L exigence éthique et les autres modes de régulation sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L exigence éthique et les autres modes de régulation sociale"

Transcription

1 Chapitre 1 L exigence éthique et les autres modes de régulation sociale Par ce qu on appelle «morale», il est essentiellement proposé au vouloir humain de tenir compte de l inégale valeur des conduites eu égard au bien et au mal, et il est exigé de lui qu il veuille réaliser ce qui est bon et le veuille de la bonne façon. Marcel Conche, Le fondement de la morale, 1993, p. 25.

2 6 Éthique de la communication appliquée aux relations publiques Il est exigé de nous que nous voulions réaliser ce qui est bon et que nous le voulions de la bonne façon Cette citation inaugurale résume l essentiel de l éthique : intégration des valeurs sous la douce pression de l éducation et volonté de bien faire. Ces deux éléments principaux composent et animent à l évidence la vie morale des hommes. Ou plutôt, les hommes devront apprendre à composer avec eux ; ils devront assumer tout le poids de la liberté et de la responsabilité qui accom pagne le fait de naître humain. Nous illustrons les enjeux marquants de la vie morale par un exemple qui peut sembler n avoir aucun rapport avec la communication publique, mais qui fera voir ce qui est fondamentalement en jeu, bien en deçà de nos rôles sociaux et de nos métiers respectifs. Difficile métier d homme tant il est vrai que les défaillances sont nombreuses, tragiques et parfois même dévastatrices. 1. Que lui est-il passé par la tête? 1.1. Un drame sanglant Un soir d hiver 2009, un médecin reconnu pour sa compétence par ses collègues et aimé pour son dévouement par ses patients massacre, à coups de couteau, ses deux jeunes enfants de 3 et 5 ans. C est la consternation dans tout le Québec. La rupture conjugale qui avait précédé ce geste irréparable venait de basculer dans l horreur. Les médias s activent, sollicitent les entrevues avec les proches, avec les spécialistes en santé mentale et les juristes ; la vox populi et les tribunes téléphoniques surchauffent de colère et d indignation. Tout le monde s en mêle, tout le monde s emmêle. Que comprendre de ses motivations ou de son degré de préméditation? Comment, questionnent plusieurs, peut-on être à ce point démoralisé pour s attaquer ainsi, contre toute attente, à des êtres aussi vulnérables, des enfants apparemment chéris par lui jusqu aux derniers instants? Était-il fou ou trop jaloux? A-t-il été submergé par la colère et par un esprit vengeur? Peut-il et doit-il être tenu criminellement responsable de ses actes? Quel sort légal, la froide loi des hommes, est alors réservé au meurtrier infanticide? «Ni rire ni pleurer mais comprendre», disait Spinoza. Mais qu y a-t-il à comprendre? Suffit-il de s en tenir à la fragilité psychologique du personnage pour neutraliser le désir de justice à l égard des jeunes victimes et de la mère à jamais privée d eux? Assurément non, justice doit être rendue. Un procès s ouvre donc qui fera entendre les protagonistes de ce drame sanglant. Le moment est venu de s en tenir aux faits, de les regarder et de les évaluer objectivement, raisonnablement, affranchis surtout de la vindicte populaire. La cause sera donc entendue.

3 Chapitre 1 v L exigence éthique et les autres modes de régulation sociale Le procès Les familles prennent place dans la salle d audience qu elles ne quitteront pas avant la fin ; elles assisteront au récit méticuleux de la séquence des événements. Une mer de souffrance, commentera un psychiatre. L accusé ex-cardiologue est requis de s expliquer, de reprendre par le détail ce geste insoutenable. Ce qu il fait de manière lente, laborieuse mais contenue. Précédant ce récit pathétique, ceux de la mère et des amis du couple, des familles proches et des spécialistes de tout acabit. Puis le croisement dialectique bien sûr des objections des avocats de la défense et de la Couronne. Dans un ultime effort d argumentation, il faut convaincre les maîtres des faits les membres du jury de la justesse des thèses soutenues. Ces deux protagonistes doivent à l évidence maîtriser cette grammaire de l affrontement tant il est vrai que le tribunal est, en démocratie, le lieu d une institutionnalisation sophistiquée des débats. Et c est bien sûr le juge lui-même qui verra au respect scrupuleux des règles de procédure. Ainsi les avocats de la Couronne et ceux de la défense croiseront-ils le fer sur la preuve de bonne réputation que veut faire valoir ce dernier Le verdict Après deux mois et demi de procès et six jours de délibération du jury, un verdict tombe enfin : le docteur sera déclaré non criminellement responsable. Telle est la conclusion à laquelle en sont arrivés ses pairs, 11 jurés. Le sort en est jeté : il sera soigné et non puni pour ce geste odieux qu il a commis. Le verdict indigne une population qui s active et se déchaîne de nouveau. Le bon sens s égare dans toutes les directions ; les idées reçues, nombreuses en pareille matière, reprennent du service : on ne fait pas ça à des enfants ; il a eu de trop bons avocats ; il a attendri ou manipulé les jurés qui se sont trop facilement laissé émouvoir ou impressionner par son statut professionnel ; les futurs «assassins d enfants» s en sortiront dorénavant plus facilement n ayant qu à évoquer cette macabre jurisprudence, etc. Les juristes, psychiatres et psychologues s entendent pour reconnaître le caractère exceptionnel de ce procès et la place qu il occupera à jamais dans les annales judiciaires et peut-être même psychiatriques. Mais outre la dimension juridique de ce cas, exceptionnel par sa dureté et par la complexité indiscernable des mobiles, il y a un enchevêtrement inextricable de plusieurs dimensions. La dimension psychologique d abord : qu est-ce qui lui est passé par la tête? Avait-il perdu contact avec la réalité? S agit-il, ainsi que l a prétendu un expert, d une forme de suicide élargi? Était-il dans un état modifié de conscience, un sujet dissocié devenu étranger à lui-même, atteint en quelque sorte

4 8 Éthique de la communication appliquée aux relations publiques de mélancolie délirante? Comment expliquer, plus largement, le fonctionnement psychique d un être humain sans verser dans une explication réductrice? Apparaît ici l extrême complexité de l être humain, dont on dit qu il est ni ange ni bête. Quelque part entre les deux, jamais complètement l un, jamais complètement l autre. Et que de paradoxes dans ce drame bouleversant : comment un sauveur de vies, par définition empathique à la souffrance des autres et généralement pacifique a-t-il pu défaillir ainsi? Pourquoi, à distance de son désespoir, ne pas avoir mobilisé toutes ses ressources, exceptionnelles dans son cas? Intellectuelles, sociales, professionnelles, financières. Force est d admettre ici le caractère impénétrable d une bonne partie, la partie irrationnelle, de la psyché humaine. Puis la dimension relationnelle ou familiale : peut-on en vouloir à ce point à son exconjointe pour lui ravir de la sorte ses enfants en toute conscience? Pour les instrumentaliser jusqu à la mort? Les proches si cruellement endeuillés pourront-ils un jour lui pardonner? Le doivent-ils? Et pardonner dans ce cas, cela ne reviendrait-il pas à l excuser? Dimension morale, enfin, qui soulève la question du mal ou du préjudice fait à autrui et qui rappelle les exigences de la responsabilité, du devoir de répondre de ses actes, de s en rendre imputable ; devoir de bienveillance aussi bien à l endroit des enfants ou des êtres vulnérables. Devoir de contrôle, surtout, des pulsions meurtrières auquel est convié tout être humain obligé, par définition, de vivre en société. Devoir de respect enfin sur quoi repose notre statut ontologique d être humain : «Serait-il vraiment humain, l homme qui ne respecterait rien ni personne?» (Kirscher, 2004, p. 1675). Tiennent ainsi dans une toute petite phrase les enjeux fondamentaux de la vie morale : le souci qu il doit humainement avoir de lui-même et des autres. L homme est précisément celui à qui on demande d être le sujet responsable de ses actes, capable donc d en répondre et d en assumer les conséquences. Sujet de qui on exige une certaine qualité de rapports affectifs aux autres, des efforts d accomplissement de soi et de respect de la dignité et de l intégrité d autrui. La morale s est manifestement développée pour l ensemble de ces motifs, pour humaniser la vie et lui conférer un sens, pour protéger les plus faibles contre l assaut destructeur des plus forts ; pour convenir aussi de l imputabilité des offenses commises, juger et rendre justice correctement. Mais qu en est-il au juste de la morale ou de l éthique dont nous ne saurions faire l économie dans une société civilisée? Qu est-ce qui a poussé l humanité dans le sens d une moralisation

5 Chapitre 1 v L exigence éthique et les autres modes de régulation sociale 9 progressive des conduites? Quel rapport l éthique entretient-elle avec les autres formes de régulation sociale, et notamment, la dimension juridique ou politique de la vie en société? Ce premier chapitre entend clarifier le sens de ces questions et rappeler, bien que brièvement, les réponses possibles léguées par ceux et celles qui, en psychologues, sociologues ou philosophes, s y sont radicalement confrontés. Des réponses multidisciplinaires qui s inscrivent désormais dans une longue et riche tradition de pensée et d action dont nous sommes les héritiers. Un héritage qu il nous faut reconnaître et assumer. 2. L éthique, condition et aboutissement d un processus évolutif Souci fondamental depuis Socrate : Comment doit-on vivre? Qui prétend traiter sérieusement de l existence humaine ne peut passer à côté de cette difficile question. Platon a prétendu que seule la philosophie, et en outre la philosophie morale, pouvait y répondre de manière décisive. Mais une prétention contestable aujourd hui. Cette question en effet, affirmeront certains, peut être affrontée sans devoir s en remettre à la pensée éthique qui se serait malheureusement alourdie de théories morales inutilement sophistiquées. Ce fut le cas notamment pour Bernard Williams, philosophe anglo-saxon du xx e siècle, qui, tout en reconnaissant que la philosophie fait un usage particulier de la r éflexivité, ne peut en revendiquer le monopole : La philosophie part de questions qu elle peut et devrait poser sur les chances que nous avons de découvrir la meilleure façon de vivre. En chemin, elle découvre comment elle peut y contribuer au moyen de méthodes discursives d analyse et d argumentation, de l insatisfaction critique, et d une comparaison imaginative des possibilités : toutes choses dont elle tente, le plus spécifiquement, d enrichir nos ressources ordinaires de connaissance historique et personnelle (Williams, 1990, p. 10). Retour ou réhabilitation moderne du sens commun apte à traiter des enjeux propres à la moralité. La question morale est redevenue l affaire de tous. Cette question venue de Socrate réfère, nous le voyons bien, à une vie généralement bonne, à une manière de vivre qui échappe à la perspective étroite d un ici et d un maintenant autrement plus accessibles et rassurants.

6 10 Éthique de la communication appliquée aux relations publiques L éthique ou la morale (pour autant que nous les confondions) entend répondre à cette question fameuse de «la vie digne d être vécue» ; elle suppose une rupture, sinon un dépassement de notre être naturel dans sa logique pulsionnelle, celle-là toujours égoïste et autocentrée. Spinoza parlera de ce dynamisme primaire comme de la tendance fondamentale pour tout être vivant à persévérer dans son être, à soumettre les autres à sa volonté particulière et cela dans le sens primitif de ses propres intérêts. Cette destructibilité potentielle, en partie explicable par la loi de la survie et donc soumise à la logique implacable des besoins vitaux, inscrit tout naturellement la vie de relation dans des rapports de méfiance et d affrontement. Aussi la moralité naîtra-t-elle dans l esprit humain du désir de transcender cette redoutable naturalité et de la nécessité anthropologique de maîtriser le déchaînement des pulsions 1. Et si nous regardons la chose d un point de vue psychologique, il est possible de voir jusqu à quel point tout être humain, à l origine trempé dans la croyance primitive et magique en son omnipotence, sera appelé à surmonter ce narcissisme primaire (Winnicott, 2004). Le bébé humain manifeste bien sûr, des capacités d amour et d attachement, mais tout son potentiel fait fond sur une destructibilité naturelle qui sera cependant sublimée à la faveur d une transformation en désir de protéger ceux qu il aime, de réparer, de construire et d être responsable (Winnicott, 2004). Ce psychanalyste évoque un processus mental de maturation affective qui, à la faveur d un environnement adéquat, offre à l enfant une alternative à la destruction et donne lieu à un élan constructif : L édification de la personnalité a pour objectif, entre autres, de donner à l individu la possibilité d exploiter au mieux ses pulsions. Cela implique qu il soit capable de reconnaître sa propre cruauté et sa propre avidité, lesquelles peuvent à ce moment-là, et à ce moment-là seulement, être utilisées en vue d une activité de sublimation (Winnicott, 2004, p. 20). 1. Plusieurs conceptions rivales de l être humain se sont développées au cours de l histoire de la pensée. Qu est-ce que l homme? ainsi que l a soulevé Kant demeure la grande question de la philosophie. Quelle est son essence, sa spécificité, son statut ou sa destinée eu égard à l ensemble du monde vivant? Comment expliquer les guerres récurrentes, la réciprocité négative ou la violence irréductible des sociétés humaines? Par la corruption de sa bonté naturelle en raison de fonctionnements sociaux déficients comme l a fait voir Rousseau? Par sa pulsionnalité foncièrement agressive et potentiellement destructrice ainsi que l a prétendu Freud? Peut-on d ailleurs vraiment définir l homme? Est-ce Arendt qui aurait raison en nous invitant à un effort de compréhension plus modeste de la condition humaine? Question ouverte donc de la définition de l homme.

7 Chapitre 1 v L exigence éthique et les autres modes de régulation sociale 11 On reconnaîtra l empreinte théorique de Freud qui a pensé le processus civilisateur sur la base d un remaniement salutaire de l énergie pulsionnelle, narcissique et antisociale à l origine. Ici, l ontogénèse (le développement physique, psychologique, intellectuel et moral de l individu) récapitulera les évolutions phylogénétiques. Nous ne saurions douter que l éthique impliquant un processus intrinsèque de sublimation de la violence ou d une pulsionnalité sauvage soumet la personnalité à l effet structurant de l obligation ou de la contrainte morale. La mise en place de la prescription morale apparaît alors comme condition et comme aboutissement d un processus évolutif : il faut être minimalement moralisé pour évoluer vers plus d humanité, et l humanisation des conduites résulte de cette moralisation même. Il y a toujours en effet ce besoin ou cette nécessité anthropologique de canaliser l agressivité, de neutraliser cette destructibilité potentielle. Éducabilité donc de l humain chevillée, par essence, à la relation d autorité : «Le rôle des parents et des enseignants est de veiller à ce que les enfants ne soient jamais confrontés à une autorité si faible qu elle les pousse à faire n importe quoi ou les incite, parce qu ils ont peur, à assumer eux-mêmes l autorité» (Winnicott, 2004, p. 25). C est elle la fameuse et parfois lassante prescription morale, qui fait entrer l esprit dans l univers symbolique des normes toujours déjà sociales et donc contraignantes : L homme en tant qu être moral, c est-à-dire au sens strict se trouve toujours pourvu de règles ; bien plus, il est incapable de s imaginer dans un état sans règles. Seul l homme suit des règles parce que seul l homme peut ne pas les suivre. Et, en fait assez souvent, ne les suit pas. C est en tant qu être violent qu il est moral, en tant que transgresseur qu il a conscience des règles (Weil, 1987, p ). Ainsi faut-il comprendre le développement de la compétence éthique de l homme comme un effort pour construire un monde plus rationnel, plus convivial et plus coopératif dont les fins seraient liées à l exercice de la liberté et au sens des responsabilités. Processus naturel qui, chez l homme en tant qu être conscient de lui-même et des autres, devient processus culturel (Rousseau, 1997). Mais qu est-ce que la culture, cette fameuse seconde nature de l homme? Ducat et Montenot la présentent en ces termes : [ ] l ensemble des activités de l homme en tant que celles-ci supposent la réflexion. La culture commence donc dès qu un être vivant commence à aménager son milieu environnant selon les intentions qui ne sont pas fixées seulement par des déterminismes naturels L ensemble des activités par lesquelles l homme s est donné les moyens d instaurer avec la nature et lui-même une

8 12 Éthique de la communication appliquée aux relations publiques relation réfléchie et libre C est en apprenant peu à peu à maîtriser diverses sortes d activités que s est formée la culture humaine. Tout au long du processus d hominisation, l homme a vu s affiner ses modes de communication pour en venir finalement à inventer le langage. Chaque individu doit, à son tour, dès les premiers mois de sa vie, passer par l apprentissage d une langue, c est-à-dire, réaliser cette fonction du langage qui est condition d accès à la dimension symbolique de l existence humaine. C est parce que l homme est susceptible de vivre son rapport à la réalité en lui donnant un sens symbolique que l humanité accède à la dimension productrice de formes symboliques qu on appelle culture (Ducat et Montenot, 2006, p ). Aussi la société humaine doit-elle être éthiquement reproduite : «La vie éthique n est pas une chose donnée de façon unitaire. Elle comporte diverses possibilités d éducation, de décision sociale, et même peut-être de régénération personnelle» (Williams, 1990, p. 58). Vie et pensée éthiques, vie et action morale, quelle différence? Faut-il isoler ou départager ce qui relève de la normativité et des attentes sociales et ce qui relèverait des dispositions et des convictions personnelles? Convient-il alors de distinguer éthique et morale? Si oui, sur quelle base? Questions ouvertes, réponses controversées. 3. De la différence entre la morale et l éthique L éthique au regard de plusieurs philosophes se définit comme un art de vivre et comme l effort réflexif soutenu sur les moyens de parvenir au bonheur. Elle a une dimension à la fois théorique portant sur des principes et pratique dans la mesure où elle renvoie à des réalités con crètes ; elle est, selon le style particulier de chacun, une sorte de science des manières d être avec les autres et de faire les choses. L éthique s affirme par ailleurs comme le creuset des valeurs intellectuelles et morales ; elle est l expression de la vertu, la manifestation des forces de l âme et des qualités du cœur. Émanant de l intériorité de la conscience, elle en appellerait toujours à la véridicité et à la rectitude morale. L exigence éthique est d abord vécue sur le mode subjectif puis intersub jectif dans la mesure où, comme le souligne Morin, tout regard sur l éthique «doit percevoir que l acte moral est un acte individuel de reliance : reliance avec autrui, reliance avec une communauté, reliance avec une société et, à la limite, reliance avec l espèce humaine» (Morin, 2004, p. 16). Voici une première définition possible de l éthique ou de la morale : La morale s adresse aussi à l individu dans son intériorité la plus radicale (le secret de sa conscience) et exige beaucoup de lui, prescrivant à la foi comment il faut agir (suivant quels principes)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME Pour le meilleur et surtout pour le pire Nina Bonche et Camilia Gaied Lycée Jacob Holtzer, Firminy 25 «Il me répétait sans cesse que j étais la femme de sa vie, qu à tout

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

La culture L épreuve du Bac

La culture L épreuve du Bac L épreuve du Bac Synthèse des concepts rencontrés dans les textes... 80 Sujets de dissertation... 81 Méthode d analyse d un sujet de dissertation... 82 Sujet 1 Méthode d analyse d un texte : texte de Freud...

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Le droit criminel et le droit de la famille

Le droit criminel et le droit de la famille FR 00 4 4 Le droit criminel et le droit de la famille Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par.

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par. LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour Daniel Lambert Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par Kim Dupuy Soins infirmiers (groupe 1115) Collège de Sherbrooke 12 mars 2004 Histoire

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

Un élément essentiel de notre système judiciaire

Un élément essentiel de notre système judiciaire Fonctions de juré Un élément essentiel de notre système judiciaire Ce site fournit l information dont ont besoin la plupart des personnes qui reçoivent une assignation de juré. Veuillez lire toute l information

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 mai 2015. PROPOSITION DE LOI

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 mai 2015. PROPOSITION DE LOI ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 mai 2015. PROPOSITION DE LOI visant à promouvoir des solutions alternatives

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Le cadre général des activités économiques et sociales. Cap Prépa MÉTHODOLOGIE DE CULTURE GÉNÉRALE ÉCRIT ET ORAL. Prépas ECS et ECE.

Le cadre général des activités économiques et sociales. Cap Prépa MÉTHODOLOGIE DE CULTURE GÉNÉRALE ÉCRIT ET ORAL. Prépas ECS et ECE. 1 Le cadre général des activités économiques et sociales Cap Prépa MÉTHODOLOGIE DE CULTURE GÉNÉRALE ÉCRIT ET ORAL Prépas ECS et ECE Denis La Balme Avant-propos De la joie de passer un concours Un concours

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte Questions fréquemment posées (FAQs) à propos du Droit de la protection de l adulte A quel moment le nouveau droit de la protection de l adulte entrera-t-il en vigueur? D une manière générale, qu est-ce

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Nous désirons remercier Me Gabrielle Labelle pour sa collaboration dans l élaboration de ce document.

Nous désirons remercier Me Gabrielle Labelle pour sa collaboration dans l élaboration de ce document. Le Phare, Saint-Hyacinthe et régions Inc 620 avenue Robert Saint-Hyacinthe, QC, J2S 4L8 tél. : 450 773-7202 téléc. : 450 773-5117, Sans frais : 1 877 773-7202 Courriel : reception@lephare-apamm.ca Site

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Où va l humanité? Au début de l histoire, l homme apparaît fragile, vulnérable, exposé à tous les dangers. Surmontant pourtant les difficultés, il se met à inventer, penser, manier le verbe, écrire et

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale

Maîtrise mentale et comportementale Maîtrise mentale et comportementale Conception et animation Fabrice De Ré Formation, coaching Maîtrise mentale et comportementale +33 (0) 618 951 340 - contact@aikievolutis.com Formation pour les métiers

Plus en détail

Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat

Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat - Depuis 1958, date de création du concours d accès à l Ecole de la magistrature, le mode

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

6 cours en ligne. pour explorer et approfondir la méditation

6 cours en ligne. pour explorer et approfondir la méditation 6 cours en ligne pour explorer et approfondir la méditation 6 cycles réservés aux membres amis de l École en 2015 2016 : Les 7 voies Pratique de la bienveillance aimante Le cœur de la méditation Entrer

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Arrêts faisant autorité

Arrêts faisant autorité Peine Obligatoire Minimale Pour Meurtre: R. c. Latimer 1 Arrêts faisant autorité PEINE OBLIGATOIRE MINIMALE POUR MEURTRE R. c. LATIMER Préparé pour le Réseau ontarien d'éducation juridique par une étudiante

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Théorie et pratique: le savoirsavoir-faire de l intervenant LECTURE DE LA LOGIQUE AFFECTIVE : UN OUTIL DE PERFECTIONNEMENT

Théorie et pratique: le savoirsavoir-faire de l intervenant LECTURE DE LA LOGIQUE AFFECTIVE : UN OUTIL DE PERFECTIONNEMENT Théorie et pratique: le savoirsavoir-faire de l intervenant LECTURE DE LA LOGIQUE AFFECTIVE : UN OUTIL DE PERFECTIONNEMENT ELLIE SAINT-AMOUR, T.S., M.A. THÉRAPEUTE CLINICIENNE Thérapeute clinicienne en

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante 6. 7. Faites une mise en commun en partageant le résultat de votre travail avec le reste de la classe. Remplissez la fi che Regard sur l exercice (fi gure 3.13). Figure 3.13 Regard sur l exercice Autoévaluation

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONCLUSION

CHAPITRE 6 CONCLUSION 112 CHAPITRE 6 CONCLUSION Un randonneur sur une pente abrupte Don Mason/CORBIS 113 Manuel d éthique médicale Manuel d éthique Principales médicale Manuel caractéristiques d éthique médicale et de recherche

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Annick SOUDANT-ROQUETTE (DUSP Lille 1996-97, DIUSP Lille 2004-05) La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Table des matières 1.Ses missions...2 2. Le patient...3 3. La famille,

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble?

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? par Pauline Lalangue - 5 février 2015 publié sur www.guide-du-chien.com En tant qu amis des animaux, nous cherchons

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

S affirmer dans l entreprise

S affirmer dans l entreprise S affirmer dans l entreprise Cours du 3 décembre 2012 Philippe BARAN Objectifs Gérer les situations de stress et de tension Gérer les conflits S affirmer et développer sa confiance en soi 2 2 2 Gérer le

Plus en détail

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005 Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du temps pur Défense orale du mémoire de fin d études Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation. des professionnels de santé.

Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation. des professionnels de santé. Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation des professionnels de santé. Marie Cauli (Univ Artois France), Lamine Gueye (UGB Sénégal), Ibrahima Diagne (UGB Sénégal), Ousmane

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008.

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. LA SANCTION D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. Comment se règle la question du rapport à la loi et de la

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

LE SECRET MEDICAL. Jean VALCARCEL

LE SECRET MEDICAL. Jean VALCARCEL LE SECRET MEDICAL Jean VALCARCEL Université Montpellier 1 UFR ODONTOLOGIE D2 Année Universitaire 2012-2013 I. L acception du terme «secret» II. Histoire du secret : III. Le principe du «secret médical»:

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE L Observatoire de psychologie évolutionnaire est l organe central des activités de la formation Le Créateur. L Observatoire

Plus en détail

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Pourquoi mon enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Ce guide a été produit par le CAVAC de Laval avec la collaboration de la commission scolaire de Laval,

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

De quoi l assistance est-elle le minimum?

De quoi l assistance est-elle le minimum? De quoi l assistance est-elle le minimum? Soin, politique et relations sociales Frédéric WORMS Pour Frédéric Worms, l assistance ne doit pas s approcher seulement en termes quantitatifs, comme une prestation

Plus en détail

En quoi le jeu est-il une pratique qui favorise l émancipation des individu.es?

En quoi le jeu est-il une pratique qui favorise l émancipation des individu.es? LE JEU, UNE PRATIQUE ÉMANCIPATRICE? PRÉSENTATION D E L ATELIER ORGANISATION Atelier de Construction Collective, 3 h. Atelier animé par Mani ISAAC, Le Poulpe Pirate. Secrétariat assuré par Ludovic LABRUNE

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail