Présentation Cognizant Informatica Day L Assets Quality Review (AQR) : Un exercice réglementaire au service de la qualité des données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation Cognizant Informatica Day L Assets Quality Review (AQR) : Un exercice réglementaire au service de la qualité des données"

Transcription

1 Présentation Cognizant Informatica Day L Assets Quality Review (AQR) : Un exercice réglementaire au service de la qualité des données Octobre 2014

2 Conseil BI/DW/Big Data MDM/Référentiels Testing & QA Cognizant, Global Partner Informatica La puissance d un groupe international avec consultants experts certifiés 2 Cognizant, un groupe international de conseils, de services technologiques, et d externalisation des processus métier CA 2013 $8.34 milliards (+20%) Env. 20% CA en Europe Créée en 1994, USA (NASDAQ: CTSH) employés +75 centres de services et 25 bureaux régionaux clients projets dans +40 pays #1 satisfaction client KPMG Partenaire stratégique d Informatica au niveau mondial Cognizant a gagné de nombreuses récompenses pour son innovation en gouvernance des données et gestion des risques ainsi que ses succès en Master Data Management (MDM) et en Data Hub. Ce sont près de consultants certifiés qui sont en mesure d accompagner les clients sur leurs projets de gestion de données tant au niveau du conseil que de l intégration. Afin de leur permettre de capitaliser sur les meilleures pratiques du marché, Cognizant a industrialisé et packagé les méthodologies et solutions les plus efficaces. La personnalisation n est plus qu une question de finition. 4 domaines principaux sur lesquels nous pouvons intervenir autour des solutions Informatica: Conseil métier & innovation (Banques, Pharma ) Mise en œuvre de projets d intégration & Big Data L accompagnement dans la définition de référentiels L anonymisation des données et le test qualité en continu suivant les enjeux spécifiques du marché et de l organisation de chaque entreprise (réglementaires, sociétaux, économiques) Avec des solutions propriétaires (ex. plateforme Platinum ou Information Factory) pour optimiser ou industrialiser les traitements de l info) Plus grand intégrateur de Heiler Software, Cognizant propose un MDM HUB et des accélérateurs (MDM-ina-Box, Financial Referential Data Mgt ) testeurs dans le monde, un centre de services à Grenoble, une solution dédiée TDMaxim développée avec Informatica

3 Equinox-Cognizant, consultants spécialisés De la réflexion stratégique à la mise en œuvre des programmes de transformation 3 Conseil dans les secteurs de la banque, des marchés financiers et de l assurance, en : Stratégie Management / Organisation Risques / Finance Ressources Humaines Des spécialistes de la réglementation Bâle II.5-III, EMIR, DFA, MIFID, FRTB, FATCA, Solvabilité II Spécialiste du conseil en management, Equinox-Cognizant est le pôle de Cognizant qui accompagne les banques, les opérateurs des marchés financiers et les compagnies d assurance dans la transformation de leurs modèles opérationnel, de gestion des risques, de la relation clients et des ressources humaines. Sa vocation est d aider les institutions financières à faire face aux évolutions toujours plus complexes de leurs métiers et de la réglementation. Réseau international d experts Business et IT avec Cognizant Nos clients : 8 des 10 plus grandes institutions financières européennes, 6 des 10 premières banques américaines, 12 des 25 premières compagnies mondiales d assurance et la majeure partie des banques, opérateurs financiers et assureurs en France.

4 4 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective

5 Les AQR Contexte & objectifs (1/2) Comprehensive Assessment 5 La Banque Centrale Européenne (BCE) s apprête à assumer de nouvelles missions de supervision bancaire dans le cadre du Mécanisme de Supervision Unique (MSU). Les principaux objectifs du nouveau système de supervision financière consistent à assurer la sauvegarde et la solidité du système bancaire européen et à renforcer l intégration et la stabilité financière en Europe. La BCE endosse ses nouvelles responsabilités à partir de l automne 2014, soit douze mois après l entrée en vigueur du règlement instituant la supervision. La période transitoire jusqu à la pleine entrée en vigueur du Règlement MSU en novembre 2014 a été mise à profit par la BCE et les autorités nationales, dans le cadre d une coopération rapprochée, afin d effectuer un exercice d évaluation préalable des actifs bancaires (Comprehensive Assessment) incluant notamment une revue des bilans des banques qui sont soumises à la supervision directe de la BCE. Le «Comprehensive Assessment» s appuie sur 3 piliers complémentaires : Le «Supervisory Assessment» Evaluation prudentielle des risques visant à examiner, quantitativement et qualitativement, les principaux risques, y compris de liquidité, d effet de levier et de financement. L «Assets Quality Review» Examen de la qualité des actifs des banques afin d accroître la transparence quant à leurs expositions. Cet examen portera notamment sur l adéquation de la valorisation des actifs et des garanties, des provisions ainsi que la classification des actifs non-performants. Des «Stress tests» Tests de résistance visant à examiner la résilience du bilan des banques dans des scénarios de crise.

6 Les AQR Contexte & objectifs (2/2) Assets Quality Review 6 L exercice d Assets Quality Review associé est un exercice exigeant qui a été mené dans des délais très courts. Cette évaluation, de niveau consolidé par banque sous revue, a un périmètre très large et inclura notamment la revue : des expositions au risque de crédit et de marché des positions au bilan et hors-bilan, des engagements domestiques et internationaux. Toutes les classes d actifs ont été couvertes (incluant les prêts non-performants, restructurés et les expositions souveraines) selon des définitions harmonisées au niveau européen. 3 phases distinctes séquentielles ont été conduites par le régulateur en vue de mener à bien cet exercice : Sélection des portefeuilles risqués (Novembre Janvier 2014) Collecte des données et sélection basée sur les risques Exécution des Assets Quality Review (Février 2014 Juin 2014) Validation de l intégrité des données Échantillonnages des portefeuilles et revue des fichiers sur sites Examen de la valorisation des actifs de la banque Revue de la classification des expositions non-performantes, collatéraux et provisions par revue détaillée de dossier Synthèse des résultats, benchmarking et revue par le niveau central (Objectif : octobre 2014) Le processus de revue des bilans des banques de la zone a également été pour l EBA l occasion de quantifier l impact lié à la mise en place de deux nouvelles notions : les notions de Forbearance et Non-Performing Exposures

7 7 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience Principaux livrables & exigences Organisation type & planning Exemple d architecture 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective

8 Retour d expérience Principaux livrables & Exigences 8 3 grands types de livrables étaient attendus par le régulateur Production de reportings détaillés sur l actif du bilan au niveau contrat (i.e. loan tape) y.c compris présentation globale des systèmes d information concourant à la constitution des extractions SI y.c. définition des l intégralité des sources, référentiel et règles de gestion des données extraites Revue de dossiers physiques (audit sur pièce) sur la base des extractions SI Livraison de la documentation entourant les pratiques de la banque (octroi, suivi des risques, normes comptables, ) Auto-évaluation sur les pratiques internes (modèles, provisionnement, etc ) & justification Exigences propres à la création des extractions SI mises à disposition du régulateur Cahier des charges différents par type d actif Retail, SME retail, Large Corp, Commercial Real Estate (CRE), Residential Real Estate (RRE), Des typologies & natures de données pouvant diverger d un type d actif à l autre Production de données de niveau (maximum = somme des demandes du régulateur et internes à fin de contrôle) : Contrat maximum de 37 données Contrepartie maximum 28 données Garantie maximum 10 données Autres spécificités techniques Mise en place de fichiers plats normalisés Formatage des chiffres (séparateur, numérique, ) Extension.txt & encodage spécifique (notamment difficultés liées aux retours chariot)

9 Renforts externes Retour d expérience Organisation type & planning d envoi des extractions SI 9 Afin de répondre dans les délais aux exigences du régulateur, des équipes ad-hoc, rapportant directement à la direction générale ont été mises en place. La même organisation a été déclinée aux différents échelons organisationnels (holding central, corporate center & entité opérationnelle) Des renforts externes importants sont intervenus Compte-tenu des délais courts et des nombreuses demandes, la gestion du projet a été réalisé par les délais Direction Générale Direction des risques Chef de projet Direction des risques Direction Finance Départements opérationnels Direction SI Direction de l audit interne (Ctrl de 2 nd niveau) 1 er cahier des charges : début janvier Planning de la première phase des AQR (focus sur les aspects SI) 15/02 28/02 15/03 Loan tape V1 Loan tape V2 Loan tape Vdef Des deadlines très serrées pour livrer des extractions complexes, ligne à ligne, à fin 2012 et fin 2013 Cahier des charges Vdef Cahier des charges Vdef +1

10 Entité opérationnelle pays Corporate center de la filiale Holding centrale de la banque Retour d expérience Exemple d architecture SI 10 Cet exercice exigeant a conduit à la mise en place d une architecture ad-hoc, au fil de l eau et dans des délais très contraints et sous très forte pression. Ces contraintes ont ainsi amené la mise en place d architecture ne répondant pas à l état de l art, induisant des traitements et procédures de contrôles manuel. Bases de données groupe Ex: Complément de provision, ID groupe Entrepôt AQR 3 missions : 1 - Agrégation 2 Contrôles ad-hoc 3 - Enrichissement Base de données centrales Ex: Complément de provision, ID groupe, Datamart AQR (base Risques) 3 missions : 1 - Agrégation 2 Contrôles ad-hoc 3 - Enrichissement y.c. calcul de certaines données Ex: Provision générale par facilité y.c. calcul de certaines données Ex: RWA par contrat retail y.c. calcul de certaines données Ex: Calcul de la forbearance & NPE Bases comptables Bases provisionnables Entrepôts Bâle II Applications Front Office Archives sur 5 ans

11 11 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés Observations Principales sources de disqualité 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective

12 Principales difficultés Observations 12 Les travaux liés aux AQR, et principalement les difficultés de production des extractions SI, ont eu des impacts forts sur les organisations : Conséquences humaines «Epuisement» des équipes opérationnelles Conséquences processus : Retard dans les processus récurrents de production et/ou reporting Conséquences budgétaires : «Absorption» des budgets alloués à d autres projets en raison du recours à de nombreuses ressources externes : Datamining/Constitution des base de données Rédaction de documentation Assistance aux opérationnels absorbés par les AQR Suivi des échéances et coordination Annulation/report de certains projets Ces difficultés n ont néanmoins pas empêché les travaux d être menés à leur terme car non seulement la mise à disposition des données était observée par le régulateur mais également la «capacité à faire» des équipes opérationnelles Cet impératif réglementaire a entraîné la nécessité de produire dans les temps et en qualité, avec une pression directement issue de la direction générale.

13 Principales difficultés Principales sources de disqualité 13 Le mode de constitution des données pour le régulateur a conduit à de nombreuses disqualités. Difficultés intrinsèques aux SI exploitées Incohérence entre les données risques et finance Incapacité à relier les identifiants des contrats aux données dans les applicatifs opérationnels lors des diverses phases d enrichissement aux différents niveaux organisationnels Absence d historiques suite à des migrations récentes et/ou changement d identifiants Difficulté à retrouver certaines données en raison de la dispersion des bases et de la quantité d information nécessaire Insuffisance d historiques en ligne pour calculer les nouvelles notions de forbearance & NPE Nécessité de «calculer» certaines données qui ne sont pas stockées au niveau unitaire Difficultés rencontrées dans le cadre de la constitution des fichiers plats Normalisation des données déficiente et divergente d une entité à l autre (format de chiffre, définition, ) Complexité de transmission des fichiers via les canaux attendus (protocole cft, environnement windows, applicatifs internes bancaires,.) Régression entre les différentes versions de loantape Erreurs «humaines» (ex: division par un facteur 100 de pourcentage) Les travaux d audit, tant externes qu internes, ont révélé d autres sources de disqualité Difficulté à réconcilier certains montants entre les applicatifs de gestion et comptables liés aux multiples retraitements de la donnée Absence de certaines informations dans les systèmes (ex : valeurs par défaut des systèmes - pays, devise, ) Erreur dans la caractérisation des données de Forbearance & Non-Performing Exposures Déficience dans le traitement des garanties dans les systèmes (pas de remontée au groupe, stockage aléatoire des informations relatives aux contrats, garanties «faibles» non-enregistrées, archivage des éléments physiques complexe, )

14 14 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables Recommandations Notions de Forbearance & NPE 5. Principales leçons & prospective

15 Conséquences durables Recommandations du régulateur 15 Les difficultés rencontrées par certaines institutions bancaires ont été remarquées par le régulateur qui a émis un ensemble de recommandations à la suite de l exercice. Les principales recommandations sur le périmètre Si sont les suivantes : Amélioration de la qualité des données (de nombreuses versions corrigées de loan tapes, après la version finale, ont dû être livrées au régulateur sur certains portefeuilles) Amélioration de la cohérence entre les données Risque et Finance Amélioration des processus de remontée des données (délai, scalabilité, définitions communes au groupe, ) Implémentation des notions de Forbearance et de Non-Performing Exposure dans les SI (cf infra) Mise en place de suivis renforcés sur les garanties visant à assurer leur remontée dans les systèmes Ces recommandations s inscrivent néanmoins dans des constats d ores et déjà identifiés par les managements qui ont : Lancé des réflexions sur des SI partagés entre les filières Risques et Finance pour garantir de manière native la cohérence globale des données (cf infra) Intégré au chantier d implémentation du BCBS 239 nombre des recommandations énoncées par le régulateur afin d être en mesure de faire face à toute répétition de l exercice (cf infra)

16 Niveau contrat Niveau débiteur Conséquences durables Notions de Forbearance & Non-Performing Exposure 16 L exercice d Assets Quality Review avait également pour objectif de quantifier les nouvelles notions de «Forbearance» & «Non-performing Exposures» Forbearance : Cette qualification identifie les créances pendant une durée maximum de 3 ans - qui ont fait l objet de restructurations des principales clauses de leur contrat (Terms & conditions) dans un contexte de risque (i.e. : des conditions identiques ne seraient accordées à une contrepartie de même niveau de risque/concession) L objet de cette notion est d isoler les créances qui ont fait l objet de mesure visant à retarder leur passage dans les catégories de défaut/douteux Non-performing Exposures la conjonction de trois évènements déclencheurs Cette nouvelle notion, qui n est pas une catégorie comptable et ne remplace pas la notion de défaut bâlois ou de douteux comptable, s appuie néanmoins sur ces deux notions et les complémente en y intégrant toute créance forborne L objet du régulateur, à ce jour, est de quantifier cette notion avant peut-être d imposer de nouvelles contraintes prudentielles ou de niveau de provisionnement Forbearance (contrat) - période min. de NPE + Période probatoire de 2 ans NPE (clients) période min. de 1 an Non-défaut/Sain Défaut/Douteux Non-défaut/sain Performing Non Performing Exposure Performing Non-forborne Contrat modifié => Forborne Non-forborne Non-forborne Contrat non-modifié => Forborne (contagion / Présomption) Non-forborne Déclassement Restructuration /concession Retour in-bonis Nouveau contrat => non forborne Principales difficultés rencontrées dans les SI pour identifier cette double qualification 1 Une notion à cheval entre la notion comptable de «douteux» et la notion risque de «défaut» donc un besoin d exploiter deux filières SI 2 La nécessité de créer un indicateur de «restructuration dans un contexte de risque/concession» 3 L appel à un historique d information bien souvent hors des bases courantes (désarchivage)

17 17 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective Synthèse Le modèle cible pour répondre aux exigences du régulateur Le BCBS 239 Les solutions Informatica CCAR US

18 Principales leçons & prospective Synthèse 18 L exercice d Assets Quality Review a été réalisé dans un planning contraint tout en devant produire des livrables complexes, notamment des extractions faisant appel à des données dispersées dans les systèmes Finance, Risques et parfois Business. Des infrastructures SI ad-hoc ont été mises en place pour répondre aux demandes du régulateur. Les équipes et les processus opérationnels ont été soumis à un stress important, renforcé par la difficulté pour produire les «loan tapes» qui ont conduit le régulateur à émettre des recommandations afin de renforcer la qualité et la cohérence des données risques et finance Des notions nouvelles, et complexes, qui vont devoir être produites de manière pérenne: La notion de forbearance La qualification de Non-performing Exposure Des possibilités de répétition de l exercice dans le cadre d une volonté de surveillance des bilans bancaires croissante En parallèle, la mise en place de nouvelles normes dites BCBS 239, dictées par le comité de Bâle, encadrant les systèmes d agrégation et de reporting des données risques et renforçant la nécessité de cohérence avec les données issues des systèmes comptables Ce besoin de cohérence entre les données finance et risques, et d agilité des systèmes, est désormais intégré par certaines institutions bancaires qui ont soit lancé des filières de production partagée des données, soit entamé des réflexions internes pour y parvenir.

19 SI centraux SI locaux Référentiels marché & contrepartie partagés Principales leçons & prospective Exemple de modèle cible simplifié pouvant répondre à des exigences accrues de régulation 19 Systèmes Risques Systèmes FO Cette infrastructure simplifiée s appuie notamment sur : Un dictionnaire de données partagé entre toutes les entités opérationnelles Des référentiels uniques et partagés au sein du groupe Bases comptables Un modèle de données «neutre» (sans interprétation au cours du processus) La suppression des étapes de rapprochement des données comptables et risques, car devenu sans objet Moteur des risques Outil de consolid ation Entrepôt de donnée central Utilisation locale & centrale Un partage des données entre le central et le local qui garantit la qualité des données pour le pilotage global Une homogénéisation des principaux reportings au travers du groupe Une accélération des processus financiers et risques Une amélioration de la scalabilité et des capacités production de reportings ad-hoc Reportings consolidés Finance & Risques Reportings locaux Finance & Risques La mise en place d une telle infrastructure entraîne néanmoins une refonte importante des systèmes d information, la normalisation et la standardisation des données au sein des entités contributrices, ainsi que d importants travaux en lien avec les équipes métier.

20 Principales leçons & prospective Le BCBS 239 Un enjeu et une stratégie de réponse aux nouvelles contraintes 20 Le Basel Committee for Banking Supervision (BCBS) a publié en janvier 2013 un ensemble de règles, aussi connues sous la dénomination de BCBS 239. Ces 14 principes visent à renforcer les capacités d agrégation et de reporting des systèmes d information dédiés aux filières Risques des principales institutions bancaires mondiales. 11 de ces principes sont applicables aux banques qualifiées de systémiques relativement à la stabilité financière mondiale (G-SIBS) et les 3 autres principes sont applicables aux régulateurs bancaires nationaux. Les institutions bancaires qualifiées de systémique disposent d un délai jusqu à janvier 2016 pour respecter les principes issues du BCBCS 239. A l heure actuelle, cette réglementation concerne 30 institutions bancaires au niveau mondial (G-SIBS) mais elle sera ensuite étendue au niveau domestique par les différents régulateurs pour impacter les banques aux profils moins internationaux (D-SIBS). Dès leur identification effectuée, ces banques disposeront de 3 ans pour respecter les 11 principes du BCBS 239. Dès aujourd hui, les principales banques mondiales ont structuré des chantiers afin de parvenir à cette cible. Synthétiquement, ceux-ci peuvent être les suivants: La mise en place d une gouvernance de la qualité de la donnée L amélioration des principes de gestion des risques et des processus de décision La documentation de dictionnaires de données partagées et de leur taxonomie Le renforcement des infrastructures SI permettant la génération des reportings Risques «clés» La mise en place de processus permettant d assurer le respect des délais de mise à disposition des reportings. La mise en place de processus favorisant la pertinence et la qualité des reportings. La stratégie de certaines institutions bancaires est aujourd hui d intégrer les leçons des AQR aux projets en cours visant à répondre aux contraintes du BCBS239 afin de disposer des capacités à faire face à toute nouvelle revue détaillée de leur bilan par le régulateur dans un futur proche.

21 Principales leçons & prospective Les solutions Informatica 21

22 Principales leçons & prospective CCAR US - Comprehensive Capital Analysis and Review 22 Dans le contexte actuel de difficultés économiques prolongées et de stress permanent sur le capital des banques, la Réserve Fédérale américaine ( Fed ) a mis en place un reporting annuel proche du Comprehensive Assessment de la BCE. Le Comprehensive Capital Analysis and Review (CCAR) intègre deux des phases de la revue expérimentée par les banques européennes: Le Supervisory Assessment, phase au cours de la laquelle les banques US doivent fournir des éléments sur l évolution attendue de leur capital réglementaire (et notamment les distributions prévues de dividendes), des analyses de niveau management et les procédures encadrant la gestion du captial. Les Stress Tests visant à s assurer que le capital est suffisant pour amortir toute crise probable dans un futur proche Cette revue annuelle, qui a pour objectif de à s assurer de la résistance des bilans et de la capacité des processus internes à faire face aux évolutions économiques probables, est cependant limitée aux banques dont le bilan dépasse un encours de USD 10 mds Les milieux économiques et financiers estiment que ces nouvelles dispositions ont conduit les institutions bancaires US à diminuer leurs distributions de capital de 40% au cours de la période. Dans le contexte de «course à la crédibilité» entre les différents régulateurs mondiaux, la mise en place de reportings récurrents, proches de ceux mis en place dans le cadre des AQR et donc plus sévères que ceux institués par le régulateur américain, n est pas à exclure.

23 Annexe 1 Publications Cognizant 23 Pour aller plus loin : Assets Quality Review Mot-clés : Cognizant - AQR Forbearance & Non-Performing Exposure Mot-clés : Cognizant Forbearance - NPE BCBS 239 Mot-clés : Cognizant BCBS 239

24 Contacts 24 Alrick DUPUIS Manager T. +33 (0) M. +33 (0) E. Equinox-Cognizant 63, boulevard Haussmann Paris France T F W.

Forbearance et Non-Performing Exposures

Forbearance et Non-Performing Exposures Forbearance et Non-Performing Exposures Précisions sur les notions de Forbearance et Non-Performing Exposures suite à la publication de l EBA du 20 février 2014 Dans sa publication finale du 20 février

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques 1 BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques Etude Ailancy du 19 janvier 2015 2 1. Quelques mots sur Ailancy 2. Présentation de BCBS 239 et de ses impacts pour les Banques QUELQUES MOTS SUR AILANCY

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Les turbulences financières actuelles, symptômes de mutations structurelles du système financier, Les évènements

Plus en détail

La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers

La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers Présentation de BI consulting Faits & chiffres NOS EXPERTISES MÉTIER 100% Secteur Financier : Retail Banking, CIB, Assurance, Asset Management,

Plus en détail

Comment réussir la mise en conformité BCBS 239 dans les délais: «Enjeux réglementaires et défis organisationnels»

Comment réussir la mise en conformité BCBS 239 dans les délais: «Enjeux réglementaires et défis organisationnels» Comment réussir la mise en conformité BCBS 239 dans les délais: «Enjeux réglementaires et défis organisationnels» Avril 2015 Contact Dominique Peneau-Gerbaux d.peneau-gerbaux@b-a-w.com Business At Work

Plus en détail

Les attentes du marché

Les attentes du marché www.pwc.com Les attentes du marché Octobre 2012 L état des lieux à propos des formats de reporting et de l appropriation par le marché du XBRL La taxonomie XBRL pour les reportings Solvabilité 2 a fait

Plus en détail

Enjeux prudentiels des données utilisées par les entreprises d assurance : le point de vue du superviseur

Enjeux prudentiels des données utilisées par les entreprises d assurance : le point de vue du superviseur Enjeux prudentiels des données utilisées par les entreprises d assurance : le point de vue du superviseur Atelier «Information et assurance» Institut de Science Financière et d Assurances ISFA Université

Plus en détail

Références des missions en Gestion des Risques

Références des missions en Gestion des Risques Références des missions en Gestion des Risques DIRECTION DES RISQUES Service Calculs, Modèles et Reporting Depuis janvier 2011, ALGOFI accompagne la Direction des Risques sur la maîtrise d ouvrage bancaire

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015 Optimisation de la gestion des risques opérationnels EIFR 10 février 2015 L ADN efront METIER TECHNOLOGIE Approche métier ERM/GRC CRM Gestion Alternative Approche Technologique Méthodologie Implémentation

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise

Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise Financial Services the way we do it Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise Le risk management : une exigence réglementaire au service du pilotage de la performance de l

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Note sur l évaluation complète menée en 2015

Note sur l évaluation complète menée en 2015 Note sur l évaluation complète menée en 2015 Cette note fournit des informations détaillées concernant des aspects essentiels de l évaluation complète des bilans des banques effectuée en 2015, notamment

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) GROUPAMA BANQUE Société Anonyme au capital de 120 825 712 euros. Siège social : 67, rue Robespierre, 93100 Montreuil. 572

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Conférence XBRL Paris, le 3 avril 2014 Des données de plus en plus complexes D où

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

CLUB AM N 14. MIFID ET GESTION PRIVEE : 2ème partie

CLUB AM N 14. MIFID ET GESTION PRIVEE : 2ème partie CLUB AM N 14 MIFID ET GESTION PRIVEE : 2ème partie Impacts MIF sur les systèmes d informations : Éléments de réponse grâce à un progiciel de gestion de portefeuilles Ordre du jour MIFID, un enjeu pour

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

Offre «Directive UCITS V»

Offre «Directive UCITS V» Offre «Directive UCITS V» Undertakings for the Collective Investment In Transferable Securities V Aurélie GONCALVES T : +32 (0) 499 74 83 28 @ : a.goncalves@kpdp-consulting.fr UCITS V Opportunités et défis

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Introduction au reporting COREP

Introduction au reporting COREP Introduction au reporting COREP «Un chantier à part au sein du projet Bâle II» Réalisé par Matthias LAVALEE Consultant Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Avril 2006

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

DOSSIER Le reporting Solvabilité 2 : quels impacts sur les assureurs?

DOSSIER Le reporting Solvabilité 2 : quels impacts sur les assureurs? Octobre 2014 Numéro 02 Publication offerte NEWSLETTER Conseil en Organisation et Systèmes d Information Assurances Banque-Finance Immobilier DOSSIER Le reporting Solvabilité 2 : quels impacts sur les assureurs?

Plus en détail

Banque Privée Novembre 2013 Les projets fiscaux et leurs impacts pour la Banque Privée

Banque Privée Novembre 2013 Les projets fiscaux et leurs impacts pour la Banque Privée BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels Frankfurt Banque Privée Novembre 2013 Les projets fiscaux et leurs impacts pour la Banque Privée 14/11/2013 1 Information Technology Solutions Les

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

RENCONTRE DES BANQUES MAGHREBINES SUR : «LE RISQUE BANCAIRE ET LES REGLES DE BALE II» Projet de mise en place de Bâle2 dans une structure de Crédit-bail Présentation de CASSIOPAE Leader de niche depuis

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Plateforme intégrée de gestion des risques et de conformité réglementaire Solvabilité II - Gestion et Qualité des données Des enjeux essentiels pour une remise

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Présentation du 18 octobre 2012 RAPPORT -Etude 2012 des dispositifs de gestion des risques en asset management Confidentialité OTC GROUPE ONEPOINT

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 05/227 *

CIRCULAIRE CSSF 05/227 * COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 16 décembre 2005 A tous les établissements de crédit CIRCULAIRE CSSF 05/227 * Concerne : Introduction d un nouveau reporting prudentiel en

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

La gestion de la qualité des données a gagné en importance suite aux exigences de suivi et

La gestion de la qualité des données a gagné en importance suite aux exigences de suivi et La qualité des données au centre des enjeux de pilotage Impossible sont simplement des choses que nous n avons pas encore apprises - Charles W. Chesnutt Olivier Reale / Ramzi Baananou Olivier Reale est

Plus en détail

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Equinox-Cognizant Contexte Vers une harmonisation des méthodes de calcul de RWA à

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2 Avertissement Ce document et les informations contenues sont la propriété d Accenture. Ce document en totalité ou en partie, ne peut être reproduit sous aucune forme ni par aucun moyen sans autorisation

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3 Table des matières Introduction.... 1 Chapitre 1 De quoi s agit-il?.... 3 Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat.... 3 Section 2. Pourquoi les banques?.... 3 1. Protéger les épargnants....

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION PAR LA COMMISSION BANCAIRE :

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION PAR LA COMMISSION BANCAIRE : COMMISSION BANCAIRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION PAR LA COMMISSION BANCAIRE : APPROCHES NOTATIONS INTERNES DU RISQUE DE CREDIT, APPROCHE DE MESURE AVANCÉE DU RISQUE OPÉRATIONNEL,

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Solutions d ingénierie de la performance et du risque

Solutions d ingénierie de la performance et du risque Solutions d ingénierie de la performance et du risque Une expertise de premier ordre au service des investisseurs institutionnels et de leurs gestionnaires COMPRENDRE et expliquer votre performance Vous

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices 12/06/2012 1 Luxembourg Paris Brussels Les stress tests ou tests de résistance sont des techniques

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE SUR LES REDEVANCES DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE QUESTIONS - RÉPONSES

DOCUMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE SUR LES REDEVANCES DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE QUESTIONS - RÉPONSES DOCUMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE SUR LES REDEVANCES DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE QUESTIONS - RÉPONSES MAI 2014 1 POUR QUELLE RAISON LA BCE PRÉLÈVE-T-ELLE UNE REDEVANCE

Plus en détail

pour la formule standard Solvabilité II

pour la formule standard Solvabilité II eframe pour la formule standard Solvabilité II Un reporting automatisé et reproductible pour la formule standard Solvabilité II www.secondfloor.com eframe pour la formule standard Solvabilité II Un reporting

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

RAPPORT AGRÉGÉ DE L'ÉVALUATION COMPLÈTE. Résumé

RAPPORT AGRÉGÉ DE L'ÉVALUATION COMPLÈTE. Résumé RAPPORT AGRÉGÉ DE L'ÉVALUATION COMPLÈTE Résumé Octobre 2014 Le présent document est une analyse, par la BCE, des données communiquées (modèle de présentation de l évaluation complète / modèle de transparence

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail