Présentation Cognizant Informatica Day L Assets Quality Review (AQR) : Un exercice réglementaire au service de la qualité des données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation Cognizant Informatica Day L Assets Quality Review (AQR) : Un exercice réglementaire au service de la qualité des données"

Transcription

1 Présentation Cognizant Informatica Day L Assets Quality Review (AQR) : Un exercice réglementaire au service de la qualité des données Octobre 2014

2 Conseil BI/DW/Big Data MDM/Référentiels Testing & QA Cognizant, Global Partner Informatica La puissance d un groupe international avec consultants experts certifiés 2 Cognizant, un groupe international de conseils, de services technologiques, et d externalisation des processus métier CA 2013 $8.34 milliards (+20%) Env. 20% CA en Europe Créée en 1994, USA (NASDAQ: CTSH) employés +75 centres de services et 25 bureaux régionaux clients projets dans +40 pays #1 satisfaction client KPMG Partenaire stratégique d Informatica au niveau mondial Cognizant a gagné de nombreuses récompenses pour son innovation en gouvernance des données et gestion des risques ainsi que ses succès en Master Data Management (MDM) et en Data Hub. Ce sont près de consultants certifiés qui sont en mesure d accompagner les clients sur leurs projets de gestion de données tant au niveau du conseil que de l intégration. Afin de leur permettre de capitaliser sur les meilleures pratiques du marché, Cognizant a industrialisé et packagé les méthodologies et solutions les plus efficaces. La personnalisation n est plus qu une question de finition. 4 domaines principaux sur lesquels nous pouvons intervenir autour des solutions Informatica: Conseil métier & innovation (Banques, Pharma ) Mise en œuvre de projets d intégration & Big Data L accompagnement dans la définition de référentiels L anonymisation des données et le test qualité en continu suivant les enjeux spécifiques du marché et de l organisation de chaque entreprise (réglementaires, sociétaux, économiques) Avec des solutions propriétaires (ex. plateforme Platinum ou Information Factory) pour optimiser ou industrialiser les traitements de l info) Plus grand intégrateur de Heiler Software, Cognizant propose un MDM HUB et des accélérateurs (MDM-ina-Box, Financial Referential Data Mgt ) testeurs dans le monde, un centre de services à Grenoble, une solution dédiée TDMaxim développée avec Informatica

3 Equinox-Cognizant, consultants spécialisés De la réflexion stratégique à la mise en œuvre des programmes de transformation 3 Conseil dans les secteurs de la banque, des marchés financiers et de l assurance, en : Stratégie Management / Organisation Risques / Finance Ressources Humaines Des spécialistes de la réglementation Bâle II.5-III, EMIR, DFA, MIFID, FRTB, FATCA, Solvabilité II Spécialiste du conseil en management, Equinox-Cognizant est le pôle de Cognizant qui accompagne les banques, les opérateurs des marchés financiers et les compagnies d assurance dans la transformation de leurs modèles opérationnel, de gestion des risques, de la relation clients et des ressources humaines. Sa vocation est d aider les institutions financières à faire face aux évolutions toujours plus complexes de leurs métiers et de la réglementation. Réseau international d experts Business et IT avec Cognizant Nos clients : 8 des 10 plus grandes institutions financières européennes, 6 des 10 premières banques américaines, 12 des 25 premières compagnies mondiales d assurance et la majeure partie des banques, opérateurs financiers et assureurs en France.

4 4 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective

5 Les AQR Contexte & objectifs (1/2) Comprehensive Assessment 5 La Banque Centrale Européenne (BCE) s apprête à assumer de nouvelles missions de supervision bancaire dans le cadre du Mécanisme de Supervision Unique (MSU). Les principaux objectifs du nouveau système de supervision financière consistent à assurer la sauvegarde et la solidité du système bancaire européen et à renforcer l intégration et la stabilité financière en Europe. La BCE endosse ses nouvelles responsabilités à partir de l automne 2014, soit douze mois après l entrée en vigueur du règlement instituant la supervision. La période transitoire jusqu à la pleine entrée en vigueur du Règlement MSU en novembre 2014 a été mise à profit par la BCE et les autorités nationales, dans le cadre d une coopération rapprochée, afin d effectuer un exercice d évaluation préalable des actifs bancaires (Comprehensive Assessment) incluant notamment une revue des bilans des banques qui sont soumises à la supervision directe de la BCE. Le «Comprehensive Assessment» s appuie sur 3 piliers complémentaires : Le «Supervisory Assessment» Evaluation prudentielle des risques visant à examiner, quantitativement et qualitativement, les principaux risques, y compris de liquidité, d effet de levier et de financement. L «Assets Quality Review» Examen de la qualité des actifs des banques afin d accroître la transparence quant à leurs expositions. Cet examen portera notamment sur l adéquation de la valorisation des actifs et des garanties, des provisions ainsi que la classification des actifs non-performants. Des «Stress tests» Tests de résistance visant à examiner la résilience du bilan des banques dans des scénarios de crise.

6 Les AQR Contexte & objectifs (2/2) Assets Quality Review 6 L exercice d Assets Quality Review associé est un exercice exigeant qui a été mené dans des délais très courts. Cette évaluation, de niveau consolidé par banque sous revue, a un périmètre très large et inclura notamment la revue : des expositions au risque de crédit et de marché des positions au bilan et hors-bilan, des engagements domestiques et internationaux. Toutes les classes d actifs ont été couvertes (incluant les prêts non-performants, restructurés et les expositions souveraines) selon des définitions harmonisées au niveau européen. 3 phases distinctes séquentielles ont été conduites par le régulateur en vue de mener à bien cet exercice : Sélection des portefeuilles risqués (Novembre Janvier 2014) Collecte des données et sélection basée sur les risques Exécution des Assets Quality Review (Février 2014 Juin 2014) Validation de l intégrité des données Échantillonnages des portefeuilles et revue des fichiers sur sites Examen de la valorisation des actifs de la banque Revue de la classification des expositions non-performantes, collatéraux et provisions par revue détaillée de dossier Synthèse des résultats, benchmarking et revue par le niveau central (Objectif : octobre 2014) Le processus de revue des bilans des banques de la zone a également été pour l EBA l occasion de quantifier l impact lié à la mise en place de deux nouvelles notions : les notions de Forbearance et Non-Performing Exposures

7 7 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience Principaux livrables & exigences Organisation type & planning Exemple d architecture 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective

8 Retour d expérience Principaux livrables & Exigences 8 3 grands types de livrables étaient attendus par le régulateur Production de reportings détaillés sur l actif du bilan au niveau contrat (i.e. loan tape) y.c compris présentation globale des systèmes d information concourant à la constitution des extractions SI y.c. définition des l intégralité des sources, référentiel et règles de gestion des données extraites Revue de dossiers physiques (audit sur pièce) sur la base des extractions SI Livraison de la documentation entourant les pratiques de la banque (octroi, suivi des risques, normes comptables, ) Auto-évaluation sur les pratiques internes (modèles, provisionnement, etc ) & justification Exigences propres à la création des extractions SI mises à disposition du régulateur Cahier des charges différents par type d actif Retail, SME retail, Large Corp, Commercial Real Estate (CRE), Residential Real Estate (RRE), Des typologies & natures de données pouvant diverger d un type d actif à l autre Production de données de niveau (maximum = somme des demandes du régulateur et internes à fin de contrôle) : Contrat maximum de 37 données Contrepartie maximum 28 données Garantie maximum 10 données Autres spécificités techniques Mise en place de fichiers plats normalisés Formatage des chiffres (séparateur, numérique, ) Extension.txt & encodage spécifique (notamment difficultés liées aux retours chariot)

9 Renforts externes Retour d expérience Organisation type & planning d envoi des extractions SI 9 Afin de répondre dans les délais aux exigences du régulateur, des équipes ad-hoc, rapportant directement à la direction générale ont été mises en place. La même organisation a été déclinée aux différents échelons organisationnels (holding central, corporate center & entité opérationnelle) Des renforts externes importants sont intervenus Compte-tenu des délais courts et des nombreuses demandes, la gestion du projet a été réalisé par les délais Direction Générale Direction des risques Chef de projet Direction des risques Direction Finance Départements opérationnels Direction SI Direction de l audit interne (Ctrl de 2 nd niveau) 1 er cahier des charges : début janvier Planning de la première phase des AQR (focus sur les aspects SI) 15/02 28/02 15/03 Loan tape V1 Loan tape V2 Loan tape Vdef Des deadlines très serrées pour livrer des extractions complexes, ligne à ligne, à fin 2012 et fin 2013 Cahier des charges Vdef Cahier des charges Vdef +1

10 Entité opérationnelle pays Corporate center de la filiale Holding centrale de la banque Retour d expérience Exemple d architecture SI 10 Cet exercice exigeant a conduit à la mise en place d une architecture ad-hoc, au fil de l eau et dans des délais très contraints et sous très forte pression. Ces contraintes ont ainsi amené la mise en place d architecture ne répondant pas à l état de l art, induisant des traitements et procédures de contrôles manuel. Bases de données groupe Ex: Complément de provision, ID groupe Entrepôt AQR 3 missions : 1 - Agrégation 2 Contrôles ad-hoc 3 - Enrichissement Base de données centrales Ex: Complément de provision, ID groupe, Datamart AQR (base Risques) 3 missions : 1 - Agrégation 2 Contrôles ad-hoc 3 - Enrichissement y.c. calcul de certaines données Ex: Provision générale par facilité y.c. calcul de certaines données Ex: RWA par contrat retail y.c. calcul de certaines données Ex: Calcul de la forbearance & NPE Bases comptables Bases provisionnables Entrepôts Bâle II Applications Front Office Archives sur 5 ans

11 11 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés Observations Principales sources de disqualité 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective

12 Principales difficultés Observations 12 Les travaux liés aux AQR, et principalement les difficultés de production des extractions SI, ont eu des impacts forts sur les organisations : Conséquences humaines «Epuisement» des équipes opérationnelles Conséquences processus : Retard dans les processus récurrents de production et/ou reporting Conséquences budgétaires : «Absorption» des budgets alloués à d autres projets en raison du recours à de nombreuses ressources externes : Datamining/Constitution des base de données Rédaction de documentation Assistance aux opérationnels absorbés par les AQR Suivi des échéances et coordination Annulation/report de certains projets Ces difficultés n ont néanmoins pas empêché les travaux d être menés à leur terme car non seulement la mise à disposition des données était observée par le régulateur mais également la «capacité à faire» des équipes opérationnelles Cet impératif réglementaire a entraîné la nécessité de produire dans les temps et en qualité, avec une pression directement issue de la direction générale.

13 Principales difficultés Principales sources de disqualité 13 Le mode de constitution des données pour le régulateur a conduit à de nombreuses disqualités. Difficultés intrinsèques aux SI exploitées Incohérence entre les données risques et finance Incapacité à relier les identifiants des contrats aux données dans les applicatifs opérationnels lors des diverses phases d enrichissement aux différents niveaux organisationnels Absence d historiques suite à des migrations récentes et/ou changement d identifiants Difficulté à retrouver certaines données en raison de la dispersion des bases et de la quantité d information nécessaire Insuffisance d historiques en ligne pour calculer les nouvelles notions de forbearance & NPE Nécessité de «calculer» certaines données qui ne sont pas stockées au niveau unitaire Difficultés rencontrées dans le cadre de la constitution des fichiers plats Normalisation des données déficiente et divergente d une entité à l autre (format de chiffre, définition, ) Complexité de transmission des fichiers via les canaux attendus (protocole cft, environnement windows, applicatifs internes bancaires,.) Régression entre les différentes versions de loantape Erreurs «humaines» (ex: division par un facteur 100 de pourcentage) Les travaux d audit, tant externes qu internes, ont révélé d autres sources de disqualité Difficulté à réconcilier certains montants entre les applicatifs de gestion et comptables liés aux multiples retraitements de la donnée Absence de certaines informations dans les systèmes (ex : valeurs par défaut des systèmes - pays, devise, ) Erreur dans la caractérisation des données de Forbearance & Non-Performing Exposures Déficience dans le traitement des garanties dans les systèmes (pas de remontée au groupe, stockage aléatoire des informations relatives aux contrats, garanties «faibles» non-enregistrées, archivage des éléments physiques complexe, )

14 14 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables Recommandations Notions de Forbearance & NPE 5. Principales leçons & prospective

15 Conséquences durables Recommandations du régulateur 15 Les difficultés rencontrées par certaines institutions bancaires ont été remarquées par le régulateur qui a émis un ensemble de recommandations à la suite de l exercice. Les principales recommandations sur le périmètre Si sont les suivantes : Amélioration de la qualité des données (de nombreuses versions corrigées de loan tapes, après la version finale, ont dû être livrées au régulateur sur certains portefeuilles) Amélioration de la cohérence entre les données Risque et Finance Amélioration des processus de remontée des données (délai, scalabilité, définitions communes au groupe, ) Implémentation des notions de Forbearance et de Non-Performing Exposure dans les SI (cf infra) Mise en place de suivis renforcés sur les garanties visant à assurer leur remontée dans les systèmes Ces recommandations s inscrivent néanmoins dans des constats d ores et déjà identifiés par les managements qui ont : Lancé des réflexions sur des SI partagés entre les filières Risques et Finance pour garantir de manière native la cohérence globale des données (cf infra) Intégré au chantier d implémentation du BCBS 239 nombre des recommandations énoncées par le régulateur afin d être en mesure de faire face à toute répétition de l exercice (cf infra)

16 Niveau contrat Niveau débiteur Conséquences durables Notions de Forbearance & Non-Performing Exposure 16 L exercice d Assets Quality Review avait également pour objectif de quantifier les nouvelles notions de «Forbearance» & «Non-performing Exposures» Forbearance : Cette qualification identifie les créances pendant une durée maximum de 3 ans - qui ont fait l objet de restructurations des principales clauses de leur contrat (Terms & conditions) dans un contexte de risque (i.e. : des conditions identiques ne seraient accordées à une contrepartie de même niveau de risque/concession) L objet de cette notion est d isoler les créances qui ont fait l objet de mesure visant à retarder leur passage dans les catégories de défaut/douteux Non-performing Exposures la conjonction de trois évènements déclencheurs Cette nouvelle notion, qui n est pas une catégorie comptable et ne remplace pas la notion de défaut bâlois ou de douteux comptable, s appuie néanmoins sur ces deux notions et les complémente en y intégrant toute créance forborne L objet du régulateur, à ce jour, est de quantifier cette notion avant peut-être d imposer de nouvelles contraintes prudentielles ou de niveau de provisionnement Forbearance (contrat) - période min. de NPE + Période probatoire de 2 ans NPE (clients) période min. de 1 an Non-défaut/Sain Défaut/Douteux Non-défaut/sain Performing Non Performing Exposure Performing Non-forborne Contrat modifié => Forborne Non-forborne Non-forborne Contrat non-modifié => Forborne (contagion / Présomption) Non-forborne Déclassement Restructuration /concession Retour in-bonis Nouveau contrat => non forborne Principales difficultés rencontrées dans les SI pour identifier cette double qualification 1 Une notion à cheval entre la notion comptable de «douteux» et la notion risque de «défaut» donc un besoin d exploiter deux filières SI 2 La nécessité de créer un indicateur de «restructuration dans un contexte de risque/concession» 3 L appel à un historique d information bien souvent hors des bases courantes (désarchivage)

17 17 Sommaire de l intervention 1. Présentation & enjeux des AQR 2. Retour d expérience 3. Principales difficultés 4. Conséquences durables 5. Principales leçons & prospective Synthèse Le modèle cible pour répondre aux exigences du régulateur Le BCBS 239 Les solutions Informatica CCAR US

18 Principales leçons & prospective Synthèse 18 L exercice d Assets Quality Review a été réalisé dans un planning contraint tout en devant produire des livrables complexes, notamment des extractions faisant appel à des données dispersées dans les systèmes Finance, Risques et parfois Business. Des infrastructures SI ad-hoc ont été mises en place pour répondre aux demandes du régulateur. Les équipes et les processus opérationnels ont été soumis à un stress important, renforcé par la difficulté pour produire les «loan tapes» qui ont conduit le régulateur à émettre des recommandations afin de renforcer la qualité et la cohérence des données risques et finance Des notions nouvelles, et complexes, qui vont devoir être produites de manière pérenne: La notion de forbearance La qualification de Non-performing Exposure Des possibilités de répétition de l exercice dans le cadre d une volonté de surveillance des bilans bancaires croissante En parallèle, la mise en place de nouvelles normes dites BCBS 239, dictées par le comité de Bâle, encadrant les systèmes d agrégation et de reporting des données risques et renforçant la nécessité de cohérence avec les données issues des systèmes comptables Ce besoin de cohérence entre les données finance et risques, et d agilité des systèmes, est désormais intégré par certaines institutions bancaires qui ont soit lancé des filières de production partagée des données, soit entamé des réflexions internes pour y parvenir.

19 SI centraux SI locaux Référentiels marché & contrepartie partagés Principales leçons & prospective Exemple de modèle cible simplifié pouvant répondre à des exigences accrues de régulation 19 Systèmes Risques Systèmes FO Cette infrastructure simplifiée s appuie notamment sur : Un dictionnaire de données partagé entre toutes les entités opérationnelles Des référentiels uniques et partagés au sein du groupe Bases comptables Un modèle de données «neutre» (sans interprétation au cours du processus) La suppression des étapes de rapprochement des données comptables et risques, car devenu sans objet Moteur des risques Outil de consolid ation Entrepôt de donnée central Utilisation locale & centrale Un partage des données entre le central et le local qui garantit la qualité des données pour le pilotage global Une homogénéisation des principaux reportings au travers du groupe Une accélération des processus financiers et risques Une amélioration de la scalabilité et des capacités production de reportings ad-hoc Reportings consolidés Finance & Risques Reportings locaux Finance & Risques La mise en place d une telle infrastructure entraîne néanmoins une refonte importante des systèmes d information, la normalisation et la standardisation des données au sein des entités contributrices, ainsi que d importants travaux en lien avec les équipes métier.

20 Principales leçons & prospective Le BCBS 239 Un enjeu et une stratégie de réponse aux nouvelles contraintes 20 Le Basel Committee for Banking Supervision (BCBS) a publié en janvier 2013 un ensemble de règles, aussi connues sous la dénomination de BCBS 239. Ces 14 principes visent à renforcer les capacités d agrégation et de reporting des systèmes d information dédiés aux filières Risques des principales institutions bancaires mondiales. 11 de ces principes sont applicables aux banques qualifiées de systémiques relativement à la stabilité financière mondiale (G-SIBS) et les 3 autres principes sont applicables aux régulateurs bancaires nationaux. Les institutions bancaires qualifiées de systémique disposent d un délai jusqu à janvier 2016 pour respecter les principes issues du BCBCS 239. A l heure actuelle, cette réglementation concerne 30 institutions bancaires au niveau mondial (G-SIBS) mais elle sera ensuite étendue au niveau domestique par les différents régulateurs pour impacter les banques aux profils moins internationaux (D-SIBS). Dès leur identification effectuée, ces banques disposeront de 3 ans pour respecter les 11 principes du BCBS 239. Dès aujourd hui, les principales banques mondiales ont structuré des chantiers afin de parvenir à cette cible. Synthétiquement, ceux-ci peuvent être les suivants: La mise en place d une gouvernance de la qualité de la donnée L amélioration des principes de gestion des risques et des processus de décision La documentation de dictionnaires de données partagées et de leur taxonomie Le renforcement des infrastructures SI permettant la génération des reportings Risques «clés» La mise en place de processus permettant d assurer le respect des délais de mise à disposition des reportings. La mise en place de processus favorisant la pertinence et la qualité des reportings. La stratégie de certaines institutions bancaires est aujourd hui d intégrer les leçons des AQR aux projets en cours visant à répondre aux contraintes du BCBS239 afin de disposer des capacités à faire face à toute nouvelle revue détaillée de leur bilan par le régulateur dans un futur proche.

21 Principales leçons & prospective Les solutions Informatica 21

22 Principales leçons & prospective CCAR US - Comprehensive Capital Analysis and Review 22 Dans le contexte actuel de difficultés économiques prolongées et de stress permanent sur le capital des banques, la Réserve Fédérale américaine ( Fed ) a mis en place un reporting annuel proche du Comprehensive Assessment de la BCE. Le Comprehensive Capital Analysis and Review (CCAR) intègre deux des phases de la revue expérimentée par les banques européennes: Le Supervisory Assessment, phase au cours de la laquelle les banques US doivent fournir des éléments sur l évolution attendue de leur capital réglementaire (et notamment les distributions prévues de dividendes), des analyses de niveau management et les procédures encadrant la gestion du captial. Les Stress Tests visant à s assurer que le capital est suffisant pour amortir toute crise probable dans un futur proche Cette revue annuelle, qui a pour objectif de à s assurer de la résistance des bilans et de la capacité des processus internes à faire face aux évolutions économiques probables, est cependant limitée aux banques dont le bilan dépasse un encours de USD 10 mds Les milieux économiques et financiers estiment que ces nouvelles dispositions ont conduit les institutions bancaires US à diminuer leurs distributions de capital de 40% au cours de la période. Dans le contexte de «course à la crédibilité» entre les différents régulateurs mondiaux, la mise en place de reportings récurrents, proches de ceux mis en place dans le cadre des AQR et donc plus sévères que ceux institués par le régulateur américain, n est pas à exclure.

23 Annexe 1 Publications Cognizant 23 Pour aller plus loin : Assets Quality Review Mot-clés : Cognizant - AQR Forbearance & Non-Performing Exposure Mot-clés : Cognizant Forbearance - NPE BCBS 239 Mot-clés : Cognizant BCBS 239

24 Contacts 24 Alrick DUPUIS Manager T. +33 (0) M. +33 (0) E. Equinox-Cognizant 63, boulevard Haussmann Paris France T F W.

Forbearance et Non-Performing Exposures

Forbearance et Non-Performing Exposures Forbearance et Non-Performing Exposures Précisions sur les notions de Forbearance et Non-Performing Exposures suite à la publication de l EBA du 20 février 2014 Dans sa publication finale du 20 février

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Références des missions en Gestion des Risques

Références des missions en Gestion des Risques Références des missions en Gestion des Risques DIRECTION DES RISQUES Service Calculs, Modèles et Reporting Depuis janvier 2011, ALGOFI accompagne la Direction des Risques sur la maîtrise d ouvrage bancaire

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015 Optimisation de la gestion des risques opérationnels EIFR 10 février 2015 L ADN efront METIER TECHNOLOGIE Approche métier ERM/GRC CRM Gestion Alternative Approche Technologique Méthodologie Implémentation

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Présentation du 18 octobre 2012 RAPPORT -Etude 2012 des dispositifs de gestion des risques en asset management Confidentialité OTC GROUPE ONEPOINT

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

Les attentes du marché

Les attentes du marché www.pwc.com Les attentes du marché Octobre 2012 L état des lieux à propos des formats de reporting et de l appropriation par le marché du XBRL La taxonomie XBRL pour les reportings Solvabilité 2 a fait

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

CIC INFORMATIONS RELATIVES AU PILIER 3 DE BALE II EXERCICE

CIC INFORMATIONS RELATIVES AU PILIER 3 DE BALE II EXERCICE CIC INFORMATIONS RELATIVES AU PILIER 3 DE BALE II EXERCICE 2010 Informations sur les risques du ratio de solvabilité Gestion des risques... 3 Composition des fonds propres... 4 Adéquation du capital...

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Plateforme intégrée de gestion des risques et de conformité réglementaire Solvabilité II - Gestion et Qualité des données Des enjeux essentiels pour une remise

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

CLUB AM N 14. MIFID ET GESTION PRIVEE : 2ème partie

CLUB AM N 14. MIFID ET GESTION PRIVEE : 2ème partie CLUB AM N 14 MIFID ET GESTION PRIVEE : 2ème partie Impacts MIF sur les systèmes d informations : Éléments de réponse grâce à un progiciel de gestion de portefeuilles Ordre du jour MIFID, un enjeu pour

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

>>> Gestion des Risques & Finances

>>> Gestion des Risques & Finances 0 0 > Gestion des Risques & Finances 2 7 Gestion des Risques et Finances Gest stio ion des ri sque ues et F inan ance ces GESTION DES RISQUES ET FINANCES > Dans un marché en constante évolution, BMCE Bank

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Financial Services. Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché

Financial Services. Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché Financial Services Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché Enjeux et perspectives du marché de la gestion d actifs L horizon 2011 devrait marquer une nouvelle étape dans

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Supervision sur base consolidée

Supervision sur base consolidée SEMINAIRE ANNUEL REGIONAL Supervision et restructuration bancaires Supervision sur base consolidée Abidjan 13 au 17 janvier 2014 Bruno FLANCHEC Conseiller résident en supervision et restructuration bancaires

Plus en détail

Solutions d ingénierie de la performance et du risque

Solutions d ingénierie de la performance et du risque Solutions d ingénierie de la performance et du risque Une expertise de premier ordre au service des investisseurs institutionnels et de leurs gestionnaires COMPRENDRE et expliquer votre performance Vous

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Conférence XBRL Paris, le 3 avril 2014 Des données de plus en plus complexes D où

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2 Avertissement Ce document et les informations contenues sont la propriété d Accenture. Ce document en totalité ou en partie, ne peut être reproduit sous aucune forme ni par aucun moyen sans autorisation

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

Gestion des données de référence (MDM)

Gestion des données de référence (MDM) Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestion des données de référence (MDM) Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Rapport Pilier III Informations au 31 décembre 2011 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 13 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val O Val Operational Value JSI Groupe 2, rue Troyon 92310 Sèvres 1 AGENDA 1. QUI SOMMES-NOUS? 2. NOS OFFRES 3. UNE ORGANISATION COMMERCIALE DÉDIÉE À NOS CLIENTS 4. O VAL : OPERATIONAL

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Le 25 Mars 2014. Défis du reporting Risque et réglementaire : Comment gérer la problématique d ensemble? Norbert HENSGEN Vincent MARIE

Le 25 Mars 2014. Défis du reporting Risque et réglementaire : Comment gérer la problématique d ensemble? Norbert HENSGEN Vincent MARIE Le 25 Mars 2014 Défis du reporting Risque et réglementaire : Comment gérer la problématique d ensemble? Norbert HENSGEN Vincent MARIE CONTACTS Where is the wisdom we have lost in knowledge? Where is the

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

CONSULTANT EN MOA ET ORGANISATION ASSURANCE Compétences : Audit stratégique/organisationnel / Assurance (Prévoyance / Santé / IARD)

CONSULTANT EN MOA ET ORGANISATION ASSURANCE Compétences : Audit stratégique/organisationnel / Assurance (Prévoyance / Santé / IARD) CONSULTANT EN MOA ET ORGANISATION ASSURANCE Compétences : Audit stratégique/organisationnel / Assurance (Prévoyance / Santé / IARD) Référence candidat Poste CONSULTANT EN MOA ET ORGANISATION ASSURANCE

Plus en détail

Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance

Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance PROGRAMME DE MISE EN CONFORMITE SOLVABILITE 2 Disposer d un délégataire

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

Le Groupe Yves Rocher

Le Groupe Yves Rocher Le Groupe Yves Rocher Groupe familial Breton fondé en 1959 CA de 2 Millards 8 Marques 3 réseaux de distribution Vente à distance Vente par magasin Vente Directe 40 millions de clientes 15 000 collaborateurs

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES Circulaire CSSF 12/552 21 février 2013 Introduction (1) Développements récents au niveau international Problèmes de gouvernance interne

Plus en détail

Développez votre système d'information en toute simplicité

Développez votre système d'information en toute simplicité Développez votre système d'information en toute simplicité IT CONSULTING HOSTING as a service SR opérations SA Société suisse fondée en 2003, SR opérations SA est une filiale de SRF groupe SA. SR opérations

Plus en détail

Accenture Software. IDMF Insurance Data Migration Factory. La migration en toute confiance de vos données d assurance

Accenture Software. IDMF Insurance Data Migration Factory. La migration en toute confiance de vos données d assurance Accenture Software IDMF Insurance Data Factory La migration en toute confiance de vos données d assurance Plus de 60 millions de contrats migrés avec succès Les compagnies d assurance sont régulièrement

Plus en détail

COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT

COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT INFORMATIONS AU 31 DÉCEMBRE 2013 RISQUE DE CRÉDIT : INFORMATIONS QUANTITATIVES COMPLÉMENTAIRES Les

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Fonctions Informatiques et Supports Opérationnels

Fonctions Informatiques et Supports Opérationnels Fonctions Informatiques et Supports Opérationnels Nos métiers par activité Nos métiers de l informatique comprennent d une part un volet études et d autre part la gestion des infrastructures ; les fonctions

Plus en détail

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement Assurance Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Sommaire Les enjeux du contrôle interne 5 Le rôle prépondérant de la Direction Générale et du Conseil d Administration

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

Gestion des risques de crédit. Termes de référence (TDR)

Gestion des risques de crédit. Termes de référence (TDR) Séminaire de formation Gestion des risques de crédit organisé par la Banque centrale des Comores (BCC) à l attention des cadres des banques de la place de Moroni Termes de référence (TDR) 1. Contexte La

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

L innovation au cœur des processus et des systèmes

L innovation au cœur des processus et des systèmes L innovation au cœur des processus et des systèmes www.novigo-consulting.com NOS OFFRES Notre vocation est d appuyer les entreprises pour évaluer la multitude de besoins et assurer le succès des projets

Plus en détail

L ÉCHANGE DE DONNÉES TEMPS RÉEL

L ÉCHANGE DE DONNÉES TEMPS RÉEL Talented Together L ÉCHANGE DE DONNÉES TEMPS RÉEL Retours d expériences avec Talend Julien DULOUT Manager Sopra Consulting Expert des offres BI, MDM & BigData Ludovic MONNIER Architecte Sopra Expert EAI

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Du 23 au 25 juin 2015 1 Les objectifs de l Audit La réouverture des lignes de Nantes à Saint Gilles Croix de

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

INSIGHT. Challenges et enjeux du nouveau FINREP

INSIGHT. Challenges et enjeux du nouveau FINREP La collection Insight publiée par NGR Consulting vise à apporter au travers de documents analytiques courts un point de vue sur les problématiques à venir concernant le secteur financier. Retrouvez l ensemble

Plus en détail

Comment optimiser les tests avec une démarche d automatisation simplifiée

Comment optimiser les tests avec une démarche d automatisation simplifiée P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S Comment optimiser les tests avec une démarche d automatisation simplifiée Jean-Luc VILLETTE (PACIFICA) Eddy JABES (ALTEN) Journée Française des Tests

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Les banques européennes et l Union Bancaire

Les banques européennes et l Union Bancaire Les banques européennes et l Union Bancaire François Veverka COE Rexecode-24 avril 2014 2004-2014: le monde a changé La banque de 2004: sophistication et prise de risque La banque de 2014: back to basics

Plus en détail

Solvabilité et calcul des fonds propres

Solvabilité et calcul des fonds propres AVIS D EXPERT Paris, le 18 janvier 2012 Solvency II, maitriser le reporting et garantir la qualité des données Franck Archer, Directeur pôle Banque, Finance, Assurance et Stratégie BI, Umanis Consulting

Plus en détail

LE BILAN D UNE BANQUE

LE BILAN D UNE BANQUE Il est composé de 14 chapitres : Organisation des états financiers IFRS Trésorerie et opérations interbancaires Crédits à la clientèle Dépôts de la clientèle Activités sur titres Dettes représentées par

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail