Avant Propos. Agissons dès maintenant. Bonne lecture à tous. Les Organisateurs. R. GAUTHIER D. POMMEPUY C.B. de PREVAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avant Propos. Agissons dès maintenant. Bonne lecture à tous. Les Organisateurs. R. GAUTHIER D. POMMEPUY C.B. de PREVAL"

Transcription

1 Avant Propos Ce document a été réalisé à partir de l écoute des cassettes qui ont été enregistrées lors de ce colloque. Ce travail fastidieux de transcription est l œuvre de : - Mademoiselle Maria CARADEC, secrétaire administratif de l UDAF - Madame Brigitte CANONNE, Secrétaire de Direction à l UDAF - Monsieur Daniel POMMEPUY, Président de la commission Habitat et Cadre de Vie - Monsieur Charles Bernard de PREVAL, Membre de cette commission - Monsieur Roland GAUTHIER, Directeur de l UDAF Les premières ébauches ont été communiquées aux intervenants pour contrôle, correction et autorisation de diffusion. Les organisateurs étaient conscients de la difficulté de transcrire à l écrit un exposé oral. La lecture des commentaires, pour les intervenants nous ayant autorisé à diffuser, peut paraître lourde mais les participants reconnaîtront la spontanéité et l ambiance de ce colloque. Nous voulions rester le plus fidèle possible aux divers exposés. Malgré la richesse des débats ceux-ci ne seront pas diffusés, comme nous le faisait remarquer un intervenant «c était un moment à vivre» Les organisateurs remercient tous ceux qui de près ou de loin ont participé à ce colloque : - Les intervenants pour leur compétence - Les participants pour leur attention - Les organismes divers qui nous ont aidés financièrement o La Mairie de DIJON o Le Crédit Mutuel (Agence Dijon Darcy) o Le Conseil Général o EDF - L ENESAD pour son accueil et l organisation de la logistique dans leurs locaux durant ces 2 jours et plus particulièrement Monsieur Alain FARGEOT. - Monsieur Michel WORONOFF pour son animation dynamique. Ce colloque avait pour objectif d informer et de servir de réflexion ainsi que d actions à mener auprès des familles. Ce document prolongera le colloque et permettra de diffuser, les informations reçues, à un public plus large. Nous souhaitons que cette action serve à mobiliser l ensemble des familles sur ce thème qui sera déterminant pour les années à venir. Les Organisateurs Agissons dès maintenant. Bonne lecture à tous R. GAUTHIER D. POMMEPUY C.B. de PREVAL Ce document sera consultable sur le site Internet de l UNAF

2 CÔTE D OR FAMILLE ET ENERGIE Actes du Colloque qui s est déroulé à DIJON les 15 et 16 octobre 2004 UDAF DE COTE D OR 5 rue Nodot DIJON Tel : Fax :

3 UDAF DE COTE D OR 5 rue Nodot DIJON Tel : Fax :

4 SOMMAIRE Avant Propos Vendredi 15 octobre 2004 Introduction du colloque Monsieur Jean François PRANDI 1 1/ LES ENERGIES, OÙ EN SOMMES-NOUS? Ressources et Evolution - Denis CHAMONIN (consultant 3 Enjeux environnementaux - Edouard TOULOUSE (WWF RAC) 25 2/ COMMENT CONSOMMONS-NOUS? Recommandations - Christian SERGENT (ADEME) 49 Conseils pour les familles - Gilles THIRIET (EDF) 67 Consommation en Bourgogne - Philippe DEVIS (OREB) 93 3/ QUELS CHOIX POUR L AVENIR? Samedi 16 octobre 2004 Les Energies Renouvelables - Bernard CHABOT (Négawatt) 109 Le système énergétique français - Didier LENOIR (CLER) 129 Choix de production d électricité - Alain JEANBLANC (EDF) 139 4/ COMMENT AGIR ET REAGIR? Familles et Energie - Maria CARADEC (UDAF) 155 Programme Privilèges - Gilles MANIERE (Mairie Chalon / Saône) 165 Exemples de réalisation - Jean Marc CONVERS (BER) 199 Conclusion du colloque Monsieur Michel WORONOFF 263 Remerciements Monsieur Jean François PRANDI (Président UDAF) 271 Références d organismes et des intervenants 273

5 Introduction vendredi matin L UDAF est le représentant de toutes les familles. Ce colloque a été préparé depuis plus de 2 ans par notre commission Habitat et Cadre de Vie. Tous les jours nous entendons des informations plus ou moins alarmantes sur notre consommation énergétique avec comme conséquence la réduction de nos réserves d énergie fossile, les dérèglements climatiques. Ces deux phénomènes engendrent d autres incidences au niveau planétaire dont personne ne connaît toutes les répercutions, mais déjà l augmentation du coût de l énergie, le déplacement et la disparition d espèces animales et végétales sont observés. Toutefois malgré ces cris d alarme prononcés çà et là, que faisons-nous pour atténuer les conséquences de nos consommations? Quels comportements devons nous adopter? Ce colloque découpé en 4 séances a pour objectif de présenter : 1. La situation de nos ressources d énergie fossile dans le temps et dans l espace. 2. L utilisation de ces énergies fossiles dans les divers secteurs d activité avec les incidences au niveau planétaire. 3. Les solutions de substitutions connues et leurs répercutions. 4. Les actions déjà engagées et celles à mettre en place pour assurer l avenir des générations futures. Nous avons convenu avec les organisateurs de ne pas nous éterniser sur la présentation des personnes afin de laisser plus de temps aux travaux. Vous aurez au cours de ces deux journées l occasion de faire connaissance. Toutefois nous tenons à remercier le Directeur de l ENESAD qui a accepté de nous louer ces locaux, les intervenants qui auront la difficile tâche de nous éclairer pendant ces deux journées, les organismes qui nous ont aidés financièrement à l occasion de cette manifestation, l ADEME, le Crédit Mutuel de Darcy, le Conseil Général, EDF, la Mairie de DIJON. Nous remercions tout particulièrement M. WORONOFF pour avoir accepté d animer ces deux journées. Et puis je remercie aussi les organisateurs, notre Directeur M. GAUTHIER, les deux représentants de notre commission, MM. DE PREVAL et POMMEPUY qui font partie de la commission habitat. Maintenant je vais passer la parole à M. POMMEPUY pour qu il nous explique brièvement la marche à suivre de ces 2 journées. Merci. Bon travail. M. Jean François PRANDI Président UDAF 21 1

6 Explication déroulement colloque Merci M. PRANDI de vos paroles d accueil à ce colloque. Pour ma part mon rôle tout au long de ces deux journées sera d être attentif à son bon déroulement général, en particulier de tenter de gérer le temps pour que nous tous, intervenants et participants, puissions nous exprimer. Tout d abord j ai le plaisir de vous présenter M. Michel WORONOFF, Président honoraire de l Université de Franche-Comté, ancien membre du Conseil Economique et Social de Franche-Comté. Je sais la qualité de sa pensée et de son engagement citoyen en de nombreuses circonstances. Au nom d entre nous, je le remercie d avoir accepté le rôle d animateur de notre colloque, avec en particulier la tâche difficile de conduire les débats que nous aurons. Alors comme le montre la diapositive qui est devant vous et comme M. PRANDI vient de le rappeler, ce colloque est construit en 4 demi-journées. Ce matin un aperçu précis de nos consommations actuelles d énergie vous permettra de mieux comprendre cet après-midi pourquoi et comment nous devons économiser l énergie. Demain nous ferons un point sur les nouvelles formes d énergie et les espoirs possibles pour demain et l après-midi un aperçu plus précis sera présenté sur ce qui se fait ou va se faire en Bourgogne et comment nous devons agir nous même. Nous vous présenterons alors en particulier l enquête réalisée par l Observatoire de la Famille auprès de familles de Bourgogne. Je sais à l avance que vous allez vous passionner pour tous ces sujets d actualité. Maintenant, je voudrais rappeler la règle générale pour que nos séances se déroulent dans de bonnes conditions. D abord c est d entendre les communications de nos intervenants et ensuite seulement d engager un débat que nous souhaitons le plus ouvert possible avec le concours de nous tous. Alors vous pouvez faire passer des papiers tout au long des communications et avant même les débats; ce qui nous permettra de pouvoir animer les débats pour les premières questions. Sachez aussi que nous enregistrons. Une courte pause après les communications et avant les débats nous permettra de nous détendre. Cet enregistrement audiovisuel nous permettra peut-être de diffuser à l avenir tant au sein de l UNAF, qu auprès de nos interlocuteurs du mouvement familial en général, les conclusions de notre colloque. Vous disposez tous d un dossier, vous n y retrouverez pas à l identique toutes les communications que vous allez entendre mais un certain nombre d informations utiles sur les sujets présentés. La séance de ce matin se terminera vers midi. J en ai fini pour les informations pratiques, je vais maintenant donner la parole à M. Denis CHAMONIN à ma gauche. Il est consultant indépendant. Il se présentera lui-même. Je vais lui donner la parole ; il a près de 45 minutes pour intervenir. Après nous écouterons M. Edouard TOULOUSE et ce n est qu ensuite que nous avons un premier débat animé par M. WORONOFF. Merci de votre attention et bon colloque à tous. M. Daniel POMMEPUY Président Commission Habitat et Cadre de Vie UDAF21 2

7 Interventions vendredi matin UDAF 21 Union Départementale des associations familiales de la Côte d Or Les familles et l énergie 15 et 16 octobre 2004 Energie : - - Problématique mondiale Situation française Denis CHAMONIN : Ingénieur Energie Environnement Synthèse des termes de la conférence Evolution de la consommation mondiale d énergie primaire (Gtep) Nucléaire Hydraulique Pétrole Gaz nat. Charbon 4 2 Énergies fossiles /1998= + 55 % 1973, 89 % 1998, 88 % Source : AIE 2 Les chocs pétroliers de 1973 (guerre Israélo-Arabe du Kippour) et de 1979 (Guerre Iran Irak) ont engendré une forte augmentation du prix du pétrole. Les principaux pays consommateurs de produits pétroliers (OCDE) ont engagé dès 1974 des politiques d économies d énergie (principalement dans les secteurs industriels), accompagnées d une 3

8 diversification des zones géographiques de production de pétrole et de gaz (Amérique Latine, mer du Nord, Afrique, Asie, URSS ) et du développement de la production d électricité d origine nucléaire en substitution aux unités de production thermique alimentées en produits pétroliers. La croissance de la consommation primaire d énergie a néanmoins augmenté de 55 % en 25 ans. Cette augmentation est principalement liée aux besoins des pays émergeants du sud à forte croissance économique, tels que la Chine et le sud-est asiatique, à la croissance démographique mondiale (en 30 ans (1970/2000) la population mondiale est passée de 3,5 milliards à 6 milliards d habitants) mais aussi à la forte progression du transport des personnes et des marchandises par la route dans les pays riches. Ces facteurs ont fortement augmenté la demande en produits pétroliers. Au début des années 1970 les besoins mondiaux d énergie étaient satisfaits pour 88 % par les énergies fossiles. Malgré les programmes d économie d énergie mis en œuvre et un vaste programme de construction de réacteurs nucléaires (440 réacteurs en service en 2000) les énergies fossiles représentent encore aujourd hui la majeure partie des besoins mondiaux (87 % en 1998). Cette situation va perdurer dans les prochaines décennies d autant plus que les pays émergents basent leur développement économique sur les énergies fossiles et que l industrie électronucléaire entre dans une phase de récession du fait des programmes de sortie du nucléaire mis en chantier dans de nombreux pays de l Union européenne (Allemagne, Suède, Belgique ) ou des moratoires de fait comme aux Etats-Unis, en Grande Bretagne ou en Espagne. Répartition des sources d énergie dans la production mondiale d énergie primaire (2000) 6,1% 6,1% 6,0% 24,0% Charbon Gaz nat. Pétrole Hydraulique Non commerciale Nucléaire Autres 35,6% 21,6% 9,9 Gtep 1,6 tep/habitant Source : AIE 3 En pourcentage, le nucléaire c est 6% des consommations énergétiques planétaires, les énergies renouvelables c est 6,1%. Les énergies non commerciales concernent principalement le bois qui est consommé par plus de 2 milliards de personnes qui n ont pas accès aux énergies commerciales. 4

9 Consommation moyenne d énergie par habitant 8 7 7,8 6 5 tep/an 4 3 3,8 3,4 Amérique du Nord Europe occidentale Europe centrale et orientale Amérique latine Asie 2 Afrique 1 1,1 0,7 0,4 0 Source ADEME 4 Concernant l inégalité de la consommation énergétique, on constate qu un américain moyen consomme environ 8 tep d énergie tous secteurs d activité confondus par an, un africain c est 0,4 tep. Si il est vrai qu un citoyen américain qui habite Chicago a plus de besoins énergétiques qu un nomade touareg, Il n en est pas moins vrai qu un européen consomme deux fois moins qu un américain pour des besoins sensiblement identique (climat, activités économique, niveau de vie ) Evolution de la production d électricité dans le monde (1973/2000) Prévision 2020 = TWh + 43 % 1,6 % Total 2000 = TWh % 17,1 % 16,9 % Gaz = 17,4 % Fioul = 7,9% Charbon = 39,1 % Fossile Nucléaire Hydraulique ENR Source : AIE 5 En ce qui concerne la production d électricité qui a plus que doublé en 25 ans les énergies fossiles restent aussi prédominantes (64 % de la production primaire en 2000), et plus particulièrement le charbon. Leurs participations à la production d électricité devraient s accroître dans les années à venir dans les pays en voie de développement, dont la demande en électricité est en forte progression (plus de 5% par an pour des pays comme 5

10 l Inde, la Chine ou l Amérique du sud), et qui développent principalement des centrales thermiques charbon et gaz. Production d électricité par zone géographique (1973) Moyen Orient 0,6% Asie 5,5% Amérique Latine 2,7% Afrique 1,8% TWh Europe de l'est 16,6% OCDE 72,8% 6 Concernant l électricité, en 1973, les pays de l OCDE et l Europe de l Est étaient les principaux consommateurs d électricité. Production d électricité par zone géographique (2000) Amérique Latine 5,1% Moyen Orient 3,0% Afrique 2,8% TWh Asie 17,0% Europe de l'est 9,4% OCDE 62,7% 7 On constate aujourd hui une très forte augmentation de la production des pays asiatiques 6

11 Consommation moyenne d électricité (kwh/habitant.an) Ex URSS Amérique Latine Afrique France UE USA Chine Tunisie Sénégal 8 Tout comme pour le bilan énergétique global, on constate pour l électricité une forte inégalité géographique Taux d électrification par zone géographique Région Population en millions Taux d électrification Population sans électricité en millions Amérique du nord % 0 Europe, % 0 Ex URSS Japon % 0 Amérique latine % 80 Afrique Australe % 13 Chine % 330 Afrique du nord % 60 Inde % 570 Reste de l Asie % 715 Afrique % 560 subsahalienne TOTAL % Extrapolation 2000 à partir des sources ECOTECH [CNRS]de 1990) 9 Actuellement 2,3 milliards d habitants n ont pas accès à l électricité dont 90 % d africain (ce qui explique en partie le sous développement de ce continent). 7

12 Composition de l atmosphère terrestre Azote, N = 78 % Oxygène, O = 21 % Argon, Ar = 1 % Vapeur d eau 0,3 % Gaz à effet de serre 0,036 % Dioxyde de carbone, CO 2 Méthane, CH 4 Protoxyde d azote, N 2 O Halo carbures, CFC, HCF, PCF 10 L effet de serre Mise en évidence de l effet de serre par le physicien suédois Svante Arrhénius en 1895 (prix Nobel de physique) Température moyenne à la surface de la terre Sans gaz à effet de serre 18 C Avec gaz à effet de serre + 15 C 11 L effet de serre est un phénomène naturel par lequel l atmosphère piège une partie du rayonnement infra rouge émis par la terre sous l effet des rayons du soleil. Sans ce phénomène, la température au sol serait en moyenne de - 18 C et non + 15 C comme actuellement. C est donc un phénomène indispensable à la vie sur terre, mais depuis le début de l ère industrielle, vers 1830, l utilisation accrue des combustibles fossiles, la modification de l usage des sols (déforestation notamment) et les nouvelles pratiques agricoles (irrigation, utilisation des engrais) ont provoqué une augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l atmosphère. 8

13 Durée de vie et pouvoir de réchauffement global (PRG) des GES (valeurs moyennes) GES CO 2 CH 4 N 2 O CFC, HFC Durée de vie 50 à 200 ans De 10 à 12 ans >110 ans De 20 à + de 100 ans PRG Très variable 12 Concentration annuelle des trois principaux GES dans l atmosphère (en tonnes équivalents carbone) Dioxyde de carbone, CO 2 : + 3,2 milliards de tonnes/an Méthane, CH 4 : millions de tonnes/an Protoxyde d azote, N 2 O : millions de tonnes/ an Total annuel = + 4,2 milliards de tec Responsabilité de l utilisation des énergies fossiles = 65 % 13 La teneur en gaz carbonique, principal gaz responsable de l effet de serre, a crû ainsi de 30 % depuis le début de la révolution Industrielle et, phénomène essentiellement cumulatif (le gaz carbonique met plus de 60 ans pour se dissiper), cette concentration devrait encore croître de 55 % d ici 2030! Sous l égide de l Organisation Météorologique Mondiale et du Programme des Nations Unies pour l Environnement, a été créé, en 1988, un Groupe Intergouvernemental d experts sur l évolution du climat (GIEC, [IPCC] qui s accordent tous pour énoncer les certitudes suivantes : 9

14 Il existe une relation certaine entre la concentration en gaz carbonique, méthane et la température moyenne à la surface de la planète. Cette corrélation a été mise en évidence à partir de l'analyse de carottes glaciaires en Antarctique et au Groenland et par l analyse des sédiments marins ; La température du globe a augmenté de 0,4 à 0,6 C au cours du vingtième siècle. La température moyenne du globe est actuellement de 14,8 C. Le niveau de la mer a augmenté en moyenne de 10 à 25 cm depuis 100 ans. les concentrations des gaz à effet de serre s accroissent sous l effet des activités humaines, consommation d énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel), pratique agricole, production de déchet... Le phénomène est cumulatif : la cinétique du système climatique est telle que le jour où les connaissances scientifiques seront suffisantes pour évaluer l ampleur du risque, il pourra être trop tard pour engager une action de prévention, d où l importance d appliquer le principe de précaution qui incite à engager l action de réduction des émissions de gaz à effet de serre dès maintenant. Les travaux du GIEC démontrent, avec une très forte probabilité d occurrence, que la température moyenne de la planète devrait augmenter de 2 à 2,5 C d ici Parmi les conséquences prévues au niveau planétaire, c est le niveau de la mer qui pourrait augmenter de 50 cm d ici 2100 (compris entre 15 et 95 cm) et près de 500 millions de personnes vivraient alors dans des zones menacées de tempêtes et d inondations. Cette élévation du niveau de la mer s accompagnerait d un recul des terres de l ordre de 17 % au Bangladesh ou encore de 6 % aux Pays Bas. C est aussi un tiers de la planète qui verrait sa végétation se transformer, les déserts devenant plus extrêmes et le cycle hydrologique plus intense (plus grande virulence des inondations et des sécheresses avec des répercussions importantes sur les ressources en eau notamment dans les régions arides et semi-arides ainsi que dans les îles ou les deltas).. 10

15 Evolution des émissions de GES 1990/2000 Japon et océanie Asie du Sud Asie centrale et chine + 53 % Afrique Afrique du nord et moyen orient Amérique latine Europe centrale et ex URSS Europede l'ouest Amérique du nord - 30,4 % + 5,8 % + 13,5 % Evolution mondiale 1990/2000 = + 13 % Source : MIES 14 Les émissions de GES sont, au niveau mondial, en constante progression. Evolution de la population mondiale depuis le début de l ère industrielle Milliards dhabitants Taux de croissance = 1,46 %/an ( ) Taux de croissance = 1,33 %/an ( ) 1, ,1 7, Source : FNUAP (ONU) 15 11

16 Prévision de l évolution de la population mondiale (en millions d habitants) Océanie Europe Amérique du Nord Amérique Latine Afrique Asie Stabilisation + 61 millions millions millions + 1 milliard Dans les deux décennies à venir il est prévu une augmentation de population mondiale de l ordre de 1 5 milliards d habitants ce qui sera un facteur important sur la demande d énergie et tout particulièrement en Asie. Prospective de la répartition des sources d énergie dans la consommation mondiale d énergie en ,6% 5,1% 4,4% 22,1% Charbon Gaz nat. Pétrole ENR Non commerciale Nucléaire 30,9% 27,9% 13,6 Gtep 1,6 tep/habitant Source : Union Européenne, DG A l horizon 2020 la production énergétique mondiale devrait augmenter de 30 à 40 %. Avec une prédominance toujours très forte des énergies fossiles même si l industrie nucléaire se maintient et que les énergies renouvelables se développent conformément aux programmes établis actuellement. 12

17 Prévision de l évolution des combustibles fossiles G tep % + 23 % % Charbon Pétrole Gaz 18 En 2020 l utilisation des énergies fossiles aura fortement augmenté avec + 35 % pour le charbon qui est le combustible émettant le plus de GES Réserves mondiale d énergie fossiles (en Gtep) ENERGIE Réserves prouvées Cons. Annuelle 1998 Durée (ans) Ressources récupérables Durée (ans) Total (ans) PETROLE 150 3, GAZ 153 1, CHARBON 375 2,2 170 > Source : Conseil Mondial de l énergie 19 Avec un taux d extraction annuel de l ordre de 4 G tep les réserves mondiale de pétrole sont de l ordre de 40 ans. A l horizon 2010 la demande de pétrole sera supérieure aux capacités de production. Cet état conduit vers une très forte augmentation du prix du baril de pétrole. Le troisième choc pétrolier est inéluctable et il sera «durable». 13

18 Réserves prouvées de pétrole par zone géographique (en Gtep) Océanie Europe de l'ouest Extrême-Orient ex-urss Afrique Amérique du Nord Amérique Latine Moyen-Orient 0,5 3 5, Source : BP statiscal rewiew A terme les ressources de pétrole seront essentiellement concentrées au Moyen Orient qui retrouvera une position prédominante sur les marchés pétroliers. 21 Actuellement on en est dans une phase de stabilisation de l industrie nucléaire. Seuls l Inde et la Chine engagent des programmes nucléaires de quelques dizaines d unités. 14

19 Production d électricité d origine nucléaire dans le monde TWh Source : WISE Paris En l état actuel des programmations le parc nucléaire mondial entre en phase de diminution de puissance installée à l horizon La France, la Finlande et le Japon sont les seul pays de l OCDE qui maintiennent leur parc nucléaire pour les années à venir. 15

20 Perspectives 2020/2025 : Problématique 1- Evolution démographique importante 2- Satisfaction des besoins des pays du sud 3- Energies fossiles prédominantes 4- Effet de serre et changements climatiques 5- Démantèlement de la première génération de centrales nucléaires et application des programmes de sorties du nucléaire 6- Gestion des déchets hautement radioactifs à vie longue 7- Epuisement des réserves de pétrole dans les pays de l OCDE 8- Incertitudes sur le développement des technologies nouvelles (vecteur hydrogène, piles à combustible, ENR ) 9- Amplification de la déforestation dans les pays du sud 10- Incertitudes géo-politique à court et moyen termes 24 Ce tableau résume les facteurs de la problématique énergétique mondiale. Il y a obligation de trouver des solutions pour répondre à ces contraintes, sinon le concept de développement durable est vidé de sons sens et restera dans le domaine de la phraséologie. Situation française et engagements de Kyoto 16

21 Evolution de la consommation d énergie primaire en France (en Mtep) Mtep + 41 % M tep SER Electricité Gaz Pérole Charbon Source : observatoire de l énergie En France, depuis le premier choc pétrolier, la politique énergétique a été axée prioritairement sur la production d électricité d origine nucléaire. Avec 59 réacteurs nucléaires en fonction sur 16 sites de production, la France est le pays au monde où dans la production d électricité, la production nucléaire est la plus importante avec en moyenne annuelle 76 % de la production. 26 Energie primaire : Bilan 2002 hydraulique 5,5 % (15,1 Mtep) SER 4,7 % (13,1 Mtep) Charbon 4,6 % (12,6 Mtep) Pétrole 34,6 % (95,1 Mtep) Nucléaire 36 % (99,1 Mtep) Gaz naturel 14,6 % (40,3 tep) Total 2002 = 275 Mtep 27 Dans le bilan toutes énergies le nucléaire représente 36% des besoins en énergie primaire 17

22 Evolution de la production Brute d électricité TWh 400 TWh TWh Thermique Fossile Thermique nucléaire Solaire 28 Concernant l évolution de l électricité, on est passé de 182 TWH à 541 TWH depuis le premier choc pétrolier avec un désengagement important des centrales thermiques à flamme (fioul et charbon). Production d'électricité par filière (2002) Solaire 66 TWh (11,8 %) Thermique fossile 56 TWh (10 %) Thermique nucléaire 437 TWh (78,2%) Total = 558 TWh 29 En 2002 le nucléaire a représenté 78,2 % de la production primaire 18

23 Répartition de la production brute d électricité (2002) 14% (76,9 TWh) 1% (7 TWh) 6% (32 TWh) 6% 34 TWh) 73% 408 TWh Exportation Pompage Auxiliaire Pertes Consommation finale 30 Ce graphe montre la décomposition de la production primaire dont 14 % (76,9 TWh, soit la production moyenne de 12 centrales nucléaires) de cette production primaire est exportée vers les pays limitrophes qui dans leur ensemble sont eux sur des programmes de sortie de nucléaire La réalité des besoins finaux en électricité pour l ensemble des usagers est de 408 TWH si on enlève les pertes de transports et la consommation des auxiliaires Consommation finale d énergie Mtep ,4 Total 2002 = Mtep ,7 50, Industrie Résidentiel et tertiaire 3,2 16,1 Transport Agriculture Non énergétique 31 Le secteur résidentiel et tertiaire est le principal consommateur d énergie. On notera qu en France les 24 millions de familles représentent un tiers de la consommation finale d électricité. 19

24 Consommation finale d énergie (2002) Electricité nucléaire 16,9% Autres électricité 4,8% Combustible 78,3% 32 En énergie finale rendue aux consommateurs, les combustibles en France c est moins important qu au niveau planétaire mais ils représentent aussi la part principale du fait en partie de l importance des transports (biens et personnes) Evolution de la consommation d énergies finales par secteur (en Mtep) ,4 Mtep + 18,7 Mtep Elec. Gaz Fuel Charbon Industrie Hah. Ter. Transports Source INESTENE 33 Par les actions de pénétration du chauffage électrique dans le tertiaire et l habitat, c est 15,4 Mtep économisées, mais sur la même période c est une augmentation de 18,4 Mtep dans le secteur des transports. 20

25 Les émissions française de GES en 1990 CO 2 = CH 4 = N 2 O = 104 mtec 13 mtec 25 mtec 17% 1% Gaz fluorés = Total = 3 mtec 145 mtec 9% 73% Mtec = million de tonnes équivalent carbone Source : MIES Dioxide de carbone CO2 Méthane CH4 Oxyde nitreux N2O Gaz fluorés 34 En 1990, les émissions de gaz à effet de serre en France sont 145 Mtec, ce qui représente 3% des émissions planétaires. Causes des émissions françaises de GES en 2000 (et évolution depuis 1990) Agriculture 16% (+ 0,3 %) Transports Ind.énergie 27 % (+10 %) 13 % (+3 %) Déchets 4 % Bâtiment 20 % (+2 %) Industrie 21 % (-6 %) 35 Les secteurs qui dégagent le plus de gaz à effet de serre sont principalement les transports, qui sont en constante augmentation. En l espace de 10 ans le secteur des transports a accru ces émissions de gaz à effet de 10%. Le secteur de l industrie a réduit ces émissions de 6% et le secteur du bâtiment a connu une augmentation de 2%. 21

26 Protocole de Kyoto En 1997, 189 pays ont adopté le protocole de Kyoto qui a fixé les objectifs de réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES) de 5,8 % par rapport aux émissions de 1990 pour les pays industrialisés. Cet objectif devant être mis en œuvre sur la période 2008/2012. En novembre 2000 la conférence de La Hayes avait échoué sur les modes d application des objectifs de Kyoto. De plus le sénat américain n avait toujours pas ratifié l engagement des Etats-Unis (-7 % d émission de GES) alors que ce pays est responsable de 25 % des émissions de GES pour une population mondiale de moins de 5 %. Par contre les 15 états membres de l Union européenne se sont engagés à diminuer de 8 % leurs émissions de GES. Après la conférence de Bonn en juillet 2001 l ensemble des pays participant au protocole de Kyoto, sauf les Etats-Unis, se sont accordés sur le mode opératoire de réduction des GES : - Mise en place d un système de permis d émissions échangeables - Prise en compte des puits de carbone - Transfert de technologies «propres». Pour que le protocole de Kyoto soit applicable aux pays signataires il était nécessaire d obtenir la ratification d un nombre de pays représentant 55 % des émissions de GES. La ratification par la Russie en fin 2004 a permis d atteindre cette valeur. Le protocole de Kyoto est donc applicable depuis 2005 à l ensemble des pays signataires. 22

27 Engagements de la France Ramener en 2008/2012 ses émissions de GES au niveau de 1990 Pour une croissance de 2,2 % par an l objectif français est de réduire ses GES, à l horizon 2010, de : 16 millions de tonnes équivalent carbone 37 Les engagements français sont mis en œuvre par le plan climat élaboré par le gouvernement en fin 2004 et voté par le parlement en début Ce plan climat comprend 60 mesures regroupées en 8 grandes orientations qui sont : Campagne nationale d information et de sensibilisation Mieux informer et sensibiliser le grand public dans les usages quotidiens de l énergie Ecohabitat et bâtiment Diagnostic énergétique des logements (vente et location) Création d une réglementation thermique pour la réhabilitation Nouvelle réglementation thermique pour le neuf en 2005 (-15 %) Généralisation de l étiquette énergie (logement, voiture, climatiseur) Crédits d impôts 40 % pour les applications ENR 25 % (isolation et chaudière performantes) Transports durables Industries, énergies et déchets Agriculture durable et forêt Climatisation durable Plans Climats Territoriaux et Etat exemplaire Recherche international et prospective après 2010 Pour conclure, quelque soit les termes du débat sur l énergie, ou les passions qui l animent, ce qui est incontournable c est : 23

PRESENTATION ET DEBAT

PRESENTATION ET DEBAT Réchauffement Climatique Mairie de MASSY Agenda 21 PRESENTATION ET DEBAT Gaël CALLENS Est-ce que la terre chauffe vraiment? Les Constats Depuis 1950, la terre s est réchauffée de 0,9 C, passant de 14 C

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

d énergie dans le monde

d énergie dans le monde L énergie, la vie Sur la Terre, le soleil est la source fondamentale d énergie : toutes les autres sources d énergie en découlent, directement ou indirectement. L énergie est indispensable à la plupart

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Défi «Familles à énergie positive» Édition 2012-2013

Défi «Familles à énergie positive» Édition 2012-2013 Défi «Familles à énergie positive» Édition 2012-2013 2013 Les organisateurs du défi : l ASDER Espace Info Énergie de Savoie 20 salariés Basée à la Maison des Énergies à Chambéry, bâtiment de Haute Qualité

Plus en détail

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement DR R.Vezin DR Energie et patrimoine bâti : de l exemple à la généralisation 12 Mars 2013 Défis énergétiues, les enjeux et les perspectives de développement Christian LABIE, Directeur de RHONALPENERGIE-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE BOUILLOT Nicolas Novembre 2008 Le développement durable Le développement durable est un modèle de développement qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromettre

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril avril N - Le prix du pétrole dans ans : dollars/baril Les observateurs et les institutions internationales font des hypothèses très conservatrices en ce qui concerne le prix du pétrole dans les dix prochaines

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse 1 I La richesse grâce aux énergies fossiles! II Pic du pétrole et économie de marché III Les ressources non-conventionnelles IV

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

ASIE (exceptés Chine et Inde)

ASIE (exceptés Chine et Inde) ASIE (exceptés Chine et Inde) Vous produisez peu de gaz à effet de serre (vous polluez peu) mais vous êtes parmi les premières victimes des effets négatifs (sécheresses, inondations, etc.) du changement

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau.

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau. e l e c tree D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau le projet : Donnons à l Europe connectée les outils pour réussir

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Nucléaire ou alternatives : QUELLES ENERGIES POUR DEMAIN?

Nucléaire ou alternatives : QUELLES ENERGIES POUR DEMAIN? Réunion-débat : Lieu - date mois année Intervenant : Prénom, Nom Nucléaire ou alternatives : QUELLES ENERGIES POUR DEMAIN? Diaporama proposé par le Réseau «Sortir du nucléaire» www.sortirdunucleaire.fr

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Défis planétaires et «Développement humain durable»

Défis planétaires et «Développement humain durable» Défis planétaires et «Développement humain durable» Etat des lieux Misère du «SUD» Crise économique mondiale Crise énergétique Réchauffement climatique Misère du «Sud» La moitié de la population mondiale

Plus en détail

Energie et écologie Pour des choix futés de notre énergie

Energie et écologie Pour des choix futés de notre énergie Energie et écologie Pour des choix futés de notre énergie La transition énergétique concerne l avenir de la planète et se joue en partie dans les villes où vit la majorité de la population Table des matières

Plus en détail

gilles.pennequin@diact.gouv.fr Haut Fonctionnaire Développement Durable DIACT

gilles.pennequin@diact.gouv.fr Haut Fonctionnaire Développement Durable DIACT PREMIER MINISTRE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE NASA/NOAA gilles.pennequin@diact.gouv.fr Haut Fonctionnaire Développement Durable

Plus en détail

Statistiques énergétiques France

Statistiques énergétiques France Statistiques énergétiques France Avril 2001 180 160 140 120 Indice base 100 en 1973 Produit intérieur brut en volume Consommation totale d'énergie primaire 100 80 Consommation Émissions de CO2 60 de produits

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - septembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Partenaires opérationnels

Partenaires opérationnels Partenaires opérationnels ECOSYSTEM ULTRAMAR ROCHE ÉCORESSOURCES ECONOLER BIBBY STE-CROIX DYCOSOLAR ENERSTAT ENERGIE SOLUTIONS ASSOCIÉS VOUS? - 2 - Pour relever les défis énergétiques de demain : la sobriété

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

PREVENTION DES RISQUES DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE SOURCES : PREVENTION DES RISQUES DUS - «Climat : le vrai et le faux» Valérie Masson-Delmotte (paléo-climatologue, directrice de recherche au LSCE/CEA- Saclay) Ed «Le pommier» -«Le réchauffement climatique»

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM PIVER 26 mai 2011 ADEME.J... L étude Armentières Lille Ostricourt Tourcoing Roubaix Templeuve Arrondissement de Lille 124 communes 1 200 000 habitants

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Rencontres Océaniennes 2015 «Mobiliser les savoirs pour la gouvernance face aux défis du changement climatique

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Bilan énergétique des bâtiments

Bilan énergétique des bâtiments Bilan énergétique des bâtiments Résultats et synthèse de l enquête Plan de la présentation 1. CONTEXTE GENERAL: SITUATION ENERGETIQUE SUISSE - Evolution de la consommation - Secteurs de consommation -

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

LES SOURCES D ENERGIE. Caractérisation des énergies. Les différentes formes d énergie. La consommation d énergie. Les ressources énergétique

LES SOURCES D ENERGIE. Caractérisation des énergies. Les différentes formes d énergie. La consommation d énergie. Les ressources énergétique LES SOURCES D ENERGIE Caractérisation des énergies Les ressources énergétique La consommation d énergie Constats et perspectives Caractérisation des énergies Les différentes formes d énergie Chaleur Travail

Plus en détail

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier 23/05/2013 Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier L université Joseph Fourier s est engagée dans la réalisation de son propre Bilan des Emissions de Gaz à Effet

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ.

COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ. COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ. LE CO 2 AU CŒUR DE L ENVIRONNEMENT EDF est très impliqué dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. EDF s engage à une communication

Plus en détail

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans l approvisionnement énergétique mondial à moyen et long terme Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Congrès et atelier de la FIL Canada sur le développement durable du

Plus en détail

Des territoires en transition énergétique

Des territoires en transition énergétique Des territoires en transition énergétique Montpellier 1 er octobre 2013 Plénière Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Quel mix énergétique pour demain? incertitudes et paradoxes Jacques

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

adaptations urbaines en Île-de-France

adaptations urbaines en Île-de-France Atelier de prospective Contrainte énergétique et Habitat et tertiaire face aux enjeux énergétiques Enjeux et instruments Pierre HERANT Chef du Département Bâtiment et Urbanisme Agence de l Environnement

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11.

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11. SE DEPLACER Les déplacements, sont liés aux activités, à notre lieu de vie principal, à nos besoins d approvisionnement, à nos relations sociales. Ils sont un moyen et non une fin. Pour autant: - La mobilité

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Vision 2030 2050 2 approches différentes: 2030 : projection volontariste, complémentaire de l exercice DGEC 2050: normatif facteur

Plus en détail

*** Allocution du Dr. Amina BENKHADRA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

*** Allocution du Dr. Amina BENKHADRA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Journée de présentation des résultats de la concertation nationale et régionale sur les éléments techniques du projet de réglementation thermique du Bâtiment *** Allocution du Dr. Amina BENKHADRA Ministre

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE

EFFICACITE ENERGETIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable EFFICACITE ENERGETIQUE 1 ère STI2D CI4 & CI5 : Efficacités énergétiques active & passive Cours ET 1. Problématique 1.1. Enjeux environnementaux

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Environnement 1. Climatisation à l énergie solaire Réalisation Isabelle Barrière,

Plus en détail

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS Maurice GIRAULT, François LECOUVEY 1 L étude présentée ici prolonge une analyse de l évolution passée de la consommation de chauffage du

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail