Serge VOLKOFF Anne-Françoise MOLINIÉ Annie JOLIVET. EFFICACES À TOUT ÂGE? Vieillissement démographique et activités de travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Serge VOLKOFF Anne-Françoise MOLINIÉ Annie JOLIVET. EFFICACES À TOUT ÂGE? Vieillissement démographique et activités de travail"

Transcription

1 Serge VOLKOFF Anne-Françoise MOLINIÉ Annie JOLIVET EFFICACES À TOUT ÂGE? Vieillissement démographique et activités de travail D O S S I E R

2 Serge Volkoff Anne-Françoise Molinié Annie Jolivet EFFICACES À TOUT ÂGE? Vieillissement démographique et activités de travail DOSSIER

3 Remerciements Ce dossier reprend, avec quelques modifications, un rapport réalisé par le CREAPT (Centre de Recherches sur l'âge et les Populations au Travail) à la demande de la Commission Européenne, DG V. Il a été rédigé principalement par Serge Volkoff, avec des contributions d'ergonomes et démographes du CRÉAPT (Dominique Cau-Bareille, Sandrine Caroly, Corinne Gaudart, Antoine Laville, Michel Millanvoye, Anne-Françoise Molinié, Valérie Pueyo) et de deux économistes n'appartenant pas à ce centre de recherches : Géry Coomans de l'ismea, et Annie Jolivet de l'ires. La mise en forme a été effectuée par Sylvie Ayral au CREAPT, et Françoise Laroche et Marie Ferré au CEE.. ISSN ISBN

4 Résumé Face aux perspectives globales de vieillissement démographique, les entreprises, et plus particulièrement les entreprises industrielles, semblent réagir uniquement par l'inquiétude et la défiance à l'égard des capacités des salariés âgés. Le présent dossier se propose de reconsidérer cette approche négative de la relation âge-efficacité telle qu elle s exprime dans les études sur les conditions de travail, les stéréotypes sociaux et les modélisations économiques. L'approche ergonomique proposée par les auteurs à partir de l observation de nombreuses situations de travail amène à nuancer les évaluations précédentes et à mettre en balance déclin des capacités et accroissement de l'expérience, ainsi qu'à repenser les indicateurs utilisés couramment pour mesurer la performance au travail.

5

6 SOMMAIRE INTRODUCTION 7 CHAPITRE I : Vieillissement en cours, vieillissement à venir 11 I. Perspectives générales 11 II. Calendriers nationaux et diversité du vieillissement au travail 14 CHAPITRE II : Âges et conditions de travail en Europe 21 I. Principes d analyse en démographie du travail 22 II. Précisions méthodologiques 24 III. Âge et contraintes de travail en Europe, entre 1991 et IV. Les effets de l âge «toutes choses égales par ailleurs» 34 CHAPITRE III : Les stéréotypes, les modèles et l analyse d activité 39 I. L existence de stéréotypes 39 II. Âge et productivité dans les modèles économiques 43 III. Les connaissances sur l homme au travail : y a-t-il une baisse des «performances» quand l âge s élève? 48

7 IV. La régulation du vieillissement dans l activité de travail : vers une approche conditionnelle des relations entre âge et efficacité 51 CHAPITRE IV : Âge, expérience et efficacité : résultats d études ergonomiques 55 I. Le vieillissement entraîne-t-il des problèmes de santé et des «handicaps» plus fréquents? 57 II. Plus âgés, donc moins forts, moins souples? 68 III. Plus âgés, donc plus lents? 78 IV. La qualité de la production est-elle plus délicate à assurer avec une main-d œuvre vieillissante? 84 V. Les âgés sont-ils en difficulté dans les situations d apprentissage? 95 VI. Trois grands types de stratégies liées à l expérience 105 CONCLUSION : Retour sur la question de l efficacité 109 BIBLIOGRAPHIE 119

8 INTRODUCTION La structure d âge de la population active dans les pays européens a été marquée, depuis quelques années, par deux mouvements contradictoires (Schneider 1995). D une part, le vieillissement global de la population et l âge plus tardif des entrées dans la vie active renforcent la proportion des salariés les plus âgés. D autre part, les politiques en matière de cessation d activité, menées notamment dans un but de réduction des effectifs, ont entraîné une baisse des taux d activité aux âges les plus élevés, baisse généralisée en Europe, les disparités internationales demeurant toutefois très importantes (Guillemard 1993). Selon les prévisions les plus plausibles, la baisse de la proportion de jeunes va se poursuivre (Coomans 1998 et Commission européenne 1998). En revanche, compte tenu des incertitudes qui affectent aujourd hui l avenir des systèmes de protection sociale, on peut penser que la tendance à la baisse des âges de départ devrait se ralentir, sinon s inverser (Brondel et al.1996). En tout état de cause, on peut considérer comme prévisibles quelques tendances que le chapitre I ci-après analyse de façon plus détaillée : une progression de la part des ans, dans pratiquement tous les pays industrialisés, bien qu à des dates et à des rythmes différents d un pays à l autre (Cawley 1988), cette progression étant déjà en cours dans la plupart de ces pays ; au moins un maintien de la part des 55 ans et plus, pendant deux à trois décennies. Ces tendances globales devraient s accompagner de fortes disparités

9 8 Efficaces à tout âge? selon les secteurs et selon les entreprises, la tendance au vieillissement étant particulièrement nette dans l industrie, mais le gonflement des tranches d âge moyennes étant sensible dans les services, notamment ceux qui ont beaucoup embauché dans les années 70. Or les attitudes adoptées par les responsables d entreprises vis-à-vis du vieillissement sont variables, mais souvent marquées par une inquiétude, dont ont témoigné par exemple les démarches des entreprises françaises du secteur automobile auprès des pouvoirs publics pour obtenir des «aides au rajeunissement» de leur main-d œuvre. L impression qui prévaut par ailleurs est que la plupart des entreprises n ont pas de plan d action global à cet égard, comme l ont confirmé les réponses à une enquête française. Seulement un employeur sur huit considère que le vieillissement est un problème, mais qu il est possible d y apporter des réponses au sein de l entreprise, en agissant sur les moyens de travail (Le Minez 1995). Précisons que la formulation de la question mentionne, non les «moyens de travail», mais une «réorganisation interne de l entreprise». Ce n est pas équivalent, mais seul cet item permet d évoquer une politique du travail. Dans ce contexte, on comprend que les analyses fondées sur une corrélation supposée entre le vieillissement démographique et la baisse de productivité des entreprises trouvent quelque écho. De façon plus ou moins formalisée, cette corrélation fait figure de postulat dans des stéréotypes sociaux et dans des modèles économiques que nous évoquerons au début du chapitre III ci-après. Certains résultats d expériences menées en physiologie ou psychologie du travail, sur les relations entre l âge et les «performances» physiques ou mentales, pourraient alimenter cette thèse, et c est précisément pour cela que ces connaissances doivent donner lieu à une réflexion critique (Marquié, Paumès, Volkoff 1995). L avancée en âge peut en effet s accompagner de déclins des «performances» physiques, sensorielles ou cognitives, selon des modalités et des rythmes très variables. Mais le développement de l expérience donne au salarié des possibilités d appréhender différemment la situation de travail (ses contraintes, sa diversité, sa complexité,...) et ses propres ressources. Cela lui permet de modifier sa façon de travailler. En témoignent certaines connaissances disponibles sur le vieillissement au travail (Welford 1985, Salthouse 1990, Davezies, Cassou, Laville 1993). Et des recherches ergono-

10 Introduction 9 miques «de terrain» - auxquelles nous ferons abondamment appel dans le présent ouvrage - confirment l intérêt d une observation attentive de l activité de travail pour mettre en évidence les «stratégies d efficience» de salariés âgés et/ou anciens. Car cet ensemble de stratégies conditionne finalement la «performance» du salarié dans son travail : vitesse, qualité, polyvalence, apprentissages, etc. Le propos de cette étude sera donc de promouvoir une approche nuancée des relations âge-efficacité (à dessein, nous n utilisons pas ici le terme de «productivité», car un des objectifs de l étude peut être de mettre en question, de ce point de vue, les indicateurs usuels de productivité dans l entreprise, réflexion que nous amorcerons vers la fin du texte). En d autres termes, plutôt que de s interroger sur l ampleur et les conséquences éventuelles d une baisse de productivité due au vieillissement démographique, nous proposons d examiner les conditions d une activité efficiente des salariés âgés et/ou expérimentés, c est-à-dire les conditions dans lesquelles l effet de leurs déficiences éventuelles peut se trouver limité et compensé, et où leurs atouts peuvent au contraire être mis à profit. Cette approche «conditionnelle» renvoie à la fois à la conception des moyens de travail dans l entreprise (aménagement des postes, outils et logiciels, horaires, composition et fonctionnement des collectifs, modalités de formation), et à l évolution d ensemble des conditions et de l organisation du travail (Gollac, Volkoff 1996), qui détermine largement les marges de manœuvre disponibles localement. Il s agit là de deux registres de décisions, dépendants l un de l autre, le premier relevant plutôt du management dans l entreprise, le deuxième impliquant plus directement les politiques publiques. C est pourquoi l étude se fondera d une part sur des éléments de cadrage quantitatif, y compris au plan européen, pour préciser les relations entre l âge et les contraintes de travail et repérer les mécanismes de sélection sur l âge liés à ces contraintes (et/ou la remise en cause de ces mécanismes au fil du temps) ; d autre part et surtout, sur une relecture d études ergonomiques, récentes ou en cours, selon la perspective que nous venons de décrire.

11 10 Efficaces à tout âge? Méthodes utilisées Plusieurs travaux ont été menés en parallèle. Leurs résultats ont été confrontés au cours de l étude, et sont rassemblés ici : une mise en forme des principaux travaux de prévision ou de prospective sur le vieillissement de la population active en Europe (chapitre I) ; une analyse statistique, par tris croisés sur l âge et par modèles multivariés, des données issues des enquêtes européennes sur les conditions de travail (incluses dans l Eurobarometer) en 1991 et 1996 (chapitre II) ; une brève synthèse de stéréotypes sociaux d une part, de modèles économiques d autre part, mettant en relation l âge de la main-d oeuvre et la productivité du travail ; et une explicitation de notre propre problématique de recherche en ergonomie, susceptible de contribuer à une approche critique de ces schémas de pensée et de ces modèles d analyse (chapitre III). une reprise des observations et des analyses menées lors d études ergonomiques sur le vieillissement ; il s agira pour l essentiel d études françaises, eu égard à l existence dans ce pays d un réseau de recherches en ergonomie sur ce thème (ce réseau est notamment à l origine de Marquié, Paumès, Volkoff 1995), et eu égard aussi à la place prépondérante qu occupe l analyse de l activité de travail dans l ergonomie francophone ; ces résultats feront l objet du chapitre IV, qui sera lui-même divisé en paragraphes correspondant à autant d enjeux pour l efficacité de la production : l état de santé des salariés, leurs capacités physiques, leurs ressources face aux exigences de vitesse, de polyvalence, de qualité, d apprentissage, etc. Notre conclusion tentera de synthétiser les apports de ces approches statistiques et ergonomiques et d amorcer une réflexion spécifique sur la pertinence des indicateurs usuels de performance dans l entreprise et de productivité, face à des questions ainsi reformulées : quelles sont les formes diverses d efficacité au travail des individus et des collectifs, selon les âges et les expériences? Comment évaluer ces apports? Comment favoriser leur mise en œuvre?

12 CHAPITRE I VIEILLISSEMENT EN COURS, VIEILLISSEMENT À VENIR Des mutations démographiques affectent la structure des âges de la population active, en France comme dans l ensemble de l Europe. Ces mutations vont se poursuivre dans les dix ou quinze prochaines années. Leurs effets, diversifiés d un secteur à l autre et d un pays à l autre, devraient marquer fortement la gestion de la main-d œuvre dans les entreprises et la construction des parcours professionnels. I PERSPECTIVES GÉNÉRALES Selon les projections démographiques réalisées par l Office Statistique des Communautés Européennes, la population de l Union à Quinze serait en passe de se stabiliser vers 2025, en accroissement de 4 à 5 % par rapport au niveau de L élargissement vers les six pays candidats (Pologne, République Tchèque, Hongrie, Estonie, Slovénie et Chypre) accroîtrait la population de l Union d un sixième. Mais la décroissance déjà entamée dans ces pays se poursuivrait. Sur la toile de fond de cette stabilisation démographique, des mutations d ampleur historique apparaissent à court terme au plan des structures d âge. Ces mutations tiennent à la rémanence structurelle des événements démographiques, au sortir de la «transition

13 12 Efficaces à tout âge? démographique» marquée par la baisse des taux de mortalité d abord et des taux de natalité ensuite. Une mesure simple - trop simple, sans doute - du vieillissement de la population est fournie par l évolution de l âge moyen de la population : 38,8 ans en moyenne de l Union en 1995, 42,3 ans en 2015, soit encore un vieillissement de deux mois par année calendaire. Mais il est plus révélateur de décrire ce vieillissement à trois niveaux. Le «premier vieillissement» toucherait à l accroissement de la part des personnes âgées de 65 ans et plus si l on admet que cet âge de 65 ans constitue, dans bon nombre de pays, une limite plausible entre l activité et l inactivité. L enjeu est double ici. D un côté, dès lors que l accès aux régimes de pension s est élargi, la part des 65 ans et plus est censée désigner une contrainte de financement pesant sur l ensemble des actifs qui doivent soit cotiser soit assurer la rémunération du patrimoine détenu par les âgés. Mais l autre terme de l équation est au moins aussi important : de quel volume d emploi, et donc de cotisants, dispose-t-on pour assurer ce financement? La situation apparaît très différente selon que l on a un taux d emploi des ans de 75 % (ou 67 % en équivalent temps plein) comme au Danemark en 1997, ou de 48 % (et 46 % en équivalent temps plein) comme en Espagne. Sur un plan à la fois macro-économique et individuel, les conditions d éligibilité à la pension pleine seront très différentes selon la durée effective d occupation. A cet égard, les taux d emploi des ans (62 % en Suède, 22 % en Belgique, avec une moyenne de 36 % en EU15 en 1997) seront déterminants pour la gestion des systèmes de pension par répartition. Les contraintes du «premier vieillissement» sont donc en lien étroit avec la thématique du vieillissement au travail. Le «deuxième vieillissement» touche à la croissance de la part et du nombre de personnes du «quatrième âge», pour lequel on peut adopter ici le seuil de 80 ans. Leur effectif, en base 100 en 1995, serait à l indice 139 en 2015 et 162 en Ceci serait indifférent au problème du vieillissement au travail, n était tout de même le fait que, d'une part la santé au «grand âge» dépend du parcours professionnel (Cassou et al.1994), d'autre part la demande de soins induite par les personnes âgées pèse sur les choix de travail des quinquagénaires formant leur descendance. A cet égard, le modèle familial des pays nordiques fortes proportions de personnes vivant seules, larges prises en charge par les systèmes publics, forte participation

14 Vieillissement en cours, vieillissement à venir 13 des femmes au marché du travail dans tous les groupes d âge a des implications très différentes par rapport au modèle méditerranéen marqué par la famille élargie, la carence des prises en charge publiques et le faible taux d'activité des femmes quinquagénaires. Le «troisième vieillissement» concerne spécifiquement la population d âge actif. Il relève d'un double mouvement de la natalité après 1945, selon des calendriers moins homogènes qu'on ne le croit parfois. D un côté, les pays qui ont connu un baby-boom dans les dix ou quinze années d après 1945 voient ces cohortes accéder maintenant en masse à la cinquantaine. D un autre côté, la chute des taux de fécondité au cours du dernier quart de siècle restreint ou va incessamment restreindre les arrivées de cohortes jeunes sur le marché du travail. Il y a donc un vieillissement à la fois par le haut et par le bas. Les ans, en moyenne de l Union, passent de 35 % de la population d âge actif (15-64 ans) en 1995 à 43 % en L excédent des cohortes ans sur les cohortes de ans tend rapidement vers zéro, et est en passe de devenir négatif autour de L évolution n est pas moins nette en termes d âge médian. Toujours en moyenne européenne, l âge médian des ans passe ainsi de 37,2 ans en 1995 à 41,4 ans en 2015, ce qui correspond à un vieillissement de deux mois et demie par année calendaire. Ces progressions sont particulièrement spectaculaires dans les quatre pays du sud européen. Cependant, dans plusieurs pays, les progressions se ralentissent après 2015, voire s'inversent au nord de l'europe Ces mutations démographiques ne peuvent s interpréter en faisant abstraction des mutations socio-économiques, qui les englobent en un processus complexe. Il n'est pas aisé d articuler dans l analyse des évolutions se développant sur des échelles de temps différentes : par exemple, l échelle de temps de la transition démographique s étale sur plusieurs générations, alors que certaines mutations technologiques se précipitent sur des périodes plus courtes. Avant la transition démographique, l'espérance de vie à la naissance était de l ordre de 40 ans, et les mortalités étaient telles que 70 % des jeunes de 18 ans n atteignaient pas ensuite l âge de 45 ans. Dans nos sociétés posttransitionnelles, l espérance de vie à la naissance frise les 80 ans, et le nombre moyen d'années à vivre pour des jeunes de 20 ans était en 1994 de

15 14 Efficaces à tout âge? 55 ans (hommes) à 61 ans (femmes). Entre l une et l autre situation, les horizons de vie ont évolué du tout au tout, avec des risques qui évoluent lentement vers une dimension longitudinale, en s'intégrant aux parcours de vie sur une échelle de temps individuelle qui s allonge. Le «vieillissement» de la population a acquis une dimension qualitative de plus en plus prégnante : fût-ce avec nombre d inerties, tout un ensemble de comportements individuels et sociaux pourrait s en ressentir. La principale conséquence de cette mutation dans le champ du vieillissement au travail est la mise en cause de la «structure en bloc» du cycle de vie (block structure lifecycle). L espérance de vie en 1950 laissait en moyenne cinq à dix années de vie après l âge théorique d accession à la retraite indépendamment des inégalités sociales dans la durée de survie. Or à la même époque, l organisation du travail et la gestion de la main-d œuvre faisaient une large place à l objectivation des prestations de travail individuelles : l apprentissage certifié et les «métiers» au contenu opératoire stable valaient en principe pour l ensemble de la carrière active. Même si la remise en cause de ce modèle est moins uniforme qu'on ne l'énonce parfois, cet édifice perd de sa cohérence dans la période actuelle (Kergoat et al. 1998). Il est révélateur par exemple que les embauches, faute de s en remettre pleinement aux titres scolaires, tablent de plus en plus sur des processus réversibles : période d essai, contrats temporaires, etc. Ces phénomènes, conjointement à l élargissement de l offre de travail liée à la conjoncture démographique, contribuent à renouveler les sélectivités du marché du travail. Ils favorisent tout autant les sélections sur critère d âge voir les préretraites que l embauche en surqualification par rapport aux titres scolaires en dévalorisant ceux-ci, et en fragilisant encore la population plus âgée et moins scolarisée. II CALENDRIERS NATIONAUX ET DIVERSITÉ DU VIEILLISSEMENT AU TRAVAIL A partir d une population aux caractéristiques données, le marché du travail est le lieu où s opèrent des sélections complexes en fonction de l âge

16 Vieillissement en cours, vieillissement à venir 15 et du sexe, des niveaux de qualification, du secteur, etc. Ces sélections conjuguent les effets de pratiques antérieures et ceux des adaptations réalisées en continu. Il nous faut donc analyser davantage les structures d âge des populations effectivement au travail, y compris au plan prospectif. Mais plus fort est le glissement des structures d âge, plus aléatoire est l exercice de projection pour les années à venir. En Italie ou en Espagne, avec des baisses d effectif de l'ordre de 30% dans la tranche ans en une vingtaine d années (voir tableau 1), et avec des taux d emploi partant de niveaux bas, il est hasardeux de décréter quelle préférence relative sera accordée aux différents groupes d âge quand il s agira de répartir une croissance de l emploi. Les hypothèses de bon sens que l'on peut retenir supposent que les jeunes, dont l effectif diminue rapidement, retrouveraient une priorité relative, à la fois parce que les travailleurs vieillissants seraient l objet d une désaffection accentuée et parce que les jeunes seraient censés s adapter mieux aux progrès techniques en développement continu. Le résultat de ces projections suggère qu en moyenne des Quinze, la part des 45 ans et plus dans la population en emploi passerait d un tiers en 1997 à près de 40 % en 2015, avec une part de jeunes, soit les ans, parcourant le chemin inverse. Le processus est déjà avancé en Suède, seul pays parmi les Quinze à avoir déjà plus de 40 % de sa population en emploi au delà de 45 ans ; mais, en raison d'une évolution démographique plus continue qu ailleurs, et d'une fécondité élevée jusqu au début des années 90, cette part évoluerait peu dans les années à venir : la Suède a vécu en douceur l'évolution qui se précipitera dans les autres pays au cours des prochaines années. Car plusieurs pays connaîtront un vieillissement abrupt amenant la part des 45 ans et plus autour ou au delà des 40 % : Autriche, Belgique, Allemagne, Danemark, Finlande, Pays-Bas, Royaume-Uni soit l essentiel de l Europe du Nord. Le Portugal, partant de taux d emploi déjà élevés dans tous les groupes d âge, approchera cette barre des 40 % au terme d une évolution moins abrupte. L Irlande demeurerait, à l horizon de 2015, un pays à main-d'œuvre jeune avec à peine 30 % de sa population en emploi qui dépasserait 45 ans mais aussi une mobilisation limitée de la maind œuvre féminine. La France, partant de 33% de 45 ans et plus en 1997,

17 16 Efficaces à tout âge? TABLEAU 1 Croissance entre 1997 et 2015 de la population en emploi, par groupe d'âge par pays (indice 100 = 1997) AT BE DE DK ES FI FR GR IE IT LU NL PT SE UK EU15 Tot H F Croissance entre 1997 et 2015 de la population par groupe d'âge et par pays (indice 100 = 1997) AT BE DE DK ES FI FR GR IE IT LU NL PT SE UK EU15 Tot H F 15-19(*) Source : Eurostat 1997 Demographic Projections (Baseline scenario) (*) A noter la surestimation probable de l'effectif en 2015 de ce groupe d'âge né entre 1995 et Les taux de fécondité projetés sur sont significativement supérieurs aux taux de fécondité observés, ultérieurement à la date de projection, sur 1996 et AT = Autriche BE = Belgique DE = Allemagne DK = Danemark ES = Espagne FI = Finlande FR = France GR = Grèce IE = Irlande IT = Italie LU = Luxembourg NL = Pays-Bas PT = Portugal SE = Suède UK = Royaume-Uni

18 Vieillissement en cours, vieillissement à venir 17 aboutirait à 36 % en Enfin, les deux cas particuliers de l Italie et de l Espagne montrent une progression au total modérée de la part des 45 ans et plus dans l emploi de % en 1997 à % en Mais cette progression n est modérée qu en raison des taux d emploi féminins, les plus bas d Europe, avec de forts reculs du travail féminin au delà de la quarantaine. Du côté des hommes, le vieillissement devrait être extrêmement rapide, d autant plus que les cohortes jeunes se rétrécissent rapidement. Il faut enfin relever que ce vieillissement de la population en emploi doit être considéré dans la perspective d un assèchement global de l offre de travail. L exemple actuel de l Irlande, où les pénuries catégorielles de main-d œuvre se multiplient malgré un taux d emploi qui n est encore qu au niveau moyen des Quinze, nourrirait un tel pronostic. Ce n est évidemment pas indifférent par rapport au thème du vieillissement de la population en emploi. Il y aurait là un facteur important d encouragement au maintien en emploi des quinquagénaires, en rupture par rapport à la tendance à la mise en préretraite. La répartition différenciée de la main-d œuvre selon l âge est visible dans les comparaisons entre secteurs. Cette répartition s organise, comme on le verra dans les chapitres qui suivent, à un niveau de grande finesse, jusqu à l intérieur de chaque collectif de travail. La vérification des distributions à un niveau macrostatistique, surtout au niveau européen, trouve peu de matériaux statistiques homogènes, en dehors des enquêtes sur les conditions de travail dont nous présenterons des résultats au chapitre II. Le tableau 2 fournit cependant des indications pour les salariés de dix secteurs NACE1, sur la base de la moyenne d'âge, indicateur évidemment sommaire. Si la décomposition est meilleure pour les services, elle doit se contenter, pour l'industrie, d une seule catégorie : industries manufacturières qui représente, en 1997, 35 % des hommes salariés et 16 % des femmes salariées de l ensemble considéré. C est néanmoins dans les secteurs manufacturiers que l on s attendrait à trouver les sélections sur l âge les plus manifestes, qu elles soient liées à des calendriers antérieurs d embauche ou à des attributions de postes sur critère d âge (Molinié, 1993). Le vieux schème selon lequel les ouvrières seraient jeunes, sinon d âge pré-nuptial (schème qui était courant jusqu à l âge d or industriel) n a laissé que des traces incertaines, que seule une analyse par pays (en Europe méditerranéenne surtout) permettrait de percevoir. Mais considérant l âge moyen, le

19 18 Efficaces à tout âge? TABLEAU 2 Répartition des salariés par sexe et par groupe d'âge selon secteurs NACE EU 15 Ind manuf. Commerce +répar. Hôtels +restaur. Transp. +communic. Activ. financ. Immob. +location +serv. aux entr. Admin. publ. Education Santé + action soc. Serv. coll +soc+pers. H ,4 20,8 6,3 7,5 3,7 8,4 7,7 2,5 3,6 4, ,0 13,2 2,6 10,9 4,6 7,9 12,3 5,2 5,3 4, ,8 10,7 1,7 11,1 4,3 6,3 13,3 8,5 4,8 4, ,6 14,4 3,3 10,1 4,3 7,5 11,4 5,5 4,7 4,2 100 F ,9 21,3 7,2 4,0 5,0 9,8 6,1 7,1 16,1 6, ,5 13,7 3,9 4,1 4,9 8,3 10,5 13,1 21,3 4, ,5 14,0 3,7 3,4 3,8 7,2 10,5 17,3 20,5 5, ,6 15,9 4,7 3,9 4,6 8,4 9,3 12,6 19,6 5,4 100 T ,3 21,0 6,8 5,8 4,3 9,1 6,9 4,7 9,7 5, ,3 13,5 3,2 7,7 4,8 8,1 11,4 8,9 12,8 4, ,7 12,2 2,6 7,6 4,1 6,7 12,0 12,5 11,9 4, ,7 15,1 4,0 7,2 4,4 7,9 10,4 8,9 11,7 4,8 100 Total Source des données Eurostat EFT - Calculs ISMEA

20 Vieillissement en cours, vieillissement à venir 19 large ensemble constitué par les industries manufacturières ne marque pas de différence significative par rapport à l ensemble des secteurs considérés. Pour les secteurs de services, deux en tout cas sont caractérisés de manière uniforme par la prépondérance des jeunes : les «hôtels-restaurants» d une part, le commerce y compris «réparation automobile et d autres articles domestiques» - d autre part. La constellation «immobilier, location et services aux entreprises» montre également une prépondérance de jeunes dans plusieurs pays. La tentation est d y voir l effet d un dynamisme récent de l embauche avec privilège aux jeunes mieux formés, mais la base d inférence demeure étroite. On notera encore une main-d œuvre féminine relativement jeune dans le secteur financier, mais on aimerait pouvoir affiner le lien avec les calendriers antérieurs d embauche. Pour les salariées toujours, le secteur des «services collectifs, sociaux et personnels» montre également des âges moyens plutôt bas. En face, les secteurs «âgés» se dessinent de manière relativement plus claire. Deux cas sont flagrants : l administration publique et l'éducation cumulent l effet de garantie d emploi et l effet d embauche ralentie au cours des années récentes : l âge moyen y est supérieur à 40 ans, avec des maxima nationaux autour de 45 ans, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Parmi les secteurs NACE1, il y a peu d autres cas de survieillissement massif. Dans quelques pays, on observe des âges moyens élevés dans la santé surtout pour les femmes - et dans les «transports et communications» - surtout pour les hommes. Il arrive aussi que les hommes salariés du secteur financier aient un âge moyen supérieur aux moyennes nationales. Mais tout ceci demeure parcellaire, et ne dit rien des processus de sélection sur l âge qui se développent au niveau des professions. C est bien ici qu une approche comparative entre les différents pays de l Union fournirait des enseignements quant à la manière dont le vieillissement général de la main-d œuvre est géré. Différencié, on le voit, selon les contextes nationaux et sectoriels, le «troisième vieillissement» peut établir la nécessité et fournir l occasion de promouvoir une société où l âge ne consacre pas d abord les statuts anciens, mais autorise une adaptation aux changements du temps. Dans ce sens, il serait un facteur de promotion d une société ouverte. Mais cette option suppose une connaissance des mécanismes de sélection liés à l'âge, vis-à-vis

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Comparaison des hypothèses

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Une génération internet parmi les seniors?

Une génération internet parmi les seniors? Note d éducation permanente de la Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 1, mars 2012 www.ftu.be/ep Une génération internet parmi les seniors? Les TIC, entre inégalités et opportunités Internet n est

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Préconisations établies par M de Virville au terme de la deuxième étape de la concertation

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

La retraite pour pénibilité

La retraite pour pénibilité Salariés MAI 2012 La retraite pour pénibilité Conditions Démarches La retraite pour pénibilité Un dispositif de retraite pour pénibilité a été créé par la réforme des retraites de 2010. Il permet aux assurés

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale Emploi et Affaires sociales Sécurité sociale et intégration sociale Recherche

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 Patrick Pommier Département Formation professionnelle et insertion professionnelle des jeunes CNIS Formation emploi revenus du 31 mars 2009 AES : une enquête

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions?

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? Mireille HUGUET Chargée de Mission RH Seniors Présentation Mireille HUGUET Consultante RH et Bilan de compétences Chargée de Mission

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Et si on reparlait du temps dédié au travail? Mai 2014

Et si on reparlait du temps dédié au travail? Mai 2014 Et si on reparlait du temps dédié au travail? Mai 2014 1 SOMMAIRE 1. Méthodologie et contexte 2. Stabilité des attentes et enjeu lié à la gestion du développement professionnel 3. L organisation du temps

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Temps et travail: la durée du travail

Temps et travail: la durée du travail Temps et travail: la durée du travail Temps et travail: la durée du travail À propos des auteurs Pierre Boisard, Damien Cartron et Antoine Valeyre sont chercheurs au CEE-CNRS (Centre d études de l emploi

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail