Après L HUMAIN #4. Création et société numérique. Avril 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après L HUMAIN #4. Création et société numérique. www.cuberevue.com. Avril 2013"

Transcription

1 Création et société numérique Après L HUMAIN #4 Avril 2013 PERSPECTIVES : Laurent Alexandre, Jean-Michel Besnier, Françis Demoz, Christophe Luxereau, Éric Sadin POINTS DE VUE : Sylvie Allouche, Franck Ancel, Hervé Azoulay, Jean-Jacques Birgé, Philippe Cayol, Pierre de La Coste, Michel Jaffrennou, Étienne Krieger, Marie-Anne Mariot, Gloria Origgi, Dominique Sciamma, Jean-Luc Soret, Hugo Verlinde PRESQUE FICTION : Étienne-Armand Amato, Olivier Auber, Michel Authier, Maxime Gueugneau, Vincent Lévy, Jacques Lombard, Yann Minh, Joseph Nechvatal, Antoine Schmitt 3 QUESTIONS : François Taddéi

2

3 1 Création et société numérique La Revue du Cube Parce qu à l ère du numérique, le mouvement, la porosité et le foisonnement recomposent le monde, la Revue du Cube entend croiser les regards de praticiens, d artistes, de chercheurs, de personnalités et d experts venus d horizons différents. Chaque numéro s articule autour d une thématique qui traduit les tendances émergentes. Articles, points de vue, interviews, entretiens vidéo, débats, empreintes sonores ou visuelles, toutes les formes d expression ont droit de cité dans la Revue du Cube La Revue est éditée par Le Cube, centre de création numérique. Comité éditorial : Nils Aziosmanoff, Stéphanie Fraysse-Ripert, Rémy Hoche. Le Cube, centre de création numérique Pionnier sur la scène culturelle numérique française, Le Cube est un lieu de référence pour l art et la création numérique. C est un espace ouvert à tous, quel que soit son âge et sa pratique du numérique, pour découvrir, pratiquer, créer et échanger tout au long de l année, autour d ateliers, de formations, d expositions, de spectacles, de conférences et de rencontres avec les artistes et les acteurs du numérique. Le Cube organise tous les deux ans un festival international d art numérique, ainsi qu un prix pour la jeune création en art numérique. Depuis 2011, Il a également lancé sa revue en ligne. Créé en 2001 à l initiative de la Ville d Issy-les-Moulineaux, Le Cube est un espace de la Communauté d Agglomération Grand Paris Seine Ouest, géré et animé par l association ART3000. Il est présidé par Nils Aziosmanoff et dirigé par Stéphanie Fraysse-Ripert. Le Cube 20 cours St Vincent Issy-les-Moulineaux /

4

5 3 #4 APRÈS L HUMAIN? SOMMAIRE Nils Aziosmanoff - «Edito»... 5 PERSPECTIVES : Laurent Alexandre - «Transhumain oui. Posthumain Non»... 9 Jean-Michel Besnier - «La Révolution numérique : une imposture?» Françis Demoz - «Après l humain? : L humain» Christophe Luxereau - «Future, no Future.» Éric Sadin - «La condition anthrobologique» POINTS DE VUE : Sylvie Allouche - «Du silex au smartphone : pour un kit de survie de l humanité» Franck Ancel - «3.000 signes après ans» Hervé Azoulay - «Post-Humanisme» Jean-Jacques Birgé - «Genèse de l artiste» Philippe Cayol - «La main ouverte et le poing fermé» Pierre de La Coste - «Après l humain, le divin?» Michel Jaffrennou - «Après l humain, les Auras de nos smartphones» Étienne Krieger - «La résistible ascension des golems numériques» Marie-Anne Mariot - «Pour un néo post-humain» Gloria Origgi - «La nostalgie de Leonardo» Dominique Sciamma - «Singulier, comme d habitude» Jean-Luc Soret - «Des lendemains qui chantent» Hugo Verlinde - «Supplément d âme» PRESQUE FICTIONS : Étienne-Armand Amato - «Rapport prédictif anhumanisé»...63 Olivier Auber - «Impossible de penser» Michel Authier - «Trou blanc dans le WebMartre» Maxime Gueugneau - «Mise à jour» Vincent Lévy - «L usine pharmaceutique» Jacques Lombard - «Un matin d été» Yann Minh - «La petite mort de l humanité» Joseph Nechvatal - «Venus -~ñ~! ~ñ CyberX SX-univerae» Antoine Schmitt - «À l intérieur» QUESTIONS : François Taddéi - «Après l humain?»... 93

6

7 5 #4 Edito Vers quelle humanité? Nils Aziosmanoff «La révolution numérique est terminée, le numérique a gagné!» Partie des quatre coins du globe, cette rumeur se propage sur la toile. Elle claque comme l étendard victorieux du monde qui vient. Savamment mise en scène par la société du spectacle, une florissante décennie d innovation technologique en a préparé l avènement : le futur vient prendre possession du présent. Prêt à investir l après, l imaginaire collectif s émerveille des prouesses du progrès. Mais en coulisse, de redoutables forces de «destruction création» sont à l œuvre, et leurs effets sont sans précédent. Car à la lisière du siècle, un nouvel espace-temps s est entre ouvert, et tel un trou noir il absorbe une à une nos réalités. Elles se fragmentent, se dissipent et se recomposent à un rythme qui dépasse notre entendement. Le règne du fluide et de l incertain a commencé. Arrimées aux repères du passé, à contre courant, les institutions sont impuissantes à juguler des crises qui, dans un mouvement systémique, se propagent et sapent une à une les fondations du vieux monde. La puissance informatique mise au service de stratégies obsolètes accélère la débâcle. Et tandis que l homme s évertue à créer une machine qui bientôt, dit-il, «sera fière de lui», l âme des peuples erre dans la nuit. Mais depuis peu, se lève une aube porteuse d une étonnante nouvelle. Une énergie providentielle commence à jaillir de toutes parts, abondamment, se jouant des lois universelles de la thermodynamique et de l entropie. Ce miracle s appelle Information. Depuis les origines elle a traversé les âges, migrant d espèces en espèces pour animer la matière et pour que la vie trouve son chemin. Grâce à elle, l homme a acquis la parole, l outil, l écriture, l électricité et Internet. En lui offrant pour nouvel hôte les réseaux de communication, il en a involontairement démultiplié les propriétés. Car plus on la consomme, plus elle abonde. Plus on la stocke, plus elle circule. Plus on la distribue, plus elle afflue. Comme un magma en fusion, elle se répand et prolifère, et avec elle le savoir se propage à une vitesse jamais observée. Déjà il court tout autour du globe, à travers les synapses d une créature gigantesque et encore informe qui peu à peu s éveille sous les yeux de son créateur : la multitude.

8 6 Plus tout à fait homo sapiens, l homme connecté s imagine bientôt symbiotique. Mi humain, mi machine, presque dieu, ce nouveau maillon de l évolution entend poursuivre son exploration au delà des enclos du temps et de l espace. Car l univers, dit-on, est un logiciel. Son code est fait d atomes, son langage est le réel. Message is the medium. Et voilà que l humain, sa propre créature, rêve de le recréer. Grâce à la puissance distribuée des réseaux, il l aura bientôt modélisé, indexé et stocké dans les entrailles de la Big Data. Tenant dans le creux de la main, l infiniment petit et l infiniment grand révèleront peut être la clé des mystères les plus anciens. Dans une vertigineuse mise en abîme, l univers deviendra alors le jouet de ceux-là mêmes qu il a créés. Voyageur créateur, l après humain se dresse. Vers quelle humanité? Nils Aziosmanoff Président du Cube Nils Aziosmanoff : «Edito» / La Revue du Cube #4

9 #4 PERSPECTIVES Laurent Alexandre, Jean-Michel Besnier, Françis Demoz, Christophe Luxereau, Éric Sadin

10

11 9 #4 Transhumain oui. Posthumain non. Laurent Alexandre Les Nanotechnologies, la Biologie, l Informatique et les sciences Cognitives (intelligence artificielle et sciences du cerveau) progressent et convergent, en ce sens que les découvertes dans un domaine servent aux recherches dans un autre. Cette synergie décuple la puissance de la recherche et permet des avancées spectaculaires. Une médecine de combat utilisant toutes les armes NBIC est déjà sur les rails. Derrière la convergence NBIC, une philosophie de transformation radicale de l Humanité le Transhumanisme rêve de changer l Homme. Les potentialités technologiques sont illimitées et soulèvent naturellement des craintes. De la confrontation entre bio-progressistes (les transhumanistes) et bio-conservateurs dépendra ce que nous deviendrons. Mais derrière le Transhumanisme, qui rêve de changer l Homme, se profile le Posthumain : Transhumain augmenté par l hybridation avec des circuits électroniques et doté de l Intelligence Artificielle. Et le posthumanisme pourrait sonner le glas de l humanité. La fusion de la technologie et de la vie La notion de transhumanisme est encore quasi inconnue en Europe. La première utilisation du mot «transhumaniste» remonte aux années 1950, mais sa popularisation date seulement du milieu des années C est à cette période que les chercheurs commencent à cerner les promesses de la convergence NBIC. Si l on en croit ses promoteurs, le projet transhumaniste de fusion de la technologie et de la vie devrait se déployer en trois étapes : d abord, la technologie pénètre la vie grâce aux prothèses médicales et la bioingénierie. Nous y sommes. puis, la technologie permet de créer la vie artificielle. Les annonces fracassantes de Craig Venter témoignent du début de la course. enfin, la technologie devrait dépasser, voire remplacer la vie. La montée en puissance de Google, embryon d intelligence artificielle, prouve que cette étape n est plus si loin. Un véritable lobby bio-progressiste est déjà à l œuvre, qui prône l adoption enthousiaste de tous les progrès NBIC, quitte à changer l humanité. Ce lobby est particulièrement puissant sur les rives du Pacifique, de la Californie à la

12 10 Chine et à la Corée du Sud, soit et ce n est pas un hasard à proximité des industries NBIC. C est là qu émerge la nouvelle devise de notre siècle : «la vie n est qu une nanomachine particulièrement sophistiquée!» La plupart des transhumanistes se réclament de l humanisme, ne sont pas croyants et rejettent le racisme, l autoritarisme, les pseudo-sciences et les sectes. Ce sont des cartésiens, très au fait des nouvelles technologies, adeptes des libertés individuelles, qui viennent de tous les horizons politiques. La World Transhumanist Association souligne qu elle milite pour une «démocratie radicale, reposant non pas sur la seule liberté, mais sur l égalité et la solidarité (pour un accès universel au progrès)». Cette revendication d égalité est un vecteur puissant de progression des transgressions biotechnologiques. Les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l humain. Pour eux, peu importent la race, le genre ou l origine : un citoyen est un individu, un être autonome qui n appartient à personne d autre qu à luimême, et qui décide seul des modifications qu il souhaite apporter à son cerveau, à son ADN ou à son corps. La démocratie radicale dans laquelle souhaite vivre le transhumaniste est une société qui ne bride ni les libertés individuelles, ni la volonté de chacun d augmenter son potentiel. La technologie est un moyen d échapper à la tyrannie du destin, de la nature, et de sa condition sociale. Sous l influence des technologies NBIC, l Homo sapiens deviendrait, selon les transhumanistes, la première espèce «libre» dans le sens où il serait libéré des incertitudes de la sélection darwinienne. Nous ne serions plus les jouets d un tri accompli par des forces de sélection aveugles, mais les décisionnaires et véritables sélectionneurs actifs des attributs de notre humanité. L homme biotechnologique aurait toutes les cartes en main pour «s arracher à la nature». La technologie crée la vie Nous venons d entrer, beaucoup plus tôt que prévu, dans la seconde phase du projet transhumaniste : la fusion de la vie et de la technologie. 20 mai 2010 : Craig Venter annonce qu il a réussi à créer artificiellement un chromosome d un million de bases chimiques. Ce chromosome artificiel a été entièrement produit en éprouvette en suivant une modélisation informatique. Puis, ce chromosome artificiel a été intégré dans une bactérie dont on avait auparavant supprimé l ADN d origine. L équipe a enfin réussi à «rebooter», c est-à-dire à faire redémarrer cet organisme d un genre nouveau, désormais capable de se reproduire. Pour la première fois, une forme vivante fonctionne avec un programme génétique conçu sur ordinateur, puis construit chimiquement en éprouvette, et n est plus le produit erratique de la sélection darwinienne. Cela accrédite l idée que le programme génétique est fondamentalement un subtil logiciel, et la vie une nanomachine, certes particulièrement complexe, mais malléable par la science. Il existe donc aujourd hui deux lignées d espèces vivantes sur Terre : toutes celles qui descendent de LUCA (Last Universal Common Ancestor), la dernière cellule commune avant Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

13 11 la séparation des différentes formes naturelles de vie, et JCVI-syn1.0, la création de Venter. Une compétition industrielle mondiale féroce permettra de créer des «super cellules», plus performantes, plus puissantes, à la durée de vie supérieure. Il devient possible de tester des milliards de génomes artificiels conçus sur ordinateur en associant, tels des morceaux de Lego, des briques génétiques. Craig Venter possède la plus belle collection de ces bio-bricks qui vont permettre d écrire les chromosomes à partir de modules préfabriqués. L Homme qui se prend pour Dieu Craig Venter a osé lever le tabou suprême ; il fait partie des «playing God men» (Venter). La démonstration que la vie peut être produite en éprouvette conduit à des débats passionnés sur les limites du pouvoir de l Homme. Des groupes religieux se sont émus qu un chercheur se croie autorisé à «imiter Dieu». Le Président Obama lui-même a diligenté une enquête. À la suite de Venter, les tentations démiurgiques et prométhéennes des ingénieurs du vivant vont s accroître. La vie, l homme vont être perçus comme infiniment manipulables. Quelques voix timides ont demandé un moratoire sur les travaux de Venter, puis elles se sont tues. Il faut dire que le précédent moratoire sur les travaux génétiques, décidé à la conférence d Asilomar en 1976 en Californie, n a tenu que quelques semaines! Qui est aujourd hui en mesure de poser des limites? Le bricolage du génome ne fait que commencer. Le bricolage de la vie ne fait que commencer La banalisation des technologies nécessaires à la création de la vie artificielle est en marche. L Artificial Life progresse d autant plus vite que les enjeux financiers et industriels sont immenses. Devenir le «Bill Gates de la vie artificielle» est le fantasme de toute une génération de spécialistes de la biologie synthétique. Une myriade de start-ups génomiques va naître, recréant la dynamique qui a accompagné le début de l économie du Web. Cette biologie synthétique va devenir un des piliers de l économie mondiale. Des sociétés comme Blue Heron ou DNA 2.0 ne sont que l avant-garde de ces futurs «Microsoft de l ingénierie de la vie». Le passage de ces technologies à la médecine quotidienne est juste une question de temps. Il se compte en décennies et non en siècles. La reprogrammation génétique se banalisera afin de traiter les pathologies les plus graves et les plus sensibles aux yeux de l opinion : le cancer, les maladies neurodégénératives, les myopathies... Une ingénierie de la régénération tissulaire utilisant des cellules souches modifiées et renforcées verra bientôt le jour. On produira des globules rouges renforcés, des neurones moins fragiles Le mouvement transhumaniste au cœur du technopouvoir La domestication de la vie est l objectif central des «transhumanistes» qui soutiennent l augmentation de nos capacités. Bien entendu, «l amélioration» de l humain soulèvera des débats moraux et éthiques. Mais, dans la guerre pour ou contre la modification de l Homme, les transhumanistes ont déjà gagné la bataille de l expertise et de l influence. L entrisme des transhumanistes est impressionnant. Des institutions comme la NASA, Arpanet, Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

14 12 ou Google sont aux avant-gardes du combat transhumaniste. La production des intellectuels transhumanistes est de grande qualité. Le Pr Nick Bostrom directeur du Future of Humanity Institute à l Université d Oxford a ainsi publié plusieurs études remarquables sur les rapports entre l homme biologique et les formes non biologiques d intelligence. Pour les transhumanistes, l humanité n a aucun scrupule à avoir dans l utilisation de toutes les possibilités de transformation de l humain offertes par la science. Cette idéologie se présente comme progressiste : elle souhaite faire profiter l ensemble des êtres humains des bienfaits de la technologie. Les transhumanistes constituent un lobby de gauche qui souhaite renforcer l État-providence grâce aux bienfaits de la technologie. On mesure le piège : s opposer au transhumanisme revient à légitimer les inégalités biologiques et à défendre une société à plusieurs vitesses au nom de valeurs conservatrices comme le respect de la nature. Les bioconservateurs d aujourd hui ne défendent plus le slogan «Travail, Famille, Patrie» mais «Dignité, Nature, Divinité». La gauche française se divisera sur ces sujets bio-politiques, puisque le parti communiste est plutôt bio-progressiste alors que la majorité des socialistes et des Verts sont bio-conservateurs. Les transhumanistes trouvent normal d utiliser la technologie pour augmenter nos capacités physiques et mentales. Ils considèrent que la maladie et le vieillissement ne sont pas une fatalité et qu il est légitime de prétendre à une vie plus longue, plus agréable, sans souffrance ni handicap. Le débat ne porte plus sur l opportunité de transformer l Homme mais sur les moyens d assurer l égalité de tous dans l accès à ces techniques. Dernièrement, un éditorialiste d une prestigieuse revue médicale (The Lancet) s inquiétait, non des dérives technologiques de renforcement du cerveau humain, mais des conditions nécessaires pour accorder aux étudiants pauvres des bourses leur permettant d avoir accès à ces traitements. La question ne serait déjà plus celle de l acceptabilité mais de l égalité de la diffusion de ces technologies. De la science-fiction à la médecine-réalité: nous sommes déjà des transhumains Nous sommes beaucoup plus proches du transhumanisme que nous ne le pensons. En fait, on peut même dire qu en ce début de XXIe siècle, nous sommes déjà des transhumains. La science nous a permis d augmenter doucement notre espérance de vie. Nous avons des médicaments efficaces pour de nombreuses pathologies, des prothèses pour réparer nos genoux, nos hanches, nos artères, nos veines, les valves de notre cœur, nos dents ou nos os. Nous savons greffer une main, un cœur ou même un visage. Nous avons créé des prothèses, comme les lentilles de contact, ou des machines comme le pacemaker, pour lutter contre nos imperfections physiques. De ce point de vue, le transhumanisme apparaît comme la simple continuation d un mouvement ancien ; la poursuite d un effort pour pallier nos déficiences commencé il y a quelques siècles avec l invention des lunettes Pourquoi faudrait-il se féliciter de l invention des lunettes pour mieux voir et refuser l utilisation de la chirurgie oculaire permettant de supprimer la myopie? Et si on accepte, pourquoi faudrait-il refuser une technologie permettant de rendre la vue aux aveugles? Qui Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

15 13 refuse aujourd hui une prothèse de hanche quand l arthrose détruit son autonomie? La fixation d une limite à ces «béquilles technologiques» est particulièrement difficile. Qui voudra résister à la «médecine d amélioration», ce concept défini en 2003 dans un rapport du comité de bioéthique des États-Unis? Ce document expliquait qu à l avenir, il n y aurait plus de frontière entre la médecine thérapeutique et la médecine de maintien et de prévention. Dans la bio-médecine de demain, les nouveaux médicaments et les technologies thérapeutiques se combineront pour améliorer les capacités humaines. La science-fiction de naguère devient médecine-réalité. Toute la question est de savoir si, au nom des risques, il faut et s il est possible de s opposer à la convergence des NBIC. L Histoire a montré que l homme ne résiste jamais à l attrait de la nouveauté, quand bien même celle-ci recèlerait un danger. L homme résistera d autant moins à la révolution biotechnologique que celle-ci lui promet un développement de sa propre puissance et une victoire sur la mort. L humanité : une perpétuelle version béta À travers l opposition entre transhumanistes et tenants du bioconservatisme, ce sont en fait deux conceptions radicalement différentes de l humanité et de son sens qui se font face. La vision bioconservatrice repose sur une vision statique de l Humanité. La vision transhumaniste se situe résolument en rupture. Considérant que nous sommes le fruit d une évolution au hasard, elle milite résolument pour une modification ad libitum du corps humain. Il s agit de faire de l homme un être en perpétuelle évolution. L Homme devient un terrain d expérimentation pour les technologies NBIC : un être perfectible, modifiable jour après jour par lui-même. L idée est que l homme du futur sera comme un site Web, à tout jamais une «version beta», c est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Pour les tenants du transhumanisme, l homme doit s augmenter, se modifier en permanence, utilisant toutes les ressources génétiques, biomécaniques et informatiques qui lui sont offertes. Il n y a aucune raison, selon eux, de fixer une quelconque limite aux capacités cognitives, mémorielles, ni même physiques que nous allons développer. La victoire des idées transhumanistes est une certitude angoissante pour les bioconservateurs. Francis Fukuyama, ne doute pas de l avènement de cette nouvelle humanité. Dans son livre La Fin de l homme, il met en garde contre les technologies qui vont transformer l humanité, et s inquiète des conséquences politiques de cette révolution. Pour lui, la victoire du transhumanisme est aussi inquiétante que certaine. Fukuyama va jusqu à imaginer que les bioconservateurs devraient avoir recours aux armes pour protéger l humanité biologique des «excès» de la science Le technopouvoir entre multinationales de la high-tech et philanthropreneurs Les conséquences des technologies NBIC ne seront pas comparables aux progrès de la science que nous avons connus par le passé : la technomédecine va transformer nos sociétés de fond en comble. Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

16 14 La nouvelle fondation du capitalisme Les entreprises de l ère NBIC pourraient devenir tentaculaires. Google pourrait bien devenir l un des principaux architectes de la révolution NBIC. Entre bioconservatisme et transhumanisme, Google a très clairement choisi son camp : elle participe activement au lobbying bio-progressiste. Google parraine, avec d autres organisations telles que la Nasa, la Singularity University qui organise des séminaires avec les meilleurs spécialistes de la convergence NBIC. Le but : former aux progrès technologiques NBIC. Le terme singularity («la singularité»), utilisé par les Anglo-Saxons, est un concept qui défend l idée que la civilisation humaine sera un jour inévitablement dépassée par l intelligence artificielle. Si l on ajoute que Ray Kurzweil, le pape du transhumanisme, dirige en personne cette université et vient d être nommé Directeur du développement de Google, on aura compris dans quelle optique Google se place L arrivée des philanthropreneurs Ce serait une erreur d imaginer que le technopouvoir sera uniquement constitué de capitalistes obnubilés par la rentabilité. Les milliardaires de la high-tech développent une activité philanthropique à côté du business. Ce «philanthro-capitalisme» est d une efficacité redoutable : il associe le professionnalisme de ces capitaines d industrie et une vision messianique cherchant à faire progresser la médecine et la science. Bill Gates et Warren Buffet, les deux hommes les plus riches de la planète, ont presque déshérité leurs enfants pour financer la recherche médicale dans le domaine des maladies infectieuses. La fondation Bill et Melinda Gates a ridiculisé l Organisation Mondiale de la Santé en assurant en Afrique une couverture vaccinale jugée impossible. Paul Allen, le cofondateur avec Bill Gates de Microsoft, a ouvert un fabuleux centre de recherche high-tech consacré à la recherche sur le cerveau. Il a industrialisé la recherche sur la génétique du cerveau dans un cadre philanthropique, sans aucun objectif de profit. L idéologie transhumaniste s appuiera ainsi sur deux types de compagnons de route : les «capitalistes NBIC» et les «philanthropreneurs NBIC». En 2009, Bill Gates (www. gatesfoundation.org dont la devise est «Toutes les vies ont la même valeur») et Warren Buffet ont lancé une initiative pour encourager les milliardaires du monde entier à léguer 50 % de leur fortune à des œuvres philanthropiques. Les milliardaires étant majoritairement technophiles et proche de l idéologie transhumaniste, il est probable qu une part significative des dons seront investis dans des projets médicaux et scientifiques NBIC. Il sera très difficile de réguler la recherche désintéressée menée par les philanthtropreneurs qui s appuiera sur les lobbies de patients. C est pour cette raison qu il est urgent que les citoyens s emparent de cette question pour tenter d en garder la maîtrise. Un pouvoir citoyen doit s organiser et des contre-pouvoirs sont indispensables. Mais le combat n est pas gagné : les patients préféreront presque toujours une petite ration de technologie supplémentaire à la mort ou au handicap. Plutôt transhumain que mort, penseront la plupart des patients! Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

17 15 Et puis après : le PostHumain? Pas à pas, année après année, petite transgression indolore par petite transgression indolore, notre transhumanité toujours plus technophile pourrait se faire à l idée de la «posthumanité». Il est possible qu il y ait en 2100 ou 2200 une majorité d individus des populations déjà génétiquement modifiées, et «améliorées» à bien des égards pour passer de l autre côté de la barrière. Au terme du processus, le posthumain serait doté d une intelligence artificielle d une puissance phénoménale, lui permettant notamment de connecter son cerveau à un univers virtuel hyperréaliste de son choix. Son corps ne serait plus malade, ne se détériorerait plus, permettant de conserver une vigueur et une jeunesse quasi éternelles. La fatigue physique et intellectuelle n existerait plus. L extension du champ des possibles réservés aux posthumains devrait attirer de nombreux transhumains. Les néo-luddistes, les religieux et les écologistes conservateurs manifesteront sans doute contre ce qu ils considéreront comme la fin de l Humanité. Nous entrerions selon eux dans un univers glacé, hostile, déshumanisé, dirigé par des savants fous. Mais il ne fait guère de doute qu ils seront minoritaires. Qui pourra et, surtout, qui voudra résister aux pouvoirs dont disposeraient les posthumains? Un «posthumain» bardé de puces électroniques n aurait plus rien d humain. Ce futur qui s annonce leur semble instinctivement contre nature. Une barrière radicale pourrait séparer les posthumains des autres groupes. Il y aura une séparation marquée entre les humains «cyborgs», augmentés par l intelligence artificielle, et ceux dotés d une simple intelligence biologique. Les opposants sérieux à la posthumanité mettent en avant le risque d un conflit entre humains biologiques et posthumains. Le posthumain risque de considérer l humain biologique comme un singe stupide et malfaisant ; une espèce inférieure qu il convient de réduire en esclavage ou, pour plus de sécurité, d éliminer de la surface de la terre. Il y aurait là les ingrédients d un conflit frontal fondé sur des différences jugées irréductibles. Le fossé entre les capacités intellectuelles d un camp par rapport à l autre rendrait le dialogue impossible. Georges Annas prédit un «génocide génétique» et voit dans la posthumanité une arme de destruction massive. Ce risque existentiel rend bien dérisoires certains philosophes transhumanistes, qui considèrent qu une attitude hostile vis-à-vis de l intelligence artificielle constituerait «un nouveau racisme» : le racisme de l intelligence biologique (nous) à l encontre de l intelligence siliconée (artificielle)! Nous ne pouvons pas partir du postulat que les minorités d humains augmentés resteront débonnaires. Aujourd hui, il n existe qu un embryon d intelligence artificielle : Google. Mais il s agit encore d une IA débonnaire, qui est dépendante de l Humanité et qu il n est guère difficile de débrancher. Mais demain? Dans un monde qui pourrait être dominé par l intelligence artificielle et les posthumains (humains dotés d une intelligence artificielle), quel sera le rôle de l Homme? Comment protéger l Humanité biologique, avec ses faiblesses et ses particularités, face aux machines? À défaut de bloquer l émergence de toute forme d intelligence artificielle, il faudra s assurer que nous garderons l essentiel : le rôle de chef d orchestre. Nous devrons réguler un monde qui aura la capacité de s améliorer et de progresser sans nous. Nous Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

18 16 devrons veiller à garder le contrôle en érigeant des règles de prudence élémentaires face au risque de soulèvement des machines. L écrivain Isaac Asimov avait déjà pensé à cela en écrivant une prémonitoire «charte des robots» dans les années Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

19 17 #4 La révolution numérique : une imposture? Jean-Michel Besnier Le numérique consacre-t-il une véritable révolution? Je l ai longtemps pensé, comparant l avènement de la procédure de numérisation à la révolution métaphysique qu aurait voulu réaliser Descartes avec sa Mathesis universalis : selon le philosophe, l algèbre aurait pu unifier l intégralité des domaines du savoir en permettant quelque chose comme la modélisation des données issues de tous les champs de la connaissance (la mécanique, la médecine, la musique, la morale ) ; il en serait résulté la matrice d une science générale de l ordre et de la mesure, capable de nous rendre «comme maître et possesseur de la nature». J ai longtemps cru que la procédure consistant à coder toute réalité en séries de O et de 1 avant de la soumettre à quelques algorithmes simples, relayait le rêve de Descartes et qu elle allait homogénéiser l ensemble des objets du monde, les rendre interchangeables et manipulables à volonté. De fait, on est bien près d avoir atteint l idéal cartésien : le monde est devenu plat, comme dit Thomas Friedmann, à l instar de la nature qui était devenue intégralement géométrique avec Descartes et Galilée. Une révolution métaphysique, donc, englobant en un système d interactions la totalité de ce qui existe. Le cerveau planétaire ou la noosphère chère aux technoprophètes, réplique cognitive de la planète Gaïa des écologistes dits profonds : telle est la version populaire de cette révolution, dont les philosophes pourraient se réserver une version plus noble, peut-être déclinable dans les termes du système hégélien du Savoir absolu ou de la monadologie leibnizienne Et puis, à bien y regarder, cette révolution numérique me semble de plus en plus une imposture. Non pas qu elle ne bouleverse pas le monde : elle a déjà changé nos manières de penser, nos comportements sociaux, nos rêves et notre imaginaire. Elle a bousculé nos traditions, ouvert nos horizons, éveillé une formidable ambition démiurgique dont le transhumanisme se fait l écho. Mais est-ce pour autant une révolution? A bien y regarder, les promesses qui accompagnaient la naissance des Temps modernes se précisent seulement, sans aller bien au-delà de l utopie qu elles alimentaient : grâce à la convergence technologique et les NBICs, nous serons bientôt définitivement heureux, c est-à-dire débarrassés du hasard de la naissance (avec les biotechnologies), de la maladie et du vieillissement (avec la nanomédecine), de la souffrance et de la mort non voulue (avec les neurosciences) le tout grâce aux prouesses de

20 18 la modélisation et de la simulation informatiques (avec les sciences de l information et de la communication). Nous allons donc réaliser les pleines potentialités de l humanité, ainsi que le voulait le siècle des Lumières en confiant notre avenir aux sciences et aux techniques. Ce n est pas là «révolution» mais continuité dans les efforts pour nous arracher aux déterminismes naturels et aux irrationalismes qui entretiennent l aliénation. Et pourtant, on nous annonce l inédit, la Singularité, le point Oméga, l avènement du Successeur de l homme, la victoire de «Petite Poucette» : s il y a une eschatologie, il doit sans doute bien y avoir une révolution, diront les esprits attentifs. Cela mérite en tout cas qu on y regarde mieux. Du côté des posthumanistes, il est vrai, on ne se dérobe pas devant la rupture et cela est bien révolutionnaire. On ne se contente pas d afficher un hyperhumanisme, se bornant à radicaliser les prophéties de Descartes en faveur de la longévité humaine ou celles de Condorcet axées sur une éducation et pacification par les Lumières. Un posthumaniste comme Max More, fondateur du mouvement dit des Extropiens, n imagine rien moins que supprimer l entropie de l univers! Y-a-t-il plus révolutionnaire que cette prétention à en finir avec la dégradation irréversible de l univers énoncée par le second principe de la thermodynamique? Et Ray Kurzweil, le prophète de la Singularité, n est-il pas aussi révolutionnaire? L avènement d une intelligence non biologique qu il prédit pour bientôt, ce n est rien d autre que la chance offerte à un posthumain de gérer et d exploiter à son profit une planète débarrassée de ses fragilités. Révolutionnaire, cette annonce que l humain est sur sa fin, qu il vit ses dernières années et qu il va passer la main? Tant que nos machines à communiquer n auront pas imposé l univocité des mots et expulsé la poésie qui a besoin de la polysémie, la révolution connotera davantage que le simple mouvement des astres accomplissant une courbe fermée. L instauration fantasmatique d une trajectoire néguentropique à l échelle de l univers ou l émergence d un au-delà de l humain à partir d un big crunch technologique, ne sauraient monopoliser le sens du mot «révolution». Sans aller chercher très loin, le sens commun attache à l expression des connotations qui résistent encore au novlang hélas encouragé par le numérique : l idée de la volonté toute-puissante, par exemple. Toute révolution politique se présente en effet comme la victoire d un devoir-être décidé par des hommes et des femmes agissant. Elle procède toujours d un anti-destin. Quand on la dit incontrôlable, c est parce qu elle a enivré le vouloir de ses acteurs. Où est donc le lyrisme de la révolution numérique? N est-ce pas d elle dont on dit qu elle réalise le triomphe du calcul, la réduction de toute chose aux attentes d une logique comptable? N est-ce pas d elle dont on appréhende qu elle s impose à tous comme une véritable fatalité, imposant aux hommes des procédures, des formats, des cadres de pensée, des styles de vie? N est-elle pas, à tous égards, l étouffoir du volontarisme? Prévoyant la montée en puissance de la cybernétique, Heidegger voyait dans la technique la manifestation de l histoire de l être qui traduit selon lui l indigence de la volonté humaine et la vanité des idéaux humanistes. Décidément, la révolution numérique procède d un abus de langage si l on doit considérer qu elle n est le fait de personne en particulier, qu elle ne relève pas d une Jean-Michel Besnier «La révolution numérique : une imposture?» / La Revue du Cube #4

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Philippe ROLLANDIN. Le monde cannibale. Le défi démographique de 2065

Philippe ROLLANDIN. Le monde cannibale. Le défi démographique de 2065 Philippe ROLLANDIN Le monde cannibale Le défi démographique de 2065 LE MONDE CANNIBALE Défis Collection dirigée par Laurent Giroux Cette collection propose soit des ouvrages offrant des outils rapidement

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole ÉDITOS En 2013, Nantes a été la première ville en France à obtenir le titre de Capitale verte de l Europe. Cette reconnaissance européenne vient reconnaître et récompenser le travail et les efforts menés

Plus en détail

Introduction au private equity

Introduction au private equity BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Introduction au private equity Les bases du capital-investissement Cyril Demaria 4 e édition SOMMAIRE Préface... 11 Introduction : Qu est-ce que le private

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

La maison communicante

La maison communicante La maison communicante François-Xavier JEULAND avec la contribution de Olivier Salvatori Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11429-X Avant-propos Le développement du télétravail et l arrivée des 35 heures,

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue 7 L ENTREPRISE NUMERIQUE Prologue Le CIGREF est un réseau de grandes entreprises qui fête en 2010 son quarantième anniversaire. La genèse de sa création démarre en 1967, lorsque Emile Roche, alors Président

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 0 Cette TOP 10 PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) Quel est le bilan de l année 2012 en matière de solutions décisionnelles?

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

«LE RECUL DE LA MORT Y TENONS-NOUS VRAIMENT?»

«LE RECUL DE LA MORT Y TENONS-NOUS VRAIMENT?» * * * ACTIVITÉ DU 17 JUIN 2014 * * * Le Collectif implique-action 55+ «LE RECUL DE LA MORT Y TENONS-NOUS VRAIMENT?» Plusieurs recherches scientifiques récentes laissent entrevoir la possibilité que l espérance

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

WORLD CAFE DU COMITE 21 Evaluation de l Agenda 21 Mercredi 22 mai 2013

WORLD CAFE DU COMITE 21 Evaluation de l Agenda 21 Mercredi 22 mai 2013 WORLD CAFE DU COMITE 21 Evaluation de l Agenda 21 Mercredi 22 mai 2013 Programme de la journée 10h00 Introduction par le Comité 21 10h15 10h45 11h00 12h30 Présentation des enjeux de l évaluation par Auxilia

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les cinq arguments de Drupal 8 pour séduire les Marketeurs

Les cinq arguments de Drupal 8 pour séduire les Marketeurs Les cinq arguments de Drupal 8 pour séduire les Marketeurs Puissance, facilité d utilisation et technologie adaptée aux besoins des entreprises font de Drupal 8 la plateforme de choix pour les Marketeurs

Plus en détail

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT Des processus de bureau respectueux de l environnement grâce au recours à un système moderne de gestion des documents Utilisation de matériaux respectueux de

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014 Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale Club D&O, 23 septembre 2014 Rappel des modalités de travail de la séance Présentation de la synthèse des questionnaires

Plus en détail

Progresser par la foi

Progresser par la foi Chapitre 54 Progresser par la foi Il n est pas toujours sage, en effet, de ne rien entreprendre qui entraîne de fortes dépenses sans avoir au préalable l argent nécessaire. Le Seigneur n épargne pas toujours

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Ce qu on vous a caché dans les livres de trading. Les contextes de trading qu il faut littéralement fuir: les identifier avec un élément 100% visuel.

Ce qu on vous a caché dans les livres de trading. Les contextes de trading qu il faut littéralement fuir: les identifier avec un élément 100% visuel. La formation en 7 étapes : Cette formation va vous permettre de trouver les contextes graphiques qui sortent du lot grâce à des éléments 100% visuel et 100% pratique. Je déteste autant que vous la théorie.

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

Le réseau communautaire pour les professionnels. des métiers de bouche et de la restauration DOSSIER DE PRESSE

Le réseau communautaire pour les professionnels. des métiers de bouche et de la restauration DOSSIER DE PRESSE Le réseau communautaire pour les professionnels des métiers de bouche et de la restauration DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2015 Edito SOMMAIRE Page 3 Edito de Vincent Sigaud, Directeur Général de FoodConnexion

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

SOUTENIR. Dons et legs en faveur de projets de recherche de l Université Libre de Bruxelles

SOUTENIR. Dons et legs en faveur de projets de recherche de l Université Libre de Bruxelles SOUTENIR LA SCIENCE DE DEMAIN Dons et legs en faveur de projets de recherche de l Université Libre de Bruxelles PRÉPARER SA SUCCESSION N EST PAS CHOSE AISÉE. Pourtant, il s agit de l unique façon de vous

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

ARE : Construire une recherche documentaire pertinente

ARE : Construire une recherche documentaire pertinente ARE : Construire une recherche documentaire pertinente (Intervention animée par le Pôle Formation des usagers de la BUPMC) ARE CNED SENSCHIM Une méthode de recherche documentaire EFFICACE, c est Définition

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA.

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA. Discours de Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion, à l occasion du 10 ème anniversaire de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

20 mars 2013. Colloque «L ingénieur contre la dépendance»

20 mars 2013. Colloque «L ingénieur contre la dépendance» 20 mars 2013 Grand amphithéâtre MGEN 3, square Max Hymans, Paris 15e Colloque «L ingénieur contre la dépendance» Comment créer une chaîne de valeur et de responsabilité dans une dynamique interprofessionnelle?

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE CONSTRUIRE L AVENIR AVEC LE NUMÉRIQUE

ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE CONSTRUIRE L AVENIR AVEC LE NUMÉRIQUE ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE CONSTRUIRE L AVENIR AVEC LE NUMÉRIQUE ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE ENTREZ DANS L ÈRE DE LA CONSTRUCTION NUMÉRIQUE Véritable vitrine technologique, l Espace Construction Virtuelle

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Politique de données ouvertes

Politique de données ouvertes Politique de données ouvertes 1 MOT DU MAIRE ET DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EXÉCUTIF Montréal aspire à devenir un chef de file mondialement reconnu parmi les villes intelligentes et numériques. Pour atteindre

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail