Extracted from Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international International Institute for Democracy and Electoral Assistance 2010.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Extracted from Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international International Institute for Democracy and Electoral Assistance 2010."

Transcription

1 Extracted from Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international International Institute for Democracy and Electoral Assistance International IDEA, Strömsborg, Stockholm, Sweden Phone , Fax: Web:

2 162 Chapitre 6

3 Chapitre 6 Mise en place d une gestion électorale professionnelle Qu est-ce qu un administrateur électoral professionnel? 259. La conformité avec le cadre juridique, notamment le respect des réglementations, des procédures et des manuels électoraux, est à la base même du professionnalisme d un organisme de gestion électorale (OGE). L expression «administrateur électoral professionnel» désigne une personne dont les compétences dépassent celles associées aux qualifications techniques ou administratives propres à un domaine spécifique. L administrateur électoral professionnel doit non seulement posséder ces compétences, mais aussi : a. comprendre les stratégies de renforcement du développement démocratique ; b. adhérer aux principes qui sous-tendent les bonnes pratiques électorales ; c. s engager à fournir des prestations de service électoral de qualité à toutes les parties prenantes Des références professionnelles adaptées, ainsi qu une expérience de gestion et une expérience technique pertinentes permettent aux membres et aux employés d un OGE de devenir des administrateurs électoraux professionnels. Ceux-ci sont en outre tenus au respect des principes de bonne pratique électorale, à savoir : a. l intégrité ou la capacité à agir de manière impartiale et indépendante sans favoriser des intérêts politiques ni céder à la corruption, tout en veillant à garantir le respect de la législation, des règles et des codes de conduite électoraux ; b. l impartialité ou la capacité à faire preuve d équité et à assurer aux parties prenantes un traitement juste et honnête ou des règles identiques, ainsi que la capacité à traiter les parties prenantes sur un pied d égalité et de manière impartiale ; c. l indépendance ou la capacité à effectuer son travail sans être sous l influence ou l emprise d un pouvoir extérieur tel que le gouvernement ou le parti au pouvoir ; d. la transparence ou la capacité de l OGE à faire preuve de franchise et d honnêteté, à fournir des informations aux parties prenantes et à leur donner accès à ses dossiers, en temps opportun ; 163

4 Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international e. l efficience ou l utilisation optimale des ressources de toute nature, l emploi avisé des fonds électoraux, la conception et la conduite des activités dans un souci de pérennité et de rentabilité ; f. le sens du service ou la motivation à s assurer que toutes les activités visent à fournir des prestations services de qualité aux parties prenantes en général et aux électeurs en particulier ; g. le professionnalisme ou l application méticuleuse et précise des procédures électorales afin d assurer la crédibilité des élections. Les OGE doivent veiller à ce que tous les membres du personnel électoral, permanents ou temporaires, soient convenablement formés et possèdent les compétences requises pour exécuter leurs tâches techniques avec un professionnalisme irréprochable, afin que l opinion publique soit convaincue que le processus tout entier est «entre de bonnes mains». L ensemble de ces qualités caractérise un service électoral professionnel Quel que soit leur degré d engagement dans leur travail, la plupart des membres des OGE ne disposent pas d une expérience dans tous les domaines de responsabilité liés à la direction et à la gestion des processus électoraux. Les OGE se doivent d offrir une formation professionnelle à tous leurs membres et d assurer le développement du personnel de leur secrétariat s ils souhaitent atteindre et conserver un bon niveau de performance. Comme l a observé le directeur général des élections du Ghana, le grand public ignore tout du fonctionnement de l administration électorale et se renseigne aussi bien auprès de personnes qu il connait (secrétaires, chauffeurs ou membres de la sécurité de l OGE), qu auprès du personnel opérationnel. L OGE dispense donc à tout son personnel une formation qui lui permet d acquérir des notions de base sur la mission et les principes de l OGE La capacité d un OGE à exécuter correctement toutes ses fonctions et responsabilités électorales dépend en grande partie des aptitudes et des performances du personnel de son secrétariat. Les compétences des membres de l OGE peuvent être améliorées grâce à la mise en œuvre de stratégies de recrutement adaptées et de solides programmes de formation et de développement pour le personnel temporaire et permanent. Les OGE des trois modèles de gestion électorale (indépendant, gouvernemental et mixte) sont très souvent confrontés à des problèmes similaires, même si ceux-ci peuvent se manifester de manière différente La remise en question du professionnalisme d un OGE par le public peut favoriser les demandes de réformes institutionnelles (voir les études de cas sur le Sénégal et le Zimbabwe). Néanmoins, les OGE qui sont attachés à des valeurs fortes peuvent mener à bien des élections dont les résultats sont acceptés par les parties prenantes, même si la professionnalisation de leur personnel n est pas achevée, comme par exemple au Yémen (voir l étude de cas). 164

5 IDEA International Recrutement de fonctionnaires au secrétariat des OGE 264. Le personnel du secrétariat de nombreux OGE est composé de fonctionnaires. L emploi de fonctionnaires peut constituer une obligation pour les OGE gouvernementaux et les OGE des autres modèles soumis à une politique gouvernementale. Les OGE indépendants, qui définissent leurs propres règles de recrutement, ont parfois du mal à offrir des perspectives de carrière intéressantes à leur personnel en raison du nombre restreint de postes dans leur secrétariat et de la spécialisation de nombre de ces postes. Ils pourront donc préférer faire appel à des fonctionnaires. Service public et développement du professionnalisme ne sont d ailleurs pas antinomiques, comme l illustre le cas de la Commission électorale indienne, qui fait appel à de nombreux fonctionnaires pour l aider à préparer les élections et qui gère un système de gestion électorale professionnel. Autoriser l OGE à définir ses propres règles pour les fonctionnaires employés dans son secrétariat présente plusieurs avantages. Par exemple, ces règles pourront interdire les mutations dans d autres organisations à des périodes spécifiques et établir des conditions de service qui permettent aux fonctionnaires de résister aux fortes pressions auxquelles ils sont soumis en période électorale. Mise en place d une gestion électorale professionnelle 265. Les OGE seront de toute façon confrontés, à un moment ou à un autre, à la mobilité des fonctionnaires qui leur ont été affectés. Le personnel qui a acquis une expérience électorale et part occuper d autres postes dans l administration laisse un vide en matière de compétences et d expérience. Les fonctionnaires, qui sont mis à disposition des OGE gouvernementaux et des composantes gouvernementales des OGE de modèle mixte, pour effectuer des tâches électorales, sont amenés à remplir des missions d une nature totalement différente pendant le long intervalle entre deux élections. Des mesures de développement régulières, telles que des cours de remise à niveau, et la facilité d accès au matériel électoral peuvent contribuer à entretenir les niveaux de compétence électorale. Personnel permanent et personnel temporaire 266. Aucun OGE ne peut justifier ou se permettre de conserver en permanence l effectif nécessaire au fonctionnement de tous les bureaux de vote (4 millions de personnes dans un pays comme l Indonésie, par exemple). Pour des raisons d efficience, il peut également être impossible de conserver en permanence les secrétariats ou les branches régionales et locales des OGE, ainsi que les employés à plein temps qui n exercent leurs fonctions qu en périodes électorales. Dans le cas des OGE gouvernementaux et des OGE, composantes gouvernementales, de modèle mixte, une grande partie de la structure de gestion des principaux évènements électoraux pourra s appuyer sur des nominations temporaires ou faire appel à du personnel détaché d autres organismes de service public. Le personnel temporaire du secrétariat des OGE est souvent recruté trop peu de temps avant les élections et quitte l OGE trop rapidement après les élections pour recevoir une formation approfondie Chaque OGE doit élaborer des stratégies permettant d utiliser le personnel temporaire de manière efficace. Celles-ci peuvent comprendre des processus de recrutement en temps opportun, des mesures visant à s assurer qu un personnel temporaire expérimenté est disponible pour chaque consultation électorale (versement de primes de disponibilité, par exemple) ainsi 165

6 Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international que des dispositifs permettant de rester en contact avec le personnel temporaire entre deux élections (bases de coordonnées, bulletins d informations, rencontres ou cours de remise à niveau). Ces mesures seraient particulièrement bien adaptées aux OGE des pays qui n ont pas de calendrier électoral fixe En revanche, cette approche ne convient pas à des OGE comme celui du Mexique, par exemple, dont les membres temporaires des bureaux de vote sont tirés au sort à chaque élection. Dans ces situations, il est essentiel de prévoir un délai important et de déployer des efforts de recrutement et de formation très bien financés. Conditions d emploi : personnel spécifique aux OGE ou fonctionnaires 269. Le personnel des OGE gouvernementaux, des OGE mixtes, composantes gouvernementales et indépendantes, ainsi que des OGE indépendants, qui emploient des fonctionnaires, est en général recruté dans des conditions équivalentes à celles de fonctionnaires d échelon et d ancienneté similaires. Au Portugal, la réglementation du service public confère aux OGE une certaine souplesse dans leur politique d emploi. Des indemnités spéciales, en particulier pour rémunérer les longues journées de travail en périodes électorales, peuvent également être accordées Dans les OGE indépendants, qui sont responsables de leur propre recrutement, le salaire et les conditions de service du personnel de niveau supérieur du secrétariat sont souvent alignés sur ceux des fonctionnaires de haut rang. En Roumanie, les contrats de travail du personnel de l OGE établissent des conditions de service équivalentes à celles du personnel de l assemblée législative. Des salaires et des conditions de service plus intéressants que ceux offerts dans le service public sont parfois proposés pour attirer un personnel permanent et temporaire de qualité et indemniser les longues journées de présence en période électorale. Cependant, le fait de continuer à verser des salaires élevés aux responsables des OGE indépendants entre les élections a été décrié par certains comme un manque d efficacité inhérent à de ce modèle Quand les politiques gouvernementales visent à réduire les effectifs des organismes publics, les OGE (comme en Hongrie) font souvent appel à des personnes extérieures ou, à des entreprises, en particulier pour le développement technique et les tâches d appui. Les coûts de base sont souvent supérieurs à ceux du service public, mais l OGE ne verse ni retraite, ni indemnité, par exemple. Cette situation peut semer le désarroi parmi les membres du personnel, qui craignent alors pour la pérennité de leur emploi et savent qu ils sont moins bien payés. Elle peut également remettre en cause la pérennité des activités de l OGE. Retraites du personnel 272. De nombreux OGE alignent les retraites de leur personnel sur celles du personnel du service public, un choix naturel quand leur secrétariat est constitué de fonctionnaires. Cette 166

7 IDEA International pratique rentable et commode pour les OGE peut permettre au personnel de toucher une retraite plus importante et plus sûre Cependant, cette pratique soulève des interrogations, notamment sur l indépendance réelle des OGE indépendants et des OGE, composantes indépendantes, de modèle mixte par rapport au gouvernement. Au Canada, la loi aligne le plan de retraite du personnel de l OGE sur celui du personnel du service public sans remettre en cause son indépendance. En Roumanie, les retraites du personnel de l OGE sont identiques à celles du personnel de l assemblée législative. En revanche, au Lesotho, l alignement des retraites du personnel de l OGE sur celles des fonctionnaires du service public a renforcé le sentiment que cet organisme n est pas indépendant du gouvernement. Certains OGE, même les petits OGE, comme ceux du Botswana et du Liberia, disposent de leur propre système de retraite. Plans de carrière des gestionnaires électoraux professionnels 274. Les OGE peuvent offrir des opportunités de carrière aux professionnels électoraux en privilégiant les candidats internes dotés des qualifications appropriées dans le domaine de la gestion électorale professionnelle pour occuper des postes vacants. Les OGE importants, comme celui de l Inde, du Mexique ou du Nigeria, offrent des opportunités de carrière aux niveaux régional et central. Mise en place d une gestion électorale professionnelle Procédures de recrutement du personnel des OGE 275. Les OGE recourent à diverses méthodes pour recruter le personnel de leur secrétariat. Les OGE gouvernementaux et d autres OGE qui emploient des fonctionnaires, ne peuvent pas toujours appliquer leurs propres procédures de recrutement. En Indonésie par exemple, l OGE peut être contraint d employer les personnes affectées par la fonction publique La bonne pratique consiste à mettre en place un processus de sélection ouvert, comme en Géorgie et en Palestine, en lançant de grandes campagnes de recrutement indiquant clairement les compétences, les qualifications et les qualités personnelles requises pour chaque poste. Cette procédure peut être utilisée même si le personnel de l OGE est constitué de fonctionnaires, comme l illustre l exemple australien. Elle est plus difficile à appliquer quand les secrétariats des OGE gouvernementaux ne sont chargés des tâches électorales qu à temps partiel, ou pendant des périodes fixes, et que les compétences électorales ne figurent pas au premier plan du profil recherché Les OGE se doivent de donner l exemple en matière d équité : leurs politiques de recrutement et de personnel doivent ainsi promouvoir l équilibre homme-femme et donc l emploi des femmes. Celles-ci doivent bénéficier d opportunités égales à celles des hommes en termes d emploi, de formation, de promotion et d avantages sociaux, que leurs fonctions soient permanentes ou temporaires. Cela peut nécessiter la mise en œuvre d une politique d emplois prenant en compte la question du genre, et d une formation adaptée afin que le personnel connaisse ces politiques et s engage à les appliquer. Les coutumes en vigueur dans certaines 167

8 Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international sociétés, telles que l obligation de disposer de bureaux de vote séparés pour les hommes et les femmes, peuvent affecter la mise en œuvre d une politique basée sur le genre La mise en œuvre de l équilibre hommes-femmes au sein du secrétariat permanent d un OGE bien établi peut prendre du temps et nécessiter de réfléchir attentivement aux politiques d attribution des postes vacants. Si cette contrainte n existe pas lors de la mise en place du secrétariat d un nouvel OGE, la question de l équilibre hommes-femmes risque de passer à l arrière-plan lorsqu il faut recruter des personnes compétentes à tous les niveaux du secrétariat simultanément (une leçon retenue par l Afrique du Sud) Certains pays demandent aux partis politiques de les aider à choisir les personnes compétentes pour travailler au secrétariat de l OGE. Aux États-Unis, il est courant que les candidats des partis participent à la gestion électorale, surtout au niveau local ou au niveau des «comtés». Le personnel national, provincial et de districts du secrétariat de l OGE du Mozambique est nommé par les partis siégeant à l assemblée législative pour les représenter dans les services importants de l OGE L embauche du personnel électoral pour une durée déterminée, en particulier celui des bureaux de vote, constitue l une des tâches les plus importantes d un pays en matière de recrutement. En Hongrie, les autorités locales recrutent le personnel du scrutin. Les OGE de Namibie et d Afrique du Sud demandent aux ministères du gouvernement de fournir du personnel auquel ils accorderont des contrats à court terme après approbation. En Afrique du Sud rurale, les autorités traditionnelles répertorient les jeunes chômeurs à qui l OGE fera passer un entretien afin d évaluer leur aptitude à occuper la fonction de membre des bureaux de vote locaux. Les sociétés commerciales et les associations de volontaires constituent d autres sources de recrutement de personnel du scrutin temporaire En Uruguay, tout fonctionnaire peut se voir confier des tâches électorales. Au Mexique et en Espagne, cette obligation peut s étendre à n importe quel électeur. Au Mexique, le Code électoral exige que l OGE organise un tirage au sort à deux tours parmi tous les citoyens éligibles afin de procéder à la sélection initiale du personnel temporaire des bureaux de vote. À l issue d une formation, les personnes retenues font l objet d une sélection finale. Des fonctions spécifiques au sein des bureaux de vote leur sont attribuées en fonction de leur niveau d étude. Le refus de faire partie du personnel du scrutin sans motif légitime peut être sanctionné par une amende La sélection des candidats aux postes permanents ou temporaires au sein de l OGE constitue une composante nécessaire du processus de recrutement et de nomination, qui en renforce la transparence. Elle garantit que les personnes recrutées possèdent les qualifications requises et jouissent d une bonne moralité, ne sont pas des militants politiques et ne poursuivent aucune autre activité incompatible avec la fonction. Il est préférable que le processus soit simple, rapide et contrôlé par l OGE plutôt que par des partis politiques (comme aux États-Unis) ou d autres organisations. 168

9 IDEA International Procédures de nomination du personnel du secrétariat des OGE 283. Une procédure de sélection équitable permettant de choisir les candidats les plus aptes constitue un aspect essentiel de la nomination du secrétariat d un OGE. Cet organisme délègue souvent le pouvoir de nomination au directeur du secrétariat ou à l un de ses membres, qui peut lui-même déléguer la nomination des agents d échelons inférieurs à d autres membres du secrétariat. Dans certains cas, comme au Botswana, seul le directeur du secrétariat est investi de ce pouvoir. La nomination du personnel temporaire chargé de l inscription des électeurs et de la tenue des bureaux de vote est souvent confiée à des comités électoraux ou à des responsables du scrutin, ou leurs équivalents, au niveau de la circonscription électorale ou au niveau local L obligation faite aux membres du personnel de signer le code de conduite de l OGE afin d être embauché constitue une bonne pratique, de même que la publication des nominations à des postes de responsabilité au sein de l OGE et de son secrétariat sur le site Internet de l organisme, dans les journaux et dans d autres médias. Pour accélérer l intégration du nouveau personnel au sein de l organisme, il est important que l OGE élabore un programme d orientation complet que tous les nouveaux venus doivent suivre au cours des semaines suivant leur prise de poste. Mise en place d une gestion électorale professionnelle 285. Dans certains pays, comme le Mexique, l OGE est entièrement responsable du recrutement et du renvoi du personnel de son secrétariat. La loi exige que tous les cadres, superviseurs et responsables techniques de l OGE appartiennent au Service électoral professionnel, un service public spécialisé qui se consacre uniquement au travail électoral. Les citoyens peuvent accéder temporairement au Service électoral professionnel en suivant des cours de formation ou en réussissant un concours d accès ou un examen. Pour devenir membre à plein temps, il faut passer les évaluations annuelles de performance requises, suivre une formation complémentaire et avoir participé à la gestion d une élection. En 1992, les premiers membres de l OGE ont été recrutés par l intermédiaire de campagnes dans les médias nationaux. Formation et développement du personnel 286. La formation et le développement adéquats du personnel essentiel permanent au sein de l OGE (le cas échéant), du personnel temporaire de gestion nommé pour certaines élections et des multiples agents de terrain éventuellement recrutés pour des événements de grande envergure, tels que des élections, des référendums ou l inscription des électeurs de type recensement de la population, constituent l un des piliers du professionnalisme de la gestion électorale. Les principes de bonne pratique électorale tels que l impartialité, la transparence, le secret du vote, l égalité d accès, la responsabilité et l efficience, forment la base de la formation de tout le personnel de l OGE. La formation et le développement du personnel sont des activités permanentes. Compte tenu des modifications apportées aux procédures électorales, des avancées technologiques ainsi que de l intervalle entre deux élections, même les personnes les plus expérimentées ne peuvent se contenter de leur expérience pour «maîtriser» leurs tâches actuelles La formation et le développement du personnel ne sont pas aussi concrets que les urnes, l éducation des électeurs et les documents d information. En conséquence, il est parfois difficile 169

10 Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international de convaincre les gouvernements d approuver les budgets des OGE prévoyant des fonds suffisants pour mener ces tâches à bien. Il faut aussi que la gestion de la formation et du développement du personnel occupe une position suffisamment élevée dans la structure organisationnelle de l OGE pour exercer une influence forte sur les priorités de l organisme, notamment sur l établissement du budget interne. Comme l a observé le directeur général des élections du Canada, les électeurs s attendent à ce que chacun de ses agents, qu il s agisse d officiers électoraux professionnels employés à long terme ou de personnel temporaire n ayant suivi que deux heures de formation, fournissent des services de grande qualité. Développement organisationnel et professionnel du personnel permanent 288. Le développement organisationnel et professionnel (DOP) répond aux besoins à long terme du personnel des OGE en matière de renforcement des capacités, de compétences et d évolution de carrière. Il vise à aligner les objectifs de carrière et de développement individuels des employés sur les objectifs stratégiques de l OGE et les compétences requises pour les atteindre. La vigueur de l élément DOP contribue à la pérennité de l OGE Il est important que les OGE élaborent des stratégies à court et long terme pour répondre à leurs besoins en matière de DOP. Celui-ci nécessitant un budget spécifique important, de préférence séparé, l organisme devra définir des priorités en matière de formation et de développement. Ainsi, l OGE russe a décidé que la priorité devait aller à la formation de son personnel permanent, et non à celle du personnel du scrutin Le DOP s appuie sur une évaluation des besoins que l OGE pourra effectuer en interne ou confier à des sous-traitants ou des consultants en gestion. Cette évaluation recense l intégralité des tâches de l OGE, les compare au niveau de compétence du personnel et identifie les lacunes, à partir desquelles il est possible de déterminer les besoins en formation spécifiques de l organisation et de ses membres, ainsi que les méthodologies de formation adaptées. Les programmes de DOP ont pour objectif de permettre à chaque membre du personnel de l OGE d accomplir ses tâches avec un maximum d efficacité et de professionnalisme Selon les résultats de l analyse des besoins, le DOP pourra couvrir les aspects suivants : a. le développement de compétences générales, telles que : i. la communication écrite et orale ; ii. la créativité, l innovation et l esprit d entreprise ; iii. le renforcement de l esprit d équipe ; iv. la réflexion critique et stratégique et la résolution des problèmes ; v. l autogestion ; 170

11 IDEA International vi. les compétences en matière de règlement des différends ; vii. la gestion de projet ; viii. l utilisation des technologies ; ix. les compétences en matière de leadership, de gestion, de coaching et de supervision ; et/ou b. le développement des compétences techniques pertinentes pour la division de l OGE concernée Le développement du personnel peut prendre plusieurs formes, telles qu une formation personnalisée et informelle de courte durée (réunions du personnel et évaluations, retraites et séminaires, mentorat par des cadres de l OGE ou une autre organisation) ou une formation officielle de longue durée (cours ou programmes de développement universitaires). La communication horizontale et verticale continue au sein de l OGE contribue, non seulement à la réalisation des objectifs de développement, mais permet également de maintenir l accent sur l organisation et d améliorer les performances du personnel. Mise en place d une gestion électorale professionnelle Utilisation de l expérience internationale 293. Grâce à la coopération bilatérale et multilatérale, de nombreux OGE ont pu envoyer leur personnel dans d autres pays afin d observer les processus de gestion électorale ou le détacher auprès d autres OGE pour se former et découvrir des méthodes d organisation électorale différentes. Il s agit d une manière rapide et relativement peu coûteuse de trouver de nouvelles idées et d observer l application de bonnes pratiques de gestion électorale. Les associations électorales régionales peuvent également favoriser l échange d informations, de même que le détachement et la formation d administrateurs électoraux (voir aussi le chapitre 11) Les conseillers et les consultants internationaux peuvent aider les OGE à résoudre des problèmes spécifiques et difficiles, conseiller les membres et le personnel des OGE sur les méthodes à utiliser pour que leurs activités respectent les normes internationales, et renforcer leurs capacités internes en matière de résolution de problèmes. Ces conseillers et consultants peuvent être des spécialistes d un domaine électoral et technique spécifique ou des gestionnaires électoraux qualifiés. Cependant, il convient de structurer les projets des OGE, qui font appel à des conseillers et à des consultants ayant acquis leur expérience dans d autres pays, de manière à assurer le transfert de compétences et le renforcement de capacités par le biais d un mentorat individuel formel ou informel de leur personnel. De cette façon, le personnel continue de progresser après le départ des conseillers et des consultants. Mentorat 295. Le recours au mentorat individuel pour assurer le développement professionnel de certains membres du personnel permanent de l OGE ne se limite pas aux projets faisant intervenir des consultants internationaux, mais peut être utilisé de manière fructueuse en interne. Pour que le mentorat soit bénéfique, il faut clairement en définir les conditions et les objectifs. 171

12 Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international Les programmes de mentorat peuvent également permettre à l OGE d atteindre certains de ses objectifs d équité, comme par exemple l accroissement du nombre de femmes ou de membres appartenant à des groupes sociaux ou ethniques ciblés occupant des postes de gestion ou techniques supérieurs. Outre les programmes internes de mentorat, il peut être possible d organiser le détachement de courte durée d employés de l OGE pour travailler avec un mentor au sein d une autre organisation du secteur public ou privé. Cours de formation et de développement pour le personnel des OGE 296. Disposer d un diplôme universitaire en gestion et en gouvernance électorale de premier ou de deuxième cycle constitue un atout pour le personnel de l OGE qui est alors perçu comme professionnel. Un nombre croissant d institutions d études supérieures proposent des cours sur divers aspects de la gouvernance et de la gestion électorale. L American University (États-Unis), la Griffith University (Australie) et l Université Paris II (France) sont pionnières en la matière. L Université de Calgary (Canada) a exploré de nouvelles méthodes de formation formelle en gouvernance électorale Les agences internationales qui fournissent une assistance électorale ont également élaboré des cours de développement professionnel relativement succincts à l intention des administrateurs électoraux, tels que la formation de base en administration électorale (Basic Election Administration Training, BEAT) élaborée par l IFES, anciennement la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (International Foundation for Electoral Systems), mise en œuvre au Nigeria et en Sierra Leone Le cours de développement professionnel le plus complet à la disposition des administrateurs électoraux est le projet «Bâtir des ressources en démocratie, gouvernance et élections» (Building Resources In Democracy, Governance and Elections, BRIDGE). Il a été élaboré conjointement par IDEA international, la Division de l assistance électorale de l ONU et la Commission électorale australienne. Les formations BRIDGE sont dispensées par des formateurs BRIDGE accrédités. Ces formations sont composées de modules autonomes et peuvent donc être adaptées aux besoins spécifiques en développement professionnel des OGE. Tous les modules BRIDGE sont disponibles en anglais. Certains ou la plupart existent également en arabe, en français, en portugais et en russe. D autres versions de ces modules, dont la version espagnole, sont prévues Au Royaume-Uni, l Association des administrateurs électoraux (Association of Election Administrators, AEA) propose régulièrement des sessions de formation et d éducation à l intention des administrateurs électoraux. Les OGE (autorités locales) du Royaume-Uni exigent en général des candidats au poste d administrateur électoral qu ils disposent des qualifications pertinentes de l AEA. L OGE de l Afrique du Sud développe actuellement un programme officiel de formation et d éducation à l intention des praticiens électoraux, ainsi qu un mécanisme d accréditation des gestionnaires électoraux qualifiés. L OGE du Bangladesh a créé l Institut national de formation à Dhaka : il dispense une formation intensive au personnel électoral de tous les niveaux, en face à face et sur support informatique. L accès au service électoral professionnel de l OGE du Mexique est assorti d exigences strictes en matière de conditions d entrée, d accréditation et de développement professionnel continu. 172

Extracted from Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international International Institute for Democracy and Electoral Assistance 2010.

Extracted from Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international International Institute for Democracy and Electoral Assistance 2010. Extracted from Concevoir la gestion électorale : le manuel d IDEA international International Institute for Democracy and Electoral Assistance 2010. International IDEA, Strömsborg, 103 34 Stockholm, Sweden

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/49/845/Add.1 9 mars 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS Quarante-neuvième session Point 113 de l ordre du jour GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Examen de

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Service des ressources humaines 15 février 2010 Résolution : 078-04-2010 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE... 1 BUT DE LA POLITIQUE... 1 OBJECTIFS... 1

Plus en détail

Charte de l audit. interne C a i s s e c o m m u n e d e s p e n s i o n s d u p e r s o n n e l d e s N a t i o n s U n i e s

Charte de l audit. interne C a i s s e c o m m u n e d e s p e n s i o n s d u p e r s o n n e l d e s N a t i o n s U n i e s Charte de l audit interne C a i s s e c o m m u n e d e s p e n s i o n s d u p e r s o n n e l d e s N a t i o n s U n i e s Charte de l audit interne iintroduction La présente Charte de l audit interne

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition

Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition À Propos De Management Resources 2 Definir Vos Besoins 4 Tirer Profit Du Potentiel D un Manager De Transition 5 Une Relation Réussie

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Statut des personnels Décret n 2002-450 du 2 avril 2002 Version consolidée au 30 août 2002

Statut des personnels Décret n 2002-450 du 2 avril 2002 Version consolidée au 30 août 2002 Statut des personnels Décret n 2002-450 du 2 avril 2002 Version consolidée au 30 août 2002 TITRE I ARTICLE 1 ARTICLE 2 TITRE II CHAPITRE I er ARTICLE 3 ARTICLE 4 Dispositions générales Les agents de l

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/ICTS/2 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

Descriptions d emploi pour votre campagne

Descriptions d emploi pour votre campagne Descriptions d emploi pour votre campagne L équipe au centre d une campagne électorale ces personnes à qui le candidat peut se fier jusqu à la victoire est probablement l un des éléments les plus importants

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ACTION : FORMATION EN MANAGEMENT DE LA QUALITE

TERMES DE REFERENCES ACTION : FORMATION EN MANAGEMENT DE LA QUALITE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de la Manouba Université de la Manouba Partenaire du Programme d Appui à la Qualité TERMES DE REFERENCES

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

L ENGAGEMENT ETHIQUE de GSF. dans les AFFAIRES

L ENGAGEMENT ETHIQUE de GSF. dans les AFFAIRES L ENGAGEMENT ETHIQUE de GSF dans les AFFAIRES AVANT-PROPOS Ce document présente les règles éthiques de GSF. Celles-ci sont destinées à servir de ligne de conduite claire et sécurisante à tous les salariés

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

Président et chef de la direction

Président et chef de la direction Sommaire descriptif du rôle et responsabilités Président et chef de la direction Novembre 2015 Pour de plus amples renseignements, contactez: Nathalie Francisci, CRHA, IAS. A Associée nathalie.francisci@odgersberndtson.ca

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Soumis pour adoption par le Comité du CSEE à la Conférence du CSEE, la Conférence régionale de l'internationale de

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Statuts de la Société vaudoise de médecine

Statuts de la Société vaudoise de médecine Statuts de la Société vaudoise de médecine Date d entrée en vigueur : 1 er février 2008 Statuts acceptés par votation générale de janvier 2008, suite à leur adoption aux Assemblées des délégués des 25

Plus en détail

L outil de gestion des risques électoraux (outil GRE) en bref

L outil de gestion des risques électoraux (outil GRE) en bref L outil de gestion des risques électoraux (outil GRE) en bref Septembre 2013 Aperçu de l outil de gestion des risques électoraux (outil GRE) Institut international pour la démocratie et l assistance électorale,

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

CONSTITUTION ET RÈGLEMENTS

CONSTITUTION ET RÈGLEMENTS CONSTITUTION ET RÈGLEMENTS Révisés le 6 mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Chapitre I Généralités 1. Constitution et dénomination 2. Siège social 3. Mission et objectifs généraux Chapitre II Les membres 4. Admissibilité

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2004/8. Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la gestion des ressources humaines.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2004/8. Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la gestion des ressources humaines. Nations Unies ST/SGB/2004/8 Secrétariat 7 avril 2004 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la gestion des ressources humaines En application de sa circulaire intitulée «Organisation

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la planification du recrutement et des ressources Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 3 mars 2011 Table des matières Sommaire... i 1.0

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 69 Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Table des matières Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Plus en détail

COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU CANADA MANUEL DE GOUVERNANCE. Approuvé par le Conseil d administration. le 2 mars 2004

COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU CANADA MANUEL DE GOUVERNANCE. Approuvé par le Conseil d administration. le 2 mars 2004 COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU CANADA MANUEL DE GOUVERNANCE Approuvé par le Conseil d administration le 2 mars 2004 Date de la dernière mise à jour : le 10 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉSENTATION

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX AVRIL 2005 Note au lecteur : Le texte en caractères blancs indique les modifications apportées

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA FORMATION LINGUISTIQUE (Octobre 2013)

LIGNES DIRECTRICES SUR LA FORMATION LINGUISTIQUE (Octobre 2013) SOUS GROUPE LINGUISTIQUE du REFJ LIGNES DIRECTRICES SUR LA FORMATION LINGUISTIQUE (Octobre 2013) Le REFJ consacre beaucoup d efforts à la conception de projets linguistiques destinés à former les magistrats

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE Mai - Juin 2008 CONTEXTE BURKINABE Fondation Énergies pour le Monde 1 PROJET

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES Non classifié ENV/JM/MONO(99)24 ENV/JM/MONO(99)24 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 28-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT 2008/2009 CATALOGUE DE FORMATION MANAGEMENT 1 MANAGEMENT Les formations : Initiation au management...3 Le management commercial...4 Devenir un bon chef de projet, outils et méthodes...5 Animation et cohésion

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES

DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES 1 En mai 2012, le Conseil de l OCDE au niveau des ministres adoptait la Stratégie de l OCDE pour le développement. La Stratégie

Plus en détail

THÈME : PROFESSIONNALISATION DES ORGANISMES DE GESTION DES ÉLECTIONS PANEL 5 : LE RECRUTEMENT ET LA FORMATION DES AGENTS DE L OGE

THÈME : PROFESSIONNALISATION DES ORGANISMES DE GESTION DES ÉLECTIONS PANEL 5 : LE RECRUTEMENT ET LA FORMATION DES AGENTS DE L OGE THÈME : PROFESSIONNALISATION DES ORGANISMES DE GESTION DES ÉLECTIONS PANEL 5 : LE RECRUTEMENT ET LA FORMATION DES AGENTS DE L OGE Une présentation du Dr. FONKAM Samuel AZU U Président d Elections Cameroon

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE : CHARGÉ DE COMMUNICATION PRINCIPAL NO.VA/NPCA/15/16

AVIS DE VACANCE DE POSTE : CHARGÉ DE COMMUNICATION PRINCIPAL NO.VA/NPCA/15/16 AVIS DE VACANCE DE POSTE : CHARGÉ DE COMMUNICATION PRINCIPAL NO.VA/NPCA/15/16 L Union africaine (UA) créée en tant qu organe continental panafricain unique en son genre, est chargée de conduire le processus

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant la médiation familiale et en matière civile

Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant la médiation familiale et en matière civile Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)14 Commission européenne pour l efficacité de la justice (CEPEJ) Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant

Plus en détail