Jeudi 26 mai - Salle Borely 1 ère Formation Pratique de Rythmologie interventionnelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeudi 26 mai - Salle Borely 1 ère Formation Pratique de Rythmologie interventionnelle"

Transcription

1 Jeudi 26 mai - Salle Borely 1 ère Formation Pratique de Rythmologie interventionnelle 10:30 I Café d accueil 10:45 I Accueil des participants et discours d ouverture 11:00 I MISE AU POINT SUR LA RYTHMOLOGIE INTERVENTIONNELLE Modérateurs : C. Barnay & A. Pisapia 11:00 I La maladie de Bouveret, M. Bremondy 11:30 I Le syndrome de WPW, P. Fiorello 12:00 I La fibrillation Atriale, A. Ferracci & F. Halimi - Point sur les dernières recommandations et les nouveaux traitements médicamenteux - Techniques d ablations et résultats 13:00 I Déjeuner 14:00 I Les troubles du rythme ventriculaire, J. Seitz & J. Taieb 15:00 I Les prothèses (PM, DAI, CRT), C. Bertrand & J. Faure 16:00 I Pause Session jointe avec le groupe de rythmologie de la sfc 16:30 I LA MORT SUBITE Modérateur : J-F. Leclercq & A. Pisapia 16:30 I Comment apprécier le risque de mort subite dans la cardiomyopathie hypertrophique?, C. Bertrand 17:00 I Quel bilan après une mort subite inexpliquée dans la famille?, P. Chevalier 17:30 I Défibrillation semi-automatique dans les lieux publics : de l idée à sa réalisation pratique, P. Ricard 3

2 MISE AU POINT SUR LA RYTHMOLOGIE INTERVENTIONNELLE La maladie de Bouveret 11:00 Dr M. Bremondy, Hôpital St Joseph, Marseille 4

3 5

4 6

5 MISE AU POINT SUR LA RYTHMOLOGIE INTERVENTIONNELLE La fibrillation Atriale 12:00 Dr F. Halimi, Hôpital Privé Parly II - 21, rue Moxouris, Le Chesnay Introduction : Plus de 6 millions d Européens souffrent de fibrillation atriale (FA), avec une prévalence qui devrait plus que doubler dans les 50 prochaines années du fait de l augmentation de l espérance de vie (1-2% de la population générale, <0,5% entre ans et jusqu à 15% à 80 ans). Un accident vasculaire cérébral sur 5 est la conséquence d une FA et celle-ci est associée à un doublement du risque de mortalité. Elle est à l origine d un tiers des hospitalisations pour arythmie cardiaque, affecte la qualité de vie et la capacité d effort, altère la fonction ventriculaire gauche et pourrait être responsable d un déclin progressif des fonctions cognitives jusqu à la démence vasculaire. Si la controverse a été vive entre contrôle de la fréquence et contrôle du rythme, il semble intuitivement évident que la seconde option est plus physiologique. Face à l efficacité décevante des traitements antiarythmiques préventifs, l ablation de la FA occupe désormais une place incontournable. Qui sont les bons candidats à l ablation de la FA? Les nouvelles «Guidelines for the management of atrial fibrillation» ont été publiées en 2010 par un collectif d experts de l European Society of Cardiology. Basée sur une revue systématique de la littérature et dans le but de préciser les «bonnes pratiques», ce document permet de mieux positionner la place de l ablation de la FA en Europe. Quatre classes symptomatiques et 4 formes évolutives ont été distinguées. On a défini d une part, le «EHRA score» qui permet une quantification des symptômes dus à la FA, d autre part 4 types de fibrillations (et non plus 3) avec l introduction de la forme dite «long-standing persistent», d une durée de plus d un an mais restant accessible à l ablation. L ablation de la FA n est à proposer qu aux patients symptomatiques, c est-à-dire en classe EHRA II. Les recommandations confirment la place de l ablation dans la forme paroxystique en seconde intention, qu il y ait ou non une cardiopathie sous-jacente et après échec d un traitement antiarythmique. La nouveauté c est qu on peut désormais la proposer en première intention chez les sujets jeunes à cœur sain, s ils ne souhaitent pas prendre de traitement au long cours. L ablation est aussi confirmée en seconde intention pour les FA persistantes et désormais les «long-standing persistent», même si l on sait que les résultats sont moins bons et peuvent conduire à des procédures multiples. La place de l ablation de la FA dans l insuffisance cardiaque est théoriquement bénéfique puisque la restauration du rythme sinusal améliore les conditions hémodynamiques, mais elle reste un véritable défi. Plusieurs travaux, comme l étude A4 ont clairement démontrés la supériorité de l ablation de la FA comparée aux traitements antiarythmiques, que ce soit en terme de maintien du rythme sinusal, ou encore de qualité de vie. Il faut pourtant nuancer ces résultats du fait des complications potentielles liées à ces techniques ablatives. On insiste avant tout sur le risque significatif d hémopéricarde, d accident vasculaire cérébral embolique, sur la redoutable fistule atrio-oesophagienne et même quelques cas rapportés de décès péri-opératoires. Ces accidents apparaissent en partie opérateurs et centre-dépendants mais s élèvent tout de même à 4.5% d après le «Worldwide Survey» publié par R. Cappato en 2010, portant sur l expérience de 2003 à Les différentes techniques concurrentes ou complémentaires L ablation par courant de radiofréquence est la technique de référence qui a permis l essor de la rythmologie interventionnelle moderne. A gauche, il est admis que l utilisation de cathéters irrigués réduit le risque de coagulation et de carbonisation, limitant ainsi les complications emboliques. On peut utiliser une approche radiologique bidimensionnelle classique pour l isolation simple des veines pulmonaires, mais les systèmes de cartographie tridimensionnelle se sont imposés rapidement. Une segmentation de l oreillette gauche est généralement réalisée avant l ablation grâce aux données numériques provenant d un scanner ou d une IRM cardiaque. Cette géométrie de référence est comparée voire fusionnée avec celle qui est faite en cours de procédure par les cathéters positionnés dans l oreillette gauche préalablement introduits par voie transseptale. La navigation 3-D permet d accroitre la précision du geste mais aussi de limiter l irradiation du patient et de l opérateur. Généralement, l isolation d une veine pulmonaire est guidée par l introduction d un cathéter circulaire dans le premier centimètre de la veine. Celui-ci permet de confirmer la connexion électrique puis la 8

6 déconnexion progressive en s orientant sur les zones de conduction résiduelle. Depuis quelques années sont apparus de nouveaux outils, qu il s agisse de cathéters spécialement dessinés pour l isolation des veines, ou encore de l utilisation de nouvelles sources d énergie. On peut citer le ballon de cryo-ablation qui permet une isolation par le froid, en respectant la matrice cellulaire après congélation des tissus. Le PVAC (Pulmonary Vein Ablation Catheter) est un cathéter circulaire qui permet à la fois l enregistrement des potentiels veineux et l ablation par courant de radiofréquence en combinant une énergie uni et bipolaire. On attend beaucoup de la robotique qui permet en théorie d améliorer la précision du geste. Le système Hansen* est un robot «classique» commandé par un «joy-stick», le Stereotaxis* permet une véritable navigation magnétique des cathéters. Le contrôle de la force d appui exercée par l extrémité distale du cathéter d ablation au point de contact avec le tissu sera disponible prochainement. Quelles sont les résultats de l ablation de la FA? Cette question reste délicate et il convient avant tout de définir la notion de succès. S agit-il d une éradication complète et définitive de l arythmie, d une diminution significative du nombre des crises, parle-t-on de succès sans ou avec maintien des antiarythmiques, ce succès est il obtenu en une séance d ablation ou en plusieurs? En fait la littérature est ambiguë et on n a pas toujours comparé les mêmes patients, les mêmes techniques et les mêmes types de suivis. La question centrale concerne la validation du succès. On sait depuis les travaux de R.L. Page en 1994 qu il y a une majorité d épisodes de FA asymptomatiques et on a appris plus récemment que la FA était beaucoup moins symptomatique au décours d une ablation, comme si on avait «dénervé» l oreillette gauche; alors comment se fier à une simple disparition des palpitations. Il apparaît que plus on améliore la qualité du suivi objectif (ECG, Holter-ECG discontinu, Holter-ECG longue durée, «loop-recorder» externe ou implanté, mémoires d un pacemaker ) plus on diminue le taux de «succès électrique» et cela chez des patients qui se sentent parfois améliorés voire guéris, donc avec un «succès clinique»! Or, la littérature des années 2000 est basée en bonne partie sur l évaluation des symptômes après l ablation et sur des suivis discontinus assez discutables. Pour les formes les plus focales, les résultats atteignent 80-90% souvent en une seule procédure, mais pour les autres il faut anticiper des résultats plus décevants et des procédures répétées. Plusieurs études cliniques en cours permettront de mieux définir et valider le «succès» après ablation de la FA. Vers une généralisation de la pratique, quel avenir? Les techniques ablatives ont pris aujourd hui une place incontestable dans la prise en charge de la FA. Elles doivent rester dans la majorité des cas un recours de deuxième intention et s adresser à des candidats symptomatiques, bien informés des bénéfices et des risques de la méthode. Les résultats sont encourageants dans les formes les plus focales mais toujours insuffisants pour les arythmies plus évoluées. Une meilleure compréhension du processus fibrillatoire est nécessaire et il faut encourager la recherche fondamentale. On doit poursuivre le développement de nouveaux outils dédiés, qu il s agisse de nouveaux cathéters ou de nouvelles sources d énergie. On peut compter sur l amélioration de l imagerie, de la navigation 3-D, demain sans doute sur la robotique. Tous nos efforts doivent tendre vers une plus grande sécurité des procédures et une amélioration des résultats, avec une prise en charge «sur mesure» de l arythmie pour chacun de nos patients. Notes 9

7 MISE AU POINT SUR LA RYTHMOLOGIE INTERVENTIONNELLE Troubles du rythme ventriculaires 14:00 Dr J. Seitz, Massy & Dr J. Taieb, CH du Pays d Aix, Aix-en-Provence RAPPEL GENERAUX I. MECANISME DES TV Focale (ESV/TV infundibulaires, DVDA ) Réentrée (micro ou macro réentrée). Le plus souvent sur cicatrice (IDM, DVDA ) II. TYPE DE TV TV sur cœur apparemment sain Bénigne TV infundibulaires droites TV fasciculaires Maligne TV catécholaminergiques de l enfant Syndrome de Brugada Syndrome du QT court Syndromes du QT long congénital. Repolarisation précoce Fibrillation ventriculaire idiopathique TV sur cardiopathie structurelle Cardiopathie ischémique les plus frequentes Réentrée de branche à branche DVDA Cardiopathie congénitale opérée ABLATION PAR RADIOFREQUENCE DES TV TV infundibulaires droite idiopathiques La majorité des TV infundibulaires sont traitées par ablation avec succès. La cartographie est cependant difficile et longue en raison de l aspect tridimensionnel complexe de la chambre de chasse droite. L apport d un ECG 12 dérivations en TV ou avec des extrasystoles ventriculaires (ESV) est d une grande aide pour en réduire la durée. Habituellement, l ablation s effectue durant une TV soutenue. Elle peut être tentée en rythme sinusal en présence de fréquentes ESV similaires à la morphologie de la TV. Le foyer peut se trouver dans la région du vasalva accessible uniquement par abord gauche. TV fasciculaires Elle se termine habituellement par l injection de vérapamil, Ce type de TV peut être induit et terminé par stimulation. Le circuit de réentrée se trouve souvent le long du septum inférieur moyen dans le ventricule gauche où l on enregistre un potentiel de Purkinje bien marqué précédent le QRS. L ablation par RF est souvent efficace à cet endroit. Des sites d ablation peuvent être également identifiés le long du septum par des potentiels diastoliques compatibles avec la portion proximale du circuit de réentrée. 10

8 TV par réentrée de branche à branche TV monomorphe qui implique un circuit de macro-réentrée utilisant les branches et le septum interventriculaire. Habituellement, l onde d excitation remonte la branche gauche, descend la branche droite puis passe à travers le septum interventriculaire pour «réentrer» dans la branche gauche. Sur l ECG de surface, on constate un retard droit (aspect de bloc de branche gauche). Dans de rares cas, l onde d excitation circule dans l autre sens avec à l ECG un retard gauche (aspect de bloc de branche droit). Les TV par réentrée de branche à branche se rencontrent habituellement lors d anomalie cardiaque sous-jacente. L ablation par RF de la branche droite, technique simple, est devenue la méthode de choix, depuis sa première utilisation en Son succès peut être confirmé par l apparition d un bloc de branche droit. Les complications sont rares. L apparition d un bloc atrioventriculaire complet nécessitant un pacemaker se produit dans 10 à 15% des cas. Les patients avec une TV par réentrée de branche à branche ne sont pas à l abri d autres TV. L implantation d un défibrillateur devrait être évaluée au cas par cas. TV par réentrée sur cicatrice : IDM, DVDA Les zones de cicatrice myocardique responsable de TV contiennent des régions de fibrose dense et inexcitable, responsable de bloc de conduction, et des régions de myocarde survivant, voie potentielle pour une réentrée. L arrangement géométrique approprié des voies autour et à travers les cicatrices crée la réentrée. Les isthmes entre les cicatrices ou entre la cicatrice et un anneau valvulaire sont la cible de l ablation dont le but est d abolir la conduction à travers ces «isthmes». Les zones de cicatrices peuvent être identifiées au cours d une cartographie en rythme sinusal. Elles correspondent à des zones où les signaux sont de basse amplitude et «fragmentés». La morphologie du QRS des TV suggère souvent le quadrant de la zone de cicatrice qui contient la sortie du circuit de réentrée. La cartographie par stimulation permet parfois de localiser le site d activation de la TV par comparaison de la morphologie du QRS stimulé avec la TV clinique. Sur l ECG de surface, on rencontre de nombreuses morphologies différentes en fonction de la localisation et de l étendue de la zone cicatricielle. Après ablation d une TV cliniquement unique, la plupart des patients peuvent avoir d autres TV inductibles de morphologie différente. Cibler une TV unique, clinique a l avantage de limiter le nombre de tirs de RF et de réduire le risque de la procédure, mais expose, durant le suivi, à la survenue de nouvelles TV correspondant à de nouveaux «circuits». La plupart des patients ont déjà ou vont bénéficier de l implantation d un défibrillateur. L ablation permet alors une diminution importante du nombre de thérapies par le défibrillateur. Causes d échecs de l ablation par cathéter La localisation profonde du circuit de réentrée dans le sous-endocarde est une cause majeure d échec d ablation endocardique par RF. On peut recourir à une cartographie épicardique (via le sinus coronaire et les veines cardiaques ou par voie épicardique directe) pour identifier les portions sous-endocardiques des circuits de réentrée. Parfois, suite à de multiples tirs, le développement d un œdème rend la pénétration de la RF difficile dans le myocarde profond. Une reprise après plusieurs semaines permet parfois de compléter l ablation. En cas de TV instables une cartographie peut être difficile à réaliser, et l ablation beaucoup plus complexe, l ablation peut se faire après une cartographie en rythme sinusal qui cible la zone de cicatrice. L équipe Bordelaise a développé récemment une stratégie qui consiste à cibler en rythme sinusal toutes les zones de potentiels tardifs. Cette procédure permet de traiter par ablation des TV instables ou multiples. Notes 11

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme 1 Nécessite des électrodes réceptrices en contact avec la peau Recueil facile et non invasif de l activité électrique globale du cœur, qui est alors

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES Description clinique de la pathologie La dysplasie arythmogène du ventricule droit (DAVD) est une cardiomyopathie évolutive (maladie du muscle

Plus en détail

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE MOTIF DE CONSULTATION Douleur basi-thoracique gauche à type de construction survenant au repos sans irradiation

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires Dr André Pisapia Sce de Rythmologie et Stimulation Cardiaque Dr Patrice Bergeron Sce de

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA)

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) F. Hidden-Lucet Pitié-Salpétrière francoise.hidden-lucet@psl.aphp.fr Avril 2015

Plus en détail

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Quelques repères comprendre éditorial Jean-Claude Daubert Quelques repères Le cœur au repos bat normalement entre 60 et 80 fois par minute,

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire...

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Session Alain Eric Dubart Béthune Diapositive 1 Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Dr Dubart, Diapositive 2 INTRODUCTION Tachycardie & -

Plus en détail

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Références Bayes de Luna A., Clinical Electrocardiography : A Textbook. New York: Futura Publishing,

Plus en détail

Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire.

Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire. Antiarythmiques Item 236 : Fibrillation auriculaire. Présentation Les antiarythmiques sont des médicaments utilisés en cardiologie dans le traitement et la prévention des arythmies supraventriculaires

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Fibrillation auriculaire

Fibrillation auriculaire Fibrillation auriculaire dr.bouchair Introduction : La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme soutenu le plus fréquent. On estime approximativement que 2,2 millions de patients aux USA et 6

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 5 septembre 2014

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 5 septembre 2014 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 5 septembre 2014 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Cas clinique 1 Femme 58 ans Aucun antécédent CV Pas de facteur de risque CV connu

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Orientation diagnostique

Orientation diagnostique I-00-Q000 III-Q325 Orientation diagnostique P r Jacques Clémenty 1, D r Nicolas Clémenty 2 1. Université de Bordeaux II Victor Segalen, hôpital du Haut-Lévêque 33604 Pessac 2. Centre hospitalier régional

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION JANVIER 2001 Service évaluation des technologies Service évaluation économique L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION

Plus en détail

Arythmies : la crainte du pilote? P Héno, service de Cardiologie et de Médecine Aéronautique, HIA Percy

Arythmies : la crainte du pilote? P Héno, service de Cardiologie et de Médecine Aéronautique, HIA Percy Arythmies : la crainte du pilote? P Héno, service de Cardiologie et de Médecine Aéronautique, HIA Percy Mise à jour février 2013 Les arythmies cardiaques: la crainte du pilote? Arythmie: impact sur la

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Fibrillation auriculaire

Fibrillation auriculaire Primary 2003;3:695 699 Fibrillation auriculaire J. Sztajzel, H. Stalder Introduction La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie supraventriculaire fréquente avec une prévalence dans la population

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Les Troubles du rythme cardiaque. Docteur MASSING

Les Troubles du rythme cardiaque. Docteur MASSING Les Troubles du rythme cardiaque Docteur MASSING Diagnostics des tachycardies surpraventriculaires a QRS FINS Plusieurs étapes : rythme régulier ou irrégulier. relation oreillette et ventricule:a>v fréquence

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES La systole ventriculaire débute avec le QRS et s achève à la fin de l onde T. Elle englobe ainsi les phases de dépolarisation et de repolarisation des ventricules.

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et GARDEZ LE RYTHME 2 6 5 8 7 8 2 9 1 10 4 7 3 6 1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et inférieure 8.

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto : surveillance, interférences, conduite auto Journées Nationales du GERS - 5 octobre 2012 E. QUIRING - Clinique de l Orangerie Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

PROCEDURE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ET ANESTHESIE

PROCEDURE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ET ANESTHESIE Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. PROCEDURE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ET ANESTHESIE J. AMOUR julien.amour@psl.aphp.fr Département

Plus en détail

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002 Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences Lusadusu Daniel MD Mols Pierre MD PhD SUS CHU Saint Pierre, ULB Avertissement: cette présentation n est pas

Plus en détail

Rythmologie pédiatrique (I)

Rythmologie pédiatrique (I) Rythmologie pédiatrique (I) Particularités de l ECG pédiatrique Trouble du rythme supra-ventriculaire Syndrome de WPW Urgences rythmologiques Tachycardie ventriculaire de l enfant (hors trouble du rythme

Plus en détail

Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte

Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte Camilleri Elise DESC de réanimation médicale 2 ème année Juin 2010 Quel contexte en réanimation? Patient admis pour

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie Anatomie Physiologie ECG D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Anatomie Physiologie Les relais mettent un petit peu de temps à se mettre en place POSSIBLES SYNCOPES

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

Particularités de l ablation des troubles du rythmes cardiaque dans la population pédiatrique et cardiaque congénitale

Particularités de l ablation des troubles du rythmes cardiaque dans la population pédiatrique et cardiaque congénitale Réseau de Réflexion sur la Rythmologie Pédiatrique et Congénitale Particularités de l ablation des troubles du rythmes cardiaque dans la population pédiatrique et cardiaque congénitale Nicolas Combes n.combes@clinique-pasteur.com

Plus en détail

DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME

DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME C Géraut*, O Billon**, JF Godin**, H Le Marec** CHU Nantes *Maladies professionnelles, **Cardiologie RESTRICTIONS D APTITUDE concernant les appareils

Plus en détail

Extrasystoles ventriculaires : cœur normal et pathologique, conduite à tenir

Extrasystoles ventriculaires : cœur normal et pathologique, conduite à tenir Extrasystoles ventriculaires : cœur normal et pathologique, conduite à tenir s.boveda@clinique-pasteur.com DIU électrophysiologie Paris, 24/01/08 1- Définition, critères de gravité 2- Symptomatologie 3-

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

La Défibrillation Externe Automatisée

La Défibrillation Externe Automatisée La Défibrillation Externe Automatisée 13 e Conférence annuelle du loisir municipal Association québécoise du loisir municipal Octobre 2012 1 Pourquoi s équiper d un Défibrillateur? Disponibilité? Emplacement?

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

L ablation de FA persistante. Pourquoi? Pour Qui? Comment?

L ablation de FA persistante. Pourquoi? Pour Qui? Comment? L ablation de FA persistante Pourquoi? Pour Qui? Comment? Rythmologie Interventionnelle Hôpital St Joseph- Marseille Dr Julien Seitz Pourquoi? Fibriller nuit gravement à la santé FA Sinusal Framingham

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Nisha Arenja a, Thomas Cron a, b, Michael Kühne a a Electrophysiologie/cardiologie, Hôpital universitaire de Bâle b Cabinet de cardiologie, équipe cardiologique,

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie?

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? curriculum Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? Lucien Weiss, Jean Jacques Perrenoud Service de médecine interne et de réhabilitation, Hôpital des Trois-Chêne, Thônex/Genève

Plus en détail

SOUFFLE CARDIAQUE CHEZ L ENFANT D. SIDI (Paris) C. ALMANGE (Rennes)

SOUFFLE CARDIAQUE CHEZ L ENFANT D. SIDI (Paris) C. ALMANGE (Rennes) SOUFFLE CARDIAQUE CHEZ L ENFANT D. SIDI (Paris) C. ALMANGE (Rennes) INTRODUCTION Les souffles cardiaques sont extrêmement fréquents chez l enfant (présents chez 80 % des nouveau-nés ou prématurés et chez

Plus en détail

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue

Plus en détail

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Echographie transoesophagienne normale DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Indications Contre-indications Préparation du patient Procédure d introduction de la sonde Déroulement

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail