Bases de données et sites WEB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases de données et sites WEB"

Transcription

1 Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1

2 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues 2

3 Sécurité Confidentialité L information ne doit pas être accessible aux utilisateurs non autorisés Intégrité Les données ne peuvent être modifiées que par les utilisateurs habilités à le faire. Disponibilité Les utilisateurs ayant le droit de faire certaines actions doivent pouvoir accéder aux données correspondantes. Les SGBD fournissent différents moyens pour garantir la sécurité : authentification, contrôle d accès, mécanismes d audit, vues. 3

4 Authentification Chaque BD Oracle possède une liste de noms d utilisateurs, et un mot de passe associé. Vérifié quand un utilisateur veut utiliser des données, des ressources, des applications, par le système d exploitation, le réseau, la base Oracle. Authentification dans Oracle : cryptage du mot de passe, verrouillage des comptes, expiration du mot de passe, vérification de la complexité du mot de passe. A la création d un nouvel utilisateur, on définit un espace de stockage des tables par défaut (default tablespace), un espace de stockage de tables temporaire (temporary tablespace), des quotas sur ces espaces. Un profil délimitant l accès aux ressources 4

5 Autorisation Tous les éléments SQL ont un propriétaire. Un propriétaire d un objet possède tous les droits (privilèges) sur cet objet. On peut donner des droits à d autres utilisateurs pour accéder aux données, pour les modifier, pour obtenir des ressources, Les droits sont accordés (ou refusés) à différents niveaux (objets, schémas, tables, tuples, CPU, ). On peut accorder des droits individuellement, ou par groupes. 5

6 Privilèges Un privilège est un droit accordé pour utiliser un type d instruction SQL, ou pour accéder à un objet. Principe : Accorder des privilèges aux utilisateurs pour qu ils puissent travailler. N accorder aux utilisateurs que les privilèges dont ils ont besoin. Trop de privilèges peut compromettre la sécurité. Les privilèges sont accordés individuellement ou par groupe d utilisateurs (role) Deux types de privilèges : System privilege Schema Object Privilege 6

7 Droits d effectuer certaines actions : System Privileges GRANT <system_privilege> TO <user_list> PUBLIC [WITH GRANT OPTION] GRANT : Accorder <System privilege> : liste de privilèges Exemples : CREATE INDEX, CREATE PROCEDURE, DELETE ANY TABLE, ALTER USER, CREATE VIEW, DROP ANY VIEW, DROP USER, TO <user_list> : liste d utilisateurs autorisés TO PUBLIC donne les droits à tous les utilisateurs. WITH GRANT OPTION:permet d accorder(transmettre) le privilège à d autres utilisateurs. Ex: GRANT CREATE TABLE, CREATE TRIGGER TO user1, user2; 7

8 Object Privileges Droits d effectuer des actions sur des objets du schéma: GRANT <privilege_list> ON <database object> TO <user_list> PUBLIC [WITH GRANT OPTION] <Privilege list> : opérations du langage de manipulation de données Ex: ALTER, DELETE, EXECUTE, INSERT, UPDATE, <Database_object> : tables, vues, procedures, row, etc. Ex: GRANT insert, update(fonction, Salaire) ON EMP TO user2; GRANT all ON dept TO user3; 8

9 Utilisation des privilèges Pour créer une vue, il faut : Avoir obtenu un des privilèges système suivants (explicitement ou par un rôle) : CREATE VIEW (créer une vue dans son propre schéma) CREATE ANY VIEW (créer une vue dans un autre schéma) Avoir un des privilèges suivants :, INSERT, UPDATE, DELETE sur tous les objets impliqués dans la vue ANY TABLE, INSERT ANY TABLE, UPDATE ANY TABLE, DELETE ANY TABLE 9

10 Transmission des privilèges Pour accorder un privilège à un autre utilisateur, il faut posséder le privilège avec l option GRANT. Ex : EMP(ID_EMP, NOM, SALAIRE, ID_SERVICE) SERVICE(ID_SERV, INTITULE, ID_DIR) Max possède le droit sur EMP. Il peut le transmettre à un autre utilisateur (Jules), avec ou sans l option GRANT. Si Jules a l option GRANT, il peut également transmettre ce droit, sinon, il en a seulement l usage. 10

11 Transmission des privilèges On peut transmettre un privilège moins général que celui qu on possède. Max possède le droit INSERT sur EMP, avec l option GRANT. Il peut transmettre INSERT(NOM) sur EMP à un autre utilisateur. Un utilisateur peut obtenir le même privilège de la part de plusieurs utilisateurs différents, et le posséder de plusieurs manières (par ex. avec ou sans option GRANT). 11

12 Exemple Max est le propriétaire du schéma Emp, Service. Il effectue les ordres : GRANT, INSERT ON emp TO jules, lulu WITH GRANT OPTION; GRANT, INSERT ON Service TO jules, lulu WITH GRANT OPTION; Jules effectue les ordres suivants : GRANT, INSERT ON emp TO zoe; GRANT ON service TO zoe; Lulu effectue les ordres suivants : GRANT, INSERT(NOM) ON emp TO zoe; GRANT ON service TO zoe; Zoé a reçu les droits sur Emp et Service de deux utilisateurs différents. Elle a aussi reçu le droit INSERT(NOM) de deux façons différentes. 12

13 Diagramme des droits Jules On Serv Max on Serv Max INSERT On Serv Max Max INSERT on Emp Lulu On Serv Lulu Jules OnEmp : with grant option : propriétaire Jules INSERT Zoé INSERT(NOM) onemp Zoé onserv Zoé Zoé INSERT Lulu INSERT 13

14 Annulation des privilèges La transmission des droits conduit à un recouvrement des privilèges. SQL maintient un graphe des privilèges gardant la trace des privilèges et de leurs origines (utile pour l annulation des privilèges). Pour annuler des privilèges, on utilise la commande REVOKE : REVOKE <system_privilege> FROM <user_list>; REVOKE <object_privilege list> ON <database object> FROM <user_list>; Ex: REVOKE update ON emp FROM user1; Si l utilisateur a transmis ces privilèges à d autres, le système renvoie une erreur et ne supprime pas les privilèges. Pour les supprimer, il faut utiliser l option CASCADE. 14

15 REVOKE REVOKE peut prendre 2 options RESTRICT et CASCADE. Lorsqu'on utilise REVOKE CASCADE, on supprime tous les privilèges transmis en cascade. (Un privilège obtenu par transmission (grant option) est abandonné si on supprime le privilège à celui qui l a transmis). L option REVOKE RESTRICT ne supprime que les privilèges qui n ont pas été transmis. S ils ont été transmis, le système renvoie une erreur. 15

16 Exemple Jules On Serv Max on Serv Max INSERT On Serv Max Max INSERT on Emp Lulu On Serv Lulu Jules OnEmp Jules INSERT Zoé INSERT(NOM) onemp Zoé onserv REVOKE,INSERT ON emp FROM lulu; Renvoie error Zoé Zoé INSERT Lulu INSERT 16

17 Exemple Jules On Serv Max on Serv Max INSERT On Serv Max Max INSERT on Emp Lulu On Serv Lulu Jules OnEmp Jules INSERT Zoé INSERT(NOM) onemp Zoé onserv Zoé REVOKE,INSERT ON emp FROM lulu CASCADE; Zoé INSERT Lulu INSERT 17

18 Rôles Les rôles sont des groupes nommés de privilèges, qu on accorde, en groupe, à des utilisateurs ou à d autres rôles. Permet de gérer les privilèges pour une application (ex: ensemble de privilèges nécessaires pour exécuter l application Paye) Pour un groupe d utilisateurs (privilèges des directeurs de département, des responsables de la paye, etc.) 18

19 Exemple Définition du role manager : CREATE ROLE manager; GRANT CREATE VIEW, CREATE PROCEDURE TO manager; GRANT, INSERT, UPDATE(SAL) ON emp TO manager; GRANT, INSERT, UPDATE ON dept TO manager; GRANT manager TO user1, user2, user3; Pour annuler : REVOKE manager FROM user1; REVOKE INSERT ON emp FROM manager; Pour annuler un role, il faut avoir le privilège GRANT ANY ROLE, ou avoir les privilèges WITH ADMIN OPTION. 19

20 Roles prédéfinis Oracle a des rôles prédéfinis : CONNECT : INSERT, UPDATE, DELETE, sur les relations dont on a les privilèges. Permet de créer des vues. RESOURCE : crée les tables, les vues, les triggers, les procédures. DBA : tous les privilèges système avec ADMIN OPTION EXP_FULL_DATABASE : tous les privilèges pour exporter les données de la base IMP_FULL_DATABASE : tous les privilèges pour importer des données. 20

21 Profils Chaque utilisateur a un profil qui spécifie les ressources auxquelles il a droit. Permet de réguler la charge, quand il y a beaucoup d utilisateurs. Plusieurs types de ressources Ressources système (nombre des sessions concurrentes, temps CPU, temps de connexion, ) Restrictions concernant le mot de passe Blocage après un nombre d essais sans succès Délai d expiration du mot de passe Réutilisation du mot de passe CREATE PROFILE profil LIMIT <resource parameters> <password parameters>; 21

22 Ressources système (1) SESSIONS_PER_USER Une session créée à chaque connexion Consomme du temps CPU, et de la mémoire CPU_PER_SESSION Limite le temps CPU par session (en centièmes de secondes) Permet d éviter de trop grandes consommations, qui pénalisent les autres utilisateurs CPU_PER_CALL Limite le temps CPU par appel 22

23 Ressources système (2) CONNECT_TIME Limite le temps de connection d un utilisateur IDLE_TIME Limite le temps d inactivité LOGICAL_READS_PER_SESSION L accès disque est une des opérations les plus coûteuses Limite le nombre d accès disque autorisés pour une session LOGICAL_READS_PER_CALL Limite le nombre d accès disque autorisés pour une instruction 23

24 Ressources système (3) PRIVATE_SGA (system global area), Limite la taille de l espace système privé exprimée en bits. COMPOSITE_LIMIT Permet de définir une limite globale d un ensemble de ressources pour une session. Le coût total d une session est calculé en faisant une moyenne pondérée des paramètres suivants : CPU_PER_SESSION, CONNECT_TIME, PRIVATE_SGA, LOGICAL_READS_PER_SESSION 24

25 Ressources Password FAILED_LOGIN_ATTEMPTS Limite le nombre d essais infructueux PASSWORD_LIFE_TIME Limite la durée d expiration du mot de passe (en nb de jours) PASSWORD_REUSE_TIME Limite le nombre de jour avant que le mot de passe puisse être réutilisé PASSWORD_REUSE_MAX Limite le nombre de changements de mots de passe avant de pouvoir réutiliser celui-ci. Réutilisation du mot de passe : Si PASSWORD_REUSE_TIME est 30 et PASSWORD_REUSE_MAX est 10, l utilisateur peut réutiliser son mot de passe au bout de 30 jours, s il a été changé 10 fois. Si on spécifie UNLIMITED pour un des deux paramètres, l utilisateur ne peut jamais réutiliser un mot de passe. 25

26 Exemples CREATE PROFILE app_user LIMIT SESSIONS_PER_USER UNLIMITED CPU_PER_SESSION UNLIMITED CPU_PER_CALL 3000 CONNECT_TIME 45 LOGICAL_READS_PER_SESSION DEFAULT LOGICAL_READS_PER_CALL 1000 PRIVATE_SGA 15K COMPOSITE_LIMIT ; CREATE PROFILE new_profile LIMIT PASSWORD_REUSE_MAX 10 PASSWORD_REUSE_TIME 30; 26

27 Dépassement des limites Dépassement de CONNECT_TIME ou IDLE_TIME : - la transaction est défaite - la session est terminée - le système renvoie une erreur en cas de nouvelle instruction Dépassement des autres limites : - l opération est annulée - l instruction en cours est défaite, - le système renvoie une erreur. - l utilisateur peut valider ou annuler la transaction en cours, et doit terminer la session. 27

28 Surveillance (Audit) Prévoir les ressources nécessaires pour des actions particulières Détecter des activités anormales (ex: suppression de données, d objets du schéma par des utilisateurs non autorisés) Collecter des informations (statistiques) sur les différentes activités (fréquence des modifications de chaque table, nombre d accès disque, nombre de sessions concurrentes, nombre d exécutions réussies, nombre d échecs, activités d un utilisateur précis, etc.). Permet d ajuster les paramètres pour améliorer les performances (tuning). 28

29 Vues Trois visions d une BD : Vues (BD virtuelle) Relations (niveau conceptuel) Pages physiques (stockage des données) Pourquoi utiliser des vues? Pour faciliter certaines requêtes (ou les exprimer plus simplement) Pour la modularité (niveau d abstraction plus élevé) Pour protéger des données 29

30 Vues Une vue est une relation virtuelle, qui contient le résultat d une requête Q sur la base. Syntaxe : CREATE VIEW nom_vue [(att1, att2...)] AS requête_sql [ WITH CHECK OPTION ] nom_vue désigne le nom de la relation virtuelle att1,... (optionnel) permet de nommer les attributs de la vue (attributs de la requête par défaut) requête_sql désigne une requête SQL standard qui définit le contenu de la vue (définition de la vue) WITH CHECK OPTION : protège des mises à jour intempestives 30

31 Exemple ENS(ID_ENS,NOM,GRADE,DOMAINE,SALAIRE,ADRESSE,TEL) COURS(ID_COURS,TITRE,NIVEAU,ID_ENS) CREATE VIEW ProfsdeL3 (ID, NOM) AS ID_ENS,NOM FROM ENS E,COURS C WHERE E.GRADE = Professeur AND E.ID_ENS=C.ID_ENS AND NIVEAU= L3 31

32 Confidentialité et vues Les vues permettent de cacher de l information à des utilisateurs non autorisés. On peut cacher des attributs, ou/et des nuplets. Ex1 : Cacher le salaire, l adresse, le téléphone des enseignants CREATE VIEW Enseignants AS ID_ENS,NOM,GRADE,DOMAINE FROM ENS Ex2 : Enseignants informaticiens CREATE VIEW EnseignantsInformaticiens AS ID_ENS,NOM,GRADE FROM ENS E WHERE E.DOMAINE = Informatique 32

33 Conclusion La protection des données de la base est un enjeu important. Plusieurs moyens Filtrer les connexions Donner des droits spécifiques aux utilisateurs Surveiller l utilisation des données Cacher des informations à l aide de vues Cryptage des données 33

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K.

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique CHAPITRE 4 ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA POLITIQUES DE CONTRÔLES

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. UTILISATEURS (suite)

420-PK6-SL Banques de données Avancées. UTILISATEURS (suite) 420-PK6-SL Banques de données Avancées Gestion des UTILISATEURS (suite) RÉCAPITULATIF Un UTILISATEUR ORACLE est donc une combinaison de deux concepts usuels des banques de données. Un objet de contrôle

Plus en détail

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/ssi.html Plan du cours 1 Introduction

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 Sommaire Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 1- Créer deux TableSpaces votre_nom-tbs et Votre_nom-TempTBS :... 3 2. Créer un utilisateur qui porte votre nom :... 3 3. Attribuer à

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Administration des Bases de Données Oracle

Administration des Bases de Données Oracle Administration des Bases de Données Oracle Plan Introduction à l administration de données Structure d une base de données Architecture interne d Oracle Sécurité des données Utilitaires Administration

Plus en détail

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données II Objets avancés dans les bases de données OBJECTIFS 2.1. NOTIONS 2.1.1.

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Administration SGBD/R. Ensemble de scripts autorisant la mise en place d'une nouvelle base de données

Administration SGBD/R. Ensemble de scripts autorisant la mise en place d'une nouvelle base de données Objectifs Mise en place d'une base de données Gestion des utilisateurs 1. Mise en place d'une base de données Ensemble de scripts autorisant la mise en place d'une nouvelle base de données BaseFoadBaseAjout.bat

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

TP Administration Oracle

TP Administration Oracle Ingénieurs 2000 Informatique et Réseaux TP Administration Oracle DIOP Ngoné ESSAIDI Abderrahim Février 2008 1 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 3 1. Déploiement d application... 4 1.1 Résumé du besoin...

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 CRÉATION DES OBJETS DE BASES DE DONNÉES... 2 1.1 Architecture d une base de données... 2 1.1.1 Niveau logique... 2 1.1.2 Niveau physique... 3 1.2 Gestion d une base de données... 3

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Gestion des utilisateurs, des groupes et des rôles dans SQL Server 2008

Gestion des utilisateurs, des groupes et des rôles dans SQL Server 2008 Gestion des utilisateurs, des groupes et des rôles dans SQL Server 2008 Version 1.0 Z Grégory CASANOVA 2 Les utilisateurs, les groupes et les rôles Sommaire 1 Introduction... 4 2 Gestion des accès serveur...

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Intégrité des données

Intégrité des données . Contraintes d intégrité : Définition et objectif Intégrité des données Définition des contraintes Vérification des contraintes Contrainte d'intégrité : propriété sémantique que doivent respecter les

Plus en détail

TP11 - Administration/Tuning

TP11 - Administration/Tuning TP11 - Administration/Tuning MIAGE #3-2006/2007 January 9, 2007 1 Architecture physique d une base Oracle 1.1 La structure physique Une base de données Oracle est composé de fichiers (au sens du système

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

TP5 MySQL requêtes avancées

TP5 MySQL requêtes avancées Master 1 BBSG TP5 MySQL requêtes avancées Bases de Données Exercice 1 : Par l'intermédiaire de PHPMyAdmin ou du client mysql, connectez-vous sur votre base de données. mysql -h dbs-perso.luminy.univmed.fr

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Administration des bases de données

Administration des bases de données Administration des bases de données Mehdi Louizi 1 Pourquoi PL/SQL 2 Pourquoi PL/SQL? PL/SQL = PROCEDURAL LANGUAGE/SQL SQL est un langage non procédural Les traitements complexes sont parfois difficiles

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Document: f1067test.fm 22/01/2013 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION DB2 FOR Z/OS:

Plus en détail

Table des matières. Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1. Module 2 L ARCHITECTURE RMAN... 2-1

Table des matières. Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1. Module 2 L ARCHITECTURE RMAN... 2-1 Table des matières Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1 L emplacement des fichiers... 1-2 Le nom des fichiers... 1-2 La sauvegarde à froid... 1-3 La création du script... 1-4 L exécution du script...

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Administration d un serveur de base de données SQL Server 2000 Et programmation

Administration d un serveur de base de données SQL Server 2000 Et programmation Compte rendu d'activité Nature de l'activité : Administration d un serveur de base de données SQL Server 2000 Et programmation Contexte : Dans le cadre de l implémentation d une base de données (Access)

Plus en détail

Memento MYSQL LINUX. Pour installer le serveur Mysql. Installer les paquets suivants :

Memento MYSQL LINUX. Pour installer le serveur Mysql. Installer les paquets suivants : Memento MYSQL LINUX Pour installer le serveur Mysql Installer les paquets suivants : Mysql-server (moteur de bases de données) Apache2 (serveur web si besoin) Php5 (langage de programmation permettant

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et l extension PDO

Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et l extension PDO Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et l extension PDO 1. Extensions PHP pour interfacer les bases de données relationnelles Diverses extensions comme PHP Data Objects (PDO), ADOdb, Zend db

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry Cours 3 Développement d une application BD 1 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Utilisation de vues Placement du code applicatif dans

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011 Les fichiers en format pdf des projections du cours sont disponibles sur la page : http://www.ibisc.univevry.fr/~serena mais ne pas les imprimer au bât.

Plus en détail

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 Bases de Données Réparties Concepts et Techniques Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 1 Définition Une base de données répartie (distribuée) est une base de données logique dont les données

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Fascicule des Travaux Pratiques Oracle

Fascicule des Travaux Pratiques Oracle Fascicule des Travaux Pratiques Oracle Module : Administration des Bases de Données ORACLE Elaboré par : Mme. KHARRAT CHAKER Fatma TP N 1 Connexion Description des champs d une table Liste des tables créées

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS 2015. DOMAINE Bases de données

CATALOGUE FORMATIONS 2015. DOMAINE Bases de données DOMAINE Bases de données Version 1.0 - Octobre 2014 1, 2, 3 juin 2015 1, 2, 3 octobre 2015 CATALOGUE Analyse et conception d une base de données Elaboration de fiches de collecte de données Techniques

Plus en détail

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Définitions SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Une base de données est un objet particulièrement difficile à définir puisqu il est abordé en pratique selon différents points de vue : Pour un administrateur,

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Systèmes de Gestion de Bases de Données

Systèmes de Gestion de Bases de Données Systèmes de Gestion de Bases de Données Luiz Angelo STEFFENEL DUT Informatique 2ème année IUT Nancy Charlemagne Vues Vue : une table virtuelle de la base de données dont le contenu est défini par une requête

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION»

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» CONCOURS INTERNE SESSION 2002 ÉPREUVE SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion informatique Durée de préparation

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

1 Avant Propos. 2 Eléments d information pour les connexions et les déconnexions

1 Avant Propos. 2 Eléments d information pour les connexions et les déconnexions Université de Lorraine Département Informatique, Master 1 TD UE SGBD Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. TRES IMPORTANT : La plus extrême rigueur et le plus grand professionalisme

Plus en détail

Ora2Pg Performances. (C) 2013 Gilles Darold

Ora2Pg Performances. (C) 2013 Gilles Darold Ora2Pg Performances (C) 2013 Gilles Darold Gilles Darold Consultant @ Dalibo Auteur d'ora2pg Auteur de PgBadger Auteur de pgformatter Et autres => http://www.darold.net/ Cas pratique Migration d'une base

Plus en détail

Vulnérabilités logicielles Injection SQL. Chamseddine Talhi École de technologie supérieure (ÉTS) Dép. Génie logiciel et des TI

Vulnérabilités logicielles Injection SQL. Chamseddine Talhi École de technologie supérieure (ÉTS) Dép. Génie logiciel et des TI Vulnérabilités logicielles Injection SQL Chamseddine Talhi École de technologie supérieure (ÉTS) Dép. Génie logiciel et des TI 1 Plan SQL Injection SQL Injections SQL standards Injections SQL de requêtes

Plus en détail

LINQ to SQL. Version 1.1

LINQ to SQL. Version 1.1 LINQ to SQL Version 1.1 2 Chapitre 03 - LINQ to SQL Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Rappels à propos de LINQ... 3 1.2 LINQ to SQL... 3 2 LINQ to SQL... 3 2.1 Importer des tables... 3 2.1.1 Le concepteur

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

TP Architecture et Administration des SGBDR Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance.

TP Architecture et Administration des SGBDR Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. Université de Lorraine Telecom Nancy 3ème année, Spécialités IL, SIE, IAMD TP Architecture et Administration des SGBDR Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. TRES IMPORTANT : La plus

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 PHP Bertrand Estellon Aix-Marseille Université 26 avril 2012 Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 SQLite et PDO Base de données SQLite et PDO SQLite écrit les données relatives à la base dans

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

Langages de requêtes. Plan du cours. Base de données exemple. Objectifs du cours. Plan du cours. Base de données exemple

Langages de requêtes. Plan du cours. Base de données exemple. Objectifs du cours. Plan du cours. Base de données exemple Plan du cours Langages de requêtes M1 Informatique Année 2010-2011 Jérôme Darmont Introduction Algèbre relationnelle Langage SQL Langage XQuery http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub pierre-andre.sunier@he-arc.ch http://lgl.isnetne.ch/

Plus en détail

PHP 5. La base de données MySql. A. Belaïd 1

PHP 5. La base de données MySql. A. Belaïd 1 PHP 5 La base de données MySql A. Belaïd 1 Base de données C est quoi une base de données? Une base de données contient une ou plusieurs tables, chaque table ayant un ou plusieurs enregistrements Exemple

Plus en détail

Organisation et administration d une base de données

Organisation et administration d une base de données Organisation et administration d une base de données Diapositive de résumé Objectif du cours Introduction et utilisation d une base de données Comparatif des SGBD Structure Physique et Logique d une BD

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i

Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Christian GRIERE cgriere@fr.ibm.com Common Romandie 3 mai 2011 Les fleurs et les requêtes Lorsque l on veut planter de nouvelles fleurs dans un jardin il

Plus en détail

Table des matières 1 TRANSFERT DE DONNÉES... 2 1.1 BULK INSERT... 2 1.2 OPENROWSET... 4 1.3 BCP... 5

Table des matières 1 TRANSFERT DE DONNÉES... 2 1.1 BULK INSERT... 2 1.2 OPENROWSET... 4 1.3 BCP... 5 Table des matières 1 TRANSFERT DE DONNÉES... 2 1.1 BULK INSERT... 2 1.2 OPENROWSET... 4 1.3 BCP... 5 2011 Hakim Benameurlaine 1 1 TRANSFERT DE DONNÉES Pour transférer des données, il existe différentes

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/62 Bases de Données Avancées Introduction & Rappel Conception et Modélisation Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Master Exploration Informatique des données DataWareHouse

Master Exploration Informatique des données DataWareHouse Master Exploration Informatique des données DataWareHouse Binôme Ahmed BENSI Enseignant tahar ARIB SOMMAIRE I. Conception...1 1. Contexte des contrats...1 2. Contexte des factures...1 II. Modèle physique...2

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES

PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES 1. Introduction 2. Présentation de MySQL 3. Principe 4. Connexion 5. Interrogation 6. Extraction des données 7. Fonctions de services 8. Traitement des erreurs 9. Travaux

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA Les déclencheurs Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Les déclencheurs [09/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les déclencheurs du DML... 5 3.1 Introduction... 5 3.2 Création d un déclencheur

Plus en détail