Après L HUMAIN #4. Création et société numérique. Avril 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après L HUMAIN #4. Création et société numérique. www.cuberevue.com. Avril 2013"

Transcription

1 Création et société numérique Après L HUMAIN #4 Avril 2013 PERSPECTIVES : Laurent Alexandre, Jean-Michel Besnier, Françis Demoz, Christophe Luxereau, Éric Sadin POINTS DE VUE : Sylvie Allouche, Franck Ancel, Hervé Azoulay, Jean-Jacques Birgé, Philippe Cayol, Pierre de La Coste, Michel Jaffrennou, Étienne Krieger, Marie-Anne Mariot, Gloria Origgi, Dominique Sciamma, Jean-Luc Soret, Hugo Verlinde PRESQUE FICTION : Étienne-Armand Amato, Olivier Auber, Michel Authier, Maxime Gueugneau, Vincent Lévy, Jacques Lombard, Yann Minh, Joseph Nechvatal, Antoine Schmitt 3 QUESTIONS : François Taddéi

2

3 1 Création et société numérique La Revue du Cube Parce qu à l ère du numérique, le mouvement, la porosité et le foisonnement recomposent le monde, la Revue du Cube entend croiser les regards de praticiens, d artistes, de chercheurs, de personnalités et d experts venus d horizons différents. Chaque numéro s articule autour d une thématique qui traduit les tendances émergentes. Articles, points de vue, interviews, entretiens vidéo, débats, empreintes sonores ou visuelles, toutes les formes d expression ont droit de cité dans la Revue du Cube La Revue est éditée par Le Cube, centre de création numérique. Comité éditorial : Nils Aziosmanoff, Stéphanie Fraysse-Ripert, Rémy Hoche. Le Cube, centre de création numérique Pionnier sur la scène culturelle numérique française, Le Cube est un lieu de référence pour l art et la création numérique. C est un espace ouvert à tous, quel que soit son âge et sa pratique du numérique, pour découvrir, pratiquer, créer et échanger tout au long de l année, autour d ateliers, de formations, d expositions, de spectacles, de conférences et de rencontres avec les artistes et les acteurs du numérique. Le Cube organise tous les deux ans un festival international d art numérique, ainsi qu un prix pour la jeune création en art numérique. Depuis 2011, Il a également lancé sa revue en ligne. Créé en 2001 à l initiative de la Ville d Issy-les-Moulineaux, Le Cube est un espace de la Communauté d Agglomération Grand Paris Seine Ouest, géré et animé par l association ART3000. Il est présidé par Nils Aziosmanoff et dirigé par Stéphanie Fraysse-Ripert. Le Cube 20 cours St Vincent Issy-les-Moulineaux /

4

5 3 #4 APRÈS L HUMAIN? SOMMAIRE Nils Aziosmanoff - «Edito»... 5 PERSPECTIVES : Laurent Alexandre - «Transhumain oui. Posthumain Non»... 9 Jean-Michel Besnier - «La Révolution numérique : une imposture?» Françis Demoz - «Après l humain? : L humain» Christophe Luxereau - «Future, no Future.» Éric Sadin - «La condition anthrobologique» POINTS DE VUE : Sylvie Allouche - «Du silex au smartphone : pour un kit de survie de l humanité» Franck Ancel - «3.000 signes après ans» Hervé Azoulay - «Post-Humanisme» Jean-Jacques Birgé - «Genèse de l artiste» Philippe Cayol - «La main ouverte et le poing fermé» Pierre de La Coste - «Après l humain, le divin?» Michel Jaffrennou - «Après l humain, les Auras de nos smartphones» Étienne Krieger - «La résistible ascension des golems numériques» Marie-Anne Mariot - «Pour un néo post-humain» Gloria Origgi - «La nostalgie de Leonardo» Dominique Sciamma - «Singulier, comme d habitude» Jean-Luc Soret - «Des lendemains qui chantent» Hugo Verlinde - «Supplément d âme» PRESQUE FICTIONS : Étienne-Armand Amato - «Rapport prédictif anhumanisé»...63 Olivier Auber - «Impossible de penser» Michel Authier - «Trou blanc dans le WebMartre» Maxime Gueugneau - «Mise à jour» Vincent Lévy - «L usine pharmaceutique» Jacques Lombard - «Un matin d été» Yann Minh - «La petite mort de l humanité» Joseph Nechvatal - «Venus -~ñ~! ~ñ CyberX SX-univerae» Antoine Schmitt - «À l intérieur» QUESTIONS : François Taddéi - «Après l humain?»... 93

6

7 5 #4 Edito Vers quelle humanité? Nils Aziosmanoff «La révolution numérique est terminée, le numérique a gagné!» Partie des quatre coins du globe, cette rumeur se propage sur la toile. Elle claque comme l étendard victorieux du monde qui vient. Savamment mise en scène par la société du spectacle, une florissante décennie d innovation technologique en a préparé l avènement : le futur vient prendre possession du présent. Prêt à investir l après, l imaginaire collectif s émerveille des prouesses du progrès. Mais en coulisse, de redoutables forces de «destruction création» sont à l œuvre, et leurs effets sont sans précédent. Car à la lisière du siècle, un nouvel espace-temps s est entre ouvert, et tel un trou noir il absorbe une à une nos réalités. Elles se fragmentent, se dissipent et se recomposent à un rythme qui dépasse notre entendement. Le règne du fluide et de l incertain a commencé. Arrimées aux repères du passé, à contre courant, les institutions sont impuissantes à juguler des crises qui, dans un mouvement systémique, se propagent et sapent une à une les fondations du vieux monde. La puissance informatique mise au service de stratégies obsolètes accélère la débâcle. Et tandis que l homme s évertue à créer une machine qui bientôt, dit-il, «sera fière de lui», l âme des peuples erre dans la nuit. Mais depuis peu, se lève une aube porteuse d une étonnante nouvelle. Une énergie providentielle commence à jaillir de toutes parts, abondamment, se jouant des lois universelles de la thermodynamique et de l entropie. Ce miracle s appelle Information. Depuis les origines elle a traversé les âges, migrant d espèces en espèces pour animer la matière et pour que la vie trouve son chemin. Grâce à elle, l homme a acquis la parole, l outil, l écriture, l électricité et Internet. En lui offrant pour nouvel hôte les réseaux de communication, il en a involontairement démultiplié les propriétés. Car plus on la consomme, plus elle abonde. Plus on la stocke, plus elle circule. Plus on la distribue, plus elle afflue. Comme un magma en fusion, elle se répand et prolifère, et avec elle le savoir se propage à une vitesse jamais observée. Déjà il court tout autour du globe, à travers les synapses d une créature gigantesque et encore informe qui peu à peu s éveille sous les yeux de son créateur : la multitude.

8 6 Plus tout à fait homo sapiens, l homme connecté s imagine bientôt symbiotique. Mi humain, mi machine, presque dieu, ce nouveau maillon de l évolution entend poursuivre son exploration au delà des enclos du temps et de l espace. Car l univers, dit-on, est un logiciel. Son code est fait d atomes, son langage est le réel. Message is the medium. Et voilà que l humain, sa propre créature, rêve de le recréer. Grâce à la puissance distribuée des réseaux, il l aura bientôt modélisé, indexé et stocké dans les entrailles de la Big Data. Tenant dans le creux de la main, l infiniment petit et l infiniment grand révèleront peut être la clé des mystères les plus anciens. Dans une vertigineuse mise en abîme, l univers deviendra alors le jouet de ceux-là mêmes qu il a créés. Voyageur créateur, l après humain se dresse. Vers quelle humanité? Nils Aziosmanoff Président du Cube Nils Aziosmanoff : «Edito» / La Revue du Cube #4

9 #4 PERSPECTIVES Laurent Alexandre, Jean-Michel Besnier, Françis Demoz, Christophe Luxereau, Éric Sadin

10

11 9 #4 Transhumain oui. Posthumain non. Laurent Alexandre Les Nanotechnologies, la Biologie, l Informatique et les sciences Cognitives (intelligence artificielle et sciences du cerveau) progressent et convergent, en ce sens que les découvertes dans un domaine servent aux recherches dans un autre. Cette synergie décuple la puissance de la recherche et permet des avancées spectaculaires. Une médecine de combat utilisant toutes les armes NBIC est déjà sur les rails. Derrière la convergence NBIC, une philosophie de transformation radicale de l Humanité le Transhumanisme rêve de changer l Homme. Les potentialités technologiques sont illimitées et soulèvent naturellement des craintes. De la confrontation entre bio-progressistes (les transhumanistes) et bio-conservateurs dépendra ce que nous deviendrons. Mais derrière le Transhumanisme, qui rêve de changer l Homme, se profile le Posthumain : Transhumain augmenté par l hybridation avec des circuits électroniques et doté de l Intelligence Artificielle. Et le posthumanisme pourrait sonner le glas de l humanité. La fusion de la technologie et de la vie La notion de transhumanisme est encore quasi inconnue en Europe. La première utilisation du mot «transhumaniste» remonte aux années 1950, mais sa popularisation date seulement du milieu des années C est à cette période que les chercheurs commencent à cerner les promesses de la convergence NBIC. Si l on en croit ses promoteurs, le projet transhumaniste de fusion de la technologie et de la vie devrait se déployer en trois étapes : d abord, la technologie pénètre la vie grâce aux prothèses médicales et la bioingénierie. Nous y sommes. puis, la technologie permet de créer la vie artificielle. Les annonces fracassantes de Craig Venter témoignent du début de la course. enfin, la technologie devrait dépasser, voire remplacer la vie. La montée en puissance de Google, embryon d intelligence artificielle, prouve que cette étape n est plus si loin. Un véritable lobby bio-progressiste est déjà à l œuvre, qui prône l adoption enthousiaste de tous les progrès NBIC, quitte à changer l humanité. Ce lobby est particulièrement puissant sur les rives du Pacifique, de la Californie à la

12 10 Chine et à la Corée du Sud, soit et ce n est pas un hasard à proximité des industries NBIC. C est là qu émerge la nouvelle devise de notre siècle : «la vie n est qu une nanomachine particulièrement sophistiquée!» La plupart des transhumanistes se réclament de l humanisme, ne sont pas croyants et rejettent le racisme, l autoritarisme, les pseudo-sciences et les sectes. Ce sont des cartésiens, très au fait des nouvelles technologies, adeptes des libertés individuelles, qui viennent de tous les horizons politiques. La World Transhumanist Association souligne qu elle milite pour une «démocratie radicale, reposant non pas sur la seule liberté, mais sur l égalité et la solidarité (pour un accès universel au progrès)». Cette revendication d égalité est un vecteur puissant de progression des transgressions biotechnologiques. Les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l humain. Pour eux, peu importent la race, le genre ou l origine : un citoyen est un individu, un être autonome qui n appartient à personne d autre qu à luimême, et qui décide seul des modifications qu il souhaite apporter à son cerveau, à son ADN ou à son corps. La démocratie radicale dans laquelle souhaite vivre le transhumaniste est une société qui ne bride ni les libertés individuelles, ni la volonté de chacun d augmenter son potentiel. La technologie est un moyen d échapper à la tyrannie du destin, de la nature, et de sa condition sociale. Sous l influence des technologies NBIC, l Homo sapiens deviendrait, selon les transhumanistes, la première espèce «libre» dans le sens où il serait libéré des incertitudes de la sélection darwinienne. Nous ne serions plus les jouets d un tri accompli par des forces de sélection aveugles, mais les décisionnaires et véritables sélectionneurs actifs des attributs de notre humanité. L homme biotechnologique aurait toutes les cartes en main pour «s arracher à la nature». La technologie crée la vie Nous venons d entrer, beaucoup plus tôt que prévu, dans la seconde phase du projet transhumaniste : la fusion de la vie et de la technologie. 20 mai 2010 : Craig Venter annonce qu il a réussi à créer artificiellement un chromosome d un million de bases chimiques. Ce chromosome artificiel a été entièrement produit en éprouvette en suivant une modélisation informatique. Puis, ce chromosome artificiel a été intégré dans une bactérie dont on avait auparavant supprimé l ADN d origine. L équipe a enfin réussi à «rebooter», c est-à-dire à faire redémarrer cet organisme d un genre nouveau, désormais capable de se reproduire. Pour la première fois, une forme vivante fonctionne avec un programme génétique conçu sur ordinateur, puis construit chimiquement en éprouvette, et n est plus le produit erratique de la sélection darwinienne. Cela accrédite l idée que le programme génétique est fondamentalement un subtil logiciel, et la vie une nanomachine, certes particulièrement complexe, mais malléable par la science. Il existe donc aujourd hui deux lignées d espèces vivantes sur Terre : toutes celles qui descendent de LUCA (Last Universal Common Ancestor), la dernière cellule commune avant Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

13 11 la séparation des différentes formes naturelles de vie, et JCVI-syn1.0, la création de Venter. Une compétition industrielle mondiale féroce permettra de créer des «super cellules», plus performantes, plus puissantes, à la durée de vie supérieure. Il devient possible de tester des milliards de génomes artificiels conçus sur ordinateur en associant, tels des morceaux de Lego, des briques génétiques. Craig Venter possède la plus belle collection de ces bio-bricks qui vont permettre d écrire les chromosomes à partir de modules préfabriqués. L Homme qui se prend pour Dieu Craig Venter a osé lever le tabou suprême ; il fait partie des «playing God men» (Venter). La démonstration que la vie peut être produite en éprouvette conduit à des débats passionnés sur les limites du pouvoir de l Homme. Des groupes religieux se sont émus qu un chercheur se croie autorisé à «imiter Dieu». Le Président Obama lui-même a diligenté une enquête. À la suite de Venter, les tentations démiurgiques et prométhéennes des ingénieurs du vivant vont s accroître. La vie, l homme vont être perçus comme infiniment manipulables. Quelques voix timides ont demandé un moratoire sur les travaux de Venter, puis elles se sont tues. Il faut dire que le précédent moratoire sur les travaux génétiques, décidé à la conférence d Asilomar en 1976 en Californie, n a tenu que quelques semaines! Qui est aujourd hui en mesure de poser des limites? Le bricolage du génome ne fait que commencer. Le bricolage de la vie ne fait que commencer La banalisation des technologies nécessaires à la création de la vie artificielle est en marche. L Artificial Life progresse d autant plus vite que les enjeux financiers et industriels sont immenses. Devenir le «Bill Gates de la vie artificielle» est le fantasme de toute une génération de spécialistes de la biologie synthétique. Une myriade de start-ups génomiques va naître, recréant la dynamique qui a accompagné le début de l économie du Web. Cette biologie synthétique va devenir un des piliers de l économie mondiale. Des sociétés comme Blue Heron ou DNA 2.0 ne sont que l avant-garde de ces futurs «Microsoft de l ingénierie de la vie». Le passage de ces technologies à la médecine quotidienne est juste une question de temps. Il se compte en décennies et non en siècles. La reprogrammation génétique se banalisera afin de traiter les pathologies les plus graves et les plus sensibles aux yeux de l opinion : le cancer, les maladies neurodégénératives, les myopathies... Une ingénierie de la régénération tissulaire utilisant des cellules souches modifiées et renforcées verra bientôt le jour. On produira des globules rouges renforcés, des neurones moins fragiles Le mouvement transhumaniste au cœur du technopouvoir La domestication de la vie est l objectif central des «transhumanistes» qui soutiennent l augmentation de nos capacités. Bien entendu, «l amélioration» de l humain soulèvera des débats moraux et éthiques. Mais, dans la guerre pour ou contre la modification de l Homme, les transhumanistes ont déjà gagné la bataille de l expertise et de l influence. L entrisme des transhumanistes est impressionnant. Des institutions comme la NASA, Arpanet, Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

14 12 ou Google sont aux avant-gardes du combat transhumaniste. La production des intellectuels transhumanistes est de grande qualité. Le Pr Nick Bostrom directeur du Future of Humanity Institute à l Université d Oxford a ainsi publié plusieurs études remarquables sur les rapports entre l homme biologique et les formes non biologiques d intelligence. Pour les transhumanistes, l humanité n a aucun scrupule à avoir dans l utilisation de toutes les possibilités de transformation de l humain offertes par la science. Cette idéologie se présente comme progressiste : elle souhaite faire profiter l ensemble des êtres humains des bienfaits de la technologie. Les transhumanistes constituent un lobby de gauche qui souhaite renforcer l État-providence grâce aux bienfaits de la technologie. On mesure le piège : s opposer au transhumanisme revient à légitimer les inégalités biologiques et à défendre une société à plusieurs vitesses au nom de valeurs conservatrices comme le respect de la nature. Les bioconservateurs d aujourd hui ne défendent plus le slogan «Travail, Famille, Patrie» mais «Dignité, Nature, Divinité». La gauche française se divisera sur ces sujets bio-politiques, puisque le parti communiste est plutôt bio-progressiste alors que la majorité des socialistes et des Verts sont bio-conservateurs. Les transhumanistes trouvent normal d utiliser la technologie pour augmenter nos capacités physiques et mentales. Ils considèrent que la maladie et le vieillissement ne sont pas une fatalité et qu il est légitime de prétendre à une vie plus longue, plus agréable, sans souffrance ni handicap. Le débat ne porte plus sur l opportunité de transformer l Homme mais sur les moyens d assurer l égalité de tous dans l accès à ces techniques. Dernièrement, un éditorialiste d une prestigieuse revue médicale (The Lancet) s inquiétait, non des dérives technologiques de renforcement du cerveau humain, mais des conditions nécessaires pour accorder aux étudiants pauvres des bourses leur permettant d avoir accès à ces traitements. La question ne serait déjà plus celle de l acceptabilité mais de l égalité de la diffusion de ces technologies. De la science-fiction à la médecine-réalité: nous sommes déjà des transhumains Nous sommes beaucoup plus proches du transhumanisme que nous ne le pensons. En fait, on peut même dire qu en ce début de XXIe siècle, nous sommes déjà des transhumains. La science nous a permis d augmenter doucement notre espérance de vie. Nous avons des médicaments efficaces pour de nombreuses pathologies, des prothèses pour réparer nos genoux, nos hanches, nos artères, nos veines, les valves de notre cœur, nos dents ou nos os. Nous savons greffer une main, un cœur ou même un visage. Nous avons créé des prothèses, comme les lentilles de contact, ou des machines comme le pacemaker, pour lutter contre nos imperfections physiques. De ce point de vue, le transhumanisme apparaît comme la simple continuation d un mouvement ancien ; la poursuite d un effort pour pallier nos déficiences commencé il y a quelques siècles avec l invention des lunettes Pourquoi faudrait-il se féliciter de l invention des lunettes pour mieux voir et refuser l utilisation de la chirurgie oculaire permettant de supprimer la myopie? Et si on accepte, pourquoi faudrait-il refuser une technologie permettant de rendre la vue aux aveugles? Qui Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

15 13 refuse aujourd hui une prothèse de hanche quand l arthrose détruit son autonomie? La fixation d une limite à ces «béquilles technologiques» est particulièrement difficile. Qui voudra résister à la «médecine d amélioration», ce concept défini en 2003 dans un rapport du comité de bioéthique des États-Unis? Ce document expliquait qu à l avenir, il n y aurait plus de frontière entre la médecine thérapeutique et la médecine de maintien et de prévention. Dans la bio-médecine de demain, les nouveaux médicaments et les technologies thérapeutiques se combineront pour améliorer les capacités humaines. La science-fiction de naguère devient médecine-réalité. Toute la question est de savoir si, au nom des risques, il faut et s il est possible de s opposer à la convergence des NBIC. L Histoire a montré que l homme ne résiste jamais à l attrait de la nouveauté, quand bien même celle-ci recèlerait un danger. L homme résistera d autant moins à la révolution biotechnologique que celle-ci lui promet un développement de sa propre puissance et une victoire sur la mort. L humanité : une perpétuelle version béta À travers l opposition entre transhumanistes et tenants du bioconservatisme, ce sont en fait deux conceptions radicalement différentes de l humanité et de son sens qui se font face. La vision bioconservatrice repose sur une vision statique de l Humanité. La vision transhumaniste se situe résolument en rupture. Considérant que nous sommes le fruit d une évolution au hasard, elle milite résolument pour une modification ad libitum du corps humain. Il s agit de faire de l homme un être en perpétuelle évolution. L Homme devient un terrain d expérimentation pour les technologies NBIC : un être perfectible, modifiable jour après jour par lui-même. L idée est que l homme du futur sera comme un site Web, à tout jamais une «version beta», c est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Pour les tenants du transhumanisme, l homme doit s augmenter, se modifier en permanence, utilisant toutes les ressources génétiques, biomécaniques et informatiques qui lui sont offertes. Il n y a aucune raison, selon eux, de fixer une quelconque limite aux capacités cognitives, mémorielles, ni même physiques que nous allons développer. La victoire des idées transhumanistes est une certitude angoissante pour les bioconservateurs. Francis Fukuyama, ne doute pas de l avènement de cette nouvelle humanité. Dans son livre La Fin de l homme, il met en garde contre les technologies qui vont transformer l humanité, et s inquiète des conséquences politiques de cette révolution. Pour lui, la victoire du transhumanisme est aussi inquiétante que certaine. Fukuyama va jusqu à imaginer que les bioconservateurs devraient avoir recours aux armes pour protéger l humanité biologique des «excès» de la science Le technopouvoir entre multinationales de la high-tech et philanthropreneurs Les conséquences des technologies NBIC ne seront pas comparables aux progrès de la science que nous avons connus par le passé : la technomédecine va transformer nos sociétés de fond en comble. Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

16 14 La nouvelle fondation du capitalisme Les entreprises de l ère NBIC pourraient devenir tentaculaires. Google pourrait bien devenir l un des principaux architectes de la révolution NBIC. Entre bioconservatisme et transhumanisme, Google a très clairement choisi son camp : elle participe activement au lobbying bio-progressiste. Google parraine, avec d autres organisations telles que la Nasa, la Singularity University qui organise des séminaires avec les meilleurs spécialistes de la convergence NBIC. Le but : former aux progrès technologiques NBIC. Le terme singularity («la singularité»), utilisé par les Anglo-Saxons, est un concept qui défend l idée que la civilisation humaine sera un jour inévitablement dépassée par l intelligence artificielle. Si l on ajoute que Ray Kurzweil, le pape du transhumanisme, dirige en personne cette université et vient d être nommé Directeur du développement de Google, on aura compris dans quelle optique Google se place L arrivée des philanthropreneurs Ce serait une erreur d imaginer que le technopouvoir sera uniquement constitué de capitalistes obnubilés par la rentabilité. Les milliardaires de la high-tech développent une activité philanthropique à côté du business. Ce «philanthro-capitalisme» est d une efficacité redoutable : il associe le professionnalisme de ces capitaines d industrie et une vision messianique cherchant à faire progresser la médecine et la science. Bill Gates et Warren Buffet, les deux hommes les plus riches de la planète, ont presque déshérité leurs enfants pour financer la recherche médicale dans le domaine des maladies infectieuses. La fondation Bill et Melinda Gates a ridiculisé l Organisation Mondiale de la Santé en assurant en Afrique une couverture vaccinale jugée impossible. Paul Allen, le cofondateur avec Bill Gates de Microsoft, a ouvert un fabuleux centre de recherche high-tech consacré à la recherche sur le cerveau. Il a industrialisé la recherche sur la génétique du cerveau dans un cadre philanthropique, sans aucun objectif de profit. L idéologie transhumaniste s appuiera ainsi sur deux types de compagnons de route : les «capitalistes NBIC» et les «philanthropreneurs NBIC». En 2009, Bill Gates (www. gatesfoundation.org dont la devise est «Toutes les vies ont la même valeur») et Warren Buffet ont lancé une initiative pour encourager les milliardaires du monde entier à léguer 50 % de leur fortune à des œuvres philanthropiques. Les milliardaires étant majoritairement technophiles et proche de l idéologie transhumaniste, il est probable qu une part significative des dons seront investis dans des projets médicaux et scientifiques NBIC. Il sera très difficile de réguler la recherche désintéressée menée par les philanthtropreneurs qui s appuiera sur les lobbies de patients. C est pour cette raison qu il est urgent que les citoyens s emparent de cette question pour tenter d en garder la maîtrise. Un pouvoir citoyen doit s organiser et des contre-pouvoirs sont indispensables. Mais le combat n est pas gagné : les patients préféreront presque toujours une petite ration de technologie supplémentaire à la mort ou au handicap. Plutôt transhumain que mort, penseront la plupart des patients! Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

17 15 Et puis après : le PostHumain? Pas à pas, année après année, petite transgression indolore par petite transgression indolore, notre transhumanité toujours plus technophile pourrait se faire à l idée de la «posthumanité». Il est possible qu il y ait en 2100 ou 2200 une majorité d individus des populations déjà génétiquement modifiées, et «améliorées» à bien des égards pour passer de l autre côté de la barrière. Au terme du processus, le posthumain serait doté d une intelligence artificielle d une puissance phénoménale, lui permettant notamment de connecter son cerveau à un univers virtuel hyperréaliste de son choix. Son corps ne serait plus malade, ne se détériorerait plus, permettant de conserver une vigueur et une jeunesse quasi éternelles. La fatigue physique et intellectuelle n existerait plus. L extension du champ des possibles réservés aux posthumains devrait attirer de nombreux transhumains. Les néo-luddistes, les religieux et les écologistes conservateurs manifesteront sans doute contre ce qu ils considéreront comme la fin de l Humanité. Nous entrerions selon eux dans un univers glacé, hostile, déshumanisé, dirigé par des savants fous. Mais il ne fait guère de doute qu ils seront minoritaires. Qui pourra et, surtout, qui voudra résister aux pouvoirs dont disposeraient les posthumains? Un «posthumain» bardé de puces électroniques n aurait plus rien d humain. Ce futur qui s annonce leur semble instinctivement contre nature. Une barrière radicale pourrait séparer les posthumains des autres groupes. Il y aura une séparation marquée entre les humains «cyborgs», augmentés par l intelligence artificielle, et ceux dotés d une simple intelligence biologique. Les opposants sérieux à la posthumanité mettent en avant le risque d un conflit entre humains biologiques et posthumains. Le posthumain risque de considérer l humain biologique comme un singe stupide et malfaisant ; une espèce inférieure qu il convient de réduire en esclavage ou, pour plus de sécurité, d éliminer de la surface de la terre. Il y aurait là les ingrédients d un conflit frontal fondé sur des différences jugées irréductibles. Le fossé entre les capacités intellectuelles d un camp par rapport à l autre rendrait le dialogue impossible. Georges Annas prédit un «génocide génétique» et voit dans la posthumanité une arme de destruction massive. Ce risque existentiel rend bien dérisoires certains philosophes transhumanistes, qui considèrent qu une attitude hostile vis-à-vis de l intelligence artificielle constituerait «un nouveau racisme» : le racisme de l intelligence biologique (nous) à l encontre de l intelligence siliconée (artificielle)! Nous ne pouvons pas partir du postulat que les minorités d humains augmentés resteront débonnaires. Aujourd hui, il n existe qu un embryon d intelligence artificielle : Google. Mais il s agit encore d une IA débonnaire, qui est dépendante de l Humanité et qu il n est guère difficile de débrancher. Mais demain? Dans un monde qui pourrait être dominé par l intelligence artificielle et les posthumains (humains dotés d une intelligence artificielle), quel sera le rôle de l Homme? Comment protéger l Humanité biologique, avec ses faiblesses et ses particularités, face aux machines? À défaut de bloquer l émergence de toute forme d intelligence artificielle, il faudra s assurer que nous garderons l essentiel : le rôle de chef d orchestre. Nous devrons réguler un monde qui aura la capacité de s améliorer et de progresser sans nous. Nous Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

18 16 devrons veiller à garder le contrôle en érigeant des règles de prudence élémentaires face au risque de soulèvement des machines. L écrivain Isaac Asimov avait déjà pensé à cela en écrivant une prémonitoire «charte des robots» dans les années Laurent Alexandre «Transhumain oui. Posthumain non.» / La Revue du Cube #4

19 17 #4 La révolution numérique : une imposture? Jean-Michel Besnier Le numérique consacre-t-il une véritable révolution? Je l ai longtemps pensé, comparant l avènement de la procédure de numérisation à la révolution métaphysique qu aurait voulu réaliser Descartes avec sa Mathesis universalis : selon le philosophe, l algèbre aurait pu unifier l intégralité des domaines du savoir en permettant quelque chose comme la modélisation des données issues de tous les champs de la connaissance (la mécanique, la médecine, la musique, la morale ) ; il en serait résulté la matrice d une science générale de l ordre et de la mesure, capable de nous rendre «comme maître et possesseur de la nature». J ai longtemps cru que la procédure consistant à coder toute réalité en séries de O et de 1 avant de la soumettre à quelques algorithmes simples, relayait le rêve de Descartes et qu elle allait homogénéiser l ensemble des objets du monde, les rendre interchangeables et manipulables à volonté. De fait, on est bien près d avoir atteint l idéal cartésien : le monde est devenu plat, comme dit Thomas Friedmann, à l instar de la nature qui était devenue intégralement géométrique avec Descartes et Galilée. Une révolution métaphysique, donc, englobant en un système d interactions la totalité de ce qui existe. Le cerveau planétaire ou la noosphère chère aux technoprophètes, réplique cognitive de la planète Gaïa des écologistes dits profonds : telle est la version populaire de cette révolution, dont les philosophes pourraient se réserver une version plus noble, peut-être déclinable dans les termes du système hégélien du Savoir absolu ou de la monadologie leibnizienne Et puis, à bien y regarder, cette révolution numérique me semble de plus en plus une imposture. Non pas qu elle ne bouleverse pas le monde : elle a déjà changé nos manières de penser, nos comportements sociaux, nos rêves et notre imaginaire. Elle a bousculé nos traditions, ouvert nos horizons, éveillé une formidable ambition démiurgique dont le transhumanisme se fait l écho. Mais est-ce pour autant une révolution? A bien y regarder, les promesses qui accompagnaient la naissance des Temps modernes se précisent seulement, sans aller bien au-delà de l utopie qu elles alimentaient : grâce à la convergence technologique et les NBICs, nous serons bientôt définitivement heureux, c est-à-dire débarrassés du hasard de la naissance (avec les biotechnologies), de la maladie et du vieillissement (avec la nanomédecine), de la souffrance et de la mort non voulue (avec les neurosciences) le tout grâce aux prouesses de

20 18 la modélisation et de la simulation informatiques (avec les sciences de l information et de la communication). Nous allons donc réaliser les pleines potentialités de l humanité, ainsi que le voulait le siècle des Lumières en confiant notre avenir aux sciences et aux techniques. Ce n est pas là «révolution» mais continuité dans les efforts pour nous arracher aux déterminismes naturels et aux irrationalismes qui entretiennent l aliénation. Et pourtant, on nous annonce l inédit, la Singularité, le point Oméga, l avènement du Successeur de l homme, la victoire de «Petite Poucette» : s il y a une eschatologie, il doit sans doute bien y avoir une révolution, diront les esprits attentifs. Cela mérite en tout cas qu on y regarde mieux. Du côté des posthumanistes, il est vrai, on ne se dérobe pas devant la rupture et cela est bien révolutionnaire. On ne se contente pas d afficher un hyperhumanisme, se bornant à radicaliser les prophéties de Descartes en faveur de la longévité humaine ou celles de Condorcet axées sur une éducation et pacification par les Lumières. Un posthumaniste comme Max More, fondateur du mouvement dit des Extropiens, n imagine rien moins que supprimer l entropie de l univers! Y-a-t-il plus révolutionnaire que cette prétention à en finir avec la dégradation irréversible de l univers énoncée par le second principe de la thermodynamique? Et Ray Kurzweil, le prophète de la Singularité, n est-il pas aussi révolutionnaire? L avènement d une intelligence non biologique qu il prédit pour bientôt, ce n est rien d autre que la chance offerte à un posthumain de gérer et d exploiter à son profit une planète débarrassée de ses fragilités. Révolutionnaire, cette annonce que l humain est sur sa fin, qu il vit ses dernières années et qu il va passer la main? Tant que nos machines à communiquer n auront pas imposé l univocité des mots et expulsé la poésie qui a besoin de la polysémie, la révolution connotera davantage que le simple mouvement des astres accomplissant une courbe fermée. L instauration fantasmatique d une trajectoire néguentropique à l échelle de l univers ou l émergence d un au-delà de l humain à partir d un big crunch technologique, ne sauraient monopoliser le sens du mot «révolution». Sans aller chercher très loin, le sens commun attache à l expression des connotations qui résistent encore au novlang hélas encouragé par le numérique : l idée de la volonté toute-puissante, par exemple. Toute révolution politique se présente en effet comme la victoire d un devoir-être décidé par des hommes et des femmes agissant. Elle procède toujours d un anti-destin. Quand on la dit incontrôlable, c est parce qu elle a enivré le vouloir de ses acteurs. Où est donc le lyrisme de la révolution numérique? N est-ce pas d elle dont on dit qu elle réalise le triomphe du calcul, la réduction de toute chose aux attentes d une logique comptable? N est-ce pas d elle dont on appréhende qu elle s impose à tous comme une véritable fatalité, imposant aux hommes des procédures, des formats, des cadres de pensée, des styles de vie? N est-elle pas, à tous égards, l étouffoir du volontarisme? Prévoyant la montée en puissance de la cybernétique, Heidegger voyait dans la technique la manifestation de l histoire de l être qui traduit selon lui l indigence de la volonté humaine et la vanité des idéaux humanistes. Décidément, la révolution numérique procède d un abus de langage si l on doit considérer qu elle n est le fait de personne en particulier, qu elle ne relève pas d une Jean-Michel Besnier «La révolution numérique : une imposture?» / La Revue du Cube #4

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Nouveaux moyens diagnostics et dossier patient informatisé : quels impacts sur la pratique médicale et hospitalières?

Nouveaux moyens diagnostics et dossier patient informatisé : quels impacts sur la pratique médicale et hospitalières? Nouveaux moyens diagnostics et dossier patient informatisé : quels impacts sur la pratique médicale et hospitalières? Nouvelles technologies et santé publique 22 ème journée de droit de la santé Jeudi

Plus en détail

LE FANTÔME DE L OPÉRATRICE

LE FANTÔME DE L OPÉRATRICE LE FANTÔME DE L OPÉRATRICE écrite (i.e. différente de celle du mix sonore final) Depuis que j'ai disparu de la surface de la terre, il m arrive d entendre l écho sourd, et froid, de «ma» voix. Et quand

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «Des nanotechnologies pour soutenir le développement technologique» 29 novembre 2005 avec André De Haan, professeur à la Faculté Polytechnique de Mons, Belgique et Jean-Christophe

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

ED0022 La formation et l insertion

ED0022 La formation et l insertion ED0022 LA FORMATION ET L INSERTION Christine MIAS TRAVAIL SOCIAL ET MILIEU ASSOCIATIF Travail social > ensemble d activités sociales conduites par des personnes qualifiées et missionnées par des services

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Les 25 ans de l Espace Mendes France jeudi 30 janvier 2014, Poitiers

Les 25 ans de l Espace Mendes France jeudi 30 janvier 2014, Poitiers 1 Les 25 ans de l Espace Mendes France jeudi 30 janvier 2014, Poitiers Mon introduction au débat prendra la forme de coups de projecteurs autour de 3 questions, lesquelles reviendront ultérieurement dans

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Où va l humanité? Au début de l histoire, l homme apparaît fragile, vulnérable, exposé à tous les dangers. Surmontant pourtant les difficultés, il se met à inventer, penser, manier le verbe, écrire et

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Génie Génétique (Le) Créé le vendredi 4 mai 2012 14:55

Génie Génétique (Le) Créé le vendredi 4 mai 2012 14:55 Génie Génétique (Le) Créé le vendredi 4 mai 2012 14:55 Le génie génétique est une science moderne qui s est rapidement développée avec la découverte de la composition chimique des gènes responsables des

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

TIC et politique. Par Éric GEORGE (eric.george@uottawa.ca)

TIC et politique. Par Éric GEORGE (eric.george@uottawa.ca) TIC et politique Par Éric GEORGE (eric.george@uottawa.ca) On parle de gouvernement électronique, de e-administration, de cyberdémocratie, de démocratie électronique, etc. Mais attention à l emploi de certaines

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau,

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau, Tout comme le Taoisme aborde l Art du Chat merveilleux, Peut-il y avoir l Art du Coaching merveilleux?!... Acceptez, si vous le voulez bien, que je me situe, au cœur de là réponse que j ai faite, concernant

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

Les clients puissance cube

Les clients puissance cube LETTRE CONVERGENCE Les clients puissance cube L intelligence artificielle au service du marketing des services N 28 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

Colloque «Le livre français face au défi du numérique» Ouverture par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Colloque «Le livre français face au défi du numérique» Ouverture par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 19 mars 2012 Colloque «Le livre français face au défi du numérique» Lundi 19 mars 2012 Ouverture par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon

Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon Montréal, le 22 octobre 2014 à 10h15 Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon No. Texte Illustration 1-2 Les voyages! La découverte,

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast Pour un principe matérialiste fort Jean-Paul Baquiast Plan détaillé :. Pour un matérialisme fort Le retour en force du dogmatisme religieux Nécessité d un renouvellement du matérialisme Que sont les nouvelles

Plus en détail

UN CORPS MULTIFONCTIONNEL Notes du cours du Pr B. Andrieu L3 APAS UE Handicap et Sujet 2007.

UN CORPS MULTIFONCTIONNEL Notes du cours du Pr B. Andrieu L3 APAS UE Handicap et Sujet 2007. UN CORPS MULTIFONCTIONNEL Notes du cours du Pr B. Andrieu L3 APAS UE Handicap et Sujet 2007. Loi de l hybridité : lorsque l on compose 2 espèces, cela donne une 3 ème espèce qui est un être composite qui

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales 2 Vers une économie circulaire Introduction Depuis l avènement de l ère industrielle au XIXe siècle,

Plus en détail

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1 Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 Introduction Introduction : les requêtes spirituelles de Paul 1. Fortifier l homme intérieur, 2. Christ

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Les grands enjeux de la vie durable Pour les grands enjeux de la vie durable, je vais

Plus en détail

Société de l information

Société de l information Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Démocratie et Gouvernance Société de l information Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Société de l information

Plus en détail

ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente

ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente La Jeune Chambre de commerce de Montréal énonce sa vision pour l avenir de la ville Le 1er avril 2014 se tenait au carrefour d innovation INGO

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat,

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, Madame la déléguée générale de la Cité, Madame la

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation.

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation. Seul le prononcé fait foi Présentation de la stratégie numérique du gouvernement Gaité Lyrique 18 juin 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Mesdames, messieurs les ministres, Mesdames, messieurs

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Elles abordent les sujets d actualité et les questions clés et donnent lieu à un débat ouvert et enrichissant entre participants.

Elles abordent les sujets d actualité et les questions clés et donnent lieu à un débat ouvert et enrichissant entre participants. Tables Rondes LES INCONTOURNABLES TABLES RONDES INDUSTRIELLES Elles abordent les sujets d actualité et les questions clés et donnent lieu à un débat ouvert et enrichissant entre participants. Agro-Alimentaire

Plus en détail

Présentation de l Union

Présentation de l Union Présentation de l Union Mutualité Fonction Publique Mise àjour : Novembre 2011 MFP Pôle Communication novembre 2011 L Union mutualiste du secteur public 2 L Union mutualiste du secteur public «MFP : le

Plus en détail

Le pari à réussir. Construire un nouveau projet de société : le plan B est à enclencher! by Du global au local : 2015-2030 - 2050

Le pari à réussir. Construire un nouveau projet de société : le plan B est à enclencher! by Du global au local : 2015-2030 - 2050 by Du global au local : 2015-2030 - 2050 Le pari à réussir Construire un nouveau projet de société : le plan B est à enclencher! Le 21 e siècle est à construire Le monde de demain ne sera pas la simple

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Idées nouvelles recherchent avocats du diable. Récolte

Idées nouvelles recherchent avocats du diable. Récolte Idées nouvelles recherchent avocats du diable (et vice-versa...) Récolte de la rencontre du 6 octobre 2015 Et si notre milieu était appelé à s adapter, sommes-nous vraiment à l écoute de ces aînés qui

Plus en détail

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1 Interview de Marcel Lepetit Fondateur de DSetO, Marcel Lepetit est un observateur attentif

Plus en détail

DISCOURS AMBASSADEUR 19 MARS LANCEMENT DU PROGRAMME CESA. Monsieur le Directeur Général du groupe HEC,

DISCOURS AMBASSADEUR 19 MARS LANCEMENT DU PROGRAMME CESA. Monsieur le Directeur Général du groupe HEC, DISCOURS AMBASSADEUR 19 MARS LANCEMENT DU PROGRAMME CESA Monsieur le Directeur Général du groupe HEC, Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie Franco-Malgache, Chers amis, C est pour

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Garage de GE à Paris

Garage de GE à Paris Garage de GE à Paris 26 6 Novembre 2015 Espace Commines 17 Rue Commines 75003 Paris France 26 10h 17h 26 19h 22h Garage de GE Venez participer aux portes ouvertes du Garage de GE. Au Garage, vous pourrez

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

BLOOMIZON.COM - DOSSIER DE PRESSE -

BLOOMIZON.COM - DOSSIER DE PRESSE - Confidentiel Mai 2014 BLOOMIZON.COM - DOSSIER DE PRESSE - Bloomizon est un algorithme permettant d optimiser son capital bien-être grâce à une application e-santé et à un programme de vitamines sur-mesure.

Plus en détail

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères?

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Christine Lemaire, dans le cadre du colloque de la Simplicité volontaire 2013, Québec, 3 novembre 2013 Ma première réaction à la question posée

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE)

Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE) Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE) (Le texte lu fait foi) Montréal 18 octobre 2007 Salutations d usage,

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L AGGLOMÉRATION BOULONNAISE COMMISSION CULTURE PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION Constats et propositions du conseil de développement PRÉSIDENT Jean-Pierre SERGENT MEMBRES

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

SE LIBERER DU SURENDETTEMENT

SE LIBERER DU SURENDETTEMENT SE LIBERER DU SURENDETTEMENT L endettement et le surendettement sont des problèmes de plus en plus présents et importants dans nos sociétés industrialisées. Le dangereux, bien qu attrayant cocktail composé

Plus en détail

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble?

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? par Pauline Lalangue - 5 février 2015 publié sur www.guide-du-chien.com En tant qu amis des animaux, nous cherchons

Plus en détail