Avant Propos. Agissons dès maintenant. Bonne lecture à tous. Les Organisateurs. R. GAUTHIER D. POMMEPUY C.B. de PREVAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avant Propos. Agissons dès maintenant. Bonne lecture à tous. Les Organisateurs. R. GAUTHIER D. POMMEPUY C.B. de PREVAL"

Transcription

1 Avant Propos Ce document a été réalisé à partir de l écoute des cassettes qui ont été enregistrées lors de ce colloque. Ce travail fastidieux de transcription est l œuvre de : - Mademoiselle Maria CARADEC, secrétaire administratif de l UDAF - Madame Brigitte CANONNE, Secrétaire de Direction à l UDAF - Monsieur Daniel POMMEPUY, Président de la commission Habitat et Cadre de Vie - Monsieur Charles Bernard de PREVAL, Membre de cette commission - Monsieur Roland GAUTHIER, Directeur de l UDAF Les premières ébauches ont été communiquées aux intervenants pour contrôle, correction et autorisation de diffusion. Les organisateurs étaient conscients de la difficulté de transcrire à l écrit un exposé oral. La lecture des commentaires, pour les intervenants nous ayant autorisé à diffuser, peut paraître lourde mais les participants reconnaîtront la spontanéité et l ambiance de ce colloque. Nous voulions rester le plus fidèle possible aux divers exposés. Malgré la richesse des débats ceux-ci ne seront pas diffusés, comme nous le faisait remarquer un intervenant «c était un moment à vivre» Les organisateurs remercient tous ceux qui de près ou de loin ont participé à ce colloque : - Les intervenants pour leur compétence - Les participants pour leur attention - Les organismes divers qui nous ont aidés financièrement o La Mairie de DIJON o Le Crédit Mutuel (Agence Dijon Darcy) o Le Conseil Général o EDF - L ENESAD pour son accueil et l organisation de la logistique dans leurs locaux durant ces 2 jours et plus particulièrement Monsieur Alain FARGEOT. - Monsieur Michel WORONOFF pour son animation dynamique. Ce colloque avait pour objectif d informer et de servir de réflexion ainsi que d actions à mener auprès des familles. Ce document prolongera le colloque et permettra de diffuser, les informations reçues, à un public plus large. Nous souhaitons que cette action serve à mobiliser l ensemble des familles sur ce thème qui sera déterminant pour les années à venir. Les Organisateurs Agissons dès maintenant. Bonne lecture à tous R. GAUTHIER D. POMMEPUY C.B. de PREVAL Ce document sera consultable sur le site Internet de l UNAF

2 CÔTE D OR FAMILLE ET ENERGIE Actes du Colloque qui s est déroulé à DIJON les 15 et 16 octobre 2004 UDAF DE COTE D OR 5 rue Nodot DIJON Tel : Fax :

3 UDAF DE COTE D OR 5 rue Nodot DIJON Tel : Fax :

4 SOMMAIRE Avant Propos Vendredi 15 octobre 2004 Introduction du colloque Monsieur Jean François PRANDI 1 1/ LES ENERGIES, OÙ EN SOMMES-NOUS? Ressources et Evolution - Denis CHAMONIN (consultant 3 Enjeux environnementaux - Edouard TOULOUSE (WWF RAC) 25 2/ COMMENT CONSOMMONS-NOUS? Recommandations - Christian SERGENT (ADEME) 49 Conseils pour les familles - Gilles THIRIET (EDF) 67 Consommation en Bourgogne - Philippe DEVIS (OREB) 93 3/ QUELS CHOIX POUR L AVENIR? Samedi 16 octobre 2004 Les Energies Renouvelables - Bernard CHABOT (Négawatt) 109 Le système énergétique français - Didier LENOIR (CLER) 129 Choix de production d électricité - Alain JEANBLANC (EDF) 139 4/ COMMENT AGIR ET REAGIR? Familles et Energie - Maria CARADEC (UDAF) 155 Programme Privilèges - Gilles MANIERE (Mairie Chalon / Saône) 165 Exemples de réalisation - Jean Marc CONVERS (BER) 199 Conclusion du colloque Monsieur Michel WORONOFF 263 Remerciements Monsieur Jean François PRANDI (Président UDAF) 271 Références d organismes et des intervenants 273

5 Introduction vendredi matin L UDAF est le représentant de toutes les familles. Ce colloque a été préparé depuis plus de 2 ans par notre commission Habitat et Cadre de Vie. Tous les jours nous entendons des informations plus ou moins alarmantes sur notre consommation énergétique avec comme conséquence la réduction de nos réserves d énergie fossile, les dérèglements climatiques. Ces deux phénomènes engendrent d autres incidences au niveau planétaire dont personne ne connaît toutes les répercutions, mais déjà l augmentation du coût de l énergie, le déplacement et la disparition d espèces animales et végétales sont observés. Toutefois malgré ces cris d alarme prononcés çà et là, que faisons-nous pour atténuer les conséquences de nos consommations? Quels comportements devons nous adopter? Ce colloque découpé en 4 séances a pour objectif de présenter : 1. La situation de nos ressources d énergie fossile dans le temps et dans l espace. 2. L utilisation de ces énergies fossiles dans les divers secteurs d activité avec les incidences au niveau planétaire. 3. Les solutions de substitutions connues et leurs répercutions. 4. Les actions déjà engagées et celles à mettre en place pour assurer l avenir des générations futures. Nous avons convenu avec les organisateurs de ne pas nous éterniser sur la présentation des personnes afin de laisser plus de temps aux travaux. Vous aurez au cours de ces deux journées l occasion de faire connaissance. Toutefois nous tenons à remercier le Directeur de l ENESAD qui a accepté de nous louer ces locaux, les intervenants qui auront la difficile tâche de nous éclairer pendant ces deux journées, les organismes qui nous ont aidés financièrement à l occasion de cette manifestation, l ADEME, le Crédit Mutuel de Darcy, le Conseil Général, EDF, la Mairie de DIJON. Nous remercions tout particulièrement M. WORONOFF pour avoir accepté d animer ces deux journées. Et puis je remercie aussi les organisateurs, notre Directeur M. GAUTHIER, les deux représentants de notre commission, MM. DE PREVAL et POMMEPUY qui font partie de la commission habitat. Maintenant je vais passer la parole à M. POMMEPUY pour qu il nous explique brièvement la marche à suivre de ces 2 journées. Merci. Bon travail. M. Jean François PRANDI Président UDAF 21 1

6 Explication déroulement colloque Merci M. PRANDI de vos paroles d accueil à ce colloque. Pour ma part mon rôle tout au long de ces deux journées sera d être attentif à son bon déroulement général, en particulier de tenter de gérer le temps pour que nous tous, intervenants et participants, puissions nous exprimer. Tout d abord j ai le plaisir de vous présenter M. Michel WORONOFF, Président honoraire de l Université de Franche-Comté, ancien membre du Conseil Economique et Social de Franche-Comté. Je sais la qualité de sa pensée et de son engagement citoyen en de nombreuses circonstances. Au nom d entre nous, je le remercie d avoir accepté le rôle d animateur de notre colloque, avec en particulier la tâche difficile de conduire les débats que nous aurons. Alors comme le montre la diapositive qui est devant vous et comme M. PRANDI vient de le rappeler, ce colloque est construit en 4 demi-journées. Ce matin un aperçu précis de nos consommations actuelles d énergie vous permettra de mieux comprendre cet après-midi pourquoi et comment nous devons économiser l énergie. Demain nous ferons un point sur les nouvelles formes d énergie et les espoirs possibles pour demain et l après-midi un aperçu plus précis sera présenté sur ce qui se fait ou va se faire en Bourgogne et comment nous devons agir nous même. Nous vous présenterons alors en particulier l enquête réalisée par l Observatoire de la Famille auprès de familles de Bourgogne. Je sais à l avance que vous allez vous passionner pour tous ces sujets d actualité. Maintenant, je voudrais rappeler la règle générale pour que nos séances se déroulent dans de bonnes conditions. D abord c est d entendre les communications de nos intervenants et ensuite seulement d engager un débat que nous souhaitons le plus ouvert possible avec le concours de nous tous. Alors vous pouvez faire passer des papiers tout au long des communications et avant même les débats; ce qui nous permettra de pouvoir animer les débats pour les premières questions. Sachez aussi que nous enregistrons. Une courte pause après les communications et avant les débats nous permettra de nous détendre. Cet enregistrement audiovisuel nous permettra peut-être de diffuser à l avenir tant au sein de l UNAF, qu auprès de nos interlocuteurs du mouvement familial en général, les conclusions de notre colloque. Vous disposez tous d un dossier, vous n y retrouverez pas à l identique toutes les communications que vous allez entendre mais un certain nombre d informations utiles sur les sujets présentés. La séance de ce matin se terminera vers midi. J en ai fini pour les informations pratiques, je vais maintenant donner la parole à M. Denis CHAMONIN à ma gauche. Il est consultant indépendant. Il se présentera lui-même. Je vais lui donner la parole ; il a près de 45 minutes pour intervenir. Après nous écouterons M. Edouard TOULOUSE et ce n est qu ensuite que nous avons un premier débat animé par M. WORONOFF. Merci de votre attention et bon colloque à tous. M. Daniel POMMEPUY Président Commission Habitat et Cadre de Vie UDAF21 2

7 Interventions vendredi matin UDAF 21 Union Départementale des associations familiales de la Côte d Or Les familles et l énergie 15 et 16 octobre 2004 Energie : - - Problématique mondiale Situation française Denis CHAMONIN : Ingénieur Energie Environnement Synthèse des termes de la conférence Evolution de la consommation mondiale d énergie primaire (Gtep) Nucléaire Hydraulique Pétrole Gaz nat. Charbon 4 2 Énergies fossiles /1998= + 55 % 1973, 89 % 1998, 88 % Source : AIE 2 Les chocs pétroliers de 1973 (guerre Israélo-Arabe du Kippour) et de 1979 (Guerre Iran Irak) ont engendré une forte augmentation du prix du pétrole. Les principaux pays consommateurs de produits pétroliers (OCDE) ont engagé dès 1974 des politiques d économies d énergie (principalement dans les secteurs industriels), accompagnées d une 3

8 diversification des zones géographiques de production de pétrole et de gaz (Amérique Latine, mer du Nord, Afrique, Asie, URSS ) et du développement de la production d électricité d origine nucléaire en substitution aux unités de production thermique alimentées en produits pétroliers. La croissance de la consommation primaire d énergie a néanmoins augmenté de 55 % en 25 ans. Cette augmentation est principalement liée aux besoins des pays émergeants du sud à forte croissance économique, tels que la Chine et le sud-est asiatique, à la croissance démographique mondiale (en 30 ans (1970/2000) la population mondiale est passée de 3,5 milliards à 6 milliards d habitants) mais aussi à la forte progression du transport des personnes et des marchandises par la route dans les pays riches. Ces facteurs ont fortement augmenté la demande en produits pétroliers. Au début des années 1970 les besoins mondiaux d énergie étaient satisfaits pour 88 % par les énergies fossiles. Malgré les programmes d économie d énergie mis en œuvre et un vaste programme de construction de réacteurs nucléaires (440 réacteurs en service en 2000) les énergies fossiles représentent encore aujourd hui la majeure partie des besoins mondiaux (87 % en 1998). Cette situation va perdurer dans les prochaines décennies d autant plus que les pays émergents basent leur développement économique sur les énergies fossiles et que l industrie électronucléaire entre dans une phase de récession du fait des programmes de sortie du nucléaire mis en chantier dans de nombreux pays de l Union européenne (Allemagne, Suède, Belgique ) ou des moratoires de fait comme aux Etats-Unis, en Grande Bretagne ou en Espagne. Répartition des sources d énergie dans la production mondiale d énergie primaire (2000) 6,1% 6,1% 6,0% 24,0% Charbon Gaz nat. Pétrole Hydraulique Non commerciale Nucléaire Autres 35,6% 21,6% 9,9 Gtep 1,6 tep/habitant Source : AIE 3 En pourcentage, le nucléaire c est 6% des consommations énergétiques planétaires, les énergies renouvelables c est 6,1%. Les énergies non commerciales concernent principalement le bois qui est consommé par plus de 2 milliards de personnes qui n ont pas accès aux énergies commerciales. 4

9 Consommation moyenne d énergie par habitant 8 7 7,8 6 5 tep/an 4 3 3,8 3,4 Amérique du Nord Europe occidentale Europe centrale et orientale Amérique latine Asie 2 Afrique 1 1,1 0,7 0,4 0 Source ADEME 4 Concernant l inégalité de la consommation énergétique, on constate qu un américain moyen consomme environ 8 tep d énergie tous secteurs d activité confondus par an, un africain c est 0,4 tep. Si il est vrai qu un citoyen américain qui habite Chicago a plus de besoins énergétiques qu un nomade touareg, Il n en est pas moins vrai qu un européen consomme deux fois moins qu un américain pour des besoins sensiblement identique (climat, activités économique, niveau de vie ) Evolution de la production d électricité dans le monde (1973/2000) Prévision 2020 = TWh + 43 % 1,6 % Total 2000 = TWh % 17,1 % 16,9 % Gaz = 17,4 % Fioul = 7,9% Charbon = 39,1 % Fossile Nucléaire Hydraulique ENR Source : AIE 5 En ce qui concerne la production d électricité qui a plus que doublé en 25 ans les énergies fossiles restent aussi prédominantes (64 % de la production primaire en 2000), et plus particulièrement le charbon. Leurs participations à la production d électricité devraient s accroître dans les années à venir dans les pays en voie de développement, dont la demande en électricité est en forte progression (plus de 5% par an pour des pays comme 5

10 l Inde, la Chine ou l Amérique du sud), et qui développent principalement des centrales thermiques charbon et gaz. Production d électricité par zone géographique (1973) Moyen Orient 0,6% Asie 5,5% Amérique Latine 2,7% Afrique 1,8% TWh Europe de l'est 16,6% OCDE 72,8% 6 Concernant l électricité, en 1973, les pays de l OCDE et l Europe de l Est étaient les principaux consommateurs d électricité. Production d électricité par zone géographique (2000) Amérique Latine 5,1% Moyen Orient 3,0% Afrique 2,8% TWh Asie 17,0% Europe de l'est 9,4% OCDE 62,7% 7 On constate aujourd hui une très forte augmentation de la production des pays asiatiques 6

11 Consommation moyenne d électricité (kwh/habitant.an) Ex URSS Amérique Latine Afrique France UE USA Chine Tunisie Sénégal 8 Tout comme pour le bilan énergétique global, on constate pour l électricité une forte inégalité géographique Taux d électrification par zone géographique Région Population en millions Taux d électrification Population sans électricité en millions Amérique du nord % 0 Europe, % 0 Ex URSS Japon % 0 Amérique latine % 80 Afrique Australe % 13 Chine % 330 Afrique du nord % 60 Inde % 570 Reste de l Asie % 715 Afrique % 560 subsahalienne TOTAL % Extrapolation 2000 à partir des sources ECOTECH [CNRS]de 1990) 9 Actuellement 2,3 milliards d habitants n ont pas accès à l électricité dont 90 % d africain (ce qui explique en partie le sous développement de ce continent). 7

12 Composition de l atmosphère terrestre Azote, N = 78 % Oxygène, O = 21 % Argon, Ar = 1 % Vapeur d eau 0,3 % Gaz à effet de serre 0,036 % Dioxyde de carbone, CO 2 Méthane, CH 4 Protoxyde d azote, N 2 O Halo carbures, CFC, HCF, PCF 10 L effet de serre Mise en évidence de l effet de serre par le physicien suédois Svante Arrhénius en 1895 (prix Nobel de physique) Température moyenne à la surface de la terre Sans gaz à effet de serre 18 C Avec gaz à effet de serre + 15 C 11 L effet de serre est un phénomène naturel par lequel l atmosphère piège une partie du rayonnement infra rouge émis par la terre sous l effet des rayons du soleil. Sans ce phénomène, la température au sol serait en moyenne de - 18 C et non + 15 C comme actuellement. C est donc un phénomène indispensable à la vie sur terre, mais depuis le début de l ère industrielle, vers 1830, l utilisation accrue des combustibles fossiles, la modification de l usage des sols (déforestation notamment) et les nouvelles pratiques agricoles (irrigation, utilisation des engrais) ont provoqué une augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l atmosphère. 8

13 Durée de vie et pouvoir de réchauffement global (PRG) des GES (valeurs moyennes) GES CO 2 CH 4 N 2 O CFC, HFC Durée de vie 50 à 200 ans De 10 à 12 ans >110 ans De 20 à + de 100 ans PRG Très variable 12 Concentration annuelle des trois principaux GES dans l atmosphère (en tonnes équivalents carbone) Dioxyde de carbone, CO 2 : + 3,2 milliards de tonnes/an Méthane, CH 4 : millions de tonnes/an Protoxyde d azote, N 2 O : millions de tonnes/ an Total annuel = + 4,2 milliards de tec Responsabilité de l utilisation des énergies fossiles = 65 % 13 La teneur en gaz carbonique, principal gaz responsable de l effet de serre, a crû ainsi de 30 % depuis le début de la révolution Industrielle et, phénomène essentiellement cumulatif (le gaz carbonique met plus de 60 ans pour se dissiper), cette concentration devrait encore croître de 55 % d ici 2030! Sous l égide de l Organisation Météorologique Mondiale et du Programme des Nations Unies pour l Environnement, a été créé, en 1988, un Groupe Intergouvernemental d experts sur l évolution du climat (GIEC, [IPCC] qui s accordent tous pour énoncer les certitudes suivantes : 9

14 Il existe une relation certaine entre la concentration en gaz carbonique, méthane et la température moyenne à la surface de la planète. Cette corrélation a été mise en évidence à partir de l'analyse de carottes glaciaires en Antarctique et au Groenland et par l analyse des sédiments marins ; La température du globe a augmenté de 0,4 à 0,6 C au cours du vingtième siècle. La température moyenne du globe est actuellement de 14,8 C. Le niveau de la mer a augmenté en moyenne de 10 à 25 cm depuis 100 ans. les concentrations des gaz à effet de serre s accroissent sous l effet des activités humaines, consommation d énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel), pratique agricole, production de déchet... Le phénomène est cumulatif : la cinétique du système climatique est telle que le jour où les connaissances scientifiques seront suffisantes pour évaluer l ampleur du risque, il pourra être trop tard pour engager une action de prévention, d où l importance d appliquer le principe de précaution qui incite à engager l action de réduction des émissions de gaz à effet de serre dès maintenant. Les travaux du GIEC démontrent, avec une très forte probabilité d occurrence, que la température moyenne de la planète devrait augmenter de 2 à 2,5 C d ici Parmi les conséquences prévues au niveau planétaire, c est le niveau de la mer qui pourrait augmenter de 50 cm d ici 2100 (compris entre 15 et 95 cm) et près de 500 millions de personnes vivraient alors dans des zones menacées de tempêtes et d inondations. Cette élévation du niveau de la mer s accompagnerait d un recul des terres de l ordre de 17 % au Bangladesh ou encore de 6 % aux Pays Bas. C est aussi un tiers de la planète qui verrait sa végétation se transformer, les déserts devenant plus extrêmes et le cycle hydrologique plus intense (plus grande virulence des inondations et des sécheresses avec des répercussions importantes sur les ressources en eau notamment dans les régions arides et semi-arides ainsi que dans les îles ou les deltas).. 10

15 Evolution des émissions de GES 1990/2000 Japon et océanie Asie du Sud Asie centrale et chine + 53 % Afrique Afrique du nord et moyen orient Amérique latine Europe centrale et ex URSS Europede l'ouest Amérique du nord - 30,4 % + 5,8 % + 13,5 % Evolution mondiale 1990/2000 = + 13 % Source : MIES 14 Les émissions de GES sont, au niveau mondial, en constante progression. Evolution de la population mondiale depuis le début de l ère industrielle Milliards dhabitants Taux de croissance = 1,46 %/an ( ) Taux de croissance = 1,33 %/an ( ) 1, ,1 7, Source : FNUAP (ONU) 15 11

16 Prévision de l évolution de la population mondiale (en millions d habitants) Océanie Europe Amérique du Nord Amérique Latine Afrique Asie Stabilisation + 61 millions millions millions + 1 milliard Dans les deux décennies à venir il est prévu une augmentation de population mondiale de l ordre de 1 5 milliards d habitants ce qui sera un facteur important sur la demande d énergie et tout particulièrement en Asie. Prospective de la répartition des sources d énergie dans la consommation mondiale d énergie en ,6% 5,1% 4,4% 22,1% Charbon Gaz nat. Pétrole ENR Non commerciale Nucléaire 30,9% 27,9% 13,6 Gtep 1,6 tep/habitant Source : Union Européenne, DG A l horizon 2020 la production énergétique mondiale devrait augmenter de 30 à 40 %. Avec une prédominance toujours très forte des énergies fossiles même si l industrie nucléaire se maintient et que les énergies renouvelables se développent conformément aux programmes établis actuellement. 12

17 Prévision de l évolution des combustibles fossiles G tep % + 23 % % Charbon Pétrole Gaz 18 En 2020 l utilisation des énergies fossiles aura fortement augmenté avec + 35 % pour le charbon qui est le combustible émettant le plus de GES Réserves mondiale d énergie fossiles (en Gtep) ENERGIE Réserves prouvées Cons. Annuelle 1998 Durée (ans) Ressources récupérables Durée (ans) Total (ans) PETROLE 150 3, GAZ 153 1, CHARBON 375 2,2 170 > Source : Conseil Mondial de l énergie 19 Avec un taux d extraction annuel de l ordre de 4 G tep les réserves mondiale de pétrole sont de l ordre de 40 ans. A l horizon 2010 la demande de pétrole sera supérieure aux capacités de production. Cet état conduit vers une très forte augmentation du prix du baril de pétrole. Le troisième choc pétrolier est inéluctable et il sera «durable». 13

18 Réserves prouvées de pétrole par zone géographique (en Gtep) Océanie Europe de l'ouest Extrême-Orient ex-urss Afrique Amérique du Nord Amérique Latine Moyen-Orient 0,5 3 5, Source : BP statiscal rewiew A terme les ressources de pétrole seront essentiellement concentrées au Moyen Orient qui retrouvera une position prédominante sur les marchés pétroliers. 21 Actuellement on en est dans une phase de stabilisation de l industrie nucléaire. Seuls l Inde et la Chine engagent des programmes nucléaires de quelques dizaines d unités. 14

19 Production d électricité d origine nucléaire dans le monde TWh Source : WISE Paris En l état actuel des programmations le parc nucléaire mondial entre en phase de diminution de puissance installée à l horizon La France, la Finlande et le Japon sont les seul pays de l OCDE qui maintiennent leur parc nucléaire pour les années à venir. 15

20 Perspectives 2020/2025 : Problématique 1- Evolution démographique importante 2- Satisfaction des besoins des pays du sud 3- Energies fossiles prédominantes 4- Effet de serre et changements climatiques 5- Démantèlement de la première génération de centrales nucléaires et application des programmes de sorties du nucléaire 6- Gestion des déchets hautement radioactifs à vie longue 7- Epuisement des réserves de pétrole dans les pays de l OCDE 8- Incertitudes sur le développement des technologies nouvelles (vecteur hydrogène, piles à combustible, ENR ) 9- Amplification de la déforestation dans les pays du sud 10- Incertitudes géo-politique à court et moyen termes 24 Ce tableau résume les facteurs de la problématique énergétique mondiale. Il y a obligation de trouver des solutions pour répondre à ces contraintes, sinon le concept de développement durable est vidé de sons sens et restera dans le domaine de la phraséologie. Situation française et engagements de Kyoto 16

21 Evolution de la consommation d énergie primaire en France (en Mtep) Mtep + 41 % M tep SER Electricité Gaz Pérole Charbon Source : observatoire de l énergie En France, depuis le premier choc pétrolier, la politique énergétique a été axée prioritairement sur la production d électricité d origine nucléaire. Avec 59 réacteurs nucléaires en fonction sur 16 sites de production, la France est le pays au monde où dans la production d électricité, la production nucléaire est la plus importante avec en moyenne annuelle 76 % de la production. 26 Energie primaire : Bilan 2002 hydraulique 5,5 % (15,1 Mtep) SER 4,7 % (13,1 Mtep) Charbon 4,6 % (12,6 Mtep) Pétrole 34,6 % (95,1 Mtep) Nucléaire 36 % (99,1 Mtep) Gaz naturel 14,6 % (40,3 tep) Total 2002 = 275 Mtep 27 Dans le bilan toutes énergies le nucléaire représente 36% des besoins en énergie primaire 17

22 Evolution de la production Brute d électricité TWh 400 TWh TWh Thermique Fossile Thermique nucléaire Solaire 28 Concernant l évolution de l électricité, on est passé de 182 TWH à 541 TWH depuis le premier choc pétrolier avec un désengagement important des centrales thermiques à flamme (fioul et charbon). Production d'électricité par filière (2002) Solaire 66 TWh (11,8 %) Thermique fossile 56 TWh (10 %) Thermique nucléaire 437 TWh (78,2%) Total = 558 TWh 29 En 2002 le nucléaire a représenté 78,2 % de la production primaire 18

23 Répartition de la production brute d électricité (2002) 14% (76,9 TWh) 1% (7 TWh) 6% (32 TWh) 6% 34 TWh) 73% 408 TWh Exportation Pompage Auxiliaire Pertes Consommation finale 30 Ce graphe montre la décomposition de la production primaire dont 14 % (76,9 TWh, soit la production moyenne de 12 centrales nucléaires) de cette production primaire est exportée vers les pays limitrophes qui dans leur ensemble sont eux sur des programmes de sortie de nucléaire La réalité des besoins finaux en électricité pour l ensemble des usagers est de 408 TWH si on enlève les pertes de transports et la consommation des auxiliaires Consommation finale d énergie Mtep ,4 Total 2002 = Mtep ,7 50, Industrie Résidentiel et tertiaire 3,2 16,1 Transport Agriculture Non énergétique 31 Le secteur résidentiel et tertiaire est le principal consommateur d énergie. On notera qu en France les 24 millions de familles représentent un tiers de la consommation finale d électricité. 19

24 Consommation finale d énergie (2002) Electricité nucléaire 16,9% Autres électricité 4,8% Combustible 78,3% 32 En énergie finale rendue aux consommateurs, les combustibles en France c est moins important qu au niveau planétaire mais ils représentent aussi la part principale du fait en partie de l importance des transports (biens et personnes) Evolution de la consommation d énergies finales par secteur (en Mtep) ,4 Mtep + 18,7 Mtep Elec. Gaz Fuel Charbon Industrie Hah. Ter. Transports Source INESTENE 33 Par les actions de pénétration du chauffage électrique dans le tertiaire et l habitat, c est 15,4 Mtep économisées, mais sur la même période c est une augmentation de 18,4 Mtep dans le secteur des transports. 20

25 Les émissions française de GES en 1990 CO 2 = CH 4 = N 2 O = 104 mtec 13 mtec 25 mtec 17% 1% Gaz fluorés = Total = 3 mtec 145 mtec 9% 73% Mtec = million de tonnes équivalent carbone Source : MIES Dioxide de carbone CO2 Méthane CH4 Oxyde nitreux N2O Gaz fluorés 34 En 1990, les émissions de gaz à effet de serre en France sont 145 Mtec, ce qui représente 3% des émissions planétaires. Causes des émissions françaises de GES en 2000 (et évolution depuis 1990) Agriculture 16% (+ 0,3 %) Transports Ind.énergie 27 % (+10 %) 13 % (+3 %) Déchets 4 % Bâtiment 20 % (+2 %) Industrie 21 % (-6 %) 35 Les secteurs qui dégagent le plus de gaz à effet de serre sont principalement les transports, qui sont en constante augmentation. En l espace de 10 ans le secteur des transports a accru ces émissions de gaz à effet de 10%. Le secteur de l industrie a réduit ces émissions de 6% et le secteur du bâtiment a connu une augmentation de 2%. 21

26 Protocole de Kyoto En 1997, 189 pays ont adopté le protocole de Kyoto qui a fixé les objectifs de réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES) de 5,8 % par rapport aux émissions de 1990 pour les pays industrialisés. Cet objectif devant être mis en œuvre sur la période 2008/2012. En novembre 2000 la conférence de La Hayes avait échoué sur les modes d application des objectifs de Kyoto. De plus le sénat américain n avait toujours pas ratifié l engagement des Etats-Unis (-7 % d émission de GES) alors que ce pays est responsable de 25 % des émissions de GES pour une population mondiale de moins de 5 %. Par contre les 15 états membres de l Union européenne se sont engagés à diminuer de 8 % leurs émissions de GES. Après la conférence de Bonn en juillet 2001 l ensemble des pays participant au protocole de Kyoto, sauf les Etats-Unis, se sont accordés sur le mode opératoire de réduction des GES : - Mise en place d un système de permis d émissions échangeables - Prise en compte des puits de carbone - Transfert de technologies «propres». Pour que le protocole de Kyoto soit applicable aux pays signataires il était nécessaire d obtenir la ratification d un nombre de pays représentant 55 % des émissions de GES. La ratification par la Russie en fin 2004 a permis d atteindre cette valeur. Le protocole de Kyoto est donc applicable depuis 2005 à l ensemble des pays signataires. 22

27 Engagements de la France Ramener en 2008/2012 ses émissions de GES au niveau de 1990 Pour une croissance de 2,2 % par an l objectif français est de réduire ses GES, à l horizon 2010, de : 16 millions de tonnes équivalent carbone 37 Les engagements français sont mis en œuvre par le plan climat élaboré par le gouvernement en fin 2004 et voté par le parlement en début Ce plan climat comprend 60 mesures regroupées en 8 grandes orientations qui sont : Campagne nationale d information et de sensibilisation Mieux informer et sensibiliser le grand public dans les usages quotidiens de l énergie Ecohabitat et bâtiment Diagnostic énergétique des logements (vente et location) Création d une réglementation thermique pour la réhabilitation Nouvelle réglementation thermique pour le neuf en 2005 (-15 %) Généralisation de l étiquette énergie (logement, voiture, climatiseur) Crédits d impôts 40 % pour les applications ENR 25 % (isolation et chaudière performantes) Transports durables Industries, énergies et déchets Agriculture durable et forêt Climatisation durable Plans Climats Territoriaux et Etat exemplaire Recherche international et prospective après 2010 Pour conclure, quelque soit les termes du débat sur l énergie, ou les passions qui l animent, ce qui est incontournable c est : 23

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU GUIDE de L ÉCO CITOYEN au BUREAU SUIVEZ LE GUIDE...................................................................... p.03 QUELS BESOINS, QUELS IMPACTS? ce qui est consommé ce qui est rejeté > Transport

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Communauté Urbaine du Grand Toulouse Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Juin 2011 Table des matières 1 Introduction 3 1.1. Les défis énergétiques et climatiques 3 1.1.a. Les émissions

Plus en détail

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Diapositive 1 SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Mastère OSE janvier2011 Diapositive 2 LA FILIÈRE ÉNERGÉTIQUE, CAS DE L ÉLECTRICITÉ EN FRANCE Diapositive 3 La filière énergétique Pour quels

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Changements climatiques. Cap vers Copenhague

Changements climatiques. Cap vers Copenhague Changements climatiques Cap vers Copenhague SOMMAIRE Limiter le réchauffement en dessous de + 2 C 5 Quels sont les impacts attendus a la surface de la planète d ici a 2100? 6 Focus sur la Convention climat

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles?

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles? 1. Connaissez-vous le Collectif GASPARE? Oui 2. Êtes-vous pour ou contre le projet de CCCG - Centrale thermique à cycle combiné à gaz - à Landivisiau, où ailleurs? Je défends le pacte électrique breton

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois I - Le changement climatique A) L effet de serre 1 Un phénomène naturel. 2 Les différents gaz à effet de serre. 3 Les effets probables

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS)

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) Étude menée en partenariat avec : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) Commune de

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

La Belgique survivra au pétrole

La Belgique survivra au pétrole La Belgique survivra au pétrole > XAVIER DESGAIN Xavier Desgain est ingénieur agronome de formation. Conseiller communal, député wallon honoraire, il est actuellement conseiller politique chez Ecolo, en

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque.

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Question n 1 L'homme a besoin d'énergie pour se déplacer, se chauffer, faire fonctionner ses machines,

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LIVRET D'ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE Passer de citoyen témoin à citoyen acteur en intégrant la préservation de l environnement au quotidien, c est utile et c est possible

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Blandine Antoine Élodie Renaud LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Sommaire Préface... 11 Introduction... 15 I. LA PRODUCTION D ÉNERGIE Introduction à la production d énergie... 31 Thème 1 Énergies Fossiles...

Plus en détail

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien Assistance Technique France public experts in economics & finan La politique vietnamienne de l énergie dans une stratégie

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement entend réaffirmer de nouvelles

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

électricité Et développement

électricité Et développement électricité Et développement DUrable 1 Thalès (Grec) En frottant de l ambre jaune sur sa toge, il constate qu il est possible d attirer de petits objets. Il découvre le phénomène de l électricité statique.

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique?

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? CONCEPTION ET MISE EN PGE : PUL MILN 23 décembre 2014 à 12:16 Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? Introduction L extraordinaire croissance économique depuis le XIX siècle

Plus en détail

Mobilités. Bâtiments. Ressources naturelles. Sobriété énergétique. Agriculture Énergies renouvelables. Solidarités. Urbanisme.

Mobilités. Bâtiments. Ressources naturelles. Sobriété énergétique. Agriculture Énergies renouvelables. Solidarités. Urbanisme. Le lan d actions de la Communauté urbaine du Grand Toulouse et de la Ville de Toulouse 2012 > 2020 Sobriété énergétique Mobilités Agriculture Énergies renouvelables Habitat Urbanisme Solidarités Déchets

Plus en détail

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Édito En route pour la COP21! Dans six mois, le 30 novembre 2015, le coup d envoi de la 21 e conférence internationale pour le climat sera donné

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

SMA Solar Technology AG Avenir Solaire pour les enfants. À la maison

SMA Solar Technology AG Avenir Solaire pour les enfants. À la maison À la maison Combien d énergie consommons-nous réellement à la maison? Comment la mesurer? Solarine et L Ourson Soleil vont te donner quelques astuces pour faire des économies d énergie chez toi, afi n

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

L énergie dans notre quotidien

L énergie dans notre quotidien 4 5 6 7 8 L énergie dans notre quotidien QUE SAIS-TU SUR L ÉNERGIE? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent. A. 1. Nous utilisons de plus

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

La fin (annoncée) des énergies fossiles

La fin (annoncée) des énergies fossiles La fin (annoncée) des énergies fossiles Consommation annuelle et prévisions Pétrole, la production et la demande Avantages et utilisation du pétrole Réserves mondiales de pétrole et gaz naturel La fin

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques par 78310 Maurepas michel.meallet@orange.fr RÉSUMÉ Pourquoi se poser des questions sur les voitures

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail