Commission start-up : l innovation digitale dans le retail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission start-up : l innovation digitale dans le retail"

Transcription

1 PROGRAMME L objectif de cette nouvelle commission est de faciliter la mise en relation entre les grands comptes adhérents à l EBG et un panel de start-ups sélectionnées par notre comité de pilotage. Pour cette première rencontre, notre panel de start-ups nous parlera d innovation digitale dans le retail : 1. Innovations majeures dans (et au service de) l e-commerce 2. NFC, géolocalisation et utilisation des hashtags en magasin 3. Mobile commerce et mobile marketing axé retail 4. Connaissance du client et équilibre entre le site, le mobile et le point de vente Déroulé : > Etat des lieux des levées de fonds en France, en Europe et aux US (secteurs, concepts, entreprises) par Philippe Rodriguez, CEO, Dixmillevolts > Présentation de la chaîne de valeur du domaine étudié (acteurs, rentabilité, volume et évolution du marché ) - par Thomas Pontiroli, Journaliste, Clubic Pro > Présentation des projets les plus significatifs et les plus prometteurs sur le thème : innovation digitale et retail Intervenants : LA RUCHE QUI DIT OUI - Marc David Choukroun, Co-Fondateur CLUBIC PRO - Thomas Pontiroli, Journaliste DIXMILLEVOLTS - Philippe Rodriguez, CEO FAMOCO - Nicolas Berbigier, Président CHEF JEROME - Antoine Durieux, Co-Fondateur & CEO LA RUCHE QUI DIT OUI - Guilhem Chéron, Co-fondateur & CEO SHOPMIUM - Philippe Cantet, Co-Fondateur Animateurs : EBG - Claire Veignant, responsable du développement GROUPE EXPRESS-ROULARTA - Raphael Labbé, Directeur de l'innovation 1/18

2 PRESENTATION DE RAPHAEL LABBE, GROUPE EXPRESS-ROULARTA, DIRECTEUR DE L'INNOVATION Aujourd hui s opère une période de changement et d évolution avec les grands comptes. Nous espérons être une des briques de ce changement en France. C est un sujet important pour le groupe, en termes de presse et d entreprise. Au quotidien, mon travail consiste à chercher des projets intéressants puis monter des POCs avec ces start-ups pour en faire des partenaires. L année dernière nous avons accompagné trois start-ups qui ont fait plus d 1 million d euros de levée de fonds. Les start-ups représentent également des évolutions de société et sont des indicateurs de l économie de demain. PRESENTATION DE PHILIPPE RODRIGUEZ, CO-FONDATEUR DE L EBG ET CEO DE DIXMILLEVOLTS Etat des lieux du capital-risque en France et des levées de fonds en France, en Europe et aux US : Focus 2012, en France : En 2012 il y a eu un peu plus de 700 deals (start-ups financées). L année 2012 marque une décroissance par rapport à C est une année particulière car il y a eu beaucoup de très gros deals. Les deals sont en moyenne de 1 à 2 millions d euros mais certains sont supérieurs à 30 millions d euros, ce qui fausse la moyenne. Les investissements représentent 748 M. Concernant la répartition sectorielle, nous observons encore une grosse part de deals dans le digital avec 1/3 des deals. Il y a de nouveaux deals en Clean Tech, avec des opérations plus particulières. Le 2 ème semestre est meilleur que le 1er avec 389 start-ups financées. Le montant dédié au stage d amorçage est assez faible. La proportion des deals pour la levée dans le domaine de l Internet peut représenter de gros montants, comme Deezer par exemple qui a levé 100 M. Nous observons aussi des solutions autour du remarketing. Dans le domaine du Bio Tech, en proportion le montant des deals est plus important que dans le digital où les deals sont plus diversifiés avec des petites ou grosses levées de fonds. Focus sur 2013 : Pour le 1 er semestre, 7 milliards de dollars ont été investis à l international. Par exemple l entreprise Babel qui travaille sur la façon dont on apprend les langues vient de lever 10 millions de dollars. Autre exemple, l entreprise Fits.me permet de faire de l essayage à distance. Vous rentrez votre taille et vos dimensions sur Internet puis un mannequin se gonfle et prend des formes et des morphologies différentes. Ensuite des millions de photos 2/18

3 sont prises de ce mannequin, gonflé selon les informations rentrées, et cela vous permet de voir l habit porté avec votre physionomie. Ca permet de faire de l essayage à distance. Ce sont des estoniens qui sont partis aux US pour créer leur boite. Pour résumer, nous sommes dans un climat dans lequel il y a beaucoup d opérations. Pour la France si vous souhaitez avoir une vision d ensemble et des moyennes il faut enlever les très gros deals qui peuvent fausser les moyennes car certains projets ont des levées de fonds de 100 M. Aujourd hui il faut être agressif pour aller chercher de l argent. Si vous avez un projet en amorçage il faut y aller. Il faut «défoncer» et ne pas écouter les règles des venture capitalists car quand il y a un bon projet il peut y avoir du répondant. PRESENTATION DE THOMAS PONTIROLI, CLUBIC PRO, JOURNALISTE Etat du retail et des innovations technologiques en France D après les experts du domaine, le mobile est un vrai outil cross-canal et il permet de transformer l acte d achat sur le point de vente. Il y a 25 millions de smartphones en France et ce chiffre croît chaque trimestre. D autre part, le e-commerce continue de progresser de 20 % par trimestre. Toutefois sur l ensemble des ventes le e-commerce ne représente que 8 % et les français préfèrent les magasins en dur (étude d Ipsos), car ils peuvent notamment bénéficier de conseils. Le e-commerce laisse de plus en plus de traces en termes d achats et les habitudes des consommateurs se transforment. Aujourd hui l achat doit répondre à l immédiateté et l abondance. Amazon porte bien sons nom. Enfin, les consommateurs sont de moins en moins tolérants sur les ruptures de stocks. Le nombre de boutiques e-commerce croît abondamment, et Amazon est en tête. Le mobile commerce prend de plus en plus de poids. Cette tendance est bien sûr corrélée au taux de pénétration toujours plus fort des smartphones mais pas uniquement. Globalement ça progresse quand même. ebay en 2012 faisait 20 % de son CA sur mobile. Un quart des entreprises font du e-mobile en France. Pourquoi acheter sur mobile? D après les enquêtes, les sondés disent que c est plus rapide, qu on peut trouver plus de bons plans, et surtout qu il est possible d acheter en situation de mobilité. De plus il n y a pas d attente en caisse, mais c est également le cas du e-commerce. Il existe un danger à voir arriver des clients en boutique avec un smartphone, c est le phénomène du showroom, le client vient en boutique toucher le produit. Une personne sur dix possédant un smartphone le consulte en boutique. Nous observons également que des personnes se rendent sur le site de l enseigne quand ils se trouvent dans le magasin, par exemple sur le site de la FNAC. L analyse ne dit pas si finalement les consommateurs vont sur Amazon pour acheter moins cher. 3/18

4 Les entreprises se sont lancées dans le concept web to store, comme par exemple la startup So close. L idée est de pousser les consommateurs à venir en magasin. En effet, nous constatons que 70 % des visites sur Internet se prolongent par une visite physique. D après le concepteur de So close, on ne peut pas acheter le produit sans le toucher. Le web to store tel que le conçoit So close est basé sur la géolocalisation dans une logique de cross-canal. L objectif est de faire venir les consommateurs en magasin à l aide du mobile si ceux-ci passent près d une boutique dans laquelle ils ont l habitude de réaliser des achats. Une autre start-up appelée Augmente propose de la réalité augmentée. Par exemple, si je veux acheter un canapé, une application simule l intégration du canapé dans mon salon. C est intéressant mais cela reste insuffisant pour certains produits. Une fois le consommateur en boutique, l enjeu est de le fidéliser et de le faire acheter. Donc le consommateur est ciblé et reconnu. La première attente du consommateur est le prix, ensuite il veut gagner du temps, et bénéficier de conseils. Les consommateurs n ont pas attendu pour s emparer du numérique sur le point de vente et d après une étude, 60 % des consommateurs se connectent sur leur smartphone en point de vente pour avoir des conseils d internautes. Cette même étude indique que les avis d internautes ont beaucoup de crédit auprès des consommateurs, parfois plus que les sites spécialisés. Cela permet d augmenter les taux de transformation de 15 à 20 %. C est un constat intéressant. Le nombre d internautes qui consultent leur smartphone en magasin a augmenté d 1/3 en 1 an. L optimisation du processus de vente est un facteur de plus en plus présent, avec des concepts de drive pour les urbains. Par exemple, vous pouvez passer votre commande sur Internet la journée et le soir passer au drive récupérer les produits sans faire la queue. Il y a également des initiatives de fluidification du passage en caisse avec le NFC. Certains disent que c est l avenir mais quand la batterie de notre téléphone est déchargée, comment faiton? Atos explique que c est complémentaire et pratique pour les petits achats. La tendance est également à l augmentation des espaces de vente. Par exemple si j entre dans une enseigne pour acheter un pull rouge et qu il n y a pas ma taille, habituellement je vais ailleurs ou je demande qu on me le commande. Avec un magasin e-commerce je sors mon smartphone et je regarde où il y a ce pull rouge disponible dans un autre magasin de l enseigne. Soit je m y rends s il n est pas loin, soit je le commande sur le site de l enseigne et je me le fais livrer chez moi si je ne souhaite pas me déplacer, parce qu il pleut par exemple. Cela modifie le parcours client et c est au cœur de la stratégie des marques aujourd hui. Le mobile est pratique pour payer et pour acheter mais c est aussi une interface. On peut reconnaître des objets pour ensuite les acheter. La start-up Moodstocks utilise l appareil photo pour reconnaître des objets mais pour l instant cela reste assez limité. Pour que ça fonctionne il faut que les marques aient fourni une base de données de photos, pour qu il y ait la comparaison entre la photo prise et la photo dans la base. Quelle est la finalité de ce genre d application? C est de pouvoir acheter n importe quoi n importe où, n importe quand, juste en tendant le bras. Le fondateur de Moodstocks pense que dans le futur nous pourrons mettre un produit dans le panier en clignant d un œil et l acheter en clignant de l autre. 4/18

5 PRESENTATION DE SHOPMIUM - PAR PHILIPPE CANTET, CO-FONDATEUR Nous vivons dans un monde d hyperchoix avec beaucoup de produits différents. Shopmium (Shopping Premium) est une application mobile gratuite sur iphone et Android qui permet aux consommateurs de découvrir et d essayer des produits du quotidien. L application Shopmium utilise l écran du smartphone pour faire de la publicité sur des produits. Elle transforme la publicité en trafic en magasin et en actes d achats, de manière mesurable et indépendante des systèmes du distributeur. Shopmium propose beaucoup de produits, en grandes surfaces mais également ailleurs comme par exemple en pharmacie. En allant sur l application vous trouvez une 15aine de produits en promotion en permanence. Si le produit vous intéresse, il suffit de cliquer pour avoir la map et savoir où se trouve le produit dans les magasins les plus proches de vous. Ensuite vous achetez le produit au prix normal. Puis, avec votre mobile vous prenez une photo du ticket de caisse avec la promotion, vous nous l envoyez et vous serez remboursé de la promotion. Notre application va au-delà de l acte d achat puisque il y a ensuite possibilité de donner votre avis et ainsi nous pouvons faire un feedback aux marques. ÉCHANGES AVEC LE PUBLIC Comment vendez-vous votre application? Vous avez présenté l expérience côté consommateur, comment investissez-vous dans les relations avec les marques, qui sont les vrais clients? En effet, nous avons deux clients, les consommateurs et les marques. Pour les utilisateurs le service est gratuit. Nous vendons notre application aux annonceurs en «porte à porte» si j ose dire, nous n avons pas de relais. Nous nous présentons comme une brique intelligente dans un plan pluri-médias. Nous amenons les gens en magasin puis nous faisons un feedback aux marques sur les achats réalisés. Comment réalisez-vous le traitement de la partie scan du ticket de caisse? C était une des questions du business plan : les gens vont-ils prendre en photo leur ticket de caisse? La réponse est oui. Il ne faut pas proposer une réduction uniquement de 10 centimes sur un produit basique car cela ne marche pas, mais sur de chouettes produits ça fonctionne bien. Nous avons généré des 100aine de milliers de remontées en quelques mois sur plus de 150 campagnes. 5/18

6 Sur la partie traitement, la capture des informations du ticket de caisse est en partie automatique, mais comme aucun ticket de caisse n est identique il y a également une partie manuelle de capture d informations. Le système est bien fait et ça ne prend que quelques secondes. Sur la sécurisation et le croisement des soumissions de tickets des consommateurs, il y a une grosse dose d automatisation dans le système pour assurer une sécurité. Un important travail a été nécessaire en backoffice comme par exemple pour vérifier qu un même ticket n est pas envoyé plusieurs fois soit par la même personne soit par des personnes différentes. Avez-vous des chiffres sur les utilisateurs? Quel est le taux de retours, reviennent-ils plusieurs fois? Deuxièmement, quel est le coût d une campagne pour une marque? Côté utilisateurs, nous avons dépassé les téléchargements pour l application. Nous avons également engagé une logique de partenariat avec le groupe Prisma avec lequel nous avons co-développé une marque grise avec leur produit Femme Actuelle. Nous visons le million d utilisateurs. Pour chaque campagne, les consommateurs sont différents en fonction des produits. Entre 80 et consommateurs sont actifs sur une campagne de 3-4 semaines. Concernant le coût d une campagne, il est dur de réaliser une campagne significative en dessous de Nous avons vendu des campagnes jusqu à Quel est le genre de campagne qui fonctionne auprès de votre communauté? Nous sommes générateurs d impulsion. D une part, plus le produit est générateur d impulsion plus ça va fonctionner et d autre part plus le produit a un positionnement large plus ça va fonctionner et faire venir des gens. Quand je fais une campagne sur une crème anti-âge avec Nuxe je parle seulement a une toute petite partie de mon audience mais quand je fais un campagne avec Milka ça parle a plus de gens et je vais avoir des remontées plus importantes. Concernant la disponibilité des produits en magasin, comment faites-vous pour avoir les informations? C est une vraie question. Nous ne nous appuyons pas sur les informations du supermarché mais sur des informations données par l annonceur qui sait où ses produits sont vendus. Toutefois ça reste une information théorique, nous ne sommes pas à l abri de la rupture de stock ou du changement de décision du chef de rayon. Que faites-vous des retours sur l acte d achat en termes de connaissance client? 6/18

7 C est peut-être un des principaux bénéfices de nos campagnes. Nous restituons à l annonceur l âge du consommateur, le lieu où a été effectué l achat, dans quelle région, etc. Nous pouvons livrer des informations et des volumes mais nous sommes aussi capables de comprendre et d analyser toutes ces données, c est l avantage et le bénéfice pour les marques. Ca génère de plus une visibilité additionnelle peer-to-peer. A qui appartient la data que vous collectez? La data collectée nous appartient. Comment évitez-vous les retours produits? Par exemple si je touche la remise, puis que je ramène le produit en magasin pour me le faire rembourser. Vous n êtes pas censé faire cela mais pour l éviter nous avons mis en place un processus. Vous êtes obligés de garder le ticket de caisse jusqu'à la fin du process d une part (les magasins gardent le ticket de caisse en cas de remboursement) et d autre part nous allons vérifier que vous n avez pas pipeauté. Comment vérifions-nous? Par exemple nous vous demandons de prendre également une photo du code barre détaché du produit, ce qui ne vous permettra plus d être remboursé en magasin. Si j ai un très long ticket de caisse après les courses familiales du samedi, dois-je le photographier en entier? Si j ai plusieurs produits sur le même ticket de caisse, dois-je prendre plusieurs photos? Oui vous devez prendre l intégralité du ticket de caisse en photo car nous avons besoin de toutes les informations. Nous recevons des tickets de caisses très longs et qui sont petits sur la photo mais avec les appareils d aujourd hui nous arrivons à zoomer pour voir les informations. Pour la seconde question, oui également, si vous avez plusieurs produits vous devez prendre plusieurs photos. PRESENTATION DE FAMOCO - PAR NICOLAS BERBIGIER, PRESIDENT Famoco est une start-up française qui a été créée en 2010 par des ingénieurs français qui travaillaient dans le domaine du NFC et de la carte à puce. Nous avons commencé nos opérations en Chine car nous créons du logiciel et du hardware, et quand on fait du hardware il faut se rapprocher des fournisseurs donc de la chine. Nous avons un bureau à Pékin, un à Hong-Kong et un à Paris. Nous développons des solutions NFC, mais ce sont des solutions qui ont du mal à se développer car le système est difficile, donc nous avons créé les 7/18

8 appareils pour le faire. Aujourd hui je vais vous présenter une de nos applications dans le domaine du retail en Chine. En Chine il y a 1,4 milliards d habitants et déjà beaucoup d internautes soit entre 600 et 700 millions. Tout le monde possède un téléphone portable, et de plus de qualité. Toute secrétaire qui gagne entre 200 et 400 euros possède un sac Louis Vuitton et un smartphone qui est peut-être plus récent que le vôtre. Environ 34 % des chinois ont un smartphone. L Internet online se développe extrêmement vite, à travers un très petit nombre de sites et notamment à travers la plateforme TAOBAO qui draine 60 à 70 % du trafic. Nous constatons donc l apparition d un mastodonte, une immense galerie commerçante online qui fait transactions par minutes et génère 400 milliards de dollars. Elle représente une forte menace pour les acteurs de la grande distribution, sachant qu en Chine la grande distribution est un modèle assez récent qui date d une 20aine d années. La grande distribution souhaitait mettre en place un système fédérant, mais en Chine tout est plus compliqué. Dans les galeries marchandes, nous avons un véritable problème de confiance avec nos commerçants qui ne nous donneront jamais leur chiffre de vente et ne se connecteront jamais avec nous car ils ont peur que nous renégocions les tarifs d intégration. C est le 1 er problème. Le 2 ème problème est que les paniers moyens des gens sont très faibles, soit en moyenne 10 chez Carrefour donc nous devons développer des solutions technologiques qui soient très peu chères. Le 3 ème problème repose sur la connectivité Internet et téléphonique qui est très mauvaise. Le 4 ème problème est qu en Chine, même si il y a des smartphones, Google est interdit donc Google Play est interdit. Pour développer des applications c est compliqué, il faut aller voir les opérateurs, il faut l accord du gouvernement. En revanche il y a des avantages. Tout le monde fait du SMS et du tchat avec l équivalent de MSN. De plus, tout le monde a dans sa poche un élément NFC, qu il le sache ou non. Les chinois ont l équivalent du passe Navigo dans leur poche depuis longtemps, les cartes bancaires sont de plus en plus NFC, et leurs cartes d identités sont NFC. Ils ont donc tous sur eux une présence NFC et un téléphone. Avec ce constat, l idée était de développer un système qui utilise ces forces clients et le NFC. Comment ça marche? Nous avons donc développé un petit lecteur qui utilise le NFC. Nous le donnons à tous les commerçants du shopping mall. Nous disons aux clients de s enregistrer à une borne à l entrée du carrefour. Ils prennent ce qu ils veulent, soit c est leur téléphone Samsung s il le permet, soit c est un porte-clé soit une carte d identité. Ils tapent leur numéro et ils sont enregistrés en 20 secondes, on ne leur demande pas plus d informations que ça. Quand ils vont dans un magasin, ils peuvent passer leur carte et on sait qu ils sont passés par ici. Notre appareil est indépendant, il est connecté par le réseau et remonte l information dès qu il peut donc nous pouvons voir en permanence ce que les gens font dans différents magasins, quand il vont d un magasin à l autre, etc. 8/18

9 Le 2 ème aspect qui a intéressé Carrefour était le fait que quand le client arrive dans le magasin, en utilisant son support NFC il y a une sorte de check in et il reçoit sur son mobile un lien ou un message avec les promotions du moment en temps réel. C est une chaîne pour le client qui est extrêmement simple et il n y a pas besoin d un téléphone portable compliqué, car tout passe par SMS. Nous n avons pas besoin de distribuer du tag NFC donc ce n est pas cher. Nous n avons pas non plus besoin de faire une nouvelle carte de fidélité, s il en a déjà une ça marche aussi. L enregistrement est facile et prend à peine 20 secondes, le check in est facile, et ce processus permet à Carrefour d observer immédiatement la visibilité en magasin. Pour les commerçants de la galerie marchande, le système permet de pousser de nouvelles offres donc de générer du trafic additionnel. Finalement Carrefour est donc quand même allé les voir (c est le paradoxe) est en leur montrant qu il avait généré du trafic additionnel donc il a renégocié les locations. ÉCHANGES AVEC LE PUBLIC Je vois bien l intérêt pour Carrefour mais quel est l intérêt pour le client? L intérêt pour le consommateur ce sont les promotions. S il s enregistre à l entrée de Carrefour il gagne des points, si par exemple il fait cinq visites ou va chez 7 commerçants différents, il gagne également des points, etc. donc il y a un incitatif. Il y a de nombreux éléments sur ce sujet. Vous couvrez la fidélisation et probablement un peu d acquisition parce qu on observe qu il y a une capacité à amener des clients, mais qu en est-il au niveau du paiement? Jusqu où peuvent aller vos dispositifs dans ce domaine demain? En effet il y a de nombreux éléments. Rien n empêche notre solution de gérer le paiement car notre solution est une carte connectée, plus ou moins comme une carte bancaire. Cela dit, en Chine, ce n est pas l enjeu de Carrefour. Ils ne sont même pas au niveau où ils connaissent leurs clients aujourd hui, de plus il existe une véritable opposition avec tous les commerçants qui vont faire tout ce qu ils peuvent pour cacher leurs informations. Donc aujourd hui, accepter de faire une remontée de caisse est un véritable problème de négociation, l état d esprit des commerçants ne le permet pas. Dans les shoppings malls classiques en Chine, 30 % des magasins sont des grandes enseignes avec de l informatique un peu centralisé, et 70 % sont des petits commerçants qui ont un petit magasin pour vendre un produit, et qui n ont pas d informatique, etc. donc c est difficile, mais technologiquement c est possible, rien n empêcherait de le faire. 9/18

10 Aujourd hui nous n avons pas d implémentation où nous faisons du paiement. Nous avons décidé de ne pas le faire car à chaque fois qu on rentre quelque part il y a de nouvelles certifications bancaires donc c est compliqué. Notre appareil est en soi est un terminal de paiement donc tout ce qui est carte cadeau et tout ce qui est prépayé nous pouvons le faire mais nous nous en servons dans un cadre autre que la distribution. Nous l utilisons comme un petit terminal de paiement dans les pays sous-développés. C est un gros marché aujourd hui. Tous les pays africains et asiatiques cherchent à développer des monnaies électroniques car les gens n ont pas de comptes bancaires et il n y a pas de banques dans la brousse. Donc les gens utilisent des cartes prépayées, l équivalent de Moneo. Les cartes sont prépayées mais non nominatives. Pour que ça marche il faut des terminaux de paiement et de rechargement donc il y a un marché considérable pour nous à développer des terminaux de paiement et de rechargement dans ces pays là. Dans le cas de la grande distribution ce n est pas du tout un besoin immédiat et notre appareil nous permet de collecter beaucoup d informations sans avoir à s embêter avec tous les problèmes de paiement. D un point de vue pratique pour le consommateur, comment fait-on la passerelle entre mon téléphone et les différents éléments NFC qui se trouvent dans ma poche? Quand vous arrivez, vous vous enregistrez, vous avez le totem NFC ou autre à l entrée. Vous prenez votre support NFC, vous allez sur le totem et vous tapez votre numéro de téléphone ou votre identifiant. Vous devez faire une action. Ca vous ne le faites pas forcement au début de vos courses. Nous observons que des chinois utilisent leur carte et passent dans plusieurs magasins puis qu un jour se rendant compte qu ils vont gagner des points vont s identifier et nous récupérons le lien. Aujourd hui votre business repose sur la vente du terminal et de la mise en place de la data, quelle est votre marché à date en termes de stratégie et de potentiel? Est-ce que c est une étape dans un processus? Est-ce que ce système va être exporté? Nous ne vendons pas des lecteurs, ça ne nous intéresse pas. Nous les vendons presque à coût, mais en revanche le but est de vendre des solutions et il y a 3 grands marchés : Le 1 er marché est celui de la fidélité. L objectif est d aider des gens qui vendent, des marchands mais ça peut aussi être des gens qui vendent des journaux dans le métro ou autre. Nous pouvons les aider immédiatement si ils ont un environnement très hétérogène à déployer un système de loyauté intégrée. Le 2 nd marché est d utiliser notre appareil pour tout ce qui business process management et homecare services, par exemple pour tout ce qui aide et service à la personne, infirmière, femme de ménage, etc. là nous vendons l appareil et la connectivité. C est un autre usercase que je n ai pas développé ici. 10/18

11 Notre 3 ème marché est celui des traitements de paiement pour toutes les cartes prépayées dans les pays sous-développés. Si Carrefour utilise cette solution en Chine, pourquoi ne l utilise-t-il pas dans les pays européens? Nous discutons avec Carrefour mais les stratégies pays par pays des systèmes de fidélité sont différentes. En Chine, par exemple, Carrefour considère qu il ne faut pas faire des systèmes de fidélité pour les clients Carrefour en tant que tel, en termes de prix, car cela laisserait penser que Carrefour n a pas le prix le plus bas. Donc nous ne faisons pas de systèmes de fidélité, mais en revanche des systèmes de loyauté pour la galerie marchande. Là encore il y a de très fortes particularités en Chine. Carrefour fait 30 % de son volume sur les chèques/cartes cadeaux car il paye les employés avec les cartes cadeaux comme ca il ne paye pas de taxes. C est considérable. Ensuite, la manière dont il gère les shopping malls un peu partout va être différente en fonction des pays. Nous discutons avec d autres galeries marchandes en Europe pour le faire. Nous n avons pas entamé de discussions en France car nous sommes une petite société. Nous nous sommes créés historiquement en Chine et nous revenons maintenant en Europe déployer notre système. PRESENTATION DE LA RUCHE QUI DIT OUI - PAR MARC DAVID CHOUKROUN, CO- FONDATEUR La ruche qui dit oui est un système de vente directe qui s est développé avec les AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne). Les AMAP permettent aux consommateurs d avoir une connaissance et un lien direct avec les producteurs, il accède à des produits locaux et saisonniers, il peut bénéficier d un prix juste et y a peu ou pas de gaspillage. Par contre il y a des contraintes, il peut y avoir un manque de choix de produits, de fortes contraintes à la commande (panier pré-composé, abonnement) et le système s adresse à un public assez limité. Notre objectif était donc de simplifier et de démocratiser la vente directe de produits frais et fermiers. La solution fut la création de ce réseau hybride à la fois humain et technologique. Notre système élargit les avantages et réduit les contraintes que l on pouvait observer avec les AMAP. On trouve les même avantages plus un large chois de produits, pas de contraintes à la commande et un public élargi. La seule contrainte restante est la pré-commande en ligne. 11/18

12 Comment ça s organise? A la tête de chaque ruche se trouve un responsable de ruche qui s est engagé à la faire fonctionner. Il va être rémunéré à hauteur de 8 % du CA généré. Pour nous il était important de créer une communauté de micro-entrepreneurs et cela fonctionne puisque 65 % des responsables de ruche sont des auto-entrepreneurs. L interet du responsable va être de donner accès à une meilleure alimentation pour tous, revaloriser le travail des producteurs, créer des liens de proximité entre les gens, éduquer à d autres modes de consommation, développer l économie locale. Comment fonctionne le système de la ruche? En général les gens vont se retrouver chaque semaine dans un lieu pendant 3 heures. La plupart du temps cela va être au domicile du responsable mais ça peut aussi être dans une ferme, un moulin, un magasin, un centre associatif, etc. Pour les consommateurs, le but est de retrouver un lien avec le producteur. Ils sont de plus en plus à la recherche de ce lien. Les consommateurs vont trouver dans la ruche de nombreux produit. C est le producteur qui fixe son prix. Les producteurs se trouvent dans un rayon de moins de 200 km de la ruche. Chaque communauté a son propre site Internet. Pour les producteurs et artisans locaux, les raisons de fournir une ruche sont multiples, nouvelles opportunités commerciales, lien direct avec les clients, vente en flux tendu, service gratuit d accès et flexible, partage de logistique avec les autres producteurs. Le business model est assez simple, le consommateur paye le producteur en direct, puisque le producteur est libre de fixer son prix, il facture le client et tout se fait par la plateforme, ensuite nous facturons des frais de services, à la fois par le responsable de ruche et par notre entreprise, qui sont de l ordre de 16 % du prix du volume d affaire généré. Notre rôle est triple. Nous jouons un rôle de commerce en tant que tiers. Nous assurons les paiements et nous sommes là pour réparer les problèmes potentiels. Nous avons un rôle fort sur la technologie puisque nous développons des solutions technologiques qui nous sont propres, à la fois pour les producteurs pour leur donner tous les outils et l indépendance possible et à la fois pour les communautés afin qu elles puissent commercer de façon indépendante. Nous jouons un rôle social de coordinateur de ce réseau de responsables de ruche et de producteurs. Nous avons en réalité très peu de lien avec les clients finaux mais nous devons motiver les responsables de ruche et les producteurs, et les aider à aller vers ces nouvelles pratiques de commerce direct. Toutes les ruches sont interconnectées ce qui est l avantage pour les producteurs qui peuvent développer la vente de leurs produits entre ruches. La ruche est un réseau assez récent lancé en septembre Aujourd hui 240 ruches sont ouvertes partout en France et le réseau génère environ commandes par mois et plus de 1200 producteurs sont actifs. Le panier moyen est à 45. Nous allons commencer à déployer la plateforme sur d autres pays européens dès la fin de l année et nous prévoyons une nouvelle levée de fonds pour y parvenir. Nous sommes pour l instant les seuls ou en tout cas les plus avancées à proposer ces services en Europe. 12/18

13 ÉCHANGES AVEC LE PUBLIC Quel genre de compétences avez-vous dans votre équipe? Nous sommes une équipe de 20 personnes divisée en deux. 10 personnes travaillent sur le développement de la technologie et l autre moitié au développement du réseau, être en support afin de former les responsables de ruche et coordonner ces responsables et les producteurs. S il y a 2000 ruches, l équipe doit-elle être multipliée par 10? Pas vraiment. D une part l équipe technique n a pas besoin d être autant développée, d autre part du côté des coordinateurs un coordinateur s occupe de 100 ruches aujourd hui et nous pensons qu il peut monter à 150 voire 200 ruches quand nous serons vraiment optimisés, donc ce n est pas si important finalement. Ce système s exporte-t-il? Oui l idée est de le déployer dans les pays locaux. Nous allons commencer par les pays frontaliers avec la Belgique, l Allemagne, l Espagne et l Italie. Qui sont les clients? Ce sont principalement des familles qui ont envie de mieux manger mais c est fonction de la géographie. Chaque ruche s adapte à son écosystème. Même dans Paris, entre une ruche dans le 3 ème et une dans le 15 ème les clientèles vont être différentes. Combien gagne le responsable de ruche? Comment s articule le modèle économique? Nous facturons des frais de service de 16 %, soit 8,35 % qui revient au responsable de ruche et 8,35 % pour notre entreprise. Nous prenons également en charge tous les frais de paiement qui est géré avec des partenaires. Tu nous as donné le panier moyen, ce qui représente 5-6 millions annuel divisés par 240 ruches, et 8,35 % pour chacune des ruches. Cela représente combien par mois? 13/18

14 Le revenu moyen d un responsable de ruche est d environ 300 à 400 par mois. C est vraiment un revenu complémentaire. Niveau emploi du temps, être responsable de ruche prend environ une journée par semaine. Les responsables sont plutôt des femmes soit 80 % des responsables. Globalement c est plutôt un projet porté en famille. Votre business s adapte-t-il principalement à l alimentaire ou voyez-vous d autres sources de produits possibles? La solution est surtout alimentaire car le principe repose sur des commandes d achats groupés. Il faut une certaine quantité pour qu il soit intéressant pour les producteurs de se déplacer. La solution est bonne pour les produits frais car le coût d achat en ruche sera à peu près le même qu en grande surface mais pour une meilleure qualité de produits. Dans les ruches, vous trouvez aussi quelques produits transformés ou des produits de beauté, mais beaucoup moins. Qui est en charge de l acquisition des nouveaux utilisateurs et à qui appartient la base clients? Le système de recrutement, est très décentralisé. Nous donnons aux producteurs de ruche tous les outils pour qu ils puissent recruter des membres. Nous leur envoyons des flyers et ils ont des outils pour inviter des personnes mais ce sont surtout eux qui vont s en occuper. Ils vont d ailleurs faire un travail très important de RP au niveau local. Nous avons énormément de presse au niveau local mais nous ne gérons rien à ce niveau. Par contre nous gérons la communication sur les réseaux sociaux au niveau national. Donc notre rôle est assez limité au niveau marketing d un point de vue recrutement. Concernant la base de données, pour l instant elle est unique et nous appartient. Nous donnons un droit partagé à chaque responsable de ruche sur les membres de leur ruche uniquement. Est-ce qu il est plus difficile de recruter des producteurs, des responsables de ruche ou des clients? C est difficile à dire. Quand on s est lancé on n a pas essayé de recruter des producteurs, on a donnée des outils aux responsables de ruche pour qu ils aillent parler du projet autour de chez eux, en leur donnant des flyers par exemple. Comme la structure s est développée nous avons maintenant un service qui aide les responsables de ruche à trouver des producteurs ce qu on ne faisait pas initialement. Ce qui va être difficile à trouver dépend car c est régional. Dans une région ça pourra être un maraîcher et dans d autres régions d autres types de produits. En général on ne manque pas de tous les produits. Ensuite, si le responsable de ruche fait bien son métier il va trouver la clientèle et réussir à la fidéliser. Donc tout dépend de la personne qui va porter le projet. 14/18

15 Tu parles de levées de fonds mais ce qui coûte cher souvent c est le BFR, la technologie et l acquisition des clients? La technologie tu l a développée, le BFR tu n en as pas parce que les gens facturent directement, et l acquisition client ce n est pas vous qui la faites, tu fais quoi l argent? Effectivement nous avons besoin de moins d argent que d autres systèmes. L argent chez nous est surtout utilisé pour le développement technologique, nous avons un service de R&D très poussé et nous allons devoir continuer à recruter. Il y a vraiment des projets très intéressants pour permettre au système de vente directe de fonctionner de manière beaucoup plus fluide. D autre part, si nous continuons à nous développer en Europe nous aurons besoin de moyens au début car il nous faudra des coordinateurs sur les différents marchés, et il faudra les embaucher avant de faire du CA mais effectivement nous avons des coûts assez limités donc nous n avons pas besoin de faire des levées importantes par rapport à d autres. Comment gérez-vous les mauvais responsables, pouvez-vous les licencier, les sortir du système? Nous sommes en train de réviser nos CGU et créer des clauses qui indiquent les limites du service gratuit. Nous sommes en train de faire évoluer les règles. Nous voyons les responsables de ruche qui font mal leur travail, le nombre de leurs clients baisse de semaine en semaine, mais c est assez rare et cela représente en général 10 % des ruches. Aujourd hui nous avons également amélioré les processus de filtrage des projets, afin que les projets qui se lancent réussissent. Au départ il était très facile d ouvrir une ruche, aujourd hui nous sommes bienveillants dès le début. Concernant les mauvais responsables, pour leur dire d arrêter on leur parle, on leur explique, et en général ca se termine bien d un commun accord, c est de l humain. Quand tu as mis en relation le producteur avec le client via la ruche, comment fais-tu pour éviter d être court-circuité ensuite dans le process? Il faut noter que pour le producteur, la ruche est vraiment un avantage car le site va gérer la commande, la facturation, tout est géré par le site, le producteur n a plus besoin de faire tout ce travail comptable. C est déjà un bénéfice pour lui. Ensuite si la ruche est courtcircuitée, le responsable de ruche ne va pas recevoir sa commission donc il a tout intérêt à ce que ça n arrive pas. Enfin, on sait que ca peut arriver, et on sait que des clients vont pouvoir se rendre chez des producteurs qu ils auraient rencontrés dans la ruche mais la ruche a aussi un coté pratique de regrouper toutes les commandes donc c est en général plus simple pour le consommateur de se rendre dans sa ruche. On voit peu de cas de court-circuitage mais bien sûr ça existe comme dans tous les systèmes. 15/18

16 PRESENTATION DE CHEF JEROME - PAR ANTOINE DURIEUX, CO-FONDATEUR & CEO Aujourd hui, dans le milieu de l advertising, les budgets marketing migrent des anciens médias vers les nouveaux, comme Internet. Les publicitaires découvrent de nouveaux moyens de communication et réinventent les formats publicitaires. Les trois caractéristiques d une campagne de publicité idéale sont : > le power : c est-à-dire la capacité à toucher un grand nombre de gens > la qualification : c est-à-dire la capacité à toucher la cible > le ROI, c est-à-dire la capacité à mesurer immédiatement l effet de la campagne Aujourd hui grâce à Internet il est facile de faire de la puissance, d acheter de la publicité. Ca c est le passé. Le futur c est la qualification. Ma société est spécialisée pour qualifier l audience et cibler une partie très fine de personnes. Nous recueillons des informations au moyen des cookies, sur les intentions d achats et les achats des internautes. Nous allons pouvoir recueillir des informations extrêmement précises. Mon travail est de fournir des informations de ciblage dans un domaine dans lequel je suis spécialisé, qui est le domaine du food et des boissons. Je permets à des clients travaillant dans le domaine de l agroalimentaire de faire des campagnes marketing extrêmement ciblées pour venir parler de leurs produits. La valeur ne réside pas dans la capacité à acheter un espace adapté mais dans la capacité à récolter de l information pour faire un ciblage très précis, donc efficace, donc rentable. (Présentation du graphique) Le rond rouge au milieu correspond au cookie et à l utilisateur. Tous les points bleus auxquels il est relié sont les produits et les notions avec lesquels l utilisateur a réagi. Grâce au cookie, je sais à quoi il est relié, dans quelle proportion et dans quelle mesure. Par exemple, je sais que tel utilisateur est relié au concept de chocolat, plus qu un autre, et si la marque Nestlé m appelle et veut vendre une nouvelle tablette de chocolat, je peux trouver des gens qui sont reliés au concept de chocolat. Je tire le point rouge et ça tire une grappe d utilisateurs qui sont reliés au nœud chocolat. L avantage est de pouvoir relier plusieurs concepts. Si par exemple Nestlé veut lancer un chocolat bio, je vais tirer le noeud chocolat et bio et ça va m amener des utilisateurs qui sont sensibles à ces 2 sujets. Nous sommes capables d analyser beaucoup de choses. C est ça le futur c est une qualification extrême des données utilisateurs. ÉCHANGES AVEC LE PUBLIC 16/18

17 Avec des gens qui utilisent le même ordinateur, comment fais-tu la différence entre moi et mon intérêt pour le rugby et ma fille qui aime Justin Timberlake? Nous sommes spécialisés sur l alimentaire et le beverage, ce n est pas tellement l utilisateur qui est derrière l ordinateur mais le foyer familial, car en général les courses sont faites en famille. A qui appartient la data? Tous les types de données appartiennent très précisément à différents types de personnes, c est le cœur de notre technologie. Les gens pour qui nous travaillons vont pouvoir monétiser la donnée qu ils récupèrent grâce à nous et qui leur appartient. Quel est ton modèle économique, est ce que tu travailles à la performance sur les achats qui sont faits ou est-ce du fixe? Aujourd hui nous avons plusieurs systèmes de revenus, nous avons des revenus sur de la vente purement de technologie, mais aussi essentiellement des systèmes à la performance sous plein de modèles différents, que ce soit à l achat, à la création de nouveaux comptes, au clic, etc. Si je suis un annonceur, comment te différencies-tu par rapport a l ensemble des acteurs du marché qui viennent me voir? D autre part, comment implémentes-tu les cookies car on voit qu il y a une grande démarche aujourd hui là-dessus. Comment rentres-tu là-dedans et quel est ton lien avec les autres initiatives qu il y a sur le marché aujourd hui? Sur la question 1, nous sommes très verticalisés et nous apportons une connaissance métier, c est-à-dire que nous comprenons vraiment la donnée que nous manipulons. On ne fait pas de la corrélation, on fait de la compréhension. Ca se traduit par des taux de clic très élevés par rapport au marché, par exemple on a des bannière qui sont cliquées à 3 % ce qui en comparaison est extraordinaire. Sur la question 2 de l intégration et l écosystème, on a la chance de pénétrer sur un marché qui est en train de se démocratiser, avec toutes les plateformes et les ad-exchanges. Des entreprises comme la mienne qui ne sont pas des géants comme Google ont accès à des plateformes technologiques facilement et ça démocratise l accès à des choses qui sont très difficiles à développer. Nous, au contraire, nous n apportons pas une plateforme technologique mais du métier et de la compréhension, qui vient se construire au dessus de cette couche. C est plus une activité de conseil. 17/18

18 Si Nestlé veut vendre son produit chocolat il va vous payer pour que vous déportiez un utilisateur qualifié vers un site e-commerce pour faire son achat. Ce site e-commerce prend-il aussi un pourcentage car vous lui générez du trafic? Comment sont gérés les coûts d acquisition à la fois par la marque et par le distributeur? Aujourd hui nous sommes une des seules plateforme en France à être connectée sur les supermarchés en ligne et nous mettons un point d honneur à ce que toutes les campagnes qu on génère soit ROIstes et puissent aboutir à un achat qui est mesurable par la marque. Ensuite nous avons différents accords avec ces magasins en ligne, ces distributeurs, pour qu ils rémunèrent en partie quand ils font aussi de l acquisition client, enfin nous avons un arbitrage à faire en fonction des incitatives économiques que nous avons auprès de chacun de ces partenaires. Peut-on louer les datas? Oui c est une partie de notre modèle économique : qualifier de la donnée et en accord avec la personne qui l a générée, de la mettre à disposition sur des DMP ou DSP. Délibération sur le choix de l EBG Nous avons trouvé tous ces projets fantastiques. Nous avons choisi la ruche qui dit oui afin de mettre en lumière un système disruptif et un mode de consommation différent. Elle ne travaille pas avec de grands comptes et nous souhaitions par ce choix envoyer un message, un signal, à nos partenaires qui se trouvent au sein de l EBG et qui, la plupart du temps, travaillent avec de grands annonceurs, pour leur montrer que certain acteurs sont en train de disrupter ce monde là. 18/18

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile BAROMOBILE EDITION 2011 Le baromètre de l internet mobile «Le monde change» Alors que les smartphones poursuivent leur envolée, le trafic de données sur le téléphone mobile explose. Il devrait être multiplié

Plus en détail

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant 10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant Oubliez le nombre de visites sur votre boutique en ligne, le nombre de pages vues et même votre positionnement de mots clés sur

Plus en détail

Bienvenue dans l univers du e-commerce (commerce en ligne)

Bienvenue dans l univers du e-commerce (commerce en ligne) DOSSIER DE PRESSE «I-WEPS» La solution du e-commerce par cartes bancaires Visa & Mastercard CONTINENTAL CREDIT CARDS SERVICES S.A. Cartes Bancaires - Systèmes et Moyens de Paiement Electroniques Store

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

Groupon, #1 dans 48 pays :

Groupon, #1 dans 48 pays : Groupon, leader mondial du commerce local Groupon facilite la vie de millions de personnes en recherchant et en proposant de bonnes affaires à des prix imbattables et cela partout dans le monde. 42.6M

Plus en détail

... tu me trouves! mon site web pour être plus visible sur internet et créer du trafic dans mon commerce. www.achat-loire.com

... tu me trouves! mon site web pour être plus visible sur internet et créer du trafic dans mon commerce. www.achat-loire.com ... tu me trouves! mon site web pour être plus visible sur internet et créer du trafic dans mon commerce www.achatloire.com PourQuoi communiquer sur internet? les chiffres clés du ecommerce en France ÉVOLUTION

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

Casino au Mondial des métiers

Casino au Mondial des métiers Casino au Mondial des métiers Vendredi 8 février 2013 Eric Chetboun Direction marketing digital- Eric Chetboun Sommaire 1. Le Groupe Casino : les métiers de la distribution 2. Les sites e-commerce chez

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014

DOSSIER DE PRESSE 2014 DOSSIER DE PRESSE 2014 Le mot des co-fondateurs En créant Bpeek nous avions une motivation simple, intégrer les consommateurs au cœur du business des entreprises, développer un lien direct entre ces deux

Plus en détail

Liens FAIBLES (amis de nos amis, collègues, ). Les réseaux sociaux permettent une connexion avec ces liens faibles

Liens FAIBLES (amis de nos amis, collègues, ). Les réseaux sociaux permettent une connexion avec ces liens faibles S421-1-3 LA REVOLUTION DIGITALE S42 La relation commerciale S421 : La relation commerciale et son contexte Définir les notions de relation commerciale et de contact commercial. Présenter la diversité des

Plus en détail

L INNOVATION AU SERVICE DE LA RELATION

L INNOVATION AU SERVICE DE LA RELATION L INNOVATION AU SERVICE DE LA RELATION Pour Decathlon, l innovation doit être au service du client. L enseigne de sport préférée des Français (1) veut que la technicité de ses magasins aille de pair avec

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

Data Management Platforms DMP. Décembre 2015

Data Management Platforms DMP. Décembre 2015 Data Management Platforms DMP Décembre 2015 Merci de nous recevoir MACSF Edouard Perrin Directeur Marketing et Digital Soft Computing Sylvain Bellier Directeur du pôle Marketing Services 2 Agenda Eléments

Plus en détail

«BÉNÉFICIEZ DE LA PUISSANCE D UN PORTAIL E-COMMERÇANTS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ EN MAGASIN ET SUR LE WEB, TIREZ PARTI DU CROSS-CANAL!

«BÉNÉFICIEZ DE LA PUISSANCE D UN PORTAIL E-COMMERÇANTS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ EN MAGASIN ET SUR LE WEB, TIREZ PARTI DU CROSS-CANAL! «BÉNÉFICIEZ DE LA PUISSANCE D UN PORTAIL E-COMMERÇANTS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ EN MAGASIN ET SUR LE WEB, TIREZ PARTI DU CROSS-CANAL!» Annuaire Présentez gratuitement votre enseigne, ajoutez votre

Plus en détail

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles?

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? Livre Blanc Cabestan Des sources de données disparates Il existe autant d'approches pour reconnaître un

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

Vous aussi, augmentez vos revenus en toute liberté! COMPARER FR

Vous aussi, augmentez vos revenus en toute liberté! COMPARER FR Vous aussi, augmentez vos revenus en toute liberté! Touchez des visiteurs en phase active d achat. De nombreux sites marchands opérant en France nous le demandaient, nous avons décidé qu il était temps.

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

Le Search Analytics Comment optimiser votre stratégie Search grâce au Multitouch Analytics?

Le Search Analytics Comment optimiser votre stratégie Search grâce au Multitouch Analytics? Livre blanc Le Search Analytics Comment optimiser votre stratégie Search grâce au Multitouch Analytics? Nos partenaires: Sommaire Présentation de Mazeberry Introduction au Search Analytics Le Search Engine

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

LA RÉSERVATION EN LIGNE NOUS PERMET, D UN POINT DE VUE TECHNIQUE AVEC LES API, DE POUVOIR DISTRIBUER L ENSEMBLE DE NOTRE CONTENU SUR D AUTRES

LA RÉSERVATION EN LIGNE NOUS PERMET, D UN POINT DE VUE TECHNIQUE AVEC LES API, DE POUVOIR DISTRIBUER L ENSEMBLE DE NOTRE CONTENU SUR D AUTRES LA RÉSERVATION EN LIGNE NOUS PERMET, D UN POINT DE VUE TECHNIQUE AVEC LES API, DE POUVOIR DISTRIBUER L ENSEMBLE DE NOTRE CONTENU SUR D AUTRES PLATES-FORMES. NOUS AVONS LEVÉ UNE BARRIÈRE ET CONCLU DES PARTENARIATS

Plus en détail

La performance technologique au service de votre e-commerce

La performance technologique au service de votre e-commerce M-commerce Vers un nouveau paradigme de l achat Mobile Monday Toulouse 2 avril 2012 Sommaire Mobilité? Marché Usages M-commerce, oui, mais comment? 3 approches de la mobilité M-commerce T-commerce E-book

Plus en détail

Une première en France

Une première en France DOSSIER DE PRESSE 04/09/2013 LE GOOGLE LOCAL de METZ Lancement Officiel : 01/10/2013 Une première en France Grâce au soutien des collectivités, le commerce messin entre dans l ère du numérique pour redonner

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 Table des matières Préface...9 Introduction...13 L affiliation, qu est-ce que c est?...14 Qu est-ce qu

Plus en détail

Choisir son logiciel de caisse

Choisir son logiciel de caisse GUIDE PRATIQUE Choisir son logiciel de caisse Qu est-ce qu un logiciel de caisse? Un logiciel de caisse, aussi appelé caisse enregistreuse ou caisse tactile est un programme informatique qui vous permet

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

Chez les réparateurs de zém

Chez les réparateurs de zém Chez les réparateurs de zém Thèmes Questions de société, vie quotidienne Concept Le webdocumentaire Indépendances africaines, documentaire conçu spécifiquement pour le web, offre un voyage dans 16 pays

Plus en détail

pour vos ventes à distance

pour vos ventes à distance professionnels ENTREPRISES ASSOCIATIONS ENCAISSEMENT à distance Découvrez nos solutions d encaissement par carte pour vos ventes à distance L encaissement à distance est un moyen efficace pour vous permettre

Plus en détail

Copyright 2008 Patrick Marie.

Copyright 2008 Patrick Marie. 2008 Par Patrick Marie et Supply Money En vous procurant cet ebook Supply Money vous donne l'autorisation de le donner uniquement par le moyen de votre choix, à vos abonnés clients etc... A le seul condition

Plus en détail

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Ce document vous permettra de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans une démarche de création d un site ou d une boutique de

Plus en détail

Country factsheet - Juin 2015. Corée du Sud

Country factsheet - Juin 2015. Corée du Sud Country factsheet - Juin 2015 Corée du Sud La Corée du Sud n a pas volé sa place parmi les 4 Tigres d Asie, ni sa présence dans le top 10 des marchés e-commerce, comme en attestent les chiffres ci-dessous

Plus en détail

JANNEAU Julien. Conférence : Les clés de succès sur Internet

JANNEAU Julien. Conférence : Les clés de succès sur Internet HYMBERT Medhi JANNEAU Julien Master 2 SCPN Conférence : Les clés de succès sur Internet Introduction : Depuis sa démocratisation durant les années 2000, la toile Internet a complètement «explosée» devant

Plus en détail

MODULE GESTION. La gestion des points de vente autrement!

MODULE GESTION. La gestion des points de vente autrement! MODULE GESTION La gestion des points de vente autrement! PRESENTATION SmartSell Technologies est une entreprise spécialisée dans la conception de solutions dans le domaine des Technologies de l Information

Plus en détail

les guides pratiques du cours des parents maîtriser les achats sur mobile

les guides pratiques du cours des parents maîtriser les achats sur mobile les guides pratiques du cours des parents maîtriser les achats sur mobile 1 je m informe sur les différents moyens de paiement permettant d effectuer des achats sur mobile avec son mobile, votre ado peut

Plus en détail

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles Les PC hybrides menacent la domination des PC portables professionnels en Europe

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Capter la. Pour faire face au comportement

Capter la. Pour faire face au comportement Capter la en mobilité pour l Pour faire face au comportement naturel des internautes qui recherchent de l information sur internet et font l achat en magasin, les distributeurs mettent en place des outils

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison

METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison SOMMAIRE Sommaire 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 Plus de choix

Plus en détail

ERP. LIVRE BLANC Omnicanal, comment gérer tous les points de contact depuis un outil unique

ERP. LIVRE BLANC Omnicanal, comment gérer tous les points de contact depuis un outil unique ERP LIVRE BLANC Omnicanal, comment gérer tous les points de contact depuis un outil unique ERP & SOMMAIRE Introduction retailers, vers une expérience omnicanal Introduction Mutation du parcours client

Plus en détail

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Enquête PME 15 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Au cours du premier trimestre 15, 1550 PME bretonnes ont répondu à l «Enquête PME 15» en ligne ou

Plus en détail

- 18 juin 2012 - centre régional des lettres de Basse-Normandie association Libraires en Basse-Normandie

- 18 juin 2012 - centre régional des lettres de Basse-Normandie association Libraires en Basse-Normandie «ABORDER LE NUMÉRIQUE EN LIBRAIRIE» - 18 juin 2012 - centre régional des lettres de Basse-Normandie association Libraires en Basse-Normandie Intervention de Xavier Milon, diffuzia S.A.S. xavier.milon@diffuzia.fr

Plus en détail

BigData : la connaissance clients au service de votre conversion E-Commerce. Marc Schillaci #ECP14 TOUTES LES FORMULES DU COMMERCE CONNECTÉ

BigData : la connaissance clients au service de votre conversion E-Commerce. Marc Schillaci #ECP14 TOUTES LES FORMULES DU COMMERCE CONNECTÉ BigData : la connaissance clients au service de votre conversion E- Marc Schillaci TOUTES LES FORMULES DU COMMERCE CONNECTÉ 23 > 25 SEPTEMBRE 2014 I PARIS I PORTE DE VERSAILLES I PAVILLON 7-3 #ECP14 LE

Plus en détail

Référencement Prioritaire sur nos Comparateurs et Guides Shopping pour les e-commerçants

Référencement Prioritaire sur nos Comparateurs et Guides Shopping pour les e-commerçants Référencement Prioritaire sur nos Comparateurs et Guides Shopping pour les e-commerçants La solution Leader en France et en Europe com Leader européen des Guides Shopping Un réseau de 5 sites shopping

Plus en détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail VENTE ACHETER Optimiser son expérience client dans la vente au détail Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Oct 2015 Livre Blanc www.maxymiser.fr Depuis quelques années, les professionnels de la vente au détail

Plus en détail

Générer du trafic payant. Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay

Générer du trafic payant. Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay Générer du trafic payant Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay 13 et 14 mai 2011 Trouvez des nouveaux clients Adaptez-vous aux évolutions du E-Commerce Allez chercher les clients où ils se trouvent

Plus en détail

Votre solution d encaissement

Votre solution d encaissement Votre solution d encaissement Créée en 1994, la société Menlog est spécialisée dans l édition de solutions d encaissement particulièrement adaptées pour la Boulangerie / Pâtisserie. Nous intervenons sur

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Le e-commerce Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix Développez votre entreprise avec Sage SalesLogix Prospectez, fidélisez, développez Sage SalesLogix est la solution de gestion de la relation client puissante et sécurisée qui vous offre une vision complète

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat 2014 Edition Spéciale 3 Intelligence Applied 1 Le e-commerce a dominé la croissance des entreprises ces dernières années. Mais les marques et les distributeurs devraient lui en demander plus. Voici pourquoi...

Plus en détail

16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie

16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie LIVRE BLANC 16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie Comment faire face aux challenges prévisibles et inattendus INTRODUCTION Cette année c est la bonne! Votre entreprise

Plus en détail

Une stratégie Cross-canal réussie : complémentarité boutique physique et E- Commerce. Marc Schillaci - Fondateur & CEO Oxatis

Une stratégie Cross-canal réussie : complémentarité boutique physique et E- Commerce. Marc Schillaci - Fondateur & CEO Oxatis Une stratégie Cross-canal réussie : complémentarité boutique physique et E- Commerce. Marc Schillaci - Fondateur & CEO Oxatis Le Succès d Oxatis en Chiffres Oxatis ce sont 10 500 Sites marchands 410 M

Plus en détail

PORTRAIT DU CONSOMMATEUR CHINOIS

PORTRAIT DU CONSOMMATEUR CHINOIS PORTRAIT DU CONSOMMATEUR CHINOIS SYNTHÈSE 2 SITUATION ÉCONOMIQUE ET PROPENSION À CONSOMMER EN CHINE AUJOURD HUI LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE en Chine poursuit son ralentissement (7,4% T1214, 9,3% 211) D'ici

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

TOUT D ABORD, MERCI D AVOIR ACHETE MON E-BOOK. DANS CELUI-CI, JE VAIS VOUS EXPLIQUER COMMENT VOUS FAIRE 500 PAR JOUR SANS RISQUE!

TOUT D ABORD, MERCI D AVOIR ACHETE MON E-BOOK. DANS CELUI-CI, JE VAIS VOUS EXPLIQUER COMMENT VOUS FAIRE 500 PAR JOUR SANS RISQUE! TOUT D ABORD, MERCI D AVOIR ACHETE MON E-BOOK. DANS CELUI-CI, JE VAIS VOUS EXPLIQUER COMMENT VOUS FAIRE 500 PAR JOUR SANS RISQUE! JE VAIS EGALEMENT VOUS FAIRE UN E-BOOK COMPLET! (SOMMAIRE, PHOTO ETC )

Plus en détail

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Livre blanc 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Exploiter toute la valeur du site web Par de nombreux aspects, les responsables marketing web d aujourd hui ont les yeux bandés : ils

Plus en détail

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET Le groupe, véritable machine à idées des médias, tire parti de l analyse comportementale pour optimiser son marketing

Plus en détail

Les monnaies privatives

Les monnaies privatives Les monnaies privatives La monnaie est un service comme un courriel C est l argent, l or qui a de la valeur La monnaie n a de la valeur qui si il y a transaction Xavier Dalloz Facebook Credits la monnaie

Plus en détail

Introduction à la Syndication de Contenu pour les réseaux de distribution

Introduction à la Syndication de Contenu pour les réseaux de distribution Introduction à la Syndication de Contenu pour les réseaux de distribution Description Qu est-ce que la Syndication de Contenu? Cela correspond-il à mon activité? Quels sont les bénéfices et avantages?

Plus en détail

Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes

Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes 1/213 3/213 6/213 9/213 12/213 3/214 5/214 Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes Le marché pour les smartphones et les tablettes En 213, on a dénombré plus de 24,1 millions

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Qu est-ce COMMENT que lafourchette et myfourchette?

Qu est-ce COMMENT que lafourchette et myfourchette? Centralisez vos réservations - Boostez votre CA - Rendez service à vos clients myfourchette PRO lafourchette Qu est-ce COMMENT que lafourchette CA MARCHE et myfourchette?? SOMMAIRE lafourchette 1. Qu est-ce

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

t 23 MAI 2013 DIGITAL DAY FIGARO + 1

t 23 MAI 2013 DIGITAL DAY FIGARO + 1 t 23 MAI 2013 DIGITAL DAY FIGARO + 1 HELLO HOLA BONJOUR CIAO BOM DIA HALLO t 23 MAI 2013 DIGITAL DAY FIGARO + 2 t 23 MAI 2013 DIGITAL DAY FIGARO + 3 NURUN MONDE 2 2 t 23 MAI 2013 DIGITAL DAY FIGARO + 4

Plus en détail

Service de création de site Internet

Service de création de site Internet Service de création de site Internet 1 Service de création de site Internet Présence et Action culturelles Introduction Quand l Internet fut créé dans les années 80, personne n imaginait que ce réseau

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

Mag. à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile. Et si vous passiez

Mag. à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile. Et si vous passiez http5000 Mag Et si vous passiez à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile! Tapez http5000

Plus en détail

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr «Comment bien choisir sa plateforme e-commerce» Merci de mettre votre portable en mode silencieux Mais vous pouvez twitter C est au programme - Les solutions open source - Les plateformes en mode SAAS

Plus en détail

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Lorraine Un site marchand est sans cesse en recherche de moyens pour développer son activité. Au-delà de l optimisation de la boutique, il est possible

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

Trois entités forment notre groupe : Découvrez notre univers et rejoignez-nous. PARTN AIR GROUP 10 route des flandres 60700 St Martin Longueau

Trois entités forment notre groupe : Découvrez notre univers et rejoignez-nous. PARTN AIR GROUP 10 route des flandres 60700 St Martin Longueau La philosophie de Partn air Group est simple : créer des pôles de compétences dans tous les domaines autour de l aéronautique. Chaque collaborateur possède une fibre «aéro», qu il soit créatif, développeur

Plus en détail

www.ubleam.com Le bleam: la technologie de scan mobile pour la relation client

www.ubleam.com Le bleam: la technologie de scan mobile pour la relation client Le bleam: la technologie de scan mobile pour la relation client Le bleam: le tag conçu pour l acquisition et la relation client www.ubleam.com Le bleam, le lien direct entre votre support physique et votre

Plus en détail

Etude exclusive : SoCloz présente le Smartshopper et son impact sur le parcours d achat

Etude exclusive : SoCloz présente le Smartshopper et son impact sur le parcours d achat Dossier de presse Novembre 2014 Etude exclusive : SoCloz présente le Smartshopper et son impact sur le parcours d achat *Sondage Viavoice pour SoCloz, réalisé en ligne du 15 au 19 Septembre 2014. Échantillon

Plus en détail

Trafic partie 1. 80% de votre temps doit être dédié à attirer du trafic, ou en tout cas à créer des systèmes permettant d attirer ce trafic.

Trafic partie 1. 80% de votre temps doit être dédié à attirer du trafic, ou en tout cas à créer des systèmes permettant d attirer ce trafic. Trafic partie 1 Introduction Dans cette session nous parlerons essentiellement de trafic, de comment attirer des visiteurs sur votre page de capture et sur votre page de vente. L une des erreurs faites

Plus en détail

Avis d expert, par Anne BARADAT pour le Cercle Marketing Direct Mars 2015

Avis d expert, par Anne BARADAT pour le Cercle Marketing Direct Mars 2015 Avis d expert, par Anne BARADAT pour le Cercle Marketing Direct Mars 2015 Leboncoin.fr : succès commercial et phénomène de société «Achetez, vendez, près de chez vous» Tout le monde connaît Leboncoin,

Plus en détail

Le Web2.0. Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet.

Le Web2.0. Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet. Le Web2.0 Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet. Le Web 2.0 Le Web 2.0 concerne toutes les nouvelles plateformes qui arrivent et sont arrivées ces

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

La fusion des programmes de fidélisation et du POS : un mariage puissant

La fusion des programmes de fidélisation et du POS : un mariage puissant La fusion des programmes de fidélisation et du POS : un mariage puissant 27 août, 2014 1 Accueil Les participants sont en mode d écoute seulement Vous devez composer le numéro de téléphone suivant pour

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Action vente !! " %& "'()*""'( +,#$ - .(/"( ( 1232425 0,0. Page 1

Action vente !!  %& '()*'( +,#$ - .(/( ( 1232425 0,0. Page 1 !! " #$ %& "'()*""'( %& "'()*""'( +,#$ -.(/"( *" 0,0 0 ( 1232425 25 0((*("(67( 8 0 0(*(* 0(*(6(7( 9 Page 1 I UN CONTEXTE COMMERCIAL TRES AGRESSIF I.1 Contexte général Mon entreprise Orwell située à Vitrolles

Plus en détail

Atelier numérique. Développement économique de Courbevoie. Comment vendre en ligne? BtoB? BtoC? Produits? Services?

Atelier numérique. Développement économique de Courbevoie. Comment vendre en ligne? BtoB? BtoC? Produits? Services? Atelier numérique Développement économique de Courbevoie Jeudi 7 février 2013 Comment vendre en ligne? BtoB? BtoC? Produits? Services? Les 10 Bonnes questions à se poser avant tde lancer son projet Intervenants

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME

LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME 2015 Oxatis KPMG CONTEXTE ET METHODOLOGIE Contexte et méthodologie Oxatis Leader européen des sites marchands pour Commerçants, TPE et PME en mode SaaS Créé

Plus en détail

Q Amway est-elle une entreprise nouvelle? R Elle a été crée en 1959, et exerce en France depuis 1977.

Q Amway est-elle une entreprise nouvelle? R Elle a été crée en 1959, et exerce en France depuis 1977. Voici une série de questions/réponses les plus courantes. Si vous ne trouvez pas la question qui vous préoccupe, consultez-nous. Q AMWAY est-elle une entreprise française ou étrangère? R AMWAY-France est

Plus en détail

Comparateur de prix et Guide de voyages

Comparateur de prix et Guide de voyages Comparateur de prix et Guide de voyages Dossier de Presse Septembre 2009 CONTACT PRESSE Agence Valeur D image Solenn PETITJEAN 04.76.70.93.54-06.24.75.20.82 s.petitjean@valeurdimage.com 3 Historique de

Plus en détail

Le baromètre trimestriel du Marketing Mobile en France

Le baromètre trimestriel du Marketing Mobile en France Le baromètre trimestriel du Marketing Mobile en France // 6 ème édition // Juin 2014 Données à fin mars 2014 En collaboration avec Introduction & Crédits Cette présentation a été conçue et réalisée par

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Solutions mobiles MOBILE TO STORE GEOLOCALISATION & COUPONING! MOBILE SOLUTIONS

Solutions mobiles MOBILE TO STORE GEOLOCALISATION & COUPONING! MOBILE SOLUTIONS Solutions mobiles MOBILE TO STORE GEOLOCALISATION & COUPONING! 1 Agence et Editeur de Solutions Mobiles Un positionnement marketing & technologie, pour vous simplifier le mobile. AGENCE Le pôle dédié au

Plus en détail

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008 Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur Octobre 2008 Contexte «Internet en mobilité» renvoie aujourd hui à un potentiel d usages d encore mal identifiés. Apple a proposé

Plus en détail

SmartCaisse, depuis 2005. Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse

SmartCaisse, depuis 2005. Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse SmartCaisse, depuis 2005 Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse Présentation : Les logiciels de prise de commande téléchargeables sur Android Market sous le

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux?

Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux? Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux? Animateur Jean-Christophe GALEAZZI RCF Intervenants Mathieu LLORENS AT INTERNET Patrick BERNARD MILLESIMA Jean-Paul LIEUX DOLIST Marion

Plus en détail

Séances 4 à 6. Le tableau suivant résume la multiplicité des indicateurs de performance utilisés dans les campagnes digitales.

Séances 4 à 6. Le tableau suivant résume la multiplicité des indicateurs de performance utilisés dans les campagnes digitales. TD Séances 4 à 6 Ces td sont consacrés au marketing à la performance dont nous rappelons la définition : Le marketing à la performance est le fait de mener une campagne de publicité en fonction d objectifs

Plus en détail