L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE"

Transcription

1 1 L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Tout projet de reprise ou de création d un institut de beauté doit s accompagner d une recherche d informations sur la place de l activité esthétique dans l économie nationale. Cette étude permet d apprécier les contraintes et les opportunités. Elle vise aussi à analyser l offre, la demande et l intégration européenne sur le secteur. À quel secteur économique appartient l activité esthétique? Quelle place occupe l activité esthétique dans l économie nationale? Comment se développe le marché national? Comment s intégrer sur le marché européen? ACTIVITÉS Pages ❶ Le classement des entreprises en secteurs d activité ❷ La place de l activité esthétique dans l économie nationale ❸ L évolution de l offre et de la demande ❹ L intégration européenne sur le secteur de l esthétique TEST SYNTHÈSE Application : Extrait d un sujet BP Esthétique 2 3 à 6 6 à à 11 MOTS-CLÉS Économie : Elle s intéresse à toutes les activités en relation avec la production, l échange et la consommation de biens et de services. L être humain participe quotidiennement à l activité économique en consommant, en allant travailler, en utilisant les transports en commun, en se rendant chez l esthéticienne. Entreprise : Agent économique dont la fonction principale est de produire des biens et des services destinés à la revente afin de réaliser des bénéfices et de satisfaire la clientèle. Chiffre d affaires : Représente le montant des ventes de prestations de service et de marchandises réalisées pour une période. Offre : Désigne la quantité d un bien ou d un service que les entreprises sont disposées à vendre à un certain prix. Demande : Indique la quantité de biens ou de services que les consommateurs sont prêts à acheter à un certain prix. L Union européenne : Se compose de 27 États européens, comptant 500 millions de personnes. L objectif vise à une harmonisation économique de ses membres. Les pays signataires ont décidé de supprimer tous les obstacles à la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux au sein de l Union européenne. CONTEXTE PROFESSIONNEL Vous débutez votre apprentissage au sein de l institut de beauté «Peausitive» créé voici dix ans par Myriam. Votre employeur envisage la reprise d un deuxième institut où vous serez ultérieurement intégrée pour poursuivre votre formation. Dans le cadre des activités économiques liées à son projet de reprise, Myriam, votre employeur envisage de mettre en œuvre une étude approfondie sur le dynamisme de l activité esthétique dans l économie nationale et européenne. En effet, elle constate depuis quelques années un accroissement de l activité. Elle souhaite votre collaboration et, à ce titre, vous transmet un dossier que vous vous engagez à traiter. 1

2 1 Le classement des entreprises en secteurs d activité L activité économique se décompose traditionnellement en trois secteurs. Votre responsable vous charge de caractériser l institut de beauté selon son appartenance à un secteur économique. Prenez connaissance du document 1 puis complétez l annexe 1. Document 1 Les secteurs d activité Secteur d activité : Se compose de l ensemble des entreprises qui exercent la même activité principale. On distingue trois secteurs : Le secteur primaire se compose d entreprises dont l activité relève de l agriculture et de la pêche. Le secteur secondaire englobe les entreprises dont l activité relève de l industrie (transformation de matières premières en biens de production et de consommation). Le secteur tertiaire concerne les entreprises dont l activité repose sur le commerce et les prestations de service. On classe dans le secteur tertiaire les services marchands (prestation réalisée contre le paiement d un prix) qui regroupent : Les services aux entreprises recouvrent les postes et télécommunications, les services de conseils d assistance (activités informatiques, comptables, juridiques, publicité...). Ce secteur réalise 70 % de la production totale de services marchands. Les services aux particuliers comprennent les hôtels et restaurants, les agences de voyage, les soins, la beauté, l esthétique, la coiffure... Leur production s élève à 23 % de l ensemble de la production des services marchands. La promotion et la gestion immobilières représentent environ 7 % de la production de services marchands. ANNEXE 1 1 Identifiez l activité principale d un institut de beauté. 2 Précisez l activité annexe d un institut de beauté Recherchez le secteur économique de l activité esthétique De quel service marchand relève l activité esthétique?

3 2 La place de l activité esthétique dans l économie nationale Divers critères permettent de mesurer le dynamisme de l activité esthétique. Myriam vous demande de situer la place de l activité esthétique dans le contexte économique national. Prenez connaissance du document 2 puis complétez l annexe 2. Document 2 Actifs occupés selon le secteur d activité Étapes de création Agriculture, sylviculture et pêche. Industries agricoles. Industries des biens de consommation. Industrie automobile. Industries des biens d équipement. Industries des biens intermédiaires. Énergie. Construction. Commerce et réparations. Transports. Activités financières. Activités immobilières. Services aux entreprises. Services aux particuliers (dont l esthétique). Éducation, santé, action sociale. Administrations. Activité indéterminée en milliers 2009 en milliers 2008 en milliers Effectif % Effectif % Effectif % Total ,8 2,7 2,8 1,3 3,3 5,6 0,9 6,4 13,2 4,3 2,9 1,4 12,9 8,5 18,9 10,7 0, ,0 2,7 2,8 1,3 3,3 5,8 1,0 6,4 13,4 4,4 2,7 1,3 12,7 8,6 18,7 10,5 0, ,3 2,6 2,8 1,3 3,4 6,1 1,0 6,5 13,2 4,3 2,9 1,2 12,6 8,4 18,3 10,5 0,5 ANNEXE 2 1 Retrouvez le pourcentage des salariés qui travaillent dans le secteur primaire pour l année Calculez le pourcentage des salariés qui travaillent dans le secteur secondaire pour l année Calculez le pourcentage des salariés qui travaillent dans le secteur tertiaire pour l année Recherchez les trois secteurs d activité qui occupent le plus d emplois pour l année Indiquez les trois secteurs d activité qui occupent le moins d emplois pour l année

4 ANNEXE 2 (suite) 6 Comment a évolué l emploi des services aux particuliers entre 2008 et 2010?.... Puis, votre employeur vous sollicite pour analyser l évolution de l activité esthétique. Prenez connaissance des documents 3, 4 et 5 puis complétez l annexe 3. Document 3 Profil du secteur esthétique Années Nombre d entreprises Effectifs salariés Chiffre d affaires en millions d euros Document 4 Démographie des instituts de beauté selon la taille Années Nombre d entreprises actives Répartition des entreprises selon la taille 0 à 5 salariés 6 à 19 salariés 20 à 49 salariés Document 5 Évolution du secteur de l esthétique Le marché de l esthétique pour l année 2010 a connu une période de croissance (+ 6 % en 2010 contre + 4 % en 2009). Les professionnels de l esthétique, portés par la vague du bien-être, confirment donc leurs bons résultats. En janvier 2010, le secteur de l esthétique compte près de entreprises (dont créations en 2010), pour un chiffre d affaires de millions d euros. Le chiffre d affaires des instituts de beauté est en constante progression. Parts de marché en chiffre d affaires Les instituts de beauté indépendants : 65 % Les parfumeries : 20 % Les instituts franchisés : 15 % L activité vente de prestations de service représente 70 % du chiffre d affaires des instituts de beauté. L activité vente de produits et de marchandises représente 30 % du chiffre d affaires des instituts de beauté. Le secteur de l esthétique emploie plus de salariés et crée chaque année des emplois dont en % des esthéticiennes exercent en institut contre 3 % à domicile. 4

5 Document 5 (suite) L origine de cette expansion est liée au souci de paraître belle et jeune et aux habitudes d hygiène plus rigoureuses. Les soins les plus demandés restent les plus traditionnels: l épilation (43 %) et les soins du visage (39 %) puis le bronzage (8 %), les soins du corps (7 %), la manucure, les soins du pied et le maquillage (3 %). Toutefois le marché de l esthétique reste peu étendu, 20 % du marché potentiel fréquentent les instituts de beauté. 150 défaillances d institut de beauté ont été constatées en 2010 contre 100 en 2009 et 80 en ANNEXE 3 D après le document 3 : 1 Calculez l évolution en valeur puis en pourcentage du nombre d instituts de beauté entre 2008 et Valeur : Pourcentage : 2 Calculez l évolution en valeur puis en pourcentage de l effectif salariés entre 2008 et Valeur : Pourcentage : 3 Calculez l évolution en valeur puis en pourcentage du chiffre d affaires entre 2008 et Valeur : Pourcentage : 4 Calculez le pourcentage des entreprises de 0 à 5 salariés par rapport au nombre d entreprises actives. Pour l année 2010 : 5 Calculez le pourcentage des entreprises de 6 à 19 salariés par rapport au nombre d entreprises actives. Pour l année 2010 : 5

6 ANNEXE 3 (suite) D après le document 5 : 6 Identifiez trois points forts de l activité esthétique. 7 Relevez deux points faibles de l activité esthétique. 8 Indiquez à Myriam le profil type d une reprise qui semblerait le mieux adapté à la réussite de son projet. 3 L évolution de l offre et de la demande Le marché de l esthétique est entré dans une phase de mutation tant au niveau de l offre que de la demande. Myriam vous charge d analyser puis de commenter l évolution du marché. Prenez connaissance des documents 6 et 7 puis complétez l annexe 4. Document 6 La demande 6 La fréquentation globale des instituts de beauté pour l année 2010 confirme la progression constatée les années antérieures femmes fréquentent les instituts de beauté. 30 % de la clientèle est âgé de plus de 40 ans. 66 % des femmes sont absolument non clientes. 34 % des femmes sont clientes. Le profil de la consommatrice reste une femme âgée de 45 ans et plus, mariée, habitant une grande ville, cadre moyen qui dispose d une source de revenu convenable. La femme choisit son institut en fonction de la proximité de son lieu de travail ou de résidence, en fonction des compétences et de la confiance de l esthéticienne et selon les marques de soin utilisées. La clientèle masculine reste très marginale et l explosion de ce marché se fait attendre. La part des prestations de service pour hommes dans les dépenses de soin, beauté s accroît lentement. Elle ne représente encore que 10 % des dépenses totales en valeur. La clientèle recherche un endroit clair, simple, propre, sans luxe inutile. Aussi, de nos jours, la clientèle affiche de nouvelles exigences. La cliente ne veut plus seulement consommer et payer, elle veut que l on s occupe mieux d elle, en prenant en compte ses différents besoins. 100 % des femmes qui vont chez l esthéticienne ont envie d en sortir plus belle. La qualité de la prestation est fondamentale mais ne suffit plus. La cliente souhaite de la qualité sur mesure, accompagnée d une sensation de plaisir, de liberté. La décoration, l hygiène, l accueil, la gestion de l attente mais aussi le contact, la chaleur humaine, la convivialité représentent des facteurs supplémentaires. Ainsi, il est judicieux de mettre l accent sur le diagnostic et l écoute pour tenter de fidéliser une clientèle de plus en plus volatile. Quelques chiffres 54 % des clientes dépensent plus de 800 euros par an en soin et beauté. La consommation annuelle par habitant en produits de soins est de 200 euros. L âge moyen de la clientèle française est d environ 35 ans. 55 % des clientes sont irrégulières (entre 1 et 5 visites par an). 25 % des clientes sont régulières (entre 5 et 10 visites par an). Seulement 1/3 des femmes de 18 à 65 ans fréquentent les instituts de beauté.

7 Document 7 L offre Sur les instituts de beauté : 65 % n ont pas de salarié. 20 % ont 1 salarié. 10 % ont entre 2 et 5 salariés. 5 % ont plus de 5 salariés. Sur les instituts de beauté : On recense environ instituts indépendants, soit près de 77 % de l ensemble des établissements. On recense environ instituts de beauté exploités en franchise, soit 12 % de l ensemble des établissements. On recense environ parfumeries disposant d une cabine de soin, soit 11 % de l ensemble des établissements. 45 % des instituts sont situés en région parisienne, Rhône-Alpes et Côte d Azur, d où une certaine saturation dans ces régions. Les petites villes offrent, quant à elles, des possibilités d installation. On estime que le seuil de rentabilité se situe pour un institut de beauté à partir de habitants. Les instituts de beauté ont su diversifier leurs activités en proposant de nouvelles prestations (soins orientaux avec des méthodes comme la digipuncture, soins tendance asiatique, soins par les eaux comme la balnéothérapie et la thalassothérapie). Les soins corporels (minceur, fermeté, silhouette) semblent être aussi particulièrement tendance, affichant un taux de création d entreprise de 30 % dans cette spécialité en On constate un développement des réseaux de franchise qui s affrontent de plus en plus pour occuper le terrain à la recherche de la meilleure situation géographique. Ce phénomène risque d entraîner un développement important de la concurrence. ANNEXE 4 À partir du document 6 : 1 Comment évolue la demande dans le secteur de l esthétique? 2 Indiquez le taux de clientèle potentielle du marché de l esthétique. 3 Décrivez les grandes évolutions dans le comportement du consommateur. À partir du document 7 : 4 Vers quelle tendance se situe l offre? 5 Indiquez le profil type de l institut qui domine le marché de l esthétique. 7

8 ANNEXE 4 (suite) 6 Pourquoi 45 % des instituts se concentrent dans les trois régions les plus riches de France? Quelle est la place des instituts franchisés sur le marché de l esthétique? 4 L intégration européenne sur le secteur de l esthétique L ouverture sur l Union européenne intéresse une certaine catégorie d entreprises. Votre employeur vous demande d étudier la stratégie d intégration européenne. Prenez connaissance du document 8 puis complétez l annexe 5. Document 8 L ouverture sur le marché européen a généré la multiplication des réseaux implantés par les grands groupes. Face à ce phénomène, le Groupe L Oréal mène une stratégie multicontinentale qui porte ses fruits notamment en Italie et en Espagne. L ouverture sur le marché européen Des ouvertures dans d autres pays (Portugal, Belgique) s annoncent d ores et déjà prometteuses. Cet engouement s explique en partie par la qualité des produits affichés par le groupe L Oréal et par une politique commerciale adaptée d un pays à l autre. La réussite suppose un financement conséquent au préalable, un soutien logistique sur place et la maîtrise de la langue. Des règles administratives et fiscales différentes, la rencontre d une autre culture peuvent représenter des freins au développement. ANNEXE 5 1 Quel type d entreprise s implante à l étranger? 2 Pourquoi les groupes ont tendance à s ouvrir vers l extérieur? 3 Exposez les raisons du succès du groupe L Oréal. 4 Dégagez les difficultés rencontrées par le groupe L Oréal dans la conquête de marchés internationaux. 8

9 test Vrai Faux - L activité esthétique appartient au secteur secondaire.... q q - Le marché de l esthétique reste globalement porteur... q q - La demande connaît une hausse même si le marché de l esthétique reste peu étendu... q q - Les instituts indépendants détiennent une grande part du marché.... q q - L ouverture européenne va développer une logique de fusion des instituts de beauté.... q q Synthèse Le classement des entreprises en secteurs Les instituts de beauté produisent principalement des services et vendent accessoirement des marchandises. À ce titre, ils appartiennent au secteur tertiaire dans la catégorie des services marchands aux particuliers. La place de l activité esthétique dans l économie nationale L activité esthétique connaît une progression. Cependant, les instituts de beauté sous enseigne affichent des résultats encore plus prometteurs que les instituts de beauté indépendants. L évolution de l offre et de la demande Depuis quelques années, le secteur est entré dans une phase de mutation qui entraîne une modification des structures au niveau de la demande et de l offre. La demande progresse même si la clientèle devient de plus en plus exigeante. L offre est dominée par les instituts de beauté indépendants suivie des instituts franchisés puis des parfumeries, ce qui entraîne un développement important de la concurrence. L intégration européenne sur le secteur L ouverture européenne risque de voir apparaître un mouvement de regroupement afin de renforcer la concurrence sur le marché de l esthétique. 9

10 application : extrait d un sujet bp esthétique Madame Hougleur, titulaire du brevet professionnel esthétique et salariée depuis cinq années, souhaite créer son propre institut de beauté. Les caractéristiques de sa future entreprise sont les suivantes : IDENTIFICATION Institut de beauté Déesse Peau 15, rue Thiers BELFORT STATUT JURIDIQUE L institut de beauté sera exploité sous la forme d une entreprise individuelle. EFFECTIF SALARIÉ Madame Hougleur souhaite embaucher une personne. Elle souhaite connaître les tendances du marché de l esthétique. À cet effet, elle vous procure les éléments fournis en document 1 et vous demande de répondre au questionnaire en Annexe 1. Document 1 Le marché de l esthétique Les soins esthétiques prennent une place croissante dans la vie des individus. Les consommateurs y consacrent de plus en plus de temps et d argent. La consommation annuelle moyenne par habitant en produits de soins (beauté, parfumerie, capillaire, hygiène ) augmente régulièrement. Le marché de l esthétique reste globalement porteur (en de 3 % du budget des ménages sont consacrés à l hygiène et la beauté, contre 1,5 % en 2000) et a encore de beaux jours devant lui afin de démocratiser l accès aux instituts. Le secteur de la beauté toutes activités confondues réalise un chiffre d affaires de plus de 6 milliards d euros en 2010 (dont millions d euros pour les instituts de beauté) contre 3,5 milliards il y a cinq ans. Aujourd hui, la liste des soins s est allongée. À la recherche du naturel et du mieux-être, on constate une certaine attirance à l égard des soins par les eaux, des soins asiatiques et des soins orientaux instituts de beauté ont vu le jour en Les instituts de beauté indépendants détiennent 77 % du marché de l esthétique. La parfumerie détient 11 % du marché de l esthétique. Les instituts franchisés n ont pas encore une place dominante mais gagne du terrain, il possède 12 % du marché. Le nombre d esthéticiennes à domicile croît chaque année. La cliente se rend en institut de beauté d abord pour l épilation puis pour les soins du visage mais elle considère ce service trop cher. Viennent ensuite le bronzage, les soins du corps, la beauté des pieds, la manucure et le maquillage. 65 % des clientes dépensent en général moins de 90 euros en institut par visite. 64 % des clientes de l institut se disent satisfaites de la compétence de l esthéticienne. Pour 67 % des consommatrices potentielles (entre 25 et 65 ans), les prestations sont trop chères. Toutefois, le marché de l esthétique reste peu étendu. Seulement 1 femme sur 10 se rend dans un institut de nos jours, et encore peu d hommes fréquentent les cabines d esthétique. Seulement 1% des hommes de 18 à 65 ans fréquentent les instituts de beauté. Quelques chiffres 55 % des clientes se rendent entre 1 à 5 fois par an chez l esthéticienne. 25 % des clientes se rendent entre 5 à 10 fois par an chez l esthéticienne. 25 % des clientes se rendent plus de 10 fois par an chez l esthéticienne. Le nombre d instituts de beauté entre 2004 et : : : : Selon l INSEE, la répartition des instituts de beauté est la suivante pour 2010 : 64 % des instituts n ont pas de salarié, 26 % ont deux salariés au plus, 10 % ont plus de 2 salariés. 10

11 ANNEXE 1 1 Calculez la variation en valeur puis en pourcentage du nombre d instituts de beauté en France entre 2004 et Variation en valeur : Variation en pourcentage : 2 Précisez le nombre d instituts qui ne disposaient pas de personnel en Pour quel type de clientèle la profession doit-elle se rendre plus attractive? 4 Énumérez les arguments qui justifient la pleine mutation du secteur de l esthétique au niveau de l offre. 5 Énumérez les arguments qui justifient la pleine mutation du secteur de l esthétique au niveau de la demande. 11

Salon Espace Coiffure 13, rue Saint Hyppolite 25200 Montbéliard. GEP - BP 75285 25205 Montbéliard Cedex Tél. : 03 81 97 33 46

Salon Espace Coiffure 13, rue Saint Hyppolite 25200 Montbéliard. GEP - BP 75285 25205 Montbéliard Cedex Tél. : 03 81 97 33 46 BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE Didier Meyer : Enseignant en comptabilité gestion CFA municipal BELFORT (90) Hervé Meyer : Enseignant en comptabilité gestion Lycée professionnel J. Ferry DELLE (90) Toute

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE

BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE D r ye er &Herv ém Mey r ie e d i BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE Management d un salon de coiffure Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-994-3 2 La présentation du secteur de la coiffure

Plus en détail

Les secteurs de la beauté

Les secteurs de la beauté Les secteurs de la beauté J. Accardo Coiffure - Soins de beauté - Autres soins du corps 29 juin 2010 Commission des comptes de services juin 2010 Plan A - Les services de la beauté et leur image dans les

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition... 6. 2. Accès à la profession... 6. Analyse économique 8

Sommaire 2. Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition... 6. 2. Accès à la profession... 6. Analyse économique 8 Coiffure 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 5

Plus en détail

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION»

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion commerciale Durée

Plus en détail

comptabilité Toute notre gratitude à Myriam Hamadi Gérante de L INSTITUT ESPACE BEAUTÉ 13, rue Saint Hippolyte 25200 Montbéliard

comptabilité Toute notre gratitude à Myriam Hamadi Gérante de L INSTITUT ESPACE BEAUTÉ 13, rue Saint Hippolyte 25200 Montbéliard BREVET PROFESSIONNEL ESTHÉTIQUE PARFUMERIE BEAUTÉ comptabilité D UN INSTITUT DE BEAUTÉ Didier Meyer - Enseignant en comptabilité gestion - CFA municipal Belfort (90) Hervé Meyer - Enseignant en comptabilité

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique III. La demande touristique et ses évolutions 1. État actuel de la demande touristique Les statistiques internationales et européennes : Croissance du tourisme international de 5 à 6 % en 2005 Forte croissance

Plus en détail

BP Coiffure. d un salon de coiffure COMPTABILITÉ. GESTION et. Didier MEYER Hervé MEYER

BP Coiffure. d un salon de coiffure COMPTABILITÉ. GESTION et. Didier MEYER Hervé MEYER BP Coiffure GESTION et COMPTABILITÉ d un salon de coiffure Didier MEYER Hervé MEYER 1 LES PRINCIPES DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Un salon de coiffure est un agent économique, combinant des facteurs de production

Plus en détail

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79,

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79, Viséo 79, L O B S E R VAT O I R E D É PA R T E M E N TA L F é v r i e r 2015 L ÉQUIPEMENT EN DE LA PERSONNE DEUX-SÈVRES Chambre de Commerce et d Industrie des Deux-Sèvres Observatoire Economique, Viséo

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES

REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES REFERENTIEL D PROFESSIONNELLES Brevet professionnel Esthétique/Cosmétique-Parfumerie 3 Le titulaire du brevet professionnel esthétique/cosmétique - parfumerie est un technicien hautement qualifié qui exerce

Plus en détail

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 1 TBC Partners est un nouvel acteur dans le domaine des enquêtes et des études de marché. Notre équipe est composée de chercheurs et de

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 I. Chiffres généraux Année 2010 Nombre d'établissements Effectifs au 31/12 Nombre d'etp Rémunération brute annuelle en Associations

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Les Professionnels du Conseil en Habitat et en Immobilier

Les Professionnels du Conseil en Habitat et en Immobilier Présentation FRANCHISE ECO TRAVAUX PRESENTATION DU RESEAU Groupe ECO TRAVAUX MEMBRE EUROPEEN Siège administratif Tour Suisse 1 bd Vivier Merle 69003 LYON N INDIGO 0820.820.535. Email contact@eco-travaux.com

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON

SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON SOMMAIRE LE MARCHÉ DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 2 LA RÉGLEMENTATION DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 4 L'ACTIVITÉ DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 6 LES POINTS

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

L information économique pour comprendre et décider. Bruno BOUTERIN CCI de Montpellier Direction Action Territoriale et Etudes Economiques

L information économique pour comprendre et décider. Bruno BOUTERIN CCI de Montpellier Direction Action Territoriale et Etudes Economiques L information économique pour comprendre et décider Bruno BOUTERIN CCI de Montpellier Direction Action Territoriale et Etudes Economiques S informer et mesurer le potentiel d un territoire pour décider

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

Situer les métiers dans les activités de production de biens et de services

Situer les métiers dans les activités de production de biens et de services Fiche d animation Compétence A3 Situer les métiers dans les activités de production de biens et de services Objectif Faire découvrir aux élèves que les activités économiques concourent soit à la production

Plus en détail

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE...

Plus en détail

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Un e-commerce de proximité à Levallois Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Attentes et perspectives des commerçants et artisans levalloisiens 2 Un

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Résidences Services Seniors DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Paris, le 11 avril 2014 Le groupe DOMITYS, leader des Résidences Services Seniors Nouvelle Génération, est le premier

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Etes-vous prêt Pour l exercice libéral?

Etes-vous prêt Pour l exercice libéral? Etes-vous prêt Pour l exercice libéral? Christophe DUMAS - Expert-comptable David LADAME Expert-comptable stagiaire 1 LE CONTEXTE EN 2009 2 L ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL La Profession en quelques chiffres

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34 Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014 Service commerce Tel 04 75 75 70 34 L observatoire du commerce et de la consommation Objectifs : La connaissance de l offre commerciale

Plus en détail

Marchand de biens 2014-2015

Marchand de biens 2014-2015 Marchand de biens 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique Synthèse Les employés et opérateurs de l informatique sont chargés des manipulations sur ordinateurs et leurs périphériques, ou de l information des utilisateurs.

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Gestion des unités de transformation : réalisation de l activité

Gestion des unités de transformation : réalisation de l activité Gestion des unités de transformation : réalisation de l activité Guide des apprenants 1 Ce module a été conçu avec l appui financier de la Commission de l Union Européenne Guide des aprenants sur la gestion

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

COMETIK, le partenaire incontournable de la communication Web

COMETIK, le partenaire incontournable de la communication Web COMETIK, le partenaire incontournable de la communication Web Dossier de presse 2012-2013 Réussite, Dynamisme, Prospérité COMETIK en 3 mots Réussite, proximité et dynamisme REUSSITE Cometik est une agence

Plus en détail

Hôtellerie traditionnelle

Hôtellerie traditionnelle Hôtellerie traditionnelle 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 a. Condition d ouverture d un établissement hôtelier... 6 b. Demande de classement d un établissement

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION»

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» Comment faire venir des enseignes nationales en préservant la diversité commerciale et artisanale? Participent

Plus en détail

Les Professionnels du Conseil en Habitat et en Immobilier

Les Professionnels du Conseil en Habitat et en Immobilier Présentation FRANCHISE ECO TRAVAUX PRESENTATION DU RESEAU Groupe ECO TRAVAUX MEMBRE EUROPEEN Siège administratif Tour Suisse 1 bd Vivier Merle 69003 LYON N INDIGO 0820.820.535 Email contact@eco eco-travaux.com

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Commerce Services Recherche et développement Bureaux

Commerce Services Recherche et développement Bureaux Commerce Services Recherche et développement Bureaux L e secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce, aux services, en passant par la recherche et développement. Au 31 décembre

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010 La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Sommaire Cadre d élaboration des comptes satellites du tourisme

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Les conséquences sur le tissu économique

Les conséquences sur le tissu économique Les conséquences sur le tissu économique Entreprises Entreprises L engouement pour les auto-entreprises se calme En Poitou-Charentes, 13 964 entreprises ont été créées en. Après une forte augmentation

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME

LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME 2015 Oxatis KPMG CONTEXTE ET METHODOLOGIE Contexte et méthodologie Oxatis Leader européen des sites marchands pour Commerçants, TPE et PME en mode SaaS Créé

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Auto entrepreneurs : qui sont ils?

Auto entrepreneurs : qui sont ils? Décryptage Par André Letowski Auto entrepreneurs : qui sont ils? La création d entreprises en France se maintient à des niveaux toujours élevés. Selon les derniers chiffres publiés par l INSEE, le nombre

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Le nouveau BTS des Métiers de l Esthétique Cosmétique Parfumerie, 2 années d études pour accélérer sa carrière!

Le nouveau BTS des Métiers de l Esthétique Cosmétique Parfumerie, 2 années d études pour accélérer sa carrière! Régine Ferrère Présidente de la CNEP Membre de la 19 ème CPC de l Education NATIONALE Frédéric Lefret Président de la FFEEP Le nouveau BTS des Métiers de l Esthétique Cosmétique Parfumerie, 2 années d

Plus en détail

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Yohan Baillieul* Le quart des groupes de sociétés recensés en France exercent leur activité principale dans les services

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

BP BOULANGER / BAC PRO BOULANGER-PÂTISSIER. Environnement économique et juridique. r e d i

BP BOULANGER / BAC PRO BOULANGER-PÂTISSIER. Environnement économique et juridique. r e d i D BP BOULANGER / BAC PRO BOULANGER-PÂTISSIER r ye er &Herv ém Mey r ie e d i Environnement économique et juridique Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-921-9 2 LE SECTEUR PROFESSIONNEL

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Panorama Economique CDC du Pays d Evran. Démographie / Activité économique globale / Commerce

Panorama Economique CDC du Pays d Evran. Démographie / Activité économique globale / Commerce Panorama Economique CDC du Pays d Evran Démographie / Activité économique globale / Commerce 2013 Démographie : population recensement 2009 Population moyenne par EPCI en côtes d Armor : 14 600 / Nombre

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Chapitre 1 Les différents aspects du

Chapitre 1 Les différents aspects du Chapitre 1 Les différents aspects du marketing des services Mieux comprendre les services d un point de vue économique et marketing Notre recours aux services est si fréquent, diversifié et quotidien que

Plus en détail

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1 VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU VÉTÉRINAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU VÉTÉRINAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU VÉTÉRINAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU VÉTÉRINAIRE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 10 1

Plus en détail

LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais entre 2003 et 2005

LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais entre 2003 et 2005 DRTEFP Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Nord-Pas de Calais Septembre 2007 LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

ÉTUDE SUR LE COMMERCE DE FRANCE

ÉTUDE SUR LE COMMERCE DE FRANCE ÉTUDE SUR LE COMMERCE DE FRANCE Janvier 29 SOMMAIRE I Le commerce en France 3 A. Un acteur économique et social majeur 3 B. Une profession large et diversifiée 4 II Le commerce, créateur d emplois 1 A.

Plus en détail

Êtes-vous prêt à entreprendre?

Êtes-vous prêt à entreprendre? Êtes-vous prêt à entreprendre? 1 La CCI Oise : qui sommes nous? 20 000 entreprises Etablissement public au service des entreprises Sous la responsabilité des chefs d entreprises Proximité : 3 implantations

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

RADIOSCOPIE DE LA CONSOMMATION EN 1999

RADIOSCOPIE DE LA CONSOMMATION EN 1999 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE MOULINS-VICHY Service DEVELOPPEMENT TERRITORIAL COMMERCE - TOURISME COMPORTEMENT D ACHATS DES CONSOMMATEURS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA MONTAGNE BOURBONNAISE

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants DOSSIER DE PRESSE OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants www.optimhome-recrutement.com Contact presse : SHAN - Laetitia Baudon-Civet Tél. : 01 44 50 58 79 mail : laetitia.baudon@shan.fr

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION I. PRESENTATION DU OU DES PORTEURS DE PROJET ETAT CIVIL Nom : Prénom...:. Adresse :. Code postal :. Date de naissance : Nationalité : Commune

Plus en détail

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle S'étendant sur la majeure partie de la commune de La Sentinelle mais également à la marge sur les communes de Valenciennes et Trith-Saint- Léger, ce pôle regroupe plus

Plus en détail