Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA"

Transcription

1 Manuel Roland Tcheumalieu Fansi Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA Avant-propos du Pr Alain Kemnogne Simo Préface du Pr Michel Storck L'Darm attan

2 TABLE DES MATIÈRES A V A N T -P R O P O S...7 P R É F A C E L IST E DES PR IN C IPA L E S A B B R É V IA T IO N S S O M M A IR E IN T R O D U C T IO N G É N É R A L E P R E M IÈ R E P A R T IE : C A D R E IN S T IT U T IO N N E L E T IN T É R Ê T DE LA R É G L E M E N T A T IO N B A N C A IR E EN O H A D A...21 C H A P IT R E I : L E C A D R E IN S T IT U T IO N N E L O H A D IE N DE L A C T IV IT É B A N C A IR E...23 Section I : Les organes com m unautaires c o n c e rn é s : Les organes de contrôle et de su rv eillan ce...24 A : La C O B A C en A frique centrale : L organisation de la C O B A C : Les pouvoirs de la C O B A C B : L a C om m ission bancaire de l U E M O A : Les B anques centrales : B C E A O /B E A C A : Intervention dans la politique m onétaire : Intervention dans la politique de refinancem ent a : L action par les quantités : les objectifs de refin an cem en t...32 b : L action par les prix : les taux d in térêt : Intervention dans la politique des réserves o b lig ato ires B : Les réels intervenants dans la gestion des m oyens de p aiem en t : Systèm es de gestion des m oyens de paiem ent de la B C EA O et de la B E A C a : Systèm e m is en place par la BCEA O en zone U E M O A...37 b : Systèm e m is en place par la BEAC en zone C E M A C : Les B anques centrales et la centralisation des risques de p aiem ents Section 2 : Les organes nationaux co n c e rn é s : L es m inistères en charge de la m o n n a ie: l A utorité m onétaire n atio n ale...42 A : Pouvoir décisionnel de l A utorité m onétaire nationale...42 B : C om pétence en m atière de dem ande d agrém ent...43 C : Pouvoirs d autorisation de certaines o p érations : Les autres organes nationaux de contrôle ou de su rv eillance A : Les C onseils nationaux du c ré d it B : A ssociation professionnelle des établissem ents de c ré d it...46 C o n c lu sio n

3 A : Les opérations de change m anuel ou scriptural, sur or et m étaux p ré c ie u x : Les opérations de change m anuel ou sc rip tu ra l : Les opérations sur or et autres m étaux p récieu x B :O pérations de conseil-assistance/d interm édiation/placem ent/location : Les opérations de conseil, d assistance et d interm édiation a : Les opérations de conseil et d assistan ce b : Les opérations d in term éd iatio n : Les opérations de placem ent et de location sim ple de b ie n s C o n clu sio n C H A P IT R E I I : L E S C O N T R A IN T E S D E L A P R O F E S S IO N B A N C A IR E Section I : Les obligations professionnelles du b anquier : L obligation au secret b ancaire : Le contenu du p rin c ip e : Le cham p d application du principe au secret ban caire B : Les lim itations au secret b a n c a ire : L im itations ju stifiées par la protection de l intérêt g é n é ra l : L im itations ju stifiées par la protection des intérêts p a rtic u lie rs : L obligation d inform ation, de vigilance ou de diligence du banquier 124 A : L obligation d in fo rm a tio n : La portée de l obligation d inform ation ou de ren seig n em en t : Les applications pratiques du devoir de re n se ig n e m e n t B : L obligation de vigilance ou de d ilig en ce : Le cadre d exercice de l obligation de v ig ila n c e a : L obligation de vigilance du banquier pour toutes les opérations de b an q u e a : L obligation de vigilance du banquier en m atière de com pte courant p : L obligation de vigilance du banquier pourvoyeur de fo n d s b : L obligation de vigilance du banquier ren forcée au nom de la lutte contre le blanchim ent de capitaux et le financem ent du terro rism e a : T erm inologie sur le blanchim ent de capitaux et du financem ent du terro rism e < : Le blanchim ent de capitau x < : Le financem ent du terro rism e P : Le renforcem ent de l obligation de vigilance du b a n q u ie r : Les applications pratiques du devoir de v ig ila n c e a : Les ap plications pratiques du devoir de vigilance en m atière d op ératio n s ordinaires de b a n q u e b : La m ise en œ uvre du devoir de vigilance du banquier en m atière de blanchim ent et de terrorism e : obligation de d éclaratio n

4 a : Les destinataires de la déclaration du banquier en m atière de blanchim ent et leurs attributions > : Les destinataires de la déclaration en A frique de l o u e s t > : Les destinataires de la déclaration en A frique cen tra le f3 : Le contenu du devoir de déclaration du banquier en m atière de blanchim ent de capitaux et du financem ent du te rro rism e > : L identification des auteurs de la déclaration de su sp icio n > : Le contenu de la déclaration dans l espace o hadien Le contenu de la déclaration de suspicion en zone C E M A C Le contenu de la déclaration de suspicion en zone U E M O A > : L irresponsabilité pénale et civile du banquier auteur de la déclaration de bonne f o i Section II : Le régim e de responsabilité du b a n q u ie r : R esponsabilité disciplinaire du b anquier A : P rocédure adm inistrative préalable : Les com portem ents appréhendés a : C om portem ents contraires à l éthique et à la déo n to lo g ie b : N on respect de certaines norm es de g e stio n : Les sanctions prévues en cas de poursuite adm inistrative B : La m ise en œuvre de la responsabilité disciplinaire : F orm alism e procédural de prononcé des sanctions discip lin aires : Les sanctions encourues en cas de responsabilité disciplinaire : R esponsabilité civile et pénale du banquier B : R esponsabilité civile du b a n q u ie r : R esponsabilité du banquier à l égard de son client : responsabilité co n tractu elle : R esponsabilité du banquier à l égard des tiers : responsabilité extra c o n tractu elle B : R esponsabilité pénale du b anquier : Le régim e d application des sanctions pénales en zone C E M A C : Le régim e d application des sanctions pénales en zone U E M O A C o n c lu sio n

5 T R O IS IÈ M E P A R T IE : L E S IN S T R U M E N T S D E L A R E L A T IO N E N T R E L E B A N Q U IE R E T SA C L I E N T È L E C H A P IT R E I : L E C O M P T E B A N C A IR E Section I : O uverture du com pte et ses m odalités de fo n ctio n n em ent : Le droit au com pte et les conditions d ouverture A : Le droit au com p te : L historique et l enjeu du droit au com p te : R elative m ise en œ uvre du droit au com pte dans l espace O H A D A B : Les conditions d ouverture du com pte bancaire et m odalités pratiques : Les conditions d ouverture du com pte b a n c a ire a : Les conditions liées à la capacité du d e m a n d e u r a : L incapacité du m in e u r P : L incapacité du m a je u r b : Les conditions liées à l id e n tité c : Le cas particulier des personnes m o ra le s : Les m odalités pratiques d ouverture du com pte b an caire a : Les inform ations nécessaires à l établissem ent du R IB b : Les inform ations nécessaires au fonctionnem ent du com p te c : Les procurations év en tu elles : F onctionnem ent du com pte b a n c a ire A : O pérations susceptibles d être inscrites en co m p te : Les d é p ô ts : Les re tra its : Les transferts de com pte à com pte : les v ire m e n ts a : D istinction virem ent et transfert ordinaire de fo n d s b : C onditions de m ise en œ uvre du virem en t B : Règles qui organisent le fonctionnem ent du c o m p te : R ègles générales qui s appliquent aux personnes aptes à faire fo nctionner le com p te a : Le droit ex clu sif du titulaire du c o m p te b : R égim e de représentation du titu la ire : R ègles qui organisent la tenue du c o m p te a : Les m odalités d enregistrem ent des opérations en co m p te b : Les m odalités liées aux relevés du co m p te : Les règles qui organisent la clôture du com p te a : La clôture souhaitée par le client titulaire du c o m p te b : La clôture souhaitée par la b a n q u e c : Les suites de la clôture du c o m p te Section II : T ypologie de com ptes et particularité de certains co m p tes : Les com ptes collectifs A : Les com ptes jo in ts

6 1: Les stipulations possibles du com pte jo i n t : Les responsab ilités des co-titulaires : application de la so lid a rité 211 a : En cas d ém ission de chèque sans p ro v isio n b : En cas d établissem ent du s o ld e B : Le com pte in d iv is : Les com ptes couran ts A : Elém ents caractéristiques des com ptes courants : L élém ent intentionnel du com pte co u ra n t : Elém ents m atériels du com pte c o u ra n t a : G énéralité des re m ise s a : Le principe de généralité du com pte courant (3 : E xceptions au principe de généralité des rem ises b : R éciprocité des re m ise s c : E nchevêtrem ent des re m ise s B : Les effets des com ptes couran ts : R égim e spécial des intérêts du com pte co u ran t : L effet novatoire du com pte c o u ra n t : L indivisibilité du com pte courant a : L effet d indivisibilité du com pte co u ra n t b : L im ites apportées à l effet indivisible du com pte co u ran t : Les incidents de fonctionnem ent du com pte b ancaire A : La saisie-attrib u tio n : La procédure de la saisie-attribution a : Saisine du banquier tiers sa is i a : C onditions de validité de l acte de saisine P : Les diligences im posées au banquier tiers sa isi b : D énonciation de la saisie au d é b ite u r a : L encadrem ent procédural de la dénonciation P : C ontestation du d é b ite u r : Les effets de la saisie-attribution : attribution des som m es saisies au sa isissa n t a : L a régularisation des opérations en c o u rs a : Prise en com pte des opérations antérieures à la saisie non encore portées en co m p te P : L a co n trepassation éventuelle de certaines opérations postérieures à la s a is ie b : A ttribution des som m es saisies au créancier sa isissa n t B : L a saisie conservatoire des créances : Les conditions de m ise en œ uvre de la saisie conservatoire a : C onditions liées à la créance objet de la s a is ie b : Les opérations m atérielles de la sa isie a : Les opérations accom plies pour la saisine du banquier tiers sa isi

7 p : Les o pérations de déno nciation de la saisie au d éb iteu r et dilig en ces du banquier s a is i : C onversion de la saisie conservatoire en sa isie -a ttrib u tio n a : L a procédure de la c o n v e rsio n b : É ventuelle contestation de la conversion par le d éb iteu r c : P aiem ent du créancier saisissant par le banquier tiers s a is i : L avis à tiers détenteur A : Procédure de l avis à tiers d é te n te u r : Le dom aine de l avis à tiers d é te n te u r a : Les com ptes bancaires concernés par l avis à tiers d é te n te u r a : Les com ptes bancaires visés par l avis à tiers d éten teu r P : Les com ptes bancaires exclus du dom aine de l avis à tiers d é te n te u r b : Les créances concernées par l A T D ex : Les créances recouvrables par l avis à tiers d éte n te u r P : Les créances non recouvrables par l avis à tiers d é te n te u r : Le m écanism e de l avis à tiers d é te n te u r a : Les personnes dépositaires du pouvoir de recouvrer par l A T D 246 b : Les diligences procédurales de l avis à tiers d é te n te u r B : Les suites et les recours éventuels contre l avis à tiers d é te n te u r : Les suites de l avis à tiers d é te n te u r : V oie de recours contre l avis à tiers déten teu r C o n c lu sio n C H A P IT R E II : IN S T R U M E N T S D E P A IE M E N T E T D E C R É D IT 251 Section I : Les instrum ents classiques de paiem ent et de c ré d it : Instrum ents aux fonctions de paiem ent et de créd it : les effets de com m erce A : Les m odalités de fonctionnem ent des effets de co m m erce : La lettre de change ou traite a : C onditions de validité de la lettre de c h a n g e a : C onditions de fo n d p : C onditions de fo rm e b : Les garanties au bénéfice du p o rte u r a : G arantie de paiem ent fournie par l acceptation du tiré P : G arantie de paiem ent fournie par un a v a lis te c : M odalités de paiem ent de la lettre de c h a n g e d : Les particularités de la lettre de change re le v é : Le billet à ordre et le w arran t a : Le billet à o rd re a : conditions de validité et m ode de paiem ent du billet à o r d r e < : C onditions de validité du billet à o r d r e < : M ode de paiem ent du billet à o rd re

8 P : Les particularités du billet à ordre relev é b : Le w a rra n t B : M odalités de circulation et d échange interbancaire des effets de co m m erce : M odalités de leur circulation : par en d o ssem en t a : D ifférents m odes d en d o ssem en t b : Solidarité cam biaire et ses su ite s a : L a ju stificatio n de la solidarité cam biaire (3 : L application du principe de 1 inopposabilité des exceptions < : Exposé du principe de l inopposabilité des ex cep tio n s < : La portée du principe : exceptions et lim itations : M odalité de leur échange interbancaire : télécom pensation : Instrum ent aux fonctions spécifiques de paiem ent: le chèque A : Fonction libératoire du chèque et ses suites : Le principe : l ém ission vaut paiem en t : L ém issio n ne vaut pas paiem ent : seul le paiem ent consacre l effet e x tin c tif B : Le régim e ju ridique de gestion du risque de chèque sans pro v isio n : L e risque : ém ission du chèque sans provision a : Form es variables d ém ission de chèque sans provision b : Les préventions du risque d ém ission de chèque sans provision 276 a : Les préventions g énérales (3 : Les préventions particulières ou sp écifiq u es : R épression du chèque sans p ro v isio n : Instru m ents aux fonctions spécifiques de crédit : les procédés de m obilisation des créances com m erciales A : L escom pte et l a ffa c tu rag e : L e s c o m p te : L affactu rag e a : F onctionnem ent de l a ffa c tu rag e b : L a rém unération de l affacturage B : Le bordereau D a illy : C onditions de m ise en œ uvre du bordereau D ailly a : M odalités d application du bordereau D ailly b : C onditions du bordereau D ailly a : C onditions de fond du bordereau D ailly fi : C onditions de form e du bordereau D ailly : Les effets du bordereau D ailly a : Effets du bordereau Dailly entre les p a rtie s b : O pposabilité du bordereau Dailly aux tie r s a : O pposabilité du bordereau au tiers débiteur c é d é [3 : O pposabilité du bordereau D ailly aux autres tie rs Section II : Les instrum ents m odernes de p a ie m e n t

9 1 : Les ordres m odernes de paiem ent A : Les ordres de virem ent et de tran sfert : Les ordres de virem ent a: C aractéristique et typologies de l ordre de v ire m e n t a : C aractéristique du v irem en t (3 : T ypologies du v ire m e n t < : T ypologies classiques de v ire m e n t < : T ypologies récentes de v ire m e n t b: E xécution de l ordre de v ire m e n t a: Inscription des écritures et ses su ite s (3 : R esponsabilité du b anqu ier en cas de retard fa u tif dans l exécutio n de l o rd re : Les ordres de tra n s fe rt a : Particularités de l ordre de tran sfert (in différence à l existence de tout com pte b an caire) b : T ransfert : support essentiel des échanges m odernes et de dév elo p p em en t c : Transferts : support privilégié de la fuite des capitaux a fric a in s 303 B : La prévention du risque systém ique en cas de virem ent ou de transfert de gros m ontants en O H A D A : Le systèm e de gros m ontants autom atisé de la C E M A C a : Les opérations traitées par le SY G M A et le régim e de p articip atio n 305 a : Les opérations autorisées au traitem ent par S Y G M A P : Le régim e qui gouverne la participation au S Y G M A b : Le SY G M A : un disp o sitif in n o v ant : Le ST A R -U E M O A en A frique de l o u e s t a : Les opérations et le régim e de participation au S T A R -U E M O A b : Le ST A R -U E M O A : U n disp o sitif de paiem ent sécuritaire et innovant309 2 : Les cartes bancaires et le porte-m onnaie é le c tro n iq u e A : T ypologies et caractéristiques des cartes b a n c a ire s : T ypologie variée des cartes b a n c a ire s a : C arte bancaire de re tra it b : C arte de paiem ent et de c r é d it : Les contrats d exploitation et caractéristiques tech n iq u es des cartes b a n c a ire s a : C ontrats d exploitation des cartes b an caires a : C ontrat ém etteur-client porteur : contrat-porteur (contrat ty p e ) P : C ontrat groupem ent ém etteur-com m erçants : co n trat-accep teu r b : C aractéristiques du réseau d exploitation cartes bancaires a : in terb an carité P : L intero p érab ilité B : Porte-m onnaie éle c tro n iq u e : Le m écanism e du porte-m onnaie électro n iq u e

10 2 : La portée du porte-m onnaie électro n iq u e a : Les avantages du porte m onnaie é le c tro n iq u e b : Les lim ites du porte-m onnaie électro n iq u e C : La place des cartes bancaires dans le paysage ohadien : Les cartes bancaires : les causes de leur élitism e a c tu e l a : Le faible taux de b a n c a risa tio n b : L a préém in ence des instrum ents de paiem ent classiques sur ceux im m a té rie ls c : La faible couverture du réseau bancaire par fibre optiq u e : Les réform es des systèm es de paiem ents pertinentes : souci de banalisation du d isp o sitif a : Les cartes bancaires m ultifonctionnelles du G IM -U E M O A a : Les objectifs du G IM -U E M O A (3 : C aractéristiques et typologies des cartes bancaires du G IM -U E M O A b : Les cartes bancaires m ultifonctionnelles de l O M A C C o n c lu sio n Q U A T R IÈ M E P A R T IE : L E S R È G L E S D É R O G A T O IR E S P R É V U E S EN C A S D E D Y S F O N C T IO N N E M E N T D E S É T A B L IS S E M E N T S DE C R É D IT C H A P IT R E I : L E S R È G L E S P R É V U E S EN C A S D E D IF F IC U L T É S S U R M O N T A B L E S Section I : La re c a p ita lisatio n : Enjeux de la recapitalisatio n A : R ecapitaliser pour parer à la sous-capitalisation B : R ecapitaliser pour éviter l adm inistration provisoire ou la liquidation : R ecapitalisation-préven tion : éviter l adm inistration p ro v iso ire : R ecap italisation-rem èd e : sortir de l adm inistration provisoire et éviter la liq u id atio n : Les m écanism es de la recapitalisatio n A : R ecapitalisation par les actionnaires sans apports de capitaux extérieu rs B : R ecapitalisation avec apport de capitaux ex té rie u rs Section II : L adm inistration provisoire : C onditions d ouverture de l adm inistration p ro v iso ire A : G estion inappropriée par rapport aux norm es p ru d entielles B : Incapacité de m ise en œ uvre d un plan de redressem ent appro p rié : Le déroulem ent de l adm inistration p ro visoire A : D essaisissem ent des organes sociaux au profit de l adm inistrateur p ro v iso ire B : Les opérations de l adm inistration p ro v iso ire

11 1 : Les actes a c c o m p lis : L étendue des m issions de l adm inistrateur provisoire : la production de rapport de m issio n C o n clu sio n C H A P IT R E II : L E S R È G L E S P R É V U E S EN C A S D E D É M A N T È L E M E N T J U R ID IQ U E D E L É T A B L IS S E M E N T Section I : C onditions d ouverture de la liq u id atio n : O uverture d o ffic e A : Inactivité avérée et retrait d a g ré m e n t B : R etrait d agrém ent en cas de sanction d iscip lin aire : Situation économ ique et financière irrém édiablem ent com prom ise A : C onstatation de la cessation des p a ie m e n ts B : Im possibilité de redressem en t Section II : D éroulem ent de la liq u id atio n : Les organes et leurs a ttrib u tio n s A : Les organes chargés de la m ise en place de la liq u id atio n : Procédure dérogatoire de déclenchem ent : incom pétence des organes so c ia u x : D éclench em ent de la procédure : co m p éten ce exclusive des organes de c o n trô le B : Les organes chargés de l exécution de la liq u id atio n : Le liquidateur nom m é par la C om m ission bancaire : liquidateur bancaire : Le liquidateur ju diciaire ou le s y n d ic : P roblém atique liée à la dualité de liquidateur : un liquidateur de trop : Les actes de la liquidation (réalisation de l a c tif p our ap u rer le passif) A : C onstitution du p assif (déclaration des créances par les créanciers au liquidateur ou au syndic) : D éclaration des créances au liquidateur b a n c a ire a : Les créanciers concernés par l obligation de déclaration des créances a : Les créanciers soum is à l obligation de déclaration de leurs c ré a n c e s..378 P : L es créanciers to talem ent ou p artiellem en t exem pts de l o b lig atio n de déclaration b : Les m odalités de la production des cré a n c es a : La form e de la production des c ré a n c e s P : Le contenu de la production des c ré a n c e s : V érification des créances produites et établissem ent du p assif exig ib le3 8 2 a : V érification des créances produites et les contestations é v e n tu e lle s 382 a : La vérification des créances produites par le liquidateur bancaire ou le sy n d ic

12 (3 : Les contestations éventuelles b : L application des forclusions et l établissem ent d éfin itif de la liste des créances à ap u rer a : Les délais de production des créances et l application des fo rclu sio n s.383 (3 : L établissem ent d éfin itif de la liste des créances produites B : R éalisation de l a c tif en vue de l apurem ent du p a ssif de l étab lissem en t : R éalisation de l a c tif a : L a réalisation des biens m eubles b : La réalisation des im m eubles a : D éterm ination des biens im m obiliers soum is à la v ente > : S ur les biens im m obiliers acquis par l établissem ent par réalisation d h y p o th è q u e > : S ur l acquisition des biens im m obiliers à travers les placem ents ou investissem ents im m o b iliers P : Les principales phases de la réalisation des im m eu b les L a publication du com m andem ent La préparation de la v ente La som m ation de prendre com m unication du cahier des c h a rg e s L audience év en tu elle La publicité de la v e n te La vente proprem ent d ite La surenchère ou la folle e n c h è re : A purem ent du p a ssif a : Les règles ordinaires d ap u rem en t b : Les règles spécifiques qui gouvernent l ordre d apurem ent : la prise en com pte des sû re té s a : A purem ent du p a ssif avec les deniers issus de la réalisation des m e u b le s P : A pu rem ent du p a ssif avec les deniers issus de la réalisation des im m eu b les C o n c lu sio n C O N C L U SIO N G É N É R A L E B IB L IO G R A P H IE IN D EX A L P H A B É T IQ U E

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/DPpWKRGHHWOHPRGqOHFRPSWDEOH L enregistrem ent des flux économ iques en com ptabilité doit se faire en respectant un principe fondam ental : OHSULQFLSHGHODSDUWLHGRXEOH.

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Le culte & La Législation

Le culte & La Législation Le culte & La Législation Alain LEDAIN tient à remercier tout particulièrement : Carlos DURAO de la société Brandspot pour la conception de la couverture de ce livre, - le pasteur Samuel RODRIGUES pour

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1C REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. De Souza D ias M agistrat désigné Le Tribunal adm inistratif de Paris M m e B arrois de Sarigny R apporteur public

Plus en détail

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S 23 P A R C D E L A B R È C H E R E G L E M E N T I N T E R I E U R PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S ART.1 - DEFINITION

Plus en détail

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work.

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work. PLAN ET- W ORK ~~~~~~~ CON DI TI ON S GEN ERALES 1) Accès aux services Planet-Work s engage à rendre ses serveurs et ceux de ses clients accessibles sur I nternet 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, sauf

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.]

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.] [C om m uniqué au Conseil Q (fô(b)9 M. 24 (b). 1924. fi. et aux Membres de la Société.] SOCIÉTÉ DES NATIONS Genève, le 17 septembre 1924. INDEX AUX COMPTES RENDUS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0

RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0 RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0 1 2 Sommaire 1 P ré se n ta tio n d u G ro u p e S o c ié té G é n é ra le 4 2 P ro fi l d e la S o c ié té G é n é ra le d e B a n q u e s a u B é n in 5 3 L e s D irig e a

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives

Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives Pierre CHARTIER Atelier de Qualification des Logiciels 17 juin 2003 PLAN La sécurité du logicielà la RATP Le processus

Plus en détail

Les techniques de paiement à l international

Les techniques de paiement à l international Les techniques de paiement à l international I) L encaissement direct Le s te ch n iq u e s d e p a ie m e n t co n ce rn e n t : I) l en n t sim p le l e n ca issem isse m een II) la re m ise d o cu m

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Sous section 1 Le chèque bancaire Fonctions Retrait Crédit Preuve Garantie Avantages et inconvénients Bénéficiaire Créancier

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE CIRCONSCRIPTION DE STRASBOURG 5 Régine Ballandras CPC Martin Arlen IEN ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE 26 novembre 2008 Ecole Jacqueline 3 décembre 2008 Ecole Langevin 2 La conquête

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien

Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien Les processus de recrutement de personnel au sein du MSPP : La nécessité de mieux

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle Maîtrise Statistique des Processus Approche opérationnelle But de la formation F o u rn ir d e s é lé m e n ts d e m é th o d o lo g ie p o u r p e rm e ttre a é tu d ia n ts, à l is s u e d e la fo rm

Plus en détail

R E P U B LIQ U E FRANÇAISE P O N T C H A R R A SIR ET : 2 1 3 8 0 3 1 4 1 0 0 1 2 5 SERVICE P U B L IC LOCAL C O M M U N E

R E P U B LIQ U E FRANÇAISE P O N T C H A R R A SIR ET : 2 1 3 8 0 3 1 4 1 0 0 1 2 5 SERVICE P U B L IC LOCAL C O M M U N E P O N T C H A R R A - A S S A IN IS S E M E N T - E xercice 2 0 1 5 R E P U B LIQ U E FRANÇAISE P O N T C H A R R A SIR ET : 2 1 3 8 0 3 1 4 1 0 0 1 2 5 POSTE C O M P T A B L E : TRESORERIE DE P O N T

Plus en détail

An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent.

An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent. An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent. CON TRAT DE FORM ATI ON POUR LES M OBI LI TES DE STAGE Le st ag iair e Nom ( s) Prénom ( s) Date de naissance Nat ionalit

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM)

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Plan 1.L e s O P C V M : D é f in it io n e t t y p e s 1.1 :D é f in it io n 1.2 : T y p e s 2. L e s a v a n t a g e s d u n p la c

Plus en détail

LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE

LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE INTRODUCTION L e p h é n o m è n e d e d é v e l o p p e m e n t économique d un pays s accompagne d une progression de la masse monétaire ; Le gonfement de la masse

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

SO OIS TE DES NATIONS

SO OIS TE DES NATIONS SO OIS TE DES NATIONS gué aux nombres 0,523. 1933, X, ei lo nüronèvo, le 1.5 août 1933 EIIPRUNT DESTINE A LA CONSTRUCTION DU NOUVEL IMMEUBLE DU BÜEF-AU INTSHNATI0NAL DU TRAVAIL Note du S ecré ta ire général.

Plus en détail

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013.

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013. P ROMETH E E CO NS E I L A NALY S E DE P L A CEMENT Point au 12 Avril 2011 Loi de Finances pour 2011 LE DISPOSITIF «SCELLIER» Devant la nécessite absolue de redynamiser le secteur de l investissement locatif,

Plus en détail

ENSTA IN204 Introduction à JAVA

ENSTA IN204 Introduction à JAVA ENSTA IN204 Introduction à JAVA Olivier Sigau d LIP6/ Anim atlab olivier.sigau d@lip 6.fr 01.44.27.88.53 Ce document est mis à votre disposition par l'ensta sous couvert de la licence "Creative Commons"

Plus en détail

REGL EM ENT D E L A C O NS UL TA TIO N ((RC ) n d e m arc hé 14 000 03. D ate : A vril2014

REGL EM ENT D E L A C O NS UL TA TIO N ((RC ) n d e m arc hé 14 000 03. D ate : A vril2014 R.C. page 1/8 ETA B L IS S EM ENT P UB L IC D U M US EE NA TIO NA L D E L A M A RINE 16 plac e d u Troc ad ero 7 5 116 P aris Franc e REGL EM ENT D E L A C O NS UL TA TIO N ((RC ) n d e m arc hé 14 000

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Addiction,sport et dopage. Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt

Addiction,sport et dopage. Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt Addiction,sport et dopage Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt Addiction, sport et dopage Indifférence Association rare mais 9.8%! Inceste Association suscitée par une proximité

Plus en détail

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI welkom bienvenue Paris 8 juin, 2007 Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI 1. Le risque de crédit et le développement durable 2. Guide des risques sociaux et environnementaux liés à la micro

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

Le téléchargement d'œuvres sur Internet

Le téléchargement d'œuvres sur Internet droit des technologies Le téléchargement d'œuvres sur Internet Perspectives en droits belge, français, européen et international Sous la direction de / ^ STAAÏS- f Carine Doutrelepont,! r v ZU ü lîïliu,

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 J o u r n a l c o m m u n a l d 'i n f o r m a t io n é d ité p a r la M u n ic ip a lit é d u M o n t-s u r - L a u s a n n e R e s p o n s a b le : M. D. G ro s

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

Il convient de rem arquer que :

Il convient de rem arquer que : Les liens sont inactifs sur cette page Imprimer la page en cliquant ici! Auteur Victor DAVIDOVICI Titre Date De l'utilisation du coefficient de com portem ent Édition novem bre 2001 (I) Il est connu que

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Introduction... 3. Partie 1 LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT... 5. Titre 1 Les instruments de crédit... 7. Chapitre 1 La lettre de change...

Introduction... 3. Partie 1 LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT... 5. Titre 1 Les instruments de crédit... 7. Chapitre 1 La lettre de change... Introduction... 3 Partie 1 LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT... 5 Titre 1 Les instruments de crédit... 7 Chapitre 1 La lettre de change...11 I. L émission de la lettre de change...12 1. Les conditions

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 0 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

Solutions durables pour une meilleure utilité

Solutions durables pour une meilleure utilité par ONE BOARD CONSULTING Solutions durables pour une meilleure utilité L immobilier, un investissement lourd à long terme, nécessite une programmation intelligente, une adéquation fonctionnelle et une

Plus en détail

C O N T A C T P R E S S E

C O N T A C T P R E S S E D O S S IER D E P R ES S E - BIEN VIEILLIR DANS LA DRÔM E un nouveau service pour les personnes âgées et leurs proches C O N S E IL G É N É R A L D E L A D R Ô M E - C É L IN E R O U P IO Z 1 SOM M AIRE

Plus en détail

ANNEXE A. à la proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

ANNEXE A. à la proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.12.2010 COM(2010) 774 final Annexe A/Chapitre 21 C7-0010/11 ANNEXE A à la proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relatif au système européen

Plus en détail

UKRAINE. Loisurla responsabilitécivileen m atièrededom m agenucléaire etlesgarantiesfinancièresy afférentes* adoptéele13 décem bre2001

UKRAINE. Loisurla responsabilitécivileen m atièrededom m agenucléaire etlesgarantiesfinancièresy afférentes* adoptéele13 décem bre2001 UKRAINE Loisurla responsabilitécivileen m atièrededom m agenucléaire etlesgarantiesfinancièresy afférentes* adoptéele13 décem bre2001 La présente Loirégitles relations visantla responsabilité civile en

Plus en détail

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e P o u r r é p o n d r e a u x b e s o in s d u c o m m e r c e e t d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d

Plus en détail

DOSSIER DE SPECIFICATION Simulateur d un distributeur bancaire

DOSSIER DE SPECIFICATION Simulateur d un distributeur bancaire DOSSIER DE SPECIFICATION Simulateur d un distributeur bancaire Version 1.0 1/17 SOMMAIRE Introduction... 3 1-Objectifs du système... 3 2- Contexte du système... 3 2-1 Les acteurs... 3 Acteur: utilisateur...

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 1 N ET ICA Union natic inale des Experts traducteurs interprètes près les cours d appel Siège : c/o Certex, 31 rue du Rocher - 75008 Paris De

Plus en détail

Bilan Carbone de la commune d UCCLE

Bilan Carbone de la commune d UCCLE 14 Octobre 2008 Bilan Carbone de la commune d UCCLE Les résultats Récolte des données : conclusions Patrimoine & Services Patrimoine & Services Résultats Globaux, par compétence 30.000 Patrimoine & Services

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV SRXU &RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV (WXGH GHIDLVDELOLWpG XQHILOLqUHUpJLRQDOHLQIRUPDWLTXH HQ 2SHQ6RXUFH ª 6RPPDLUH / REMHWGHO pwxgh /HVSURMHWVHWDSSOLFDWLRQVHQ13'& /HVDWRXWVHWIDLEOHVVHVGHODUpJLRQ /HVFRQVWDWV

Plus en détail

ALORS COMMENT FAIRE? Les liens sont inactifs sur cette page

ALORS COMMENT FAIRE? Les liens sont inactifs sur cette page Les liens sont inactifs sur cette page Imprimer la page en cliquant ici! Auteur Michel CAZENAVE / Francis GUILLEMARD Titre Date Maillage optim um des élém ents de plaques pour la construction Édition janvier

Plus en détail

LA MICRO-FINANCE ET SON RÔLE POTENTIEL DANS L ALLÈGEMENT DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

LA MICRO-FINANCE ET SON RÔLE POTENTIEL DANS L ALLÈGEMENT DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI Distr. R E ST R E IN T E L C /M E X /R. 881 12 A oût 2005 O R IG IN A L: F R A N Ç A IS C o m m issio n E co n o m iq u e p o u r l A m ériq u e L atin e et les C araïbes (C E P A L C ) LA MICRO-FINANCE

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

1 0 2 e Anaàa. X* 7 t a h u m ïh o vnsgoj carcan», gg Dimanche 15 Fév.ier Î631. P a r a i s s a n t 'ISSEM ENT DE SEN LIS. t é l é p h o n e n 4

1 0 2 e Anaàa. X* 7 t a h u m ïh o vnsgoj carcan», gg Dimanche 15 Fév.ier Î631. P a r a i s s a n t 'ISSEM ENT DE SEN LIS. t é l é p h o n e n 4 s 1 0 2 e naàa. X* 7 t a h u m ïh o vnsgoj carcan», gg Dimanche 15 Fév.ier Î631 JO U R N L DE L RRO On an... Six m oii... P a r a i s s a n t 'ISSEM ENT DE SEN LIS -a. ca> jcsr jsr jsî : "ot Bureaux F'

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

Thème 3: Les mathématiques financières. D eux concepts im portants : Les tables financières et la calculatrice: Sharp EL-733A

Thème 3: Les mathématiques financières. D eux concepts im portants : Les tables financières et la calculatrice: Sharp EL-733A Thème 3: Les mathématiques financières D eux concepts im portants : Le calcul des intérêts L anuité Les tables financières et la calculatrice: Sharp EL-733A Cinq concepts importants d un emprunts Capitalisation

Plus en détail

B) LA LETTRE DE CHANGE : «LA TRAITE»

B) LA LETTRE DE CHANGE : «LA TRAITE» A) NOTION D EFFET DE COMMERCE : 1) définition : L effet de commerce est un écrit destiné à constater ou à créer un engagement (représenté par une somme d argent) à d ordre commercial. Les effets de commerce

Plus en détail

Cas 3 : DEMERKOS Sarl

Cas 3 : DEMERKOS Sarl Bac Pro Comptabilité - Terminale Objectifs : 133 tenir la comptabilité fournisseur 134 assurer le règlement et le suivi des fournisseurs 171 préparer les travaux de fin d'exercice 1 Mettre en œuvre un

Plus en détail

Gérer les risques hospitaliers. Françoise LAMBERDIERE IFSI Charles Foix 20 février 2013

Gérer les risques hospitaliers. Françoise LAMBERDIERE IFSI Charles Foix 20 février 2013 Gérer les risques hospitaliers Françoise LAMBERDIERE IFSI Charles Foix 20 février 2013 Plan de l intervention 1. Qu est ce qu un risque? 2. Qu est ce que la gestion des risques? 3. Qu est-ce qu un risque

Plus en détail

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu www.mercator.eu Elargissez l horizon de votre gestion Mercator se profile comme la solution de gestion commerciale et de comptabilité alliant simultanément les avantages de la solution informatique standard

Plus en détail

SEANCE DU 31 MARS 2004

SEANCE DU 31 MARS 2004 SEANCE DU 31 MARS L an deux m ille quatre, le trente et un m ars, à vingt heures trente m inutes, le Conseil M unicipal de la Com m une de NOHANENT dûm ent convoqué, s est réuni en session ordinaire, à

Plus en détail

Chapitre 9 HYPOACOUSIE et AFFECTIONS DE L OREILLE

Chapitre 9 HYPOACOUSIE et AFFECTIONS DE L OREILLE Chapitre 9 HYPOACOUSIE et AFFECTIONS DE L OREILLE Introduction Ce chapitre contient les critères permettant d évaluer la déficience permanente ouvrant droit à des indemnités d invalidité résultant des

Plus en détail