GESTION D UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GESTION D UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 GESTION D UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE I. OBJECTIFS DE LA FORMATION 1.1. Objectif général - Renforcer les capacités des gestionnaires des centres de formation professionnelle dans les gestions administrative, pédagogique, financière et patrimoniale d un centre de formation professionnelle Objectifs intermédiaires Permettre aux opérateurs pédagogiques ( chef de centre et encadreurs) de (d ) : - adopter et mettre en pratique les attitudes et les comportements propres et compatibles avec leurs fonctions - gérer correctement le centre sur les plans administratif, pédagogique, financier et Patrimonial II. THEMES DEVELOPPES 2.1. La déontologie du chef de centre de formation 2.2. La gestion administrative d un centre de formation professionnelle 2.3. La gestion pédagogique d un CFP 2.4. La gestion financière d un CFP 2.5. La gestion patrimoniale d un CFP 2.1. LA DEONTOLOGIE D UN OPERATEUR PEDAGOGIQUE L opérateur pédagogique est une personne qui exerce un métier noble, celui de façonner et de modeler l homme. Il exerce un métier semblable à celui d un médecin ou d un avocat, d un prête. Ce métier est régi par un ensemble des règles et de comportements désignés sous le vocable «déontologie» qui est une étude normatives des principes, des règles nécessaires à l exécutions des tâches ou des activités professionnelles. 1. Définition : la déontologie professionnelle est l étude des règles et comportements qui régissent un métier ou une profession et la vie sociale. 2. Exigences professionnelles d un Chef de Centre Professionnelle a. Exigences d ordre physique - Une bonne santé - Un langage clair et audible

2 2 - Un extérieur (présentation) digne - Propreté exemplaire b. Exigences d ordre moral et social - le dévouement - l honnêteté - l impartialité ( justice) - la crédibilité - s interdire des actes immoraux tels : l injure publique, l ivresse, le trafic des points scolaires, le mensonge, la mendicité, - l amour des enfants - la ponctualité - l assiduité - le respect de l emploi de temps - l application des consignes pédagogiques - la responsabilité vis-à-vis des parents - obligations vis-à-vis de l Etat, les parents, les collègues, les subalternes, 3. Exigences d ordre intellectuel - Faire preuve d une solide formation initiale adéquate - Connaître les textes légaux (Constitution, Loi-Cadre, Statut du personnel, Ordonnances 231 et 232, R.O.I., - Posséder une culture générale large et suivre l actualité tant nationale qu internationale par les médias. 4. Conseils pratiques Pour bien accomplir et réussir sa mission, le Chef d un centre de formation doit mettre en application les quelques conseils ci-dessous : - le respect de l autorité, de toute personne et de la hiérarchie, - l amour de son travail et des enfants, - éviter toutes les critiques de nature à nuire, être collaborant, réceptif, - respecter les différents règlements qui assurent la bonne marche des affaires, - remplir correctement ses obligations vis-à-vis des tiers, - suivre l actualité, - avoir un sens aigu de responsabilité. II. GESTION ADMINISTRATIVE D UN CFP 2.1. L organisation du travail par le Chef de centre Objectif : le chef de CFP sera capable d organiser son centre administrativement A. Définitions des termes clés : Administrer : Prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler une entreprise, une entité.

3 3 Organiser : Planifier, mettre dans l ordre. Programme : Ecrits ou imprimés donnant les détails d une cérémonie, d un spectacle, Prévoir : Voir en avance, prendre des précautions avant d agir, devancer les événements, Commander : Donner des ordres, prescrire, ordonner, donner des injonctions, imposer, exercer l autorité sur Coordonner : Combiner dans l ordre assigné par la forme ou la nature des éléments, organiser dans un rapport de simultanéité et d harmonie dans un but déterminé. Contrôler : Vérifier, examiner, inspecter, surveiller, en vue de découvrir des failles ou l exactitude pour une remédiassions éventuelle Equité : Justice naturelle Subordonner : Mettre (une personne) dans une position hiérarchiquement inférieure à une autre Centraliser : Réunir en un même centre, sous une même autorité B. Avantages de l organisation du travail - Eviter les improvisations - Eviter les conflits de compétences - Gagner du temps dans l exécution des travaux - Répartir les tâches en fonction des compétences Selon FAYOL Leury ( ) administrer veut dire prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler. Prévoir = Agir. L instrument le plus efficace dans la prévention est le programme de l action du Chef Pour établir un programme d action le chef doit se fonder sur trois groupes d éléments ci-dessous : a. les faits vécus et enregistrés Ce sont des renseignements que l on peut prélever sur la situation actuelle du CFP

4 4 b. les faits prévisibles C est tout ce que l on peut prévoir en fonction de la conjoncture économique ou en fonction du progrès technique ou encore en fonction de la puissance du CFP. c. les faits imprévisibles Dans ce domaine se trouvent les circonstances que l on ne peut circonscrire ou du moins amenuiser en aménageant une certaine souplesse dans les structures, les tenants et les aboutissants des programmes du Centre. C. Organiser le Centre de Formation Professionnelle C est lui fournir la matière, l outillage et le personnel nécessaire à son fonctionnement. Pour une bonne gestion, le CFP doit avoir un organigramme de structure. D. Commander un CFP Le commandement d un CFP doit être continu c-à-d. qu en cas d absence momentanée du chef, un intérimaire doit être investi du pouvoir du chef pour les affaires courantes. E. Contrôler un CFP IL s agit de vérifier tout ce qui se passe conformément aux règles établies, aux prévisions, aux ordres donnés, aux principes admis. Le contrôle est efficace lors qu il lorsqu il est effectué au moment opportun, qu il soit suivi éventuellement des sanctions, de compléments d informations concernant le travail à réaliser, ou même d encouragements. Il doit être impartial et doit respecter les principes généraux de l administration que voici : - la division du travail, - l autorité, - la discipline, - l unité de direction, - l unité de commandement, - le privilège de l intérêt général à l intérêt particulier, - la hiérarchie, - la rémunération du personnel, - la centralisation, - l ordre, - l équité, - la stabilité du personnel, - l initiative, - l union du personnel. Le Centre de Formation Professionnelle, jouant le rôle de la formation physique, intellectuelle et morale n échappe pas à ce schéma. Il est un milieu porteur d espoir pour la jeunesse congolaise. C est cette raison que la personne appelée à gérer un CFP doit avoir

5 5 des qualités requises pour cette mission ; sa responsabilité à la tête du CFP est déterminante et lourde de conséquences. Pour ce faire, il doit : - être compétent, intègre, honnête, prévoyant, organisateur, initiateur, actif, discipliné, - éviter la routine, les improvisations, les irrégularités, la remise des activités, - travailler sur les domaines de l administration du centre, la pédagogie, les finances, le patrimoine et les activités parascolaires. Son rôle de chef de centre est intimement lié à son statut c-à-d. la position qu il occupe au sein du centre. Son attitude à l égard des parents des apprenants sera différente de celle adoptée devant ses collaborateurs. Il doit savoir qu il est à la fois administrateur, pédagogue et financier de son centre Plan d opération d un chef de centre de formation professionnelle Objectifs : le chef de CFP doit être capable de : - inventorier les différentes activités administratives du Chef de centre (CC), - situer le moment d exécution de chaque activité, - planifier les activités sur toute l année scolaire. Définitions : Plan : projet élaboré, comprenant une suite ordonnée d opérations destinées à atteindre un but Opération : acte ou série d actes ( matériels ou intellectuels) en vue d obtenir un résultat déterminé Activité : ensemble des actes coordonnées et des travaux de l être humain, une occupation Plan d opérations du Chef de centre : C est un projet des opérations (occupations, activités) élaboré par le chef de centre pour assurer un bon fonctionnement de son centre. Importance d un plan d opérations : - éviter les improvisations et les omissions - réaliser toutes les activités avec facilité - apprécier et réajuster les moyens de sa politique - assurer le succès de sa mission Le moment d élaboration du plan d opération Le mois d août, avant la rentrée scolaire, est le meilleur moment de cette élaboration Les tâches à planifier

6 6 Elles sont nombreuses et varient suint le milieu, la taille et le type d école, la nature, les options, le niveau, les possibilités financières, du centre. La liste ci-dessous n est pas exhaustive, elle est à compléter par le Chef de centre et est donné à titre exemplatif. a) Tâches journalières - Contrôle de présences au centre (encadreurs, personnel et apprenants) - Contrôle de la ponctualité - Traitement des dossiers et du courrier urgent - Accueil des visiteurs b) Tâches hebdomadaires - Contrôle des documents pédagogiques et autres - Visites des classes - Réunions pédagogiques et administratives - Contrôle des registres des apprenants c) Tâches mensuelles - Calcul des moyennes de présences - Relevé des présences des encadreurs et autre personnel - Contrôle des activités des unités pédagogiques - Contrôle de la paie des enseignants - Organisation des leçons de démonstration - Contrôle de paiement des frais scolaires - Actualisation de certains dossiers, - d) Tâches trimestrielles ou semestrielles - Contrôle des cahiers des élèves - Contrôle des questions d examen - Appréciation trimestrielle ou semestrielle des encadreurs - Rapport trimestriel ou semestriel e) Tâches annuelles - rapport de fin d année - élaboration des palmarès - établissement des bulletins de signalement - élaboration des prévisions budgétaires pour l année suivante, - Toutes ces activités, complétées par le chef de centre, seront planifiées par mois pour exécution facile et consignées dans le tableau ci-dessous :

7 7 PLAN D OPERATION DU CHEF DE CENTRE Année scolaire MOIS PERIODES Semaine du. Au. OPERATIONS / ACTIVITES Observations Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet 2.3. Gestion du personnel de l Enseignement Technique Objectif : le Chef de CFP doit être capable de : - proposer au recrutement des personnes qui en remplissent les conditions, - différencier les catégories professionnelles à l enseignement professionnel, - expliquer les différentes positions administratives d un agent de services publics de l Etat, - déterminer les autorités compétentes en matière d établissement, de cotation et signature des bulletins de signalement, - expliquer à son personnel le régime disciplinaire. Définitions : Recruter : - engager (des hommes) pour former une troupe - amener quelqu un à faire membre d un groupe

8 8 Recrutement : le fait d engager quelqu un pour devenir membre d un groupe Enseignant de carrière : enseignant ayant un titre pédagogique requis pour enseigner Cotation d un agent : appréciation qualitative des prestations d un agent pendant une certaine période ( mois, trimestre, année). Régime disciplinaire : ensemble des dispositions qui organisent la discipline dans un service ou une administration donnée. Textes juridiques ou légaux qui régissent la discipline dans un service - La Constitution - Le Statut du personnel de carrière des services publics de l Etat - La loi-cadre de l enseignement national n Les ordonnances n 231 et 232 du 15 août Le recueil des directives et instructions officielles Niveaux d administration En RD Congo, l administration des écoles se situe à trois niveaux tel qu arrêtés aux travaux du séminaire des administrateurs de l éducation, organisé à CARACAS?? en 1977, par l UNESCO et le gouvernement de VENEZUELA. Ce sont : - le niveau central, - le niveau intermédiaire, - le niveau des établissements scolaires. C est à ce dernier niveau que se situe un centre de formation professionnelle en tant qu institution de formation des enfants. Les catégories professionnelles à l EPSP Comme à l administration publique, il existe trois catégories professionnelles à l Enseignement, à savoir : 1è catégorie : le personnel de commandement : grade 11 à 14 2è catégorie : le personnel de collaboration : grade 21 à 31 3è catégorie : le personnel d exécution : grade 32 à 35 A chaque niveau, le tableau se présente comme suit :

9 9 A. Cadre administratif 1. Niveau central POSTE FONCTION GRADE ACTIVITES Secrétariat général Secrétaire Général 11 Gérer l administration centrale de l E.P.S.P. Différentes directions des services centraux 2. Niveau intermédiaire Directeur, chef de service 12 Gérer leurs services respectifs POSTE FONCTION GRADE ACTIVITES Division urbaine ou provinciale de Chef de Division urbaine ou provinciale ( Proved) 12 Responsable administratif l EPSP Cellule provinciale Chef de cellule 12 Paie de enseignants Secope Coordinations provinciales des écoles conventionnées Tous les services au niveau des districts et des territoires Coordinateur provincial des écoles conventionnées Sous-proved Coordinateur S/Prov Coordinateur diocésain Coordinateur communautaire Conseiller d enseign. 3. Niveau des établissements et programmes scolaires Direction des écoles - primaires - secondaires Classes Primaires - Degré élémentaire : 1è, 2è - Degré moyen : 3è, 4è Directeur d école Préfet des études Maître (esse) Instituteur (trice) Moniteur (trice) Administration de l enseignement conventionné 13 Administration Encadrement Assimilation des programmes scolaires Idem - Degré terminal : 5è, 6è Classes secondaires Différentes disciplines Professeur (s) Idem

10 10 B. Cadre technique : Inspection Générale de l E.P.S.P. 1. Niveau central POSTE FONCTION G ACTIVITES RADE Inspection Générale Inspecteur Général 11 Contrôle Formation Evaluation Administration Inspection Services Inspections Générales Adjointes 2. Niveau intermédiaire Inspecteur Général Adjoint Inspecteur Principal Inspecteur Exploitant Contrôle Formation Evaluation Exploitation rapports Inspection Principale provinciale Inspecteur Principal Provinc. 12 Contrôle, formation, évaluation, Administration Inspection Inspection Principale Provinciale Adjointe Inspecteur Principal Provincial Adjoint. 13 Contrôle, formation, évaluation, Exploitation rapports Inspection de Pool - Primaire - Secondaire Inspection itinérante - Primaire - Secondaire Insp. Chef de Pool Primaire Insp. Chef de Pool Secondaire Insp. Itinérant du Primaire Insp. Itinérant de secondaire Contrôle de la gestion scolaire Evaluation et encadrement pédagogique Idem Critères de recrutement du personnel d encadrement ( Enseignant professeur ) Le centre de formation professionnelle, en tant qu institution chargée de la formation de la jeunesse, doit répondre aux mêmes exigences que les écoles techniques professionnelles pour offrir au pays une main d œuvre qualifiée dont il a besoin pour réaliser son développement. C est à ce titre que les dispositions officielles appliquées dans les écoles techniques seront aussi d application des les centres de formation professionnelle. a) Critères socio-administratifs - la nationalité - l ancienneté - l expérience

11 11 - le stage probatoire - la réussite à un concours (au cas où le nombre de places est inférieur au nombre de demandeurs b) Critères techniques - le niveau professionnel - l ancienneté - l expérience - le stage probatoire - la réussite à un concours au cas où le nombre de places est inférieur au nombre de demandeurs Personnes interdites au recrutement 1. Des personnes sans titre pédagogique requis 2. Personnes présentant des infirmités physiques incompatibles avec la fonction d encadreur. Positions administratives du personnel Quatre positions sont reconnues : en activité, en détachement, en disponibilité, en suspension. COTATION DES ENCADREURS ( enseignants) 13 A la fin des chaque année, tout agent en activité a droit à sa cotation et le chef de centre a le devoir de la coter par un bulletin de signalement. L article 21 de l ordonnance 232 du 15 août 1991 détermine les compétence en cette manière de la manière ci-dessous : CATEGORIE D AGENT Personnel enseignant Personnel administratif ou Technique Agent de commandement de l établissement AUTORITE COMPETENTE POUR L ETABLISSEMENT DU SIGNALEMENT Le chef d établissement Le chef de Division ou son délégué AUTORITE COMPETENTE POUR L ATTRIBUTION DEFINITIVE DE LA COTE Le chef de Division ou son délégué Le directeur de Région ou son délégué Du régime disciplinaire

12 12 Pour le personnel des écoles,tout manquement aux devoirs, à l Etat, à l honneur ou à la dignité de ses fonctions, constitue une faute disciplinaire et mérite une action disciplinaire Et toute faute disciplinaire mérite l ouverture d une action qui sera par une des autorités prononcée. L ouverture de l action disciplinaire doit impérativement respecter les délais légaux, à savoir : 20 jours (vingt jours) à dater de la prise de connaissance de la faute commise par l agent. Dépassé ce délai, l action disciplinaire ne peut plus être ouverte, quelle que soit la gravité de la faute commise. L agent a aussi vingt (20) jours pour déposer ses justifications. N.B. : 20 (vingt) jours si l on est dans le même milieu et 30 (trente ) jours si l on est dans des milieux différents. L autorité a trois mois pour clôturer l action ouverte. Dépassé ce délai, l action tombe caduque, quelle que soit la gravité de la faute commise et l agent est replacé d office à son poste. L agent incriminé peut, s il estime la faute injuste, introduire un recours dans les 8 (huit) jours qui suivent la prise de connaissance de la sanction prise à son endroit. Sortes de recours a) Recours administratif : introduit auprès de sa hiérarchie administrative b) Recours juridictionnel : introduit auprès des instances judiciaires Le recours administratif introduit auprès du Ministre de la fonction publique est subordonné à l épuisement des autres voies de recours et la décision de ce Ministre est prépondérante. Autorités habilitées à infliger des sanctions disciplinaires CATEGORIE D AGENT POURSUI DISCIPLINAIREMENT Personnel enseignant, administratif ou technique Agent de commandement de l établissement AUTORITE COMPETENTE POUT INFLIGER LA PEINE Blâme Retenue d 1/3 du traitement Exclusion temporaire Chef de centre Chef de division ou Chef de division ou son délégué son délégué Chef de Directeur de Région Directeur de Région division ou son délégué régionale Conditions de recevabilité d un recours - Etre introduit dans le délai règlementaire - Avoir pris connaissance de l action disciplinaire et signé pour réception - L avoir rédigé en des termes courtois - Se limiter aux points des désaccords.

13 13 Clôture du dossier disciplinaire La clôture de l action disciplinaire se fait soit par le classement sans suite, soit par une des peines ci-dessus évoquées. La peine de révocation est prononcée par celui qui engage. Les documents d un Chef de centre professionnel Objectifs : Le Chef de centre professionnel sera capable de : - citer les documents administratifs qu il doit avoir ou tenir pour mieux gérer son centre, - acheter, créer et ou actualiser différents documents administratifs Les documents de référence 1. La Loi-cadre n 086/ Recueil des directives et instructions officielles 3. Calendrier scolaire 4. Actes juridiques ( arrêtés, décrets et ordonnances) 5. Statut du personnel de carrière des services publics de l Etat 6. Ordonnance 232 du 15 août Code de travail (pour les centres uniquement) 8. Conventions scolaires (pour les écoles conventionnées ) 9. La Constitution de la R.D.Congo Autres documents ( à initier ou actualiser ) 10. Agenda du Chef d établissement ( son journal d activités) 11. Règlement intérieur du centre 12. Rapports administratifs ( rentrée et fin d année ) 13. Palmarès 14. Rapports des réunions administratives et pédagogiques ( différents P.V. et compterendus) 15. Dossiers individuels du personnel 16. Mise en place 17. Attributions du personnel 18. Registres d inscriptions 19. Registres matricules 2O. Dossiers individuels des apprenants 21. Fichiers scolaires 22. Registres des titres scolaires 23. Registre des pièces scolaires 24. Copies des bulletins 25. Listes par classe 26. P.V. des délibérations 27. Registres d appel 28. Notes de service

14 Remise et reprises 30. Affichage 31. Dossier médical 32. Dossier SONAS 33. Dossier stagiaires 34. Courrier ( indicateur classement cahier de transmissin) 35. Absence du personnel 36. Dossiers disciplinaires 37. Retenues Exclusions 38. Fiche d atelier 39. Fiche d inventaires 40 Fiche de gestion des stocks 41. Plan d opérations 42. Documents cadastraux Documents reçus en copies 43. Inspections administratives ( C2 ) 44. Inspections financières ( C4 ) 45. Inspection de contrôle des dossiers ( C7 ) 46. Inspection 1è visite ( C1 ) THEME 2 : GESTION PEDAGOGIQUE D UN CENTRE PROFESSIONNEL A. OBSERVATION DES CLASSES Objectifs : Le chef de centre doit être capable de : - reconnaître les différents éléments à observer lors d une observation de classe - apprécier le respect des étapes d une séquence didactique - apprécier objectivement une leçon observée - suggérer les remèdes aux lacunes relevées lors du déroulement de la leçon Définitions : Visite : le fait de se rendre dans un milieu pour procéder à une inspection, un contrôle, Un examen Leçon : enseignement donnée dans une salle de classe, pendant une durée déterminée ( une séquence didactique ) Observation : regard attentif de quelque chose avec intention de déceler des failles Personnes habilitées à observer des leçons - le Chef d établissement - le conseiller pédagogique

15 15 - le conseiller d enseignement - l inspecteur (selon le niveau) Les moments d une visite de classe Ces moments permettent d espérer atteindre les objectifs de la leçon - Avant la leçon - Pendant la leçon - Après la leçon a) Avant la leçon Le contrôleur prendra le dossier de l enseignant pour : - prélever les renseignements administratifs nécessaires concernant l encadreur - lire les conseils et observateurs faits par les contrôleurs précédents pour voir s il y a eu Progrès ou pas - consulter les prévisions des matières pour voir si la leçon à observer est celle prévue - voir la grille horaire pour s assurer du moment où la leçon aura effectivement lieu 17 b) Pendant la leçon A cette étape le contrôleur se mettre calmement au fond de classe pour observer, avec un œil attentif et critique, le déroulement de la leçon. Il s interdire de rompre brutalement l enseignant, Et s il doit le faire, il usera de beaucoup de tact pour que les apprenants ne s en rendent pas compte. Points à observer : - la personnalité de l enseignant dans la classe ( présentation, langage, autorité, dignité, respect des autres, ) - Le fond de la leçon : la conformité au programme, l adaptation au niveau de la classe et des élèves, la maîtrise de la matière par l encadreur, la compréhension par les élèves. - la forme : la structure de la leçon ( différentes étapes, les stratégies d enseignement utilisées, les stratégies d apprentissage mises en œuvre, l utilisation des M.D., et la participation des élèves. - les documents pédagogiques Pour l enseignant : les prévisions des matières, journal de classe, fiche de préparation, fiche d atelier, fiche de laboratoire

16 16 Pour les élèves : cahiers de notes et d exercices. c) Après la leçon Le contrôleur organise un entretien avec l encadreur visité aux fins de tirer la conclusion sur la leçon observée en lui attribuant une cote éventuellement. L entretien se fera dans un climat de confiance mutuelle, en commençant par des points positifs de la leçon avant de déboucher par des points négatifs et des conseils. Au besoin, l encadreur pourra s apprécier lui-même avant le contrôleur. B. LES DOCUMENTS PEDAGOGIQUES Objectifs Les Chefs de centre seront capables de : - énumérer et expliquer les documents pédagogiques - contrôler les documents pédagogiques Les documents pédagogiques a) fiche de préparation document contenant la préparation détaillée de la leçon. C est un document essentiellement didactique b) journal de classe document qui reprend chaque jour de classe, heure après heure, les différentes disciplines à enseigner, leur sujet, la matière, les tâches pour apprenants et les références utiles. Il est le document le plus important exigé par toute autorité intéressée aux activités scolaires. c) prévisions des matières elles présentent les matières du programme subdivisées en périodes et en semaines. Ce document est établi en deux exemplaires dont un pour l encadreur et l autre pour la direction. d) carnet des notes d appréciation c est un cahier dans lequel l encadreur porte les notes évaluatives de chaque apprenant ( contrôles oraux et écrits, devoirs, participation et attention des apprenants, tenue des cahiers, ponctualité, e) cahier des compositions document dans lequel l encadreur inscrit toutes les questions de compositions et à coté de la question, il inscrit la réponse et le nombre de points attribués à la question. e) cahier de résumés document dans lequel l encadreur met les résumés des ses enseignements par discipline.

17 17 Contrôle des documents pédagogiques Pour bien contrôler les documents pédagogiques, il faut les mettre en parallèle et vérifier leur concordance et leur coordination pour s assurer s il y a concordance entre les prévisions et le programme, entre les prévisions et le journal de classe, entre le journal de classe et les fiches de préparation, puis entre les cahiers des questionnaires, les copies et les fiches des points. Si chaque document est lu séparément ; il s agit là de la lecture des documents et non d un contrôle C. LA CELLULE DE BASE DE LA FORMATION ET DE L ENCADREMENT Objectifs : Le chef de centre sera capable de : - définir les concepts : formation, encadrement, cellule de base de la formation et de l encadrement, unité pédagogique, leçon de démonstration, plage horaire, leçon de démonstration - constituer les U.P. de sa C.B. - reconnaître les tâches du chef de la C.B. - tenir le dossier Sernafor - établir les rapports périodiques - diriger les réunions de formation Définitions : Formation : action d instruire Encadrement : action de suivre quelqu un dont o prend la charge pour qu il renforce ses capacités et compétences dans un domaine donné Cellule de base de la formation et de l encadrement : c est l école structurée et organisée pédagogiquement pour répondre aux besoins de formation et d encadrement des enseignants Unité pédagogique : regroupent des enseignants d une école par classes parallèles ou par discipline ou par disciplines apparentées pour répondre aux problèmes de sous-qualification dans leur école Leçon de démonstration : une leçon donnée après exploitation d un outil de formation en unité pédagogique en vue de résoudre un problème soit scientifique soit didactique Plage horaire : l heure planifiée sur un horaire des cours d une école pour permettre à tous les enseignants d une Unité Pédagogique de se rencontrer pour des activités de formation dans leur UP Visite d encadrement : visite organisée par le chef de la C.B. dans le cadre des leçons de démonstration ou de leur application Structure de la Cellule de Base A la tête, se trouve le Chef de la C.B. (chef d établissement lui-même ou son délégué)

18 18 A la base se trouvent les enseignants regroupés en Unités Pédagogiques. A la tête de chaque U.P., se trouve un enseignant qualifié, compétent et expérimenté appelé «Chef de l Unité pédagogique» Les activités de la C.B. Il y a deux activités principales : - la réunion de formation - la visite d encadrement a) La réunion de formation Elle vise plusieurs activités qui peuvent se dérouler en U.P.. Le chef de la CB peut réunir, à une heure planifiée, réunir ses UP pour traiter des matières suivantes : - identifications des insuffisantes scientifiques et didactiques des enseignants - exploiter les outils de formation SERNAFOR - élaborer les prévisions des matières - composer les questions d examens - organiser des leçons de démonstration - examiner l état d avancement des enseignements - évaluer les résultats obtenus par les enseignants et apprécier leurs progrès dans leurs Enseignements - discuter sur l emploi d une méthode ou d un procédé - faire l inventaire et l état de lieu du matériel didactique - la fabrication du M.D. b) La visite d encadrement C est une visite effectuée par le Chef de la CB pour vérifier si les recommandations données en U.P. ont été suivies et appliquées dans le cadre des leçons de démonstration. Elle n est pas à confondre avec une visite de classe ordinaire car elle n exige pas de cotation. Elle s arrêt aux observations et conseils, dans des échanges sur les leçons de démonstrations données. Les tâches du chef de la C.B. - planification des activités de formation et leur intégration dans l horaire officiel des cours au Début de chaque année scolaire - composition des U.P. - direction des réunion de formation - réalisations des activités d encadrement - tenue du dossier SERNAFOR - suivi des activités des U.P. - établissement des rapports périodiques et annuelles des activités SERNAFOR. Conclusion :

19 19 L effectif important d enseignants dans notre enseignement constitue une des causes de la baisse de la qualité de l enseignement en R.D. Congo. Pour y pallier, il faut aider les sousqualifiés à renforcer leurs capacités professionnelles en organisant des sessions de formation. La cellule de Base de la formation est l une des pistes les moins coûteuses et faciles à organiser dans chaque établissement scolaire de notre pas. Son installation dans chaque école revêt un caractère obligatoire. Inspecteur, conseillers d enseignement, Chefs d établissement et Conseiller pédagogiques doivent s y impliquer pour aider les enseignants sous-qualifiés à parfaire leurs compétences professionnelles. D. Activités d évaluation Objectifs Les encadreurs seront capables de, (d ) : - définir l évaluation pédagogique -donner les fonctions de l évaluation 21 - organiser les activités d évaluation dans leur école ou et classe Définition : L évaluation : est un acte par lequel on émet un jugement de valeur sur un ensemble d informations en se référant à un ou plusieurs critères. Dans une situation scolaire, l évaluation vise à contrôler la réalisation des objectifs fixés par le programme. Elle se fait sous forme d interrogation ou des examens. A la fin d un temps donné : une période, un trimestre, une année scolaire, un cycle de formation, il est prévu une évaluation pédagogique. Ce dernier change de fonction suivant la décision à laquelle elle dervra aboutir. Elle est : - prédictive si elle permet à l évaluateur de déceler les prédispositions de l élève à entamer un apprentissage et le terminer avec succès. Les talents pour apprendre la musique, le dessin, - formative si elle permet à l enseignant de déceler les failles en cours d apprentissage et d assurer la suite de la formation en se fondant sur les failles décelées et faire en même temps des remédiations nécessaires. - sommative si elle révèle l atteinte des objectifs. Elle vise l ensemble des apprentissage d un trimestre ou d une année ou d un cycle d enseignements - certificative si elle vise la délivrance d un titre scolaire (certificat, brevet, diplôme,

20 20 Dans système éducatif, on parle aussi de : - l évaluation interne : celle assurée par les enseignants dans leur salle de classe ( interrogations, Examens, travaux de recherche, des exposés, Elle est formative et sommative. - l évaluation externe : celle organisée par l Etat pour s assurer de l atteinte des objectifs intermédiaires et généraux de la politique éducative. Elle est certificative. Organisation des activités d évaluation L évaluation scolaire est celle interne, menée par l enseignant sous l œil vigilant du Chef de centre. Les documents d évaluation se subdivisent en deux : ceux à contrôler par le chef du centre, initié et tenu par l enseignant et ceux à tenir par le chef de centre. Documents à contrôler par le chef de centre : 1. Le cahier de composition 2. Les copies d interrogations et examens 3. le cahier de devoirs 4. le cahier des notes ou des points Documents tenus par le Chef de centre : 1. Les relevés des notes 2. les bulletins 3. le palmarès 4. la programmation des activités de formation 5. les P.V. de délibération N.B. PAS D ECHEC AUX BRANCHES TECHNIQUES PRATIQUES

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES P a g e 1 REGLEMENT DES ETUDES INSTITUT DON BOSCO HUY Enseignement ordinaire de plein exercice rue des Cotillages 2-4500 HUY - Tél.: 085/27.07.50 - Fax: 085/23.55.29 E-Mail: direction@donboscohuy.be Site

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

le dossier individuel de l agent

le dossier individuel de l agent QUESTION DE DROIT : le dossier individuel de l agent Le dossier administratif d un agent de la Fonction Publique est un document obligatoire que le service du personnel de chaque établissement se doit

Plus en détail

Tableau d archivage des EPLE

Tableau d archivage des EPLE Tableau d archivage des EPLE Délais de conservation et traitement des archives produites par les collèges et lycées Réalisé par les archives départementales de la Vienne en collaboration avec la cellule

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 163 13 juillet 2009. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 163 13 juillet 2009. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2391 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 163 13 juillet 2009 S o m m a i r e ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL: TÂCHE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

Les concours de l Assemblée nationale

Les concours de l Assemblée nationale A S S E M B L É E N A T I O N A L E Les concours de l Assemblée nationale Les informations contenues dans cette brochure ont été mises à jour en septembre 2012 ASSEMBLÉE NATIONALE Service des Ressources

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques) 202-206 0Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Référentiel d évaluation. de l option de base groupée (O.B.G.)

Référentiel d évaluation. de l option de base groupée (O.B.G.) Référentiel d évaluation de l option de base groupée (O.B.G.) Intitulé du profil de formation (section) Technicien-Technicienne en comptabilité Code: 7124 TQ 5 e 6 e Date d approbation par la commission

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

COLLEGE ANDRE LAHAYE

COLLEGE ANDRE LAHAYE COLLEGE ANDRE LAHAYE 1, Avenue de l Espérance 33510 ANDERNOS Tél : 05 56 82 07 23 CAHIER DE STAGE Année scolaire 2014-2015 CLASSE DE L ELEVE : 3 NOM :.. PRENOM :.. Date de naissance : / / Adresse :. Commune

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Compétences visées dans la formation

Compétences visées dans la formation Droit privé Spécialité Professionnelle : Gestion du patrimoine privé Responsable : Jean-Marie PLAZY, Maître de conférences RETRAIT DES DOSSIERS DE CANDIDATURE ENTRE LE 15 AVRIL ET LE 31 MAI sur le site

Plus en détail

GUIDE POUR LE PILOTAGE PEDAGOGIQUE

GUIDE POUR LE PILOTAGE PEDAGOGIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Education Nationale Direction de l Enseignement Elémentaire ------------------- GUIDE POUR LE PILOTAGE PEDAGOGIQUE Novembre 2012 1 Sommaire

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Ordonnance du 26 septembre 2006 Entrée en vigueur : 01.10.2006 modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 16 mars 2006 modifiant

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

CANNEVAS pour un REGLEMENT INTERIEUR DE LYCEE

CANNEVAS pour un REGLEMENT INTERIEUR DE LYCEE CANNEVAS pour un REGLEMENT INTERIEUR DE LYCEE VU les articles du Code rural et forestier, livre V111; VU les articles du code de l'éducation; VU l avis rendu par le conseil de délégués des élèves le [

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Adopté par le conseil d UFR le 10 juillet 2013 Voté au CA du 1 er octobre 2013 Adopté par la CFVU du 09 septembre 2013 MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Master année 1 Arrêté d habilitation

Plus en détail

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats.

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. PROGRAMME 2015-2016 I - LE CONCOURS : Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. L IFSI de Villefranche

Plus en détail

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage 14 juin 2011 1/11 Préambule Dans le cadre de la nécessaire communication auprès des jeunes en formation, le Conseil supérieur

Plus en détail

Secrétariat-comptabilité Adjoint(e) administrative 2012-2013 LA FORMATION À DISTANCE. Guide d information de la formation professionnelle

Secrétariat-comptabilité Adjoint(e) administrative 2012-2013 LA FORMATION À DISTANCE. Guide d information de la formation professionnelle www.cfpenvolee.com Tél. : 418-248-2370 poste 4750 Secrétariat-comptabilité Adjoint(e) administrative 2012-2013 LA FORMATION À DISTANCE Guide d information de la formation professionnelle Commission scolaire

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 07/2015 CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 1.1. Définitions 1.1.1. Le Centre de Formation à Distance, appartenant au groupe CFDF, société à responsabilité limitée de droit français dont

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 23480 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les modèles de convention de stage en entreprise, en application de l article 53, 3e alinéa du décret du 24 juillet 1997 définissant

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois LISTE DES RÈGLES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois LISTE DES RÈGLES LISTE DES RÈGLES 01 - ADMINISTRATION ADMINISTRATION - GÉNÉRALITÉS 01.01 Document définitif - Fichier informatique 01.02 Document mis à jour - Fichier informatique 01.03 Document préparatoire, document

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE ORGANISATION GÉNÉRALE ÉTUDES ET PÉDAGOGIE GÉNÉRALITÉS PROMOTION EXAMENS ET DIPLÔMES ÉLÈVES (voir: Chapitre III. Enseignement secondaire) PERSONNEL (voir:

Plus en détail

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Vu la Loi N 005/PR/2003 du 02 mai 2003, portant protection du Droit d Auteur,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun 1 TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I DE LA DENOMINATION ET DU SIEGE Article 1 : La Mutuelle créé entre les Inspecteurs

Plus en détail

Vade-Mecum DEMANDEUR DE CREDIT STARTEO - OPTIMEO

Vade-Mecum DEMANDEUR DE CREDIT STARTEO - OPTIMEO 1 Vade-Mecum DEMANDEUR DE CREDIT STARTEO - OPTIMEO avril 2005 Avril 2005 1 TABLE DES MATIERES I. Terminologie 1 II. Les différents groupes-cibles et investissements admis 3 III. Règles en matière de fixation

Plus en détail

Désignation d un Commissaire aux Comptes titulaire et d un Commissaire aux Comptes suppléant à l APCM pour les exercices 2007 à 2012.

Désignation d un Commissaire aux Comptes titulaire et d un Commissaire aux Comptes suppléant à l APCM pour les exercices 2007 à 2012. Pouvoir adjudicateur : Assemblée Permanente des Chambres de Métiers (APCM) représentée par son président, Alain Griset 12 avenue Marceau - 75008 Paris Tél. 01 44 43 10 20 - Fax 01 47 20 34 48 www.apcm.com

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7

Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7 Étudiants... page 9 Devoirs des étudiants... page 9 Droit des étudiants... page 13 5 rue de la Motte Brûlon

Plus en détail

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm].

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm]. Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2012 ISSN : 1927-8527 (en ligne) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Le présent document se trouve

Plus en détail

Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité

Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité République et Canton de Genève Département de l'instruction publique Enseignement secondaire II postobligatoire TRAVAIL DE MATURITÉ : BASES RÉGLEMENTAIRES ET DÉROULEMENT DU TRAVAIL Résumé du rapport On

Plus en détail

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches Statuts Abréviations AD Assemblée des délégués CAS Club Alpin Suisse (association centrale) CC Comité central CG Commission de gestion CP Conférence des présidents CSFA Club Suisse des femmes alpinistes

Plus en détail

SEGPA EREA. académie Versailles ENTRE : Nom du stagiaire : Prénom : Éducation Nationale Enseignement Supérieur Recherche

SEGPA EREA. académie Versailles ENTRE : Nom du stagiaire : Prénom : Éducation Nationale Enseignement Supérieur Recherche Convention relative à l organisation de stages d application en milieu professionnel. Élèves de 4 ème âgés de moins 15 ans Élèves de 3 ème âgés de plus 15 ans (Convention type approuvée par la cellule

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI ACECA INTERNATIONAL SARL SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 1310 Avenue du Dr. KWAME N KRUMAH Sis Immeuble MABUCIG 01 BP 4318 Ouagadougou 01 Tél. : (226) 50-31-37-44 Fax : (226) 50-31-25-98 E-mail : aceca@fasonet.bf

Plus en détail

Article 4 : Article 5 :

Article 4 : Article 5 : REGLEMENT D EXAMEN MASTER 1 ère ANNEE (M1) FORMATION CONTINUE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Vu les Modalités d inscription, de progression et de validation en licence et master arrêtées par le CEVU d'amu

Plus en détail

Technologie 9 e année (ébauche)

Technologie 9 e année (ébauche) Conseil scolaire acadien provincial École secondaire du Sommet Élaboré par M. J. Saldaña T., BPhB, BEd, MSc Année scolaire 2014 2015 Technologie 9 e année (ébauche) DESCRIPTION DU COURS Pour réussir dans

Plus en détail

BREVET D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE CONSEILLER EN ADMINISTRATION ET GESTION DU PERSONNEL

BREVET D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE CONSEILLER EN ADMINISTRATION ET GESTION DU PERSONNEL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION BREVET D ENSEIGNEMENT

Plus en détail

UNIVERSITE DE TOULON UFR FACULTE DE DROIT REGLEMENT D EXAMEN ANNEE 2012/2017 LICENCE DROIT MENTION DROIT GENERAL

UNIVERSITE DE TOULON UFR FACULTE DE DROIT REGLEMENT D EXAMEN ANNEE 2012/2017 LICENCE DROIT MENTION DROIT GENERAL UNIVERSITE DE TOULON UFR FACULTE DE DROIT REGLEMENT D EXAMEN ANNEE 01/017 LICENCE DROIT MENTION DROIT GENERAL Les présentes règles s inscrivent dans le cadre réglementaire national défini par les tetes

Plus en détail

1. Absence lors d une évaluation

1. Absence lors d une évaluation Pour des fins de lisibilité, le masculin neutre désigne les individus des deux sexes. Le Collège étant un lieu d apprentissage, l élève doit accomplir toutes les tâches requises et s abstenir de comportements

Plus en détail

(Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD

(Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD (Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD Table des matières Introduction Normes générales de conduite Devoirs

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION

FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB POUR LA PREPARATION DU DIPLOME D ETUDES SUPERIEURES BANCAIRES ET

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si :

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si : DOMAINE : ADMINISTRATION En vigueur le : 25 janvier 2005 (SP-05-15) POLITIQUE : Révisée le : 22 juin 2015 (CF-DA) L usage du masculin a pour but d alléger le texte. 1. ÉNONCÉ COLLECTE DE FONDS Le Conseil

Plus en détail

2S insérer dans. l enseignement agricole. 1 à 6. 7 à 9. venez d être nommé(e) 2.1 dans l enseignement agricole. êtes en fonction. 2.

2S insérer dans. l enseignement agricole. 1 à 6. 7 à 9. venez d être nommé(e) 2.1 dans l enseignement agricole. êtes en fonction. 2. 2S insérer dans l enseignement agricole 2 Vous venez d être nommé(e) fiches 2.1 dans l enseignement agricole 1 à 6 2 Vous êtes en fonction fiches 2.2 dans un EPLEFPA 7 à 9 22.1 Vous venez d être nommé(e)

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES Dans les articles 1 à 24 du présent règlement général, il faut entendre «section ou département directement rattaché à la Faculté» partout où il est

Plus en détail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 2 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

Contacts dans l établissement

Contacts dans l établissement Contacts dans l établissement Équipe de direction du Lycée : - Proviseur : Monsieur CHAPUT, - Proviseure adjointe : Madame BOUCHARD, - Gestionnaire : Monsieur VALADIER, - Conseillers Principaux d'education

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION DIVISION APPROVISIONNEMENTS ET MAHES APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX N 64/2011 DU 13/12/2011 à 10H RELATIF A LA FOURNITURE DE 1401,20 Km DE PROFILS SISMIQUES 2D «ROUND AFRICA» ACQUIS EN 1975 EN

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail