L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE"

Transcription

1 L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE Dossier de presse 11 juin 2013 Global Entrepreneurship Monitor Rapport France 2012 Contact Valérie Jobard

2 SOMMAIRE 1. Document de synthèse de l enquête h 2. Global Entrepreneurship Monitor (GEM) h 3. Biographie Alain Fayolle h 4. Centre de Recherche en Entrepreneuriat (CRE) h 5. Mémento des recommandations des Assises de l entrepreneuriat

3 EDUCATING ENTREPRENEURS FOR THE WORLD GLOBAL ENTREPRENEURSHIP MONITOR 2012 L entrepreneuriat en France aujourd hui Synthèse et mise en perspective L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE Global Entrepreneurship Monitor 2012 France Report Emeran Nziali et Alain Fayolle

4 «À l heure où la France vient de clore les premières Assises de l entrepreneuriat, il apparaît utile de mettre en perspective les mesures annoncées en avril 2013 avec les données de l enquête annuelle du Global Entrepreneurship Monitor (GEM). Les propositions émises par plus de 300 personnalités au sein de neuf groupes de travail sont-elles à la hauteur des enjeux et des défis qui sont devant nous? Le rapport GEM 2012 pour la France décrit et analyse les principales évolutions de l activité entrepreneuriale au niveau national ainsi que les différences constatées avec des économies comparables, comme celles de l Allemagne, de la Grande-Bretagne, du Japon et des Etats-Unis, choisies pour leurs niveaux de développement similaires. Entre désir et peur d entreprendre De très nombreux français ont le désir et l intention d entreprendre. De plus en plus d individus perçoivent des opportunités de création d entreprise Il existe donc en France un gisement potentiel d entrepreneurs. Ce qui pose problème concerne le passage à l acte et ce, pour au moins deux raisons. Tout d abord les normes socioculturelles véhiculent un message qui relativise, voire inhibe, le bénéfice social du comportement entrepreneurial. En France, la notion de réussite est avant tout associée à l obtention des diplômes les plus prestigieux dans les établissements qui ont pour mission de produire l élite de la nation. Une conséquence de cette valorisation sociale, fruit d une méritocratie scolaire qui sélectionne ses élites, une fois pour toutes, à l orée de leur entrée dans la vie professionnelle, est le rapport que les français entretiennent avec l échec. Ce système ne laisse pas de place à l expérimentation, aux essais ou aux erreurs de parcours. Or l entrepreneuriat, est tout cela à la fois. Les résultats de GEM 2012 montrent une fois de plus que les français ont peur de l échec. La formation, un enjeu majeur La perception qu ils n ont pas les compétences nécessaires à l acte d entreprendre est une seconde difficulté qui explique que les français hésitent à passer à l acte. Cette question des compétences entrepreneuriales renvoie à l inadaptation de l offre en matière d enseignement et de formation à l entrepreneuriat. En définitive, ces freins agissent sur l activité entrepreneuriale, en France, qui se situe à un niveau faible dans une comparaison avec les pays qui relèvent de la même catégorie. Avec la crise économique, cette activité peut être caractérisée par une baisse de l entrepreneuriat d opportunité et une légère hausse de l entrepreneuriat de nécessité. Par ailleurs, l activité entrepreneuriale se déploie très majoritairement dans les services. Elle porte sur des contenus faiblement novateurs avec des entrepreneurs aux ambitions de développement et de croissance très limitées. Une petite lueur d espoir apparaît avec la légère hausse de l entrepreneuriat féminin. Une volonté politique forte Dans ces conditions, comment faire pour inverser le cours des choses? Assouplir les contraintes administratives et alléger la charge fiscale sont des mesures qui vont dans le bons sens, à condition d aller jusqu au bout de la logique et de tout mettre en œuvre pour libérer l esprit d initiative et d entreprendre. Mais il nous semble que les mesures les plus significatives sont liées à un changement de mentalité des français en général et des décideurs économiques et politiques en particulier. Vouloir enseigner l entrepreneuriat dans les classes primaires et secondaires est un objectif pertinent et courageux, d autres pays, notamment la Finlande, l ont fait avant nous. Cet objectif est une condition nécessaire du changement de mentalité souhaité. Mais l enseignement n est pas le seul levier sur lequel il convient d agir. Mettre les discours en phase avec les réalités du monde tel qu il est en en est un autre. Revoir les politiques publiques pour en faire des leviers de changement des facteurs institutionnels au bénéfice des comportements entrepreneuriaux constitue certainement un autre moyen. Tout cela ne sera possible qu avec une très forte volonté politique, alimentée par une conscience aigüe des problèmes ou situations qui freinent, voire bloquent, la nécessaire adaptation des structures et des règles qui gouvernent le fonctionnement de notre pays aux réalités et aux exigences d un monde en profonde mutation.» Alain Fayolle

5 MÉTHODOLOGIE Le rapport s appuie sur deux enquêtes distinctes effectuées en Juin La première réalisée sur une population d adultes de 18 à 64 ans, a permis de constituer un échantillon de 2000 personnes résidantes en France et représentatives de la population française. L échantillon est composé de manière à respecter la distribution de la population par âge et sexe. La seconde a été effectuée à partir d un panel d experts dans le domaine de l entrepreneuriat résidant et opérant en France. ZOOM SUR LES RÉSULTATS Un taux d ensemble de l activité entrepreneuriale (TEA) parmi les plus faibles L année 2012 se caractérise par une légère inflexion du taux d ensemble de l activité entrepreneuriale (5,2% en 2012 comparé à 5,7 en 2011), mais les évolutions sont contrastées suivant le sexe, l âge ou la phase du processus. Economies tirées par l innovation (TEA 2012 en %) Une hausse de l entreprenariat établi Le taux d entrepreneuriat à plus de 42 mois (3,2%) a connu une amélioration de près de 25% par rapport à son niveau de 2011 (2,4%) Une légère hausse de l entrepreneuriat féminin Alors qu il est considérablement en baisse pour les individus de sexe masculin - passant de 8,6% (2011) à 6,4% (2012), le TEA est en hausse pour les acteurs de sexe féminin - passant de 2,9% (2011) à 4% (2012). Le rapport s intéresse principalement aux attitudes, aspirations et intentions de la population vis-à-vis de l entrepreneuriat ainsi qu aux comportements en matière de création d entreprise. Dans ce dernier cas, il met en avant un indicateur clé qui mesure l activité entrepreneuriale des pays, le TEA (Taux d Ensemble de l Activité Entrepreneuriale), lequel est complété par ses variantes renvoyant à divers aspects du phénomène étudié comme ceux distinguant les créations de nécessité(1) et d opportunité (2) (1) TAE nécessité : Taux d activité entrepreneuriale de nécessité (2) TAE opportunité : Taux d activité entrepreneuriale d opportunité Des créations au contenu novateur très faible 8,62% des entrepreneurs déclarent être les seuls à offrir un produit comparable au leur, sur le marché. Ce taux est très loin derrière ceux de la Belgique (17,12%), des États-Unis (14,82%), de l Espagne (13,46%), ou du Danemark (14,61%). Par contre, ils sont 12,96% à déclarer qu ils utilisent des technologies nouvelles (moins d un an), loin derrière l Italie (19,77%) et l Allemagne (14,39%) mais devant les États-Unis (6,81%), les Pays-Bas (7,63%) ou encore la Grande-Bretagne (6,06%). De l intention à l action De plus en plus d individus perçoivent des opportunités de création mais la peur de l échec demeure Le taux d individus déclarant percevoir des opportunités entrepreneuriales, en 2012, (38%), continue d évoluer favorablement et est le plus élevé depuis Toutefois il est atténué par la peur de l échec, dont le taux est aussi l un des plus élevés (43%) de la décade. Le taux d intention de création parmi les plus élevés des pays comparables La France dispose avec 17,3% du taux d intention de création (à trois ans) le plus élevé des pays de la catégorie à laquelle notre pays appartient, même s il se situe à un niveau très légèrement inférieur à celui de 2011 (17,7%). Intentions de création à 3 ans (% en 2012) Un dynamisme entrepreneurial essentiellement localisé dans les services Plus des trois quart des créations d entreprise de 2012 (77,5%) sont issues des services dont 44,5% des services à la personne et 33% des services aux entreprises. Des variations marginales et contrastées de l entrepreneuriat d opportunité et de nécessité L entrepreneuriat d opportunité (4,17%) est à la baisse (4,83% en 2011) contrairement à celui de nécessité (0,94%), en hausse (0,85% en 2011). Ces variations ne changent pas cependant la structure d ensemble des motivations donnant une part plus importante à la première (59%) et une moindre à la seconde (18%). Des entrepreneurs aux ambitions très modestes En France, 8,7% des entrepreneurs naissant (soit 0,45% de TEA) envisagent de créer au-delà de 15 emplois dans les 5 prochaines années, tandis que 83% se voient créer un emploi à brève échéance ou dans 5 ans. Si ce taux est moins élevé qu aux États-Unis (13% du TEA) et en Grande-Bretagne (9,7% de TEA), il est plus élevé qu en Suisse (7,4% de TEA), en Belgique (3,9% de TEA) et en Italie (6,24% TEA). Une auto perception des compétences entrepreneuriales en deçà de la moyenne Le taux d individus déclarant disposer des compétences pour démarrer une entreprise (38%) est supérieur à la moyenne des dix dernières années (30,7%) mais reste inférieur à celui de la plupart des pays comparables. Auto-perception des compétences (% en 2012)

6 EVALUATION DE L ENVIRONNEMENT ENTREPRENEURIAL EN FRANCE Des conditions favorables Une activité entrepreneuriale largement soutenue par les programmes gouvernementaux Les programmes gouvernementaux pour la promotion de l entrepreneuriat et les infrastructures physiques sont les mieux évalués avec respectivement des scores de 3,61/5 et 3,91/5. et défavorables Le faible taux d enseignement de l entrepreneuriat dans les secteurs primaire et secondaire est l un des principaux freins L enseignement de l entrepreneuriat aux niveaux primaire et secondaire (1,96/5) et la diffusion des compétences de création d entreprises (2,11/5) sont considérés en France comme les freins les plus importants à l activité entrepreneuriale. Pour le premier cas, la France fait certes mieux que certains pays comme le Japon, l Espagne, l Italie et le Portugal mais beaucoup moins bien que les autres pays comparables. Pour le second, elle a une courte avance sur le Japon (1,93/5) mais est très loin derrière les Pays-Bas qui semblent être la référence en la matière (3,96/5). Un autre frein est le poids des normes socioculturelles Les experts interviewés font nettement ressortir les normes socioculturelles comme handicapant le développement d une culture entrepreneuriale nécessaire au processus entrepreneurial. Résultats sommaires de l évaluation de l environnement entrepreneurial par les experts Catégorie de condition Accès à l infrastructure physique et aux services Programmes gouvernementaux et infrastructures pour la promotion de l entrepreneuriat Politique gouvernementale (en faveur des jeunes entreprises) priorité locale, régionale Qualité des infrastructures commerciales et professionnelles et accessibilité Formation à l entrepreneuriat: niveau professionnel, collège et université Score moyen 3,91 3,61 3,52 3,27 3,24 Dynamique interne de marché 3,05 Politique gouvernementale (fiscalité, formalité administrative, etc.) 2,89 Financement de l entrepreneuriat 2,86 Ouverture du Marché Intérieur 2,74 Transfert en R&D 2,72 Prédisposition des facteurs culturels et des normes sociales pour l entrepreneuriat Formation à l entrepreneuriat en primaire et secondaire 2,52 1,96 Contacts Elisabeth Gelas Danielle Rousson Pour télécharger le rapport complet : EMLYON Business School CAMPUS EUROPE 23 avenue Guy de Collongue CS Ecully cedex France CAMPUS ASIE East China Normal University Global Education Center 3663, Zhongshan Rd North Shanghai CHINE

7 EVALUATION DE L ENVIRONNEMENT ENTREPRENEURIAL EN FRANCE Des conditions favorables Une activité entrepreneuriale largement soutenue par les programmes gouvernementaux Les programmes gouvernementaux pour la promotion de l entrepreneuriat et les infrastructures physiques sont les mieux évalués avec respectivement des scores de 3,61/5 et 3,91/5. et défavorables Le faible taux d enseignement de l entrepreneuriat dans les secteurs primaire et secondaire est l un des principaux freins L enseignement de l entrepreneuriat aux niveaux primaire et secondaire (1,96/5) et la diffusion des compétences de création d entreprises (2,11/5) sont considérés en France comme les freins les plus importants à l activité entrepreneuriale. Pour le premier cas, la France fait certes mieux que certains pays comme le Japon, l Espagne, l Italie et le Portugal mais beaucoup moins bien que les autres pays comparables. Pour le second, elle a une courte avance sur le Japon (1,93/5) mais est très loin derrière les Pays-Bas qui semblent être la référence en la matière (3,96/5). Un autre frein est le poids des normes socioculturelles Les experts interviewés font nettement ressortir les normes socioculturelles comme handicapant le développement d une culture entrepreneuriale nécessaire au processus entrepreneurial. Résultats sommaires de l évaluation de l environnement entrepreneurial par les experts Catégorie de condition Accès à l infrastructure physique et aux services Programmes gouvernementaux et infrastructures pour la promotion de l entrepreneuriat Politique gouvernementale (en faveur des jeunes entreprises) priorité locale, régionale Qualité des infrastructures commerciales et professionnelles et accessibilité Formation à l entrepreneuriat: niveau professionnel, collège et université Score moyen 3,91 3,61 3,52 3,27 3,24 Dynamique interne de marché 3,05 Politique gouvernementale (fiscalité, formalité administrative, etc.) 2,89 Financement de l entrepreneuriat 2,86 Ouverture du Marché Intérieur 2,74 Transfert en R&D 2,72 Prédisposition des facteurs culturels et des normes sociales pour l entrepreneuriat Formation à l entrepreneuriat en primaire et secondaire 2,52 1,96 Contacts Elisabeth Gelas Danielle Rousson Pour télécharger le rapport complet : EMLYON Business School CAMPUS EUROPE 23 avenue Guy de Collongue CS Ecully cedex France CAMPUS ASIE East China Normal University Global Education Center 3663, Zhongshan Rd North Shanghai CHINE

8 Global Entrepreneurship Monitor (GEM) Initiée conjointement en 1997 par la London Business School et le Babson College, GEM est à ce jour la plus grande étude annuelle en matière de dynamique entrepreneuriale dans le monde. Lancée en 1999, la première enquête portait sur dix pays. Aujourd hui, GEM a évolué en un consortium de plus de 400 chercheurs issus du monde entier. En 2012, 69 pays ont participé à l enquête, fournissant une photographie de l entrepreneuriat au sein du plus grand échantillon de pays jamais analysé, couvrant ainsi une importante diversité de régions géographiques et de niveaux de développement économique. Depuis l origine, EMLYON Business School pilote l enquête pour la France. Liste des pays ayant participé à l enquête 2012 Algérie Angola Argentine Autriche Barbade Belgique Bosnie Herzégovine Botswana Brésil Chili China Colombie Costa Rica Croatie Danemark Equateur Egypte Salvador Estonie Ethiopie Finlande France Allemagne Ghana Grèce Hongrie Inde Iran Irlande Israël Italie Jamaïque Japon Corée du Sud Lettonie Lituanie Macédoine Malawi Malaisie Mexique Namibie Pays-Bas Nigéria Norvège Pakistan Palestine Paname Pérou Pologne Portugal Roumanie Russie Singapour Slovaquie Slovénie Afrique du Sud Espagne Suède Suisse Taïwan Thaïlande Trinité et Tobago Tunisie Turquie Ouganda Royaume Uni États- Unis Uruguay Zambie GEM France Le rapport du Global Entrepreneurship Monitor 2012 pour la France relate les principales évolutions de l activité entrepreneuriale au niveau national ainsi que les différences constatées avec les économies comparables. Il s agit de pays géographiquement proches, comme l Allemagne et la Grande Bretagne ou plus éloignés comme le Japon, mais tous choisis pour leurs niveaux de développement similaires. Le rapport s appuie sur deux enquêtes distinctes effectuées en juin La première, réalisée sur une population d adultes âgés de 18 à 64 ans, a permis de constituer un échantillon de 2000 personnes résidant en France. La seconde a été effectuée à partir d un panel d experts en entrepreneuriat (consultants, enseignants-chercheurs, décideurs économiques, etc.) dans le domaine de l entrepreneuriat résidant et opérant en France. Le rapport s intéresse donc aux attitudes, aspirations et intentions de la population vis-à-vis de l entrepreneuriat et de la création d entreprise. Dans ce dernier cas, il met en avant le principal indicateur de l activité entrepreneuriale de GEM, le Taux d Ensemble de l Activité entrepreneuriale (TEA). Les indicateurs de performance, tels que les ambitions des entrepreneurs en termes de croissance ou de création d emploi. L orientation internationale des marchés visés ou le choix en matière d innovation rentrent également dans cette description. L ensemble est complété par l exploration de certains facteurs institutionnels qui conditionnent le déploiement de l activité entrepreneuriale à l échelle nationale.

9 ALAIN FAYOLLE Parcours Alain Fayolle est professeur de management stratégique et directeur du centre de recherche en entrepreneuriat d EMLYON Business School. Habilité à diriger des recherches en sciences et gestion depuis 2000, il est également titulaire d un doctorat en sciences de gestion. Missions Membre du conseil scientifique d EMLYON, Alain Fayolle est aussi directeur de recherches des universités Lyon III, Pierre-Mendès France de Grenoble et de l Université Libre de Bruxelles. Il est membre de la Chaire d Entrepreneuriat Rogers J.A. Bombardier de HEC Montréal et membre du CA - responsable de l animation de la recherche de l Académie de l Entrepreneuriat (association française d enseignants et chercheurs en entrepreneuriat). Ancien président de l Académie de l Entrepreneuriat et de l Innovation, il est le fondateur et le rédacteur en chef de la revue «Entreprendre & Innover», première revue de vulgarisation scientifique consacrée à la création d entreprise, à la croissance et à l innovation. Il vient d être élu au comité exécutif de la division entrepreneuriat (2700 membres dans le monde) de l Academy of Management, première association scientifique mondiale en management, confirme cette reconnaissance. Publications Alain Fayolle est l auteur d une série de cinq ouvrages et de nombreux articles académiques à destination des éducateurs, des praticiens et des étudiants visant à mieux articuler les champs de l entrepreneuriat et de l éducation. Entrepreneuriat. Apprendre à entreprendre (2012, Editions Dunod) Entrepreneurship research in Europe: Evolving concepts and processes (2011, Edward Elgar) European Entrepreneurship in the Globalizing Economy (2011, Edward Elgar) L art d entreprendre (2007, Pearson Education) Devenir entrepreneur : des enjeux aux outils (2006, Village mondial)... Distinctions Le 17 mai dernier, Alain Fayolle s est vu remettre le 2013 European Entrepreneurship Education Award. Ce prix lui a été décerné par l université de Lund en Suède, en reconnaissance de ses travaux dans le domaine de l éducation entrepreneuriale.

10 CENTRE DE RECHERCHE EN ENTREPRENEURIAT (CRE) D EMLYON BUSINESS SCHOOL Dirigé par Alain Fayolle, professeur de Management Stratégique, le Centre de Recherche en Entrepreneuriat d EMLYON examine cinq thèmes prioritaires : l étude des processus de création d activités innovantes, l entrepreneuriat organisationnel, l enseignement et l évaluation de l efficacité des programmes d enseignement en entrepreneuriat, l évaluation des politiques publiques en matière de création et reprise d entreprise et la dynamique des startups de forte croissance. Les chercheurs de ce centre sont actuellement mobilisés par plusieurs projets clés, comme l étude des processus d'émergence des nouvelles entreprises de haute technologie, les effets de l'enseignement de l'entrepreneuriat sur l'intention d'entreprendre et les orientations de carrière des étudiants, l'impact des changements générationnels sur le management et les stratégies des PME familiales, ou encore les processus entrepreneuriaux à l'intérieur des grandes entreprises. Le Centre de Recherche en Entrepreneuriat d'emlyon Business School est composé d une dizaine de personnes. Il collabore activement avec plusieurs institutions en France et à l étranger. Dans le cadre de ses activités, le CRE a organisé cette année deux grands colloques internationaux. En novembre, le colloque scientifique RENT (Research in Entrepreneurship and Small Business) s est tenu à EMLYON. Il réunit chaque année environ 250 universitaires pour présenter leurs résultats de recherche de très haut niveau sur un large éventail de sujets en rapport avec l entrepreneuriat et les petites entreprises. La BABSON College Entrepreneurship Research Conference (BCERC) vient quant à elle de se dérouler du 5 au 8 juin et a rassemblé à Lyon plus de 330 chercheurs. C est la plus grande conférence sur cette thématique. Son objectif est de relier théorie et pratique de manière dynamique et d encourager la recherche de haut niveau en entrepreneuriat.

11 Mémento des recommandations des Assises de l entrepreneuriat * La clôture des Assises de l entrepreneuriat, lancées en janvier dernier par Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique, s est tenue le 29 avril à l Elysée. A cette occasion, le président de la République a annoncé plusieurs mesures. Celles-ci répondent à trois objectifs prioritaires : stimuler l'esprit d'entreprise et mobiliser tous les talents ; aider les entreprises à se développer ; reconnaître la prise de risque de l investissement au service de l emploi. Leur mise en œuvre reposera sur un dialogue dans la durée entre les entrepreneurs, les partenaires sociaux et l ensemble des ministères concernés. D ici à l été 2013, une stratégie de développement de l entrepreneuriat sera adoptée par le Gouvernement autour de dix engagements forts, présentés lors de la clôture des Assises. Stimuler l esprit d entreprise et mobiliser tous les talents La formalisation d un programme éducatif sur l esprit d initiative et l innovation dans le Secondaire (de la sixième à la terminale) et dans l enseignement supérieur ; La mise en place dès l été 2013 d un fonds pour la création d entreprises dans les quartiers les moins favorisés ; La création d un dispositif Entrepreneur Etudiant, qui permettra à ceux qui créent une entreprise à l issue de leurs études de continuer à bénéficier du statut d étudiant ; La suppression de l indicateur «040» du fichier FIBEN de la Banque de France afin de favoriser le rebond des entrepreneurs ; La création d un «visa entrepreneur» ou équivalent, pour attirer les jeunes talents étrangers en France. Pour aider les entreprises à se développer Le développement à titre expérimental de «maisons de l international» aux Etats-Unis et en Asie pour faciliter l implantation de nos PME à l étranger ; L incitation des grandes entreprises à investir dans les jeunes PME innovantes, par l ouverture d un droit à un amortissement fiscal de l investissement ; L extension du champ des dépenses éligibles aux exonérations de charges sociales du statut Jeunes Entreprises Innovantes (JEI) aux charges de personnel affectées à l innovation ; La création d un fonds pour l innovation sociale de la BPI pour faciliter le développement des entreprises à caractère social et solidaire en France ; La création d un «pass entrepreneur numérique», qui améliorera l accompagnement personnalisé de l entrepreneur et comportera un mécanisme de signalement des complexités administratives vécues par les entreprises. Pour reconnaître la prise de risque de l investissement au service de l emploi La réforme du régime des plus-values mobilières dans le sens de la simplification et de l attractivité ; La volonté de voir dynamisé le segment boursier dédié aux PME et aux ETI ; La réforme du Plan Epargne en Actions avec la revalorisation de son plafond à euros et la possibilité d y investir en plus dans les PME et ETI ; La mise en place d un cadre juridique de développement de la finance participative («Crowdfunding») en France. * Source :

12 Pour télécharger le rapport GEM France complet Contact presse EMLYON Business School Valérie Jobard

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe Pour la zone caraïbe du Royaume des Pays-Bas, soit : les éléments territoriaux d Aruba, de Curaçao et de Saint-Martin, et les Pays-Bas

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009)

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009) PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS non soumis au régime général de l'obligation de visa Franchise 3 mois Franchise 1 mois ALLEMAGNE *** ANDORRE ARGENTINE AUSTRALIE AUTRICHE *** BELGIQUE *** BRESIL BRUNEI BOLIVIE

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers.

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers. Notice n 29/357 de l'administration fiscale cantonale sur l'imposition à la source des intérêts hypothécaires de personnes qui ne sont ni domiciliées ni en séjour en Suisse (du 19 mars 2013) Valable depuis

Plus en détail

Des SOLUTIONS. au service de la croissance de votre entreprise

Des SOLUTIONS. au service de la croissance de votre entreprise Des SOLUTIONS COMMERCI au service de la croissance de votre entreprise LES C BINET CONSEIL INTERN TION L expert en transformation commerciale 01 NOTRE AMBITION 02 NOTRE APPROCHE 03 NOS ATOUTS Vous orienter

Plus en détail

De succès dans l internationalisation des entreprises

De succès dans l internationalisation des entreprises De succès dans l internationalisation des entreprises Présence Internationale 50 Pays Afrique du Sud Algérie Allemagne Angola Arabie Saoudite Argentine Autriche Azerbaïdjan Belgique Brésil Bulgarie Canada

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

Guichet Unique de la Mobilité Entrante DRI. Version du 4 Mai 2012

Guichet Unique de la Mobilité Entrante DRI. Version du 4 Mai 2012 Guichet Unique de la Mobilité Entrante DRI Version du 4 Mai 2012 Objectifs Identification des étudiants, doctorants, stagiaires, chercheurs étrangers accueillis à l INSA Vérification de la conformité par

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile

Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile Comment une ASN peut-elle développer et promouvoir le sport automobile? 25 juin, Conférence Annuelle de la FIA,

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES)

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Volet déplacements professionnels L Université et la lutte aux changements climatiques L Université Laval souhaite contribuer à la lutte

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013 L atome pour la paix Conférence générale GC(56)/12 25 juillet 2012 Distribution générale Français Original : Anglais Cinquante-cinquième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(56)/1

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 24 septembre 2014 fixant par pays et par groupe le montant de l indemnité spécifique

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines Texte original Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines 0.822.724.2 Conclue à Genève le 23 juin 1975 Approuvée

Plus en détail

PARTIE 5 DÉTACHEMENT LE DÉTACHEMENT ÉTRANGER-FRANCE FINANCIERS FLUX MOUVEMENTS. page 125

PARTIE 5 DÉTACHEMENT LE DÉTACHEMENT ÉTRANGER-FRANCE FINANCIERS FLUX MOUVEMENTS. page 125 PARTIE 5 LE LE FLUX FINANCIERS ÉTRANGERFRANCE page 125 MOUVEMENTS MIGRATOIRES LE AVANT PROPOS 127 à 131 SYNTHÈSE 132 à 133 RÈGLEMENTS EUROPÉENS > Détachements et pluriactivités. 134 à 136 > Le détachement

Plus en détail

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU FÉVRIER 202, N 7 Cette fiche d information de l ISU présente les dernières données de l enquête sur les films de long

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 A. Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l enseignement (Paris, le 14 décembre 1960) Groupe I (Parties à la Convention

Plus en détail

Augmentation de presque un tiers des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables (211 milliards de dollars)

Augmentation de presque un tiers des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables (211 milliards de dollars) Embargo : 9 h 30 EDT (13 h 30 GMT), jeudi 7 juillet 2011 Le rapport Global Trends in Renewable Energy Investment 2011 (Tendances mondiales de l investissement dans les énergies renouvelables 2011) va être

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Tarifs. 1. Paiements transfrontaliers. Champ d'application

Tarifs. 1. Paiements transfrontaliers. Champ d'application Tarifs Conditions générales et tarifs des paiements internationaux et encaissement de chèques étrangers et de chèques en devises. Tarifs en vigueur au 01/01/2015 Remarque: une T.V.A. (au taux de 21%) est

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Action Recouvrement DES IMPAYÉS CLIENTS À RECOUVRER EN FRANCE, À L INTERNATIONAL

Action Recouvrement DES IMPAYÉS CLIENTS À RECOUVRER EN FRANCE, À L INTERNATIONAL Action Recouvrement DES IMPAYÉS CLIENTS À RECOUVRER EN FRANCE, À L INTERNATIONAL Avec Action Recouvrement, gagnez en efficacité à moindre coût! Une expertise reposant sur plus de 75 ans d expérience Optez

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Service de Messagerie Evoluée. Option Mail to Fax. Guide Utilisateur

Service de Messagerie Evoluée. Option Mail to Fax. Guide Utilisateur Service de Messagerie Evoluée Option Mail to Fax Guide Utilisateur Mars 2004 Mail to Fax Guide utilisateur 1 SOMMAIRE 1. ENVOI DE FAX DEPUIS VOTRE BOITE AUX LETTRES EVOLUEE... 3 1.1. CREATION/PREPARATION

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial VOLUME 14 NUMÉRO 2Mai 2014 Éditorial Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013 Le Global Entrepreneurship Monitor, communément

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Ces instructions annulent et remplacent toutes les instructions précédentes. Valables dès le 1er janvier 2012

Ces instructions annulent et remplacent toutes les instructions précédentes. Valables dès le 1er janvier 2012 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Instructions concernant l'imposition à la source des prestations de prévoyance versées par des institutions de droit

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

CONVENTION POUR L UNIFICATION DE CERTAINES RÈGLES RELATIVES AU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL FAITE À MONTRÉAL LE 28 MAI 1999

CONVENTION POUR L UNIFICATION DE CERTAINES RÈGLES RELATIVES AU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL FAITE À MONTRÉAL LE 28 MAI 1999 CONVENTION POUR L UNIFICATION DE CERTAINES RÈGLES RELATIVES AU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL FAITE À MONTRÉAL LE 28 MAI 1999 Entrée en vigueur : La Convention est entrée en vigueur le 4 novembre 2003*.

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN

Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN SOMMAIRE I. LISTE DES TABLEAUX... 434 II. LISTE DES GRAPHIQUES... 434 III. PRESENTATION... 435 IV. METHODOLOGIE... 435 V. SOURCE DE DOCUMENTATION... 435 Chapitre

Plus en détail

LÉGISLATION APPLICABLE

LÉGISLATION APPLICABLE PARTIE 5 FLUX FINANCIERS ÉTRANGERFRANCE page 129 MOUVEMENTS MIGRATOIRES LEGISLATION AVANT PROPOS 131 à 135 SYNTHÈSE 136 à 137 RÈGLEMENTS EUROPÉENS > Détachements et pluriactivités. 138 à 140 > Le détachement

Plus en détail

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Appels nationaux (États-Unis, Canada et Guam): 1. Composez le 888-236-7527 Appels internationaux: 1. Pour appeler EthicsPoint

Plus en détail

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES La reconnaissance de la qualité de «résident étranger» conditionne l application des conventions fiscales internationales. QU EST CE QU

Plus en détail

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE?

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? Office National de Sécurité Sociale SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? 1. Envoi dans des pays de l Union européenne (UE) Depuis le 1er mai 2010, le Règlement CE n 883/2004 détermine la

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Le programme Erasmus + à Sciences Po La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Qu est ce que le programme Erasmus +? Erasmus + est un programme de la Commission Européenne destiné à encourager

Plus en détail

Protocole de signature facultative à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, concernant le règlement obligatoire des différends

Protocole de signature facultative à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, concernant le règlement obligatoire des différends Texte original Protocole de signature facultative à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, concernant le règlement obligatoire des différends 0.191.011 Conclu à Vienne le 18 avril 1961

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Une organisation dédiée qui repose sur un groupe solide

Une organisation dédiée qui repose sur un groupe solide Une organisation dédiée qui repose sur un groupe solide Groupe DIOT-LSN 5 ème courtier du marché français en risques d entreprises 800 collaborateurs NeoTech Assurances Entité dédié aux risques du secteur

Plus en détail

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC)

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC) Les actions internationales pour l'enseignement supérieur Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Vito Borrelli (DG EAC) 1 Qu'est-ce qu'? Programme de l'ue pour soutenir l'éducation, la formation

Plus en détail

Personnes assujetties

Personnes assujetties Directives du Service des contributions sur l'imposition à la source des prestations de prévoyance versées par des institutions de droit privé à des personnes qui ne sont ni domiciliées ni en séjour en

Plus en détail

L Arrangement de Madrid concernant l enregistrement international des marques

L Arrangement de Madrid concernant l enregistrement international des marques Soizic DAULT TC01 soizic.dault@etu.utc.fr L Arrangement de Madrid concernant l enregistrement international des marques & Le Protocole de Madrid relatif à cet Arrangement UTC GE28 Automne 2009 TD1 : Yann

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Qu allez-vous Entreprendre avec

Qu allez-vous Entreprendre avec Educating Entrepreneurs for the World Qu allez-vous Entreprendre avec EMLYON en 2012 B + C de plein droit + A par cumul soit 100% du barème au 29 Février 2012 Taxe d Apprentissage 2012 Programme Grande

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Mode d emploi. Partir avec Erasmus. Erasmus en quelques chiffres : 31 665 étudiants Erasmus au départ de la France

Mode d emploi. Partir avec Erasmus. Erasmus en quelques chiffres : 31 665 étudiants Erasmus au départ de la France Partir avec Erasmus Mode d emploi Erasmus en quelques chiffres : Depuis la création du programme en 1987, plus de 2.2 millions d Européens, dont près de 380 000 étudiants français, ont bougé dans toute

Plus en détail

Exportations de grain canadien et de farine de blé

Exportations de grain canadien et de farine de blé Commission canadienne des grains Canadian Grain Commission MARS CAMPAGNE AGRICOLE 2011- Exportations de grain canadien et de farine de blé 2011- À Tonnes (millions) 10.0 7.0 9.0 6.5 6.0 8.0 5.5 7.0 5.0

Plus en détail

Accords bilatéraux et multilatéraux

Accords bilatéraux et multilatéraux Accords bilatéraux et multilatéraux Pour nos lecteurs qui seraient moins familiers avec certains termes fréquemment utilisés en droit international public, les définitions suivantes peuvent s avérer utiles.

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail