GESTION D UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GESTION D UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 GESTION D UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE I. OBJECTIFS DE LA FORMATION 1.1. Objectif général - Renforcer les capacités des gestionnaires des centres de formation professionnelle dans les gestions administrative, pédagogique, financière et patrimoniale d un centre de formation professionnelle Objectifs intermédiaires Permettre aux opérateurs pédagogiques ( chef de centre et encadreurs) de (d ) : - adopter et mettre en pratique les attitudes et les comportements propres et compatibles avec leurs fonctions - gérer correctement le centre sur les plans administratif, pédagogique, financier et Patrimonial II. THEMES DEVELOPPES 2.1. La déontologie du chef de centre de formation 2.2. La gestion administrative d un centre de formation professionnelle 2.3. La gestion pédagogique d un CFP 2.4. La gestion financière d un CFP 2.5. La gestion patrimoniale d un CFP 2.1. LA DEONTOLOGIE D UN OPERATEUR PEDAGOGIQUE L opérateur pédagogique est une personne qui exerce un métier noble, celui de façonner et de modeler l homme. Il exerce un métier semblable à celui d un médecin ou d un avocat, d un prête. Ce métier est régi par un ensemble des règles et de comportements désignés sous le vocable «déontologie» qui est une étude normatives des principes, des règles nécessaires à l exécutions des tâches ou des activités professionnelles. 1. Définition : la déontologie professionnelle est l étude des règles et comportements qui régissent un métier ou une profession et la vie sociale. 2. Exigences professionnelles d un Chef de Centre Professionnelle a. Exigences d ordre physique - Une bonne santé - Un langage clair et audible

2 2 - Un extérieur (présentation) digne - Propreté exemplaire b. Exigences d ordre moral et social - le dévouement - l honnêteté - l impartialité ( justice) - la crédibilité - s interdire des actes immoraux tels : l injure publique, l ivresse, le trafic des points scolaires, le mensonge, la mendicité, - l amour des enfants - la ponctualité - l assiduité - le respect de l emploi de temps - l application des consignes pédagogiques - la responsabilité vis-à-vis des parents - obligations vis-à-vis de l Etat, les parents, les collègues, les subalternes, 3. Exigences d ordre intellectuel - Faire preuve d une solide formation initiale adéquate - Connaître les textes légaux (Constitution, Loi-Cadre, Statut du personnel, Ordonnances 231 et 232, R.O.I., - Posséder une culture générale large et suivre l actualité tant nationale qu internationale par les médias. 4. Conseils pratiques Pour bien accomplir et réussir sa mission, le Chef d un centre de formation doit mettre en application les quelques conseils ci-dessous : - le respect de l autorité, de toute personne et de la hiérarchie, - l amour de son travail et des enfants, - éviter toutes les critiques de nature à nuire, être collaborant, réceptif, - respecter les différents règlements qui assurent la bonne marche des affaires, - remplir correctement ses obligations vis-à-vis des tiers, - suivre l actualité, - avoir un sens aigu de responsabilité. II. GESTION ADMINISTRATIVE D UN CFP 2.1. L organisation du travail par le Chef de centre Objectif : le chef de CFP sera capable d organiser son centre administrativement A. Définitions des termes clés : Administrer : Prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler une entreprise, une entité.

3 3 Organiser : Planifier, mettre dans l ordre. Programme : Ecrits ou imprimés donnant les détails d une cérémonie, d un spectacle, Prévoir : Voir en avance, prendre des précautions avant d agir, devancer les événements, Commander : Donner des ordres, prescrire, ordonner, donner des injonctions, imposer, exercer l autorité sur Coordonner : Combiner dans l ordre assigné par la forme ou la nature des éléments, organiser dans un rapport de simultanéité et d harmonie dans un but déterminé. Contrôler : Vérifier, examiner, inspecter, surveiller, en vue de découvrir des failles ou l exactitude pour une remédiassions éventuelle Equité : Justice naturelle Subordonner : Mettre (une personne) dans une position hiérarchiquement inférieure à une autre Centraliser : Réunir en un même centre, sous une même autorité B. Avantages de l organisation du travail - Eviter les improvisations - Eviter les conflits de compétences - Gagner du temps dans l exécution des travaux - Répartir les tâches en fonction des compétences Selon FAYOL Leury ( ) administrer veut dire prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler. Prévoir = Agir. L instrument le plus efficace dans la prévention est le programme de l action du Chef Pour établir un programme d action le chef doit se fonder sur trois groupes d éléments ci-dessous : a. les faits vécus et enregistrés Ce sont des renseignements que l on peut prélever sur la situation actuelle du CFP

4 4 b. les faits prévisibles C est tout ce que l on peut prévoir en fonction de la conjoncture économique ou en fonction du progrès technique ou encore en fonction de la puissance du CFP. c. les faits imprévisibles Dans ce domaine se trouvent les circonstances que l on ne peut circonscrire ou du moins amenuiser en aménageant une certaine souplesse dans les structures, les tenants et les aboutissants des programmes du Centre. C. Organiser le Centre de Formation Professionnelle C est lui fournir la matière, l outillage et le personnel nécessaire à son fonctionnement. Pour une bonne gestion, le CFP doit avoir un organigramme de structure. D. Commander un CFP Le commandement d un CFP doit être continu c-à-d. qu en cas d absence momentanée du chef, un intérimaire doit être investi du pouvoir du chef pour les affaires courantes. E. Contrôler un CFP IL s agit de vérifier tout ce qui se passe conformément aux règles établies, aux prévisions, aux ordres donnés, aux principes admis. Le contrôle est efficace lors qu il lorsqu il est effectué au moment opportun, qu il soit suivi éventuellement des sanctions, de compléments d informations concernant le travail à réaliser, ou même d encouragements. Il doit être impartial et doit respecter les principes généraux de l administration que voici : - la division du travail, - l autorité, - la discipline, - l unité de direction, - l unité de commandement, - le privilège de l intérêt général à l intérêt particulier, - la hiérarchie, - la rémunération du personnel, - la centralisation, - l ordre, - l équité, - la stabilité du personnel, - l initiative, - l union du personnel. Le Centre de Formation Professionnelle, jouant le rôle de la formation physique, intellectuelle et morale n échappe pas à ce schéma. Il est un milieu porteur d espoir pour la jeunesse congolaise. C est cette raison que la personne appelée à gérer un CFP doit avoir

5 5 des qualités requises pour cette mission ; sa responsabilité à la tête du CFP est déterminante et lourde de conséquences. Pour ce faire, il doit : - être compétent, intègre, honnête, prévoyant, organisateur, initiateur, actif, discipliné, - éviter la routine, les improvisations, les irrégularités, la remise des activités, - travailler sur les domaines de l administration du centre, la pédagogie, les finances, le patrimoine et les activités parascolaires. Son rôle de chef de centre est intimement lié à son statut c-à-d. la position qu il occupe au sein du centre. Son attitude à l égard des parents des apprenants sera différente de celle adoptée devant ses collaborateurs. Il doit savoir qu il est à la fois administrateur, pédagogue et financier de son centre Plan d opération d un chef de centre de formation professionnelle Objectifs : le chef de CFP doit être capable de : - inventorier les différentes activités administratives du Chef de centre (CC), - situer le moment d exécution de chaque activité, - planifier les activités sur toute l année scolaire. Définitions : Plan : projet élaboré, comprenant une suite ordonnée d opérations destinées à atteindre un but Opération : acte ou série d actes ( matériels ou intellectuels) en vue d obtenir un résultat déterminé Activité : ensemble des actes coordonnées et des travaux de l être humain, une occupation Plan d opérations du Chef de centre : C est un projet des opérations (occupations, activités) élaboré par le chef de centre pour assurer un bon fonctionnement de son centre. Importance d un plan d opérations : - éviter les improvisations et les omissions - réaliser toutes les activités avec facilité - apprécier et réajuster les moyens de sa politique - assurer le succès de sa mission Le moment d élaboration du plan d opération Le mois d août, avant la rentrée scolaire, est le meilleur moment de cette élaboration Les tâches à planifier

6 6 Elles sont nombreuses et varient suint le milieu, la taille et le type d école, la nature, les options, le niveau, les possibilités financières, du centre. La liste ci-dessous n est pas exhaustive, elle est à compléter par le Chef de centre et est donné à titre exemplatif. a) Tâches journalières - Contrôle de présences au centre (encadreurs, personnel et apprenants) - Contrôle de la ponctualité - Traitement des dossiers et du courrier urgent - Accueil des visiteurs b) Tâches hebdomadaires - Contrôle des documents pédagogiques et autres - Visites des classes - Réunions pédagogiques et administratives - Contrôle des registres des apprenants c) Tâches mensuelles - Calcul des moyennes de présences - Relevé des présences des encadreurs et autre personnel - Contrôle des activités des unités pédagogiques - Contrôle de la paie des enseignants - Organisation des leçons de démonstration - Contrôle de paiement des frais scolaires - Actualisation de certains dossiers, - d) Tâches trimestrielles ou semestrielles - Contrôle des cahiers des élèves - Contrôle des questions d examen - Appréciation trimestrielle ou semestrielle des encadreurs - Rapport trimestriel ou semestriel e) Tâches annuelles - rapport de fin d année - élaboration des palmarès - établissement des bulletins de signalement - élaboration des prévisions budgétaires pour l année suivante, - Toutes ces activités, complétées par le chef de centre, seront planifiées par mois pour exécution facile et consignées dans le tableau ci-dessous :

7 7 PLAN D OPERATION DU CHEF DE CENTRE Année scolaire MOIS PERIODES Semaine du. Au. OPERATIONS / ACTIVITES Observations Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet 2.3. Gestion du personnel de l Enseignement Technique Objectif : le Chef de CFP doit être capable de : - proposer au recrutement des personnes qui en remplissent les conditions, - différencier les catégories professionnelles à l enseignement professionnel, - expliquer les différentes positions administratives d un agent de services publics de l Etat, - déterminer les autorités compétentes en matière d établissement, de cotation et signature des bulletins de signalement, - expliquer à son personnel le régime disciplinaire. Définitions : Recruter : - engager (des hommes) pour former une troupe - amener quelqu un à faire membre d un groupe

8 8 Recrutement : le fait d engager quelqu un pour devenir membre d un groupe Enseignant de carrière : enseignant ayant un titre pédagogique requis pour enseigner Cotation d un agent : appréciation qualitative des prestations d un agent pendant une certaine période ( mois, trimestre, année). Régime disciplinaire : ensemble des dispositions qui organisent la discipline dans un service ou une administration donnée. Textes juridiques ou légaux qui régissent la discipline dans un service - La Constitution - Le Statut du personnel de carrière des services publics de l Etat - La loi-cadre de l enseignement national n Les ordonnances n 231 et 232 du 15 août Le recueil des directives et instructions officielles Niveaux d administration En RD Congo, l administration des écoles se situe à trois niveaux tel qu arrêtés aux travaux du séminaire des administrateurs de l éducation, organisé à CARACAS?? en 1977, par l UNESCO et le gouvernement de VENEZUELA. Ce sont : - le niveau central, - le niveau intermédiaire, - le niveau des établissements scolaires. C est à ce dernier niveau que se situe un centre de formation professionnelle en tant qu institution de formation des enfants. Les catégories professionnelles à l EPSP Comme à l administration publique, il existe trois catégories professionnelles à l Enseignement, à savoir : 1è catégorie : le personnel de commandement : grade 11 à 14 2è catégorie : le personnel de collaboration : grade 21 à 31 3è catégorie : le personnel d exécution : grade 32 à 35 A chaque niveau, le tableau se présente comme suit :

9 9 A. Cadre administratif 1. Niveau central POSTE FONCTION GRADE ACTIVITES Secrétariat général Secrétaire Général 11 Gérer l administration centrale de l E.P.S.P. Différentes directions des services centraux 2. Niveau intermédiaire Directeur, chef de service 12 Gérer leurs services respectifs POSTE FONCTION GRADE ACTIVITES Division urbaine ou provinciale de Chef de Division urbaine ou provinciale ( Proved) 12 Responsable administratif l EPSP Cellule provinciale Chef de cellule 12 Paie de enseignants Secope Coordinations provinciales des écoles conventionnées Tous les services au niveau des districts et des territoires Coordinateur provincial des écoles conventionnées Sous-proved Coordinateur S/Prov Coordinateur diocésain Coordinateur communautaire Conseiller d enseign. 3. Niveau des établissements et programmes scolaires Direction des écoles - primaires - secondaires Classes Primaires - Degré élémentaire : 1è, 2è - Degré moyen : 3è, 4è Directeur d école Préfet des études Maître (esse) Instituteur (trice) Moniteur (trice) Administration de l enseignement conventionné 13 Administration Encadrement Assimilation des programmes scolaires Idem - Degré terminal : 5è, 6è Classes secondaires Différentes disciplines Professeur (s) Idem

10 10 B. Cadre technique : Inspection Générale de l E.P.S.P. 1. Niveau central POSTE FONCTION G ACTIVITES RADE Inspection Générale Inspecteur Général 11 Contrôle Formation Evaluation Administration Inspection Services Inspections Générales Adjointes 2. Niveau intermédiaire Inspecteur Général Adjoint Inspecteur Principal Inspecteur Exploitant Contrôle Formation Evaluation Exploitation rapports Inspection Principale provinciale Inspecteur Principal Provinc. 12 Contrôle, formation, évaluation, Administration Inspection Inspection Principale Provinciale Adjointe Inspecteur Principal Provincial Adjoint. 13 Contrôle, formation, évaluation, Exploitation rapports Inspection de Pool - Primaire - Secondaire Inspection itinérante - Primaire - Secondaire Insp. Chef de Pool Primaire Insp. Chef de Pool Secondaire Insp. Itinérant du Primaire Insp. Itinérant de secondaire Contrôle de la gestion scolaire Evaluation et encadrement pédagogique Idem Critères de recrutement du personnel d encadrement ( Enseignant professeur ) Le centre de formation professionnelle, en tant qu institution chargée de la formation de la jeunesse, doit répondre aux mêmes exigences que les écoles techniques professionnelles pour offrir au pays une main d œuvre qualifiée dont il a besoin pour réaliser son développement. C est à ce titre que les dispositions officielles appliquées dans les écoles techniques seront aussi d application des les centres de formation professionnelle. a) Critères socio-administratifs - la nationalité - l ancienneté - l expérience

11 11 - le stage probatoire - la réussite à un concours (au cas où le nombre de places est inférieur au nombre de demandeurs b) Critères techniques - le niveau professionnel - l ancienneté - l expérience - le stage probatoire - la réussite à un concours au cas où le nombre de places est inférieur au nombre de demandeurs Personnes interdites au recrutement 1. Des personnes sans titre pédagogique requis 2. Personnes présentant des infirmités physiques incompatibles avec la fonction d encadreur. Positions administratives du personnel Quatre positions sont reconnues : en activité, en détachement, en disponibilité, en suspension. COTATION DES ENCADREURS ( enseignants) 13 A la fin des chaque année, tout agent en activité a droit à sa cotation et le chef de centre a le devoir de la coter par un bulletin de signalement. L article 21 de l ordonnance 232 du 15 août 1991 détermine les compétence en cette manière de la manière ci-dessous : CATEGORIE D AGENT Personnel enseignant Personnel administratif ou Technique Agent de commandement de l établissement AUTORITE COMPETENTE POUR L ETABLISSEMENT DU SIGNALEMENT Le chef d établissement Le chef de Division ou son délégué AUTORITE COMPETENTE POUR L ATTRIBUTION DEFINITIVE DE LA COTE Le chef de Division ou son délégué Le directeur de Région ou son délégué Du régime disciplinaire

12 12 Pour le personnel des écoles,tout manquement aux devoirs, à l Etat, à l honneur ou à la dignité de ses fonctions, constitue une faute disciplinaire et mérite une action disciplinaire Et toute faute disciplinaire mérite l ouverture d une action qui sera par une des autorités prononcée. L ouverture de l action disciplinaire doit impérativement respecter les délais légaux, à savoir : 20 jours (vingt jours) à dater de la prise de connaissance de la faute commise par l agent. Dépassé ce délai, l action disciplinaire ne peut plus être ouverte, quelle que soit la gravité de la faute commise. L agent a aussi vingt (20) jours pour déposer ses justifications. N.B. : 20 (vingt) jours si l on est dans le même milieu et 30 (trente ) jours si l on est dans des milieux différents. L autorité a trois mois pour clôturer l action ouverte. Dépassé ce délai, l action tombe caduque, quelle que soit la gravité de la faute commise et l agent est replacé d office à son poste. L agent incriminé peut, s il estime la faute injuste, introduire un recours dans les 8 (huit) jours qui suivent la prise de connaissance de la sanction prise à son endroit. Sortes de recours a) Recours administratif : introduit auprès de sa hiérarchie administrative b) Recours juridictionnel : introduit auprès des instances judiciaires Le recours administratif introduit auprès du Ministre de la fonction publique est subordonné à l épuisement des autres voies de recours et la décision de ce Ministre est prépondérante. Autorités habilitées à infliger des sanctions disciplinaires CATEGORIE D AGENT POURSUI DISCIPLINAIREMENT Personnel enseignant, administratif ou technique Agent de commandement de l établissement AUTORITE COMPETENTE POUT INFLIGER LA PEINE Blâme Retenue d 1/3 du traitement Exclusion temporaire Chef de centre Chef de division ou Chef de division ou son délégué son délégué Chef de Directeur de Région Directeur de Région division ou son délégué régionale Conditions de recevabilité d un recours - Etre introduit dans le délai règlementaire - Avoir pris connaissance de l action disciplinaire et signé pour réception - L avoir rédigé en des termes courtois - Se limiter aux points des désaccords.

13 13 Clôture du dossier disciplinaire La clôture de l action disciplinaire se fait soit par le classement sans suite, soit par une des peines ci-dessus évoquées. La peine de révocation est prononcée par celui qui engage. Les documents d un Chef de centre professionnel Objectifs : Le Chef de centre professionnel sera capable de : - citer les documents administratifs qu il doit avoir ou tenir pour mieux gérer son centre, - acheter, créer et ou actualiser différents documents administratifs Les documents de référence 1. La Loi-cadre n 086/ Recueil des directives et instructions officielles 3. Calendrier scolaire 4. Actes juridiques ( arrêtés, décrets et ordonnances) 5. Statut du personnel de carrière des services publics de l Etat 6. Ordonnance 232 du 15 août Code de travail (pour les centres uniquement) 8. Conventions scolaires (pour les écoles conventionnées ) 9. La Constitution de la R.D.Congo Autres documents ( à initier ou actualiser ) 10. Agenda du Chef d établissement ( son journal d activités) 11. Règlement intérieur du centre 12. Rapports administratifs ( rentrée et fin d année ) 13. Palmarès 14. Rapports des réunions administratives et pédagogiques ( différents P.V. et compterendus) 15. Dossiers individuels du personnel 16. Mise en place 17. Attributions du personnel 18. Registres d inscriptions 19. Registres matricules 2O. Dossiers individuels des apprenants 21. Fichiers scolaires 22. Registres des titres scolaires 23. Registre des pièces scolaires 24. Copies des bulletins 25. Listes par classe 26. P.V. des délibérations 27. Registres d appel 28. Notes de service

14 Remise et reprises 30. Affichage 31. Dossier médical 32. Dossier SONAS 33. Dossier stagiaires 34. Courrier ( indicateur classement cahier de transmissin) 35. Absence du personnel 36. Dossiers disciplinaires 37. Retenues Exclusions 38. Fiche d atelier 39. Fiche d inventaires 40 Fiche de gestion des stocks 41. Plan d opérations 42. Documents cadastraux Documents reçus en copies 43. Inspections administratives ( C2 ) 44. Inspections financières ( C4 ) 45. Inspection de contrôle des dossiers ( C7 ) 46. Inspection 1è visite ( C1 ) THEME 2 : GESTION PEDAGOGIQUE D UN CENTRE PROFESSIONNEL A. OBSERVATION DES CLASSES Objectifs : Le chef de centre doit être capable de : - reconnaître les différents éléments à observer lors d une observation de classe - apprécier le respect des étapes d une séquence didactique - apprécier objectivement une leçon observée - suggérer les remèdes aux lacunes relevées lors du déroulement de la leçon Définitions : Visite : le fait de se rendre dans un milieu pour procéder à une inspection, un contrôle, Un examen Leçon : enseignement donnée dans une salle de classe, pendant une durée déterminée ( une séquence didactique ) Observation : regard attentif de quelque chose avec intention de déceler des failles Personnes habilitées à observer des leçons - le Chef d établissement - le conseiller pédagogique

15 15 - le conseiller d enseignement - l inspecteur (selon le niveau) Les moments d une visite de classe Ces moments permettent d espérer atteindre les objectifs de la leçon - Avant la leçon - Pendant la leçon - Après la leçon a) Avant la leçon Le contrôleur prendra le dossier de l enseignant pour : - prélever les renseignements administratifs nécessaires concernant l encadreur - lire les conseils et observateurs faits par les contrôleurs précédents pour voir s il y a eu Progrès ou pas - consulter les prévisions des matières pour voir si la leçon à observer est celle prévue - voir la grille horaire pour s assurer du moment où la leçon aura effectivement lieu 17 b) Pendant la leçon A cette étape le contrôleur se mettre calmement au fond de classe pour observer, avec un œil attentif et critique, le déroulement de la leçon. Il s interdire de rompre brutalement l enseignant, Et s il doit le faire, il usera de beaucoup de tact pour que les apprenants ne s en rendent pas compte. Points à observer : - la personnalité de l enseignant dans la classe ( présentation, langage, autorité, dignité, respect des autres, ) - Le fond de la leçon : la conformité au programme, l adaptation au niveau de la classe et des élèves, la maîtrise de la matière par l encadreur, la compréhension par les élèves. - la forme : la structure de la leçon ( différentes étapes, les stratégies d enseignement utilisées, les stratégies d apprentissage mises en œuvre, l utilisation des M.D., et la participation des élèves. - les documents pédagogiques Pour l enseignant : les prévisions des matières, journal de classe, fiche de préparation, fiche d atelier, fiche de laboratoire

16 16 Pour les élèves : cahiers de notes et d exercices. c) Après la leçon Le contrôleur organise un entretien avec l encadreur visité aux fins de tirer la conclusion sur la leçon observée en lui attribuant une cote éventuellement. L entretien se fera dans un climat de confiance mutuelle, en commençant par des points positifs de la leçon avant de déboucher par des points négatifs et des conseils. Au besoin, l encadreur pourra s apprécier lui-même avant le contrôleur. B. LES DOCUMENTS PEDAGOGIQUES Objectifs Les Chefs de centre seront capables de : - énumérer et expliquer les documents pédagogiques - contrôler les documents pédagogiques Les documents pédagogiques a) fiche de préparation document contenant la préparation détaillée de la leçon. C est un document essentiellement didactique b) journal de classe document qui reprend chaque jour de classe, heure après heure, les différentes disciplines à enseigner, leur sujet, la matière, les tâches pour apprenants et les références utiles. Il est le document le plus important exigé par toute autorité intéressée aux activités scolaires. c) prévisions des matières elles présentent les matières du programme subdivisées en périodes et en semaines. Ce document est établi en deux exemplaires dont un pour l encadreur et l autre pour la direction. d) carnet des notes d appréciation c est un cahier dans lequel l encadreur porte les notes évaluatives de chaque apprenant ( contrôles oraux et écrits, devoirs, participation et attention des apprenants, tenue des cahiers, ponctualité, e) cahier des compositions document dans lequel l encadreur inscrit toutes les questions de compositions et à coté de la question, il inscrit la réponse et le nombre de points attribués à la question. e) cahier de résumés document dans lequel l encadreur met les résumés des ses enseignements par discipline.

17 17 Contrôle des documents pédagogiques Pour bien contrôler les documents pédagogiques, il faut les mettre en parallèle et vérifier leur concordance et leur coordination pour s assurer s il y a concordance entre les prévisions et le programme, entre les prévisions et le journal de classe, entre le journal de classe et les fiches de préparation, puis entre les cahiers des questionnaires, les copies et les fiches des points. Si chaque document est lu séparément ; il s agit là de la lecture des documents et non d un contrôle C. LA CELLULE DE BASE DE LA FORMATION ET DE L ENCADREMENT Objectifs : Le chef de centre sera capable de : - définir les concepts : formation, encadrement, cellule de base de la formation et de l encadrement, unité pédagogique, leçon de démonstration, plage horaire, leçon de démonstration - constituer les U.P. de sa C.B. - reconnaître les tâches du chef de la C.B. - tenir le dossier Sernafor - établir les rapports périodiques - diriger les réunions de formation Définitions : Formation : action d instruire Encadrement : action de suivre quelqu un dont o prend la charge pour qu il renforce ses capacités et compétences dans un domaine donné Cellule de base de la formation et de l encadrement : c est l école structurée et organisée pédagogiquement pour répondre aux besoins de formation et d encadrement des enseignants Unité pédagogique : regroupent des enseignants d une école par classes parallèles ou par discipline ou par disciplines apparentées pour répondre aux problèmes de sous-qualification dans leur école Leçon de démonstration : une leçon donnée après exploitation d un outil de formation en unité pédagogique en vue de résoudre un problème soit scientifique soit didactique Plage horaire : l heure planifiée sur un horaire des cours d une école pour permettre à tous les enseignants d une Unité Pédagogique de se rencontrer pour des activités de formation dans leur UP Visite d encadrement : visite organisée par le chef de la C.B. dans le cadre des leçons de démonstration ou de leur application Structure de la Cellule de Base A la tête, se trouve le Chef de la C.B. (chef d établissement lui-même ou son délégué)

18 18 A la base se trouvent les enseignants regroupés en Unités Pédagogiques. A la tête de chaque U.P., se trouve un enseignant qualifié, compétent et expérimenté appelé «Chef de l Unité pédagogique» Les activités de la C.B. Il y a deux activités principales : - la réunion de formation - la visite d encadrement a) La réunion de formation Elle vise plusieurs activités qui peuvent se dérouler en U.P.. Le chef de la CB peut réunir, à une heure planifiée, réunir ses UP pour traiter des matières suivantes : - identifications des insuffisantes scientifiques et didactiques des enseignants - exploiter les outils de formation SERNAFOR - élaborer les prévisions des matières - composer les questions d examens - organiser des leçons de démonstration - examiner l état d avancement des enseignements - évaluer les résultats obtenus par les enseignants et apprécier leurs progrès dans leurs Enseignements - discuter sur l emploi d une méthode ou d un procédé - faire l inventaire et l état de lieu du matériel didactique - la fabrication du M.D. b) La visite d encadrement C est une visite effectuée par le Chef de la CB pour vérifier si les recommandations données en U.P. ont été suivies et appliquées dans le cadre des leçons de démonstration. Elle n est pas à confondre avec une visite de classe ordinaire car elle n exige pas de cotation. Elle s arrêt aux observations et conseils, dans des échanges sur les leçons de démonstrations données. Les tâches du chef de la C.B. - planification des activités de formation et leur intégration dans l horaire officiel des cours au Début de chaque année scolaire - composition des U.P. - direction des réunion de formation - réalisations des activités d encadrement - tenue du dossier SERNAFOR - suivi des activités des U.P. - établissement des rapports périodiques et annuelles des activités SERNAFOR. Conclusion :

19 19 L effectif important d enseignants dans notre enseignement constitue une des causes de la baisse de la qualité de l enseignement en R.D. Congo. Pour y pallier, il faut aider les sousqualifiés à renforcer leurs capacités professionnelles en organisant des sessions de formation. La cellule de Base de la formation est l une des pistes les moins coûteuses et faciles à organiser dans chaque établissement scolaire de notre pas. Son installation dans chaque école revêt un caractère obligatoire. Inspecteur, conseillers d enseignement, Chefs d établissement et Conseiller pédagogiques doivent s y impliquer pour aider les enseignants sous-qualifiés à parfaire leurs compétences professionnelles. D. Activités d évaluation Objectifs Les encadreurs seront capables de, (d ) : - définir l évaluation pédagogique -donner les fonctions de l évaluation 21 - organiser les activités d évaluation dans leur école ou et classe Définition : L évaluation : est un acte par lequel on émet un jugement de valeur sur un ensemble d informations en se référant à un ou plusieurs critères. Dans une situation scolaire, l évaluation vise à contrôler la réalisation des objectifs fixés par le programme. Elle se fait sous forme d interrogation ou des examens. A la fin d un temps donné : une période, un trimestre, une année scolaire, un cycle de formation, il est prévu une évaluation pédagogique. Ce dernier change de fonction suivant la décision à laquelle elle dervra aboutir. Elle est : - prédictive si elle permet à l évaluateur de déceler les prédispositions de l élève à entamer un apprentissage et le terminer avec succès. Les talents pour apprendre la musique, le dessin, - formative si elle permet à l enseignant de déceler les failles en cours d apprentissage et d assurer la suite de la formation en se fondant sur les failles décelées et faire en même temps des remédiations nécessaires. - sommative si elle révèle l atteinte des objectifs. Elle vise l ensemble des apprentissage d un trimestre ou d une année ou d un cycle d enseignements - certificative si elle vise la délivrance d un titre scolaire (certificat, brevet, diplôme,

20 20 Dans système éducatif, on parle aussi de : - l évaluation interne : celle assurée par les enseignants dans leur salle de classe ( interrogations, Examens, travaux de recherche, des exposés, Elle est formative et sommative. - l évaluation externe : celle organisée par l Etat pour s assurer de l atteinte des objectifs intermédiaires et généraux de la politique éducative. Elle est certificative. Organisation des activités d évaluation L évaluation scolaire est celle interne, menée par l enseignant sous l œil vigilant du Chef de centre. Les documents d évaluation se subdivisent en deux : ceux à contrôler par le chef du centre, initié et tenu par l enseignant et ceux à tenir par le chef de centre. Documents à contrôler par le chef de centre : 1. Le cahier de composition 2. Les copies d interrogations et examens 3. le cahier de devoirs 4. le cahier des notes ou des points Documents tenus par le Chef de centre : 1. Les relevés des notes 2. les bulletins 3. le palmarès 4. la programmation des activités de formation 5. les P.V. de délibération N.B. PAS D ECHEC AUX BRANCHES TECHNIQUES PRATIQUES

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003 Première partie 43 ème année n 8 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Décret n 046-A/003 du 8 mars 003 portant création, organisation et fonctionnement d

Plus en détail

LE CONSEIL D ECOLE. Lors de la première séance, les maîtres informent sur les conditions dans 2 exemplaires du PV sont adressés à l IEN ;

LE CONSEIL D ECOLE. Lors de la première séance, les maîtres informent sur les conditions dans 2 exemplaires du PV sont adressés à l IEN ; LE CONSEIL D ECOLE La composition du Conseil d école- Membres permanents Le directeur qui préside Le Maire ou son représentant Les maîtres de l école exerçant dans l école Un maître du RASED Le délégué

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS NOTICE DE RENSEIGNEMENTS ADJOINT TECHNIQUE SESSION 2016 MINISTERE DE LA JUSTICE SESSION 2016 Direction de l'administration Pénitentiaire 1 SOMMAIRE I - RECRUTEMENT... p. 4 1.1- CONDITIONS D INSCRIPTION

Plus en détail

POSTE CADRE SUPERIEUR

POSTE CADRE SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES APPEL A CANDIDATURES POSTE CADRE SUPERIEUR N 11-2014 SKTM-CS/I Shariket Kahrab wa Taket Moutadjadida SKTM Le présent appel à candidatures vise à sélectionner

Plus en détail

PLANNING DE FIN D ANNEE SCOLAIRE 2013-2014. Avis aux élèves et à leurs parents

PLANNING DE FIN D ANNEE SCOLAIRE 2013-2014. Avis aux élèves et à leurs parents PLANNING DE FIN D ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 Avis aux élèves et à leurs parents MAI 2014 Vendredi 23 mai 2014 : - Fin des activités parascolaires. Vendredi 30 mai 2014 : - Clôture des points de la 3 ème

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI ACECA INTERNATIONAL SARL SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 1310 Avenue du Dr. KWAME N KRUMAH Sis Immeuble MABUCIG 01 BP 4318 Ouagadougou 01 Tél. : (226) 50-31-37-44 Fax : (226) 50-31-25-98 E-mail : aceca@fasonet.bf

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTION. Enseignant ou enseignante de classe de développement itinérant-e au degré primaire

DESCRIPTION DE FONCTION. Enseignant ou enseignante de classe de développement itinérant-e au degré primaire Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport Direktion für Erziehung, Kultur und Sport CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG DESCRIPTION DE FONCTION Enseignant ou enseignante de classe

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

I. QU EST-CE-QU UN SERGENT DE SAPEURS-POMPIERS PROFESSIONNELS?

I. QU EST-CE-QU UN SERGENT DE SAPEURS-POMPIERS PROFESSIONNELS? Service Départemental d Incendie et de Secours de Meurthe-et-Moselle 27 clos du cardinal Mathieu 54000 NANCY Internet : www.sdis54.fr EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES PAR VOIE D AVANCEMENT AU GRADE DE SERGENT

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES UNIVERSITE LILLE 2 DROIT ET SANTE Institut de Préparation à l Administration Générale Année Universitaire 2014-2015 MASTER Droit public 2 ème année Spécialité Administration Publique Parcours Métiers de

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Décret n 07-151 [NB - Décret n 07-151 de 2007 fixant certaines modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux

Plus en détail

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé CONVENTION DE SERVITUDES ENTRE ERDF ET LA COMMUNE POUR LA POSE DE POTEAUX BASSE TENSION A L ATELIER MUNICIPAL DES BASSES LANDES (MISE

Plus en détail

DOCUMENT à CONSERVER

DOCUMENT à CONSERVER DOCUMENT à CONSERVER Genech Formation situé au 28 rue Victor Hugo, 59810 LESQUIN, accueille en formation des apprenants (jeunes et adultes) ayant conclu un contrat de type particulier ou une convention

Plus en détail

FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE

FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE A D M I N I S T R A T I V E FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE I Catégorie et composition... 2 II - Les fonctions... 2 III - Les conditions d accès... 2 IV

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION FONDS NATIONAL D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE REGION : Centre Département : CHER (18) INFORMATIONS CONCERNANT LE PROJET Intitulé du projet et résumé de l objet :.....

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Du personnel d encadrement des commissions scolaires

Du personnel d encadrement des commissions scolaires DE S C R I P T IO N D E S E M P L O I S G É NÉ R I Q U E S Du personnel d encadrement des commissions scolaires Direction générale des relations du travail Ministère de l Éducation Juillet 2002 TABLE DES

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE DEMANDE DE VALIDATION SUR LE FOND Nom Prénom Matricule RÉSERVÉ AU SERVICE N de la demande Date de réception Date de recevabilité Décision de recevabilité jointe Date

Plus en détail

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile.

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile. JOURNAL OFFICIEL N 21 DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE Du 7 avril 2004 Décret exécutif n 04-103 Du 15 Safar 1425 Correspondant au 5 avril 2004 Portant création et fixant les statuts du Fonds de Garantie Automobile.

Plus en détail

La Commune de Plombières recrute un ouvrier qualifié (H/F) contractuel plombier-zingueur-couvreur D2 à temps plein

La Commune de Plombières recrute un ouvrier qualifié (H/F) contractuel plombier-zingueur-couvreur D2 à temps plein La Commune de Plombières recrute un ouvrier qualifié (H/F) contractuel plombier-zingueur-couvreur D2 à temps plein Descriptif de fonction: Mission Dans le cadre d un service public, dans le respect des

Plus en détail

427.11. Règlement. de la Haute Ecole de gestion de Fribourg. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête : du 14 juillet 1995

427.11. Règlement. de la Haute Ecole de gestion de Fribourg. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête : du 14 juillet 1995 47. Règlement du 4 juillet 995 de la Haute Ecole de gestion de Fribourg Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 60 de la loi fédérale du 9 avril 978 sur la formation professionnelle ; Vu l

Plus en détail

DECRET D'ORGANISATION DGCPR

DECRET D'ORGANISATION DGCPR DECRET D'ORGANISATION DGCPR Texte d organisation de la direction générale de la comptabilité publique et du recouvrement de la Tunisie Décret n 2007-1198 du14 mai 2007, modifiant et complétant le décret

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3174 Conventions collectives nationales INDUSTRIE CINÉMATOGRAPHIQUE IDCC : 716. Employés et ouvriers de

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

leo > Présentation du Cycle 2 Information aux parents Degré primaire www.vd.ch/scolarite Années 5P à 8P

leo > Présentation du Cycle 2 Information aux parents Degré primaire www.vd.ch/scolarite Années 5P à 8P leo > Degré primaire Années 5P à 8P DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Présentation du Cycle 2 Information aux parents L école obligatoire se déroule sur onze ans. Elle vise à

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Projet de décret pris pour l'application de la loi n 62-12 relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole Le projet de ce présent décret s inscrit dans le cadre

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

CONCOURS. Sur titres avec épreuves. Rééducateur territorial

CONCOURS. Sur titres avec épreuves. Rééducateur territorial CONCOURS Sur titres avec épreuves Rééducateur territorial novembre 2012 2 SOMMAIRE 3 I. L EMPLOI... 4 A. Le cadre d emplois des rééducateurs territoriaux... 4 B. Les fonctions exercées... 4 II. LE CONCOURS...

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail DEVENEZ Inspecteur du travail Valérie Couteron Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail Inspecteur du travail Un métier au service du monde du travail Les inspecteurs du travail sont des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) AVIS DE RECRUTEMENT N 008/2013/DSAF/DRH La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ETUDES DE L ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE OUAGADOUGOU TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES TITRE II : CONDITIONS D INSCRIPTION

REGLEMENT INTERIEUR DES ETUDES DE L ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE OUAGADOUGOU TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES TITRE II : CONDITIONS D INSCRIPTION REGLEMENT INTERIEUR DES ETUDES DE L ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE OUAGADOUGOU TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le règlement intérieur applicable à l Ecole Supérieure de Commerce de Ouagadougou

Plus en détail

Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux

Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux RÉGLEMENT DES ÉTUDES Vu le décret n 2002-50 du 10 janvier 2002 relatif aux conditions d accès et aux régimes de formation

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

[FICHE DE POSTE COMPTABLE ET GESTIONNAIRE DE CARRIERES] 13 mai 2014

[FICHE DE POSTE COMPTABLE ET GESTIONNAIRE DE CARRIERES] 13 mai 2014 FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE Comptable et gestionnaire de carrières CADRE STATUTAIRE Agent titulaire de la Fonction Publique Territoriale Catégorie : B Filière : Administrative Cadre d emploi : Rédacteur

Plus en détail

Situation évaluateur formalisme

Situation évaluateur formalisme LA PERENNISATION DE L'ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE REFERENCES : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1998 01 En vigueur : Approbation : Marcien Proulx directeur général POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET REGLEMENT DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège MAJ mars 2014 1 Vu le code de l Education. Vu le code général des collectivités territoriales Vu la loi n 809 du 13 Août 2004 et notamment

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE TITRE I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES PRÉAMBULE Le présent règlement intérieur est élaboré en application des articles 13 à 14-1 de la loi n 71-1130 du 31 décembre 1971, et du

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE CTB-66152

EXPERTISE COMPTABLE CTB-66152 FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION PLAN DE COURS Été 2006 Le 2 mai 2006 EXPERTISE COMPTABLE CTB-66152 Professeur : Patrick Couture 5240, pavillon Palasis-Prince 656-2131, poste 7696 patrick.couture@fsa.ulaval.ca

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du 07 mai 2002 relative à la constitution,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

4 ADJOINTS ADMINISTRATIFS ET 4 ADJOINTS DE DIRECTION POSTES PERMANENTS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO)

4 ADJOINTS ADMINISTRATIFS ET 4 ADJOINTS DE DIRECTION POSTES PERMANENTS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO) L Ordre des métiers de l Ontario est une organisation gérée par l industrie, qui a pour mission de protéger l intérêt public en réglementant et en promouvant les métiers spécialisés. Premier organisme

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Vu la Loi N 005/PR/2003 du 02 mai 2003, portant protection du Droit d Auteur,

Plus en détail

Certification en fin de 11 e année. Information aux parents

Certification en fin de 11 e année. Information aux parents leo > Degré secondaire I Année 11S DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Certification en fin de 11 e année Information aux parents L école obligatoire se déroule sur onze ans. Elle

Plus en détail

CONCOURS DE REEDUCATEUR TERRITORIAL

CONCOURS DE REEDUCATEUR TERRITORIAL 3440, route de Neufchâtel B.P. 72 76233 BOIS-GUILLAUME Cedex Tél. : 02 35 59 71 11 Fax : 02 35 59 94 63 www.cdg76.fr FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS DE REEDUCATEUR TERRITORIAL I - Catégorie et composition...

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

211.432.261 Ordonnance concernant le brevet fédéral d ingénieur géomètre

211.432.261 Ordonnance concernant le brevet fédéral d ingénieur géomètre Ordonnance concernant le brevet fédéral d ingénieur géomètre du 16 novembre 1994 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 950, al. 2, du code civil 1, arrête: Section 1 Objet et conditions

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Circ.-CFB 04/1 Surveillance des grandes banques Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Sommaire 1 Objet de la circulaire 2 Obligations

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

PROCEDURE DE RECRUTEMENT

PROCEDURE DE RECRUTEMENT PROCEDURE DE RECRUTEMENT Le personnel de l organisation est régi par un statut particulier adopté par les Etats membres lors de la 19 ème session Ordinaire du Conseil des Ministres en sa résolution n 166/CM/ML/B

Plus en détail

L E D I R E C T E U R D U C E D R E S

L E D I R E C T E U R D U C E D R E S MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE, SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ---------------- UNIVERSITE OUAGA II ---------------- CENTRE D ETUDES, DE DOCUMENTATION ET DE RECHERCHE ECONOMIQUES ET

Plus en détail

Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville portant création du RIARC.

Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville portant création du RIARC. VERSION MODIFIEE DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET FINANCIER TITRE I : REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 er : OBJET Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville

Plus en détail

Règlement Intérieur des Instituts Supérieurs des Sciences Infirmières

Règlement Intérieur des Instituts Supérieurs des Sciences Infirmières Règlement Intérieur des Instituts Supérieurs des Sciences Infirmières ARTICLE 1 : La présente décision fixe le règlement intérieur des instituts supérieurs des sciences infirmières. TITRE I DISPOSITIONS

Plus en détail

Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B)

Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B) Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B) Les techniciens territoriaux constituent un cadre d'emplois technique (cat. B) résultant de la fusion des cadres d emplois de technicien

Plus en détail

THÈSE DE DOCTORAT : SOUTENANCE 1. AVANT LA SOUTENANCE DE LA THÈSE

THÈSE DE DOCTORAT : SOUTENANCE 1. AVANT LA SOUTENANCE DE LA THÈSE École doctorale n 265 ED «Langues, littératures et civilisations du monde» D.R.E.D. INALCO 2 rue de Lille 75007 PARIS Tél : 01 81 70 12 16 Direction de la Recherche et des Études Doctorales THÈSE DE DOCTORAT

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

FORMATION. PERSONNEL FONCTIONNAIRES COMMUNAUX Formation 1. Sommaire

FORMATION. PERSONNEL FONCTIONNAIRES COMMUNAUX Formation 1. Sommaire PERSONNEL FONCTIONNAIRES COMMUNAUX Formation 1 FORMATION Sommaire Loi modifiée du 24 décembre 1985 fixant le statut général des fonctionnaires communaux (Extrait: Art. 42)... 3 Règlement grand-ducal du

Plus en détail

ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE

ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE Le Président de la République ; Vu la Constitution, telle

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS 1 DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED

Plus en détail

Formation initiale obligatoire des directeurs Module administratif, matériel et financier Volet réseau - Enseignement fondamental.

Formation initiale obligatoire des directeurs Module administratif, matériel et financier Volet réseau - Enseignement fondamental. 1.2.a ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE - REGIME 1 DOCUMENT 8 bis DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION 1. La présente demande émane du réseau : O (1) Communauté française O (1) Provincial et communal

Plus en détail