publiques adaptées aux conditions spécifiques des économies et des sociétés post -socialistes en transition et l utilisation des relations publiques afin de combattre les mentalités endurcies du passé et d expliquer et d induire les virtus de la démocratie et de l économie de marché et de suggérer des modalités par 6

7 lesquelles ces deux peuvent être accomplies. Il considère que la plupart des présentations faites au cours de la Conférence traitent plus ou moins des «relations publiques transitionnelles». Pour ce qui est de la section de la «Tribune» de ce numéro de l Enseignement Supérieur en Europe, le premier article, de Kate Galbraith, une journaliste britannique, analyse en termes généraux la montée des établissements privés d enseignement supérieur en Europe Centrale et de l Est après l écroulement du communisme. Tout en reconnaissant le fait que la qualité des nouveaux établissements privés est variable et qu ils sont dépendants des frais d'études et de bonnes stratégies de relations publiques, elle sent qu'ils sont structurellement mieux adaptés à servir le monde post-communiste que les établissements publics appauvris et par trop rigides, malgré les réputations en général excellentes que ces derniers aient pu maintenir en principal parce qu ils sont plus anciens et reconnus. Dans l article suivant, le professeur Masateru Baba de l Université Shinshu du Japon se demande de manière rhétorique qui devrait payer pour l enseignement supérieur. Citant la situation de son pays, il affirme que ceux qui bénéficient de l enseignement supérieur devraient en payer les coûts, et puisque l apprenant y profite le mieux, c est celui-ci qui doit payer la plus grande partie. La méthode de paiement qu il propose est un système de prêts pour les étudiants avec des remboursements issus des futurs gains. La «tribune» se conclut par un article écrit par deux universitaires turcs, Ferda Erdem et Janset Özen, qui présentent une enquête qu ils ont effectué sur quatre-vingt-neuf assistants de recherche, qui ont été supervisés par des chercheurs et des enseignants qualifiés, à l'université Akendiz de Turquie. En général, l expérience du tutorat ou de la position de protégé(e) - a été positive et assez importante pour l'évolution des carrières des personnes concernées. Nous concluons ce numéro de l Enseignement Supérieur en Europe par une série de comptes-rendus et études bibliographiques du professeur Eric Gilder de l Université Lucian Blaga de Sibiu, Roumanie. Le prochain numéro de la revue, le premier de l années 2004, aura comme thème «La fuite de cerveaux et le marché académique et intellectuel en Europe du Sud-Est». 7

8 Les relations publiques : un instrument pour la transformation et le développement de l enseignement supérieur Relations publiques, publicité, et même un peu de propagande: les institutions roumaines privées d'enseignement supérieur et leurs campagnes de communication MIHAI COMAN L auteur commence par une présentation de l évolution de l enseignement supérieur privé en Roumanie après la révolution de décembre Dès leur création, ces établissements ont employé la publicité dans les médias comme un moyen d attirer des étudiants payants, utilisant souvent des méthodes qui ont été (et demeurent) trompeuses et malhonnêtes. Les écoles et les programmes de journalisme privés n ont pas été une exception à cette règle générale. Et, comme le fait souligner l auteur, la qualité professionnelle des premiers médias libres en Roumanie a renforcé la mauvaise qualité de la formation pour leur utilisation. Les universités d Etat qui ont préservé leurs standards de qualité utilisent moins que les établissements privés la publicité dans les médias dans le but d atteindre leurs quotas d inscriptions. Même les meilleurs de ces derniers, ceux qui ont accrédités, font beaucoup de publicité, mais leur publicité est fréquemment trompeuse et superficielle. DES CHANGEMENTS DANS LE SYSTEME UNIVERSITAIRE Un des phénomènes communs du processus chaotique de «transition» du postcommunisme est le boom virtuel de l enseignement universitaire (Miroiu 1998, Neculau 1997, Pasti et al., 1997, Stanciulescu, 2002, Vlasceanu, 2001). L accroissement du nombre d établissements a commencé immédiatement après 1989, en l absence de toute prévision juridique adéquate. La Loi no. 88 a été approuvée en 1993, et le Conseil national pour l évaluation et l accréditation universitaires a commencé à fonctionner en Les mécanismes qui agissaient à l époque étaient les suivants: - La création de nouveaux départements et facultés dans les universités d Etat existantes; - L utilisation du titre d Université par un grand nombre d établissements d enseignement supérieur dispensant des programmes courts; - La création d universités d Etat complètement nouvelles ou la division de celles préexistantes; - La création de nouvelles universités privées. Les établissements d Etat se sont multipliés, étant fondés sur des décisions gouvernementales, tout comme les établissements privés, grâce à la Loi de 1923 sur la création de fondations. Ce sont les mécanismes par lesquels en 1994 le nombre de facultés est deve nu 2,6 fois plus élevé par rapport au nombre de En 2000, 696 facultés fonctionnaient dans un nombre total de 57 universités d Etat et 84 privées. Dans la même année, individus ont été inscrits comme étudiants (238 pour Roumains), et personnes avaient gagné le statut de professeurs d'université. De 1994 à 2001, 141 8

9 universités privées avaient soumis des dossiers d'évaluation pour un total de 936 disciplines spécialisées (du nombre desquelles l'autorisation a été accordée à 368). Un nombre total de cinquante-sept universités d Etat avait fait de même pour de disciplines spécialisées, recevant autorisations. Au cours des ces années, vingt universités privées ont reçu l'accréditation légale. Dans trente autres cas, on a initié le processus de révocation à la suite de la suspension des licences de fonctionnement (Institutul Român de Statistica, 2002; CHEEA, 2002). Les universités privées ont été créées principalement comme des établissements autofinancés, financés principa lement par les frais de scolarité payés par les étudiants. Cette source de financement explique les raisons du soi-disant «penchant» que ces établissements ont pour les masses d'étudiants. Quelques tendances communes, énumérées ci-dessous, caractérisent ces établissements: - La suspension des examens d entrée requis et la relaxation générale des critères d admission; - Le fonctionnement avec des cohortes annuelles d étudiants de l ordre des centaines; - La réduction du niveau de difficulté des examens (afin de réduire le risque pour les étudiants d être exclus pour des insuffisances universitaires); - Le remplacement des examens difficiles d admission par des examens expéditifs; - L utilisation d importantes sommes d argent pour des campagnes de publicité spécialement conçues pour convaincre les étudiants à choisir les offres éducationnelles des établissements donnés. Les campagnes de publicité citées ci-dessus ne sont pas basées sur la connaissance de techniques de relations publiques. Ils n'ont aucun caractère stratégique et n'ont bénéficié d aucune assistance de la part de spécialistes ou d établissements de relations publiques. Elles ont connu une évolution pratiquement aléatoire en fonction de l'expérience ou de l'intuition du Comité d administration respectif. En outre, les comités ont été composés dans la plupart des cas d enseignants assez âgés qui sont très familiarisés avec les techniques socialistes de mobilisation des masses par des campagnes ciblées. Au commencement, la promotion des universités privées a été assurée par des articles positifs dans les médias imprimés. Les réactions favorables des journalistes ont été causées par beaucoup de facteurs qui ne sont pas vraiment liés aux problèmes authentiques du système universitaire ou à tout projet cohérent de campagne de relations publiques. Premièrement, après l écroulement du communisme, tout ce qui était en rapport avec les initiatives privées a été perçu dans une lumière positive. L'initiative privée a été perçue comme une cure universelle contre le contrôle de l'etat et la centralisation socialiste. Deuxièmement, le fait d être journaliste était synonyme au fait d exprimer une position anti-gouvernementale. Le Conseil national pour l évaluation et l accréditation universitaires a été perçu comme un organisme conçu afin de restreindre la liberté d'initiative privée. Troisièmement, un grand nombre de ces journalistes qui ont soutenu avec passion l'enseignement privé étaient en fait des étudiants de ces mêmes établissements. On a pu remarquer au cours des dernières années les signes de certains changements fondamentaux. Premièrement, le nombre d'étudiants potentiels a baissé. En 1967, la loi interdisant l avortement a mené à un accroissement de la population et par conséquent à l apparition de toute une génération de jeunes gens pour lesquels un diplôme universitaire est apparu comme la garantie de la réussite sociale et professionnelle. A la moitié des années 1980, la baisse de la qualité de vie et la hausse de l incertitude économique et sociale a induit une chute dramatique du taux de natalité roumain. Deuxièmement, la crise 9

10 économique a mis un point d'interrogation sur le rôle d'un diplôme universitaire dans la poursuite d un statut social élevé. Le marché a été inondé par des milliers de diplômés qui avaient des diplômes de Droit, d économie, de sociologie, de psychologie, de philologie et de langues étrangères. Le fait d être étudiant et celui d être au chômage ont bientôt été associés. Donc, tout intérêt que quelqu un aurait pu avoir à payer ses études universitaires sans bénéficier de l assurance d une position sociale respectée et bien payée est presque disparu. Troisièmement, il y a eu une authentique prolifération de fausses universités privées, avec des établissements qui ont bénéficié des avantages fiscaux disponibles, mais qui n'ont pas offert des programmes d enseignement pertinents ou délivré des diplômes pouvant être reconnus officiellement. En conséquence, le système privé d'enseignement supérieur est devenu de moins en moins crédible. Pendant que le secteur a été saturé avec les nouvelles universités privées, les établissements d'état sont passés d une attitude passive (le dénigrement officiel de leur concurrence) à une attitude plus active (l absorption de candidats à travers des milliers de places payantes ou à travers les possibilités offertes par les universités ouvertes). Les sources principales de financement des universités privées ont baissé dramatiquement. Le problème était que ces établissements n'étaient point préparés à se doter d équipes modernes de gestion universitaire. Ils avaient simplement copié la recette des macrouniversités d'état en remplaçant le financement budgétaire par les frais de scolarité payés par leurs étudiants. En outre, ils n'avaient ni des compétences ni des structures d'organisation conçues spécialement pour le relèvement de fonds, pour l initiation de programmes de recherche appliquée, ou pour la canalisation de fonds externes. Après avoir fait l'effort financier nécessaire afin d'obtenir l'accréditation institutionnelle (impliquant la construction, la rénovation, l'accumulation de matériel pour les laboratoires, parfois de la moindre qualité possible, et l embauche d enseignants avec des contrats permanents), ces établissements sont désormais préoc cupés principalement à préserver le niveau de développement qu'ils ont atteint. Pour cette raison précise, les établissements les plus puissants essaient de compenser la baisse du nombre d'étudiants payants en absorbant des universités privées de moindre taille. Ces dernières ne pourraient pas être capables d obtenir les ressources nécessaires pour satisfaire les standards d'accréditation. Un autre mécanisme d'intégration a été celui de transférer tout simplement des étudiants des petites universités défaillantes vers celles plus grandes et prospères. Les étudiants qui font de tels transferts croient qu il est plus facile de gagner une licenta (diplôme de licence) dans une «université mère» que dans une université d'état. Dans ce paysage professionnel saturé (dans les termes de l'offre universitaire), la question fondamentale est l accès aux ressources financières. Ce besoin dérive de la contradiction entre le grand nombre d'établissements et les ressources financières limitées disponibles. L ENSEIGNEMENT DU JOURNALISME EN ROUMANIE Pour plus d'un siècle, les personnes qui ont travaillé dans les médias roumains ont été formées dans les bureaux de rédaction du média respectif à travers un lent processus de transmission des habitudes accumulées de génération en génération. L'essence du journalisme était réduite à plusieurs procédures, plus la connaissance approfondie de la grammaire roumaine et un certain montant d'informations générales. Après l'écroulement du régime communiste et l'ouverture générale au monde occidental et à ses valeurs qui a suivi, on a commencé à développer en Roumanie toutes les formes de formation des journalis tes. Ces formes sont classées par P. Mory et H. Stephenson (1991) en trois catégories: (i) la formation dans les bureaux de rédaction; (ii) 10

11 la formation dans les universités (cycle long); et (iii) la formation dans les écoles professionnelles (cycle court). La formation dans les bureaux de rédaction A travers la continuation d'une vieille tradition, la socialisation professionnelle et la préparation dans les salles de presse ont mené au recyclage professionnel d'une grande quantité de main-d'oeuvre, surtout des jeunes qui sont venus aux médias à partir de différentes catégories professionnelles comme ingénieurs, médecins, économistes, avocats, étudiants, et même de catégories de gens avec seulement un diplôme de lycée. Les points les plus considérables de réorientation professionnelle ont été situés autour des nouvelles étoiles de la presse roumaine qui ont reproduit des nouvelles versions de leurs propres personnalités dans chaque nouveau disciple. Aujourd hui, la plupart des jeunes gens qui travaillent dans les médias écrits sont le produit de ce processus par lequel le capital de compétence, qui existait quand le régime totalitaire s'est écroulé, a été dupliqué. Dans certains établissements, la formation par la simple exécution des activités quotidiennes habituelles a été complétée par l accès à d autres formes de formation, comme il suit: Des cours intensifs tenus dans les bureaux de rédaction. L exemple le plus éloquent de cette stratégie est celle de la Société roumaine de radiodiffusion qui, a initié entre 1991 et 1994 seize cours intensifs d un mois pour les jeunes employés, et quatorze cours thématiques à long terme en association avec différentes organisations (la Corporation britannique de radiodiffusion (BBC), la Voice of America, et la Fondation Fr. Ebert). Cette solution rapide de recyclage a été adoptée par la Société roumaine de télévision, par certains postes privés, et par les bureaux éditoriaux de journaux comme România libera, Adevarul, Ultimul cuvânt, et Cotidianul. Des bourses de formation à l étranger et des visites d étude. Cette méthode, la plus approuvée et la plus appréciée par les journalistes locaux, a été employée spécialement et largement durant les deux ou trois premières années suivant la Révolution, comme résultat de la pléthore de ressources offertes par les Etats occidentaux qui essayent de soutenir la presse dans les pays qui s étaient trouvées au-delà du Rideau de fer. Dès leur retour, ces journalistes qui avaient désormais sinon des compétences mais au moins une certaine expérience importante, se sont trouvés attrapés dans le filet des intérêts privés, des structures et des complicités locales. Prisonniers du milieu journalistique local, ils n ont pas pu, même avec les meilleures intentions, changer de manière tangible le style et la structure de la presse locale. La formation pour adultes et post-universitaire. Récemment, des nouvelles offres ont été développées à la suite de l accroissement du nombre et de la qualité des facultés de journalisme: des programmes de mastaire, des cours à court terme de formation pour adultes, et des universités ouvertes. La qualité de ces programmes est inégale. Dans certains cas, ils transmettent des informations et des compétences utiles. Dans d autres, les programmes d enseignement sont remplis de questions théoriques qui sont inadéquates pour la formation journalistique. La plupart des personnes qui s inscrivent dans ces programmes ne souhaitent qu obtenir un diplôme et légitimer ainsi (et point par les compétences acquises) leurs postes dans différents bureaux de presse. 11

12 Les écoles professionnelles Parmi les nombreux projets (et parfois les structures basiques) d écoles professionnelles, il y a eu deux qui sont arrivées à la reconnaissance: l Ecole de la BBC et le Centre pour le journalisme indépendant. Le premier, soutenu par le Know-How Fund du Gouvernement britannique et par la Fondation Soros, a dispensé des cours pratiques courts pour les journalistes de télévision et de radio, chacun durant entre quatre et dix semaines et comprenant environ 200 étudiants, dont la plupart étaient des jeunes journalistes des médias locaux. L école possédait des studios de radio et de télévision et un centre informatisé. A compter de 1998, l école a réduit de manière dramatique le nombre de ses programmes. Elle a fermé ses portes en 2000, à cause du fait qu elle ne recevait plus de soutien financier international. L école de la BBC n est jamais arrivée à s imposer dans le milieu professionnel de Roumanie en tant que structure pertinente de formation digne de confiance de la part des bureaux de presse. Ainsi, dès que le financement international a été arrêté il est devenu évident que ni les bureaux de presse ni les apprenants individuels ne considéraient ses programmes dignes d être soutenus à travers le payement de frais d études. Aussi, l école de la BBC a constamment refusé, d un côté, de répondre aux demandes d être évaluée et soumise au processus d autorisation et, de l autre, de se conformer aux standards universitaires établis par le Conseil national pour l évaluation et l accréditation universitaires. De cette manière, l Ecole s est condamnée elle -même à une position marginale. Les diplômes (certificats d études) qu elle a délivré étaient inférieurs aux standards stipulés par le CNEAA). En outre, la profession elle -même n était pas intéressée à offrir du soutien financier, technique ou moral à cette école. Le Centre pour le journalisme indépendant, soutenu par la Fondation pour le journalisme indépendant des Etats-Unis, a organisé différents cours de courte durée. Certains d entre eux étaient dédiés à la formation professionnelle des journalistes. Un nombre de jeunes gens de la presse et d autres domaines d activité ont participé à ces cours. L enseignement universitaire Les programmes de journalisme dans les universités ont connu l évolution la plus spectaculaire. Aujourd hui, vingt-deux unités autorisées fonctionnent dans des universités d Etat et privées. Parmi celles -ci, dix sont dans des universités d Etat. Celles-ci incluent la Faculté de journa lisme et de sciences de la communication de l Université de Bucarest et les départements de journalisme des Universités de Cluj, Timisoara, Sibiu, Iasi, Pitesti, et autres établissements. Douze autres facultés oeuvrent dans des universités privées. Les plus importantes sont à l Université Hyperion de Bucarest, à l Université Tibiscus de Timisoara et à l Université Vasile Goldis d Arad. Il faut également mentionner ici la Haute Ecole de journalisme de Bucarest qui, tout en ayant les caractéristiques d une école professionnelle (avec une formation limitée à la presse écrite), est coordonnée par une association professionnelle de journalistes et a développé un cycle de formation de longue durée. Actuellement, seulement huit écoles sont entièrement accréditées : quatre dans des universités d Etat (à Bucarest, Cluj, Timisoara et Sibiu) et quatre dans des établissements privés (Universités Hyperion, Vasile Goldis, Spiru Haret et Tibiscus). Les processus d autorisation et d accréditation sont réglementés par la Loi sur l évaluation et l accréditation universitaire (promulguée en 1994 et revue en 1999) et en pratique par le Conseil national pour l évaluation et l accréditation universitaire. Le Conseil est composé 12

13 par dix-neuf membres qui discutent, approuvent ou rejettent les propositions des onze commissions spécialisées. Les dix -neuf membres sont élus par le Parlement; les membres de la commission sont proposés par les universités et confirmés par le Conseil. Tous les quatre ans, 30 pour cent du Conseil et des membres de la commission doivent être remplacés. Le boom des médias post-totalitaires a produit un boom des types de formation universitaire pour le travail dans les médias, surtout dans le secteur privé. En 1994, le Conseil national pour l évaluation et l accréditation universitaire a enregistré l'existence de vingt-quatre facultés et départements non-autorisés ayant un profil journalistique dans des universités privées et six dans des universités d'état, tous créés après Parmi ceux-ci, huit avaient le journalisme comme profil unique, les autres proposant des programmes mixtes de journalisme et philologie, droit, histoire ou sciences politiques. La plupart de ces structures présentaient des faiblesses fondamentales. Les disciplines dans le profil journalistique étaient faiblement représentées (environ 20 pour cent) par comparaison avec les autres disciplines complémentaires. Les laboratoires étaient faiblement équipés, manquant du minimum nécessaire pour la formation en radio, télévision, maquettage et photojournalisme. Les programmes d enseignement étaient scientifiquement et pédagogiquement inappropriés. Il n'y avait pas de bibliographies spécialisées, et les bibliothèques manquaient d ouvrages et de manuels de base couvrant le domaine. Les facultés n étaient pas préparées pour un enseignement journalistique moderne. Certaines de ces facultés n avaient qu un nombre minimal d inscrits (vingt étudiants à Buzau, trente-trois à Pitesti, quarante et un à Brasov et onze à Columna à Bucarest). D autres étaient surchargées d étudiants (1.423 à Gh. Cristea, 278 à Europa - Ecor et 458 à Hyperion à Bucarest). La Commission pour le journalisme du CNEAA a eu un rôle d assistance et «pédagogique» pour les programmes lancés dans ce type de programme. Certaines équipes ont fait preuve de flexibilité et ont harmonisé leurs activités avec les standards de la Commission. D autres ont tenu à maintenir le journalisme comme un supplément à d'autres domaines et à ignorer la dimension «pratique» spécifique de la formation en journalisme. De cette manière, elles n'ont pas respecté les critères et n'ont pas été autorisées. Le processus d autorisation a stabilisé ce secteur universitaire. Il a établi les standards et a défini les disciplines fondamentales, l équipement minimum requis et la structure de base du plan d enseignement. Il a conduit a la création de systèmes d examens pour la licenta et a assuré l évaluation unitaire des étudiants à la fin de leurs quatre années d études, assurant de cette manière que les diplômés possèdent un niveau satisfaisant de connaissances théoriques et pratiques pour pouvoir travailler dans le métier. En dépit du sérieux des questions impliqués dans l institutionnalisation d un système moderne de formation en journalisme, les possibilités de la Commission pour le journalisme d exercer un contrôle effectif ont été considérablement limitées ces dernières années. Les modifications de 1999 de la Loi sur l'accréditation ont déterminé la disparition de beaucoup de standards. Ainsi, il est désormais plus facile d'obtenir l'autorisation de fonctionnement pour un département de journalisme qu'avant De plus, les établissements ont appris comment rassembler des dossiers volumineux qui semblent parfaits et en fonction desquels on accorde l'autorisation, avant le commencement de toute activité d enseignement (les activités en question ne pouvant donc pas être vérifiées). Beaucoup d établissements reçoivent des autorisations; cependant, même si ils ont aussi reçu des avertissements de la part du CNEAA, ils peuvent poursuivre les mêmes activités (autrement dit, ils bénéficient encore du financement par les frais d études payés par les étudiants) jusqu'à ce qu'ils approchent la date limite pour obtenir l'accréditation. Alors, ils peuvent blâmer soit les universités d État et les professeurs «non-coopératifs», à cause 13

14 desquels leurs étudiants ont manqué le dernier examen, ou la Commission pour le journalisme du CNEAA pour être trop «rigide» dans ses exigences. Ces campagnes de persuasion et de manipulation de certains étudiants (qui avaient déjà payé pour quatre années d'étude et exigé un diplôme) ont produit beaucoup de tensions et de campagnes négatives de presse. Actuellement, la Faculté de journalisme et de sciences de communication de masse de l Université de Bucarest est l établissement-pilote. Il est équipé de laboratoires modernes pour tous les types de journalisme, de la dernière littérature spécialisée en date et d une équipe d enseignants formés selon les standards occidentaux. Cette équipe assure une bonne formation dans toutes les disciplines, en conformité avec les dernières informations dans le domaine et avec les meilleures techniques employées aujourd hui dans la formation en journalisme. Selon la plus importante publication sur la formation en journalisme dans les pays post-communistes: la Faculté «a établit avec succès des liens avec des universités européennes et américaines, a internationalisé [son] programme et [a] construit un curriculum qui [est] remarquable. La [faculté] dispense un programme d enseignement en journalisme vraiment professionnel dans un contexte européen (Kenny, 1995, p. 58). LA SCENE DES RELATIONS PUBLIQUES Le système de relations publiques a également évolue de manière considérable, surtout en termes quantitatifs. L'expansion était due aux demandes du marché et à certaines décisions politiques. Après les élections de 1996, le gouvernement a exigé de tous les organes centraux et locaux d'administration, ministères, unités militaires et de police, etc., de créer des départements de presse. Cette exigence impétueuse a créé de nombreuses places bien payées, en attirant toutes sortes de personnes, dont la plupart manquaient d'une connaissance même superficielle du domaine. Les conséquences ont été variées: - Ces départements n ont pas des activités de relations publiques complexes. Ils se limitent pour la plupart du temps à offrir des informations de routine à la presse. Une telle activité est avantageuse pour la police et pour les bureaux des procureurs publics qui ont toujours quelque chose à rapporter: des accidents, des crimes, des viols, etc. Si ces départements ont été critiqués auparavant pour leur manque de transparence, les bureaux de presse donnent désormais une impression d ouverture généreuse, offrant aux médias des nouvelles d accidents mineurs, mais se conformant aux attentes des journalistes (pour lesquels même un événement mondain est un événement de presse). Inspirés par ce «succès» de communication avec les médias, les autres départements des institutions gouvernementales et administratives essayent de concocter des nouvelles sur des événements «intéressants», avec le potentiel d attirer l attention de la presse et de promouvoir une image. - La communication publique est devenue presque synonyme de réunions périodiques de presse. Les journalistes viennent à ces réunions. Ils prennent et distribuent l information tel qu elle est, sans une analyse critique comme celle de distinguer entre faits et déclarations. Cette combinaison entre un intérêt d autopromotion de la part des dirigeants et des institutions, d un côté, et un manque de compétences de la part des journalistes, de l autre, mène à une uniformité et une standardisation du contenu des nouvelles, qui est le plus évident dans la présentation des nouvelles du soir, et à une saturation des matériels avec des personnalités politiques actives ou spectaculaires qui participent à ces «conférences». 14

15 - Le niveau de compétence des gens qui travaillent dans ces départements est très bas. Les porte-parole s expriment mal, démontrant une faible maîtrise de la grammaire. Les dossiers de presse (en format imprimé) sont incomplets. Il n y a pas de stratégies de communication, pas de stratégies de campagnes de relations publiques, et les crises sont gérées d une manière lamentable (voir C. Coman, 2001). La nécessité pour les détenteurs de ces postes de justifier leurs salaires a conduit à une «faim» de diplômes spécialisés de la part des employés qui essayent de se légitimer. On poursuit des diplômes qui ne requièrent pas trop de temps ou d effort les diplômes dispensés à travers les différents programmes d études et post-universitaires ou les sessions de formation dispensées par les compagnies de relations publiques. Il en résulte un double effet négatif : (i) L occupation des postes par du personnel requalifié, donc semi compétent. Ces personnes ont des compétences limitées et ne peuvent accomplir qu un travail de routine. Ils manquent de culture professionnelle, d éthique spécifique et de perspective; (ii) Ils bloquent les possibilités d emploi des jeunes gens qui ont des diplômes spécialisés et des compétences solides dans le journalisme et les médias. Au cours de l année 2000, le Rapport sur les médias et la publicité a examiné vingthuit compagnies de relations publiques. Si on regarde de près leurs offres de services on peut voir qu elles peuvent fournir des services dans les domaines de la supervision de presse, les campagnes de communication, les relations de presse, la publicité, l imprimerie, l évaluation, l organisation d événements, la conception de campagnes de sponsorisation, etc. La plupart de ces activités sont promotionnelles et ont été créées autour de programmes du gouvernement ou de l Union Européenne, du lancement de compagnies (en principal des banques) ou de produits (en principal des produits de consommation), de l'ouverture de fabriques, de chantiers, de centres commerciaux et civiques, etc. Les compagnies locales rivalisent avec les départements commerciaux de certaines grandes compagnies, certaines oeuvrant dans le même secteur et d autres combinant le marketing et la publicité. Le niveau précaire de l économie roumaine post-communiste (en d'autres termes, le manque de concurrence et la nécessité de gagner la confiance du public), la corruption des représentants de beaucoup d'établissements d'état, l'incapacité affichée par les médias d utiliser les relations publiques pour obtenir des informations complètes et adéquates, le manque de vision de la part des dirigeants et le manque de compétences de la part de certains soi-disant conseillers de relations publiques se réunissent pour former un domaine avec peu d'opportunités professionnelles, lim itant l espace d activité des compagnies de relations publiques et les forçant à accepter des activités marginales. LES RELATIONS PUBLIQUES, LA PUBLICITE ET LA PROPAGANDE Ain de préserver leurs uniques sources de financement, les étudiants payants, les universités privées ont lancé des campagnes de publicité. Même s il existe une riche littérature spécialisée sur ce sujet, une analyse de ces campagnes montrent que leurs auteurs n emploient pas (et probablement ne maîtrisent pas) les techniques de relations publiques. Leurs actions consistent en un mélange hétérogène de techniques utilisées dans le marketing, la propagande, la promotion et même le lobbying. En général, les universités roumaines privées se confrontent avec des problèmes comme la baisse de le ur nombre de candidats, la diminution de leurs ressources, la perte de la confiance du public (Dunn, 1986, p ; Baskin et Aronoff, 1992; Cutlip et al., 1994; Grunig et Hunt, 1984; Guth et Marsh, 2000; Newsom et al., 1993; Simon et Wylie, 1993; et Wilcox et al., 1992). Même dans ces cas de figure, elles n ont pas de stratégies bien définies. Elles ne 15

16 démontrent pas qu elles peuvent maîtriser la communication avec le public. Elles n entreprennent pas de recherches afin d identifier les clients potentiels et elles ne développent pas de départements et de campagnes spécifiques pour gagner la confiance du public (voir l idée derrière une telle campagne dans C. Coman, 2002). Au cours des dernières années, les campagnes les plus distinctes des universités privées ont été basées sur deux mécanismes majeurs: la communication face-à-face et la publicité. Le premier mécanisme implique des visites dans les écoles pour promouvoir leurs offres à travers des présentations et des conversations avec les élèves. On y distribue des cadeaux, des livrets et des brochures portant le logo de l établissement. Le deuxième mécanisme exige beaucoup de pages de publicité dans les publications importantes, ou (dans les villes plus petites) beaucoup de minutes consacrées à la publicité à la radio et la télévision locales. Les campagnes en plein air ont été également très utilisées. Afin de mieux comprendre les idées qui se trouvent derrière ces campagnes, l auteur a choisi à étudier le journal quotidien Adevarul, qu on considère comme étant un des plus crédibles organes de la presse écrite (avec un tirage moyen de copies et un public de lecteurs par numéro, représentant 15,7 pour cent du total [voir M. Coman, 2003]). En juin 2002, les publicités des universités privées étaient très nombreuses du fait de l imminence de la date limite de déposition de candidatures à l admission de la moitié du mois de juillet: Adevarul (voir Tableau 1) a publié vingt-deux messages publicitaires d universités, comprenant dix-huit pages (représentant 4,3 pour cent d un numéro moyen de seize pages). Les publicités étaient payées par trois universités importantes de Bucarest: l Université Spiru Haret (plus de étudiants et 34 spécialisations possibles); l U niversité chrétienne Dimitrie Cantemir (plus de étudiants et 16 spécialisations possibles); et l Université Titu Maiorescu (plus de étudiants et 10 spécialisations possibles). La première a publié cinq messages publicitaires, totalisant dix pa ges; la deuxième, deux messages publicitaires (une page); et la troisième, quatorze messages publicitaires (six pages). Tableau 1. Les publicités pour les universités privées de Bucarest parues dans Adevarul en juin Université Date Page Espace publicitaire Titu Maiorescu 6 Juin 9 tout Titu Maiorescu 7 Juin 7 1/2 Titu Maiorescu 10 Juin 3 1/2 Titu Maiorescu 11 Juin 5 1/4 Titu Maiorescu 13 Juin 3 1/2 Titu Maiorescu 14 Juin 9 1/4 Titu Maiorescu 17 Juin 3 1/2 Dimitrie Cantemir 17 Juin 9 1/2 Titu Maiorescu 19 Juin 3 1/4 Titu Maiorescu 20 Juin 7 tout Spiru Haret 20 Juin pages Titu Maiorescu 21 Juin 7 tout Titu Maiorescu 24 Juin 3 1/2 Dimitrie Cantemir 24 Juin 11 1/2 La structure de ces publicités est homogène et même stéréotypée. Elles citent toutes 16

17 la Loi par laquelle l établissement respectif a été accrédité, précisent son adresse et ses numéros de téléphone, offrent des informations sur l admission, mentionnent les avantages offerts aux étudiants et incluent des photographies de le urs bâtiments ou salles de cours. La différence entre les établissements privés et ceux d Etat consiste en les politiques ostentatoires de promotion des premiers. L Université Spiru Haret, par exemple, est accréditée en tant qu établissement d enseignement supérieur, entité juridique et utilité publique. Elle fait partie du système national d enseignement par la Loi qui a été unanimement promulguée par le Parlement le 13 juin Après plus de trois ans de retardements perpétuels et d inspections effectuées par différents comités ministériels et parlementaires, les recommandations d accréditation du CNEAA ont été intégrées dans la loi immédiatement après la période d admission. Par cette loi, on a créé une brèche dans le domaine apparemment homogène de l enseignement privé. Un petit groupe d établissements bénéficie de l acceptation légale, pendant qu un autre groupe plus large est totalement exclu (soit par la révocation des licences de ses membres soit par le retardement de l octroi de l accréditation. Les deux phénomènes ont été largement exploités par les médias et discutés par le public). Même si ils sont issus de simples informations, ces détails de statut ont été présentés dans des offres persuasives qui ont souvent suscité des associations sous-conscientes et ont suggéré une certaine hiérarchie de valeurs. Une telle méthode est plus habituelle aux campagnes de propagande qu au marketing ou aux relations publiques. Les équipements offerts par ces établissements sont positionnés et soulignés graphiquement de manière à attirer l attention du lecteur. Les offres des universités privées sont formulées de manières qui tentent d atténuer l effet négatif des frais que les étudiants doivent payer pour avoir accès à l autoroute universitaire. Beaucoup de publicités ne mentionnent pas le montant des frais d études. Les publicités insistent sur les exemptions de frais (pour différentes catégories en difficulté, pour les jeunes familles étudiantes, pour les étudiants qui arrivent à obtenir les meilleurs résultats aux examens d admission), les bourses spéciales, les types d accès gratuit (aux discothèques, à l Internet, aux salles de sport, aux bibliothèques), l assistance pour une formation spécialisée dans des universités européennes. Un mot qui est fréquemment employé est celui de «subventions». Son utilisation, combinée avec l accent mis sur l idée de «facilités», montre que dans ces publicités les universités privées semblent non seulement appliquer les règles du service public, mais agissent aussi selon les règles de l «Etat-providence». Elles essayent de mettre au second plan l idée de services éducationnels payant, en promouvant des images candides d un rôle de service public : des exemptions de frais et des services compensatoires. Il n y a pas d informations concernant le nombre ou la proportion d étudiants qui bénéficient réellement de ces opportunités. La plupart du temps, il n y a pas de données sur les conditions spécifiques qui doivent être respectées afin d obtenir ces avantages. Du fait de l obnubilation d éléments essentiels d information, de la distorsion d autres dans le but de susciter une réaction favorable et de la manipulation consciente des idées, on peut conclure que ces messages constituent pour la plupart de la propagande. Les informations concernant les admissions qui sont offertes incluent une liste des documents officiels que les candidats doivent présenter ainsi que certains éléments de persuasion (des cadeaux, comme par exemple les t-shirt offerts par l Université Titu Maiorescu). Une autre information cruciale peut également être offerte: l admission est basée sur la note reçue par les étudiants dans la première session d examens de la fin des ses études secondaires. L université Spiru Haret prend également en compte les réponses données à un questionnaire, qui n est probablement pas trop difficile à compléter, étant 17

18 donné que les résultats sont annoncés le jour de la déposition de la candidature. Ces procédés n entrent ni dans la catégorie de la publicité ni dans celle des relations publiques, et la triste vérité est que ces établissements, dans leur poursuite effrénée de potentiels étudiants payants, ont abandonné tout effort de sélectionner les étudiants sur les critères des compétences et de la concurrence. Ils accepteront n importe qui, sur la base de la note minimale requise par la loi (5) pour lui octroyer un diplôme d enseignement supérieur. Les publicités comportent d habitude des grandes photos de façades somptueuses d universités ou différentes salles de classe. Cette technique de l ostentation (surtout dans le cas de l Université Spiru Haret, présentant de manière obsessive l image d un bâtiment au centre de Bucarest) este censée attirer des candidats à travers une offre immobilière au lieu d une offre d enseignement. Les locaux imposants suggèrent la force et la stabilité. Ils parlent du succès financier de l établissement et imposent sa marque. Leur rôle est de persuader au lieu d informer. Toute information sur les questions universitaires est exclue de ces publicités. Elles ne disent rien au sujet du personnel enseignant, de leurs compétences ou de leurs réputations. Elles ne disent rien au sujet des recherches qui sont effectuées, des activités des étudiants, des performances des étudiants ou des futures carrières des étudiants. Tout suggère le fait que l université fait de la publicité (et existe) pour ses locaux, ses équipements et ses politiques d admission aisée. Ces constantes omissions et ces répétitions obsessives suggèrent que derrière les informations offertes il est caché un autre message manipulateur et persuasif: le futur étudiant de l université privée (qui n a généralement pas pu obtenir l admission dans une université d Etat) profitera d un diplôme facilement délivré, d avantages financiers (la promesse de réductions des frais d études) et d un agréable local (l accès à des salles modernes ou somptueuses), au lieu d étudier dans un milieu professionnel et universitaire sollicitant. REFERENCES BASKIN, O., et ARONOFF, C. Public Relations: The Profession a nd the Practice. Dubuque, Iowa: West Publishing Comp., CNEAA. Raportul Consiliului National al Evaluarii si Acreditarii Academice [Le Rapport du CNEAA]. Bucarest: CNEAA, COMAN, Cristina. Relatiile publice principii si strategii [Les relations publiques principes et stratégies]. Iasi: Polirom, COMAN, Mihai. Mass media în România post-comunista [Les médias dans la Roumanie post-communiste]. Iasi: Polirom, CUTLIP, Scott M., CENTER, Allen H., et BROOM, Glenn M. Effective Public Relations. Upper Saddle River, New Jersey: Prentice Hall, DUNN, S. Watson. Public Relations - A Contemporary Approach. Homewood, Illinois: Irwin, GRUNIG, James E., et HUNT, Todd. Managing Public Relations. Philadelphia: Holt, Rinehart, and Winston, GUTH, David W., et MARSH, Charles. Public Relations: A Value-Driven Approach. Boston: Allyn and Bacon, INSTITUTUL ROMAN DE STATISTICA. Anuarul Statistic al României [L annuaire statistique de la Roumanie]. Bucarest: Mediafax,

19 KENNY, T., coord. Looking to the Future: A Survey of Journalism Education in Central and Eastern Europe. Washington D. C.: The Freedom Forum, Media and Advertising Report (2000). MIROIU, Adrian, coord. Învatamântul românesc azi [L enseignement roumain aujourd hui]. Iasi: Polirom, MORY, P., et STEPHENSON, H. La Formation en journalisme en Europe. Paris: CFPJ, NECULAU, A., coord. Câmpul acad emic si actorii sai. [Le domaine universitaire et ses acteurs]. Iasi: Polirom, NEWSOM, Doug, SCOTT, Alan, et TURK, Judy Van Slike. This Is PR. Belmont: Wadworth Publishing Company, PASTI, Vladimir, MIROIU, Mihaela, et CODITA, Cornel. România starea de fapt [Roumanie L état de la nation]. Bucarest: Nemira, SIMON, Raymond, et WINSTON-WYLIE, Frank. Cases in Public Relations Management. Lincolnwood: NTC Business Books, STANCIULESCU, Elisabeta. Despre tranzitie si universitate [De la transition et de l université]. Iasi: Polirom, WILCOX, Dennis L., AULT, Philip H., et AGEE, Warren K. Public Relations Strategy and Tactics. New York: Harper Collins Inc., VLASCEANU, Lazar. Politica si dezvoltare: România încotro? [Politique et développement]. Bucarest: Editura Trei,

20 Les collèges privés en Hongrie - la recherche d étudiants et la quête de la reconnaissance: l'exemple de l'ecole internationale de commerce de Budapest ERVIN GÖMBÖS Cet article comporte trois parties. La première partie fait une brève présentation internationale des changements subis par les systèmes universitaires dans le nouveau millénaire. Elle explique pourquoi l intérêt mondial pour l enseignement est en augmentation. La deuxième partie présente les collèges privés d Hongrie et analyse les résultats d une enquête entreprise parmi les étudiants d établissements d enseignement supérieur publiques (administrées et financées par l Etat) et de quatre établissements privés (y inclus un géré par l Eglise). La troisième partie nous présente l Ecole internationale de commerce de Budapest et offre une description détaillée de ses initiatives entreprises afin d attirer des étudiants. L article se termine par des conclusions générales. LES CHANGEMENTS DANS LES SYSTEMES UNIVERSITAIRES DANS LE NOUVEAU MILLENAIRE : UNE PERSPECTIVE INTERNATIONALE Indifféremment des idéologies politiques et des acteurs systémiques, l enseignement est considéré par les peuples et les gouvernements comme étant un élément essentiel du progrès humain, du développement économique et social et de la compétitivité internationale. L intérêt mondial pour l enseignement est motivé par plusieurs facteurs: - La compétition internationale est de plus en plus basée sur le savoir, et les produits de dernière heure, y inclus les produits dans les services, contiennent de plus en plus du savoir. Dans les rapports annuels des grandes corporations qui reflètent la pointe de l innovation technologique, les relations avec les principales universités de recherche occupent une place importante. - L enseignement et le savoir sont des conditions clé du niveau d intégration dans le champ du travail qui peut être atteint par les individus. - Le développement est, en premier lieu, un processus basé sur le savoir. - Le développement de l enseignement, et en spécial de l enseignement supérieur, a également été un des symboles du prestige politique de nombreux pays. Au cours de la dernière décennie, les changements subis par les universités ont été influencés par plusieurs facte urs. Certains d entre eux ont été spécifiques pour le pays ou la région respectifs, pendant que d autres ont une nature générale, mondiale, influençant l avenir des universités dans toutes les parties du monde. Les changements de nature générale Le caractère du système mondial en évolution requiert des changements importants au niveau des programmes d enseignement des universités afin de mieux refléter les forces de la continuité et du changement, l accommodation à l universalité de certains processus, la diversité des différentes cultures et civilisations, l harmonisation des rapports entre la nécessité de compétences disciplinaires spécifiques et d alphabétisation de niveau élevé en terme de langues, l alphabétisation en informatique, et l exposition à une gamme étendue de disciplines et de sujets importants. 20

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES L Université de Reims Champagne-Ardenne, Soucieuse d accompagner l internationalisation grandissante de l enseignement

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

MASTER 2 INFORMATION ET COMMUNICATION PARCOURS RELATIONS PUBLIQUES

MASTER 2 INFORMATION ET COMMUNICATION PARCOURS RELATIONS PUBLIQUES MASTER 2 INFORMATION ET COMMUNICATION PARCOURS RELATIONS PUBLIQUES RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Mention : Information, communication

Plus en détail

Admission d étudiants français au premier cycle

Admission d étudiants français au premier cycle Atelier sur l'évaluation des titres de compétences étrangers en vue de l admission 16 décembre 2011, Université McGill Admission d étudiants français au premier cycle Présenté par Danielle Pullen Conseillère

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Comité spécial sur les cotisations professionnelles. Étude

Comité spécial sur les cotisations professionnelles. Étude Comité spécial sur les cotisations professionnelles Étude La cotisation professionnelle exigée par le Barreau du Québec à l endroit de ses membres qui suspendent l exercice de leur profession pour compléter

Plus en détail

Le règlement intérieur du Centre d Etudes Doctorales (CED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l Université Hassan II de Casablanca

Le règlement intérieur du Centre d Etudes Doctorales (CED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l Université Hassan II de Casablanca Le règlement intérieur du Centre d Etudes Doctorales (CED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l Université Hassan II de Casablanca 1. Dispositions communes : Article 1: Identification

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences sociales, économiques et politique de l Institut Catholique de Paris Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

CNPN _ M_MS_2014 / Version _SGG1 CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER ET MASTER SPECIALISE

CNPN _ M_MS_2014 / Version _SGG1 CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER ET MASTER SPECIALISE CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER ET MASTER SPECIALISE 2014 1. NORMES RELATIVES AUX FILIERES (FL) FL1 Définition de la filière Une filière du cycle Master est un cursus de formation,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL Mbour, Sénégal Master Santé Environnementale Les problèmes environnementaux auxquels l Etat, les collectivités locales, les entreprises et la société civile doivent

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier Spécialité professionnelle Définition de la discipline L objet de la formation en droit immobilier est de permettre aux étudiants d en

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier Spécialité professionnelle Carte d identité de la formation Diplôme Master 2 Mention Droit public science politique Spécialité Droit de

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

L Apprentissage à Sciences Po

L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po g Une filière en développement Depuis 2006, Sciences Po développe activement ses formations en apprentissage. Sept masters proposent aujourd

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011 Besançon, le 21 octobre 2011 Rectorat Division des examens et concours D.E.C. 1 RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011 Session 2011 EPREUVE ECRITE LE :

Plus en détail

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique)

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique) REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE MONASTIR PAQ-CG «Allocations pour améliorer la Capacité de Gestion de l Université de Monastir»

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques Texte adopté par la commission exécutive du CIO, Lausanne, 7 février 2007 Article 1 : CHAMP

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES et contrôle des aptitudes et des connaissances

REGLEMENT DES ETUDES et contrôle des aptitudes et des connaissances Année 2015/2016 REGLEMENT DES ETUDES et contrôle des aptitudes et des connaissances Application de l'arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de Master et de la décision du conseil d'administration

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS»

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» MASTER POLITICAL STUDIES AND INTERNATIONAL COOPERATION ETUDES POLITIQUES ET COOPERATION INTERNATIONALE entre : L Université des West

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Pr. Jean-Jacques MONTOIS Recteur de l'ufar

Pr. Jean-Jacques MONTOIS Recteur de l'ufar Message du Recteur Créée à l'issue d'un accord signé entre les Gouvernements de la République française et de la République d'arménie, l'université française en Arménie (UFAR) est devenue l'un des phares

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

NOMINATION DIRECTE EN QUALITÉ D AUDITEUR DE JUSTICE

NOMINATION DIRECTE EN QUALITÉ D AUDITEUR DE JUSTICE MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES SERVICES JUDICIAIRES NOMINATION DIRECTE EN QUALITÉ D AUDITEUR DE JUSTICE 2015 - 2 - RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES SERVICES JUDICIAIRES

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

COMMUNICATION, RÉDACTION ET MULTIMÉDIA

COMMUNICATION, RÉDACTION ET MULTIMÉDIA COMMUNICATION, RÉDACTION ET MULTIMÉDIA BACCALAURÉAT EN ÉDUCATION (1), RÉGIME COOPÉRATIF (10), RÉGIME RÉGULIER (13) Personnes rejoignables 63 Hommes Femmes Nombre de répondants 24 38,1 % 6 ( 25 %) 18 (

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise

Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

BTS - DUT. Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées.

BTS - DUT. Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées. BTS - DUT Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées. Les DUT permettent plus facilement la poursuite en école de commerce.. Travail soutenu avec 35

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CAHIER DES NORMES PÉDAGOGIQUES NATIONALES DE LA LICENCE

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Marketing, communication et ingénieurie des produits alimentaires

Marketing, communication et ingénieurie des produits alimentaires Mastère spécialisé Marketing, communication et ingénieurie des produits alimentaires Rouen, France Mastère spécialisé accrédité par la conférence des grandes écoles en partenariat avec l école de management

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant juridique

Licence professionnelle Assistant juridique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant juridique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable La loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales donne à tout détenteur d un diplôme repris à

Plus en détail

MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS OPÉRATEUR EN COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DEVELOPPEMENT

MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS OPÉRATEUR EN COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DEVELOPPEMENT MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS OPÉRATEUR EN COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DEVELOPPEMENT RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

- Version adoptée par la CNaCES -

- Version adoptée par la CNaCES - CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER EN SCIENCES ET TECHNIQUES -MST- - Version adoptée par la CNaCES - 1. NORMES RELATIVES AUX FILIERES (FL) Définition de la filière FL 1 Une filière du

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS Annexe 002 - Page 1 de 6 LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS 1 La présente annexe précise les modalités générales de financement des établissements privés

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant projet informatique développement d applications e- business de l Université Montpellier 2 Sciences et

Plus en détail

Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe

Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe 2014/2015 Eurydice Faits et chiffres Education et formation Problématiques clés Introduction La question

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES Université Moulay Ismail Faculté des Sciences et Techniques Errachdia REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES CEDOC-ST DENOMINATION DU CEDOC Article 1: Le Centre d Etudes

Plus en détail

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques) 202-206 0Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE

DEMANDE DE RECONNAISSANCE Renseignements généraux et directives Ce formulaire vous permet de procéder à une demande de reconnaissance de cours de tutorat privé. À qui s adresse ce formulaire? Le formulaire s adresse au postulant

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail