L arbre. 1) Terminologie : S L arbre est un végétal ligneux de grande taille.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L arbre. 1) Terminologie : S L arbre est un végétal ligneux de grande taille."

Transcription

1 L arbre L arbre est un végétal ligneux de grande taille. Il existe environ espèces d arbres. Certaines espèces peuvent compter plusieurs centaines d essences. L arbre est un végétal qui a une grande longévité. Elle peut aller de 80 à 100 ans pour le bouleau et environ 2000 ans pour le séquoia. L arbre est un être vivant, il naît, se nourrit, respire, grandit, peut être malade, se reproduit, et meurt. La partie visible est constituée par la tige et le houppier, les racines permettent l ancrage de l arbre dans le sol. En taille, elles mesurent communément 2/3 du volume du houppier. 1) Terminologie : Cime : Sommet de la tige Houppier : Branches non comprises dans le fût Branches : Ramification importante de la tige Tige : Axe plus ou moins ramifié de l arbre Fût : Partie du tronc dépourvu de branches Fourche : Division en deux tiges du fût Souche : Base du tronc, début des racines Racines : Partie souterraine de l arbre Bille de pied : Du bas de l arbre jusqu'à la 1ere grosse branche Surbille : De la 1e grosse branche à la fourche Culée : Extrémité coupée de la base du fût Stéphan Schultz Page 1 sur 7 CAP ébéniste Mamers

2 a. Différents types de houppier!! b. Différents types de racines Sur pivot fasciculées!! Stéphan Schultz Page 2 sur 7 CAP ébéniste Mamers

3 2) Le fonctionnement de l arbre a. La respiration : Elle se fait par les feuilles et l écorce Respiration de jour : absorption d air et de gaz carbonique Respiration de nuit : rejet d oxygène b. La nutrition : Par les racines : captage de sels minéraux composés azotés eau Par les feuilles : absorption de carbone La chlorophylle décompose le gaz carbonique c. La transpiration : Elle s effectue par les feuilles qui permettent l évaporation de l eau. d. La photosynthèse : Les racines apportent l eau et les sels minéraux. Il y a formation de sève brute. Cette sève monte dans l arbre par l aubier. La sève brute se transforme grâce au soleil au niveau des feuilles, il y a formation de glucose. La sève brute devient alors de la sève élaborée. Celle-ci descend dans l arbre par le liber et le cambium qui est l assise génératrice de l arbre. La zone de croissance. À proximité du cambium se forment les éléments du bois à partir d un mélange de glucose, cellulose et lignine. Tous les ans, une nouvelle cerne se forme sous le cambium, tandis qu une cerne de l aubier meurt et se transforme en duramen. Stéphan Schultz Page 3 sur 7 CAP ébéniste Mamers

4 e. La croissance en hauteur Les arbres grandissent rapidement en hauteur à la recherche d un maximum de lumière. Leur taille et vitesse de croissance sont déterminées en fonction de leurs essences, et de la profondeur et richesse du sol. Pour les plus grands arbres, la croissance en hauteur trouve sa limite quand, la masse d eau contenue dans les cellules, tirée par le haut par capillarité et l évaporation des feuilles, est contrariée par la pesanteur. Au delà d une certaine limite, l eau ne parvient plus à monter, l arbre a atteint sa limite maximale de hauteur. f. La reproduction : Elle peut être très diverse selon les espèces, mais bien souvent, un fruit contient une graine qui est disséminée par le vent ou les animaux. Certains arbres, comme le charme, ont la faculté de faire des rejets qui partent de la souche, quand l arbre a été coupé. Ces nombreux rejets ne formeront plus un fût bien droit, mais formeront le taillis. 3) La structure de la tige : Écorce Liber (invisible à l oeil nu) Cambium (invisible à l oeil nu) Coeur Rayons médullaires Bois parfait ou duramen Aubier Stéphan Schultz Page 4 sur 7 CAP ébéniste Mamers

5 a. Les cernes annuelles Visibles à l oeil nu, elles peuvent servir à évaluer l âge d un arbre. La différence de largeur des cernes s explique par une vitesse de croissance différente au printemps où l arbre pousse rapidement à l inverse de l été, où la croissance est ralentie, pour s arrêter totalement en automne et hiver. Lorsque le bois de printemps et d été est bien différencié, l on parle de structure hétérogène (C est le cas pour les arbres de nos régions tempérées) Quand la croissance est régulière sur l année et que les cernes annuelles gardent la même taille, on parle de structure homogène (Arbres des régions tropicales). Bois d été Bois de printemps b. L écorce : Elle a pour fonction principale de protéger l arbre contre les intempéries, insectes, champignons et maladies. Elle offre notamment une bonne résistance au feu. Le liège provient de l écorce du chêne-liège. Stéphan Schultz Page 5 sur 7 CAP ébéniste Mamers

6 c. Assise génératrice : Le liber : situé juste derrière l écorce, il permet la circulation de la sève élaborée. Le cambium : assure l accroissement de l arbre. Chaque année, une nouvelle cerne est générée. Elle vient augmenter le nombre de cellules de l aubier. d. L aubier : Bois jeune, il peut être exploité lorsqu il a la même densité que le duramen. Souvent plus tendre, il est sensible aux attaques des insectes. (voir ci-contre) Il assure la montée de la sève brute. Chaque année, une cerne de l aubier se transforme en duramen. (l aubier grade donc une épaisseur constante puisque des cellules nouvelles sont crées derrière le cambium et d autres meurent en devenant du duramen.) e. Le duramen : Partie exploitable de l arbre. Ce sont des cellules mortes qui peuvent contenir, de la résine, du tanin, de la gomme mais surtout, lorsque l arbre est «sur pied», de l eau. Le duramen (que l on appelle aussi le «bois parfait») assure la solidité de l arbre. Cette zone s agrandit régulièrement au fil des ans. f. Le cœur : Partie centrale de l arbre. Il est de consistance plutôt spongieuse et n est pas utilisable en ébénisterie. À l inverse du nôtre qui nous est indispensable, le coeur de l arbre âgé n a pas d utilité. Nombre d arbres vivent avec un tronc creux, totalement dépourvu de coeur. Stéphan Schultz Page 6 sur 7 CAP ébéniste Mamers

7 Quelques images atypiques La mise en valeur des cellules est obtenue par application d un réactif sur le bois. On distingue sur ces clichés à fort grossissement que l arbre est constitué de cellules. Ces cellules (vues en coupe) ont des parois (en violet) plus ou moins épaisses et peuvent avoir des formes (mais aussi des fonctions) différentes. (La dendrochronologie est la science qui permet la datation extrêmement précise de site archéologiques en se basant sur l étude des cernes des bois retrouvés) Stéphan Schultz Page 7 sur 7 CAP ébéniste Mamers