SOLIDARITÉS. ANTICIPER LA PERTE D AUTONOMIE page 6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOLIDARITÉS. ANTICIPER LA PERTE D AUTONOMIE page 6"

Transcription

1 Investir dans l'assurance vie page 5 L espoir de réparer les lésions du cerveau page 10 Un logement pour toute la vie page 12 ANTICIPER LA PERTE D AUTONOMIE page 6 SOLIDARITÉS Le magazine de la protection des familles N 1 Mars 2011

2 BIENVENUE CHER LECTEUR, Xavier Renauld Voici le premier numéro de Solidarités, le nouveau magazine d AG2R LA MONDIALE consacré à la protection des familles. Adressé à l ensemble des assurés du Groupe, trois fois par an, il remplace les anciennes publications Dialogues et AG2R Et Vous. André RENAUDIN Directeur général AG2R LA MONDIALE 2 Destiné à vous aider à mieux comprendre les enjeux de la protection sociale, Solidarités comporte plusieurs rubriques aux titres évocateurs. PARTAGER vous informe sur une action collective réalisée avec le soutien du Groupe ; DÉCHIFFRER décrypte un thème technique de manière attractive et pédagogique ; AGIR vous permet, au travers d un dossier, de mieux appréhender un sujet de société ; IMAGINER vous apporte un éclairage particulier sur des solutions innovantes ; PRÉVOIR vous ouvre de nouveaux horizons au travers d un sujet prospectif ; DÉCOUVRIR donne la parole à un acteur de la protection sociale ; SAVOIR présente l actualité du Groupe et les services en ligne. SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011 Dans ce premier numéro, le dossier spécial est consacré à la perte d'autonomie, enjeu majeur de notre société qui sera au cœur de l actualité des prochains mois. Certains d entre vous reçoivent également un supplément dédié à la politique d action sociale régionale ou professionnelle du Groupe : Solidarités, décliné en 17 versions régionales, Solidarités Coiffure, Solidarités Cadres, respectivement pour les allocataires d UGRR Isica, des Institutions de la Coiffure, et d UGRC. Vous le découvrirez, Solidarités porte bien son nom. Fondé sur l une des valeurs essentielles du Groupe, ce nouveau magazine illustre véritablement notre signature : «Le contraire de seul au monde».

3 TRANSMETTRE UN SAVOIR-FAIRE Associations «L Outil en main» D un côté il y a des artisans à la retraite, tous corps de métiers confondus. De l autre des enfants curieux des métiers manuels. Les uns rêvent de transmettre leur savoir, les autres d apprendre en dehors de toute contrainte de type scolaire, juste pour le plaisir. C est pour faire coïncider ces deux attentes que sont nées les associations «L Outil en main», soutenues par AG2R LA MONDIALE depuis la création du concept en En vingt ans, ces associations ont connu un succès phénoménal qui démontre le bien-fondé de la démarche intergénérationnelle originale autour d un thème cher aux Français. À Rambervillers, dans les Vosges, 22 garçons et filles viennent chaque mercredi après-midi coller, souder, poncer, raboter, carreler Et ils aiment ça! depuis quelques mois et revaloriser par là même l activité manuelle. Peintre, maçon, fleuriste, charpentier ou électricien côtoient plombier, menuisier ou couturier comme au temps de leur pleine activité et des chantiers qui faisaient leur raison d être. «Il existait quantité d activités proposées aux jeunes dans le secteur, explique Michel Martin, président de l association vosgienne, mais toutes tournaient autour du sport et des loisirs. C était bien, mais pas suffisant.» En 2009, l homme a donc pris son bâton de pèlerin, entraînant la conseillère générale du canton dans son sillage, pour prendre le pouls des artisans du secteur. Tous ont été emballés. Des contacts sont noués avec l Union des associations «L Outil en main» qui apporte son expérience et de bien précieuses clés logistiques. (Lire suite p 4) «Le premier jour, j ai tout de suite réussi à faire un porte-manteau!», s enthousiasme Victor avec ses mots d enfant. Un petit porte-manteau, sans prétention. Quelques pièces de bois toutes simples que les mains d un petit bonhomme de 10 ans, guidées par l expérience d un regard bienveillant, sont parvenues à muer en objet utile. Tout un symbole que véhiculent les associations «L Outil en main» à travers chacune de leurs structures, comme celle de Rambervillers, dans les Vosges, qui s'est créée en Dès 1994, Marie-Pascale Ragueneau était convaincue que le concept était porteur en lançant à Troyes la première association. Et comment en douter? L idée est de transmettre. Transmettre un savoir-faire d une génération à l autre, comme cela se faisait simplement, efficacement, autrefois. Mais cela s est perdu, comme s est égaré un certain nombre de valeurs autour des métiers manuels. «Ils nous expliquent très bien, ils nous aident et en plus ils font très attention à nous», poursuit Victor avec une énergie qui en dit long sur les bienfaits de l expérience vécue. «Ils», ce sont eux, ces artisans pour la plupart à la retraite, ces gens de métier qui ont choisi de donner un peu de leur temps une fois par semaine pour animer les huit ateliers que la structure vosgienne propose COUP DE FOUDRE Présidente de l Union des associations «L Outil en main» depuis 2005 et administratrice d AG2R LA MONDIALE, Yana Boureux raconte : «J ai découvert cette association en 1994, presque par hasard, à l occasion de la remise du prix Safir décerné par AG2R. Il y avait là un vieil ébéniste expliquant que transmettre son savoir à des enfants était le plus beau cadeau que la vie pouvait lui faire. Le coup de foudre fut immédiat.» Il y a aujourd hui 75 associations «L Outil en main» en France, 3 au Cameroun et plusieurs projets sont en cours en Belgique, en Allemagne et en Suisse. DR PARTAGER N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 3

4 4 SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011 EN ACTION SIX ASSOCIATIONS REÇOIVENT LE PRIX 2010 DE LA FONDATION AG2R Six associations ont été récompensées, le 17 décembre dernier à Paris, à l occasion de la 20e édition du Prix de la Fondation AG2R. Sur les 58 dossiers étudiés, le jury a été particulièrement sensible à la qualité et à l originalité des initiatives de ces structures qui s efforcent d apporter du bien-être aux personnes âgées ou mettent en place des actions d accompagnement des aidants. Guy Bréhinier Soutenus par de nombreux partenariats privés et institutionnels, tous signent alors des deux mains. Aujourd hui, «L Outil en main» de la région de Rambervillers accueille 22 enfants de 9 à 14 ans. «Ça marche très fort! Nous songeons même à ouvrir de nouveaux ateliers», se réjouit Michel Martin qui, chaque mercredi après-midi, à l aune des sourires des gamins et de leurs aînés, peut jauger le bien-fondé de cette implantation. Des sourires complices d un bout à l autre des 150 m2 de ce bel atelier qui devrait s agrandir prochainement au cœur duquel s enrichissent mutuellement deux générations. «On passe trois semaines dans chaque atelier, précise Victor, et ils nous apprennent comment travaillaient les artisans d avant.» Ceux qui mettaient le bel ouvrage au cœur de leur quotidien se découvrent aujourd hui des talents de pédagogues avertis, une âme de compagnon. La tâche est presque facile tant garçons et filles sont passionnés parce qu ils découvrent. Ils mettent à l exercice une ardeur incroyable, se révèlent patients et habiles et développent au fil des mois l amour du travail bien fait. «J ai fait un avion en plomberie avec des tubes de cuivre, une crèche, un tableau électrique avec des ampoules qui s allument et une cabane à oiseaux aussi», raconte le bonhomme. «J aimerais faire une ruche aussi mais je crois que c est un peu trop long.» Qu à cela ne tienne, ses notions de menuiserie en poche, Victor attaquera ce chantier à la maison, avec papa qui sans doute apprendra de son bout de chou quelques trucs de pro qu il prendra soin de mettre en œuvre. Les enfants s amusent et, en plus, «se font des copains». C est Victor qui le dit. Inès, Maxime, Marcelin, Sarah, Jean-Philippe, Emma ou Juliette en diraient tout autant, eux qui, une fois les deux heures trente d atelier écoulées, balayent et rangent avec le plus grand naturel, avant de partager un joyeux goûter intergénérationnel. Le partage justement : encore une notion soustendue par le concept. «Parfois on commence quelque chose et c est un autre qui le termine la semaine suivante.» «Et puis, c est super parce qu on apprend toujours de nouveaux mots et que l on crée de nos propres mains. Moi, je trouve ça bien mieux que les jeux électroniques.» Et là, tout est dit! CINQ BOUGIES POUR LA FONDATION D ENTREPRISE LA MONDIALE Pour fêter ses cinq ans d activité, la fondation d entreprise La Mondiale publie son bilan d activité. Une bonne façon de découvrir l action de cette fondation qui a pour objectif de contribuer à l autonomie sociale et économique des personnes pour renforcer les solidarités collectives. Elle œuvre principalement dans les domaines de l économie sociale et de l éducation pour fournir à ceux qui en ont besoin les clés d un nouvel avenir. AG2R LA MONDIALE PARTENAIRE DES ÉTATS GÉNÉRAUX AIDANTS-AIDÉS AG2R LA MONDIALE était partenaire des premiers États généraux aidantsaidés organisés par la Macif le 23 novembre dernier, à la Cité des sciences et de l industrie à Paris. Les représentants des directions des activités sociales d AG2R LA MONDIALE et Prémalliance intervenaient lors de l atelier «Autocensure et sentiment de culpabilité de l aidant». Le Groupe a aussi tenu un stand pour informer les visiteurs de ses actions en faveur des aidants.

5 DÉ- CHIF- FRER INVESTIR DANS L'ASSURANCE VIE L assurance vie permet de se constituer un capital et de le faire fructifier tout en conservant une disponibilité de l épargne. Il constitue un outil de transmission idéal pour protéger ses proches. En cas de vie au terme du contrat, l assureur garantit le versement d un capital à l assuré. En cas de décès, le capital sera versé aux bénéficiaires librement désignés au contrat. À une large majorité (56 %), les détenteurs d un contrat d assurance vie se constituent une épargne en vue de leur retraite (68 % pour les non retraités*). Comment investir? FONDS EN EUROS Le capital est garanti à tout moment. Rendement modéré. > Destiné aux épargnants recherchant la sécurité. PANA- CHAGE DU FONDS EN EUROS ET DES UNITÉS DE COMPTE Rémunération garantie à un taux fixé par l'entreprise d assurance pour la partie du capital placée sur le fonds en euros. > Pour une plus grande diversification et une rentabilité potentielle en plaçant l autre partie sur les unités de compte. SUPPORTS EN UNITÉS DE COMPTE L épargne est investie en SICAV et FCP** et son montant varie en fonction des marchés. > Pour un placement à moyen ou long terme. RACHATS ET AVANCES L épargne de l assuré est disponible au travers de rachats partiels, d un rachat total ou sur demande d avance. L assuré peut demander : Une avance sur son contrat : l avance évite de clore le contrat et de perdre les avantages fiscaux de l assurance vie. Un rachat partiel du contrat : une partie de la somme est versée à l assuré, l autre partie reste investie dans le contrat. Le rachat total met un terme au contrat et à toutes ses garanties. L assuré récupère la valeur acquise de l épargne sous forme de capital ou de rente. Pour profiter au mieux de la fiscalité avantageuse de l assurance vie, la durée minimale conseillée est de 8 ans. VERSEMENTS Les versements s effectuent selon trois possibilités : initial, libres, programmés. * Source FFSA (enquête réalisée par l institut CSA en avril 2010 auprès de personnes). ** Sicav = Société d investissement à capital variable, FCP = Fonds commun de placement. FRAIS Des frais sont prévus dans le contrat sous forme : de frais d entrée ou sur versements, qui sont prélevés sur chaque prime, de frais de gestion, qui sont prélevés sur l ensemble de l épargne constituée. N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 5

6 AGIR RESTER MAÎTRE DE SON AVENIR Les Français vivent plus longtemps en meilleure santé. Mais la progression de l espérance de vie des seniors s accompagne également d un risque accru de perte d autonomie. Un fait qu il convient d anticiper, pour agir de façon préventive et assurer son avenir. En 2010, la France métropolitaine comptait centenaires dix fois plus qu en 1980, il y a seulement trente ans! L Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) prévoit même que ce chiffre devrait atteindre les dans cinquante ans (1). Autrefois exceptionnel, le grand âge est donc en passe de devenir banal. Depuis presque vingt ans, l espérance de vie progresse d un trimestre tous les ans. En 2030, 20 millions de Français auront plus de 60 ans. La progression la plus spectaculaire s observe chez les plus de 75 ans, dont la population devrait être multipliée par trois, tandis que les plus de 85 ans vont quadrupler. Même si les scientifiques ne sont pas tous d accord sur la pertinence de ce type de projection pointant les «bombes à retardement» que pourraient représenter l obésité, le tabagisme ou encore l explosion du nombre de cancers 6 SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011 dûs à l utilisation massive de produits phytosanitaires et à la pollution, la vieillesse représente désormais une période longue de la vie. D autant plus longue que les progrès de la médecine permettent de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Ce qui correspond, d ailleurs, aux attentes des Français de tout âge lorsqu on les interroge sur ce qu ils considèrent comme facteur déterminant de leur qualité de vie : 71 % d entre eux placent la longévité et la bonne santé en tête de leurs réponses dans la dernière enquête «Les Français, la santé et l argent», effectuée par l institut de sondage LH2 pour AG2R LA MONDIALE (2). Dans cette perspective, la vieillesse se prépare tout au long de la vie! En agissant sur sa future santé par une bonne hygiène alimentaire, par un suivi médical régulier mais aussi en envisageant de nouvelles activités pour sa vie de retraité afin de continuer à utiliser toutes ses capacités intellectuelles et entretenir ses relations sociales. Toutes les études le montrent : l activité sportive tout au long de la vie a un effet préventif sur les pathologies liées à l avancée en âge. Les scientifiques viennent également de prouver l impact de l activité physique sur le phénomène même Le Square ANTICIPER LA PERTE D AUTONOMIE

7 du vieillissement des cellules! Selon les travaux d'ulrich Laufs (université de Saarland, Hambourg), l'entraînement sportif protège les télomères, ces petits bouts de chromosomes qui raccourcissent à chaque division cellulaire et dont la disparition entraîne la mort de la cellule. Tout ça grâce à une enzyme, la télomérase qui, sous l'effet de l'activité physique, redouble d'énergie pour réparer les télomères effilochés. «On dispose aujourd'hui de preuves irréfutables pour dire que l'activité physique ralentit le vieillissement. Mais cela paraît trop simple. Si vous dites aux gens "J'ai trouvé une pilule miracle pour rallonger la vie", ils y croient ; si vous leur dites "Faites du sport", ils haussent les épaules», regrette Dominique Lanzmann-Petithory, gérontologue, nutritionniste et médecin du sport, auteur notamment de l ouvrage «La Diététique de la longévité», qui n a pas peur de bousculer quelques idées préconçues. Autant de bonnes nouvelles pour envisager l avenir avec optimisme. Toutefois, si les progrès de la médecine permettent de vivre plus longtemps, il ne faut pas se voiler la face : le risque d une perte d autonomie augmente avec l avancée en âge. La progression de l espérance de vie des seniors s accompagne donc d un risque accru de dépendance. Selon LA VIEILLESSE SE PRÉPARE TOUT AU LONG DE LA VIE! une étude prospective de l Insee publiée en 2006 (3), «le vieillissement de la population française conduira dans les années à venir à une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes». Ainsi, sur la base de la situation actuelle, on prévoit que 1,2 million de personnes seront dépendantes en Aujourd hui, la prise en charge de ces personnes combine à la fois solidarité familiale, à travers l aide apportée par les proches, et solidarité collective, par le biais de prestations comme l allocation personnalisée d autonomie (APA). Ces deux formes de solidarité évolueront à l avenir. D une part, le nombre moyen d aidants potentiels par personne âgée dépendante aura tendance à diminuer. D autre part, ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PERSONNES AGÉES DÉPENDANTES en milliers Scénario pessimiste Scénario central Scénario optimiste En 2040, les baby-boomers arrivent à l âge critique Sources : Insee, Destinie et enquête HID l évolution des dépenses au titre de l APA dépendra fortement de ses modalités d indexation. La question reste à l ordre du jour. Car il ne s agit plus seulement de mettre en place des solutions individuelles, mais d inventer des mécanismes de prise en charge, de reconsidérer les relations intergénérationnelles, de repenser la conception des espaces publics, d imaginer des logements confortables à tout âge (lire aussi en page 12). La construction et la modernisation d établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) constitue elle aussi une nécessité et les institutions de retraite complémentaire jouent, dans ce domaine, un rôle important. Au travers du plan médico-social et sanitaire , l'agirc et Arrco, dans le cadre de leurs actions sociales, ont entrepris un développement qualitatif et quantitatif des hébergements pour les personnes âgées. Actuellement, les institutions de retraite complémentaire (regroupées au sein des Fédérations Agirc et Arrco) sont propriétaires de 63 établissements, majoritairement destinés à l hébergement de personnes en perte d autonomie. Parallèlement, elles nouent des partenariats avec des maisons de retraite et réservent des places en Ehpad destinées prioritairement à leurs ayants droit : elles disposent aujourd hui de plus de places dites «réservataires». Reste que le souhait de l immense majorité des Français est de pouvoir vieillir chez soi. Quand les difficultés apparaissent, ils essaient, bon an mal an, de se «débrouiller». Il existe des aides au maintien à domicile (Lire suite p 8) N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 7

8 avec notamment la possibilité d un soutien régulier : services à la personne, transport aidé, portage de repas. Mais ce sont surtout les proches qui se retrouvent en première ligne. Près de 4 Français sur 10 sont déjà confrontés à la perte d autonomie d une personne âgée, d après une étude récente de l institut CSA (4) : «Pour tous, s occuper d une personne âgée dépendante nécessite des sacrifices, qu ils concernent la vie familiale, le temps pour prendre soin de soi, la relation de couple ou le temps libre pour ses amis», y apprend-on. Certains déclarent même y laisser leur propre santé. Dans ce contexte, ce sujet particulièrement sensible reste anxiogène pour la moitié des Français, et bien davantage pour ceux qui y sont effectivement confrontés. S occuper d un parent dépendant est, de fait, une lourde charge sur les plans psychologique et physique l âge moyen des aidants familiaux est de 64 ans (5). C est également un engagement financier non négligeable : on estimait en 2009 que le coût de la prise en charge d une personne en perte d autonomie à domicile s élevait en moyenne à par mois (2 300 en établissement), alors que plus de la moitié des retraités touchent une pension inférieure à 1 000, et que le montant moyen des aides d État est de 450 (6). C est pour cette raison qu AG2R avait imaginé, dès 1985, une assurance dépendance. Objectif : permettre à chacun d anticiper le risque d une perte d autonomie et envisager son avenir avec sérénité. «Rester maître de son destin malgré le grand âge est une préoccupation légitime», explique Jean Castagné, aujourd hui président du Conseil d administration de La Mondiale, qui avait porté sur les fonts baptismaux la première assurance dépendance, Safir. Il n est pas étonnant que le Groupe ait joué les pionniers dans ce domaine : à travers leur politique d action sociale, les institutions de retraite complémentaire ont toujours soutenu financièrement les personnes en situation de dépendance. Néanmoins, cette aide était ponctuelle. «Constatant notre impuissance à offrir un accompagnement continu», poursuit Jean Castagné, «nous avons réfléchi à la façon d assurer ce risque. C est ainsi qu est née l idée de créer le premier contrat d assurance dépendance en France. Et ce, bien avant que les pouvoirs publics ne s emparent du débat», se souvient-il. Mis sur le marché en 1985, le contrat Safir garantissait le paiement d une rente viagère à toute personne ne pouvant effectuer trois des quatre actes de la vie quotidienne : se nourrir, se déplacer, s habiller et se laver. Une offre simple au départ, qui va ensuite s adapter à l évolution de la politique publique. En effet, depuis, le Groupe n a cessé d enrichir sa gamme de solutions innovantes : offre dépendance/épargne, sélection médicale allégée, assistance au maintien à domicile... jusqu à la mise sur le marché, fin 2010, du contrat Assurance Autonomie (lire ci-dessous). «Nous avons choisi de conserver les points forts de nos contrats existants, à savoir le versement d une rente viagère sans franchise et une couverture immédiate en cas d accident, mais aussi d étendre notre couverture à la perte d autonomie partielle. Nous nous sommes également intéressés aux aidants familiaux à qui nous avons souhaité apporter notre soutien au quotidien à travers l option assistance», souligne Jean-François Ropelewski, directeur marketing d AG2R LA MONDIALE. (1) «Insee première» n 1319, octobre (2) Sondage LH2-AG2R LA MONDIALE, effectué les 8 et 9 octobre 2010 auprès d un échantillon de 959 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, sélectionné selon la méthode des quotas. (3) Cyril Rebillard et Michel Duée, «Données sociales», Insee, (4) Sondage CSA-Vitalliance, réalisé par téléphone les 24 et 25 novembre 2010 auprès d un échantillon national représentatif de 1006 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas. (5) Enquête BVA pour la Fondation Novartis effectuée sur un panel représentatif initial de personnes constitué du 25 janvier au 5 juillet (6) Données de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. ASSURANCE AUTONOMIE, UN CONTRAT PERSONNALISABLE Le nouveau contrat d assurance dépendance individuelle du Groupe peut être souscrit jusqu à 74 ans inclus, avec une déclaration d état de santé simplifiée. Une solution personnalisée est proposée, à partir : de la détermination du montant de la rente viagère en cas de perte d autonomie totale (de 300 à par mois), du choix d option(s), comme la perte d autonomie partielle, pour renforcer sa protection, de l estimation du coût d adaptation de l habitat (appel non surtaxé) 8 SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011

9 LE JOUR OÙ MAMAN EST DEVENUE DÉPENDANTE Claire, 68 ans, domiciliée à Montrouge (Hauts-de-Seine), s est toujours occupée de sa mère. Jusqu à ce jour de juin 2009 où elle a dû se résoudre à la faire admettre dans un établissement pour personnes âgées de la région parisienne. Getty état nécessite une surveillance accrue. À cela s ajoutent des problèmes d angoisse, de manque d envie. Il a donc fallu que j organise toute l existence de maman, cela se faisant évidemment au détriment de ma vie personnelle. Les premières années, ça ne m a pas posé de difficultés. J étais même heureuse de pouvoir aider maman, faire ses courses, son ménage, préparer ses médicaments, aménager son appartement pour qu elle puisse s y déplacer plus facilement Mais au bout de sept ans à ce rythme, avec ce sentiment de responsabilité permanent, j ai réalisé que c était ma vie qui y passait. Quand je voulais partir trois jours, ça réclamait une organisation infernale avec les voisins et les amis, et en plus je n étais jamais tranquille. On a aussi fait appel à l assistante «J avais la chance, à Montrouge, ménagère, mais le travail n était d habiter juste en face de l imjamais fait comme on l aurait meuble où résidait maman. J ai voulu. Bref, vieillissant moi donc toujours eu l habitude aussi, j étais fatiguée. Quand d avoir un contact quotidien en 2009 maman s est trouvée avec elle, de lui donner un coup en insuffisance respiratoire de main à l occasion pour ses nécessitant une mise sous courses. C était à la fois un lien oxygène quasi permanente, familial et des relations de bon je n avais plus le choix et je lui voisinage. Malheureusement, la ai trouvé une place dans un mort de mon père, en 2002, a établissement spécialisé. Elle y changé la nature du problème. est très bien mais ne comprend D une part, ce fut un choc terpas pourquoi je l ai mise là. Ce rible pour maman qui ne s en n est qu après avoir assisté à est jamais vraiment remise. une journée d information sur D autre part, bien qu âgée de les aidants, organisée par seulement 77 ans à l époque, sa AG2R LA MONDIALE, que j ai santé s est dégradée gravement. pu évacuer le sentiment d être Insuffisance cardiaque, diabète, une mauvaise fille. Je vis désordéficit visuel : maman perd mais avec le sentiment d avoir très vite son autonomie et son fait mon devoir.» GRILLE AGGIR La grille nationale Autonomie gérontologie groupes iso-ressources (AGGIR) constitue un outil destiné à évaluer le degré de perte d autonomie ou le degré de dépendance, physique et psychique, notamment en cas de demande de l allocation personnalisée d autonomie (APA). Elle établit une classification en six groupes iso-ressources, les GIR. Le GIR 6 réunit les personnes âgées n ayant pas perdu leur autonomie pour les actes essentiels de la vie courante. Le GIR 5 comporte des personnes âgées ayant seulement besoin d une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage. Le GIR 4 intègre les personnes âgées n assumant pas seules leurs transferts mais qui, une fois levées, peuvent se déplacer à l intérieur de leur logement. Elles doivent parfois être aidées pour la toilette et l habillage. Ce groupe s adresse également aux personnes âgées n ayant pas de problèmes locomoteurs mais devant être aidées pour les activités corporelles et pour les repas. Le GIR 3 réunit les personnes âgées ayant conservé leur autonomie mentale, partiellement leur autonomie locomotrice, mais qui ont besoin quotidiennement et plusieurs fois par jour d être aidées pour leur autonomie corporelle. Le GIR 2 concerne les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions intellectuelles ne sont pas totalement altérées et dont l état exige une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante. Ce groupe s adresse aussi aux personnes âgées dont les fonctions mentales sont altérées, mais qui ont conservé leurs capacités de se déplacer. Le GIR 1 comprend les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessitent une présence indispensable et continue d intervenants. N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 9

10 IMA- GI- NER L ESPOIR DE RÉPARER LES LÉSIONS DU CERVEAU Les nouvelles découvertes de l Institut Pasteur Contrairement à ce que l on pensait il y a encore dix ans, des neurones continuent à naître dans le cerveau humain adulte, et ce tout au long de la vie. Les dernières découvertes issues du programme neuro-sciences de l Institut Pasteur, soutenu par AG2R LA MONDIALE, ouvrent des perspectives thérapeutiques révolutionnaires. Quand le cerveau humain est atteint, que ce soit à la suite d un traumatisme blessure ou accident vasculaire cérébral (AVC) ou d une maladie neurodégénérative (Parkinson ou Alzheimer, par exemple), il n existe actuellement pas de solution pour réparer la zone détruite. Or, les maladies neurodégénératives affectent déjà plus d un million de personnes en France et leur nombre devrait doubler d ici 25 ans. Et on estime à le nombre d AVC par an. Autant dire que toute avancée dans le domaine de la connaissance du cerveau et de son fonctionnement est un enjeu primordial de santé publique. C est l objectif du programme neurosciences de l Institut Pasteur, soutenu par AG2R LA MONDIALE. Et c est à grands pas qu avance la recherche. En 2003, l équipe du Dr Pierre-Marie Lledo de l unité «Perception et mémoire» de l Institut Pasteur, met en évidence au centre du cerveau une «pouponnière» de cellules souches ayant la capacité de se transformer en neurones. Puis elle découvre leur migration spontanée vers la zone olfactive Deux ans plus tard, les chercheurs identifient un moyen de détourner le flux de jeunes cellules pour les orienter vers une zone malade. En 2006, les essais en laboratoire démontrent que les neurones détournés parviennent à remplacer ceux qui ont été détruits par la maladie de Parkinson, mais ils ne survivent pas plus de deux ou trois mois dans leur nouvel environnement. Dans l optique d une thérapie, les chercheurs doivent donc privilégier la piste d une production continue de neurones. En 2008, on identifie l existence d une zone où se concentrent des cellules souches adultes capables de se transformer en neurones et, en décembre 2010, l équipe du Dr Pierre-Marie Lledo parvient à stimuler par la lumière les nouveaux neurones. Tous ces chercheurs avancent à marche forcée, avec un objectif unique : déboucher rapidement sur des applications thérapeutiques. Et ils approchent du but, comme c est le cas pour la maladie de Hurler, qui provoque chez l enfant des atteintes neurologiques graves, d importantes déformations osseuses et des troubles cardiaques. Héréditaire, cette affection est due au déficit d une protéine, l IDUA. Grâce au programme neurosciences de l Institut Pasteur, nous avons réussi à intégrer en laboratoire le gène de l IDUA dans les cellules du système nerveux et restaurer ainsi la production de la protéine manquante. La mise en place d essais thérapeutiques chez les enfants touchés par la maladie de Hurler peut désormais être envisagée. Avec plusieurs pathologies en ligne de mire, le programme neurosciences de l Institut Pasteur bénéficie d une approche originale : la transversalité. Neuropsychologues et généticiens collaborent au sein de six unités de recherche, confrontant leurs points de vue, partageant leurs avancées et faisant ainsi progresser plus vite la recherche. «La synergie des approches ascendantes (partir du gène pour remonter jusqu à l individu) et descendantes (partir de l analyse des comportements pour trouver le gène sur lequel on est en capacité d agir) dans un même pôle de recherche est unique», précise-t-on à l Institut Pasteur. «Ceci explique pourquoi, en quelques années, les découvertes de nos chercheurs ont déjà fait naître plusieurs espoirs de vaincre les maladies du cerveau.» En soutenant l Institut Pasteur, AG2R LA MONDIALE s implique aux côtés d une institution 10 SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011

11 SANTÉ BIEN ASSURÉE i-stock photo Pour suivre au plus près l évolution des besoins des Français dans un domaine aussi important que la santé, AG2R LA MONDIALE adapte sans cesse son offre d assurance complémentaire. Avec un souci constant : défendre l accès à des soins de qualité pour le plus grand nombre. prestigieuse. Le Groupe a décidé de s attacher plus particulièrement aux travaux de l unité «Perception et mémoire» menés par Pierre-Marie Lledo. «Nos travaux donnent un nouvel éclairage sur les fonctions réparatrices du système nerveux central», explique ce dernier, qui estime «qu en détournant des neurones nouvellement formés depuis leur berceau d origine vers les régions lésées, en les attirant et en les guidant au moyen de sortes de protéines-pilotes, on pourrait en effet espérer contribuer à élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour le traitement des maladies neurodégénératives.» Les personnes atteintes d Alzheimer ou de Parkinson des maladies qui provoquent la destruction d une famille de neurones situés dans une zone spécifique du cerveau pourraient bénéficier, à terme, du fruit de ces travaux. Il était donc logique qu AG2R LA MONDIALE fasse ce choix particulier. Mais son implication va au-delà d un simple soutien financier puisque c est un véritable partenariat que le Groupe a mis en place avec l Institut Pasteur pour promouvoir la recherche. Ainsi, les conférences organisées par AG2R LA MONDIALE dans le cadre des actions de prévention santé ou de vulgarisation scientifique, reçoivent l appui de conférenciers ou de chercheurs pasteuriens. Et les retraités des différentes institutions du Groupe bénéficient de la gratuité d entrée au Musée de l Institut Pasteur de Paris et aux conférences culturelles et scientifiques publiques. Une bonne couverture santé, c est important. D après le Centre d analyse stratégique (CSA), c est même essentiel! C est en tout cas ce qui ressort de son étude : 78 % des assurés (1) pensent qu avoir une complémentaire santé est indispensable. Et, à l heure du déremboursement de nombreuses dépenses par l Assurance maladie, c est plus vrai que jamais. AG2R LA MONDIALE s efforce de rendre accessible à tous une assurance complémentaire santé efficace au meilleur prix. Aussi, pour s adapter aux besoins de chacun, le Groupe a développé une offre très modulable : Flexeo. Désormais, il ne s agit plus de choisir entre plusieurs niveaux de remboursement, mais de construire son contrat «sur mesure». Du jeune actif qui a peu de frais de santé et dispose d un budget très serré, au patron d une petite entreprise, très demandeur de services d assistance en cas de problèmes, en passant par le senior qui voudrait se voir rembourser des soins que la Sécurité sociale ignore AG2R LA MONDIALE répond à toutes les préoccupations. Au point de supprimer, depuis le début de l année, les délais de carence. «Les prestations sont applicables immédiatement», explique Cécile Vinot, responsable marketing Santé Prévoyance. «Les délais de carence provoquent des reports de soins. Et tout le monde sait que différer son rendez-vous chez le dentiste, par exemple, c est prendre le risque de sérieuses complications!» (1) Enquête du CSA en 2009 menée auprès de 300 entreprises et de 2002 personnes interrogées. JOURNÉE NATIONALE DE L AUDITION, HARO SUR LE BRUIT Pollutions sonores : notre santé peut-elle être menacée? C est le thème de la 14e édition de la Journée nationale de l audition qui va se dérouler dans toute la France le jeudi 10 mars. Partenaire de cet évène- ment national depuis onze ans, AG2R LA MONDIALE mobilise ses collaborateurs pour mettre en place des actions d information et de prévention dans ses agences, en partenariat avec les acteurs locaux. N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 11

12 PRÉVOIR UN LOGEMENT POUR TOUTE LA VIE Le design universel Concevoir, dès le départ, des lieux de vie Plutôt que de chercher à adapter des logements en fonction de tel ou tel handicap ou du grand âge, le «design universel» aborde la question sous un angle nouveau : pourquoi ne pourraiton pas concevoir, dès le départ, des lieux de vie adaptés à tous? Tandis que la plupart des professionnels français de l habitat, du transport et de l urbanisme s interrogent sur l accessibilité, cette question ne serait-elle pas déjà dépassée? Venu d outre-atlantique, le «design universel» pose le problème d une manière radicalement différente : non plus en termes de contraintes, avec des normes d accessibilité, mais en termes d innovation. Le défi est de répondre, à chaque stade de la conception, aux besoins du plus grand nombre possible d utilisateurs. Plutôt que de multiplier les solutions, il s agit d inverser le processus : à partir de l analyse des besoins de l ensemble de la population y compris les enfants, les personnes âgées ou handicapées imaginer des objets, des équipements ou des constructions dont la conception «universelle», invisible pour la plupart des utilisateurs, n exclut personne. Au niveau d un appartement, par exemple, la loi prévoit que tous les nouveaux logements doivent être «adaptables». Mais pourquoi prévoir une adaptation future alors qu il est possible de construire, dès le départ, des immeubles répondant aux besoins des personnes à mobilité réduite, des malvoyants ou des seniors? Le design universel profite à tous. Parce que chacun d entre nous est ou sera moins autonome d une façon ou d une autre à un moment de 12 SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011 sa vie : on apprécie une poignée de porte de grandes dimensions et facile à manipuler non seulement quand on rencontre des problèmes de préhension à cause d une arthrose sévère, mais aussi lorsqu on s est foulé le poignet dans un accident de roller ou encore parce qu on porte un bébé dans les bras... Il s agit désormais de reconnaître, ni plus ni moins, que le handicap fait partie de la condition humaine, qu il ne s agit pas d une exception mais d une situation normale qui concerne en Europe une personne sur quatre proportion amenée à évoluer avec l augmentation de l espérance de vie et les risques de dépendance qui s y rattachent. De nombreuses réflexions sont menées à ce sujet. En France, le programme «Logement design pour tous» a été lancé en 2009 au niveau interministériel. L enjeu est de taille : s il faut impérativement adapter un grand nombre de logements collectifs, et notamment dans le parc social où 26 % des locataires ont plus de 60 ans et 10 % plus de 75 ans, il faut aussi une prise de conscience collective, y compris au niveau des particuliers, pour arrêter de construire des logements qui ne prennent pas en compte la perspective du vieillissement. Voici quelques exemples d aménagements utiles pour profiter de son domicile tout au long de la vie* : Élargir les ouvertures. Si une porte de 80 cm est suffisante pour laisser passer un fauteuil roulant, un passage de 90 cm est plus confortable pour tous ceux qui ne sont pas forcément des as de la manœuvre... et une bénédiction pour tous ceux qui ont déjà eu à déménager un meuble volumineux.

13 PARTAGER VIEILLIR CHEZ SOI adaptés à tous. Installer les interrupteurs, les interphones et les prises électriques à 80 cm du sol. Après tout, personne n apprécie le fait de se mettre à quatre pattes pour brancher son aspirateur... Prévoir des garages de 3,30 m de large afin de favoriser un dégagement latéral aisé. Indispensable pour les personnes en fauteuil roulant, agréable pour tous les autres... notamment les nouveaux conducteurs! Construire des douches au ras du sol, équipées d une petite margelle qui permet de s asseoir pour faire sa toilette. Les personnes handicapées peuvent ainsi se laver sans avoir besoin de leur fauteuil et les personnes âgées assurent leurs appuis. Le coût supplémentaire est minime voire nul si ce concept est intégré dans les plans. Abaisser la hauteur des fenêtres et celle des poignées de 20 cm pour les manier plus facilement. Les grands ne sont pas gênés alors que les personnes de petite taille y trouvent un avantage certain, de même que ceux qui utilisent un fauteuil roulant ou les personnes âgées qui ont des difficultés à lever les bras. Autre avantage, cela permet de voir dehors, même assis ou couché. Soigner l éclairage en multipliant les sources de lumière et les interrupteurs judicieusement placés, notamment en prévision des trajets nocturnes. Aussi utile pour les aînés insomniaques que pour les réveils nocturnes des enfants. * Sources : préconisations de la Fondation Joseph Rowntree ; Coredex ; Maisons France confort. 90 % DES SENIORS SOUHAITENT VIVRE LE PLUS LONGTEMPS POSSIBLE CHEZ EUX. À lire : «L adaptation de l habitat au défi de l évolution démographique, un chantier d avenir», rapport de Muriel Boulmier, remis en 2009 au Secrétaire d État au logement et à l urbanisme. Source : Ipsos, Opinion Way, Giesbert & Associés. AGIRC-ARRCO, BIEN CHEZ MOI Benni Valson Le Square En 1999, 90 % des septuagénaires, 80 % des octogénaires et 70 % des nonagénaires vivaient à domicile. Source : Insee DEPUIS PLUSIEURS MOIS, LES FÉDÉRATIONS AGIRC ET ARRCO EXPÉRIMENTENT, DANS LE CADRE DU PLAN DOMICILE, LA PRESTATION «BIEN CHEZ MOI» Dans le cadre de l action sociale destinée à prolonger l autonomie à domicile des retraités, les Fédérations Agirc et Arrco ont défini quatre axes stratégiques : participer au développement de logements adaptés à la perte d autonomie ; préserver et sécuriser la personne sur son lieu de vie ; contribuer à la prise en compte de besoins propres pour les aidants ; favoriser des partenariats pour privilégier le développement de services d aide. La prestation «Bien chez moi», actuellement en phase test dans quatre régions, est axée sur l adaptation du domicile et sur la prévention des accidents domestiques. Il s agit de proposer aux retraités un service qui comprend la visite à domicile d un ergothérapeute. Ce dernier analyse les difficultés et les risques, établit un bilan personnalisé et préconise des solutions concrètes, adaptées à la situation de la personne concernée et à ses habitudes de vie. Un premier bilan de l opération sera présenté en juin 2011 avec l objectif de parvenir rapidement à étendre la prestation à l ensemble du territoire. N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 13

14 DÉCOUVRIR INTERVIEW DE JEAN-JACQUES MARETTE Tristan Paviot Directeur général Agirc-Arrco 14 Quelle est la situation des régimes au moment où commencent les négociations paritaires? Les régimes Agirc et Arrco font ressortir une situation financière tendue en grande partie liée à la crise économique qui anticipe de sept ans les évolutions que nous avions prévues. Si les régimes peuvent temporairement piocher dans les réserves qu ils ont accumulées, ils doivent, dans l attente de la montée en charge de la réforme des retraites issue de la loi du 9 novembre dernier, trouver des mesures d équilibrage de nature à garantir la pérennité de leurs engagements. À cet effet, les partenaires sociaux se sont fixé un programme ambitieux de rencontres entre fin décembre et fin mars. Quel est l impact de la réforme sur les retraites complémentaires Agirc et Arrco? La réforme aura un impact positif sur les comptes des régimes mais leur équilibre ne sera pas assuré de façon durable. Si l on retient le scénario économique raisonnablement prudent d une évolution du taux de chômage de 7 % et de gains annuels de pouvoir d achat de 1,5 %, seules les années 2017 à 2022 seraient globalement excédentaires et l on prévoit un retour des déficits dès L Agirc et l Arrco sont-elles touchées de la même manière? Et avec quelles conséquences notamment sur leur situation financière? La dégradation des comptes est plus sensible pour l Agirc que pour l Arrco mais la tendance de fond est la même pour les deux régimes. Le régime des cadres, déjà déficitaire, devrait le rester SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011 jusqu en 2033, puis redevenir positif seulement en 2034, jusqu à dégager un excédent de 2,7 milliards d euros en Quant à l Arrco, son résultat devrait redevenir positif en 2016, jusqu à dégager un excédent de 1,2 milliard d euros en Toutefois, celui-ci devrait à nouveau décroître, devenir négatif en 2024 et rester dans le rouge jusqu en C est donc tout l enjeu des négociations à venir que de trouver des mesures d équilibre des régimes. Face à l harmonisation croissante des différents régimes de retraite, l Agirc et l Arrco ont-ils un rôle spécifique à jouer? En 2010, le législateur a créé un comité de pilotage des régimes de retraite avec notamment pour mission de rapprocher les règles et les paramètres de fonctionnement entre régimes. Nous participerons aux travaux de ce comité. Capitalisation ou répartition? Pensezvous que les deux systèmes peuvent cohabiter? Les deux systèmes cohabitent déjà et c est bien ainsi. La retraite par répartition se gère sur une durée longue, 70 ans (40 ans de cotisations, 30 ans de retraite et de réversion). La garantie de la répartition qui continue de constituer le socle du système de retraite repose sur son caractère obligatoire et son assise large, en l occurrence tous les salariés et toutes les entreprises du secteur privé. La retraite par capitalisation permet de compléter ses revenus de retraite pour ceux qui en ont la capacité. Les deux systèmes ont donc vocation à continuer à cohabiter car ils présentent des intérêts complémentaires.

15 LA VOIE ROYALE INDICATEURS GROUPE Équipe cycliste AG2R LA MONDIALE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE : LA VALEUR DU POINT Depuis le 1er avril 2010, la valeur du point Arrco est de 1,1884, et celle du point Agirc de 0,4216. DR SAVOIR Présentation de l équipe cycliste à la presse le 26 janvier Après ses excellents résultats obtenus lors de la saison passée, l équipe AG2R LA MONDIALE a été la seule formation française retenue pour évoluer en 2011 en première division, au sein de l élite mondiale du cyclisme. En 2010, les valeurs de cohésion et de solidarité portées par l équipe AG2R LA MONDIALE se sont concrétisées par des places d honneur aux classements par équipes des trois grands Tours. Il faut ajouter à cela la superbe victoire d étape de Christophe Riblon sur le Tour de France ainsi que la révélation de Nicolas Roche au plus haut niveau, faisant de lui un leader de stature internationale. Sur ces bases, la saison 2011 s annonce prometteuse. «Avec l arrivée de sept nouveaux coureurs, nous avons misé à la fois sur la jeunesse et l expérience», explique Vincent Lavenu, manager général de l équipe. «Nous avons choisi de mettre l accent sur la complémentarité des coureurs afin que la cohésion soit la meilleure possible». Dans une équipe, le premier comme le dernier sont toujours «le contraire de seul au monde». TAUX DE RENDEMENT 2010 DES CONTRATS D ASSURANCE VIE EN EUROS D'AG2R LA MONDIALE Épargne Produits Taux nets Mondiale Vivépargne Mondiale Vivépargne 2 Vivépargne 2 3,50 % Encours au 31/12/ M SOLIDITÉ FINANCIÈRE La note de solidité financière d AG2R Prévoyance vient d être réaffirmée par l agence de notations Standard & Poor s, à A (solide). En 2010, AG2R Prévoyance reste la seule institution de prévoyance à faire l objet d une notation publique indépendante et à être notée dans la catégorie «solide». La note de La Mondiale est également A. Ces bonnes notations reflètent la solidité du Groupe ainsi que sa capacité à maintenir ses marges et à renforcer sa politique de sélection et de suivi des risques. TROIS ÉTOILES POUR ASSURANCE AUTONOMIE Le magazine Mieux Vivre Votre Argent a décerné trois étoiles à la nouvelle assurance dépendance proposée par AG2R LA MONDIALE. Éditeur : AG2R LA MONDIALE bd Haussmann Paris Cedex 08 Directeur de la publication : Retraite Perp Mondiale Retraite Professionnels Mondiale Privilège Actions Mondiale Retraite Active Mondiale Retraite Mondiale Perspectives Entreprise 3,20 % Mondiale Solutions Retraite 3,50 % M André Renaudin Rédacteur en chef : Yvon Breton Rédaction : Zalid Conception graphique : Studio Dumbar Impression : Imaye Graphic Numéro ISSN : En cours Dépôt légal : Mars M N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 15

16 TERCIANE HOSPI EN LIGNE Un nouveau service Internet le Square VOTRE RETRAITE SUR IPHONE AG2R LA MONDIALE met à votre disposition l application pour iphone ACTU RETRAITE, à télécharger sur itunes.com/ apps/acturetraite. Cet outil pratique et facile d utilisation permet d estimer ses revenus à la retraite et de suivre l actualité de la réforme des retraites. Le Groupe propose ainsi un mode d information à la fois lisible et ludique. Terciane Hopsi est le dernier-né des services en ligne développés par AG2R LA MONDIALE à l attention de ses assurés santé, un outil d aide à la décision pour le choix d un service de chirurgie ou de médecine au sein d un établissement hospitalier. Il est accessible sur le site particulier. ag2rlamondiale.fr en cliquant sur la rubrique «accès clients». Pour 86 pathologies répertoriées, les assurés peuvent en effet consulter la liste des hôpitaux LE GUIDE DE L ASSURÉ Disponible sur le site particulier.ag2rlamondiale.fr rubrique «accès clients», il dispense des conseils pour prendre soin de sa santé, propose des informations utiles et pratiques sur le contrat et les remboursements, les avantages du tiers-payant ou encore les services Internet. Des courriers et formulaires de gestion pré-remplis permettent de simplifier les démarches en cas de changement de RIB, d ajout de bénéficiaire, etc. et cliniques pratiquant les soins et interventions appropriées, comportant des indicateurs de qualité mis au point, pathologie par pathologie, avec le concours de spécialistes. Le moteur de recherche a été pensé pour permettre à chacun d accéder à l information, quels que soient ses critères de recherche : par pathologie, par proximité géographique, par acte chirurgical DES VOYAGES POUR TOUS À LA MESURE DE TOUS LES RÊVES! DEMANDE À RETOURNER À L ADRESSE SUIVANTE : PRIMAVACANCES - SOLIDARITÉS, 104, BD HAUSSMANN, PARIS OUI! DÉCOUVREZ LE NOUVEAU CATALOGUE PRIMAVACANCES OUI, je souhaite recevoir gratuitement et sans engagement Mlle Mme M. Nom : Prénom : JE DÉCOUVRE Adresse : Code postal : Ville : Tél : Date de naissance : J accepte d être contacté par mail Informations et réservations au : TOUTE PERSONNE CONCERNÉE PAR UN TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PER- AG2R LA MONDIALE BD HAUSSMANN, PARIS CEDEX 08 (JOINDRE LA PHO- SONNEL TRAITÉES PAR LE GIE AG2R POUR LE COMPTE DE SES MEMBRES À DES FINS DE TOCOPIE D UNE PIÈCE D IDENTITÉ EN COURS DE VALIDITÉ). LES DONNÉES À CARACTÈRE GESTION ADMINISTRATIVE ET COMMERCIALE BÉNÉFICIE D UN DROIT D ACCÈS, D INTER- PERSONNEL TRAITÉES PAR PRIMAVACANCES SONT COLLECTÉES À DES FINS DE PRO- ROGATION, DE RECTIFICATION ET D OPPOSITION (POUR DES MOTIFS LÉGITIMES) SUR POSITIONS D OFFRES TOURISME. LE CAS ÉCHÉANT, LES AUTRES MEMBRES DU GROUPE LES DONNÉES QUI LA CONCERNE. CES DROITS PEUVENT ÊTRE EXERCÉS PAR COURRIER AG2R LA MONDIALE AINSI QUE SES PARTENAIRES POURRONT VOUS INFORMER SUR ADRESSÉ À LA DIRECTION DES RISQUES / CONFORMITÉ ET DÉONTOLOGIE - LEUR OFFRE DE PRODUITS OU DE SERVICES. SOLIDARITÉS N 1 Mars 2011 SOLIDARITÉS 03/ (0,15 TTC/min) ag2rlamondiale.fr primavacances.com croisieres-primavacances.com

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN LA PERTE D AUTONOMIE, EN PARLER, C EST DÉJÀ L ANTICIPER Sources : (1) Revue Risques n 78 - juin 2009. Avec l allongement de l espérance

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Sommaire 1 Contexte / préoccupations des Français 2 Des Français concernés par la dépendance des personnes âgées

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

AFER Dépendance. Assurez-vous dès aujourd hui des lendemains plus sereins

AFER Dépendance. Assurez-vous dès aujourd hui des lendemains plus sereins AFER Dépendance Assurez-vous dès aujourd hui des lendemains plus sereins AFER Dépendance Vous avez déjà réfléchi à votre avenir avec nous Il est temps aujourd hui de voir plus loin et étudier une excellente

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Atelier «Vieillissement de la population et habitat»

Atelier «Vieillissement de la population et habitat» Atelier «Vieillissement de la population et habitat» Avec l allongement de la durée de vie et la mutation démographique sans précédent auxquels la société française est confrontée, la question du logement

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH Baromètre BVA Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH en partenariat avec le Figaro avec le concours scientifique de la Chaire de Sciences Po Fiche technique Recueil

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3 n w Click to edit Master text styles Second level l Third level Ø Fourth level w Stand D3 VIRAGE- VIAGER 2014 Le viager comme soludon de complément de retraite Une nouvelle forme : Le viager mutualisé

Plus en détail

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie!

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie! - 10 % si vous adhérez en couple Mutex Indépendance Services Gardez le contrôle de votre vie! Les 10 raisons de souscrire Mutex Indépendance Services Une rente mensuelle de 300 f à 2000 f en fonction de

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

DÉMARRER AU QUART DE TOUR

DÉMARRER AU QUART DE TOUR assurance de biens PRIMA AUTO DÉMARRER AU QUART DE TOUR DES GARANTIES QUI VONT PLUS LOIN CAPITAL INVALIDITÉ DU CONDUCTEUR jusqu à 1 MILLION (1) VÉHICULE DE REMPLACEMENT GRATUIT Pour aller de l indispensable

Plus en détail

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN LA PERTE D AUTONOMIE, EN PARLER, C EST DÉJÀ L ANTICIPER Avec l allongement de l espérance de vie, le nombre de personnes en perte

Plus en détail

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 LA SÉCURITÉ EN TOUTE LIBERTÉ Terre d avenir 2, un contrat d assurance vie souple qui s adapte à vos besoins Une nouvelle génération de contrat d assurance vie qui vous aide À

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 GUIDE PRATIQUE / FAIRE FACE À LA PERTE D AUTONOMIE

GUIDE PRATIQUE. Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 GUIDE PRATIQUE / FAIRE FACE À LA PERTE D AUTONOMIE GUIDE PRATIQUE Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 03 AVANT-PROPOS 1 La perte d autonomie touche de plus en plus de personnes, en raison principalement du vieillissement

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Plan Gérant Majoritaire GENERALI

Plan Gérant Majoritaire GENERALI Dossier fiche_fiscalité_vie particuliers professionnels entreprises Plan Gérant Majoritaire GENERALI Nom de l entreprise : Activité de l entreprise : Nombre de salariés : jusqu à 5 de 6 à 20 plus de 20

Plus en détail

Placements en vue de la dépendance

Placements en vue de la dépendance ATELIER n 5 Placements en vue de la dépendance Dominique CALVAR, CNP Assurances Le marché Eléments FFSA Convention Annuelle CGPC 2 ème marché privé au monde La France est au 1 er rang des pays de l OCDE

Plus en détail

résultats L implication de l entourage et des professionnels auprès des personnes âgées à domicile N 771 août 2011

résultats L implication de l entourage et des professionnels auprès des personnes âgées à domicile N 771 août 2011 études résultats et N 771 août 2011 L implication de l entourage et des professionnels auprès des personnes âgées à domicile D après l enquête Handicap-Santé, 3,6 millions de personnes âgées de 60 ans

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement

Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement ét udes et résultats N 823 décembre 2012 Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement Les aides techniques et les aménagements du logement permettent aux personnes

Plus en détail

Assurance dépendance Faites le bon choix

Assurance dépendance Faites le bon choix 1 Assurance dépendance Faites le bon choix Que l on soit aidant ou dépendant, plusieurs solutions d assurances individuelles permettent dès aujourd hui d anticiper les conséquences financières de la perte

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. Ma retraite

Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. Ma retraite Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel Ma retraite Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. La retraite : certains

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS CCN, des organismes gestionnaires de Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs. RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Livret CCN FSJT 2 Humanis s engage à vous accompagner durablement

Plus en détail

une solution pour chaque étape de la vie

une solution pour chaque étape de la vie particuliers F D une solution pour chaque étape de la vie Pourquoi dois-je m assurer? Dans la vie, il y a un temps pour tout et une assurance pour chaque situation. Quelle que soit la vôtre, AXA vous conseille.

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Les seniors, une cible délaissée

Les seniors, une cible délaissée Les seniors, une cible délaissée Pascale HEBEL, Franck LEHUEDE Aujourd hui, plus d un tiers de la population française a plus de 50. Depuis dix, la croissance de la part des seniors d la population s est

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

santé AIDE POUR FINANCER VOTRE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

santé AIDE POUR FINANCER VOTRE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ santé AIDE POUR FINANCER VOTRE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ LE CHÈQUE SANTÉ, UNE DÉMARCHE SIMPLE ET IMMÉDIATE L AIDE POUR UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ (A.C.S.), UN SOUTIEN POUR PROTÉGER VOTRE SANTÉ Il s agit d une

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Préparer sa retraite MA RET RAITE Sommaire Le système de retraite en France, deux grands principes...2 Pour les régimes du privé, du salariat agricole, de l

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Réunica vous accompagne

Réunica vous accompagne GUIDE DES SERVICES Réunica vous accompagne REUNICA.COM Nos services CLIENTS SANTÉ Particuliers et affiliés à un contrat collectif Professionnels (auto-entrepreneurs, TNS) Assistance Réunica Assistance

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

santé AIDE pour votre

santé AIDE pour votre santé AIDE pour financer votre complémentaire santé Le chèque santé, une démarche simple et immédiate L Aide POUR UNE Complémentaire Santé (A.C.S.), un soutien pour protéger votre santé Il s agit d une

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA DOSSIER DE PRESSE Paris, le mardi 14 février 2006 PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA propose, depuis le début du mois, une gamme de services

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Amélioration du contrat Prévoyance

Amélioration du contrat Prévoyance Amélioration du contrat Prévoyance Communication aux salariés 13 janvier 2014 Introduction Améliorations des garanties «décès» Nouvelle garantie «Dépendance» Vue générale des garanties du régime Prévoyance

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

PRÉSERVEZ VOS PROCHES EN PENSANT À TOUT

PRÉSERVEZ VOS PROCHES EN PENSANT À TOUT prévoyance GARANTIE PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE PRÉSERVEZ VOS PROCHES EN PENSANT À TOUT L offre Garantie Prévoyance Individuelle est une offre simple à mettre en place. VOTRE BILAN PRÉVOYANCE C EST LE BON

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010.

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010. Octobre 00 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Agence Thomas Marko & Associés Echantillon : 000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

Les pièces justificatives suivantes sont à joindre

Les pièces justificatives suivantes sont à joindre CONSEIL GENERAL de la HAUTE-VIENNE Dossier de demande d Allocation Personnalisée d Autonomie Date de la demande : NOM :... Nom de jeune Fille :..... Prénoms :. ADRESSE :.. Téléphone :.. Demande : à domicile

Plus en détail

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Les Matinales SILVER ECO La Synthèse Assurance et Silver économie 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Une matinale animée par Hélène Delmotte (Care Insight) et Benoît Goblot (agence Matinal)

Plus en détail