Si vous aviez investi euros dans la

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Si vous aviez investi 10 000 euros dans la"

Transcription

1 56 Dossier BOURSE ET LABOS LA FIN D UNE IDYLLE Après les années dorées, les années de plomb. La pharma ne jouit plus du lustre d antan. Les incertitudes sur la croissance du secteur sont nombreuses, entraînant des niveaux de valorisation historiquement bas. Mais tout n est pas à acheter. La sélectivité s impose. Petit tour d horizon des opinions boursières sur les grands laboratoires pharmaceutiques américains et européens. DOSSIER : ANTOINE PACITTI Si vous aviez investi euros dans la meilleure SICAV spécialisée dans le secteur pharmaceutique il y a cinq ans horizon de placement conseillé pour les actions votre capital serait aujourd hui de euros, soit un gain de 35,7 %, dividendes réinvestis. Certes, la performance est supérieure à celle du Livret A, mais elle est bien inférieure à celle du marché. Car si vous aviez placé la même somme sur le meilleur fonds international, vous auriez doublé votre mise! En moyenne, l ensemble des fonds santé ont même perdu 16 % de leur valeur alors que dans le même temps les fonds investis en actions internationales progressaient de 6 %. Il faut dire qu au cours de cette période l environnement économique et réglementaire s est notablement dégradé pour le secteur pharmaceutique. Or, s il y a une chose que les investisseurs détestent, c est bien l incertitude. Panne de croissance. Il est loin le temps où l industrie pharmaceutique surperformait le marché année après année. Pourtant, elle était autrefois considérée par les investisseurs comme un placement aux risques limités et bénéficiait d une forte croissance. Entre 1995 et 2000, les valeurs européennes du secteur ont progressé de 309 % (indice DJ Stoxx 600 Santé), soit 120 points de mieux que la Bourse dans son ensemble. Dans les années 90, le secteur affiche une croissance supérieure à 10 % et supérieure à sa tendance de long terme estimée à 7 % par an. Les grands laboratoires régnent alors Les en maître avec leurs blockbusters (médicaments vedettes générant plus d 1 milliard de dollars de chiffre d affaires). Aujourd hui, ils ne parviennent plus à répliquer de telles performances économiques. Ainsi, les perspectives de croissance des compagnies européennes GSK, AstraZeneca ou Sanofi- Aventis, principalement sont tout au plus de 4 % par an pour les cinq prochaines années. Toujours en Europe, Sanofi aura du mal à réitérer les 14 % de croissance annuelle de bénéfices de la période Les analystes n anticipent qu une progression limitée à 6 % au cours de la prochaine période de cinq ans. Pour sa part, la croissance performances économiques sont derrière nous PHARMACEUTIQUES _ MAI 2007

2 57 SIPA annuelle moyenne des bénéfices du numéro un mondial, Pfizer, qui n a été que de 4,4 % au cours des cinq dernières années, n est estimée qu à 5 % à l horizon Son compatriote Merck a vu ses bénéfices fondre de 8 % au cours des cinq dernières années et ils ne devraient augmenter que de 6 % en moyenne au cours des cinq prochaines. En Bourse, la tendance s est inversée. Alors que l indice DJ Stoxx 600 Santé progresse de 43,6 % (essentiellement tiré par les services de santé et le matériel médical) depuis 2000, l indice Stoxx 600 avance de 74,5 %. C est le modèle économique basé sur les tout-puissants blockbusters qui est aujourd hui en question. Un certain nombre de facteurs exogènes ont ébranlé la stratégie des grands laboratoires mondiaux. Réduction des dépenses de santé dans les grands pays industrialisés, renforcement des exigences réglementaires avant toute nouvelle mise sur le marché, arrivée à échéance de nombreux brevets, concurrence des génériques et faible productivité en matière de R&D : autant de risques pesant sur le secteur et réduisant la visibilité sur la croissance des bénéfices. Faible valorisation. En conséquence, les niveaux de valorisation atteints par les laboratoires pharmaceutiques en Europe sont à des niveaux planchers. Le secteur se paye en effet au-dessous de ses ratios historiques. Dans une note sur le secteur, CM-CIC Securities relève que les actions européennes capitalisent en moyenne 13 fois leur bénéfice net estimé pour Ce même ratio était de 16 fois dans les années 90. Même constat pour les laboratoires américains dont le PER (cours/bénéfice) 2007 n est que de 17 fois, selon Lehman Brothers, contre une moyenne de 20 fois au cours de la dernière décennie. Si l on rapporte la valeur d entreprise (capitalisation + endettement net) à l excédent brut d exploitation ou aux ventes, le secteur est toujours aussi bon marché avec des ratios de 10 et 3,3 respectivement pour les estimations 2007 des grands laboratoires européens. Sous le triple effet de la baisse des cours, des rachats d action et de bénéfices qui continuent malgré tout à croître, certes moins rapidement, mais à croître tout de même, certaines firmes pharmaceutiques offrent de beaux rendements. C est notamment le cas des grands laboratoires américains dont le rendement moyen sur 2006 est de 2,9 %. Des actions comme Pfizer ou BMS affichent même des rendements bien supérieurs, à respectivement 4,4 % et 4,1 %. Les niveaux de valorisation historiquement bas constituent-ils un signal d achat ou doit-on considérer que les risques ne sont pas totalement intégrés dans les cours? Les avis sur la question sont partagés. Plusieurs grands courtiers ont ainsi recommandé de surpondérer le secteur pharmaceutique (accroître la part des valeurs pharmaceutiques par rapport aux benchmark que sont les grands indices internationaux) dans les portefeuilles, estimant que les mauvaises nouvelles étaient dans les cours et que la sanction du marché en 2006 semblait excessive. Mais il ne faut pas pour autant rêver au retour en grâce du secteur en Bourse.

3 58 d o s s i e r BOURSE / LABOS STOXX 600 HEALTHCARE STOXX 600 Health Care STOXX 600 STOXX 600 Les risques subsistent. «Nous sommes très peu investis en valeurs pharmaceutiques car leur environnement reste très incertain», affirme le gérant d un grand fonds américain. Les analystes de la société de Bourse Aurel Leven conseillent également de sous-pondérer le secteur, car le momentum reste très peu favorable et ce malgré le caractère défensif du secteur. Le momentum est d autant moins favorable que le pire, en termes de perte de brevets, reste à venir. «Dès la fin de cette année, les modèles de prévision bénéficiaire vont devoir incorporer les conséquences des nombreuses fins de brevets prévues en 2012», affirme JP Morgan. Les seuls laboratoires européens perdront leur protection sur le Diovan (valsartan) et le Zometa (acide zolédronique) pour Novartis, sur le Plavix (clopidogrel) et le Lovenox (énoxaparine) pour Sanofi-Aventis ainsi que sur l Avandia (rosiglitazone) et Advair (salmétérol) de GSK pour ne citer que les principaux. Dans une étude consacrée à l expiration des brevets en 2012, la banque d affaires américaine Goldman Sachs relève que 34 milliards de dollars de chiffre d affaires sont à risque dans cinq ans. Ils ont évalué PHARMACEUTIQUES _ MAI 2007 à 20 milliards l impact sur les bénéfices. Ce chiffre ne concerne que l Europe. Les laboratoires américains perdront 18 milliards de volume de vente la même année. Les années précédentes les pertes de brevets se «limiteront» à 7-12 milliards de dollars par an. Autant dire que la qualité du portefeuille de produits en développement est essentielle. Ceux-ci représentent en effet entre 10 et 20 % en moyenne de la croissance des ventes en «Le lancement de nouveaux produits en temps et en heure est donc crucial pour atteindre les objectifs de croissance et de bénéfices visés en 2011, affirme Goldman Sachs. Tout retard ou abandon aura un effet négatif sur les valorisations. Le récent report de lancements de médicaments très attendus par le marché montre clairement la fragilité du secteur en Bourse. Ainsi, prévu en 2006, le lancement aux Etats-Unis de l Acomplia (rimonabant), molécule prometteuse de Sanofi-Aventis, ne devrait au mieux avoir lieu qu à la fin du premier semestre cette année. En Bourse, le titre a perdu près de 10 % de sa valeur depuis octobre dernier. Même cause, même effet. Le report fin février 2007 par la Food and drug administration (FDA) de son autorisation concernant le Galvus (vildagliptine), un antidiabétique de Novartis, a également fait chuter l action de 10 % en quelques séances. Pour faire face à ce risque, les laboratoires concernés doivent agir dès à présent et ce d autant qu il est plus difficile de remplacer les bénéfices que le volume d'affaires compte tenu d un niveau de rentabilité moins élevé pour les nouveaux produits. Paradoxalement, la situation financière saine des laboratoires pharmaceutiques, qui contribue à renforcer leur caractère défensif, joue en leur défaveur. En effet, dans un environnement de taux bas (l emprunt à long terme américain se situe autour de 5 % tandis que les taux évoluent aux alentours de 4 % en Europe), où les investisseurs apprécient les sociétés qui profitent de l effet de levier de la dette (la charge financière est largement compensée par les gains financiers et économiques tirés de l investissement) pour investir et se développer. Ce n est pas le cas des laboratoires pharmaceutiques dont les niveaux d endettement sont les plus faibles du marché. Les dettes nettes des entreprises européennes du secteur représentent en moyenne 10 % de leurs fonds propres. Aux Etats-Unis, elles ne sont quasiment pas endettées. Or, le secteur se distingue par un taux d autofinancement libre élevé (6 %). Des opportunités de croissance. «Si le secteur n est pas La sélectivité est encore globalement atde rigueur trayant, il existe de belles opportunités d investissement», confie un spécialiste du secteur. La sélectivité est de rigueur. Un critère de choix peut-être la réponse stratégique apportée par chaque laboratoire. Aujourd hui l innovation est au centre des politiques des grands groupes du secteur. Ils veulent ainsi répondre au défi qui leur est imposé par la perte de brevets en augmentant les investissements en R&D. L objectif est d être plus productif. Les équipes de recherche se concentrent par ailleurs sur des pathologies peu adressées ou des domaines pathologiques à forte croissance (oncologie, diabète, cardiovasculaire ). Parmi les majors, la stratégie menée par le groupe helvétique Roche ces dernières années fait l unanimité. La grande

4 59 majorité des analystes recommandent le titre à l achat. Parallèlement à ces efforts en innovation, certains acteurs du secteur ont engagé de vastes programmes de réduction des coûts. Cette rationalisation entraîne des regroupements de sites de production ou de De nouveaux relais de croissance R&D. Le plan annoncé par Pfizer en février dernier, lors de la présentation de ses résultats 2006, va permettre au groupe basé à New York de réduire de 2 milliards de dollars ses coûts de structure. Dix mille personnes, soit 10 % des effectifs, sont touchés par le plan. Deux milliards qui seront réalloués aux efforts de recherche et développement. D autres laboratoires ont recours aux acquisitions pour combler la faiblesse de leur pipeline. Les opérations se sont multipliées en 2006 parmi les laboratoires de taille moyenne majoritairement. Dernière en date, l acquisition du laboratoire néerlandais Organon, filiale d Akzo Nobel, par Schering-Plough permet non seulement au groupe américain de doper sa croissance mais surtout de compléter son portefeuille de molécules en développement. Les niveaux de valorisation du secteur, historiquement bas, devraient entraîner de nouvelles opérations cette année, principalement dans les entreprises de taille moyenne. Moins coûteux que les acquisitions, les partenariats sur des produits en développement peuvent également se révéler de bons relais de croissance. Une pratique qui est également monnaie courante dans la biotechnologie qui est un véritable réservoir de croissance pour le secteur pharmaceutique. Toutefois, hormis le caractère spéculatif lié aux opérations de fusions-acquisitions, les investisseurs se montrent plutôt prudents sur les biotechs. Là encore, la sélectivité s impose. Dans des marchés financiers incertains, comme actuellement, les opérateurs privilégient les grandes capitalisations à la croissance et à la rentabilité avérée. Et délaissent les plus petits dossiers. INTERVIEW XAVIER D ORNELLAS «Les Suisses emportent nos suffrages» Les valeurs pharmaceutiques ont atteint des niveaux de valorisation historiquement bas. Comment l'expliquez-vous? Tout d'abord, le secteur subit une pression sur les prix extrêmement forte de la part des organismes payeurs qui doivent faire face à des déficits sociaux très importants. Ensuite, la concurrence des génériques s'est intensifiée parce que leur utilisation est encouragée à chaque fois que cela est possible, notamment en Europe. De plus, les fabricants de génériques sont plus agressifs, contestant les brevets de produits lancés récemment, introduisant ainsi une incertitude supplémentaire sur les perspectives de croissance. Enfin, les grands laboratoires se trouvent aujourd'hui dans une période de transition : alors que les brevets couvrant les blockbusters d'aujourd'hui arrivent à échéance, les grands produits de demain se font attendre. Ceci explique que les marchés réagissent aussi violemment aux nouvelles sur les retards dans l'approbation de nouveaux produits, comme cela a été le cas récemment pour Galvus (vildagliptine) de Novartis ou Acomplia (rimonabant) de Sanofi- Aventis. Quels sont les laboratoires qui s'en sortent le mieux? Ceux qui ont su prendre les bonnes mesures? Roche et Novartis ont l'avantage de disposer d'un portefeuille de produits lancés récemment ou proche de la commercialisation tout en présentant un risque générique faible. Merck, aux Etats- Unis, nous semble aussi intéressant : le groupe bénéficie de la forte croissance de Zetia (ézétimibe) et Vytorin (ézétimibe/simvastatine) en partenariat avec Schering-Plough et de Januvia (sitagliptine) et Gardasil. De plus, le groupe a mis en place un programme de restructuration. De manière générale, ces programmes de restructuration sont appréciés des marchés puisqu'ils permettent de maintenir une petite croissance des bénéfices par action. Les fusions dans la pharmacie ont parfois été critiquées. Elles ne créeraient pas de valeur. Qu'en pensez-vous? Les fusions-acquisitions peuvent être un bon moyen pour compléte un portefeuille de produits ou augmenter la présence d'un groupe dans telle ou telle zone géographique. Il faut noter que la réaction des marchés a été très positive aux opérations récemment intervenues dans les mid-caps européennes. Les rapprochements de sociétés sont par contre l'objet d'un débat pour les grands laboratoires pour qui l'effet taille semblent avoir été contre-productif sur le plan de l'innovation. Le secteur a-t-il définitivement perdu ses vertus défensives? Si l'on se place du point de vue de la croissance, le secteur n'est clairement pas défensif même si plusieurs groupes voient leurs perspectives s'améliorer, notamment aux Etats-Unis. En revanche, les niveaux de valorisations et notamment un rendement sur dividende élevé constituent un frein important à la baisse. Quelles sont vos valeurs préférées? En Europe, les valeurs suisses emportent nos suffrages : Roche pour son portefeuille de produits et Novartis qui doit lancer plusieurs produits à fort potentiel. Dans les deux cas, leur valorisation ne nous paraît pas prendre en compte les perspectives de ces sociétés. Aux Etats-Unis, notre choix se porte sur Merck, Schering-Plough et Abbott. * Xavier d Ornellas, gérant chez CCR Chevrillon Philippe. Il gère 60 millions d euros au travers des fonds Mercure Pharmacie, Mercure Biotech et Mercure Santé

5 60 dossier BOURSE / LABOS LES LABOS À LA CORBEILLE Certains retrouvent l'intérêt des investisseurs. D'autres demeurent sous valorisés ou voient leur portefeuille menacé par des pertes de brevets. D'autres encore sont considérés comme les meilleurs élèves de la classe. Le point sur les valorisations boursières des 9 premiers du Top Ten. PFIZER CORBIS FORTE EXPOSITION AUX GÉNÉRIQUES Le numéro un mondial du secteur, avec un chiffre d affaires de 48,4 milliards de dollars (36,2 milliards) en 2006, semble retrouver l intérêt des investisseurs. Certes, les analystes restent réservés sur le titre mais ils sont désormais 10 à recommander la valeur à l achat (sur un total de 26). Un regain d intérêt consécutif à l annonce par Jeffrey Kindler, le nouveau CEO depuis 2006, d un vaste plan de restructuration étalé jusqu en Il va permettre non seulement de réduire de 10 % les effectifs, mais aussi de rationaliser les structures du groupe en diminuant de moitié le nombre d unités de production dans le monde. Pfizer est considéré par les analystes comme l un des groupes pharmaceutiques les plus exposés face aux laboratoires génériques. En effet, 40 % de ses ventes actuelles vont tomber dans le domaine public à l horizon 2010, dont l anti-cholestérol vedette Lipitor (atorvastatine) avec 12,8 milliards de dollars. Pfizer est donc contraint d innover. Ces économies vont lui permettre d accroître les moyens de sa R&D. Le groupe américain a grossi par acquisitions en reprenant Warner Lambert en 2000, puis Pharmacia en Deux opérations qui ne ce sont pas révélées payantes en Bourse. Le titre s échange au-dessous de son cours de Il est clairement sousvalorisé à 10 fois son bénéfice net estimé pour Cela s explique par l incertitude pesant sur la société, alors même qu elle vient de subir un nouvel échec avec le torcetrapib. Mais la politique de dividende généreuse ainsi que les rachats d action sont un bon soutien pour le titre. Le rendement s élève à 4,4 %.

6 61 MERCK BONNE VALORISATION EN 2007 D eux ans après l arrêt du Vioxx (rofécoxib), un des principaux médicaments commercialisés par Merck, le laboratoire américain a retrouvé les faveurs du marché. Petit retour en arrière. Contraint de retirer de la vente son anti-inflammatoire après la découverte d accidents cardio-vasculaires consécutifs à sa prise prolongée, le laboratoire s était effondré en Bourse en l espace de quelques semaines. Outre la perte de 2,5 milliards de dollars de chiffre d affaires, Merck devait faire face à un risque juridique de taille lié aux plaintes de dollars), mais Merck a multiplié les lancements en de patients présumés victimes de ce médicament. L ac2006. Pas moins de cinq nouveaux vaccins ou médication a aujourd hui retrouvé son cours ments autorisés dont Gardasil le vaccin d avant l arrêt Vioxx. La direction a pour contre le cancer du col de l utérus et Janucela redoublé d efforts pour améliorer son via (sitagliptine) un antidiabétique. Merck Un titre efficacité en matière de R&D et pour réreste très actif avec trois nouveaux dépôts de recommandé duire ses frais de structure (4,5 à 5 milliards dossier auprès de la FDA prévus cette année et à l'achat de dollars d économies d ici à 2010). Autrequatre présentations d essais sur des moléfois délaissé, le titre est majoritairement recules en stade avancé de développement. Ces commandé à l achat par les analystes. perspectives ainsi que le statut de valeur en rel environnement est certes resté incertain avec la perte tournement expliquent les niveaux de valorisation à près l an dernier du brevet de l anti-cholestérol Zocor (simde 17 fois le bénéfice net estimé pour vastatine), principal médicament du groupe (4,4 milliards BMS UNE CIBLE POTENTIELLE L e laboratoire américain a été agité, début 2007, par les rumeurs de rapprochement avec le groupe français Sanofi-Aventis. Les discussions entre les deux partenaires commerciaux du Plavix et d Avapro (irbésartan) n ont certes pas abouti mais, Bristol-Myers-Squibb (BMS) figure toujours, selon les analystes, comme une des cibles potentielles du secteur. La perte programmée du brevet du Plavix (clopidogrel), anti-thrombotique produit par Sanofi-Aventis et que le laboratoire américain commercialise aux Etats-Unis, rend BMS particulièrement vulnérable. C est le premier produit commercialisé par le laboratoire américain avec 3,3 milliards de dollars de ventes pour un total de chiffre d affaires de 17,9 milliards en Pis, une bataille juridique concernant la validité du brevet oppose les deux partenaires au génériqueur canadien Apotex. Si ce dernier emportait l affaire, le brevet pourrait tomber dans le domaine public dès cette année au lieu de Toutefois selon les experts du secteur, le couple BMS-Sanofi pourrait sortir vainqueur de ce feuilleton judiciaire. Quoi qu il en soit, les investisseurs restent prudents sur la valeur. Dans une récente étude, UBS relevait le statut de cible du titre tout en ajoutant qu il ne croyait pas à une opération à court terme et ce tant que l affaire Plavix ne serait pas résolue. En tout cas, une chose sur laquelle les analystes sont d accord est la sousvalorisation du titre. Il se paye 16 fois son bénéfice net estimé pour 2007.

7 BOURSE / LABOS d o s s i e r 63 SCHERING-PLOUGH REBOND PAR CROISSANCE EXTERNE C est une belle «recovery». Après la perte du brevet protégeant l antihistaminique Claritin (loratadine), le laboratoire américain a compensé ses pertes de revenus en concentrant ses efforts sur un domaine thérapeutique en croissance : les anti-cholestérols. Les ventes de Zetia (ézétimibe) et de Vytorin (ézétimibe/simvastatine), les deux produits phares de Schering-Plough, ont représenté 4 milliards de dollars en totalité en 2006 (accord commercial avec Merck compris). Résultat, le laboratoire a retrouvé l an dernier le niveau de chiffre d affaires (10,6 milliards de dollars) qui était le sien avant la perte du brevet sur la Claritin. Ses bénéfices se redressent également avec une marge nette de 10 % qui devrait encore nettement s améliorer l an prochain pour s approcher des niveaux historiques de 20 %. La reprise de la branche pharmaceutique d Akzo Nobel devrait doper la croissance du groupe américain. Organon va lui apporter 5 milliards de dollars de ventes supplémentaires. Cette opération offre en outre à Schering-Plough un pipeline prometteur avec, notamment, cinq molécules en phase III. Une aubaine pour le laboratoire américain handicapé par un portefeuille de produits en développement très faible. Par ailleurs, Organon lui permet de se diversifier au- delà du seul domaine des anti-cholestérols. Le laboratoire néerlandais lui apporte des médicaments dans le système nerveux central, la fertilité et la contraception. Mais ce mouvement stratégique a un prix : 14,4 milliards de dollars (15 fois l excédent brut d exploitation) payés en cash et en dette. Autre ombre au tableau, l un des médicaments prometteurs d Organon, l asenapine, a subi plusieurs revers lors des essais cliniques. Conséquence, le titre plafonne en Bourse. Il faut dire que la valorisation peut paraître tendue à 21,5 fois le bénéfice net estimé pour ABBOTT LABORATORIES SOIGNE SES MARGES L a mutation est en marche. L objectif d Abbott Laboratories est de se recentrer sur des activités en forte croissance. Après deux acquisitions d envergure en 2006, le groupe américain a cédé son activité de diagnostic in-vitro à General Electric pour 8,1 milliards de dollars. Cette opération lui permet de financer en grande partie les reprises, l an dernier, de Kos Pharmaceuticals (3,7 milliards de dollars) et d une partie des actifs de Guidant (4,1 milliards). Cette stratégie porte ses fruits puisque le groupe a affiché en 2006 une forte croissance de 15 %, dont 9 % pour les seules activités pharmaceutiques. Il faut dire que les ventes de Humira (adalimumab), premier médicament commercialisé par Abbott, croissent de plus de 40 % par an (2,7 milliards Une forte en 2007). L an dernier, le croissance en groupe pharmaceutique et de 2006 matériel médical a réalisé un chiffre d affaires de 22,5 milliards de dollars. Abbott soigne également ses marges. Son bénéfice net devrait progresser de plus de 10 % dans les cinq prochaines années. Les effets de l intégration des deux acquisitions réalisées en 2006 devraient se voir dans les résultats dès cette année. Par ailleurs, le laboratoire a fait une demande d extension de prescription pour Humira aux Etats-Unis et en Europe. Une réponse favorable serait saluée par la Bourse. Enfin, la direction a indiqué lors de la cession de l activité de diagnostic qu elle était à l affût de toute nouvelle opportunité de croissance. Le titre est certes bien valorisé à 19 fois les bénéfices estimés pour 2007, mais les leviers de hausse sont nombreux. Ce qui explique que les analystes soient majoritairement à l achat sur le titre.

8 dossier BOURSE / LABOS 65 SANOFI-AVENTIS CROISSANCE SUR FOND D'INCERTITUDES I l est loin le temps où le laboratoire français brillait par ses performances en Bourse. En 2006, Sanofi-Aventis a accumulé de nombreuses embûches. Résultat : le titre a fondu de près de 20 % depuis un an. Pourtant, la confiance semblait revenue après la fusion avec Aventis. Le titre a même tutoyé ses meilleurs niveaux historiques il y a un an. Mais depuis, le numéro quatre de la pharmacie mondiale avec un chiffre d affaires de 28,4 milliards d euros en 2006, a dû faire face Fortes à la concurrence du laboratoire générique turbulences canadien Apotex sur l anti-thrombotique le futur relais de croissance du groupe. Cette moplavix (clopidogrel) aux Etats-Unis. C est le lécule permet de lutter contre les troubles cardioaux USA deuxième produit du groupe en termes de vasculaires liés à l obésité. Son potentiel est eschiffre d affaires (2,2 milliards d euros). Les timé à 3 milliards de dollars de ventes annuelles. résultats ont été affectés par cette concurrence fortuite. Autant d éléments qui expliquent la déprime du titre. Certes L affaire Plavix poursuit aujourd hui son cours judiciaire. Le il est faiblement valorisé à 12,4 fois le bénéfice net estimé brevet du Lovenox (énoxaparine), premier produit du pour Mais le flux de bonnes nouvelles permettant au groupe (2,4 milliards d euros de ventes), est également titre de se reprendre est pour le moment incertain. De plus, contesté en justice par des génériqueurs. Mais le plus inquiéla menace d une vente par L Oréal et Total de leur participatant aux yeux des investisseurs est le retard pris par le lantion dans le capital de Sanofi-Aventis (10,5 et 13,1 % respeccement aux Etats-Unis de l Acomplia (rimonabant). C est tivement) est un risque supplémentaire. GLAXOSMITHKLINE VERS UNE FUSION POUR DOPER SA CROISSANCE? L es investisseurs sont de plus en plus prudents sur le titre du deuxième laboratoire mondial. Avec un chiffre d affaires de 23,2 milliards de livres (32,8 milliards d euros), il talonne de près l américain Pfizer. Mais le portefeuille de produits du groupe britannique est le plus exposé aux risques génériques parmi les laboratoires européens. Il va perdre les brevets sur plusieurs de ses produits d ici 2012 pour un équivalent de 4 milliards de livres de chiffre d affaires. Dès 2007, GlaxoSmithKline devrait voir quatre de ses produits tomber dans le domaine public aux Etats-Unis. La perte de chiffre d affaires devrait s élever à 2,4 milliards de livres, soit 10 % du chiffre d affaires du groupe! Par ailleurs, le groupe pâti de la faible croissance de ses produits Advair (salmétérol) et Avandia (rosiglitazone) aux Etats-Unis. Dans ces conditions, la croissance des ventes devrait être réduite à 3 % par an sur la période Et ce d autant que les relais de croissance manquent compte tenu d un pipeline de molécules en dernière phase de R&D très faible. Certes, le laboratoire britannique vient d obtenir le feu vert pour la commercialisation aux Etats-Unis de Tykerb (lapatinib), un produit utilisé dans le cancer des poumons, mais cette bonne nouvelle digérée, le marché s inquiète déjà d un probable report de l autorisation de mise sur le marché de Promacta (eltrombopag), un blockbuster potentiel, aux Etats-Unis. Certains analystes pensent que la FDA pourrait réclamer des tests cliniques supplémentaires. Les investisseurs pourraient être fixés lors de la présentation des résultats du premier trimestre fin avril. Reste une possibilité pour GSK : réaliser une acquisition pour doper sa croissance à moyen terme. Enfin, la rentabilité ne devrait pas être affectée grâce au programme d économie de coût. En Bourse, le titre a surperformé l ensemble du secteur en Il se paye 14 fois le bénéfice net estimé pour 2007.

9 BOURSE / LABOS d o s s i e r 67 NOVARTIS UN PIPELINE PROMETTEUR C est l une des valeurs pharmaceutiques préférées des investisseurs. Le laboratoire suisse a en effet conservé les atouts qui ont fait le succès du secteur dans les années 90 : les vertus d une valeur défensive et de croissance. Défensive, car le portefeuille de produits de Novartis est faiblement exposé au risque générique. La productivité de ses équipes de recherche et développement est l une des plus élevée au monde. Le laboratoire va mettre sur le marché un nombre important de molécules au cours des prochaines années (138 projets en cours). Ce portefeuille relativement jeune est complété par une diversification des activités. Un développement tous azimuts qui lui permet de se positionner sur des marchés à forte croissance et de réduire sa dépendance aux seuls Une croissance médicaments traditionnels. Novartis rection lors de la présentation des résultats La à deux chiffres est ainsi le numéro deux mondial des croissance devrait être moins forte en En 2006, en 2008 médicaments génériques grâce à sa file chiffre d affaires a augmenté de 20 % (37 milliards liale Sandoz. Novartis a par ailleurs fait de dollars ou 29 milliards d euros) et le résultat net une entrée remarquée dans les vaccins de 17 % (7,2 milliards de dollars). Une prudence justil an dernier avec le rachat de Chiron. Le laboratoire est fiée par l arrivée à échéance, cette année, du brevet du Laégalement présent dans l automédication. Enfin, il multimisil (terbinafine) - traitement dermatologique d un milplie les partenariats avec les sociétés de biotechnologies, liard de dollars de chiffre d affaires. Mais ce qui a le plus ce qui lui permet de compléter son portefeuille de proinquiété le marché est le report de la sortie de l antidiabéduits dans des domaines à forte croissance. Mais le tableau tique Galvus (vildagliptine). A 16 fois le bénéfice net estimé n est pas totalement idyllique. Après un beau parcours bourpour 2007 et 14,7 fois celui pour 2008, les analystes voient là sier en 2005 et 2006, le titre a perdu 10 % depuis son plus une réelle opportunité. D autant qu après une année 2007 haut historique, atteint en octobre dernier. Une chute de de transition, Novartis devrait retrouver le chemin de la tension qui s explique par le ton prudent adopté par la dicroissance à deux chiffres en ROCHE LA VALEUR PRÉFÉRÉE DU MARCHÉ L e groupe helvétique fait l unanimité. Une grande majorité d analystes du secteur recommande le titre à l achat. Ils saluent d abord le dynamisme du laboratoire. En 2006, alors que la plupart des laboratoires pharmaceutiques restent en panne de croissance, Roche a vu son chiffre d affaires bondir de 17 %, à 42 milliards de francs suisses (26 milliards d'euros). C est le fruit d une stratégie focalisée sur le développement de produits à fort potentiel de croissance. Le groupe dispose en effet d'un des portefeuilles les plus jeunes et les plus riches du secteur. Il est en outre très faiblement exposé au risque générique. Les analystes soulignent par ailleurs le fait que la croissance future de Roche se fera avec des produits déjà mis sur le marché. Roche n est donc confronté ni au risque de retard de mise sur le marché ni aux exigences plus stricts des autorités réglementaires. Enfin, la croissance proviendra principalement de produits de spécialité comme les anticancéreux (Avastin et Herceptin ) dont la rentabilité est plus élevée ce qui aura un effet de levier sur les marges du laboratoire. Ainsi, la marge opérationnelle s'est améliorée de 2 points l an dernier pour s'établir à 28 %. Dans ce contexte, rien d étonnant donc si le titre du groupe suisse se paye avec une prime par rapport aux autres valeurs du secteur en Europe. Il capitalise 19,5 fois les bénéfices estimés pour 2007 et 17 fois ceux pour Même à ce niveau de valorisation, Roche est une opportunité à saisir.

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 Communiqué de presse Résultats du 3 ème trimestre 2015 En ligne avec les objectifs d EBITA et de cash conversion annuels Cergy, le 30 octobre 2015 Chiffres clés Millions d'euros (non audité) T3 2015

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Fiche n 8 : le médicament

Fiche n 8 : le médicament mars 2004 Fiche n 8 : le médicament La France est le pays européen qui consomme le plus de médicaments; la dépense moyenne par habitant est égale à près de 1,5 fois celle de l Allemagne ou de l Espagne.

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé. Conférence de Presse 11 Février 2009

Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé. Conférence de Presse 11 Février 2009 Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé Conférence de Presse 11 Février 2009 1 Déclarations prospectives Ce communiqué contient des déclarations prospectives (au sens du U.S. Private Securities

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Résultats 2013/14 d Alstom :

Résultats 2013/14 d Alstom : Communiqué de presse 7 mai 2014 Résultats 2013/14 d Alstom : Chiffre d affaires en croissance organique de 4% Marge opérationnelle de 7% Cash-flow libre positif au second semestre Entre le 1 er avril 2013

Plus en détail

Des résultats semestriels sous haute surveillance

Des résultats semestriels sous haute surveillance Des résultats semestriels sous haute surveillance 01/07/14 à 11:49 - Reuters - Une hausse des résultats nécessaire pour justifier les valorisations actuelles - Le marché n'anticipe pas une vague d'avertissements

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Baromètre d opinions des Directeurs Financiers. 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise?

Baromètre d opinions des Directeurs Financiers. 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise? Baromètre d opinions des Directeurs Financiers 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise? Octobre 2013 Comment cette étude a-t-elle été réalisée? Le but de ce troisième baromètre

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Position des deux opérateurs

Position des deux opérateurs 3 PARTIE III : LES PRINCIPALES OPTIONS STRATÉGIQUES CAS PRATIQUE N France Télécom et Deutsche Telekom NOTIONS À MOBILISER Avantage concurrentiel (chapitre 8) Diagnostic interne (chapitre 7) Différenciation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40»

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Communiqué de presse 24 juin 2014 PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Les entreprises du CAC 40 ont souffert en 2013 de l euro fort Paris, le 24 juin 2014 Ricol Lasteyrie Corporate Finance

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS COMMUNIQUE DE PRESSE Le 12 février 2009 DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS Le chiffre d affaires s établit à 37 791 millions d euros, en baisse de 7 %

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010249888 Dénomination : ATOUT VIVACTIONS Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion : Crédit

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015 ET OBJECTIFS 2018

RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015 ET OBJECTIFS 2018 Zurich, 25 novembre RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE ET OBJECTIFS 208 Un plan stratégique et des objectifs à moyen terme, en particulier une génération de cash-flow libre d'au moins

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Résultats du troisième trimestre 2009 Chiffre d affaires de 979,5 M (- 39% par rapport au T3 2008) RBE de 174,0 M, soit 17,8% du chiffre d affaires (26,7% au T3 2008) Important flux

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2014

RESULTATS ANNUELS 2014 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS - Résultat Opérationnel de 14,9 M et Résultat net part du groupe de 6,3 M - Situation financière renforcée avec une trésorerie de 49 M - Préparation de la scission

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail