Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA"

Transcription

1 Manuel Roland Tcheumalieu Fansi Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA Avant-propos du Pr Alain Kemnogne Simo Préface du Pr Michel Storck L'Darm attan

2 TABLE DES MATIÈRES A V A N T -P R O P O S...7 P R É F A C E L IST E DES PR IN C IPA L E S A B B R É V IA T IO N S S O M M A IR E IN T R O D U C T IO N G É N É R A L E P R E M IÈ R E P A R T IE : C A D R E IN S T IT U T IO N N E L E T IN T É R Ê T DE LA R É G L E M E N T A T IO N B A N C A IR E EN O H A D A...21 C H A P IT R E I : L E C A D R E IN S T IT U T IO N N E L O H A D IE N DE L A C T IV IT É B A N C A IR E...23 Section I : Les organes com m unautaires c o n c e rn é s : Les organes de contrôle et de su rv eillan ce...24 A : La C O B A C en A frique centrale : L organisation de la C O B A C : Les pouvoirs de la C O B A C B : L a C om m ission bancaire de l U E M O A : Les B anques centrales : B C E A O /B E A C A : Intervention dans la politique m onétaire : Intervention dans la politique de refinancem ent a : L action par les quantités : les objectifs de refin an cem en t...32 b : L action par les prix : les taux d in térêt : Intervention dans la politique des réserves o b lig ato ires B : Les réels intervenants dans la gestion des m oyens de p aiem en t : Systèm es de gestion des m oyens de paiem ent de la B C EA O et de la B E A C a : Systèm e m is en place par la BCEA O en zone U E M O A...37 b : Systèm e m is en place par la BEAC en zone C E M A C : Les B anques centrales et la centralisation des risques de p aiem ents Section 2 : Les organes nationaux co n c e rn é s : L es m inistères en charge de la m o n n a ie: l A utorité m onétaire n atio n ale...42 A : Pouvoir décisionnel de l A utorité m onétaire nationale...42 B : C om pétence en m atière de dem ande d agrém ent...43 C : Pouvoirs d autorisation de certaines o p érations : Les autres organes nationaux de contrôle ou de su rv eillance A : Les C onseils nationaux du c ré d it B : A ssociation professionnelle des établissem ents de c ré d it...46 C o n c lu sio n

3 A : Les opérations de change m anuel ou scriptural, sur or et m étaux p ré c ie u x : Les opérations de change m anuel ou sc rip tu ra l : Les opérations sur or et autres m étaux p récieu x B :O pérations de conseil-assistance/d interm édiation/placem ent/location : Les opérations de conseil, d assistance et d interm édiation a : Les opérations de conseil et d assistan ce b : Les opérations d in term éd iatio n : Les opérations de placem ent et de location sim ple de b ie n s C o n clu sio n C H A P IT R E I I : L E S C O N T R A IN T E S D E L A P R O F E S S IO N B A N C A IR E Section I : Les obligations professionnelles du b anquier : L obligation au secret b ancaire : Le contenu du p rin c ip e : Le cham p d application du principe au secret ban caire B : Les lim itations au secret b a n c a ire : L im itations ju stifiées par la protection de l intérêt g é n é ra l : L im itations ju stifiées par la protection des intérêts p a rtic u lie rs : L obligation d inform ation, de vigilance ou de diligence du banquier 124 A : L obligation d in fo rm a tio n : La portée de l obligation d inform ation ou de ren seig n em en t : Les applications pratiques du devoir de re n se ig n e m e n t B : L obligation de vigilance ou de d ilig en ce : Le cadre d exercice de l obligation de v ig ila n c e a : L obligation de vigilance du banquier pour toutes les opérations de b an q u e a : L obligation de vigilance du banquier en m atière de com pte courant p : L obligation de vigilance du banquier pourvoyeur de fo n d s b : L obligation de vigilance du banquier ren forcée au nom de la lutte contre le blanchim ent de capitaux et le financem ent du terro rism e a : T erm inologie sur le blanchim ent de capitaux et du financem ent du terro rism e < : Le blanchim ent de capitau x < : Le financem ent du terro rism e P : Le renforcem ent de l obligation de vigilance du b a n q u ie r : Les applications pratiques du devoir de v ig ila n c e a : Les ap plications pratiques du devoir de vigilance en m atière d op ératio n s ordinaires de b a n q u e b : La m ise en œ uvre du devoir de vigilance du banquier en m atière de blanchim ent et de terrorism e : obligation de d éclaratio n

4 a : Les destinataires de la déclaration du banquier en m atière de blanchim ent et leurs attributions > : Les destinataires de la déclaration en A frique de l o u e s t > : Les destinataires de la déclaration en A frique cen tra le f3 : Le contenu du devoir de déclaration du banquier en m atière de blanchim ent de capitaux et du financem ent du te rro rism e > : L identification des auteurs de la déclaration de su sp icio n > : Le contenu de la déclaration dans l espace o hadien Le contenu de la déclaration de suspicion en zone C E M A C Le contenu de la déclaration de suspicion en zone U E M O A > : L irresponsabilité pénale et civile du banquier auteur de la déclaration de bonne f o i Section II : Le régim e de responsabilité du b a n q u ie r : R esponsabilité disciplinaire du b anquier A : P rocédure adm inistrative préalable : Les com portem ents appréhendés a : C om portem ents contraires à l éthique et à la déo n to lo g ie b : N on respect de certaines norm es de g e stio n : Les sanctions prévues en cas de poursuite adm inistrative B : La m ise en œuvre de la responsabilité disciplinaire : F orm alism e procédural de prononcé des sanctions discip lin aires : Les sanctions encourues en cas de responsabilité disciplinaire : R esponsabilité civile et pénale du banquier B : R esponsabilité civile du b a n q u ie r : R esponsabilité du banquier à l égard de son client : responsabilité co n tractu elle : R esponsabilité du banquier à l égard des tiers : responsabilité extra c o n tractu elle B : R esponsabilité pénale du b anquier : Le régim e d application des sanctions pénales en zone C E M A C : Le régim e d application des sanctions pénales en zone U E M O A C o n c lu sio n

5 T R O IS IÈ M E P A R T IE : L E S IN S T R U M E N T S D E L A R E L A T IO N E N T R E L E B A N Q U IE R E T SA C L I E N T È L E C H A P IT R E I : L E C O M P T E B A N C A IR E Section I : O uverture du com pte et ses m odalités de fo n ctio n n em ent : Le droit au com pte et les conditions d ouverture A : Le droit au com p te : L historique et l enjeu du droit au com p te : R elative m ise en œ uvre du droit au com pte dans l espace O H A D A B : Les conditions d ouverture du com pte bancaire et m odalités pratiques : Les conditions d ouverture du com pte b a n c a ire a : Les conditions liées à la capacité du d e m a n d e u r a : L incapacité du m in e u r P : L incapacité du m a je u r b : Les conditions liées à l id e n tité c : Le cas particulier des personnes m o ra le s : Les m odalités pratiques d ouverture du com pte b an caire a : Les inform ations nécessaires à l établissem ent du R IB b : Les inform ations nécessaires au fonctionnem ent du com p te c : Les procurations év en tu elles : F onctionnem ent du com pte b a n c a ire A : O pérations susceptibles d être inscrites en co m p te : Les d é p ô ts : Les re tra its : Les transferts de com pte à com pte : les v ire m e n ts a : D istinction virem ent et transfert ordinaire de fo n d s b : C onditions de m ise en œ uvre du virem en t B : Règles qui organisent le fonctionnem ent du c o m p te : R ègles générales qui s appliquent aux personnes aptes à faire fo nctionner le com p te a : Le droit ex clu sif du titulaire du c o m p te b : R égim e de représentation du titu la ire : R ègles qui organisent la tenue du c o m p te a : Les m odalités d enregistrem ent des opérations en co m p te b : Les m odalités liées aux relevés du co m p te : Les règles qui organisent la clôture du com p te a : La clôture souhaitée par le client titulaire du c o m p te b : La clôture souhaitée par la b a n q u e c : Les suites de la clôture du c o m p te Section II : T ypologie de com ptes et particularité de certains co m p tes : Les com ptes collectifs A : Les com ptes jo in ts

6 1: Les stipulations possibles du com pte jo i n t : Les responsab ilités des co-titulaires : application de la so lid a rité 211 a : En cas d ém ission de chèque sans p ro v isio n b : En cas d établissem ent du s o ld e B : Le com pte in d iv is : Les com ptes couran ts A : Elém ents caractéristiques des com ptes courants : L élém ent intentionnel du com pte co u ra n t : Elém ents m atériels du com pte c o u ra n t a : G énéralité des re m ise s a : Le principe de généralité du com pte courant (3 : E xceptions au principe de généralité des rem ises b : R éciprocité des re m ise s c : E nchevêtrem ent des re m ise s B : Les effets des com ptes couran ts : R égim e spécial des intérêts du com pte co u ran t : L effet novatoire du com pte c o u ra n t : L indivisibilité du com pte courant a : L effet d indivisibilité du com pte co u ra n t b : L im ites apportées à l effet indivisible du com pte co u ran t : Les incidents de fonctionnem ent du com pte b ancaire A : La saisie-attrib u tio n : La procédure de la saisie-attribution a : Saisine du banquier tiers sa is i a : C onditions de validité de l acte de saisine P : Les diligences im posées au banquier tiers sa isi b : D énonciation de la saisie au d é b ite u r a : L encadrem ent procédural de la dénonciation P : C ontestation du d é b ite u r : Les effets de la saisie-attribution : attribution des som m es saisies au sa isissa n t a : L a régularisation des opérations en c o u rs a : Prise en com pte des opérations antérieures à la saisie non encore portées en co m p te P : L a co n trepassation éventuelle de certaines opérations postérieures à la s a is ie b : A ttribution des som m es saisies au créancier sa isissa n t B : L a saisie conservatoire des créances : Les conditions de m ise en œ uvre de la saisie conservatoire a : C onditions liées à la créance objet de la s a is ie b : Les opérations m atérielles de la sa isie a : Les opérations accom plies pour la saisine du banquier tiers sa isi

7 p : Les o pérations de déno nciation de la saisie au d éb iteu r et dilig en ces du banquier s a is i : C onversion de la saisie conservatoire en sa isie -a ttrib u tio n a : L a procédure de la c o n v e rsio n b : É ventuelle contestation de la conversion par le d éb iteu r c : P aiem ent du créancier saisissant par le banquier tiers s a is i : L avis à tiers détenteur A : Procédure de l avis à tiers d é te n te u r : Le dom aine de l avis à tiers d é te n te u r a : Les com ptes bancaires concernés par l avis à tiers d é te n te u r a : Les com ptes bancaires visés par l avis à tiers d éten teu r P : Les com ptes bancaires exclus du dom aine de l avis à tiers d é te n te u r b : Les créances concernées par l A T D ex : Les créances recouvrables par l avis à tiers d éte n te u r P : Les créances non recouvrables par l avis à tiers d é te n te u r : Le m écanism e de l avis à tiers d é te n te u r a : Les personnes dépositaires du pouvoir de recouvrer par l A T D 246 b : Les diligences procédurales de l avis à tiers d é te n te u r B : Les suites et les recours éventuels contre l avis à tiers d é te n te u r : Les suites de l avis à tiers d é te n te u r : V oie de recours contre l avis à tiers déten teu r C o n c lu sio n C H A P IT R E II : IN S T R U M E N T S D E P A IE M E N T E T D E C R É D IT 251 Section I : Les instrum ents classiques de paiem ent et de c ré d it : Instrum ents aux fonctions de paiem ent et de créd it : les effets de com m erce A : Les m odalités de fonctionnem ent des effets de co m m erce : La lettre de change ou traite a : C onditions de validité de la lettre de c h a n g e a : C onditions de fo n d p : C onditions de fo rm e b : Les garanties au bénéfice du p o rte u r a : G arantie de paiem ent fournie par l acceptation du tiré P : G arantie de paiem ent fournie par un a v a lis te c : M odalités de paiem ent de la lettre de c h a n g e d : Les particularités de la lettre de change re le v é : Le billet à ordre et le w arran t a : Le billet à o rd re a : conditions de validité et m ode de paiem ent du billet à o r d r e < : C onditions de validité du billet à o r d r e < : M ode de paiem ent du billet à o rd re

8 P : Les particularités du billet à ordre relev é b : Le w a rra n t B : M odalités de circulation et d échange interbancaire des effets de co m m erce : M odalités de leur circulation : par en d o ssem en t a : D ifférents m odes d en d o ssem en t b : Solidarité cam biaire et ses su ite s a : L a ju stificatio n de la solidarité cam biaire (3 : L application du principe de 1 inopposabilité des exceptions < : Exposé du principe de l inopposabilité des ex cep tio n s < : La portée du principe : exceptions et lim itations : M odalité de leur échange interbancaire : télécom pensation : Instrum ent aux fonctions spécifiques de paiem ent: le chèque A : Fonction libératoire du chèque et ses suites : Le principe : l ém ission vaut paiem en t : L ém issio n ne vaut pas paiem ent : seul le paiem ent consacre l effet e x tin c tif B : Le régim e ju ridique de gestion du risque de chèque sans pro v isio n : L e risque : ém ission du chèque sans provision a : Form es variables d ém ission de chèque sans provision b : Les préventions du risque d ém ission de chèque sans provision 276 a : Les préventions g énérales (3 : Les préventions particulières ou sp écifiq u es : R épression du chèque sans p ro v isio n : Instru m ents aux fonctions spécifiques de crédit : les procédés de m obilisation des créances com m erciales A : L escom pte et l a ffa c tu rag e : L e s c o m p te : L affactu rag e a : F onctionnem ent de l a ffa c tu rag e b : L a rém unération de l affacturage B : Le bordereau D a illy : C onditions de m ise en œ uvre du bordereau D ailly a : M odalités d application du bordereau D ailly b : C onditions du bordereau D ailly a : C onditions de fond du bordereau D ailly fi : C onditions de form e du bordereau D ailly : Les effets du bordereau D ailly a : Effets du bordereau Dailly entre les p a rtie s b : O pposabilité du bordereau Dailly aux tie r s a : O pposabilité du bordereau au tiers débiteur c é d é [3 : O pposabilité du bordereau D ailly aux autres tie rs Section II : Les instrum ents m odernes de p a ie m e n t

9 1 : Les ordres m odernes de paiem ent A : Les ordres de virem ent et de tran sfert : Les ordres de virem ent a: C aractéristique et typologies de l ordre de v ire m e n t a : C aractéristique du v irem en t (3 : T ypologies du v ire m e n t < : T ypologies classiques de v ire m e n t < : T ypologies récentes de v ire m e n t b: E xécution de l ordre de v ire m e n t a: Inscription des écritures et ses su ite s (3 : R esponsabilité du b anqu ier en cas de retard fa u tif dans l exécutio n de l o rd re : Les ordres de tra n s fe rt a : Particularités de l ordre de tran sfert (in différence à l existence de tout com pte b an caire) b : T ransfert : support essentiel des échanges m odernes et de dév elo p p em en t c : Transferts : support privilégié de la fuite des capitaux a fric a in s 303 B : La prévention du risque systém ique en cas de virem ent ou de transfert de gros m ontants en O H A D A : Le systèm e de gros m ontants autom atisé de la C E M A C a : Les opérations traitées par le SY G M A et le régim e de p articip atio n 305 a : Les opérations autorisées au traitem ent par S Y G M A P : Le régim e qui gouverne la participation au S Y G M A b : Le SY G M A : un disp o sitif in n o v ant : Le ST A R -U E M O A en A frique de l o u e s t a : Les opérations et le régim e de participation au S T A R -U E M O A b : Le ST A R -U E M O A : U n disp o sitif de paiem ent sécuritaire et innovant309 2 : Les cartes bancaires et le porte-m onnaie é le c tro n iq u e A : T ypologies et caractéristiques des cartes b a n c a ire s : T ypologie variée des cartes b a n c a ire s a : C arte bancaire de re tra it b : C arte de paiem ent et de c r é d it : Les contrats d exploitation et caractéristiques tech n iq u es des cartes b a n c a ire s a : C ontrats d exploitation des cartes b an caires a : C ontrat ém etteur-client porteur : contrat-porteur (contrat ty p e ) P : C ontrat groupem ent ém etteur-com m erçants : co n trat-accep teu r b : C aractéristiques du réseau d exploitation cartes bancaires a : in terb an carité P : L intero p érab ilité B : Porte-m onnaie éle c tro n iq u e : Le m écanism e du porte-m onnaie électro n iq u e

10 2 : La portée du porte-m onnaie électro n iq u e a : Les avantages du porte m onnaie é le c tro n iq u e b : Les lim ites du porte-m onnaie électro n iq u e C : La place des cartes bancaires dans le paysage ohadien : Les cartes bancaires : les causes de leur élitism e a c tu e l a : Le faible taux de b a n c a risa tio n b : L a préém in ence des instrum ents de paiem ent classiques sur ceux im m a té rie ls c : La faible couverture du réseau bancaire par fibre optiq u e : Les réform es des systèm es de paiem ents pertinentes : souci de banalisation du d isp o sitif a : Les cartes bancaires m ultifonctionnelles du G IM -U E M O A a : Les objectifs du G IM -U E M O A (3 : C aractéristiques et typologies des cartes bancaires du G IM -U E M O A b : Les cartes bancaires m ultifonctionnelles de l O M A C C o n c lu sio n Q U A T R IÈ M E P A R T IE : L E S R È G L E S D É R O G A T O IR E S P R É V U E S EN C A S D E D Y S F O N C T IO N N E M E N T D E S É T A B L IS S E M E N T S DE C R É D IT C H A P IT R E I : L E S R È G L E S P R É V U E S EN C A S D E D IF F IC U L T É S S U R M O N T A B L E S Section I : La re c a p ita lisatio n : Enjeux de la recapitalisatio n A : R ecapitaliser pour parer à la sous-capitalisation B : R ecapitaliser pour éviter l adm inistration provisoire ou la liquidation : R ecapitalisation-préven tion : éviter l adm inistration p ro v iso ire : R ecap italisation-rem èd e : sortir de l adm inistration provisoire et éviter la liq u id atio n : Les m écanism es de la recapitalisatio n A : R ecapitalisation par les actionnaires sans apports de capitaux extérieu rs B : R ecapitalisation avec apport de capitaux ex té rie u rs Section II : L adm inistration provisoire : C onditions d ouverture de l adm inistration p ro v iso ire A : G estion inappropriée par rapport aux norm es p ru d entielles B : Incapacité de m ise en œ uvre d un plan de redressem ent appro p rié : Le déroulem ent de l adm inistration p ro visoire A : D essaisissem ent des organes sociaux au profit de l adm inistrateur p ro v iso ire B : Les opérations de l adm inistration p ro v iso ire

11 1 : Les actes a c c o m p lis : L étendue des m issions de l adm inistrateur provisoire : la production de rapport de m issio n C o n clu sio n C H A P IT R E II : L E S R È G L E S P R É V U E S EN C A S D E D É M A N T È L E M E N T J U R ID IQ U E D E L É T A B L IS S E M E N T Section I : C onditions d ouverture de la liq u id atio n : O uverture d o ffic e A : Inactivité avérée et retrait d a g ré m e n t B : R etrait d agrém ent en cas de sanction d iscip lin aire : Situation économ ique et financière irrém édiablem ent com prom ise A : C onstatation de la cessation des p a ie m e n ts B : Im possibilité de redressem en t Section II : D éroulem ent de la liq u id atio n : Les organes et leurs a ttrib u tio n s A : Les organes chargés de la m ise en place de la liq u id atio n : Procédure dérogatoire de déclenchem ent : incom pétence des organes so c ia u x : D éclench em ent de la procédure : co m p éten ce exclusive des organes de c o n trô le B : Les organes chargés de l exécution de la liq u id atio n : Le liquidateur nom m é par la C om m ission bancaire : liquidateur bancaire : Le liquidateur ju diciaire ou le s y n d ic : P roblém atique liée à la dualité de liquidateur : un liquidateur de trop : Les actes de la liquidation (réalisation de l a c tif p our ap u rer le passif) A : C onstitution du p assif (déclaration des créances par les créanciers au liquidateur ou au syndic) : D éclaration des créances au liquidateur b a n c a ire a : Les créanciers concernés par l obligation de déclaration des créances a : Les créanciers soum is à l obligation de déclaration de leurs c ré a n c e s..378 P : L es créanciers to talem ent ou p artiellem en t exem pts de l o b lig atio n de déclaration b : Les m odalités de la production des cré a n c es a : La form e de la production des c ré a n c e s P : Le contenu de la production des c ré a n c e s : V érification des créances produites et établissem ent du p assif exig ib le3 8 2 a : V érification des créances produites et les contestations é v e n tu e lle s 382 a : La vérification des créances produites par le liquidateur bancaire ou le sy n d ic

12 (3 : Les contestations éventuelles b : L application des forclusions et l établissem ent d éfin itif de la liste des créances à ap u rer a : Les délais de production des créances et l application des fo rclu sio n s.383 (3 : L établissem ent d éfin itif de la liste des créances produites B : R éalisation de l a c tif en vue de l apurem ent du p a ssif de l étab lissem en t : R éalisation de l a c tif a : L a réalisation des biens m eubles b : La réalisation des im m eubles a : D éterm ination des biens im m obiliers soum is à la v ente > : S ur les biens im m obiliers acquis par l établissem ent par réalisation d h y p o th è q u e > : S ur l acquisition des biens im m obiliers à travers les placem ents ou investissem ents im m o b iliers P : Les principales phases de la réalisation des im m eu b les L a publication du com m andem ent La préparation de la v ente La som m ation de prendre com m unication du cahier des c h a rg e s L audience év en tu elle La publicité de la v e n te La vente proprem ent d ite La surenchère ou la folle e n c h è re : A purem ent du p a ssif a : Les règles ordinaires d ap u rem en t b : Les règles spécifiques qui gouvernent l ordre d apurem ent : la prise en com pte des sû re té s a : A purem ent du p a ssif avec les deniers issus de la réalisation des m e u b le s P : A pu rem ent du p a ssif avec les deniers issus de la réalisation des im m eu b les C o n c lu sio n C O N C L U SIO N G É N É R A L E B IB L IO G R A P H IE IN D EX A L P H A B É T IQ U E

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/DPpWKRGHHWOHPRGqOHFRPSWDEOH L enregistrem ent des flux économ iques en com ptabilité doit se faire en respectant un principe fondam ental : OHSULQFLSHGHODSDUWLHGRXEOH.

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/ HQUHJLVWUHPHQWGHVRSpUDWLRQVGH O HQWUHSULVH Didier CHADOURNE / CNAM Section 1 : La taxe sur la valeur ajoutée La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un im pôt

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire 13 e Colloque de l'association de Comptabilité Nationale Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire Jean-Marie Fournier INSEE (DCN) Denis Marionnet Banque de France (SESOF) Introduction

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Sous section 1 Le chèque bancaire Fonctions Retrait Crédit Preuve Garantie Avantages et inconvénients Bénéficiaire Créancier

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence

DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence RÉPERTOIRE PRATIQUE DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence D irection scie n tifiq u e R. Andersen, J. du Jardin, P. A. Foriers et L. Sirnont Droit de l enseignement en Communauté française

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1C REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. De Souza D ias M agistrat désigné Le Tribunal adm inistratif de Paris M m e B arrois de Sarigny R apporteur public

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

Le culte & La Législation

Le culte & La Législation Le culte & La Législation Alain LEDAIN tient à remercier tout particulièrement : Carlos DURAO de la société Brandspot pour la conception de la couverture de ce livre, - le pasteur Samuel RODRIGUES pour

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance Les outils de pilotage de la TPE Comment les concevoir, les aligner et les déployer sur les facteurs clés de succès? Définition Objectifs Limites Tableau de bord de la TPE Ce que l on va dire Systèmes

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/HVILQDOLWpVGHODFRPSWDELOLWp ILQDQFLqUH Piloter une entreprise, consiste à faire des choix, à prendre des décisions dans le but de réaliser des objectifs. L'objectif

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.]

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.] [C om m uniqué au Conseil Q (fô(b)9 M. 24 (b). 1924. fi. et aux Membres de la Société.] SOCIÉTÉ DES NATIONS Genève, le 17 septembre 1924. INDEX AUX COMPTES RENDUS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

secret télégraphique ci-annexée (voir annexe), le Comité

secret télégraphique ci-annexée (voir annexe), le Comité imande du P ré sid e n t de l a Commission C onsultative des Communications e t du T ransit, le S ecrétaire 'honneur de communiquer aux membres du C o n se il, le Comité ju rid iq u e permanent de l 'O

Plus en détail

Conseil Economique D is t r. et Social

Conseil Economique D is t r. et Social N ATIO N S UNIES Conseil Economique D is t r. et Social gfnerale E/1982/3/fidd.43 10 décembre 1987 FRANÇAIS Original, ANGLAIS Prem ière session o rd in a ire de 1988 APPLICATION DU PACTE INTERNATIONAL

Plus en détail

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work.

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work. PLAN ET- W ORK ~~~~~~~ CON DI TI ON S GEN ERALES 1) Accès aux services Planet-Work s engage à rendre ses serveurs et ceux de ses clients accessibles sur I nternet 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, sauf

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL D is t r. GENERALE E /1980/ 6/A d d.23 5 mars 1981 FRANÇAIS ORIGINAL : ESPAGNOL APPLICATION DU PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET

Plus en détail

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements J o u r n é e s d u P é tr o le s, P a r is 2 0 2 1 o c to b r e 2 0 0 8 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau)

Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau) Commune : Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IA00061638 Adresse : Titre de l œuvre : Etoile (rue de I') 5 Ferme Cartographie : Cadastre : Lamberti ; 0990050 ; 1139380 1898 2 67 Dossier :

Plus en détail

Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s. Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux

Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s. Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux SOCIETE DES MTIOÜÏS OOidLISüION PERI.IaNEIJT.Cj' DES üahdaïs Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat, lîote Jü SECRETAIRE GENERAL Le 'îecrétaire Général

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

LA BOURSE DE PARIS. Structure et Organisation

LA BOURSE DE PARIS. Structure et Organisation LA BOURSE DE PARIS Structure et Organisation Introduction Le marché financier se présente comme une composante du marché des capitaux qui permet le financement de l économie, c est le lieu d émission et

Plus en détail

Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives

Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives Pierre CHARTIER Atelier de Qualification des Logiciels 17 juin 2003 PLAN La sécurité du logicielà la RATP Le processus

Plus en détail

De l'utilité d'un droit international en matière de terrorisme nucléaire maritime

De l'utilité d'un droit international en matière de terrorisme nucléaire maritime Frédérïque V allon De l'utilité d'un droit international en matière de terrorisme nucléaire maritime Publibook Table des matières R em erciem ents... 13 Prolégom ènes...15 Introduction... 21 G énéralités...

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

Une photocopie de votre pièce d identité

Une photocopie de votre pièce d identité DOSSIER D ADMISSION Madame, Monsieur.. Vous faite une demande d admission à La Clinique les Bruyères pour une hospitalisation complète de 6 semaines. Voici les éléments que doit comporter votre dossier

Plus en détail

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES " L E RÊVE" appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES  L E RÊVE appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France appareillées spécialem ent pour fonctionner au GAZ BUTANE voilà enfin le rêve w Agence Générale de vente pour la France CUISINIÈRES " L E RÊVE" 14, RUE DU HELDEP, PARIS (9*) Tel. : PRO VEN CE 06-07 CUISINER

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Dean Stinson O Gorman Directeur des commissions d examen Agence canadienne d évaluation environnementale Brian Murphy Directeur des évaluations de

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI Faure le fire ball.rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM RADIATEU R A GAZ BUTANE CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI DESCRIPTION L a p p a re il co m p o rte en u n ensem ble m o b ile sur roues cao utchouc :

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Lamberti ; 1000490 ; 1138070 19 12 A V 12

Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Lamberti ; 1000490 ; 1138070 19 12 A V 12 Commune : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IA00061931 Adresse : Titre de l œuvre : Robert Schuman (place) 1 Ecole de commerce (lycée d'enseignement général et technologique d'etat) Cartographie

Plus en détail

LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE

LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE INTRODUCTION L e p h é n o m è n e d e d é v e l o p p e m e n t économique d un pays s accompagne d une progression de la masse monétaire ; Le gonfement de la masse

Plus en détail

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM)

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Plan 1.L e s O P C V M : D é f in it io n e t t y p e s 1.1 :D é f in it io n 1.2 : T y p e s 2. L e s a v a n t a g e s d u n p la c

Plus en détail

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes)

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Jeudi 5 janvier 2006 LCPC Nantes Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Bernard Naquin LRPC de Lyon 25 avenue François Mitterrand 69500 - Bron Tél. 04 72 14 32 35 Fax 04 72 14

Plus en détail

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013.

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013. P ROMETH E E CO NS E I L A NALY S E DE P L A CEMENT Point au 12 Avril 2011 Loi de Finances pour 2011 LE DISPOSITIF «SCELLIER» Devant la nécessite absolue de redynamiser le secteur de l investissement locatif,

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

Introduction... 3. Partie 1 LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT... 5. Titre 1 Les instruments de crédit... 7. Chapitre 1 La lettre de change...

Introduction... 3. Partie 1 LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT... 5. Titre 1 Les instruments de crédit... 7. Chapitre 1 La lettre de change... Introduction... 3 Partie 1 LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT... 5 Titre 1 Les instruments de crédit... 7 Chapitre 1 La lettre de change...11 I. L émission de la lettre de change...12 1. Les conditions

Plus en détail

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S 23 P A R C D E L A B R È C H E R E G L E M E N T I N T E R I E U R PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S ART.1 - DEFINITION

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

SOMMAIRE. P reface A v a n t-p ro p o s PREMIERE PARTIE. - Les points cutanés... 19

SOMMAIRE. P reface A v a n t-p ro p o s PREMIERE PARTIE. - Les points cutanés... 19 SOMMAIRE P reface... 15 A v a n t-p ro p o s... 17 PREMIERE PARTIE. - Les points cutanés... 19 C H A P IT R E I. - L es p o in ts cutanés d u in n et d u y a n g... 21 1) Les points «clés de merveilleux

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle Maîtrise Statistique des Processus Approche opérationnelle But de la formation F o u rn ir d e s é lé m e n ts d e m é th o d o lo g ie p o u r p e rm e ttre a é tu d ia n ts, à l is s u e d e la fo rm

Plus en détail

Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012

Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012 Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012 Page 1 Une sélection ESG intégrée au processus d investissement 1 Définition de l univers d investissement Univers d investissement Indice

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire ARTICLE 1 : DÉFINITION 1.1 : Organisation 1.2 : Programme de l épreuve 1.3 : Comité d honneur 1.4 : Comité d organisation 1.5 : Secrétariat 1.6 : officiels ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Présentation de la réforme de la gouvernance hospitalière, les pôles d activité. Thierry DESBONNETS. www.cadredesante.com. Un rapport de la DHOS

Présentation de la réforme de la gouvernance hospitalière, les pôles d activité. Thierry DESBONNETS. www.cadredesante.com. Un rapport de la DHOS Un rapport de la DHOS Présentation de la réforme de la gouvernance hospitalière, les pôles d activité Descriptif : La DHOS a publié un rapport précisant les modalités de la réforme de la gouvernance hospitalière

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la

Plus en détail

L essentiel des techniques bancaires

L essentiel des techniques bancaires Jean-Marc Béguin Arnaud Bernard L essentiel des techniques bancaires Éditions Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54115-1 Sommaire Sommaire Introduction...............................................

Plus en détail

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 J o u r n a l c o m m u n a l d 'i n f o r m a t io n é d ité p a r la M u n ic ip a lit é d u M o n t-s u r - L a u s a n n e R e s p o n s a b le : M. D. G ro s

Plus en détail

Sous le Haut Patronage et en présence de Son Altesse Sérénissim e le Prince Souverain A lbert II. Colloque international

Sous le Haut Patronage et en présence de Son Altesse Sérénissim e le Prince Souverain A lbert II. Colloque international In st it u t du D r oit E c o n o m iq u e de ua M er M o n a c o Sous le Haut Patronage et en présence de Son Altesse Sérénissim e le Prince Souverain A lbert II Colloque international D r o it in t e

Plus en détail

Point d actualité concernant la future PAC. L e d isp o sitif p a ie m ents dire cts issu d u c o m prom is a vec le s ch oix n a tio na u x

Point d actualité concernant la future PAC. L e d isp o sitif p a ie m ents dire cts issu d u c o m prom is a vec le s ch oix n a tio na u x Point d actualité concernant la future PAC Plusieurs groupes de travail nationaux PAC 2015 se sont réunis courant novembre et décembre afin de dresser les fonds baptismaux nationaux de la réforme de la

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e P o u r r é p o n d r e a u x b e s o in s d u c o m m e r c e e t d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d

Plus en détail