24 propositions pour accélérer la production de logement à Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "24 propositions pour accélérer la production de logement à Paris"

Transcription

1 24 propositions pour accélérer la production de logement à Paris Transformation des bureaux en logements 1. Accompagner les propriétaires de petits locaux d activités par de nouvelles aides 2. Organiser un forum et une exposition/concours autour de la transformation de bureaux en logements 3. Autoriser la reconstruction d un immeuble de même volume que l ancien 4. Permettre la réversibilité des usages 5. Créer des incitations fiscales et financières 6. Soutenir un développement maitrisé de l usufruit locatif social 7. Mettre en place une plateforme sur les changements d usage Mobilisation du parc de logements privés 8. Créer un dispositif pour capter l offre locative privée 9. Remettre sur le marché des locaux vacants rénovés grâce au bail à réhabilitation 10. Lutter contre les locations meublées touristiques irrégulières Modification du PLU et simplification des procédures 11. Mieux contrôler les destinations 12. Faire évoluer les règles de vue et de prospects entre bâtiments sur une même parcelle 13. Favoriser la création architecturale tout en préservant le patrimoine 14. Faciliter la réversibilité des usages des locaux situés en rez-de-chaussée 15. Libérer le foncier souterrain pour des activités ou des services collectifs Optimisation du coût des opérations 16. Réduire les délais 17. Construire des immeubles sans parking 18. Encadrer les consultations de promoteurs afin d éviter les surenchères foncières et de diminuer le prix des logements Adopter une charte promoteurs anti-spéculative 19. Dissocier l achat du logement et l achat du foncier pour le logement intermédiaire Surélévations d immeubles 20. Mieux informer les propriétaires privés et les professionnels du logement sur la surélévation 21. Lancer en 2015 un appel à projet de surélévation des bâtiments publics 22. Accompagner les propriétaires privés dans leurs projets : le kit surélévation 23. Faire évoluer les règles de gabarit pour augmenter le potentiel de surélévation des immeubles parisiens Information et accueil des propriétaires 24. Créer une plateforme internet pédagogique dédiée aux propriétaires

2 Proposition 1 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Accompagner les propriétaires de petits locaux d activités par de nouvelles aides Partenaires Mettre en place un accompagnement technique et financier des propriétaires privés de petits locaux pour les aider à réaliser des projets de transformation en logements, en ciblant l action sur les locaux vacants. Une telle action pourrait notamment motiver les propriétaires de locaux d'activités vacants nécessitant travaux à les remettre en location en faveur de logements à loyers libres ou conventionnés. Atelier parisien d urbanisme, ANAH, ADEME, Agence parisienne du climat en trois temps : identifier les locaux d activités vacants, avec par exemple l appui de travaux de l Apur élaborer une stratégie d action par territoires et type d opérations mettre en place des aides spécifiques et un accompagnement en s'appuyant sur les dispositifs existants (OPAH, PIG...) et des subventions ANAH / Ademe / Ville de Paris pour financer une part des travaux.

3 Proposition 2 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Organiser un forum et une exposition/concours autour de la transformation de bureaux en logements Partenaires Partager les pratiques et montrer des projets emblématiques de transformation de bureaux en logements réalisés à Paris. La présentation de projets emblématiques permettrait d encourager et inciter les propriétaires de bureaux à les transformer en logement. Elle constituerait aussi une opportunité pour mettre en avant des exemples d architecture innovants, favorisant la mixité et l évolutivité des usages. Pavillon de l Arsenal, ORIE Deux types d'action : organisation par la Ville d'un forum, une rencontre des professionnels sur le sujet exposition / concours, à monter en lien avec le Pavillon de l'arsenal, et éventuellement des acteurs à plus large échelle (État, Région) intéressés par cette politique

4 Proposition 3 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Autoriser la reconstruction d un immeuble de même volume que l ancien Instaurer dans le PLU un "volume (ou hauteur) de fait", afin de pouvoir conserver les volumes existants en cas de démolition-reconstruction, sous certaines conditions, et en faveur du logement. L'évolution de certaines parcelles est aujourd'hui bloquée car les propriétaires risquent de perdre des surfaces utiles après reconstruction. Avant la suppression du COS par la loi Alur, il existait dans le PLU le mécanisme du COS de fait qui permettait, sous certaines conditions, de démolir et reconstruire avec la même densité, même lorsque le COS était supérieur à la norme. Sur le même principe, il est proposé de permettre sous certaines conditions de reconstruire un immeuble avec la même volumétrie, même lorsque celle-ci dépasse les règles de gabarit (et/ou le plafond des hauteurs?). Devraient cependant être respectées au minimum certaines règles élémentaires telles que des distances minimales entre les bâtiments (règles de vues). Une telle mesure serait un puissant levier pour encourager les transformations de bureaux en logement. Cette mesure pourrait être ciblée sur les immeubles de 28 à 50 m. Aujourd'hui, la règlementation IGH s'applique à partir de 50 m pour les immeubles d'habitation et 28 m pour les autres usages. De nombreux immeubles de bureaux soumis aux contraintes de mises aux normes IGH pourraient y déroger en étant reconstruits avec le même volume pour y faire du logement. Étudier la possibilité de faire évoluer les dispositions de l'article 10 du règlement du PLU.

5 Proposition 4 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Permettre la réversibilité des usages Partenaires Permettre, sous certaines conditions, des changements de destination réversibles, par exemple en donnant au propriétaire, pendant une durée maximale de 10 ou 15 ans, la possibilité de retransformer les surfaces d'habitation en activités. Dans ce cas, les règles de compensation pour changement d usage pourraient être allégées. Changer l'usage de bureaux en logements revient aujourd'hui à donner une vocation unique et irréversible à son patrimoine, compte tenu des règles qui s'appliquent en matière de changements d'usage (art L631-7 du CCH). La perte de la possibilité de transformer à nouveau l immeuble en bureaux est de nature à freiner les opérateurs dans leurs projets de transformation de bureaux en logements. La loi Habitat de 1994 avait modifié l'article L du CCH et instauré des changements d'usage temporaires avec, pendant 13 ans, la possibilité de retrouver l'affectation antérieure sur simple déclaration. Au-delà de cette durée, tout changement d'usage devait faire l'objet d'une autorisation préfectorale. Ce système a été supprimé en La réintroduction dans la loi d'une telle mesure pourrait avoir un effet incitatif pour les transformations de bureaux en logements. ORIE Action qui relève d'une évolution législative mais qui peut être soutenue par la Ville de Paris. Si le dispositif est inscrit dans la loi, il nécessitera une adaptation mineure du règlement municipal de changement d usage.

6 Proposition 5 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Créer des incitations fiscales et financières Partenaires Encourager les transformations de bureaux en logements à travers plusieurs types d incitations fiscales et financières : exonérer de la taxe d'aménagement les transformations de bureaux ou autres activités en logements (par réhabilitation ou démolition/reconstruction) ; exonération temporaire de la taxe foncière sur les propriétés bâties ; appliquer une TVA à taux réduit (10 %), en zone tendue, pour toutes les opérations de transformation de bureaux en logements. Pour l'orie et les professionnels présents à l'atelier, il ne sera possible de transformer des bureaux en logements de manière significative que s il existe des aides pour l acquéreur d un immeuble de bureaux ayant un projet de transformation en logements. Depuis 2012, la taxe d'aménagement remplace la taxe locale d'équipement ainsi que d'autres taxes locales. Elle comprend une part communale, une part départementale ainsi qu'une part régionale en IDF. Selon une première simulation de l ORIE, pour une transformation de 5000 m², la taxe d'aménagement serait d'environ euros (soit 1 % du coût total de l'opération). ORIE Ces mesures nécessitent une évolution législative.

7 Proposition 6 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Soutenir un développement maitrisé de l usufruit locatif social Principe Soutenir le développement de l usufruit locatif social afin de faciliter la mise en des objectifs de logement social notamment dans les opérations de transformation de bureaux en logements à l équilibre financier complexe. L'usufruit locatif social (ULS) est un montage juridique permettant, grâce à un démembrement de propriété, de produire des logements locatifs sociaux dans des conditions financières et fiscales avantageuses à la fois pour les promoteurs et pour les acquéreurs. D'un côté, des particuliers acquièrent «au détail» la nuepropriété d'appartements dont ils n'auront ni la jouissance, ni les revenus de la location pendant 15 à 20 ans. En contrepartie, ils bénéficient d'un prix décoté de 30 à 40 % et ne sont pas taxés sur cette valeur au titre de l'isf. En face, un bailleur social achète «en bloc» l'usufruit portant sur la totalité des appartements d'un immeuble qu'il va gérer pendant 15 à 20 ans. A l'issue, la pleine propriété de chaque lot est reconstituée : le bailleur libère la totalité des logements et rétrocède gratuitement l'usufruit de chacun d'eux à son nu-propriétaire. La plupart du temps, un intermédiaire (PERL est numéro un sur ce marché) rapproche le bailleur social de l'investisseur. Pour les promoteurs et investisseurs privés présents à l'atelier, l'obligation de créer une part de logements sociaux dans les transformations de bureaux en logements situées dans la zone de déficit complique l équilibre financier des opérations. Le coût technique d une transformation est estimé entre 10 et 30 % plus élevé que le coût de construction. Promouvoir l ULS pour créer la part de logements sociaux à réaliser dans ces opérations améliorerait la rentabilité des opérations et encouragerait les transformations de bureaux en logements. L ULS est un produit intéressant fiscalement pour les investisseurs, mais il l est aussi pour le bailleur social qui n'achète que l'usufruit des biens (coût de revient deux fois inférieur au locatif social classique) et épargne des fonds propre. La Ville de Paris, qui délivre les agréments nécessaires, conservera la maîtrise du recours à cet instrument innovant. Mettre en place début 2015, en lien avec les bailleurs sociaux et les intermédiaires spécialisés, une stratégie de développement sur le territoire parisien de l ULS. Devront notamment être précisées le type d opérations concernées, la durée souhaitée par la Ville pour ces opérations, et les modalités de prise en compte des cessions potentielles de commercialité. Parallèlement, serait élaboré un plan de communication sur ce dispositif à destination des propriétaires institutionnels, des promoteurs et investisseurs, avec une action ciblée sur les propriétaires de bureaux vacants.

8 Proposition 7 Atelier 1 transformation des bureaux en logements Mettre en place une plateforme sur les changements d usage Mettre en place une plateforme d'information sur les changements d'usage, afin de fluidifier le marché des compensations et favoriser le développement de transformation de bureaux en logements. La vente de titres de compensation (commercialités) constitue un véritable plus dans la balance financière d'une opération de conversion de bureaux en logements. Elle permet d'équilibrer les opérations des bailleurs sociaux et elle permet aussi aux personnes physiques et SCI familiales de financer une partie des travaux de transformation (estimée entre 10 et 15 % du coût des opérations). La vente de commercialités s applique également en cas de démolitionreconstruction de bureaux en logements. Les propriétaires institutionnels et investisseurs connaissent ces mécanismes de compensation, les services référents et les professionnels de la vente de commercialités (trois principales agences spécialisées à Paris). Mais ce n'est pas le cas de nombreux petits propriétaires de locaux d'activités pour lesquels la vente des commercialités constituerait une aide financière à la transformation en logements. Plusieurs niveaux d action pourraient être envisagés : renforcer, en particulier sur le site Paris.fr, l information à destination des propriétaires pour les aider, les orienter dans leurs démarches (en indiquant par exemple la liste des agences et sites internet qui jouent aujourd hui le rôle d intermédiaire entre acheteurs et vendeurs de commercialité) et valoriser la réversibilité de ces mesures. mettre en place une plateforme d échanges de commercialités dédiée à la mise en ligne d offres de vente et d achat de commercialité (à l image de ce que font des sites internet comme commercialité.fr)

9 Proposition 8 Atelier 2 mobilisation du parc de logements privés Créer un dispositif pour capter l offre locative privée Contexte Mettre en place le dispositif Multiloc permettant de capter des logements privés pour développer une offre intermédiaire à destination des classes moyennes et des jeunes actifs, tout en sécurisant la situation des propriétaires et les droits des locataires. Au titre du Pacte «Logement pour tous» signé en juin 2014, Anne Hidalgo, Maire de Paris, s est engagée à améliorer l offre de locations dans la capitale, notamment par la création d un dispositif Multiloc. Au cours de son mandat, la municipalité parisienne souhaite en effet, en plus d une politique du logement social ambitieuse, mobiliser le parc locatif privé en faveur des ménages de classe moyenne. Multiloc facilitera, en toute transparence, la mise sur le marché des logements vacants, en sécurisant la perception de loyers, en facilitant par exemple les colocations de grands appartements ou, au besoin, en avançant des frais de remise en état. Avec les élus, les professionnels privés et publics seront mobilisés pour apporter leurs savoir-faire. Le dispositif Multiloc doit s appuyer sur un partenariat avec les acteurs privés du logement, condition nécessaire à sa réussite. Il s articulera avec les dispositifs de captation des logements privés tels que «Louez solidaire et sans risque» et l Agence immobilière sociale. La Mairie de Paris rédigera un cahier des charges en vue du lancement début 2015 d un appel d offres pour choisir l opérateur Multiloc.

10 Proposition 9 Atelier 2 mobilisation du parc de logements privés Remettre sur le marché des locaux vacants rénovés grâce au bail à réhabilitation Principe Promouvoir le développement du bail à réhabilitation, à travers des actions d'information, de communication et d'incitation fiscale. Pour une durée de 15 ans minimum, le propriétaire confie un bien à réhabiliter à une association, un bailleur ou une SEM, qui paie tous les travaux et les dépenses liées au logement qu ils financent grâce aux subventions et aux loyers qu ils perçoivent pendant le bail. Le propriétaire ne touche aucun loyer mais n a aucun frais ni impôt à payer (dont exonération ISF) et retrouve son bien en bon état à la fin du bail. Aujourd hui peu étendu, ce dispositif permet notamment la remise sur le marché de logements vacants nécessitant des travaux lourds de réhabilitation. Cependant, comme les autres mécanismes d'occupation temporaire, ce système soulève la question du relogement de l'occupant en fin de bail. Conformément aux dispositions de l'article 1594 J du CGI, les conseils généraux peuvent exonérer de la taxe de publicité foncière les baux à réhabilitation passés dans les conditions prévues par les articles L à L du CCH. Les dispositifs et les acteurs (organismes privés d'intermédiation et associations) existent et se développent. Il s'agit essentiellement d'une action d'information et de communication pour les faire connaître au plus grand nombre de propriétaires privés et aux professionnels de l'immobilier (notaires notamment). Le développement du bail à réhabilitation peut aussi se faire dans le cadre d'opérations de restauration immobilière ou en s'appuyant sur les opérateurs d'opah. La Ville de Paris pourrait par ailleurs exonérer de la taxe de publicité foncière les propriétaires s engageant dans ce type d opérations. La Ville de Paris doit aussi veiller à la cohérence entre les dispositifs du bail à réhabilitation et Louez Solidaire lors de la captation des logements selon des critères de volume de travaux, de surface de logement et de durée de mobilisation du bien.

11 Proposition 10 Atelier 2 mobilisation du parc de logements privés Lutter contre les locations meublées touristiques irrégulières Contexte Lutter contre les locations meublées touristiques irrégulières, en renforçant les contrôles et les sanctions et en incitant les propriétaires à revenir à des pratiques légales. On estime à 25 ou logements transformés illégalement en meublés touristiques à Paris. Leur fort développement vient diminuer le parc de résidences principales disponibles pour les Parisiens et contribue à tirer les prix vers le haut, phénomène qui affecte tous les arrondissements parisiens sans exception. Le nouveau règlement municipal du changement d usage adopté par le Conseil de Paris en novembre 2014 traite désormais spécifiquement des locations meublées de courte durée et précise que celles-ci sont soumises au régime de droit commun des autorisations préalables de changement d usage. Cela signifie que tout propriétaire transformant un logement en meublé touristique a l obligation de compenser par la création, dans le même arrondissement, d'un logement de surface au moins équivalente. Il faut renforcer les contrôles et continuer à saisir le Procureur pour tous les cas d infraction. La ville doit lutter contre ces pratiques, mais aussi conseiller les propriétaires en leur proposant des alternatives à la location touristique meublée en rappelant notamment que la location pendant neuf mois à des étudiants peut être complétée par une location meublée de trois mois maximum. Le dispositif Multiloc peut être un outil incitatif auprès des bailleurs pour choisir une location pérenne à travers des avantages fiscaux couplés à des garanties impayés et dégradations. Il serait nécessaire de réactualiser par une étude le nombre de locations meublées touristiques (à confier à l APUR). On doit pouvoir associer la lutte contre les locations meublées touristiques irrégulières aux outils de mobilisation du parc privé de la municipalité : Multiloc et Louez Solidaire. Il convient également de systématiser les échanges avec les services fiscaux sur les infractions avérées.

12 Proposition 11 Atelier 3 modification du PLU et simplification des procédures Mieux contrôler les destinations Mettre une place une mesure se substituant aux règles de l'article 14 (COS) afin de contrôler les destinations, en particulier dans le secteur de protection de l'habitation (centre et ouest parisien) dans lequel le PLU doit favoriser le développement de logements. Dans le PLU actuel, le contrôle des destinations repose en partie sur des règles de COS différentes entre le secteur de protection de l'habitation (avec un COS plus favorable à l'habitation) et le secteur d'incitation à la mixité habitat-emploi (avec un COS identique pour l'emploi et l'habitat). Depuis la loi Alur, le COS a disparu. Par conséquent il faut imaginer une nouvelle règle pour contrôler les destinations en favorisant le développement de logements dans l'ouest parisien. Dans le cadre de la modification du PLU, modifier les dispositions de l'article 2 du règlement.

13 Proposition 12 Atelier 3 modification du PLU et simplification des procédures Faire évoluer les règles de vue et de prospects entre bâtiments sur une même parcelle Modifier les règles de vue et de prospects entre bâtiments situés sur une même parcelle qui peuvent être contraignantes pour la réalisation de certains projets. Le PLU parisien établit les règles d implantation et de gabarit des bâtiments sur une même parcelle par rapport au type de baies : baies constituant l éclairement premier de pièces principales avec distance entre façades de 6 mètres, gabarit H=P+4+ oblique à 45 avec point d attache au niveau du plancher le plus bas comportant des vues principales ; baies ne constituant pas l éclairement premier de pièces principales avec distance entre façades de 4 mètres. Ces règles ne prennent pas en compte l orientation des façades, qui est aujourd'hui facile à intégrer. N'est pas prise en compte non plus l'évolution de l'usage des pièces à l'intérieur du logement et donc des vues principales ou secondaires. Étudier les possibilités d évolution des articles 6, 7, 8 et 10 du règlement du PLU

14 Proposition 13 Atelier 3 modification du PLU et simplification des procédures Favoriser la création architecturale tout en préservant le patrimoine Améliorer la rédaction des dispositions architecturales de l article 11 du PLU sur lequel portent actuellement de nombreux recours. Dans cet article, les références à l écriture du patrimoine sont un garde-fou vis-àvis de promoteurs qui risqueraient de dénaturer la qualité de certains sites. Ce sont des outils de préservation utiles pour les architectes instructeurs et les ABF. Cet article sert surtout à bloquer des projets médiocres. Mais la question, qui s'est posée pour le projet de la Samaritaine, est aujourd'hui la suivante : comment le PLU peut-il favoriser la création architecturale tout en préservant le patrimoine? Le PLU peut-il prévoir des zones d'exception? Étudier les possibilités d évolution des dispositions de l'article 11 du règlement du PLU.

15 Proposition 14 Atelier 3 modification du PLU et simplification des procédures Faciliter la réversibilité des usages des locaux situés en rez-de-chaussée Faire évoluer les règles du PLU sur les locaux situés en rez-de-chaussée, notamment en matière de hauteur sous plafond et d'évolution des destinations, afin de permettre une meilleure habitabilité, une meilleure adaptation et la réversibilité des usages et destinations tout au long de la vie du local. Pour être réversible, flexible en termes d usages, le rez-de-chaussée doit présenter de grands volumes capables. Le PLU prévoit une hauteur de 3,20 m, ce qui, pour plusieurs participants des ateliers, est insuffisant. De plus, cette hauteur est indiquée dans l article 11 du règlement du PLU qui concerne l aspect extérieur des bâtiments mais ne concerne donc pas les hauteurs sous plafond à l intérieur des bâtiments. Il est par exemple proposé d avoir une double hauteur fixée à 5,5 m, créant ainsi la possibilité d aménager des entresols, voire de penser un volume capable intégrant le 1 er sous-sol (en affouillement), le RDC et l entresol, avec une règle spécifique permettant une plus grande flexibilité. Étudier les possibilités d évolution des dispositions des articles 2 et 11 du règlement du PLU

16 Proposition 15 Atelier 3 modification du PLU et simplification des procédures Libérer le foncier souterrain pour des activités ou des services collectifs Autoriser les opérations de «sous-élévation» sur cour pour créer des locaux d'activités, ateliers ou services situés en dessous du niveau de référence et éclairés en premier jour. Le gain d espace en sous-sol se ferait au bénéfice du logement dans les étages supérieurs. Les dispositions actuelles du PLU interdisent tout affouillement ou exhaussement du terrain en dessous du niveau de référence, sauf dans certaines configurations particulières en relation avec le niveau des espaces libres des terrains voisins. Ces dispositions empêchent tout traitement architectural du type cours surbaissées ou patios, qui permettrait d assurer un éclairage naturel pour des fonctions qui, de par leur nature, peuvent être disposées en sous-sol (bureaux, ateliers, cuisines, laveries, salles de réunions, réfectoires, activités médicales...). Cela permettrait aussi une réutilisation d'espaces en sous-sols aujourd'hui sous-utilisés (parkings notamment). Ces projets pourraient contribuer à développer le modèle de l'"immeuble pluriel" mêlant habitation, activités et services collectifs. Dans le cadre de la modification du PLU, adapter les dispositions sur les espaces libres de l'article 13 et introduire de nouvelles dispositions de l article 2 du règlement du PLU.

17 Proposition 16 Atelier 4 Optimisation du coût des opérations Réduire les délais Partenaires Optimiser la durée des opérations grâce à une meilleure coordination et des procédures simplifiées. Pour cela, il est proposé de mettre en place un groupe de travail chargé de faire des propositions d'amélioration dans trois domaines : simplifier et coordonner les cahiers des charges imposés par la Ville et ses opérateurs ; réduire les délais de lancement des chantiers et de livraison des programmes revoir les modes de conception des projets, en faisant évoluer les méthodes, notamment en ZAC (développer la coproduction en ateliers de conception, les groupements de promoteurs) et les outils (soutenir le développement des techniques de maquette numérique (BIM)) Plusieurs promoteurs et constructeurs demandent une harmonisation des cahiers des charges, qui émanent d acteurs différents et sont parfois en contradiction. I3F donne l exemple de certaines ZAC en Ile-de-France où l on a jusqu à 8 cahiers des charges à respecter (aménageur, architecte conseil, BET environnemental ). Au final, cela génère un surcoût estimé à 10 %. Il faudrait, en amont de l opération, des arbitrages et un travail de mise en cohérence de ces différents cahiers de charges. Beaucoup d intervenants des ateliers insistent sur la nécessité de réduire la durée des chantiers, en particulier les délais d obtention des autorisations et les délais imposés par les concessionnaires (ErDF, GrDF, CPCU en particulier). Les chantiers doivent par exemple souvent se dérouler sans électricité, avec des groupes électrogènes, en raison des délais et conditions fixées par ErDF. La méthode du groupement de promoteurs vise à associer dès l amont des projets des investisseurs, des promoteurs et des bailleurs, pour qu ils concourent à travers un dialogue et une démarche participative à leur conception, à leur qualité comme à leur commercialité, ce qui permettrait à la Ville de Paris et ses aménageurs d'optimiser les délais et donc les coûts. Préfecture de Police Bailleurs sociaux et établissements publics locaux Concessionnaires place d'un groupe de travail co-piloté par la DU et la DLH et associant certains partenaires aménageurs, bailleurs et concessionnaires. Ce groupe, mis en place en début d année 2015, remettrait ses conclusions au printemps 2015.

18 Proposition 17 Atelier 4 Optimisation du coût des opérations Construire des immeubles sans parking Alléger dans le PLU les contraintes en matière de stationnement pour le logement et faire évoluer les règles en matière de locaux vélos, afin de réduire les coûts et améliorer les bilans des opérations. Supprimer les contraintes en matière de stationnement pour le logement et faire évoluer les règles en matière de locaux vélos, afin de réduire les coûts et améliorer les bilans des opérations. Les locaux vélos pourraient par exemple être autorisés dans des abris sur cour. La construction de parkings sous terrains représente un surcoût très important. Pour les locaux vélos, on reproche des normes qui les rendent surdimensionnés : surface équivalente à celle d'un logement pour 35 à 40 logements créés. Plusieurs réserves sont apportées par des participants aux ateliers sur le sujet. S il paraît cohérent de supprimer toute obligation de création de stationnements pour les véhicules à moteur dans certains quartiers, il semble néanmoins nécessaire de maintenir un minimum de normes (même allégées) dans les quartiers qui connaissent un déficit en parcs de stationnement ainsi que pour certains types d activités (commerce, artisanat, hôtels et même bureaux), et de prendre en compte les besoins croissants de stationnement pour les deux roues motorisés. Dans le cadre de la modification du PLU, modifier les dispositions de l'article 12 du règlement du PLU

19 Proposition 18 Atelier 4 Optimisation du coût des opérations Encadrer les consultations de promoteurs afin d éviter les surenchères foncières et de diminuer le prix des logements - Adopter une charte promoteurs anti-spéculative Encadrer les consultations des promoteurs et bailleurs sociaux afin d'éviter les surenchères foncières et de diminuer les prix de sortie des logements. Pour cela, il pourrait être mis en place des chartes promoteurs, avec l établissement de grilles de prix et de conditions de vente par la Ville, ainsi que la définition de critères autres que purement financiers dans les consultations et l'instauration systématique de clauses anti-spéculatives. La Ville s'engagerait dans la charte aux côtés de ses partenaires grands propriétaires fonciers (APHP, RATP, RFF, État ) Le processus qui consiste à attribuer les opérations par la compétition entre promoteurs exclusivement sur le prix de la charge foncière présen te plusieurs inconvénients : il augmente mécaniquement le coût des opérations et donc les prix de sortie ; il augmente les délais ; il minimise la qualité des produits au profit de l arbitrage financier. La Ville de Paris pourrait définir une stratégie pour s engager dans une démarche générale de consultations de promoteurs et bailleurs en ZAC et sur certaines opérations en diffus (avec l intervention de l EPFIF par exemple), avec l objectif d'introduire au-delà du prix de la charge foncière des critères d'innovation, de qualité dans le choix des projets et de prix de sortie, et d éviter les surenchères foncières Une étude pourrait être lancée début 2015 pour définir la démarche à engager (étude : 1er semestre 2015)

20 Proposition 19 Atelier 4 Optimisation du coût des opérations Dissocier l achat du logement et l achat du foncier pour le logement intermédiaire Favoriser le développement du bail réel immobilier dédié au logement (BRILO) afin de créer du logement intermédiaire, notamment en utilisant les établissements publics fonciers (EPF) pour porter le foncier A Paris, le foncier est le poste de dépenses le plus important dans le montage d'une opération immobilière. Promouvoir des opérations avec des coûts fonciers maitrisés, en mettant en place des dispositifs sécurisés et anti-spéculatifs de dissociation du foncier et du bâti, peut constituer une réponse. L'ordonnance du 20 février 2014 a créé un nouveau contrat de bail de longue durée (18 à 99 ans) spécifique dit «bail réel immobilier»(brilo), par lequel, dans les zones tendues, un preneur s'engage à construire ou à réhabiliter des constructions destinées à du logement intermédiaire. Ce nouvel instrument, proche du bail à construction et du bail emphytéotique, est destiné à favoriser la production de ces logements en permettant une dissociation du foncier et du bâti afin d'en diminuer le coût. Il confère au preneur des droits réels en vue de la location ou de l'accession temporaire à la propriété. L entrée en vigueur du dispositif BRILO est subordonnée à la publication de cinq décrets d'application. Le premier décret a été publié le 1er octobre Il détermine les plafonds de loyers, de prix et de ressources applicables au dispositif. Après publication des décrets, l'action engagée par la VP pourrait prendre la forme d'une convention (ou pacte) signée entre la Ville et différents partenaires institutionnels (grands propriétaires publics, EPF...) et privés (associations, fondations, organismes fonciers solidaires) s'engageant sur des objectifs de production de logements intermédiaires. Afin de ne pas «concurrencer» la création de logement social dans la zone de déficit, le développement du BRILO pourrait se faire en priorité dans la zone non déficitaire en logement social.

DOSSIER DE PRESSE. Plan de relance du logement. Paris, le vendredi 29 août 2014

DOSSIER DE PRESSE. Plan de relance du logement. Paris, le vendredi 29 août 2014 DOSSIER DE PRESSE Plan de relance du logement Paris, le vendredi 29 août 2014 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

Le mandat de gestion PRINCIPE

Le mandat de gestion PRINCIPE Mise à jour le 19/03/15 Le mandat de gestion Vous donnez en gestion votre bien immobilier à un organisme de type AIVS (Agence Immobilière à Vocation Sociale) qui assure une gestion locative adaptée : -

Plus en détail

PROPRIETAIRE BAILLEUR Votre interlocuteur :

PROPRIETAIRE BAILLEUR Votre interlocuteur : PROPRIETAIRE BAILLEUR Votre interlocuteur : Date : 2011 Vous êtes propriétaire d un logement de plus de 15 ans d âge que vous louez ou vous apprêtez à louer Vous souhaitez y réaliser des travaux? Sous

Plus en détail

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire I. Après l article 199 octovicies du code général des impôts, il est inséré un article 199 novovicies

Plus en détail

Loi de Finances pour 2015 et Loi de finances rectificative pour 2014.

Loi de Finances pour 2015 et Loi de finances rectificative pour 2014. Loi de Finances pour 2015 et Loi de finances rectificative pour 2014. Accession à la propriété PTZ : offres de prêts émises à compter du 1 er janvier 2015 Le dispositif du Prêt à taux zéro (PTZ) est prolongé

Plus en détail

Requalification urbaine et copropriétés. Soraya DAOU Responsable du Service des Etudes de la Prospective et de l Evaluation (SEPE)

Requalification urbaine et copropriétés. Soraya DAOU Responsable du Service des Etudes de la Prospective et de l Evaluation (SEPE) Requalification urbaine et copropriétés Soraya DAOU Responsable du Service des Etudes de la Prospective et de l Evaluation (SEPE) Les «copropriétés 50-80» L'équilibre fragile de la copropriété Les facteurs

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

Valorisation de l habitat privé

Valorisation de l habitat privé Opération expérimentale: Valorisation de l habitat privé Programme Juillet 2012-2015 Réunion Publique 31 Juillet 2013 Les partenaires de l opération Un engagement commun pour mener une opération expérimentale.

Plus en détail

LOI DUFLOT CONDITIONS LIEES AU LOGEMENT

LOI DUFLOT CONDITIONS LIEES AU LOGEMENT LOI DUFLOT Digne successeur du «SCELLIER», voici le nouveau dispositif d investissement locatif «DUFLOT». Né le 1 er janvier 2013, ce nouveau régime devrait être applicable pendant 4 ans, soit jusqu au

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

Le financement du logement en 2013

Le financement du logement en 2013 Journées d études professionnelles de la FPI 24 janvier 2013 Le financement du logement en 2013 Mesures fiscales et budgétaires adoptées en lois de finances Ministère de l'égalité des Territoires et du

Plus en détail

Actualité juridique ADS

Actualité juridique ADS Actualité juridique ADS Rencontre entre services instructeurs ADS 30 juin 2015 Olivier Lefèvre SRMT/BDSA Pour mémoire PC commercial Loi n 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et

Plus en détail

date. durable pour certains équipements dans les constructions

date. durable pour certains équipements dans les constructions Le crédit d impôt développement durable TVA à taux réduit Les particularités POUR LE NEUF Construire des logements très économes en énergie est l un des objectifs du Grenelle Environnement. Des aides sont

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

ZAC DU MOULIN BOISSEAU COMMUNE DE CARQUEFOU. Annexe 5 : Clauses anti-spéculatives

ZAC DU MOULIN BOISSEAU COMMUNE DE CARQUEFOU. Annexe 5 : Clauses anti-spéculatives ZAC DU MOULIN BOISSEAU COMMUNE DE CARQUEFOU Annexe 5 : Clauses anti-spéculatives 1 VENTE FONCIERE EN ZAC POUR UN PROGRAMME ABORDABLE EN P ROMOTION Clause anti-spéculative À insérer dans les CCCT, compromis

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Novembre 2014 L e logement représente aujourd hui un des trois premiers postes du budget des ménages. Il est devenu, pour la plupart des Français,

Plus en détail

Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70.

Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70. Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70. 67 aménagement et urbanisme Les règles d urbanisme Direction du Développement et de la Stratégie Urbaine (DDSU) g2, rue Victor-Hugo - Place

Plus en détail

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier BREST 28 et 29 NOVEMBRE 2013 POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier Présentation de la SPLA SOREQA SPLA à vocation métropolitaine crée

Plus en détail

PRINCIPE DE LA LOI SCELLIER

PRINCIPE DE LA LOI SCELLIER PRINCIPE DE LA LOI SCELLIER Afin de relancer le marché de l'immobilier neuf, la construction, et d'une manière plus générale le bâtiment, le gouvernement et le parlement ont voté, dans la loi de finances

Plus en détail

Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013. Midi-Pyrénées 24 mai 2013. Orientations 2013 & Evolution du régime des aides

Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013. Midi-Pyrénées 24 mai 2013. Orientations 2013 & Evolution du régime des aides Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013 Midi-Pyrénées 24 mai 2013 1 Sommaire Orientations prioritaires Propriétaires occupants (PO) Propriétaires bailleurs (PB) Syndicats de copropriétés

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

CHARTE PROMOTEURS IMMOBILIERS / VILLE DE ROMAINVILLE

CHARTE PROMOTEURS IMMOBILIERS / VILLE DE ROMAINVILLE CHARTE PROMOTEURS IMMOBILIERS / VILLE DE ROMAINVILLE Préambule Située à quelques kilomètres des portes de Paris, au cœur de l Agglomération Est Ensemble, la Ville de Romainville porte un projet ambitieux

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL ***********

CONSEIL MUNICIPAL *********** CONSEIL MUNICIPAL *********** PROCES-VERBAL DE LA SEANCE D U 2 6 M A R S 2 0 1 3 1 Le jeudi 26 mars 2013, le CONSEIL MUNICIPAL, dûment convoqué par lettre 22 mars 2013, s'est réuni en séance extraordinaire

Plus en détail

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils?

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? EFE Performance Energétique des Bâtiments Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? Véronique Lagarde, avocat associé EFE Performance

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX DROIT PUBLIC IMMOBILIER Premier acte de l intervention du législateur en faveur de la construction de logements, la loi n

Plus en détail

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S Flash 0908 du 22 avril 2009 LES NOUVELLES MESURES FINANCIÈRES ET FISCALES EN FAVEUR DU LOGEMENT NEUF Nous vous prions de bien vouloir trouver

Plus en détail

Investissement locatif : niches fiscales et bons conseils

Investissement locatif : niches fiscales et bons conseils Investissement locatif : niches fiscales et bons conseils Que vous souhaitiez compléter vos ressources grâce à des revenus, préparer votre retraite ou vous constituer un patrimoine, l'investissement locatif

Plus en détail

Rénovation énergétique / Précarité énergétique

Rénovation énergétique / Précarité énergétique www.pacthd29.fr Rénovation énergétique / Commission Aménagement et Développement Durable du Pays de Brest Brest, le 19 Février 2014 1 2 Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale

Plus en détail

Mise en copropriété des immeubles HLM

Mise en copropriété des immeubles HLM Mise en copropriété des immeubles HLM Opportunités et risques Soraya DAOU, architecte DPLG Sommaire Anah Enjeux de la vente HLM PLH et politique de l habitat Leviers L Anah L'Anah, établissement public

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Les outils pour agir dans le domaine de l habitat

Les outils pour agir dans le domaine de l habitat 3/3 URBANISME CONSTRUCTIONS PUBLIQUES ET HABITAT CYCLE DE FORMATION 2014/2015 > A DESTINATION DES ELUS ET PERSONNELS TERRITORIAUX Les outils pour agir dans le domaine de l habitat Mai 2015 Jeudi 21 Mai

Plus en détail

Copropriétés de la reconstruction à Dunkerque : de la connaissance à l action?

Copropriétés de la reconstruction à Dunkerque : de la connaissance à l action? Copropriétés de la reconstruction à Dunkerque : de la connaissance à l action? Pour un renouveau du parc immobilier des années 50-70 28/11/2013 1 Pour se situer 2 Avant 3 Après 4 Rétrospective des réflexions

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR DANS L IMMOBILIER?

POURQUOI INVESTIR DANS L IMMOBILIER? Retraite Épargne Prévoyance Transmission Fiscalité Aréas Immobilier Une nouvelle façon d investir AFFRANCHIR AU TARIF EN VIGUEUR POURQUOI INVESTIR DANS L IMMOBILIER? Aréas Immobilier 49 rue de Miromesnil

Plus en détail

Investir dans l immobilier. en toute sérénité. Votre patrimoine à l épreuve du temps

Investir dans l immobilier. en toute sérénité. Votre patrimoine à l épreuve du temps Investir dans l immobilier en toute sérénité Votre patrimoine à l épreuve du temps Construire un patrimoine immobilier à l épreuve du temps Privilégier la «Le Liberty» Le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne)

Plus en détail

Le Dispositif Duflot 2013

Le Dispositif Duflot 2013 TRANSACTION & CONSEIL Le Dispositif Duflot 2013 Investir pour construire son patrimoine IMMOBILIER RÉSIDENTIEL NEUF LE DISPOSITIF DUFLOT LA REDUCTION D IMPOT EST LIMITEE ChAQUE ANNEE A L AChAT DE DEUx

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Article 22 : Mise en place d un mécanisme de péréquation (entre les organismes HLM.)

Article 22 : Mise en place d un mécanisme de péréquation (entre les organismes HLM.) 1) Le pilotage des organismes de logement social. Article 1 : Mise en place des conventions d utilité sociale. Rappel : La conclusion d une convention d utilité sociale est obligatoire à compter du 31

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

EcoQuartier VAUBAN BESANCON (25)

EcoQuartier VAUBAN BESANCON (25) BESANCON (25) AMENAGEMENT FONCIER Préambule La ville de Besançon souhaite, à travers la reconversion de la Caserne Vauban, une réalisation exemplaire sous forme d un écoquartier. Ce nouvel aménagement,

Plus en détail

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public.

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public. Instruction CGET/DMAT/DHUP du 20 février 2015 visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Elaboration du PLH 2013-2019

Elaboration du PLH 2013-2019 Elaboration du PLH 2013-2019 Présentation du projet de PLH2 Communauté de Communes du Genevois Mars 2013 Programme Le PLH : qu est-ce que c est? Principales conclusions du diagnostic Objectifs quantitatifs

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Chantier copropriété du Plan Bâtiment Grenelle 30 septembre 2011 Sommaire Les objectifs

Plus en détail

Le Grand Lyon. Dossier remis à votre demande. Nue-propriété à Villeurbanne (69) Démembrement temporaire de propriété «L Améthyste»

Le Grand Lyon. Dossier remis à votre demande. Nue-propriété à Villeurbanne (69) Démembrement temporaire de propriété «L Améthyste» Le Grand Lyon Dossier remis à votre demande Nue-propriété à Villeurbanne (69) Démembrement temporaire de propriété «L Améthyste» . Le Projet Le présent projet consiste en l acquisition de la Nue-propriété

Plus en détail

Opération Programmée d'amélioration de l'habitat Intra-Muros

Opération Programmée d'amélioration de l'habitat Intra-Muros Opération Programmée d'amélioration de l'habitat Intra-Muros INFORMATIONS année 2010 PROPRIÉTAIRES DE LOGEMENTS LOUÉS ou DESTINÉS À LA LOCATION Pour financer des travaux de réhabilitation dans vos immeubles

Plus en détail

L INVESTISSEMENT GUIDE BÉCARRÉ

L INVESTISSEMENT GUIDE BÉCARRÉ L INVESTISSEMENT ennue-propriété GUIDE BÉCARRÉ LE SAVIEZ-VOUS? BÉCARRÉ, à l origine de la «nue-propriété» Au début des années 2000, Bécarré a été à l origine de la première opération réalisée en démembrement

Plus en détail

O.P.A.H. Renouvellement Urbain SECTEUR CHANTENAY RUE DE LA MONTAGNE

O.P.A.H. Renouvellement Urbain SECTEUR CHANTENAY RUE DE LA MONTAGNE O.P.A.H. Renouvellement Urbain SECTEUR CHANTENAY RUE DE LA MONTAGNE CAHIER DES MODALITES TECHNIQUES Document annexé à la Convention d'opération Juin 2006 PREAMBULE La Ville de NANTES, l'etat, l', le Conseil

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

Du Scellier au Duflot

Du Scellier au Duflot 12 décembre 2012 DAEJ/CAB/2012/67 Du au Duflot 1- De nombreux dispositifs d aide à l investissement locatif dans le logement neuf se sont succédés depuis 1986 Depuis 1986, six dispositifs fiscaux de soutien

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Août 2014

La lettre de votre Expert-comptable Août 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Août 2014 FISCALITE Au sommaire : - La location en meublé / un avantage : l amortissement de l immeuble -

Plus en détail

Le Guide du Propriétaire Solidaire en Ile-de-France. La mobilisation du parc privé à des fins sociales

Le Guide du Propriétaire Solidaire en Ile-de-France. La mobilisation du parc privé à des fins sociales Le Guide du Propriétaire Solidaire en Ile-de-France La mobilisation du parc privé à des fins sociales Présentation réalisée le 4 décembre 2014 Déjà 1500 logements de propriétaires solidaires gérés par

Plus en détail

Groupe de travail du Plan Bâtiment Durable. Rénovation des logements : du diagnostic à l usage Créons la «carte vitale» du logement «!

Groupe de travail du Plan Bâtiment Durable. Rénovation des logements : du diagnostic à l usage Créons la «carte vitale» du logement «! Groupe de travail du Plan Bâtiment Durable Rénovation des logements : du diagnostic à l usage Créons la «carte vitale» du logement «! Contribution de la Région Franche Comté Retour d expérience du programme

Plus en détail

Fiche pratique Financements 2014

Fiche pratique Financements 2014 Fiche pratique Financements 2014 Selon l adage, les impôts sont éternels pas les aides. Alors profitez s en maintenant! Malgré le contexte économique actuel, des aides de l Etat sont encore attribuées

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

LE PETIT IMMOBILIER. Les pratiques clés en 25 fiches. Evelyne Cornu-Gaidan

LE PETIT IMMOBILIER. Les pratiques clés en 25 fiches. Evelyne Cornu-Gaidan LE PETIT 2016/17 IMMOBILIER Les pratiques clés en 25 fiches Evelyne Cornu-Gaidan Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ALUR : loi pour l Accès au Logement et un Urbanisme Rénové BBC : Bâtiment

Plus en détail

OPÉRATION HABITAT QUALITÉ

OPÉRATION HABITAT QUALITÉ OPÉRATION HABITAT QUALITÉ Règlement fixant les conditions d attribution des aides communautaires destinées à l amélioration de l habitat privé et à la maîtrise de l énergie 1 SOMMAIRE Article 1 - Les aides

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

Ordre du jour. Date et lieu. Participants

Ordre du jour. Date et lieu. Participants Ordre du jour Présentation et débat autour des grands principes du règlement et du zonage du projet de Plan local d urbanisme Date et lieu Mardi 19 mars 2013 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe.

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Les critères d'évaluation

Les critères d'évaluation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 2 : Construction de logements en dépassement de la hauteur autorisée au PLU LES DEROGATIONS AU DOCUMENT

Plus en détail

Guide 2013. de la nue-propriété

Guide 2013. de la nue-propriété Guide 2013 de la nue-propriété 2 Sommaire Le principe - La notion de nue-propriété - Le nu-propriétaire / L usufruitier Les bénéfices - Une acquisition à moindre coût - Exonération des charges - Zéro impôt

Plus en détail

Maître Jérôme LACROUTS Avocat au Barreau de Nice Cours de fiscalité immobilière http://avocat.nice.free.fr courriel : jerome.lacrouts@free.

Maître Jérôme LACROUTS Avocat au Barreau de Nice Cours de fiscalité immobilière http://avocat.nice.free.fr courriel : jerome.lacrouts@free. FISCALITE IMMOBILIERE Introduction : Généralités sur la fiscalité immobilière Titre 1 : Présentation historique de la fiscalité immobilière Chapitre 1 : 1 ère période : 1963-1975 Section 1 : Utilisation

Plus en détail

PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016. 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie

PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016. 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie AXE 1 FICHE 1 MOBILISER LE FONCIER NECESSAIRE Le PLH a un objectif global de construire

Plus en détail

Propriétaires bailleurs privés Février 2011

Propriétaires bailleurs privés Février 2011 Propriétaires bailleurs privés Février 2011 Dans ce guide, vous sera présenté un récapitulatif des aides financières (prêt ou subvention) existantes pour des travaux de rénovation et de maitrise de l énergie

Plus en détail

L'ÉTAT S'ENGAGE DANS LA CONVENTION D'OPAH DE MÂCON

L'ÉTAT S'ENGAGE DANS LA CONVENTION D'OPAH DE MÂCON L'ÉTAT S'ENGAGE DANS LA CONVENTION D'OPAH DE MÂCON Conception-réalisation : DDT 71 unité communication - octobre 2012 Le 19 octobre 2012 à 12h00 sur le salon de l'habitat au parc des expositions de Mâcon

Plus en détail

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement -

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - Observatoire des Loyers du Parc Privé des Communes de Briançon, Embrun et Gap Cette étude, à destination des professionnels de l immobilier,

Plus en détail

CERGY- PONTOISE (CACP)

CERGY- PONTOISE (CACP) Annexe n 3 à la délibération n 2013-37 du Conseil d'administration du 15 octobre 2013 approuvant les clauses-types des conventions conclues en application de l'article L. 321-1-1 du code de la construction

Plus en détail

FICHE MÉTHODOLOGIQUE. Le logement communal : methode pour monter et réaliser une operation. Qu entend-on par «logement communal»?

FICHE MÉTHODOLOGIQUE. Le logement communal : methode pour monter et réaliser une operation. Qu entend-on par «logement communal»? FICHE MÉTHODOLOGIQUE Le logement communal : methode pour monter et réaliser une operation Qu entend-on par «logement communal»? Dans les petites communes, il s agit d un logement qui appartient au domaine

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national :

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national : Projet d instruction CGET/DMAT/DHUP visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF

Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF Réponse de la Liste Grenoble Une ville pour tous, conduite par Eric Piolle 1/ RENOVER L HABITAT Les logements les

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. Investissement immobilier : ce que nous réserve le dispositif DUFLOT VOTRE CONSEILLER

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. Investissement immobilier : ce que nous réserve le dispositif DUFLOT VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales VOTRE CONSEILLER ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com 01 64 63 69 81

Plus en détail

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée Des informations pour votre logement Quel habitat demain? p. 2 Rénovation urbaine du quartier de la gare à Pamiers p. 4 Restructuration du quartier de Ginabat à Montoulieu p. 6 Du 21 novembre au 4 décembre,

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

L ADIL GUADELOUPE VOUS INFORME

L ADIL GUADELOUPE VOUS INFORME Juin 2015 n 015 15 À jour au 1 er juin 2015 Contrats types de location de logement à usage de résidence principale Décret n 2015-587 du 29.5.15 : JO du 31.5.15 / Arrêté du 29.5.15 : JO du 31.5.15 L ADIL

Plus en détail

LOI SCELLIER. Une mesure exceptionnelle en faveur de l Investissement Locatif Réduction d impôt jusqu à 37% sur 15 ans!

LOI SCELLIER. Une mesure exceptionnelle en faveur de l Investissement Locatif Réduction d impôt jusqu à 37% sur 15 ans! LOI SCELLIER Une mesure exceptionnelle en faveur de l Investissement Locatif Réduction d impôt jusqu à 37% sur 15 ans! I) PRINCIPES DE LA LOI SCELLIER La Loi Scellier, c est une réduction d impôt pouvant

Plus en détail

Table des matières. Préface VII. Table des matières. Introduction 1

Table des matières. Préface VII. Table des matières. Introduction 1 Préface Table des matières V VII Introduction 1 1. Historique du Code du logement de la Région de Bruxelles-Capitale 1 1.1. La compétence fédérale 1 1.2. Le début de la régionalisation 1 1.3. Les objectifs

Plus en détail

ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE!

ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE! ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE! Depuis près de 20 ans, l ensemble des métiers de Pure Gestion assure la gestion et le bon suivi de vos biens immobiliers. L implication, la maîtrise des enjeux liés aux investissements

Plus en détail

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption LE DIRECTEUR GENERAL DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Vu le Code de l Urbanisme et notamment

Plus en détail

Projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction (n 1017) présenté par. Mme Annick Lepetit, rapporteure

Projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction (n 1017) présenté par. Mme Annick Lepetit, rapporteure AMENDEMENT N CE 7 Article 1 er A l alinéa 1 er, Substituer au mot : «ordonnance», Les mots : «voie d ordonnances». Amendement rédactionnel. AMENDEMENT N CE 5 A l alinéa 2, Après les mots : «projets d aménagement

Plus en détail

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Bureau de la Protection des Locaux d'habitation Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement

Plus en détail

NANTES (44) Résidence «Le Donatien» Loi SCELLIER

NANTES (44) Résidence «Le Donatien» Loi SCELLIER NANTES (44) Résidence «Le Donatien» Loi SCELLIER IMOVELIS 29, boulevard de la Ferrage 06400 CANNES Tel: 04 93 95 39 20 Fax: 04 93 95 39 29 www.imovelis.fr contact@imovelis.fr Résidence «Le Donatien» UNE

Plus en détail

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales Pourquoi investir dans la pierre? Pour réduire sa fiscalité Pour épargner intelligemment Pour préparer sa retraite Pour protéger ses proches Pour créer des revenus Pour transmettre un patrimoine Les principales

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT (PREH) Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 La rénovation de l habitat : un triple enjeu Environnement Réduire les consommations d énergie pour

Plus en détail

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine La localisation La ville d Argenteuil, 100 000 habitants, 3ème ville d Ile de France, est située

Plus en détail