SES, Première, R. Pradeau, Chapitre 1 : Les grandes questions que se posent les économistes. Raphaël Pradeau, Académie de Nice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SES, Première, R. Pradeau, 2012-2013 Chapitre 1 : Les grandes questions que se posent les économistes. Raphaël Pradeau, Académie de Nice"

Transcription

1 Problématiques : SES, Première, R. Pradeau, Chapitre 1 : Les grandes questions que se posent les économistes Raphaël Pradeau, Académie de Nice I/ Qu'est-ce qui détermine les choix économiques des agents? Par quoi sont-ils contraints? Qu'est-ce que les agents économiques cherchent à travers ces choix? Les préférences des agents économiques sont-elles identiques? A quoi servent les modèles économiques? Quel est l'intérêt d'une représentation graphique des contraintes et des possibilités de choix qui s'offrent aux agents économiques? II/ Pourquoi personne ne vit-il en autarcie, en produisant tout ce qu'il consomme? En quoi est-il préférable d'échanger? Tout le monde gagne-t-il à échanger? III/ Comment distinguer ce qui relève de la production de ce qui n'en relève pas? Une activité illégale ou réalisée dans le cadre familial est-elle de la production? Que produit-on? Toute production est-elle matérielle? Toute production est-elle vendue? Comment mesurer la valeur de la production d'une entreprise ou d'un pays? IV/ De quoi a-t-on besoin pour produire? Comment déterminer la manière de produire et quelle quantité produire? Quelle quantité permet-elle de maximiser le profit de l'entreprise? V/ Comment les richesses produites sont-elles réparties entre les différents agents économiques? Comment l'etat intervient-il dans la répartition des revenus? VI/ Comment analyser une économie dans son ensemble? Quelles sont les différentes utilisations possibles de la production? Les richesses produites correspondent-elles aux richesses utilisées? Plan : I/ Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix? A/ La science économique étudie les choix opérés par les individus dans un contexte de rareté B/ Les économistes simplifient la réalité pour l'analyser II/ Pourquoi acheter à d'autres ce que l'on pourrait faire soi-même? A/ Les gains à l'échange B/ Pourquoi y-a-t-il gain à l'échange? III/ Que produit-on et comment le mesure-t-on? A/ Qu'est-ce que la production? B/ Que produit-on? C/ Comment mesurer la production? De la valeur ajoutée au PIB IV/ Comment l'entreprise produit-elle? A/ De quoi a-t-on besoin pour produire? B/ Quelle quantité produire? V/ Comment répartir les revenus et la richesse? A/ La répartition primaire des revenus B/ La répartition secondaire des revenus VI/ Quels sont les grands équilibres macroéconomiques? A/ Qu'est-ce que la macroéconomie? B/ Quelles utilisations possibles de la production? C/ L'équilibre emplois-ressources

2 Notions : Partie Notions au programme Notions complémentaires I/ Utilité, contrainte budgétaire, prix relatif II/ Echange marchand, spécialisation, gain à l'échange III/ Production marchande, production non marchande, valeur ajoutée IV/ facteurs de production, coûts (total, moyen et marginal), recettes (totale, moyenne, marginale), productivité, loi des rendements décroissants Science économique, rareté, contrainte temporaire, coût d'opportunité, utilité marginale / utilité totale, modèle économique Division du travail Production, biens / services, marché, chiffre d'affaires, consommation intermédiaire, Produit Intérieur Brut Capital / travail, facteurs de production complémentaires / substituables, coûts fixes / coûts variables, maximisation du profit V/ Salaire, profit, revenus de transfert Salaire brut / salaire net, patrimoine, flux /stock, revenus mixtes, prélèvements obligatoires, cotisations sociales / impôts, redistribution, revenu disponible VI/ Equilibre emplois / ressources Agrégat, macroéconomie / microéconomie, consommation, consommation finale, investissement (FBCF), exportations / importations, variation de stocks I/ Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix? Durée : maximum 4h A/ La science économique étudie les choix opérés par les individus dans un contexte de rareté 1h30 Document 1 : Des choix sous contrainte Tout le monde souhaiterait avoir une belle maison, située dans un bel endroit (avec une aide ménagère à domicile), deux ou trois voitures de luxe, et des vacances fréquentes dans des hôtels de charme. Mais même dans un pays riche [...], peu de familles peuvent s'offrir tout cela. Elles doivent donc faire des choix : aller à Disney World cette année ou s'acheter une voiture de meilleure qualité, se contenter d'un petit jardin ou accepter un trajet plus long pour aller au travail et vivre là où l'espace est moins cher. Un revenu limité n'est pas la seule chose qui empêche les gens d'avoir tout ce qu'ils désirent. Le temps est également limité : il n'y a que 24 heures dans une journée. Et dans la mesure où notre temps est limité, choisir de consacrer du temps à une activité signifie également ne pas consacrer du temps à une autre activité : passer du temps à réviser pour un examen signifie renoncer à aller au cinéma. Beaucoup de personnes sont à ce point contraintes par le nombre d'heures dans une journée qu'elles sont prêtes à échanger de l'argent contre du temps. Par exemple, les épiceries de quartier pratiquent des prix plus élevés qu'un supermarché traditionnel. Mais elles rendent service aux clients pressés par

3 le temps qui préfèrent payer davantage plutôt que de se déplacer jusqu'au supermarché. Pourquoi les individus doivent-ils faire des choix? La raison ultime est que les ressources sont rares. [...] Une ressource est rare quand la quantité disponible n'est pas suffisante pour satisfaire tous les usages productifs. Il existe de nombreuses ressources rares, parmi lesquelles les ressources naturelles. [...] Et dans une économie mondiale en croissance [...], même l'air pur et l'eau salubre sont devenus des ressources rares. Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De Boeck, Q1 : Seriez-vous prêts à payer pour respirer l'air que vous respirez aujourd'hui? Pourquoi? Nous ne sommes pas prêts à payer pour respirer de l'air, car il est disponible en abondance, il n'est pas rare. Si demain l'air était irrespirable, seriez-vous prêts à payer pour de l'air pur? Oui, car il serait devenu rare. C'est d'ailleurs déjà le cas dans certaines villes très polluées (ex Japon), des entreprises proposent des cabines d'air pur payantes car l'air pur est devenu rare. Rareté : caractéristique de ce qui n'existe pas en quantité illimitée pour satisfaire les besoins humains. (La rareté est un phénomène général et absolu à la différence de la pénurie qui est limitée dans le temps). La rareté est considérée comme l'objet d'étude de la science économique. La science économique peut-être définie comme l'étude de la façon dont les sociétés utilisent des ressources rares pour produire des biens et les répartir entre les individus. D'où les questions posées par les économistes (cf intro) : - Que produire? En quelle quantité? - Comment produire? - Pour quoi produire? Comment répartir les richesses produites? Q2 : Quelles sont les contraintes qui limitent les possibilités de choix des individus? Les individus sont confrontés à une contrainte budgétaire : les dépenses des individus sont limitées par leurs ressources actuelles et futures. Mais aussi une contrainte temporelle : certains choix sont contraints par un manque de temps. Un milliardaire peut estimer que ses choix sont limités non par l'argent mais par le temps. Dans le cas d'un chômeur, en revanche, ses choix seront limités par le manque d'argent et non par le temps. Remarque : si les ressources étaient illimitées, elles n'auraient pas de prix. Q3 : Pourquoi certains individus préfèrent-ils faire leur course dans une épicerie de quartier? Ces individus préfèrent payer un peu plus cher les produits consommés plutôt que de perdre du temps à se déplacer jusqu'au supermarché, qui pratique des prix moins élevés. Ils ont fait un arbitrage entre l'argent et le temps en faveur de ce dernier. Q4 : Montrez que les choix supposent toujours un renoncement à autre chose. Puisque les ressources sont rares et que les besoins/envies sont illimités, on ne peut pas tout obtenir à la fois ; il faut donc faire des choix, c'est-à-dire renoncer à quelque chose pour obtenir autre chose : toute décision implique un sacrifice, un manque à gagner. On parle de coût d'opportunité : ce à quoi l'on renonce pour obtenir une chose. Exemples à l'oral :

4 - Vous avez un devoir à faire pendant les vacances, à quoi renoncerez-vous en le travaillant? Le coût d'opportunité représente ici les loisirs. - Vous devez choisir entre un bac + 2 et un bac + 5, quel est le coût d'opportunité du second choix? (coût des études mais aussi renoncement au salaire pendant ces trois ans). Voir le doc 5 et 6 p On vous donne 100 euros à Noël, préférez-vous les dépenser tout de suite ou bien les épargner pour vous acheter un scooter/voiture? L'épargne est ce qui n'est pas consommé au cours d'une période donnée : son coût d'opportunité est la non consommation immédiate. - L'OGC Nice dispose de 10 millions d'euros pour recruter au mercato. Va-t-il acheter un avantcentre à 10 millions d'euros? Non car sinon ils ne pourront pas changer leur défense trouée. On voit que dans le cas du PSG cet été, les ressources étant quasi illimitées, la contrainte budgétaire était moins forte et ont pu recruter à tous les postes quasiment. Mais sur quoi va reposer le choix entre consommation et épargne? Sur la satisfaction obtenue par les agents économiques. L'économiste raisonne en termes d'utilité : satisfaction qu'un agent économique retire de la consommation d'un bien. Mais de quoi dépend l'utilité? - L'utilité dépend des goûts subjectifs des individus (par exemple, à prix équivalent certains préfèreront de la Volvic et d'autres de l'evian), - mais aussi du contexte (par exemple, préférez-vous un verre d'eau ou un diamant? La réponse ne sera pas la même si vous êtes au milieu du désert. Enfin elle varie selon la quantité consommée. Document 2 : L'utilité varie selon la quantité Comment évolue le niveau de satisfaction de l'individu quand il consomme une quantité croissante d'un bien? Il est raisonnable de penser qu'il dépend de l'intensité du besoin que le consommateur cherche à satisfaire : le plaisir est proportionnel au manque éprouvé avant la consommation. L'analyse microéconomique retient alors une hypothèse simple : l'intensité d'un besoin est décroissante au fur et à mesure que la quantité consommée augmente. Si un individu a soif, il a moins soif à partir du deuxième verre, encore moins à partir du troisième verre, etc. Si l'intensité du besoin décroît avec la quantité consommée, la satisfaction éprouvée pour chaque unité supplémentaire est moins importante que pour la précédente. Le troisième verre d'eau procure moins de plaisir que le deuxième, et encore moins que le premier. Attention! Cela ne signifie pas que la satisfaction globale diminue. Si l'individu continue à boire, c'est qu'il éprouve encore du plaisir à le faire. L'utilité totale continue donc à augmenter, mais de moins en moins vite. Autrement dit, l'utilité marginale diminue [...]. Toutefois, un individu rationnel ne devrait pas poursuivre sa consommation au-delà du point de saturation du besoin. On fait donc l'hypothèse que l'utilité marginale est normalement décroissante, mais toujours positive. Jacques Généreux, Economie politique : microéconomie, Hachette, Q1 : Qu'est-ce que l'utilité marginale? Distinguez-là de l'utilité totale. L'utilité totale désigne la satisfaction procurée par une certaine quantité de biens (par 500g de fraises, une tablette de chocolat). L'utilité marginale désigne la satisfaction supplémentaire apportée par la consommation d'une

5 unité supplémentaire d'un bien (par exemple une fraise supplémentaire, un carreau de chocolat supplémentaire). Les économistes néoclassiques utilisent fréquemment la notion de raisonnement marginaliste (ou raisonnement à la marge) : méthode d'analyse économique basée sur la mesure de l'influence d'un changement très faible (ou infinitésimal) d'une variable sur la situation d'un agent (ex du grain de riz). Q2 : Reformulez et expliquez la phrase soulignée. Au fur et à mesure que la quantité consommée augmente la satisfaction diminue, car on se rapproche d'un niveau de satiété (= saturation). Au bout d'un certain temps, la satisfaction procurée par une unité supplémentaire du bien consommé devient nulle. Exemple : dans un buffet à volonté, au bout d'un certain nombre de plats, même le dessert le plus appétissant vous dégoûtera. Lire doc 8 p. 18. Les économistes considèrent généralement que l'utilité marginale est décroissante avec les quantités consommées. Mais il existe des cas particuliers pour lesquels l'utilité marginale peut être croissante : ex : l'addiction à certaines drogues. Dans la réalité, un agent économique est confronté à une infinité de choix possibles. Comment en rendre compte? Les économistes ont recours à la modélisation, qui leur permet de simplifier la réalité. B/ Les économistes simplifient la réalité pour l'analyser 1h30-2h Les économistes (néoclassiques) raisonnent à partir de plusieurs hypothèses : - les individus sont rationnels, c'est-à-dire qu'ils cherchent les moyens les plus cohérents en vue d'atteindre des objectifs et qu ils disposent d une information parfaite sur les différents moyens disponibles - les individus doivent choisir entre deux biens (pour simplifier la réalité) - ils cherchent à maximiser leur satisfaction, c'est-à-dire à atteindre le degré de satisfaction le plus élevé possible, mais ils sont limités dans leurs choix par une contrainte budgétaire : il s'agit de choisir parmi l'ensemble des paniers de biens accessibles pour des prix et un revenu donné. Ainsi, ils cherchent à réaliser une maximisation sous contrainte, c'est-à-dire à maximiser leur satisfaction tout en minimisant leurs coûts. Remarque : Ce modèle n est pas toute la théorie néoclassique, mais seulement la version de base (la plus simple) de cette théorie qui a été ensuite complexifiée. Document 3 : doc 3 p. 16 Q1 : Pourquoi Totor ne peut-il consommer plus d'un bien qu'en consommant moins de l'autre? En raison de la contrainte budgétaire. La consommation d'un bien entraîne un coût d'opportunité : la diminution de la consommation de l'autre bien. Voir question 4 doc 1. Q2 : Si Totor va trois fois au cinéma, peut-il acheter 6 DVD? Non car cela excède son budget maximum. On voit que la contrainte budgétaire limite les possibilités de choix.

6 Q3 : Si Totor achète 4 DVD, combien de fois pourra-t-il aller au cinéma. 40 euros - (4*4) = 24 euros restants. 24/8= 3 séances de cinéma. Q4 : Retrouvez ce résultat sur le graphique "Possibilités de consommation de Totor". En expliquant ce que représente la droite rouge, justifiez le titre du graphique. La droite rouge constitue la contrainte budgétaire, on l'appelle aussi droite de budget. Les combinaisons de biens représentées par la droite (10 DVD et 0 séances de cinéma, 8 DVD et 1 séance de cinéma, et ainsi de suite...) constituent celles qui consomment l'intégralité du budget disponible. La surface qui se situe en dessous de la droite indique l'ensemble des combinaisons possibles de DVD et de séances de Cinéma que Totor peut acheter avec le revenu dont il dispose. Q5 : Que se passe-t-il graphiquement si l'argent de poche hebdomadaire de Totor augmente? La droite de budget se déplace vers le haut. Totor pourra consommer davantage de combinaisons de biens. Au tableau : représenter le déplacement de la droite de budget vers le haut, sans modification de la pente, suite à une hausse du budget. Q6 : A l'aide du tableau, calculez l'utilité marginale de la consommation de DVD lorsque Totor passe de 0 à 2 DVD, puis lorsqu'il passe de 2 à 4 DVD, et de 8 à 10 DVD. Que constatezvous? Remarque : on considère que le tableau évalue l'utilité procurée par la consommation de DVD et de séances de cinéma (cette mesure de l'utilité est théorique et n'a pas d'unité). L'utilité marginale de Totor lorsqu'il passe de 0 à 2 DVD est de 16 (16 0 = 16) L'utilité marginale de Totor lorsqu'il passe de 2 à 4 DVD est de 11 (27 16 = 11) On peut multiplier les exemples : l'utilité marginale de Totor lorsqu'il passe de 8 à 10 DVD est de 4 (50 46 = 4) On constate que l'utilité marginale des DVD est décroissante lorsque la quantité consommée augmente. Q7 : Si Totor souhaite maximiser son utilité totale, quel panier de consommation choisira-t-il? Le panier C avec 2 séances de cinéma et 6 DVD permet de maximiser l'utilité totale de Totor avec 63. Document 4 : doc 4 p. 16 Q1 : Qu'est-ce qu'un prix relatif? Calculez le prix relatif d'un DVD avant (doc 3), puis après la hausse. Prix relatif : prix d'une unité de bien exprimé en unité d'un autre bien. C'est donc le rapport entre les prix de deux biens. Avant : 2 DVD pour 1 séance de cinéma (8/4 = 2/1) Après l'augmentation du prix du DVD de 4 à 6 euros, 4 DVD pour 3 cinéma (8/6 = 4/3). Q2 : Comment la hausse du prix du DVD affecte-t-elle les quantités de DVD et de séances de cinéma que Totor peut acheter? Comment évolue l'utilité de Totor? Méthode : le prix du cinéma n'a pas changé, on peut calculer combien il reste pour les DVD et diviser par 6, puis reporter l'utilité pour chaque quantité de DVD en fonction du doc 3.

7 Panier de consommation Séances de cinéma Utilité du cinéma DVD Utilité des DVD Utilité totale A B C D E F Suite à la modification des prix relatifs, Totor peut consommer de moins grandes quantités donc son utilité totale baisse. Q3 : Représentez graphiquement la nouvelle droite de budget. Que constatez-vous? La droite de budget voit sa pente modifier, ici la pente est moins forte (représenter la droite au tableau). Q4 : Que se passerait-il graphiquement si le prix du DVD passait à 3 euros? Si le prix du DVD augmente ou diminue, cela modifie les prix relatifs, donc la pente de la droite de budget serait modifiée : si le prix du DVD passe à 3 euros, la pente serait plus forte. Il serait possible d'acheter plus de DVD et/ou de séances de cinéma, donc l'utilité totale augmenterait. Conclusion : la définition et l'intérêt des modèles en économie 1/2 h En économie, un modèle est une construction théorique, une représentation simplifiée de la réalité. La réalité étant très complexe, l'économiste doit la simplifier pour en faciliter la compréhension. Mais les consommateurs raisonnent-ils vraiment ainsi? Les gens ne tracent pas de droite de budget quand ils font leurs achats, mais ils savent qu'ils sont contraints financièrement et cherchent implicitement à maximiser leur satisfaction. Ce qui importe c'est ce que le modèle permet de comprendre, notamment lorsqu'on le confronte à la réalité. En matière de consommation, il permet de comprendre les choix des consommateurs, de prévoir l'impact des variations de revenus, de prix, de fiscalité, etc... II/ Pourquoi acheter à d'autres ce que l'on pourrait faire soi-même? Durée : maximum 3h A/ Les gains à l'échange 1h - 1h30 Sensibilisation à partir d'un paradoxe : pourquoi consomme-t-on des plats préparés alors qu'ils sont plus chers que des plats maison? Document 5 : Comment choisir entre plats maison et plats tout prêts?

8 Q1 : Faites une phrase pour exprimer la signification des données de la ligne "sandwich". Remarque : pas de date Selon un sandwich préparé à la maison coûte 2 euros, alors qu'un sandwich tout prêt coûte 50 % plus cher, soit 3 euros. Prix relatif = 1,5 (3/2) : un sandwich tout prêt coûte 1,5 fois plus cher qu'un sandwich préparé à la maison Q2 : Combien coûte un sandwich préparé? Un sandwich préparé coûte 3 euros = 2 + (2 x 50 / 100). Q3 : Revient-il plus cher de préparer soi-même ses plats ou de les acheter "tout prêts"? Quelque soit le plat, il revient moins cher de le préparer soi-même que de l'acheter tout prêt. Q4 : Selon vous, pourquoi consomme-t-on des plats préparés? Pourquoi consomme-t-on des plats préparés alors qu'ils sont plus chers? Sont-ils meilleurs? Non. Ils permettent en revanche un gain de temps : le temps que je ne passe pas à préparer le sandwich, je le passe à travailler et je peux ainsi acheter des sandwichs. Je peux aussi le passer à me reposer, voir des amis..., ce que je considère plus reposant/utile/intéressant/enrichissant que de préparer à manger. On retrouve la notion de coût d'opportunité : je renonce à manger des plats maison pour pouvoir aller au cinéma par exemple, car préparer des plats moi-même prend du temps. Alors, pourquoi acheter à d'autres ce que l'on peut faire soi-même? Document 6 : Cristiano Ronaldo doit-il tondre sa pelouse lui-même? Cristiano Ronaldo, l'attaquant vedette du Real Madrid, est un des footballeurs les plus talentueux au monde. Il est probablement également doué dans d'autres activités. Par exemple, imaginons qu'il puisse tondre son gazon plus vite que n'importe qui au monde. Doit-il pour autant le faire soi-même?

9 Disons que Ronaldo puisse tondre sa pelouse en deux heures. Durant ces deux heures, il pourrait tourner une publicité et gagner euros. Diego, son voisin, peut tondre la pelouse en quatre heures. Durant ces quatre heures, il pourrait travailler au bar à tapas du coin et gagner 40 euros. Les gains à l'échange dans cet exemple sont énormes : plutôt que de tondre sa pelouse, Ronaldo devrait tourner la publicité et employer Diego pour tondre le gazon. Tant que Ronaldo paye Diego plus de 40 euros et moins de euros, les deux y gagnent. R. Pradeau, à partir de Gregory N. Mankiw et Mark P. Taylor, Principes de l'économie, De Boeck Université, 2010 Q1 : Si Ronaldo rémunère Diego 60 euros pour tondre sa pelouse, quel est le gain à échanger pour Ronaldo? Pour Diego? Ronaldo verse 60 euros à Diego mais peut gagner euros grâce à la pub, il a donc un gain à l'échange de 9940 euros. Diego gagne 60 euros au lieu de 40, il a donc un gain à l'échange de 20 euros. Gain à l'échange : ce que l'on gagne à échanger plutôt que de faire soi-même quelque chose. Q2 : Dans ce cas, les gains à l'échange sont-ils identiques pour Ronaldo et Diego? Ici, le gain à l'échange est plus important pour Ronaldo que pour Diego. Même si tout le monde gagne à échanger, le gain à l échange peut toutefois ne pas être identique pour l un et l autre, son partage pouvant s effectuer de manière plus ou moins égalitaire. A l'oral : autre exemple célèbre, développé par l'économiste Paul Samuelson. Supposons qu une brillante avocate envisage de recruter un secrétaire pour dactylographier son courrier. Elle auditionne des secrétaires dans la journée, chacun subissant un test de dactylographie. Mais elle réalise que ceux-ci sont moins performants dans ce domaine qu'ellemême. Comme l avocate est incomparablement plus performante qu un dactylo sur le plan du droit relativement à son écart de performance en matière de dactylo, elle a intérêt à embaucher n importe lequel de ces secrétaires si cela lui permet de se consacrer à son domaine d excellence, en l occurrence le droit. En effet, elle va payer un secrétaire moins cher que ce qu'elle va gagner en faisant son travail d'avocate dans le même temps. Parallèlement, un secrétaire trouve un emploi et l échange est donc bénéfique pour les deux. B/ Pourquoi y-a-t-il gain à l'échange? 1h - 1h30 Comment expliquer qu'on ait intérêt à acheter à d'autres ce qu'on peut faire soi-même? On va partir d'un exemple célèbre dans l'histoire de la pensée économique, la manufacture d'épingles étudiée par Adam Smith, considéré comme le premier économiste moderne. Document 7 : doc. 6 p 22 Q1 : Que signifie se spécialiser? Spécialisation : pour un individu, une entreprise ou un pays, fait de se spécialiser (se concentrer) dans une ou quelques activités, et donc d'abandonner les autres activités. Q2 : Par combien l'efficacité de la production a-t-elle été multipliée grâce à la spécialisation? Un ouvrier seul produit 20 épingles par jour, avec la spécialisation il en produit 4800, donc

10 l'efficacité de la production a été multipliée par 240 : / 20. Remarque : les économistes nomment l'efficacité de la production la productivité. Q3 : Pourquoi l'efficacité de la production a-t-elle augmenté? La forte augmentation de l'efficacité de la production s explique par la spécialisation de chaque ouvrier dans une tâche. Smith explique dans ce livre que chaque ouvrier, en se spécialisant, apprend plus vite son métier, devient de plus en plus habile, et ne perd plus de temps à changer d outil ou à se déplacer dans l usine. Q4 : Que fait-on du surplus de production? Un ouvrier va-t-il consommer 4800 épingles par jours? Non, l'augmentation de l'efficacité de la production va donc conduire à l'échange, car le surplus de production peut-être échangé, chacun se spécialise dans ce qu'il fait le mieux et échange avec les autres ce qu'il ne consomme pas. La spécialisation rend nécessaire «l échange du surplus de ce produit qui excède sa consommation, contre un pareil surplus du travail des autres» (Smith). Ainsi, la spécialisation permet à chacun de consommer plus de biens et de services que s'il produisait tout lui-même. En se spécialisant, on augmente l'efficacité de la production, donc la quantité de biens et services qu'on peut consommer. Q5 : Expliquez le passage souligné. L'augmentation de l'efficacité de la production a incité les entreprises à diviser le travail. Division du travail : spécialisation de chaque individu dans l activité productive ; la division du travail, au sein de l entreprise, consiste à attribuer à chaque travailleur une tâche spécifique ; au sein de la société, elle consiste à se spécialiser en métiers. La division du travail implique une multiplication des échanges marchands, puisque chacun ne produit pas tout ce qu'il consomme. Il y a échange marchand lorsque l échange porte sur des biens et services marchands, c est-àdire des biens qui sont vendus à un prix significatif (par convention, pour l INSEE, des biens vendus à un prix au moins égal à 50% des coûts de production). Nous reviendrons sur cette notion de production marchande et la distinguerons de la notion de production non marchande dans la prochaine partie ("Que produit-on et comment le mesure-ton?") ; nous préciserons la notion de marché dans un futur chapitre ("La coordination par le marché"). Schéma récapitulatif : DT > spécialisation > hausse productivité > surplus de production > hausse des échanges marchands > hausse de la quantité de biens et services consommés Ainsi, un individu brillant pourrait devenir à la fois médecin et pilote de ligne. Mais il a intérêt à se spécialiser et s'il devient médecin, il sera assuré de trouver un vol avec un pilote, qui se sera lui-même spécialisé et ira chez le médecin quand il est malade (lire doc. 7 p. 23 Magnard). En élargissant, on peut montrer les avantages de l'échange international. Partons d'un exemple : pourquoi acheter des Audi et des Mercedes à l'allemagne, des Fiat et des Ferrari à l'italie alors qu'on sait produire des voitures de qualité en France?

11 Les échanges internationaux se concentrent entre les pays de la Triade (Amérique du Nord Europe - Asie), qui s'échangent des produits similaires, par exemple des voitures. Quel intérêt? Ce commerce porte sur des produits certes similaires mais différenciés : les produits échangés peuvent être de qualité différente (exemple : voitures haut de gamme Mercedes / bas ou moyen de gamme Citroen) ou de qualité identique (Fiat Panda / Renault Twingo), mais dans tous les cas les produits seront différenciables par leurs caractéristiques, leurs marques... En échangeant, on augmente le choix, donc la satisfaction du consommateur. Un seul producteur de voitures ne pourrait pas produire tous les modèles ; en échangeant avec l'allemagne, le choix du consommateur français est plus important, et idem pour le consommateur allemand. Nous reviendrons sur les démonstrations de s avantages de l'échange international en Terminale. Lire doc 5 p. 21 : multiples exemples montrant que le consommateur a plus de satisfaction quand il a plus de choix, pour choisir des fruits et légumes, du café, des chaussures... Remarque : de la même manière que Diego ne gagnait pas autant que Ronaldo à lui tondre sa pelouse, tous les pays ne profitent pas de la même manière de leur participation à l'échange international. III/ Que produit-on et comment le mesure-t-on? Durée : maximum 4h Remarques : - La question "comment produit-on" et la notion de facteurs de production sera traitée dans la 2e partie ("La production de l'entreprise" : 1. "Comment l'entreprise produit-elle?). on donnera donc pour le moment une définition simplifiée de la production sans faire référence à la combinaison des facteurs de production - De même, la définition du marché donnée ici devra être approfondie dans la 3e partie ("La coordination par le marché" : 1. "Qu'est-ce qu'un marché?") - ceux qui ont suivi l'option SES en Seconde sont déjà familiarisés avec ces notions, il s'agit essentiellement d'un rappel. A/ Qu'est-ce que la production? 1h Comment distinguer ce qui relève de la production de ce qui n'en relève pas? On va essayer de trouver quels critères permettent de distinguer ce qui relève de la production de ce qui n'en relève pas. Document 8 : Peut-on dire que ces activités relèvent de la production ou non? Pourquoi? 1/ Un cuisinier qui travaille dans un restaurant. x Production Non production

12 2/ Un cuisinier qui, chez lui, prépare un plat pour sa famille. x 3/ Une femme de ménage qui travaille au noir dans un cabinet médical. x 4/ Une femme de ménage qui a un travail déclaré dans un cabinet médical. 5/ Une femme de ménage qui fait le ménage chez elle. x 6/ Un enseignant qui donne des cours de SES dans un lycée. x 7/ Un enseignant qui donne bénévolement des cours de SES aux enfants de ses amis. 8/ Un enseignant qui donne des cours de SES «au noir». x Synthèse : Contradiction : tout le monde dans la classe n a pas la même définition de la production. C est pour cela qu il y a besoin d une définition conventionnelle, c est-à-dire qui soit acceptée par tous. Il a donc fallu choisir les critères pour cette définition. - Un de ces critères est le fait qu il faut différencier ce qui se fait dans la sphère privée (à la maison, chez des amis : ex : ici, le cuisinier qui fait à manger quand il rentre chez lui) de ce qui fait l objet d un échange entre individus reconnu officiellement (ex : quand je fais cours ici, je suis payé par l Etat pour le faire, alors que si je donne un cours au fils d un ami, personne ne sera au courant officiellement). - Un autre critère est qu il faut distinguer les activités légales (ce qui se fait dans le cadre du travail déclaré par exemple au bureau, sur des chantiers, dans cette salle de classe ) des activités illégales (ex : le travail au noir, c est-à-dire non déclaré. Si je fais payer l ami pour donner des cours à son fils, ça ne sera pas non plus considéré comme de la production si ce n est pas déclaré). On voit donc que la production fait l objet d une reconnaissance officielle (contrairement au travail au noir) et qu elle est soumise à certaines règles (comme l existence d un contrat de travail). On peut résumer ces différents critères par l expression «activité socialement organisée». Donc, une même activité (ex : donner un cours de SES) peut être considérée ou non comme de la production selon le cadre où elle est effectuée. Ceci implique que toute création de richesse ne correspond pas forcément à une production. Par rapport à la définition provisoire que nous avions retenue de la production (activité qui conduit à la création de richesses), on voit qu il y a des activités qui objectivement créent de la richesse mais qui ne sont pas comptabilisées dans la production : les activités domestiques (bricolage, jardinage dans le cadre privé) et les activités illégales (travail au noir, trafics ) notamment. x x Application à l'oral : Peut-on dire que ces activités relèvent de la production ou non? Pourquoi? Production Non production 1/ Un plombier qui répare une fuite d eau chez ses parents. x 2/ Un plombier qui répare une fuite d eau chez un client. x

13 3/ Un agriculteur qui cultive des tomates et les vend sur le marché. x 4/ Un retraité qui fait pousser des tomates dans son jardin et les mange. x 5/ Un chauffeur de taxi qui amène un client à la gare. x 6/ Mes parents qui m amènent en voiture à la gare. x 7/ Un docteur qui réalise une consultation médicale à l hôpital. x 8/ Un docteur qui réalise une consultation médicale à domicile. x Il est donc maintenant possible de définir précisément ce qu est la production. A l'oral : définition provisoire de la production : la production est une activité socialement organisée : elle fait l objet d une reconnaissance officielle et elle est soumise à certaines règles. Mais... B/ Que produit-on? 1h30 Les produits sont le résultat de l activité de production. Ils comprennent les biens et les services. 1) Les biens et les services Comment distinguer les biens des services? Document 9 : 1. Un DVD x 2. La projection d un film dans un cinéma x 3. Un bus x 4. Un trajet Valdeblore- Nice en bus x 5. Une pièce de théâtre x 6. Un livre de théâtre x Q : Ces produits sont-ils des biens ou des services? Bien Service Synthèse : Critères pour distinguer un bien d un service? - bien matériel (objet : tomate) / service immatériel (qui n entraîne pas la fabrication d objets : ce cours). Donc il peut n'y avoir rien de physique, de matériel, mais ce sera quand même de la production = services. - bien peut être stocké (une caisse de tomates se garde quelque jours) / service ne peut pas être stocké (quand je sors du restaurant, il n'en reste rien)

14 Bien (b): produit matériel qui résulte de l activité de production. Un bien peut être stocké. Service (s) : produit immatériel qui résulte de l activité de production. Un service ne peut pas être stocké, cad la production et la consommation d un service se font en même temps. Application à l'oral : Les produits suivants sont-ils des biens ou des services? Un CD des Massilia Sound System Un concert des Massilia Sound System Une consultation médicale Une garde d'enfants Un livre de SES Un cours de SES Bien x x Service x x x x Avant de continuer, il faut faire une distinction importante. Tous les biens et services sont ils payants? Non, cf. ce cours de SES, vous ne payez pas pour le recevoir. Et pourtant 1) cela rentre bien dans notre définition de la production et 2) ça a un coût, je suis payé pour être ici. 2) Production marchande et production non marchande Comment distinguer production marchande et production non marchande? Production marchande : production destinée à être vendue sur un marché, à un prix couvrant plus de la moitié des coûts de production. Production non marchande : production fournie à la collectivité gratuitement ou quasigratuitement (à un prix < 50% des coûts de production). Marché : lieu de rencontre entre une offre et une demande qui aboutit à la formation d un prix. Remarque : première définition, que l'on complètera dans le chapitre sur le marché. A l'oral : Il existe deux types de production, une production destinée à être vendue et une production fournie à la collectivité à titre gratuit ou quasi gratuit. Document 10 : Marchands Non marchands Biens Jean, tomate... x Services Consultation médicale, concert Cours de SES, intervention de police Q : Cherchez un exemple pour chaque type de production.

15 Une consultation médicale, un envoi par poste ou un coup de téléphone sont des services marchands ; il s agit bien de services qui sont fournis en échange d une certaine somme d argent couvrant à peu près leurs coûts de production. En revanche l enseignant dans un lycée, le service rendu par un agent de police qui règle la circulation sont des services non marchands : aucun prix n est facturé au client. La plupart des biens et une partie des services se vendent, sont échangés sur un marché contre un prix : on les dit marchands. Les autres sont fournis gratuitement : on les dit non marchands. Par convention, tous les biens sont considérés comme marchands. En revanche, les services sont soit marchands s'ils se vendent sur un marché en échange d une certaine somme d argent équivalente à son prix, soit non marchands s'ils sont fournis gratuitement ou quasi gratuitement. Conclusion : - production marchande = biens + services marchands - production non marchande = services non marchands Attention : les services non marchands ne sont pas gratuits : ils ont un coût (je suis payé pour vous faire cours) et ils doivent donc être financés par un autre moyen que par le paiement direct de ce service. Concrètement, ces services sont payés par la collectivité, cad par l impôt, par les cotisations sociales ou par des subventions. Il ne faut donc pas confondre non marchand et gratuit, même si la production non marchande est (quasi)gratuite pour celui qui en bénéficie, elle a un coût pour la collectivité. Mais au fait, qui produit? Rappel pour les élèves de SES en seconde. La production marchande est réalisée principalement par les entreprises, que l'on définira dans la partie suivante ; la production non marchande est réalisée principalement par les administrations et les associations (ou administrations privées, car elles réalisent le même type de production mais n'appartiennent pas à l'etat). Nous préciserons les définitions de ces notions au cours de l'année. Transition : Pour compléter notre représentation du fonctionnement de l économie, il faut mesurer l activité économique, la chiffrer. Pour cela, il faut des indicateurs. C/ Comment mesurer la production? De la valeur ajoutée au PIB 1h Document 11 : doc 6 p. 29 Q1 : Qu'est-ce qu'une consommation intermédiaire? Dans ce texte, quelles sont les consommations intermédiaires? Consommation intermédiaire : valeur des biens et services détruits ou transformés pendant le processus de production. Ici, les planches ont été fabriquées par une entreprise qui les vend à une autre ; celle-ci va utiliser ces planches pour produire des meubles, elle ne pourra donc réutiliser ces planches, c'est pourquoi on dit qu'elles sont transformées pendant le processus de production : les planches représentent les CI de cette 2e entreprise. Q2 : Qu'est-ce que la valeur ajoutée? Comment la mesure-t-on? La valeur ajoutée est une notion permettant de mesurer la contribution réelle des unités de

16 production à la création de richesses. Elle se mesure par la différence entre la valeur de la production et la valeur des consommations intermédiaires que les producteurs ont utilisées pour produire. Calcul de la valeur ajoutée = chiffre d'affaires (quantités produites x prix de vente) valeur des consommations intermédiaires. Q3 : Pourquoi, pour mesurer la valeur ajoutée, est-il nécessaire de retrancher les consommations intermédiaires? Quand on cherche à mesurer ce qu a réellement créé une organisation productive par son activité, il faut prendre en considération les biens et services achetés à d autres entreprises, qui sont certes intégrés à sa production mais n ont pas été produits par elle (les consommations intermédiaires). Le chiffre d'affaires d'une entreprise intègre les consommations intermédiaires. Mais si on additionne les CA des différentes entreprises, on comptera plusieurs fois les CI, car ces CI sont comptabilisées dans la production d'autres entreprises. La valeur ajoutée permet donc de mesurer la contribution réelle de chaque unité de production à la création de richesse (monétaire), en évitant de comptabiliser plusieurs fois la même production. Les biens et services produits ayant une valeur supérieure à la valeur des consommations intermédiaires (valeur mesurée aux prix du marché), on dit que l activité de production a conduit à «ajouter de la valeur» aux biens et services utilisés pour produire. La «valeur ajoutée» correspond ainsi à la richesse créée par une organisation productive. Question : cette méthode de mesure de la production peut-elle s'appliquer aux productions non marchandes? Non, pourquoi? La production non marchande n'est pas vendue ou l'est à un prix non significatif, il est donc absurde de mesurer le chiffre d'affaires des administrations. Par convention, on mesure ce qu'elles coûtent : la valeur de la production non marchande est égale à son coût de production (si on veut mesurer la production réalisée dans ce cours, il faut donc prendre en compte mon salaire, l'entretien de la salle, les feutres...) Cette interrogation permet de sensibiliser au fait que toute mesure résulte de conventions : la mesure de la valeur produite (comme celle du chômage par exemple) ne va pas de soi ; elle est dépendante des conventions sur lesquelles elle repose. Question : Comment s'appelle l'indicateur qui permet de mesurer la production d'un pays? L'indicateur utilisé pour calculer la production d'un pays comme la France est le PIB = Produit Intérieur Brut. A l'oral : comment est-calculé le PIB? Le PIB se calcule en faisant la somme des valeurs ajoutées. Le Produit Intérieur Brut (PIB) mesure la valeur de la production d'un pays au cours d'une année. Il se mesure en faisant la somme des valeurs ajoutées des différentes unités de production d'une économie nationale. Remarque : Quand le PIB augmente d'une année à l'autre, on parle de croissance économique.

17 A/ De quoi a-t-on besoin pour produire? 2h IV/ Comment l'entreprise produit-elle? Durée : 5 h maxi Reprenons la définition de la production : activité socialement organisée qui combine des facteurs de production pour produire des biens et services. Que peuvent être alors les facteurs de production? 1) Les facteurs de production Activité à l'oral : Prenons l exemple d'un snack proposant des kebabs. De quoi a-t-on besoin pour produire des kebabs? Réponse : Pain, viande, travailleurs, local, tables, friteuse... Certains biens et services sont détruits ou transformés dans le processus de production, comment les appelle-t-on? (rappel chapitre 1) = Consommations intermédiaires, ici pain, viande... Toutes les autres ressources nécessaires à la production constituent les facteurs de production. On les regroupe généralement en 2 catégories : le travail et le capital. - Les facteurs de production sont les moyens mis en œuvres dans le processus de production. On distingue deux facteurs : le capital et le travail. - Le travail est l ensemble des activités humaines qui contribuent à la production. - Le capital est l'ensemble des moyens de production. Le capital (fixe) représente des biens qui sont utilisés dans le processus de production mais qui ne sont pas détruits. A la différence des consommations intermédiaires, on peut les réutiliser pendant plus d'un an. Dans le chapitre 1, on a présenté la notion d'investissement : l'investissement est un flux qui alimente le stock de capital. Application : Document 12 Remplir le tableau suivant avec des exemples. Camion pizza Ce cours de SES Supermarché Consommations intermédiaires Electricité, ingrédients Feutres, électricité, papier Sacs plastiques, cartons Capital fixe Four, camion Ordinateur, tableau, Caisses, caddies, chaises panneaux lumineux Travail Pizzaiolo Professeur Caissier Transition : Pour produire, l entreprise combine donc des facteurs de production : le travail et le capital. Elle doit donc choisir les quantités de chaque facteur qu elle utilise dans le but d atteindre un certain niveau de production. On parle alors de combinaison productive. 2) La combinaison des facteurs de production

18 Document 13 : La combinaison productive Sans travail de l homme le produit n existerait pas. Mais sans outil le travail de l homme est moins efficace. Quel que soit le bien ou le service fabriqué, sa production nécessite de combiner travail et capital. Ce couple s appelle la combinaison productive. Lorsqu une entreprise de transport routier décide d augmenter sa flotte de camions, elle doit embaucher autant de chauffeurs supplémentaires. Dans ce cas les facteurs de production travail et capital sont complémentaires. La combinaison productive est rigide. Le rapport entre la quantité de travail et de capital utilisées reste constant quand la production augmente. Mais lorsque la RATP inaugure à Paris, une ligne automatisée sans conducteur, Météor, la régie a remplacé le travail de l homme par une machine. Les deux facteurs de production sont alors substituables et la combinaison productive peut varier. L entreprise aura donc le choix entre plusieurs combinaisons productives possibles : soit elle utilise plus de travail, soit elle utilise plus de capital. Agnès Vallée, Nathan, 2004 Q1 : Donnez une définition de la combinaison productive. On appelle combinaison productive (combinaison des facteurs de production) le choix du producteur d'associer une certaine quantité de travail et une certaine quantité de capital pour réaliser un certain volume de production. Q2 : Quand dit-on que des facteurs de production sont complémentaires? Donnez un exemple autre que celui du texte. Les facteurs de production sont dits complémentaires si pour chaque niveau de production, la proportion de facteurs de production reste fixe : on ne peut pas remplacer du capital par du travail et réciproquement. Par exemple, je suis propriétaire d'une compagnie de taxis, je détiens 10 taxis. Combien de conducteurs de taxis vais-je utiliser? Réponse : 10, car il y a forcément un chauffeur pour un taxi. Je peux en embaucher plus si je veux faire rouler mes taxis 24h sur 24, mais il y aura forcément 10 chauffeurs qui travaillent en même temps si je veux faire rouler mes 10 taxis. Si j'achète une onzième voiture, je serai obligé d'embaucher un chauffeur supplémentaire. Q3 : Quand dit-on que des facteurs de production sont substituables? Donnez un exemple autre que celui du texte. Les facteurs de production sont dits substituables si pour chaque niveau de production, il existe un grand nombre de combinaisons productives possibles : on peut remplacer du capital par du travail et réciproquement. Par exemple, je suis le patron de 10 hectares de vignoble de coteaux d'aix ou de Bellet. C'est la période des vendanges, combien de vendangeurs dois-je embaucher? Réponse : je peux choisir de faire les vendanges à la main, dans ce cas j'embaucherai une grande quantité de vendangeurs. A l'inverse, je peux décider de faire mes vendanges avec une machine et dans ce cas je n'aurai besoin que de trés peu de main d œuvre. Synthèse : selon les cas, il est possible de combiner les facteurs de production dans des proportions variables. En schématisant, dans un cas, l'entreprise a le choix de remplacer plus ou moins de travail par plus ou moins de capital (substituables). Dans un autre cas, si elle augmente la quantité de capital, elle devra augmenter dans les mêmes proportions la quantité de

19 travail (complémentaires). C'est ce choix d'utiliser plus ou moins de facteur travail et capital que l'on appelle la combinaison productive. Pour en savoir plus, lire doc 8 p. 56 Alors, quelle combinaison productive faut-il utiliser? 3) Quelle combinaison productive choisir? Les économistes (néoclassiques) retiennent plusieurs hypothèses : - Les recettes de l'entreprise proviennent de la vente du bien ou du service produit ; - Pour produire, elle utilise dans des proportions variables des facteurs de production (travail et capital) qu elle doit rémunérer, donc la production et la vente engendrent des coûts. - L'entreprise produit en vue de réaliser un bénéfice, l'entrepreneur cherche à maximiser son profit. Alors, quelle combinaison productive permet de maximiser le profit? Document 14 : doc. 9 p. 57 Q1 : Montrez comment Arthur a calculé le coût des différentes combinaisons productives. Pour K = 6 et L = 1 : 6 x x 1 = 31 Pour K = 1 et L = 5 : 1 x x 1 = 10 Pour K = 3 et L = 2 : 3 x x 1 = 17 Pour K = 0,5 et L = 11 : 0,5 x x 1 = 13,5 Q2 : Comment Arthur choisit-il la combinaison productive? Pour un même niveau de production, si les facteurs de production sont substituables, plusieurs combinaisons productives sont possibles. Afin de maximiser le profit, le choix du producteur se porte sur la combinaison productive qui coûte le moins cher (qui minimise ses coûts de production). Q3 : Rappelez la définition d'un prix relatif. Quels sont les effets d'une variation des prix relatifs des facteurs de production sur le choix de la combinaison productive? Prix relatif (rappel chapitre 1) : prix d'une unité de bien exprimé en unité d'un autre bien. C'est donc le rapport entre les prix de deux biens, ici entre deux facteurs de production. Si les facteurs de production sont substituables, quand le prix relatif d'un facteur de production augmente, le producteur va être incité à utiliser en plus grande quantité l'autre facteur. Ainsi, si le prix relatif du travail augmente, le producteur est incité à remplacer du travail par du capital, donc à investir. Si c'est le prix relatif du capital qui augmente, le producteur est incité à remplacer du capital par du travail, donc à embaucher. B/ Quelle quantité produire? 2h½ Pour savoir quelle quantité produire, l'entreprise va d'abord devoir étudier ses coûts de

20 production en distinguant plusieurs types de coûts. 1) Le calcul des coûts de production Document 15 : L'analyse des coûts de production Les coûts supportés par [l'entreprise de Limonade de Thelma] sont de deux types. Certains coûts, appelés coûts fixes, sont indépendants de la quantité produite. C'est le cas par exemple du loyer que Thelma paie pour le terrain et les murs de son entreprise : ce loyer reste identique, quelle que soit la quantité de limonade produite. [...] D'autres coûts, en revanche, varient avec la quantité produite : il s'agit des coûts variables. C'est le cas du sucre et des citrons : plus Thelma fabrique de limonade, plus elle a besoin de sucre et de citrons. [...] Le coût total supporté par l'entreprise est la somme des coûts fixes et variables. [...] En tant que propriétaire de l'entreprise, Thelma doit décider de son niveau de production. Et cette décision dépendra de la façon dont les coûts évoluent avec la production. Thelma pourra poser les deux questions suivantes au responsable de la production : - Combien coûte la fabrication d'un verre de limonade? - Combien coûte l'augmentation de la production d'un verre? [...] Pour répondre à la première question, il suffit de diviser les coûts totaux supportés par l'entreprise par la quantité produite. Par exemple, si l'entreprise produit deux verres, et si son coût total s'élève à 3,80 euros, le coût d'un verr sera de 3,80/2, soit 1,90 euros. Ce coût total divisé par la quantité produite indique le coût total moyen. [...] Mais ce coût total moyen ne nous renseigne pas sur la variation de coûts engendrée par une production supplémentaire. [...] La variation de coût total quand la production est accrue d'une unité est ce qu'on appelle le coût marginal. Par exemple, si Thelma augmente sa production de deux à trois verres, le coût total passe passe de 3,80 euros à 4,50 euros, de telle sorte que le coût marginal ressort à 0,70 euro (4,30 3,80). [...] Le coût total moyen nous indique le coût d'une unité de production quand tous les coûts sont divisés par la quantité totale produite. Le coût marginal nous indique la variation de coût générée par un accroissement d'une unité de production. N. Gregory Mankiw, Principes de l'économie, Economica, 1998 Q1 : Qu'est-ce qu'un coût fixe? Qu'est-ce qu'un coût variable? Donnez des exemples de coûts fixes et de coûts variables différents de ceux donnés dans le texte. Les coûts fixes sont les coûts qui, à court terme, sont indépendants des quantités produites : loyers, machines, voitures... Pourquoi a-t-on précisé à CT? A long terme, si les capacités de production sont saturées, l'entreprise va investir pour augmenter sa production, ce qui va faire augmenter les coûts fixes. Les coûts variables au contraire varient en fonction des quantités produites. : eau, bouteilles... Q2 : Représentez le coût total sous forme d'équation. Le coût de production total est la somme des coûts fixes et des coûts variables. CT = CF + CV Q3 : Qu'est-ce que le coût moyen? Qu'est-ce que le coût marginal? Comment les calcule-t-on? Coût moyen (CM) : coût de production d'une unité = coût total / quantités produites = CT / Q

Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix? Durée : maximum 4h

Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix? Durée : maximum 4h Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix? Durée : maximum 4h Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Utilité, contrainte

Plus en détail

Chapitre 1 : Dans un monde aux ressources limitées comment faire des choix? Audrey Pilippossian (Académie de versailles)

Chapitre 1 : Dans un monde aux ressources limitées comment faire des choix? Audrey Pilippossian (Académie de versailles) Chapitre 1 : Dans un monde aux ressources limitées comment faire des choix? Audrey Pilippossian (Académie de versailles) A la fin du chapitre, vous devez être capable de définir, différencier et illustrer

Plus en détail

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES.

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. PREMIERE PARTIE SCIENCE ECONOMIQUE CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. Section 1: Comment représenter l'économie? Nous allons montrer dans cette section que la représentation

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

Les tableaux de proportionnalité

Les tableaux de proportionnalité Les tableaux de proportionnalité I) On sait que 1 yaourt à la vanille coûte 0,5. Compléter le tableau suivant : Nombre de yaourts 1 2 3 4 6 Prix à payer en 4 5,5 Si on achète deux fois plus de yaourts,

Plus en détail

Question de synthèse étayée par un travail préparatoire

Question de synthèse étayée par un travail préparatoire Question de synthèse étayée par un travail préparatoire II est demandé au candidat : 1. de conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre

Plus en détail

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre:

1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre: 1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre: A la fin de cette séquence dʼapprentissage, les élèves devront être capables de définir et caractériser les notions suivantes:

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé Macroéconomie M : Paris / ENS Cachan Travaux Dirigés 200-20 Interrogation écrite N - Corrigé Marc Sangnier - marcsangnier@ens-cachanfr Lundi 2 février 20 Durée : h30 Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nombre de pages au total: 10 pages + 1 grille réponse Durée de l

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

sciences économiques & sociales

sciences économiques & sociales sciences économiques & sociales 1re ES COLLECTION Sous la direction de J.-P. LEBEL et A. RICHET Sous la direction de Jean-Paul Lebel et Adeline Richet Laurence Bénaïm Carole Bernier Céline Cravatte Sarah

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

3.3.2. La concurrence monopolistique 1

3.3.2. La concurrence monopolistique 1 3.3.2. La concurrence monopolistique 1 La concurrence monopolistique offre l'avantage d'expliquer simultanément les trois faits majeurs des échanges contemporains. Elle explique l'apparition d'un commerce

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES THEME 1 LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES 1.3 : Comment répartir les revenus et les richesses? L'économie est définie comme la «science qui étudie le comportement humain dans la relation

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Cas 3 : Les décisions des entreprises

Cas 3 : Les décisions des entreprises Cas 3 : Les décisions des entreprises Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment produire?) - Choix de production (combien produire?) - Choix

Plus en détail

Introduction. La microéconomie ou l analyse des choix rationnels. Section 1 Comportements des individus et fonctionnement des marchés

Introduction. La microéconomie ou l analyse des choix rationnels. Section 1 Comportements des individus et fonctionnement des marchés La microéconomie ou l analyse des choix rationnels Ce cours a pour objet l analyse des décisions des consommateurs, des entreprises, de l État et, plus généralement, des propriétaires d actifs (immobiliers,

Plus en détail

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève 1 - Des échanges indispensables Document 1 : Pourquoi échangeons-nous? Pourquoi des échanges internationaux? Drôle de question Effectivement

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

CHAPITRE 4 : LA PRODUCTION DES ENTREPRISES

CHAPITRE 4 : LA PRODUCTION DES ENTREPRISES CHAPITRE 4 : LA PRODUCTION DES ENTREPRISES Dossier 2 : Comment et combien produire? 1. De quoi l entreprise a-t-elle besoin pour produire? a) les facteurs de production Document 2 p.56 : 3) 4) Document

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

3. Interdépendance et bénéfices de l échange

3. Interdépendance et bénéfices de l échange 3. Interdépendance et bénéfices de l échange L économie étudie la manière dont la société gère ses ressources rares, càd. comment la société produit et distribue des biens et services pour satisfaire les

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Sous-thème 1. Qui produit des richesses? Entreprises et production

Sous-thème 1. Qui produit des richesses? Entreprises et production Sous-thème 1. Qui produit des richesses? Entreprises et production 1 Que produit-on? DOCUMENT 1 QUATRE FAÇONS DE S ALIMENTER Sensibilisation PHOTO 1. La cantine du lycée PHOTO 2. Les restaurants du cœur

Plus en détail

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P.

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P. Économie globale Renaud Bouret et Alain Dumas, ERPI 2-1 CHAPITRE 2 : CORRIGÉS LES MARCHÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ a) Sur le marché des biens, les demandeurs sont les ménages,

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

CHAPITRE 1 - LES ACTEURS DE L'ECONOMIE

CHAPITRE 1 - LES ACTEURS DE L'ECONOMIE CHAPITRE 1 - LES ACTEURS DE L'ECONOMIE Introduction : les économistes et la rareté Selon les économistes, les hommes sont condamnés au travail pour deu raisons : La nature, à l'état brut, est incapable

Plus en détail

Analyse microéconomique

Analyse microéconomique Analyse microéconomique Manuels Perloff J., Microeconomics, 4th Edition Varian H., Introduction à la microéconomie Pindyck R. & Rubinfeld D., Microeconomics Mattei A., Manuel de microéconomie (bureau

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES L'observation scientifique des mécanismes économiques a conduit à l'identification de certaines informations qui reviennent systématiquement et qui apparaissent ainsi, essentielles

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? 1? Quels éléments importants déterminent le comportement du consommateur? La consommation des ménages se transforme-t-elle

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

3Proportions. et pourcentages. Les questions abordées dans ce chapitre CHAPITRE

3Proportions. et pourcentages. Les questions abordées dans ce chapitre CHAPITRE CHAPITRE Proportions et pourcentages La presse nous apporte régulièrement des informations chiffrées, comportant souvent des pourcentages, des graphiques, des tableaux etc. Il est important que le lecteur

Plus en détail

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Pages 14 à 16. Comment réduire les dettes publiques? - présente cinq options permettant de réduire les dettes publiques, en indiquant en quoi elles consistent,

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

Pourcentages Exercices

Pourcentages Exercices Première L Pourcentages Exercices Exercice 1. 1 Calculer 18% de 350 ; 32% de 500 ; 20,6% de 1200. Exercice 1. 2 Donner les coefficients multiplicateurs associés à : 1 ) une augmentation de 7% 2 ) une augmentation

Plus en détail

La fonction macroéconomique d'investissement

La fonction macroéconomique d'investissement La fonction macroéconomique d'investissement Plan : Introduction I Le principe d'accélération 1) Accélérateur simple 2) Accélérateur flexible II Le coût de financement et la structure du financement Sa.19/01

Plus en détail

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés 1. Le marché du logement et le plafonnement des loyers 2. Le marché du travail et le salaire minimum 3. Les taxes 4. Les quotas et les subventions

Plus en détail

Module 3 L activité économique et ses acteurs

Module 3 L activité économique et ses acteurs Module 3 L activité économique et ses acteurs 1 L OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE (lien entre le 1er et le 3ème module) 2 R A P P E L 3 4 LE POSITIONNEMENT DE LA SCIENCE ECONOMIQUE 5 6 LES ACTEURS ET LEURS

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

I. Site rentable ou non?

I. Site rentable ou non? Les aspects fiinanciiers d un siite IInternet I. Site rentable ou non? A. Raisonnement en terme de budget B. Raisonnement en terme de rentabilité II. Les différents coûts A. Coûts visibles B. Cachés III.

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes IUT de Cergy-Pontoise Année universitaire 2013-2014 Economie Semestre 1 Jean-Baptiste Fleury Thème de TD n 1 : Les principes A. Coûts d opportunité Exercice 1 * Pour chaque situation, calculez le coût

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Objectifs de savoir : définir les termes salaire et profit / donner la décomposition des revenus primaires

Objectifs de savoir : définir les termes salaire et profit / donner la décomposition des revenus primaires ECONOMIE - THEME N I : LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES PLAN Sensibilisation p.3 Méthodologie (proportionnalité) p.3 1. Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix?

Plus en détail

Chapitre 10: le commerce international

Chapitre 10: le commerce international Chapitre 10: le commerce international Chapitre 3 et 9 29/03/2015 Macro chap 10 1 I. Le gain de l échange Plus les économies se perfectionnent, plus les techniques évoluent, plus l échange se développe

Plus en détail

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de :

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de : DOCUMENT 1 : Evolution en valeur et en volume Le constat Le PIB d un pays fictif passe de 2005 à 2006 de 1 000 milliards d euros à 1 100 milliards d euros. 1) Peut-on en déduire que le niveau de production

Plus en détail

ÉPARGNE Fiche de travail

ÉPARGNE Fiche de travail Questions de compréhension Exercice 1 Le schéma ci-après représente les budgets de Catherine, de Fred et de Louane. Laquelle de ces trois personnes a un budget équilibré, un budget présentant un excédent

Plus en détail