LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS"

Transcription

1 LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Juin 2013 DROIT CIVIL LA RESPONSABILITE D UN VENDEUR ET D UN COMMISSAIRE-PRISEUR PEUT ETRE ENGAGEE DU SEUL FAIT D AVOIR PRESENTE A LA VENTE, SANS LA MOINDRE RESERVE, UN TABLEAU DONT L AUTHENTICITE DOUTEUSE ETAIT CONSTATEE EN RAISON D EXPERTISES DIVERGENTES 3 L ADMISSION DE L INTERDEPENDANCE DU CONTRAT PRINCIPAL AVEC CELUI DE LOCATION FINANCIERE DE MATERIEL 3 DROIT DES SOCIÉTÉS LA CLAUSE D INDEMNITE DE DEPART D UN SALARIE DE SA COTEE, DEVENU DIRIGEANT POSTERIEUREMENT, NE RELEVE PAS DU REGIME DES CONVENTIONS REGLEMENTEES 4 LA REVOCATION AD NUTUM NE SERAIT-ELLE PLUS UNE REVOCATION SANS MOTIFS? 4 PROCEDURES COLLECTIVES LE PRINCIPE DE PRIMAUTE DU DROIT COMMUNAUTAIRE NE SAURAIT FAIRE ECHEC AUX REGLES TRES RESTRICTIVES DE DROIT INTERNE DES PROCEDURES COLLECTIVES 5 FLASH : PRECISIONS SUR LA NOTION DE CESSATION DES PAIEMENTS 5

2 AGENTS COMMERCIAUX COMPETENCE JURIDICTIONNELLE ET LIEU D EXECUTION DU CONTRAT D AGENT COMMERCIAL 6 UNE FAUTE GRAVE DE L AGENT NE PEUT DONNER LIEU QU A UNE RUPTURE SANS PREAVIS 7 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE APPLE CONDAMNE A 5M AU TITRE DE LA COPIE PRIVEE 7 DISTRIBUTION - CONCURRENCE AGENT COMMERCIAL EN CDD : PERTE DE L INDEMNITE COMPENSATRICE SI LE NON RENOUVELLEMENT N EST PAS ABUSIF 8 40,6 MILLIONS D EUROS D AMENDE POUR AVOIR DENIGRE SES CONCURRENTS! 9 DROIT BANCAIRE MODIFICATION DE PLUSIEURS ARTICLES DU CODE MONETAIRE ET FINANCIER SUITE A LA CREATION DES AUTORITES EUROPEENNES DE SUPERVISION 10 PROCÉDURE PÉNALE PREMIERE APPLICATION DES ARTICLES ALINEA 6 DU CODE PENAL, ET DU CODE DE PROCEDURE PENALE MODIFIES PAR LA LOI DU 27 MARS 2012, AUTORISANT EN COURS D INSTRUCTION, LA SAISIE CONSERVATOIRE, DES BIENS DONT LES PERSONNES SUSCEPTIBLES D ETRE MISES EN EXAMEN SONT PROPRIETAIRES ET DE CEUX DONT ELLES ONT LA LIBRE DISPOSITION 11 ENERGIE NOUVELLES CONDITIONS D ACHAT DE L ELECTRICITE PRODUITE PAR LES EOLIENNES 12 LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 2/13

3 DROIT CIVIL LA RESPONSABILITE D UN VENDEUR ET D UN COMMISSAIRE-PRISEUR PEUT ETRE ENGAGEE DU SEUL FAIT D AVOIR PRESENTE A LA VENTE, SANS LA MOINDRE RESERVE, UN TABLEAU DONT L AUTHENTICITE DOUTEUSE ETAIT CONSTATEE EN RAISON D EXPERTISES DIVERGENTES (COUR DE CASSATION, 1RE CHAMBRE CIVILE, 16 MAI 2013, N ) En 2004 le commissaire-priseur avait présenté dans son catalogue un tableau comme l œuvre authentique «Nature morte aux flacons» de Juan Gris, se fondant sur un certificat datant de Cependant, plusieurs opinions d experts ne certifiant pas la paternité de l œuvre, la Cour d Appel de Paris avait jugé en 1979 que l authenticité dudit tableau, sans pouvoir être déniée, devait être assortie de réserves. Le titulaire du droit sur l œuvre a alors assigné le vendeur et le commissaire priseur en réparation de l atteinte à la réputation du peintre. La Cour de Cassation a considéré que la Cour d appel de Nancy n avait pas donné de base légale à sa décision du 10 janvier 2011 pour ne pas avoir recherché si la responsabilité du vendeur et du commissaire priseur n était pas engagée du seul fait d avoir présenté à la vente, sans réserves, l œuvre dont l authenticité était incertaine. Ce doute était caractérisé par l existence de différentes expertises, non contredites par un élément nouveau postérieur à l arrêt de la Cour d appel de Paris de Bien que cette décision ne soit pas novatrice, il est à noter que la jurisprudence française est constante en ce qui concerne l engagement de la responsabilité du commissaire priseur par sa rédaction sans réserves du catalogue de vente lorsque celle-ci a induit l acheteur en erreur. L ADMISSION DE L INTERDEPENDANCE DU CONTRAT PRINCIPAL AVEC CELUI DE LOCATION FINANCIERE DE MATERIEL (CASS. MIXTE, 17 MAI 2013, N ET N ). Dans deux arrêts rendus le 17 mai 2013 la Chambre Mixte de la Cour de Cassation affirme que : - Les contrats concomitants ou successifs s inscrivant dans une opération incluant une location financière sont interdépendants. - En cas d interdépendance entre un contrat principal et un contrat de location financière, les clauses prévues dans les contrats inconciliables avec cette interdépendance sont réputées non écrites. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 3/13

4 DROIT DES SOCIETES LA CLAUSE D INDEMNITE DE DEPART D UN SALARIE DE SA COTEE, DEVENU DIRIGEANT POSTERIEUREMENT, NE RELEVE PAS DU REGIME DES CONVENTIONS REGLEMENTEES (CASS. SOC. 10 AVRIL 2013, N ) Selon les dispositions de l article L du Code de Commerce, en cas de nomination aux fonctions de membre du directoire d une personne liée à la société par un contrat de travail, les dispositions dudit contrat correspondant à des éléments de rémunération, des indemnités ou des avantages dus ou susceptibles d être dus à raison de la cessation ou du changement de ces fonctions, sont soumises au régime d autorisation et de contrôle des conventions réglementées. En l espèce, un contrat de travail conclu antérieurement à la nomination du salarié aux fonctions de membre du Directoire, contenait une clause prévoyant la possibilité pour le salarié de démissionner avec une indemnité de départ («golden parachute»), en cas de changement de direction ou de modification d une part significative du capital. Lors de son départ, le salarié avait demandé le paiement de cette indemnité conventionnelle, mais la société s était opposée à cette demande invoquant que le fait de soustraire au dispositif du contrôle des conventions réglementées l indemnité prévue dans le contrat de travail, était contraire à l esprit de la loi quant à la transparence des rémunérations des dirigeants. La Cour de Cassation réfute l argument invoqué par la société au motif que la clause prévoyant l indemnité de départ contenue dans un contrat de travail conclu régulièrement et sans fraude à une date à laquelle le bénéficiaire n était pas encore mandataire social n est pas soumise à la procédure spéciale d autorisation. LA REVOCATION AD NUTUM NE SERAIT-ELLE PLUS UNE REVOCATION SANS MOTIFS? (CASS.COM 14 MAI 2013) Le principe est pourtant clair : l administrateur d une société anonyme est révocable ad nutum, c'est-à-dire que les actionnaires ont la possibilité de révoquer l administrateur de la société sans préavis, ni précisions de motifs, ni indemnités. Toutefois, l administrateur doit avoir la possibilité de présenter ses observations avant qu il ne soit procédé au vote et si la révocation est intempestive, abusive ou vexatoire, l administrateur peut demander l octroi de dommages et intérêts sur le fondement de l article 1382 du Code civil. La Cour de cassation vient par l arrêt du 14 mai 2013 jeter un doute sur ce principe. En effet, un administrateur de société anonyme avait été révoqué sans connaître les motifs de sa révocation, mais avait pu présenter ses observations à l assemblée des actionnaires avant que la résolution de révocation ne soit mise au vote. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 4/13

5 La Cour de cassation considère ici que la révocation est abusive pour non respect du contradictoire : l administrateur, bien qu il ait pu présenter ses observations, n a pas eu connaissance des motifs de sa révocation avant le vote de l assemblée des actionnaires. PROCEDURES COLLECTIVES LE PRINCIPE DE PRIMAUTE DU DROIT COMMUNAUTAIRE NE SAURAIT FAIRE ECHEC AUX REGLES TRES RESTRICTIVES DE DROIT INTERNE DES PROCEDURES COLLECTIVES (CASS. COM., 23 AVRIL 2013, F-P+B, N ) L Etat est tenu de procéder à la déclaration de sa créance au passif de l entreprise bénéficiaire, voire même, si cette formalité n a pas été accomplie en temps utile, de solliciter un relevé de forclusion. La formalité de la déclaration s impose par le fait que la créance de récupération de l aide illégale, bien que postérieure au jugement d ouverture (la notification de la décision de la Commission étant postérieure audit jugement), n est pas liée aux besoins de la procédure. La créance ne fait donc pas partie de celles éligibles au paiement à l échéance et au privilège de procédure. Par cet arrêt, la Cour de Cassation juge que le principe de primauté du droit communautaire ne saurait faire échec aux règles très restrictives de droit interne des procédures collectives. Une société française avait bénéficié, sous la forme d une exonération fiscale temporaire, d une aide publique estimée incompatible avec les règles du marché commun par la Commission européenne, qui en avait exigé la récupération. Cette société ayant été mise en redressement puis en liquidation judiciaire, un directeur départemental des finances publiques, qui n avait pas déclaré sa créance de restitution dans le délai légal, avait demandé à être relevé de sa forclusion. Le juge-commissaire avait rejeté cette demande et le directeur départemental avait donc exercé un recours contre l ordonnance de rejet de ce dernier. Ce recours avait été rejeté par le tribunal de grande instance puis par la cour d appel. La cour de cassation a validé la position de la cour d appel, considérant que «la récupération de l aide illégale s exécute par l admission à son passif de la créance correspondante lorsqu elle est encore possible selon les règles du droit national relatives à la production des créances et au relevé de forclusion, que la cour d appel a jugé irrévocable le refus du relevé de forclusion, même s il en résulte l impossibilité absolue d exécuter la décision de la Commission». Cette décision ne devrait pas être appréciée par la Commission européenne en droit d exiger que les juridictions nationales appliquent les décisions qu elle rend. FLASH : PRECISIONS SUR LA NOTION DE CESSATION DES PAIEMENTS (CASS. COM, 23 AVR.2013, N , F-P+B) Un associé contestait l état de cessation des paiements de la société au motif qu une partie du capital social n était pas libérée. Les juges du fond ont rejeté sa tierce opposition LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 5/13

6 considérant que le capital social non libéré ne constituait pas un actif disponible ou une réserve de crédit car son inscription dans la trésorerie de la société supposait la mise en œuvre d une action en recouvrement non nécessairement immédiatement fructueuse. Ce capital social non libéré n était donc pas disponible à très court terme. Cette position a été entérinée par la Chambre Commerciale de la Cour de Cassation. AGENTS COMMERCIAUX COMPETENCE JURIDICTIONNELLE ET LIEU D EXECUTION DU CONTRAT D AGENT COMMERCIAL (CASS COM, 14 MAI 2013, N , LAP C/ BSM) En droit communautaire, la juridiction compétente pour traiter des litiges relatifs à un contrat d agent commercial, en cas de fourniture de services dans plusieurs états membres, est le lieu de la fourniture principale de service de l agent commercial (Règlement 44/2001, article 5-1), sauf clause attributive de compétence valablement convenue entre les parties (idem, article 23). Dans cet arrêt, un mandant italien avait signé un contrat d agent commercial (sans clause attributive de compétence) avec une société luxembourgeoise pour la distribution exclusive de ses produits en Europe. Après rupture du contrat, l agent commercial saisit un Tribunal français pour réclamer le paiement d une indemnité à son mandant et justifie sa saisine du juge français par le fait que «l agent commercial n avait aucun client au Luxembourg et qu en revanche 26 de ses 70 clients européens étaient français, ce qui faisait de la nationalité française la première nationalité représentée parmi ses clients». Le mandant conteste cette compétence en démontrant que l agent commercial ne s est pas déplacé en France pour effectuer son démarchage. La cour de Cassation fait droit aux arguments du mandant et confirme un arrêt d appel selon lequel, si l agent a effectivement développé la majorité de son chiffre d affaires en France, celui-ci ne s est pas déplacé chez lesdits clients pour effectuer son démarchage ; le lieu de la fourniture principale de service de l agent, telle qu elle découle de l exécution effective du contrat ne peut donc être la France. Bien que le statut des agents commerciaux ait été harmonisé au niveau communautaire, il existe de fortes différences entre les montants des indemnités accordés par les juges aux agents commerciaux. Le nouvel éclairage apporté par cet arrêt sur la compétence des juridictions françaises relève donc d une question particulièrement suivie par les agents commerciaux. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 6/13

7 UNE FAUTE GRAVE DE L AGENT NE PEUT DONNER LIEU QU A UNE RUPTURE SANS PREAVIS (CASS COM, 12 FEVRIER 2013, N , HYDRAULIQUE PRODUCTION SYSTEMS) Selon l article L du Code de Commerce français, un agent commercial ayant commis une faute grave n a pas droit à l indemnité compensatrice prévue en cas de rupture de son contrat par son mandant. En l espèce, cet arrêt opposait un mandant à son agent commercial qui refusait de lui communiquer la liste des autres entreprises pour lesquelles il travaillait. Considérant que ce manquement était constitutif d une faute grave, le mandant a rompu le contrat d agent commercial sans indemnité, tout en accordant un préavis à son agent. Ce dernier a contesté la gravité de la faute invoquée, espérant ainsi obtenir des juges une indemnité. La Cour donne raison à l agent, soulignant uniquement que le fait d accorder un préavis à l agent, démontre que la faute n était pas grave, puisqu une faute grave aurait donné lieu à une rupture immédiate du contrat. Cet arrêt s inscrit dans la ligne jurisprudentielle d une interprétation très stricte de la notion de faute grave, censée «rendre impossible le maintien des relations contractuelles». PROPRIETE INTELLECTUELLE APPLE CONDAMNE A 5M AU TITRE DE LA COPIE PRIVEE (TGI PARIS, 3E CH., 4E S., 30 MAI 2013, APPLE DISTRIBUTION INTERNATIONAL ET APPLE FRANCE / COPIE FRANCE) Votée en 1985, la "copie privée" (L du CPI) est destinée à «compenser financièrement le préjudice subi par les titulaires de droits d auteur et de droits voisins afin de maintenir l exception de copie privée au bénéfice du consommateur» (L ). Son montant est fixé selon le type de support par la Commission Copie Privée, qui regroupe redevables et bénéficiaires et dont les décisions sont souvent critiquées devant le Conseil d Etat 1. Cette taxe est collectée auprès des vendeurs de supports électroniques (sauf les ordinateurs et liseuses), par la société pour la perception de la rémunération de la copie privée audiovisuelle et sonore ou «Copie France». Copie France réclame à Apple près de 7,2 M au titre des sommes non perçues en 2011 sur ses ventes de tablettes tactiles multimédias, lesquelles ont été intégrées dans le périmètre de la rémunération pour copie privée par une décision n 13 de la CCP de En son rapport «Acte II de l exception culturelle» remis en mai 2013 au Président Hollande, Pierre Lescure (ancien président de Canal+) propose d'étendre cette taxe (supportée au final par les consommateurs), à tous les objets connectés, ce qui ne devrait pas pacifier les débats LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 7/13

8 Apple critique cependant la licéité de cette décision qui adopte pour ces tablettes, un barème analogue à celui fixé pour les téléphones mobiles multimédias, par la décision CPP n 11 pourtant annulée par le Conseil d Etat. Parallèlement à sa saisine du Conseil d Etat, Apple a saisi le TGI de Paris pour voir constater qu elle n est débitrice d aucune facture en exécution de cette décision n 13, et subsidiairement, qu il soit sursis à statuer jusqu à la décision du Conseil d Etat devant statuer sur sa légalité. Dès lors qu il ne lui appartient pas de statuer sur la licéité d un acte administratif, le Tribunal sursoit à statuer, mais considère que «l éventuelle annulation de la décision n 13 de la Commission n affecte pas la validité de l article L331-1 du CPI dont elle n est que l application et qui fixe le principe de la rémunération pour copie privée des auteurs artistes-interprètes et producteurs de phonogrammes ou vidéogrammes», cet article étant «conforme au droit communautaire qui demande aux Etats qui admettent l exception de copie privée, d organiser une compensation équitable». Considérant dès lors Copie France «bien fondée à invoquer le principe de la rémunération pour copie privée pour solliciter une indemnité compensatrice de la perte qu elle subit du fait des difficultés actuelles pour recouvrer les sommes dues à ce titre», le Tribunal condamne Apple à lui payer avec exécution provisoire, une provision de 5M au titre de ses ventes d ipad en France en 2011 (sur la base d une décision n 14 CPP elle-même critiquée devant le Conseil d Etat). DISTRIBUTION - CONCURRENCE AGENT COMMERCIAL EN CDD : PERTE DE L INDEMNITE COMPENSATRICE SI LE NON RENOUVELLEMENT N EST PAS ABUSIF (CA RENNES, 9 AVRIL 2013, NOM DES PARTIES) Un mandant avait proposé avant l arrivée du terme du CDD initial de l agent, de renouveler le contrat à son échéance, pour une durée inférieure à la durée initiale. L agent, qui déclina cette offre, réclama par conséquent à la fin de son CDD, l indemnité compensatrice de fin de contrat prévue par l article L du Code de commerce. Pour rappel, cette indemnité compensatrice est due par le mandant en fin de contrat, sauf si i) la rupture du contrat résulte d une faute grave de l argent ou ii) si l agent est à l initiative de la rupture. En refusant le renouvellement du contrat pour une durée inférieure à la durée du contrat initial, la Cour d Appel de Rennes a considéré que, dans la mesure où l offre de renouvellement du mandant n était pas abusive, l agent avait lui-même provoqué la rupture de la relation et perdait donc son droit à indemnité. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 8/13

9 40,6 MILLIONS D EUROS D AMENDE POUR AVOIR DENIGRE SES CONCURRENTS! (DECISION DU 14 MAI 2013 DE L AUTORITE DE LA CONCURRENCE, TEVA / SANOFI) Sur une plainte de Teva, l Autorité de la concurrence a condamné le groupe pharmaceutique SANOFI-AVENTIS à 40,6 millions d euros pour abus de position dominante. En l espèce, l abus était caractérisé par la stratégie de dénigrement de produits génériques développée par le groupe pharmaceutique tant au stade de la prescription de médicaments en incitant les médecins à apposer la mention «non substituable» sur leurs ordonnances prescrivant du Plavix, qu au stade de la substitution auprès des pharmaciens en les incitant à ne substituer Plavix que par son propre générique, au détriment des génériques des laboratoires concurrents. Les visiteurs médicaux créaient un doute dans le secteur médical sur les qualités des médicaments génériques au Plavix, et laissaient entendre que la prescription des génériques pouvait engager leur responsabilité de professionnels en cas de problème médical consécutif à la prise des génériques. L Autorité de la concurrence a notamment souligné, que du fait du principe de précaution dominant le secteur de la santé, les effets d une telle politique de dénigrement se sont vus renforcés. L Autorité de la concurrence qui, en 2010, avait refusé des mesures conservatoires à TEVA-SANTE dans cette même affaire, a finalement reconnu la gravité d un tel comportement qu elle a sanctionné de façon exemplaire. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 9/13

10 DROIT BANCAIRE MODIFICATION DE PLUSIEURS ARTICLES DU CODE MONETAIRE ET FINANCIER SUITE A LA CREATION DES AUTORITES EUROPEENNES DE SUPERVISION. (DECRET N DU 10 MAI 2013) L Autorité bancaire européenne, l Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles et l Autorité européenne des marchés financiers sont trois Autorités européennes de surveillance issues de la Directive 2010/78/UE du 24 novembre 2010 modifiant les directives 98/26/CE, 2002/87/CE, 2003/6/CE, 2003/41/CE, 2003/71/CE, 2004/39/CE, 2004/109/CE, 2005/60/CE, 2006/48/CE, 2006/49/CE et 2009/65/CE en ce qui concerne les compétences de l Autorité européenne de surveillance (Autorité bancaire européenne), l Autorité européenne de surveillance (Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles) et l Autorité européenne de surveillance (Autorité européenne des marchés financiers). Le décret n , entré en vigueur le 12 mai 2013, prévoit des dispositions visant à : 1. Informer ces autorités européennes de supervision et, le cas échéant, les autres autorités nationales de supervision dans le cadre de groupes transfrontaliers, en ce qui concerne la supervision des systèmes de règlements interbancaires et des systèmes de règlement et de livraison d instruments financiers. Ceci s applique aux établissements de crédit, aux entreprises d investissement, aux conglomérats financiers, aux compagnies financières, aux entreprises d assurance, aux mutuelles du Code de la mutualité, aux institutions de prévoyance et aux personnes morales administrant une institution de retraite professionnelle collective. 2. Préciser les modalités de mise en œuvre de la médiation contraignante de l Autorité bancaire européenne dans le cadre de la supervision des groupes bancaires transfrontaliers. 3. Préciser les modalités d ouverture d une procédure disciplinaire par l Autorité du Contrôle Prudentiel à l encontre d un groupe établi en France et ayant son siège dans un autre Etat partie à l accord sur l Espace Economique Européen. 4. Préciser les modalités de supervision des conglomérats financiers et étendre les obligations de ces conglomérats à la définition des dispositifs pour participer à la réalisation et, le cas échéant, au développement de mécanismes et de plans de sauvetage appropriés. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 10/13

11 PROCEDURE PENALE PREMIERE APPLICATION DES ARTICLES ALINEA 6 DU CODE PENAL, ET DU CODE DE PROCEDURE PENALE MODIFIES PAR LA LOI DU 27 MARS 2012, AUTORISANT EN COURS D INSTRUCTION, LA SAISIE CONSERVATOIRE, DES BIENS DONT LES PERSONNES SUSCEPTIBLES D ETRE MISES EN EXAMEN SONT PROPRIETAIRES ET DE CEUX DONT ELLES ONT LA LIBRE DISPOSITION (CASS., CRIM., 23 MAI 2013, N ) Une information judiciaire a été ouverte du chef de blanchiment à l encontre des héritiers de Monsieur X, propriétaires indivisaires de 99,55% des parts d une société civile immobilière dont le principal actif est un château. Une promesse de vente portant sur cet actif est conclue entre les héritiers et une société étrangère. Le juge d instruction ordonne alors la saisie de la quasi-totalité du produit de la vente en tant qu élément du patrimoine des héritiers susceptible de faire l objet d une confiscation en valeur du produit de l infraction. Les héritiers demandent au juge d instruction, par l intermédiaire de l administrateur provisoire de l indivision post-communautaire et successorale, la restitution d une partie de la somme afin de pouvoir apurer une partie du passif. Le juge d instruction refuse, mais la chambre de l instruction donne raison aux héritiers au motif que «la société est seule propriétaire du produit de la cession d une partie de ses actifs immobiliers et que rien ne permet de considérer que ce produit pourrait faire l objet d une décision des actionnaires précitée ou clandestine, de distribution, au titre d un hypothétique bénéfice». La Cour de Cassation casse sans renvoi cette décision, au motif que «les héritiers indivisaires susceptibles d être mis en examen détiennent 99,55% des parts de la SCI et ont le pouvoir de décider de l affectation de l actif net social résultant de la vente de l immeuble de cette société, de sorte qu ils ont la libre disposition de cet élément d actif au sens de la rédaction des articles précités». En jugeant ainsi, la Chambre criminelle ne s arrête pas à l écran de la personnalité morale de la société. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 11/13

12 ENERGIE NOUVELLES CONDITIONS D ACHAT DE L ELECTRICITE PRODUITE PAR LES EOLIENNES (ARRETE DU 8 MARS 2013 FIXANT LES CONDITIONS D ACHAT DE L ELECTRICITE PRODUITE PAR LES INSTALLATIONS UTILISANT L ENERGIE MECANIQUE DU VENT SITUEES DANS DES ZONES PARTICULIEREMENT EXPOSEES AU RISQUE CYCLONIQUE ET DISPOSANT D UN DISPOSITIF DE PREVISION ET DE LISSAGE DE LA PRODUCTION, JORF Nº0078 DU 3 AVRIL 2013 PAGE 5524) Les articles L et L du Code de l Energie prévoient que certaines installations puissent bénéficier de l'obligation faite à Electricité de France et aux entreprises locales de distribution chargées de la fourniture, d acheter l électricité ou le biométhane qu elles produisent, à des tarifs réglementés. En application de ces articles, EDF conclut avec chaque producteur qui en fait la demande, un contrat dit «d'obligation d'achat», dont la durée et les tarifs sont fixés par les pouvoirs publics. L arrêté du 8 mars 2013 fixe les conditions d achat de l électricité produite dans certaines conditions par les installations utilisant l énergie mécanique du vent («énergie éolienne») situées dans des zones particulièrement exposées au risque cyclonique (comme la Guadeloupe ou la Martinique) et disposant d un dispositif de prévision et de lissage de la production. Au sens du présent arrêté, il s agit des zones non interconnectées au réseau métropolitain continental. En sont exclues les installations implantées en Corse, Guyane et à Saint-Pierre-et-Miquelon. Les tarifs sont garantis 15 ans et sont fixés à 23 centimes d euros par kwh les dix premières années, puis à un autre tarif les 5 années suivantes. Pour la Ministre de l Ecologie, Delphine Bartho, ce nouveau modèle de contrat d achat d électricité «permettra la signature anticipée des contrats afin de sécuriser le financement des projets éoliens actuellement en cours.» LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 12/13

13 COORDONNÉES Nuria Bové Associée de Cuatrecasas, Mario Celaya Of Counsel de Cuatrecasas, Claire Maurice Of Counsel de Cuatrecasas, Carmen de Pablo Collaboratrice de Cuatrecasas, Cuatrecasas, Bureau de Paris 73, Avenue des Champs Elysées Paris, Francia Tel.: Fax: Céline Demaison Collaboratrice de Cuatrecasas, Elena Chantres Collaboratrice de Cuatrecasas, Vanina Bedel Collaboratrice de Cuatrecasas, Liria Martínez Collaboratrice de Cuatrecasas, Maxime Panhard Collaborateur de Cuatrecasas, 2013 CUATRECASAS, GONÇALVES PEREIRA. Tous droits réservés. Le présent document est une sélection d informations juridiques éditée par Cuatrecasas,. Les informations o u observations contenues dans ce document ne peuvent en aucun être interprétées comme un acte de conseil juridique. Cuatrecasas, est titulaire de tous les droits de propriété intellectuelle sur le présent document. La reproduction par q uelque moyen que ce soit, distribution, cession et toute autre utilisation de l intégralité ou d une partie du présent document requièrent l autorisation préalable de Cuatrecasas,. LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS 13/13

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Décembre 2013 CONCURRENCE VOTRE CONCURRENT NE RESPECTE PAS LES REGLES? ATTENTION AU DENIGREMENT 3 LA SIMPLE FAUTE DEONTOLOGIQUE NE SUFFIT PLUS A CARACTERISER UN ACTE DE CONCURRENCE DELOYALE 3 PROCEDURE

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mai 2014 DROIT COMMUN DES SOCIETES IMPOSSIBILITE DE CONFIRMER LA CESSION DE PARTS SOCIALES D UNE SARL DONT LE PROJET N A PAS ETE NOTIFIE 3 UN CONTRAT DE DISTRIBUTION DEPOURVU DE CLAUSE D INTUITU PERSONAE

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mars 2014 DROIT CIVIL LE DROIT D OPTION DU BAILLEUR OU DU LOCATAIRE COMMERCIAL LORS DE LA PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT PEUT ETRE EXERCE A TOUT MOMENT 3 LE SORT DU CONTRAT DE CAUTIONNEMENT EN CAS D ABSORPTION

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Décembre 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ENTREE EN VIGUEUR LE 1ER OCTOBRE 2014 DU DECRET N 2014-917 DU 19 AOUT 2014 (ARTICLE D.411-1-3 CPI) 3 ORDONNANCE 2014-1348 DU

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Juillet 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE UNE SOCIÉTÉ NE SAURAIT REVENDIQUER DES DROITS D AUTEUR SUR LE DESSIN D UN TISSU DONT LE MOTIF EST BANAL 3 DISTRIBUTION MODIFICATION

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mai 2013 DROIT CIVIL «PROFESSIONNELS DE MEME SPECIALITE» : CONDITIONS DE VALIDITE DES CLAUSES LIMITATIVES DE RESPONSABILITE POUR VICES CACHES 3 TRANSPORT TERRESTRE INTERNATIONAL

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A.

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A. Commentaire Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012 Mme Ileana A. (Transmission des amendes, majorations et intérêts dus par un contribuable défunt ou une société dissoute) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 84 DU 25 SEPTEMBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 12 C-3-09 INSTRUCTION DU 17 SEPTEMBRE 2009 COMPENSATION FISCALE DE RECOUVREMENT - NOUVELLES DISPOSITIONS

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Chris Imprimerie EURL au capital de 1000 euros 40 chemin de la Parette 13012 Marseille Siret 527 861 058 00016 TVA Intracom FR83527861058 Les rapports de la Société Chris

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE1 INTRODUCTION AU DROIT - session 2014 Proposition de CORRIGÉ - 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 COMMENTAIRE DE DOCUMENT - 4 points

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats :

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : 1 CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : ENTRE LES SOUSSIGNES ET Usufruitiers des droits immobiliers ci-après énoncés,

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

Conditions générales vente en ligne

Conditions générales vente en ligne Page 1 de 6 Conditions générales vente en ligne Article 1 Introduction 1.1. D une part, les présentes conditions générales règlent l utilisation du site de vente ayant pour url www.jungheinrich.be/webshop

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS ACTUALITÉS EN DROIT SOCIAL Mai 2013 SOMMAIRE UN SALARIE A DROIT A 20 MINUTES DE PAUSE CONSECUTIVES APRES 6 HEURES DE TRAV AIL, CONTINUES OU NON 2 LE JUGE NE PEUT PAS REQ UALIFIER

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L.

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2 2 mai 2014 Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Références de publication : - http://www.legalis.net La décision : La société Pharmodel est un groupement d officines

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group Cour d appel de Lyon 8ème chambre Arrêt du 11 février 2014 Euriware/ Haulotte Group Décision déférée : Ordonnance du 12 décembre 2012 du juge des référés du tribunal de commerce de Lyon Références de publication

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

CLAUSE DE NON CONCURRENCE (CNC)

CLAUSE DE NON CONCURRENCE (CNC) CLAUSE DE NON CONCURRENCE (CNC) La concurrence est la situation dans laquelle se trouve une personne ou une entreprise par rapport à une ou plusieurs autres lorsque, tout en faisant des profits, elle peut

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Contrat de licence de type ODbL (Open Database Licence) n.. Entre : Le Département de Saône-et-Loire, représenté

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

1. De l exercice limité du contrôle par l employeur sur le permis à points

1. De l exercice limité du contrôle par l employeur sur le permis à points aolfq=pl`f^i= PERMIS DE CONDUIRE ET CONTRAT DE TRAVAIL Richard WETZEL Mars 2009 Depuis le 14 juillet 2002, la sécurité routière est devenue une priorité nationale. S engage ainsi une répression plus rigoureuse

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail