Garanties financières en vue de la mise en sécurité de certaines ICPE. Emilie FAVRIE MEDDE/DGPR/SRT/SDRCP/BSSS 18 février 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Garanties financières en vue de la mise en sécurité de certaines ICPE. Emilie FAVRIE MEDDE/DGPR/SRT/SDRCP/BSSS 18 février 2014"

Transcription

1 Garanties financières en vue de la mise en sécurité de certaines ICPE Emilie FAVRIE MEDDE/DGPR/SRT/SDRCP/BSSS 18 février

2 Contexte Décret d application de la loi du 30 juillet 2003 : L et L du code de l environnement l Dispositif existant pour Seveso, carrières res et stockages de déchets, stockage de CO2 Retour d exp expérience de Metaleurop en 2003, ainsi que des interventions de l ADEME sur des installations de type LGD ou CITRON Nouvelle proposition de texte issus des premières res discussions de

3 Article L du code de l'environnement «La mise en activité, tant après l'autorisation initiale qu'après une autorisation de changement d'exploitant, des installations définies par décret en Conseil d'etat présentant des risques importants de pollution ou d'accident, des carrières et des installations de stockage de déchets est subordonnée à la constitution de garanties financières res. Ces garanties sont destinées à assurer, suivant la nature des dangers ou inconvénients de chaque catégorie d'installations, la surveillance du site et le maintien en sécurité de l'installation, les interventions éventuelles en cas d'accident avant ou après la fermeture, et la remise en état après fermeture. Elles ne couvrent pas les indemnisations dues par l'exploitant aux tiers qui pourraient subir un préjudice par fait de pollution ou d'accident causé par l'installation. Un décret en Conseil d'etat détermine la nature des garanties et les règles de fixation de leur montant. Sans préjudice de la procédure d'amende administrative prévue à l'article L , les manquements aux obligations de garanties financières donnent lieu à l'application de la procédure de consignation prévue à l'article L , indépendamment des poursuites pénales qui peuvent être exercées.» 3

4 Article L du code de l'environnement «Pour les installations relevant des catégories visées à l'article L , l'exploitant est tenu d'informer le préfet en cas de modification substantielle des capacités techniques et financières visées à l'article L S'il constate que les capacités techniques et financières ne sont pas susceptibles de permettre de satisfaire aux obligations de l'article L , le préfet peut imposer la constitution ou la révision r des garanties financières visées à l'article L Un décret en Conseil d'état définit les modalités d'application de l'article L et du présent article ainsi que les conditions de leur application aux installations régulièrement mises en service ou autorisées avant la publication de la loi n du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages.» 4

5 Les textes réglementaires Décret n du 3 mai 2012 relatif à l obligation de constituer des garanties financières en vue de la mise en sécurit curité de certaines installations classées pour la protection de l environnement l (NOR : DEVP D) Définit une nouvelle catégorie d installations soumises à garanties financières Définit de nouvelles formes de garanties financières Définit le périmètre couvert par les garanties financières : mise en sécurité + éventuellement mesures de gestion de la pollution Les arrêtés du 31 mai 2012 : Un arrêté (NOR : DEVP A) définit la liste des installations visées et le planning de mise en œuvre pour les installations existantes (modifié par arrêté du 20/09/2013NOR : DEVP A) Un deuxième arrêté (NOR : DEVP A) définit les modalités de calcul des garanties financières L arr arrêté du 31 juillet 2012 (NOR : DEVP A) : Donne des modèles d attestation de constitution de garanties financières pour chaque type de garant (Abroge l arrêté du 1 er février 1996) Deux autres projets d arrêtés sont prévus : mesures de gestion de la pollution en cas de garantie additionnelle, et capacité financière d un fonds de garantie privé. 5

6 Les installations concernées par le nouveau dispositif Installations visées au 5 du R CE : Certaines installations soumises à autorisation d après les rubriques relevant d IPPC-IED et d après le retour d expérience des interventions ADEME, Installations de transit, regroupement, tri ou traitement de déchets soumises à autorisation, voire à enregistrement Certaines installations soumises à des seuils spécifiques supérieurs à ceux de l autorisation Liste précise des installations visées définie par arrêté ministériel du 31/05/12 fixant la liste des installations classées soumises à l'obligation de constitution de garanties financières en application du 5 de l'article R du code de l'environnement, modifié par l arrêté du Montant libératoire de garanties financières de (pour les seules installations du 5 du R ) Ensemble de dispositions permettant d é éviter l obligation l de constitution des garanties financières pour les plus petites installations 6

7 Le champ couvert par ces garanties financières Périm rimètre des garanties financières R IV : Garantie financière obligatoire : La mise en sécurité du site au sens de la réglementation en vigueur (R ) : Évacuation des produits dangereux et gestion des déchets présents sur le site ; Limitation d'accès au site ; Suppression des risques d'incendie et d'explosion ; Surveillance des effets de l'installation sur son environnement. Modalité de calcul définie par arrêté ministériel du 31/05/12 relatif aux modalités de détermination et d'actualisation du montant des garanties financières pour la mise en sécurité des installations classées et des garanties additionnelles en cas de mise en oeuvre de mesures de gestion de la pollution des sols et des eaux souterraines 7

8 Un champ optionnel limité à certaines situations particulières Périm rimètre des garanties financières R VI : Garantie financière additionnelle: La mise en place de mesures de gestion de la pollution si, suite à un accident par exemple, la pollution du sol et des eaux souterraines ne peut faire l objet de toutes les mesures de gestion nécessaires de façon immédiate pour cause de contraintes techniques liées à l exploitation du site. Dans ce cas précis, la mise en place de garantie financière additionnelle serait privilégiée à la consignation. Mesures de gestion de la pollution = plan de gestion au sens de la méthodologie SSP, ces mesures seront précisées par arrêté ministériel Le lien de causalité doit être établi entre la pollution constatée et les activités de l installation Les pollutions dites historiques, soient antérieures au décret, sont exclues du dispositif Modalité définie par arrêté ministériel en cours de préparation Le préfet peut prescrire des garanties additionnelles suite à une pollution accidentelle depuis le 1er juillet 2012, pour toutes les installations du 5 du R quelque soit les échéances Exploitant doit prouver qu il a mis en œuvre la circulaire de 2007 et doit évaluer le coût de traitement de la pollution (un arrêté mesure de gestion est en préparation pour faciliter cette analyse) et justifier que ce coût met en péril l installation Le préfet prescrit le coût de la dépollution évalué par l exploitant 8

9 De nouvelles formes de garanties financières sont acceptées Formes des garanties financières - R I : engagement écrit d un établissement de crédit, d une entreprise d assurance ou d une société de caution mutuelle ; consignation entre les mains de la Caisse de Dépôts et Consignations ; engagement écrit, portant garantie autonome au sens de l article 2321 du code civil, d une société parente disposant elle-même de garanties financières (les maisons mère doivent se contre garantir pour la totalité des garanties financières qu elles accordent à leur filiale. En effet, si un groupe fait faillite, il faut que toutes les filiales soient couvertes pour la remise en état ) un fonds de garantie privé (arrêté en cours de publication) soit d un fonds géré par l ADEME pour les stockages de déchets Modèles d attestation de garanties financières types de ces différentes formes définis par arrêté ministériel du 31 juillet 2012 relatif aux modalités de constitution de garanties financières prévues aux articles R et suivants du code de l environnement Ces attestations sont valables pour toutes les garanties financières du R

10 Arrêté Fonds de garantie privé (1) Nouvelle forme de garantie proposé par un secteur d activité (organisation représentative d exploitants d ICPE, ayant une activité similaire) Fonds géré par une entreprise autorisée à pratiquer des opérations d assurances ou par une société financière (pas les banques) L'engagement du fonds doit être à tout moment au moins égal à la somme des montants des garanties financières que doivent constituer ses adhérents Si la cotisation des membres ne permet pas d atteindre ce résultat, l entreprise gestionnaire complète pour atteindre la totalité, il se porte caution solidaire. Le contrôle prudentiel est effectué par l Autorité de contrôle prudentiel dans le cadre du contrôle de l entreprise gestionnaire Attestation similaire à celle du décret du 31 juillet 2012 Un rapport annuel est constitué à des fins d information et transmis au ministre en charge des ICPE 10

11 Arrêté Fonds de garantie privé (2) Montant des garanties financières GF A GF B Regroupement en fonds de garanties privé GF C GF D GF A Cot A Cot A GF B Cot B Engagement total du fonds GF C Cot C Cot D GF D Engagement total du fonds de garantie privée Cot A Cot B Cot Cot D C = GF A + GF B + GF C + GF D = Cotisation A + Cotisation B + Cotisation C + Cotisation D + complément par gestionnaire du fonds complément par gestionnaire du fonds

12 Délai de mise en place (1) Date d application du décret et délais de constitution des GF - R : Application du décret au 1er juillet 2012 Délai de constitution de garanties financières défini par arrêté ministériel: Nouvelles installations : application immédiate à compter du 1er juillet 2012 Installations existantes : mise en place progressive dans un délai de 6 à 10 ans à compter du 1er juillet 2012 (installations de traitement de déchets et installations dont les capacités sont supérieures aux seuils IPPC) ou du 1er juillet 2017 (Annexe 2) Constitution de 20% des GF au bout de 2 ans, puis constitution de 20% supplémentaires par an pendant 4 ans. Ou en cas de dépôt à la Caisse des dépôts et consignations : Constitution de 20% des GF au bout de 2 ans, puis constitution de 10% supplémentaires par an pendant 8 ans. 12

13 Délai de mise en place (2) Nouvelles installations Annexe 1 + 1ère colonne Annexe 2 : Constitution à partir du 1er juillet ème colonne Annexe 2 : Constitution à partir du 1er juillet 2017 Année (au 1 er juillet) Tout type de garant Garants classiques Consignation CDC Garants classiques Consignation CDC % 20% % 30% % 40% % 50% % avant 100% 60% la mise en 70% 20% 20% 2020 servicede 80% 40% 30% 2021 l installation 90% 60% 40% % 80% 50% % 60% % % % %

14 Cas des sites où plusieurs installations sont soumises à des échéances différentes Calcul des GF pour les installations soumises à partir de 2012, fin 2013 et constitution en 2014 Calcul des GF pour les installations soumises à partir de 2017, fin 2018 et constitution en 2019 Sur les sites où il y a les deux, on fait un calcul pour les installations 2012 et on réactualise le montant avec toutes les installations en 2018 => constitution progressive 14

15 Information sur les changements de garant ou des conditions d exploitation conduisant à réviser la garantie Obligation d information du préfet par l exploitant l - R : En cas de changement de garant, de formes des garanties financières, ou encore des modalités de constitution des garanties financières En cas de disparition juridique de l exploitant (liquidation) En cas de changement technique nécessitant une modification du montant des garanties financières R «L exploitant informe le préfet, dès qu il en a connaissance, de tout changement de garant, de tout changement de formes de garanties financières ou encore de toutes modifications des modalités de constitution des garanties financières, telles que définies à l article R , ainsi que de tout changement notable des conditions d'exploitation conduisant à une modification du montant des garanties financières.» 15

16 Conditions d appel de la garantie Seul le préfet peut appeler les garanties financières R : Après mise en demeure et consignation de la somme répondant du montant des travaux à réaliser Pour les garanties financières additionnelles, le préfet ne peut appeler les garanties financières qu à la cessation d activité. R «Le préfet appelle et met en oeuvre les garanties financières soit en cas de non-exécution par l'exploitant des opérations mentionnées au IV de l article R , après intervention des mesures prévues à l'article L , soit en cas de disparition juridique de l'exploitant. Le préfet ne peut appeler la garantie additionnelle mentionnée au VI de l'article R qu'à la cessation d'activité.» 16

17 Périmètre de calcul du montant de la garantie Le calcul des GF se fait uniquement pour les installations soumises à GF et sur les installations connexes qui sont directement liées à l activité de l installations soumises à GF (comprend les déchets et les produits dangereux générés et/ou utilisés par l installation) : Ex : dépôts pétroliers au sein des raffineries Déchets produits dans l installations soumises à GF mais entreposés hors de cette installation Installations de stockage de produits utilisés par l installation soumises à GF Non prise en compte des surfaces de parkings des voitures quand seul le traitement de surface est soumis à GF Limite impact pour site soumis uniquement pour rubrique 2910 Ce périmètre s applique pour tous les champs : clôtures, diagnostic environnemental, gardiennage 17

18 Les modalités de calcul de la garantie définie par l arrêté du 31/05/2012 M = Sc [Me + α (Mi + Mc + Ms + Mg)] Où Sc est un coefficient pondérateur de coût de prise en charge du chantier = 1,1 Mc : coût de la clôture Mi : Coût des mesures d inertage Mg : coût des mesures de gardiennage sur 6 mois Ms : coût des mesures de surveillance des effets sur l environnement Me : Coût d évacuation des produits dangereux et des déchets α : indice d actualisation des coûts 18

19 Les coûts de clôture P : périmètre du site C c : coût unitaire clôture (50 /m) Mc = P Cc + np P p n p : nombre de panneaux (1 pour 50m + à chaque entrée) P p : prix du panneau (15 ) Périmètre de clôture = périmètre comprenant l installation soumise à garanties financières et les installations connexes. Les clôtures existantes ne sont pas à prendre en compte, de même que les clôtures naturelles (falaises) Le nombre de panneaux supplémentaires à installer pour respecter un panneau tout les 50 mètres devra être évalué et pris en compte dans le montant des garanties. Si le retour d expérience sur le site montre que les clôtures sont régulièrement endommagées et qu il est difficile de garantir la pérennité de la clôture existante => possibilité de fixer un montant pour la clôture Si clôture existante => prescrite dans l AP 19

20 Suppression risque incendie explosion des cuves enterrées de carburant M I = CN + PB V nombredecuves C N : coût de préparation de la cuve (2200 ) P B : produit en béton (130 /m 3 ) V : volume des cuves Il n est pas demandé aux exploitants de prendre en compte la mise en sécurité de la totalité de l installation au regard du risque incendie/explosion. Ainsi, il n est pas demandé de chiffrer l inertage de toutes les canalisations, ni des cuves aériennes. Les cuves de produits dangereux doivent être vidées dans le cadre des mesures de gestion des produits dangereux mais le coût d inertage ne doit pas être pris en compte.

21 Les coûts de surveillance du site M G = CG HG NG 6 C G : Coût horaire gardiennage (40 /h) H G : nombre d heures nécessaires par mois N G : nombre de gardiens Évaluer le nombre d heures de gardiennage nécessaire par mois pendant 6 mois. Si mise en sécurité dans un délai plus court possibilité de surveillance plus courte. Possibilité d autres systèmes de surveillance tels que la vidéo-surveillance, les rondes, les alarmes L exploitant doit pouvoir justifier qu en cas d intrusion sur son site, la société qui assure la surveillance peut intervenir rapidement. Possibilité d accepter des devis Au vu des pratiques usuellement observées, un montant raisonnable pour le gardiennage est de minimum Ces serviront à gardienner le site à la cessation d activité afin d assurer la mise en sécurité d urgence des installations présentant le plus de risques 21

22 Les coûts de mise en place de surveillance S P ( CP h+ C) CD M = N + N P : nombre de piézomètres à installer C P : coût unitaire de réalisation d un piézomètres (300 /m) h : profondeur des piézomètres C : coût du contrôle et de l interprétation des résultats de la qualité des eaux de la nappe (2000 /pz) C D : coût d un diagnostic de pollution des sols (cf.diapo 23) Recommandation minimum de 3 piézomètres (2 avals, 1 amont) dans le calcul. Le nombre de piézomètres à prévoir sera fonction de l étendu du site, de l hydrogéologie du site, du risque de contamination et de la présence de pollution existante sur le site Encourager l installation de piézomètres, plutôt que constituer GF Si piézomètres existants, il est néanmoins nécessaire de prévoir le coût d analyse et d interprétation des résultats évalué à par piézomètre Pour les sites sur lesquels des barrières hydrauliques sont mises en œuvre pour éviter l extension d un panache de pollution dans la nappe Le coût du maintien dans le temps des barrières hydrauliques n est pas pris en compte dans le calcul des GF Prévoir mise en place de piézomètres supplémentaires afin de caractériser le panache suite à l arrêt du traitement 22

23 Diagnostics des sols Etude historique, étude de vulnérabilité et des investigations sur les sols Pour un site dont la superficie est inférieure ou égale à 10 hectares Pour un site dont la superficie est supérieure à 10 hectares Coût TTC TTC TTC/ hectare TTC TTC/ hectare audelà de 10 hectares Le coût du diagnostic doit être conforme au coût par hectare proposé dans l arrêté Le diagnostic doit être fait sur la surface que comprend l installation soumises à garanties financières ainsi que les installations connexes Les zones de circulations, entreposages ou tout autre zones susceptibles d être polluées du fait de l activité soumises à garanties financières sont prises en compte Les réserves foncières non prises en compte 23

24 Μ Les mesures de gestion des produits dangereux et des déchets (1) Q ( ) 2 ( ) 3 ( ) 1 C d + C + Q C d + C + Q C d C E = TR 1 1 TR 2 2 TR 3 + Les déchets et produits dangereux à évacuer peuvent être classés en trois catégories : Q 1 (en tonnes ou en litres) : quantité totale de produits et de déchets dangereux à éliminer. Q 2 (en tonnes ou en litres) : quantité totale de déchets non dangereux à éliminer. Q 3 (en tonnes ou en litres) : pour les installations de traitement de déchets, quantité totale de déchets inertes à éliminer. C TR : coût t de transport des produits dangereux ou déchets à éliminer TR d T1, d T2, d, d 1 2, d 3 : distances entre le site de l installation classée et les centres de traitement ou d'élimination permettant respectivement la gestion des quantités Q Ti, Q 1,Q 2 et Q 3. C 1 : coût des opérations de gestion jusqu à l élimination des produits dangereux ou des déchets C 2 : coût des opérations de gestion jusqu à l élimination des déchets non dangereux C 3 : coût des opérations de gestion jusqu à l élimination des déchets inertes L exploitant doit justifier tous les coûts de traitement des déchets (devis, facture ) Si l exploitant justifie qu il peut vendre ses déchets, le coût des opérations de gestion peut être nul. Le coût du conditionnement et du transport doit être pris en compte pour évaluer le coût de revente. 3 24

25 Les mesures de gestion des produits dangereux et des déchets (2) Installations nouvelles, pas de factures réelles de l élimination de ses déchets à coût nul => utilisation de devis ou de retours d expérience sur d autres sites similaires, considérer un coût nul. Le contrôle du coût réel d élimination de ces déchets pourra être fait après mise en service de l installation. Les déchets pouvant faire l objet de ce type d adaptation devront être des déchets standards qui sont connus pour pouvoir être éliminés à coûts nuls ou revendus. Ainsi, des déchets provenant d une activité nouvelle (par exemple, résidus produits par un nouveau process de valorisation de déchets) ne pourront pas être considérés à coût nul. Les déchets des filières à Responsabilité Elargie des Producteurs doivent être pris en compte dans le calcul des garanties financières au prix de l élimination de ces déchets. 25

26 Les mesures de gestion des produits dangereux et des déchets (3) Prise en compte des encours : environ 20% Elimination des produits dangereux qui sont présent dans les canalisations (mais pas d inertage) Les produits finis, fabriqués dans l installation, ne doivent pas être pris en compte dans le coût des produits à éliminer. Prise en compte des terres excavées (pas des terres pollués non excavées) : Soit plan de gestion encadré par AP pour gérer les terres excavées. Soit si cela prend trop de temps à évacuer, on les inclut dans les GF 26

27 Les mesures de gestion des produits dangereux et des déchets (4) Coût de traitement déchets/produits dangereux = 0 si le produit peut être enlevé à coût positif ou nul. Si le produit se vend mais le coût de transport est supérieur au coût de vente, on ne peut pas considérer un coût nul Elimination des déchets par un exploitant du même groupe, attention aux devis anormalement bas. Il faut que le devis soit conforme au prix du marché Pour les traiteurs de déchets, il faut prendre en compte le traitement/démantèlement des déchets Pas d engagement de reprise par une autre société (aucune valeur juridique et très difficile à avoir pour exploitant) 27

28 Établissement et révision du calcul de la garantie Pour les installations existantes, le montant du calcul est à remettre 6 mois avant l échéance de première constitution de la garantie financière prévue par le décret Actualisation tous les 5 ans, en prenant en compte l évolution de l indice INSEE du coût de la construction Le calcul se fait pour l installations l soumises à garanties financières et les installations connexes liés à l activit activité soumises à GF (stockage de produits dangereux, déchets chets ) Possibilité de proposer des modalités de calcul par branche ou type d activité figurant dans le projet d arrêté liste, possibilité également de déroger aux formules de calcul si justification appropriée Si certains éléments (clôtures, piézomètres pour la surveillance) sont déjà en place, pas de nécessité de prévoir de les intégrer dans le montant de la garantie Les exploitants doivent justifier les hypothèses qu ils prennent (devis, étude, factures ) 28

29 La procédure de changement d exploitant simplifiée Changement d exploitant R : Obligation d une demande de changement d exploitant Mais procédure d accord tacite si le montant des GF reste inchangé (pour 5 du R ) : pas de passage au CODERST Dans AP autorisant le changement d exploitant, prescrire un délai court pour fournir l attestation (couverture rapide du nouvelle exploitant) Si autorisation tacite, les services de l'inspection des installations classées veilleront à la constitution effective des garanties financières Les garanties financières du premier exploitant sont valables jusqu à la date de l autorisation de changement d exploitant Dans le cadre d un changement d exploitant d une installation existante entre le 1er juillet 2012 et le 1er juillet 2014 ou 2019 : AP prescrit la fourniture du calcul du montant des GF pour le 31 décembre 2018 et constitution des premiers 20% en

30 Montant calculé < L exploitant transmet les éléments de calcul dans les mêmes délais que pour les autres installations. Le préfet donne acte par simple courrier ou prend un AP pour fixer certains éléments qui ne l étaient pas déjà (quantité de déchets max, clôture ) Pas d actualisation du montant tous les 5 ans Changement d exploitant soumis à autorisation Si deux installations non connexes sur le même site ont chacune un montant de garantie évaluée à moins de , l exploitant constituera la somme des garanties de chaque garantie si elle est supérieure à Il en va de même si les installations ont des échéances différentes. Si 35k pour installation A pour 2012 et 50k pour installation B en 2017 => constitution 0 en 2014 mais 85k en 2019

31 Modifications substantielles Dans le cas d une demande d autorisation de modification substantielle, révision du montant pour prendre en compte les modifications. Constitution avant mise en service de la modification substantielles Si installation existantes au 1 er juillet 2012 et calcul non encore fourni : fixer les échéances de calcul dans l AP Pour mémoire, le dossier de demande d autorisation de modification substantielle des installations soumises à garanties financières doit comprendre un état des sols tels que prévu au L (décret n du 5 janvier 2013 relatif à la prévention et au traitement de la pollution des sols). Dans le cas de modifications importantes de l installation (ou modification importante de la classification de produit) ne nécessitant pas un nouvel arrêté d autorisation, mais modifiant les conditions d exploitation conduisant à une modification du montant des garanties financières, un nouveau calcul sera proposé par l exploitant en lieu et place de l actualisation, conformément au R Ce nouveau montant est fixé par arrêté préfectoral complémentaire.

32 Quels changement pour les installations déjà soumises à GF? Les installations déjà soumises à GF : Pas de changement dans les modalités de calculs Changement des attestations l arrêté du 1er févier 1996 est abrogé Constitution des GF pour une période de minimum 2 ans Renouvellement des garanties financières 3 mois avant leur date d échéance Pas de montant libératoire pour les autres installations du R

33 Merci pour votre attention Présentation du dispositif : Note du 20 novembre 2013 relative aux garanties financières pour la mise en sécurité des installations définies au 5e du R du Code de l environnement 20-novembre-2013.html Contacts : Vos inspecteurs des installations classées! Emilie FAVRIE - MEDDE/DGPR/SRT/SDRCP/BSSS : 33

Le système de garanties financières pour les ICPE. Point sur la réglementation

Le système de garanties financières pour les ICPE. Point sur la réglementation Le système de garanties financières pour les ICPE Point sur la réglementation -- Réunion d information CCI Franche-Comté Mardi 8 octobre 2013 Système pré 1 er juillet 2012 Mise en activité des installations

Plus en détail

CPCU VAUGIRARD. Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE CALCUL DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES

CPCU VAUGIRARD. Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE CALCUL DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES CPCU VAUGIRARD Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE CALCUL DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES DOCUMENT REDIGE PAR CPCU 185 rue de Bercy 75012 PARIS www.cpcu.fr Version 3 mars 2014, Page

Plus en détail

Publics concernés : Entreprises, Préfets, DREAL, DRIEE, DEAL

Publics concernés : Entreprises, Préfets, DREAL, DRIEE, DEAL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l'énergie Arrêté du [ ] encadrant la constitution de garanties financières par le biais d un fonds de garantie privé prévue

Plus en détail

La cessation d activité des ICPE

La cessation d activité des ICPE La cessation d activité des ICPE 19 juin 2012 Ordre du jour La réglementation en matière de cessation d activité La sécurisation financière pour la remise en état des ICPE La mise en sécurité des installations

Plus en détail

INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS

INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE DEPARTEMENT DE L OISE COMMUNE DE NOGENT-SUR-OISE INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS Elaboration du montant des garanties financières Mai 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

La réglementation et ses conséquences appliquées au cas du dégraissage - décapage. Anne-Sophie MAZE Responsable Technique UITS

La réglementation et ses conséquences appliquées au cas du dégraissage - décapage. Anne-Sophie MAZE Responsable Technique UITS La réglementation et ses conséquences appliquées au cas du dégraissage - décapage Anne-Sophie MAZE Responsable Technique UITS 1 UITS Un syndicat professionnel unique qui réunit les entreprises d applications

Plus en détail

Etude de cas. Contexte :

Etude de cas. Contexte : Etude de cas Ce cas est fictif. Les coûts affichés sont issus d un retour d expérience des différentes interventions de l ADEME réalisées en Lorraine ces dernières années, sur des sites à responsable défaillant.

Plus en détail

Le Préfet du Loiret Officier de la Légion d'honneur Commandeur de l'ordre National du Mérite

Le Préfet du Loiret Officier de la Légion d'honneur Commandeur de l'ordre National du Mérite Direction départementale de la protection des populations Service de la sécurité de l environnement industriel Affaire suivie par Nadège ROLAIN Téléphone : 02.38.42.42.77 Courriel : nadege.rolain@loiret.gouv.fr

Plus en détail

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL D URGENCE. N 2015027-0011 du 27 janvier 2015 LE PRÉFET DE VAUCLUSE CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL D URGENCE. N 2015027-0011 du 27 janvier 2015 LE PRÉFET DE VAUCLUSE CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR PREFET DE VAUCLUSE Direction départementale de la protection des populations Service prévention des risques techniques Affaire suivie par : Isabelle ABBATE Téléphone : 04 88 17 88 84 Télécopie : 04 88

Plus en détail

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement Service des Risques Technologiques et Environnement Industriel Division Prévention des Impacts sur la Santé et

Plus en détail

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 26 JUIN 2012 AFFAIRE SUIVIE PAR : Michelle LEDROLE : 04.56.59.49.61 : 04.56.59.49.96 ARRETE

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ;

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n o 2015-DC-0508 de l Autorité de sûreté nucléaire du 21 avril 2015 relative à l étude sur la gestion des déchets et au bilan des déchets produits dans les installations nucléaires

Plus en détail

L émission de garanties environnementales par un Garant. CCI Champagne Ardenne Mardi 18 février 2014

L émission de garanties environnementales par un Garant. CCI Champagne Ardenne Mardi 18 février 2014 L émission de garanties environnementales par un Garant CCI Champagne Ardenne Mardi 18 février 2014 Objectifs Qui sont les garants? Quelle différence entre un acte émis par une banque ou un assureur? Appétit

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 LES RUBRIQUES 4000 À qui s adresse cette plaquette? À toute ICPE susceptible d utiliser, fabriquer ou stocker des produits dangereux ( substances, mélanges ou déchets

Plus en détail

Commission de suivi de site

Commission de suivi de site Communauté d'agglomération de Montpellier Installation de stockage de déchets Castries Commission de suivi de site Présentation de l'inspection des installations classées 16 octobre 2014 1 Instruction

Plus en détail

Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012

Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012 Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012 Veille réglementaire ICPE Points à aborder Nouveaux décrets EI/EP et changement de procédure DDAE : Étude d'impact et Enquête publique Décret CSS et modification

Plus en détail

Site concerné. M : Montant de la garantie financière

Site concerné. M : Montant de la garantie financière Site concerné Nom de l'établissement : Adresse : ELM 184 Cours Lafayette 69441 Lyon Cedex 03 Nom de l'exploitant : Adresse : Numéro GIDIC de l'installation principale : Numéro Arrêté : M : Montant de la

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU MARCHE ARTICLE 2 LIEUX D EXECUTION DU SERVICE ARTICLE 3 LES OBLIGATIONS DU TITULAIRE

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE LOGO DE L ENTREPRISE

NOM DE L ENTREPRISE LOGO DE L ENTREPRISE NOM DE L ENTREPRISE LOGO DE L ENTREPRISE Cahier des charges type pour une prestation dans le cadre du Plan de Modernisation des Installations Industrielles (PM2I) (Arrêté du 04/10/10 relatif à la prévention

Plus en détail

Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques. Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015

Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques. Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015 Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015 www.developpement-durable.gouv.fr I. Sites pollués : enjeux et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Décret n o 2013-301 du 10 avril 2013 portant diverses dispositions relatives aux déchets

Plus en détail

CALCUL DES GARANTIES FINANCIERES. CORNEC S.A.S Site de Longueil Sainte Marie

CALCUL DES GARANTIES FINANCIERES. CORNEC S.A.S Site de Longueil Sainte Marie CALCUL DES GARANTIES FINANCIERES CORNEC S.A.S Site de Longueil Sainte Marie Date : 23/04/2015 CORNEC S.A.S Le bois d Ageux 60126 Longueil sainte Marie 1.1. Méthode de calcul La formule de calcul utilisée

Plus en détail

Évolution réglementaire des installations classées : Nomenclature et Garanties financières Avril 2015. Michel FRESSONNET APORA

Évolution réglementaire des installations classées : Nomenclature et Garanties financières Avril 2015. Michel FRESSONNET APORA Évolution réglementaire des installations classées : Nomenclature et Garanties financières Avril 2015 Michel FRESSONNET APORA 1 Garanties financières 2 Garanties financières / Rappel Garanties financières

Plus en détail

Disposition réglementaire

Disposition réglementaire Disposition réglementaire 141 AGW CS - Installations destinées à l équitation comportant une/des piste(s) dont la surface est > 2.000 m2 (19 septembre 2013) I. GÉNÉRALITÉS 1. Disposition réglementaire

Plus en détail

R.C (Règlement de Consultation)

R.C (Règlement de Consultation) MAITRE D OUVRAGE ENSASE (École Nationale Supérieure d'architecture de Saint-Étienne) Service Moyens généraux 1 Rue Buisson - BP 94 42003 ST-ETIENNE CEDEX 01 Tél : 04 77 42 35 42 NETTOYAGE DES LOCAUX DE

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 26 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME Objet : Inspection

Plus en détail

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution?

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? Responsabilité élargie du producteur de meubles fabricants de meubles Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? 2015 Depuis le décret du 6 janvier 2012, les metteurs sur le marché d

Plus en détail

Sommaire. La réglementation applicable en matière de sortie de statut de déchets

Sommaire. La réglementation applicable en matière de sortie de statut de déchets Sommaire La réglementation applicable en matière de sortie de statut de déchets Les sorties de statut de déchet : situations au niveau européen, national et régional Les pistes de réflexion du ministère

Plus en détail

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Pôle PME - Zones d activités Réunion d information Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Jeudi 12 mai 2011 En partenariat avec Avec le soutien DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Réglementation applicable aux liquides inflammables dans les ICPE

Réglementation applicable aux liquides inflammables dans les ICPE Réglementation applicable aux liquides inflammables dans les ICPE 15 septembre 2015 Sylvain BRETON - Pierre-Yves GESLOT MEDDE Direction Générale de la Prévention des Risques Bureau des Risques technologiques

Plus en détail

La visite d inspection du 19/02/2014 s est déroulée en présence de M. PAZERI, Directeur Technique.

La visite d inspection du 19/02/2014 s est déroulée en présence de M. PAZERI, Directeur Technique. PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence Alpes Côte d'azur Nice, le 14 mars 2014 Unité territoriale Alpes Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Identification du demandeur

Identification du demandeur Arrêté du 7 septembre 2009 définissant les modalités d'agrément des personnes réalisant les vidanges et prenant en charge le transport et l'élimination des matières extraites des installations d'assainissement

Plus en détail

PRÉFET DE LA LOIRE. ARRETÉ N 118-DDPP-15 portant prescriptions complémentaires

PRÉFET DE LA LOIRE. ARRETÉ N 118-DDPP-15 portant prescriptions complémentaires PRÉFET DE LA LOIRE ARRETÉ N 118-DDPP-15 portant prescriptions complémentaires VU l article L.511-1 du Code de l Environnement ; VU l article L.512-17 du Code de l Environnement ; VU les articles R.512-74

Plus en détail

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Jean-Pierre ROPTIN DREAL Basse-Normandie Division Energie-Air-Climat du 8 septembre 2009 Séminaire Document de stratégie régional du MEEDDM 1

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES COMMUNE DE LA LONDE LES MAURES Direction des Services Financiers Service des Marchés Publics BP 62 ou place du XI Novembre 83250 LA LONDE LES MAURES

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : 1. DEVP1422973A pour le projet d arrêté modifiant une série d'arrêtés ministériels pour prendre en compte la nouvelle nomenclature des installations classées

Plus en détail

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Laurence Lanoy Mathieu Farge 28 mars 2011 Intersol Introduction Les obligations d information environnementale sont imposées

Plus en détail

JOURNEES TECHNIQUES 2015 ANNECY Pénibilité au Travail

JOURNEES TECHNIQUES 2015 ANNECY Pénibilité au Travail JOURNEES TECHNIQUES 2015 ANNECY Pénibilité au Travail 1 1. Généralités 1.1 Qu'est-ce que la pénibilité au travail? 1.2 Historique réglementaire 1.3 Le C3P, de quoi parle-t-on? 2. Concrètement 2.1 Je suis

Plus en détail

Révision de la nomenclature. des installations classées. du secteur du traitement des déchets. Eric GAUCHER

Révision de la nomenclature. des installations classées. du secteur du traitement des déchets. Eric GAUCHER Révision de la nomenclature des installations classées du secteur du traitement des déchets Eric GAUCHER Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la

Plus en détail

Journées Nationales sur les sédiments 8 et 9 juin 2011 à Lille

Journées Nationales sur les sédiments 8 et 9 juin 2011 à Lille Journées Nationales sur les sédiments 8 et 9 juin 2011 à Lille Contexte réglementaire relatif à la gestion terrestre des sédiments de dragage en France Nathalie DESRUELLES DREAL Nord Pas de Calais Service

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.E) Historique Réglementation générale Contenu dudossier Le commissaire enquêteur Suite et fin de l enquête publique Historique

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MAIRIE DE COULOGNE DIRECTION DES MARCHES SERVICE DES MARCHES 62137 COULOGNE Tél: 03 21 36 92 80 MODIFICATION DU SYSTEME D ALARME INCENDIE ET POSE D UN LIMITATEUR DE BRUIT A LA

Plus en détail

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets le Code de l Environnement p. 1 EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT Partie législative Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets des déchets issus de leurs produits

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage.

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Service Economique Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Côte d Or 65-69,

Plus en détail

APPLICATION DE LA MODIFICATION DE LA DIRECTIVE SEVESO II

APPLICATION DE LA MODIFICATION DE LA DIRECTIVE SEVESO II INDUSTRIE CONSEIL ENVIRONNEMENT Etudes Conseils Ingénierie en environnement et risques industriels Votre partenaire dans les domaines de l environnement et des risques industriels APPLICATION DE LA MODIFICATION

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SICTOM PEZENAS-AGDE - Service Finances et Marchés Publics 907 Chemin de l Amandier BP 112 34120 PEZENAS Tél: 04 99 43 21 64 REALISATION D UNE LIAISON

Plus en détail

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12 Charte Qualité Gestion des déchets de chantier du Lot Entre les représentants des organismes signataires de cette charte, il a été convenu et arrêté ce qui suit: Article 1 : Objectifs du partenariat :

Plus en détail

Maîtres d ouvrage, rendez vos projets plus sûrs à proximité des réseaux

Maîtres d ouvrage, rendez vos projets plus sûrs à proximité des réseaux Maîtres d ouvrage, rendez vos projets plus sûrs à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION Réf. 15/2.214.682a REGLEMENT DE CONSULTATION concernant le remplacement des réseaux extérieurs d'eau glacée sur le Centre de Bretagne Date de remise des offres : Jeudi 30 Juillet 2015 à 12h00 1 1 OBJET

Plus en détail

L amiante, un polluant fortement réglementé

L amiante, un polluant fortement réglementé L amiante, un polluant fortement réglementé Journée technique CoTITA «Prise en compte de la qualité sanitaire dans les 28/03/2014 bâtiments» 27 mars 2014 3 codes principaux Code de la santé publique Code

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax )

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Annexe 8 Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSA1424769A Intitulé du texte : Projet d arrêté modifiant l arrêté du 10 novembre 2003 fixant la liste des pièces prévues au III de l article R. 314-88

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL N 2014237-0022

ARRETE PREFECTORAL N 2014237-0022 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 25 AOUT 2014 AFFAIRE SUIVIE PAR : A. MICHEL : 04.56.59.49.68 : 04.56.59.49.96 ARRETE PREFECTORAL

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P. .P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS

CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P. .P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P.P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS Commande du Maître d'ouvrage au Maître d'oeuvre Déchets de Chantiers

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A JORF n 0273 du 25 novembre 2011 Texte n 20 ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A Publics concernés : les entreprises d assurance, les institutions

Plus en détail

3. Point sur la réglementation ICPE :

3. Point sur la réglementation ICPE : 3. Point sur la réglementation ICPE : Quelques évolutions du cadre réglementaire ICPE pour les industries du bois Vincent QUINT Mail : vincent.quint@fcba.fr Tel : 01.40.19.48.25 FCBA Institut technologique

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

CALCUL DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES : SITE CPCU DE BERCY

CALCUL DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES : SITE CPCU DE BERCY CPCU BERCY CALCUL DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES : SITE CPCU DE BERCY Version 2 : Septembre 2014 Version 2 Septembre 2014, Page 1 sur 16 Gestion des révisions... 3 1. Introduction et contexte réglementaire...

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 26/07/2011 N : 28.11 LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Le Décret n 2011-869 du 22 juillet

Plus en détail

Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP. Réunion de la CSS le 1er juillet 2013. Commune de La Rochelle

Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP. Réunion de la CSS le 1er juillet 2013. Commune de La Rochelle Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP Commune de La Rochelle Réunion de la CSS le 1er juillet 2013 DDTM de la Charente Maritime DREAL Poitou-Charentes Sommaire 1. - Démarche

Plus en détail

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement 1. Contexte d étude Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement définir et réaliser des travaux de mise à niveau de l assainissement

Plus en détail

Partie réglementaire. Livre V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances

Partie réglementaire. Livre V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances Partie réglementaire Livre V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances Titre V : Dispositions particulières à certains ouvrages ou certaines installations Chapitre Ier : Etude de dangers

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE)

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE) ANNEXE A CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE) ENTRE Nom de l établissement :... Nom du responsable

Plus en détail

1 Décret du 29/10/09 spécifique aux traitements biologiques

1 Décret du 29/10/09 spécifique aux traitements biologiques COMPTE RENDU Nomenclature ICPE Observation Concertation Information 08 JUIN 2010 Présentation par Hervé GERMAIN, DREAL Midi-Pyrénées, SRTEI Rappel : la nomenclature des installations classées pour la protection

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVR1405019A Intitulé du texte : Projet d arrêté modifiant l arrêté du 7 février 2007 relatif aux profils et aux droits unitaires de stockage. Ministère

Plus en détail

Directive SEVESO 3 23 avril 2015

Directive SEVESO 3 23 avril 2015 Directive SEVESO 3 23 avril 2015 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Champagne-Ardenne www.champagne-ardenne.developpement-durable.gouv.fr Où trouver l info 2 3 Retour

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

PERMIS D ENVIRONNEMENT CONDITIONS INTEGRALES RESERVOIRS EXISTANTS RGPT

PERMIS D ENVIRONNEMENT CONDITIONS INTEGRALES RESERVOIRS EXISTANTS RGPT LE STOCKAGE DE MAZOUT EN WALLONIE REGLEMENTATION EN VIGUEUR PERMIS D ENVIRONNEMENT CONDITIONS INTEGRALES RESERVOIRS EXISTANTS RGPT? MINISTERE DE LA REGION WALLONNE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES. République et Canton de Neuchâtel

DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES. République et Canton de Neuchâtel DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES République et Canton de Neuchâtel Service de l'énergie et de l environnement version mars 2011 3 Directive cantonale d'application de la loi fédérale sur la protection

Plus en détail

Vu le code des douanes, tel que promulgué par la loi n 2008-34 du 2 juin 2008 et notamment son article 180,

Vu le code des douanes, tel que promulgué par la loi n 2008-34 du 2 juin 2008 et notamment son article 180, Arrêté du ministre des finances du 2 mars 2009, fixant les procédures d octroi du régime et les modalités d aménagements et d exploitation de l entrepôt privé. Le ministre des finances, Vu le code des

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

Stockage et distribution de Liquides inflammables

Stockage et distribution de Liquides inflammables Contrôles périodiques des installations soumises à DC Stockage et distribution de Liquides inflammables 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des textes réglementaires

Plus en détail

fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent le biogaz

fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent le biogaz RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR : Arrêté du fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

Réglementation de la publicité extérieure

Réglementation de la publicité extérieure Réglementation de la publicité extérieure Réunions d'information en Haute-Saône : - 24 juin à 17h30, Salle polyvalente de Rioz - 26 juin à 17h30, Espace 70 à Vesoul - 1er juillet à 17h30, Espace Festif

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE.

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE. MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE Procédure adaptée Cahier des Clauses Administratives Particulières 1 Article 1 : Objet de

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne)

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PREFECTURE DE LA DORDOGNE Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PROJET DE REGLEMENT Version du 07 octobre 2010 SOMMAIRE TITRE I : PORTEE DU

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1423044D Intitulé du texte : projet de décret relatif à l information du consommateur lors de l offre d un crédit renouvelable sur le lieu de vente

Plus en détail