MARKETING ET RELATIONS INTERNATIONALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MARKETING ET RELATIONS INTERNATIONALES"

Transcription

1 MARKETING ET RELATIONS INTERNATIONALES

2 2 SECTION I : Mise en œuvre des techniques de communication marketing dans les relations internationales Nous essaierons dans cette section de faire la comparaison entre le métier de diplomate et la fonction d'agent commercial et de démontrer comment l'on peut faire usage des concepts fondamentaux de la communication marketing en diplomatie. Paragraphe-1 Dans les domaines politique et économique KOTLER, Di MAULO, Mc DOUGALL et AMSTRONG définissent la publicité comme «...toute forme impersonnelle de présentation ou de communication d'idées, de produits ou de services, faite par le biais de médias de masse et payée par un annonceur identifié». A première vue, cette définition n'a rien de commun avec la fonction de représentation du diplomate. Pourtant, étant l'intermédiaire attitré et permanent de son Etat, il convient qu'il fasse la publicité pour son pays. En effet, il représente la culture, l'image de son pays à l'extérieur. Il lui appartient donc de faire la publicité de cette culture dans l'etat accréditaire. Il doit alors appliquer le principe de base de toute publicité pour réussir sa mission. D'abord, il doit élaborer pour chaque couche de la population de l'etat accréditaire, différents messages susceptibles de les captiver, de les intéresser Une fois les messages conçus, il lui revient maintenant de les livrer et d'étudier. le processus d'évolution sur la population. Ce processus devrait se faire en trois étapes selon le cas pour toute publicité même commerciale. Premièrement, la population doit être mise au courant que le produit «Bénin» existe, qu'il est un des meilleurs produits du continent africain. C'est ici qu'interviendra alors notre stabilité politique, notre modèle de démocratie qu'on fera miroiter devant les citoyens du pays hôte. Le diplomate, en tant que représentant de son pays, doit également être exemplaire, irréprochable de manière à être un digne modèle, un «produit fini» du peuple béninois. Il doit tout faire pour faire connaître son pays partout où il ira sur le territoire de l'etat d'accueil. Il

3 3 sera le phare de son pays et se fera remarquer positivement partout où le besoin se fera sentir : c'est le stade cognitif défini précédemment en communication marketing. En second lieu, une fois le produit «Bénin» mis sur le marché, le diplomate doit amener la population à être attirée sentimentalement par ce produit. C'est pourquoi nous avons dit que sa conduite et sa vie privée doivent être irréprochables. Il doit être respectable et avoir l'art d'amener les gens à l'apprécier. Si, par sa conduite, on en arrive à l'aimer, on aimera probablement son pays parce qu'on se dira que tous les citoyens Béninois sont à son image. Combien de fois n'a-t-on pas entendu dans le monde dire que les Béninois sont sympathiques et que les Nigérians sont commerçants? C'est parce qu'il y a des années, certains ressortissants de ces Etats ont eu à poser des actes qui ont fait cataloguer leur peuple dans telle ou telle catégorie. En tant que premier Béninois sur le territoire de l'etat accréditaire, le diplomate doit faire de sa fonction de représentant un sacerdoce et amener le peuple de l'etat d'accueil à avoir envie de connaître son pays, son peuple et sa culture. Ce second stade est le stade affectif. Le troisième stade, qui est le stade conatif, consiste pour la population qui a déjà traversé toutes les deux étapes précédentes à prendre la décision d'acheter le produit «Bénin».Dans le cas précis ici, la décision d'acheter correspond à celle d'investir au Bénin, de contribuer à son développement économique et socioculturel, de découvrir ses attraits touristiques. La stratégie à mettre en place par le diplomate pour bien suivre ces trois étapes est la stratégie de publicité. Celle-ci consiste d'abord à déterminer les objectifs à atteindre par l'action publicitaire. Dans le cas des Relations Internationales, il s'agit d'amener des investisseurs dans notre pays. Cette action a pour objet d'informer, de persuader la population et de lui rappeler de temps en temps que le produit «Bénin» existe toujours et qu'il n'attend que les opérateurs 43 économiques capables d'accroître son niveau de développement, développement qui s'entend ici comme «un processus global, économique, social, culturel et politique qui vise à améliorer sans cesse le bien- être de l'ensemble de la population et de tous les individus» 1. Ensuite intervient le budget dans cette stratégie. Pour impressionner et influencer le peuple de l'état d'accueil devenu sa clientèle, le diplomate doit disposer de ressources capables de lui assurer un train de vie digne de son rang. Le représentant d'un Etat ne doit pas rouler dans une voiture qui tombe en panne tous les deux kilomètres, il ne doit pas vivre dans une

4 4 bicoque, dans un endroit insalubre. Son standing, sans être trop luxueux doit forcer l'admiration et amener la population à le remarquer ainsi que son Etat. Les moyens doivent donc être mis à la disposition du diplomate. Le message de la publicité doit prendre en compte les objectifs globaux du Bénin Les différents canaux, par lesquels ce message doit transiter pour atteindre la population cible, doivent être également étudiés minutieusement. Une fois toutes ces étapes parcourues, le dernier travail à faire consistera à procéder de temps à autre à des recherches pour déterminer l'impact des activités de publicité et la quote de popularité de l'état béninois dans l'état accréditaire. Le travail de publicité terminé, le diplomate doit s'atteler maintenant à développer ses relations, qu'elles soient professionnelles ou privées. Les relations publiques constituent le second élément de la communication marketing. Elles permettent d'évaluer le comportement des populations de l'état accréditaire et d'élaborer un programme capable d'accroître la compréhension ou de gagner la confiance de cette population. Ces relations établies avec la population, les médias, les autorités administratives ou politiques de l'état d'accueil devraient permettre au diplomate de tirer le maximum d'informations. Etant «un espion honorable» selon A. de WICQUEFORT, le diplomate doit tirer profit de ses relations pour informer son gouvernement sur la situation intérieure de l'état d'accueil. Son plan d'action dans ce cadre doit alors inclure la stratégie de relations publiques en communication marketing. Cette dernière comprend d'abord l'identification de la couche de la population qui sera la cible. D'une manière générale, cette cible sera constituée par les citoyens avec qui le diplomate entretient des contacts. Il doit également en principe s'approcher des autorités locales et non des particuliers, sous peine de voir ses activités traitées d'ingérence dans les affaires intérieures de l'etat d'accueil. C'est justement à ce moment qu'intervient la liberté d'action du journaliste qui peut aller chercher l'information partout même dans l'opposition clandestine. Ceux-ci vont la plupart du temps à la recherche des informations et qui plus est connaissent mieux le pays que le diplomate. Ce dernier doit s'allier à eux pour avoir la primeur

5 5 des informations et les transmettre à son gouvernement. Il ne doit en aucun cas se laisser surprendre par les événements et les dernières nouvelles : «Il est toujours recommandé aux diplomates de ne pas être des hommes de cabinet et d'entretenir des rapports personnels suivis avec les autorités et notabilités influentes de leur pays de résidence, comme avec leurs collègues étrangers, ainsi qu'avec les officiers, les commerçants ou les personnalités de passage» 1. Les autorités administratives, politiques et les bailleurs de fonds sont les plus importantes relations de l'ambassadeur d'un pays surtout un pays en développement. Ils sont les décideurs et les avoir de son côté constitue un atout majeur, aussi bien pour l'ambassadeur que pour eux aussi. L'Ambassadeur, en les comptant parmi ses relations, est vite mis au courant des personnes physiques ou morales susceptibles de faire des dons ou d'accorder des prêts aux pays en voie de développement, avec les différentes modalités de remboursement. Il pourra alors tout mettre en oeuvre, du côté de son gouvernement, pour faire basculer les événements en sa faveur ou alors pour tirer le maximum des avantages prévus. La seconde étape de la stratégie des relations publiques sera, pour le diplomate, de toujours évaluer l'impact de sa stratégie sur ces divers publics pour modifier, le cas échéant, les données ou les comportements. Cette appréciation se fait le plus souvent par les contacts avec la population cible et les enquêtes. La troisième étape consistera à déterminer les objectifs à atteindre. La mise en oeuvre de ce programme doit comporter, en relations diplomatiques, l'organisation de temps à autre de dîners, de cocktails, des colloques car, comme l'avait déclaré Lord PALMERSON, «les dîners sont l'âme de la diplomatie» 2. D'autres composantes de ce programme sont des journées portes ouvertes sur la Mission Diplomatique afin de prendre contact avec les hommes susceptibles de lui être utiles. Quant au dernier élément de la communication marketing, la promotion, elle ne permettra au représentant d'un Etat que de soutenir la publicité et les relations publiques, programmes stratégiques qui avaient été mis sur pied préalablement.

6 6 En dehors de la fonction de représentation, une des plus importantes fonctions du diplomate d'aujourd'hui, c'est-à-dire le diplomate, agent de développement des siècles à venir, est la fonction de négociateur. Avec le développement économique accru des nations, les échanges économiques font intervenir de plus en plus des talents de négociateurs commerciaux plutôt que de simples beaux parleurs. C'est pourquoi le diplomate, qui veut réussir sa mission de négociation, emprunte quelques rudiments aux techniques commerciales. La négociation est omniprésente dans les rapports sociaux. Elle est partie intégrante de notre vie quotidienne, privée ou professionnelle. Le développement des activités productrices s'accompagne de spéculations chez les peuples comme entre les individus. Le progrès des peuples est donc indissociable de l'essor de leurs activités commerciales car la recherche de nouveaux procédés et de nouveaux débouchés a stimulé la promotion et l'expansion des sociétés humaines. Les méthodes commerciales ont précédé celles de la diplomatie. Les premières légations étaient composées des commerçants dans les cités grecques de l'antiquité ou les principautés italiennes de la Renaissance. Peu à peu, le négoce s'est transformé en négociation et la tractation commerciale en traité. On note cependant que la similitude a fondamentalement subsisté entre les deux concepts de communication marketing et de diplomatie puisqu'ils utilisent, chacun à sa façon, les mêmes principes tels que la compétition, la publicité, la promotion, les relations publiques, les stratégies, le tout devant aboutir à un résultat : le bénéficie pour le négociant et le règlement d'un conflit ou le fait de décider des partenaires à venir investir chez lui, en ce qui concerne le diplomate négociateur. L'art de la diplomatie porte à la transaction et met en oeuvre le bon sens du fait de son origine mercantile. En effet selon sir Ernest SATOW, la diplomatie est «l'intelligence et le tact mis au service des relations officielles entre les gouvernements d'etats indépendants» l. Elle est régie par des usages et pratiques utilisés souvent par des professionnels du commerce. Elle poursuit des objectifs peut-être différents de ceux du commerce, mais les méthodes n'en demeurent pas moins les mêmes et la comparaison fait apparaître parfois les différences. La négociation commerciale poursuit un objectif immédiatement quantifiable : le bénéfice qui est souvent limité et temporaire. Les relations diplomatiques ont quant à elles, des

7 7 objectifs qui ne sont ni mesurables, ni comparables. Elles connaissent le marchandage qui commence par l'exagération des prétentions et de leur refus, pour aboutir à un arrangement. Cependant elles englobent souvent les éléments psychologiques comme le goût du prestige et du rang, la sécurité militaire et les préjugés, tout ce que le commerce ignore. Ce dernier fait recours à la réciprocité qui se traduit en prix et se mesure en échelle de valeurs. Les négociations politiques, bien que n'étant pas entièrement soustraites à l'usage d'une contrepartie comme dans le commerce, font l'objet d'une réciprocité, d'une appréciation beaucoup plus subtile. Ayant compris que l'usage de la force, de la menace militaire ne pouvait plus les aider à résoudre leurs différends, les Etats font plus fréquemment usage des méthodes de négociation commerciale où le principe demeure l'ajustement des intérêts. Alain PLANTEY disait «qu'il faut savoir subordonner l'intérêt technique sectoriel, local d'une tractation à l'objectif d'une politique étrangère»'. Tout en espérant une réciprocité de la part de ses partenaires, l'etat ne doit pas perdre de vue les objectifs globaux qu'il s'était fixés. Il doit savoir saisir toutes opportunités comme dans le milieu commercial. Le diplomate serait alors bien avisé de créer une situation favorisant toutes les parties en présence dans une négociation si ses intérêts sont importants. Il ne doit négliger aucune investigation favorable pour ses affaires, séduisant s'il le faut son auditoire ou alors faisant intervenir des lobbies s'il le juge nécessaire. Dans le milieu commercial, le rôle d'intermédiaire est plus ou moins étendu et durable et si ce dernier facilite le négoce, il en retire un bénéfice. La même pratique se retrouve en Relations Internationales, même si le profit du médiateur n'est pas immédiatement vérifiable. De la même façon que le négociant fait appel à certaines règles telles que la confiance, le temps, la réciprocité, le diplomate utilise ces méthodes dans les négociations internationales. Dans le milieu commercial, la réciprocité repose sur la recherche du profit, du bénéfice qui se traduit en prix. Par contre dans les négociations politiques, bien qu'on parle également de réciprocité, celle-ci n'est ni mathématique, ni juridique ni même morale. Elle est politique et appréciée suivant les intérêts et la puissance de chaque partenaire. Un commerçant qui concède des accords à son partenaire attend en retour d'être rétribué ou de bénéficier de certaines

8 8 concessions ultérieurement alors que, pour les Etats, la réciprocité est une quête d'égalité et parfois de dignité. Elle est présente dans toutes les démarches diplomatiques, qu'elles s'inscrivent dans le formalisme protocolaire, dans les privilèges et immunités ou dans l'équivalence des visites, des titres et des décorations. FAUCHILLE disait par exemple que «les privilèges varient selon le bon plaisir des divers Etats, les uns les accordant plus largement, les autres plus étroitement»2. C'est compte tenu de ce qu'il a à retirer de l'accord que l'etat joue sur la réciprocité. «Aucun pouvoir ne consent à rien pour rien»' Il ne prend un engagement effectif que quand il est sûr que ce qu'il reçoit en retour vaut ce qu'il concède. La réciprocité dans les négociations internationales implique donc l'équivalence des concessions, les compensations multilatérales, la dérogation des préférences commerciales et les mesures compensatrices de l'inégalité entre les Etats. Avec le principe de la contrepartie, l'etat n'obtient l'accord de son interlocuteur que par le moyen d'une balance des prestations réciproques. Tous les Etats qui signent des protocoles d'accords, avec le Bénin et font des dons à notre pays attendent tous en retour une compensation, même si celle-ci n'est pas dite explicitement. En effet, accorder un prêt de deux milliards de francs CFA ou encore faire don de matériels scolaires ou de santé, à quelques jours du vote d'une question cruciale à l'onu par exemple, est une manière détournée de forcer la main au bénéficiaire de l'aide. En guise de reconnaissance, il peut céder sa voix à son donateur alors qu'il aurait fait un tout autre choix s'il avait été libre de ses agissements. Dans le respect de l'égalité et de la souveraineté des partenaires, il est de bonne tactique pour un bon négociateur de jouer sur la réciprocité et d'user de tous les moyens orthodoxes pour amener son interlocuteur à changer ou à modifier son comportement. Le temps, qui est l'un des principes cardinaux de toutes négociations commerciales, se retrouve également en diplomatie. Les Américains disent que le temps c'est de l'argent, mettant ainsi en relief la rapidité de conclusion des accords commerciaux afin de pouvoir vaquer à d'autres occupations.

9 9 En négociation politique par contre, ce n'est pas le délai qui importe en tant que tel, mais plutôt le pouvoir de savoir saisir les opportunités et de savoir être patient. Négocier est une qualité essentielle chez le négociant tout comme chez le négociateur. Mais il leur faut savoir déterminer le moment favorable où se réalise la meilleure situation. Cette appréciation d'opportunité est d'autant plus décisive que les occasions favorables passent vite et rapidement et ne se répètent parfois plus. Dans le monde diplomatique où les enjeux sont souvent très importants, une initiative ratée est difficile à reprendre surtout quand la situation tend à se dégrader. Au cours de la négociation internationale, la publicité, les relations publiques et la promotion jouent un grand rôle tout comme pour la représentation. Les relations du diplomate jouent en sa faveur dans la négociation. Elles permettent au négociateur de boucler une affaire qu'il avait peut-être du mal à résoudre par la voie normale administrative. Il retrouve un ami avec qui il a fait les classes ou dont il a fait connaissance dans un endroit extra professionnel et qui l'apprécie bien.. Son premier réflexe sera peut-être de lui faire plaisir et de s'entendre avec lui ou de s'unir tous les deux contre un même ennemi, quitte à être enchaînés plus tard par des considérations d'ordre politique et gouvernemental. Les promotions devraient permettre au négociateur de multiplier le nombre d'investisseurs étrangers ayant ou voulant avoir des activités économiques dans son pays. Sa stratégie de promotion consistera d'abord à déterminer objectivement les buts à atteindre. Une partie de la stratégie promotionnelle sera consacrée à stimuler l'attention des interlocuteurs, d'encourager leur désir de venir investir au Bénin, de provoquer l'envie de connaître le pays chez ceux qui n'y ont jamais mis pied et favoriser un changement de mentalité vis-à-vis du «produit Bénin». Un autre aspect de la promotion sera d'inciter les touristes éventuels à revenir s'installer dans le pays ou à y créer une activité productrice de revenus pour le Bénin. Il s'agira également de contrer les promotions concurrentes, les évincer pour prendre la première place, gagner d'autres investisseurs à sa cause et au besoin pénétrer d'autres canaux. La dernière phase de la promotion est destinée à créer l'enthousiasme pour le «produit Bénin» et faciliter la prospection de nouveaux marchés béninois. Cette phase de promotion comprend trois (03) variantes. La promotion par le prix qui consiste par exemple à réduire le prix des articles venus du Bénin, ou à permettre à la clientèle de faire des essais gratuits pour mieux connaître le produit qui lui est présenté.

10 10 La promotion par le jeu fait intervenir des activités de concours ou de loterie qui créent l'enthousiasme et incitent la clientèle à revenir à cause des cadeaux à gagner. Quant à la promotion par l'objet, elle permet d'accentuer la fonction de diffusion du produit en allant au devant du client. Elle englobe des activités telles que les animations dans les endroits publics ou à forte concentration, les activités d'exposition, de démonstration, de journées portes ouvertes ou encore des activités audiovisuelles. Dans le cas du Bénin, il s'agira par exemple de présenter le pays sous un aspect attractif par des projections de documentaires sur le pays. Enfin la négociation permet aux diplomates de prendre des contacts et d'effectuer un choix judicieux quant à la technique de marketing qui va contribuer au bon développement du Bénin. Paragraphe 2. Dans les domaines technique et socioculturel Le diplomate doit savoir s'informer, c'est la condition de son efficacité et de son succès. Il doit aller à la recherche de l'information ; savoir écouter, interroger et se renseigner doivent être son leitmotiv. Les rapports sociaux d'un bon Ambassadeur se concrétisent par la quantité de renseignements qu'il peut recevoir. Nous avons démontré préalablement que la stratégie de relations publiques est faite en direction d'une population cible, des médias et des autorités administratives et politiques ou des bailleurs de fonds. Pour ce qui concerne le diplomate, qui est à la recherche, continuelle de l'information, il doit beaucoup recevoir, organiser des dîners, des fêtes, des réceptions à l'occasion de la fête nationale de son pays. Il doit également beaucoup bouger, rencontrer ses autres collègues, participer à leurs réceptions ou aux manifestations organisées par le gouvernement de l'etat accréditaire car c'est au cours de ces manifestations que circulent beaucoup d'informations, le vin déliant les langues: «in vino veritas» disent les Latins. C'est le travail combiné des journalistes, des autorités, qui permet au diplomate d'être un «espion honorable»', chaque catégorie ayant son rôle propre. Les relations avec la presse ont pour objectif, comme pour une relation commerciale, de faire passer dans les médias des informations destinées à attirer l'attention sur le pays accréditant en l'occurrence ici 1e Bénin et ses ressources. Puisque l'ambassade est la source

11 11 attitrée permanente et incontestée des renseignements sollicités sur le pays qu'elle représente, il est de son devoir de préparer périodiquement un bulletin d'informations politiques, économiques et socioculturelles envoyées par son Administration Centrale. Ces informations permettent, par exemple à n'importe quel opérateur économique, d'avoir des renseignements immédiats sur les opportunités qu'offre le Bénin. Les Ambassades du Bénin peuvent avoir recours au réseau Internet qui constitue une opportunité aussi bien pour une entreprise que pour sa clientèle. En effet, plus de quarante (40) millions de personnes ont accès à ce réseau à travers le monde et l'entrepreneur ou le commerçant peut y montrer qu'il est intéressé et apte à servir une clientèle potentielle à peu de frais. Le client, lui a la possibilité de visiter autant de sites commerciaux qu'il désire afin de choisir les produits ou services dont il a besoin. Grâce à Internet l'entreprise peut améliorer son image de marque nationale ou internationale. Elle peut présenter sa structure et ses produits et, si elle désire obtenir ou émettre des informations, elle le fera directement et s'ouvrira ainsi aux nouveaux marchés et aux nouveaux clients 2. La publicité permet aussi de faire connaître les potentialités des Etats. La publicité réactionnelle par exemple, servira comme en communication marketing à obtenir des espaces rédactionnels dans les quotidiens de l'etat d'accueil, des espaces de publicité à la télévision lors des grands rassemblements pour faire connaître le Bénin. Comme cela a été le cas pendant l'édition 1999 des KORA en Afrique du Sud, ou encore lors de la Coupe du Monde de football en 1998 en France, les Ambassades béninoises pourraient profiter des manifestations internationales qui ont lieu dans l'etat d'accueil pour faire passer des spots publicitaires sur la culture, la faune, la stabilité politique, le modèle béninois de démocratie. A Lagos a eu lieu du 05 au 14 novembre 1999, la Foire Commerciale Internationale. Cette foire pouvait être une opportunité pour le Bénin de découvrir de nouveaux débouchés pour ses produits et services. De plus elle permettrait aux opérateurs économiques béninois d'explorer les technologies nigérianes en matière de petites et moyennes industries, des activités de transformations, sans oublier les investisseurs et partenaires venus des cinq continents qui pouvaient s'intéresser aux potentiels économico-commerciaux du Bénin.' De même, la promotion étant le troisième élément de la communication marketing, on se demande comment le diplomate peut en faire usage dans sa fonction d'informateur. Les

12 12 Etats s'espionnent mutuellement. Il s'institue alors un véritable marché de l'information avec ses échanges, ses contreparties. Les diplomates, sous peine de voir leurs activités traitées d'ingérence dans les affaires intérieures de l'etat accréditaire, ne peuvent aller eux-mêmes dans certains cas à la recherche des informations. Ils chargent des agents dénommés «informateurs» de faire le travail à leur place. Le diplomate, qui veut avoir la primeur des informations, doit avoir les meilleurs informateurs et puisqu'il est question de rétribution, bien payer ces derniers doit constituer sa stratégie de promotion. Il ne doit pas être pingre ; la compétition sur le marché l'oblige à toujours monter les enchères et si possible ravir les informations en payant doublement. Il doit, de temps en temps, faire des cadeaux à ses informateurs, des bonifications de temps à autre devraient fidéliser ceux qui travaillent avec lui. En dehors de tous les informateurs, les moyens de transmission de ces informations doivent être des plus sophistiqués pour éviter la fuite de ces éléments acquis de haute lutte. L'acquisition de nouveaux moyens de communication par les Ambassades devrait amener ces dernières à mieux faire leur travail. Pour protéger les intérêts de ses ressortissants, le Bénin devrait faire appel à la publicité, aux relations publiques et à la promotion. La publicité permet au diplomate béninois de faire connaître les ressources économiques de ses ressortissants. Les intérêts du Bénin constituent le premier de ses soucis. Les opérateurs économiques du Bénin venus dans l'état accréditaire pour le commerce devraient faire l'objet d'une publicité dont l'ambassadeur doit se charger. Dans ce cas, il fait intervenir ses relations dans le milieu politique et économique de l'état d'accueil. Les Iraniens et les Syriens qui viennent organiser des expositions ventes dans notre pays, ont l'appui de leur Ambassade ou Consulat qui se charge de leur préparer une campagne publicitaire bien avant leur arrivée. Les relations publiques jouent en faveur des concitoyens victimes de procédés discriminatoires. Le diplomate, qui veut protéger ses ressortissants, fait appel à ses amis, collègues pour rétablir une situation en faveur du ressortissant de son pays. Il use de ses connaissances pour le tirer d'affaire.

13 13 En résumé, nous pouvons dire que les relations publiques interviennent de manière très indispensable dans les rapports entre le diplomate et les autorités locales de l'état accréditaire. La protection des intérêts ne peut se faire sans l'appui des gouvernements auprès desquels le diplomate est accrédité. Il appartient donc à ce dernier d'entretenir de bons rapports avec ces autorités et de sauvegarder l'image de marque de son pays en évitant tout scandale, toutes manoeuvres capables de porter préjudice à l'état d'envoi ou à ses nationaux. La promotion de la culture, des rapports intellectuels et la défense des intérêts pacifiques des nations fait partie des dernières fonctions du diplomate. La Convention de Vienne dans son article 41 dispose que l'une des fonctions diplomatiques est de «promouvoir les relations amicales et développer les relations économiques, culturelles et scientifiques entre l'état accréditant et l'état accréditaire». Le diplomate doit donc s'atteler à amener les bailleurs de fonds à investir chez lui surtout s'il représente un pays en développement. De plus en plus, les Etats pauvres se tournent vers ces bailleurs extérieurs pour financer leurs activités et il est très important de développer et de maintenir de bonnes relations avec ceux-ci. Ce développement de bons rapports se fait par la stratégie de relations publiques. Celle-ci doit se concrétiser à deux niveaux. D'abord, le gouvernement de l'état accréditant doit s'atteler à mettre sur pied, les moyens pouvant faciliter l'installation d'opérateurs économiques sur son territoire. Des mesures fiscales réduisant au maximum les charges des investisseurs privés désireux de s'installer chez nous doivent être privilégiées dans la politique d'expansion économique du Bénin. Notre pays doit devenir un paradis fiscal, concurrençant tous les autres marchés de la sous-région. Le gouvernement peut par exemple, réduire l'impôt par le jeu de l'exonération ou de la diminution des taux permettant ainsi aux opérateurs économiques d'implanter des industries. De même les coûts de production devront être assez bas et les entreprises pourront bénéficier d'un tarif préférentiel sur les prestations portuaires. En matière de communication, les entreprises peuvent par exemple acquérir leur propre réseau de télécommunication ou alors bénéficier d'un tarif avantageux auprès de l'office des Poste et Télécommunication' Les grandes sociétés et entreprises du pays peuvent par le biais des ambassades qui se chargent de ventiler ce qu'ils ont à proposer, procéder à des actions de parrainage et/ou de jumelage avec de grandes institutions internationales pour constituer des joint-ventures. Ainsi, on peut créer une sorte de partenariat

14 14 entre opérateurs économiques et ambassades qui peuvent s'apparenter aux «Missions d'expansion Economique» qu'on retrouve dans les missions diplomatiques des Etats développés. Au Bénin par exemple, la CCIB peut contribuer énormément au développement des relations économiques entre le Bénin et les autres Etats de la sous-région et du monde entier, la promotion des relations commerciales ne pouvant se faire sans les opérateurs économiques nationaux et étrangers. La CCIB, depuis le séminaire sur la Diplomatie béninoise face au défi de la mondialisation, renforce ses capacités d'intervention et de gestion afin de répondre efficacement aux besoins internes et d'améliorer ses relations avec l'extérieur. Les «Missions d'expansion Economique» peuvent par exemple 2 informer les opérateurs économiques étrangers sur les potentialités économiques du Bénin en mettant à la disposition de ceux-ci la documentation appropriée et actualisée. Ainsi, un opérateur économique étranger, qui demande à consulter les statistiques de production dans tel ou tel domaine, devrait sans difficulté et rapidement obtenir les renseignements qui lui sont utiles ce qui constituerait une bonne politique publicitaire pour le Bénin. Les autorités gouvernementales devraient favoriser la promotion des exportations des produits béninois, organiser des missions commerciales et la participation du Bénin aux manifestations commerciales internationales telles que les salons, les expositions et les foires. Des représentants d'opérateurs économiques pourraient, comme l'a préconisé le séminaire d'août 1998', accompagner le Chef de l'etat lors de ses visites officielles à l'étranger. Ces opérateurs devraient bien se documenter afin de mettre leurs dossiers à jour en tenant compte des opportunités économiques qu'offre l'etat hôte d'une part et des potentialités minières et agricoles que recèle le Bénin d'autre part. Les «Missions d'expansion Economique» dont nous avons parlé seront composées de conseillers économiques et commerciaux qui seront de préférence des diplomates de carrière ayant une formation de base économique ou à défaut des économistes assimilés des autres départements ministériels. Ainsi on constate que les actions gouvernementales et celles des

15 15 opérateurs économiques ne sont pas antagonistes mais complémentaires. On doit promouvoir alors un certain partenariat entre le MAEC et ces opérateurs économiques béninois. En dehors des opérateurs économiques, la diplomatie béninoise devra également s'appuyer sur les femmes qui font partie du métier. Pendant longtemps, l'élaboration de la politique concernant les activités et les préoccupations des femmes africaines consistait nécessairement en une «planification aveugle» Z. Les éléments de coordination des politiques d'amélioration des conditions des femmes sont épars pour ne pas dire rare. A. de WICQUEFORT déclarait par exemple dans son traité intitulé lambassadeur et ses onctions «qu'il ne serait pas conforme à la dignité d'un roi d'être représenté par des femmes»3. C'est dire donc que depuis le XVII' siècle, la place faite aux femmes dans le milieu diplomatique était modeste. Cependant quelques pays disposent d'organismes nationaux ou régionaux dont les compétences et l'influence politique avaient structuré les intérêts des femmes. Ainsi, durant la Décennie des Nations Unies pour la Femme, la situation des femmes dans le monde a beaucoup évolué. En Afrique par exemple, le taux de scolarisation des femmes s'est beaucoup amélioré et des études approfondies ont été faites pour définir le rôle des femmes au sein de la famille et dans l'économie. Ces diverses recherches laissent à penser que les politiques de développement doivent tenir compte du potentiel féminin et tendre à améliorer le sort des femmes qui travaillent, subissent des affronts et se voient refuser des opportunités, car l'afrique et en particulier le Bénin ne peut plus se permettre de maintenir une telle situation. On a reconnu depuis longtemps que le travail des femmes constituait une ressource vitale pour les économies rurales africaines, mais ce que l'on a totalement oublié ou négligé, est que les femmes sont tout autant efficaces que les hommes dans les administrations sinon plus. La participation des femmes au développement économique des Etats est primordial. Pourtant les obstacles d'ordre juridique et pratique auxquels elles se heurtent, vont de plus en plus à l'encontre des besoins urgents en matière de politique économique et démographique. Au Bénin par exemple, de l'observation faite au MAEC, on constate que tout comme dans les autres administrations publiques ou sur la scène politique les femmes ont beaucoup de

16 16 difficultés à percer à cause des problèmes d'ordre privé. Une femme diplomate envoyée en poste à l'extérieur par exemple doit avoir l'approbation de son mari. Mais au Bénin, certains maris s'opposent encore au départ de leurs épouses même si d'autres sont très compréhensifs à leur égard. Pourtant, nombre de pays ont déjà fait l'expérience des femmes diplomates qui s'est révélée très positive. Au Burkina Faso par exemple, on remarque dans le corps diplomatique, la présence de nombreuses femmes qui ont beaucoup redynamisé la diplomatie burkinabé. En Norvège également, pour réponde aux objectifs de la parité entre les hommes et les femmes, un quota a été fixé pour l'embauche des femmes dans les administrations publiques. Le Ministère des Affaires Etrangères étant une administration publique comme les autres, on a trouvé normal de aire la promotion des femmes diplomates. En France enfin, il y a eu un débat sur la parité entre les hommes et les femmes pouvant s'étendre au domaine de la diplomatie. Dans le but de promouvoir les femmes et surtout d'accorder une attention particulière aux femmes diplomates béninoises, les politiques de développement doivent tenir compte de leurs intérêts. Ces politiques doivent soutenir et favoriser le plein épanouissement des diplomates femmes et on doit également penser à élaborer des stratégies variées et souples pouvant s'adapter aux différentes contraintes à l'échelon national. Les maris des femmes diplomates devraient permettre à ces dernières de bien accomplir leur mission. L'expérience a montré maintes fois que les femmes obtiennent vite et beaucoup plus que les hommes. Elles ont beaucoup d'atouts tels que l'intelligence alliée au charme qui leur permet de réussir là où les hommes ont échoué. Ce n'est pas que les femmes font usage de leur charme de manière déshonorante, mais on constate seulement que le monde masculin est plus sensible, plus enclin à accorder des faveurs à une femme plutôt qu'à un homme. Les autorités administratives et politiques béninoises doivent donc penser à élaborer des mesures incitatives, capables d'amener plus de femmes dans le corps diplomatique et à mettre sur pied pourquoi pas une politique de quota comme en Norvège et faire accroître ainsi le nombre de femmes diplomates au Bénin, car comme l'a dit Madame Kane KANKOU KEITA, ancienne consul de Guinée au Sénégal et au Libéria, «la diplomatie est un art, un métier ou la femme à sa place».

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

Directeur de Cabinet M. KALOU Emmanuel Tél : (225)20 32 94 17. Directeur de Cabinet Adjoint S.E.M GNANGO Roger Tél :

Directeur de Cabinet M. KALOU Emmanuel Tél : (225)20 32 94 17. Directeur de Cabinet Adjoint S.E.M GNANGO Roger Tél : Le Cabinet comprend un Directeur de Cabinet, un Directeur de Cabinet Adjoint, un Chef de Cabinet, neuf Conseillers Techniques, quatre Chargés d'etudes, deux Chargés de Missions et un Chef du Secrétariat

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Nous créons vos annonces Nos experts, créent vos annonces et choisissent des mots clés qui sont des mots ou des expressions en rapport

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION Une société multinationale est une société qui produit des effets économiques dans plusieurs pays. C'est-à-dire que, soit les actionnaires

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Avec le concours du FUP 1 Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Introduction : les

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

agent@assistance-technique.com

agent@assistance-technique.com agent@assistance-technique.com ASSISTANCE-TECHNIQUE.COM : L'AGENT QUI MET EN RELATION UN PROFESSIONNEL ET UN CLIENT. 02 35 24 51 04 L'ASSISTANCE TECHNIQUE : LE CONCEPT Assistance-Technique.com est un concept

Plus en détail

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DIFFERENCIE ET PLUS FAVORABLE, RECIPROCITE ET PARTICIPATION PLUS COMPLETE DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT Décision du 28 novembre 1979 (L/4903)

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Guiatin Youssouf Institut National de la Statistique et de la Démographie, Burkina Faso guiatinyoussouf@yahoo.fr

Plus en détail

RÉUSSIR VOTRE SALON. 2012 Encourage inc.

RÉUSSIR VOTRE SALON. 2012 Encourage inc. RÉUSSIR VOTRE SALON 2012 Encourage inc. OPTIMISEZ VOTRE PARTICIPATION À UN SALON Réussir votre salon, c est non seulement réserver un emplacement et monter un kiosque mais c est aussi, et surtout, bien

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Benoît Tremblay Conseiller en gestion Collaborateurs : MM. Paul Bleau,

Plus en détail

RESPONSABLE MARKETING

RESPONSABLE MARKETING LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : ÉCONOMIE - GESTION - FINANCE RESPONSABLE MARKETING Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 35 s L'enseignement de découverte professionnelle

Plus en détail

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement»

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement» Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement». Enjeux et perspectives des négociations sur le Commerce et l investissement... Amadou BA Chef de la Division des Négociations Commerciales Internationales

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

LA POLITIQUE DE COMMUNICATION. Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication. Myriem Le May COMEIT

LA POLITIQUE DE COMMUNICATION. Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication. Myriem Le May COMEIT LA POLITIQUE DE COMMUNICATION Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication La communication est l'ensemble des actions permettant de faire connaître les produits et

Plus en détail

Gare à tes sous Avec un simple coup de fil, vider son porte-monnaie peut être facile

Gare à tes sous Avec un simple coup de fil, vider son porte-monnaie peut être facile Gare à tes sous Avec un simple coup de fil, vider son porte-monnaie peut être facile L objectif général de cette animation est d avertir que tout n est pas gratuit sur Internet et que la navigation sur

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons

Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons Conseil régional de Bourgogne 17 boulevard de la Trémouille CS 23 502-21035 DIJON APPEL A CANDIDATURES PREAMBULE Le tourisme

Plus en détail

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES Entre : LE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE représenté par Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l'egalité professionnelle

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

RAPPORT COM15-01. Réunion ordinaire du Conseil 2015-01-27

RAPPORT COM15-01. Réunion ordinaire du Conseil 2015-01-27 RAPPORT COM15-01 Réunion ordinaire du Conseil 2015-01-27 TITRE : Révision des politiques ADC10_Parrainage et partenariats, ADC30_Publicité et FIN05_Subventions à des organismes externes BUT : Présenter

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture TERMES DE REFERENCES POUR L ELABORATION DE PLANS D AFFAIRES ET STRATEGIES MARKETING EN FAVEUR DES GIE «Moutakoung» DE TAMBANABA, «Nianibaly mantinelong» DE TAMBANANDING ET «Alla teintu» DE BADIAR / REGION

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail