START 2/11 ZOOM SUR RÉMUNÉRATION DES ADMINISTRATEURS. Magazine des entrepreneurs ZOOM DANIEL BOREL, COFONDATEUR DE LOGITECH RÉSULTATS DE L'ÉTUDE BDO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "START 2/11 ZOOM SUR RÉMUNÉRATION DES ADMINISTRATEURS. Magazine des entrepreneurs ZOOM DANIEL BOREL, COFONDATEUR DE LOGITECH RÉSULTATS DE L'ÉTUDE BDO"

Transcription

1 Magazine des entrepreneurs ZOOM 2/11 START ZOOM SUR DANIEL BOREL, COFONDATEUR DE LOGITECH RÉMUNÉRATION DES ADMINISTRATEURS RÉSULTATS DE L'ÉTUDE BDO Audit Fiduciaire Conseil

2 14 18 PORTRAIT CLIENT La Clinique La Colline SA à Genève a changé de mains en février Entretien avec Paul Hökfelt, son nouveau président-directeur général ZOOM SUR Interview de Daniel Borel, cofondateur de Logitech, la start-up vaudoise devenue une entreprise de renommée mondiale THÈME PRINCIPAL START: Création d'entreprise, nouveau départ, comment prendre les bonnes décisions? 4 PORTRAIT CLIENT La Banque REYL & C ie a franchi un cap décisif dans son développement en obtenant la licence bancaire suisse le 1 er novembre Rencontre avec son directeur général, François Reyl ACTUALITÉ BDO: SÉMINAIRES SUR LES NORMES COMPTABLES SWISS GAAP RPC Un référentiel adapté aux besoins des PME et des groupes d'entreprises en Suisse ACTUALITÉ BDO Notre sponsoring du Bol d'or Mirabaud CHOIX D'UN SYSTÈME INFORMATIQUE La création d'une entreprise doit s'accompagner des bonnes réflexions en matière de choix informatiques 12 RÉMUNÉRATION DES ADMINISTRATEURS Résultats de l'étude BDO sur la rémunération des membres des conseils d'administration Impressum: ZOOM 2/2011, août 2011, magazine de BDO SA Suisse romande Editeur: BDO SA, Direction Suisse romande, CP 7690, 1002 Lausanne, , Rédaction: Olivier Grivat, Jacques Blanc, Laurence Moret Photos: Jean-Luc Grossmann/Photopulse sauf pp. 6 7 Banque REYL & C ie, pp Bernhard Strahm, Gerlafingen, pp Clinique La Colline SA, p. 23 Loris von Siebenthal myimage.ch Layout: Pomcany's Kommunikations agentur, Zurich/Soleure Imprimerie: Swissprinters Lausanne SA, Renens (VD) Paraît trois fois par année. Egalement en allemand. Reproduction autorisée avec mention de sources. BDO est membre de la Chambre fiduciaire

3 ÉDITORIAL Jacques Blanc Partner Chères lectrices, chers lecteurs, Au moment de la clôture de la rédaction, nous vivons à l'heure des départs en vacances. Ainsi, le thème START que nous vous proposons pour ce numéro de notre journal développe un léger parfum d'exotisme, d'inconnu, d'aventure, de nouveau monde, avec quelques notes de compétitions sportives et d'exploits. Pourtant, chères lectrices, chers lecteurs, lorsque vous lirez ces lignes, les vacances ne seront pour vous probablement plus qu'un vague souvenir et la routine du quotidien aura repris son rythme effréné. Vous pourriez alors objecter que cette conception «romantique» du départ n'a rien à voir avec une approche sérieuse, entrepreneuriale. Pourtant, c'est exactement de cela dont il s'agit. En effet, quel que soit le projet, quel que soit l'horizon, chaque départ est une aventure, avec le possible qui s'ouvre, avec le nouveau qui se dévoile, avec l'imprévu, avec le risque aussi lié à tout changement (le risque se cache parfois dans le non-changement, mais, cela, c'est une autre histoire). Créer une nouvelle entreprise n'est pas chose facile. Il faut de la ténacité, de la persévérance si ce n'est de l'acharnement, des idées, du courage, de la chance aussi et certainement une bonne dose d'inconscience. Il n'y a pas de recette, pas vraiment de marche à suivre. Il y a des écueils, car la route est longue. Parfois le résultat est étincelant. Logitech est un exemple magistral, un cas d'école qui suscite respect et admiration. Du garage d'apples à la multinationale, il y a tout un monde que nous dévoile un peu son créateur, M. Daniel Borel. Nous le remercions chaleureusement du temps qu'il nous a consacré. Parfois le résultat est plus modeste. Mais l'effort est le même et, pour les passionnés, c'est avant tout le chemin qui compte. Il n'y a pas que la création d'entreprise qui permette d'exercer sa créativité et son talent. Nouveaux projets, nouvelles fonctions, croissance, reprise ou développement d'affaires, restructuration, par nos métiers de fiduciaire, nous sommes tous les jours confrontés aux problèmes liés au «départ». Nous accompagnons nos clients dans tous les domaines de leurs activités et c'est pour nous un privilège et une richesse que de les côtoyer, de les conseiller dans leur aventure entrepreneuriale et créative et de partager leur rêve. Dans le présent ZOOM, nous avons également choisi de donner la parole à deux entrepreneurs talentueux qui ont repris la direction de leur entreprise à un moment déterminant de son développement. Il s'agit de M. François Reyl, directeur général de la Banque REYL & C ie et de M. Paul Hökfelt, président-directeur général de la Clinique La Colline. Dans un contexte économique international difficile, mais aussi de plus en plus normé, surveillé, contraignant, chacun d'eux a su, dans son domaine d'activité respectif, transposer brillamment dans la réalité ce «rêve» qui déplace les montagnes et qui est à l'origine de tous les grands projets et de toutes les grandes aventures. Nous espérons que vous saurez partager ce rêve avec eux et nous les remercions très sincèrement de leur contribution. Nous vous souhaitons une excellente lecture. Jacques Blanc

4 PORTRAIT CLIENT FRANÇOIS REYL, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE «LE STATUT DE BANQUE FACILITE NOTREDÉVELO Créé à Genève en 1973 par Dominique Reyl, le Groupe REYL a franchi un cap décisif dans son développement en obtenant la licence bancaire suisse le 1 er novembre 2010, modifiant ainsi son statut qui était jusqu alors celui de négociant en valeurs mobilières. Interview de son directeur général François Reyl. PROPOS RECUEILLIS PAR LAURENCE MORET ET OLIVIER GRIVAT Quelle est la genèse du groupe bancaire qui a connu un développement impressionnant ces dernières années? REYL & C ie se distingue, depuis qu elle existe, tant par son caractère familial que par son esprit entrepreneurial. La société a été créée par mon père Dominique Reyl au début des années 70. A la fin de ses études, qui l ont mené à HEC Paris, puis à Harvard Business School, il a débuté sa carrière à New York, en tant qu analyste financier, chez Donaldson, Lufkin & Jenrette, une banque d investissement. Après être passé par Bruxelles, sa nature entrepreneuriale l a mené à Genève pour proposer à une clientèle privée des services de gestion haut de gamme. La société s est ensuite développée en misant principalement sur la pertinence des choix de gestion, la personnalisation du service et une disponibilité totale. C est encore le cas aujourd hui. Comment avez-vous intégré la société? J ai rejoint la société en Je venais alors de passer sept ans à Londres, chez Credit Suisse First Boston dans la banque d affaires. En fait, j ai commencé ma carrière par le droit. J ai suivi mes études à Genève où j ai obtenu une maîtrise de droit. Après avoir passé le barreau à New York, j ai intégré le cabinet Jones Day comme avocat au sein du département Fusions & Acquisitions, à New York puis à Paris. J en suis parti en 1994 pour rejoindre CSFB où j ai cofondé le département LBO Coverage. J ai participé, en tant que Managing Director, à de nombreuses opérations de fusions et d'acquisitions, de financement et d introductions en Bourse. En 2002, j ai choisi de rejoindre mon père pour me consacrer à un projet plus entrepreneurial. REYL & C ie comptait à l époque une clientèle fidèle et jouissait d une impeccable réputation, mais nous manquions de visibilité et n avions pas de stratégie de croissance bien définie. Dès 2002, nous avons donc tenu à diversifier nos lignes de métiers. 4 BDO ZOOM 2/2011

5 LA BANQUE REYL & C ie À GENÈVE PPEMENT» Nous avons d abord lancé une gamme de fonds de placement. Avec 60 millions de francs au départ, les encours étaient plutôt modestes, mais aujourd hui ils dépassent 1,6 milliard. En 2006, nous avons assuré un deuxième relais de croissance en mettant sur pied Reyl Private Office. Il s agit d un bureau privé qui complète notre offre de gestion avec des services fiduciaires, des conseils juridiques et fiscaux et de l ingénierie patrimoniale sophistiquée. Par ailleurs, nous avons ouvert un bureau à Paris, en 2004, pour servir sur place une clientèle française, avec une gestion classique onshore. C était le premier pas de REYL & C ie hors de Suisse Oui, ce fut la toute première phase de notre déploiement à l international. Il nous a fallu quelques années pour prendre la mesure de ce marché, mais aujourd hui Reyl France est un centre de profit à part entière qui gère près de 300 millions d euros et emploie douze personnes. En 2009, nous avons effectué notre deuxième pas hors de Suisse en ouvrant un bureau au Luxembourg. Et puis, en 2010, ce fut le tour de Singapour, car il était important pour nous d être présents dans cette région en plein essor avec une offre spécifique destinée à la clientèle asiatique. Aujourd hui, nous préparons soigneusement notre installation à Zurich et nous finalisons un projet d établissement à Hong Kong où nous venons de conclure un partenariat dans les domaines de la gestion et de la distribution de fonds de placement. Comment définiriez-vous aujourd hui la stratégie de croissance du Groupe REYL? REYL & C ie comptait une quinzaine d employés en Nous sommes aujourd hui 125 et nous gérons 4,5 milliards de francs. Nous voulons bien évidemment prolonger ce développement mais il est important que nous y parvenions en restant fidèles à nos valeurs familiales et entrepreneuriales. Elles éclairent en grande partie nos succès. Nous allons donc accentuer nos efforts dans chacun de nos trois pôles d activités, que ce soit en ayant recours à la croissance externe ou en valorisant les effets de synergie. Dans le domaine du Wealth Management et du Private Office, nos objectifs portent sur une offre de services élargie associée à une personnalisation accrue, un facteur différenciant essentiel. En matière de gestion d actifs, nous allons chercher à augmenter nos encours en concentrant notre gamme sur des produits ciblés à forte valeur ajoutée. Nous pourrons préserver ainsi notre esprit «boutique». BDO ZOOM 2/2011 5

6 XXXXXXXX Votre clientèle a-t-elle changé? Nous avons vu clairement apparaître au cours des dernières années une nouvelle clientèle composée d entrepreneurs qui ont prospéré au gré de la globalisation. Avec l ouverture de l économie mondiale, ils sont devenus beaucoup plus mobiles, beaucoup plus actifs et beaucoup plus exigeants. Ces clients sont basés en dehors des marchés traditionnels, au Moyen-Orient, en Russie, en Chine ou en Inde. La Russie a produit, durant la dernière décennie, une nouvelle classe de jeunes entrepreneurs qui a montré de grandes ambitions. Les actifs de ces clients sont désormais légitimes et ils commencent à comprendre la valeur ajoutée d une banque privée comme REYL & C ie. Car leur fortune a suivi une même évolution, devenant beaucoup plus complexe. L entreprise étant souvent le principal moteur de création de richesses et la pièce maîtresse de leur patrimoine, elle doit être intégrée dans la stratégie de gestion et de détention d actifs. Nos clients réclament aujourd hui une vision consolidée de leurs avoirs et un traitement juridique, fiscal et successoral très pointu. Nos ambitions résident là. Nous avons la volonté de leur proposer une nouvelle approche de la profession de banquier, mieux adaptée à leur profil, à leur environnement et à leurs exigences. Quel est le seuil d entrée pour être client chez REYL & C ie? Nous n avons pas de seuil pour la clientèle traditionnelle, mais il est vrai qu en dessous du million de francs, nous avons du mal à personnaliser notre offre et à la rendre productive. Quant à la nouvelle clientèle dont nous venons de parler, ses encours dépassent souvent les 10 millions de francs, ce qui nous permet de construire une offre ultrapersonnalisée et de proposer une palette de services élargie. Pour quelles raisons le Groupe REYL s est-il transformé en établissement bancaire? Jusqu en octobre 2010, nous étions négociant en valeurs mobilières. Avec le fort développement que nous avons connu ces dernières années, nous nous sommes sentis à l étroit dans ce cadre réglementaire. Nous avons donc demandé la licence bancaire à la FINMA pour jouir d un statut plus conforme à notre volume d affaires. Cette licence représente pour nous un label de qualité grâce auquel nous pouvons poursuivre notre développement dans les meilleures conditions. Elle nous donne par exemple un accès plus facile à de nouveaux marchés et à de nouveaux segments de clientèle. Ce nouveau statut nous permet de mieux valoriser notre savoir-faire auprès d une clientèle internationale. Qu avez-vous dû modifier en changeant de statut? Nous avons dû élargir le conseil d administration à cinq membres. Jusqu alors, il se composait de trois personnes. Il réunissait Dominique Reyl, en qualité de président, Michel Broch, avocat, ancien réviseur et dirigeant auprès de la FINMA, et Alexander Notter, présent au directoire de Millenium, une société de conseil en matière de fusions et d'acquisitions. Nous avons nommé deux nouveaux administrateurs: Maurice de Preux, l ancien président du conseil d administration de la Banque Cantonale du Valais, et Yves Claude Aubert, qui a travaillé durant vingt-cinq ans au sein de la Banque Cantonale Vaudoise. Nous avons dû par ailleurs rigidifier nos structures et créer un poste de directeur des opérations et du contrôle. Quel a été le rôle de BDO dans l obtention de votre licence bancaire? BDO est notre réviseur interne depuis une quinzaine d années et a joué un rôle très important dans l obtention de notre licence bancaire. Nous avons entamé les travaux préliminaires en janvier 2010 et avons obtenu la licence en novembre, dix mois plus tard! Si nous y sommes parvenus, c est notamment grâce à l excellente collaboration que nous entretenons avec BDO. Par ses recommandations et ses conseils dans le cadre de sa mission de révision interne, BDO a contribué à ce que la structure de REYL & C ie soit parfaitement adaptée à son statut bancaire et que son audit de fin d année soit impeccable. Présent comme nous sur plusieurs marchés internationaux, BDO nous assiste également dans la mise en place d un programme de surveillance consolidé et nous tient au courant des évolutions légales qui nous concernent. D une manière plus générale, nous avons toujours considéré notre réviseur interne, notre réviseur externe et la FINMA comme des partenaires privilégiés et indispensables pour la poursuite de notre développement. 6 BDO ZOOM 2/2011

7 Par rapport aux banques privées genevoises, comment vous situez-vous? J ai le plus grand respect pour les banquiers privés genevois. Leur longévité atteste de leur réussite et de leur capacité d adaptation. Pour ce qui est de REYL & C ie, nous n envisageons pas la modification de notre structure de société anonyme et souhaitons nous imposer comme un nouvel acteur, dynamique et innovant, capable d incarner une vision moderne de la banque. Nous ne perdons pas de vue que la réputation de la place financière suisse s est construite avec plusieurs institutions, comme Pictet par exemple, qui ont su, dans les moments charnières, se distinguer par leur sens de l innovation et leur capacité à prendre des risques avisés. Le marché américain est-il accessible à REYL & C ie? Nous distinguons la clientèle américaine non déclarée avec laquelle nous ne travaillons pas et la clientèle déclarée pour laquelle nous sollicitons en ce moment une licence auprès de la SEC. Pour les ressortissants déclarés qui vivent en dehors des Etats-Unis, nous bénéficions d un statut d intermédiaire qualifié. En revanche, sans la licence SEC, nous ne pouvons pas gérer la fortune des citoyens américains déclarés qui vivent aux USA. Nous pensons que le marché américain mérite toute notre attention. De ce point de vue, la place financière suisse présente de nombreux attraits. Si les clients viennent y placer leur argent, ce n est pas pour frauder le fisc, mais pour y rechercher la diversification et la sécurité qu offre la place financière suisse. Comment avez-vous surmonté le cataclysme Madoff? Nous n avons pas eu à en souffrir directement. REYL & C ie n avait alors aucun investissement dans les fonds gérés par Madoff. Nos processus de due diligence ont heureusement exclu ce type d investissements en raison de leur opacité. Par contre, nous avons subi les effets de la réalisation du risque systémique prévalant à cette époque. Au milieu de la tempête financière de l automne 2008, je me rappelle très bien avoir regardé sur mon écran d ordinateur l action Morgan Stanley plonger de 22 à 10 dollars! En 2008, nos encours ont baissé de près de 30%, mais nous avons vite remonté la pente. Les banques familiales qui ne pratiquent aucune activité de crédit hors livres, comme la nôtre, sont plutôt rassurantes. Avoir traversé la tempête sans encombre nous a ensuite permis de presque tripler notre masse sous gestion en trois ans. Il est vrai que nous avons bénéficié aussi de notre image de société innovante et performante. L image de la banque suisse reste-t-elle bonne à l étranger? La Suisse garde une excellente image à l étranger avec un système politique stable, une économie robuste et une devise forte qui joue bien son rôle de valeur refuge. Quant au secteur bancaire suisse, il a certes souffert des scandales de 2008 et de l érosion du secret bancaire, mais ce dommage laisse du champ à une «réinvention» de la place financière suisse. Les fluctuations monétaires de l euro ne rendent pas la gestion facile En effet. Ces fluctuations ont d abord un impact sur les finances de la banque. Notre clientèle est internationale. Elle est en majorité investie en euros ou en dollars. Nos revenus sont donc principalement en devises, alors que notre base de coûts et nos comptes annuels sont en francs suisses. Le second impact a trait à la gestion. Notre analyse nous conduit à anticiper une baisse de l euro par rapport aux principales devises mondiales. La BCE aura de la difficulté à relever ses taux de manière durable, et le risque systémique posé par les pays surendettés de la zone euro ne peut pas être négligé. Nous vivons ainsi au rythme des annonces des banques centrales, des gouvernements, des agences de notation, voire du FMI. A un horizon de deux ou trois ans, nous peinons à imaginer la manière dont un pays comme la Grèce va pouvoir résoudre le problème endémique de sa dette. Cela ne peut à terme que diminuer l appétit des investisseurs pour l euro et reporter leur intérêt sur d autres devises, dont le franc suisse. Etes-vous d accord avec ceux qui prédisent la fin du dollar? Sur ce point, notre vision diverge. Les Etats-Unis sont certes dans une situation d endettement délicate, mais ils peuvent compter sur plusieurs leviers qui font aujourd hui défaut à l Europe, tels que la flexibilité de leur marché de l emploi, leur marge de manœuvre fiscale, la réduction de leurs dépenses militaires et la capacité de certains pans de leur économie à générer une valeur ajoutée et une productivité considérables. Avant que le dollar cesse d être une monnaie de réserve, il faudra sans doute attendre de nombreuses décennies. Nous voyons plutôt le dollar s apprécier par rapport à l euro. L euro a perdu quelque peu de son attrait en tant qu alternative de diversification crédible au niveau mondial. D autres monnaies vont pouvoir tirer leur épingle du jeu. A l image de la couronne norvégienne, du dollar canadien, du dollar australien ou du réal brésilien, elles sont fondées sur des économies en croissance et soutenues par la hausse du prix des matières premières. Le franc suisse? Sa force représente aujourd hui une difficulté de taille pour les banques de notre pays, mais il ne faut pas se lamenter. C est le miroir des valeurs de la Suisse. BDO ZOOM 2/2011 7

8 INFORMATIQUE CRÉATION D ENTREPRISE ET CHOIX D UN SYSTÈME INFORM 8 BDO ZOOM 2/2011

9 L informatique occupe une place incontournable dans les entreprises. Il est donc important de se pencher sur le choix de programmes informatiques qui peuvent être utilisés dans une entreprise nouvellement créée et cela indépendamment du domaine ou de l activité de l entreprise. En effet, certaines fonctions telles que la comptabilité et la gestion des salaires doivent être administrées, gérées et tenues selon des critères standards. Comment effectuer ces tâches de manière simplifiée? Peut-on le faire à l interne ou doit-on faire appel à un spécialiste? A l heure de Facebook, de Twitter et des Smartphones, chacun souhaite trouver une solution informatique simple, rapide et fonctionnelle. Dans un contexte de création d entreprise, l entrepreneur doit définir ses besoins au mieux. Le rapport coûts-bénéfices de l automatisation dans une entreprise est le facteur déterminant pour l acquisition d outils informatiques. Lors de la création d entreprise, tous les éléments essentiels à la production, à l administration et à la gestion des tâches sont importants. Est-il préférable de choisir une solution informatique qui permette une extension allant de pair avec la croissance de l entreprise, ou plutôt une solution moins coûteuse, mais risquant de montrer plus vite qu on ne le pense des signes d obsolescence et de manque de flexibilité pour gérer le développement de cette entreprise? ATIQUE BDO ZOOM 2/2010 2/2011 9

10 INFORMATIQUE Certains entrepreneurs prétendent qu une solution pour PME, installée et gérée en interne, est préférable à une solution administrée par un tiers. Les arguments invoqués sont souvent ceux de l indépendance et des faibles coûts engendrés par ce type de solution. Ils oublient parfois la problématique des compétences pour intégrer et gérer une telle solution en interne. D'autres entrepreneurs préfèrent faire appel à un tiers. Ils contrôlent ainsi l activité déléguée, dont le contenu de la prestation est délimité contractuellement. Les dirigeants de l'entreprise peuvent dès lors se consacrer pleinement à leur société. Quels avantages peut-on tirer d une délégation de services auprès d un tiers? L administration et la gestion des salaires, la comptabilité et la planification des ressources humaines sont des éléments complexes qui prennent du temps et nécessitent des compétences. Le fait de faire appel à un spécialiste offre la garantie d un service de qualité. BDO propose à ses clients des conseils dans le domaine des logiciels ABACUS. La majeure partie des logiciels ABACUS a aujourd hui une programmation basée sur le web. Les spécialistes de BDO peuvent également apporter leurs compétences dans les domaines du conseil fiscal et juridique, de la comptabilité, de la TVA, de la gestion des salaires, de l'archivage, du système de contrôle interne, de la sécurité du système d informations et des plans de secours. Les fondateurs d entreprise ne confient pas volontiers leurs données à un tiers. Il est important de souligner que celles-ci peuvent être sauvegardées de manière fiable sur une plateforme commune et demeurent disponibles après une défaillance du disque dur, un vol ou le départ de l un des membres fondateurs par exemple (voir encadré Fiduciaire-Internet). Les exigences légales Les pièces et la correspondance doivent être conservées de manière adéquate. Certaines entreprises, celles inscrites au Registre du commerce, sont soumises à des règles strictes de présentation des comptes. Elles doivent en outre conserver les pièces selon des principes définis par la loi. La loi ne limite pas le choix de la forme de comptabilité. Dans l article 957 du CO, le législateur précise uniquement que l entrepreneur a «l obligation de faire inscrire sa raison de commerce au Registre du commerce et doit tenir et conserver, conformément aux principes de régularité, les livres exigés par la nature et l étendue de ses affaires; ceux-ci refléteront à la fois la situation financière de l entreprise, l état des dettes et des créances se rattachant à l exploitation, de même que le résultat des exercices annuels». Les nouvelles entreprises, gérées en tant qu entreprises individuelles et réalisant un chiffre d affaires inférieur à CHF , ne doivent pas tenir de comptabilité double avec débit et crédit; il leur suffit de présenter des relevés et des états financiers indiquant les recettes et les dépenses. Les directives correspondantes sont publiées par la Division principale de l impôt fédéral direct. Dans ce cas, il est recommandé d utiliser un logiciel standard et de tenir une comptabilité simple. Un logiciel de comptabilité moderne offre aussi à ses utilisateurs la possibilité de passer du masque de saisie via crédits et débits au masque de saisie via un journal (caisse, poste ou banque), car il est plus facile de faire la distinction entre recettes et dépenses qu entre crédits et débits. 10 BDO ZOOM 2/2011

11 Les prestations fournies déterminent la solution informatique Le choix de l informatique dans chaque entreprise dépend nécessairement du type de prestations fournies par cette dernière. Les prestations centrales de l entreprise doivent pouvoir être conçues et vendues de manière aussi efficace que possible. Quel que soit le domaine à administrer, il est souvent plus judicieux de partir sur une solution pragmatique offrant des possibilités d'extension et de développement permettant d une part d'être organisé, mais aussi de pouvoir déléguer, transmettre et conserver de manière adéquate. Choix informatiques En termes de choix informatiques, il faut veiller à ce que les solutions puissent évoluer avec l entreprise et être adaptées aux nouveaux besoins de celle-ci. Outre le coût, changer trop vite de système peut s'avérer être un choix peu judicieux. En effet, il engendrera souvent une certaine période d'adaptation et de formation pas toujours aisée pour des collaborateurs dont le temps est une denrée rare. Fiduciaire-Internet, une solution simple et rapide BDO offre aux fondateurs d entreprise un domaine pour le dépôt de données (basé sur un conteneur sécurisé: Sharepoint) sur lequel ils peuvent enregistrer leurs données et y accéder depuis n importe où via Internet. Des liens, publications et outils concernant la création d entreprise sont également disponibles. Cette prestation est gratuite pendant six mois pour les créateurs d entreprise. Fiduciaire-Internet offre les possibilités suivantes: dépôt de données profil AbaWeb comptabilité débiteurs, créanciers et des salaires gestion des adresses décompte de projets / prestations vente / traitement des commandes electronic banking AbaScan EShop i En bref Le choix des outils informatiques dépend de la taille de l'entreprise et du type de prestations fournies La loi ne restreint le type de comptabilité que de manière très limitée BDO propose à ses clients des conseils dans le domaine des logiciels ABACUS. La majeure partie des logiciels ABACUS a aujourd hui une programmation basée sur le web Fiduciaire-Internet de BDO constitue une solution simple et avantageuse en termes de coûts Alessandro Oberti Auditeur informatique Fondé de pouvoir BDO Suisse romande Téléphone BDO ZOOM 2/

12 ÉTUDE BDO SUR LES CONSEILS D ADMINISTRATION 2011 PME SUISSES : LA RÉMUNÉRATION DES ADMINISTRATEURS Quels sont les honoraires annuels bruts d'un président de conseil d'administration? Quelles sont les différences d honoraires entre secteurs? Le nombre de femmes siégeant au sein des conseils évolue-t-il? Quelle est la structure du conseil d une entreprise familiale en Suisse? Depuis 1995, BDO conduit une étude traitant de ces questions. Cette étude est actualisée tous les trois ans et vous trouverez ci-après le compte rendu succinct de la dernière en date. 12 BDO ZOOM 2/2011

13 Pour la première fois, la présente enquête a été réalisée en collaboration avec l Institut suisse pour les petites et moyennes entreprises de l Université de Saint-Gall (KMU-HSG). L expérience et le savoir-faire de cet institut améliorent encore la qualité des données récoltées. Les résultats montrent des évolutions significatives. Rémunération des conseils d administration Le sondage 2011 révèle, par exemple, que les honoraires des membres des conseils d administration (CA) des PME suisses sont restés à peu près stables depuis 2008 et s élèvent aujourd'hui à CHF (valeur moyenne). La progression constante observée depuis la fin des années 1990 a donc été stoppée. Mais la rémunération des administrateurs varie fortement selon la fonction exercée, le secteur d'activité et la taille de l entreprise. Les présidents et les délégués de CA perçoivent CHF (valeur moyenne), alors que les rémunérations correspondant aux autres fonctions sont nettement moins importantes. Si l on considère la taille des entreprises, les honoraires des administrateurs des plus petites d'entre elles (1 à 10 collaborateurs) s élèvent à CHF , alors que les entreprises de 500 à 1000 collaborateurs versent plus de CHF Les administrateurs de banques de taille moyenne sont les mieux rémunérés, avec près de CHF (valeur moyenne). Dans tous les autres secteurs, cette valeur est nettement plus faible, par exemple CHF dans l industrie manufacturière et les services. Evolution de la structure d âge des CA % Jusqu à 39 ans ans ans > 60 Cependant, les moyennes masquent de grandes disparités entre les entreprises. Par exemple, la rémunération médiane des présidents de CA des PME en Suisse n excède pas CHF par an. Composition des conseils d administration L administrateur type est un homme (85% d hommes, 15% de femmes) âgé de 50 à 59 ans, qui gagne CHF (CHF pour un président) et exerce deux mandats. En moyenne, les conseils d administration se composent de 3 à 4 membres, président inclus. La taille des conseils d administration est donc restée relativement constante. En revanche, la proportion de femmes a légèrement progressé, pour atteindre 15%. Un quart des entreprises interrogées disposent d une assurance responsabilité civile pour leurs administrateurs. Dans la majorité des PME (58%), mais surtout parmi les petites et les très petites entreprises, la direction opérationnelle et la conduite du conseil d administration sont regroupées sous l égide d une seule personne. La structure du conseil d administration des entreprises familiales se différencie nettement de la structure des conseils des autres entreprises. Les CA des entreprises familiales de moins de 500 collaborateurs sont plus restreints et ces dernières ne limitent que très rarement l âge des administrateurs (7%). Ces résultats sont la synthèse de 633 réponses de sociétés anonymes de taille moyenne, dont les effectifs ne dépassent pas 1000 collaborateurs. Au total, 8750 questionnaires ont été envoyés. Le taux de réponse de 7,2% obtenu cette année correspond aux taux des sondages précédents. L'étude 2011 portant sur la rémunération et la composition des conseils d administration des PME est la septième conduite par BDO. Elle est réalisée selon la même méthode que les précédentes. La brochure «Etude BDO des Conseils d Administration 2011» présentant les résultats détaillés peut être commandée auprès de BDO SA au prix de CHF 150., par à l adresse suivante: Honoraires annuels bruts 2011 selon la fonction CHF Moyenne globale Président Délégué du CA Vice-président 2011 Membre du comité du CA Membre du CA i En bref Les honoraires des membres des conseils d administration des PME suisses sont restés à peu près stables depuis 2008 La rémunération des administrateurs varie fortement selon la fonction exercée, le secteur d'activité et la taille de l entreprise Jacques Blanc Partner Responsable département Conseil d'entreprises BDO Suisse romande Téléphone BDO ZOOM 2/

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Geneva. Dubai. Hong Kong. Singapour

Geneva. Dubai. Hong Kong. Singapour GUGGENHEIM & ASSOCIÉS SA 15, rue du Jeu-de-l Arc, Case Postale 6397, CH-1211 Genève 6 Suisse T +41 (0)22 707 91 91 F +41 (0)22 707 91 99 GUGGENHEIM & ASSOCIATES DMCC Jumeirah Lake Towers, Cluster I, Platinum

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel 24 heures dans la vie d Orrick Rambaud Martel Fusions & acquisitions Droit boursier Financements Droit bancaire Marchés de capitaux Titrisation Capital investissement LBO Capital risque Contentieux Arbitrage

Plus en détail

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente LA FEUILLE DE CHÊNE Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente la force et la solidité. Sa feuille matérialise la vitalité qu elle

Plus en détail

Octobre 2013. Dossier de presse

Octobre 2013. Dossier de presse Octobre 2013 Dossier de presse Table des matières 1. Le Groupe BIL p 3 Banque Internationale à Luxembourg SA p 3 Histoire et faits marquants p 4 2. La BIL en chiffres...p 5 3. La BIL en Belgique.p 5 Activités

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR»

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» étude ENTREPRENEURS BNP PARIBAS 2016 EN BREF LES MILLENNIPRENEURS UNE GÉNÉRATION PRESSÉE I Âgés de moins de 35 ans, ces nouveaux entrepreneurs créent plus d entreprises,

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Formulaire d inscription dépôt commun

Formulaire d inscription dépôt commun Formulaire d inscription dépôt commun Données générales titulaire du dépôt 1 (veuillez compléter tous les champs) Tél. professionnel Activité professionnelle Tél. privé Employeur Données générales titulaire

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Guide de planification de la transition d entreprise

Guide de planification de la transition d entreprise Guide de planification de la transition d entreprise Votre conseiller de confiance Depuis plus de 100 ans, des générations de Canadiens comptent sur le savoir-faire des conseillers PME CIBC pour gérer

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Décembre 2015 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA Bref portrait LGT Bank (Suisse) SA S.A.S. le Prince Max von und zu Liechtenstein (à gauche) et Heinrich Henckel (à droite) Votre partenaire pour des générations Chère cliente, cher client, Au cours de

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Votre partenaire en gestion privée

Votre partenaire en gestion privée Votre partenaire en gestion privée Société Générale Private Banking 2 800 collaborateurs Une présence dans 22 pays 75,4 milliards d euros d actifs sous gestion, au 31 décembre 2009 Nos récompenses 2010

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE Le guide fait la différence PRÉAMBULE lacements, gestion financière, hypothèques, retraites et troisièmes piliers, successions, crédits bancaires, investissements... Pour

Plus en détail

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires Lettre aux actionnaires Comptes du Groupe au 30 juin 2010 Message des présidents Mesdames, Messieurs, L actualité économique du premier semestre a été marquée par la crise d endettement dans certains pays

Plus en détail

Une étude exclusive sur les Petites et Moyennes Entreprises

Une étude exclusive sur les Petites et Moyennes Entreprises Zurich Insurance Group Une étude exclusive sur les Petites et Moyennes Entreprises - Les PME ont pu réaliser de la croissance grâce à leurs marchés domestiques lors des 12 derniers mois - Diverses opportunités

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Nouveau droit comptable suisse

Nouveau droit comptable suisse Nouveau droit comptable suisse Novembre 2012 Edition spéciale de Balmer-Etienne sur le nouveau droit comptable Vue d ensemble 1 ère partie Le nouveau droit comptable entrera en vigueur le 1 er janvier

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises Optimisation fiscale La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises La fiscalité a un impact significatif sur l entreprise :

Plus en détail

Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises:

Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises: Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises: Pour voir une différence au quotidien! «In this world nothing can be said to be certain, except death and taxes!» Benjamin Franklin Le principe

Plus en détail

ALPS MANAGEMENT + PARTNERS

ALPS MANAGEMENT + PARTNERS 2 / 12 Le Hameau 10, rue de la Bérarde Case Postale 30 CH 1936 Verbier SWITZERLAND T +41 27 771 28 62 info@alpsmanagement.ch 3 / 12 Créée le 26 mars 2012 sous l impulsion de François Besson et Vincent

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Septembre 2012 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, les assurances ont accru leur contribution à la création

Plus en détail

Relève PME, association à but non lucratif et plate-forme de sensibilisation à la transmission d entreprises, poursuit trois buts principaux:

Relève PME, association à but non lucratif et plate-forme de sensibilisation à la transmission d entreprises, poursuit trois buts principaux: Relais genevois Outils à disposition pour la transmission d entreprise Prestations des membres partenaires Avant-propos Madame, Monsieur, Relève PME, association à but non lucratif et plate-forme de sensibilisation

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (Loi sur l assurance contre les risques à l exportation, LARE) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art.

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier Vous financez vos 4 ou 2 roues en toute flexibilité Financer

je connais mon banquier je connais mon banquier Vous financez vos 4 ou 2 roues en toute flexibilité Financer Vous financez vos 4 ou 2 roues en toute flexibilité Financer Vous souhaitez acquérir le véhicule de vos rêves sans entamer vos économies? Vous désirez financer vos quatre ou deux roues tout en préservant

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Un partenariat fiable Avec la bonne expertise vers le succès Des arguments qui font la différence Les avantages d une solution

Plus en détail

Introduction : Bonne lecture!

Introduction : Bonne lecture! LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE PRESENTATION ET ANALYSE Dossier réalisé par M. Guy REVERT Enseignant en Economie & Gestion Université de Provence Page 2 sur 6 PRESENTATION DE LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

Compte d exploitation 2010. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2010. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2010. Assurance vie collective. 2010 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Transparents par conviction, efficaces car prévoyants. politique de placement

Plus en détail

Lettre d information. N 2 Juillet 2014

Lettre d information. N 2 Juillet 2014 Mot du Président Chers camarades, Etre Président et tirer un bilan n est pas chose aisée pour beaucoup en situation similaire dans le contexte actuel, et pourtant, en ce qui me concerne, je suis très heureux

Plus en détail

Rapport sur le premier semestre 2015. Tornos Holding SA

Rapport sur le premier semestre 2015. Tornos Holding SA Rapport sur le premier semestre 2015 Tornos Holding SA Tornos s impose dans un environnement économique difficile Mesdames et Messieurs, Chers actionnaires, L exercice en cours a commencé par un coup de

Plus en détail

La banque en ligne pour les gérants de fortune aguerris. Facile - Flexible - Efficace

La banque en ligne pour les gérants de fortune aguerris. Facile - Flexible - Efficace La banque en ligne pour les gérants de fortune aguerris Facile - Flexible - Efficace Préambule Les défis des gérants de fortune indépendants d aujourd hui sont multiples. Pour cette raison, un partenaire

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Le profit ne saurait être un objectif en soi. Il n est que la conséquence logique d une entreprise bien menée.

Le profit ne saurait être un objectif en soi. Il n est que la conséquence logique d une entreprise bien menée. Le profit ne saurait être un objectif en soi. Il n est que la conséquence logique d une entreprise bien menée. My Global Advisor 2005 1 My Global Advisor, 5 rue Jacques-Balmat 1204 Genève 2005 1 QUI SOMMES

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Bourse Explora Sup Rapport de fin de séjour

Bourse Explora Sup Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Rapport de fin de séjour Master 1 Droit International et Européen, à l Université Pierre Mendes France de Grenoble en échange universitaire à la West Virginia University (WVU) d Août

Plus en détail

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014 Sujet : Transactions de portefeuille : on rajoute un fonds de couverture (hedge fund). / Portfolio transactions: we are adding a hedge fund. Source : DalpéMilette Date : 21 janvier 2014 Les opinions exprimées

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Point marché hôtellerie

Point marché hôtellerie Point marché hôtellerie Débat animé par Gérard EZAVIN, Président - GE CONSULT SAS, Président - Collège Hôtellerie du CDIF Mercredi 4 décembre 2013 Intervenants : Olivier CARVIN, Président GROUPE MARANATHA

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

La Fondation Leenaards prête à poursuivre l aventure

La Fondation Leenaards prête à poursuivre l aventure La Fondation Leenaards prête à poursuivre l aventure Importante fondation donatrice, basée à Lausanne et active dans les domaines scientifique, culturel et social (personnes âgées), la Fondation Leenaards

Plus en détail

Compte d exploitation 2011. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2011. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2011. Assurance vie collective. 2 011 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch 2011: une année placée sous le signe de la consolidation, de l extension

Plus en détail

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) PLANIFICATION FISCALE Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) est un instrument d épargne lancé en 2009 permettant aux résidents canadiens

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011 Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé Avril 2011 Chapitre 204 du Code de déontologie harmonisé pour les comptables agréés du Canada approuvé le 4 avril 2011 par le Comité sur

Plus en détail

Place financière genevoise : défis et opportunités

Place financière genevoise : défis et opportunités Place financière genevoise : défis et opportunités Edouard Cuendet, Directeur de la Fondation Genève Place Financière Top 20 des places financières globales 1. New-York 2. Londres 3. Hong Kong 4. Singapour

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Octobre 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

SOCIETE GENERALE PRIVATE BANKING (MONACO) Monaco Développement

SOCIETE GENERALE PRIVATE BANKING (MONACO) Monaco Développement SOCIETE GENERALE PRIVATE BANKING (MONACO) Monaco Développement SOMMAIRE 01 Approche globale 02 Société Générale Private Banking (Monaco) 03 Solutions d ingénierie patrimoniale 04 Financement immobilier

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

Carl-Ludwig Thiele Membre du directoire de la Deutsche Bundesbank

Carl-Ludwig Thiele Membre du directoire de la Deutsche Bundesbank Carl-Ludwig Thiele Membre du directoire de la Deutsche Bundesbank Histoires de succès dans la zone euro : les billets et pièces en euro et les paiements en euro Ouverture de l'exposition sur l euro de

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

Lignes directrices de qualité de kibesuisse, la fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant (avant Accueil familial de jour

Lignes directrices de qualité de kibesuisse, la fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant (avant Accueil familial de jour Lignes directrices de qualité de kibesuisse, la fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant (avant Accueil familial de jour Suisse FSAFJ) pour le placement d enfants institutionnalisé en famille

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous La transmission d entreprise en 10 questions Introduction La transmission d entreprise constitue une étape importante

Plus en détail

HSBC Private Bank en France. Ingénierie Patrimoniale

HSBC Private Bank en France. Ingénierie Patrimoniale HSBC Private Bank en France Ingénierie Patrimoniale Nos connections sont les vôtres partout dans le monde. Pour HSBC Private Bank, la dimension de votre vie fait de vous un client à part. Nous recherchons

Plus en détail