* * * Diplôme d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement. La promotion des chauffe-eau solaires : étude de cas en région Bruxelloise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "* * * Diplôme d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement. La promotion des chauffe-eau solaires : étude de cas en région Bruxelloise"

Transcription

1 * * * Diplôme d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement La promotion des chauffe-eau solaires : étude de cas en région Bruxelloise Travail de Fin d'etudes présenté par Guénaëlle CARTON en vue de l'obtention du grade académique de Diplômé d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement Année Académique : Directeur : Prof. ZACCAÏ

2

3 Ce document est imprimé sur papier recyclé et la mise en page a été pensée de manière à minimiser l utilisation de papier.

4 Résumé L utilisation des énergies fossiles et fissiles est source d un certain nombre de problèmes ayant des répercussions sur les systèmes humains et naturels. Le recours aux énergies renouvelables est un des moyens d action pour supprimer ou limiter ces conséquences néfastes. La technologie du solaire thermique et plus particulièrement des chauffe-eau solaires va donc dans ce sens. Il existe en Europe, de grandes disparités au niveau de la diffusion et de la promotion de cette alternative et la ville de Bruxelles ne représente actuellement pas un exemple en terme de résultat ; cela, malgré la mise en place de diverses actions pour promouvoir les chauffe-eau solaires. Deux enquêtes ont été menées dans cette région ; l une a été réalisée auprès de personnes ayant installé un chauffe-eau solaire et l autre concerne la population bruxelloise en général. Les résultats révèlent principalement un manque de connaissance des enjeux liés à la problématique de l énergie ainsi que l existence d obstacles pour entrer dans la démarche d acquisition d un chauffe-eau solaire malgré un accueil assez positif réservé à cette alternative énergétique. Les motivations principales des acquéreurs réels et potentiels ont aussi pu être mises en évidence. Ces résultats nous ont conduits à proposer un plan d action pour réorienter la promotion des chauffe-eau solaires à Bruxelles. Celui-ci s appuie sur des mesures informatives, financières, administratives ainsi que d autres mesures.

5 Remerciements Je tiens à remercier Mr Zaccaï, mon promoteur, pour son aide tout au long de ce travail, ainsi que pour sa relecture éclairée. J aimerais aussi remercier mes jurys, qui ont été là pour répondre à mes questions quand j en ai eu besoin et plus particulièrement Mr Hecq et Mr Wallenborn pour leur implication. Merci aussi à Isabelle Prignot et Jade Charouk, de l APERe, qui m ont accueillie au sein de leur équipe pour participer à l interprétation des résultats et à la rédaction de l enquête de satisfaction sur les chauffe-eau solaires. Merci, finalement, à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce travail et plus particulièrement à Hélène Sibué, pour sa relecture attentive et ses conseils avisés, à Ghinwa Hanna, Julien Bossavit et Cécile Carton pour leurs «coups de main» bienvenus et leur soutien tout au long de cette entreprise. Merci aussi à Marie Lebrun et Virgile Adam pour leur aide informatique.

6 Table des matières Introduction Justification de la promotion des énergies renouvelables aujourd hui Emissions de gaz à effet de serre et changement climatique Un impact humain sur l effet de serre et des conséquences présentes et futures Les énergies renouvelables, un des moyens de lutter contre le réchauffement climatique Les conséquences sur la santé et les risques pour les écosystèmes et l homme Combustibles fossiles et dégradations de la qualité de l air se répercutant sur l homme et les écosystèmes Des problèmes particuliers au domaine de l énergie nucléaire Des dégradations générées par les différentes étapes de production de l énergie Une contribution des énergies renouvelables pour lutter contre les problèmes de pollution et de sécurité Les conséquences socio-économiques Des coût en augmentation pour les énergies fossiles Des dépenses assumées par la collectivité (coûts externes) Une dégradation des ressources se répercutant sur d autres secteurs économiques Un apport des énergies renouvelables vis à vis des conséquences socio-économiques Les conséquences sur le plan politique Une répartition inégale des ressources énergétiques et une dépendance réciproque des pays exportateurs et importateurs d énergie Des conséquences géopolitiques liées à l approvisionnement énergétique. 13

7 1.4.3 Des conséquences néfastes pourraient découler d un choix massif de l énergie nucléaire Une contribution des énergies renouvelables à l aspect politique de la problématique de l énergie Des raisons techniques Conclusion Références Les chauffe-eau solaires en Europe, état des lieux Le Solaire thermique, une technologie avec diverses applications Des outils de promotion à utiliser de manière complémentaire L Europe s étale sur trois zones d ensoleillement Une répartition inégale des capteurs solaires en Europe Un marché hétérogène Un potentiel différencié entre pays du Nord et pays du Sud, et dans tous les cas, loin d être atteint Une image positive véhiculée par le solaire mais un environnement politique ressenti comme défavorable Des mesures de promotion diversifiées Conclusion Etude de cas en Autriche Un ensoleillement correspondant à celui de l Europe centrale Un parc de chauffe-eau solaires bien développé Un marché bien développé basé sur un passé de forte tendance à l auto construction Le potentiel ne semble pas encore atteint

8 Une conscience environnementale forte et une bonne motivation vis à vis du solaire thermique Des mesures de promotion au niveau national et local Conclusion Etude de cas en France Des régions dans les trois zones solaires Un parc de capteurs relativement peu développé si on le ramène au nombre d habitants Un récent redémarrage du marché Des objectifs ambitieux pour Un contexte particulier pour l accueil des énergies renouvelables Une campagne de promotion à forte connotation marketing Conclusion Etude de cas en Belgique Un ensoleillement caractéristique d Europe de Nord Un parc de chauffe-eau solaires encore peu développé Un marché encore embryonnaire Des objectifs ambitieux Des conditions climatiques ressenties comme défavorables pour l implantation du solaire Une promotion des chauffe-eau solaires essentiellement organisée à l échelon régional Conclusion Références....61

9 3. Place et priorité de l énergie solaire et des chauffe-eau solaires en région Bruxelles-Capitale Justifications du choix du solaire en région Bruxelles-capitale Des raisons techniques Une forte dépendance énergétique de la région Participation aux objectifs de Kyoto Participation à l amélioration de la qualité de l air Le Plan Air/Climat, des actions pour améliorer la qualité de l air et atteindre les objectifs de Kyoto Contribution à l aspect social Sensibilisation par le bouche à oreille et ouverture à d autres comportements d utilisation rationnelle de l énergie Contribution à d autres aspects plus difficilement quantifiables Conclusion Chauffe-eau solaires, l état des lieux en région Bruxelles-capitale Ensoleillement Des répercutions techniques des données climatiques pour les chauffeeau solaires Bruxelles, un système urbain ; répercussions d une implantation en milieu urbain Un parc de chauffe-eau solaires relativement peu développé Un marché encore en construction Des objectifs extrêmement ambitieux Un accueil favorable réservé aux pratiques d utilisation rationnelle de l énergie mais plus mitigé quant à l installation de panneaux solaires Une promotion ciblée et des actions de sensibilisation, des aides financières ainsi qu un allègement de certaines mesures administratives.. 81

10 3.2.9 Conclusion Références Etude de cas en région Bruxelloise : étude concrète au niveau des ménages Aire d étude Méthodologie de l «enquête de satisfaction sur les chauffe-eau solaires en région Bruxelles Capitale» Objectif Méthode Résultats et discussion Installation type Motivation Démarches effectuées en vue d obtenir le chauffe-eau solaire Conclusion et propositions Proposition pour un plan d action Méthodologie utilisée pour l enquête réalisée auprès des Bruxellois n ayant pas de chauffe-eau solaires Objectifs Etapes préliminaires Population d étude Le questionnaire L administration du questionnaire La préparation des données Le traitement des données

11 4.6 Eléments de discussion préliminaires Représentativité de l échantillon Biais possibles liés au questionnaire Administration de l enquête et biais de réponses Erreurs d interprétation possibles Description de l échantillon Sexe Âge Niveau d études Emploi occupé Nombre de personnes dans le foyer Le logement Conscience environnementale Résultats et discussion Equipement des Bruxellois en matière de chauffage de l eau sanitaire Connaissance de la problématique des énergies fossiles et fissiles et priorités accordées à certains aspects de cette problématique Attitude vis à vis du solaire et impressions générées par ce type d énergie Evaluation de la promotion du solaire et des chauffe-eau solaires dans la région Estimation de la crédibilité accordée à différentes sources d information...132

12 4.8.6 Susceptibilité à s engager dans la démarche, motivations et obstacles Conclusion : Plan d action pour promouvoir les chauffe-eau solaires en région Bruxelles capitale Références Conclusion Bibliographie.155

13 Liste des figures Fig.1 : Schéma fonctionnel du chauffe-eau solaire comportant un seul ballon de stockage 25 Fig.2 : Schéma fonctionnel du chauffe-eau solaire avec deux ballons de stockage.25 Fig.3 : Photographies d exemples d installations solaires...26 Fig. 4 : Ensoleillement en Europe : Trois zones d ensoleillement peuvent être définies en fonction des caractéristiques de l ensoleillement..31 Fig.5 : Surface cumulée de capteurs solaires thermiques installés (m²) dans l Union européenne en 1999 et Fig.6: Surface de capteurs thermiques vitrés dans les pays de l Union Européenne en 2001 en m² pour 1000 habitants..32 Fig.7 : Nombre d emplois dans l industrie européenne du solaire thermique pour l année Fig.8 : Prix approximatifs des chauffe-eau solaires dans différents pays Européens...35 Fig.9 : Evolution du marché autrichien et comparaison des surfaces installées en autoconstruction et par des compagnies professionnelles...44 Fig.10 : Evolution du marché du solaire thermique en Autriche..45 Fig.11: Evolution du marché du solaire thermique en France..50 Fig.12 : Evolution du marché belge du solaire thermique 55 Fig.13 : Evolution du marché annuel dans les trois région...55 Fig.14: Programmes de promotion du solaire thermique (ST) et photovoltaïque (PV) mis en places en Belgique et aspects sur lesquels s axent les campagnes...59 Fig.15 : Flux énergétiques de la région Bruxelles-capitale...66 Fig.16 : Distribution des sources d énergie utilisées dans le secteur du logement...67 Fig.17 : Emissions de dioxyde de carbone générées durant l année 2000 par les différents secteurs consommateurs d énergie en région Bruxelles-Capitale.68 Fig.18 : Emissions de dioxyde de carbone générées par différents vecteurs énergétiques...69 Fig.19 : Production de CO2 générée par différents systèmes de chauffage de l eau sanitaire.70 Fig.20 : Répartition des émissions de polluants dans les différents secteurs (en %) pour l année

14 Fig.21 : Irradiation solaire moyenne à Uccle au cours des différents mois de l année.75 Fig.22 : Durée d'insolation moyenne mensuelle (en rouge), variations qu elle a subi au cours des dernières années (en bleu) et valeurs de l année 2003 (en vert) à Uccle 76 Fig.23 : Exemple de températures atteintes par un chauffe-eau solaire standard d Europe du nord en fonction des saisons et de l ensoleillement.77 Fig.24 : Répartition des chauffe-eau solaires installés dans les différentes communes de la région Bruxelles-capitale..78 Fig.25: Temps de retour à l investissement d un système de production d eau chaude à l énergie solaire en fonction du type d appoint utilisé et des primes octroyées par la région de résidence.. 79 Fig. 26: Carte des communes de la région Bruxelles-Capitale.87 Fig.27 : Répartition des âges dans l échantillon.104 Fig.28 : Répartition des niveaux d études dans l échantillon.105 Fig.29 : Répartition de l échantillon en fonction du métier 106 Fig.30 : Nombre de personnes par foyers dans l échantillon interrogé..107 Fig.31 : Type de logement..109 Fig.32 : Statut du logement.109 Fig.33: Communes de résidence.110 Fig.34 : Urgence des questions d environnement ressentie par l échantillon.112 Fig.35 : Fréquences de tri des déchets ménagers avouées par les représentants de l échantillon 112 Fig.36 :Type de chauffe-eau possédé par les Bruxellois ayant répondu à l enquête..114 Fig.37 : Ages des chauffe-eau possédés par les bruxellois ayant répondu à l enquête Fig.38 : Priorité des personnes ayant répondu à l enquête vis à vis de certains thèmes.120 Fig.39 : Prix estimés d un chauffe-eau solaire 123 Fig.40 : Estimation du % couvert par les primes 124 Fig.41 : Sources de connaissance de l existence des chauffe-eau solaires. 131 Fig.42 : Sources d information préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires...134

15 Liste des tableaux Tableau 1 : Priorité des actions préconisées par l ESTIF pour promouvoir la solaire thermique en fonction de la cible...29 Tableau 2 : Principaux constructeurs Européens et leur pays d appartenance par ordre décroissant d importance..33 Tableau 3 : Comparaison des coûts de l énergie dans différents pays en fonction des surfaces de capteurs installées.36 Tableau 4 : Potentiel technique et économique pour le solaire thermique dans les différents pays européens Tableau 5 : Actions de promotion des chauffe-eau solaires dans 11 pays européens..40 Tableau 6: Surface estimée de capteurs solaires thermiques en activité fin Tableau 7 : Quantités des émissions de polluants durant l année 2000, en région Bruxellescapitale, en chiffres absolus..72 Tableau 8 : Connaissance d inconvénients relatifs à l utilisation des énergies fossiles et fissiles en fonction de l âge.115 Tableau 9 : Connaissance d inconvénients relatifs à l utilisation des énergies fossiles et fissiles en fonction du sexe.115 Tableau 10 : Connaissance d inconvénients relatifs à l utilisation des énergies fossiles et fissiles en fonction du niveau d étude.115 Tableau 11 : Références aux aspects de la problématique des énergies fossiles et fissiles et termes qui s y rapportent.117 Tableau 12 : Comparaison des connaissances liées à la problématique des énergies fossiles et fissiles, des notions auquel il a été fait référence pour qualifier l énergie solaire, des motivations des personnes se disant prêtes à acquérir un chauffe-eau solaire et des priorités des répondants vis à vis de certains thèmes 119 Tableau 13 : Priorité donnée à certains thèmes en fonction du sexe..121 Tableau 14 : Priorité donnée à certains thèmes en fonction de l âge..121 Tableau 15 : Priorité donnée à certains thèmes en fonction du niveau d études Tableau 16 : Connaissance de l existence de primes à Bruxelles en fonction du sexe Tableau 17 : Connaissance de l existence de primes à Bruxelles en fonction de l âge..124

16 Tableau 18 : Connaissance de l existence de primes à Bruxelles en fonction du niveau d études Tableau 19: Notions auxquelles ont fait référence les Bruxellois interrogés pour définir l énergie solaire Tableau 20 : Notions auxquelles ont fait référence les Bruxellois interrogés pour définir l énergie solaire (suite) 128 Tableau 21 : Connaissance de l existence des chauffe-eau solaires en fonction du sexe Tableau 22 : Connaissance de l existence des chauffe-eau solaires en fonction de l âge..130 Tableau 23 : Connaissance de l existence des chauffe-eau solaires en fonction du niveau d études Tableau 24 : Sources d informations suggérées par les répondants pour s informer sur les chauffe-eau solaires.135 Tableau 25 : Sources d informations préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires en fonction du sexe..136 Tableau 26 : Sources d informations préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires en fonction de l âge..136 Tableau 27 : Sources d informations préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires en fonction du niveau d études 137 Tableau 28 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du sexe 139 Tableau 29 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction de l âge 139 Tableau 30 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du niveau d étude139 Tableau 31 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du statut de locataire ou propriétaire.139 Tableau 32 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du type de logement 139 Tableau 33: Motivations des Bruxellois intéressés par l acquisition d un chauffe-eau solaire..140 Tableau 34 : Obstacles à l acquisition d un chauffe-eau solaire perçus par les bruxellois interrogés lors de l enquête.141

17 Introduction La problématique de l énergie appartient, avec celle de l eau, aux grands défis mondiaux que nous aurons à relever dans un futur de plus en plus proche. Le recours aux énergies renouvelables est une des voies envisageables pour tenter de relever ce défi. Nous verrons dans une première partie que l utilisation des énergies fossiles et fissiles pose un certain nombre de problèmes à divers niveaux et que les énergies renouvelables sont une alternative intéressante pour pallier à ces problèmes ou du moins, les minimiser. L énergie solaire est l une d entre elles. Elle permet, entre autres, de chauffer l eau grâce à la technologie du chauffe-eau solaire. Cette option ne peut cependant être envisagée sous nos latitudes qu en terme de mesure d utilisation rationnelle de l énergie. Son acquisition peut aussi être appréhendée sous forme de geste d éco-consommation. Elle constitue donc un thème de recherche particulièrement intéressant de part ces trois étiquettes qui peuvent lui être attribuées. Après avoir succinctement pris connaissance des bases du fonctionnement de cette technologie et avoir discuté brièvement sur la pertinence de différents outils utilisés pour la promouvoir, nous verrons dans une deuxième partie, l état des lieux de des chauffe-eau solaires en Europe ; à savoir, leur implantation, l état du marché, les objectifs posés et la perception de habitants vis à vis de cette technologie ainsi que les mesures mises en place pour la promouvoir. Nous nous pencherons aussi plus particulièrement sur trois pays. Le premier, l Autriche a été choisi pour sa place en tant que leader dans ce domaine, le deuxième, la France, pour son décollage rapide et récent après avoir fait partie des «mauvais élèves» en Europe et finalement, la Belgique parce que notre étude de cas porte sur une de ses régions : la région Bruxelles-Capitale. Nous nous attarderons d ailleurs sur cette dernière dans une troisième partie. Son intérêt résulte en effet, de sa place en tant que grand pôle urbain. A ce titre, elle illustre la problématique de nombreuses villes Européennes, à savoir, une consommation énergétique concentrée et une faible possibilité d implantation des énergies renouvelables. Nous verrons aussi que malgré les différentes mesures mises en en place pour promouvoir l implantation des chauffe-eau solaires en région Bruxelles-Capitale, cette alternative a du mal à s installer. Nous allons donc essayer de déterminer, dans une quatrième partie, les facteurs qui peuvent freiner cette diffusion et proposer des actions pour y remédier. 1

18 Nous utiliserons pour cela deux enquêtes complémentaires. La première, s adresse aux personnes ayant déjà installé un chauffe-eau solaire chez elles. Son objectif est de déterminer les facteurs qui ont poussé ces personnes à s investir dans cette démarche et les difficultés qu elles ont pu rencontrer lors de la mise en œuvre et de l utilisation au quotidien. La deuxième, s adresse aux habitants de Bruxelles d une manière générale. Son objectif est de déterminer les connaissances et les impressions de la population vis à vis des énergies fossiles et fissiles et de l énergie solaire, ainsi que de mettre en évidence les freins perçus et réels pour acquérir un chauffe-eau solaire, les motivations qui pourraient les pousser à entrer dans une telle démarche et les moyens de leur faire connaître cette alternative. A la lumière des résultats de ces deux enquêtes, nous proposerons finalement un plan d action pour réorienter la promotion des chauffe-eau solaires. 2

19 1. Justification de la promotion des énergies renouvelables aujourd hui Les énergies renouvelables se définissent comme étant des énergies «dont la consommation n aboutit pas à une diminution apparente des ressources naturelles, parce qu elle fait appel à des sources inépuisables (biomasse, énergie solaire ) à l échelle des temps humains [42]». La plupart d entre elles proviennent directement ou indirectement du soleil (énergies solaire, éolienne, hydroélectrique, biomasse) mais ce n est pas le cas de toutes (géothermie, énergie marémotrice). Il n est pas évident de parler des mérites de ces énergies sans parler des conséquences néfastes résultant de l utilisation des énergies fossiles 1 et fissiles 2 ; en effet, même si l utilisation des énergies renouvelables présente des avantages en tant que telle, la plupart d entre eux existe par le fait qu elles n engendrent pas les mêmes conséquences que les énergies fossiles et fissiles (ou de façon moindre). En d autres termes, ce qui est paradoxal, c est qu elles sont en grande partie intéressantes par les effets qu elles ne produisent pas ; on n en voit donc l importance que dans la mesure où on peut les comparer aux énergies non renouvelables et cette comparaison peut se faire dans divers domaines que nous allons aborder dans la partie qui suit. Ceux ci concernent : l impact sur le changement climatique (c est à dire la production de gaz à effet de serre), les impacts sur la santé et les écosystèmes, les conséquences socioéconomiques, les conséquences politiques et géopolitiques et les différences observables d un point de vue technique. Pour illustrer l importance de l enjeu que représentent nos choix énergétiques actuels et futurs, voici l inventaire d un certain nombre d aspects impliqués dans la problématique énergétique. 1 Charbon, pétrole et gaz naturel. 2 Energie nucléaire. 3

20 1.1Emissions de gaz à effet de serre et changement climatique Un impact humain sur l effet de serre et des conséquences présentes et futures L effet de serre est un phénomène naturel qui permet à la planète de conserver une portion de l énergie envoyée à sa surface par le soleil grâce à certains gaz appelés «gaz à effet de serre» et ainsi, de maintenir une température suffisante pour que l homme puisse y vivre 3. L effet de serre renforcé intervient lors d une élévation de la concentration de ces gaz à effet de serre, ce qui provoque une augmentation de la température de la planète (à un niveau global 4 ), d où le réchauffement climatique. Les gaz à effet de serre peuvent être d origine naturelle et anthropique 5 ; dans ce deuxième cas, le domaine de l énergie [38], et notamment l utilisation de combustibles fossiles (qui représente 81% de l apport énergétique mondial en 2000 [33]), fait partie des principales activités humaines responsables du renforcement de l effet de serre [17, 19, 23, 31], en particulier par les émissions de CO2 qu ils engendrent [17] (à titre d exemple, les activités humaines ont relaché 6.5 milliards de tonnes de carbone en 1990 [19]). Le réchauffement climatique semble très certainement déjà amorcé [32] ayant dores et déjà des conséquences sur les écosystèmes ainsi que très probablement sur certains systèmes socio-économiques [29]. Ce réchauffement devrait de plus, s accentuer dans les années à venir (augmentation de 1,4 à 5,8 C entre 1990 et 2100 selon les prévisions du GIEC [31] et de 2C à 4,5 C selon les prévisions du centre Hadley [10]) ainsi que ses conséquences [29] directes et indirectes (ANNEXE 1). En fait, des effets bénéfiques et néfastes devraient découler de ce changement climatique mais plus l ampleur et le rythme de ces changements seront importants, plus les effets néfastes devraient prédominer [29] d où l intérêt d agir le plus rapidement et le plus efficacement possible pour l arrêter ou du moins minimiser sa progression. Des actions internationales ont d ailleurs été mises en place dans ce sens : ainsi, afin de «stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique», la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques a été adoptée à New York en 1992 puis signée par plus de 150 pays et par la Communauté européenne au cours du Sommet Planète Terre (Rio) cette même année. Cette convention constitue la pièce maîtresse de la lutte contre le changement climatique. Elle a été renforcée en 1997 par les engagements proposés par le protocole de Kyoto lors de la troisième conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les 3 15 C au lieu de 18C sans effet de serre 4 Au niveau local on peut aussi avoir des refroidissements. 5 ANTHROPIQUE : Se dit d un sol, etc., dont la formation résulte de l intervention humaine [41]. 4

21 changements climatiques ; ceux-ci visent à une réduction des émissions en gaz à effet de serre pour 2012 de 5,2% par rapport aux niveaux de Pour entrer en vigueur, le protocole doit être ratifié par 55 pays responsables de 55% des émissions de gaz à effet de serre en Les Etats Unis (produisant à eux seuls 36% des émissions de CO2 [18, 21]) s étant retirés, l approbation du projet de loi pour la ratification du protocole par le conseil des ministres russe (30 septembre 2004) va être juridiquement décisive. En effet, la Russie représente 17% [18] des émissions et permettra donc l entrée en vigueur du protocole. La mise en œuvre des objectifs du protocole permettrait de réduire de 0,15 C la hausse de température prévue [40] d ici 2100 cela représenterait donc un premier pas mais non un but ultime Les énergies renouvelables, un des moyens de lutter contre le réchauffement climatique Nous venons de le voir, le réchauffement climatique constitue donc un enjeu majeur pour le futur mais aussi dès aujourd hui en raison des conséquences multiples que nous subissons et que nous risquons de subir davantage par la suite. La communauté internationale a identifié la nécessité d agir pour limiter les causes de ce réchauffement et la convention-cadre des nations unies sur le changement climatique ainsi que le protocole de kyoto sont à la fois l illustration de cette préoccupation et un pas pour une action concertée au niveau international. En effet, il est du ressort de l être humain d agir pour que les conséquences de ses agissements, en l occurrence l émission de gaz à effet de serre, n entravent pas la vie sur la planète ni aujourd hui ni dans un futur proche ou lointain. Le secteur énergétique et plus particulièrement les énergies fossiles étant les principaux responsables, c est dans ce secteur que l on se doit d agir en priorité. L énergie nucléaire [38] et les énergies renouvelables n influencent pas le bilan des gaz à effet de serre 6 [38]. Elles sont donc, avec les économies d énergie, un moyen de lutter contre le changement climatique [2], ce qui leur procure un avantage majeur par rapport aux énergies fossiles. D ailleurs, l utilisation d énergies renouvelables constitue une des mesures proposées par le GIEC [30] afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et par conséquent le réchauffement climatique [47, 54]. L augmentation de l utilisation des énergies renouvelables fait aussi partie des stratégies de l union européenne pour prévenir le changement climatique [27]. Ces mesures semblent justifiés puisque la conférence européenne pour l énergie renouvelable [27] «a noté avec intérêt que plusieurs analyses européennes ayant été présentées ont montré la possibilité d étendre les énergies renouvelables à au moins 25% de la consommation générale d énergie domestique en Cette expansion entre 2001 et Même en ce qui concerne l utilisation de biomasse puisque sa reconstitution absorbe autant de CO2 que la combustion n en délivre. 5

22 devrait [ ] apporter des bénéfices importants comme[ ] une réduction des émissions de CO2 supérieure à 700 millions de tonnes par an (représentant 17% des émissions de 1990).» 1.2 Les conséquences sur la santé et les risques pour les écosystèmes et l homme Combustibles fossiles et dégradations de la qualité de l air se répercutant sur l homme et les écosystèmes Les combustibles fossiles sont les principaux responsables de la pollution atmosphérique [17]. Leur utilisation libère en effet, des composés tels que du dioxyde de soufre (SO2), des oxydes d azote (NOx), du monoxyde de carbone (CO), des particules en suspension (PM10 7, PM2,5 8 ), des composés organiques volatils... Ceux-ci peuvent avoir des effets nocifs à la fois sur la santé de l homme [9,15, 20, 28, 43, 49, 64, 66, 67])(ANNEXE 2) et celle des écosystèmes [6, 35, 36, 39, 44, 48, 51, 53, 57] (ANNEXE 3). Ces problèmes de pollution atmosphérique ont une grande importance et plusieurs actions ont d ailleurs été mises en place pour tenter d y remédier : En effet, des organismes internationaux se sont impliqués dans cette problématique, à savoir, l Organisation Mondiale de la Santé et les Nations Unies. La première, a proposé des valeurs guides 9 pour les principaux polluants atmosphériques. La deuxième, aborde aussi cette problématique dans le cadre du chapitre 9 de l action 21 mise en place lors du sommet de la terre à Rio (1992). Il y est en effet proposé des principes d action et des objectifs dans divers domaines, notamment par rapport à la pollution atmosphérique transfrontalière. Notons aussi que la convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière (Genève 1979) est la première entente internationale qui a reconnu d une part les problèmes de santé et d ordre environnemental causés par les mouvements transfrontaliers des polluants atmosphériques et d autre part, la nécessité d avoir recours à des solutions à l échelle des continents. Elle établit un cadre d action coopérative par rapport à la pollution atmosphérique ainsi qu un processus pour la négociation de mesures de réduction pour certains polluants. Cette convention a contribué de manière importante à la mise en place de lois internationales environnementales. Huit protocoles en ont découlé et sont actuellement en vigueur : Le premier assure le financement à long terme du programme concerté de surveillance et d évaluation de la pollution 7 Particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à 10 micromètres. 8 Particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à 2,5 micromètres. 9 Niveaux de pollution en dessous desquels l exposition moyenne sur une période définie ne présente pas de risque significatif pour la santé. Ces valeurs sont basées sur des données épidémiologiques et toxicologiques, elles ne doivent pas être confondues avec les normes de qualité de l air. 6

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Janvier 2009 Ecobilan de l énergie nucléaire: efficacité et préservation de l environnement Le terme de «courant vert» est souvent utilisé dans la discussion publique. Il faut généralement

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU GUIDE de L ÉCO CITOYEN au BUREAU SUIVEZ LE GUIDE...................................................................... p.03 QUELS BESOINS, QUELS IMPACTS? ce qui est consommé ce qui est rejeté > Transport

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Énergies renouvelables efficaces économiques durables

Énergies renouvelables efficaces économiques durables EES Jäggi-Bigler AG 4554 Etziken Tel +41 32 686 88 00 www.eesag.ch Niederlassungen 5436 Würenlos Tel +41 56 610 88 00 6317 Zug Tel +41 41 720 22 84 Énergies renouvelables efficaces économiques durables

Plus en détail

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque.

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Question n 1 L'homme a besoin d'énergie pour se déplacer, se chauffer, faire fonctionner ses machines,

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

Une révolution dans les domaines de l énergie et de l emploi

Une révolution dans les domaines de l énergie et de l emploi Une révolution dans les domaines de l énergie et de l emploi Kumi Naidoo Créer de nouveaux emplois décents, lutter contre la pauvreté et contenir le changement climatique catastrophique sont des défis

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET?

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Décembre 2010 En 2009, Eco-Emballages, ELIPSO et Valorplast se sont associés pour conduire une étude d évaluation des impacts environnementaux

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI.

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI. ECO-PROFIL http://fr.leonardo-energy.org/ Chauffage gaz contre chauffage électrique selon différents types de production électrique Septembre 2007 Par Sergio Ferreira 1 Email : saf@eurocopper.org Cet éco-profil

Plus en détail

L hydrogène, nouvelle énergie propre au service de l environnement. Dossier de presse - Juin 2013

L hydrogène, nouvelle énergie propre au service de l environnement. Dossier de presse - Juin 2013 L hydrogène, nouvelle énergie propre au service de l environnement Dossier de presse - Juin 2013 Sommaire L hydrogène, Énergie propre de demain...3 Blue Hydrogen : l engagement d Air Liquide 4 Hydrogène

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Annexes. Dossier pédagogique destiné aux élèves de 5 e et 6 e primaires des écoles du «Cœur du Hainaut, Centre d énergies» Fiche 5

Annexes. Dossier pédagogique destiné aux élèves de 5 e et 6 e primaires des écoles du «Cœur du Hainaut, Centre d énergies» Fiche 5 Dossier pédagogique destiné aux élèves de 5 e et 6 e primaires des écoles du «Cœur du Hainaut, Centre d énergies» Fiche 5 Monter une exposition sur les énergies renouvelables Annexes de la fiche 5 Monter

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ JEUX DU COMMERCE 2008 CAS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ Éric Déry, CA, MBA Département des Sciences comptables Université du Québec à Trois-Rivières 2007 Toute reproduction, en

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail