L INFORMATION NON COMMERCIALE DANS LA PUBLICITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INFORMATION NON COMMERCIALE DANS LA PUBLICITÉ"

Transcription

1 INC document ÉTUDE JURIDIQUE L INFORMATION NON COMMERCIALE DANS LA PUBLICITÉ Le rôle de la publicité n est pas d informer mais de faire vendre. C est vrai, même si la promotion d un produit commence tout d abord par en faire connaître l existence avant d en vanter les qualités pour déclencher un acte d achat. Dans les messages publicitaires, on peut distinguer deux catégories différentes d information. D une part, l information objective et certaine (en principe, tout au moins) : l annonce de l existence du produit ou du service dont on veut faire la promotion ou augmenter la notoriété. D autre part, une information de nature plus subjective 1 : la mise en avant par l annonceur de caractéristiques ou de qualités choisies par lui et censées inciter à l achat. Jusqu à présent, ce schéma semblait simple. Or, depuis quelques années, le législateur vient perturber cet ordonnancement en imposant la présence, dans certaines publicités, d une autre catégorie d information : les messages d intérêt général. Derniers en date : les messages sanitaires dans les publicités alimentaires. Après avoir donné quelques éléments pour établir une distinction entre publicité et information, cette étude a pour objet de recenser les domaines dans lesquels existe cette obligation particulière d information. Nous verrons ensuite que, paradoxalement, des précautions sont prises pour éviter toute confusion entre l information et la publicité. I L INFORMATION ET LA PUBLICITÉ Pendant des millénaires, c est oralement que les hommes ont tenté de communiquer des informations commerciales à leurs clients. Jusqu au début du XX e siècle, les rues des villes résonnaient du vacarme des crieurs publics, des ritournelles ou cris poussés par les marchands ambulants : ferblantiers et étameurs, marchands de peaux de lapin, fripiers et chiffonniers, vitriers, marchands de marrons, etc. Sans oublier les célèbres marchands d oublies 2 qui ne se souciaient pas alors d équilibre alimentaire. Visuellement, les enseignes imagées et colorées ont été utilisées dès l Antiquité pour le repérage des boutiques et attirer le chaland qui était, le plus souvent, illettré. 1 Les assertions fausses ou de nature à induire en erreur n ont rien à voir avec la subjectivité évoquée ici, qui n est que le choix effectué de mettre en avant telle caractéristique plutôt que telle autre. 2 Pâtisseries légères obtenues avec une pâte déliée de sucre, d œufs et quelquefois de miel. I

2 La création de marques de commerce, l extension de l affichage public et l essor de la presse accompagnant la croissance in - dus triel le au XIX e siècle ont permis le passage de la réclame à la publicité. Information et publicité se sont développées parallèlement et sont deux concepts qui, tout en étant différents, sont proches. 1. L information du consommateur Les professionnels ont l obligation d informer les consomma - teurs. Ces obligations sont nombreuses, à commencer par celle d informer sur les caractéristiques de leurs biens et de leurs services (article L du code de la consommation) et sur les prix (article L du même code). Et il existe de nombreux textes qui visent non seulement à informer le consommateur mais aussi à éviter qu il ne soit trompé, et qui réglementent les modes de présentation des produits, des emballages, des documents commerciaux. Ces informations imposées par la loi n ont pas pour objectif de promouvoir le produit ou le service concerné; mais, bien sûr, rien n interdit au professionnel de porter une attention toute particulière à l emballage ou à l étiquetage qui deviendra lui-même objet de séduction publicitaire; et même s ils peuvent être sanctionnés au titre de la publicité mensongère, ils ne constituent pas intrinsèquement un message publicitaire. 2. La publicité La distinction entre publicité 3 et information tient essentiellement à l objectif poursuivi par la communication, l émetteur du message publicitaire cherchant à ce que les récepteurs soient amenés à répondre à son souhait de contracter avec eux. Le droit français ne contient pas de définition générale de la publicité, on se référera donc, en cas de difficulté, à celle de la directive européenne 84/450 du 10 septembre 1984 en matière de publi - cité trompeuse et de publicité comparative 4. La publicité y est définie ainsi : «toute forme de communication faite dans le cadre d une activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale dans le but de promouvoir la fourniture de biens ou de services, y compris les biens immeubles, les droits et les obligations». À côté de cette définition générale, on trouve des définitions particulières selon le domaine professionnel et le but poursuivi par les textes qui les contiennent. Publicité audiovisuelle C est ainsi que la publicité télévisée est définie comme «toute forme de message télévisée, que ce soit contre rémunération ou paiement similaire, ou de diffusion à des fins d autopromotion par une entreprise publique ou privée dans le cadre d une activité commerciale, industrielle ou artisanale ou d une profession libérale dans le but de promouvoir la fourniture, moyennant paiement, de bien ou de services» (article 1 er de la directive européenne 89/522/CE, dite Télévision sans frontières, du 3 octobre ). Cette définition n inclut pas les offres de télévente (improprement appelées téléachat ), qui obéissent à des règles particulières. On peut aussi noter que les rédacteurs ont pris soin d inclure de façon large les modalités de la contrepartie de la diffusion du message. Publicité des médicaments En matière de publicité des médicaments, le code de la santé publique (en son article L ) donne aussi une définition large de la publicité mais, et c est original, en y incluant certaines pratiques commerciales comme les démarches et visites. Cela s explique cependant par le principe d interdiction de la publicité que le code aménage par la suite : «On entend par publicité pour les médicaments à usage humain toute forme d information, y compris le démarchage, de prospection ou d incitation qui vise à promouvoir la prescription, la délivrance, la vente ou la con - som ma tion de ces médicaments, à l exception de l information dispensée, dans le cadre de leurs fonctions, par les pharmaciens gérant une pharmacie à usage intérieur.» Le texte exclut ensuite du champ de la publicité les informations d intérêt général et qui n ont pas vocation à déclencher un acte d achat : les informations concrètes et les documents de référence relatifs aux mises en garde concernant les effets indésira - bles dans le cadre de la pharmacovigilance. Il en est de même de la correspondance accompagnée le cas échéant de tout document non publicitaire nécessaire pour répondre à une ques tion précise sur un médicament particulier. Enseignes et préenseignes La liberté d affichage est une liberté publique dont le régime a été déterminé dans la loi du 29 décembre 1979, désormais intégrée au code de l environnement dans la partie consacrée à la protection du cadre de vie. Le principe général est celui de l admission de la publicité dans les agglomérations avec des interdictions dont certaines sont absolues : sur les immeubles protégés au titre des monuments historiques, dans les réserves naturelles, dans les sites clas sés, sur les arbres L article L du code de l environnement, au sens du pré - sent chapitre, définit la publicité comme «toute inscription, forme ou image, destinée à informer le public ou à attirer son attention, les dispositifs dont le principal objet est de recevoir lesdites inscriptions, formes ou images étant assimilées à des publicités». On peut noter que cette définition de la publicité est encore plus large que la précédente, en ce sens qu elle ne se limite pas à la publicité commerciale et vise aussi toutes les autres formes de communication par affichage, quel qu en soit le motif : électo - ral, individuel au titre de la liberté d expression Mais les règles que le code de l environnement entend faire appliquer dé passent largement le cadre commercial. Les enseignes sont expressément exclues du champ de la publicité et définies comme «toute inscription, forme ou image apposée sur un immeuble et relative à une activité qui s y exerce». Quant à la préenseigne, elle est définie comme «toute inscription, forme ou image indiquant la proximité d un immeuble où s exerce une activité déterminée». Et des règles spécifiques sont prévues (ou leur sont applicables). 3 Nous nous limiterons à la publicité commerciale et n aborderons pas d autres formes de publicité comme la publicité politique. 4 Directive modifiée par la directive 97/55/CE du 6 octobre 1997 pour y inclure la publicité comparative. 5 Texte transposé en France à l article 2 du décret n o du 27 mars II

3 II LES MESSAGES D INTÉRÊT GÉNÉRAL IMPOSÉS DANS LA PUBLICITÉ Les annonceurs et publicitaires peuvent être astreints à joindre des informations non commerciales aux messages qu ils destinent aux consommateurs. En réalité, deux catégories d informations peuvent être impo - sées : d une part, des messages d intérêt général notamment ins pirés par des motifs de santé ou de sécurité, examinés ci-dessous ; d autre part, des indications ou précisions destinées à informer le consommateur avant la souscription d un contrat, figurant en annexe du présent document (p. VIII). 1. Les produits alimentaires Produits manufacturés et boissons avec ajouts de sucres, de sel ou d édulcorants de synthèse L article L du code de la santé publique, issu de la loi n o du 9 août 2004, prévoit que les messages publicitai - res en faveur des boissons avec ajouts de sucres, de sel ou d édul - corants de synthèse et des produits alimentaires manufacturés doivent contenir une information à caractère sanitaire. À défaut, l annonceur doit s acquitter d une contribution finan - cière assise sur les dépenses de publicité ; le produit de cette contribution est versé à l Inpes (Institut national de prévention et d éducation pour la santé) pour conduire des actions d édu - cation nutritionnelle. À ce jour, la grande majorité des annon - ceurs semblent préférer la contrainte du message sanitaire à la ponction dans leur porte-monnaie. L arrêté du 27 février 2007 dresse la liste des messages sanitaires. Il s agit de : «Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour.» «Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière.» «Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé.» «Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas.» Dans les écrans publicitaires télédiffusés ou radiodiffusés encadrant les programmes destinés aux enfants ou insérés dans ces programmes, et pour les publicités insérées dans la presse destinée aux enfants, les mêmes informations à caractère sanitaire peuvent être formulées en utilisant le tutoiement ou remplacées par le jeu d informations suivantes : «Pour bien grandir, mange au moins cinq fruits et légumes par jour.» «Pour être en forme, dépense-toi bien.» «Pour bien grandir, ne mange pas trop gras, trop sucré, trop salé.» «Pour être en forme, évite de grignoter dans la journée.» Produits destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge (moins de 3 ans) En vertu de la réglementation applicable à ces produits, les préparations pour nourrissons ne peuvent faire l objet de publici - té que dans la presse écrite destinée aux professionnels de santé (articles L et suivants du code de la consommation et décret du 30 juillet 1998). Cependant, certaines préparations pour nourrissons ( article 13 de l arrêté du 1 er juillet 1976 modifié) peuvent faire l objet d une publicité destinée à un public plus large que celui des professionnels de santé. Il s agit : des préparations lactées qui permettent de répondre aux besoins nutritionnels de l enfant normal, dans des conditions aussi proches que possible de celles de l allaitement maternel, c està-dire les laits maternisés type 1 er et 2 e âges ; des aliments destinés à être utilisés pendant la période de sevrage des nourrissons et comme compléments à l alimentation des enfants en bas âge et/ou en vue de leur adaptation progres - sive à une alimentation normale 6. Dès lors que la publicité est permise, elle est soumise à la régle - mentation sur les messages sanitaires. Le jeu d informations à caractère sanitaire est celui-ci (article 1 er de l arrêté du 27 février 2007) : «En plus du lait, l eau est la seule boisson indispensable.» «Apprenez à votre enfant à ne pas grignoter entre les repas.» «Bouger, jouer est indispensable au développement de votre enfant.» Allégations nutritionnelles ou de santé Afin d assurer au consommateur un niveau élevé de protection, de lui fournir les informations nécessaires pour faire des choix en connaissance de cause, et de créer des conditions de con - currence égales pour les entreprises de l industrie alimentaire, des principes généraux applicables à toutes les allégations portant sur des denrées alimentaires ont été fixés par le règlement européen du 20 décembre 2006 (JOUE du 18 janvier 2007). Il complète la directive générale 2000/13/CE concernant l étiquetage et interdisant les informations qui peuvent induire le consommateur en erreur. Ce règlement n est pas spécifique aux présentations et campagnes publicitaires mais vise aussi l étiquetage ainsi qu à terme les marques de fabrique ou noms commerciaux qui peuvent être considérés comme des allégations nutritionnelles ou de santé. Il s applique aux allégations qui portent sur tout type d ali - ment destiné au consommateur final, en incluant : les aliments destinés à l approvisionnement d hôpitaux, cantines et autres ; les aliments non emballés ou en vrac. L étiquetage ou la campagne publicitaire incluant une allégation de santé doivent fournir certaines informations obligatoires : une mention indiquant l importance d une alimentation variée et équilibrée et d un mode de vie sain ; la quantité de la denrée alimentaire concernée et le mode de consommation requis pour obtenir le bénéfice allégué ; et, s il y a lieu : une indication à l attention des personnes qui devraient éviter de consommer cette denrée ; un avertissement approprié pour les produits susceptibles de présenter un risque pour la santé en cas de consommation excessive. 6 Catégorie comprenant les préparations à base de céréales et les aliments pour bébés autres que les préparations à base de céréales. III

4 Le règlement du 20 décembre 2006 renvoie aussi à la directive 90/496/CEE du 24 septembre harmonisant l étiquetage nutritionnel des denrées alimentaires destinées au consommateur final et aux entreprises de restauration collective. Selon cette réglementation, si l étiquetage nutritionnel est facultatif, il devient obligatoire dès lors qu une allégation nutritionnelle accompagne le produit concerné, soit sur l étiquette ellemême, soit dans le message publicitaire. Lorsqu une allégation nutritionnelle est faite, le message publicitaire doit inclure : la valeur énergétique du produit ; soit la quantité de protéines, de glucides et de lipides, soit, dans l ordre suivant, la quantité de glucides, de sucres simples, de lipides, d acides gras saturés, de fibres alimentaires et de sodium. 2. L alcool La législation française n interdit pas toute publicité en faveur des boissons alcooliques, elle la limite et l autorise exclusivement sur certains supports, sous certaines conditions strictes, et à l exclusion de toute publicité télévisée (articles L et suivants du code de la santé publique). La publicité autorisée pour les boissons alcooliques est limitée à l indication du degré volumique d alcool, de l origine, de la dénomination, de la composition du produit, du nom et de l adresse du fabricant, des agents et des dépositaires ainsi que du mode d élaboration, des modalités de vente et du mode de consommation du produit. Cette publicité peut comporter des références relatives aux terroirs de production, aux distinctions obtenues, aux appellations d origine ou aux indications géographiques. Elle peut également comporter des références objectives relatives à la couleur et aux caractéristiques olfactives et gustatives du produit. Toute publicité en faveur de boissons alcooliques, à l exception des circulaires commerciales destinées aux personnes agissant à titre professionnel ou faisant l objet d envois nominatifs ainsi que des affichettes, tarifs, menus ou objets à l intérieur des lieux de vente à caractère spécialisé, «doit être assortie d un message de caractère sanitaire précisant que l abus d alcool est dangereux pour la santé» (article L du code de la santé publique). Alcool et grossesse Plus récemment, la loi est venue compléter la réglementation relative à l étiquetage et au conditionnement des boissons alcooliques afin d alerter le public des risques sanitaires liés à une consommation d alcool au cours d une grossesse. En effet, la loi n o du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a complété l article L du code de la santé publique par un alinéa ainsi rédigé : «Toutes les unités de conditionnement des boissons alcoolisées portent, dans les con - ditions fixées par arrêté du ministre chargé de la santé, un message à caractère sanitaire préconisant l absence de consommation d alcool par les femmes enceintes.» Cet arrêté datant du 2 oc tobre 2006 précise que les bouteilles de boissons alcooliques devront désormais porter soit un logo, soit une mention écrite prévenant les femmes des risques consécutifs à la consommation d alcool pendant la grossesse. Le message est le suivant : «La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l enfant.» 3. Le tabac Toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac ou des produits du tabac ainsi que toute distribution gratuite sont interdites (article L du code de la santé publique). Toutefois, cette interdiction ne s applique pas aux enseignes de débits de tabac, ni aux affichettes disposées à l intérieur de ces établissements, non visibles de l extérieur et qui sont par ailleurs étroitement encadrées. Ainsi, les enseignes et préenseignes ne peuvent comporter que la mention tabac complétée éventuellement du nom de l éta blissement et de la carotte. S agissant des affichettes autorisées à l intérieur des lieux de vente, un format maximum est fixé (60 x 80 cm) et un bandeau égal à 20 % de la surface publi - citaire doit comporter en caractères gras le message sanitaire suivant : «Fumer provoque des maladies graves.» S agissant de l étiquetage, chaque paquet de cigarettes ou de tabac doit indiquer sa composition et sa teneur en goudron et en nicotine, et comporter un message sanitaire spécifique. 4. Les médicaments La publicité des médicaments auprès du public n est admise qu à condition que le médicament ne soit pas soumis à prescription médicale, qu il ne soit pas remboursable par les régimes obligatoires d assurance maladie, et que l autorisation de mise sur le marché ou l enregistrement ne comporte pas de restrictions en matière de publicité auprès du public en raison d un risque possible pour la santé publique (article L du code de la santé publique). Le texte réserve une exception pour les vaccins et pour les médicaments visés par la loi du 9 juillet 1976 relative à la lutte contre le tabagisme. Le produit doit être clairement identifié comme un médicament. La publicité auprès du public doit nécessairement être accom - pagnée d un message de prudence et de renvoi à la consultation en cas de persistance des symptômes. Elle doit contenir en outre la dénomination du médicament, les informations indispensables à son bon usage ainsi qu une invitation expresse à lire les instructions figurant sur la notice ou sur le condition - nement extérieur (article R du code de la santé publique). 5. L énergie Compte tenu de la raréfaction des énergies fossiles, les économies d énergie sont une priorité et il convient de sensibiliser tout le monde à cette question. La loi du 13 juillet 2005 a fixé les orientations de la politique énergétique. Le code de l environnement prévoit désormais un certain nombre de mesures en vue de rédui - re la consommation d énergie et de limiter les sources d émis - sions «de substances polluantes nocives pour la santé humaine et l environnement» (article L ). Ces mesures visent aussi la publicité, avec pour objectif la sensibilisation des particuliers et des entreprises aux économies et à une utilisation rationnelle de l énergie. C est ainsi que, depuis le 1 er mars 2007, les messa - ges publicitaires concernant l énergie ou sa consommation doivent comporter clairement la mention : «L énergie est notre avenir, économisons-la!» Pour les annonces télévisées, le message doit être sonore ou visuel. Cette prescription vise les publicités effectuées en vue de la vente d électricité, de chaleur ou de froid, de combustibles solides (charbon ), liquides ou gazeux et de carburants ainsi que les services afférents à l utilisation de ces énergies (gestion, conduite, maintenance, entretien d équipement ou d installation de chauffage, d eau chaude sanitaire, de climatisation, d éclai - 7 Transposée en droit français par le décret n o du 27 septembre IV

5 rage). En revanche, les autres entreprises comme les construc - teurs d automobiles ne sont pas concernées par cette obliga - tion. Aux termes de l arrêté, le message doit être «lisible», «audible» ou «intelligible». À noter qu il peut être «visuel ou sonore pour les services de télévision». Le texte n apporte aucune autre indication concernant la lisibilité du message (taille et police des caractères ). 6. Les véhicules automobiles Tout message publicitaire comportant une mention de la con - sommation de carburant d une voiture particulière, de sa puissance ou de ses performances (vitesse, accélération), ou encore une référence à son caractère économique, doit indiquer la consommation conventionnelle de carburant du véhicule (arrêté du 25 septembre 1986). La consommation conventionnelle est déterminée par modèle selon une procédure normalisée. 7. La propriété intellectuelle Toute publicité ou notice d utilisation relative aux moyens permettant la suppression ou la neutralisation de tout dispositif technique protégeant un logiciel doit mentionner que l utilisation illicite de ces moyens est passible des sanctions prévues en cas de contrefaçon (article L du code de la propriété intellectuelle). Lorsque les fournisseurs d accès Internet invoquent, à des fins publicitaires, la possibilité qu ils offrent de télécharger des fichiers dont ils ne sont pas les fournisseurs, ils doivent faire figurer dans cette publicité une mention facilement identifiable et lisible indiquant que «le piratage nuit à la création artistique» (article 7 de la loi n o du 21 juin 2004 pour la confiance dans l éco - nomie numérique, dispositions non codifiées). III LES PRÉCAUTIONS PRISES POUR ÉVITER LA CONFUSION ENTRE INFORMATION ET PUBLICITÉ L information et la publicité étant consubstantielles, il est nécessaire de prendre des précautions pour éviter toute confusion sur la nature et les objectifs de la communication. Des règles précises ont été établies en ce sens. 1. Un principe général d identification de la publicité Ne pas se cacher et identifier clairement une publicité paraît naturel, mais cela va mieux en l érigeant en règle. Les profession - nels ont bien compris qu il convenait de réguler la publicité en déterminant des règles d autodiscipline pour crédibiliser leur profession. C est ce qu a fait la Chambre de commerce interna - tionale en rédigeant dès 1937 un code international de pra tiques loyales en matière de publicité. Ce texte édicte un certain nombre de principes : décence, loyauté, véracité, responsabilité sociale, etc. L article 12 de la dernière édition (1997) concerne l identi - fication de la publicité : «La publicité doit pouvoir être nettement distinguée comme telle, quels que soient la forme et le support utilisés; lorsque le message publicitaire est diffusé dans des médias qui comportent également des informations ou des ar - ticles rédactionnels, il doit être présenté de façon que son caractère publicitaire apparaisse instantanément.» Ce principe est bien entendu repris dans les recommandations du BVP L identification de la publicité selon le support a) Dans la presse L article 10 de la loi n o du 1 er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse dispose : «Il est interdit à toute entreprise éditrice ou à l un de ses collaborateurs de recevoir ou de se faire promettre une somme d argent, ou tout autre avantage, aux fins de travestir en information de la publicité financière. Tout article de publicité à présentation rédactionnelle doit être précédé de la mention publicité ou communiqué.» On peut noter que la plupart des journaux choisissent le terme communiqué, qui est ambigu, et il est quasiment certain que la majorité des lecteurs ne réalise pas que l information qu ils sont en train de lire relève d une communication publicitaire payante et non du travail d un journaliste. b) Dans l audiovisuel Il ne doit pas y avoir de confusion entre la séquence publicitaire et le programme, comme le précise l article 14 du décret n o du 27 mars 1992 relatif à la publicité, au parrainage et au téléachat : «Les messages publicitaires ou les séquences de messages publicitaires doivent être aisément identifiables comme tels et nettement séparés du reste du programme, avant comme après leur diffusion, par des écrans reconnaissables à leurs caractéristiques optiques et acoustiques. Lorsque les caractéristiques du service de télévision ne permet - tent pas que la publicité soit clairement identifiée comme telle par les moyens prévus à l alinéa précédent, les conventions et cahiers des charges peuvent définir les conditions dans lesquelles il est satisfait à cette obligation. Les messages d intérêt général à caractère non publicitaire tels que ceux diffusés dans le cadre des campagnes des organisations caritatives et des campagnes d information des administrations peuvent être insérés, le cas échéant, dans les séquences publicitaires. 8 Le BVP est l organisme d autodiscipline de la publicité en France. Il a pour but de «mener une action en faveur d une publicité loyale, véridique et saine dans l intérêt des professionnels de la publicité, des consommateurs et du public». À cet effet, il émet des recommandations. Site web : < >. V

6 Le volume sonore des séquences publicitaires ainsi que des écrans qui les précèdent et qui les suivent ne doit pas excéder le volume sonore moyen du reste du programme. La publicité isolée doit être exceptionnelle.» Interdiction de la publicité clandestine à la TV L article 9 du décret n o du 27 mars 1992 dispose : «La publicité clandestine est interdite. Pour l application du présent décret, constitue une publicité clandestine la présentation verbale ou visuelle de marchandises, de services, du nom, de la marque ou des activités d un producteur de marchandises ou d un prestataire de services dans des programmes, lorsque cette présentation est faite dans un but publi - citaire.» Cette interdiction est malheureusement en passe d être abolie puisque la révision de la directive Télévision sans frontières actuellement en cours envisage l autorisation de la pratique dite du placement de produit : la présence de marques au sein d œuvres audiovisuelles pourrait être autorisée si cette présence n a pas de caractère promotionnel et si elle n influe pas sur le contenu éditorial. L information préalable des téléspectateurs serait envisagée. Il n empêche que cette évolution, si elle se réali - sait, constituerait une nouvelle atteinte à une séparation claire entre la publicité et les autres formes de communication. Pas de journalistes présentateurs dans la publicité Pour éviter toute confusion avec les programmes d information, «la publicité ne doit faire appel ni visuellement ni oralement à des personnes présentant régulièrement les journaux télévisés et les magazines d actualité» (article 11 du décret du 27 mars 1992). Mais cela n interdit pas la présence des autres présen - tateurs de programmes dans la publicité. Pas de publicité subliminale «La publicité ne doit pas utiliser des techniques subliminales», indique l article 10 du décret du 27 mars Sujet de controverses sur son efficacité, la publicité subliminale est une technique de persuasion de l inconscient : une image subliminale est une image émise pendant un temps très court ou à très faible intensité de telle manière qu elle ne puisse pas être perçue de façon consciente par le spectateur mais qu elle soit néanmoins enregistrée par son cerveau, marquant ainsi son subconscient. À la télévision, l illusion du mouvement est créée par la succession de 25 images par seconde : intercaler une 26 e image permet d émettre un message qui ne sera pas perçu de façon consciente (TGI Paris 17 e ch., 23 avril 1990, Légipresse n o 72, p. 39 à propos de photographies imperceptibles de François Mitterrand dans le 2 du sigle de la chaîne Antenne 2). c) Dans les communications électroniques La loi n o du 21 juin 2004 fait application à la publicité par voie électronique des principes généraux du droit de la communication qui, dans les domaines de la presse écrite, de la radio et de la télévision, imposent que les messages à caractère publi - citaire soient clairement distingués des informations non commerciales. Le premier alinéa de son article 20 est ainsi rédigé : «Toute publicité sous quelque forme que ce soit, accessible par un service de communication au public en ligne, doit pouvoir être clairement identifiée comme telle. La publicité doit rendre clairement identifiable la personne physique ou morale pour le compte de laquelle elle est réalisée.» Dans le domaine des communications électroniques, cette prescription est d autant plus importante que les risques de confusion sont grands. Certes, de nombreuses formes de publicité sont clairement identifiées comme telles par les internautes. Il s agit des pop-up et pop-under (ces fenêtres qui s ouvrent automatiquement), des bannières et d autres nouveaux supports aisément recon - naissables. Mais beaucoup d ambiguïtés subsistent ou se font jour. Des questions se posent à propos de l appréciation du carac - tère publicitaire de certains courriels, de la distinction entre simple lien et lien sponsorisé. Quant aux forums, chats et commen - taires en ligne sur les produits ou services, ils sont à prendre avec circonspection. Que penser du contenu éditorial d un site non marchand, mais en réalité produit et réalisé par une de ces nouvelles sociétés qui l alimentent en contenus rédactionnels et qui, dans de nombreux cas, ont été créées par des agences de publicité? 3. Règles spécifiques dans certains domaines a) Publicité des médicaments Lorsqu elle est admise (voir p. IV), la publicité pour un médica - ment auprès du grand public «est conçue de façon que le caractère publicitaire du message soit évident et que le produit soit clairement identifié comme médicament» (décret nº du 5 février 2007, article R du code de la santé publique). b) Vente à distance S agissant de la vente à distance, le code de la consommation prévoit que le caractère commercial des informations fournies doit apparaître sans équivoque, et qu elles doivent être communiquées au consommateur «de manière claire et compréhensible, par tout moyen adapté à la technique de communication à distance utilisée». Lorsqu il s agit de démarchage par téléphone ou de techniques assimilables, «le professionnel doit indiquer explicitement au début de la conversation son identité et le caractère commercial de l appel» (article L du code de la consommation). Plus spécifiquement, dans le cas des ventes à distance de services financiers, le consommateur doit recevoir un certain nombre d informations préalablement à son engagement et «en temps utile» (article L du code de la consommation). En outre, «ces informations, dont le caractère commercial doit apparaître sans équivoque, sont fournies de manière claire et compréhensible par tout moyen adapté à la technique de communication à distance utilisée». c) Loteries publicitaires Les documents présentant l opération publicitaire ne doivent pas être de nature à susciter la confusion avec un document administratif ou bancaire libellé au nom du destinataire ou avec une publication de la presse d information (article L du code de la consommation). d) Identification du message d intérêt général alimentaire des produits avec ajouts de sucres, de sel ou d édulcorants de synthèse Cette situation est l inverse des précédentes : on essaye de crédibiliser le message sanitaire d intérêt général qui se trouve au milieu du message publicitaire. L article 1 de l arrêté du 27 février 2007 dispose ainsi que «les informations à caractère sanitaire seront présentées d une manière aisément lisible ou audible, respectueuse de leur vocation de santé publique et clairement distinguable du message publicitaire ou promotionnel». VI

7 CONCLUSIONS Ce panorama met en lumière les dangers de confusion et les difficultés de coexistence entre la publicité et les messages d intérêt général. Plus claires sont les informations imposées dans le cadre de la protection économique du consommateur (voir l annexe en page suivante), mesures qui ont été prises à la suite d expériences malheureuses subies par les consomma - teurs et qui ont un rapport direct avec le contenu du message publicitaire. S agissant des messages d intérêt général, plusieurs séries de questions peuvent être formulées. Les messages d intérêt général touchent à la formation et à l édu - cation de la population. Même si la dimension éthique dans le commerce et plus précisément la responsabilité sociale des entreprises se développe, est-ce vraiment le rôle de la publicité que de former et d éduquer les consommateurs? N est-ce pas plutôt le rôle des institutions spécialisées comme l Inpes ou l Institut national de la consommation? D autant que ces organismes peuvent réaliser des actions plus ciblées et donc plus efficaces. Est-il aisé de faire la différence entre ce qui ressort de l information et ce qui est du domaine de la publicité? La crédibilité et l importance d une communication dépendent du statut de l émetteur et de ce qu il représente : un même message n a pas nécessairement le même sens selon qu il est émis par un annonceur qui a un intérêt commercial à augmenter son chiffre d affaires ou selon qu il provient d un émetteur neutre. Par ailleurs, on peut noter que les messages d intérêt général, en incitant à consommer mieux (c est-à-dire la plupart du temps à consommer moins), sont souvent en totale contradiction avec le contenu du message publicitaire. En outre, plus grave, s agis - sant des messages nutritionnels liés aux produits alimentaires et qui visent principalement les enfants, il va devenir plus difficile de leur faire comprendre la différence entre un message publicitaire et commercial et une information plus objective. Sans oublier, bien sûr, les plus jeunes qui ne savent pas lire ou qui auront des difficultés à déchiffrer les informations déroulantes. Des études qualitatives réalisées depuis l introduction des messages nutritionnels semblent indiquer qu ils sèment la confusion dans l esprit du public, particulièrement dans le domaine de la publicité audiovisuelle. On peut en effet s interroger sur l efficience de ces messages. Quelles répercussions peuvent avoir sur la consommation d al cool le message de modération (toujours le même) figurant sur les publicités autorisées pour les boissons alcooliques? Des campagnes de communication spécifique dont tout le monde se souvient («Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts!») ne sont-elles pas préférables? Enfin, les règles imposant des messages d intérêt général soulèvent la question plus globale des textes réglementant la publicité, y compris ceux qui sont adoptés en vue de protéger les consommateurs. Ces textes sont conçus sans tenir compte de la réalité publicitaire, et notamment sans adapter les obligations qu ils contiennent aux supports. Ils sont généralement conçus pour l écrit (presse, affichage, prospectus) et, de ce fait, fréquemment très mal adaptés à l audiovisuel (voir par exemple les mentions obligatoires du crédit) ou aux communications électroniques telles que les SMS et MMS. Enfin, tous ces messages qui se surajoutent au message publi - citaire soulèvent les questions relatives à la lisibilité et à la compréhension de la publicité. Les mentions obligatoires, les renvois en bas de page, les informations déroulantes à la télévision (trop rapides, et trop petites pour qui n a pas un grand écran), tout cela nuit à la clarté et à la compréhension des informations. Le BVP a remis à jour en 2005 sa recommandation générale relative aux mentions et renvois. En définitive, imposer des messages non commerciaux dans la publicité ressemble au mariage de la carpe et du lapin. Cette union contre nature ne produit rien de bon même en cuisine. Jean-Michel Rothmann VII

8 ANNEXE : INFORMATIONS IMPOSÉES DANS LA PUBLICITÉ PAR LA PROTECTION ÉCONOMIQUE DES CONSOMMATEURS Au titre de la protection des consommateurs, la publicité doit parfois comporter des indications ou des précisions plus ou moins lourdes. En effet, la publicité a un potentiel de séduction important joint au caractère hyperbolique des messages. Il est donc fondamental et parfaitement justifié de pallier les abus, si ce n est les dangers, qui en résultent pour les consommateurs. L exposi - tion du client potentiel à la publicité peut conduire immédiatement et directement à une transaction commerciale, et ces règles imposées au message publicitaire participent ainsi de l obligation d information précontractuelle qui pèse sur les professionnels. 1. Obligations pesant sur la publicité en général a) Vente en liquidation, ventes au déballage et foires et salons Toute publicité relative à l une de ces opérations doit mentionner un certain nombre d informations : vente en liquidation : la date de récépissé de déclaration et la nature des marchandises sur lesquelles porte l opération (article R du code de commerce); vente au déballage : la date et l auteur de l autorisation, la période pour laquelle la vente a été autorisée et l identité du béné - ficiaire (art. R du code de commerce); opération de soldes : la date du début de l opération et la nature des marchandises sur lesquelles elle porte (art. R du code de commerce). b) Certification Lorsqu il est fait référence à la certification dans la publicité, l éti - quetage ou la présentation de tout produit, un certain nombre de renseignements doivent être portés à la connaissance du con - som mateur : le nom et les coordonnées de l organisme certificateur, l identification du référentiel servant de base à la certification et les caractéristiques certifiées essentielles (art. R du code de la consommation). c) Temps partagé Toute publicité relative à un contrat de jouissance d immeuble à temps partagé ( timeshare ) doit indiquer la possibilité d obtenir le texte des offres proposées ainsi que l adresse des lieux où il peut être retiré (art. L du code de la consommation). d) Crédit à la consommation Selon les articles L et suivants du code de la consommation, toute publicité portant sur une opération de crédit à la consommation doit comporter un certain nombre de renseignements. Cette exigence est valable quel que soit le support publicitaire : presse, affichage, audiovisuel. La loi précise les raisons de cette obligation : la publicité doit être loyale et informative. À ce titre, la publicité doit : préciser l identité du prêteur, la nature, l objet et la durée de l opé - ration proposée ainsi que le coût total et, s il y a lieu, le taux effec - tif global annuel du crédit, à l exclusion de tout autre taux, ainsi que les perceptions forfaitaires; préciser le montant, en euros, des remboursements par éché - an ce ou, en cas d impossibilité, le moyen de le déterminer. Ce montant inclut le coût de l assurance lorsque celle-ci est obligatoire pour obtenir le financement et, le cas échéant, le coût des percep - tions forfaitaires; indiquer, pour les opérations à durée déterminée, le nombre d éché ances. En outre, dans toute publicité écrite, quel que soit le support utilisé, les informations relatives à la nature de l opération, à sa durée, au taux effectif global s il y a lieu et, s il s agit d un taux promotionnel, à la période durant laquelle ce taux s applique, au caractère fixe ou révisable du taux effectif global et au montant des remboursements par échéance doivent figurer dans une taille de carac - tères au moins aussi importante que celle utilisée pour indiquer toute autre information relative aux caractéristiques du financement, et s inscrire dans le corps principal du texte publicitaire. Publicité du crédit gratuit La loi n o du 28 janvier 2005 tendant à conforter la confiance et la protection du consommateur, dite loi Chatel, supprime l interdiction de la publicité du crédit gratuit faite hors des lieux de vente. Cette loi vient modifier certaines dispositions du code de la consommation afin de donner la possibilité aux annonceurs de faire des publicités pour des crédits gratuits à la consommation d une durée supérieure à 90 jours. On entend par crédits gratuits les crédits dont le coût de financement n est pas supporté par le consommateur-emprunteur, celui-ci ne payant que le principal de manière échelonné et, éventuellement, les frais de dossier. La publicité en faveur du crédit gratuit doit préciser le montant de l escompte consenti en cas de paiement comptant et l identi - té de la personne qui prend en charge le coût du crédit con senti gratuitement au consommateur. e) Intermédiaires en opérations de banque La loi n o du 11 décembre 2001, dite loi Murcef, impose aux intermédiaires en opérations de banque de faire figurer dans toute publicité diffusée par eux ou pour leur compte, de manière apparente, la mention : «Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d un particulier, avant l obtention d un ou plusieurs prêts d argent» (article L du code de la consommation). Toute publicité devra indiquer le nom et l adresse de l établissement de crédit pour le compte duquel l intermédiaire exerce son activité. 2. Obligations pesant plus spécifiquement sur les documents publicitaires a) Identification du commerçant Toute personne immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS) doit, selon l article R du code de commerce, indiquer sur tous ses documents publicitaires un certain nombre d indications (adresse du siège social, mention du RCS, etc.). Cette obligation pèse aussi sur d autres documents : tarifs, corres pon - dance, etc. b) Franchise Toute personne vendant des produits ou des services et liée par un accord de franchise à un franchiseur doit informer le consommateur de sa qualité d entreprise indépendante, de manière lisible et visible, sur ses documents publicitaires et plus largement sur l ensemble de ses documents d information. En outre, ces infor - mations doivent figurer à l intérieur et à l extérieur des lieux de vente (article 1 er de l arrêté du 21 février 1991). c) Loteries publicitaires Les documents présentant l opération publicitaire doivent compor ter «un inventaire lisible des lots mis en jeu précisant, pour chacun d eux, leur nature, leur nombre exact et leur valeur commerciale» (article L du code de la consommation). Ils doivent également reproduire la mention suivante : «Le règlement des opérations est adressé, à titre gratuit, à toute personne qui en fait la demande.» Le document publicitaire doit préciser en outre l adresse à laquelle peut être envoyée cette demande ainsi que le nom de l officier ministériel auprès de qui ledit règlement a été déposé. VIII Institut national de la consommation 80, rue Lecourbe Paris <www.conso.net>

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE LES REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE Constitue une publicité toute forme de message télévisé diffusé contre rémunération ou autre contrepartie

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Chronique Publicité La nouvelle recommandation du BVP Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Le BVP adopte des règles déontologiques pour encadrer les publicités. Au-delà

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SECTION G CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SITES INTERNET Recommandations du Conseil central de la section G ONP/CCG Janvier 2012 A l heure où les

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+ L Editeur s engage à respecter les lois et règlements en vigueur, le cas échant les recommandations d instances telles que celles du Conseil Supérieur

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

SITE INTERNET 14/11/2008

SITE INTERNET 14/11/2008 SITE INTERNET 14/11/2008 Internet est un espace soumis aux règles de droit commun et, depuis le 21 juin 2004, aux dispositions de la loi pour la confiance dans l économie numérique (LCEN). Si des questions

Plus en détail

Droit de la publicité

Droit de la publicité Leçon 1 : Introduction Section 1 : Définitions juridiques de la notion de publicité 1 : Définitions légales et jurisprudentielles de la notion de publicité A Définition étroite de la notion de publicité

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES Après avis de la commission nationale de déontologie relatif à la conformité au code de la santé publique (intégrant

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot

Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot La vente et la publicité pour les vins et alcools opposent les intérêts de protection de la santé publique aux intérêts économiques

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Recommandation Technique. CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION

Recommandation Technique. CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION Recommandation Technique CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION 1 ère publication v1.0 : avril 2008 1 ère révision v2.0 : octobre 2013 Page 1

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Guide administratif d interprétation et d application de la politique concernant la publicité, la sollicitation et la commandite

Guide administratif d interprétation et d application de la politique concernant la publicité, la sollicitation et la commandite Guide administratif d interprétation et d application de la politique concernant la publicité, la sollicitation et la commandite Commandite Table des matières 1. Campagne de financement, levée de fonds

Plus en détail

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES Mise à jour de la Loi du 17 mars 2014 relative à la consommation et de la Loi du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové,

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme

Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme Historique : Créée par Modifiée par Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme Délibération n 179

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010

CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010 CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010 L'information en ligne peut améliorer le service médical rendu aux patients. Toutefois, ce moyen doit respecter les principes

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 26/07/2011 N : 28.11 LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Le Décret n 2011-869 du 22 juillet

Plus en détail

VENTES A DISTANCE 31/07/2015

VENTES A DISTANCE 31/07/2015 VENTES A DISTANCE 31/07/2015 Aux termes de l article L121-16 du code de la consommation, constitue un "contrat à distance" tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur, dans le cadre d'un

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

Distribution et publicité télévisée

Distribution et publicité télévisée Distribution et publicité télévisée 1 Compte tenu de l ouverture progressive de la publicité télévisée pour le secteur de la distribution, dont l accès sera généralisé à l ensemble des chaînes de télévision

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

L encadrement juridique d un site de commerce électronique

L encadrement juridique d un site de commerce électronique L encadrement juridique d un site de commerce électronique Avant s intéresser précisément au cadre juridique de la vente en ligne, nous devons nous interroger sur la capacité juridique des OT et CDT à

Plus en détail

CODE D AUTODISCIPLINE

CODE D AUTODISCIPLINE BRASSERIES ET LIMONADERIES DU BURUNDI CODE D AUTODISCIPLINE BRARUDI SA - Bvd du 1er Novembre, BP 540 Bujumbura tél : (257) 22 215 360 fax : (257) 22 222 948 Route Nationale N 2, BP 115 Gitega tél : (257)

Plus en détail

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie Les Les carnets de la déontologie carnets Directive de la La distinction entre publicité et journalisme déon Adoptée par le Conseil de déontologie journalistique le 15 décembre 2010 Directive La distinction

Plus en détail

Tout chirurgien-dentiste, personne physique ou morale, inscrit au tableau de l Ordre, peut être titulaire d un site Internet.

Tout chirurgien-dentiste, personne physique ou morale, inscrit au tableau de l Ordre, peut être titulaire d un site Internet. Charte ordinale de "qualité" applicable aux sites web des chirurgiens-dentistes adoptée par le conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes le 15 mars 2008 L'information en ligne peut améliorer

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES»

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES» GARTENJAHR ANNEE DU JARDIN ANNO DEL GIARDINO ONN DAL CURTIN 2016 RAUM FÜR BEGEGNUNGEN ESPACE DE RENCONTRES SPAZIO PER INCONTRI SPAZI PER INSCUNTERS CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Champ d application. Sont visées par la présente Recommandation, les publicités :

Champ d application. Sont visées par la présente Recommandation, les publicités : PUBLICITE DES PRODUITS FINANCIERS ET D INVESTISSEMENT ET, SERVICES LIÉS Le Code consolidé sur les pratiques de publicité et de communication commerciale de l ICC (Chambre de commerce internationale) contient

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques de la publicité sur le web. Extrait d'articles des CGV d'orange Advertising Network.

Guide des bonnes pratiques de la publicité sur le web. Extrait d'articles des CGV d'orange Advertising Network. Guide des bonnes pratiques de la publicité sur le web. Extrait d'articles des CGV d'orange Advertising Network. Orange Advertising Network - Page 1 sur 5-26/01/2009 Article 2.2 : Refus d ordre OAN se réserve

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité Table des matières Remerciements... 7 Préface... 9 Abréviations utilisées... 13 INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15 PARTIE 1 La publicité CHAPITRE 1 Définition

Plus en détail

La loi Evin. 1) Ce que dit la loi Evin... La loi Evin et la publicité pour le tabac. La loi Evin et la publicité pour l alcool

La loi Evin. 1) Ce que dit la loi Evin... La loi Evin et la publicité pour le tabac. La loi Evin et la publicité pour l alcool La loi Evin 1) Ce que dit la loi Evin... La loi Evin et la publicité pour le tabac Elle interdit de prendre en compte le tabac pour le calcul de l indice des prix. Le tabagisme, l alcoolisme et la toxicomanie

Plus en détail

RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE

RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE Goldbach Media est tenu de respecter les restrictions publicitaires françaises. M6 Publicité se réserve le droit de refuser des spots ou

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CONSOMMATION RELATIF A LA PUBLICITE AUDIOVISUELLE DANS LE SECTEUR DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES NOR ECOC0700104V22

AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CONSOMMATION RELATIF A LA PUBLICITE AUDIOVISUELLE DANS LE SECTEUR DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES NOR ECOC0700104V22 27 mars 2007 AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CONSOMMATION RELATIF A LA PUBLICITE AUDIOVISUELLE DANS LE SECTEUR DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES NOR ECOC0700104V22 En application du mandat donné au Conseil

Plus en détail

Ces règles générales et spécifiques sont conçues pour un consommateur moyen, c'est-à-dire, normalement informé, raisonnablement attentif et avisé.

Ces règles générales et spécifiques sont conçues pour un consommateur moyen, c'est-à-dire, normalement informé, raisonnablement attentif et avisé. PUBLICITE DE PRIX Le Code sur les pratiques de publicité et de communication commerciale de l ICC (Chambre de commerce internationale) contient des dispositions générales, reconnues par l ensemble des

Plus en détail

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES Dans le souci du respect et de la recherche d une commune et loyale application des

Plus en détail

Cadre Légal & Autodiscipline

Cadre Légal & Autodiscipline Cadre Légal & Autodiscipline Le cadre réglementaire concernant le secteur publicitaire s'articule autour de deux axes : I. La protection de la publicité A. Le droit d'auteur B. Le droit des marques C.

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

financières de Pôle Emploi Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul

financières de Pôle Emploi Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul Accompagnement Construire son site e-commerce et pas aides à pas! Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul 2- Site Internet : moyen de communication indispensable Hausse du marché e- commerce 13% (2013)

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

COMMENT ENVOYER UN EMAILING?

COMMENT ENVOYER UN EMAILING? L e-mailing est l équivalent électronique du marketing direct, consistant à prospecter et/ou fidéliser ses clients, via l émission groupée et automatique de courriels (emails). L e-mailing montre un peu

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

La presse quotidienne départementale et l autodiscipline publicitaire Etat des lieux (étude sur un mois de parution)

La presse quotidienne départementale et l autodiscipline publicitaire Etat des lieux (étude sur un mois de parution) La presse quotidienne départementale et l autodiscipline publicitaire Etat des lieux (étude sur un mois de parution) Avril 2004 1 I/ SYNTHESE GENERALE DES RESULTATS Méthodologie 22 Titres différents examinés

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2013-120 DU 21 OCTOBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Le 15 octobre 2014 Circulaire n 14-0312 DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES, Index de la table des matières INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Destinataires prioritaires

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

La formation adaptée s adresse aux exploitants de chambres d hôtes visés à l article L.324-4 du code du tourisme.

La formation adaptée s adresse aux exploitants de chambres d hôtes visés à l article L.324-4 du code du tourisme. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 08/04/13 N : 11.13 Formation des Loueurs de Chambres d Hôtes délivrant des Boissons Alcooliques Sur le plan législatif et réglementaire

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES L Editeur ne peut adresser des SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service exclusivement qu en réponse à une requête d

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Matinale Médias & Marketing

Matinale Médias & Marketing Matinale Médias & Marketing Le marketing par les médias : placement de produits et autres techniques de publicité dans les œuvres audiovisuelles - le point sur ces pratiques 7 juin 2012 Patrick Boiron,

Plus en détail

I - LA CERTIFICATION DE COMPETENCE

I - LA CERTIFICATION DE COMPETENCE I - LA CERTIFICATION DE COMPETENCE OBJET Les présentes conditions générales de vente précisent les conditions de délivrance et de maintien de la certification de compétence et de la recertification d une

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE Pour favoriser la création de nouveaux produits et services et contribuer au développement économique,

Plus en détail

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Par Oumar Seck Ndiaye Les textes fondamentaux LOI N 2004-644 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la Communication Audiovisuelle

Plus en détail

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON P a g e 1 KELIP S ASSURANCE Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON Immatriculée au Registre de Commerce de Lyon sous le numéro

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

Secrétaire commerciale. Module 1 : Fiches de commerce

Secrétaire commerciale. Module 1 : Fiches de commerce Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 24 : La publicité Plan du Chapitre 24 : La publicité 1. Définition 2. Les formes de publicité 3. La réglementation publicitaire 4. Les partenaires

Plus en détail

EXPOSE EN MARKETING EVENEMENTIEL THEME : LE SPONSORING

EXPOSE EN MARKETING EVENEMENTIEL THEME : LE SPONSORING UNIVERSITE FRANCAISE D ABIDJAN MASTER EN MARKETING &COMMERCE EXPOSE EN MARKETING EVENEMENTIEL THEME : LE SPONSORING EXPOSANTS : - Mlle TCHIEUBOU WELADJI JEANNE IRNE - Mlle BERTE KATIE Exposé sur le sponsoring

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS REPUBLIQUE DU SENEGAL N /MICOM =-=-=-=--= MINISTERE DE LA COMMUNICATION -=-=-=-=-=-= LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS En l absence d une réglementation

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail