La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services"

Transcription

1 La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Juillet 2015

2 SOMMAIRE Introduction... Erreur! Signet non défini.2 I- Tendances et scenarios du secteur numérique... 3 a. La part de l Afrique dans le numérique mondial : statistiques et projections b. L impact du numérique sur l économie africaine... 7 c. Progrès réalisés au cours de la dernière décennie et les efforts des gouvernements d. Projets structurants à l échelle du continent e. Tendances et scénarios à moyen et à long termes II- La communauté numérique africaine et les particularités du modèle africain. 21 a. Le boom du mobile et son impact sur le numérique africain b. L e-commerce : la floraison des startups et des multinationales c. L e-gouvernement : timide début III- Le boom des télécoms et des réseaux internet en Afrique : quelles implications? a. Les défis structurels pour l'ensemble du continent b. Le poids de l économie numérique c. Effets de la future révolution sur l'économie africaine Conclusion 45 La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 2

3 INTROUCTION Avec 167 millions d utilisateurs internet, une moyenne de 70% de la population abonnée aux téléphones mobiles et la contribution au Produit Intérieur Brut (PIB) des technologies de l information et de la communication (TIC) estimée à 18 milliards de dollars américains. L Afrique présente un potentiel incontesté dans le numérique. Ce potentiel est de plus en plus exploité par les institutions étatiques, les multinationales, les entrepreneurs et les concepteurs mieux ces deux outils ont franchi les limites de leur objet initial et permet de plus en plus d accroître l accès des populations à certains services. Le numérique a permis d innover en Afrique : que ce soit le mobile qui facilite les transactions bancaires et le paiement de facture ou l Internet qui permet de disposer de produits dernier cri, désormais, le citoyen lambda peut jouir de certains privilèges. Il n y a plus aucun doute, la prolifération des mobiles sur le continent et l accès de plus en plus accru au réseau internet témoignent de la grande transformation économique et sociale dans les sociétés africaines. Toutefois, l Afrique doit faire des progrès dans la mise en place des infrastructures et des compétences adéquates pour le développement d une industrie viable des TIC et dans la promotion de la recherche, du développement et de l innovation dans le secteur numérique afin d avoir un avantage comparatif comparé aux autres régions du monde. Le présent rapport vise à établir un état des lieux des avancées qui ont été réalisées dans ces secteurs et comment elles se comparent au reste du monde. Aussi, il analyse les retombées du numérique en Afrique et propose les tendances et perspectives d avenir. Le rapport est présenté comme suit : Les tendances et scénarios du secteur numérique ; Les particularités du modèle africain ; Le boom des télécoms et des réseaux internet en Afrique ; L impact de la révolution digitale sur l Afrique et ses incidences ; Les défis structurels auxquels est confronté le continent. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 3

4 I TENDANCES ET SCENARIOS DU SECTEUR NUMERIQUE Longtemps restée à la traine au niveau technologique l Afrique rattrape progressivement son retard au niveau des télécoms et de l internet. Selon l Institut Universitaire de Technologie (IUT), le marché des télécoms en Afrique s illustre à travers les usages du mobile car le réseau fixe est essentiellement difficile d accès. On remarque ainsi un développement fulgurant au niveau des télécoms et le renversement des tendances de monopole des opérateurs mobiles dans plusieurs pays. Figure (1) : Evolution des réseaux mobiles 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Présence de Réseau mobile Situation de monopole Source : Les enjeux des télécoms dans les pays émergents, Bearing Point 2013 A ce jour, 160 opérateurs de téléphonie mobile composent le paysage télécoms à travers le continent, soit une moyenne de 3 opérateurs par pays. Le continent a enregistré un boom en matière de téléphonie mobile. En 2013, il comptait 66 % d abonnées à la téléphonie mobile soit personnes avec la moitié des abonnés mobiles qui utilise une connexion internet via leurs réseaux mobiles (USB data internet, les box et les bornes Wifi). Le taux de pénétration à internet haut débit reste cependant faible. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 4

5 Figure (2) : Taux de pénétration à internet haut débit en Afrique Taux de pénétration à internet haut débit Maroc Seychelles Afrique du Sud Maurice Kenya Nigéria Swaziland Sao Tomé-et-Principe Soudan Sénégal Angola Zimbabwe Guinée équatoriale Ouganda Zambie Botswana Gambie Namibie Ghana Bénin Libéria Togo Burkina-Faso Tanzanie République Guinée-Bissau Côte d Ivoire Tchad République Madagascar Éthiopie Sierra Leone Niger Guinée Somalie Burundi Érythrée Seuls deux pays dépassent le seuil des 50% (Maroc et Seychelles). Ils sont suivis de l Afrique du Sud, Maurice, le Kenya et le Nigéria qui enregistrent des taux compris entre 38 et 50%. Treize pays ont des taux compris entre 10 et 20% et le reste (18 pays) comptent moins de 10% de leur population qui a accès à internet. Ainsi, Internet est accessible et utilisé par la minorité dans les pays africains, généralement, il s agit de ceux qui appartiennent à la classe moyenne. a) La part de l Afrique dans le numérique mondial et les projections sur le numérique africain Malgré son rang de deuxième marché mondial de téléphonie mobile, le continent africain reste encore à la traine. La fracture numérique est encore très grande et constitue un enjeu de développement pour le continent. Selon le Rapport mondial sur les technologies de l information 2015, publié par le Forum Économique Mondial, les pays en développement et émergents ne parviennent pas à exploiter le potentiel des technologies de l information et de la communication pour favoriser la transformation sociale et économique nécessaires pour rattraper les pays plus avancés. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 5

6 Chiffres clés du numérique dans le monde - 42% de la population mondiale a accès à Internet en 2015 (contre 35% en 2014) ; 3,010 milliards d internautes actifs (taux de pénétration de 42%), + 21% en un an ; 2,078 milliards d utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux (taux de pénétration de 29%), + 12% en un an ; 3,649 milliards détenteurs d un mobile (plus de 51% de la population mondiale), soit + 5% en un an ; 1,685 milliard d utilisateurs accèdent aux réseaux sociaux via un mobile (taux de pénétration de 23 %), soit une croissance de 23% en un an. - Figure (3) : Pénétration internet par région Source : Chiffres clés du numérique en Afrique - 16% de taux de pénétration internet 167 millions d internautes en Afrique 18 milliards de dollars de contribution de l internet au PIB La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 6

7 Au regard des données ci-dessus, il ressort que la fracture numérique entre le continent Africain et le reste du monde reste important. L Afrique est positionnée en dernière position dans le classement des taux de pénétration d Internet par région. Elle est loin derrière la première région du monde, l Amérique du Nord, dont le taux est quatre fois plus élevé. Cependant, l analyse des progressions au fil des années et les grandes tendances donnent des projections très optimistes pour les années à venir. L Afrique est considérée comme la terre promise des télécoms. Elle a donc pour obligation de trouver des solutions aux problèmes qui freinent son accès et sa contribution à l'information, à la connaissance et aux réseaux. Les prévisions d ici 2025 du cabinet Mckinsey corroborent bien cette thèse. Prévisions Internet pour l Afrique (en 2025) - 50% de pénétration internet millions d utilisateurs internet - 75 milliards de dollars dans les ventes e-commerce par an milliards de dollars de contribution d internet à l igdp milliards de dollars de productivité dans les secteurs clés grâce à l utilisation du numérique. b) L économie numérique et son impact sur l économie africaine L économie numérique est un terme qui tente de conceptualiser le secteur des activités économiques liées au numérique. Aujourd hui les analystes s accordent sur un point: l économie numérique est une manne d or. En effet, elle contribue valablement au PIB et permet aux Etats de disposer de ressources importantes. Dans la note de l IFRI publiée en 2010 sur l Afrique Subsaharienne, les recettes des télécoms représentent près de 5% du PIB des pays africains. De plus, dans les pays comme la Zambie, l Ethiopie ou la Namibie, les ménages dépensent près de 10% de leur revenu mensuel en téléphonie contre 3% (INSEE) dans les pays développés. Le rapport du GSMA sur l économie mobile en 2013 évaluait en 2012 la contribution de l écosystème Mobile au PIB en Afrique Subsaharienne à 60milliards de dollars américains et prévoit d ici 2020 une augmentation de 8% soit 119 milliards de dollars américains en La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 7

8 Figure (4) : Graphe sur la contribution de l internet à l igdp dans le monde 1 GDP assessed by expenditure method, with a share of each category attributed to the Internet. 2 Aspiring countries data is from Source: Gartner; IHS Global Insight; Organisation for Economic Co-operation and Development; International Telecommunication Union; International Data Corporation; World Health Organization; ICD; iconsumer US 2012; Euromonitor; La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 8

9 H2 Gambling Capital; PhoCusWright; Pyramid Research; UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization); McKinsey Global Institute analysis Bien que l Afrique enregistre le taux le moins élevé de la contribution d internet à l igdp, certains pays africains rivalisent avec les plus grandes économies de ce monde. Il s agit du Sénégal (3.3%), du Kenya (2.9%) et du Maroc (2.3%). Il faut noter que certains pays africains qui enregistrent des taux de pénétration d internet élevés n obtiennent pas les meilleurs scores pour la contribution d internet à l igdp (par exemple l Afrique du Sud). Figure (5) :La contribution directe des opérateurs de téléphonie mobile au PIB dans 25 pays africains (2010) Source : Rapport GSMA 2011 L impact de l économie numérique aujourd hui est la résultante de plusieurs facteurs dans le domaine des télécoms et de l internet. En Afrique, plus de la moitié des connexions internet passent par le mobile, ce qui fait du secteur des télécoms un acteur incontournable dans la connexion du continent au reste du monde. Ensuite, il faut noter que l utilisation du mobile est indéniable dans les flux financiers de nos jours, que ce soit pour le paiement en ligne que pour les transferts financiers. L exemple notable du moyen de paiement Mpesa au Kenya rencontre un succès fulgurant avec plus de 300 millions de dollars par mois qui font l objet de transferts entre particuliers (soit 10% du PIB kenyan en valeur annuelle) et un chiffre La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 9

10 d affaires mensuel de 7 millions de dollars soit 8% du chiffre d affaires global de Safaricom (la société fondatrice du Mpesa). Preuve du succès de ce système, M-Pesa compte aujourd'hui plus de 14 millions d'utilisateurs et 7 milliards de dollars ont transité par ce service en A présent, au Kenya, grâce au Mpesa 75% des adultes ont accès au système financier contre à peine 20% en Les réseaux télécoms sont également des grands contributeurs fiscaux des Etats. Actuellement, les impôts des télécoms représentent une source de revenus considérable pour les gouvernements africains. Le marché de la téléphonie mobile produit ainsi 7% des recettes fiscales totales de l Afrique subsaharienne. Le secteur y a généré près de 71 milliards de dollars en recettes fiscales entre 2000 et 2012 selon le rapport sur les télécoms de Bearing point. Selon GSMA, «la croissance du secteur de la téléphonie mobile a eu un impact économique direct de 32 milliards USD, incluant un paiement de 12 milliards USD de taxes et a généré environ 4,4 % du PIB de la région (en incluant les effets de la technologie mobile sur la productivité du travail) créant plus de 3,5 millions d emplois équivalents temps plein (ETP)». Figure (6) : Graphe sur l évolution de la part des revenus télécoms dans le PIB des pays d Afrique Source : Rapport GSMA(2007) La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 10

11 Le tableau ci-dessus, quoique datant de 2005, illustre un point important : la libéralisation du secteur des télécoms engendre des recettes importantes aux Etats. Dans le cas présent, en 2005, la part des revenus télécoms est pratiquement le double des pays non libéralisés (respectivement env. 6% et 3%). L argument financier est assez important pour amener les pays n ayant pas encore libéralisé le secteur à prendre en compte les bénéfices à y tirer. Des études récentes révèlent que 80% de toutes les données dans le monde a été créé dans les trois dernières années. Ceci est une des raisons pour lesquelles les deux tiers du travail de la recherche sur la technologie d'ibm sont maintenant consacrés à des données, des analyses et de l'informatique cognitive. Il y aura également une augmentation de trois fois plus de données de transmission par l'homme en L'humanité génère actuellement environ 2,5 trillion d'octets de données à partir d'une variété de sources quotidiennes - des e- mails, des blogs et des informations sur le climat à des postes sur les sites de médias sociaux. La part de l'afrique dans ce mélange de données global est destinée à être importante, d'autant plus que l'adoption des communications mobiles et l'utilisation d'internet sur le continent continue de croître. Près de 70 pour cent de la population de l'afrique comprend désormais des apprenants - dont beaucoup ont grandi voir appareils mobiles comme une partie normale de la vie quotidienne. En tant que futurs décideurs, les clients et les mandants de la région, ces apprenants seront les principales parties prenantes dans le succès des entreprises et des gouvernements à la fois en Afrique - d'embaucher les meilleurs talents pour assurer la satisfaction des services publics. c) Progrès réalisés au cours de la dernière décennie et les efforts des gouvernements (Politique des gouvernements à travers partenariats, soutien aux initiatives) L évolution des connexions à l internet sur le continent est impressionnante au cours de la dernière décennie. Selon une étude sur le développement des télécommunications dans les pays du Sud, entre 2000 et 2007, elles ont progressé de 874,6 %, soit près de 4 fois la progression mondiale (244,7 %). Au vu de l importance et de la large contribution des télécoms dans le développement des Etats, plusieurs gouvernements ont pris la mesure des choses La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 11

12 en mettant en place diverses politiques pour faciliter l essor du numérique afin de bénéficier de ses retombées sur l économie. Certaines actions comprennent : - L ouverture de l espace des télécoms à plusieurs opérateurs ; - La suppression des taxes sur l importation des TICS ; - La création des Ministères de l économie numérique ; - L expérience de la télévision numérique et de l e-gouvernement ; - L encouragement des initiatives de développement dans les Tics (centres d incubations). Tableau (1) : Principaux centres d incubations en Afrique Afrique du Nord Afrique de l'ouest Afrique de l'est Afrique du Sud WikiStartp.tn Flat6Labs.com PlugAndPlayEgypt.com Tahrir2.com JokkoLabs.net ilabliberia.org MobileWebGhana.org mfriday.org CCHubNigeria.com WennovationHub.com ActivSpaces.com Tekxl.com IceAddis.com ihub.co.ke HiveColab.org TheHubKampala.com klab.rw Teknohama.or.tz mlab.co.za Google.co.za/Umbono BongoHive.com i-hub.mg Source: ihubet Rapport sur les télécoms et internet 2015 L émergence et la multiplication de centres d incubation dans les grands capitales africaines démontre l esprit d entreprenariat et d innovation qui se développe dans les sociétés africaines. A travers les quatre coins de l Afrique, notamment en Afrique de l Ouest et Centrale, de jeunes «geeks» disposent d espaces de rencontres, réflexion et création afin de développer des applications ou des outils adaptés aux besoins de leurs sociétés et de ses consommateurs. Le rapport Lions go digital: The Internet s transformative potential in Africa du cabinet Mckinsey classe les pays ayant enregistré des progrès suivant quatre catégories: les «leaders», les «suiveurs», les «émergents» et les «sous classés». Les pays leaders que sont le Sénégal et le Kenya, par exemple, doivent leurs positions au sens d éveil de leurs gouvernants qui ont su déceler très tôt l importance du numérique. «Le Sénégal a été l un des premiers pays du continent à investir dans la fibre optique et à promouvoir le déploiement des cybercafés. Le Kenya s est signalé par La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 12

13 sa capacité à développer des services mobiles, notamment dans le domaine bancaire. Les deux pays ont été également précurseurs dans la numérisation de l éducation, de l administration publique et des soins de santé. Le Maroc et l Afrique du Sud, deux des plus importantes économies du continent, ne sont que «suiveurs» en raison du retard de leur stratégie TIC. Quant à l Angola, l Algérie et l Éthiopie, ils sont très en dessous de leur potentiel. À l échelle du continent, Internet représente 1,1% du PIB, contre 1,9% dans les pays émergents et 3,7% dans les pays développés. Figure (7) : Politique TIC Sénégal/ Maroc Orientation stratégique Maroc Numéric Sénégalais Paysage numérique Source : Maroc Numeric 2013 Source : Investir au Sénégal En résumé, en Afrique plusieurs pays comme le Sénégal, le Maroc, le Kenya ou la Côte d Ivoire ont mis en place des politiques nationales afin de promouvoir les Tics. Ces politiques se sont révélées très porteuses et bénéfiques. L autre aspect à ne pas négliger est celui des investissements privés sur le continent. Bien évidemment, les pays, riches en ressources naturelles, comme le Nigéria ont reçu la part du lion au détriment des pays les plus pauvres en ressources, La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 13

14 avec des niveaux de revenu bien inférieurs aux autres régions, une proportion de population rurale plus importante et un niveau d éducation plus faibles qu ailleurs. Avec des revenus supérieurs et des populations rurales moins nombreuses, les pays d Afrique du Nord ont représenté en moyenne 44 pour cent des investissements en Afrique entre 2004 et Globalement, l investissement privé a représenté en moyenne 1.3 pour cent du PIB de l Afrique entre 2004 et En valeur absolue sur la période , l Afrique a bénéficié en moyenne de 11.5 milliards USD, derrière les pays de l OCDE et l Asie centrale (19 milliards USD) et l Amérique latine et les Caraïbes (13.3 milliards USD), mais juste devant l Asie du Sud (10.8 milliards USD). Les pays d Asie de l Est et du Pacifique sont à la traîne, avec 5.3 milliards USD. Pourtant, comparés aux autres régions du monde, la plupart des pays africains affichent un taux d accès aux services TIC extrêmement faible. Dans l indice Networked Readiness Index (NRI) , élaboré par le Forum Economique Mondial (FEM) et l Institut Européen d Administration des Affaires (Insead), qui mesure le degré de préparation d un pays à utiliser les TIC efficacement et à en tirer pleinement parti, les pays d Afrique subsaharienne se classent au bas de l échelle. L Afrique du Nord obtient une meilleure place, l Égypte et le Maroc, et surtout la Tunisie, ayant amélioré leur score. L Afrique du Sud et Maurice se positionnent en tête du classement de l Afrique subsaharienne. Source : Figure (8) : Graphe sur la progression de l investissement dans les télécoms (investissement privé compris) Source : 1. Infrastructures technologiques et services TIC en Afrique World Bank PPI Data Base La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 14

15 Figure (9) : Investissement annuel des opérateurs GSM dans le monde, et par niveau de développement Note: World includes countries accounting for 91 per cent of world GDP. Developed includes 35 developed countries accounting for 98 per cent of total GDP in the developed world. Developing includes 45 developing countries accounting for 80 per cent of total GDP in the developing world. Source: ITU Bien que les pays avancés investissent des volumes plus importants que les pays en développement (186 milliards contre 121 milliards de dollars), la proportion de ces investissements montre le contraire pendant la période , sauf entre 2010 et Par exemple entre 2007 et 2008, les investissements des pays en développement atteignaient 20% tandis que ceux des pays avancés étaient inférieurs à 5%. Entre 2008 et 2009, les pays avancés investissaient (-15%) et les pays en développement en investissaient (-5%). Enfin, entre 2011 et 2012, les deux groupes de pays ont investi moins de 5% mais les investissements des pays en développement étaient supérieurs. En somme, le secteur des télécoms représente un secteur de croissance pour les pays en développement dont les secteurs publique et privés y consacrent des sommes importantes. d) Projets structurants à l échelle du continent Pour accompagner les initiatives au niveau des Etats, les organismes régionaux comme internationaux ont mis en place des programmes pour le développement des télécoms et de l internet sur le continent africain afin de réduire autant que possible le fossé numérique entre l Afrique et les autres régions du Monde. Citons les exemples ci-après : La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 15

16 - La fibre optique et le déploiement des câbles sous-marins o Le câble sous-marin WACS (West AfricaCable system) qui relie par fibre optique l Afrique du Sud au Royaume-Uni en longeant la côte occidentale du continent depuis 2012, o En 2013 l installation du câble AfricaCoast To Europe (ACE), permet de raccorder l Afrique à la France. ACE, qui a déroulé près de kilomètres de fibre optique, permet de connecter treize pays de la côte ouest africaine au réseau international. Son prolongement de cinq mille kilomètres permet également de connecter six pays supplémentaires (Bénin, Cameroun, RD Congo, Angola, Namibie et Afrique du sud). Il suffirait donc pour le continent de réussir mettre en place des points d échanges Internet pour pouvoir connecter l ensemble du continent. o Le câble sous-marin SAT-3/WASC/SAFE lancé en 2002, «Sat- 3/Wasc/Safe» initié par 36 opérateurs issus de 32 pays dont 12 d Afrique, 7 d Asie, 2 d Amérique du nord, 10 d Europe, et un d Océanie, le câble sousmarin a pour objectif de connecter l Afrique, par la mer, au réseau mondial de câbles à fibres optiques ; de développer les services téléphoniques de base et les services larges bandes et multimédias comme Internet, les téléservices etc. Le câble couvre km de longueur et traverse des pays comme l Angola, la Côte d ivoire, le Bénin, l Espagne, le Portugal, l Inde et la Malaisie. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 16

17 Figure (10) : Carte des installations de câbles sous-marins qui relient l Afrique au monde - «Partenariat stratégique pour le développement du numérique en Afrique» qui est une coopération entre la République d Allemagne et l Afrique afin d aider à réduire le fossé numérique. - Programme e-afrique du Nepad qui vise à relier tous les pays africains entre eux et au reste du monde par des câbles sous-marins (Uhurunet) existants et à construire des câbles terrestres (Umojanet) et à intégrer le continent en permettant des échanges commerciaux, sociaux et culturels aisés et à des coûts abordables. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 17

18 - Connect Africa Initiative de la banque Africaine de développement. - Les projets de la banque mondiale : o Le programme régional d infrastructures de communication (exercices ) par le biais de l IDA et de l IFC pour le développement des câbles sous-marins d Afrique de l Est et d Afrique orientale (de l Afrique du Sud au Soudan) à l Asie et à l Europe. o Le projet e-ghana bénéficie d une conception novatrice reposant sur un partenariat public-privé destiné à transformer la collecte des recettes fiscales par le biais d'une coentreprise entre les régies financières de l État et un partenaire du secteur privé. o Le projet erwanda qui a permis de connecter les administrations locales au gouvernement central de Kigali. e) Tendances et scénarios à moyen et long termes Les recherches et les propos des grands analystes sur le développement numérique de l Afrique laissent penser que les années à venir verront une tendance à l accroissement du secteur numérique avec un impact réel sur l économie. Figure (11) : Apports du numérique à l horizon 2020 Régions Nouveaux types Emplois supplémentaires* d'apports Europe Dividende 119 Milliards 156,000 digitale Asie Pacifique 700MHz US$ 1Millions 2, 100,000 band Amérique 700MHz US$ 370 Milliards 112,000 Latine band Afrique Dividende US$ 49 Milliards 506,000 Subsaharienne Digitale Moyen Orient Dividende digitale 2.6GHz & 1.8GHz US$ 57.5 Milliards * 1, 900,000* La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 18

19 Selon les tendances, l un des principaux secteurs à croître est celui des services à valeurs ajoutée (SVA). En effet les SVA constituent l un des principaux services des réseaux GSM afin de créer de la valeur et de faire de la marge. Ces services à la base circonscris aux SMS et aux carnets d adresse évoluent de plus en plus en Afrique. On assiste maintenant à la création de divers services comme les sonneries personnalisés, les SMS promotionnels etc. Selon le Bearing Point, les «SVA communautaires» sont parmi les plus récents et liés au développement des réseaux sociaux. En Afrique, lorsque les réseaux ne permettent pas l accès aux sites web via Internet, des versions SMS (Facebook via SMS par exemple) constituent des SVA puissants. Ensuite, il y a les «SVA B2B2C», qui permettent aux entreprises de faire de la publicité et des promotions à grandes échelles via les SMS. L autre tendance qui bat tous les records est celui du mobile payment. Très peu de populations en Afrique ont accès aux services bancaires (20% en moyenne et moins de 10% dans plusieurs pays). Le mobile permet de pallier à cette insuffisance en fournissant à chaque détenteur de téléphone portable un portefeuille de crédits qui lui permet de faire des achats, d effectuer les transactions classiques de la banque et même pour certains pays d avoir accès aux micros crédits et aux prêts. A ce jour, 9 opérateurs majeurs ont développé des services de mobile money sur le continent (Bharti Airtel, Etisalat, Millicom, MTN, Ooredoo, Orange, STC, Vodafone et Zain). Stimulée par le programme Mobile Money Interoperability (MMI) du GSMA, ces opérateurs ont signé des partenariats afin de mutualiser leurs infrastructures et de permettre l interopérabilité du mobile money pour un meilleur accès des populations africaines aux services financiers. Pour illustrer cet exemple, dans les pays à revenus intermédiaires africains, 5 milliards de personnes n'ont pas accès à ces services et vivent sous un seuil de La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 19

20 pauvreté difficile à atténuer. Cependant, environ 1,7 milliard dispose d un téléphone portable. Il est donc plus facile pour eux d avoir accès au mobile money et d effectuer divers types d opérations dans leur pays (achats, transferts, paiement de factures, prêts) et dans d autres pays africains (transferts). 10 prédictions sur l évolution des TIC en Afrique en La classe moyenne africaine fera ses emplettes sur Internet 2. De nouveaux géants internationaux (multinationales) s installeront en Afrique 3. Les TIC faciliteront les échanges économiques entre les pays africains 4. Le Mobile Banking s imposera dans les transactions du quotidien 5. ll y aura de plus en plus de connectés via la 3G et la 4G 6. Le combat pour les meilleurs talents s intensifiera 7. Le contenu sera plus roi que jamais 8. Les opérateurs de téléphonie investiront de plus en plus dans les Startups africaines 9. La sécurité des services informatique sera au centre des débats Source : Toutes ces tendances cumulées corroborent les prévisions de McKinsey pour l année Comme dans beaucoup de domaines, l Afrique est vraiment la mine d or qui reste à être exploitée. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 20

21 II LA COMMUNAUTE NUMERIQUE AFRICAINE ET PARTICULARITES DU MODELE AFRICAIN Dans le Monde en général, le principal terminal utilisé pour accéder au réseau internet est le micro-ordinateur. Il offre une meilleure ergonomie, rapidité et efficacité que les téléphones portables. Mais le constat en Afrique est tout autre : l accès aux informations et aux services se fait bien plus par les mobiles que par les ordinateurs. Ceci vient du fait que les utilisateurs africains ont des caractéristiques particulières vis-à-vis du numérique. Le téléphone portable est mobile, et ce n est pas rien dans des pays où les populations se déplacent en permanence dans des villes très étendues. Les bidonvilles, les réseaux de transports et d énergie parfois anarchiques, ne permettent pas d accès fixes, individuels et rentables. Aussi les coûts d achat et d usage d un portable sont moins élevés et permettent donc d avoir un outil personnel, accessible à toute heure et en tout lieu et leur utilisation ne nécessite pas un niveau d alphabétisation élevé quand on sait aussi que c est une des difficultés du continent. Etudier les particularités du modèle numérique africain passe donc nécessairement par l analyse du développement du mobile sur le continent a- Le boom du mobile et son impact sur le numérique africain L équipement en téléphones mobiles a connu une progression spectaculaire ces dix dernières années comme le montre les statistiques de Royce Fund dans le graphique ci-dessous. Estimé à 130 millions en 2005, le nombre d unités de téléphones portables sur le continent avoisine aujourd hui les900 millions d usagers, soit un taux de pénétration de 85% de la population. Le succès des téléphones portables en Afrique s explique par plusieurs facteurs : La pyramide d âge de la population du continent qui compte une très forte proportion de jeunes âgé de 15 à 25 ans et qui sont très portés vers les nouvelles technologies ; Les coûts et difficultés d'installation des lignes fixes ; La diversité des services offerts par les opérateurs qui s adapte bien aux besoins et particularités du continent ; et Les avantages liés aux coûts. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 21

22 L autre constat est l accroissement de l utilisation des Smartphones et des divers services liés à ce type de mobile. Selon le cabinet Deloitte, le nombre de Smartphones en Afrique devrait doubler d ici 2017 pour atteindre plus de 350 millions d unités connectées. Figure (12) : Taux de pénétration des téléphones mobiles et nombre d usagers Source : RoyceFund Cette tendance entraînera sans doute une amélioration de la connectivité et permettra de toucher davantage d utilisateurs, faciliter l accès à internet des usagers. Que ce soit dans l'e-commerce, l'e-banque, le mobile-banking ou dans tous ses services dérivés, le développement du mobile est en train de modifier radicalement les modes d organisation et de production des entreprises, les comportements de consommation et plus largement le fonctionnement des économies des pays d Afrique. Figure (13) : Accès aux services de base en ASS La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 22

23 Source : GSMA 2015 La comparaison ci-dessus des taux d accès à divers services en Afrique Subsaharienne met en exergue l importance du mobile. Il se positionne au même rang que des services de bases comme l eau/assainissement et l électricité. En d autres termes, les africains ont presque autant accès à l électricité qu à un téléphone mobile ; ils ont autant accès à un téléphone mobile qu à des services d assainissement ; et ils ont plus accès à un téléphone mobile qu aux services financiers. L accroissement du nombre de téléphones portable a permis de dynamiser plusieurs secteurs de l économie et pratiquement tous les secteurs bénéficient de cette transformation : Les services bancaires : ici le boom du mobile a permis de faciliter les services bancaires mobiles notamment le transfert d argent électronique dont l exemple le plus édifiant est celui du Kenya avec le M-Pesa. Des milliers de personnes exclus du système bancaire traditionnel se retrouvent dans ce type d offres. Les innovations technologiques : ce nouveau secteur d activité a en très peu de temps connu un vrai engouement. On ne compte plus le nombre de startup qui rivalisent dans le domaine des applications mobiles. On peut citer : Mobile Web et mfriday au Ghana. La santé : Le fossé médical entre les centres urbains et les zones rurales se réduit de plus en plus, un exemple est le projet Pésinet au Mali déploie la technologie mobile afin de prévenir les maladies et la mortalité infantiles dans les familles à faible revenu. Bien qu il soit relativement basique, ce système a permis d améliorer considérablement les indicateurs de mortalité infantile. L éducation : le mobile a permis le renforcement des capacités des acteurs et le soutien à la création de contenus éducatifs de qualité. Il a aussi favorisé l accès à ceux-ci. On récence des contenus éducatifs comme WikiAfrica Cameroun (production de contenus à l intention des élèves du primaire) ou Open Sankoré, la mise au point de tablettes éducatives permettant l accès à des contenus éducatifs des classes de la maternelle à l université ; La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 23

24 Ou des projets plus ambitieux tels que ceux visés par l AUF dans le cadre de son dernier appel à projets numériques éducatifs, visant entre autres à inciter les institutions universitaires à créer des MOOCs. Et tutti quanti, la mobilisation des acteurs de tous bords (organisations internationales, gouvernements, milieux associatifs et même entreprises privées) témoigne, de l intérêt de plus en plus manifeste des professionnels de l éducation pour la création de contenus éducatifs numériques en Afrique. Le secteur agricole a su profiter de la révolution industrielle pour décupler ses capacités de production, la révolution numérique lui a fait franchir un pas de plus en terme de productivité et d efficacité. Le service de XamMarse de Manobi au Sénégal est l un des exemples les plus connus. Il consiste à fournir des informations sur les marchés aux agriculteurs et à communiquer la météo et les horaires des marées aux pêcheurs par le biais des téléphones portables. On peut également citer Trade at Hand au Mali, au Mozambique et au Sénégal ainsi que KACE au Kenya. L appropriation de la téléphonie mobile par les Africains a également permis de démultiplier les usages faits de ce réseau. Au cœur de cette révolution et en dehors de la communication téléphonique classique, de nombreuses applications permettent l accès à une multitude de possibilités. Mais c est l utilisation des réseaux sociaux qui est en tête en termes d audience dans plusieurs pays. Vient ensuite les services de recherches d informations et la consultation de courriers électroniques (voir graphe ci-après). La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 24

25 Figure (14) : Connexion internet via mobile Source : reseachictafrica.net Le grand intérêt pour ces applications est qu elles permettent pour la plupart de réduire les frais de communication ce qui explique le succès qu ils rencontrent dans les pays Africains. En résumé, le mobile est venu combler le fossé de la communication et de l échange de données en Afrique. Il est le 1 er moyen utilisé pour se connecter à internet devant les ordinateurs et les autres moyens conventionnels. En plus des avantages classiques (facile à utiliser, consomme peu d électricité, moins cher qu un ordinateur etc.), le téléphone mobile a énormément contribué à développer et réduire le coût de la communication avec les applications (Viber, whatsapp, tango, snapchat, etc.) et les réseaux sociaux (facebook, twitter, etc.) qui suscitent un engouement particulier tant pour les entreprises que pour les particuliers. Figure (15) : Nombre d utilisateurs actifs de Facebook par mois Social Band, 2012 Source : La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 25

26 A titre d exemple, Facebook, le réseau social le plus populaire en Afrique, regroupe plus d un milliard d abonnés par mois via téléphonie mobile. b- L e-commerce : nouveau champ de bataille des startups et des multinationales Les technologies numériques conduisent à une redéfinition des offres de valeur, un renouvellement des compétences dans les entreprises et à une complète redistribution des coûts et des revenus dans les chaînes de valeur. Certains modèles d affaires établis sont ainsi déstabilisés alors que de nouveaux modèles émergents (notamment autour de l intermédiation électronique). C est le cas de l e-commerce qui attire un nombre croissant de startup qui rivalisent dans le domaine pour contrôler le plus possible de parts de marché sur le continent. En réalité, le marché du e-commerce est en plein développement en Afrique. C est dans ce contexte que de grands groupes internationaux d e-commerce s implantent avec pour objectif d être les futurs géants du secteur. Les principaux sont : Africa Internet Group«AIG» CDISCOUNT Konga Le commerce en ligne est en passe de devenir la tendance forte des prochaines années en Afrique. Figure (16) : Différents types de commerce électronique Source : Rapport sur le e-commerce en Afrique du Nord 2011 La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 26

27 Le commerce électronique est un nouveau créneau basé sur le savoir qui apporte des changements sur la pratique des affaires. Il requiert une main d œuvre qualifiée et des «E-entrepreneurs» d un genre nouveau qui maîtrisent les NTIC et sont en mesure d en saisir les opportunités. Dans la mesure où la plupart des pays africains sont en train de d améliorer leur connectivité à Internet, il est important de former les hommes d affaires africains et leurs collaborateurs sur les nouvelles techniques du commerce pour qu ils puissent accroître leur compétitivité et qu ils prennent part au commerce électronique mondial. Les gouvernements africains de par leur position de premier client du pays doivent faciliter la création et le développement du marché institutionnel au niveau national, régional et international. Ils doivent aussi penser à la création d'un cadre juridique de confiance : une approche qualitative pour l'amélioration continue en vue de rendre l'environnement plus propice Ils pourront ainsi jouer un rôle de catalyseur en exigeant des offres électroniques suite à des appels d offres. Cela pourrait inciter les moyennes et grandes entreprises à investir dans les NTIC et à former leur personnel. c- L e-gouvernement : timide début Les gouvernements africains considèrent peu à peu le développement des TIC comme un pré requis pour le progrès économique et social du continent. Dans ce cadre, on remarque depuis quelques années que plusieurs gouvernements ont initiées et accéléré la diffusion des TIC dans les gouvernements locaux à travers le déploiement de systèmes de gouvernement électronique. Selon le rapport de l Organisation des Nations Unies (ONU) sur l egouvernement, le gouvernement tunisien est le plus ouvert aux technologies de l information et de la communication (TIC). Tunis occupe ainsi le premier rang avec une moyenne de 0,54/1. Les indices pris en compte dans la réalisation de cette étude sont la disponibilité des services publics en ligne, le niveau des infrastructures de communication et le capital humain. En Afrique subsaharienne, le Ghana vole la vedette au Nigéria, première puissance économique d Afrique. Accra a obtenu une moyenne de 0,38 contre 0,29 pour Lagos. Kigali (Rwanda) qui se veut la SiliconValley de l Afrique (0.36) est devancé par le Kenya(0,38) et la Namibie (0,39). La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 27

28 Figure (17) : Utilisation des TICs dans les services gouvernementaux Source : Rapport de l ONU sur l e-gouvernement La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 28

29 Figure (18): Défis de l implémentation de l e-gouvernement en Afrique Subsaharienne Aspects Infrastructurels Aspects humains Aspects Financiers Défis de l egouvernement en Afrique Aspects socioéconomiques Aspects Politiques Aspects organisationnel Source: IF-POSH Dans ce schéma réalisé par Electronic Journal of e-government Volume 11 Issue , on voit clairement les différents secteurs et aspects qui interagissent pour produire le système e-gouvernement. L implémentation d un système e- gouvernement dans les pays africains nécessite de pouvoir agir sur ces différents aspects que sont : Les aspects infrastructures Il a été démontré par de nombreuses études que la faiblesse des infrastructures de télécommunication en Afrique est l un des obstacles majeurs à une utilisation efficace des TICs sur le continent. Il faudra donc qu à l instar de ce qui se fait déjà un peu partout sur le continent, que des politiques sérieuses œuvrent pour renforcer les infrastructures technologiques en Afrique. Les aspects financiers Le coût qu engendre l implémentation des services e-gouv est souvent substantiel. Il faudra donc mobiliser le plus de ressources possibles pour amorcer les grands chantiers. La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 29

30 Les aspects politiques Le leadership politique est indispensable pour ce genre de projet. Il est important pour les gouvernements de soutenir les initiatives e-gouvernement et de la positionner comme une des priorités des politiques gouvernementale. Les aspects organisationnels A ce niveau, l objectif doit être de réduire le fossé entre un grand nombre de fournisseurs de Services à Valeur Ajouté et les utilisateurs finaux. Le succès des SVA mobiles en Afrique dépend principalement de la création d un écosystème qui permettra à tous les acteurs intervenant dans la chaine de valeur de gagner équitablement sur la base de partage de revenus. Les aspects humains L émergence de centres de formation spécialisés en NTIC peut être un bon levier. Les acteurs ont besoin d être aidés pour avoir les capacités nécessaires pour entreprendre. Dans ce cadre, il faudra un renforcement des capacités, des mécanismes d incubation et la consolidation d une expertise africaine qu il sera aisé de dupliquer. Il est nécessaire d intégrer dans tous les cursus scolaires et universitaires la dimension NTIC. Les opérateurs privés ou public de télécommunication ont quant à eux la responsabilité de démocratiser l accès à travers l octroi de régimes particuliers aux élèves, étudiants, ménages et aux acteurs privés qui travaillent directement sur les NTIC. Web africain et contenu L accessibilité croissante des TIC pour les populations est un facteur de développement pour les pays Africains, et ce à plusieurs niveaux. Face au taux de pénétration d internet en constante évolution et au développement du réseau télécom, l Afrique a plus que jamais besoin d organiser sa politique de production de contenu destiné au web. La 1 ière remarque est que les sites web ou blogs de l Afrique anglophones sont beaucoup plus riches en contenus que ceux d Afrique francophone qui ont des contenus peu variés, la politique étant de loin le sujet le plus traité, même si ces dernières années nous constatons une nette amélioration. Les agrégateurs d information nationale sont les seuls sites médias qui ont réussi à s imposer assez La révolution mobile et numérique en Afrique : le saut qualitatif pour fournir les biens et services Page 30

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 PRÉSENTATION CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 TOURS PRÉLIMINAIRES ER TOUR Equipe Match Equipe Aller Retour Liberia Lesotho 0 0 Kenya Comores 0 Madagascar Ouganda

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest Conférence Partager le Savoir à travers la Méditerranée (7) E. HOUNGNINOU Tunis, le 18 Mai 2012 Introduction Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 Bruxelles, le 16 juillet 2015 Vous pouvez désormais consulter l édition 2015 du Baromètre annuel de la société

Plus en détail

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS SESSION 1 : L IMPACT DU DÉVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX (DÉCLIN DE LA VOIX? NOUVEAUX SERVICES?) PRÉSENTÉ PAR GLOBAL VOICE

Plus en détail

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) Article 1 : NOM REGLEMENT INTERIEUR Article 1.1 : Le nom de l organisation est «l IAALD Groupe Afrique», ci-dessous

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle

La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle Sommaire Éditorial 1 Note de synthèse 2 L Afrique sur le devant de la scène 4 La consommation, levier de croissance 12 Les comportements de consommation

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

Internet et les pays en voie de développement : le fossé Nord-Sud risque-t-il encore de s agrandir avec la diffusion générale d Internet?

Internet et les pays en voie de développement : le fossé Nord-Sud risque-t-il encore de s agrandir avec la diffusion générale d Internet? Internet et les pays en voie de développement : le fossé Nord-Sud risque-t-il encore de s agrandir avec la diffusion générale d Internet? De nos jours, Internet prend de plus en plus de place dans nos

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Sommaire 1. Introduction 2. Brève présentation de l APPA 3. Place de l Afrique dans le contexte pétrolier

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

CONNECTIVITE INTERNET INTRNATIONALE «CII»

CONNECTIVITE INTERNET INTRNATIONALE «CII» CONNECTIVITE INTERNET INTRNATIONALE «CII» SG3RG-AFR Cotonou, Bénin, 8-9 mai 2012 Présenté par. Marcellin ILOUGBADE Secrétaire Exécutif / ATRPT Directeur Général de Comunications Electroniques et de la

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Dossier de presse. Orange Collecte

Dossier de presse. Orange Collecte Dossier de presse Orange Collecte Septembre 2015 Contacts presse : +33 1 44 44 93 93 Tom Wright tom.wright@orange.com Caroline Simeoni caroline.simeoni@orange.com 1 Sommaire 1. Orange Collecte, première

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience. Nouvelles Opportunités pour l Afrique

Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience. Nouvelles Opportunités pour l Afrique Ministères des Télécommunications, des TIC, des Transports Terrestres et des Transports Ferroviaires, INET ISOC Séminaire Dakar, 3-4 novembre 2009 Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

Les enjeux des câbles internationaux de fibre optique

Les enjeux des câbles internationaux de fibre optique Les enjeux des câbles internationaux de fibre optique Nezih Dincbudak Directeur Affaires Réglementaires AMEA France Telecom Orange Séminaire FRATEL, Ouagadougou, 4 Avril 2012 Le Groupe France Telecom Orange

Plus en détail

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre expertise en réponse à vos enjeux Nous accompagnons les opérateurs télécoms de la définition de leur stratégie à sa mise en œuvre sur l ensemble

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications

Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications Par Karim ATTOUMANI MOHAMED, @attoukarim, attoukarim[at]gmail.com 25 Octobre 2014 à Moroni - Union des Comores Quelques

Plus en détail

Journée Mondiale de la Liberté de Presse: Le soutien du public à leur rôle de «veilleur» conforte les médias africains sous attaque (Afrobaromètre)

Journée Mondiale de la Liberté de Presse: Le soutien du public à leur rôle de «veilleur» conforte les médias africains sous attaque (Afrobaromètre) Round 6 d Afrobaromètre Nouvelles données collectées à travers l Afrique Accra, Ghana 3 mai 2016 Communiqué de presse Journée Mondiale de la Liberté de Presse: Le soutien du public à leur rôle de «veilleur»

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain.

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain. Brochure D entreprise 2012 1 2 TOUR D HORIZON Nous sommes une institution panafricaine de développement dédiée au financement de l immobilier, en particulier à la promotion de l habitat à prix abordables,

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère du Plan Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N 0 8 5 0-1 3 2 7 Deuxième trimestre 2014 http://www.cepodsn.org Les coûts

Plus en détail

zanox Mobile Performance Barometer 2015 :

zanox Mobile Performance Barometer 2015 : zanox Mobile Performance Barometer 2015 : Les transactions réalisées à partir des terminaux mobiles (Smartphones & tablettes) ont atteint un nouveau record en Q4 2014 avec une progression de 128% de septembre

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Eutelsat Communications

Eutelsat Communications Eutelsat Communications Réunion Actionnaires à Aix les Bains Le 17 juin 2013 Lisa Finas Relations Investisseurs Agenda Eutelsat et le monde du satellite L activité du Groupe Eutelsat Une performance financière

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

Dossier de presse. mardi 14 avril 2015. Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire

Dossier de presse. mardi 14 avril 2015. Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire Dossier de presse mardi 14 avril 2015 Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire Orange, #1 au service de nos clients Orange, 1er opérateur en Côte d Ivoire Orange CI a su conserver

Plus en détail

panorama 360 des actions d Orange en faveur de l entrepreneuriat local en Afrique

panorama 360 des actions d Orange en faveur de l entrepreneuriat local en Afrique panorama 360 des actions d Orange en faveur de l entrepreneuriat local en Afrique Catherine Flouvat / AMEA/RSE novembre 2014 3 axes de développement d égale importance a mener en rupture vers de l innovation

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique

Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique Une nouvelle ère C est le moment ou jamais, a déclaré Mthuli Ncube, Economiste en Chef et Vice-Président de la Banque

Plus en détail

Conseil économique et social. Rapport du rapporteur du CEFACT-ONU pour l Afrique (2014-2015)

Conseil économique et social. Rapport du rapporteur du CEFACT-ONU pour l Afrique (2014-2015) Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRADE/C/CEFACT/2015/4 Distr. générale 9 décembre 2014 Original: français Commission économique pour l Europe Comité exécutif Centre pour la facilitation du

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Prix de détail, diffusion technologique et attributions de licences en Afrique

Prix de détail, diffusion technologique et attributions de licences en Afrique Prix de détail, diffusion technologique et attributions de licences en Afrique Sidy Diop Docteur en Sciences Economiques de l Ecole des Mines de Paris Vice-Président, Microeconomix Onzième séminaire de

Plus en détail

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bruxelles, le 10 septembre 2014 Le SPF Economie publie l édition 2014 de son Baromètre annuel de la société

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

RAILS. Abidjan, 3 5 Fevrier 2010. Dady Demby Myra Wopereis-Pura

RAILS. Abidjan, 3 5 Fevrier 2010. Dady Demby Myra Wopereis-Pura RAILS Etat comparatif de la mise en œuvre au sein des OSR Mise en œuvre de la Composante 1 du PSTAD Abidjan, 3 5 Fevrier 2010 Dady Demby Myra Wopereis-Pura Sommaire Mise en œuvre de la Composante 1 Mise

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Thème de communication

Thème de communication ALLIANCE POUR REFONDER LA GOUVERNANCE EN AFRIQUE ************************************ ATELIER SUR LE PARTAGE ET L IDENTIFICATION DES ENJEUX DE LA GOUVERNANCE ET LES CHANTIERS POUR LA CÔTE D IVOIRE (CERAP,

Plus en détail

Développement effectif de la large bande en Afrique

Développement effectif de la large bande en Afrique AGENDA Développement effectif de la Introduction à la large bande. Convergence et large bande. Initiatives pour le développement de la large bande INTRODUCTION A LA LARGE BANDE Définition de la large bande

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

2015 Africa TMT Predictions

2015 Africa TMT Predictions 2015 Africa TMT Predictions 1 Les «TMT Predictions» de Deloitte Les «Deloitte Technology, Media & Telecommunications Predictions 2015» apportent un éclairage sur les principales tendances qui vont impacter

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail