ARTE France Direction de la Communication 8, rue Marceau Issy-les-Moulineaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARTE France Direction de la Communication 8, rue Marceau 92130 Issy-les-Moulineaux"

Transcription

1 ARTE France Direction de la Communication 8, rue Marceau Issy-les-Moulineaux Contact presse / 23 / 40 Céline Chevalier / Nadia Refsi / Rima Matta / dossier de presse en ligne sur plus d infos sur

2 LA VIE EN FACE Le serment d Hippocrate Journal d un médecin de campagne Un film documentaire de Dominique Gros Une coproduction ARTE France, les Films d Ici (58 mn ) Jeudi 8 janvier 2003 à 22.40

3 NOTE D INTENTION Dans nos sociétés de plus en plus libérales, la visite d un plombier coûte deux fois plus cher que celle d un médecin, un client peut réclamer son ordonnance au médecin qui n est plus qu un prestataire de service, et une clinique peut demander à un chirurgien de ne plus pratiquer certaines opérations non rentables. La situation médicale semble donc aujourd hui paroxystique et paradoxale. Si on ajoute à cela l extension juridique des droits des patients et la jurisprudence du décret Bianchi qui rend «responsable» un médecin pour un accident médical même s il n y a pas eu de faute, qu en est-il de «l exception médicale»?, dans quelle lointaine patrie se trouve exilé momentanément le médecin qui prête le Serment d Hippocrate? Pourtant, l enjeu est d importance pour la médecine et la société de demain. Devant tant d interrogations, un film qui donnerait simplement la mesure du travail d un médecin généraliste à la campagne nous a semblé pertinent. À «ceux qui ont choisi de n être ni des saints, ni des bourreaux, mais seulement des médecins» Albert Camus - La peste 3

4 RESUME À travers l itinéraire du docteur Galfard, une réflexion sur le métier de médecin en zone rurale. Au fil des rencontres et des interventions, le médecin se révèle tour à tour ami, parent, confident, psychologue. Médecin de campagne, le docteur Galfard sillonne les routes du canton de Banon (Alpes-de-Haute-Provence) à la rencontre de ses patients. Entre son travail au cabinet, les visites à domicile et les gardes à l hôpital, il fait part, avec humour et finesse, de ses impressions sur la vocation médicale et sur la pratique de son métier. En fonction des besoins, il rassure, conseille, écoute, à toute heure du jour et de la nuit. Pour le docteur Galfard, la médecine est un véritable art de vie, où il faut accepter la banalité de la maladie et de la mort tout en restant prêt à se mobiliser à chaque instant. Pudeur et dignité Même si les malades sont montrés dans leur intimité, leur dignité est toujours préservée. La caméra de Dominique Gros ne se focalise pas sur l état des patients, mais sur la médecine et sa pratique dans ce qu elle a de plus physique : les gestes, les regards, le ton de la voix sont au cœur du diagnostic et constituent le ciment de la relation médecin-malade. Tout en soulignant la permanence du rôle du médecin de campagne (dans le soutien moral et le maintien d un certain lien social), le docteur Galfard dit la solitude du praticien face à son patient, face aux décisions qu il doit prendre et assumer seul. La personnalité du médecin et certaines séquences rendent le documentaire particulièrement poignant : par exemple quand il se rend en pleine nuit au chevet d une femme alcoolique et reste longuement à parler avec elle et à la réconforter. Pour le médecin, cette proximité est essentielle. C est ce qui rend les hôpitaux locaux indispensables : ils offrent à la fois une meilleure qualité de soins et un environnement familier à des patients souvent âgés. Si la mission d un médecin, est de se battre contre la maladie, la mort, la solitude, forcément un jour on perd la guerre, avoue le docteur Galfard, mais tout doit être fait pour que la défaite soit honorable. 4

5 Dans un village de Haute Provence, Michel G, un médecin généraliste, consulte ses patients : du cabinet au domicile, et aux visites dans le petit hôpital local. MICHEL G vit dans la région depuis 20 ans. Il sillonne les collines, connaît souvent où habitent les gens, intervient avec les pompiers et est capable de mettre des points de suture, faire des échographies ou des électrocardiogrammes à son cabinet ou à l hôpital si besoin. L hôpital local de ce village a 3 fonctions : il accueille des personnes âgées en maison de long séjour, des personnes en convalescence et des personnes handicapées adultes. Situé à 300 mètres du village, il constitue un espace sanitaire et social, peut accueillir pendant les gardes des malades qui peuvent être soignés certes en urgence mais sans besoin de grand plateau technique. Ainsi, les patients restent près de chez eux, le Samu n est pas dérangé outre mesure et les hôpitaux des grands centres sont peut-être moins surchargés Le film propose donc une investigation dans le domaine de la pratique médicale généraliste, à la lumière de la plus vieille définition de l art du soin qui se trouve présentée dans le Serment d Hippocrate ; non pour dessiner un Eden perdu, mais pour mesurer la distance qui préside à la relation entre le médecin et le malade, et pour entendre les obligations auxquelles consciemment et inconsciemment le corps médical est tenu vis-à-vis de la société et du malade. Le film tente de s approcher des enjeux de santé publique qui se traitent et se discutent parfois loin du terrain. Comme une radiographie, à travers les visites médicales, des situations exemplaires sont présentées qui devraient servir aussi de témoignages et de messages de prévention. On découvre ainsi de manière sensible les pathologies qui restent d actualité : cancer, Alzheimer, handicap, alcool, tabac. Si ce journal du médecin de campagne se déroule d une garde à une autre, démontrant les variétés des situations et des enjeux, Guillaume, un jeune malade handicapé, donne la mesure, de sa réalité quotidienne à l hôpital. Nous ne sommes ni dans l hagiographie du «Docteur», ni dans l hystérie des images type «Urgences», mais avec un médecin généraliste et ses patients pour sentir aussi les signes, voire les symptômes et les ressources de notre société dans le domaine si complexe de la santé où le patient prend de plus en plus la parole et vit avec le médecin une relation privilégiée. Le médecin généraliste en milieu rural n est plus tout à fait le médecin de campagne isolé de nos grands pères, mais par sa situation d acteur en première ligne, il nous rappelle qu un médecin est avant tout et depuis toujours un clinicien et qu il reste seul face à son patient. 5

6 Serment d Hippocrate C est après le procès des médecins allemands de Nuremberg en 1947, pour tenter de remédier à la dénaturation profonde du serment originel, que l Association médicale mondiale rédige, en 1948, un texte qui devait servir de référence aux médecins du monde entier. Cette version moderne du Serment d Hippocrate, appelé Serment de Genève, est à la disposition des jurys de thèses dans la plupart des Facultés françaises. Il sera suivi en 1949 du premier Code international d éthique médicale. L article 109 du nouveau code de déontologie médicale prévoit, comme dans les précédents codes, que tout médecin doit prêter serment. En Espagne, le serment n est pas prononcé par le nouveau médecin, mais le texte est remis au récipiendaire par le jury. En Amérique du Nord (Canada, Etats-Unis), les traditions, relatives à la fois à la prestation du serment et au texte, varient considérablement d une université à l autre. Serment réactualisé par le Pr. Bernard Hoerni, adopté par le Conseil de l Ordre en avril 1996 : «Au moment d être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d être fidèle aux lois de l honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l humanité. J informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. Admis dans l intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. Je préserverai l indépendance nécessaire à l accomplissement de ma mission. Je n entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés. J apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu à leurs familles dans l adversité. Que les hommes et mes confrères m accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j y manque.» 6

7 FILMOGRAPHIE DOMINIQUE GROS Auteur-Réalisatrice pour la télévision depuis 1983 Ecriture d une pièce de théâtre : Aux.Bons.Soins, créée à France Culture le 14 mai Simone et Jacqueline : Une résolution mn - FR3 /INA Prix Création de télévision SGDL/SCAM Rétrospective Thierry Garrel Jeu de Paume 2000 Camping mn A2/INA avec l aide de Parifilms. La mort du bœuf mn TF1/ INA/T.V. Sydney -Australie- Lauréate 85 de la Villa Médicis Hors les Murs. Cinéma du réel Paris et Rotterdam 1986 Travailler à domicile : portraits de 5 mn, série 31 portraits - Toucan d argent au Festival de Rio Prix spécial Vidéo Tokyo 1988 Antoine Vitez- Journal intime de théâtre mn - Co-auteur Fabienne Pascaud - La Sept/INA - Diffusion La Sept/Vidéo Août 39 : Le compte à rebours mn - FR3/Son et Lumière Roger Planchon mn Co auteur F. Pascaud- La Sept/vidéo La Lèpre 47 mn La Sept Arte/ INA. 1 ère émission de la collection: Les Grandes Maladies proposée par Sylvie Blum et Dominique Gros Théâtre à l étude 52 mn- Le Barbier de Séville de Beaumarchais m.e.s par Jean Luc BOUTTE à la Comédie Française. Le Dialogue dans le marécage 170 mn super 16mm La Sept/INA- Adaptation, mise en scène et réalisation de la pièce de MARGUERITE YOURCENAR- Avec André WILMS, Hélène Lapiower, Denis Léger Milhau - Diffusé 8/9/98 THEMA M/Y Hélène Delavault : Erik Satie et Darius Milhaud Chansons /Piano Plateau, direct différé : x 15 mn. La Sept La naissance des demoiselles: mn avec Paule Constant Correspondances Soirée Thema de 3h40 : ARTE / Agat films/ Mikros image - Avec la collaboration artistique de Eve Ramboz. Vercors 44, la vulnérabilité des Grands Maquis mn Collection Les libérations de la France Anabase/ France 3 - France 3 Vidéo. Louis Jouvet portrait Soirée théâtre Arte. INA / La Sept Marguerite Yourcenar mn - Co-auteur Josyane Savigneau- Collection Ecrivain du XX e sciècle - France 3 / Image et Cie Julie, itinéraire d une enfant du siècle mn Grand Format. BFC / Arte/ INA Prix International de la SCAM -Prix des Bibliothèques- Cinéma du Réel 1996 L Ile des enfants mn proposé par Laure Adler La Sept/Arte Tomasi di Lamedusa mn Co-auteur Jean Claude Navarro -France 3/ GMT Marguerite Yourcenar : une vie d écriture mn Arte/BFC, Amours Adolescentes mn Canal Plus /BFC Voyage au bout de la rue 58 mn France 3 / INA et Deux émissions radiophoniques de 90m sur France Culture Il était une fois des Conteurs mn Les films d ici/ Arte Qui a peur du Minotaure? mn- Artline films/ Grand Format ARTE Syracuse mn CollectionVoyages Arte/Films d Ici/Opus productions Samarcande mn Collection Voyages Arte/Films d Ici 7

8 FICHE TECHNIQUE Réalisation... Dominique GROS Assistante... Fany Vidal Image... Isabelle FERMON Son... Antoine RODET Montage... Olivier ZUCHUAT Mixage... Roger DUPUIS Moyens techniques... OPUS Productions / L Envol Une coproduction... ARTE France Unité de programme / Thierry GARREL Chargée de programmes / Elisabeth HULTEN Les Films d Ici Serge LALOU Anne Cohen-Solal Avec la participation du... Centre National de la Cinématographie avec le soutien de la... PROCIREP 8

Qui a peur du minotaure? Un film de Dominique Gros Coproduction : ARTE France, Artline Films, NOVA Prod Owl (2001-81 mn)

Qui a peur du minotaure? Un film de Dominique Gros Coproduction : ARTE France, Artline Films, NOVA Prod Owl (2001-81 mn) GRAND FORMAT Qui a peur du minotaure? Un film de Dominique Gros Coproduction : ARTE France, Artline Films, NOVA Prod Owl (2001-81 mn) 22.20 Lundi 15 avril 2002 Contact presse : Céline Chevalier / Nadia

Plus en détail

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 3ème cycle de médecine générale 02.40.41.11.29 nadine.charron@univnantes.fr laurence.retiere@univnantes.fr FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Vous

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Françoise ELLIEN. Isabelle BROCARD. Psychologue- Directrice du Réseau SPES. Réalisatrice

Françoise ELLIEN. Isabelle BROCARD. Psychologue- Directrice du Réseau SPES. Réalisatrice Françoise ELLIEN Psychologue- Directrice du Réseau SPES Isabelle BROCARD Réalisatrice En France, la première statistique de l ANESM concernant les 8.3 millions d aidants ne comptabilise ces derniers qu

Plus en détail

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT Les principes généraux figurant dans la Déclaration d Ottawa sont certes nécessaires pour assurer une

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Filmographie sur les thèmes des soins palliatifs, de l accompagnement, de la mort et du deuil PROFESSIONNELS 2007-2014

Filmographie sur les thèmes des soins palliatifs, de l accompagnement, de la mort et du deuil PROFESSIONNELS 2007-2014 Filmographie sur les thèmes des soins palliatifs, de l accompagnement, de la mort et du deuil PROFESSIONNELS 2007-2014 juin 2014 Journée mondiale des soins palliatifs, de KTO.-France 2007.- 1h15mn Où se

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

MSF Dons planifiés Lauréate du prix Nobel de la Paix en 1999

MSF Dons planifiés Lauréate du prix Nobel de la Paix en 1999 MSF Dons planifiés Lauréate du prix Nobel de la Paix en 1999 Au sujet de MSF Médecins Sans Frontières (MSF) est une organisation d aide humanitaire internationale qui prodigue des soins médicaux d urgence

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

MSF Dons planifiés Lauréate du prix Nobel de la Paix en 1999

MSF Dons planifiés Lauréate du prix Nobel de la Paix en 1999 MSF Dons planifiés Lauréate du prix Nobel de la Paix en 1999 Au sujet de MSF Médecins Sans Frontières (MSF) est une organisation d aide humanitaire internationale qui prodigue des soins médicaux d urgence

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Ensemble, construisons la chaîne de soins de vos compagnons animaux

Ensemble, construisons la chaîne de soins de vos compagnons animaux C H V- AT L A N T I A 22 rue René Viviani, Ile de Nantes-Beaulieu 44200 NANTES Tél. : 02.40.47.40.09 Tél. : 02.40.89.21.32 URGENCES 7J/7-24H/24 Ensemble, construisons la chaîne de soins de vos compagnons

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

L exercice de la profession d infirmier(e) Paule Mique-Boulié IFSI 2012

L exercice de la profession d infirmier(e) Paule Mique-Boulié IFSI 2012 L exercice de la profession d infirmier(e) Paule Mique-Boulié IFSI 2012 La profession d infirmier(ière) La profession connait depuis 2001 un mouvement de contestation. Au travers de revendications liées

Plus en détail

LE MALADE EN FIN DE VIE

LE MALADE EN FIN DE VIE LE MALADE EN FIN DE VIE Un précepte, donc à suivre scrupuleusement, est celui de ne jamais abandonner un malade même en état de mort imminente et de tout mettre en œuvre pour relever les forces, et soulager

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Catalogue des formations 2014

Catalogue des formations 2014 Catalogue des formations 2014 Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier de Compiègne Code NAF: 851 A - N SIRET 200 034 650 00040 - N existence: 22.60.02.715.60 Sommaire des formations

Plus en détail

CONTACT. Association Effet Sphère, 22 rue Thibaudeau - 86000 POITIERS. effetsphere@gmail.com

CONTACT. Association Effet Sphère, 22 rue Thibaudeau - 86000 POITIERS. effetsphere@gmail.com CONTACT Association Effet Sphère, 22 rue Thibaudeau - 86000 POITIERS effetsphere@gmail.com 06 12 66 41 39 Présentation de l association Effet Sphère Créée en 2010 l association Effet Sphère a pour vocation

Plus en détail

SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif

SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif CONTRAT DE SOINS SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif En vertu du décret N 2004-1274 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour et/ou du document individuel de prise en charge

Plus en détail

"Personne, Santé, Société" (PSS)

Personne, Santé, Société (PSS) Août 2014 Programme d'enseignement "Personne, Santé, Société" (PSS) Première année de médecine, Faculté de Médecine de Genève Responsabilité et coordination : Pre A.-F. ALLAZ ANNEE ACADEMIQUE 2014-2015

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12. UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE

K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12. UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12 UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS

Plus en détail

«Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels. A propos de notre expérience

«Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels. A propos de notre expérience Paris, les 8, 9, 15 et 16 mars 2010 «Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels A propos de notre expérience Michel Schmitt, Anne Macherich, Magali

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS!

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! ET SI LE PATIENT, C ÉTAIT VOUS? Brochure d information Rubrique 1 Secret professionnel et devoir de discrétion : pourquoi? Le

Plus en détail

Actualité du serment d Hippocrate

Actualité du serment d Hippocrate Lycée Jacques Cœur de Bourges UFR médecine, laboratoire d éthique médicale, université Francois-Rabelais, Tours. Doctorant, Université de Rennes 1 Actualité du serment d Hippocrate Eric Delassus 39 Boulevard

Plus en détail

PLAN DE FORMATION DES AUMÔNIERS

PLAN DE FORMATION DES AUMÔNIERS PLAN DE FORMATION DES AUMÔNIERS 2012 1 2012 FORMATION SPÉCIALISÉE DES AUMÔNIERS EN ETABLISSEMENTS DE SANTE (90 HEURES) 1 ère semaine de formation : 1 er JOUR 23 janvier 201 9h00 Temps d accueil INTRODUCTION

Plus en détail

Charte de protection des mineurs

Charte de protection des mineurs «Mes enfants, soyez joyeux!» Charte de protection des mineurs Au sein de l Académie Musicale de Liesse Mise à jour août 2014 L ensemble des adultes intervenant au sein de l Académie Musicale de Liesse

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier 8.7 Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier du 30 novembre 993 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu les articles 46, alinéa, lettre g, et 47 à 58 de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés

ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés Quand la mémoire vacille Souvenirs enterrés, mémoire défaillante, oubli des gestes d autonomie les plus élémentaires, la maladie

Plus en détail

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Annick SOUDANT-ROQUETTE (DUSP Lille 1996-97, DIUSP Lille 2004-05) La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Table des matières 1.Ses missions...2 2. Le patient...3 3. La famille,

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

«Lire, c est aller à la rencontre d une chose qui va exister»

«Lire, c est aller à la rencontre d une chose qui va exister» «Lire, c est aller à la rencontre d une chose qui va exister» Italo Calvino Table des matières Ribambelle Virus Lecture Exposition Lectures d enfances Exposition Entre les pages Exposition Lectures des

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Tables ronde : Les thérapies à médiation animale

Tables ronde : Les thérapies à médiation animale Tables ronde : Les thérapies à médiation animale - Catherine ROBLIN : Association AFIRAC ( association Française d information et de recherche sur l animal de compagnie ) La présence du chien induit selon

Plus en détail

Guy A. Lepage. Distinctions. GÉMEAUX Meilleure émission ou série d entrevues ou talk show Tout le monde en parle

Guy A. Lepage. Distinctions. GÉMEAUX Meilleure émission ou série d entrevues ou talk show Tout le monde en parle Distinctions 2014 : GÉMEAUX Meilleure émission ou série d entrevues ou talk show VICTOR Prix Coup de cœur, Festival Juste pour Rire 2014 WIT - Meilleur format de fiction de l histoire de la télévision

Plus en détail

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ Saint-Quentin-en-Yvelines Un réseau de compétences Service de la Communauté d agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines, l Institut de Promotion de la Santé a pour objectifs

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Trois établissements de santé de la métropole Lilloise soutenus dans leurs politiques par l ARS et la DRAC Nord Pas-de-Calais

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Trois établissements de santé de la métropole Lilloise soutenus dans leurs politiques par l ARS et la DRAC Nord Pas-de-Calais COMMUNIQUÉ DE PRESSE Lille, le 20 février 2013 Trois établissements de santé de la métropole Lilloise soutenus dans leurs politiques par l ARS et la DRAC Nord Pas-de-Calais L ARS et la DRAC Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

PROJET FORMATION. Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9. Année 2013-2014

PROJET FORMATION. Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9. Année 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9 Formation financée par la Région des Pays de La Loire Tél : 02 43 43 28 14 ou poste 32814 Fax : 02 43 43 29 30 - e-mail

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des agents exerçant dans la Santé publique.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des agents exerçant dans la Santé publique. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des agents exerçant dans la Santé publique. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT,

Plus en détail

SOMMAIRE. Le programme 2015 Les thèmes des tables rondes Les déclinaisons des thèmes de tables rondes Les animations et activités

SOMMAIRE. Le programme 2015 Les thèmes des tables rondes Les déclinaisons des thèmes de tables rondes Les animations et activités SOMMAIRE Quelques définitions Contexte de l événement Objectifs de l événement Parlait + Santé 2014 Le programme 2015 Les thèmes des tables rondes Les déclinaisons des thèmes de tables rondes Les animations

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

Raymond Cloutier : Raymond Cloutier «Vous m en lirez tant» Émission du dimanche 30 mars 2008 Première Chaîne de la radio de Radio Canada,

Raymond Cloutier : Raymond Cloutier «Vous m en lirez tant» Émission du dimanche 30 mars 2008 Première Chaîne de la radio de Radio Canada, Raymond Cloutier : Un livre fascinant, émouvant, intrigant qui tente, pour la première fois, de refaire le pont entre les Premières Nations et les Blancs. Aimititau! Parlons-nous! On sent ici que ce projet

Plus en détail

émissions spéciales du 29 février au 17 juin 2012 en partenariat avec

émissions spéciales du 29 février au 17 juin 2012 en partenariat avec émissions spéciales élections présidentielle et législatives : les candidats face aux enjeux internationaux du 29 février au 17 juin 2012 en partenariat avec International Regards croisés à l antenne France

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

L OPTION CINÉMA AUDIOVISUEL AU LYCÉE ALBERT CAMUS

L OPTION CINÉMA AUDIOVISUEL AU LYCÉE ALBERT CAMUS L OPTION CINÉMA AUDIOVISUEL AU LYCÉE ALBERT CAMUS QU EST- CE QUE L OPTION CINÉMA- AUDIOVISUEL? L option Cinéma Audiovisuel (CAV) fait partie des enseignements artistiques proposés au lycée. Le lycée Albert

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

COLLOQUE AQUITAIN de Soins Palliatifs et d Accompagnement

COLLOQUE AQUITAIN de Soins Palliatifs et d Accompagnement La personne malade au cœur des décisions : 10 ans après la loi Leonetti Programme 1 ère annonce Organisé par En partenariat avec l Association des Gastro-entérologues et Pneumologues de la Polyclinique

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

QUAIS-BLUES un film de Richard Lavoie

QUAIS-BLUES un film de Richard Lavoie DOSSIER DE PRESSE LISTE TECHNIQUE Réalisation, direction photo et montage Richard Lavoie Produit par Geneviève Lavoie et Richard Angers Musique Claude Fradette Assistante à la réalisation Valérie Lavoie

Plus en détail

l ETP est elle compatible avec La télésurveillance de l observance à la PPC? Dany Baud CHSPneumologie Chevilly Larue

l ETP est elle compatible avec La télésurveillance de l observance à la PPC? Dany Baud CHSPneumologie Chevilly Larue l ETP est elle compatible avec La télésurveillance de l observance à la PPC? Dany Baud CHSPneumologie Chevilly Larue Surveiller et punir/ le panoptisme Michel Foucault Un assujettissement réel nait mécaniquement

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008.

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. LA SANCTION D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. Comment se règle la question du rapport à la loi et de la

Plus en détail

Conditions de vie pour un succès thérapeutique Sophie Matheron, Renaud Persiaux et le groupe d experts Septembre 2013

Conditions de vie pour un succès thérapeutique Sophie Matheron, Renaud Persiaux et le groupe d experts Septembre 2013 C di i d i è hé i Septembre 2013 Introduction Les multithérapies permettent aujourd hui à la plupart des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), en particulier lorsque la prise en charge a été initiée tôt,

Plus en détail

Ankri J. Epidémiologie des démences et de la maladie d Alzheimer BEH n 5-6,2006. 3

Ankri J. Epidémiologie des démences et de la maladie d Alzheimer BEH n 5-6,2006. 3 Le regard porté sur la maladie d Alzheimer Résultats de trois études pour mieux connaître la maladie Dossier de presse mars 2009 1 Sommaire Introduction...p.3 91% des personnes interrogées souhaiteraient

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

Chapitre 1 : Droits et devoirs du médecin. Docteur François PAYSANT

Chapitre 1 : Droits et devoirs du médecin. Docteur François PAYSANT UE7 - Santé Société Humanité Société, droit et vieillissement Chapitre 1 : Droits et devoirs du médecin Docteur François PAYSANT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Jade est une initiative portée par le réseau SPES et l Association Française des Aidants

Jade est une initiative portée par le réseau SPES et l Association Française des Aidants Tu as entre 8 et 22 ans? Tu t occupes d un parent, grand-parent, d un frère ou d une sœur malade ou handicapé? Tu veux prendre un peu de temps pour toi? Viens participer à un séjour cinéma-répit où tu

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

La téléassistance en questions

La téléassistance en questions 8 La téléassistance en questions Il y a une coupure de courant, qu est-ce que je fais? Vous ne faites rien. Une batterie de secours de plusieurs heures est incluse dans le transmetteur. Vous pouvez éventuellement

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France

Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France Conférence Conférence de de presse presse du du 24 24 novembre novembre 2009 2009 Sommaire 1. Les Français apparemment unanimes à

Plus en détail

«Grand jeu concours Lip Dub : Les 10 ans d'infirmiers.com»

«Grand jeu concours Lip Dub : Les 10 ans d'infirmiers.com» ARTICLE 1 : OBJET «Grand jeu concours Lip Dub : Les 10 ans d'infirmiers.com» IZEOS, société domiciliée 29 rue de la Grange aux belles, 75010 PARIS, immatriculée au R.C.S de Paris Sous le numéro B 432 392

Plus en détail

Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec

Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec www.corpozootherapeute.com Table des matières Table des matières... 2 Section I... 3 1 Dispositions générales... 3 Section II... 3 2 Devoirs

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie"

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives La Mesnie Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie" PROJET DE VIE ASSOCIATIF ALAPA 2014-2019 Projet approuvé en Conseil de Vie Sociale le Projet approuvé

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

APPELS TELEPHONIQUES DE PATIENTS ET DEONTOLOGIE MEDICALE

APPELS TELEPHONIQUES DE PATIENTS ET DEONTOLOGIE MEDICALE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de juillet 1998 Pr. Bernard HŒRNI APPELS TELEPHONIQUES DE PATIENTS ET DEONTOLOGIE MEDICALE RESUME Des patients appellent de

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Provocation à la Sécurité Routière

Provocation à la Sécurité Routière Compagnie LEZ ARTS VERS 28bis, rue Denis Papin 49100 Angers 06 28 33 49 63 www.lezartsvers.com tournées/diffusion : Louise Moissonnié spectacles@lezartsvers.com Provocation à la Sécurité Routière La forme

Plus en détail

Nous avons le choix:

Nous avons le choix: Nous avons le choix: être en exercice illégal ou exercer illégalement! C est l alternative qui s offre aux kinésithérapeutes salariés depuis la publication du code de déontologie. Art. R. 4321-56. - Le

Plus en détail

LECTURES DE PORTFOLIO SAMEDI 17 ET DIMANCHE 18 MAI 2014 APPEL À CANDIDATURE

LECTURES DE PORTFOLIO SAMEDI 17 ET DIMANCHE 18 MAI 2014 APPEL À CANDIDATURE LECTURES DE PORTFOLIO SAMEDI 17 ET DIMANCHE 18 MAI 2014 APPEL À CANDIDATURE Vous êtes artiste, étudiants en art et souhaitez recueillir un avis critique sur votre travail, trouver des opportunités de le

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail