* * * Diplôme d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement. La promotion des chauffe-eau solaires : étude de cas en région Bruxelloise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "* * * Diplôme d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement. La promotion des chauffe-eau solaires : étude de cas en région Bruxelloise"

Transcription

1 * * * Diplôme d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement La promotion des chauffe-eau solaires : étude de cas en région Bruxelloise Travail de Fin d'etudes présenté par Guénaëlle CARTON en vue de l'obtention du grade académique de Diplômé d'etudes Spécialisées en Gestion de l'environnement Année Académique : Directeur : Prof. ZACCAÏ

2

3 Ce document est imprimé sur papier recyclé et la mise en page a été pensée de manière à minimiser l utilisation de papier.

4 Résumé L utilisation des énergies fossiles et fissiles est source d un certain nombre de problèmes ayant des répercussions sur les systèmes humains et naturels. Le recours aux énergies renouvelables est un des moyens d action pour supprimer ou limiter ces conséquences néfastes. La technologie du solaire thermique et plus particulièrement des chauffe-eau solaires va donc dans ce sens. Il existe en Europe, de grandes disparités au niveau de la diffusion et de la promotion de cette alternative et la ville de Bruxelles ne représente actuellement pas un exemple en terme de résultat ; cela, malgré la mise en place de diverses actions pour promouvoir les chauffe-eau solaires. Deux enquêtes ont été menées dans cette région ; l une a été réalisée auprès de personnes ayant installé un chauffe-eau solaire et l autre concerne la population bruxelloise en général. Les résultats révèlent principalement un manque de connaissance des enjeux liés à la problématique de l énergie ainsi que l existence d obstacles pour entrer dans la démarche d acquisition d un chauffe-eau solaire malgré un accueil assez positif réservé à cette alternative énergétique. Les motivations principales des acquéreurs réels et potentiels ont aussi pu être mises en évidence. Ces résultats nous ont conduits à proposer un plan d action pour réorienter la promotion des chauffe-eau solaires à Bruxelles. Celui-ci s appuie sur des mesures informatives, financières, administratives ainsi que d autres mesures.

5 Remerciements Je tiens à remercier Mr Zaccaï, mon promoteur, pour son aide tout au long de ce travail, ainsi que pour sa relecture éclairée. J aimerais aussi remercier mes jurys, qui ont été là pour répondre à mes questions quand j en ai eu besoin et plus particulièrement Mr Hecq et Mr Wallenborn pour leur implication. Merci aussi à Isabelle Prignot et Jade Charouk, de l APERe, qui m ont accueillie au sein de leur équipe pour participer à l interprétation des résultats et à la rédaction de l enquête de satisfaction sur les chauffe-eau solaires. Merci, finalement, à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce travail et plus particulièrement à Hélène Sibué, pour sa relecture attentive et ses conseils avisés, à Ghinwa Hanna, Julien Bossavit et Cécile Carton pour leurs «coups de main» bienvenus et leur soutien tout au long de cette entreprise. Merci aussi à Marie Lebrun et Virgile Adam pour leur aide informatique.

6 Table des matières Introduction Justification de la promotion des énergies renouvelables aujourd hui Emissions de gaz à effet de serre et changement climatique Un impact humain sur l effet de serre et des conséquences présentes et futures Les énergies renouvelables, un des moyens de lutter contre le réchauffement climatique Les conséquences sur la santé et les risques pour les écosystèmes et l homme Combustibles fossiles et dégradations de la qualité de l air se répercutant sur l homme et les écosystèmes Des problèmes particuliers au domaine de l énergie nucléaire Des dégradations générées par les différentes étapes de production de l énergie Une contribution des énergies renouvelables pour lutter contre les problèmes de pollution et de sécurité Les conséquences socio-économiques Des coût en augmentation pour les énergies fossiles Des dépenses assumées par la collectivité (coûts externes) Une dégradation des ressources se répercutant sur d autres secteurs économiques Un apport des énergies renouvelables vis à vis des conséquences socio-économiques Les conséquences sur le plan politique Une répartition inégale des ressources énergétiques et une dépendance réciproque des pays exportateurs et importateurs d énergie Des conséquences géopolitiques liées à l approvisionnement énergétique. 13

7 1.4.3 Des conséquences néfastes pourraient découler d un choix massif de l énergie nucléaire Une contribution des énergies renouvelables à l aspect politique de la problématique de l énergie Des raisons techniques Conclusion Références Les chauffe-eau solaires en Europe, état des lieux Le Solaire thermique, une technologie avec diverses applications Des outils de promotion à utiliser de manière complémentaire L Europe s étale sur trois zones d ensoleillement Une répartition inégale des capteurs solaires en Europe Un marché hétérogène Un potentiel différencié entre pays du Nord et pays du Sud, et dans tous les cas, loin d être atteint Une image positive véhiculée par le solaire mais un environnement politique ressenti comme défavorable Des mesures de promotion diversifiées Conclusion Etude de cas en Autriche Un ensoleillement correspondant à celui de l Europe centrale Un parc de chauffe-eau solaires bien développé Un marché bien développé basé sur un passé de forte tendance à l auto construction Le potentiel ne semble pas encore atteint

8 Une conscience environnementale forte et une bonne motivation vis à vis du solaire thermique Des mesures de promotion au niveau national et local Conclusion Etude de cas en France Des régions dans les trois zones solaires Un parc de capteurs relativement peu développé si on le ramène au nombre d habitants Un récent redémarrage du marché Des objectifs ambitieux pour Un contexte particulier pour l accueil des énergies renouvelables Une campagne de promotion à forte connotation marketing Conclusion Etude de cas en Belgique Un ensoleillement caractéristique d Europe de Nord Un parc de chauffe-eau solaires encore peu développé Un marché encore embryonnaire Des objectifs ambitieux Des conditions climatiques ressenties comme défavorables pour l implantation du solaire Une promotion des chauffe-eau solaires essentiellement organisée à l échelon régional Conclusion Références....61

9 3. Place et priorité de l énergie solaire et des chauffe-eau solaires en région Bruxelles-Capitale Justifications du choix du solaire en région Bruxelles-capitale Des raisons techniques Une forte dépendance énergétique de la région Participation aux objectifs de Kyoto Participation à l amélioration de la qualité de l air Le Plan Air/Climat, des actions pour améliorer la qualité de l air et atteindre les objectifs de Kyoto Contribution à l aspect social Sensibilisation par le bouche à oreille et ouverture à d autres comportements d utilisation rationnelle de l énergie Contribution à d autres aspects plus difficilement quantifiables Conclusion Chauffe-eau solaires, l état des lieux en région Bruxelles-capitale Ensoleillement Des répercutions techniques des données climatiques pour les chauffeeau solaires Bruxelles, un système urbain ; répercussions d une implantation en milieu urbain Un parc de chauffe-eau solaires relativement peu développé Un marché encore en construction Des objectifs extrêmement ambitieux Un accueil favorable réservé aux pratiques d utilisation rationnelle de l énergie mais plus mitigé quant à l installation de panneaux solaires Une promotion ciblée et des actions de sensibilisation, des aides financières ainsi qu un allègement de certaines mesures administratives.. 81

10 3.2.9 Conclusion Références Etude de cas en région Bruxelloise : étude concrète au niveau des ménages Aire d étude Méthodologie de l «enquête de satisfaction sur les chauffe-eau solaires en région Bruxelles Capitale» Objectif Méthode Résultats et discussion Installation type Motivation Démarches effectuées en vue d obtenir le chauffe-eau solaire Conclusion et propositions Proposition pour un plan d action Méthodologie utilisée pour l enquête réalisée auprès des Bruxellois n ayant pas de chauffe-eau solaires Objectifs Etapes préliminaires Population d étude Le questionnaire L administration du questionnaire La préparation des données Le traitement des données

11 4.6 Eléments de discussion préliminaires Représentativité de l échantillon Biais possibles liés au questionnaire Administration de l enquête et biais de réponses Erreurs d interprétation possibles Description de l échantillon Sexe Âge Niveau d études Emploi occupé Nombre de personnes dans le foyer Le logement Conscience environnementale Résultats et discussion Equipement des Bruxellois en matière de chauffage de l eau sanitaire Connaissance de la problématique des énergies fossiles et fissiles et priorités accordées à certains aspects de cette problématique Attitude vis à vis du solaire et impressions générées par ce type d énergie Evaluation de la promotion du solaire et des chauffe-eau solaires dans la région Estimation de la crédibilité accordée à différentes sources d information...132

12 4.8.6 Susceptibilité à s engager dans la démarche, motivations et obstacles Conclusion : Plan d action pour promouvoir les chauffe-eau solaires en région Bruxelles capitale Références Conclusion Bibliographie.155

13 Liste des figures Fig.1 : Schéma fonctionnel du chauffe-eau solaire comportant un seul ballon de stockage 25 Fig.2 : Schéma fonctionnel du chauffe-eau solaire avec deux ballons de stockage.25 Fig.3 : Photographies d exemples d installations solaires...26 Fig. 4 : Ensoleillement en Europe : Trois zones d ensoleillement peuvent être définies en fonction des caractéristiques de l ensoleillement..31 Fig.5 : Surface cumulée de capteurs solaires thermiques installés (m²) dans l Union européenne en 1999 et Fig.6: Surface de capteurs thermiques vitrés dans les pays de l Union Européenne en 2001 en m² pour 1000 habitants..32 Fig.7 : Nombre d emplois dans l industrie européenne du solaire thermique pour l année Fig.8 : Prix approximatifs des chauffe-eau solaires dans différents pays Européens...35 Fig.9 : Evolution du marché autrichien et comparaison des surfaces installées en autoconstruction et par des compagnies professionnelles...44 Fig.10 : Evolution du marché du solaire thermique en Autriche..45 Fig.11: Evolution du marché du solaire thermique en France..50 Fig.12 : Evolution du marché belge du solaire thermique 55 Fig.13 : Evolution du marché annuel dans les trois région...55 Fig.14: Programmes de promotion du solaire thermique (ST) et photovoltaïque (PV) mis en places en Belgique et aspects sur lesquels s axent les campagnes...59 Fig.15 : Flux énergétiques de la région Bruxelles-capitale...66 Fig.16 : Distribution des sources d énergie utilisées dans le secteur du logement...67 Fig.17 : Emissions de dioxyde de carbone générées durant l année 2000 par les différents secteurs consommateurs d énergie en région Bruxelles-Capitale.68 Fig.18 : Emissions de dioxyde de carbone générées par différents vecteurs énergétiques...69 Fig.19 : Production de CO2 générée par différents systèmes de chauffage de l eau sanitaire.70 Fig.20 : Répartition des émissions de polluants dans les différents secteurs (en %) pour l année

14 Fig.21 : Irradiation solaire moyenne à Uccle au cours des différents mois de l année.75 Fig.22 : Durée d'insolation moyenne mensuelle (en rouge), variations qu elle a subi au cours des dernières années (en bleu) et valeurs de l année 2003 (en vert) à Uccle 76 Fig.23 : Exemple de températures atteintes par un chauffe-eau solaire standard d Europe du nord en fonction des saisons et de l ensoleillement.77 Fig.24 : Répartition des chauffe-eau solaires installés dans les différentes communes de la région Bruxelles-capitale..78 Fig.25: Temps de retour à l investissement d un système de production d eau chaude à l énergie solaire en fonction du type d appoint utilisé et des primes octroyées par la région de résidence.. 79 Fig. 26: Carte des communes de la région Bruxelles-Capitale.87 Fig.27 : Répartition des âges dans l échantillon.104 Fig.28 : Répartition des niveaux d études dans l échantillon.105 Fig.29 : Répartition de l échantillon en fonction du métier 106 Fig.30 : Nombre de personnes par foyers dans l échantillon interrogé..107 Fig.31 : Type de logement..109 Fig.32 : Statut du logement.109 Fig.33: Communes de résidence.110 Fig.34 : Urgence des questions d environnement ressentie par l échantillon.112 Fig.35 : Fréquences de tri des déchets ménagers avouées par les représentants de l échantillon 112 Fig.36 :Type de chauffe-eau possédé par les Bruxellois ayant répondu à l enquête..114 Fig.37 : Ages des chauffe-eau possédés par les bruxellois ayant répondu à l enquête Fig.38 : Priorité des personnes ayant répondu à l enquête vis à vis de certains thèmes.120 Fig.39 : Prix estimés d un chauffe-eau solaire 123 Fig.40 : Estimation du % couvert par les primes 124 Fig.41 : Sources de connaissance de l existence des chauffe-eau solaires. 131 Fig.42 : Sources d information préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires...134

15 Liste des tableaux Tableau 1 : Priorité des actions préconisées par l ESTIF pour promouvoir la solaire thermique en fonction de la cible...29 Tableau 2 : Principaux constructeurs Européens et leur pays d appartenance par ordre décroissant d importance..33 Tableau 3 : Comparaison des coûts de l énergie dans différents pays en fonction des surfaces de capteurs installées.36 Tableau 4 : Potentiel technique et économique pour le solaire thermique dans les différents pays européens Tableau 5 : Actions de promotion des chauffe-eau solaires dans 11 pays européens..40 Tableau 6: Surface estimée de capteurs solaires thermiques en activité fin Tableau 7 : Quantités des émissions de polluants durant l année 2000, en région Bruxellescapitale, en chiffres absolus..72 Tableau 8 : Connaissance d inconvénients relatifs à l utilisation des énergies fossiles et fissiles en fonction de l âge.115 Tableau 9 : Connaissance d inconvénients relatifs à l utilisation des énergies fossiles et fissiles en fonction du sexe.115 Tableau 10 : Connaissance d inconvénients relatifs à l utilisation des énergies fossiles et fissiles en fonction du niveau d étude.115 Tableau 11 : Références aux aspects de la problématique des énergies fossiles et fissiles et termes qui s y rapportent.117 Tableau 12 : Comparaison des connaissances liées à la problématique des énergies fossiles et fissiles, des notions auquel il a été fait référence pour qualifier l énergie solaire, des motivations des personnes se disant prêtes à acquérir un chauffe-eau solaire et des priorités des répondants vis à vis de certains thèmes 119 Tableau 13 : Priorité donnée à certains thèmes en fonction du sexe..121 Tableau 14 : Priorité donnée à certains thèmes en fonction de l âge..121 Tableau 15 : Priorité donnée à certains thèmes en fonction du niveau d études Tableau 16 : Connaissance de l existence de primes à Bruxelles en fonction du sexe Tableau 17 : Connaissance de l existence de primes à Bruxelles en fonction de l âge..124

16 Tableau 18 : Connaissance de l existence de primes à Bruxelles en fonction du niveau d études Tableau 19: Notions auxquelles ont fait référence les Bruxellois interrogés pour définir l énergie solaire Tableau 20 : Notions auxquelles ont fait référence les Bruxellois interrogés pour définir l énergie solaire (suite) 128 Tableau 21 : Connaissance de l existence des chauffe-eau solaires en fonction du sexe Tableau 22 : Connaissance de l existence des chauffe-eau solaires en fonction de l âge..130 Tableau 23 : Connaissance de l existence des chauffe-eau solaires en fonction du niveau d études Tableau 24 : Sources d informations suggérées par les répondants pour s informer sur les chauffe-eau solaires.135 Tableau 25 : Sources d informations préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires en fonction du sexe..136 Tableau 26 : Sources d informations préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires en fonction de l âge..136 Tableau 27 : Sources d informations préférentielles au sujet des chauffe-eau solaires en fonction du niveau d études 137 Tableau 28 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du sexe 139 Tableau 29 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction de l âge 139 Tableau 30 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du niveau d étude139 Tableau 31 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du statut de locataire ou propriétaire.139 Tableau 32 : Susceptibilité à acquérir un chauffe-eau solaire en fonction du type de logement 139 Tableau 33: Motivations des Bruxellois intéressés par l acquisition d un chauffe-eau solaire..140 Tableau 34 : Obstacles à l acquisition d un chauffe-eau solaire perçus par les bruxellois interrogés lors de l enquête.141

17 Introduction La problématique de l énergie appartient, avec celle de l eau, aux grands défis mondiaux que nous aurons à relever dans un futur de plus en plus proche. Le recours aux énergies renouvelables est une des voies envisageables pour tenter de relever ce défi. Nous verrons dans une première partie que l utilisation des énergies fossiles et fissiles pose un certain nombre de problèmes à divers niveaux et que les énergies renouvelables sont une alternative intéressante pour pallier à ces problèmes ou du moins, les minimiser. L énergie solaire est l une d entre elles. Elle permet, entre autres, de chauffer l eau grâce à la technologie du chauffe-eau solaire. Cette option ne peut cependant être envisagée sous nos latitudes qu en terme de mesure d utilisation rationnelle de l énergie. Son acquisition peut aussi être appréhendée sous forme de geste d éco-consommation. Elle constitue donc un thème de recherche particulièrement intéressant de part ces trois étiquettes qui peuvent lui être attribuées. Après avoir succinctement pris connaissance des bases du fonctionnement de cette technologie et avoir discuté brièvement sur la pertinence de différents outils utilisés pour la promouvoir, nous verrons dans une deuxième partie, l état des lieux de des chauffe-eau solaires en Europe ; à savoir, leur implantation, l état du marché, les objectifs posés et la perception de habitants vis à vis de cette technologie ainsi que les mesures mises en place pour la promouvoir. Nous nous pencherons aussi plus particulièrement sur trois pays. Le premier, l Autriche a été choisi pour sa place en tant que leader dans ce domaine, le deuxième, la France, pour son décollage rapide et récent après avoir fait partie des «mauvais élèves» en Europe et finalement, la Belgique parce que notre étude de cas porte sur une de ses régions : la région Bruxelles-Capitale. Nous nous attarderons d ailleurs sur cette dernière dans une troisième partie. Son intérêt résulte en effet, de sa place en tant que grand pôle urbain. A ce titre, elle illustre la problématique de nombreuses villes Européennes, à savoir, une consommation énergétique concentrée et une faible possibilité d implantation des énergies renouvelables. Nous verrons aussi que malgré les différentes mesures mises en en place pour promouvoir l implantation des chauffe-eau solaires en région Bruxelles-Capitale, cette alternative a du mal à s installer. Nous allons donc essayer de déterminer, dans une quatrième partie, les facteurs qui peuvent freiner cette diffusion et proposer des actions pour y remédier. 1

18 Nous utiliserons pour cela deux enquêtes complémentaires. La première, s adresse aux personnes ayant déjà installé un chauffe-eau solaire chez elles. Son objectif est de déterminer les facteurs qui ont poussé ces personnes à s investir dans cette démarche et les difficultés qu elles ont pu rencontrer lors de la mise en œuvre et de l utilisation au quotidien. La deuxième, s adresse aux habitants de Bruxelles d une manière générale. Son objectif est de déterminer les connaissances et les impressions de la population vis à vis des énergies fossiles et fissiles et de l énergie solaire, ainsi que de mettre en évidence les freins perçus et réels pour acquérir un chauffe-eau solaire, les motivations qui pourraient les pousser à entrer dans une telle démarche et les moyens de leur faire connaître cette alternative. A la lumière des résultats de ces deux enquêtes, nous proposerons finalement un plan d action pour réorienter la promotion des chauffe-eau solaires. 2

19 1. Justification de la promotion des énergies renouvelables aujourd hui Les énergies renouvelables se définissent comme étant des énergies «dont la consommation n aboutit pas à une diminution apparente des ressources naturelles, parce qu elle fait appel à des sources inépuisables (biomasse, énergie solaire ) à l échelle des temps humains [42]». La plupart d entre elles proviennent directement ou indirectement du soleil (énergies solaire, éolienne, hydroélectrique, biomasse) mais ce n est pas le cas de toutes (géothermie, énergie marémotrice). Il n est pas évident de parler des mérites de ces énergies sans parler des conséquences néfastes résultant de l utilisation des énergies fossiles 1 et fissiles 2 ; en effet, même si l utilisation des énergies renouvelables présente des avantages en tant que telle, la plupart d entre eux existe par le fait qu elles n engendrent pas les mêmes conséquences que les énergies fossiles et fissiles (ou de façon moindre). En d autres termes, ce qui est paradoxal, c est qu elles sont en grande partie intéressantes par les effets qu elles ne produisent pas ; on n en voit donc l importance que dans la mesure où on peut les comparer aux énergies non renouvelables et cette comparaison peut se faire dans divers domaines que nous allons aborder dans la partie qui suit. Ceux ci concernent : l impact sur le changement climatique (c est à dire la production de gaz à effet de serre), les impacts sur la santé et les écosystèmes, les conséquences socioéconomiques, les conséquences politiques et géopolitiques et les différences observables d un point de vue technique. Pour illustrer l importance de l enjeu que représentent nos choix énergétiques actuels et futurs, voici l inventaire d un certain nombre d aspects impliqués dans la problématique énergétique. 1 Charbon, pétrole et gaz naturel. 2 Energie nucléaire. 3

20 1.1Emissions de gaz à effet de serre et changement climatique Un impact humain sur l effet de serre et des conséquences présentes et futures L effet de serre est un phénomène naturel qui permet à la planète de conserver une portion de l énergie envoyée à sa surface par le soleil grâce à certains gaz appelés «gaz à effet de serre» et ainsi, de maintenir une température suffisante pour que l homme puisse y vivre 3. L effet de serre renforcé intervient lors d une élévation de la concentration de ces gaz à effet de serre, ce qui provoque une augmentation de la température de la planète (à un niveau global 4 ), d où le réchauffement climatique. Les gaz à effet de serre peuvent être d origine naturelle et anthropique 5 ; dans ce deuxième cas, le domaine de l énergie [38], et notamment l utilisation de combustibles fossiles (qui représente 81% de l apport énergétique mondial en 2000 [33]), fait partie des principales activités humaines responsables du renforcement de l effet de serre [17, 19, 23, 31], en particulier par les émissions de CO2 qu ils engendrent [17] (à titre d exemple, les activités humaines ont relaché 6.5 milliards de tonnes de carbone en 1990 [19]). Le réchauffement climatique semble très certainement déjà amorcé [32] ayant dores et déjà des conséquences sur les écosystèmes ainsi que très probablement sur certains systèmes socio-économiques [29]. Ce réchauffement devrait de plus, s accentuer dans les années à venir (augmentation de 1,4 à 5,8 C entre 1990 et 2100 selon les prévisions du GIEC [31] et de 2C à 4,5 C selon les prévisions du centre Hadley [10]) ainsi que ses conséquences [29] directes et indirectes (ANNEXE 1). En fait, des effets bénéfiques et néfastes devraient découler de ce changement climatique mais plus l ampleur et le rythme de ces changements seront importants, plus les effets néfastes devraient prédominer [29] d où l intérêt d agir le plus rapidement et le plus efficacement possible pour l arrêter ou du moins minimiser sa progression. Des actions internationales ont d ailleurs été mises en place dans ce sens : ainsi, afin de «stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique», la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques a été adoptée à New York en 1992 puis signée par plus de 150 pays et par la Communauté européenne au cours du Sommet Planète Terre (Rio) cette même année. Cette convention constitue la pièce maîtresse de la lutte contre le changement climatique. Elle a été renforcée en 1997 par les engagements proposés par le protocole de Kyoto lors de la troisième conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les 3 15 C au lieu de 18C sans effet de serre 4 Au niveau local on peut aussi avoir des refroidissements. 5 ANTHROPIQUE : Se dit d un sol, etc., dont la formation résulte de l intervention humaine [41]. 4

21 changements climatiques ; ceux-ci visent à une réduction des émissions en gaz à effet de serre pour 2012 de 5,2% par rapport aux niveaux de Pour entrer en vigueur, le protocole doit être ratifié par 55 pays responsables de 55% des émissions de gaz à effet de serre en Les Etats Unis (produisant à eux seuls 36% des émissions de CO2 [18, 21]) s étant retirés, l approbation du projet de loi pour la ratification du protocole par le conseil des ministres russe (30 septembre 2004) va être juridiquement décisive. En effet, la Russie représente 17% [18] des émissions et permettra donc l entrée en vigueur du protocole. La mise en œuvre des objectifs du protocole permettrait de réduire de 0,15 C la hausse de température prévue [40] d ici 2100 cela représenterait donc un premier pas mais non un but ultime Les énergies renouvelables, un des moyens de lutter contre le réchauffement climatique Nous venons de le voir, le réchauffement climatique constitue donc un enjeu majeur pour le futur mais aussi dès aujourd hui en raison des conséquences multiples que nous subissons et que nous risquons de subir davantage par la suite. La communauté internationale a identifié la nécessité d agir pour limiter les causes de ce réchauffement et la convention-cadre des nations unies sur le changement climatique ainsi que le protocole de kyoto sont à la fois l illustration de cette préoccupation et un pas pour une action concertée au niveau international. En effet, il est du ressort de l être humain d agir pour que les conséquences de ses agissements, en l occurrence l émission de gaz à effet de serre, n entravent pas la vie sur la planète ni aujourd hui ni dans un futur proche ou lointain. Le secteur énergétique et plus particulièrement les énergies fossiles étant les principaux responsables, c est dans ce secteur que l on se doit d agir en priorité. L énergie nucléaire [38] et les énergies renouvelables n influencent pas le bilan des gaz à effet de serre 6 [38]. Elles sont donc, avec les économies d énergie, un moyen de lutter contre le changement climatique [2], ce qui leur procure un avantage majeur par rapport aux énergies fossiles. D ailleurs, l utilisation d énergies renouvelables constitue une des mesures proposées par le GIEC [30] afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et par conséquent le réchauffement climatique [47, 54]. L augmentation de l utilisation des énergies renouvelables fait aussi partie des stratégies de l union européenne pour prévenir le changement climatique [27]. Ces mesures semblent justifiés puisque la conférence européenne pour l énergie renouvelable [27] «a noté avec intérêt que plusieurs analyses européennes ayant été présentées ont montré la possibilité d étendre les énergies renouvelables à au moins 25% de la consommation générale d énergie domestique en Cette expansion entre 2001 et Même en ce qui concerne l utilisation de biomasse puisque sa reconstitution absorbe autant de CO2 que la combustion n en délivre. 5

22 devrait [ ] apporter des bénéfices importants comme[ ] une réduction des émissions de CO2 supérieure à 700 millions de tonnes par an (représentant 17% des émissions de 1990).» 1.2 Les conséquences sur la santé et les risques pour les écosystèmes et l homme Combustibles fossiles et dégradations de la qualité de l air se répercutant sur l homme et les écosystèmes Les combustibles fossiles sont les principaux responsables de la pollution atmosphérique [17]. Leur utilisation libère en effet, des composés tels que du dioxyde de soufre (SO2), des oxydes d azote (NOx), du monoxyde de carbone (CO), des particules en suspension (PM10 7, PM2,5 8 ), des composés organiques volatils... Ceux-ci peuvent avoir des effets nocifs à la fois sur la santé de l homme [9,15, 20, 28, 43, 49, 64, 66, 67])(ANNEXE 2) et celle des écosystèmes [6, 35, 36, 39, 44, 48, 51, 53, 57] (ANNEXE 3). Ces problèmes de pollution atmosphérique ont une grande importance et plusieurs actions ont d ailleurs été mises en place pour tenter d y remédier : En effet, des organismes internationaux se sont impliqués dans cette problématique, à savoir, l Organisation Mondiale de la Santé et les Nations Unies. La première, a proposé des valeurs guides 9 pour les principaux polluants atmosphériques. La deuxième, aborde aussi cette problématique dans le cadre du chapitre 9 de l action 21 mise en place lors du sommet de la terre à Rio (1992). Il y est en effet proposé des principes d action et des objectifs dans divers domaines, notamment par rapport à la pollution atmosphérique transfrontalière. Notons aussi que la convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière (Genève 1979) est la première entente internationale qui a reconnu d une part les problèmes de santé et d ordre environnemental causés par les mouvements transfrontaliers des polluants atmosphériques et d autre part, la nécessité d avoir recours à des solutions à l échelle des continents. Elle établit un cadre d action coopérative par rapport à la pollution atmosphérique ainsi qu un processus pour la négociation de mesures de réduction pour certains polluants. Cette convention a contribué de manière importante à la mise en place de lois internationales environnementales. Huit protocoles en ont découlé et sont actuellement en vigueur : Le premier assure le financement à long terme du programme concerté de surveillance et d évaluation de la pollution 7 Particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à 10 micromètres. 8 Particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à 2,5 micromètres. 9 Niveaux de pollution en dessous desquels l exposition moyenne sur une période définie ne présente pas de risque significatif pour la santé. Ces valeurs sont basées sur des données épidémiologiques et toxicologiques, elles ne doivent pas être confondues avec les normes de qualité de l air. 6

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010 ADEME Les Français et les Energies Renouvelables Baromètre Contexte de l étude La France mise sur le développement des énergies et matières renouvelables pour : Réduire sa dépendance à la fois sur le plan

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Les technologies énergétiques fossiles

Les technologies énergétiques fossiles Les technologies énergétiques fossiles Les combustibles fossiles les plus couramment utilisés dans le monde pour produire de l électricité sont le charbon et le gaz. Le pétrole est toujours utilisé quand

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SYNTHESE Août 2012 Préambule Préambule La présente synthèse est un résumé du rapport

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE Le matériau de construction le plus utilisé au monde Dès 1990, l industrie cimentière

Plus en détail

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 Photo : J. Van Hevel Membre de Fortea Partenaire d infobeton.be La fabrication des ciments, les matériaux de construction

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Un objectif de 25% d énergies renouvelables en 2020(pour mémoire le Grenelle prévoit 23% d EnR)

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

SOLTHERM. Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM. Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE CHEZ SOI Raison 1 Le chauffe-eau

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

énergie comprendre les engagements agir p.39 p.41 p.42

énergie comprendre les engagements agir p.39 p.41 p.42 énergie comprendre les engagements agir p.39 p.41 p.42 comprendre Les enjeux de la maîtrise de l énergie La production de l énergie Chauffage, électricité, transport... L énergie fait partie de notre vie

Plus en détail

Changeons d énergies

Changeons d énergies Changeons d énergies Etat des lieux Le soleil, notre énergie Transition, mode d emploi Alain Vaillant 1 Changeons d énergies Etat des lieux Le soleil, notre énergie Transition, mode d emploi Alain Vaillant

Plus en détail

Une technologie d avenir. Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR

Une technologie d avenir. Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR Une technologie d avenir Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR Faibles émissions. Faible consommation. Haute fiabilité. Au cours des années à venir, l Union européenne prévoit d introduire

Plus en détail

Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Comité Interprofessionnel du Bois Energie Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

DE L IMPASSE A L ESPOIR L AVENIR ENERGETIQUE DE NOS PETITS ENFANTS

DE L IMPASSE A L ESPOIR L AVENIR ENERGETIQUE DE NOS PETITS ENFANTS DE L IMPASSE A L ESPOIR L AVENIR ENERGETIQUE DE NOS PETITS ENFANTS Ivan GILLET Université de Liège MOTS-CLES : ENERGIE - SOURCES - FILIÈRES - SOLEIL - PILE À COMBUSTION RÉSUMÉ : Sur la base d expériences

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Auteur: International Network for Sustainable Energy Europe (INFORSE-Europe), Juin 2010. Dans le cadre du développement d un «Vision Globale»

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

La politique énergétique européenne

La politique énergétique européenne La politique énergétique européenne Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 14-15 mars 2006 à Bruxelles 170.EC Préambule Le Livre vert sur l énergie jette les bases d

Plus en détail

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX Agence internationale de l énergie atomique Résolutions adoptées par la Conférence générale de l AIEA (2004)* La 48 ème session de la Conférence générale de l AIEA

Plus en détail

1 Respecter l environnement

1 Respecter l environnement 1 Respecter l environnement «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants.» Antoine de Saint-Exupéry Aujourd hui, il devient nécessaire à toute entreprise industrielle

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

Etat des lieux. Diagnostic de la situation existante à Profondeville en matière de Développement Durable. Page 15

Etat des lieux. Diagnostic de la situation existante à Profondeville en matière de Développement Durable. Page 15 Etat des lieux Diagnostic de la situation existante à Profondeville en matière de Développement Durable Page 15 Chapitre 1 : Une certaine approche des problèmes de consommation d énergie à Profondeville

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES

LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES Atelier pour l Envirothon 18 Novembre 2006 Dans l Histoire Les énergies renouvelables ont été les premières à être utilisées par l homme La biomasse Le vent L

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas L énergie solaire GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas Sommaire Introduction A quoi sert l énergie solaire? Les avantages de l énergie solaire Les inconvénients de l énergie solaire Depuis

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RISQUES NATURELS 1. D importantes régions dans le monde sont exposées à des risques naturels. Les pays l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ne sont pas exempts des ces risques naturels.

Plus en détail

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne seine-et-marne.fr fo p03 Édito p04 Les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Seine-et-Marne

Plus en détail

L entreprise face aux défis de l énergie et du changement. climatique. un prodigieux déferlement d énergie. Philippe Delaisse. par

L entreprise face aux défis de l énergie et du changement. climatique. un prodigieux déferlement d énergie. Philippe Delaisse. par L entreprise face aux défis de l énergie et du changement climatique par Philippe Delaisse LE BIG BANG un prodigieux déferlement d énergie LE SOLEIL. 20 milliards de milliards de centrales nucléaires 4.10

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

L innovation technologique au service de l environnement

L innovation technologique au service de l environnement L innovation technologique au service de l environnement «Il est important de réaliser que dans la physique d'aujourd'hui, nous n'avons aucune connaissance de ce que l'énergie est» Richard Feynman, 1967

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

La Réunion, île solaire et Terrre d innovation Le dispositif «ÉCO SOLIDAIRE»

La Réunion, île solaire et Terrre d innovation Le dispositif «ÉCO SOLIDAIRE» La Réunion, île solaire et Terrre d innovation Le dispositif «ÉCO SOLIDAIRE» DOSSIER DE PRESSE 17 juin 2013 éco solidaire Sommaire 3 Le contexte énergétique réunionnais 6 Le dispositif «Eco- solidaire»

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité Global Chance Petit mémento énergétique de l Union Européenne Fiche 16 Production d électricité 1. Évolution de la production d électricité en UE-27 1.1 Évolution par source de production La production

Plus en détail

FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER

FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER TOTAL SA au capital de 5 909 418 282,50. RCS Nanterre 542 051 180. Imprimé en France. Juillet 2012. Crédits photos : Fotolia Corbis GettyImages Total Tenesol SunPower L, ENERGIE

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

LE RESEAU ELECTRIQUE

LE RESEAU ELECTRIQUE I) LA PRODUCTION EN FRANCE. Quand elle est n est pas d origine chimique (batteries et accumulateurs), ou photovoltaïques (énergie solaire), l électricité «industrielle» est toujours produite selon le même

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

I have a dream. pour la production d'électricité en France. Par Michel Gay. Le 24 mars 2014

I have a dream. pour la production d'électricité en France. Par Michel Gay. Le 24 mars 2014 I have a dream pour la production d'électricité en France Par Michel Gay Le 24 mars 2014 J'ai un rêve. Nous sommes en 2050 1. Je rêve que pour produire l'électricité dont la France a besoin, elle dispose

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

CENTRALES THERMIQUES A FLAMME

CENTRALES THERMIQUES A FLAMME CENTRALES THERMIQUES A FLAMME FONCTIONNEMENT Les centrales thermiques à flamme transforment en électricité une énergie mécanique obtenue à partir d une énergie thermique. L énergie thermique provient de

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

5.1. Consommation d énergie dans l industrie manufacturière

5.1. Consommation d énergie dans l industrie manufacturière 5.1 Consommation d énergie dans l industrie manufacturière En 211 en France, la consommation brute d énergie dans l industrie manufacturière s élève à 34,7 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) hors

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Nos sources d énergie

Nos sources d énergie Nos sources d énergie Énergies fossiles Pétrole Gaz naturel Charbon Énergies renouvelables : inépuisables, sans émissions de CO2. Solaire directe Solaire indirecte Énergie non solaire Nucléaire Thermique

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES SUR LA LEGISLATION DES CARBURANTS PROPRES

ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES SUR LA LEGISLATION DES CARBURANTS PROPRES 15 juin 2007 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES SUR LA LEGISLATION DES CARBURANTS PROPRES David Desforges, Avocat Associé, Gide Loyrette Nouel LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE CARBURANT GAZ NATUREL AGRION -

Plus en détail

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina À propos de ce projet Comment les gouvernements fédéral

Plus en détail

SOLVÉO ENERGIE, producteur d énergie verte. Contact Presse : Mia Com Sandrine BEAULIEU contact@mia-com.com +33(0) 6 23 43 65 41

SOLVÉO ENERGIE, producteur d énergie verte. Contact Presse : Mia Com Sandrine BEAULIEU contact@mia-com.com +33(0) 6 23 43 65 41 Dossier de presse - 2012 SOLVÉO ENERGIE, producteur d énergie verte. Contact Presse : Mia Com Sandrine BEAULIEU contact@mia-com.com +33(0) 6 23 43 65 41 SOMMAIRE Edito.. p.3 2 Le développement des énergies

Plus en détail

Pourquoi choisir une installation solaire chez-soi?

Pourquoi choisir une installation solaire chez-soi? Optez pour le solaire Cette brochure a été réalisée par Jonas Braichet, Olivier Flückiger et Michael Paratte, trois étudiants du Centre Professionnel Artisanal et Industriel du Jura Bernois en troisième

Plus en détail

L Ontario, le Québec, l électricité et les changements climatiques

L Ontario, le Québec, l électricité et les changements climatiques HEC Montréal York University L Ontario, le Québec, l électricité et les changements climatiques Comment passer à l action? Résumé à l intention des décideurs Auteur : James Gaede, Ph.D Traductrice : Pascale

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/CP/2004/4 26 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Dixième session Buenos Aires, 6-17 décembre

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Exercice de découverte

Exercice de découverte xercice de découverte a) Les gaz à effet de serre Dessinez les flèches manquantes de la partie droite du schéma en respectant des proportions justifiées et attribuez une légende à chaque numéro parmi celles

Plus en détail